EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL. Ce qu ont dit les experts : la voie à suivre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL. Ce qu ont dit les experts : la voie à suivre"

Transcription

1 EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL Ce qu ont dit les experts : la voie à suivre

2 EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL INTRODUCTION 3 PARTICIPANTS 5 APERÇU GENERAL 6 RESULTATS DE L EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL PAR DES EXPERTS 13 CE QU ONT DIT LES EXPERTS 16 RECOMMANDATIONS POUR DEVELOPPER LE CADRE DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL 22! "!

3 INTRODUCTION Le 14 décembre 2012 Pour PPR, le développement durable crée de la valeur sociétale et actionnariale, tout en prenant en compte l impact qu une entreprise peut avoir sur l environnement à long terme. En ce sens, identifier et évaluer ces impacts engendrés par la fabrication et la vente de nos produits tout au long de la chaîne d approvisionnement représente un élément essentiel de notre programme de développement durable à long terme et de la stratégie globale du groupe. En novembre 2011, PPR a publié le tout premier compte de résultat environnemental (E P&L en anglais) via PUMA, l une des marques de PPR. L impact environnemental des indicateurs clés que sont les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d eau, l utilisation des sols, la pollution atmosphérique et les déchets, générés par les activités et la chaîne d approvisionnement de PUMA, a été évalué à 145 millions d euros en Le Compte de Résultat Environnemental a été considéré comme une approche novatrice pour mesurer le capital naturel. Il a suscité un intérêt marqué de la part de gouvernements nationaux, d experts en développement durable, de la communauté du reporting intégré, d universitaires mais aussi de nombreuses entreprises. Depuis, nous nous attachons à promouvoir le Compte de Résultat Environnemental comme un outil de bonnes pratiques ayant le potentiel de modifier la manière dont les entreprises mesurent, évaluent et rendent compte de leurs impacts sur l environnement. Nous considérons le Compte de Résultat Environnemental comme une première étape clé pour développer un cadre comptable du capital naturel. C est également un outil pour optimiser les investissements dans le domaine de la préservation de l environnement. Afin d améliorer l efficacité et la standardisation du Compte de Résultat Environnemental (à la fois pour son déploiement au sein du groupe PPR d ici 2015 mais aussi pour qu il soit facilement utilisable par d autres entreprises), l une des étapes du processus a consisté à le faire évaluer. Il nous a semblé nécessaire de recueillir l avis d experts pour préparer la prochaine phase de son développement. PPR a ainsi invité un groupe d experts indépendants ayant des! #!

4 compétences dans les différentes techniques et disciplines utilisées dans le Compte de Résultat Environnemental. Le présent rapport présente leurs points de vue et : - Fournit des éléments sur le Compte de Résultat Environnemental et sur ses avantages - Evalue la méthodologie utilisée dans le Compte de Résultat Environnemental initial - Présente les conclusions des experts - Identifie les points d amélioration du Compte de Résultat Environnemental - Propose la voie à suivre En diffusant les conclusions des experts, nous souhaitons impliquer la communauté des parties prenantes, mais également encourager et mettre l accent sur l importance d innovations comme le Compte de Résultat Environnemental, qui peuvent être source de progrès pour les entreprises et le futur de notre planète. Par ailleurs, nous voulons apporter une contribution nouvelle aux travaux en cours concernant la méthodologie du Compte de Résultat Environnemental afin de le rendre facilement utilisable et adoptable par d autres secteurs et régions. Nous espérons également continuer à intervenir dans les discussions sur la comptabilité du capital naturel, sujet d importance grandissante sur la scène internationale depuis le sommet Rio+20 en juin dernier. Cordialement, Marie-Claire Daveu Directrice du développement durable et des affaires institutionnelles internationales Jochen Zeitz Administrateur de PPR et Président du comité de développement durable du Conseil d Administration! $!

5 EXPERTS PARTICIPANT AU GROUPE DE TRAVAIL SUR LE COMPTE DE RÉSULTAT ENVIRONNEMENTAL Nom Affiliation Fonction Peter Bakker Conseil mondial des affaires pour le développement durable Président John Barrett Université de Leeds Professeur en développement durable Tom Beagent PwC Directeur Adjoint, Développement Durable et Changement Climatique Michael Beutler Groupe PPR Directeur des Opérations, Dév Durable Josh Bishop WWF Australie Directeur général Marchés, Développement Durable et Partenariats Entreprises WWF Australie Quiller Brooke PwC Associé Senior, Développement Durable et Changement Climatique Robert Costanza Paul Druckman Université Nationale d Australie IIRC - Conseil International des Rapports Intégrés Professeur en développement durable PDG Holly Dublin Groupe PPR Directrice et Conseillère Spéciale, Développement Durable (jusqu au 1er janvier 2013) John Elkington Volans Associé fondateur & PDG. William Evison PwC Directeur Adjoint, Développement Durable et Changement Climatique Reiner Hengstmann PUMA Directeur global PUMA.Safe Ioannis Kountouris Imperial College, Londres Maître de conférences en Economie et Politique Environnementales Pushpam Kumar PNUE; Université de Liverpool Economiste en chef de la division services écosystémiques au PNUE Alastair MacGregor Trucost Directeur des Opérations Alan McGill PwC Associé, Développement Durable et Changement Climatique Guillaume Majeau- Bettez NTNU (Université norvégienne de sciences et de technologie) Doctorant Richard Mattison Trucost PDG Ross Pow Idenk Animateur Pavan Sukhadev TEEB, Gist Advisory Directeur d études TEEB & Président du conseil d administration TEEB Jan Weinzettel NTNU (Université norvégienne de sciences et de technologie) Université Charles de Prague, Centre pour l Environnement Chercheur postdoctoral Jochen Zeitz Groupe PPR Administrateur de PPR et Président du Comité de Développement Durable du CA! %!

6 APERÇU GÉNÉRAL En novembre 2011, PPR et PUMA ont publié les résultats complets du tout premier Compte de Résultat Environnemental (E P&L en anglais) : en 2010, l impact des activités propres de PUMA et de celles de ses fournisseurs a ainsi été calculé et évalué à 145 millions d euros. PPR a ainsi invité un groupe d experts indépendants ayant des compétences dans les différentes techniques et disciplines utilisées dans le Compte de Résultat Environnemental. L ensemble des experts a salué à l unanimité le concept de Compte de Résultat Environnemental, estimant qu il s agissait là d un excellent pas en avant vers la promotion de l utilisation durable du capital naturel. - L initiative a été perçue comme étant innovante et constitue une approche pionnière vers plus de transparence concernant les impacts environnementaux des entreprises. Elle est aussi apparue comme un moyen logique pour structurer leurs enjeux environnementaux. - Les experts ont été impressionnés par la qualité du Compte de Résultat Environnemental et ont noté qu il s appuyait clairement sur des méthodes d évaluation fiables. - La méthodologie actuelle du Compte de Résultat Environnemental est apparue comme un support adapté à la prise de décision stratégique. Elle offre un aperçu des risques liés aux capital naturel auxquels sont confrontés les entreprises, et met en évidence les opportunités potentielles et sert de support de communication auprès des parties prenantes de l entreprise, y compris ses clients et ses investisseurs. L un des défis à venir, pour les entreprises, sera de comprendre comment normaliser au mieux les principes et l approche méthodologique permettant d élaborer un Compte de Résultat Environnemental et de faciliter la mise en place de cette nouvelle base comptable auprès d un plus grand nombre d entreprises. Les experts ont relevé certains points d amélioration quant à la méthode utilisée, et à l optimisation de la fiabilité des résultats! En augmentant le nombre de données primaires sur lesquelles le Compte de Résultat Environnemental se base, il est possible d optimiser la fiabilité! &!

7 des résultats. Les résultats dépendent en grqnde pqrtie de techniques de modélisation telle que l input-output modele étendu à l environnement (EIO) et d informations limitées au niveau d un pays pour ce qui concerne l approvisionnement de matieres. Cela constitue un véritable défi pour une entreprise, en particulier dans le cas où leurs impacts apparaissent à l extrémité de leur chaîne d approvisionnement.! Lorsque l on utilise la modélisation EIO pour évaluer des unités biophysiques, les résultats peuvent être améliorés en les croisant avec des données collectées directement auprès des fournisseurs ou auprès de sources secondaires comme les bases de données LCA. Il faut veiller à bien choisir le modèle ou la méthode pour s assurer que l approche méthodologique reflète au mieux les caractéristiques de la chaîne d approvisionnement étudiée.! Les marges de variation dans les valorisations peuvent encore être réduites en augmentant le nombre de variables utilisées pour appliquer des valeurs d études existantes à des sites de l entreprise et de ses fournisseurs.! Le Compte de Résultat Environnemental pourrait intégrer les impacts de la pollution de l eau en plus de ceux des émissions de gaz à effet de serre, des autres émissions atmosphériques, de l utilisation des sols, des déchets et de l utilisation de l eau. PPR et PUMA ont pris en compte les points de vue et les recommandations des experts. L objectif est de réussir à les intégrer à terme dans la méthodologie du Compte de Résultat Environnemental, sachant que chaque nouvelle norme comptable passe par une première phase d évolution rapide. Ce rapport a été revu par les experts qui ont confirmé qu il reflétait bien leur cheminement ainsi que leurs points de vue techniques, leurs discussions et leurs recommandations. Les avis présentés ici contribueront à accélérer cette évolution.! '!

8 Eléments d information sur le Compte de Résultat Environnemental Les entreprises dépendent des services offerts par la nature comme de l eau propre, de l air pur, une biodiversité saine et des terres fertiles, mais l immense valeur de ces services n est actuellement pas prise en compte par ces entreprises. En omettant de mesurer cette valeur, une entreprise ne peut pas efficacement gérer ses impacts et ainsi développer un modèle économique durable. Après avoir cherché en vain un outil lui permettant de comprendre et de mesurer le coût réel de ces services, PUMA s est lancé dans l élaboration d un Compte de Résultat Environnemental. Un Compte de Résultat Environnemental est un moyen simple de donner une valeur monétaire aux impacts sur l environnement de l ensemble de la chaîne d approvisionnement d une entreprise. Le concept de Compte de Résultat Environnemental a été imaginé par Jochen Zeitz, alors PDG et puis Président de PUMA. Le projet de développer un Compte de Résultat Environnemental a véritablement débuté en novembre 2010, avec le soutien de PPR, de PUMA.Safe, de Trucost et de PwC. Les tout premiers résultats du Compte de Résultat Environnemental (comprenant les émissions de gaz à effet de serre et l utilisation de l eau) ont été publiés par PPR et PUMA en mai 2011 et les résultats complets en novembre 2011 (en incluant en plus l utilisation du sol, la pollution atmosphérique et les déchets). PUMA a été la première entreprise à tenter de mesurer la valeur de ses services ainsi que les coûts des impacts d une entreprise sur le capital naturel. Compte tenu du laps de temps très court à disposition pour élaborer ce tout premier Compte de Résultat Environnemental, les méthodes développées furent limitées à ce qui était réalisable dans le délai imparti. L important était de pouvoir tester le concept de Compte de Résultat Environnemental, d en partager les résultats afin de recueillir des avis et de faire jaillir de nouvelles innovations avant d aller plus loin dans le développement des méthodologies. La première phase du Compte de Résultat Environnemental de PUMA achevée, PPR en a reconnu le potentiel à la fois comme outil de gestion et comme élément clé dans la stratégie durable du groupe. Il s est ainsi engagé à déployer un Compte de Résultat Environnemental groupe d ici 2015 pour l ensemble des marques des pôles Luxe et de Sport & Lifestyle du groupe.! (!

9 Avec le soutien de PPR, PUMA a également pu pousser l analyse plus loin avec la création d un Compte de Résultat Environnemental Produit, dont les premiers résultats ont été publiés le 8 octobre L analyse menée au niveau produit permet de comparer les impacts de produits semblables et d informer les consommateurs des implications de leurs décisions d achat. Avantages pour l entreprise Le Compte de Résultat Environnemental modifie l approche de PPR et PUMA en matière de gestion environnementale et étend les responsabilités d une entreprise au-delà de ses propres opérations et de son champ de contrôle direct, pour inclure l intégralité de sa chaîne d approvisionnement. En élargissant ce périmètre, PPR et PUMA vont au-delà des obligations de conformité ainsi que du champ traditionnel des rapports pour rendre compte des impacts réels des activités des entreprises sur la nature. Les informations fournies par le Compte de Résultat Environnemental offrent les avantages suivants aux entreprises : Outil stratégique : Les conclusions du Compte de Résultat Environnemental permettent d identifier très clairement les points vers lesquels les entreprises doivent orienter leurs initiatives en matière de développement durable afin d améliorer de manière efficace la réduction de leurs impacts. Ainsi, les entreprises peuvent mettre l accent sur la recherche de matériaux plus durables, l élaboration de définitions largement acceptées pour le coton et le caoutchouc durables ou la recherche d opportunités de réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour ne citer que quelques exemples. Outil de gestion des risques : Le Compte de Résultat Environnemental donne aux entreprises une clé de compréhension de la valeur et de la nature de leurs impacts environnementaux tout au long de leur chaîne d approvisionnement, et par là même leur fournit une vision en amont des risques émergents. Cela leur permet d y apporter une réponse stratégique pour préserver et accroître la valeur actionnariale des entreprises. Cet outil s avère particulièrement pertinent dans les secteurs faisant déjà face à l augmentation des coûts de production liés aux changements climatiques et à la raréfaction de l eau.! )!

10 Outil de transparence : Grâce au Compte de Résultat Environnemental, les entreprises offrent davantage de transparence sur l ampleur de leur impact environnemental. Cet outil fournit ainsi la base d un engagement envers les parties prenantes plus porteur de sens, reposant sur des preuves, qui permet en plus de mesurer clairement les efforts mis en œuvre par les entreprises pour réduire leurs impacts. Compréhension de la chaîne d approvisionnement et opportunités : Le processus d évaluation des impacts environnementaux tout au long de la chaîne d approvisionnement, d identification des fournisseurs, d implication de ces derniers pour collecter les données et d analyse des données, permet d accéder à un nouveau niveau de compréhension des activités et des acteurs en aval dans la chaîne d approvisionnement. Cela permet d informer, de s ouvrir aux changements et opportunités, au delà d une meilleure compréhension des risques environnementaux existants au sein de la chaîne d approvisionnement. Le développement d un cadre comptable du capital naturel Le Compte de Résultat Environnemental offre aux entreprises un nouveau cadre comptable leur permettant une meilleure compréhension de la relation entre l activité économique et le capital naturel. Cela les aide à comprendre la manière et les points sur lesquels une entreprise dépend du capital naturel, et à transformer ces dépendances en une base commune de mesure, compréhensible au monde des affaires : l argent. Au final, le Compte de Résultat Environnemental permet d améliorer la prise de décision en prenant compte des impacts environnementaux en plus des traditionnelles considérations financières et opérationnelles. Le développement de tout nouveau cadre comptable commence par une phase d évolution rapide. Le compte de résultat environnemental élaboré par PUMA en 2010 a été la première étape d une approche méthodologique formalisant au niveau comptable la relation entre les entreprises et le capital de la nature, applicable à toutes les entreprises. Depuis la publication du premier Compte de Résultat Environnemental, l équipe initiale en charge du projet a exploré d autres voies pour faire évoluer ce cadre comptable, en s appuyant sur des disciplines bien établies comme l économie environnementale, la modélisation input-output étendue à l environnement (EIO) et l évaluation du cycle de vie. Afin de franchir! *+!

11 une nouvelle étape, tous les participants ont estimé qu il était essentiel de recueillir les points de vue et l expérience d un groupe d experts plus large. Poursuivre le développement évaluation du Compte de Résultat Environnemental par des experts Afin de poursuivre l élaboration du compte de résultat environnemental, PPR et PUMA ont invité des experts indépendants du monde universitaire maîtrisant différentes techniques et disciplines utilisées dans le Compte de Résultat Environnemental Corporate et Produit, comme la modélisation inputoutput étendue à l environnement, l évaluation du cycle de vie, l évaluation environnementale et le développement durable corporate. Ce processus d évaluation vient en complément de l analyse de ce qui a été réalisé, avec une évaluation prospective de ce qui pourrait être fait pour améliorer la méthodologie. Le processus d évaluation poursuivait plusieurs objectifs: - Déterminer si l approche et la méthodologie utilisées pour le Compte de Résultat Environnemental de PUMA, dans la phase initiale, répondaient aux besoins identifiés par PUMA, notamment si elles étaient adaptées pour évaluer les risques de la chaîne d approvisionnement, établir des priorités dans la prise de décision et la gestion, identifier les opportunités d affaires et continuer à améliorer la transparence et l intégration en matière de reporting. - Proposer des moyens permettant d améliorer davantage l approche et les méthodologies présentées pour traiter différents besoins à l avenir. - Mettre en évidence des méthodologies alternatives permettant d optimiser l approche à la fois au sein des marques de PPR mais aussi pour d autres entreprises.! **!

12 Le processus Le processus d évaluation s est déroulé en deux étapes. Tout d abord, certains experts ont fourni des commentaires structurés et détaillés concernant les documents méthodologiques sur lesquels le Compte de Résultat Environnemental de PUMA en 2010 s est appuyé. Les parties qui ont été commentées sont mentionnées en annexe. Ces réponses peuvent être réparties en trois groupes : Des observations sur ce qui a été fait les commentaires se sont concentrés sur l approche choisie pour le Compte de Résultat Environnemental de PUMA en Des suggestions d amélioration les commentaires ont mis l accent sur la manière d améliorer la méthodologie du Compte de Résultat Environnemental de manière réaliste. Des suggestions d amélioration trop ambitieuses? des idées qui ne prennent pas en compte les contraintes de temps et de coûts des entreprises et auxquelles le Compte de Résultat Environnemental ne peut répondre actuellement. Les experts ont reçu un résumé de leurs commentaires avant une réunion à Londres avec PPR, PUMA, PwC et Trucost afin d en rediscuter plus en profondeur et de se mettre d accord sur comment améliorer le Compte de Résultat Environnemental. Ces échanges se sont déroulés en présence d un animateur indépendant. Ce résumé des commentaires écrits et de l atelier de travail est structuré autour de chaque axe méthodologique. Pour chaque approche individuelle (estimation des unités biophysiques et des cinq méthodologies d évaluation), les observations sur ce qui a été fait et les suggestions d amélioration ont été présentées. Ce rapport a été examiné par les experts et validé comme étant la représentation exacte du processus, de leurs points de vue techniques, de leurs discussions et de leurs recommandations.! *"!

13 RESULTATS DE L EVALUATION DU COMPTE DE RESULTAT ENVIRONNEMENTAL PAR DES EXPERTS Promouvoir l adoption du Compte de Résultat Environnemental par les entreprises La publication du Compte de Résultat Environnemental de PUMA a suscité un véritable intérêt auprès des autres entreprises et auprès de la communauté du développement durable au sens large. Plusieurs défis ont été identifiés durant la phase d évaluation par des experts, défis que l approche méthodologique du Compte de Résultat Environnemental devra encore surmonter si elle venait à être largement adoptée par les entreprises. Complexité Il a été admis que la méthodologie du Compte de Résultat Environnemental reste particulièrement complexe. Sans impulsion donnée par les dirigeants, l approche du Compte de Résultat Environnemental a peu de chance d être utilisée par de nouvelles entreprises, à moins qu une méthodologie plus accessible soit développée pour les sociétés ne pouvant bénéficier d un soutien fort de la part de leur direction. La standardisation de l approche du Compte de Résultat Environnemental pourrait favoriser une adoption plus large de ce concept. Prise de décision Le Compte de Résultat Environnemental est considéré comme un instrument de prise de décision à fort potentiel mais il a été souligné que personne ne connaissait encore la stratégie future qui permettra sa mise en place. Les raisons expliquant cette situation sont à chercher dans le besoin de standardisation des principes guidant cette approche, en particulier ceux visant à déterminer comment l incertitude est gérée. Ceci devrait être entrepris dans un guide méthodologique permettant de guider les entreprises à travers les processus et aidant à l harmonisation entre sociétés. Ce guide devrait également répondre à d autres standards, tels que les standards GRI.! *#!

14 Introduire le Compte de Résultat Environnemental à différents niveaux (c est-àdire aux niveaux corporate, produit, site etc.) est utile et permet une flexibilité pour différents modèles d activité ou des utilisateurs finaux. L approche chaîne de valeur du Compte de Résultat Environnemental peut motiver davantage à une intégration de la chaîne d approvisionnement. Il a été particulièrement intéressant d observer comment le Compte de Résultat Environnemental pourrait être utilisé comme indicateur de risque grâce aux résultats destinés à donner des informations sur le contenu des registres des risques, et comment le Compte de Résultat Environnemental pourrait influencer des décisions d investissement ou d évaluation des projets. Les informations contenues dans le Compte de Résultat Environnemental ont été considérées comme importantes tant du point de vue interne, pour les PDG et les directeurs financiers, que du point de vue externe, pour les investisseurs et les assureurs. Il a été recommandé de publier un rapport sur la manière dont PPR/PUMA a utilisé les informations contenues dans le Compte de Résultat Environnemental (en particulier par la direction financière) et comment il pourrait être utilisé à l avenir. Intégration avec d autres initiatives Le Compte de Résultat Environnemental étant une initiative en faveur du développement durable parmi d autres, il est important de la coordonner avec les autres efforts consentis dans ce domaine et d en faire ainsi l élément d une stratégie plus large. Ont été évoqués en particulier l initiative Business for Better, l'international Integrated Reporting Committee (IIRC), le World Business Council on Sustainable Development s Reporting Initiative, l Economics of Ecosystems and Biodiversity for Business Coalition (TEEB) ainsi que le Global Reporting Initiative. En outre, l approche du Compte de Résultat Environnemental devrait être mise en relation avec les initiatives prises au niveau national et pourrait être liée à des standards comptables nationaux tels que le Financial Accounting Standards Board (FASB).! *$!

15 Orienter les politiques publiques En apportant une plus grande transparence sur l impact de l activité économique sur la société, le Compte de Résultat Environnemental est susceptible de donner aux entreprises un véritable poids dans les discussions relatives aux politiques publiques. Cela pourrait in fine favoriser l élaboration d un monde des affaires plus durable et de meilleure qualité à l avenir.! *%!

16 CE QU ONT DIT LES EXPERTS De manière générale, le concept de Compte de Résultat Environnemental a reçu un soutien enthousiaste et unanime. Il a été vu comme un premier pas prometteur vers la juste promotion d une utilisation durable du capital naturel. Cette initiative corporate a été considérée comme étant innovante, rafraîchissante et honnête. Philosophie d un Compte de Résultat Environnemental les principes du Compte de Résultat Environnemental étaient-ils appropriés? L expertise a confirmé que les principes du Compte de Résultat Environnemental constituaient pour les entreprises un moyen logique pour encadrer les enjeux environnementaux d une activité et pour identifier et quantifier en particulier les empreintes environnementales. Les experts ont convenu qu il était important pour une entreprise d assumer sa responsabilité pour les activités liées à sa chaîne d approvisionnement. Ils ont souligné qu il était donc essentiel d inclure cette dernière dans le champ du Compte de Résultat Environnemental. Une autre idée pourrait consister à étendre l analyse «du berceau à la tombe» et même à un niveau «Cradle to Cradle». Définir l approche du Compte de Résultat Environnemental les stratégies d estimation et d évaluation étaient-elles appropriées? Compte tenu du niveau de données disponibles sur la chaîne d approvisionnement de PUMA, et notamment des informations de base non directement liées aux activités propres de l entreprise, les experts ont convenu que ces stratégies étaient appropriées pour soutenir la prise de décision stratégique, fournir un aperçu des risques rencontrés par les entreprises en termes de capital naturel et souligner les opportunités potentielles. Elles vont également contribuer à la communication des impacts de PUMA sur l environnement auprès de ses parties prenantes, y compris les clients et les investisseurs.! *&!

17 L étude a impressionné par sa qualité et son ambition, notamment parce que cette approche met en pratique des cadres issus de disciplines académiques diverses, et aboutit ainsi à des systèmes d évaluation crédibles et susceptibles de faire l objet d une mise en œuvre concrète par une entreprise. Estimation des unités biophysiques Une modélisation input-output étendue à l environnement (EIO), issue de tableaux américains modifiés, a été utilisée afin de mesurer les leviers de chacun des impacts choisis. Ce modèle a été complété par des données provenant des opérations de PUMA et de ses fournisseurs. Les experts ont souligné un certain nombre d avantages et d inconvénients à la modélisation EIO (tableau 1). Toutefois, ils ont convenu unanimement que celleci était une base et une méthode appropriées pour un Compte de Résultat Environnemental, et qu elle fournissait le meilleur point de départ pour calculer des impacts tout au long d une chaîne d approvisionnement. Ils ont remarqué que cette modélisation était reconnue de plus en plus comme la seule approche disponible permettant de fournir une telle vue d ensemble. Des préoccupations ont été exprimées quant à la variabilité des résultats issus de différents types de modèles EIO. Par conséquent, la communication de détails concernant le modèle utilisé apparaît essentielle afin de comprendre les résultats. Le développement d un cadre comptable devrait également viser à limiter cette variabilité. Tableau 1 - Avantages et inconvénients de la modélisation EIO Avantages Exhaustivité, évite les erreurs de troncature 1 Bon point de départ Rapide, pratique et relativement peu coûteuse Aide à identifier les points sensibles Utilisée par les gouvernements pour des objectifs similaires Inconvénients Disponibilité des extensions environnementales souvent limitée Caractère générique des secteurs Inventaires pas toujours à jour Difficulté à modéliser les investissements en capital Modèles statiques ne prenant pas en compte l évolution de la structure des coûts et des prix des secteurs, ainsi que les impacts de l évolution technologique *'!

18 Evaluation des impacts environnementaux Les stratégies d évaluation environnementale utilisées par le Compte de Résultat Environnemental chiffrent, en équivalent monétaire, les évolutions résultant de l impact environnemental de PUMA sur le bien-être des populations. Le Compte de Résultat Environnemental présente ainsi le coût estimé de cet impact environnemental pour la société. Tous les experts ont convenu que la valorisation de l environnement ne correspondait pas à une valeur intrinsèque mais plutôt à une valeur anthropocentrique, constituée par l ensemble des services fournis par les écosystèmes aux populations humaines. Lorsque l on applique diverses approches pour différentes zones d impacts, une attention particulière doit être prise pour éviter une double comptabilisation des impacts, par exemple à travers l utilisation conjointe des terres et de l eau. Les méthodologies du Compte de Résultat Environnemental sont-elles pertinentes pour les produits, les sites et les activités? En 2012, PUMA a introduit un nouvel angle dans le Compte de Résultat Environnemental : l analyse au niveau du produit. Les experts ont convenu que cette approche était particulièrement convaincante du point de vue de la communication, et qu il s agissait d un moyen utile de susciter l engagement des consommateurs. Afin de maximiser le potentiel de cette approche, les produits devraient être considérés comme des éléments constituant la somme de toute l entreprise. Toutefois, les stratégies employées à ce jour pour les Comptes de Résultat Environnementaux «d entreprise» et «de produit» n apparaissent pas pleinement intégrées. Les experts pensent que l analyse au niveau du site constitue incontestablement l échelon le plus approprié pour le Compte de Résultat Environnemental, les évaluations pouvant effectivement prendre en compte le contexte local spécifique. Ils ont toutefois reconnu que les données au niveau du site pouvaient ne pas toujours être disponibles. Les Comptes de Résultat Environnementaux «de site» ont aussi été pensés comme un instrument particulièrement pertinent pour les entreprises dont les opérations se concentrent au niveau du site, comme! *(!

19 les entreprises minières, et pour lesquelles les données sont susceptibles d être davantage disponibles. Application à PUMA Ces approches ont-elles été correctement mises en application et en adéquation avec le contexte de PUMA? Globalement, les commentaires ont été très positifs. Néanmoins, les résultats du Compte de Résultat Environnemental peuvent parfois comporter des approximations et des améliorations sont encore possibles. Les paragraphes suivants exposent les pistes à explorer : Estimation des unités biophysiques Une description plus transparente de la genèse du modèle et de la façon dont il a été mis en œuvre serait nécessaire. Sans ces informations, il est difficile de dire si la modélisation EIO a été utilisée de façon appropriée. Les experts ont noté que le choix de la modélisation EIO dépendait des caractéristiques du business model. Pour une entreprise telle que PUMA, dont la chaîne d approvisionnement s étend à travers de nombreux pays dans le monde, les experts ont indiqué qu un modèle basé seulement sur une région pour représenter l ensemble de la chaîne d approvisionnement de PUMA n était pas nécessairement le meilleur choix. Par exemple, l un des avantages du modèle américain, est qu il présente un grand nombre de secteurs différents par rapport à d autres modèles et qu il peut par conséquent refléter un plus grand nombre de catégories de produits. Mais les experts ont fait remarquer que cela ne devrait pas être le seul élément à prendre en compte. Ils ont noté que la structure de l économie américaine est généralement très différente de celle des économies asiatiques. De plus, le modèle basé sur une seule région ne prend pas en compte le commerce international et augmente l imprécision des résultats. Les paragraphes suivants présentent les recommandations des experts sur la meilleure manière de choisir une modélisation EIO.! *)!

20 Evaluation des impacts environnementaux Analyse au niveau pays Les experts en évaluation ont reconnu que la mesure des impacts tout au long de la chaîne d approvisionnement représentait un défi et était un domaine encore peu exploré. La méthode de l évaluation environnementale est adaptée à des changements légers et bien définis dans la qualité de l environnement. Appliquer cette technique à une production modélisée avec des informations contextuelles limitées est un défi majeur. Les experts ont estimé que l évaluation au niveau pays entraîne davantage d imprécision -d autant plus qu elle ne rend pas compte de l hétérogénéité existant au sein même d un pays. Cependant elles peuvent être significatives dans le cadre d une évaluation comme celle menée par le Compte de Résultat Environnemental. Les experts ont estimé que les résultats du Compte de Résultat Environnemental fournissaient probablement des informations a minima sur les impacts car ils n ont pas pu prendre en compte tous les aspects de l interaction humaine avec son environnement. Le manque d études préliminaires sur les services écosystémiques dans le monde a été un important désavantage et a pu être une source de biais. Incertitudes Tous les experts ont reconnu qu il existait des incertitudes dans les évaluations environnementales, mais ils ont aussi noté que le reporting financier comprenait lui aussi des incertitudes et des estimations. Les standards de reporting financier ont cependant évolué pour définir certains degrés d imprécisions acceptables. Ils ont tous souligné qu il existait dans la littérature scientifique des méthodes pour minimiser l incertitude et que ces dernières n étaient pas très éloignées de celles utilisées pour le reporting financier. Lorsque, pour une hypothèse donnée, il existait plusieurs options possibles, ils ont jugé qu il fallait alors opter pour une approche classique. Les experts ont proposé que les différentes hypothèses formulées soient exposées clairement avec les résultats.! "+!

Déclaration du Capital naturel

Déclaration du Capital naturel Déclaration du Capital naturel Une déclaration du secteur financier démontrant notre engagement au sommet de Rio +20 pour tendre vers l intégration des considérations liées au capital naturel dans les

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation Accor a mené la 1 ère empreinte environnementale dans le secteur hôtelier En 2010, suite

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté 1. Lors de sa présentation par le Gouvernement aux Conseils d

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES DESTINATAIRES : ÉMISE PAR : APPROUVÉE PAR : Le personnel Les médecins, dentistes et pharmaciens Les résidents, stagiaires et étudiants Les chercheurs Les bénévoles Les contractuels Les usagers et visiteurs

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Plan de travail ITIE Niger (2014-2016)

Plan de travail ITIE Niger (2014-2016) Plan de travail ITIE Niger (2014-2016) 1. Contexte Depuis la 5 ème Conférence Mondiale de l ITIE à Paris en mars 2011 et sa validation comme pays conforme à la norme ITIE, le Niger s est davantage attelé

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating Mesurer la performance sociale des IMF : Mini-conférence // Microfinance Modérateur Aurélie Duthoit Co-fondatrice, Babyloan Intervenants Micol Guarneri Directrice Evaluation Sociale, Microfinanza Rating

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec

Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec Présenté dans le cadre de la Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec par Le 365 rue Saint-Louis Joliette J6E 7N3 Mars

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire

Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire 1. Vente ou apport d actifs par un investisseur d'une entité sous influence notable ou sous contrôle conjoint... 2 2. Acquisition d un

Plus en détail

RAPPORT ISR TRIMESTRIEL

RAPPORT ISR TRIMESTRIEL RAPPORT ISR TRIMESTRIEL LBPAM Responsable Actions Europe Octobre 2015 Pour plus d informations, se reporter au prospectus complet du fonds. Pour toute question : gestionethique@labanquepostale-am.fr 31/10/2015

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Leadership

Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Leadership Raison d être Raison d être Raison d être Gérer les aspects scientifiques et opérationnels du fonctionnement d un laboratoire de recherche ou d une installation spécialisée qui offre des services d analyse,

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Communiqué!des!ministres!des!finances!et!des!gouverneurs!de!banque!centrale!du!G20! Paris,!France,!14"15!Octobre!2011!

Communiqué!des!ministres!des!finances!et!des!gouverneurs!de!banque!centrale!du!G20! Paris,!France,!1415!Octobre!2011! CommuniquédesministresdesfinancesetdesgouverneursdebanquecentraleduG20 Paris,France,14"15Octobre2011 1. Nous, ministres des finances et gouverneurs de banque centrale du G20, nous sommes réunis dans un

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

World Forum Lille 2011. Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011

World Forum Lille 2011. Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011 World Forum Lille 2011 Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011 KPMG AUDIT DÉPARTEMENT DÉVELOPPEMENT DURABLE & CHANGEMENT CLIMATIQUE Sommaire 1. Introduction Pressions

Plus en détail

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE)

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) LES OPERATEURS D EFFICACITE ENERGETIQUE 15 mars 2011 Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) Le CPE est issu de la Directive 2006/32/CE, du 5 avril 2006, sur l'efficacité énergétique

Plus en détail

Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011

Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011 Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011 Les cadres émergents de mesure, de rapport et de vérification du carbone forestier

Plus en détail

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA)

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 17 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.10 29 août 2011 Français

Plus en détail

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE 30 juin 2014 Cette note présente le bilan des discussions du groupe

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS?

QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS? QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS? Synthèse de l étude réalisée par Dominique Blanc, Aela Cozic et Aurélie de Barochez, Centre de recherche ISR - Janvier 2013 Mesurer

Plus en détail

Éclairer les choix en matière de recherche :

Éclairer les choix en matière de recherche : Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions Sommaire Le savoir au service du public Sommaire 1 Sommaire La création de nombreux biens publics passe par la recherche exploratoire

Plus en détail

ETHOS ENGAGEMENT PAPER. Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs

ETHOS ENGAGEMENT PAPER. Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs ETHOS ENGAGEMENT PAPER Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs Octobre 2013 La Fondation Ethos regroupe plus de 140 caisses de pension et fondations d utilité publique

Plus en détail

GUIDE ISO 26000. www.ecocert.com

GUIDE ISO 26000. www.ecocert.com GUIDE ISO 26000 1 ECOCERT, organisme de contrôle et de certification au service du développement durable, opère à travers un réseau international dans plus de 90 pays. Certification des produits biologique

Plus en détail

1. Données générales

1. Données générales 1. Données générales 1a. Donnez le nom de la société de gestion en charge du ou des fonds auxquels s applique ce Code. BNP Paribas Asset Management (BNPP AM) 1b. Décrivez de façon générale la philosophie

Plus en détail

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires BIM n - 28 juin & 05 juillet 2005 Cécile LAPENU En novembre 2003, deux BIM avaient présenté

Plus en détail

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

Ministère de la Sécurité publique

Ministère de la Sécurité publique 4 Ministère de la Sécurité publique 1 LA GESTION DES RISQUES : UNE DISCIPLINE QUI S IMPOSE La gestion des risques est aujourd hui utilisée dans de nombreux domaines où les risques représentent une préoccupation

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Les nouvelles dispositions françaises concernant les provisions pour licenciement et restructuration»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Les nouvelles dispositions françaises concernant les provisions pour licenciement et restructuration» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Les nouvelles dispositions françaises concernant les provisions pour licenciement et restructuration» Points clés Comme la plupart des entreprises, les associations présentent

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat Sommaire exécutif Paul Gauthier Richard Guay Michel Magnan Fellow Invité, CIRANO Fellow, CIRANO Fellow, CIRANO ESG-UQÀM JMSB-Concordia Équipe de Direction

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Rapport Développement Durable 2012 En Bref

Rapport Développement Durable 2012 En Bref Rapport Développement Durable 2012 En Bref En septembre 2012, CWT est devenu signataire du Pacte Mondial des Nations Unies et s est engagé par la même à soutenir et appliquer les Dix Principes relatifs

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 18 juin 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique

Plus en détail

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9 Conversion des devises Chapitre SP 2601 Juillet 2011 CCSP Page 1 de 9 AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 34 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en juin 2011, comprenait

Plus en détail

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie I Historique et fondement des conclusions Avant-propos

Plus en détail

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 ISO 14001 Guide de transition Révisions ISO Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management environnemental ISO 14001 - Système de Management Environnemental

Plus en détail

Fiche de pointage du FMV : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles

Fiche de pointage du FMV : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles Au sujet de la fiche de pointage Les demandes de financement pour les projets d immobilisations dans les secteurs de l énergie, des

Plus en détail

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Vérification interne et externe : exemples et bénéfices 25 novembre 2009 Institut de la Gestion Financière du Canada:

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Japanese SOX. Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne

Japanese SOX. Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne Japanese SOX Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne Avant-propos Au cours des dernières années, les législateurs à travers le monde ont émis de

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Réponse de l AFIEG à la. Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz

Réponse de l AFIEG à la. Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz Réponse de l AFIEG à la Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz Ce document s inscrit dans le cadre de la consultation publique organisée par la

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE OECD, 2002. Software: 1987-1996, Acrobat is a trademark of ADOBE. All rights reserved. OECD grants you the right to use one copy of this Program

Plus en détail

4a : Suivi des émissions et absorptions. A. Système de suivi au niveau national

4a : Suivi des émissions et absorptions. A. Système de suivi au niveau national VOLET 4 : CONCEPTION D UN SYSTEME DE SUIVI Contexte Les paragraphes 6 à 9 de l Accord de Copenhague accorde une attention particulière à la nécessité d agir rapidement sur la réduction des émissions de

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Politique de financement des services publics

Politique de financement des services publics Politique de financement des services publics TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 1. CHAMPS D APPLICATION DE LA POLITIQUE...3 2. ÉNONCÉ DES PRINCIPES DE LA POLITIQUE...5 3. AXES D INTERVENTION...7 4.

Plus en détail

Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments

Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments Contexte, Généralités et Outil d ACV bâtiment ELODIE Galdric SIBIUDE Ingénieur d Etude et de Recherche Direction Energie Environnement

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Synthèse Cadre juridique et objectifs L article L. 337-5 du code de l énergie dispose

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales

VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales 2 Vers une économie circulaire Introduction Depuis l avènement de l ère industrielle au XIXe siècle,

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl

Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl LES OBJECTIFS D ELTYS La dimension d éthique sociétale, économique et écologique est intégrée dans la coopérative d investissement ELTYS.

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

Contribution nationale de la Principauté de Monaco. Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques. - 29 juillet 2015 -

Contribution nationale de la Principauté de Monaco. Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques. - 29 juillet 2015 - Contribution nationale de la Principauté de Monaco Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques - 29 juillet 2015-1. Préambule... 3 2. Engagements de la Principauté de Monaco dans

Plus en détail

Notre culture _ p. 38. Améliorer _ p. 39. Intégrer _ p. 40. Préserver _ p. 41. Créer _ p. 42. Développer _ p. 43. Partager _ p. 44

Notre culture _ p. 38. Améliorer _ p. 39. Intégrer _ p. 40. Préserver _ p. 41. Créer _ p. 42. Développer _ p. 43. Partager _ p. 44 solvay.com Rapport Annuel 2014 Nos façons de vivre et de consommer sont en train de bouleverser les équilibres planétaires. Nous tous acteurs politiques, économiques et sociaux devons prendre l entière

Plus en détail