COMPTE RENDU : Programme Leader Bilan et évaluation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE RENDU : Programme Leader 2007-2013 -Bilan et évaluation"

Transcription

1 COMPTE RENDU : Programme Leader Bilan et évaluation Lieu : Salle des fêtes de Rosnay Date : le 27 juin 2013 Présents M. DARNAULT (Commune de Rivarennes) Mme GUILLEMOT (Ecomusée) M. BURDIN (CPIE) M. ROY (Chambre d Agriculture) M. JACQUET (Commune de Lurais) M. SIMOULIN (Commune de St Gaultier) Mme COLIN (CAF) Mme MOREAU (FOL/RBIJ) Mme JARDIN (Cdc BVC) M. GOUDIN (PAIO) M. LALANGE (PNR B) M.MASSE (PNR B) Melle LEPERLIER (PNR B) Excusés M. CHANTEGUET (PNRB) M. PEYRIOT (PNRB) M. HOUSSIN (PNRB) M. LALANGE (PNRB) Mme GOMBERT (Région Centre) M. GOIZEL (Base de Plein Air) Mme CONSTANT (OT Le Blanc) Mme ZACHARIE (IBT) M. SANCHEZ (Eco-Logis du Berry) Point sur l ordre du jour Rappel de la stratégie de développement du GAL Bilan quantitatif de la mise en œuvre du programme jusqu en juin 2013 Bilan des entretiens auprès des porteurs de projets et membres du comité de programmation Echanges sur la programmation

2 1. Rappel de la stratégie de développement L animateur LEADER revient sur la stratégie de développement du GAL sur la période , et sur le contenu de la programmation, en reprenant les différents objectifs visés par fiches actions. Les caractéristiques du programme LEADER sont également rappelées à cette occasion. 2. Bilan de la mise en œuvre du programme LEADER Un bilan récapitulatif des opérations réalisées lors de cette programmation est présenté qui permet d illustrer la diversité des opérations mises en œuvre. 2.1 Bilan des réalisations 2

3 Un bilan quantitatif sur l avancement de la programmation et sa mise en œuvre est ensuite présenté. 3

4 2.2 Avancement général Points faibles -Un volet coopération encore en retard dans la mise en œuvre -Un décalage d environ 2 ans entre la programmation et la mise en paiement Points forts -Une programmation très avancée à 2 ans de la clôture du programme -Des mises en paiement qui rattrapent le profil de consommation idéale Question soulevée sur les crédits disponibles concernant la coopération, afin de savoir s ils peuvent encore être mobilisés. L animateur met en avant le fait que les délais de mise en œuvre des projets de coopération sont souvent plus longs que sur les autres opérations. Par conséquent, ces crédits seront difficilement mobilisables aujourd hui. Cependant, si nous avons à faire à un projet déjà «clés en mains», cela peut éventuellement être envisagé.. 4

5 2.3 Avancement par fiche action Points faibles -Une programmation très hétérogène avec une forte prédominance de l action n 1-4 actions restent sous-programmées Points forts -Toutes les actions ont été sollicitées, la stratégie retenue semble donc adaptée aux besoins du territoire -2 actions ont été sous-évaluées Questions soulevées : sur le principe de co-financement public, à savoir si ce dernier a empêché des dossiers de voir le jour, et si ce frein pourrait expliquer les actions sous-programmées. Pour limiter ces problèmes de co-financement sur certains dossiers, l animateur précise que le PNR de la Brenne s est positionné comme maître d ouvrage pour être en mesure de mobiliser plus facilement des co-financements. Cette stratégie a permis d assurer la réalisation des opérations qui pouvaient se trouver en difficulté quant à l obtention de financements LEADER. Un invité appuie le précédent discours, en indiquant que ce dispositif de co-financement est un réel frein quand on connaît le contexte financier dans lequel évoluent les collectivités. Question soulevée : pour savoir à quel degré la fiche action N 2 «Performance environnementale et sociale des entreprises» a été sollicitée, car certains invités semblent surpris que cette action soit peu mobilisée. 5

6 2.4 Typologie des maîtres d ouvrage Points faibles -Une faible proportion du FEADER mobilisée par les acteurs privés -Un nombre total de porteurs de projet très inférieur à la précédente programmation -Une mobilisation des communes et des Cdc relativement faible -Une très forte prépondérance du PNR de la Brenne Points forts -Malgré les difficultés de mobilisation du FEADER, 25% des opérations sont portés par des acteurs privés -Des acteurs privés représentés par le monde associatif Remarques apportées : plusieurs invités mettent en avant qu il serait intéressant de pouvoir comparer avec d autre GAL si ce constat de perte de maîtres d ouvrage privés est général ou propre au territoire. D autres reprennent en attestant que c est dû à un problème réglementaire, qui limite l accès à ce type de porteurs de projet. 6

7 Remarques apportées : Certains émettent le souhait qu une comparaison soit effectuée avec Leader+ pour identifier si l implication du Parc était aussi importante. Un invité souligne le fait que sous Leader + le nombre d opérations et de projets associatifs était plus important. L un des invités met en avant son impression, sur le fait que les acteurs mobilisés sous Leader + ont disparu. Complément d information : Suite à la demande d information exprimée par quelques participants, un rapide sondage auprès de plusieurs GAL de la Région Centre a permis d obtenir les indications suivantes : la diminution de la part des opérations portées par les acteurs publics par rapport à LEADER+ est constatée dans la plupart des GAL de la Région Centre qui ont porté les 2 programmes. % des opérations portées par les MO privés GAL LEADER+ LEADER Loire Nature Touraine 43% 11% Berry St Amandois 64% 33% Beauce Dunois 55% 45% PNRB 58% 22% Questions soulevées : Un invité s interroge sur le fait que le secteur privé ne soit représenté que par le monde associatif, en quoi cela est un point fort? Il est repris qu il est dommage que le monde associatif soit un représentant exclusif de ce secteur. D autres se questionnent sur quels types d acteurs privés peuvent être mobilisés, et comment ils peuvent être sensibilisés. Les entreprises sont alors mises en avant. Mais des invités insistent sur le fait que ce programme permet difficilement l accompagnement des opérations individuelles. Certains proposent que les actions soient donc configurées sur de l inter-entreprises. D autres soulèvent le fait que cette organisation/structuration nécessite un chef de file. Il est alors mis en avant que les Chambres consulaires ont un rôle à jouer en la matière, en se positionnant comme maître d ouvrage sur des opérations collectives que pourront mobiliser par la suite les entreprises. 7

8 2.5 Montant moyen et types de dépenses Points faibles -De nombreuses opérations comprenant des postes ont une pérennisation incertaine au-delà de la programmation -Quasi absence «des petits projets associatifs» Points forts -Une très forte proportion d actions d animation -Peu d opérations d investissement -2/3 des opérations bénéficiant d un financement entre 5000 et Un apparent éparpillement des crédits moindre que sous Leader + Remarques apportées : Un invité aimerait avoir la moyenne de financements des opérations Ce dernier reprend en indiquant qu au vu de la complexité des dossiers pour l enveloppe attribuée, les porteurs de projet pourraient solliciter une demande plus importante, afin de ne constituer qu un seul dossier pour financer l ensemble des opérations pour un projet s échelonnant sur plusieurs années. Un autre invité met en avant le fait que de nombreux services ont été créés sous cette programmation. Un service fait souvent appel à un poste, qu on cherche à faire financer, car c est ce qui coûte le plus cher Un second invité intervient en indiquant que les financements/subventions sont de plus en plus spécialisés et dans la majorité des cas orientés sur des dépenses d investissements. Ici Leader permet de contrer cette généralisation, et de financer des dépenses qui ne pourraient être couvertes sur d autres programmes. Complément d information Le montant FEADER moyen attribué par dossier est de (contre sous LEADER+) 8

9 2.6 Effet levier et cofinancements Point faible -Un effet plus faible que sous Leader+ Points forts -Un effet levier supérieur à 2 sur l ensemble du programme -Le taux global de FEADER inférieur à 55% -Un autofinancement inférieur à 10% -Une cohérence marquée avec d autres dispositifs financiers existants -Un succès de l action n 1 en partie expliqué par l importance du cofinancement apporté par la CAF Il est souligné que les principaux co-financements apportés par la Région Centre sont issus du Contrat de Pays (32%) et de Parc (23%). Il est également mis en avant que le Cap Asso (26%) représente une part importante de co-financement, uniquement mobilisé par les associations. Il est également précisé que le financement «Autre» est principalement composé des financements apportés par la CAF de l Indre au titre des opérations présentées sur l action n Caractéristiques Leader 9

10 Points faibles -Une proportion non négligeable d actions reconduites sur plusieurs années -1/4 des opérations préexistantes -Un volet économique peu abordé Points forts -3/4 des opérations sont renouvelées -1/4 des opérations sont rares à l échelle régionale -Un impact territorial très majoritairement à l échelle du territoire entier -Un volet social (et environnemental) très majoritaire 10

11 3. Bilan des entretiens avec les porteurs de projet et membres du GAL Une approche plus qualitative de l évaluation vient clôturer la présentation. Cette approche qualitative a été construite à partir d entretiens avec les acteurs mobilisés dans le cadre de cette évaluation. Cela a permis de venir appuyer les points précédemment abordés et de mettre en avant d autres préoccupations relevées lors des entretiens. 3.1 Présentation de la démarche 3.2 Une stratégie plus transversale 11

12 3.3 Un comité de programmation restreint et peu dynamique 3.4 La complexité des financements Leader 12

13 3.5 La faible communication autour du programme Remarques soulevées : Une partie des invités ont mis en avant le fait qu il aurait fallu assurer une communication plus large pour faire connaître le dispositif D autres reprennent sur le fait qu il faut communiquer davantage sur les opérations réalisées sur le territoire que sur le programme en tant que tel. Cette proposition semble faire l unanimité. Certains appuient la précédente proposition sur le fait que ce genre de programme n est pas configuré de manière à mobiliser de nombreux acteurs. Il y a en effet des maîtres d ouvrage pour qui l accès au programme pose des difficultés. Il faut être vigilant sur l utilisation de la communication, à savoir pourquoi on communique, dans quelle finalité, car elle peut être à double tranchant. La communication du programme sur le territoire est un point à prendre en compte, et à mettre en œuvre sur la prochaine programmation. 3.6 Un programme qui répond aux besoins locaux 13

14 3.7 Un soutien aux projets considéré comme un réel effet levier 3.8 Un effet d impulsion des projets 3.9 Des projets moins innovants 14

15 4. Echanges sur la programmation Suite aux présentations du bilan et de l évaluation du programme, il a été demandé aux invités de faire ressortir les grandes caractéristiques du programme LEADER. Les idées des uns et des autres ont permis de constituer 3 thématiques de réponses : Sur la mise en œuvre/fonctionnement du programme Sur les réalisations du programme Sur l après 2013 Les invités ont souligné des aspects négatifs, mais également positifs, et exprimé des attentes et des questionnements. LA MISE EN ŒUVRE/FONCTIONNEMENT DU PROGRAMME Points faibles marquants La complexité (x4) Le peu de MO privés (x4) Les délais de paiement (x3) Un comité de programmation moins dynamique (x1) Moins de partenariats publics-privés (x1) Un Conseil Général absent (x1) Points forts marquants La présence d un animateur compétent (x3) Un apport financier pour le territoire (x1) A propos de la complexité administrative, des invités s interrogent : o Certains proposent de monter un seul dossier de demande, constitué d un plan d action qui s échelonne sur plusieurs années et d un financement pluriannuel, pour les différentes opérations envisagées sur un même projet. Moins de temps serait alors consacré au montage de dossier chaque année, et le ratio temps serait alors justifié au vu de la subvention attribuée. Cela limiterait également la reconduite des échéances de délais de paiement chaque année. o D autres seraient plus dans l attente d un niveau de complexité proportionnel à la somme de subvention sollicitée. o Des invités mettent en avant que la durée d instruction ne concorde plus du tout avec la mécanique des projets. A propos de la faible proportion de Maîtres d ouvrage privés : o Le manque de cohésion est soulevé, certains mettent en avant qu il serait nécessaire de travailler sur le développement de synergie entre acteurs économiques, sous-entendus les entreprises, afin de pouvoir les mobiliser sur ce programme o Une proposition est faite pour travailler sur l économie circulaire «les déchets des unes deviennent la matière première des autres» o Il est également soulevé l intérêt de travailler sur la structuration de filière. A propos des Comités de programmation peu dynamiques : o Il est mis en avant que les comités de programmation s apparentent plus à des chambres d enregistrement. o Il est à nouveau relevé la nécessité de la venue des porteurs de projet 15

16 LES REALISATIONS SOUS LEADER Points faibles -Une stratégie sur le DD aurait nécessité plus d opérations diversifiées et sur différents domaines (x5) -Le Parc principal maître d ouvrage (x2) -Des actions peu ambitieuses (x1) Points forts -Assurer la continuité des projets Leader+ = plus value territoriale (x3) -Programme d innovation et d expérimentation (x2) -Financement d animation (x1) -Développement de services (x1) -Impact à l échelle du Parc (x1) A propos du manque d opérations diversifiées pour concorder à la stratégie du DD : o Il est mis en avant qu à travers les réalisations, les 3 piliers du DD ne sont pas exploités dans leur totalité. Le volet environnement semble notamment être beaucoup moins marqué que le volet social o En réponse à la précédente remarque, certains indiquent qu il faut plus concevoir le DD à l échelle du Parc, d autres fonds sont mobilisés sur le volet environnement. o D autres mettent en avant qu il faut voir Leader comme une béquille, qui vient compléter les actions dans une démarche de DD. A propos d un programme très sollicité par la structure Parc : o Certains s interrogent sur le poids du Parc dans ce programme. o D autres estiment qu il peut être un élément moteur sans pour autant être porteur de projet. o A ce constat des réactions sont émises, du fait que sur certaines actions si le Parc ne s était pas positionné, certaines opérations n auraient pas vu le jour. A propos des actions moins ambitieuses : o Certains mettent en avant que cette programmation comporte peu d opérations concrètes qui caractérisent le programme o Les opérations semblent avoir moins marqué les invités. Certains attestent que les actions étaient moins innovantes que sous la précédente programmation. o D autres appuient le fait que des fiches actions n étaient pas très pertinentes, mais qu elles ont permis d obtenir des financements. A propos de la continuité des projets Leader + : o Cette continuité était nécessaire, puisque les invités estiment que sans cette poursuite une bonne partie de l offre de services aurait disparu. o D autres insistent sur le fait que si Leader n avait pas suivi cette démarche, personne n aurait repris le soutien des actions impulsées sous Leader+. 16

17 Questions -Et après? -Quid de la pérennisation des postes créés? -Quelle suite? -Peut-on se passer de Leader? L APRES 2013? Attentes -Consolider les opérations, assurer l expérimentation -Impliquer plus les entrepreneurs -Bénéficier d une meilleure connaissance des actions menées sur le territoire A propos de la pérennisation des actions menées : o Des questions sont soulevées à savoir si la prochaine programmation doit à nouveau s orienter sur de l innovation ou sur de la pérennisation. o D autres répliquent en assurant que Leader n a pas été créé pour pérenniser des opérations, mais pour impulser/donner un coup de pouce à de nouveau projet. A propos de la connaissance des actions menées : o Il semble exister un manque de communication sur les opérations menées o Certains appuient sur le fait qu il est nécessaire de trouver une méthode pour communiquer sur les opérations réalisées Cette réunion à permis de faire le point sur la mise en œuvre et les réalisations de la programmation À travers ce travail et les échanges, des éléments ont pu être soulevés afin qu ils puissent être pris en compte dans la prochaine programmation. Comme pour la construction de la précédente programmation, des travaux collectifs seront prévus afin de réfléchir au contenu du programme

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory

Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory Comme chaque année une réunion de réseau a été organisée entre référents alternance des Missions Locales du

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

La Coordination régionale

La Coordination régionale La Coordination régionale La coordination régionale Normandie a pour mission de mutualiser certains outils afin de permettre aux plateformes d uniformiser ou d améliorer leurs pratiques. Aujourd hui, la

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Cahier des charges APJ 2015 2016

Cahier des charges APJ 2015 2016 Cahier des charges APJ 2015 2016 Dossier de candidature pour le 1 er février 2016 Dossier de candidature complet avec pièces justificatives pour le 7 mars 2016 www.msa-beauce-coeurdeloire.fr www.msa.fr

Plus en détail

ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES

ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES Le financement d actions d animation sur le territoire du GAL Outre les actions d animation générales portées par le GAL, est souvent posée la question de la possibilité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU GROUPE D ACTIONS LOCAL

REGLEMENT INTERIEUR DU GROUPE D ACTIONS LOCAL REGLEMENT INTERIEUR DU GROUPE D ACTIONS LOCAL 1/ Généralités 1. Les membres du comité de programmation (Le GAL indique dans ce point la liste des membres titulaires et suppléants du Comité de programmation).

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Le baromètre des «professionnels du développement durable au sein des» est la première enquête nationale réalisée avec eux

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

RECRUTEMENT D'UNE CELLULE D ANIMATION ET DE GESTION POUR LE GAL LEADER «SEINE NORMANDE»

RECRUTEMENT D'UNE CELLULE D ANIMATION ET DE GESTION POUR LE GAL LEADER «SEINE NORMANDE» Contexte : RECRUTEMENT D'UNE CELLULE D ANIMATION ET DE GESTION POUR LE GAL LEADER «SEINE NORMANDE» Dans le cadre de la programmation FEADER 2014-2020, le Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande,

Plus en détail

CASDAR Développement et transfert en Agriculture. Aurore BAILLY, Animatrice au Pays Loire Nature Touraine Tel 02-47- 55-90- 44 www.paysloirenature.

CASDAR Développement et transfert en Agriculture. Aurore BAILLY, Animatrice au Pays Loire Nature Touraine Tel 02-47- 55-90- 44 www.paysloirenature. Titre : Mise en place, expérimentation et diffusion sur le thème de l agriculture durable et des systèmes innovants GAL : Pays Loire Nature Touraine Région : Centre Priorité ciblée : Développer un territoire

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention REGION DES PAYS DE LA LOIRE Fonds régional Santé publique Règlement d intervention 1 1- POLITIQUE RÉGIONALE DE SANTÉ ET FONDS RÉGIONAL SANTÉ PUBLIQUE La santé des Ligériens constitue l une des priorités

Plus en détail

Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation?

Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation? Comment les Parcs accompagnent les changements et l innovation? Taux de sensibilisation à la question de l accompagnement social : 85 % des 22 Parcs questionnés estiment que le développement social est

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

ANALYSE TECHNIQUE DU CNAJEP

ANALYSE TECHNIQUE DU CNAJEP PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 Mission Sports, jeunesse et vie associative Programme 163 «Jeunesse et Vie Associative» ANALYSE TECHNIQUE DU CNAJEP ÉLÉMENTS DE CONTEXTE Comparé aux deux précédentes années,

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Cahier des charges APJ 2015 2016 15 ème édition

Cahier des charges APJ 2015 2016 15 ème édition Pour tout renseignement : MSA Loire-Atlantique Vendée Service Communication Vie Mutualiste 33 Boulevard Réaumur 85933 LA ROCHE SUR YON Cedex 9 Correspondante : Cécile Mariette Tél : 02.51.36.89.78 Mail

Plus en détail

Séance de travail «Tourisme rural»

Séance de travail «Tourisme rural» DAAF Martinique Séance de travail «Tourisme rural» Le 30 mai 2011 1 Liste des personnes présentes : Nom - Prénom Organisme Fonction Email PARSEMAIN Marie- Conseil Général Chef du service parsemain.marie-claire@cg972.fr

Plus en détail

Appel à projets culturels Règlement de consultation

Appel à projets culturels Règlement de consultation Appel à projets culturels Règlement de consultation Préambule : La notion de bassin de vie complémentaire urbain/rural est le fondement de la création et du positionnement stratégique du Syndicat mixte

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL. «Appel à coopérer dans le cadre du programme LEADER 2007-2013» Cahier des charges. De la Guadeloupe 2007-2013

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL. «Appel à coopérer dans le cadre du programme LEADER 2007-2013» Cahier des charges. De la Guadeloupe 2007-2013 PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL De la Guadeloupe 2007-2013 «Appel à coopérer dans le cadre du programme LEADER 2007-2013» Cahier des charges 1 1. Contexte Présentation du programme Leader LEADER est un

Plus en détail

Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1

Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1 Appel à projets innovants - Utopies réalistes PNR Haute Vallée de Chevreuse 21 novembre 2012 Page 1 L appel à projets «Utopies réalistes» correspond à une aide financière et technique du Parc naturel régional

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact :

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact : RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «CREATION D UNE EPICERIE SOLIDAIRE INTERCOMMUNALE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté d Agglomération du Pays Voironnais Maîtrise

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 7 Action 17 Par une gestion raisonnée de l activité touristique Développement des activités de découverte hors-saison en lien avec les

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

LEADER 2014-2020 3ème session

LEADER 2014-2020 3ème session LEADER 2014-2020 3ème session Matinée Retours sur questions décret éligibilité, zone rurale, intensités d aides Les éléments attendus des fiches coopération, suivi/évaluation et communication Travail en

Plus en détail

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Synthèse des conclusions Décembre 2009 avec le soutien du Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille,

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020 PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 04-00 AXE 3 : DEVELOPPER L ENGAGEMENT DE MAYOTTE EN FAVEUR DE LA RECHERCHE, L INNOVATION, L EDUCATION A L ENTREPRENEURIAT ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES

Plus en détail

LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS

LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS 1 Les objectifs opérationnels de la Trame Verte et Bleue Connaître Observer Evaluer Restaurer, préserver et gérer les cœurs de nature La Trame Verte et Bleue,

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Réalisée quotidiennement par la CCI de Quimper Cornouaille, la revue de presse a pour objectif de présenter l essentiel de l actualité économique

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans!

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Saint-Etienne, le 18 mars 2013 Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Vendredi 15 mars 2013, Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme-Ardèche

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

1er septembre 2014 à 13 h 00

1er septembre 2014 à 13 h 00 Appel à projets pour la définition d une stratégie d adaptation aux changements climatiques : Du diagnostic de vulnérabilité à l élaboration du plan d action et de son système de suiviévaluation La Direction

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

Recherche de financements publics

Recherche de financements publics Recherche de financements publics Sommaire Des experts au service des entreprises Les associés...3 Primo Finance : spécialisée dans la recherche de subventions...4 Un service innovant au coeur des préoccupations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maîtrise des risques industriels et environnementaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche?

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Vous êtes un propriétaire forestier privé ou public? ou vous envisagez de le devenir? Vous souhaitez vendre, échanger ou acheter des parcelles

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

FORMATION GRATUITE «LE FINANCEMENT D UNE ASSOCIATION ET DE SES PROJETS» En septembre 2014 à Estagel

FORMATION GRATUITE «LE FINANCEMENT D UNE ASSOCIATION ET DE SES PROJETS» En septembre 2014 à Estagel FORMATION GRATUITE «LE FINANCEMENT D UNE ASSOCIATION ET DE SES PROJETS» En septembre 2014 à Estagel A destination des associations de la vallée de l Agly Intervenants Formation financée par l Association

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

La Région Centre tient le CAP. www.entreprise.regioncentre.fr

La Région Centre tient le CAP. www.entreprise.regioncentre.fr Aides aux entreprises La Région Centre tient le CAP La Région Centre fait évoluer ses aides aux entreprises industrielles et artisanales. Elle s adapte ainsi à vos attentes et à la nouvelle réglementation

Plus en détail

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE 1 Cadre de référence LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE août 2014 1 Le comité interministériel de la jeunesse du 21 février 2013 conçoit la jeunesse comme une priorité transversale de l action gouvernementale.

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique juin 2008 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes

Plus en détail

Règlement 2013 «ados en action» 11 17 ans

Règlement 2013 «ados en action» 11 17 ans Règlement 2013 «ados en action» 11 17 ans Préambule «ados en action» est un dispositif initié par le STAJ en partenariat étroit avec la CAF de Valenciennes. Il a pour objectif de : - Favoriser l autonomisation

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

La Région, c est votre espace!

La Région, c est votre espace! La Région, c est votre espace! Jacques Auxiette inaugure l Espace Régional du Mans Jeudi 25 janvier 2007 Communiqué de presse L Espace Régional du Mans en bref Plaquette «La Région c est votre Espace!»

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-07-02-23

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-07-02-23 REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... MAIRIE DE METZ CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE METZ REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 2 juillet 2015 DCM N 15-07-02-23 Objet : Attribution de subvention au titre du dispositif

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

Secteur géographique des actions Pays du Centre Bretagne

Secteur géographique des actions Pays du Centre Bretagne FICHE ACTION 1 : Mise en accessibilité des locaux recevant du public dans les entreprises artisanales et commerciales Descriptif et méthodologie de mise en œuvre 1 ère phase : Sensibilisation collective

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole

Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole Forum du Climat du 6 février 2010 Rencontre intermédiaire Compte rendu Les éléments présentés ci-après reprennent

Plus en détail

Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI

Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI Aux origines de l analyse : un double constat La prise en compte du risque d inondation dans l aménagement

Plus en détail