IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir"

Transcription

1 CHU Henri Mondor IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir P.Zerbib, A.Luciani, F.Pigneur, R.Raymond, A.Rahmouni CHU Henri Mondor Créteil Service Imagerie Médicale Pr.A.RAHMOUNI

2 Objectifs Comprendre les questions posées à l IRM hépatique dans ses indications habituelles Comprendre, maîtriser et adapter les paramètres des séquences pour y répondre

3 3 Indications principales 1.Détection et/ou caractérisation d une lesion hépatique unique ou multiples : nodule indéterminé, Carcinome Hépato Cellulaire (CHC),kyste,angiome, Hyperplasie Nodulaire focale (HNF) etc 2.Détection et/ou caractérisation d une anomalie des voies biliaires: calcul des voies biliaires, anomalie congénitale des voies biliaires, pathologie pancréatique, maladies inflammatoires des voies biliaires etc 3.Détection et/ou quantification d une surcharge ferrique: hémochromatose primitive ou secondaire

4 1. Caractérisation d une lésion hépatique

5 PREPARATION DU PATIENT Avant toute chose, le manipulateur doit s'informer du dossier et du contexte clinique pour un prise en charge optimisée Du fait de la localisation du foie, des séquences en apnée ou avec asservissement respiratoire sont indispensables

6 PREPARATION DU PATIENT Expliquer l examen et rassurer le patient Expliquer l indispensable prend quelques minutes et diminue le taux d échecs Motiver le patient sur la coopération en lui disant notamment: les images peuvent être floues, je vous parlerai au cours de l examen etc Expliquer que certaines séquences nécessitent une apnée, et d autres une respiration régulière

7 L asservissement respiratoire est effectué : -Soit par la mise en place d une ceinture placée autour du patient -Soit par un écho navigateur

8 Principe de l asservissement par ceinture L asservissement par ceinture respiratoire permet de détecter les cycles respiratoires: le ballon de la ceinture se gonfle à chaque fin d expiration et déclenche les impulsions

9 Principe de l écho-navigateur L écho navigateur est une séquence en écho de gradient rapide avec environ 5 impulsions/ seconde, sans la double transformée de Fourier donc sans reconstruction d image. Ce navigateur est placé à cheval entre le foie et le poumon. Il détecte l absence ou la présence de protons par enregistrement d un signal. L écho obtenu est visualisé sous la forme d une courbe signal / temps Le signal est proportionnel à la distance parcourue par le foie au cours de la respiration Une impulsion est déclenchée à chaque expiration (présence maximale de protons)

10 Foie Poumons Echo Navigateur placé à cheval entre le foie et le poumon

11 LIMITES ET AVANTAGES LIMITES Nécessite la respiration la plus régulière et d amplitude la plus constante possibles AVANTAGES Permet des examens de qualité pour des patients ne pouvant tenir une apnée longue Permet des séquences avec Temps d acquisitions élevés ne pouvant être réalisées en apnée

12 Les séquences les plus souvent utilisées 1.La séquence T1 écho de gradient en Phase et en Opposition de Phase (InPhase Out-of-Phase) 2.Séquence T2 en écho de spin (1er et 2éme écho) avec saturation de graisse 3.La séquence de Diffusion 4.Séquence 3D T1 en écho de gradient rapide avec saturation de graisse avant et après injection de gadolinium 5.Séquence T1 en écho de gradient avec saturation de graisse

13 1.La séquence T1 écho de gradient En phase et en Opposition de Phase (InPhase Out-of-Phase) A la recherche d un hypersignal T1 lié ou non à de la graisse intracellulaire 2.Séquence T2 en écho de spin (1er et 2éme écho) avec saturation de graisse A la recherche d une modification du contraste foie-lésion 3.La séquence de Diffusion Pour caracteriser et détecter les lesions 4.Séquence 3D T1 en écho de gradient rapide avec saturation de graisse avant et après injection de gadolinium Pour étudier le réhaussement du foie 5.Séquence T1 en écho de gradient avec saturation de graisse Pour étudier le réhaussement tardif du foie

14 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE

15 PRINCIPE Acquisition de deux échos Au premier TE (2.4 ms) les protons de la graisse et de l'eau sont en décalage de phase (out phase). Le signal de la graisse s'annule avec apparition d un artefact de décalage chimique (liseré noir) entre les structures eau- graisse Au deuxième TE (4.8 ms) les protons de la graisse et de l eau sont en phase (in phase). Leur deux signaux s'additionnent. A chaque acquisition de coupe, deux images sont acquises et reconstruites en fonction de leur TE respectifs. Cette séquence est réalisée en apnée

16 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE A la recherche d'un hypersignal T1 lié ou non à la présence de graisse intracellulaire TE=4.8 MS TE=2.4 MS Noter l'absence de chute de signal de la graisse extra-cellulaire (souscutanée et intra péritonéale) entre les séquences IN et OUT phase Une séquence avec FAT SAT aurait annulé la graisse intra et extracellulaire

17 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE Graisse 1.5 Tesla Eau Différences de fréquences de l eau et de la graisse(220 Hz à 1.5 Tesla) E G T=0 Signal graisse +eau In Phase

18 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE Graisse 1.5 Tesla Eau Fe-fg=220hz E G G E T=0 T=TE=2.4 ms à 1.5T Signal graisse +eau In Phase Signal eau-graisse Out Phase

19 LA SEQUENCE EN ECHO DE GRADIENT T1 EN PHASE ET EN OPPOSITION DE PHASE Graisse 1.5 Tesla Eau Fe-fg=220hz E G E E G G T=0 T=TE=2.4 ms à 1.5T T=TE=4.8 ms à 1.5T Signal graisse +eau In Phase Signal eau-graisse Out Phase Signal graisse +eau In Phase

20 LIMITES ET AVANTAGES: LIMITES : Artefact de décalage chimique de deuxième ordre en opposition de phase N annule que le signal de la graisse intra-cellulaire AVANTAGES : Recherche de graisse intra-cellulaire : stéatose hépatique Pauvre en lipides Riche en lipides

21 In Phase Signal eau + graisse A cet endroit, il y a autant de graisse que d eau Eau graisse Out Phase Signal eau - graisse

22 Stéatose focale Chute de signal En phase En opposition de phase

23 Pourquoi pas un T1 spin écho? La séquence in phase out phase nécessite, à 1.5T, des TE courts compris entre 2 et 4 ms L écho de spin n est pas utilisé du fait du rephasage à 180 qui ne permet pas des temps d échos courts! impulsions EG ES Gsc G p Gl signal Gs G p Gl signal

24 SEQUENCES T2 AVEC SATURATION DE GRAISSE

25 PRINCIPE Acquisition en pondération T2 permettant de caractériser les lesions (riches en eau) On utilise des temps d echo effectifs longs(>60 ms) Cette séquence est effectuée avec une saturation spectrale de la graisse. Du fait du facteur turbo élevé, cette séquence T2 peut etre réalisée en écho de spin avec asservissement respiratoire ou en apnée

26 Afin d augmenter le contraste foie-lésion, on peut utiliser un deuxième écho beaucoup plus tardif (> 100ms) L accentuation du contraste foie-lesion entre le premier écho (<70 ms) et le deuxième écho (>100 ms), permet de différencier les lesions riches en eau des autres Se rappeler cependant que le rapport signal-bruit chute avec le temps d écho

27 SéquenceT2 Spin écho Fat sat avec 1er et 2éme écho A la recherche d une augmentation du contraste foie-lésion orientant vers un kyste biliaire ou un angiome 1er écho 2ème écho

28 - 1er écho < 70ms: détection des lésions - 2éme écho >100ms: caractérisation des lésions à T2 long lésion liquidienne / angiomateuse 1er écho 2ème écho 1er écho 2ème écho Augmentation du contraste foielésion T2 du foie Signal 1er écho T2 des lésions liquidiennes/angiomateuses 2ème écho Temps d écho Ici angiome

29 Pourquoi réaliser une Saturation de graisse? L application d un facteur turbo entraîne un hypersignal de la graisse (par moyennage des échos) Une saturation de la graisse est nécessaire pour: augmenter le contraste foie-lésion diminuer les artéfacts de répétition dus aux mouvements Axiale T2 Axiale T2 avec saturation de graisse

30 Pourquoi pas un écho de gradient T2? Artéfact de susceptibilité magnétique entraînant une chute du rapport signal sur bruit majorée en écho de gradient du fait de la présence de fer dans le foie Acquisition en Turbo spin écho T2 rapide du fait d un train d échos élevé (20 échos en moyenne par impulsion, permettant un remplissage rapide du plan de Fourier) fg Gs Gp Gl signal

31 Spin Echo T2 rapide avec saturation de graisse Echo de Gradient T2 avec saturation de graisse

32 SEQUENCE DE DIFFUSION

33 PRINCIPE: Mise en évidence des mouvements microscopiques de l eau dans les tissus Utilisation d une séquence EPI-SE avec des gradients de diffusion La diffusion nécessite l utilisation d une séquence dite en «Echo Planar» qui utilise des gradients oscillants permettant de balayer l espace k en une seule lecture Hyper signal, à b élevés, dans les zones à diffusion restreinte

34 L objectif de la séquence de diffusion est de pouvoir: 1. Détecter les lésions de petites tailles difficilement visibles sur les autres séquences 2. Caracteriser les zones à diffusion restreinte (ex:métastase) afin de les différencier des kystes (diffusion élevée) Le temps d acquisition de cette séquence est d environ 3 mn, d où la nécessité d un asservissement respiratoire Le facteur de diffusion b correspond à la valeur de montée des gradients

35 Principe de la diffusion Restriction de la diffusion Diffusion normale

36 Séquence de diffusion Application de gradients de diffusion de chaque coté d une impulsion de 180 degrés lors d une séquence de type SE-EPI 180 Protons mobiles Protons immobiles SIGNAL Le déphasage des protons immobiles (diffusion restreinte) est compensé par le deuxième gradient signal Le déphasage des protons mobiles (diffusion élevée) n est pas compensé par le deuxième gradient pas de signal

37 La valeur du facteur de diffusion b est proportionnelle à l intensité des gradients de diffusion Plus le b est élevé,plus l intensité du gradient de diffusion est élevé et seules les zones à diffusion restreinte donneront du signal 180 g=rapport gyromagnétique DG=Duré Application AG=Amplitude Gradient TG=Temps séparant les deux Gradients de diffusion DG TG AG b= (gxagxdg)² X (TG-DG/3) en s/mm²

38 Quand la valeur de b augmente, le signal diminue SIGNAL DIFFUSION FAIBLE DIFFUSION ELEVEE b (en s/mm2)

39 bo b10 b20 b30 b40 b100 b200 b400 b800

40 bo A b0 (pas de gradient de diffusion), les kystes et la métastase sont visibles(t2) b800 A b800 (gradient de diffusion élevé), seule la métastase est visible

41 SEQUENCES 3D T1 EN ECHO DE GRADIENT RAPIDE AVEC SATURATION DE GRAISSE AVANT ET APRES INJECTION DE GADOLINIUM

42 Pré-requis d une étude de qualité : Couvrir tout le foie Pondération T1 EG à TE court Saturation de graisse Temps limité par apnée < 20sec Résolution spatiale élevée (< 3mm) Etude dynamique à différents temps (au moins trois) Artériel Portal Acquisition répétée au moins une foie pour l étude parenchymateuse

43 Séquence 3D T1 en écho gradient rapide avec saturation de graisse avant et après injection de gadolinium Pour étudier sa vascularisation et son réhaussement IV- Artériel Portal Parenchymateux Ici: Hyperplasie Nodulaire Focale (HNF)

44 Séquences dynamiques 3D EG T1 (VIBE-LAVA-THRIVE) EG 3D: Acquisition rapide (couverture foie / Apnée) : <20 sec Acquisitions dynamiques: résolution temporelle 3D: optimisation resolution spatiale Interpolation : Remplissage partiel du k space (plan de Fourier) Pondération en contraste en T1 60 partitions (coupes) 2-3mm TR=4ms TE=2.30ms Impulsion RF GS GP GR

45 L INTERPOLATION DU PLAN DE FOURIER Principe: il consiste à compléter l acquisition par des points de valeur nulle(zéro filling) Conséquences: réduction importante du Temps d acquisition (50%) perte de résolution (perte hautes fréquences) conservation du contraste (acquisition lignes centrales) T1 EG - 3D Dynamiques (VIBE ) Prise de contraste Resolutions Temporelle et spatiale

46 L INTERPOLATION DU PLAN DE FOURIER Ky L1 Ln Zéro filling Kx Zéro filling

47 Séquences dynamiques 3D EG T1 Avant IV Apres IV Ici: Hyperplasie Nodulaire Focale

48 SEQUENCES EN ECHO DE GRADIENT 2D T1 AVEC SATURATION DE GRAISSE ET APRES INJECTION DE GADOLINIUM

49 Séquence EG T1 avec saturation de graisse Après l acquisition dynamique,on effectue une séquence en écho de gradient pondérée en T1 avec saturation de graisse afin de: étudier le parenchyme et son rehaussement après injection de gadolinium visualiser les prises de contraste tardives Une saturation de graisse est nécessaire afin d optimiser les prises de contraste Cette séquence est réalisée en apnée Les coupes sont acquises dans le plan axial +/- coronal

50 Séquence EG T1 avec saturation de graisse après IV Gadolinium axial coronal Une saturation de graisse est nécessaire afin d optimiser les prises de contraste

51 Séquences - Protocole Pondération Type de Séquence Objectif Paramètre T1 EG Parenchyme - Graisse T2 TSE - FS Parenchyme - Nodules T2 SE-EPI Détection- Caractérisation IP - OP RSB - Apnée Asservissement respiratoire - TE Diffusion- Valeurs de b T1 EG - 3D Dynamiques (VIBE) Prise de contraste - Angiogénèse Resol. Temporelle Resol. Spatiale T1 EG-FS Parenchyme Contraste

52 2.Détection et/ou caractérisation d une anomalie des voies biliaires

53 Deux séquences utiles pour l étude des voies biliaires: 1.La séquence T2 en Half Fourier Etude morphologique du foie et du pancréas et exploration des voies biliaires 2.Séquence RARE en 2D ou 3D à TE long Visualisation de l arbre biliaire

54 PREPARATION DU PATIENT Pour cet examen, le patient doit être strictement à jeun afin d éviter les projections du duodenum et de l estomac A jeun Pas à jeun!

55 SEQUENCES EN HALF FOURIER SSFSE(GE) SS TSE(PHILIPS) HASTE(SIEMENS)

56 Séquence Half Fourier A visée morphologique Pour explorer les voies biliaires Interet des coupes axiales et coronales Axiale Coronal

57 PRINCIPE Le Haste est une séquence turbo spin écho T2 avec un train d echos élevé et associé à l'acquisition de la moitié du plan de Fourier Haste=Half Fourier Single shot Turbo spin Echo TR=1000 ms TEeff=80 MS Facteur turbo=144 échos

58 L acquisition seule de la moitié du plan de Fourier est possible grâce à la symétrie du plan en phase et en fréquence. En pratique,on acquière 5/8 ème du plan MHz MHz MHz MHz symétrie du plan de Fourier 5/8 ème du plan

59 CHRONOGRAMME SEQUENCE HASTE Half Fourier Single shot Turbo spin Echo (Siemens) impulsions Gs Gp Gl signal En pratique on établit un facteur turbo de 144 échos

60 LIMITES ET AVANTAGES LIMITES Faible résolution spatiale du fait de l acquisition du demi plan de Fourier Image «floue» AVANTAGES Acquisition rapide (20 sec) Excellent contraste des structures liquidiennes

61 Coupes axiales Haste Coupes coronales Haste

62 LA SEQUENCE RARE (BILI) (RAPID ACQUISITION RELAXED ENHANCED)

63 PRINCIPE: Cette séquence est un turbo spin écho T2 avec un facteur turbo très élevé C est une séquence remplissant l'ensemble du plan de Fourier après une seule impulsion de 90. Cette technique dite "singleshot" nécessite l'application successive d'autant d'impulsions de 180 qu'il y a de lignes à remplir. Les séquences obtenues sont très pondérées T2 car on utilise des TE très élevés ( entre 900 et 1100 ms.) Seuls les liquides de stases (derniers protons à se déphaser) donneront du signal. TR=2860 ms TE effectif=1000 ms Facteur Turbo=240 échos

64 Le signal diminue avec le TE, et le TE étant élevé (1000 ms): Intérêt des coupes épaisses ( 40mm) Signal TE

65 Séquence RARE (bili) impulsions Gs Gp Gl signal En pratique on établit un facteur turbo de 240 échos

66 LIMITES ET AVANTAGES LIMITES Dégradation du rapport signal sur bruit du foie (faible signal des échos tardifs et très grand TE effectif). Faible résolution spatiale AVANTAGES Excellent contraste des structures liquidiennes non circulantes qui ont un rapport signal-bruit élevé. Acquisition très rapide (moins de 2 secondes/coupe) Compatible avec l'apnée (intérêt essentiel pour les structures mobiles)

67 Lithiase intra canalaire (Cholédoque)

68 Lithiases vésiculaire et du cholédoque

69 SEQUENCE BILI 3 D On obtient une acquisition volumique avec une fine épaisseur de coupe(1,2 mm) Reconstruction de l'arbre biliaire en MIP (Maximum Intensity Projection) TR=1100 ms TE=653 ms NPartitions=72 coupes Facteur Turbo=121 échos Tacq=3mn

70 Cholangiographie IRM

71 3.Détection et/ou quantification d une surcharge ferrique

72 Ce terme caractérise l'imprégnation des tissus de l'organisme par des ions ferriques. Utilisation de séquences en écho de gradient (GRE), plus sensibles à la présence de fer Le fer entraîne une baisse importante du signal par effondrement du temps de relaxation T2 Afin de favoriser une quantification à l échelle de l organe, on ne doit donc pas utiliser d antennes de surface mais acquérir les images avec une antenne «corps». Plusieurs techniques d analyse sont possibles, reposant toutes sur le principe d une quantification de la chute de signal avec l allongement des TE.

73 SEQUENCES EN ECHO DE GRADIENT A TE VARIABLE T1 DP T2 TE=9 ms T2+ TE=14 ms T2++ TE=21 ms

74 Conclusion: Bien comprendre les séquences ainsi que leur mode opératoire est primordial afin d adapter au mieux la prise en charge du patient. L arrivée des nouvelles séquences de plus en plus rapides, grâce aux progrès de l homogénéité des champs, la qualité de montée des gradients ainsi que les techniques d acquisitions, permettent d améliorer les diagnostics et de réduire le temps d examen.

IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES

IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES 14 DÉCEMBRE 2015 IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES P.Zerbib, A.Luciani, F.Pigneur, A.Rahmouni CHU Henri Mondor Créteil Service Imagerie Médicale Pr.A.RAHMOUNI Objectifs Définir un protocole pour

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

Intérêts de l'irm corps entier avec

Intérêts de l'irm corps entier avec Intérêts de l'irm corps entier avec séquences de diffusion en Oncolgie JC JOUVET 1, V THOMSON 1, M YANES 1, C JOURNE 1, M BAKIR 1,M DURIEUX 1, F DURUPT 2, Y BERTHEZENE 1 1. Service de Radiologie, Hôpital

Plus en détail

Bruot olivier CHU Brabois Nancy

Bruot olivier CHU Brabois Nancy Bruot olivier CHU Brabois Nancy 1. Les principes l imagerie de diffusion 1. Principes physiques 2. Principes d interprétations 2. Protocole d acquisition 3. Réalisation et intérêts de la virtuel Pet MRI

Plus en détail

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare Imagerie 3D en IRM hépato-biliaire et pancréatique atique : en route vers l isotropismel? M Zins*, P Hervo**, I Boulay-Coletta Coletta*, I Le Claire*, E Petit*, M Rodallec*, V Marteau* * Groupe hospitalier

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Neuroradiologie CHU BREST

Neuroradiologie CHU BREST Dr Douraied BEN SALEM Dr Douraied BEN SALEM Neuroradiologie CHU BREST Définition Principaux artéfacts Artéfacts de déplacement chimique Artéfacts de troncature (artéfact de Gibbs) Artéfacts de susceptibilité

Plus en détail

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Plan Protocole d exploration Interprétation Pièges à éviter Sémiologie des atteintes des voies biliaires Protocole

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique

Imagerie par résonance magnétique Imagerie par résonance magnétique Principes, techniques et contrôle de qualité Ir. Laurent Hermoye Unité de radiodiagnostic Nécessité Eviter une utilisation «presse bouton» de l IRM Optimisation des séquences

Plus en détail

Diffusion : Technique

Diffusion : Technique Diffusion : Technique 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim Département d Imagerie Morphologique et Fonctionnelle,

Plus en détail

Pr. Charles-André CUENOD HEGP Paris

Pr. Charles-André CUENOD HEGP Paris Contraste en pt1, pt2, pt2* Pr. Charles-André CUENOD HEGP Paris Ca@cuenod.net Détection des lésions T F T F Contraste entre deux tissus A B C D Contraste C= S1-S2 ou C=S1-S2/S2 Intensité de signal Hyper

Plus en détail

Savoir interpréter une IRM du foie. S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris

Savoir interpréter une IRM du foie. S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris Savoir interpréter une IRM du foie S. El Mouhadi, M. Jolibert, P-F. Chaillot, L. Azizi, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine-Paris Objectifs pédagogiques : savoir reconnaitre Les principaux artéfacts

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS H Laumonier, P Bioulac-Sage, Christophe Laurent, Antonio Sa Cunha, J Zucman-Rossi*, C Balabaud, H Trillaud Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm,

Plus en détail

L Imagerie par Résonance Magnétique

L Imagerie par Résonance Magnétique L Imagerie par Résonance Magnétique Historique I. Résonance Magnétique Nucléaire II. Relaxation et signal RMN III. Formation de l image IV. Contraste et interprétation des images V. Applications de recherche

Plus en détail

Séquences Actuelles en IRM Abdomino-pelvienne

Séquences Actuelles en IRM Abdomino-pelvienne Séquences Actuelles en IRM Abdomino-pelvienne Qualité intrinsèque de l IRM : Excellente résolution en contraste Impératifs de l imagerie abdominopelvienne et vasculaire : Obtention d une excellente résolution

Plus en détail

Rappels IRM. Eric de Kerviler, Hôpital Saint-Louis, Paris

Rappels IRM. Eric de Kerviler, Hôpital Saint-Louis, Paris Rappels IRM Eric de Kerviler, Hôpital Saint-Louis, Paris Points communs à toutes les séquences Ex. T1 ES FatSat Préparation Excitation Lecture Principe général Préparation Exc Lecture Préparation Train

Plus en détail

Explorations hépatiques Lésions focales

Explorations hépatiques Lésions focales Explorations hépatiques Lésions focales Introduction -Pb fréquent -Découverte fortuite : échographie, anomalies bilan bio -Données de l imagerie : Conditionnent la stratégie thérapeutique : -Lésion bénigne

Plus en détail

Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM

Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM Digital / analogique Source [2] Bit = 0 ou 1 Définitions 1 nombre binaire = ensemble de bits (par exemple 0111) 1 byte = 8 bits (par exemple 01011100)

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 MATERIEL UTILISE Siemens Symphony 1.5T Antenne corps en réseau phasé couplée à l antenne rachis

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire J. CHARTON, E-M. KIEFFER, S. REBIH, G. BAZILLE, H. LANG, C. ROY Service

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque

Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque O Bruot, V Laurent, P.A Ganne, C Barbary, S Corby, E Kermarrec, S Béot, D Régent Service de Radiologie Brabois Adultes JFR Octobre 2006 CHU NANCY Préface

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE -ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE Michel ZANCA, CHU Montpellier Signification de la résonance et relation de Larmor ω eff = 2 π ν eff = γ B eff La RMN détecte très précisément la fréquence ν

Plus en détail

Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM.

Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM. Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM. ETUDE DES ANGLES PONTO-CÉRÉBELLEUX : COMPARAISON ENTRE CUBE ET FIESTA C BROCHART, S BLANPAIN, F DEMUYNCK, P MONET,

Plus en détail

IMAGERIE DES SURRENALES

IMAGERIE DES SURRENALES IMAGERIE DES SURRENALES Au quotidien, les masses surrénaliennes sont découvertes sur un scanner réalisé pour d'autres raisons. ECHOGRAPHIE Voie intercostale, transhépatique et transsplénique. Visibles

Plus en détail

Angiographie 3D sur arceau

Angiographie 3D sur arceau Advanced Medical Applications GE Healthcare! #"$&%(' Angiographie 3D sur arceau Acquisition d une sé que nce d im a g e s e n r ota tion R e constr uction 3 D Vues de surfaces Contrôle après traitement

Plus en détail

RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS

RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Solution de continuité partielle ou totale d un ou de plusieurs tendons de la coiffe Origine traumatique, micro traumatique ou dégénérative INTERET Fréquence Causes multifactorielles

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Equipe ACCES Neurosciences

Equipe ACCES Neurosciences Equipe ACCES Neurosciences Programme de 1 ère S : Référentiel : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central (illustration grâce { des images d activation du cortex somesthésique ou

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM) Imagerie par résonance magnétique (IRM) SÉMIOLOGIE S N C JY GAUVRIT I- IRM généralités Méthode numérique d imagerie Principe de la Résonance Magnétique Nucléaire Basée sur la richesse du corps en eau Et

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM:

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM: Calcul de l ADC: un nouvel outil dans le diagnostic de cholestéatome. S. THIRIAT, S. RIEHM, S. KREMER, F. VEILLON PLAN: 1. Introduction. 2. Protocole. 3. Résultats. 4. Discussion. 5. Conclusion. 6. Bibliographie.

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH

Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH Pourquoi? Place de l entéroirm Non invasif, non irradiant Très bonne résolution en contraste Amélioration technique moins d artéfacts,

Plus en détail

LA CHOLANGIOPANCREATOGRAPHIE PAR IRM : RESULTATS CLINIQUES A L HOPITAL CANTONAL UNIVERSITAIRE DE GENEVE

LA CHOLANGIOPANCREATOGRAPHIE PAR IRM : RESULTATS CLINIQUES A L HOPITAL CANTONAL UNIVERSITAIRE DE GENEVE UNIVERSITÉ DE GENÈVE FACULTE DE MEDECINE Section de Médecine Clinique Département de Radiologie Division de Radiodiagnostic et Radiologie Interventionnelle Thèse préparée sous la direction du Professeur

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

e-learning et Imagerie médicalem

e-learning et Imagerie médicalem e-learning et Imagerie médicalem Perforations digestives : Un module éducatif interactif avec cas cliniques (CDROM / site internet) D. Hoa, O. Ghekiere, P. Taourel CHU Montpellier Perforations digestives

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques)

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques) UE 3 Appareil Digestif Professeur Ruszniewski Le 14/11/13 de 11h30 à 12h30 Ronéotypeuse : Clara Sekely Ronéolectrice : Pauline Sevrain Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls»

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Journée d Automne de la société gérontologique de Normandie Vendredi 21 Octobre 2011 Amélie BREMARE (1), Dr VELE (2) (1) Interne Médecine Physique et

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Configuration usuelle de l installation

Configuration usuelle de l installation LE SCANNER OU TOMODENSITOMETRIE DEFINITION Le scanner ou tomodensitométrie (TDM) est un examen radiographique qui utilise les rayons X en faisceau très étroit, avec leur propriété de traverser les tissus

Plus en détail

Les artefacts en IRM

Les artefacts en IRM Les artefacts en IRM Définition Artefact = Elément dans l image qui ne représente pas la réalité Artefacts Mouvement Volontaire Respiratoire Cardiaque Péristaltique Effets de flux Inhomogénéités Déplacement

Plus en détail

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum Patient de 30 ans, sportif de haut niveau, marathonien. Présente des épisodes répétés de douleurs du mollet droit, survenant environ après une demie heure de course. Une échographie hauterésolution de

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Mécanismes de contraste, séquences de pulses et techniques spécifiques à

Mécanismes de contraste, séquences de pulses et techniques spécifiques à Mécanismes de contraste, séquences de pulses et techniques spécifiques à l'imagerie cardiaque 13-12-2012 Beaujon - Radiologie INSERM CRB3 (U773) Contraste en T 2 Short Echo-Time Long Echo-Time signal CSF

Plus en détail

L IRM des tumeurs hépatiques. Pr Olivier ERNST, Dr Brigitte LAURENS Hôpital Claude-Huriez, Lille

L IRM des tumeurs hépatiques. Pr Olivier ERNST, Dr Brigitte LAURENS Hôpital Claude-Huriez, Lille L IRM des tumeurs hépatiques Pr Olivier ERNST, Dr Brigitte LAURENS Hôpital Claude-Huriez, Lille 2-3 2-3 Table des matières Techniques P 4 Tumeurs bénignes P 6 Angiome Hyperplasie nodulaire focale (HNF)

Plus en détail

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas G.Piana (1), O.Turrini (2), M.Giovannini (3), J-R.Delpero (2), A.Sarran (1) (1) Service d imagerie médicale (2) Service de chirurgie digestive (3) Service

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Dr Cassagneau Pierre Service d imagerie Pr Bartoli-Moulin Hôpital de la Timone - Marseille Place de l imagerie en coupe Très limitée Réservée en principe

Plus en détail

Voies biliaires. Olivier Lucidarme

Voies biliaires. Olivier Lucidarme Voies biliaires Olivier Lucidarme VB intrahépatiques VB Principale Sgt hilaire Sgt épiploique Sgt rétro duodénopancréatique Sgt intrapariétal VB accessoire Vésicule Canal cystique Lithiase biliaire et

Plus en détail

Imagerie par Résonance Magnétique : bases physiques

Imagerie par Résonance Magnétique : bases physiques Imagerie par Résonance Magnétique : bases physiques Pr I. Peretti service de biophysique et médecine nucléaire CHU Lariboisière Faculté de médecine Paris-Diderot P2 biophysique Généralités sur l IRM Un

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

IMAGERIE URINAIRE EN IRM

IMAGERIE URINAIRE EN IRM Rappels: imagerie rapide IMAGERIE URINAIRE EN IRM Nicolas GIROUIN Temps d acquisition pour une seule coupe en 2DFT, en SE: Tac=TR Np Nex Réduire TR: En SE difficile, si TR

Plus en détail

Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique

Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique K. Yasunaga; F. Tempremant; Z. Negaiwi; S. Willoteaux; V. Gaxotte; C. Lions; JP Beregi CHRU LILLE - Hôpital

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

Aspects TDM et IRM de la maladie de Caroli

Aspects TDM et IRM de la maladie de Caroli Aspects TDM et IRM de la maladie de Caroli F Koskas(1), MP Bralet(2), E Vibert(3), D Azoulay(3), R Adam(3), D Samuel(3) et MF Bellin(1) (1) Service de radiologie de l hôpital Paul Brousse de Villejuif.

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban,

S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban, S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban, (2) Hôtel-Dieu de Paris, Paris - France La caractérisation d une

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Image fœtale en écho obstétrique

Image fœtale en écho obstétrique ECHOGRAPHIE DEFINITION -L'échographie est une technique d'imagerie médicale qui utilise des ultrasons. -Ce nom désigne à la fois l'acte médical et l'image qui en résulte. -Examen échographique rapide et

Plus en détail

Globalement. Scanner : sans IV basse dose, puis 2 à 3 phases (artériel, veineux et tardif) selon les contextes

Globalement. Scanner : sans IV basse dose, puis 2 à 3 phases (artériel, veineux et tardif) selon les contextes Yves Gandon Globalement Scanner : sans IV basse dose, puis 2 à 3 phases (artériel, veineux et tardif) selon les contextes IRM : T1 ip- op, T2, (diffusion), bolus 4 phases Scanner Produit de contraste Timing

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Protocole IRM. 1. Directives générales GPG-MRI-01-FR 1

Protocole IRM. 1. Directives générales GPG-MRI-01-FR 1 Protocole IRM Ce document présente les paramètres et conditions à observer afin d obtenir des images IRM nous permettant de reconstruire des modèles osseux tridimensionnels dans le but de concevoir et

Plus en détail

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Examen de 1ère ligne, non-vulnérant et facilement disponible Détection des tumeurs Morphologie du foie : cirrhose Signes d hypertension portale Perméabilité

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous

Plus en détail

SOMMAIRE MATERIELS ET METHODES RAPPEL ANATOMIQUE ASPECTS IRM CONCLUSION I. INTRODUCTION II. III. IV. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VI.

SOMMAIRE MATERIELS ET METHODES RAPPEL ANATOMIQUE ASPECTS IRM CONCLUSION I. INTRODUCTION II. III. IV. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VI. ASPECT IRM DES METASTASES LEPTOMENINGEES A L ETAGE DORSO-LOMBAIRE Hôpital européen Georges Pompidou H.GHANNEM; V.BRUN; C.MUTSCHLER; L.FOURNIER; P.HALIMI; G.FRIJA SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. III. IV. MATERIELS

Plus en détail

F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4

F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4 F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4 1. Service d Imagerie Médicale, Clinique d Eich CHL Luxembourg 2. Service d Imagerie Guilloz (Pr.Blum),

Plus en détail

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON F. CATTIN, J.F. BONNEVILLE Service de Neuroradiologie. CHU Besançon. France INTRODUCTION Synonymes:

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied

Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Hallmarq Veterinary Imaging Ltd Unit 5 Bridge Park Guildford, Surrey GU4 7BF Tel : + 44

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

T Yzet (1), C Gondry-Jouet (1), B Robert (1), D M Bayo (1), C Coudray (2), H Deramond (1). (1) CHU Amiens, (2) GE Healthcare L IRM a actuellement une place prépondérante dans le bilan des tumeurs rectales

Plus en détail

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM N.LABONNE(1) - C.LEFONDEUR(2) - A.BLUM(1) (1) Service d Imagerie Guilloz CHU NANCY (2) Direction du Système d Information CHU NANCY www.imagerieguilloz.com

Plus en détail

Doppler : principes de base. Dr Thierry Puttemans Imagerie Médicale

Doppler : principes de base. Dr Thierry Puttemans Imagerie Médicale Doppler : principes de base Dr Thierry Puttemans Imagerie Médicale Si l émetteur et le récepteur sont immobiles, le fréquence Fr perçue par le récepteur est égale à la fréquence d émission Fe Si l émetteur

Plus en détail

e-learning et imagerie :

e-learning et imagerie : e-learning et imagerie ostéo-articulaire : Cas cliniques interactifs en imagerie du pied et de la cheville M. Benisty, D. Hoa, C. Cyteval CHU Montpellier Objectifs 1. Présenter un module d enseignement

Plus en détail

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE G BIERRY, F JEHL, A NEUVILLE, P ROBERT, S KREMER, A GANGI, JL DIETEMANN Services de Radiologie, de Bactériologie,

Plus en détail

Résonance magnétique nucléaire et IRM: Partie 2

Résonance magnétique nucléaire et IRM: Partie 2 Applications de la RMN Résonance magnétique nucléaire et IRM: Partie 2 Jérôme Guterl mai 2008 1/42 Jérôme Guterl Supraconductivité: l IRM, Partie 2 Applications de la RMN Applications de la RMN IRM Spectrographie

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Séquences Actuelles en IRM Abdomino-pelvienne. Valérie CROISE-LAURENT

Séquences Actuelles en IRM Abdomino-pelvienne. Valérie CROISE-LAURENT Séquences Actuelles en IRM Abdomino-pelvienne Valérie CROISE-LAURENT Qualité intrinsèque de l IRM : Excellente résolution en contraste Impératifs de l imagerie abdominopelvienne et vasculaire : Obtention

Plus en détail

Les techniques «avancées» en IRM Lectures spécifiques du plan de Fourrier, remplissage spiral, technique propeller imagerie parallèle

Les techniques «avancées» en IRM Lectures spécifiques du plan de Fourrier, remplissage spiral, technique propeller imagerie parallèle techniques «avancées» en IRM Lectures du plan, remplissage spiral, technique propeller imagerie Jean-Pierre Tasu Université et CHU de Poitiers Jean-pierre.tasu@chu-poitiers.fr Introduction plus grandes

Plus en détail

Lymphographie par résonance magnétique thoracique

Lymphographie par résonance magnétique thoracique Lymphographie par résonance magnétique thoracique S. El Mouhadi, S. Derhy, N. Colignon, L. Monnier Cholley, Y. Menu, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine - Paris IMAGERIE LYMPHATIQUE LYMPHOGRAPHIE LIPIODOLÉE

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS

ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS A Oudjit,, O Vignaux,, H Gouya,, M Guesmi,, S Silvera,, J Augui,, C Delin,, P Legmann Radiologie A U.F.R. Cochin- Port-Royal UNIVERSITE PARIS

Plus en détail

Tests qualité des données d'irm fonctionnelle

Tests qualité des données d'irm fonctionnelle Tests qualité des données d'irm fonctionnelle Un outil de quantification, d exploration et de visualisation Bruno Nazarian, Muriel Roth et Jean-Luc Anton Réunion Mensuelle de NeuroImagerie jeudi 19 septembre

Plus en détail

IMAGERIE DU CARTILAGE : Qu apporte le T2 mapping? Chattri.H, Kadi.R, Mathieu.J, Divano.L CHU Brugmann- Bruxelles

IMAGERIE DU CARTILAGE : Qu apporte le T2 mapping? Chattri.H, Kadi.R, Mathieu.J, Divano.L CHU Brugmann- Bruxelles IMAGERIE DU CARTILAGE : Qu apporte le T2 mapping? Chattri.H, Kadi.R, Mathieu.J, Divano.L CHU Brugmann- Bruxelles Cartilage hyalin: Matériel visco-élastique unique ayant une extraordinaire capacité de répartition

Plus en détail

Lava avant injection. Lava C2 Lava tardives

Lava avant injection. Lava C2 Lava tardives Homme de 48 ans. Cirrhose secondaire à une hépatite B. Augmentation de l αfp et nodule à l échographie. Que pensez vous des images nodulaires spléniques observées chez ce patient T2 Lava avant injection

Plus en détail

Bases physiques de l échographie

Bases physiques de l échographie Bases physiques de l échographie Principes généraux Propriétés des ultra-sons Interactions des ultra-sons avec les tissus : 1) Réflexion 2) Diffusion 3) Réfraction 4) Atténuation Construction de l image

Plus en détail