Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie"

Transcription

1 Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie Rapport final BRGM/RP FR Juillet 2005

2 Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie Rapport final BRGM/RP FR juillet 2005 Étude réalisée dans le cadre des opérations de Service public du BRGM 2004 GEO D 022 J. Féraud, P. Maurizot avec la collaboration de J.S. Baille

3 Mots clés : Nickel, Chrome, Plomb, Zinc, Fer, Antimoine, Or, Latérite, Péridotite, Serpentine, Musée, Mine, Patrimoine géologique, Patrimoine minier, Archéologie, Réaménagement, Revégétalisation, Nouvelle-Calédonie, Province Nord, Province Sud, Nouméa, Mont-Dore, Tiébaghi, Thio, Yaté, Goro. En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : Féraud J., Maurizot P., avec la collab. de Baille J.S. (2005) Avant-projet sommaire de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie. Rapport BRGM RP FR, 100 p., 4 tabl., 13 phot., 2 annexes. BRGM, 2005, ce document ne peut être reproduit en totalité ou en partie sans l autorisation expresse du BRGM.

4 Synthèse A la demande de la Direction de l Industrie, des Mines et de l Energie de Nouvelle- Calédonie, l avant projet sommaire (APS) de la réalisation d un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie a été réalisé par le BRGM. Le financement a été assuré à 50/50 par le Gouvernement de Nouvelle-Calédonie et par la dotation de service public du BRGM. Cette étude a été l occasion d une large concertation sur place. Quasiment tous les acteurs se sont exprimés pour la création d un «parc» minier, «parc mondial du nickel» ou «parc géominier de la Nouvelle-Calédonie», c est-à-dire pour un réseau de musées de site animé par un noyau central, sur le modèle de ceux qui sont lancés actuellement dans plusieurs districts miniers célèbres du monde, notamment sous l égide de l UNESCO. Un consensus a été exprimé pour défendre des objectifs précis : Valoriser l image de la profession minière à travers une mise en exergue de son rôle passé, actuel et futur dans le patrimoine identitaire de la Nouvelle-Calédonie. Développer chez le public sens critique et éco-citoyenneté, illustrer les principes et la mise en pratique au quotidien du développement durable. Conserver et valoriser des «collections». Eveiller les jeunes néo-calédoniens à la technologie et à la science. Développer le tourisme culturel et donc les emplois et l économie. Favoriser la production de travaux scientifiques, historiques, archéologiques ou sociologiques de pointe sur le patrimoine minier. Etre le lieu d activités de promotion locale et circum-pacifique à caractère occasionnel, tour à tour scientifique ou ludique. Il est demandé que le site central crée le réseau du parc minier en irriguant les sites muséologiques déjà existants (Tiébaghi, Thio, mine des Japonais à Goro etc.) ; il aura la mission de leur apporter son soutien sous la forme de : - mise en réseau Intranet ; - publicité sur un site Internet commun ; - appuis muséographiques ; - fourniture d expositions fixes ou temporaires (itinérantes). BRGM-RP FR Rapport final 3

5 Concrêtement, l APS retient donc l hypothèse de la réalisation d un réseau virtuel (Intranet, Internet) qui comporterait un «musée de site» central, chargé d animer tout le réseau et installé sur le terrain d une ancienne mine de nickel qui serait cédé au franc symbolique. Sur ce site, qui comprendrait un espace d exposition d engins à ciel ouvert, un édifice en béton serait à bâtir et à équiper muséographiquement. La qualité de ses prestations serait conforme aux standards en vigueur pour les établissements muséologiques de ce type et de ce rang, international. Deux options de muséographie et de scénographie sont proposées et décrites en détail, l une (optimum) où la surface du bâtiment central serait de 7000 m 2 et l autre où (suite aux contraintes financières) elle serait réduite à 3780 (au moins dans une première étape). En conclusion, et sous réserve d un approfondissement des calculs lors de l avant projet détaillé, un investissement de l ordre de 10 à 12 millions d euros ttc semble à prévoir pour la première, 5 millions pour la seconde. Ce coût comprend le gros œuvre, le second œuvre et les équipements muséographiques. Il correspond à un prix de 1500 à 1700 euros ttc au mètre carré équipé. Toutes les surfaces intermédiaires sont envisageables. Si les contraintes de budget l exigent, la surface bâtie et les prestations peuvent être aménagées lors de l Avant Projet Détaillé (APD) mais il est déconseillé de descendre en dessous de 3000 m 2. Pour un site de 7000 m 2 bâtis, on peut envisager un personnel permanent de 4 personnes. Le coût de fonctionnement standard pourrait-être de l ordre de 10 % de l investissement initial, soit (option maximaliste) de 1,2 millions d euros ou (option minimaliste) de euros. Avec visiteurs espérés par an, l autofinancement de l option maximaliste serait atteint si le billet d entrée se vend au prix de 6 euros, ce qui paraît une moyenne raisonnable entre le tarif scolaires et le tarif adultes. 4 BRGM-RP FR Rapport final

6 Sommaire 1. Cadre et objectif du projet LE CADRE HISTORIQUE ET MINIER, MONDIAL ET REGIONAL LE CADRE CONTRACTUEL DU PROJET LES OBJECTIFS FIXES Moyens mis en œuvre et travaux effectués MOYENS MIS EN ŒUVRE TRAVAUX EFFECTUES PERSONNES RENCONTREES Résultat de l enquête sur les objectifs, l appellation et la structure du projet UN TERRAIN DEJA PREPARE Le contexte mondial extrêmement favorable La maturation favorable des esprits en Nouvelle-Calédonie UN CONSENSUS DE BASE La motivation du projet Les thématiques et caractères du projet idéal Les 6 objectifs reconnus par tous...25 BRGM-RP FR Rapport final 5

7 3.3. L APPELLATION PROPOSEE LA STRUCTURE PROPOSEE Un réseau de type Parc minier ou Géoparc minier Les désavantages des parcs naturels et des réserves naturelles La cueillette des minéraux Quel public viser? LES PUBLICS TRADITIONNELLEMENT VISES La clientèle des musées La clientèle du tourisme géologique de plein air LE PUBLIC VISE EN NOUVELLE-CALEDONIE Le public scolaire Le public calédonien Qu il y en ait pour tous les goûts Les touristes Résultat de l enquête sur l implantation, le dimensionnement, le statut et le financement du projet IMPLANTATIONS PROPOSEES, LEURS AVANTAGES ET INCONVENIENTS, LES ACTIONS A Y ENTREPRENDRE Nouméa Thio Tiébaghi Les mines du Diahot, Pilou, Balade etc Les mines de nickel de Païta/Dumbéa à l Ouest de Nouméa Le massif du Mont-Dore BRGM-RP FR Rapport final

8 La mine de fer des Japonais à Goro A QUELLE TAILLE PRETENDRE POUR LE PROJET? COMBIEN DE VISITEURS? La surface bâtie idéale La fréquentation probable STATUT PROPOSE EPIC? Syndicat mixte? Association? Un EPCC? Label des musées de France? COMITE DE PILOTAGE ET COMITE SCIENTIFIQUE FINANCEMENT DU PROJET : DISCUSSION DES SOLUTIONS AVANCEES61 6. Avant-projet sommaire de la muséographie proposée pour le site central ORGANISATION GENERALE RECOMMANDEE REALISATION DU SITE INTRANET ET DU SITE INTERNET DU PARC MINIER REALISATION DES ITINERAIRES DE DECOUVERTE PEDESTRE ORGANISATION DU BATIMENT CENTRAL, MISE EN ESPACE DE LA MUSEOGRAPHIE L entresol : le «ventre dur» de l établissement Le rez-de-chaussée Le 1 er étage : un espacé dédié à la curiosité de l homme pour le minéral73 BRGM-RP FR Rapport final 7

9 Le 2 ème étage : un espace dédié à la valorisation des richesses de la Terre (dans la perspective développement durable) L aire d exposition des «monstres» La fabrication progressive des vitrines Acquisition des droits de reproduction, copyright Montrer les originaux ou des copies? La cueillette de minéraux et la vente en boutique Constitution du réseau, appui aux autres sites Coûts et emplois Conclusions Bibliographie Liste des illustrations Tableau 1 Les objectifs consensuels recueillis auprès des personnes interrogées pour la création du musée Tableau 2 - Bâtiment central: répartition des espaces, option maximaliste Tableau 3 - Bâtiment central: répartition des espaces, option minimaliste Tableau 4 Quelques clés pour réussir la scénographie d un musée des sciences naturelles (inspiré du site Internet 2005 du nouveau Museum de Toulouse, avec quelques ajouts) Photo 1 - Le musée minier de Thio Photo 2 - Intérieur d'une des salles du musée minier de Thio Photo 3 - Tiébaghi: le Cratère au sommet de la mine de chromite Photo 4 - Tiébaghi: aperçu partiel du village minier et du panorama époustouflant sur le Nord Photo 5 - Les rives romantiques de La Coulée; au fond, le massif du Mont Dore Photo 6 - Vue depuis le massif du Mont Dore vers l'est Photo 7 - Vue depuis le sommet du Mont Dore vers le Sud; au premier plan, chicots karstiques de péridotite piègeant une poche de latérite BRGM-RP FR Rapport final

10 Photo 8 - Bas de la piste d'accès au massif du Mont Dore: exemple de panneau explicatif...67 Photo 9 - Vue depuis le sommet du Mont Dore vers l'épaulement nord qui pourrait supporter le bâtiment du parc...69 Photo 10 - La salle "phare" : y faire ressentir le gigantisme, la beauté, le génie...71 Photo 11 - Mont Dore: trou de cobaleur au nord du sommet du massif...78 Photo 12 - Minerai garniéritique à haute teneur...84 Photo 13 - L'extraordinaire flore des Massifs Miniers est le cadre idéal pour montrer au public les techniques de revégétalisation (ici, le massif du Mont Dore)...87 BRGM-RP FR Rapport final 9

11 Liste des annexes Annexe 1. Comparaison avec quelques musées Annexe 2. Catalogue sommaire des fonds documentaires ou muséographiques existants ou à rechercher BRGM-RP FR Rapport final

12 1. Cadre et objectif du projet 1.1. LE CADRE HISTORIQUE ET MINIER, MONDIAL ET REGIONAL Il est banal de dire que la Nouvelle-Calédonie a une histoire fortement marquée par l activité minière. L histoire minière du pays est rapportée dans différents ouvrages et sites Internet. Au plan international, le Nickel fait de l île un important point de mire. Au plan régional, c est le symbole le plus fort de la spécificité néo-calédonienne et probablement l'une des clés de son destin. Au plan local enfin, les mines de nickel sont encore actives et en plein essor. Elles sont intégrées dans le tissu historique et sociétal du terroir néo-calédonien. Paradoxalement il n existe cependant pas de musée de la mine en Nouvelle- Calédonie, alors qu il y a un musée de la marine et un aquarium des espèces marines. Les quelques établissements ou expositions qui traitent de la mine restent encore assez confidentiels, ont des implantations locales éloignées (Thio, Tiébaghi entre autres) de Nouméa, première destination des touristes, et font l'objet d'une exploitation basée sur le bénévolat. La réalisation d'un musée de la mine du Nickel a été inscrite au programme du Centre de Recherche et de Technologie pour le Nickel et l Environnement, dont l objectif est de doter la Nouvelle-Calédonie d un «outil scientifique» performant pour étudier et comprendre la thématique «Nickel» dans toute sa diversité et complexité. Il est donc tout à fait justifié de réaliser un établissement dont le double objectif serait de : - rappeler et sauvegarder l histoire minière de la Nouvelle-Calédonie, - créer un lieu de connaissance de la géologie et de la mine à but tant touristique que pédagogique LE CADRE CONTRACTUEL DU PROJET La Direction de l'industrie, des Mines et de l'energie de Nouvelle-Calédonie (DIMENC) a dans ses attributions en matière géologique et minière d'assurer la conservation de tous les documents, études, collections et archives ayant trait à l'activité géologique et minière. Elle est également conservateur de la collection minéralogique de la Nouvelle-Calédonie. Le BRGM, dans le cadre de ses missions de service public, soutient des actions concernant la valorisation du patrimoine BRGM-RP FR Rapport final 11

13 géologique et des anciens sites miniers. Sur ces bases, la Nouvelle-Calédonie et le BRGM ont convenu de réaliser l'étude d'un avant-projet sommaire (APS) de réalisation d'un musée de la mine en Nouvelle-Calédonie. Une convention a été signée à cet effet le 20 juillet 2004 (réf. n 3160-SGM/2098). Le travail a été cofinancé à 50/50 par le Gouvernement de Nouvelle-Calédonie (sur le chapitre Article 5/ de la ligne budgétaire du Service des Mines et de l Energie dans le Budget Primitif 2004) et par le BRGM (sur sa dotation de service public). Il a été inséré dans le programme des opérations de service public du BRGM sous le numéro de fiche PSP04NCL LES OBJECTIFS FIXES L'objectif était de rédiger le cahier des charges du contenu scientifique et pédagogique du projet. Ce cahier des charges serait un avant-projet sommaire chiffré, qui permettrait au(x) maître(s) d ouvrage d estimer l enveloppe financière qu il serait nécessaire de consacrer pour sa pleine réalisation et de démarcher les financements nécessaires à la réalisation concrète et complète du musée. Dans le détail, il devait : - comporter d abord un argumentaire reprenant les caractères du projet ; - cerner les différents objectifs culturels, identitaires, scientifiques, économiques et pédagogiques identifiés avec les personnalités et organismes consultés ; - identifier les partenaires potentiels du projet ; - définir la méthodologie de muséographie préconisée pour les atteindre et l organisation recommandée ; - fournir la description des différentes scénographies proposées, espace par espace, avec des éléments indicatifs pour permettre à l architecte et au muséographe de calculer par la suite le dimensionnement des installations (dimensions des salles d exposition souhaitables, volume des collections à mettre en valeur ou à stocker, etc.). Le cas échéant, un catalogue sommaire des différents fonds documentaires ou muséologiques existants (à exploiter) ou des sources iconographiques et autres (à rechercher) serait indiqué. Enfin, le cahier des charges comporterait un devis estimatif. En annexe, une liste indicative de musées de même type existants dans le monde serait fournie pour montrer la place qu occupera le projet néo-calédonien dans ce réseau et pour souligner son apport original. Ce cahier des charges constituerait donc la première phase d'un projet qui en comportera beaucoup d'autres. Cette étude ne comportait donc pas l'évaluation des 12 BRGM-RP FR Rapport final

14 postes tels que l architecture des bâtiments, les réseaux et les équipements muséographiques intérieurs ou de plein air. BRGM-RP FR Rapport final 13

15

16 2. Moyens mis en œuvre et travaux effectués 2.1. MOYENS MIS EN ŒUVRE Le BRGM a mis à disposition : - un expert de la valorisation du patrimoine géologique (J. Féraud) pour une mission en Nouvelle-Calédonie et pour le travail d enquête, de dimensionnement de la muséographie et de rédaction à Orléans ; - le géologue régional responsable de l antenne BRGM en Nouvelle-Calédonie (P. Maurizot) pour guider son collègue sur le terrain, le présenter aux différents acteurs du pays et le faire bénéficier de sa large expérience de la géologie et des mines de Nouvelle-Calédonie. En outre, le travail de dimensionnement de la muséographie et des coûts a bénéficié des conseils de M. Dominique Jammot, conservateur en exercice depuis 26 ans au Muséum d Orléans, établissement de conception moderne de 7000 m 2 qui reçoit visiteurs/an et qui sert de référence à de nombreux projets de musée actuellement en métropole. M. Jammot a été le concepteur et l artisan de la rénovation complète de ce musée qui a abouti en 1992 à le classer premier musée de province. Il est expert international en muséographie. Le BRGM a également bénéficié à Nouméa des conseils de diverses personnalités. Hormis les différents acteurs ou experts qui ont été rencontrés dans le cadre de l enquête (cf. chapitre suivant) une mention spéciale revient à Jean-Sébastien Baille, adjoint au Chef de la Section Mines et Carrières, responsable de la collection de minéralogie, qui a facilité les rendez-vous et fait bénéficier le BRGM de sa connaissance du sujet TRAVAUX EFFECTUES Les principales étapes du travail ont été : une mission d identification et d enquête, sur place en Nouvelle-Calédonie, auprès des acteurs du patrimoine minier, pour définir les objectifs et l organisation du projet de musée ; BRGM-RP FR Rapport final 15

17 des consultations et entretiens, à cette occasion, avec les autres intervenants potentiels : responsables du Gouvernement, de l'etat et des Provinces, chargés de l'industrie minière et des affaires culturelles ; responsables des communes susceptibles d'héberger le projet; responsable du CNRT Nickel et Environnement ; personnalités connues pour leur compétence ou leur expérience en la matière (profession minière, associations, experts) ; la visite des sites de musées existants (non géologiques) et de sites d'implantation potentiels aux environs de Nouméa ; une enquête de préfaisabilité, basée sur une analyse de type «points forts/points faibles» d autres musées miniers dans le monde ; une proposition de muséographie et de scénographie ; un chiffrage sommaire ; la rédaction du rapport PERSONNES RENCONTREES A la DIMENC (Direction de l Industrie, des Mines et de l Energie, Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie) : - Edouard de Pirey, Directeur ; - Pierre Jegat, chargé de mission du Gouvernement pour la rédaction du Schéma de Mise en Valeur des Ressources Minières ; - Jean-Sébastien Baille, adjoint au Chef de la Section Mines et Carrières, responsable de la collection de minéralogie ; - Yves Lafoy, responsable de la section géologie. Au Haut-Commissariat de la République : - Jean-Jacques Garnier, Chargé de Mission Affaires Culturelles. Au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie : - Charles Washetine, Chargé des secteurs Enseignement et Suivi des questions relatives à la recherche ; - Christian Habault, Chargé de mission secteurs Mines, Hydrocarbures et Télécommunications, conseiller de Didier Leroux Chargé de la Mine, du Tourisme et du Budget. A la Province Sud (Direction de la Culture) : - Françoise Fradet, Directrice ; - Isabelle Ohlen, Présidente de la commission Culture ; 16 BRGM-RP FR Rapport final

18 - Miguel Harbulot, Architecte chargé du patrimoine, responsable du secteur patrimoine historique et culturel. A l Union Européenne, direction régionalisée de la Commission Européenne : - Jean-Pierre Piérard, Chargé d Affaires. Dans la Profession minière : - Janine Décamp, Présidente du Syndicat des Industries de la Mine, également gérantassocié de la Société Minière Georges Montagnat ; - Bernard Pelletier, Société Le Nickel-SLN, Chef du département Géologie-Sondages et Chargé de mission Revégétalisation-Biodiversité ; - Christian Tessarolo, Chef-géologue, INCO ; - Jean-François Sauvage, ancien chef de la Division Géologie et Economie Minière de la DIMENC. A l Institut de Recherche pour le Développement (IRD) : - Fabrice Colin, Directeur du Centre de Nouvelle Calédonie et Délégué pour le Pacifique Sud, auteur du projet de «Centre National de Recherche et Technologie» dont un sous-projet est le «Musée de la Mine de Nouvelle Calédonie». Dans les musées culturels et les associations du thème patrimoine minier : - Gaston Tamaï (agent municipal) et Yannick Kaddour (SLN), Musée de la mine de Thio ; - Henri Reuillard et Christian Tessarolo, Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Minier et Historique du Nord-Calédonien, Koumac, Mine-village de Tiébaghi ; - Luc Chevalier, historien, auteur, ancien conservateur du Musée de la Nouvelle- Calédonie ; - Christophe Sand, archéologue, préhistorien, musée de Nouméa ; - le Musée de la Nouvelle Calédonie (ancien Musée Territorial : mais Mme Solange Néaoutyine, conservatrice, a finalement dû annuler notre rendez-vous) ; - le Parc Zoologique et Forestier (Nouméa) ; - le Centre Culturel Tjibaou : Octave Togna, Directeur Général, Emmanuel Kasarhérou, Directeur culturel. Par contre, il n a hélas pas été possible (pendant le trop bref séjour de l expert BRGM) de rencontrer le Professeur Vincent Cornuet et ses collègues de l Association Symbiose qui organisent notamment la Fête de la Science. A la Ville de Nouméa : - Anne Loste, Chargée de Mission Culture - Véronique Defrance, conservatrice du Musée de la Ville ; BRGM-RP FR Rapport final 17

19 A la Municipalité du Mont-Dore : - Jacques Clavel, Premier adjoint ; - Yves Magnier, ancien délégué du gouvernement pour la recherche et l industrie, conseiller municipal. 18 BRGM-RP FR Rapport final

20 3. Résultat de l enquête sur les objectifs, l appellation et la structure du projet 3.1. UN TERRAIN DEJA PREPARE Le projet n est pas «parachuté», mais il émerge au contraire grâce à la maturation propice des idées qui s est opérée ces dix dernières années, tant dans le monde qu en Nouvelle-Calédonie Le contexte mondial extrêmement favorable Depuis un peu moins d'une décennie, on assiste à l'éclosion dans le monde entier de centres dédiés à la mémoire minière. Elle coïncide avec la fermeture progressive à partir des années 60 en Europe des bassins miniers de fer et charbon et des complexes sidérurgiques, qui s'est ensuite généralisée à l'ensemble des mines métalliques. On peut y distinguer plusieurs approches. La plupart d'entre elles sont focalisée sur un site géographique et historique particulier. Les expériences de ce premier type sont soit centrées sur tout un bassin minier et/ou métallurgique (exemple écomusée du Creusot-Montceau les Mines), soit sur une mine particulière (exemples Rammelsberg, Almaden, Idria), soit sur un ouvrage minier individuel (par exemple sur le chevalement du puits d'une ancienne petite mine isolée en pleine montagne, que les collectivités ont décidé de préserver de la destruction et font visiter avec le petit musée attenant). Ce sont souvent des écomusées associant le patrimoine industriel à l'ethnographie locale. Parmi les centres les plus grands, il faut noter la place croissante donnée par l'unesco à la valorisation de sites classés au patrimoine de l'humanité et en particulier aux projets de Géoparcs (Sardaigne, Almadén, Idria, ceinture pyriteuse sud-ibérique, et à présent la Chine ). D'autres approches se déclinent par substances. On y distingue : - des centres dédiés dans un même lieu à la fois à une mine particulière et à une substance donnée (exemples : mine et fonderie de cuivre de Roros en Norvège, minemusée de Cap Garonne, Var et musée du Cuivre associé, Maison de l'antimoine à Massiac avec la mine de la Rodde d'ally toute proche, musée de l'argent à Freiberg) ; - des centres dédiés seulement à une substance particulière (Maison de l'or à Saint- Amand-Monrond, Musées du mercure d Almadén (Espagne) et d Idria (Slovénie), charbon au Centre Historique Minier de Lewarde dans le Nord-Pas-de-Calais, pierre de taille et marbres au National Stone Center de Wirksworth (UK) et à l Institut de la Pierre à Rodez). BRGM-RP FR Rapport final 19

21 D'autres approches beaucoup plus rares embrassent l'ensemble de la thématique industrie extractive (Deutsches Bergbau Museum à Bochum, département mine du Deutsches Museum à Munich). Certaines sont au contraire centrées sur une technologie particulière (Musée de la lampisterie minière à Saint-Etienne ou celui du Grand Hornu en Belgique) ou plus classiquement sur la mise en valeur muséographique de collections d'échantillons toutes substances confondues (musées de minéralogie de Paris et des autres capitales, musées de sciences naturelles et collections grand public de certains organismes ou laboratoires universitaires de Province). Dans ces différents centres, les technologies qui sont mises en œuvre par l'industrie minérale sont l'objet d'une part importante de la muséographie. Mais il n'existe guère dans le monde de centres dédiés à une industrie extractive «en plein boom» et à l avenir de la prospection des richesses minérales de la Terre. Dans leur majorité, les centres existants ont pour seuls objectifs de préserver et transmettre la mémoire des techniques passées. Bien peu ont une fonction d'éveil ou d'éducation prospective du public sur les techniques high tech actuelles et encore moins sur celles du futur. C'est pourquoi malgré toute leur pertinence, malgré l'ingéniosité des muséographies mises en œuvre et leur immense attrait touristique, ces centres donnent en définitive au public et aux médias une vision restreinte des technologies humaines, figée sur la signification culturelle, régionale et/ou ethnographique du patrimoine industriel, et ce dans un esprit passéiste. Les exploitations de nickel de Nouvelle-Calédonie sont, comme toutes les mines exploitées à ciel ouvert, des fosses impressionnantes pour le public. Dans les autres sites mondiaux de ce type qui ont été valorisés au plan touristique, l'objectif muséographique principal vise surtout à sensibiliser le public, d une part, au symbole d'une grandeur minière figée et révolue, et d autre part aux difficultés humaines de l exploitation minière. Cette vision noble, intéressante mais passéiste n'est pas du tout ce qui est voulu aujourd hui en Nouvelle-Calédonie, où l industrie du nickel est en plein essor. Dans un tel contexte, le projet néo-calédonien s inscrit dans une continuité certaine avec le passé, mais prend un caractère absolument original La maturation favorable des esprits en Nouvelle-Calédonie Lorsque a démarré l étude qui fait l objet du présent rapport, le terrain en Nouvelle- Calédonie était déjà bien «préparé», et les esprits «murs». En effet, plusieurs acteurs locaux du patrimoine avaient déjà conçu tour à tour de petites expositions, rassemblé des collections géologiques, et milité avec plus ou moins de succès pour leur conservation et leur mise en valeur dans un site adapté. Luc Chevalier (qui a tenu le premier poste de conservateur du Musée de la Nouvelle- 20 BRGM-RP FR Rapport final

22 Calédonie) est de ce petit nombre de convaincus de la première heure (Chevalier 1990). Il faut également citer Pierre Jegat, Christian Habault et Jean-Sébastien Baille qui ont monté un premier musée au Service des Mines et consacré tout leur enthousiasme à la préservation et à la rénovation de ses collections. A Thio, les cadres de la SLN et de la commune se sont mobilisés depuis 1995 (Georges Miret, Maurice Fers, Sylvain Meuret, Gaston Tamaï, Yannick Kaddour et bien d autres). Ils ont constitué une association du «musée de la mine SLN de Thio» et rassemblé dans l ancienne habitation du chef de la mine de Thio une exposition de scénographie astucieuse mais hélas bien modeste qui regorge de documents inestimables. La commune et la Province Sud soutiennent cette opération. Sur le site de l ancienne mine de chrome de Tiébaghi et à Koumac, une association s est constituée pour la restauration du village minier et la valorisation des documents et machines conservées (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Minier et Historique du Nord Calédonien). Elle est soutenue par la Commune et par la Province Nord, et animée par une poignée de «mordus» notamment son président Henri Reuillard et l ancien chef géologue de la société Chromical (INCO) Christian Tessarolo. Les réalisations sont déjà spectaculaires par rapport aux faibles moyens financiers dont ces bénévoles disposent. A la SLN, le service géologique a naturellement acquis une connaissance approfondie de la géologie du nickel. Sous l impulsion de Bernard Pelletier et quelques autres géologues passionnés de communiquer, des collections de référence et des produits de vulgarisation ont été réalisés (livres, présentation audiovisuelle), et des visites guidées de sites miniers sont organisées. Enfin, dans les milieux universitaires, des savants de renommée internationale ayant longtemps travaillé dans l île, comme Jacques Avias et Pierre Routhier, ont toujours milité pour la préservation des collections de référence sur place. Celles qui avaient été constituées par Jacques Avias viennent d être localisées en métropole. L IRD et le BRGM s efforcent de trouver une solution pour les rapatrier. Enfin, plus récemment, P. Maurizot (BRGM) a obtenu l'accord de principe des géologues néozélandais ayant travaillé en Nouvelle-Calédonie (Institute of Geology and Nuclear Science, équivalent d'un Geological Survey de Nouvelle-Zélande, et Laboratoire de géologie de l'université d Auckland) pour la récupération des collections notamment des fossiles. Au sein de la Province Sud, la Direction de la culture et les services du patrimoine ont inventorié différents sites miniers à préserver, notamment la mine de fer dite des Japonais à Goro. Ils ont fait paraître dès 1990 des textes réglementaires en vue de les protéger. En outre, l article 39 de la loi organique de la Nouvelle-Calédonie a mis en place des dispositions extrêmement favorables au projet. Elle a prévu le lancement d un Schéma de Mise en Valeur des Richesses Minières (SMVRM). Son avant-projet a été achevé le 14 novembre Il comprend plusieurs volets (environnemental, fiscal, industriel, BRGM-RP FR Rapport final 21

23 réglementaire ; visibilité du secteur public). Une fiche sur le projet de musée minier (préparée par Pierre Jegat) lui a été adjointe. La discussion de ce schéma a commencé avec les Présidents de Provinces, et une synthèse sera présentée devant le Congrès qui dimensionnera l avenir du pays pour les prochaînes décennies. En outre, un projet de pôle de recherche sur le nickel a été déposé. Il a reçu le label de Centre National de la Recherche et de la Technologie pour le Nickel et l Environnement (CNRT-NE). Il comporte un sous-projet «musée de la mine». Ce Centre sera supervisé collégiallement par l Etat, la Nouvelle-Calédonie et l industrie minière. Le principe de son cofinancement par plusieurs donneurs d ordres a été retenu ; les montants sont en cours de discussion. Dans ce contexte institutionnel, l enquête qui a été lancée n a donc pas eu de difficulté à recueillir un concert d avis très favorables au projet. Par contre, il est vite apparu qu il fallait aider les personnes à mieux reformuler leurs souhaits. En effet, si le mot «musée» était sur toutes les lèvres, il était manifeste qu il recouvrait, d un interlocuteur à l autre, des objectifs à la fois nombreux et très divers. Il a donc fallu décortiquer la complexité (ou disons même la richesse) des différentes attentes. Les souhaits exprimés par les différents interlocuteurs peuvent donc être synthétisés comme suit, tout en les enrichissant par l expérience d autres sites mondiaux UN CONSENSUS DE BASE L enquête a abouti sans ambiguïté à quatre premiers résultats : - exprimer la motivation du projet en des termes dont chacun puisse reconnaître le bien-fondé et l utilité ; - définir les thématiques et les caractères du projet idéal ; - faire exprimer l ensemble des personnalités et organismes concernés par le patrimoine sur ces caractères et sur les objectifs qu ils pensent prioritaires ; faire de même avec les partenaires potentiels et les financeurs possibles du projet ; identifier les différents objectifs (culturels, identitaires, scientifiques, économiques et pédagogiques) qui peuvent constituer pour tous une assise commune ; - en déduire le type d organisation le plus adapté à ces objectifs et aux spécificités du pays, et la structure idoine pour l établissement et le succès du projet. Ces quatre premiers résultats constituent les fondamentaux du projet. Tout le monde s accorde sur cette base commune. C est pourquoi celle-ci constituera le tronc semblet il indiscutable (puisque consensuel) de l argumentaire à présenter aux pouvoirs publics, aux décideurs et aux bailleurs de fonds. 22 BRGM-RP FR Rapport final

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE Sommaire La légende ASSE Page 3 Le Musée en chiffres Page 4 Le Musée en bref Page 4 7 salles d exposition Pages 5 et 6 Conseil général de la Loire Page 7 Saint-Étienne

Plus en détail

K1602 - Gestion de patrimoine culturel

K1602 - Gestion de patrimoine culturel Appellations Attaché / Attachée de conservation du patrimoine Chargé / Chargée d'études et d'inventaire patrimoine Conservateur / Conservatrice de musée Conservateur / Conservatrice des antiquités et objets

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant propos :

SOMMAIRE. Avant propos : Années 2013-2016 SOMMAIRE 1. Contexte Etat des lieux Le collège Henri HIRO son environnement, ses élèves, ses enseignants Son CDI Les objectifs prioritaires du collège Henri HIRO Fonds documentaire et

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Les objectifs de Rennes Métropole

Les objectifs de Rennes Métropole 12 Décembre 2012 Les objectifs de Rennes Métropole Se doter d une fonction métropolitaine nouvelle pour : Renforcer son attractivité internationale - favoriser le développement économique culturel et social

Plus en détail

SCIENCE-ACTUALITÉS. Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France

SCIENCE-ACTUALITÉS. Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France SCIENCE-ACTUALITÉS Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France Rappel historique La salle Science-Actualités a été inaugurée

Plus en détail

Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée. Productions La Châtre le 22 janvier 2013

Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée. Productions La Châtre le 22 janvier 2013 Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée Productions La Châtre le 22 janvier 2013 1- Transport participatif 2 2- Pôle de création «Georges Sound» 3 3- S ouvrir au monde par la Visioconférence

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle Sentiers pédestres Nous avons la chance d avoir sur notre territoire, la présence du sentier national. Ce sentier qui traverse tout le Canada a été initié par Douglas Campbell de Calgary en 1971. Au Québec,

Plus en détail

Un lieu d exception pour vos événements

Un lieu d exception pour vos événements Un lieu d exception pour vos événements Au cœur de Paris, dans un cadre hors du commun, le Jeu de Paume vous accueille pour organiser, en dehors des horaires d'ouverture au public, vos petits déjeuners,

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 15 décembre

Compte rendu de la réunion du 15 décembre Compte rendu de la réunion du 15 décembre Nombre de présents : 23 personnes, dont : Correspondants régionaux 6 Présidents de CDTE 6 Permanents 4 Présidents de CRTE 3 Autres 3 Objectifs de la réunion: -

Plus en détail

Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013.

Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013. Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013. Contact presse : Julie LECOEUR Responsable Communication 05 47 81 70 14 communication@cc-mimizan.fr

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences.

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. LES NOTES D ALTAÏR L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. Altair Think tank culture médias interpelle les parlementaires afin qu ils prennent le temps de la réflexion

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Réalisation d une étude sur le Tourisme d affaires* en Normandie. Appel à concurrence pour la sous-traitance de prestations de services

Réalisation d une étude sur le Tourisme d affaires* en Normandie. Appel à concurrence pour la sous-traitance de prestations de services Comité Régional de Tourisme de Normandie 14, rue Charles Corbeau F27000 EVREUX Tel. 02 32 33 79 00 Télécopie : 02 32 31 19 04 Site Internet : www.normandietourisme.fr Site professionnel : www.pronormandietourisme.com

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

La diversification agricole en Camargue

La diversification agricole en Camargue La diversification agricole en Camargue Agritourisme, circuits-courts et démarche qualité Capucine SER, chargée de mission tourisme durable au Parc naturel régional de Camargue Contexte, définition et

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois LISTE DES RÈGLES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois LISTE DES RÈGLES LISTE DES RÈGLES 01 - ADMINISTRATION ADMINISTRATION - GÉNÉRALITÉS 01.01 Document définitif - Fichier informatique 01.02 Document mis à jour - Fichier informatique 01.03 Document préparatoire, document

Plus en détail

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée I. Contexte La République de Guinée est aujourd hui engagée sur la voie de la transparence et de la bonne gouvernance pour

Plus en détail

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa.

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa. MÉMOIRE DE LA SOCIÉTÉ D'HISTOIRE DE L'OUTAOUAIS SOUMIS À LA SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME SUR L AVENIR DU CENTRE-VILLE DE GATINEAU GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007 Société d=histoire

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

29 mars 2012. Support de correction : Grille d évaluation. Observations générales relatives à l évaluation des copies

29 mars 2012. Support de correction : Grille d évaluation. Observations générales relatives à l évaluation des copies 51 ème Concours National de la Commercialisation 29 mars 2012 Support de correction : Grille d évaluation Observations générales relatives à l évaluation des copies Le sujet du concours 2012 porte sur

Plus en détail

FORUM KREYOL FASHION DAYS 2015

FORUM KREYOL FASHION DAYS 2015 FORUM KREYOL FASHION DAYS 2015 PROGRAMME MARDI 2 JUIN INAUGURATION OFFICIELLE Pavillon de la Ville de Pointe-à-Pitre Vernissage de l exposition internationale de photographies KFD 2015 MERCREDI 3 JUIN

Plus en détail

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE La mise en place d une politique d archivage offre des solutions pour assurer une gestion pérenne des archives. Ce guide de procédure doit : - servir de base

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

NOUVEL AVION, NOUVELLE LIVRÉE, AIRCALIN S HABILLE AUX COULEURS DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE!

NOUVEL AVION, NOUVELLE LIVRÉE, AIRCALIN S HABILLE AUX COULEURS DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE! I N F O R M A T I O N P R E S S E Nouméa, le 1 er juillet 2014 NOUVEL AVION, NOUVELLE LIVRÉE, AIRCALIN S HABILLE AUX COULEURS DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE! 0 Dans le cadre du développement de son réseau régional,

Plus en détail

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une Nouvelle Calédonie La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une souveraineté sur un territoire si loin

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative.

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. L association présente un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. SOMMAIRE La présentation de l aventure Le schéma du projet Nos

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL N 1/2015 le 4 février 2015 Concerne : Demande de crédit de Fr. 451'000.-- pour l organisation d un concours en vue de la rénovation

Plus en détail

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana www.numerikdays.com 1. Le constat 2. Les «NumerikDays» à l initiative du CNID 3. Nos ambitions 4. Une nouvelle façon d apprendre «Innovation pédagogique» 5.

Plus en détail

Créations et réalisations graphiques pour l Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole Cahier des charges

Créations et réalisations graphiques pour l Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole Cahier des charges Créations et réalisations graphiques pour l Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole Cahier des charges Août 2014 I. Contexte de la demande a. Présentation de l Agence de développement

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants

Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants Communiqué de presse A Iloni, le 03/09/2015 Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants 1 soirée, 2 thèmes : la charte d approche des mammifères marins et le réseau d observateurs C est

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» GAAV (version 1.0) un logiciel de gestion d archives

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC Pour l'exploitation du Parc des expositions de la Beaujoire RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DU SERVICE DELEGUE 1 er juin 2010

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris Descartes. Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516

Rapport d'évaluation. de l'université Paris Descartes. Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516 de l'université Paris Descartes Mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage EP LOIRE Plateau collaboratif d échange Intranet / Internet du plan Loire grandeur nature 2007-2013 Note de cadrage est une SARL au capital de 15 244,90, N SIRET 410 711 626 00029, APE 721 Z 60, rue Benjamin

Plus en détail

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes PRESENTATION Depuis de nombreuses années, le ministère des affaires étrangères et européennes souhaitait réaliser

Plus en détail

APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN»

APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN» APPEL A PROJETS «ITINERAIRES DE DECOUVERTE DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN» La création d itinéraires thématiques qui permettent, sous une forme renouvelée, la découverte du vignoble alsacien et apportent une

Plus en détail

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Sommaire Edito Présentation du Welcome City Lab Le Welcome City Lab: les chiffres Paris&CO La nouvelle promotion de startups L état rentre

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS ATELIER N 1 «STRATÉGIE TERRITORIALE ET AMÉNAGEMENT» Animateur des ateliers thématiques

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

PORT CROS : FORT DE L EMINENCE

PORT CROS : FORT DE L EMINENCE PORT CROS : FORT DE L EMINENCE Le mot du directeur Le Fort de l Eminence est le cadre idéal pour découvrir l île de Port-Cros, sa faune et sa flore préservée. Les séjours scolaires peuvent y être organisés

Plus en détail

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009 Lettre d information n 9 1 er octobre 2009 1. Des nouvelles du Pérou Installés depuis deux mois à Quiparacra, un village situé au milieu des Andes péruviennes, trois volontaires de l association GreenBees

Plus en détail

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS Alexandre GRIVEAU Mathieu GROLEAU IUP 2 Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS 2.1) brève présentation- description des trois sites 2.1.1) musée de la révolution

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

COMPTE RENDU : Programme Leader 2007-2013 -Bilan et évaluation

COMPTE RENDU : Programme Leader 2007-2013 -Bilan et évaluation COMPTE RENDU : Programme Leader 2007-2013 -Bilan et évaluation Lieu : Salle des fêtes de Rosnay Date : le 27 juin 2013 Présents M. DARNAULT (Commune de Rivarennes) Mme GUILLEMOT (Ecomusée) M. BURDIN (CPIE)

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

DIFFUSION DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE PAR ELECTRICITE DE FRANCE

DIFFUSION DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE PAR ELECTRICITE DE FRANCE DIFFUSION DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE PAR ELECTRICITE DE FRANCE Dominique Renou Direction de la Communication Électricité de France (EDF), Paris La diffusion de la culture scientifique et technique

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité.

Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité. Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité. Septembre 2011 Contact : Muriel LESAINT, chef de projet. muriel.lesaint@educagri.fr Tel : 03 84 87 21 06 Contenu

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Salon du Tourisme et des Loisirs

Salon du Tourisme et des Loisirs Salon du Tourisme et des Loisirs 16,17 et 18 avril 2010 Palais Régional Omnisports Georges Théolade Introduction Seule Région européenne sur le continent Sud américain, située sur le plateau des Guyanes

Plus en détail