EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL. Ce qu ont dit les experts : la voie à suivre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL. Ce qu ont dit les experts : la voie à suivre"

Transcription

1 EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL Ce qu ont dit les experts : la voie à suivre

2 EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL INTRODUCTION 3 PARTICIPANTS 5 APERÇU GENERAL 6 RESULTATS DE L EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL PAR DES EXPERTS 13 CE QU ONT DIT LES EXPERTS 16 RECOMMANDATIONS POUR DEVELOPPER LE CADRE DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL 22! "!

3 INTRODUCTION Le 14 décembre 2012 Pour PPR, le développement durable crée de la valeur sociétale et actionnariale, tout en prenant en compte l impact qu une entreprise peut avoir sur l environnement à long terme. En ce sens, identifier et évaluer ces impacts engendrés par la fabrication et la vente de nos produits tout au long de la chaîne d approvisionnement représente un élément essentiel de notre programme de développement durable à long terme et de la stratégie globale du groupe. En novembre 2011, PPR a publié le tout premier compte de résultat environnemental (E P&L en anglais) via PUMA, l une des marques de PPR. L impact environnemental des indicateurs clés que sont les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d eau, l utilisation des sols, la pollution atmosphérique et les déchets, générés par les activités et la chaîne d approvisionnement de PUMA, a été évalué à 145 millions d euros en Le Compte de Résultat Environnemental a été considéré comme une approche novatrice pour mesurer le capital naturel. Il a suscité un intérêt marqué de la part de gouvernements nationaux, d experts en développement durable, de la communauté du reporting intégré, d universitaires mais aussi de nombreuses entreprises. Depuis, nous nous attachons à promouvoir le Compte de Résultat Environnemental comme un outil de bonnes pratiques ayant le potentiel de modifier la manière dont les entreprises mesurent, évaluent et rendent compte de leurs impacts sur l environnement. Nous considérons le Compte de Résultat Environnemental comme une première étape clé pour développer un cadre comptable du capital naturel. C est également un outil pour optimiser les investissements dans le domaine de la préservation de l environnement. Afin d améliorer l efficacité et la standardisation du Compte de Résultat Environnemental (à la fois pour son déploiement au sein du groupe PPR d ici 2015 mais aussi pour qu il soit facilement utilisable par d autres entreprises), l une des étapes du processus a consisté à le faire évaluer. Il nous a semblé nécessaire de recueillir l avis d experts pour préparer la prochaine phase de son développement. PPR a ainsi invité un groupe d experts indépendants ayant des! #!

4 compétences dans les différentes techniques et disciplines utilisées dans le Compte de Résultat Environnemental. Le présent rapport présente leurs points de vue et : - Fournit des éléments sur le Compte de Résultat Environnemental et sur ses avantages - Evalue la méthodologie utilisée dans le Compte de Résultat Environnemental initial - Présente les conclusions des experts - Identifie les points d amélioration du Compte de Résultat Environnemental - Propose la voie à suivre En diffusant les conclusions des experts, nous souhaitons impliquer la communauté des parties prenantes, mais également encourager et mettre l accent sur l importance d innovations comme le Compte de Résultat Environnemental, qui peuvent être source de progrès pour les entreprises et le futur de notre planète. Par ailleurs, nous voulons apporter une contribution nouvelle aux travaux en cours concernant la méthodologie du Compte de Résultat Environnemental afin de le rendre facilement utilisable et adoptable par d autres secteurs et régions. Nous espérons également continuer à intervenir dans les discussions sur la comptabilité du capital naturel, sujet d importance grandissante sur la scène internationale depuis le sommet Rio+20 en juin dernier. Cordialement, Marie-Claire Daveu Directrice du développement durable et des affaires institutionnelles internationales Jochen Zeitz Administrateur de PPR et Président du comité de développement durable du Conseil d Administration! $!

5 EXPERTS PARTICIPANT AU GROUPE DE TRAVAIL SUR LE COMPTE DE RÉSULTAT ENVIRONNEMENTAL Nom Affiliation Fonction Peter Bakker Conseil mondial des affaires pour le développement durable Président John Barrett Université de Leeds Professeur en développement durable Tom Beagent PwC Directeur Adjoint, Développement Durable et Changement Climatique Michael Beutler Groupe PPR Directeur des Opérations, Dév Durable Josh Bishop WWF Australie Directeur général Marchés, Développement Durable et Partenariats Entreprises WWF Australie Quiller Brooke PwC Associé Senior, Développement Durable et Changement Climatique Robert Costanza Paul Druckman Université Nationale d Australie IIRC - Conseil International des Rapports Intégrés Professeur en développement durable PDG Holly Dublin Groupe PPR Directrice et Conseillère Spéciale, Développement Durable (jusqu au 1er janvier 2013) John Elkington Volans Associé fondateur & PDG. William Evison PwC Directeur Adjoint, Développement Durable et Changement Climatique Reiner Hengstmann PUMA Directeur global PUMA.Safe Ioannis Kountouris Imperial College, Londres Maître de conférences en Economie et Politique Environnementales Pushpam Kumar PNUE; Université de Liverpool Economiste en chef de la division services écosystémiques au PNUE Alastair MacGregor Trucost Directeur des Opérations Alan McGill PwC Associé, Développement Durable et Changement Climatique Guillaume Majeau- Bettez NTNU (Université norvégienne de sciences et de technologie) Doctorant Richard Mattison Trucost PDG Ross Pow Idenk Animateur Pavan Sukhadev TEEB, Gist Advisory Directeur d études TEEB & Président du conseil d administration TEEB Jan Weinzettel NTNU (Université norvégienne de sciences et de technologie) Université Charles de Prague, Centre pour l Environnement Chercheur postdoctoral Jochen Zeitz Groupe PPR Administrateur de PPR et Président du Comité de Développement Durable du CA! %!

6 APERÇU GÉNÉRAL En novembre 2011, PPR et PUMA ont publié les résultats complets du tout premier Compte de Résultat Environnemental (E P&L en anglais) : en 2010, l impact des activités propres de PUMA et de celles de ses fournisseurs a ainsi été calculé et évalué à 145 millions d euros. PPR a ainsi invité un groupe d experts indépendants ayant des compétences dans les différentes techniques et disciplines utilisées dans le Compte de Résultat Environnemental. L ensemble des experts a salué à l unanimité le concept de Compte de Résultat Environnemental, estimant qu il s agissait là d un excellent pas en avant vers la promotion de l utilisation durable du capital naturel. - L initiative a été perçue comme étant innovante et constitue une approche pionnière vers plus de transparence concernant les impacts environnementaux des entreprises. Elle est aussi apparue comme un moyen logique pour structurer leurs enjeux environnementaux. - Les experts ont été impressionnés par la qualité du Compte de Résultat Environnemental et ont noté qu il s appuyait clairement sur des méthodes d évaluation fiables. - La méthodologie actuelle du Compte de Résultat Environnemental est apparue comme un support adapté à la prise de décision stratégique. Elle offre un aperçu des risques liés aux capital naturel auxquels sont confrontés les entreprises, et met en évidence les opportunités potentielles et sert de support de communication auprès des parties prenantes de l entreprise, y compris ses clients et ses investisseurs. L un des défis à venir, pour les entreprises, sera de comprendre comment normaliser au mieux les principes et l approche méthodologique permettant d élaborer un Compte de Résultat Environnemental et de faciliter la mise en place de cette nouvelle base comptable auprès d un plus grand nombre d entreprises. Les experts ont relevé certains points d amélioration quant à la méthode utilisée, et à l optimisation de la fiabilité des résultats! En augmentant le nombre de données primaires sur lesquelles le Compte de Résultat Environnemental se base, il est possible d optimiser la fiabilité! &!

7 des résultats. Les résultats dépendent en grqnde pqrtie de techniques de modélisation telle que l input-output modele étendu à l environnement (EIO) et d informations limitées au niveau d un pays pour ce qui concerne l approvisionnement de matieres. Cela constitue un véritable défi pour une entreprise, en particulier dans le cas où leurs impacts apparaissent à l extrémité de leur chaîne d approvisionnement.! Lorsque l on utilise la modélisation EIO pour évaluer des unités biophysiques, les résultats peuvent être améliorés en les croisant avec des données collectées directement auprès des fournisseurs ou auprès de sources secondaires comme les bases de données LCA. Il faut veiller à bien choisir le modèle ou la méthode pour s assurer que l approche méthodologique reflète au mieux les caractéristiques de la chaîne d approvisionnement étudiée.! Les marges de variation dans les valorisations peuvent encore être réduites en augmentant le nombre de variables utilisées pour appliquer des valeurs d études existantes à des sites de l entreprise et de ses fournisseurs.! Le Compte de Résultat Environnemental pourrait intégrer les impacts de la pollution de l eau en plus de ceux des émissions de gaz à effet de serre, des autres émissions atmosphériques, de l utilisation des sols, des déchets et de l utilisation de l eau. PPR et PUMA ont pris en compte les points de vue et les recommandations des experts. L objectif est de réussir à les intégrer à terme dans la méthodologie du Compte de Résultat Environnemental, sachant que chaque nouvelle norme comptable passe par une première phase d évolution rapide. Ce rapport a été revu par les experts qui ont confirmé qu il reflétait bien leur cheminement ainsi que leurs points de vue techniques, leurs discussions et leurs recommandations. Les avis présentés ici contribueront à accélérer cette évolution.! '!

8 Eléments d information sur le Compte de Résultat Environnemental Les entreprises dépendent des services offerts par la nature comme de l eau propre, de l air pur, une biodiversité saine et des terres fertiles, mais l immense valeur de ces services n est actuellement pas prise en compte par ces entreprises. En omettant de mesurer cette valeur, une entreprise ne peut pas efficacement gérer ses impacts et ainsi développer un modèle économique durable. Après avoir cherché en vain un outil lui permettant de comprendre et de mesurer le coût réel de ces services, PUMA s est lancé dans l élaboration d un Compte de Résultat Environnemental. Un Compte de Résultat Environnemental est un moyen simple de donner une valeur monétaire aux impacts sur l environnement de l ensemble de la chaîne d approvisionnement d une entreprise. Le concept de Compte de Résultat Environnemental a été imaginé par Jochen Zeitz, alors PDG et puis Président de PUMA. Le projet de développer un Compte de Résultat Environnemental a véritablement débuté en novembre 2010, avec le soutien de PPR, de PUMA.Safe, de Trucost et de PwC. Les tout premiers résultats du Compte de Résultat Environnemental (comprenant les émissions de gaz à effet de serre et l utilisation de l eau) ont été publiés par PPR et PUMA en mai 2011 et les résultats complets en novembre 2011 (en incluant en plus l utilisation du sol, la pollution atmosphérique et les déchets). PUMA a été la première entreprise à tenter de mesurer la valeur de ses services ainsi que les coûts des impacts d une entreprise sur le capital naturel. Compte tenu du laps de temps très court à disposition pour élaborer ce tout premier Compte de Résultat Environnemental, les méthodes développées furent limitées à ce qui était réalisable dans le délai imparti. L important était de pouvoir tester le concept de Compte de Résultat Environnemental, d en partager les résultats afin de recueillir des avis et de faire jaillir de nouvelles innovations avant d aller plus loin dans le développement des méthodologies. La première phase du Compte de Résultat Environnemental de PUMA achevée, PPR en a reconnu le potentiel à la fois comme outil de gestion et comme élément clé dans la stratégie durable du groupe. Il s est ainsi engagé à déployer un Compte de Résultat Environnemental groupe d ici 2015 pour l ensemble des marques des pôles Luxe et de Sport & Lifestyle du groupe.! (!

9 Avec le soutien de PPR, PUMA a également pu pousser l analyse plus loin avec la création d un Compte de Résultat Environnemental Produit, dont les premiers résultats ont été publiés le 8 octobre L analyse menée au niveau produit permet de comparer les impacts de produits semblables et d informer les consommateurs des implications de leurs décisions d achat. Avantages pour l entreprise Le Compte de Résultat Environnemental modifie l approche de PPR et PUMA en matière de gestion environnementale et étend les responsabilités d une entreprise au-delà de ses propres opérations et de son champ de contrôle direct, pour inclure l intégralité de sa chaîne d approvisionnement. En élargissant ce périmètre, PPR et PUMA vont au-delà des obligations de conformité ainsi que du champ traditionnel des rapports pour rendre compte des impacts réels des activités des entreprises sur la nature. Les informations fournies par le Compte de Résultat Environnemental offrent les avantages suivants aux entreprises : Outil stratégique : Les conclusions du Compte de Résultat Environnemental permettent d identifier très clairement les points vers lesquels les entreprises doivent orienter leurs initiatives en matière de développement durable afin d améliorer de manière efficace la réduction de leurs impacts. Ainsi, les entreprises peuvent mettre l accent sur la recherche de matériaux plus durables, l élaboration de définitions largement acceptées pour le coton et le caoutchouc durables ou la recherche d opportunités de réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour ne citer que quelques exemples. Outil de gestion des risques : Le Compte de Résultat Environnemental donne aux entreprises une clé de compréhension de la valeur et de la nature de leurs impacts environnementaux tout au long de leur chaîne d approvisionnement, et par là même leur fournit une vision en amont des risques émergents. Cela leur permet d y apporter une réponse stratégique pour préserver et accroître la valeur actionnariale des entreprises. Cet outil s avère particulièrement pertinent dans les secteurs faisant déjà face à l augmentation des coûts de production liés aux changements climatiques et à la raréfaction de l eau.! )!

10 Outil de transparence : Grâce au Compte de Résultat Environnemental, les entreprises offrent davantage de transparence sur l ampleur de leur impact environnemental. Cet outil fournit ainsi la base d un engagement envers les parties prenantes plus porteur de sens, reposant sur des preuves, qui permet en plus de mesurer clairement les efforts mis en œuvre par les entreprises pour réduire leurs impacts. Compréhension de la chaîne d approvisionnement et opportunités : Le processus d évaluation des impacts environnementaux tout au long de la chaîne d approvisionnement, d identification des fournisseurs, d implication de ces derniers pour collecter les données et d analyse des données, permet d accéder à un nouveau niveau de compréhension des activités et des acteurs en aval dans la chaîne d approvisionnement. Cela permet d informer, de s ouvrir aux changements et opportunités, au delà d une meilleure compréhension des risques environnementaux existants au sein de la chaîne d approvisionnement. Le développement d un cadre comptable du capital naturel Le Compte de Résultat Environnemental offre aux entreprises un nouveau cadre comptable leur permettant une meilleure compréhension de la relation entre l activité économique et le capital naturel. Cela les aide à comprendre la manière et les points sur lesquels une entreprise dépend du capital naturel, et à transformer ces dépendances en une base commune de mesure, compréhensible au monde des affaires : l argent. Au final, le Compte de Résultat Environnemental permet d améliorer la prise de décision en prenant compte des impacts environnementaux en plus des traditionnelles considérations financières et opérationnelles. Le développement de tout nouveau cadre comptable commence par une phase d évolution rapide. Le compte de résultat environnemental élaboré par PUMA en 2010 a été la première étape d une approche méthodologique formalisant au niveau comptable la relation entre les entreprises et le capital de la nature, applicable à toutes les entreprises. Depuis la publication du premier Compte de Résultat Environnemental, l équipe initiale en charge du projet a exploré d autres voies pour faire évoluer ce cadre comptable, en s appuyant sur des disciplines bien établies comme l économie environnementale, la modélisation input-output étendue à l environnement (EIO) et l évaluation du cycle de vie. Afin de franchir! *+!

11 une nouvelle étape, tous les participants ont estimé qu il était essentiel de recueillir les points de vue et l expérience d un groupe d experts plus large. Poursuivre le développement évaluation du Compte de Résultat Environnemental par des experts Afin de poursuivre l élaboration du compte de résultat environnemental, PPR et PUMA ont invité des experts indépendants du monde universitaire maîtrisant différentes techniques et disciplines utilisées dans le Compte de Résultat Environnemental Corporate et Produit, comme la modélisation inputoutput étendue à l environnement, l évaluation du cycle de vie, l évaluation environnementale et le développement durable corporate. Ce processus d évaluation vient en complément de l analyse de ce qui a été réalisé, avec une évaluation prospective de ce qui pourrait être fait pour améliorer la méthodologie. Le processus d évaluation poursuivait plusieurs objectifs: - Déterminer si l approche et la méthodologie utilisées pour le Compte de Résultat Environnemental de PUMA, dans la phase initiale, répondaient aux besoins identifiés par PUMA, notamment si elles étaient adaptées pour évaluer les risques de la chaîne d approvisionnement, établir des priorités dans la prise de décision et la gestion, identifier les opportunités d affaires et continuer à améliorer la transparence et l intégration en matière de reporting. - Proposer des moyens permettant d améliorer davantage l approche et les méthodologies présentées pour traiter différents besoins à l avenir. - Mettre en évidence des méthodologies alternatives permettant d optimiser l approche à la fois au sein des marques de PPR mais aussi pour d autres entreprises.! **!

12 Le processus Le processus d évaluation s est déroulé en deux étapes. Tout d abord, certains experts ont fourni des commentaires structurés et détaillés concernant les documents méthodologiques sur lesquels le Compte de Résultat Environnemental de PUMA en 2010 s est appuyé. Les parties qui ont été commentées sont mentionnées en annexe. Ces réponses peuvent être réparties en trois groupes : Des observations sur ce qui a été fait les commentaires se sont concentrés sur l approche choisie pour le Compte de Résultat Environnemental de PUMA en Des suggestions d amélioration les commentaires ont mis l accent sur la manière d améliorer la méthodologie du Compte de Résultat Environnemental de manière réaliste. Des suggestions d amélioration trop ambitieuses? des idées qui ne prennent pas en compte les contraintes de temps et de coûts des entreprises et auxquelles le Compte de Résultat Environnemental ne peut répondre actuellement. Les experts ont reçu un résumé de leurs commentaires avant une réunion à Londres avec PPR, PUMA, PwC et Trucost afin d en rediscuter plus en profondeur et de se mettre d accord sur comment améliorer le Compte de Résultat Environnemental. Ces échanges se sont déroulés en présence d un animateur indépendant. Ce résumé des commentaires écrits et de l atelier de travail est structuré autour de chaque axe méthodologique. Pour chaque approche individuelle (estimation des unités biophysiques et des cinq méthodologies d évaluation), les observations sur ce qui a été fait et les suggestions d amélioration ont été présentées. Ce rapport a été examiné par les experts et validé comme étant la représentation exacte du processus, de leurs points de vue techniques, de leurs discussions et de leurs recommandations.! *"!

13 RESULTATS DE L EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL PAR DES EXPERTS Promouvoir l adoption du Compte de Résultat Environnemental par les entreprises La publication du Compte de Résultat Environnemental de PUMA a suscité un véritable intérêt auprès des autres entreprises et auprès de la communauté du développement durable au sens large. Plusieurs défis ont été identifiés durant la phase d évaluation par des experts, défis que l approche méthodologique du Compte de Résultat Environnemental devra encore surmonter si elle venait à être largement adoptée par les entreprises. Complexité Il a été admis que la méthodologie du Compte de Résultat Environnemental reste particulièrement complexe. Sans impulsion donnée par les dirigeants, l approche du Compte de Résultat Environnemental a peu de chance d être utilisée par de nouvelles entreprises, à moins qu une méthodologie plus accessible soit développée pour les sociétés ne pouvant bénéficier d un soutien fort de la part de leur direction. La standardisation de l approche du Compte de Résultat Environnemental pourrait favoriser une adoption plus large de ce concept. Prise de décision Le Compte de Résultat Environnemental est considéré comme un instrument de prise de décision à fort potentiel mais il a été souligné que personne ne connaissait encore la stratégie future qui permettra sa mise en place. Les raisons expliquant cette situation sont à chercher dans le besoin de standardisation des principes guidant cette approche, en particulier ceux visant à déterminer comment l incertitude est gérée. Ceci devrait être entrepris dans un guide méthodologique permettant de guider les entreprises à travers les processus et aidant à l harmonisation entre sociétés. Ce guide devrait également répondre à d autres standards, tels que les standards GRI.! *#!

14 Introduire le Compte de Résultat Environnemental à différents niveaux (c est-àdire aux niveaux corporate, produit, site etc.) est utile et permet une flexibilité pour différents modèles d activité ou des utilisateurs finaux. L approche chaîne de valeur du Compte de Résultat Environnemental peut motiver davantage à une intégration de la chaîne d approvisionnement. Il a été particulièrement intéressant d observer comment le Compte de Résultat Environnemental pourrait être utilisé comme indicateur de risque grâce aux résultats destinés à donner des informations sur le contenu des registres des risques, et comment le Compte de Résultat Environnemental pourrait influencer des décisions d investissement ou d évaluation des projets. Les informations contenues dans le Compte de Résultat Environnemental ont été considérées comme importantes tant du point de vue interne, pour les PDG et les directeurs financiers, que du point de vue externe, pour les investisseurs et les assureurs. Il a été recommandé de publier un rapport sur la manière dont PPR/PUMA a utilisé les informations contenues dans le Compte de Résultat Environnemental (en particulier par la direction financière) et comment il pourrait être utilisé à l avenir. Intégration avec d autres initiatives Le Compte de Résultat Environnemental étant une initiative en faveur du développement durable parmi d autres, il est important de la coordonner avec les autres efforts consentis dans ce domaine et d en faire ainsi l élément d une stratégie plus large. Ont été évoqués en particulier l initiative Business for Better, l'international Integrated Reporting Committee (IIRC), le World Business Council on Sustainable Development s Reporting Initiative, l Economics of Ecosystems and Biodiversity for Business Coalition (TEEB) ainsi que le Global Reporting Initiative. En outre, l approche du Compte de Résultat Environnemental devrait être mise en relation avec les initiatives prises au niveau national et pourrait être liée à des standards comptables nationaux tels que le Financial Accounting Standards Board (FASB).! *$!

15 Orienter les politiques publiques En apportant une plus grande transparence sur l impact de l activité économique sur la société, le Compte de Résultat Environnemental est susceptible de donner aux entreprises un véritable poids dans les discussions relatives aux politiques publiques. Cela pourrait in fine favoriser l élaboration d un monde des affaires plus durable et de meilleure qualité à l avenir.! *%!

16 CE QU ONT DIT LES EXPERTS De manière générale, le concept de Compte de Résultat Environnemental a reçu un soutien enthousiaste et unanime. Il a été vu comme un premier pas prometteur vers la juste promotion d une utilisation durable du capital naturel. Cette initiative corporate a été considérée comme étant innovante, rafraîchissante et honnête. Philosophie d un Compte de Résultat Environnemental les principes du Compte de Résultat Environnemental étaient-ils appropriés? L expertise a confirmé que les principes du Compte de Résultat Environnemental constituaient pour les entreprises un moyen logique pour encadrer les enjeux environnementaux d une activité et pour identifier et quantifier en particulier les empreintes environnementales. Les experts ont convenu qu il était important pour une entreprise d assumer sa responsabilité pour les activités liées à sa chaîne d approvisionnement. Ils ont souligné qu il était donc essentiel d inclure cette dernière dans le champ du Compte de Résultat Environnemental. Une autre idée pourrait consister à étendre l analyse «du berceau à la tombe» et même à un niveau «Cradle to Cradle». Définir l approche du Compte de Résultat Environnemental les stratégies d estimation et d évaluation étaient-elles appropriées? Compte tenu du niveau de données disponibles sur la chaîne d approvisionnement de PUMA, et notamment des informations de base non directement liées aux activités propres de l entreprise, les experts ont convenu que ces stratégies étaient appropriées pour soutenir la prise de décision stratégique, fournir un aperçu des risques rencontrés par les entreprises en termes de capital naturel et souligner les opportunités potentielles. Elles vont également contribuer à la communication des impacts de PUMA sur l environnement auprès de ses parties prenantes, y compris les clients et les investisseurs.! *&!

17 L étude a impressionné par sa qualité et son ambition, notamment parce que cette approche met en pratique des cadres issus de disciplines académiques diverses, et aboutit ainsi à des systèmes d évaluation crédibles et susceptibles de faire l objet d une mise en œuvre concrète par une entreprise. Estimation des unités biophysiques Une modélisation input-output étendue à l environnement (EIO), issue de tableaux américains modifiés, a été utilisée afin de mesurer les leviers de chacun des impacts choisis. Ce modèle a été complété par des données provenant des opérations de PUMA et de ses fournisseurs. Les experts ont souligné un certain nombre d avantages et d inconvénients à la modélisation EIO (tableau 1). Toutefois, ils ont convenu unanimement que celleci était une base et une méthode appropriées pour un Compte de Résultat Environnemental, et qu elle fournissait le meilleur point de départ pour calculer des impacts tout au long d une chaîne d approvisionnement. Ils ont remarqué que cette modélisation était reconnue de plus en plus comme la seule approche disponible permettant de fournir une telle vue d ensemble. Des préoccupations ont été exprimées quant à la variabilité des résultats issus de différents types de modèles EIO. Par conséquent, la communication de détails concernant le modèle utilisé apparaît essentielle afin de comprendre les résultats. Le développement d un cadre comptable devrait également viser à limiter cette variabilité. Tableau 1 - Avantages et inconvénients de la modélisation EIO Avantages Exhaustivité, évite les erreurs de troncature 1 Bon point de départ Rapide, pratique et relativement peu coûteuse Aide à identifier les points sensibles Utilisée par les gouvernements pour des objectifs similaires Inconvénients Disponibilité des extensions environnementales souvent limitée Caractère générique des secteurs Inventaires pas toujours à jour Difficulté à modéliser les investissements en capital Modèles statiques ne prenant pas en compte l évolution de la structure des coûts et des prix des secteurs, ainsi que les impacts de l évolution technologique *'!

18 Evaluation des impacts environnementaux Les stratégies d évaluation environnementale utilisées par le Compte de Résultat Environnemental chiffrent, en équivalent monétaire, les évolutions résultant de l impact environnemental de PUMA sur le bien-être des populations. Le Compte de Résultat Environnemental présente ainsi le coût estimé de cet impact environnemental pour la société. Tous les experts ont convenu que la valorisation de l environnement ne correspondait pas à une valeur intrinsèque mais plutôt à une valeur anthropocentrique, constituée par l ensemble des services fournis par les écosystèmes aux populations humaines. Lorsque l on applique diverses approches pour différentes zones d impacts, une attention particulière doit être prise pour éviter une double comptabilisation des impacts, par exemple à travers l utilisation conjointe des terres et de l eau. Les méthodologies du Compte de Résultat Environnemental sont-elles pertinentes pour les produits, les sites et les activités? En 2012, PUMA a introduit un nouvel angle dans le Compte de Résultat Environnemental : l analyse au niveau du produit. Les experts ont convenu que cette approche était particulièrement convaincante du point de vue de la communication, et qu il s agissait d un moyen utile de susciter l engagement des consommateurs. Afin de maximiser le potentiel de cette approche, les produits devraient être considérés comme des éléments constituant la somme de toute l entreprise. Toutefois, les stratégies employées à ce jour pour les Comptes de Résultat Environnementaux «d entreprise» et «de produit» n apparaissent pas pleinement intégrées. Les experts pensent que l analyse au niveau du site constitue incontestablement l échelon le plus approprié pour le Compte de Résultat Environnemental, les évaluations pouvant effectivement prendre en compte le contexte local spécifique. Ils ont toutefois reconnu que les données au niveau du site pouvaient ne pas toujours être disponibles. Les Comptes de Résultat Environnementaux «de site» ont aussi été pensés comme un instrument particulièrement pertinent pour les entreprises dont les opérations se concentrent au niveau du site, comme! *(!

19 les entreprises minières, et pour lesquelles les données sont susceptibles d être davantage disponibles. Application à PUMA Ces approches ont-elles été correctement mises en application et en adéquation avec le contexte de PUMA? Globalement, les commentaires ont été très positifs. Néanmoins, les résultats du Compte de Résultat Environnemental peuvent parfois comporter des approximations et des améliorations sont encore possibles. Les paragraphes suivants exposent les pistes à explorer : Estimation des unités biophysiques Une description plus transparente de la genèse du modèle et de la façon dont il a été mis en œuvre serait nécessaire. Sans ces informations, il est difficile de dire si la modélisation EIO a été utilisée de façon appropriée. Les experts ont noté que le choix de la modélisation EIO dépendait des caractéristiques du business model. Pour une entreprise telle que PUMA, dont la chaîne d approvisionnement s étend à travers de nombreux pays dans le monde, les experts ont indiqué qu un modèle basé seulement sur une région pour représenter l ensemble de la chaîne d approvisionnement de PUMA n était pas nécessairement le meilleur choix. Par exemple, l un des avantages du modèle américain, est qu il présente un grand nombre de secteurs différents par rapport à d autres modèles et qu il peut par conséquent refléter un plus grand nombre de catégories de produits. Mais les experts ont fait remarquer que cela ne devrait pas être le seul élément à prendre en compte. Ils ont noté que la structure de l économie américaine est généralement très différente de celle des économies asiatiques. De plus, le modèle basé sur une seule région ne prend pas en compte le commerce international et augmente l imprécision des résultats. Les paragraphes suivants présentent les recommandations des experts sur la meilleure manière de choisir une modélisation EIO.! *)!

20 Evaluation des impacts environnementaux Analyse au niveau pays Les experts en évaluation ont reconnu que la mesure des impacts tout au long de la chaîne d approvisionnement représentait un défi et était un domaine encore peu exploré. La méthode de l évaluation environnementale est adaptée à des changements légers et bien définis dans la qualité de l environnement. Appliquer cette technique à une production modélisée avec des informations contextuelles limitées est un défi majeur. Les experts ont estimé que l évaluation au niveau pays entraîne davantage d imprécision -d autant plus qu elle ne rend pas compte de l hétérogénéité existant au sein même d un pays. Cependant elles peuvent être significatives dans le cadre d une évaluation comme celle menée par le Compte de Résultat Environnemental. Les experts ont estimé que les résultats du Compte de Résultat Environnemental fournissaient probablement des informations a minima sur les impacts car ils n ont pas pu prendre en compte tous les aspects de l interaction humaine avec son environnement. Le manque d études préliminaires sur les services écosystémiques dans le monde a été un important désavantage et a pu être une source de biais. Incertitudes Tous les experts ont reconnu qu il existait des incertitudes dans les évaluations environnementales, mais ils ont aussi noté que le reporting financier comprenait lui aussi des incertitudes et des estimations. Les standards de reporting financier ont cependant évolué pour définir certains degrés d imprécisions acceptables. Ils ont tous souligné qu il existait dans la littérature scientifique des méthodes pour minimiser l incertitude et que ces dernières n étaient pas très éloignées de celles utilisées pour le reporting financier. Lorsque, pour une hypothèse donnée, il existait plusieurs options possibles, ils ont jugé qu il fallait alors opter pour une approche classique. Les experts ont proposé que les différentes hypothèses formulées soient exposées clairement avec les résultats.! "+!

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA CTOI, 27 MARS 2013 OBJECTIF Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre

Plus en détail

Déclaration du Capital naturel

Déclaration du Capital naturel Déclaration du Capital naturel Une déclaration du secteur financier démontrant notre engagement au sommet de Rio +20 pour tendre vers l intégration des considérations liées au capital naturel dans les

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Compte-rendu de l atelier 6 : Nouveaux clusters numériques Journée contributive n 1 : Croissance, innovation,

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Ce document résume toutes les procédures de soumission

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Subventions de partenariat stratégique pour les projets. Concours de 2015. La demande, les critères d évaluation, et les rapports

Subventions de partenariat stratégique pour les projets. Concours de 2015. La demande, les critères d évaluation, et les rapports Subventions de partenariat stratégique pour les projets Concours de 2015 La demande, les critères d évaluation, et les rapports La demande, les critères d évaluation, et les rapports Partenariats de recherche

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation Accor a mené la 1 ère empreinte environnementale dans le secteur hôtelier En 2010, suite

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES Projet «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche Régionale» TERMES DE REFERENCES Recrutement d un consultant pour la rédaction de la composante 1A et 2C du R PP (Readiness Preparation

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES INTRODUCTION Le kit de ressources

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA)

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 17 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.10 29 août 2011 Français

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Politique en matière d investissement responsable

Politique en matière d investissement responsable Politique en matière d investissement responsable Le 12 février 2009 1. Notre mandat... 1 2. Nos principes... 1 3. Stratégie de placement...2 4. Engagement des actionnaires...3 5. Processus d engagement...4

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail