INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)"

Transcription

1 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) INTERPRETATION DES DONNÉES ANOMALIES ET PARTICULARITÉS DE LA MÉTHODE REGISTRE DU SINGNAL DE L APAREIL DE MESURE NUMIS TM TRAITEMENT DU SIGNAL AVEC BRUIT EM INVERSION DU SIGNAL MRS Adresse : Valentí TURU i MICHELS Av. Príncep Benlloch Edifici Interceus, despatx 407 Telèfon i fax:

2 2.1 INTERPRETATION DE LA RESONNANCE MAGNETIQUE Traduction de Romain Roger Roch GIL, Ingénieur géologue de l'école nationale supérieure de géologie (Nancy) Traitement du signal MRS avec bruit (EM) MA 2 Une des plus grandes limitations de la méthode de résonnance magnétique (MRS) est sa sensibilité au bruit électromagnétique (EM) naturel ou artificiel. Celui-ci peut être dû aux tempêtes magnétiques, aux courants telluriques, aux tempêtes météorologiques, aux lignes électriques, aux générateurs électriques et autres artefacts électriques artificiels. On considère comme bruit industriel celui qui présente une superposition d harmoniques dans le rang des fréquences industrielles (50 ou 60 Hz). La modulation des fréquences des émissions de radio et téléphoniques produit aussi du bruit EM. La présence d un bruit électromagnétique important (EM) du à des lignes électriques qui émettent dans des fréquences de 1900 à 2400 Hz, peut être une limitation importante pour la méthode, particulièrement quand la fréquence de Larmor est proche d un harmonique de la fréquence fondamentale (50 ou 60 Hz). Ce bruit électromagnétique peut interférer avec le signal d excitation des protons et s ajouter à l amplitude de celui-ci. Pour améliorer la qualité du signal, nous avons plusieurs façons d acquérir les données, notamment en les filtrant. D après Legchenko(2007) nous distinguons quatre grands types de bruit EM, un bruit presque constant, un bruit variable dans le temps, des interférences et un bruit industriel. En fonction de la nature du bruit EM, nous pouvons utiliser différentes stratégies dans le traitement des données.

3 Bruit électromagnétique quasi constant Dans ce cas le procédé le plus efficace est de réaliser un «stacking» qui consiste dans la somme des enregistrements pour une même impulsion. X(t) = n X i (t) / n Y(t) = n Y i (t) / n De cette façon le bruit aléatoire s élimine et le signal ressort. L accroissement de la relation entre le signal et le bruit en fonction de «n» est : S = n N Finestra de stack Figure 17: A droite, signal du bruit quasi constant (rouge) par rapport au signal MRS (Legchenko, 2007). A gauche, fenêtre du programme d acquisition des données du Numis Lite TM, fenêtre de staking avec possibilité de mode automatique ou bien manuel.

4 Bruit EM variant au cours du temps Si le bruit n est pas constant, c'est-à-dire si la magnitude du bruit est beaucoup plus importante que le signal et n est pas statistiquement régulière dans lors des acquisitions des données (non-white noise), Legchenko (2007) propose un schéma beaucoup plus effectif au cours duquel les signaux sont moyennés de façon pondérée (weighted stacking). On considère qu il faut effectuer ce processus si la relation entre le bruit et le signal est inférieur à 1,5: S/N <1,5 Finestra de stack ponderat Figure 18 : Partie supérieure, signal du bruit Time-Varying (rouge) par rapport au signal MRS (Legchenko, 2007), on observe qu entre l enregistrement 1 et 2, il y a une cloche de bruit qui diminue aux extrémités. Partie inférieure, fenêtre du programme d acquisition des données de Numis Lite TM, fenêtre de weighted stacking.

5 5 Cette pondération est basée sur une estimation du bruit (s) défini comme : s i2 = 1 / ΔT Δt 0 (X i (t) 2 + Y i (t) 2 ) dt Où ΔT est la fenêtre d observation (200 ms). Pour chaque enregistrement on lui assigne un poids η i = 1 / s i 2 et les enregistrements sont pondérés par rapport à leur poids en bruit : X(t) = n η i X i (t) / n η i Y(t) = n η i Y i (t) / n η i Man-made short spikes De petites interférences peuvent apparaître pendant une période de 0,5 à 2 secondes, un bruit typiquement généré par des appareils électriques. Si la durée de l interférence est plus petite que la durée d un enregistrement MRS, alors ces interférences peuvent être éliminées par leurs amplitudes, qui seront supérieures à celle du signal. Après avoir éliminé les interférences, le signal peut être traité (stacking, filtre). Dans le cas de Numis Lite TM tout l enregistrement est simplement éliminé. Figure 19 : Signal d une interférence courte et d une amplitude élevée(images supérieures). Après avoir éliminé l interférence du signal, celle-ci peut être traitée (stacking, filtering).

6 6 Finestra de Thresholding Número de registres el.liminats, relació òptima 1/2 Figure 20 : Dans le programme Prodiviner on ne tient simplement pas compte de cet enregistrement pour la pondération (stacking). Il est important que la limite de lecture (threshold) soit 5 fois supérieure au bruit mesuré et 2 fois supérieure au signal en supposant qu il n existe pas de bruit appréciable. Cette élimination est efficace si le pourcentage d enregistrements éliminés par rapport à ceux qui sont validés est de l ordre de 50%.

7 Bruit industriel électromagnétique Les lignes électriques comme source de contamination Legchenko & Valla (2003) ont travaillé sur l effet du bruit EM industriel. La fréquence de travail pour obtenir un signal un signal MRS oscille entre 800 Hz et 2800 Hz ce qui correspond à la variation de la fréquence de Larmor dans le monde. Ce rang de fréquences est également celui que présentent les lignes électriques. Dans l étude de Legchenko & Valla (2003) une des premières questions étudiée est la stabilité de l amplitude du signal MRS à proximité des lignes électriques et on a observé qu elle pouvait varier d un facteur supérieur à 2. Figure 21 : Figure original de Legchenko (2007) où on observe la variation de la magnitude du bruit produit par les lignes électriques à deux endroits en France. Une analyse plus détaillée en appliquant la transformée de Fourier au signal recueilli des lignes électriques dans différents endroits, montre que les harmoniques dominent sur tout le spectre de fréquences (figure 22), mais aussi les sous-harmoniques et les inter-harmoniques. Malgré cela, l amplitude des harmoniques comme celle du bruit non-harmonique varie significativement d un endroit à l autre.

8 8 Figure 22a : Figure originale de Legchenko (2007) sur laquelle on observe le spectre du bruit généré par les lignes électriques. Figure 22b : Figure originale de Legchenko (2007) où on peut observer le spectre du bruit généré par les lignes électriques et les harmoniques importants. Normalement on le représente sur une échelle semi-logarithmique pour voir les petites amplitudes agrandies Harmoniques, sous-harmoniques et inter-harmoniques Les méthodes pour l étude de la qualité des signaux sont variées. La plus simple est l interprétation visuelle des anomalies de la forme des ondes, bien que l analyse du signal par la transformée de Fourier Avec cette méthode on peut effectuer une reconstruction du signal sans avoir à faire un enregistrement pour tous les points. Si on prend tout le train d ondes de bruits industriels et qu on effectue cette analyse de Fourier, la fondamentale est une sous-harmonique mais des inter-harmoniques et des harmoniques non entières apparaissent aussi

9 9 Prenons par exemple, deux ondes (40ms à 50Hz) et faisons l analyse de Fourier, nous obtenons la fondamentale (de 25 Hz) et ses harmoniques (1,2,3,4,5, ) où l harmonique 2 de cette analyse est la fondamentale de 50 Hz, la 4 est la seconde harmonique de 50 Hz, la 3 est l harmonique 1,5 de 50 Hz et s appelle inter-harmonique, la 5 nous donne la 2,5 et la 1 nous donne la sousharmonique 0,5 de 50 Hz. Si nous balayons un spectre de fréquences et que nous représentons l amplitude harmonique en fonction de la fréquence, nous observons un graphique de type montagne avec des pics à chaque harmonique important. Les systèmes de contrôle des courants électriques, dans certaines occasions présentent une réalimentation positive et peuvent être responsables de phénomènes de magnitude inter-harmoniques. Figura 23 : Figure originale de Biziak & Planimsic (2006) Au centre, bruit régulier formé par les harmoniques. En bas, bruit formé par les inter-harmoniques. Dans la partie supérieure, somme des harmoniques et des inter-harmoniques déformant la régularité du bruit. Les phénomènes harmoniques sont tolérables du moment qu ils maintiennent les magnitudes contrôlables. La relation entre l amplitude des différentes harmoniques et la déformation globale de la magnitude observée, dépend en plus, de la magnitude de chaque harmonique et du déphasage entre elles. La déformation des magnitudes dues aux harmoniques se contrôle avec des filtres d harmoniques. Ceux-ci modifient le diagramme de l impédance du réseau, intégrant des zéros et des pics qui nous donnent l effet désiré.

10 Stabilité du bruit industriel 10 Selon Biziak & Planimsic (2006) on a estimé que les convertisseurs de puissance statiques traitent 65% de l énergie électrique totale. La nature non linéaire de l échange entre les appareils électriques fait augmenter les harmoniques du flux de courant dans les lignes de transport électriques. Ceci provoque des pertes et des distorsions du voltage et une consommation peu efficace du courant électrique. Pour le bruit, le problème arrive quand des fréquences sousharmoniques ou inter-harmoniques existent, puisque la reconstruction du signal peut ne pas être suffisamment soignée par rapport à l original. La transformée de Fourier peut être uniquement appliquée pour des ondes périodiques et a peu de capacité avec les signaux changeant. Ainsi les signaux transitoires correspondent à des ondes non-périodiques, celles-ci sont souvent de fréquences élevées, raison pour laquelle on les trouve en dehors du rang des fréquences MRS. Filtre high cut Figure 24 : Le programme d acquisition des données par défaut sélectionne déjà un filtre pour les hautes fréquences avec une valeur préétablie (de l ordre de la centaine de khz, ondes de téléphonie mobile et autres) pour autant que les intra-harmoniques aient peu d influence dans le signal MRS.

11 11 Ainsi donc la meilleure façon de filtrer ce bruit est d avoir des fréquences industrielles stables pour les lignes électriques (Butler & Russel, 1993 et 2001, d après Legchenko 2007). Dans ce sens Legchenko & Valla (2003) ont effectué une série de mesures de lignes électriques pour différents endroits occidentaux et orientaux dans un rang moyen de fréquences du 37º harmonique et du 41º harmonique. On a ainsi observé une instabilité de 0,5 Hz ou plus (Figure 25), qui peut être due en partie à l instabilité de la fréquence fondamentale de la ligne, ou produite partiellement par le bruit extérieur. Figure 25 : Figure de Legchenko (2007) où on voit un exemple de fréquences mesurées des kº harmoniques d une ligne électrique (valeurs relatives à 50 khz).les variations les plus importantes sont obtenues à Israël et on n en connait pas les causes.

12 12 La proportion des harmoniques de 50Hz avec une large bande (bandwidth) de ± 1Hz pour suppléer la limite de résolution de la transformée de Fourier. Pour le bruit total il peut s agir de 50% ou seulement de 20% pour une large bande (bandwidth) de ± 150 Hz (Figure 26). Ce haut pourcentage de bruit non stationnaire observé à proximité des lignes électriques peut être expliqué par le fait que dans le rang des fréquences étudiées, les harmoniques basses ont été filtrées, et seules restent les plus élevées (20º à 55º). Cela peut être également dû au fait que les lignes électriques se comportent comme des antennes électromagnétiques et canalisent autant le bruit artificiel que le bruit naturel sur une grande aire. Les lignes amplifient donc l épaisseur de bruit aléatoire, spécialement de composante verticale qui est celle qui se mesure au niveau des antennes de MRS. Figure 26 : proportion de bruit produit par les harmoniques de 50 Hz par rapport au bruit total. Le bruit industriel peut être diminué efficacement en effectuant une configuration de l antenne en 8 (Trushkin et al ; dans Bernard 2007). En fonction du lieu, on peut améliorer la relation S/N de 2 à 10 fois, malgré que dans certains endroits cela peut être encore insuffisant et qu il est nécessaire d effectuer un filtre.

13 Filtres Les filtres sont très utiles pour atténuer des signaux non désirés, comme peut l être le bruit artificiel, industriel ou naturel. Certains filtres peuvent être plus complexes mais pour un bruit régulier, le filtre passe-bande (Bandapass filter) peut être fort utile pour atténuer le signal. Des filtres plus compliqués pour le signal MRS peuvent être celui de block substraction, celui de sinusoid substraction (les deux sont absents chez SAMOVAR ET PRODIVINER) et le notch filtering éventuellement combiné avec une moyenne harmonique (running average filter) ainsi que l explique Legchenko (2007). Le Bandpass filter est aussi bien utilisable en software que le Running Average filter, après l acquisition des données (programme SAMOVAR). Pour ce qui est des autres filtres, on dispose uniquement du notch filtering, tant en hardware (Prodiviner) qu en Software (SAMOVAR) Running average filter Ce filtre atténue l amplitude (Eo) pour les signaux présentant une fréquence supérieure ou inférieure à celle de référence (Larmor) dans un rang de temps préfixé. Chez SAMOVAR, ce filtre est une simulation numérique du filtre électronique RC de premier ordre (20dB/s) avec une constante de temps de filtre T=RC. Le filtre s utilise aussi pour d autres phénomènes naturels qui n ont rien à voir avec l électricité, comme par exemple les oscillations climatiques saisonnières dans un signal climatique annuel, l oscillation saisonnière (celle que l on doit filtrer) étant de fréquence plus grande que l annuelle. Pour l expliquer autrement, nous pouvons dire que chaque mois, à l exception des deux extrêmes, on adoucit le signal en effectuant une moyenne avec les mois antérieurs comme postérieurs selon le nombre de mois stipulé par le filtrage. Le filtre est représenté par l expression suivante : ô i = M n=m (2M+1) -1 ô i+n

14 14 Filtrat Running av. Figure 27 : Représentation de la situation du filtre dans le programme d interprétation 1D SAMOVAR. Il faut tenir compte qu il faut introduire le temps (en ms) d enregistrement pour effectuer la moyenne autour de la fréquence de Larmor.

15 Bandpass filter Ce filtre est uniquement disponible en Software (SAMOVAR) et a un effet sur l adoucissement du temps de relaxation (T 2 *) Filtrat Bandpass Figure 28 : Fenêtre de SAMOVAR indiquant la position où se trouve le filtre. Exemple du fonctionnement du Bandpass filter fixé à 10Hz (ligne rouge) autour de la fréquence de Larmor, frôlant le signal le plus court(30ms) et le plus large(1000 ms)

16 Notch filter 16 Selon Legchenko (2007), quand on utilise filtre de passe-bande de faible largeur de bande (low-pass) pour un signal MRS il faut tenir compte que le temps de relaxation de la résonnance magnétique (T ) varie typiquement entre 40 et 400ms et cela détermine la largeur de la bande du filtre. La fréquence de Larmor ne peut être considérée comme constante, étant donné qu elle est affectée par les variations de l amplitude du champ magnétique et au cours du temps, pour cette raison la largeur de la bande doit être une fenêtre suffisante (4Hz) Le filtre notch reste centré dans les fréquences des harmoniques des lignes électriques de 50 Hz et 60 Hz, et celles-ci sont seulement connues de façon approximative, pour cette raison le filtre notch coupe à ± 1 Hz de largeur de bande autour de chaque harmonique. On peut effectuer un mélange de filtres qui consiste à combiner le Bandpass filter centré sur la fréquence de Larmor et un Notch filter avec une largeur de bande de ± 1Hz centré le plus possible autour de l harmonique fondamentale de la fréquence de Larmor (Figure 29) Figure 29 : Figure originale de Legchenko (2007), spectre du signal exponentiel (ligne continue) et la combinaison des filtres Bandpass i Notch (ligne discontinue). Le filtre Notch élimine de 3 à 5 harmoniques (ne figure pas sur la figure).

17 17 Contrairement à d autres méthodes comme la sinusoid substraction, le filtre Notch élimine toujours une bande de fréquence étroite et peut affecter le signal. Il faut tenir compte de cet effet de distorsion dans le signal de MRS. Les modèles numériques qui dérivent de l application du filtre Notch améliorent significativement l estimation des paramètres pour toutes les fréquences des lignes électriques. Le filtre Notch élimine efficacement le bruit sinusoïdal et il n y a pratiquement pas de distorsion dans le signal synthétique quand ΔF > 4 Hz, tandis que pour des décalages de fréquences inférieures (ΔF =< 4 Hz) le Notch filter corrompt le signal. Cependant l influence du bruit non filtré est encore plus mauvaise et assez souvent incertaine. Finestra de Notch filter Rang d harmònics Figura 30: Option de filtrage de signal directement lors de l acquisition (Prodiviner) qui permet de filtrer les 50 Hz ou 60 Hz, que ce soit dans une gamme large (wide) ou étroite (narrow). Si le sondage MRS est effectué dans un endroit sans bruit ce filtre n est pas nécessaire. Dans le cas contraire (présence de lignes électriques) le filtrage devra être réalisé d abord pour une grande largeur de bande (25-10 Hz), si l acquisition des données s effectue à côté d un harmonique de 50 Hz-60 Hz, tandis que le filtrage pour la gamme étroite (10-1 Hz) sera effectué si les harmoniques sont très proches de la fréquence de Larmor (4-8 Hz). Le rang d harmoniques choisis (Nb) ne peut être qu un nombre entier et impair, le 1 (premier harmonique, H 50), 3 (H50 ± 50), 5 (H50 ± 50 ± 150) et ainsi de suite. Cette option existe aussi bien dans le programme PRODIVINER que dans SAMOVAR, cependant dans le premier le filtrage s effectue à chaque stack tandis que dans le second il s effectue une fois réalisés tous les stacks.

18 18 Figura 31 : Option de filtrage du signal une fois le signal enregistré avec le programme SAMOVAR. Si l option Centre fixed n est pas choisie alors le filtre Notch travaille dans un rang multiple de 50/60 Hz. Si Centre fixed est choisie, c est le filtre Notch qui choisit la fréquence, ce qui peut être utile si la fréquence de Larmor du secteur n est pas stable. L option Filter corrections utilise un algorithme de compensation de l effet du filtre sur le signal si la fréquence de Larmor se situe proche d un des harmoniques filtrés selon Legchenko & Valla (2003).

19 19 Legchenko (2007, page 498) effectuant des essais de filtrage de bruit dans différents endroits a observé que les meilleurs résultats s obtiennent là où le bruit industriel présente un pourcentage important d harmoniques de 50 Hz, cependant dans les endroits où un des harmoniques de lignes électriques est proche de la fréquence de Larmor, le filtrage déforme aussi le signal intéressant (Figure 32). Figure 32 : Données obtenues à Mañeru, Pamplona. Le bruit est produit par un haut fourneau situé à une distance de plus 300 m. Sur la figure de gauche (148 weighted stacks) on observe le spectre du bruit avec une harmonique proche à la fréquence de Larmor (1941 Hz), à moins de 8 Hz. Dans le spectre de fréquences à droite (113 weighted stacks) on a appliqué le filtre Notch wide avec un harmonique de l ordre de 3 (H50 ± 50 Hz) et on observe que le signal s est déformé en y ajoutant du bruit. En fonction du résultat obtenu jusqu à un certain moment (Legchenko, 2007) on peut dire que si le décalage de la fréquence de l harmonique est inférieur à 8Hz par rapport à celle de Larmor alors le filtre Notch peut être efficacement utilisé, tandis que pour des décalages inférieurs à 8 Hz le filtre Notch peut supprimer une bonne partie de l information du signal MRS pour des temps d excitation importants (T 2 * > 200 ms) et dans ces cas il faut utiliser des techniques de soustraction.

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure.

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure. Filtres passe-bas Ce court document expose les principes des filtres passe-bas, leurs caractéristiques en fréquence et leurs principales topologies. Les éléments de contenu sont : Définition du filtre

Plus en détail

Chapitre I La fonction transmission

Chapitre I La fonction transmission Chapitre I La fonction transmission 1. Terminologies 1.1 Mode guidé / non guidé Le signal est le vecteur de l information à transmettre. La transmission s effectue entre un émetteur et un récepteur reliés

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Didier Pietquin. Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques

Didier Pietquin. Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques Didier Pietquin Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques Que sont les notions de fréquence fondamentale et d harmoniques? C est ce que nous allons voir dans cet article. 1. Fréquence Avant d entamer

Plus en détail

Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE. www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français

Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE. www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français SOMMAIRE 1. INTRODUCTION................................................................... 4 2. FONCTIONNALITÉS................................................................

Plus en détail

8563A. SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE

8563A. SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE 8563A SPECTRUM ANALYZER 9 khz - 26.5 GHz ANALYSEUR DE SPECTRE Agenda Vue d ensemble: Qu est ce que l analyse spectrale? Que fait-on comme mesures? Theorie de l Operation: Le hardware de l analyseur de

Plus en détail

M1107 : Initiation à la mesure du signal. T_MesSig

M1107 : Initiation à la mesure du signal. T_MesSig 1/81 M1107 : Initiation à la mesure du signal T_MesSig Frédéric PAYAN IUT Nice Côte d Azur - Département R&T Université de Nice Sophia Antipolis frederic.payan@unice.fr 15 octobre 2014 2/81 Curriculum

Plus en détail

Numérisation du signal

Numérisation du signal Chapitre 12 Sciences Physiques - BTS Numérisation du signal 1 Analogique - Numérique. 1.1 Définitions. Signal analogique : un signal analogique s a (t)est un signal continu dont la valeur varie en fonction

Plus en détail

Equipement. électronique

Equipement. électronique MASTER ISIC Les générateurs de fonctions 1 1. Avant-propos C est avec l oscilloscope, le multimètre et l alimentation stabilisée, l appareil le plus répandu en laboratoire. BUT: Fournir des signau électriques

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux Comment mesurer le temps de propagation de groupe sur des convertisseurs de fréquence dans lesquels le ou les oscillateurs

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 90659200 Fax 90659180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.it

Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 90659200 Fax 90659180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.it Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B3510--II APPLIICATIIONS DE TRANSDUCTEURS A ULTRASONS MANUEL D IINSTRUCTIIONS POUR L ETUDIIANT Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE

Plus en détail

V 1.0 2006 corr. 2009. Jacques Ferber. LIRMM - Université Montpellier II 161 rue Ada 34292 Montpellier Cedex 5

V 1.0 2006 corr. 2009. Jacques Ferber. LIRMM - Université Montpellier II 161 rue Ada 34292 Montpellier Cedex 5 V 1.0 2006 corr. 2009 Jacques Ferber LIRMM - Université Montpellier II 161 rue Ada 34292 Montpellier Cedex 5 Email: ferber@lirmm.fr Home page: www.lirmm.fr/~ferber Problématique: Comment créer des sons

Plus en détail

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Fabrice Beauville Journées Jeunes Chercheurs 18/12/2003 Les Coalescences Binaires & VIRGO Système binaire d objets compacts (étoiles à neutrons,

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE RANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE Un message numérique est une suite de nombres que l on considérera dans un premier temps comme indépendants.ils sont codés le plus souvent

Plus en détail

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE Le test statique est un moyen très connu pour évaluer les moteurs électriques. Cependant, si un moteur ne peut pas être arreté,

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

TP: Représentation des signaux binaires. 1 Simulation d un message binaire - Codage en ligne

TP: Représentation des signaux binaires. 1 Simulation d un message binaire - Codage en ligne Objectifs : Ce TP est relatif aux différentes méthodes de codage d une information binaire, et à la transmission en bande de base de cette information. Les grandes lignes de ce TP sont l étude des méthodes

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

5.2 Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème

5.2 Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème . Théorème de Fourier et Transformée de Fourier Fourier, Joseph (788). Théorème/Transformée de Fourier a) Théorème Théorème «de Fourier»: N importe quelle courbe peut être décomposée en une superposition

Plus en détail

Anciens plug-ins d effets VST

Anciens plug-ins d effets VST Anciens plug-ins d effets VST - 1 - - 2 - Manuel d utilisation de Ernst Nathorst-Böös, Ludvig Carlson, Anders Nordmark, Roger Wiklander Traduction: C.I.N.C. Contrôle Qualité : K. Albrecht, C. Bachmann,

Plus en détail

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Introduction En analyse d images, la segmentation est une étape essentielle, préliminaire à des traitements de haut niveau tels que la classification,

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Expérience 3 Formats de signalisation binaire

Expérience 3 Formats de signalisation binaire Expérience 3 Formats de signalisation binaire Introduction Procédures Effectuez les commandes suivantes: >> xhost nat >> rlogin nat >> setenv DISPLAY machine:0 >> setenv MATLABPATH /gel/usr/telecom/comm_tbx

Plus en détail

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 EMETTEUR ULB Architectures & circuits David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006 Introduction Emergence des applications de type LR-WPAN : Dispositif communicant

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Monitor Supreme II MS 2002 MS 1002 MS 802 MS 202 MS 102 MS SUB 202A MS SUB 302A MS CENTER 252

Monitor Supreme II MS 2002 MS 1002 MS 802 MS 202 MS 102 MS SUB 202A MS SUB 302A MS CENTER 252 1 2 MS 2002 MS 1002 MS 802 MS 202 MS 102 MS SUB 202A MS SUB 302A MS CENTER 252 3 MS 2002 MS 1002 MS 802 MS 202 MS 102 MS SUB 202A MS SUB 302A MS CENTER 252 4 Particularités Construction stable et à faible

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base

Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base Traitement du signal avec Scilab : transmission numérique en bande de base La transmission d informations numériques en bande de base, même si elle peut paraître simple au premier abord, nécessite un certain

Plus en détail

SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques

SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques SUJET ZÉRO Epreuve d'informatique et modélisation de systèmes physiques Durée 4 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef

Plus en détail

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Hiver 2012 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 9 Hiver 2012 1 / 51 Introduction Gabriel Cormier (UdeM)

Plus en détail

Analyse spectrale. jean-philippe muller. version juillet 2002. jean-philippe muller

Analyse spectrale. jean-philippe muller. version juillet 2002. jean-philippe muller Analyse spectrale version juillet 2002 Analyse spectrale des signaux continus 1) La représentation temporelle d un signal 2) La représentation fréquentielle d un signal simple 3) Exemples de spectres de

Plus en détail

Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse?

Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse? Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse? Zone d'utilisation Moteur à excitation shunt Influence I e Petite perturbation : e.g. augmentation vitesse À partir de P : couple moteur P'' < couple résistant

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

SCL LOGICIEL DE CONTROL

SCL LOGICIEL DE CONTROL SCL LOGICIEL DE CONTROL Version 1.3 MRC AUDIO LD- 500 www.mrcaudio.com 1 Contenu 1 - Bienvenu a MRC AUDIO SCL v1.3 2 - Installation du logiciel 3 - Configuration du programme SCL 4 - Contrôle des installations

Plus en détail

MESURES de BRUIT. Chantier A63 Rechargement

MESURES de BRUIT. Chantier A63 Rechargement 1/21 MESURES de BRUIT Installations d enrobage Plate-forme LABENNE (40) RAPPORT DE MESURAGE Bruit ambiant et émergences RAPPORT DE MESURAGE Mesures réalisées le 17/10/2013 2/21 SOMMAIRE Page Conclusions

Plus en détail

Analyses psychoacoustiques dans ArtemiS SUITE

Analyses psychoacoustiques dans ArtemiS SUITE Analyses psychoacoustiques dans ArtemiS SUITE La psychoacoustique est l étude du rapport existant entre les grandeurs physiques du son et la sensation auditive qu elles provoquent. Des paramètres physiques

Plus en détail

TECHNIQUES DE COMMANDE PREDICTIVE ET FLOUE POUR LES SYSTEMES D ELECTRONIQUE DE PUISSANCE: APPLICATION AUX REDRESSEURS A MLI

TECHNIQUES DE COMMANDE PREDICTIVE ET FLOUE POUR LES SYSTEMES D ELECTRONIQUE DE PUISSANCE: APPLICATION AUX REDRESSEURS A MLI وزارة التعليم العالي و البحث العلمي MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE جامعة فرحات عباس سطيف UNIVERSITE FERHAT ABBAS - SETIF UFAS (ALGERIE) THESE DE DOCTORAT EN SCIENCES

Plus en détail

TubeOhm. ALPHA-RAY synthétiseur virtuel analogique. Manuel de l utilisateur V 1.0

TubeOhm. ALPHA-RAY synthétiseur virtuel analogique. Manuel de l utilisateur V 1.0 TubeOhm ALPHA-RAY synthétiseur virtuel analogique Manuel de l utilisateur V 1.0 TubeOhm 2012 A propos d Alpha-Ray: L idée de l Alpha-Ray nous est venue après que plusieurs utilisateurs de nos instruments

Plus en détail

Calcul des indicateurs de sonie : revue des algorithmes et implémentation

Calcul des indicateurs de sonie : revue des algorithmes et implémentation Calcul des indicateurs de sonie : revue des algorithmes et implémentation Stéphane Molla 1, Isabelle Boullet 2, Sabine Meunier 2, Guy Rabau 2, Benoît Gauduin 1, Patrick Boussard 1 1 GENESIS S.A., Domaine

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Echantillonnage Non uniforme

Echantillonnage Non uniforme Echantillonnage Non uniforme Marie CHABERT IRIT/INP-ENSEEIHT/ ENSEEIHT/TéSASA Patrice MICHEL et Bernard LACAZE TéSA 1 Plan Introduction Echantillonnage uniforme Echantillonnage irrégulier Comparaison Cas

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Scanner acoustique NoiseScanner

Scanner acoustique NoiseScanner Scanner acoustique NoiseScanner «Des yeux et des oreilles pour localiser les sources de bruit...» Scanner acoustique NoiseScanner Décibel d Or 2014 Caractéristiques générales Originalités Fruit de 20 ans

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX 02-09 T500 DUAlTACH JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence JAQUET T500 DualTach Instrument multi canal de mesure et de surveillance pour applications

Plus en détail

Technique de codage des formes d'ondes

Technique de codage des formes d'ondes Technique de codage des formes d'ondes Contenu Introduction Conditions préalables Conditions requises Composants utilisés Conventions Modulation par impulsions et codage Filtrage Échantillon Numérisez

Plus en détail

Communications numériques

Communications numériques Communications numériques 1. Modulation numérique (a) message numérique/signal numérique (b) transmission binaire/m-aire en bande de base (c) modulation sur fréquence porteuse (d) paramètres, limite fondamentale

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

1 Démarrer... 3 1.1 L écran Isis...3 1.2 La boite à outils...3 1.2.1 Mode principal... 4 1.2.2 Mode gadget...4 1.2.3 Mode graphique...

1 Démarrer... 3 1.1 L écran Isis...3 1.2 La boite à outils...3 1.2.1 Mode principal... 4 1.2.2 Mode gadget...4 1.2.3 Mode graphique... 1 Démarrer... 3 1.1 L écran Isis...3 1.2 La boite à outils...3 1.2.1 Mode principal... 4 1.2.2 Mode gadget...4 1.2.3 Mode graphique... 4 2 Quelques actions... 5 2.1 Ouvrir un document existant...5 2.2

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Mini_guide_Isis_v6.doc le 10/02/2005 Page 1/15

Mini_guide_Isis_v6.doc le 10/02/2005 Page 1/15 1 Démarrer... 2 1.1 L écran Isis... 2 1.2 Les barres d outils... 3 1.2.1 Les outils d édition... 3 1.2.2 Les outils de sélection de mode... 4 1.2.3 Les outils d orientation... 4 2 Quelques actions... 5

Plus en détail

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise.

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. M Informatique Réseaux Cours bis Couche Physique Notes de Cours LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. Les technologies utilisées sont celles du traitement

Plus en détail

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE Analyse vibratoire expérimentale : outil de surveillance et de diagnostic Dr Roger SERRA ENIVL / LMR 1 Contexte (1/2) Première publication de la charte

Plus en détail

Chapitre 2 Caractéristiques des ondes

Chapitre 2 Caractéristiques des ondes Chapitre Caractéristiques des ondes Manuel pages 31 à 50 Choix pédagogiques Le cours de ce chapitre débute par l étude de la propagation des ondes progressives. La description de ce phénomène est illustrée

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Bandes Critiques et Masquage

Bandes Critiques et Masquage Bandes Critiques et Masquage A. Almeida Licence Pro Acoustique et Vibrations Octobre 2012 Au Menu Au programme 1 Observations du masquage 5 Application du masquage 2 Conséquences du Masquage 3 Interprétation

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES INSULAIRES RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE CONTRÔLES DES PERFORMANCES AVANT LA MISE EN EXPLOITATION DEFINITIVE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE RACCORDÉES EN HTB DANS LES

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE SYSTEMES LINEIRES DU PREMIER ORDRE 1. DEFINITION e(t) SYSTEME s(t) Un système est dit linéaire invariant du premier ordre si la réponse s(t) est liée à l excitation e(t) par une équation différentielle

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX H02 PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX APPAREILS POUR LA TRANSFORMATION DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT ALTERNATIF, DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT CONTINU OU VICE

Plus en détail

MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE

MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE Jacques Mézan de Malartic / F2MM MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE 1- Objectif des mesures (Page 1) 1-1 Critères de qualité radio 1-2 Principe des mesures

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000 DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite La gamme des gradateurs Compulite est conçue autour des technologies les plus récentes et les plus évoluées que ces 20 dernières années ont vu apparaître.

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Mini_guide_Isis.pdf le 23/09/2001 Page 1/14

Mini_guide_Isis.pdf le 23/09/2001 Page 1/14 1 Démarrer...2 1.1 L écran Isis...2 1.2 La boite à outils...2 1.2.1 Mode principal...3 1.2.2 Mode gadgets...3 1.2.3 Mode graphique...3 2 Quelques actions...4 2.1 Ouvrir un document existant...4 2.2 Sélectionner

Plus en détail

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique.

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique. ORTHOPHOS XG 3 DS Systèmes de radiographie l accès facile à la panoramique numérique. Conception clichés panoramiques avec technologie XG. technique et design en harmonie. fiable économique 1 Profitez

Plus en détail

Scarlett Plug-in Suite

Scarlett Plug-in Suite Scarlett Plug-in Suite Mode d emploi FA0000-01 1 Contents Installation... 3 Activation du Logiciel... 3 Modules Scarlett Plug-in Suite... 5 Compressor... 5 EQ... 6 Gate... 7 Reverb... 9 2 Installation

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ

SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ White Paper 10 2010 SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ MATTEO GRANZIERO, Responsabile comunicazione tecnica, SOCOMEC UPS Avant l

Plus en détail

Travaux pratique (TP2) : simulation du canal radio sous ADS. Module FIP RT321 : Architectures des émetteurs-récepteurs radio

Travaux pratique (TP2) : simulation du canal radio sous ADS. Module FIP RT321 : Architectures des émetteurs-récepteurs radio Travaux pratique (TP2) : simulation du canal radio sous ADS Rédaction : F. Le Pennec Enseignant/Chercheur dpt. Micro-ondes Francois.LePennec@telecom-bretagne.eu Module FIP RT321 : Architectures des émetteurs-récepteurs

Plus en détail

Dan Istrate. Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier

Dan Istrate. Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier Détection et reconnaissance des sons pour la surveillance médicale Dan Istrate le 16 décembre 2003 Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier Thèse mené dans le cadre d une collaboration

Plus en détail

Mesures d antennes en TNT

Mesures d antennes en TNT Mesures d antennes en TNT Ce TP s intéresse aux techniques liées à l installation d un équipement de réception de télévision numérique terrestre. Pour les aspects théoriques, on pourra utilement se référer

Plus en détail

Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M

Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M ZI Toul Europe, Secteur B 54200 TOUL Tél.: 03.83.43.85.75 Email : deltest@deltest.com www.deltest.com Introduction L oscilloscope actif de précision Concept

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 LISACode Un simulateur opérationnel pour LISA Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 Plan Rappel sur LISACode. Validation du simulateur. Possibilités du simulateur. Résultats obtenus. Bruit de confusion.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 1. DÉMARRER ISIS 2 2. SAISIE D UN SCHÉMA 3 & ' " ( ) '*+ ", ##) # " -. /0 " 1 2 " 3. SIMULATION 7 " - 4.

TABLE DES MATIÈRES 1. DÉMARRER ISIS 2 2. SAISIE D UN SCHÉMA 3 & '  ( ) '*+ , ##) #  -. /0  1 2  3. SIMULATION 7  - 4. TABLE DES MATIÈRES 1. DÉMARRER ISIS 2 2. SAISIE D UN SCHÉMA 3! " #$ % & ' " ( ) '*+ ", ##) # " -. /0 " 1 2 " 3' & 3. SIMULATION 7 0 ( 0, - 0 - " - & 1 4. LA SOURIS 11 5. LES RACCOURCIS CLAVIER 11 STI Electronique

Plus en détail

CHAPITRE V. Théorie de l échantillonnage et de la quantification

CHAPITRE V. Théorie de l échantillonnage et de la quantification CHAPITRE V Théorie de l échantillonnage et de la quantification Olivier FRANÇAIS, SOMMAIRE I INTRODUCTION... 3 II THÉORIE DE L ÉCHANTILLONNAGE... 3 II. ACQUISITION DES SIGNAUX... 3 II. MODÉLISATION DE

Plus en détail

Systèmes de communications numériques 2

Systèmes de communications numériques 2 Systèmes de Communications Numériques Philippe Ciuciu, Christophe Vignat Laboratoire des Signaux et Systèmes cnrs supélec ups supélec, Plateau de Moulon, 9119 Gif-sur-Yvette ciuciu@lss.supelec.fr Université

Plus en détail

LABO 5 ET 6 TRAITEMENT DE SIGNAL SOUS SIMULINK

LABO 5 ET 6 TRAITEMENT DE SIGNAL SOUS SIMULINK LABO 5 ET 6 TRAITEMENT DE SIGNAL SOUS SIMULINK 5.1 Introduction Simulink est l'extension graphique de MATLAB permettant, d une part de représenter les fonctions mathématiques et les systèmes sous forme

Plus en détail