INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)"

Transcription

1 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) INTERPRETATION DES DONNÉES ANOMALIES ET PARTICULARITÉS DE LA MÉTHODE REGISTRE DU SINGNAL DE L APAREIL DE MESURE NUMIS TM TRAITEMENT DU SIGNAL AVEC BRUIT EM INVERSION DU SIGNAL MRS Adresse : Valentí TURU i MICHELS Av. Príncep Benlloch Edifici Interceus, despatx 407 Telèfon i fax:

2 2.1 INTERPRETATION DE LA RESONNANCE MAGNETIQUE Traduction de Romain Roger Roch GIL, Ingénieur géologue de l'école nationale supérieure de géologie (Nancy) Traitement du signal MRS avec bruit (EM) MA 2 Une des plus grandes limitations de la méthode de résonnance magnétique (MRS) est sa sensibilité au bruit électromagnétique (EM) naturel ou artificiel. Celui-ci peut être dû aux tempêtes magnétiques, aux courants telluriques, aux tempêtes météorologiques, aux lignes électriques, aux générateurs électriques et autres artefacts électriques artificiels. On considère comme bruit industriel celui qui présente une superposition d harmoniques dans le rang des fréquences industrielles (50 ou 60 Hz). La modulation des fréquences des émissions de radio et téléphoniques produit aussi du bruit EM. La présence d un bruit électromagnétique important (EM) du à des lignes électriques qui émettent dans des fréquences de 1900 à 2400 Hz, peut être une limitation importante pour la méthode, particulièrement quand la fréquence de Larmor est proche d un harmonique de la fréquence fondamentale (50 ou 60 Hz). Ce bruit électromagnétique peut interférer avec le signal d excitation des protons et s ajouter à l amplitude de celui-ci. Pour améliorer la qualité du signal, nous avons plusieurs façons d acquérir les données, notamment en les filtrant. D après Legchenko(2007) nous distinguons quatre grands types de bruit EM, un bruit presque constant, un bruit variable dans le temps, des interférences et un bruit industriel. En fonction de la nature du bruit EM, nous pouvons utiliser différentes stratégies dans le traitement des données.

3 Bruit électromagnétique quasi constant Dans ce cas le procédé le plus efficace est de réaliser un «stacking» qui consiste dans la somme des enregistrements pour une même impulsion. X(t) = n X i (t) / n Y(t) = n Y i (t) / n De cette façon le bruit aléatoire s élimine et le signal ressort. L accroissement de la relation entre le signal et le bruit en fonction de «n» est : S = n N Finestra de stack Figure 17: A droite, signal du bruit quasi constant (rouge) par rapport au signal MRS (Legchenko, 2007). A gauche, fenêtre du programme d acquisition des données du Numis Lite TM, fenêtre de staking avec possibilité de mode automatique ou bien manuel.

4 Bruit EM variant au cours du temps Si le bruit n est pas constant, c'est-à-dire si la magnitude du bruit est beaucoup plus importante que le signal et n est pas statistiquement régulière dans lors des acquisitions des données (non-white noise), Legchenko (2007) propose un schéma beaucoup plus effectif au cours duquel les signaux sont moyennés de façon pondérée (weighted stacking). On considère qu il faut effectuer ce processus si la relation entre le bruit et le signal est inférieur à 1,5: S/N <1,5 Finestra de stack ponderat Figure 18 : Partie supérieure, signal du bruit Time-Varying (rouge) par rapport au signal MRS (Legchenko, 2007), on observe qu entre l enregistrement 1 et 2, il y a une cloche de bruit qui diminue aux extrémités. Partie inférieure, fenêtre du programme d acquisition des données de Numis Lite TM, fenêtre de weighted stacking.

5 5 Cette pondération est basée sur une estimation du bruit (s) défini comme : s i2 = 1 / ΔT Δt 0 (X i (t) 2 + Y i (t) 2 ) dt Où ΔT est la fenêtre d observation (200 ms). Pour chaque enregistrement on lui assigne un poids η i = 1 / s i 2 et les enregistrements sont pondérés par rapport à leur poids en bruit : X(t) = n η i X i (t) / n η i Y(t) = n η i Y i (t) / n η i Man-made short spikes De petites interférences peuvent apparaître pendant une période de 0,5 à 2 secondes, un bruit typiquement généré par des appareils électriques. Si la durée de l interférence est plus petite que la durée d un enregistrement MRS, alors ces interférences peuvent être éliminées par leurs amplitudes, qui seront supérieures à celle du signal. Après avoir éliminé les interférences, le signal peut être traité (stacking, filtre). Dans le cas de Numis Lite TM tout l enregistrement est simplement éliminé. Figure 19 : Signal d une interférence courte et d une amplitude élevée(images supérieures). Après avoir éliminé l interférence du signal, celle-ci peut être traitée (stacking, filtering).

6 6 Finestra de Thresholding Número de registres el.liminats, relació òptima 1/2 Figure 20 : Dans le programme Prodiviner on ne tient simplement pas compte de cet enregistrement pour la pondération (stacking). Il est important que la limite de lecture (threshold) soit 5 fois supérieure au bruit mesuré et 2 fois supérieure au signal en supposant qu il n existe pas de bruit appréciable. Cette élimination est efficace si le pourcentage d enregistrements éliminés par rapport à ceux qui sont validés est de l ordre de 50%.

7 Bruit industriel électromagnétique Les lignes électriques comme source de contamination Legchenko & Valla (2003) ont travaillé sur l effet du bruit EM industriel. La fréquence de travail pour obtenir un signal un signal MRS oscille entre 800 Hz et 2800 Hz ce qui correspond à la variation de la fréquence de Larmor dans le monde. Ce rang de fréquences est également celui que présentent les lignes électriques. Dans l étude de Legchenko & Valla (2003) une des premières questions étudiée est la stabilité de l amplitude du signal MRS à proximité des lignes électriques et on a observé qu elle pouvait varier d un facteur supérieur à 2. Figure 21 : Figure original de Legchenko (2007) où on observe la variation de la magnitude du bruit produit par les lignes électriques à deux endroits en France. Une analyse plus détaillée en appliquant la transformée de Fourier au signal recueilli des lignes électriques dans différents endroits, montre que les harmoniques dominent sur tout le spectre de fréquences (figure 22), mais aussi les sous-harmoniques et les inter-harmoniques. Malgré cela, l amplitude des harmoniques comme celle du bruit non-harmonique varie significativement d un endroit à l autre.

8 8 Figure 22a : Figure originale de Legchenko (2007) sur laquelle on observe le spectre du bruit généré par les lignes électriques. Figure 22b : Figure originale de Legchenko (2007) où on peut observer le spectre du bruit généré par les lignes électriques et les harmoniques importants. Normalement on le représente sur une échelle semi-logarithmique pour voir les petites amplitudes agrandies Harmoniques, sous-harmoniques et inter-harmoniques Les méthodes pour l étude de la qualité des signaux sont variées. La plus simple est l interprétation visuelle des anomalies de la forme des ondes, bien que l analyse du signal par la transformée de Fourier Avec cette méthode on peut effectuer une reconstruction du signal sans avoir à faire un enregistrement pour tous les points. Si on prend tout le train d ondes de bruits industriels et qu on effectue cette analyse de Fourier, la fondamentale est une sous-harmonique mais des inter-harmoniques et des harmoniques non entières apparaissent aussi

9 9 Prenons par exemple, deux ondes (40ms à 50Hz) et faisons l analyse de Fourier, nous obtenons la fondamentale (de 25 Hz) et ses harmoniques (1,2,3,4,5, ) où l harmonique 2 de cette analyse est la fondamentale de 50 Hz, la 4 est la seconde harmonique de 50 Hz, la 3 est l harmonique 1,5 de 50 Hz et s appelle inter-harmonique, la 5 nous donne la 2,5 et la 1 nous donne la sousharmonique 0,5 de 50 Hz. Si nous balayons un spectre de fréquences et que nous représentons l amplitude harmonique en fonction de la fréquence, nous observons un graphique de type montagne avec des pics à chaque harmonique important. Les systèmes de contrôle des courants électriques, dans certaines occasions présentent une réalimentation positive et peuvent être responsables de phénomènes de magnitude inter-harmoniques. Figura 23 : Figure originale de Biziak & Planimsic (2006) Au centre, bruit régulier formé par les harmoniques. En bas, bruit formé par les inter-harmoniques. Dans la partie supérieure, somme des harmoniques et des inter-harmoniques déformant la régularité du bruit. Les phénomènes harmoniques sont tolérables du moment qu ils maintiennent les magnitudes contrôlables. La relation entre l amplitude des différentes harmoniques et la déformation globale de la magnitude observée, dépend en plus, de la magnitude de chaque harmonique et du déphasage entre elles. La déformation des magnitudes dues aux harmoniques se contrôle avec des filtres d harmoniques. Ceux-ci modifient le diagramme de l impédance du réseau, intégrant des zéros et des pics qui nous donnent l effet désiré.

10 Stabilité du bruit industriel 10 Selon Biziak & Planimsic (2006) on a estimé que les convertisseurs de puissance statiques traitent 65% de l énergie électrique totale. La nature non linéaire de l échange entre les appareils électriques fait augmenter les harmoniques du flux de courant dans les lignes de transport électriques. Ceci provoque des pertes et des distorsions du voltage et une consommation peu efficace du courant électrique. Pour le bruit, le problème arrive quand des fréquences sousharmoniques ou inter-harmoniques existent, puisque la reconstruction du signal peut ne pas être suffisamment soignée par rapport à l original. La transformée de Fourier peut être uniquement appliquée pour des ondes périodiques et a peu de capacité avec les signaux changeant. Ainsi les signaux transitoires correspondent à des ondes non-périodiques, celles-ci sont souvent de fréquences élevées, raison pour laquelle on les trouve en dehors du rang des fréquences MRS. Filtre high cut Figure 24 : Le programme d acquisition des données par défaut sélectionne déjà un filtre pour les hautes fréquences avec une valeur préétablie (de l ordre de la centaine de khz, ondes de téléphonie mobile et autres) pour autant que les intra-harmoniques aient peu d influence dans le signal MRS.

11 11 Ainsi donc la meilleure façon de filtrer ce bruit est d avoir des fréquences industrielles stables pour les lignes électriques (Butler & Russel, 1993 et 2001, d après Legchenko 2007). Dans ce sens Legchenko & Valla (2003) ont effectué une série de mesures de lignes électriques pour différents endroits occidentaux et orientaux dans un rang moyen de fréquences du 37º harmonique et du 41º harmonique. On a ainsi observé une instabilité de 0,5 Hz ou plus (Figure 25), qui peut être due en partie à l instabilité de la fréquence fondamentale de la ligne, ou produite partiellement par le bruit extérieur. Figure 25 : Figure de Legchenko (2007) où on voit un exemple de fréquences mesurées des kº harmoniques d une ligne électrique (valeurs relatives à 50 khz).les variations les plus importantes sont obtenues à Israël et on n en connait pas les causes.

12 12 La proportion des harmoniques de 50Hz avec une large bande (bandwidth) de ± 1Hz pour suppléer la limite de résolution de la transformée de Fourier. Pour le bruit total il peut s agir de 50% ou seulement de 20% pour une large bande (bandwidth) de ± 150 Hz (Figure 26). Ce haut pourcentage de bruit non stationnaire observé à proximité des lignes électriques peut être expliqué par le fait que dans le rang des fréquences étudiées, les harmoniques basses ont été filtrées, et seules restent les plus élevées (20º à 55º). Cela peut être également dû au fait que les lignes électriques se comportent comme des antennes électromagnétiques et canalisent autant le bruit artificiel que le bruit naturel sur une grande aire. Les lignes amplifient donc l épaisseur de bruit aléatoire, spécialement de composante verticale qui est celle qui se mesure au niveau des antennes de MRS. Figure 26 : proportion de bruit produit par les harmoniques de 50 Hz par rapport au bruit total. Le bruit industriel peut être diminué efficacement en effectuant une configuration de l antenne en 8 (Trushkin et al ; dans Bernard 2007). En fonction du lieu, on peut améliorer la relation S/N de 2 à 10 fois, malgré que dans certains endroits cela peut être encore insuffisant et qu il est nécessaire d effectuer un filtre.

13 Filtres Les filtres sont très utiles pour atténuer des signaux non désirés, comme peut l être le bruit artificiel, industriel ou naturel. Certains filtres peuvent être plus complexes mais pour un bruit régulier, le filtre passe-bande (Bandapass filter) peut être fort utile pour atténuer le signal. Des filtres plus compliqués pour le signal MRS peuvent être celui de block substraction, celui de sinusoid substraction (les deux sont absents chez SAMOVAR ET PRODIVINER) et le notch filtering éventuellement combiné avec une moyenne harmonique (running average filter) ainsi que l explique Legchenko (2007). Le Bandpass filter est aussi bien utilisable en software que le Running Average filter, après l acquisition des données (programme SAMOVAR). Pour ce qui est des autres filtres, on dispose uniquement du notch filtering, tant en hardware (Prodiviner) qu en Software (SAMOVAR) Running average filter Ce filtre atténue l amplitude (Eo) pour les signaux présentant une fréquence supérieure ou inférieure à celle de référence (Larmor) dans un rang de temps préfixé. Chez SAMOVAR, ce filtre est une simulation numérique du filtre électronique RC de premier ordre (20dB/s) avec une constante de temps de filtre T=RC. Le filtre s utilise aussi pour d autres phénomènes naturels qui n ont rien à voir avec l électricité, comme par exemple les oscillations climatiques saisonnières dans un signal climatique annuel, l oscillation saisonnière (celle que l on doit filtrer) étant de fréquence plus grande que l annuelle. Pour l expliquer autrement, nous pouvons dire que chaque mois, à l exception des deux extrêmes, on adoucit le signal en effectuant une moyenne avec les mois antérieurs comme postérieurs selon le nombre de mois stipulé par le filtrage. Le filtre est représenté par l expression suivante : ô i = M n=m (2M+1) -1 ô i+n

14 14 Filtrat Running av. Figure 27 : Représentation de la situation du filtre dans le programme d interprétation 1D SAMOVAR. Il faut tenir compte qu il faut introduire le temps (en ms) d enregistrement pour effectuer la moyenne autour de la fréquence de Larmor.

15 Bandpass filter Ce filtre est uniquement disponible en Software (SAMOVAR) et a un effet sur l adoucissement du temps de relaxation (T 2 *) Filtrat Bandpass Figure 28 : Fenêtre de SAMOVAR indiquant la position où se trouve le filtre. Exemple du fonctionnement du Bandpass filter fixé à 10Hz (ligne rouge) autour de la fréquence de Larmor, frôlant le signal le plus court(30ms) et le plus large(1000 ms)

16 Notch filter 16 Selon Legchenko (2007), quand on utilise filtre de passe-bande de faible largeur de bande (low-pass) pour un signal MRS il faut tenir compte que le temps de relaxation de la résonnance magnétique (T ) varie typiquement entre 40 et 400ms et cela détermine la largeur de la bande du filtre. La fréquence de Larmor ne peut être considérée comme constante, étant donné qu elle est affectée par les variations de l amplitude du champ magnétique et au cours du temps, pour cette raison la largeur de la bande doit être une fenêtre suffisante (4Hz) Le filtre notch reste centré dans les fréquences des harmoniques des lignes électriques de 50 Hz et 60 Hz, et celles-ci sont seulement connues de façon approximative, pour cette raison le filtre notch coupe à ± 1 Hz de largeur de bande autour de chaque harmonique. On peut effectuer un mélange de filtres qui consiste à combiner le Bandpass filter centré sur la fréquence de Larmor et un Notch filter avec une largeur de bande de ± 1Hz centré le plus possible autour de l harmonique fondamentale de la fréquence de Larmor (Figure 29) Figure 29 : Figure originale de Legchenko (2007), spectre du signal exponentiel (ligne continue) et la combinaison des filtres Bandpass i Notch (ligne discontinue). Le filtre Notch élimine de 3 à 5 harmoniques (ne figure pas sur la figure).

17 17 Contrairement à d autres méthodes comme la sinusoid substraction, le filtre Notch élimine toujours une bande de fréquence étroite et peut affecter le signal. Il faut tenir compte de cet effet de distorsion dans le signal de MRS. Les modèles numériques qui dérivent de l application du filtre Notch améliorent significativement l estimation des paramètres pour toutes les fréquences des lignes électriques. Le filtre Notch élimine efficacement le bruit sinusoïdal et il n y a pratiquement pas de distorsion dans le signal synthétique quand ΔF > 4 Hz, tandis que pour des décalages de fréquences inférieures (ΔF =< 4 Hz) le Notch filter corrompt le signal. Cependant l influence du bruit non filtré est encore plus mauvaise et assez souvent incertaine. Finestra de Notch filter Rang d harmònics Figura 30: Option de filtrage de signal directement lors de l acquisition (Prodiviner) qui permet de filtrer les 50 Hz ou 60 Hz, que ce soit dans une gamme large (wide) ou étroite (narrow). Si le sondage MRS est effectué dans un endroit sans bruit ce filtre n est pas nécessaire. Dans le cas contraire (présence de lignes électriques) le filtrage devra être réalisé d abord pour une grande largeur de bande (25-10 Hz), si l acquisition des données s effectue à côté d un harmonique de 50 Hz-60 Hz, tandis que le filtrage pour la gamme étroite (10-1 Hz) sera effectué si les harmoniques sont très proches de la fréquence de Larmor (4-8 Hz). Le rang d harmoniques choisis (Nb) ne peut être qu un nombre entier et impair, le 1 (premier harmonique, H 50), 3 (H50 ± 50), 5 (H50 ± 50 ± 150) et ainsi de suite. Cette option existe aussi bien dans le programme PRODIVINER que dans SAMOVAR, cependant dans le premier le filtrage s effectue à chaque stack tandis que dans le second il s effectue une fois réalisés tous les stacks.

18 18 Figura 31 : Option de filtrage du signal une fois le signal enregistré avec le programme SAMOVAR. Si l option Centre fixed n est pas choisie alors le filtre Notch travaille dans un rang multiple de 50/60 Hz. Si Centre fixed est choisie, c est le filtre Notch qui choisit la fréquence, ce qui peut être utile si la fréquence de Larmor du secteur n est pas stable. L option Filter corrections utilise un algorithme de compensation de l effet du filtre sur le signal si la fréquence de Larmor se situe proche d un des harmoniques filtrés selon Legchenko & Valla (2003).

19 19 Legchenko (2007, page 498) effectuant des essais de filtrage de bruit dans différents endroits a observé que les meilleurs résultats s obtiennent là où le bruit industriel présente un pourcentage important d harmoniques de 50 Hz, cependant dans les endroits où un des harmoniques de lignes électriques est proche de la fréquence de Larmor, le filtrage déforme aussi le signal intéressant (Figure 32). Figure 32 : Données obtenues à Mañeru, Pamplona. Le bruit est produit par un haut fourneau situé à une distance de plus 300 m. Sur la figure de gauche (148 weighted stacks) on observe le spectre du bruit avec une harmonique proche à la fréquence de Larmor (1941 Hz), à moins de 8 Hz. Dans le spectre de fréquences à droite (113 weighted stacks) on a appliqué le filtre Notch wide avec un harmonique de l ordre de 3 (H50 ± 50 Hz) et on observe que le signal s est déformé en y ajoutant du bruit. En fonction du résultat obtenu jusqu à un certain moment (Legchenko, 2007) on peut dire que si le décalage de la fréquence de l harmonique est inférieur à 8Hz par rapport à celle de Larmor alors le filtre Notch peut être efficacement utilisé, tandis que pour des décalages inférieurs à 8 Hz le filtre Notch peut supprimer une bonne partie de l information du signal MRS pour des temps d excitation importants (T 2 * > 200 ms) et dans ces cas il faut utiliser des techniques de soustraction.

PRINCIPES ET METHODE DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS)

PRINCIPES ET METHODE DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques PRINCIPES ET METHODE DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS) INTRODUCTION ET EQUIPE DE

Plus en détail

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) INTERPRETATION DES

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODE DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS)

PRINCIPES ET METHODE DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques PRINCIPES ET METHODE DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS) INTRODUCTION ET EQUIPE DE

Plus en détail

INTERPRETATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS)

INTERPRETATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRETATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION A RESONNANCE MAGNETIQUE (MRS) INTERPRETATION DES

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Master IAD Module PS. Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation. Gaël RICHARD Février 2008

Master IAD Module PS. Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation. Gaël RICHARD Février 2008 Master IAD Module PS Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation Gaël RICHARD Février 2008 1 Reconnaissance de la parole Introduction Approches pour la reconnaissance vocale Paramétrisation Distances

Plus en détail

X Analyse spectrale numérique

X Analyse spectrale numérique X Analyse spectrale numérique Objectifs : Après avoir utilisé la FFT dans le TP4 d analyse spectrale, on va maintenant s intéresser aux différents paramètres d une acquisition numérique afin de respecter

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure.

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure. Filtres passe-bas Ce court document expose les principes des filtres passe-bas, leurs caractéristiques en fréquence et leurs principales topologies. Les éléments de contenu sont : Définition du filtre

Plus en détail

Le traitement du signal

Le traitement du signal FICHE N 47 Le traitement du signal FFT, DFT ET IFT Jean-aptiste Joseph Fourier (1768-1830), né à uxerre, mathématicien et physicien français, auteur de la Théorie analytique de la chaleur (1822) : la transformée

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron. Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B4510 UNIITE DIIDACTIIQUE LIIGNE DE TRANSMIISSIION MANUEL D IINSTRUCTIIONS Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

Propriétés fréquentielles du signal

Propriétés fréquentielles du signal Fiche de référence Thème II : ANALYSE DU SIGNAL Propriétés fréquentielles du signal 1- Insuffisance de la représentation temporelle du signal Reprenons l exemple utilisé précédemment : Enregistrement du

Plus en détail

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS Charges non linéaires BUT : - Observer le courant i ( t ) absorbé par différentes charges non linéaires alimentées par une tension monophasée 230 V / 50 Hz - Relever le Taux de distorsion harmonique du

Plus en détail

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols.

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols. SYSAM SP5 et OSCILLO5 Fiches de montages Etude d un filtre actif passe-bande I. Généralités Ce document a pour but de montrer comment utiliser Oscillo5 pour étudier un filtre en régime harmonique (attaque

Plus en détail

ANALYSE DE FOURIER 1. REPRESENTATION DE FOURIER. 1.1 Représentation d un signal sinusoïdal

ANALYSE DE FOURIER 1. REPRESENTATION DE FOURIER. 1.1 Représentation d un signal sinusoïdal Annexe Fourier I ANNEXE ANALYSE DE FOURIER 1. REPRESENTATION DE FOURIER 1.1 Représentation d un signal sinusoïdal On peut représenter un signal sinusoïdal de la forme s(t) = s 0 cos"t = s 0 cos(2#f 0 t)

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Caractérisation d un diapason par TF de sa réponse impulsionnelle. Problème du paramétrage de la FFT Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.)

Plus en détail

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE PRE-REQUIS SAVOIR : AOP en régime linéaire et non linéaire OBJECTIFS SAVOIR : Valider par le calcul et la mesure, les performances des fonctions

Plus en détail

QUELQUES APPLICATIONS DE LA FFT J.M. Lemasquerier IPEST Tunis. I Fonction de transfert d un quadripôle

QUELQUES APPLICATIONS DE LA FFT J.M. Lemasquerier IPEST Tunis. I Fonction de transfert d un quadripôle QUELQUES APPLICATIONS DE LA FFT J.M. Lemasquerier IPEST Tunis Nous proposons ici quelques utilisations du calcul numérique rapide de la transformée de Fourier. A l exception du calcul d une figure de diffraction,

Plus en détail

Prospection EM - source locale

Prospection EM - source locale Chapitre 10 Prospection EM - source locale 10.1 Modèle générique de prospection EM On peut présenter les choses à partir d un modèle générique valable pour toutes les méthodes. Figure 10.1: Modèle générique

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

Prospections géophysiques adaptées au socle

Prospections géophysiques adaptées au socle Prospections géophysiques adaptées au socle Viviane BORNE Sommaire 1 - La prospection électromagnétique VLF 2 - La tomographie électrique 3 - Les nouvelles prospections à mettre en oeuvre 2 Prospection

Plus en détail

Quelques points de traitement du signal

Quelques points de traitement du signal Quelques points de traitement du signal Introduction: de la mesure au traitement Source(s) BRUIT BRUIT Système d acquisition Amplitude (Pa) Temps (s) Amplitude (Pa) Mesure Opérations mathématiques appliquées

Plus en détail

Série 7 : circuits en R.S.F.

Série 7 : circuits en R.S.F. Série 7 : circuits en R.S.F. 1 Documents du chapitre Action d un circuit du 1er ordre sur un échelon de tension et sur une entrée sinusoïdale : Déphasage de grandeurs sinusoïdales et représentation de

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

Comparabilité d enregistrements réalisés avec les systèmes de mesure d HEAD acoustics

Comparabilité d enregistrements réalisés avec les systèmes de mesure d HEAD acoustics Comparabilité d enregistrements réalisés avec les systèmes de mesure d HEAD acoustics 1. Comparabilité de mesures réalisées avec différentes têtes artificielles HMS III Les mesures réalisées à l aide de

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Analyse spectrale du signal

Analyse spectrale du signal Analyse spectrale du signal Principe de l analyse spectrale (ou harmonique) La réponse en fréquence des circuits est un élément caractéristique du comportement dynamique des circuits R, L et C. L autre

Plus en détail

DÉPANNAGE DES RÉCEPTEURS SUPER- HÉTÉRODYNES

DÉPANNAGE DES RÉCEPTEURS SUPER- HÉTÉRODYNES DÉPANNAGE DES RÉCEPTEURS SUPER- HÉTÉRODYNES Préparé par Eric Bélanger Ateliers de la SQCRA 14 novembre 2005 ATELIER SQCRA, 14 NOVEMBRE 2005 2005 Eric Belanger Page 1 TABLE DES MATIÈRES MÉTHODOLOGIE DE

Plus en détail

Parcours Ingénieur Polytech. Mini-projets. Banque d images. Auteur : Encadrant : Jonathan Courtois

Parcours Ingénieur Polytech. Mini-projets. Banque d images. Auteur : Encadrant : Jonathan Courtois École Polytechnique de l Université de Tours 64, Avenue Jean Portalis 37200 TOURS, FRANCE Tél. (33)2-47-36-14-14 Fax (33)2-47-36-14-22 www.polytech.univ-tours.fr Parcours Ingénieur Polytech Mini-projets

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS Chapitre 7 MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS I- MESURE DES TENSIONS : I-1- Généralités : Pour mesurer la tension UAB aux bornes d un récepteur, il faut brancher un voltmètre entre les points A et B (

Plus en détail

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques LeCroy Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques Avec la constante évolution industrielle, les ingénieurs d études doivent aujourd hui caractériser en permanence de

Plus en détail

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Z-SCOPE V5 ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Fonctionnalités Générateur d un signal d excitation sinusoïdal de fréquence variable jusqu à 100 khz Mesure d un signal

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE D UN SIGNAL PERIODIQUE

ANALYSE SPECTRALE D UN SIGNAL PERIODIQUE Approche expérimentale ANALYSE SPECTRALE D UN SIGNAL PERIODIQUE Objectifs : - S initier au traitement FFT du logiciel LatisPro - Etudier le spectre d amplitude d un signal carré - Etudier les limites de

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

Internet en TGV (2010) : Comment maintenir le pointage d antenne vers le satellite?

Internet en TGV (2010) : Comment maintenir le pointage d antenne vers le satellite? Internet en TGV (2010) : Comment maintenir le pointage d antenne vers le satellite? 1 Matériels Recherches Internet GPS + Antenne 2 axes - élévation - orientation Mais : secret industriel! Objectif général

Plus en détail

STRATEGIES DE COMMANDE DES ONDULEURS

STRATEGIES DE COMMANDE DES ONDULEURS STRATEGIES DE COMMANDE DES ONDULEURS ) Présentation : Un onduleur est un convertisseur continu/alternatif. Ils sont utilisés principalement dans deux types de systèmes : Les ASI : alimentations sans interruption,

Plus en détail

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier Responsable : J.Roussel Objectif Ce TP est une initiation à l analyse de Fourier. Nous verrons notamment comment une analyse spectrale permet de remonter à la courbe de réponse d un filtre électrique.

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

-ième d'octave Ondelettes

-ième d'octave Ondelettes 03/14 FFT 1 / n -ième d'octave Ondelettes Une simple analyse de niveau ne suffit pas à la plupart des analyses acoustiques car le niveau n est pas le seul facteur déterminant dans la perception d un évènement

Plus en détail

Inventeur: Marchand, Maurice. permettant dermettant d'effectuer une double transposition (23, 26), des. moyens noyens de blocage (30, 21).

Inventeur: Marchand, Maurice. permettant dermettant d'effectuer une double transposition (23, 26), des. moyens noyens de blocage (30, 21). Europâisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: O 049 651 Office européen des brevets Al DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 81401460.1 Int. Ci.3: G 01 S 7/28 ^ @ (22) Date

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Version default Titre : Opérateur GENE_ACCE_SEISME Date : 20/08/2012 Page : 1/5 Responsable : Irmela ZENTNER Clé : U4.36.

Version default Titre : Opérateur GENE_ACCE_SEISME Date : 20/08/2012 Page : 1/5 Responsable : Irmela ZENTNER Clé : U4.36. Titre : Opérateur GENE_ACCE_SEISME Date : 20/08/2012 Page : 1/5 Opérateur GENE_ACCE_SEISME 1 But Cet opérateur permet de générer des accélérogrammes sismiques artificiels pour des calculs dynamiques transitoires.

Plus en détail

ALEAS TECHNIQUES. Harmoniques

ALEAS TECHNIQUES. Harmoniques ALEAS TECHNIQUES Harmoniques Version V0 du 01.09.2011 Référentiel Technique HARMONIQUES PRESENTATION, PRISE EN CONSIDERATION, SOLUTIONS POUR LIMITATIONS Identification : DTR-Altec-Harm Version : V0 Nombre

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Présentation de la macro Scope/Igor en USB Rédaction du document: Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) ; mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr Programmation : Colin Lopez, (I.R.)

Plus en détail

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier Responsable : J.Roussel Objectif Ce TP est une initiation à l analyse de Fourier. Nous verrons notamment comment une analyse spectrale permet de remonter à la courbe de réponse d un filtre électrique.

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

Amplificateur de sonorisation

Amplificateur de sonorisation Amplificateur de sonorisation On se propose de vérifier quelques spécifications d un amplificateur basse-fréquence de sonorisation dont les caractéristiques techniques sont données en Annexe. Remarques

Plus en détail

XIII. ANALYSE DES FONCTIONS DE TRANSFERT EN REGIME HARMONIQUE LE DIAGRAMMME DE BODE

XIII. ANALYSE DES FONCTIONS DE TRANSFERT EN REGIME HARMONIQUE LE DIAGRAMMME DE BODE XIII. ANALYSE DES FONCTIONS DE TRANSFERT EN REGIME HARMONIQUE LE DIAGRAMMME DE BODE A. ANALYSE D'UNE FONCTION DE TRANSFERT Forme canonique ; Exemple ; Limites ; Fréquence de Coupure ; Bande Passante ;

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Acquisition et analyse FFT

Acquisition et analyse FFT Département de physique Acquisition et analyse FFT Rédaction du cours et travail expérimental associé : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr L objectif de ce cours

Plus en détail

Les régimes périodiques (Chap 2)

Les régimes périodiques (Chap 2) Les régimes périodiques (Chap 2)! Révisé et compris! Chapitre à retravaillé! Chapitre incompris 1. Propriétés des grandeurs physiques : La période T, est le plus petit intervalle de temps, au bout duquel

Plus en détail

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR?

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? NOM: Coéquipier : COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? Soit une fonction G(t) périodique, de fréquence f. D'après Fourier, cette fonction peut se décomposer en

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Fiches Générateur Basses Fréquences

Fiches Générateur Basses Fréquences Fiches Générateur Basses Fréquences Note : Cet ensemble de fiches a été réalisé autour du Générateur de fonctions Centrad GF467AF. Il dispose d un grand nombre de fonctionnalités que l on peut retrouver

Plus en détail

La Modulation d Amplitude (AM)

La Modulation d Amplitude (AM) La Modulation d Amplitude (AM) Le Signal AM (1) La porteuse sinusoïdale e 0 (t) = Ê.cos(2π t) est modulée en amplitude par une information BF s(t). Le signal AM qui en résulte peut s écrire u AM (t) =

Plus en détail

Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit

Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit Par : Johnnie Hancock, Agilent Technologies Introduction Aucun oscilloscope n échappe à cette

Plus en détail

UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure

UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure Dimitri Galayko 1 Introduction Ce TP représente la première partie du travail de conception d un système complet permettant

Plus en détail

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT.

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT. TP n 8 : obtention des spectres de signaux usuels. But du TP : ce huitième TP de BTS SE a pour but l'étude de la manière d'obtenir le spectre d'un signal sinusoïdal et carré avec un rapport cyclique variable.

Plus en détail

VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre

VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre l isolation SAINT-GOBAIN GLASS COMFORT SGG STADIP SILENCE La gamme SILENCE : le summum du confort acoustique! Comment? SGG STADIP SILENCE est un vitrage acoustique

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

Fiche détaillée pour Stomper Hyperion

Fiche détaillée pour Stomper Hyperion Pierre Couprie 23 novembre 2003 UNESCO/DigiArts MINT/Paris4-Sorbonne Fiche détaillée pour Stomper Hyperion 1. Présentation générale Nom : Stomper Hyperion Catégories : synthèse Plug-in : NON Versions :

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

Chapitre I La fonction transmission

Chapitre I La fonction transmission Chapitre I La fonction transmission 1. Terminologies 1.1 Mode guidé / non guidé Le signal est le vecteur de l information à transmettre. La transmission s effectue entre un émetteur et un récepteur reliés

Plus en détail

Cartographie et localisation par radar hyperfréquence

Cartographie et localisation par radar hyperfréquence Cartographie et localisation par radar hyperfréquence Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea www.irstea.fr IRSTEA Unité de Recherche Technologie et systèmes d information pour les

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX H02 PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX APPAREILS POUR LA TRANSFORMATION DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT ALTERNATIF, DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT CONTINU OU VICE

Plus en détail

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE Le test statique est un moyen très connu pour évaluer les moteurs électriques. Cependant, si un moteur ne peut pas être arreté,

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

Plan du cours. Cours de Traitement Du Signal - Transformées discrètes. Transformée de Fourier d un signal numérique. Introduction

Plan du cours. Cours de Traitement Du Signal - Transformées discrètes. Transformée de Fourier d un signal numérique. Introduction Plan du cours Cours de raitement Du Signal - ransformées discrètes 1 guillaume.hiet@rennes.supelec.fr ESACA 17 octobre 2007 2 3 Guillaume HIE Cours de raitement Du Signal - ransformées discrètes 1/38 Guillaume

Plus en détail

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005 Date de révision : MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISOCEI 17025 v2005 L accréditation concerne les prestations réalisées par : LCIE Groupe 1 - Fontenay aux Roses 33, avenue du Général Leclerc

Plus en détail

SIMULATEUR DE LIGNE TELEPHONIQUE

SIMULATEUR DE LIGNE TELEPHONIQUE 05.94 B4680 SIMULATEUR DE LIGNE TELEPHONIQUE MODE D EMPLOI SOMMAIRE : Introduction Description du Simulateur B4680 Emploi du Simulateur B4680 Notes INTRODUCTION L unité B4680 est un simulateur de ligne

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE PAR FFT

ANALYSE SPECTRALE PAR FFT AALYSE SPECTRALE PAR FFT. L'analyseur de spectre. La représentation graphique du spectre d'un signal est réalisée par un analyseur de spectre. L'analyseur de spectre peut être à balayage (analogique):

Plus en détail

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux Comment mesurer le temps de propagation de groupe sur des convertisseurs de fréquence dans lesquels le ou les oscillateurs

Plus en détail

Introduction à l analyse spectrale. P. Granjon, J-L. Lacoume

Introduction à l analyse spectrale. P. Granjon, J-L. Lacoume Introduction à l analyse spectrale P. Granjon, J-L. Lacoume Table des matières Propriétés énergétiques des signaux 2. Signaux à temps et fréquence continus............................. 2.2 Signaux à temps

Plus en détail

Analyse des diagrammes de Bode d'un filtre passe-bande:

Analyse des diagrammes de Bode d'un filtre passe-bande: TD N 3: Filtrage, fonction de transfert et diagrammes de Bode. M1107 : Initiation à la mesure du signal Le but de ce TD est de vous permettre d'appréhender les notions indispensables à la compréhension

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

ELECTROMAGNETISM EXEMPLES

ELECTROMAGNETISM EXEMPLES EXEMPLES 1. Représentation globale du champ électrique 2. Graphiques et export CSV sous Microsoft Excel 3. Configuration de Helmholtz 4. Condensateur plan 5. Limaille de fer autour d une bobine 6. Trajectoire

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

Plan. 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre

Plan. 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre LES MULTIMETRES ( VOLTMETRE, AMPEREMETRE,OHMMETRE,..) Plan 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre LES MULTIMETRES ( VOLTMETRE, AMPEREMETRE,OHMMETRE,..)

Plus en détail

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX 02-09 T500 DUAlTACH JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence JAQUET T500 DualTach Instrument multi canal de mesure et de surveillance pour applications

Plus en détail

Laboratoire 4: L analyse spectrale et le filtrage par transformée de Fourier

Laboratoire 4: L analyse spectrale et le filtrage par transformée de Fourier Université du Québec à Montréal Département d Informatique MIC4220 Traitement numérique des signaux Laboratoire 4: L analyse spectrale et le filtrage par transformée de Fourier But Familiarisation avec

Plus en détail