IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir"

Transcription

1 CHU Henri Mondor IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir P.Zerbib, A.Luciani, F.Pigneur, R.Raymond, A.Rahmouni CHU Henri Mondor Créteil Service Imagerie Médicale Pr.A.RAHMOUNI

2 Objectifs Comprendre les questions posées à l IRM hépatique dans ses indications habituelles Comprendre, maîtriser et adapter les paramètres des séquences pour y répondre

3 3 Indications principales 1.Détection et/ou caractérisation d une lesion hépatique unique ou multiples : nodule indéterminé, Carcinome Hépato Cellulaire (CHC),kyste,angiome, Hyperplasie Nodulaire focale (HNF) etc 2.Détection et/ou caractérisation d une anomalie des voies biliaires: calcul des voies biliaires, anomalie congénitale des voies biliaires, pathologie pancréatique, maladies inflammatoires des voies biliaires etc 3.Détection et/ou quantification d une surcharge ferrique: hémochromatose primitive ou secondaire

4 1. Caractérisation d une lésion hépatique

5 PREPARATION DU PATIENT Avant toute chose, le manipulateur doit s'informer du dossier et du contexte clinique pour un prise en charge optimisée Du fait de la localisation du foie, des séquences en apnée ou avec asservissement respiratoire sont indispensables

6 PREPARATION DU PATIENT Expliquer l examen et rassurer le patient Expliquer l indispensable prend quelques minutes et diminue le taux d échecs Motiver le patient sur la coopération en lui disant notamment: les images peuvent être floues, je vous parlerai au cours de l examen etc Expliquer que certaines séquences nécessitent une apnée, et d autres une respiration régulière

7 L asservissement respiratoire est effectué : -Soit par la mise en place d une ceinture placée autour du patient -Soit par un écho navigateur

8 Principe de l asservissement par ceinture L asservissement par ceinture respiratoire permet de détecter les cycles respiratoires: le ballon de la ceinture se gonfle à chaque fin d expiration et déclenche les impulsions

9 Principe de l écho-navigateur L écho navigateur est une séquence en écho de gradient rapide avec environ 5 impulsions/ seconde, sans la double transformée de Fourier donc sans reconstruction d image. Ce navigateur est placé à cheval entre le foie et le poumon. Il détecte l absence ou la présence de protons par enregistrement d un signal. L écho obtenu est visualisé sous la forme d une courbe signal / temps Le signal est proportionnel à la distance parcourue par le foie au cours de la respiration Une impulsion est déclenchée à chaque expiration (présence maximale de protons)

10 Foie Poumons Echo Navigateur placé à cheval entre le foie et le poumon

11 LIMITES ET AVANTAGES LIMITES Nécessite la respiration la plus régulière et d amplitude la plus constante possibles AVANTAGES Permet des examens de qualité pour des patients ne pouvant tenir une apnée longue Permet des séquences avec Temps d acquisitions élevés ne pouvant être réalisées en apnée

12 Les séquences les plus souvent utilisées 1.La séquence T1 écho de gradient en Phase et en Opposition de Phase (InPhase Out-of-Phase) 2.Séquence T2 en écho de spin (1er et 2éme écho) avec saturation de graisse 3.La séquence de Diffusion 4.Séquence 3D T1 en écho de gradient rapide avec saturation de graisse avant et après injection de gadolinium 5.Séquence T1 en écho de gradient avec saturation de graisse

13 1.La séquence T1 écho de gradient En phase et en Opposition de Phase (InPhase Out-of-Phase) A la recherche d un hypersignal T1 lié ou non à de la graisse intracellulaire 2.Séquence T2 en écho de spin (1er et 2éme écho) avec saturation de graisse A la recherche d une modification du contraste foie-lésion 3.La séquence de Diffusion Pour caracteriser et détecter les lesions 4.Séquence 3D T1 en écho de gradient rapide avec saturation de graisse avant et après injection de gadolinium Pour étudier le réhaussement du foie 5.Séquence T1 en écho de gradient avec saturation de graisse Pour étudier le réhaussement tardif du foie

14 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE

15 PRINCIPE Acquisition de deux échos Au premier TE (2.4 ms) les protons de la graisse et de l'eau sont en décalage de phase (out phase). Le signal de la graisse s'annule avec apparition d un artefact de décalage chimique (liseré noir) entre les structures eau- graisse Au deuxième TE (4.8 ms) les protons de la graisse et de l eau sont en phase (in phase). Leur deux signaux s'additionnent. A chaque acquisition de coupe, deux images sont acquises et reconstruites en fonction de leur TE respectifs. Cette séquence est réalisée en apnée

16 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE A la recherche d'un hypersignal T1 lié ou non à la présence de graisse intracellulaire TE=4.8 MS TE=2.4 MS Noter l'absence de chute de signal de la graisse extra-cellulaire (souscutanée et intra péritonéale) entre les séquences IN et OUT phase Une séquence avec FAT SAT aurait annulé la graisse intra et extracellulaire

17 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE Graisse 1.5 Tesla Eau Différences de fréquences de l eau et de la graisse(220 Hz à 1.5 Tesla) E G T=0 Signal graisse +eau In Phase

18 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE Graisse 1.5 Tesla Eau Fe-fg=220hz E G G E T=0 T=TE=2.4 ms à 1.5T Signal graisse +eau In Phase Signal eau-graisse Out Phase

19 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE Graisse 1.5 Tesla Eau Fe-fg=220hz E G E E G G T=0 T=TE=2.4 ms à 1.5T T=TE=4.8 ms à 1.5T Signal graisse +eau In Phase Signal eau-graisse Out Phase Signal graisse +eau In Phase

20 LIMITES ET AVANTAGES: LIMITES : Artefact de décalage chimique de deuxième ordre en opposition de phase N annule que le signal de la graisse intra-cellulaire AVANTAGES : Recherche de graisse intra-cellulaire : stéatose hépatique Pauvre en lipides Riche en lipides

21 In Phase Signal eau + graisse A cet endroit, il y a autant de graisse que d eau Eau graisse Out Phase Signal eau - graisse

22 Stéatose focale Chute de signal En phase En opposition de phase

23 Pourquoi pas un T1 spin écho? La séquence in phase out phase nécessite, à 1.5T, des TE courts compris entre 2 et 4 ms L écho de spin n est pas utilisé du fait du rephasage à 180 qui ne permet pas des temps d échos courts! impulsions EG ES Gsc G p Gl signal Gs G p Gl signal

24 SEQUENCES T2 AVEC SATURATION DE GRAISSE

25 PRINCIPE Acquisition en pondération T2 permettant de caractériser les lesions (riches en eau) On utilise des temps d echo effectifs longs(>60 ms) Cette séquence est effectuée avec une saturation spectrale de la graisse. Du fait du facteur turbo élevé, cette séquence T2 peut etre réalisée en écho de spin avec asservissement respiratoire ou en apnée

26 Afin d augmenter le contraste foie-lésion, on peut utiliser un deuxième écho beaucoup plus tardif (> 100ms) L accentuation du contraste foie-lesion entre le premier écho (<70 ms) et le deuxième écho (>100 ms), permet de différencier les lesions riches en eau des autres Se rappeler cependant que le rapport signal-bruit chute avec le temps d écho

27 SéquenceT2 Spin écho Fat sat avec 1er et 2éme écho A la recherche d une augmentation du contraste foie-lésion orientant vers un kyste biliaire ou un angiome 1er écho 2ème écho

28 - 1er écho < 70ms: détection des lésions - 2éme écho >100ms: caractérisation des lésions à T2 long lésion liquidienne / angiomateuse 1er écho 2ème écho 1er écho 2ème écho Augmentation du contraste foielésion T2 du foie Signal 1er écho T2 des lésions liquidiennes/angiomateuses 2ème écho Temps d écho Ici angiome

29 Pourquoi réaliser une Saturation de graisse? L application d un facteur turbo entraîne un hypersignal de la graisse (par moyennage des échos) Une saturation de la graisse est nécessaire pour: augmenter le contraste foie-lésion diminuer les artéfacts de répétition dus aux mouvements Axiale T2 Axiale T2 avec saturation de graisse

30 Pourquoi pas un écho de gradient T2? Artéfact de susceptibilité magnétique entraînant une chute du rapport signal sur bruit majorée en écho de gradient du fait de la présence de fer dans le foie Acquisition en Turbo spin écho T2 rapide du fait d un train d échos élevé (20 échos en moyenne par impulsion, permettant un remplissage rapide du plan de Fourier) fg Gs Gp Gl signal

31 Spin Echo T2 rapide avec saturation de graisse Echo de Gradient T2 avec saturation de graisse

32 SEQUENCE DE DIFFUSION

33 PRINCIPE: Mise en évidence des mouvements microscopiques de l eau dans les tissus Utilisation d une séquence EPI-SE avec des gradients de diffusion La diffusion nécessite l utilisation d une séquence dite en «Echo Planar» qui utilise des gradients oscillants permettant de balayer l espace k en une seule lecture Hyper signal, à b élevés, dans les zones à diffusion restreinte

34 L objectif de la séquence de diffusion est de pouvoir: 1. Détecter les lésions de petites tailles difficilement visibles sur les autres séquences 2. Caracteriser les zones à diffusion restreinte (ex:métastase) afin de les différencier des kystes (diffusion élevée) Le temps d acquisition de cette séquence est d environ 3 mn, d où la nécessité d un asservissement respiratoire Le facteur de diffusion b correspond à la valeur de montée des gradients

35 Principe de la diffusion Restriction de la diffusion Diffusion normale

36 Séquence de diffusion Application de gradients de diffusion de chaque coté d une impulsion de 180 degrés lors d une séquence de type SE-EPI 180 Protons mobiles Protons immobiles SIGNAL Le déphasage des protons immobiles (diffusion restreinte) est compensé par le deuxième gradient signal Le déphasage des protons mobiles (diffusion élevée) n est pas compensé par le deuxième gradient pas de signal

37 La valeur du facteur de diffusion b est proportionnelle à l intensité des gradients de diffusion Plus le b est élevé,plus l intensité du gradient de diffusion est élevé et seules les zones à diffusion restreinte donneront du signal 180 g=rapport gyromagnétique DG=Duré Application AG=Amplitude Gradient TG=Temps séparant les deux Gradients de diffusion DG TG AG b= (gxagxdg)² X (TG-DG/3) en s/mm²

38 Quand la valeur de b augmente, le signal diminue SIGNAL DIFFUSION FAIBLE DIFFUSION ELEVEE b (en s/mm2)

39 bo b10 b20 b30 b40 b100 b200 b400 b800

40 bo A b0 (pas de gradient de diffusion), les kystes et la métastase sont visibles(t2) b800 A b800 (gradient de diffusion élevé), seule la métastase est visible

41 SEQUENCES 3D T1 EN ECHO DE GRADIENT RAPIDE AVEC SATURATION DE GRAISSE AVANT ET APRES INJECTION DE GADOLINIUM

42 Pré-requis d une étude de qualité : Couvrir tout le foie Pondération T1 EG à TE court Saturation de graisse Temps limité par apnée < 20sec Résolution spatiale élevée (< 3mm) Etude dynamique à différents temps (au moins trois) Artériel Portal Acquisition répétée au moins une foie pour l étude parenchymateuse

43 Séquence 3D T1 en écho gradient rapide avec saturation de graisse avant et après injection de gadolinium Pour étudier sa vascularisation et son réhaussement IV- Artériel Portal Parenchymateux Ici: Hyperplasie Nodulaire Focale (HNF)

44 Séquences dynamiques 3D EG T1 (VIBE-LAVA-THRIVE) EG 3D: Acquisition rapide (couverture foie / Apnée) : <20 sec Acquisitions dynamiques: résolution temporelle 3D: optimisation resolution spatiale Interpolation : Remplissage partiel du k space (plan de Fourier) Pondération en contraste en T1 60 partitions (coupes) 2-3mm TR=4ms TE=2.30ms Impulsion RF GS GP GR

45 L INTERPOLATION DU PLAN DE FOURIER Principe: il consiste à compléter l acquisition par des points de valeur nulle(zéro filling) Conséquences: réduction importante du Temps d acquisition (50%) perte de résolution (perte hautes fréquences) conservation du contraste (acquisition lignes centrales) T1 EG - 3D Dynamiques (VIBE ) Prise de contraste Resolutions Temporelle et spatiale

46 L INTERPOLATION DU PLAN DE FOURIER Ky L1 Ln Zéro filling Kx Zéro filling

47 Séquences dynamiques 3D EG T1 Avant IV Apres IV Ici: Hyperplasie Nodulaire Focale

48 SEQUENCES EN ECHO DE GRADIENT 2D T1 AVEC SATURATION DE GRAISSE ET APRES INJECTION DE GADOLINIUM

49 Séquence EG T1 avec saturation de graisse Après l acquisition dynamique,on effectue une séquence en écho de gradient pondérée en T1 avec saturation de graisse afin de: étudier le parenchyme et son rehaussement après injection de gadolinium visualiser les prises de contraste tardives Une saturation de graisse est nécessaire afin d optimiser les prises de contraste Cette séquence est réalisée en apnée Les coupes sont acquises dans le plan axial +/- coronal

50 Séquence EG T1 avec saturation de graisse après IV Gadolinium axial coronal Une saturation de graisse est nécessaire afin d optimiser les prises de contraste

51 Séquences - Protocole Pondération Type de Séquence Objectif Paramètre T1 EG Parenchyme - Graisse T2 TSE - FS Parenchyme - Nodules T2 SE-EPI Détection- Caractérisation IP - OP RSB - Apnée Asservissement respiratoire - TE Diffusion- Valeurs de b T1 EG - 3D Dynamiques (VIBE) Prise de contraste - Angiogénèse Resol. Temporelle Resol. Spatiale T1 EG-FS Parenchyme Contraste

52 2.Détection et/ou caractérisation d une anomalie des voies biliaires

53 Deux séquences utiles pour l étude des voies biliaires: 1.La séquence T2 en Half Fourier Etude morphologique du foie et du pancréas et exploration des voies biliaires 2.Séquence RARE en 2D ou 3D à TE long Visualisation de l arbre biliaire

54 PREPARATION DU PATIENT Pour cet examen, le patient doit être strictement à jeun afin d éviter les projections du duodenum et de l estomac A jeun Pas à jeun!

55 SEQUENCES EN HALF FOURIER SSFSE(GE) SS TSE(PHILIPS) HASTE(SIEMENS)

56 Séquence Half Fourier A visée morphologique Pour explorer les voies biliaires Interet des coupes axiales et coronales Axiale Coronal

57 PRINCIPE Le Haste est une séquence turbo spin écho T2 avec un train d echos élevé et associé à l'acquisition de la moitié du plan de Fourier Haste=Half Fourier Single shot Turbo spin Echo TR=1000 ms TEeff=80 MS Facteur turbo=144 échos

58 L acquisition seule de la moitié du plan de Fourier est possible grâce à la symétrie du plan en phase et en fréquence. En pratique,on acquière 5/8 ème du plan MHz MHz MHz MHz symétrie du plan de Fourier 5/8 ème du plan

59 CHRONOGRAMME SEQUENCE HASTE Half Fourier Single shot Turbo spin Echo (Siemens) impulsions Gs Gp Gl signal En pratique on établit un facteur turbo de 144 échos

60 LIMITES ET AVANTAGES LIMITES Faible résolution spatiale du fait de l acquisition du demi plan de Fourier Image «floue» AVANTAGES Acquisition rapide (20 sec) Excellent contraste des structures liquidiennes

61 Coupes axiales Haste Coupes coronales Haste

62 LA SEQUENCE RARE (BILI) (RAPID ACQUISITION RELAXED ENHANCED)

63 PRINCIPE: Cette séquence est un turbo spin écho T2 avec un facteur turbo très élevé C est une séquence remplissant l'ensemble du plan de Fourier après une seule impulsion de 90. Cette technique dite "singleshot" nécessite l'application successive d'autant d'impulsions de 180 qu'il y a de lignes à remplir. Les séquences obtenues sont très pondérées T2 car on utilise des TE très élevés ( entre 900 et 1100 ms.) Seuls les liquides de stases (derniers protons à se déphaser) donneront du signal. TR=2860 ms TE effectif=1000 ms Facteur Turbo=240 échos

64 Le signal diminue avec le TE, et le TE étant élevé (1000 ms): Intérêt des coupes épaisses ( 40mm) Signal TE

65 Séquence RARE (bili) impulsions Gs Gp Gl signal En pratique on établit un facteur turbo de 240 échos

66 LIMITES ET AVANTAGES LIMITES Dégradation du rapport signal sur bruit du foie (faible signal des échos tardifs et très grand TE effectif). Faible résolution spatiale AVANTAGES Excellent contraste des structures liquidiennes non circulantes qui ont un rapport signal-bruit élevé. Acquisition très rapide (moins de 2 secondes/coupe) Compatible avec l'apnée (intérêt essentiel pour les structures mobiles)

67 Lithiase intra canalaire (Cholédoque)

68 Lithiases vésiculaire et du cholédoque

69 SEQUENCE BILI 3 D On obtient une acquisition volumique avec une fine épaisseur de coupe(1,2 mm) Reconstruction de l'arbre biliaire en MIP (Maximum Intensity Projection) TR=1100 ms TE=653 ms NPartitions=72 coupes Facteur Turbo=121 échos Tacq=3mn

70 Cholangiographie IRM

71 3.Détection et/ou quantification d une surcharge ferrique

72 Ce terme caractérise l'imprégnation des tissus de l'organisme par des ions ferriques. Utilisation de séquences en écho de gradient (GRE), plus sensibles à la présence de fer Le fer entraîne une baisse importante du signal par effondrement du temps de relaxation T2 Afin de favoriser une quantification à l échelle de l organe, on ne doit donc pas utiliser d antennes de surface mais acquérir les images avec une antenne «corps». Plusieurs techniques d analyse sont possibles, reposant toutes sur le principe d une quantification de la chute de signal avec l allongement des TE.

73 SEQUENCES EN ECHO DE GRADIENT A TE VARIABLE T1 DP T2 TE=9 ms T2+ TE=14 ms T2++ TE=21 ms

74 Conclusion: Bien comprendre les séquences ainsi que leur mode opératoire est primordial afin d adapter au mieux la prise en charge du patient. L arrivée des nouvelles séquences de plus en plus rapides, grâce aux progrès de l homogénéité des champs, la qualité de montée des gradients ainsi que les techniques d acquisitions, permettent d améliorer les diagnostics et de réduire le temps d examen.

Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque

Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque O Bruot, V Laurent, P.A Ganne, C Barbary, S Corby, E Kermarrec, S Béot, D Régent Service de Radiologie Brabois Adultes JFR Octobre 2006 CHU NANCY Préface

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Apport de l IRM dans la

Apport de l IRM dans la Apport de l IRM dans la caractérisation tissulaire préopératoire des tumeurs rectales Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire

Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire 4ème Journée inter-régionale RENATEN Centre / Poitou-Charente Imagerie des tumeurs endocrines Le point de vue de l imagerie moléculaire Maria João Santiago-Ribeiro CHRU Tours Université François Rabelais

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Images en «franc» hypersignal T2 du pelvis féminin Atlas iconographique

Images en «franc» hypersignal T2 du pelvis féminin Atlas iconographique Images en «franc» hypersignal du pelvis féminin Atlas iconographique Cavet M, Soyer P, Malzy P, Bendavid S, Merlin A, Martin-Grivaud S, Rymer R RADIOLOGIE VISCERALE ET VASCULAIRE, HOPITAL LARIBOISIERE

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel E. de Kerviler, C. de Bazelaire, P. Coulon*, S. Gotman**, J Yanof***, C. Bauer***J. Sapir**. Service de Radiologie,

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

UMG 20CM. UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM. Analyse d harmoniques RCM. Gestion d alarmes.

UMG 20CM. UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM. Analyse d harmoniques RCM. Gestion d alarmes. RCM Analyse d harmoniques Gestion d alarmes 02 Logiciel d analyse GridVis 20 entrées courant UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM Interface / Communikation

Plus en détail

FAG Detector II le collecteur et l analyseur de données portatif. Information Technique Produit

FAG Detector II le collecteur et l analyseur de données portatif. Information Technique Produit FAG II le collecteur et l analyseur de données portatif Information Technique Produit Application La maintenance conditionnelle Principe de fonctionnement Application Le FAG II est, à la fois, un appareil

Plus en détail

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger *Malgré les progrès de dialyse, la transplantation rénale demeure le meilleur choix thérapeutique de l insuffisance

Plus en détail

Didier Pietquin. Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques

Didier Pietquin. Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques Didier Pietquin Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques Que sont les notions de fréquence fondamentale et d harmoniques? C est ce que nous allons voir dans cet article. 1. Fréquence Avant d entamer

Plus en détail

Histoire d une masse pancréatique

Histoire d une masse pancréatique Histoire d une masse pancréatique Marie Luce Auriault Michael Levy Frédéric Pigneur Claude Tayar, et Iradj Sobhani CHU Henri Mondor Pour GHIF Samedi 13 Juin 2009, Histoire de la maladie Femme 66 ans consulte

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE

NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE D r Eric OUHAYOUN Service de Médecine Nucléaire - P r J.P. Esquerré CHU Purpan Toulouse - France Néphrogramme isotopique Principe :

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones d Angéiologie 8 Janvier 2010 Historique 1550 Falloppio

Plus en détail

Pathologies tumorales thoraciques : intérêt de l IRM de perfusion et de diffusion avant biopsie

Pathologies tumorales thoraciques : intérêt de l IRM de perfusion et de diffusion avant biopsie Pathologies tumorales thoraciques : intérêt de l IRM de perfusion et de diffusion avant biopsie Szwarc D.(1), Bour L.(1), Chapron J.(2), Gibault L.(3), Gouya H.(1), Abdelli O.(1), Fregeville A.(1), Silvera

Plus en détail

SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN

SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN Informations relatives aux procédures d IRM pour défibrillateurs Evera MRI SureScan et sondes SureScan Manuel technique pour l'irm 0123 2014 La liste suivante

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Compression et Transmission des Signaux. Samson LASAULCE Laboratoire des Signaux et Systèmes, Gif/Yvette

Compression et Transmission des Signaux. Samson LASAULCE Laboratoire des Signaux et Systèmes, Gif/Yvette Compression et Transmission des Signaux Samson LASAULCE Laboratoire des Signaux et Systèmes, Gif/Yvette 1 De Shannon à Mac Donalds Mac Donalds 1955 Claude Elwood Shannon 1916 2001 Monsieur X 1951 2 Où

Plus en détail

LAB 1 : Familiarisation avec l interface OS X, familiarisation avec FSL, prétraitement des images fonctionnelles.

LAB 1 : Familiarisation avec l interface OS X, familiarisation avec FSL, prétraitement des images fonctionnelles. LAB 1 : Familiarisation avec l interface OS X, familiarisation avec FSL, prétraitement des images fonctionnelles. Le finder Appuyez «cmd + N» pour ouvrir une nouvelle fenêtre du finder, ou appuyer sur

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

Résonance magnétique (IRM)

Résonance magnétique (IRM) (IRM) Le médecin a prescrit une résonance magnétique (IRM) et vous vous demandez en quoi consiste cet examen. Afin de répondre à vos questions, voici quelques informations. But de l examen Les examens

Plus en détail

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO <jiayin.gao@univ-paris3.fr> 20 mars 2014

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO <jiayin.gao@univ-paris3.fr> 20 mars 2014 Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014 La phonétique acoustique La phonétique acoustique étudie les propriétés physiques du signal

Plus en détail

RSA ADAPTIVE AUTHENTICATION

RSA ADAPTIVE AUTHENTICATION RSA ADAPTIVE AUTHENTICATION Plate-forme complète d authentification et de détection des fraudes D UN COUP D ŒIL Mesure du risque associé aux activités de connexion et de postconnexion via l évaluation

Plus en détail

Opérations de base sur ImageJ

Opérations de base sur ImageJ Opérations de base sur ImageJ TPs d hydrodynamique de l ESPCI, J. Bico, M. Reyssat, M. Fermigier ImageJ est un logiciel libre, qui fonctionne aussi bien sous plate-forme Windows, Mac ou Linux. Initialement

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Scanner de film numérique

Scanner de film numérique HD-CR 35 NDT Le nouveau standard de la radiographie numérique avec la technologie TroisFocales Scanner de film numérique Données techniques HD-CR 35 NDT Taille ajustable des spots laser : 12,5-25 - 50

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III COMMUNIQUE DE PRESSE Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III - Présentation de nouvelles données

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000 DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite La gamme des gradateurs Compulite est conçue autour des technologies les plus récentes et les plus évoluées que ces 20 dernières années ont vu apparaître.

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Dan Istrate. Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier

Dan Istrate. Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier Détection et reconnaissance des sons pour la surveillance médicale Dan Istrate le 16 décembre 2003 Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier Thèse mené dans le cadre d une collaboration

Plus en détail

Moyens d étude de la peau

Moyens d étude de la peau Moyens d étude de la peau Dr. Yannick Le Corre yalecorre@chu-angers.fr Service de Dermatologie Vénéréologie Pr. L. Martin 2011-2012 CHU Angers UE Revêtement cutané Dermoscopie ou Dermatoscopie Examen de

Plus en détail

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) INTERPRETATION DES

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 (1) Service de NeuroImagerie Diagnostique et Thérapeutique, CHU Bordeaux, Université de Bordeaux (2) Neurocentre Magendie, INSERM U 862, Université de Bordeaux

Plus en détail

Equipement. électronique

Equipement. électronique MASTER ISIC Les générateurs de fonctions 1 1. Avant-propos C est avec l oscilloscope, le multimètre et l alimentation stabilisée, l appareil le plus répandu en laboratoire. BUT: Fournir des signau électriques

Plus en détail

5.2 Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème

5.2 Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème . Théorème de Fourier et Transformée de Fourier Fourier, Joseph (788). Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème Théorème «de Fourier»: N importe quelle courbe peut être décomposée en une superposition

Plus en détail

Chapitre 2 Caractéristiques des ondes

Chapitre 2 Caractéristiques des ondes Chapitre Caractéristiques des ondes Manuel pages 31 à 50 Choix pédagogiques Le cours de ce chapitre débute par l étude de la propagation des ondes progressives. La description de ce phénomène est illustrée

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Différents types de matériaux magnétiques

Différents types de matériaux magnétiques Différents types de matériaux magnétiques Lien entre propriétés microscopiques et macroscopiques Dans un matériau magnétique, chaque atome porte un moment magnétique µ (équivalent microscopique de l aiguille

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Sytème de Diagnostic d'imagerie Numérique simple et évolutif

Sytème de Diagnostic d'imagerie Numérique simple et évolutif Sytème de Diagnostic d'imagerie Numérique simple et évolutif Un système simple et évolutif Scanner Ceph - Temps d'exposition : minimum 4 sec - Mode HD Fonction de prévisualisation Décidez ainsi immédiatement

Plus en détail

Développements en imagerie RMN spirale et application

Développements en imagerie RMN spirale et application Développements en imagerie RMN spirale et application à la caractérisation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique sur deux modèles de tumeurs intracérébrales Marine Beaumont To cite this

Plus en détail

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur,

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur, Bulletin n 10 2014 Cher adhérent, cher donateur, La maladie crée souvent une situation de stress aussi il nous a semblé nécessaire de préciser les différentes étapes du parcours de soins afin de faciliter

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège

Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège Un laboratoire d auto-immunité paperless : mythe ou réalité? L.Lutteri Laboratoire d auto-immunité Service de Chimie Clinique CHU Liège Immunofluorescence Dépistage Aspect Titre Cellules Hep 2: Connectivites

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

DOSSIER D'INSCRIPTION

DOSSIER D'INSCRIPTION CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NICE ECOLE D' INFIRMIERS ANESTHESISTES CONCOURS D ENTREE DOSSIER D'INSCRIPTION DATE LIMITE DE DEPOT LE DERNIER JOUR OUVRABLE DU MOIS DE MARS ANNEE N ECOLE INFIRMIERS

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Fabrice Beauville Journées Jeunes Chercheurs 18/12/2003 Les Coalescences Binaires & VIRGO Système binaire d objets compacts (étoiles à neutrons,

Plus en détail

Sein inflammatoire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc

Sein inflammatoire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Sein inflammatoire Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Sein inflammatoire 3 types Mastites infectieuses Mastites non infectieuses Cancer inflammatoire 2 situations cliniques Allaitement Hors

Plus en détail

Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P

Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statique CA Multi fonctions - 5 sélections de modes de fonctionnement: angle de phase, trains d ondes distribuées et

Plus en détail

Les algorithmes de base du graphisme

Les algorithmes de base du graphisme Les algorithmes de base du graphisme Table des matières 1 Traçage 2 1.1 Segments de droites......................... 2 1.1.1 Algorithmes simples.................... 3 1.1.2 Algorithmes de Bresenham (1965).............

Plus en détail

Le cancer du foie. Carcinome hépatocellulaire. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches

Le cancer du foie. Carcinome hépatocellulaire. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Le cancer du foie Carcinome hépatocellulaire Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Impressum _Editrice Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

Traitement bas-niveau

Traitement bas-niveau Plan Introduction L approche contour (frontière) Introduction Objectifs Les traitements ont pour but d extraire l information utile et pertinente contenue dans l image en regard de l application considérée.

Plus en détail

.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203 .(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3 .( @.*" '!%2"+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!

.( /.*!0) %1 2+ %#(3004) 05' 203 .(.*0+ ) '!2+ %#(30+ 0!%) 4!%2) 3 .( @.* '!%2+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2+ 16 3047! !"#! $ %#&' (!"#$!% & % ' (!%' ) )''! *)+* *! %#"+, ' ( ', -) " *.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203.(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3.( -.* %)!(2"+ %#(30! &' 4!!%.+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!%(%' 0.(89.*

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail