Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie"

Transcription

1 Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie Rapport final BRGM/RP FR Juillet 2005

2 Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie Rapport final BRGM/RP FR juillet 2005 Étude réalisée dans le cadre des opérations de Service public du BRGM 2004 GEO D 022 J. Féraud, P. Maurizot avec la collaboration de J.S. Baille

3 Mots clés : Nickel, Chrome, Plomb, Zinc, Fer, Antimoine, Or, Latérite, Péridotite, Serpentine, Musée, Mine, Patrimoine géologique, Patrimoine minier, Archéologie, Réaménagement, Revégétalisation, Nouvelle-Calédonie, Province Nord, Province Sud, Nouméa, Mont-Dore, Tiébaghi, Thio, Yaté, Goro. En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : Féraud J., Maurizot P., avec la collab. de Baille J.S. (2005) Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie. Rapport BRGM RP FR, 100 p., 4 tabl., 13 phot., 2 annexes. BRGM, 2005, ce document ne peut être reproduit en totalité ou en partie sans l autorisation expresse du BRGM.

4 Synthèse A la demande de la Direction de l Industrie, des Mines et de l Energie de Nouvelle- Calédonie, l avant projet sommaire (APS) de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie a été réalisé par le BRGM. Le financement a été assuré à 50/50 par le Gouvernement de Nouvelle-Calédonie et par la dotation de service public du BRGM. Cette étude a été l occasion d une large concertation sur place. Quasiment tous les acteurs se sont exprimés pour la création d un «parc» minier, «parc mondial du nickel» ou «parc géominier de la Nouvelle-Calédonie», c est-à-dire pour un réseau de musées de site animé par un noyau central, sur le modèle de ceux qui sont lancés actuellement dans plusieurs districts miniers célèbres du monde, notamment sous l égide de l UNESCO. Un consensus a été exprimé pour défendre des objectifs précis : Valoriser l image de la profession minière à travers une mise en exergue de son rôle passé, actuel et futur dans le patrimoine identitaire de la Nouvelle-Calédonie. Développer chez le public sens critique et éco-citoyenneté, illustrer les principes et la mise en pratique au quotidien du développement durable. Conserver et valoriser des «collections». Eveiller les jeunes néo-calédoniens à la technologie et à la science. Développer le tourisme culturel et donc les emplois et l économie. Favoriser la production de travaux scientifiques, historiques, archéologiques ou sociologiques de pointe sur le patrimoine minier. Etre le lieu d activités de promotion locale et circum-pacifique à caractère occasionnel, tour à tour scientifique ou ludique. Il est demandé que le site central crée le réseau du parc minier en irriguant les sites muséologiques déjà existants (Tiébaghi, Thio, mine des Japonais à Goro etc.) ; il aura la mission de leur apporter son soutien sous la forme de : - mise en réseau Intranet ; - publicité sur un site Internet commun ; - appuis muséographiques ; - fourniture d expositions fixes ou temporaires (itinérantes). BRGM-RP FR Rapport final 3

5 Concrêtement, l APS retient donc l hypothèse de la réalisation d un réseau virtuel (Intranet, Internet) qui comporterait un «musée de site» central, chargé d animer tout le réseau et installé sur le terrain d une ancienne mine de nickel qui serait cédé au franc symbolique. Sur ce site, qui comprendrait un espace d exposition d engins à ciel ouvert, un édifice en béton serait à bâtir et à équiper muséographiquement. La qualité de ses prestations serait conforme aux standards en vigueur pour les établissements muséologiques de ce type et de ce rang, international. Deux options de muséographie et de scénographie sont proposées et décrites en détail, l une (optimum) où la surface du bâtiment central serait de 7000 m 2 et l autre où (suite aux contraintes financières) elle serait réduite à 3780 (au moins dans une première étape). En conclusion, et sous réserve d un approfondissement des calculs lors de l avant projet détaillé, un investissement de l ordre de 10 à 12 millions d euros ttc semble à prévoir pour la première, 5 millions pour la seconde. Ce coût comprend le gros œuvre, le second œuvre et les équipements muséographiques. Il correspond à un prix de 1500 à 1700 euros ttc au mètre carré équipé. Toutes les surfaces intermédiaires sont envisageables. Si les contraintes de budget l exigent, la surface bâtie et les prestations peuvent être aménagées lors de l Avant Projet Détaillé (APD) mais il est déconseillé de descendre en dessous de 3000 m 2. Pour un site de 7000 m 2 bâtis, on peut envisager un personnel permanent de 4 personnes. Le coût de fonctionnement standard pourrait-être de l ordre de 10 % de l investissement initial, soit (option maximaliste) de 1,2 millions d euros ou (option minimaliste) de euros. Avec visiteurs espérés par an, l autofinancement de l option maximaliste serait atteint si le billet d entrée se vend au prix de 6 euros, ce qui paraît une moyenne raisonnable entre le tarif scolaires et le tarif adultes. 4 BRGM-RP FR Rapport final

6 Sommaire 1. Cadre et objectif du projet LE CADRE HISTORIQUE ET MINIER, MONDIAL ET REGIONAL LE CADRE CONTRACTUEL DU PROJET LES OBJECTIFS FIXES Moyens mis en œuvre et travaux effectués MOYENS MIS EN ŒUVRE TRAVAUX EFFECTUES PERSONNES RENCONTREES Résultat de l enquête sur les objectifs, l appellation et la structure du projet UN TERRAIN DEJA PREPARE Le contexte mondial extrêmement favorable La maturation favorable des esprits en Nouvelle-Calédonie UN CONSENSUS DE BASE La motivation du projet Les thématiques et caractères du projet idéal Les 6 objectifs reconnus par tous...25 BRGM-RP FR Rapport final 5

7 3.3. L APPELLATION PROPOSEE LA STRUCTURE PROPOSEE Un réseau de type Parc minier ou Géoparc minier Les désavantages des parcs naturels et des réserves naturelles La cueillette des minéraux Quel public viser? LES PUBLICS TRADITIONNELLEMENT VISES La clientèle des musées La clientèle du tourisme géologique de plein air LE PUBLIC VISE EN NOUVELLE-CALEDONIE Le public scolaire Le public calédonien Qu il y en ait pour tous les goûts Les touristes Résultat de l enquête sur l implantation, le dimensionnement, le statut et le financement du projet IMPLANTATIONS PROPOSEES, LEURS AVANTAGES ET INCONVENIENTS, LES ACTIONS A Y ENTREPRENDRE Nouméa Thio Tiébaghi Les mines du Diahot, Pilou, Balade etc Les mines de nickel de Païta/Dumbéa à l Ouest de Nouméa Le massif du Mont-Dore BRGM-RP FR Rapport final

8 La mine de fer des Japonais à Goro A QUELLE TAILLE PRETENDRE POUR LE PROJET? COMBIEN DE VISITEURS? La surface bâtie idéale La fréquentation probable STATUT PROPOSE EPIC? Syndicat mixte? Association? Un EPCC? Label des musées de France? COMITE DE PILOTAGE ET COMITE SCIENTIFIQUE FINANCEMENT DU PROJET : DISCUSSION DES SOLUTIONS AVANCEES61 6. Avant-projet sommaire de la muséographie proposée pour le site central ORGANISATION GENERALE RECOMMANDEE REALISATION DU SITE INTRANET ET DU SITE INTERNET DU PARC MINIER REALISATION DES ITINERAIRES DE DECOUVERTE PEDESTRE ORGANISATION DU BATIMENT CENTRAL, MISE EN ESPACE DE LA MUSEOGRAPHIE L entresol : le «ventre dur» de l établissement Le rez-de-chaussée Le 1 er étage : un espacé dédié à la curiosité de l homme pour le minéral73 BRGM-RP FR Rapport final 7

9 Le 2 ème étage : un espace dédié à la valorisation des richesses de la Terre (dans la perspective développement durable) L aire d exposition des «monstres» La fabrication progressive des vitrines Acquisition des droits de reproduction, copyright Montrer les originaux ou des copies? La cueillette de minéraux et la vente en boutique Constitution du réseau, appui aux autres sites Coûts et emplois Conclusions Bibliographie Liste des illustrations Tableau 1 Les objectifs consensuels recueillis auprès des personnes interrogées pour la création du musée Tableau 2 - Bâtiment central: répartition des espaces, option maximaliste Tableau 3 - Bâtiment central: répartition des espaces, option minimaliste Tableau 4 Quelques clés pour réussir la scénographie d un musée des sciences naturelles (inspiré du site Internet 2005 du nouveau Museum de Toulouse, avec quelques ajouts) Photo 1 - Le musée minier de Thio Photo 2 - Intérieur d'une des salles du musée minier de Thio Photo 3 - Tiébaghi: le Cratère au sommet de la mine de chromite Photo 4 - Tiébaghi: aperçu partiel du village minier et du panorama époustouflant sur le Nord Photo 5 - Les rives romantiques de La Coulée; au fond, le massif du Mont Dore Photo 6 - Vue depuis le massif du Mont Dore vers l'est Photo 7 - Vue depuis le sommet du Mont Dore vers le Sud; au premier plan, chicots karstiques de péridotite piègeant une poche de latérite BRGM-RP FR Rapport final

10 Photo 8 - Bas de la piste d'accès au massif du Mont Dore: exemple de panneau explicatif...67 Photo 9 - Vue depuis le sommet du Mont Dore vers l'épaulement nord qui pourrait supporter le bâtiment du parc...69 Photo 10 - La salle "phare" : y faire ressentir le gigantisme, la beauté, le génie...71 Photo 11 - Mont Dore: trou de cobaleur au nord du sommet du massif...78 Photo 12 - Minerai garniéritique à haute teneur...84 Photo 13 - L'extraordinaire flore des Massifs Miniers est le cadre idéal pour montrer au public les techniques de revégétalisation (ici, le massif du Mont Dore)...87 BRGM-RP FR Rapport final 9

11 Liste des annexes Annexe 1. Comparaison avec quelques musées Annexe 2. Catalogue sommaire des fonds documentaires ou muséographiques existants ou à rechercher BRGM-RP FR Rapport final

12 1. Cadre et objectif du projet 1.1. LE CADRE HISTORIQUE ET MINIER, MONDIAL ET REGIONAL Il est banal de dire que la Nouvelle-Calédonie a une histoire fortement marquée par l activité minière. L histoire minière du pays est rapportée dans différents ouvrages et sites Internet. Au plan international, le Nickel fait de l île un important point de mire. Au plan régional, c est le symbole le plus fort de la spécificité néo-calédonienne et probablement l'une des clés de son destin. Au plan local enfin, les mines de nickel sont encore actives et en plein essor. Elles sont intégrées dans le tissu historique et sociétal du terroir néo-calédonien. Paradoxalement il n existe cependant pas de musée de la mine en Nouvelle- Calédonie, alors qu il y a un musée de la marine et un aquarium des espèces marines. Les quelques établissements ou expositions qui traitent de la mine restent encore assez confidentiels, ont des implantations locales éloignées (Thio, Tiébaghi entre autres) de Nouméa, première destination des touristes, et font l'objet d'une exploitation basée sur le bénévolat. La réalisation d'un musée de la mine du Nickel a été inscrite au programme du Centre de Recherche et de Technologie pour le Nickel et l Environnement, dont l objectif est de doter la Nouvelle-Calédonie d un «outil scientifique» performant pour étudier et comprendre la thématique «Nickel» dans toute sa diversité et complexité. Il est donc tout à fait justifié de réaliser un établissement dont le double objectif serait de : - rappeler et sauvegarder l histoire minière de la Nouvelle-Calédonie, - créer un lieu de connaissance de la géologie et de la mine à but tant touristique que pédagogique LE CADRE CONTRACTUEL DU PROJET La Direction de l'industrie, des Mines et de l'energie de Nouvelle-Calédonie (DIMENC) a dans ses attributions en matière géologique et minière d'assurer la conservation de tous les documents, études, collections et archives ayant trait à l'activité géologique et minière. Elle est également conservateur de la collection minéralogique de la Nouvelle-Calédonie. Le BRGM, dans le cadre de ses missions de service public, soutient des actions concernant la valorisation du patrimoine BRGM-RP FR Rapport final 11

13 géologique et des anciens sites miniers. Sur ces bases, la Nouvelle-Calédonie et le BRGM ont convenu de réaliser l'étude d'un avant-projet sommaire (APS) de réalisation d'un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie. Une convention a été signée à cet effet le 20 juillet 2004 (réf. n 3160-SGM/2098). Le travail a été cofinancé à 50/50 par le Gouvernement de Nouvelle-Calédonie (sur le chapitre Article 5/ de la ligne budgétaire du Service des Mines et de l Energie dans le Budget Primitif 2004) et par le BRGM (sur sa dotation de service public). Il a été inséré dans le programme des opérations de service public du BRGM sous le numéro de fiche PSP04NCL LES OBJECTIFS FIXES L'objectif était de rédiger le cahier des charges du contenu scientifique et pédagogique du projet. Ce cahier des charges serait un avant-projet sommaire chiffré, qui permettrait au(x) maître(s) d ouvrage d estimer l enveloppe financière qu il serait nécessaire de consacrer pour sa pleine réalisation et de démarcher les financements nécessaires à la réalisation concrète et complète du musée. Dans le détail, il devait : - comporter d abord un argumentaire reprenant les caractères du projet ; - cerner les différents objectifs culturels, identitaires, scientifiques, économiques et pédagogiques identifiés avec les personnalités et organismes consultés ; - identifier les partenaires potentiels du projet ; - définir la méthodologie de muséographie préconisée pour les atteindre et l organisation recommandée ; - fournir la description des différentes scénographies proposées, espace par espace, avec des éléments indicatifs pour permettre à l architecte et au muséographe de calculer par la suite le dimensionnement des installations (dimensions des salles d exposition souhaitables, volume des collections à mettre en valeur ou à stocker, etc.). Le cas échéant, un catalogue sommaire des différents fonds documentaires ou muséologiques existants (à exploiter) ou des sources iconographiques et autres (à rechercher) serait indiqué. Enfin, le cahier des charges comporterait un devis estimatif. En annexe, une liste indicative de musées de même type existants dans le monde serait fournie pour montrer la place qu occupera le projet néo-calédonien dans ce réseau et pour souligner son apport original. Ce cahier des charges constituerait donc la première phase d'un projet qui en comportera beaucoup d'autres. Cette étude ne comportait donc pas l'évaluation des 12 BRGM-RP FR Rapport final

14 postes tels que l architecture des bâtiments, les réseaux et les équipements muséographiques intérieurs ou de plein air. BRGM-RP FR Rapport final 13

15

16 2. Moyens mis en œuvre et travaux effectués 2.1. MOYENS MIS EN ŒUVRE Le BRGM a mis à disposition : - un expert de la valorisation du patrimoine géologique (J. Féraud) pour une mission en Nouvelle-Calédonie et pour le travail d enquête, de dimensionnement de la muséographie et de rédaction à Orléans ; - le géologue régional responsable de l antenne BRGM en Nouvelle-Calédonie (P. Maurizot) pour guider son collègue sur le terrain, le présenter aux différents acteurs du pays et le faire bénéficier de sa large expérience de la géologie et des mines de Nouvelle-Calédonie. En outre, le travail de dimensionnement de la muséographie et des coûts a bénéficié des conseils de M. Dominique Jammot, conservateur en exercice depuis 26 ans au Muséum d Orléans, établissement de conception moderne de 7000 m 2 qui reçoit visiteurs/an et qui sert de référence à de nombreux projets de musée actuellement en métropole. M. Jammot a été le concepteur et l artisan de la rénovation complète de ce musée qui a abouti en 1992 à le classer premier musée de province. Il est expert international en muséographie. Le BRGM a également bénéficié à Nouméa des conseils de diverses personnalités. Hormis les différents acteurs ou experts qui ont été rencontrés dans le cadre de l enquête (cf. chapitre suivant) une mention spéciale revient à Jean-Sébastien Baille, adjoint au Chef de la Section Mines et Carrières, responsable de la collection de minéralogie, qui a facilité les rendez-vous et fait bénéficier le BRGM de sa connaissance du sujet TRAVAUX EFFECTUES Les principales étapes du travail ont été : une mission d identification et d enquête, sur place en Nouvelle-Calédonie, auprès des acteurs du patrimoine minier, pour définir les objectifs et l organisation du projet de musée ; BRGM-RP FR Rapport final 15

17 des consultations et entretiens, à cette occasion, avec les autres intervenants potentiels : responsables du Gouvernement, de l'etat et des Provinces, chargés de l'industrie minière et des affaires culturelles ; responsables des communes susceptibles d'héberger le projet; responsable du CNRT Nickel et Environnement ; personnalités connues pour leur compétence ou leur expérience en la matière (profession minière, associations, experts) ; la visite des sites de musées existants (non géologiques) et de sites d'implantation potentiels aux environs de Nouméa ; une enquête de préfaisabilité, basée sur une analyse de type «points forts/points faibles» d autres musées miniers dans le monde ; une proposition de muséographie et de scénographie ; un chiffrage sommaire ; la rédaction du rapport PERSONNES RENCONTREES A la DIMENC (Direction de l Industrie, des Mines et de l Energie, Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie) : - Edouard de Pirey, Directeur ; - Pierre Jegat, chargé de mission du Gouvernement pour la rédaction du Schéma de Mise en Valeur des Ressources Minières ; - Jean-Sébastien Baille, adjoint au Chef de la Section Mines et Carrières, responsable de la collection de minéralogie ; - Yves Lafoy, responsable de la section géologie. Au Haut-Commissariat de la République : - Jean-Jacques Garnier, Chargé de Mission Affaires Culturelles. Au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie : - Charles Washetine, Chargé des secteurs Enseignement et Suivi des questions relatives à la recherche ; - Christian Habault, Chargé de mission secteurs Mines, Hydrocarbures et Télécommunications, conseiller de Didier Leroux Chargé de la Mine, du Tourisme et du Budget. A la Province Sud (Direction de la Culture) : - Françoise Fradet, Directrice ; - Isabelle Ohlen, Présidente de la commission Culture ; 16 BRGM-RP FR Rapport final

18 - Miguel Harbulot, Architecte chargé du patrimoine, responsable du secteur patrimoine historique et culturel. A l Union Européenne, direction régionalisée de la Commission Européenne : - Jean-Pierre Piérard, Chargé d Affaires. Dans la Profession minière : - Janine Décamp, Présidente du Syndicat des Industries de la Mine, également gérantassocié de la Société Minière Georges Montagnat ; - Bernard Pelletier, Société Le Nickel-SLN, Chef du département Géologie-Sondages et Chargé de mission Revégétalisation-Biodiversité ; - Christian Tessarolo, Chef-géologue, INCO ; - Jean-François Sauvage, ancien chef de la Division Géologie et Economie Minière de la DIMENC. A l Institut de Recherche pour le Développement (IRD) : - Fabrice Colin, Directeur du Centre de Nouvelle Calédonie et Délégué pour le Pacifique Sud, auteur du projet de «Centre National de Recherche et Technologie» dont un sous-projet est le «Musée de la Mine de Nouvelle Calédonie». Dans les musées culturels et les associations du thème patrimoine minier : - Gaston Tamaï (agent municipal) et Yannick Kaddour (SLN), Musée de la mine de Thio ; - Henri Reuillard et Christian Tessarolo, Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Minier et Historique du Nord-Calédonien, Koumac, Mine-village de Tiébaghi ; - Luc Chevalier, historien, auteur, ancien conservateur du Musée de la Nouvelle- Calédonie ; - Christophe Sand, archéologue, préhistorien, musée de Nouméa ; - le Musée de la Nouvelle Calédonie (ancien Musée Territorial : mais Mme Solange Néaoutyine, conservatrice, a finalement dû annuler notre rendez-vous) ; - le Parc Zoologique et Forestier (Nouméa) ; - le Centre Culturel Tjibaou : Octave Togna, Directeur Général, Emmanuel Kasarhérou, Directeur culturel. Par contre, il n a hélas pas été possible (pendant le trop bref séjour de l expert BRGM) de rencontrer le Professeur Vincent Cornuet et ses collègues de l Association Symbiose qui organisent notamment la Fête de la Science. A la Ville de Nouméa : - Anne Loste, Chargée de Mission Culture - Véronique Defrance, conservatrice du Musée de la Ville ; BRGM-RP FR Rapport final 17

19 A la Municipalité du Mont-Dore : - Jacques Clavel, Premier adjoint ; - Yves Magnier, ancien délégué du gouvernement pour la recherche et l industrie, conseiller municipal. 18 BRGM-RP FR Rapport final

20 3. Résultat de l enquête sur les objectifs, l appellation et la structure du projet 3.1. UN TERRAIN DEJA PREPARE Le projet n est pas «parachuté», mais il émerge au contraire grâce à la maturation propice des idées qui s est opérée ces dix dernières années, tant dans le monde qu en Nouvelle-Calédonie Le contexte mondial extrêmement favorable Depuis un peu moins d'une décennie, on assiste à l'éclosion dans le monde entier de centres dédiés à la mémoire minière. Elle coïncide avec la fermeture progressive à partir des années 60 en Europe des bassins miniers de fer et charbon et des complexes sidérurgiques, qui s'est ensuite généralisée à l'ensemble des mines métalliques. On peut y distinguer plusieurs approches. La plupart d'entre elles sont focalisée sur un site géographique et historique particulier. Les expériences de ce premier type sont soit centrées sur tout un bassin minier et/ou métallurgique (exemple écomusée du Creusot-Montceau les Mines), soit sur une mine particulière (exemples Rammelsberg, Almaden, Idria), soit sur un ouvrage minier individuel (par exemple sur le chevalement du puits d'une ancienne petite mine isolée en pleine montagne, que les collectivités ont décidé de préserver de la destruction et font visiter avec le petit musée attenant). Ce sont souvent des écomusées associant le patrimoine industriel à l'ethnographie locale. Parmi les centres les plus grands, il faut noter la place croissante donnée par l'unesco à la valorisation de sites classés au patrimoine de l'humanité et en particulier aux projets de Géoparcs (Sardaigne, Almadén, Idria, ceinture pyriteuse sud-ibérique, et à présent la Chine ). D'autres approches se déclinent par substances. On y distingue : - des centres dédiés dans un même lieu à la fois à une mine particulière et à une substance donnée (exemples : mine et fonderie de cuivre de Roros en Norvège, minemusée de Cap Garonne, Var et musée du Cuivre associé, Maison de l'antimoine à Massiac avec la mine de la Rodde d'ally toute proche, musée de l'argent à Freiberg) ; - des centres dédiés seulement à une substance particulière (Maison de l'or à Saint- Amand-Monrond, Musées du mercure d Almadén (Espagne) et d Idria (Slovénie), charbon au Centre Historique Minier de Lewarde dans le Nord-Pas-de-Calais, pierre de taille et marbres au National Stone Center de Wirksworth (UK) et à l Institut de la Pierre à Rodez). BRGM-RP FR Rapport final 19

21 D'autres approches beaucoup plus rares embrassent l'ensemble de la thématique industrie extractive (Deutsches Bergbau Museum à Bochum, département mine du Deutsches Museum à Munich). Certaines sont au contraire centrées sur une technologie particulière (Musée de la lampisterie minière à Saint-Etienne ou celui du Grand Hornu en Belgique) ou plus classiquement sur la mise en valeur muséographique de collections d'échantillons toutes substances confondues (musées de minéralogie de Paris et des autres capitales, musées de sciences naturelles et collections grand public de certains organismes ou laboratoires universitaires de Province). Dans ces différents centres, les technologies qui sont mises en œuvre par l'industrie minérale sont l'objet d'une part importante de la muséographie. Mais il n'existe guère dans le monde de centres dédiés à une industrie extractive «en plein boom» et à l avenir de la prospection des richesses minérales de la Terre. Dans leur majorité, les centres existants ont pour seuls objectifs de préserver et transmettre la mémoire des techniques passées. Bien peu ont une fonction d'éveil ou d'éducation prospective du public sur les techniques high tech actuelles et encore moins sur celles du futur. C'est pourquoi malgré toute leur pertinence, malgré l'ingéniosité des muséographies mises en œuvre et leur immense attrait touristique, ces centres donnent en définitive au public et aux médias une vision restreinte des technologies humaines, figée sur la signification culturelle, régionale et/ou ethnographique du patrimoine industriel, et ce dans un esprit passéiste. Les exploitations de nickel de Nouvelle-Calédonie sont, comme toutes les mines exploitées à ciel ouvert, des fosses impressionnantes pour le public. Dans les autres sites mondiaux de ce type qui ont été valorisés au plan touristique, l'objectif muséographique principal vise surtout à sensibiliser le public, d une part, au symbole d'une grandeur minière figée et révolue, et d autre part aux difficultés humaines de l exploitation minière. Cette vision noble, intéressante mais passéiste n'est pas du tout ce qui est voulu aujourd hui en Nouvelle-Calédonie, où l industrie du nickel est en plein essor. Dans un tel contexte, le projet néo-calédonien s inscrit dans une continuité certaine avec le passé, mais prend un caractère absolument original La maturation favorable des esprits en Nouvelle-Calédonie Lorsque a démarré l étude qui fait l objet du présent rapport, le terrain en Nouvelle- Calédonie était déjà bien «préparé», et les esprits «murs». En effet, plusieurs acteurs locaux du patrimoine avaient déjà conçu tour à tour de petites expositions, rassemblé des collections géologiques, et milité avec plus ou moins de succès pour leur conservation et leur mise en valeur dans un site adapté. Luc Chevalier (qui a tenu le premier poste de conservateur du Musée de la Nouvelle- 20 BRGM-RP FR Rapport final

22 Calédonie) est de ce petit nombre de convaincus de la première heure (Chevalier 1990). Il faut également citer Pierre Jegat, Christian Habault et Jean-Sébastien Baille qui ont monté un premier musée au Service des Mines et consacré tout leur enthousiasme à la préservation et à la rénovation de ses collections. A Thio, les cadres de la SLN et de la commune se sont mobilisés depuis 1995 (Georges Miret, Maurice Fers, Sylvain Meuret, Gaston Tamaï, Yannick Kaddour et bien d autres). Ils ont constitué une association du «musée de la mine SLN de Thio» et rassemblé dans l ancienne habitation du chef de la mine de Thio une exposition de scénographie astucieuse mais hélas bien modeste qui regorge de documents inestimables. La commune et la Province Sud soutiennent cette opération. Sur le site de l ancienne mine de chrome de Tiébaghi et à Koumac, une association s est constituée pour la restauration du village minier et la valorisation des documents et machines conservées (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Minier et Historique du Nord Calédonien). Elle est soutenue par la Commune et par la Province Nord, et animée par une poignée de «mordus» notamment son président Henri Reuillard et l ancien chef géologue de la société Chromical (INCO) Christian Tessarolo. Les réalisations sont déjà spectaculaires par rapport aux faibles moyens financiers dont ces bénévoles disposent. A la SLN, le service géologique a naturellement acquis une connaissance approfondie de la géologie du nickel. Sous l impulsion de Bernard Pelletier et quelques autres géologues passionnés de communiquer, des collections de référence et des produits de vulgarisation ont été réalisés (livres, présentation audiovisuelle), et des visites guidées de sites miniers sont organisées. Enfin, dans les milieux universitaires, des savants de renommée internationale ayant longtemps travaillé dans l île, comme Jacques Avias et Pierre Routhier, ont toujours milité pour la préservation des collections de référence sur place. Celles qui avaient été constituées par Jacques Avias viennent d être localisées en métropole. L IRD et le BRGM s efforcent de trouver une solution pour les rapatrier. Enfin, plus récemment, P. Maurizot (BRGM) a obtenu l'accord de principe des géologues néozélandais ayant travaillé en Nouvelle-Calédonie (Institute of Geology and Nuclear Science, équivalent d'un Geological Survey de Nouvelle-Zélande, et Laboratoire de géologie de l'université d Auckland) pour la récupération des collections notamment des fossiles. Au sein de la Province Sud, la Direction de la culture et les services du patrimoine ont inventorié différents sites miniers à préserver, notamment la mine de fer dite des Japonais à Goro. Ils ont fait paraître dès 1990 des textes réglementaires en vue de les protéger. En outre, l article 39 de la loi organique de la Nouvelle-Calédonie a mis en place des dispositions extrêmement favorables au projet. Elle a prévu le lancement d un Schéma de Mise en Valeur des Richesses Minières (SMVRM). Son avant-projet a été achevé le 14 novembre Il comprend plusieurs volets (environnemental, fiscal, industriel, BRGM-RP FR Rapport final 21

23 réglementaire ; visibilité du secteur public). Une fiche sur le projet de musée minier (préparée par Pierre Jegat) lui a été adjointe. La discussion de ce schéma a commencé avec les Présidents de Provinces, et une synthèse sera présentée devant le Congrès qui dimensionnera l avenir du pays pour les prochaînes décennies. En outre, un projet de pôle de recherche sur le nickel a été déposé. Il a reçu le label de Centre National de la Recherche et de la Technologie pour le Nickel et l Environnement (CNRT-NE). Il comporte un sous-projet «musée de la mine». Ce Centre sera supervisé collégiallement par l Etat, la Nouvelle-Calédonie et l industrie minière. Le principe de son cofinancement par plusieurs donneurs d ordres a été retenu ; les montants sont en cours de discussion. Dans ce contexte institutionnel, l enquête qui a été lancée n a donc pas eu de difficulté à recueillir un concert d avis très favorables au projet. Par contre, il est vite apparu qu il fallait aider les personnes à mieux reformuler leurs souhaits. En effet, si le mot «musée» était sur toutes les lèvres, il était manifeste qu il recouvrait, d un interlocuteur à l autre, des objectifs à la fois nombreux et très divers. Il a donc fallu décortiquer la complexité (ou disons même la richesse) des différentes attentes. Les souhaits exprimés par les différents interlocuteurs peuvent donc être synthétisés comme suit, tout en les enrichissant par l expérience d autres sites mondiaux UN CONSENSUS DE BASE L enquête a abouti sans ambiguïté à quatre premiers résultats : - exprimer la motivation du projet en des termes dont chacun puisse reconnaître le bien-fondé et l utilité ; - définir les thématiques et les caractères du projet idéal ; - faire exprimer l ensemble des personnalités et organismes concernés par le patrimoine sur ces caractères et sur les objectifs qu ils pensent prioritaires ; faire de même avec les partenaires potentiels et les financeurs possibles du projet ; identifier les différents objectifs (culturels, identitaires, scientifiques, économiques et pédagogiques) qui peuvent constituer pour tous une assise commune ; - en déduire le type d organisation le plus adapté à ces objectifs et aux spécificités du pays, et la structure idoine pour l établissement et le succès du projet. Ces quatre premiers résultats constituent les fondamentaux du projet. Tout le monde s accorde sur cette base commune. C est pourquoi celle-ci constituera le tronc semblet il indiscutable (puisque consensuel) de l argumentaire à présenter aux pouvoirs publics, aux décideurs et aux bailleurs de fonds. 22 BRGM-RP FR Rapport final

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER Responsables : Université de Nice Sophia Antipolis - Monsieur Ricardo Gonzalez, Professeur d'histoire et Archéologie antiques. Lycée Technique de l Hôtellerie

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Objet de la consultation : Passation d'une commande pour prestation de services

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A.

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A. CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME ET LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A.) CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : Le Collège

Plus en détail

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault Préfecture de la région LR Direction Régionale des Affaires Culturelles Chambre de Commerce et d Industrie de Montpellier Chambre départementale des notaires de l Hérault Convention commune pour le développement

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Cahier des charges Création d un logo et de la charte graphique du Club INNÉ

Cahier des charges Création d un logo et de la charte graphique du Club INNÉ Cahier des charges Création d un logo et de la charte graphique du Club INNÉ GRANDDE : Mylène ROI-SANS-SAC, Chargée de Communication mylene.roisanssac@grandde.fr 06.95.17.37.60 1 1) Présentation du projet

Plus en détail

CHARTE. Conseils de QUARTIER

CHARTE. Conseils de QUARTIER CHARTE Conseils de QUARTIER SOMMAIRE PREAMBULE 3 CHARTE DES CONSEILS DE QUARTIER 5 I. Nombre et périmètre des conseils de quartier 5 II. Missions et fonctions des conseils de quartier 5 III. Durée du mandat

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM]

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] Entre La commune (ou autre collectivité) de [nom de la collectivité], propriétaire du site [nom du site] représentée par son maire

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie Programme Concerté Pluri-acteurs Algérie PHASE 2010-2012 PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UN PRODUIT AUDIO-VISUEL SUR JEUNESSE ET ENGAGEMENT CITOYEN I Rappel Le programme Joussour

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Présentation du rapport de stage effectué au Conseil Régional R d Aquitaine Février à Juillet 2013 Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Master professionnel: Economie et

Plus en détail

Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale

Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale Remarques générales sur les modifications effectuées par les services du SGG :

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

K1602 - Gestion de patrimoine culturel

K1602 - Gestion de patrimoine culturel Appellations Attaché / Attachée de conservation du patrimoine Chargé / Chargée d'études et d'inventaire patrimoine Conservateur / Conservatrice de musée Conservateur / Conservatrice des antiquités et objets

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

29 mars 2012. Support de correction : Grille d évaluation. Observations générales relatives à l évaluation des copies

29 mars 2012. Support de correction : Grille d évaluation. Observations générales relatives à l évaluation des copies 51 ème Concours National de la Commercialisation 29 mars 2012 Support de correction : Grille d évaluation Observations générales relatives à l évaluation des copies Le sujet du concours 2012 porte sur

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Systèmes informatiques Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE Communauté de communes de la haute vallée du Thoré Rue de la mairie 81240 Saint-Amans-Valtoret 05 63 97 98 08 CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication.

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication. Axe 1.1 : Création d une destination «Gironde» Action 1.1.1 : Lancement d une étude sur l image et le positionnement marketing de la Gironde La Gironde a des images, des sites touristiques Cependant, il

Plus en détail

Objet : Projet départemental «Objectif Rando»

Objet : Projet départemental «Objectif Rando» Evreux, le 20 octobre 2011 L Inspecteur d Académie Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale de l Eure à Mesdames et Messieurs les Directeurs des écoles maternelles et élémentaires

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Valorisation du patrimoine religieux de Camargue

Valorisation du patrimoine religieux de Camargue Valorisation du patrimoine religieux de Camargue CAHIER DES CHARGES Maître d ouvrage : Parc naturel régional de Camargue Mas du Pont de Rousty 13 200 ARLES 1 Contexte 2 Objectifs 3 Contenu de l'étude 4

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1

Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1 Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1 L appel à projets «Utopies réalistes» correspond à une aide financière et technique du Parc naturel régional

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Décret n o 2011-2008 du 28 décembre 2011 modifiant le décret n o 2006-1388 du 16 novembre 2006 portant création

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA PROCÉDURE DE VALIDATION D ACQUIS DE L EXPÉRIENCE POUR L ACCÈS AUX QUALIFICATIONS FÉDÉRALES

LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA PROCÉDURE DE VALIDATION D ACQUIS DE L EXPÉRIENCE POUR L ACCÈS AUX QUALIFICATIONS FÉDÉRALES Livret de présentation de la procédure de Validation d Acquis de l Expérience pour l accès aux qualifications fédérales. PARTIE 1 du dossier : RECEVABILITE PARTIE 2 du dossier : ANALYSE DE L EXPERIENCE

Plus en détail

Le concours scolaire «carnet de voyage» de l école à l université organisé par le CRDP de l académie de Clermont-Ferrand.

Le concours scolaire «carnet de voyage» de l école à l université organisé par le CRDP de l académie de Clermont-Ferrand. Le concours scolaire «carnet de voyage» de l école à l université organisé par le CRDP de l académie de Clermont-Ferrand. Le CRDP de l académie de Clermont-Ferrand profite du temps fort qu est le rendez-vous

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

15 et 16 avril 2014, Caen

15 et 16 avril 2014, Caen Les acteurs normands du numérique se mobilisent pour le développement de leur territoire 15 et 16 avril 2014, Caen Le Club TIC de Normandie invite ses partenaires institutionnels, associatifs, académiques

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 21 2. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES La gestion des ressources humaines a pour objectif de mettre l institution en mesure de réaliser au mieux ses choix stratégiques dans un environnement en mutation.

Plus en détail

PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE SEMINAIRE DE FORMATION A L ATTENTION DES DIRECTEURS GENERAUX DES CENTRALES D ACHATS MEMBRES DE L ACAME

PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE SEMINAIRE DE FORMATION A L ATTENTION DES DIRECTEURS GENERAUX DES CENTRALES D ACHATS MEMBRES DE L ACAME Association Africaine des Centrales d Achats de Médicaments Essentiels 01 BP 4877 Ouagadougou Burkina Faso Tel : 226 50 37 91 75 Fax : 226 50 37 37 57 Contact@acame.org PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous?

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Philippe Bourke, Directeur général du RNCREQ Antoine Verville, Directeur général adjoint du ROBVQ 3e Forum national sur les lacs Mont-Tremblant,

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail