La déclaration à l impôt des sociétés de l exercice d imposition 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La déclaration à l impôt des sociétés de l exercice d imposition 2012"

Transcription

1 La déclaration à l impôt des sociétés de l exercice d imposition 2012 Arrêté royal du 17 mai 2012 (M.B., 24 mai 2012) Roland Rosoux 13 juin 2012

2 Les mesures les plus récentes introduites par les 8 lois suivantes : la loi du 22 décembre 2009 la loi-programme du 23 décembre 2009 la loi du 14 avril 2011 la loi du 26 septembre 201 la loi du 7 novembre 2011 la loi du 7 novembre 2011 la loi du 28 décembre 2011 la loi-programme (I) du 29 mars

3 Comparaison rapide : 10 modifications au cadre des «Dépenses non admises», une nouvelle ligne intitulée «Frais de voiture à concurrence d une quotité de l avantage de toute nature» au 1er sous-cadre du cadre «Détail des bénéfices», introduction d une nouvelle ligne (même intitulé) parmi les éléments du résultat sur lesquels s applique la limitation de déduction au 3ème sous-cadre du cadre «Détail des bénéfices» : introduction d une nouvelle ligne (même intitulé) dans la décomposition de la base imposable au taux normal introduction d une ligne spécifique pour les plus-values sur actions ou parts imposables à 25 % introduction d une ligne spécifique pour la base imposable au taux de l exit tax (16,5 %) le cadre «Cotisations distinctes» est divisé en deux : les cotisations spéciales pour les opérations < 1er janvier 1990 et autres cotisations distinctes 3

4 Comparaison rapide : 10 modifications au cadre «Revenus définitivement taxés et revenus mobiliers exonérés» : revenus attribués par une société établie dans un Etat membre de l EEE au cadre «Taux de l impôt» : nouvelle ligne «La société est une société qui peut fournir des crédits à l outillage artisanal ou une société de logement, imposable à 5 %» le cadre «Taille de la société au sens du Code des sociétés» est amputé de ses deux dernières lignes (dernière et avant dernière périodes imposables) Rappel pour la définition de petites sociétés, il est fait référence, depuis l ex. d imp. 2010, à l intégralité de l article 15 du C.Soc. 4

5 Délais de rentrée des déclarations 1. lorsque l exercice comptable a été clôturé au 31 décembre 2011 : le jeudi 30 août 2012 pour la version papier et le jeudi 27 septembre 2012 lorsque la déclaration renvoyée via BIZTAX 2. lorsque l exercice comptable a été clôturé à une autre date, il convient de se rapporter à l article 310 du C.I.R (le délai ne peut pas être inférieur à un mois à compter de la date de l approbation soit des comptes annuels, soit des comptes de recettes et de dépenses, ni être supérieur à six mois à compter de la date de la clôture de l exercice comptable). 5

6 Annexes Contrairement à l I.P.P., les annexes doivent toutes être obligatoirement jointes à la déclaration, qu il s agisse des formulaires repris dans la déclaration elle-même ou des annexes demandées par l administration dans la notice explicative (pour les amortissements, les frais portés en compte, les impôts fédéraux non déductibles, les impôts régionaux non déductibles, les libéralités, etc.). 6

7 Cadre «Réserves - Bénéfices réservés imposables» Cas de majorations de la situation de début des réserves Plus-values sur actions ou parts et reprises de réductions de valeur sur actions ou parts antérieurement imposées à titre de DNA, mais une seule ligne pour le détail des deux (dans la déclaration «papier») Exonération définitive œuvres audiovisuelles agréées tax shelter Exonération des primes et subsides en capital et en intérêt régionaux Exonération définitive des bénéfices provenant de l homologation d un plan de réorganisation et de la constatation d un accord amiable Autres 7

8 Cadre «Réserves - Bénéfices réservés imposables» 1 re rubrique : Plus-values sur actions ou parts = plus-values réalisées sur les actions ou parts qui sont susceptibles d être exonérées en vertu de l article 192, 1er, alinéa 1er du C.I.R La loi-programme (I) du 29 mars 2012 a modifié ce régime comme suit. 8

9 Une condition de détention On sait que l article 192, 1er du C.I.R instaurait l exonération des plus-values réalisées sur certaines actions ou parts, à l exclusion des plus-values obtenues ou constatées à l occasion d une fusion ou d un apport, dont les revenus éventuels étaient susceptible d être déduits des bénéfices au titre de R.D.T. C était la seule condition. La loi-programme (I) du 29 mars 2012 ajoute désormais à ce régime d exonération une condition supplémentaire (une condition de détention), à savoir qu il faut désormais que les actions ou parts réalisées aient été détenues en pleine propriété pendant une période ininterrompue d au moins un an. Si ce délai n est pas respecté, une taxation réduite (et non pas une taxation distincte) est prévue 9

10 Une condition de détention Les plus-values (sur actions ou parts) réalisées qui ne peuvent pas bénéficier de l exonération (parce que la durée de détention d un an n est pas respectée), sont imposables à un taux de 25 % (à majorer de 3 centimes additionnels de CCC). Les plus-values réalisées sur des actions ou parts qui ne bénéficient pas de l exonération prévue à l article 192, 1er, alinéa 1er du C.I.R parce qu elles sont réalisées sur des actions ou parts dont les revenus éventuels ne sont pas susceptibles d être déduits des bénéfices au titre de RDT restent imposables au taux ordinaire de l I.Soc., quelle que soit la durée de détention des actions ou parts. 10

11 Plus-values des sociétés de trading L article 192, 1er du C.I.R est complété pour exclure certaines plus-values réalisées par certaines sociétés dont l activité a pour objet l achat et la vente d actions ou parts (sociétés de trading). Les plus-values réalisées par des établissements de crédit, des entreprises d investissement et des sociétés de gestion d OPC sur les actions appartenant à leur portefeuille commercial ne peuvent plus bénéficier d une exonération (quelle que soit la durée d investissement de ces actions). Pour rester cohérent avec la taxation ordinaire de ces plus-values, les moins-values et les réductions de valeur sur les actions du portefeuille commercial peuvent être déduites fiscalement (au tarif normal de l I.Soc.) dans le chef des sociétés de trading. Les transferts internes (du portefeuille commercial au portefeuille de placement et réciproquement) sont considérés fiscalement comme une aliénation. 11

12 Entrée en vigueur Les nouvelles dispositions sont applicables à partir de l ex. d imp. 2013, ainsi qu aux plusvalues réalisées à partir du 28 novembre 2011 et aux opérations ou transferts effectués à partir du 28 novembre 2011 au cours d une période imposable clôturée au plus tôt à la date de publication de la loi au M.B. (soit le 6 avril 2012) et se rattachant à l ex. d imp

13 2 e rubrique : Exonération définitive œuvres tax shelter Rappel : suivant l article 194ter, 1er, alinéa 1er, 3 du C.I.R. 1992, l œuvre audiovisuelle doit faire l objet de dépenses de production et d exploitation, effectuées en Belgique, à concurrence d au moins 150 % des sommes globales affectées en principe, autrement que sous la forme de prêts, à l exécution d une convention-cadre en exonération des bénéfices conformément à l article 194ter, 2 du C.I.R Ces dépenses doivent être effectuées dans un délai maximum de 18 mois à partir de la date de conclusion de la convention-cadre destinée à la production d une œuvre audiovisuelle. 13

14 3 e rubrique : Exonération des primes et subsides régionaux Sont visés : les primes de remise au travail et les primes de transition professionnelle ainsi que les subsides en capital et en intérêt attribués par les régions dans le cadre de la législation d expansion économique pour autant que ces primes et subsides soient notifiés à partir du 1er janvier 2006 (art. 193bis du C.I.R. 1992) ; les primes et les subsides en capital et en intérêts sur immobilisations incorporelles et corporelles, qui sont attribués dans le cadre de l aide à la recherche et au développement par les institutions régionales compétentes, dans le respect de la réglementation européenne en matière d aide d état, pour autant que ces primes et subsides soient notifiés à partir du 1er janvier 2007 (art. 193ter, 1er du C.I.R. 1992). 14

15 Rappelons que les subsides en capital régionaux ne sont exonérés que dans la mesure où ils sont imposables sur base de l article 362 du C.I.R C est au fur et à mesure qu ils deviennent taxables qu ils sont exonérés ; pas question d exonérer en une fois un subside en capital au motif qu il sera quand même exonéré! 15

16 4 e rubrique : Exonération définitive et réorganisation judiciaire L exonération des bénéfices provenant de l homologation d un plan de réorganisation et de la constatation d un accord amiable est d abord provisoire et est définitive si durant la période imposable le plan de réorganisation ou l accord amiable est intégralement exécuté et n est accordée que pour autant que : q q une copie du jugement publié au Moniteur belge, qui homologue le plan ou qui constate l accord soit transmise et qu il soit démontré que le plan ou l accord est intégralement exécuté. 16

17 5 e rubrique : Autres prélèvements sur le capital libéré à l exclusion des remboursements de capital libéré opérés en exécution d une décision régulière de réduction du capital social, prise conformément au C.Soc. remboursements des impôts qui n ont pas été admis antérieurement parmi les frais professionnels et les régularisations de dettes fiscales estimées qui ont été taxées précédemment en DNA, dans la mesure où ces remboursements ne peuvent être défalqués des impôts non déductibles supportés pendant la période imposable quotité des plus-values réalisées sur véhicules automobiles (100 - le rapport exprimé en % entre la somme des amortissements fiscalement admis antérieurement à la vente et la somme des amortissements comptables pour les périodes imposables correspondantes) 17

18 dans le cadre des œuvres audiovisuelles agréées tax shelter : la partie de la plus-value réalisée qui correspond aux amortissements et aux RDV qui ont été imposés antérieurement en DNA les reprises de RDV et de provisions effectuées au cours de la période imposable qui ont été imposées antérieurement, dans la mesure où elles ne se justifient plus à la fin de cette période imposable dans le cadre de la cotisation supplémentaire des diamantaires agréés : le montant d actualisation de la valeur du stock pour lequel la condition d indisponibilité n est plus remplie au cours de la période imposable. 18

19 On précisera que les sommes qui peuvent figurer en majoration de la situation de début des réserves sont limitativement énumérées à l article 74, alinéa 2, 1 de l A.R. du C.I.R Ainsi, par exemple, le bénéfice qui résulte des remboursements, perçus dans le courant de la période imposable, d amendes qui auparavant n ont pas été considérées comme des frais professionnels ne peut être porté en déduction qu en application uniquement de l article 76, alinéa 1er, 2, c) de l A.R./C.I.R. 1992, c est-à-dire au cours de la «troisième opération». 19

20 Cadre «Réserves - Bénéfices réservés exonérés» 30 situations différentes sont visées : les réductions de valeur sur créances commerciales les provisions pour risques et charges les plus-values exprimées mais non réalisées les plus-values réalisées taxation étalée des plus-values sur certains titres taxation étalée des plus-values sur immobilisations corporelles et incorporelles les autres plus-values réalisées q les plus-values sur véhicules d entreprises q les plus-values sur bateaux de navigation intérieure q les plus-values sur navires la réserve d investissement les œuvres audiovisuelles agréées Tax-Shelter les bénéfices provenant de l homologation d un plan de réorganisation et de la constatation d un accord amiable les autres éléments exonérés 20

21 Cadre «Réserves - Bénéfices réservés exonérés» Les «autres éléments exonérés» concernent 14 situations différentes, dont les quatre cas de frais portés à 120 % de leur montant : la quotité de 20 % des frais exposés dans le cadre du transport collectif des membres du personnel entre le domicile et le lieu de travail organisé par l employeur la quotité de 20 % de certains frais faits ou supportés en matière de sécurisation des sociétés résidentes qui répondent au critère de «petite société» la quotité de 20 % des coûts spécifiquement faits ou supportés en vue d encourager l usage du vélo par les membres du personnel pour leur déplacement entre leur domicile et leur lieu de travail la quotité de 20 % de certains frais faits ou supportés qui est admise au-delà du montant des frais réellement faits ou supportés pour les véhicules électriques) 21

22 Lorsque les coûts (TCO, vélo et véhicules électriques) sont constitués d amortissements des actifs matériels ou véhicules visés, le montant déductible par période imposable est déterminé en augmentant de 20 % le montant normal d amortissements de ladite période. Les vélos sont amortis par annuités fixes dont le nombre ne peut être inférieur à trois. 22

23 Point d attention : taxation étalée des plusvalues réalisées L article 47 du C.I.R prévoit que certaines plus-values réalisées sur des immobilisations corporelles ou incorporelles peuvent faire l objet d une taxation étalée à la condition qu un montant égal à l indemnité ou à la valeur de réalisation soit remployé (réinvesti). Par le passé, il était prévu que ce remploi devait revêtir la forme d immobilisations incorporelles ou corporelles amortissables, utilisées en Belgique pour l exercice de l activité professionnelle (ancien art. 47, 2 du C.I.R. 1992). La Commission des Communautés européennes a toutefois fait savoir qu elle estimait que la Belgique n avait pas respecté ses obligations prévues en vertu de l Accord sur l Espace économique européen en subordonnant la taxation étalée des plus-values à la condition que le montant de l indemnité reçue ou la valeur de réalisation soit réinvesti dans une immobilisation utilisée en Belgique pour l exercice de l activité professionnelle. 23

24 Pour les plus-values réalisées à partir de la période imposable qui se rattache à l ex. d imp. 2012, le remploi peut revêtir la forme d immobilisations incorporelles ou corporelles amortissables, utilisées pour l exercice de l activité professionnelle tant dans les autres États membres de l Espace économique européen qu en Belgique. Rappelons que si le remploi n est pas opéré dans le délai légal, la plus-value devient imposable au cours de la période imposable au cours de laquelle le délai de remploi est arrivé à expiration. 24

25 Point d attention : plus-values sur véhicules d entreprises En vertu de l article 44bis du C.I.R. 1992, les plus-values réalisées sur les véhicules d entreprise sont exonérées lorsqu un montant égal à l indemnité ou à la valeur de réalisation est remployé dans un véhicule qui répond à certaines normes écologiques ou de sécurité. Un leasing opérationnel ne peut pas être pris en considération comme remploi valable (le contrat de leasing se traduit en effet uniquement dans ce cas par une charge au compte de résultats ; aucun élément n est exprimé à l actif du bilan) mais un leasing financier (en pareil cas, l élément en question est ajouté au patrimoine de la société, le risque économique de l opération est supporté par le preneur de leasing et c est lui qui active le bien et qui l amortit) doit quant à lui être considéré comme constituant un remploi valable dans le cadre de l article 44bis du C.I.R

26 Cadre «Dépenses non admises» Pour autant que de besoin, on rappelle que le choix n existe pas entre ATN ou DNA. Même si de mauvaises habitudes ont été prises au fil du temps, ce choix n a jamais existé et c est encore plus jamais que jamais, dès lors que les règles seront tout prochainement appliquées beaucoup plus strictement en matière d ATN non mentionnés sur les fiches idoines. La société qui octroie l avantage n a pas la possibilité d opter pour la taxation dudit avantage dans son chef à titre de dépense non admise. Au contraire, c est la loi elle-même qui fixe le régime fiscal des avantages de toute nature dont a bénéficié le travailleur ou le dirigeant. 26

27 Cadre «Dépenses non admises» Il existe à présent 23 rubriques distinctes (une de plus) pour la déclaration de ce que l on considère comme constituant des «dépenses non admises» à l I.Soc., étant entendu que la rubrique «Autres dépenses non admises» couvre à elle seule 8 situations (ex. imp. 2012) dont : les frais de toute nature qui se rapportent à la chasse, à la pêche, à des yachts ou autres bateaux de plaisance et à des résidences de plaisance ou d agrément (sauf exceptions) tous frais dans la mesure où ils dépassent de manière déraisonnable les besoins professionnels et les allocations à des tiers en remboursement de tels frais les frais exposés par la société qui ne répondent pas aux conditions de déduction fixées par l article 49 du C.I.R

28 Cadre «Dépenses non admises» La nouvelle rubrique est insérée immédiatement après la rubrique «Frais de voiture et moins-values sur véhicules automobiles non déductibles» et s intitule «Frais de voitures à concurrence d une quotité de l avantage de toute nature». La loi du 28 décembre 2011 prévoit que l utilisation et la mise à disposition de voitures de société est plus lourdement taxée et que la charge fiscale supplémentaire est répartie entre, d une part, le travailleur ou le dirigeant d entreprise, et d autre part, l employeur ou la société. L ATN «voiture» se calcule dorénavant comme suit : valeur catalogue (corrigée, le cas échéant, en fonction de l ancienneté du véhicule) coefficient de CO2 6/7. L ATN ne prend donc en compte la valeur catalogue du véhicule qu à concurrence de six septièmes. Le solde, porté à 17 %, est taxé à titre de DNA dans le chef de la société ou de l employeur. 28

29 Cadre «Dépenses non admises» Il ressort du renvoi à l article 36, 2 du C.I.R (l ATN est réduit de l intervention du bénéficiaire), qu il n y a pas de DNA à prendre en compte si le bénéficiaire paie un montant au moins égal à l évaluation forfaitaire dudit avantage. De plus, sur la partie de la base imposable résultant de la majoration du résultat, à concurrence de 17 % de l ATN calculé de manière forfaitaire, aucune des déductions I.Soc. (déduction pour capital à risque, RDT, pertes antérieures récupérables, etc.) ne peut être opérée. L éventuelle perte de la période imposable ne peut pas non plus être imputée sur cette partie de la base imposable. Ces nouvelles règles sont applicables aux ATN attribués à partir du 1er janvier

30 Cadre «Dépenses non admises» Trois autres rubriques de DNA sont concernées par des modifications légales récentes. Il s agit : des intérêts déductibles à titre de frais professionnels des intérêts d emprunts soumis à une limitation de déduction spécifique en raison de la règle de «thin capitalisation» des réductions de valeur et moins-values sur actions ou parts 30

31 Intérêts déductibles à titre de frais professionnels L article 55, alinéa 1er du C.I.R prévoit que les intérêts d obligations, de prêts, etc. ne sont pris en considération à titre de frais professionnels que dans la mesure où ils ne dépassent pas un montant correspondant au taux pratiqué sur le marché compte tenu des éléments particuliers propres à l appréciation du risque lié à l opération, et notamment de la situation financière du débiteur et de la durée du prêt. L article 56, 2 du C.I.R prévoit quant à lui que la limitation prévue à l article 55 du C.I.R ne s applique pas en ce qui concerne les sommes payées à des établissements financiers, ainsi qu aux entreprises assimilées qui sont énumérées dans cet article. La Commission européenne a fait remarquer à la Belgique que l énumération des établissements visés par l article 56, 2 du C.I.R n était pas conforme aux articles 56 et 63 du Traité sur le fonctionnement de l Union européenne (TFUE). 31

32 Intérêts déductibles à titre de frais professionnels La Belgique a tenu compte de cette critique et il a été décidé d insérer, par la même occasion, une disposition anti-abus spécifique dans l article 56 du C.I.R (loi du 14 avril 2011) : l exception au plafonnement de la déduction des intérêts ne s applique pas aux sommes payées à un établissement avec lequel le débiteur des sommes est directement ou indirectement lié au sens de l article 11 du C.Soc. ou d une disposition analogue en vigueur dans un autre Etat membre de l EEE. La charge de la preuve repose sur l administration pour l application de cette disposition anti-abus. Les modifications apportées à l article 56 C.I.R sont applicables aux intérêts payés ou attribués à partir du 1er janvier 2011 (il existe un régime transitoire). 32

33 Thin capitalisation Les intérêts d emprunts sont soumis à une limitation de déduction spécifique tenant compte d un ratio dettes/fonds propres de 7/1 lorsque le bénéficiaire effectif des intérêts n est pas soumis à un impôt sur les revenus ou y est soumis, pour ces revenus, à un régime de taxation notablement plus avantageux que celui résultant des dispositions du droit commun applicables en Belgique (art. 198, al. 1 er, 11 du C.I.R. 1992). La loi a ramené le ratio susvisé à 5/1 en exposant que la lutte contre les intérêts exagérés et la sous-capitalisation des sociétés devait être modifiée car : certaines sociétés procèdent à des opérations de planification fiscale en contractant des emprunts intragroupes en vue de détruire la base imposable (par la déduction d intérêts) résultant de leurs activités opérationnelles ; la plupart des pays de l OCDE ont instauré des règles de type «thin-cap rules» pour contrarier la déduction des intérêts entre sociétés d un groupe lorsque le capital des sociétés emprunteuses est anormalement bas par rapport aux emprunts ; des règles pour lutter contre la sous-capitalisation existent dans les États membres de l UE (sauf Autriche, Luxembourg, Finlande, Suède et Royaume-Uni) ; suite au projet de modification de la déduction pour capital à risque (suppression du report de la déduction non utilisée), il apparaîtrait qu un certain nombre de grandes entreprises envisagent de mettre en place des constructions faisant appel à la sous-capitalisation. Cette nouvelle règle n empêche pas (comme auparavant) l application des articles 54 et 55 du C.I.R. 1992, lesquels contiennent également des dispositions particulières en matière de déduction d intérêts d emprunts. Elle ne fait pas non plus obstacle à l application des dispositions générales en matière de frais et de moyens de preuve, telles que celles de l article 49 et de l article 344 du C.I.R

34 Thin capitalisation On aura compris que la nouvelle disposition aura pour effet de limiter la déduction des intérêts dans les groupes de sociétés utilisant une société de financement. Lors des travaux parlementaires, le gouvernement s est rendu compte des aspects négatifs que pouvait avoir la nouvelle mesure sur les sociétés de financement intragroupe et il a prévu en conséquence d adapter le texte par une prochaine loi de réparation Du coup, l entrée en vigueur n est pas formellement fixée. L article 198 (nouveau) du C.I.R entre en vigueur à la date fixée par le Roi par arrêté délibéré en Conseil des ministres et au plus tard le 1 er juillet

35 Réductions de valeur et moins-values sur actions Depuis l ex. d imp. 1992, l article 198, alinéa 1 er, 7 du C.I.R prévoit que ne peuvent être considérées comme des frais professionnels les réductions de valeur et les moins-values sur les actions ou parts, à l exception des moins-values actées à l occasion du partage total de l avoir social d une société jusqu à concurrence de la perte du capital libéré représenté par ces actions ou parts. Dès lors que certaines plus-values sur actions du portefeuille commercial des sociétés de trading sont rendues imposables, la cohérence du système exige une adaptation de la règle de la nondéductibilité des réductions de valeur et moins-values sur actions ou parts. Comme pour les plus-values, des règles particulières sont prévues pour les réductions de valeur sur les actions ou parts lors d un transfert interne entre le portefeuille commercial et un autre poste du bilan. Le transfert interne d actions ou parts du ou vers le portefeuille commercial est considéré comme une aliénation. 35

36 Réductions de valeur et moins-values sur actions On relèvera que même si les plus-values réalisées «à court terme» sont taxables au taux de 25 %, cela n empêche pas que les moins-values subies «à court terme» sont toujours des DNA. Ces modifications sont applicables à partir de l ex. d imp. 2013, ainsi qu aux réductions de valeur et aux moinsvalues réalisées à partir du 28 novembre 2011, aux moinsvalues et aux réductions de valeur comptabilisées à partir du 28 novembre 2011 et aux opérations ou transferts effectués à partir du 28 novembre 2011 au cours d une période imposable clôturée au plus tôt à la date de publication de la loi au M.B. (= 6 avril 2012) et se rattachant à l ex. d imp

37 Point d attention : frais de vêtements professionnels non spécifiques Depuis l ex. d imp. 1990, ne sont plus déductibles à titre de frais professionnels, tous les vêtements des contribuables qui sont habituellement portés comme vêtements de ville, etc. Une société ne peut faire que deux types d achat en matière vestimentaires : des vêtements «liés» à son activité professionnelle (et partant déductibles) et des vêtements «privés», qui ne sauraient consister qu en ATN pour leurs vrais destinataires et, à défaut d identification de ceux-ci, qui devraient être repris dans la base de la cotisation spéciale distincte sur dépenses non justifiées (309 %)! 37

38 Point d attention : frais de vêtements professionnels non spécifiques Cette rubrique ne pourrait se rapporter qu à la situation - extrêmement rare - où la société a exposé des frais de vêtements non spécifiques au profit de personnes qui ne présentent pas le lien de causalité de nature professionnelle requis pour qu un ATN puisse être envisagé dans leur chef ou, tout aussi improbable, à la société qui a acheté des vêtements spéciaux mais non adaptés à son activité» (exemple société de bouchers qui achètent des robes d avocats!!!!). Rubrique à ne pas compléter sauf si l on souhaite faire la connaissance de l article 219 du C.I.R. 1992! 38

39 Cadre «Dividendes distribués» On connaît la règle de requalification des intérêts d avances en dividendes inscrite à l article 18, alinéa 1er, 4 du C.I.R L avance productive d intérêts concernée est définie comme étant un prêt d argent, mais le législateur n a pas donné de définition fiscale du prêt d argent. Il faut donc recourir au droit commun, en l occurrence le Code civil pour y trouver une définition. Depuis, la jurisprudence est nombreuse sur la question de savoir si une créance sur sa propre société, inscrite en compte courant, peut ou doit être qualifiée de «prêt d argent». Ce n est pas automatique mais ce n est pas exclus d office non plus! La requalification d intérêts en dividendes a notamment pour conséquences la retenue de 25 % (au lieu de 15 %) de précompte mobilier et l exclusion du taux réduit à l I.Soc. si, suite à la requalification, la règle des 13 % n est plus respectée. 39

40 Cadre «Dividendes distribués» Circulaire n Ci.RH.231/ du 10 janvier 2012 : remboursements de capital d une société étrangère Sont considérés comme des dividendes imposables, les remboursements totaux ou partiels de capital social, à l exception des remboursements de capital libéré opérés en exécution d une décision régulière de réduction du capital social prise conformément aux dispositions du C.Soc. Cette exception vaut aussi lorsqu il s agit d un remboursement de capital opéré par une société étrangère, pour autant que : q le capital en question présente les mêmes caractéristiques que le capital libéré au sens de l article 184 du C.I.R ; q le remboursement soit effectivement imputé sur du capital libéré ; q la décision de remboursement soit prise en conformité avec le droit des sociétés du pays de la société étrangère, et que les dispositions légales en cause soient similaires à celles qui sont définies par le code des sociétés. 40

41 Cadre «Détail des bénéfices» Eléments du résultat sur lesquels s applique la limitation de déduction : la partie du résultat qui provient soit d avantages anormaux ou bénévoles obtenus, soit d avantages financiers ou de toute nature obtenus ; la partie des bénéfices provenant du non-respect des conditions liées à l exonération de la réserve d investissement (condition d intangibilité et/ou obligation d investissement ) ; les frais de voiture à concurrence d une quotité de l avantage de toute nature (nouveau) ; la partie des bénéfices qui sont affectés aux dépenses exposées dans le régime de la «participation des travailleurs» ; la partie du résultat qui provient de l attribution par les Régions de subsides en capital et en intérêts dans le cadre de l aide à l agriculture. On rappelle qu aucune des déductions prévues aux articles 199 à 206 du C.I.R ou compensation avec la perte de la période imposable ne peut être opérée sur ces éléments. Par conséquent, les éléments précités font toujours partie de la base imposable. 41

42 Déduction des RDT et des RME (4 e opération) Si pour la période imposable, il n y a pas ou pas suffisamment de bénéfices pour porter les RDT visés de la période imposable en déduction, l excédent de RDT de cette période, qui est pris en considération pour le report ainsi que l excédent de RDT reportable de la période imposable précédente sont reportés sur la période imposable suivante (le cadre «Report déduction revenus définitivement taxés» est spécifiquement dédicacé à cet effet). Cela étant, le régime des RDT a été modifié sur trois points par la loi du 14 avril

43 RDT: 1ère modification La déduction des revenus définitivement taxés n était accordée que pour autant que les revenus visés se rapportent à des actions ou parts détenues à titre d immobilisations financières. La Commission européenne a fait savoir à la Belgique que cette condition était contraire à la directive mère-filiale et le législateur a en conséquence décidé de supprimer la condition en question. En fait, vu que les conditions de participation minimale de 10 % ou d une valeur de EUR (au minimum) et de période minimale de détention d un an subsistent, cela aura sans doute peu d impact. La loi confiait au Roi le pouvoir de déterminer les actions ou parts ayant la nature d immobilisations financières dans le chef des établissements de crédit, des entreprises d assurances et des sociétés de bourse (pour l application de la déduction des RDT) : cette disposition devenue superflue a été abrogée. 43

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Le modèle de la formule de déclaration pour l exercice d imposition 2015

Plus en détail

Biztax. Actualités Impôt des sociétés 24 et 25 mai 2011. Roland Rosoux Conseiller au Cabinet du Ministre des Finances

Biztax. Actualités Impôt des sociétés 24 et 25 mai 2011. Roland Rosoux Conseiller au Cabinet du Ministre des Finances Biztax Actualités Impôt des sociétés 24 et 25 mai 2011 Roland Rosoux Conseiller au Cabinet du Ministre des Finances Page 2 de la déclaration Cadre «Réserves» Art. 192, 1 er. Sont aussi intégralement exonérées

Plus en détail

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264 Indexation Indexation des plafonds en matière d impôts sur les revenus pour l exercice d imposition 2015 On trouvera ci-dessous les plafonds indexés applicables aux impôts sur les revenus pour l exercice

Plus en détail

Table des matières. Introduction Notions élémentaires de droit fiscal... 1

Table des matières. Introduction Notions élémentaires de droit fiscal... 1 Table des matières Introduction Notions élémentaires de droit fiscal... 1 1. Notion d impôt... 1 2. Notions de redevable, d assujetti ou de contribuable... 2 3. Notions d exercice d imposition et de période

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail

Crédit d'impôt pour recherche et développement: recommandations de la CNC et traitement fiscal approprié.

Crédit d'impôt pour recherche et développement: recommandations de la CNC et traitement fiscal approprié. Administration générale de la FISCALITE - Services centraux Direction I/2 Circulaire n Ci.RH.421/579.072 (AFER N 60/2010) dd 10.09.2010 Impôt des sociétés Impôt des non-résidents sociétés Crédit d'impôt

Plus en détail

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables Table des matières Partie 1 : Anticiper un investissement 1.1. Un investissement........................................... 3 1.2. Pour qui est-ce intéressant?.................................. 3 1.3.

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTALES Avis CNC 2009/11 Le traitement comptable des scissions partielles Avis du 16 septembre 2009 Mots clés Scission partielle Sommaire I. INTRODUCTION II. TRAITEMENT COMPTALE

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage...

Table des matières. Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage... Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction.... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage... 15 PREMIERE PARTIE Les grands principes de détermination du revenu imposable d une société...

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives :

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives : Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Objet : transposition des directives : - 2002/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

Partie 1 - Mieux déduire ses frais professionnels. 1. Nécessaires à l exercice de l activité professionnelle... 5

Partie 1 - Mieux déduire ses frais professionnels. 1. Nécessaires à l exercice de l activité professionnelle... 5 Avant-propos.................................................... 1 Partie 1 - Mieux déduire ses frais professionnels I. Principes généraux........................................ 5 1. Nécessaires à l exercice

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 Dans la dernière édition du Moniteur belge de l année 2013, pour respecter les traditions, certaines nouvelles mesures fiscales ont été insérées. Dans ce tax alert nous passons

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

L'employeur peut cependant décider de prendre en charge ces frais de déplacement.

L'employeur peut cependant décider de prendre en charge ces frais de déplacement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail

Plus en détail

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014.

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014. Explications concernant les conditions auxquelles les emprunts conclus en 2014 doivent satisfaire pour pouvoir entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l habitation unique (bonus-logement)

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015)

LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015) LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015) 1. COMMENT UTILISER LE BARÈME FISCAL?... 4 2. RÉDUCTION POUR ENFANTS À CHARGE ET AUTRES CHARGES FAMILIALES... 5 2.1. Réduction pour

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

I. INTRODUCTION 1-3 II. L INSCRIPTION HYPOTHECAIRE EN TANT QUE GARANTIE 4-8

I. INTRODUCTION 1-3 II. L INSCRIPTION HYPOTHECAIRE EN TANT QUE GARANTIE 4-8 Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service IPP Impôt des personnes physiques Circulaire AGFisc N 1/2015 (n Ci.RH.331/635.143) dd. 12.01.2015 Impôt des personnes

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2015/2 - Traitement comptable de la réserve de liquidation ( Loiprogramme du 19 décembre 2014) et de la cotisation distincte sur la réserve de liquidation Avis

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

Introduction 5 Liste des abréviations 9 Plan de l ouvrage 13 Liste des lois et arrêtés royaux publiés depuis la publication du volume 1 15

Introduction 5 Liste des abréviations 9 Plan de l ouvrage 13 Liste des lois et arrêtés royaux publiés depuis la publication du volume 1 15 table des matières Introduction 5 Liste des abréviations 9 Plan de l ouvrage 13 Liste des lois et arrêtés royaux publiés depuis la publication du volume 1 15 Thèmes n os 1 à 14 : Principales nouveautés

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2015/XX - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production (conventions-cadres conclues à partir du 1 er janvier 2015) Projet d avis

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances Projet d avis 2010/X La loi relative à la continuité des entreprises 1 remplace la loi relative

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE Les résultats de toute activité industrielle et commerciale sont soumis à imposition. Ces impôts servent notamment à financer les charges de l Etat et des

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L EXERCICE D'IMPOSITION 2013

PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L EXERCICE D'IMPOSITION 2013 PRINCIPALES MODIFICATIONS DE L EXERCICE D'IMPOSITION 2013 Comme signalé dans la dernière édition du Mémento fiscal, vous trouverez ci-dessous un aperçu des mesures publiées au Moniteur belge au plus tard

Plus en détail

Différents instruments de l actionnariat salarié

Différents instruments de l actionnariat salarié onnectedthinking Différents instruments de l actionnariat salarié Aspects fiscaux et sociaux 20 avril 2004 Nicolas de Limbourg Introduction Options sur actions Plans d achat d actions Promesses d attribution

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2015/7 - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production (conventions-cadres signées à partir du 1 er janvier 2015) Avis du 9 septembre

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Exp. Exercice comptable du... au...

Exp. Exercice comptable du... au... Service Public Fédéral FINANCES Administration générale de la FISCALITE Impôts sur les revenus DECLARATION A L'IMPOT DES NON-RESIDENTS (sociétés, associations, etc.) EXERCICE D'IMPOSITION 2013 (Exercices

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE EXTRAITS DU N 48 MARS 2012 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Question de bateaux IR : un barème gelé A noter Du crédit pour le bio Page 3 A table! Trois ans de plus Taxi

Plus en détail

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Exercice d imposition 2016 - Année de revenus 2015 10 raisons d investir en R&D en Belgique

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2013/17 Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92 Avis du 27 novembre 2013 1 I. Introduction 1.

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

En règle générale, le taux d amortissement linéaire du bien immobilier est calculé sur la base d une durée d utilisation de :

En règle générale, le taux d amortissement linéaire du bien immobilier est calculé sur la base d une durée d utilisation de : 2. Immeuble 2.1. Acquisition ou construction 2.1.1. Principe Les dépenses afférentes à l acquisition d un bien immobilier affecté à l exercice de l activité professionnelle (p.ex. une maison de commerce

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION?

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION? boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT

Plus en détail

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 14/3 du 1 er octobre 2014 L.I.R. n 14/3 Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances 1) Définitions et introduction La loi

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 FISCALITE DES ENTREPRISES - UF 661 - IMPOT DES SOCIETES 1. Il s agit d une SPRL comptant deux associés gérants dont l un n est pas rémunéré. 2. La société

Plus en détail

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120 Tableau 41.70 - COMPOSITION DES FONDS PROPRES SUR BASE SOCIALE (Art. 14 et 15 du règlement) 1. Fonds propres sensu stricto (art. 14, 1er, 1 ) Valeur comptable Code 05 11. Capital libéré et primes d'émission

Plus en détail

http://ccff02.minfin.fgov.be/kmweb/document.do?method=printselecteddocuments&...

http://ccff02.minfin.fgov.be/kmweb/document.do?method=printselecteddocuments&... Page 1 sur 6 Home > FISCALITÉ > Impôts sur les revenus > Directives et commentaires administratifs > Circulaires > Résultats de la recherche > Circulaire n Ci.RH 233/629.295 (AAFisc. 35/2013) dd. 01.10.2013

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 14/2 du 23 mai 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. n 14/2 Objet : Traitement fiscal d une personne physique exploitant une installation photovoltaïque.

Plus en détail

Conférence du 30 octobre 2013 Organisée par Charles Felix Felix & Felix Expert comptable et Conseil fiscal SPRL

Conférence du 30 octobre 2013 Organisée par Charles Felix Felix & Felix Expert comptable et Conseil fiscal SPRL DIVIDENDES DES PME UNE REFORME DE LA FISCALITE Conférence du 30 octobre 2013 Organisée par Charles Felix Felix & Felix Expert comptable et Conseil fiscal SPRL PLAN DE LA CONFERENCE 1. Sources juridiques

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. Avis du 19 mai 2010 L article 15 opère une distinction, sur la base du chiffre d affaires annuel, du total

Plus en détail

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Olivier D Aout Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Thierry Litannie avec la collaboration de Emmanuel Delannoy et

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38)

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) 2 Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) A. REGIME EN VIGUEUR AU 31 DECEMBRE 2006 L article 30 de la loi n 2005-106 du 19 décembre 2005 portant loi de finances

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Signalétique de l'entreprise

Signalétique de l'entreprise Service Public Fédéral FINANCES Administration générale de la FISCALITE DECLARATION A L'IMPOT DES SOCIETES EXERCICE D'IMPOSITION 2011 (Exercices comptables clôturés le 31 décembre 2010 ou en 2011 avant

Plus en détail

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières 1. Bases légales et réglementaires 2. Généralités 3. Détermination

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse

Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse Michael Sime : Directeur Associé, EY Paris Bâle, le 28 novembre 2013 Régime fiscal des frontaliers Petit rappel

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Déduction pour investissement

Déduction pour investissement L UNION FAIT LA FORCE - EENDRACHT MAAKT MACHT Service Public Fédéral FINANCES Déduction pour investissement - 2015 - Contenu 1. Qui peut bénéficier de la déduction? 2. Pour quels investissements? 3. Quelles

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux Note préliminaire Cet exemple analyse la dissolution et

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Table des matières. Préface 7 Bruno Co l m a n t. Introduction 13

Table des matières. Préface 7 Bruno Co l m a n t. Introduction 13 Table des matières Préface 7 Bruno Co l m a n t Introduction 13 Jacques Ma l h e r b e La régionalisation partielle de l impôt des personnes physiques 17 Jean d e La m e Introduction 17 Section 1. Impact

Plus en détail

PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES

PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES OCTOBRE 2013 1. Fiscalité de l été 1.1. Les nouveautés à l ISOC 1.1.1. Les commissions secrètes 1.1.2. La fairness tax 1.1.3. Autres

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants SPF Sécurité Sociale DG Indépendants NOTE CONCERNANT LE NOUVEAU STATUT DES CONJOINTS AIDANTS Depuis le 1er juillet 2005 les conjoints aidants doivent s'affilier au statut social complet (maxi-statut).

Plus en détail

LA FISCALITE RELATIVE AUX DEPLACEMENTS DOMICILE-LIEU LIEU DE TRAVAIL

LA FISCALITE RELATIVE AUX DEPLACEMENTS DOMICILE-LIEU LIEU DE TRAVAIL LA FISCALITE RELATIVE AUX DEPLACEMENTS DOMICILE-LIEU LIEU DE TRAVAIL Ministère des Finances 1 ROLE DE LA FISCALITE EN MATIERE DE MOBILITE Aiguiller la demande de mobilité de la voiture vers d autres modes

Plus en détail