Le tourisme international : un état de fait colonial

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le tourisme international : un état de fait colonial"

Transcription

1 Le tourisme international : un état fait colonial Zarka C. Tourisme et mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages Artic availab on line / Artic disponib en ligne l adresse : To cite this artic / Pour citer cet artic Zarka C. Le tourisme international : un état fait colonial. Tourisme et mon rural. Paris : CIHEAM, p (Options Méditerranéennes; n. 3)

2 un ethnologue : Christian ZARKA Letourisme international : UM état fait colonial ment cette va la la campagne, c'estl'activité économi- l'on y a l une habitu que A cette gation, est liée : d'une nous avons nousavons qu'une civilisation << postée >> ladive est économie mad'une économie uxième se pose donc ainsi : n'y a-t-il pas, fait un? C'est un peu ces ux questions, que nous ici. Et plus nous s ux exemps et la Tunisie, et sconséquences du mouvement pouvant s pays la Tunisie celui s pays en voie Cette distinction est en effet capita, il y a ux façons bien d'en- : celui qui va s pays en voie développement inet celui qui va dans sens. C'est l'ai ces ux types ment en ce s installations qui induisent >> s que nos ux questions. On constate, lieu, la sence d'un équipement allant l'hôtel luxe jeunesse : ce sont s lieux passage où s touassez anonymes ; impact milieu ambiant est donc faib. En uxième lieu, s clubs vacances où s plus ou moins pendant un temps assez long, et plus, milieu humain qu'ils cotoient. Le passage ces petites colonies s questions mes été tion. Vu s qu'occasionne un voyage, et la s niveaux vie moyen et d'un Tunisien l'un pays beaucoup plus Tunisien Cet état fait ux conséquences tantes : - d'une un voyage est la quasi-totalité s Tunisiens, seu bien ; - un vises, et la venue s pays faib, c'est donc l'accueil ou Eucespaysl'ef- vises tes s pays anciennement La ces pays étant fondamentament la même et indus la se pose moins, bien que zones (ou la vision du mon dominante au contact d'un e milieu >> est même que la Tunisie : gions où s et souvent ce sont cels lieu d'éction, sans qu'els au citadin plus dépaysement et qu'els la nostalgie d'un mon qui étu n'estplus aux pays qui n'ont pas connu indusétant au fond s mêmes que ceux qui existent s ux types pays qui nous ici. n'est donc mis tunisien. doit ce qu'il L

3 .. place. que son voyage n'en est finament que plus son n'est faussée aucune installation conçue lui, dépaysement. Le flux étant faib dans sens pays - pays sés, il. ne pas l'équis pays qui sont visités. Nous pas même dans cas s pays anciennement DANS LES PAYS EN VOIE DE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Les installations qui existent dans ces pays cels qui sont mises en place dans s pays l'audans la où, touétant un nement comme vises, sa fonction est, avant toutes choses, ne va donc puisse cette venue cas la Tunisie, est ta pays. Tout est donc mis en Si bien qu'on assiste s la population. Citons ce quelquesexemps : Nous avons eu l'occasion que, poisson s hôtels en cintaux, s la côte une tel poisson que la population en exemp, dans du sud où l'eau manque telment, il n'est pas dans hôtel, une piscineluxueuse. hôtels sont la population tunisienne en et la

4 Photo Christian Zarka. 28 atteignent tousont néanmoins en contact plus ou moins avec lui. Signalons l'exemp ce qui la liaison Gafsa et Gabès : qu'un Occintal ou du l'appel d'un paysanenguenils. Ou s'il fait, on ce qu'il ne soit que ce moinspossib. UNE tels attitus? que s pays anciennement sont souvent s pays qui ont colonisé s pays actuelment en voie développement in- Cette colonisation s'est accompagnée d'une imposition' la du pays colon au pays colonisé. l'indépendance, s ciaux et du temps. ce ne sont pas s égaux dans la où il n'y a pas d'échange,.mais assimilation l'ancien colonisé la du colon. En Tunisie exemp, un ficiel pays sa fond la tunisienne Le vêtement est e compt a ; la et l'installation intés maisons copient la <( mas toucet ensemb << P que sans jugement, un modè <c P. passage que l'on peut dans ce distincts : celui qui l'éducation a été mis en contact avec la civilisation du pays colon, dont on est bien obligé d'emla technicité, et celui qui faute d'éducation en méconnaît la Et même si ces ux tennt se avec la la jeunessetunisienne,ilsexistentbien au niveau la faut? que ciemment, et la couche population qui a eu accès l'éducation et d'où est la totalité du pays ou bien souvent un modè a assez ~70isin. petit cette nouvel vision du mon et cette nouvel la masse la population, qui se cela dans un G i>, sancienet on tenté << 9 tota, n'assimi pas si faciment une pond l'adaptation un Q milieu >>. Cela se ux phénomènes : en lieu dévaluation la na, la vision du mon islamique, aux yeux l'individu qui se dans indiqué ; en second lieu d'assimilation occinta. Nous islamique et non tunisienne petite la population est déj assimilée plus ou moins bien. La islamique est cel, en fait, la population 'paysanne, plus ou moins beaucoup plus la que la C'est cette population et sa qui se Une tel est donc vacances, dont s volonhumain du pays qu'ils visitent, ment une fausse vision exotique (fausses oasis, fausses scènes s l, qui aux Tunisiens du camp. souvent s mouvements qui vont s pays anciennement sés développement d'un ancien état fait colonial.le pays s'attend ce afin ne pas vises, équivaut une qui une Un pays comme l'est la Tunisie ne doit la venue dans la où constitue dont il a besoin La la s s aménagements tiques,comme << >> qui s a fait et qui s habite, ne doit pas une faite aux mais au la dynamique d'une civilisation qu'il ne faut Cela suppose, bien pas entendu, que s la politique s pays en voie développement insachent l'implantation un échange tion la aux la cespays

5 Fhoto Christian Zarka; Cette population et sa arlture risquent d être dévalorisées par. un tourisme néo-colonialiste 29

Le marché et la formation des prix

Le marché et la formation des prix Le marché formation s prix Lucchti F. in Alya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988-V 1988 pages 99-105 Article avaible on line / Article disponible

Plus en détail

Le système national de formation agricole en Tunisie

Le système national de formation agricole en Tunisie système national formation agrico en Tunisie Tahar El Mili M in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus n 1987II

Plus en détail

La formation agronomique au Liban

La formation agronomique au Liban La formation agronomique au Liban Hamze M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1987-II 1987 pages

Plus en détail

Chapitre 3 - Améliorer ses techniques Corrigés

Chapitre 3 - Améliorer ses techniques Corrigés Égalité pour tout réel et équation Exercice 1 ; ;. Les nombres et sont donc solutions de l'équation Le nombre ne l'est pas. Égalité pour tout réel et équation Exercice 2 1. Présentons les résultats en

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Espaces vectoriels de dimension finie 1.1) Famille génératrice (rappel) Exemple 1 On considère par exemple l'espace vectoriel R² et les vecteurs 1,1, 1, et,3. Soit un élément quelconque de R²,,. Peut-on

Plus en détail

Le rôle de l'olivier en Grèce

Le rôle de l'olivier en Grèce Le rôle l'olivier en Grèce Papageorgiou C.L. in Allaya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988V 1988 pages 4146 Article available on line / Article

Plus en détail

Dimension de l'espace agricole littoral et dévéloppement touristique

Dimension de l'espace agricole littoral et dévéloppement touristique Dimension de l'espace agricole littoral et dévéloppement touristique Mtimet A. in Camarda D. (ed.), Grassini L. (ed.). Coastal zone management in the Mediterranean region Bari : CIHEAM Options Méditerranéennes

Plus en détail

La formation agricole en Algérie

La formation agricole en Algérie La formation agricole en Algérie Ait Belkacem M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etudes; n. 1987II

Plus en détail

ACTIVITE "MOYENNE" I Constat. II Hypothèses. III L activité. Niveau : 3ème 13 groupes de deux élèves sur des postes isolés.

ACTIVITE MOYENNE I Constat. II Hypothèses. III L activité. Niveau : 3ème 13 groupes de deux élèves sur des postes isolés. 1 ACTIVITE "MOYENNE" Niveau : 3ème 13 groupes de deux élèves sur des postes isolés. I Constat Comme pour la notion de moyenne, dans le cadre "papier/crayon", même avec la calculatrice, les élèves ont insuffisamment

Plus en détail

Logique/Ensembles. Logique 2. 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie.

Logique/Ensembles. Logique 2. 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie. Logique 2 Logique/Ensembles 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie. La notion d'assertion est considérée comme intuitive : on se donne la dénition vague ci-dessous. Dénition 1.

Plus en détail

La pénétration romaine en Afrique du Nord dans l'antiquité. Un exemple : Timgad jusqu'à la mort de Empereur Trajan

La pénétration romaine en Afrique du Nord dans l'antiquité. Un exemple : Timgad jusqu'à la mort de Empereur Trajan La pénétration romaine en Afrique du Nord dans l'antiquité. Un exemple : Timgad jusqu'à la mort de Empereur Trajan Sorel D. Les échanges méditerranéens Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 18 1973

Plus en détail

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 13 1972 pages 94-102 Artic avaib on line / Artic disponib

Plus en détail

La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir

La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir La culture rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques venir Scialom S.R. Les cultures floras Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 10 1971 pages 64-72 Artic avaib on line / Artic

Plus en détail

Hérédité liée à l'x. Information pour les malades et leurs familles

Hérédité liée à l'x. Information pour les malades et leurs familles 12 Hérédité liée à l'x Adapté des brochures élaborés par l Hôpital Guy et l Hôpital St Thomas à Londres et adapté aux critères de qualité du London IDEAS Genetic Knowledge Park. Traduction française :

Plus en détail

AVIS D' NTERPRETATI ON N 34 CONVENTI ON COLLECTIVE NATIONALE DE L'ENSEIGNEMENT PRIVE HORS-CONTRAT DU 27 NOVEMBRE 2007

AVIS D' NTERPRETATI ON N 34 CONVENTI ON COLLECTIVE NATIONALE DE L'ENSEIGNEMENT PRIVE HORS-CONTRAT DU 27 NOVEMBRE 2007 AVIS D' NTERPRETATI ON N 34 CONVENTI ON COLLECTIVE NATIONALE DE L'ENSEIGNEMENT PRIVE HORS-CONTRAT DU 27 NOVEMBRE 2007 Commission paritaire nationale d'interprétation et de conciliation Saisine du 23 mai

Plus en détail

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue chêne kermès Arnaud M., Molénat G., Vincent M. Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture une économie durabs

Plus en détail

**101. Cour de cassation de Belgique. Arrêt 21 AVRIL 2011 C F/1 N C F K. B., demandeur en cassation,

**101. Cour de cassation de Belgique. Arrêt 21 AVRIL 2011 C F/1 N C F K. B., demandeur en cassation, 21 AVRIL 2011 C.10.0394.F/1 **101 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0394.F K. B., demandeur en cassation, représenté par Maître Isabelle Heenen, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

L'origine des matières premières. Des matériaux disponibles dans la nature

L'origine des matières premières. Des matériaux disponibles dans la nature Fiche élève 1 L'origine des matières premières A la fin du chapitre, je saurai : - Identifier l'origine des matières premières et leurs disponibilités. - Identifier l'impacte d'une transformation est d'un

Plus en détail

Dossier PUBLICITE - Analyse

Dossier PUBLICITE - Analyse Dossier PUBLICITE - Analyse - 1 - Dossier PUBLICITE - Analyse A. DESCRIPTION 1) Calculer la moyenne générale (m), et la variance totale (var) ainsi que les moyennes (m1, m) et les variances de chaque groupe

Plus en détail

pour l économie du Languedoc-Roussillon

pour l économie du Languedoc-Roussillon pour l économie du Languedoc-Roussillon N 13-8 La fréquentation dans les hébergements collectifs d'avril à septembre 7 Mireille LEFEBVRE- INSEE L'ensemble des hébergements collectifs (résidences de tourisme,

Plus en détail

5 à 8 ans. Le secret. Amorce d Anaïs Vaugelade

5 à 8 ans. Le secret. Amorce d Anaïs Vaugelade 5 à 8 ans Le secret Amorce d Anaïs Vaugelade Un matin, au lieu de venir prendre le petit déjeuner avec Chat, Poule resta dans sa chambre. Chat vint frapper à sa porte : «Poule, qu'est-ce que tu fabriques?

Plus en détail

Les politiques agricoles et alimentaires en Roumanie

Les politiques agricoles et alimentaires en Roumanie Les politiques agricoles et alimentaires en Roumanie Dumitru D. Etat de l' agriculture en Méditerranée : les politiques agricoles et alimentaires Montpellier : CIHEAM Cahiers Options Méditerranéennes;

Plus en détail

Maxime 1. Le bien et le mal

Maxime 1. Le bien et le mal Maxime 1 Le bien et le mal «J'ai la haine du mal et j'ai l'amour du juste.» Citation de Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, II - 17 juin 1856. Maxime 2 Le bien et le mal «Toute la morale est dans

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION PARTIE 2: La consommation, un marqueur social Notions à découvrir Consommation ostentatoire effets de' distinction et d'imitation Dans cette deuxième partie, nous allons

Plus en détail

«Un pas après l'autre», documentaire sur une école pas comme les autres en Seine-Saint-Denis

«Un pas après l'autre», documentaire sur une école pas comme les autres en Seine-Saint-Denis www.laparisienne.com «Un pas après l'autre», documentaire sur une école pas comme les autres en Seine-Saint-Denis «Un pas après l'autre» est un documentaire diffusé mardi soir à 23h20 dans le cadre de

Plus en détail

Axe 5 : Agir pour les solidarités

Axe 5 : Agir pour les solidarités N de la mesure : 5.3.4 Axe 5 : Agir pour les solidarités Action 5.3 : Prévenir la précarisation et soutenir la cohésion sociale, notamment envers les personnes dépendantes Pilote : Finalité 1 Renforcer

Plus en détail

Le guide du benchmarking

Le guide du benchmarking Jacques ALEXANDRE - Marc BAZINET Isabelle BONNEAU-BLAIRE - Guy CHADEBEC Claude CORNEC - Jean-Claude COUSIN Jean DURAND - Jacques GAUTRON - Bernard HAVRET Le guide du benchmarking Préface Alexandre Jardin,

Plus en détail

PARTIE 2 LE TOURISME ET SES ESPACES

PARTIE 2 LE TOURISME ET SES ESPACES PARTIE 2 LE TOURISME ET SES ESPACES 1)- Un espace touristique au Maghreb: l oasis de Tozeur en Tunisie Problématique : - Quelles sont les transformations engendrées par le tourisme mondial dans l oasis

Plus en détail

Réunions syndicales Dispositions Dernière mise à jour :

Réunions syndicales Dispositions Dernière mise à jour : Réunions syndicales Dispositions 13-06-2007 Dernière mise à jour : 13-06-2007 - LES REUNIONS SYNDICALES et L'HEURE D'INFORMATION SYNDICALE LES REUNIONS SYNDICALES et L'HEURE MENSUELLE D'INFORMATION SYNDICALE

Plus en détail

OBJET: Commentaire des dispositions des articles 26 et 27 de la loi n du 31 décembre 1999 portant loi de finances pour l'année 2000

OBJET: Commentaire des dispositions des articles 26 et 27 de la loi n du 31 décembre 1999 portant loi de finances pour l'année 2000 NOTE COMMUNE N 0 : 17/2000 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 26 et 27 de la loi n 0 99-101 du 31 décembre 1999 portant loi de finances pour l'année 2000 RESUME Incitation à l'exportation

Plus en détail

Le rôle de la femme algérienne lors de la guerre de libération nationale.

Le rôle de la femme algérienne lors de la guerre de libération nationale. Le rôle de la femme algérienne lors de la guerre de libération nationale. La guerre d Algérie a impliqué des hommes et des femmes, volontairement ou parfois malgré eux dans un drame qui les a contraint

Plus en détail

3 A l'aide de l'alphabet français, combien peut-on écrire de mots de 3 lettres contenant 1 voyelle? 2 voyelles?

3 A l'aide de l'alphabet français, combien peut-on écrire de mots de 3 lettres contenant 1 voyelle? 2 voyelles? 1 De combien de façons peut-on choisir, dans un jeu de 32 cartes,5 cartes contenant : a) exactement 1 roi? b) au moins 1 roi? c) exactement 1 roi et 2 dames? d) exactement 1 roi, 1 dame et 2 valets? e)

Plus en détail

CM2 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DU PALIER 2 DU SOCLE COMMUN

CM2 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DU PALIER 2 DU SOCLE COMMUN CM2 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DU PALIER 2 DU SOCLE COMMUN Second palier du socle commun / compétence 5 : la culture humaniste Éléments de compétence ou de connaissance du pilier évalué : Identifie les

Plus en détail

Poisson Clown. Soft Clay (réf ) Etape 12. Etape 9. Etape 3. Etape 6. Etape 5. Etape 4. Etape 7 Etape 8. Etape 10 Etape 11

Poisson Clown. Soft Clay (réf ) Etape 12. Etape 9. Etape 3. Etape 6. Etape 5. Etape 4. Etape 7 Etape 8. Etape 10 Etape 11 Poisson Clown Etape 7 Etape 8 0 Poisson Exotique Etape 7 Etape 8 0 Poisson Vert Etape 7 Etape 8 0 Homard Etape 7 Etape 8 0 Requin Etape 7 Etape 8 + Yeux mobiles (réf. 0835) Crabe + Yeux mobiles (réf. 0835)

Plus en détail

EMPLOIS FONCTIONNELS GENERALITES DEFINITION. Le statut de la fonction publique territoriale, tel qu'il résulte de la loi n du 26 janvier

EMPLOIS FONCTIONNELS GENERALITES DEFINITION. Le statut de la fonction publique territoriale, tel qu'il résulte de la loi n du 26 janvier EMPLOIS FONCTIONNELS GENERALITES DEFINITION Le statut de la fonction publique territoriale, tel qu'il résulte de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée, distingue deux sortes d'emplois permanents,

Plus en détail

Genèse de l'édifice. Lieu :

Genèse de l'édifice. Lieu : Genèse de l'édifice. Ce chalet a été construit par Monsieur L. en 1962. Sur ce terrain n'était qu'un vaste champ. Cependant, cela fait environ 30 ans que Monsieur L n'y est point remonté. Seules Madame

Plus en détail

La multiplication. Définition Le produit est le résultat d'une multiplication. Les nombres que l'on multiplie sont appelés les facteurs.

La multiplication. Définition Le produit est le résultat d'une multiplication. Les nombres que l'on multiplie sont appelés les facteurs. La multiplication I. Vocabulaire Définition Le produit est le résultat d'une multiplication. Les nombres que l'on multiplie sont appelés les facteurs. S'exprimer 10 5,2=52 peut se traduire ainsi : «52

Plus en détail

Arithmétique. Nombres décimaux et opérations

Arithmétique. Nombres décimaux et opérations Nombres décimaux et opérations 1. Nombres décimaux Un nombre décimal est un nombre dont l'écriture décimale (écriture en chiffres à virgule) possède un nombre fini de chiffres non nuls (différents de zéro)

Plus en détail

LES ESPACES VECTORIELS

LES ESPACES VECTORIELS LES ESPACES VECTORIELS Objectifs Savoir ce qu'est un espace vectoriel. Savoir ce qu'est un sous-espace vectoriel. Savoir ce qu'est une base. Le travail sur les espaces vectoriels de dimension nie Dans

Plus en détail

L épreuve comporte deux parties notées chacune sur 10 points : la conduite de projet et la présentation du projet.

L épreuve comporte deux parties notées chacune sur 10 points : la conduite de projet et la présentation du projet. Comme suite aux questions posées par certains enseignants, des informations complémentaires à la note de service n 2012-034 du 6-3-2012 sont apport ées par ce document (dans les encadrés, en bleu et en

Plus en détail

Limites et comparaisons de fonctions

Limites et comparaisons de fonctions CHAPITRE 5 Limites et comparaisons de fonctions 5.1 Limites d'une fonction On considère dans cette partie, une fonction f dénie sur son domaine de dénition D f. 5.1.1 Voisinage d'un point Dénition 1 Soit

Plus en détail

Solutions des exercices

Solutions des exercices Solutions des exercices Chapitre.. A = {0,,,, } B = {-, -, -, 0,,, } C = {0,,, 9, } D = {..., -9, -, -, 0,,, 9,...} E = {, /, /, /,...}.. A={ x x N} B={ x x N et x 0} C=Z * D={x x N et x } x E={ x x N*

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE ET BILAN D APV - AIDE AU PROJET VACANCES

DOSSIER DE DEMANDE ET BILAN D APV - AIDE AU PROJET VACANCES DOSSIER DE DEMANDE ET BILAN D APV - AIDE AU PROJET VACANCES Ce dossier reprend tous les champs à renseigner dans APV-Web, caractérisant aussi bien les projets de vacances que les bénéficiaires des Aides

Plus en détail

APMEP MARSEILLE OCTOBRE 2013.

APMEP MARSEILLE OCTOBRE 2013. APMEP MARSEILLE OCTOBRE 2013. Dame, où es-tu? Ou, quand la recherche de la Dame de Pique nous montre l'inter-action entre le jeu de Bridge et les mathématiques En quatre-vingt dix minutes, il serait bien

Plus en détail

Deux grandeurs auxiliaires pour présenter l'entropie: Energie mécanique potentiellement récupérable (EMPR) et Energie définitivement dégradée (EDD).

Deux grandeurs auxiliaires pour présenter l'entropie: Energie mécanique potentiellement récupérable (EMPR) et Energie définitivement dégradée (EDD). Deux grandeurs auxiliaires pour présenter l'entropie: Energie mécanique potentiellement récupérable (EMPR) et Energie définitivement dégradée (EDD). par Louis rougnon Glasson, professeur agrégé en sciences

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 16 AVRIL 2010 C.09.0084.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0084.F D. G. P., demandeur en cassation, représenté par Maître Paul Alain Foriers, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

BILAN TP2. Activité 1 : les causes de la présence d'une atmosphère autour d'une planète.

BILAN TP2. Activité 1 : les causes de la présence d'une atmosphère autour d'une planète. BILAN TP2 Activité 1 : les causes de la présence d'une atmosphère autour d'une planète. La présence d'une atmosphère sur une planète et donc sur Terre est liée : - à la force de gravitation dont à la masse

Plus en détail

Travaux Pratiques CHIMIE n 6

Travaux Pratiques CHIMIE n 6 Travaux Pratiques CHIMIE n 6 La naissance du Tableau Périodique Qu elle appartienne au monde animal, végétal ou minéral, la matière paraît constituée d une innombrable variété d espèces chimiques. L étude

Plus en détail

Règle 29 Threesomes et foursomes

Règle 29 Threesomes et foursomes Règle 29 Threesomes et foursomes DÉFINITIONS Tous les termes en italique sont définis et présentés par ordre alphabétique dans la section II "Définitions" Voir pages 18 à 27. 29-1. RÈGLE GÉNÉRALE Dans

Plus en détail

1. La date d introduction d une instance en divorce ou en séparation de corps est :

1. La date d introduction d une instance en divorce ou en séparation de corps est : 1. La date d introduction d une instance en divorce ou en séparation de corps est : la date où la cause est entendue par le juge. la date où la demande est déposée au greffe de la cour. la date où un conjoint

Plus en détail

Vélo en maternelle. Projet «Education à la sécurité» en Maternelle. Activité support

Vélo en maternelle. Projet «Education à la sécurité» en Maternelle. Activité support Projet «Education à la sécurité» en Maternelle Activité support 1. Des pistes pour la mise en œuvre de la compétence «Oser réaliser, en sécurité, des actions» 2. Définition d objectifs. 3. Outils d évaluation

Plus en détail

Les axiomes des espaces anes découlent directement des axiomes des espaces

Les axiomes des espaces anes découlent directement des axiomes des espaces . Géométrie affine.2. Sous espaces anes, intersection et parallélisme Exercice. (Exemples de sous espaces anes) () Montrer qu'un espace vectoriel (E, +,.) dénit un espace ane (E, E, +) canoniquement associé

Plus en détail

Série STL spécialité biotechnologies Épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité

Série STL spécialité biotechnologies Épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité Série STL spécialité biotechnologies Épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité Comme suite aux questions posées par certains enseignants et candidats, des informations complémentaires

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES ENSEIGNANTS

LA RESPONSABILITE DES ENSEIGNANTS LA RESPONSABILITE DES ENSEIGNANTS La responsabilité des enseignants La responsabilité civile Ancien article 2 de la loi du 5 avril 1937, nouvel article L 911-4 du Code de l'education "Dans tous les cas

Plus en détail

Article. «Taux de croissance et potentiel de production» Jean Lotte. L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104.

Article. «Taux de croissance et potentiel de production» Jean Lotte. L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104. Article «et potentiel de production» Jean Lotte L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1002966ar

Plus en détail

,. ~ VIE SORTIE IJE_, L ~AU ;, Pour commencer, c'était de J'eau. 1. Après, c'étaient des bulles comme des œufs.

,. ~ VIE SORTIE IJE_, L ~AU ;, Pour commencer, c'était de J'eau. 1. Après, c'étaient des bulles comme des œufs. VIE SORTIE IJE_, L ~AU ;,----------------- par l e~ 1, c; et () ans!~co l e primaire d l~ D ompierre-sur-charente Tr:t\":1\I X l'! k t tues d.111s k cadre tlu PAE!.'eau, l"l's,st >lln L L' l1 :->.IÏnt

Plus en détail

Les Mystères du Nord-Pas-de-Calais (Première partie )

Les Mystères du Nord-Pas-de-Calais (Première partie ) Les Mystères du Nord-Pas-de-Calais (Première partie ) La maison hantée de Sainte-Marie-Cappel La maison en question est située près de la chapelle Notre-Dame. Elle est connue dans tout le village pour

Plus en détail

Série ST2S Épreuve de projet technologique

Série ST2S Épreuve de projet technologique Série ST2S Épreuve de projet technologique Comme suite aux questions posées par certains enseignants et candidats, des informations complémentaires à la note de service n 2013-088 du 7-6-2013 sont apportées

Plus en détail

Saison hôtelière hiver en Midi-Pyrénées : la fréquentation repart à la hausse

Saison hôtelière hiver en Midi-Pyrénées : la fréquentation repart à la hausse Saison hôtelière hiver 2011-2012 en Midi-Pyrénées : la fréquentation repart à la hausse Auteur : Fabien Batlle (Insee Midi-Pyrénées) Au cours de la saison d'hiver 2011-2012, de novembre 2011 à avril 2012,

Plus en détail

Préambule : quelques remarques indispensables

Préambule : quelques remarques indispensables Titre Utilisation et gestion des paniers Rubrique Gestion de la base N 4.3 Auteur Boulo, Édith Version PMB : 3.1.21 Date de création : 27 10-2006 Date de modification : 15-12-2008 Préambule : quelques

Plus en détail

> Suite. Hammamet - Mahdia - Monastir - Sousse

> Suite. Hammamet - Mahdia - Monastir - Sousse Si on demande à Slim et à Faten Zghal, les fondateur-propriétaires de la chaîne hôtelière tunisienne, Thalassa Hôtels, ce qui les motive chaque jour, ils vous répondront invariablement «le goût du travail

Plus en détail

Voici, ci-dessous, les principales fonctions dans le domaine du sport et les qualifications qui y donnent accès :

Voici, ci-dessous, les principales fonctions dans le domaine du sport et les qualifications qui y donnent accès : Hormis les athlètes, qui n'en constituent qu'une petite partie, le monde du sport représente un grand nombre de professionnels. Ceux-ci font le choix de faire de leurs passions sportives leur métier et

Plus en détail

GÉNÉTIQUE MÉDICALE ED de révisions. ED de révisions

GÉNÉTIQUE MÉDICALE ED de révisions. ED de révisions 03/0/0 BRASQUIES Marie Génétique médicale Dr. BUSA, A.ITTEL, M. KRAHN 5 pages ED de révisions Plan : A. Cas N B. Cas N C. Cas N 3 D. Cas N 4 E. Cas N 5 (ème professeur) F. modalités d'examen A. Cas N A:

Plus en détail

2 e étape j habite la campagne, j habite en ville. Pour quelles raisons? Quels avantages, quels inconvénients?

2 e étape j habite la campagne, j habite en ville. Pour quelles raisons? Quels avantages, quels inconvénients? CLASSE :. NOM :. DATE : PRÉNOM :. J HABITE OÙ, POURQUOI? SÉQUENCE 1/1 2 e étape j habite la campagne, j habite en ville. Pour quelles raisons? Quels avantages, quels inconvénients? Le fait d habiter dans

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

Nouveaux défis, nouvelles recherches pour le développement de l'agriculture d'oasis

Nouveaux défis, nouvelles recherches pour le développement de l'agriculture d'oasis Nouveaux défis, nouvelles recherches pour le développement de l'agriculture d'oasis Dollé V. in Ferry M. (ed.), Greiner D. (ed.). Le palmier dattier dans l' agriculture d' oasis des pays méditerranéens

Plus en détail

Fusibles et disjoncteurs

Fusibles et disjoncteurs Fusibles et disjoncteurs Résumé Cet article analyse divers systèmes de protections des hommes et des installations : fusibles, disjoncteurs thermiques et magnétiques et disjoncteurs différentiels, et montre

Plus en détail

Matrices à coecients réels

Matrices à coecients réels Matrices à coecients réels Dans tout ce chapitre d, n, p et q sont des entiers naturels non nuls 1 Systèmes linéaires : 11 Généralités : Dénition 1 : On appelle système linéaire de n équations à p inconnues

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 6 MARS 2006 S.05.0113.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.05.0113.N EUROPEAN METROLOGY SYSTEMS, société anonyme, Me Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, contre L. K. I. La procédure

Plus en détail

Le rôle de l'agriculture dans le développement

Le rôle de l'agriculture dans le développement Le rô l'agriculture développemt Bairoch P. Le développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 11 1972 pages 25-29 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010720

Plus en détail

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu L'écation pour certains groupes ou formation tout un milieu Foreuil F. Formation Développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 21 1973 pages 77-81 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse

Plus en détail

Chapitre 1 : Des atomes aux ions

Chapitre 1 : Des atomes aux ions 2 nde Thème Santé Chapitre 1 : Des atomes aux ions Chapitre 1 On sait depuis le collège que la matière est constituée de molécules, elles mêmes constituées d'un assemblage d'atomes. Déterminons la composition

Plus en détail

Le déroulement de l'épreuve des tirs aux buts

Le déroulement de l'épreuve des tirs aux buts Le déroulement de l'épreuve des tirs aux buts L'épreuve des tirs aux buts se déroule à la fin des prolongations ou à la fin du temps réglementaire si la compétition n'en prévoit pas. Elle durera aussi

Plus en détail

Fonctions exponentielles. 1. Des suites géométriques aux fonctions exponentielles

Fonctions exponentielles. 1. Des suites géométriques aux fonctions exponentielles Chapitre 05 Terminale S Fonctions exponentielles Ce que dit le programme CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonction exponentielle x a exp(x) Relation fonctionnelle, notation e x. Démontrer l unicité

Plus en détail

Découvrir le monde au cycle 2 La démarche d'investigation

Découvrir le monde au cycle 2 La démarche d'investigation Découvrir le monde au cycle 2 La démarche d'investigation Rappel de la démarche et présentation des grilles d'analyse. Mutualisation, analyse et présentations de séquences. Trois entrées 1)Canevas d'une

Plus en détail

Consommation collaborative et jeu LOTO en groupe

Consommation collaborative et jeu LOTO en groupe Consommation collaborative et jeu LOTO en Mars 2015 Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com

Plus en détail

CIRCULAIRE OPERATIONNELLE N 5 Publiée par la Département des Ressources humaines

CIRCULAIRE OPERATIONNELLE N 5 Publiée par la Département des Ressources humaines CERN ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH Laboratoire Européen pour la Physique des Particules European Laboratory for Particle Physics CIRCULAIRE

Plus en détail

Indicateur : hébergement marchand sur le littoral en 2008 et évolution depuis 1999

Indicateur : hébergement marchand sur le littoral en 2008 et évolution depuis 1999 Indicateur : hébergement marchand sur le littoral en 2008 et évolution depuis 1999 Contexte Le tourisme est la première ressource économique du littoral métropolitain. D après les données économiques d

Plus en détail

Navigateur généalogique 1 / 10

Navigateur généalogique 1 / 10 Navigateur généalogique 1 / 10 Navigateur généalogique Mode d'emploi du logiciel «NaviGeneal.exe» de Marcel Délèze Version du logiciel 2015-09-29, version du mode d'emploi : 2015-09-29 NaviGeneal permet

Plus en détail

UNITÉS ET MESURES UNITÉS DE MESURE DES SURFACES. Dossier n 3 Juin 2005

UNITÉS ET MESURES UNITÉS DE MESURE DES SURFACES. Dossier n 3 Juin 2005 UNITÉS ET MESURES UNITÉS DE MESURE DES SURFACES Dossier n 3 Juin 2005 Tous droits réservés au réseau AGRIMÉDIA Conçu et réalisé par : Marie-Christine LIEFOOGHE Bruno VANBAELINGHEM Annie VANDERSTRAELE C.

Plus en détail

Concours C. génial. Sujet : La puissance du Soleil

Concours C. génial. Sujet : La puissance du Soleil Académie d'orleans-tours Département d'indre-&-loire COLLEGE HENRI BECQUEREL 15 Rue Michel Bouchet B.P. 136-37420 - AVOINE Concours C. génial Sujet : La puissance du Soleil Elèves : Corentin Bonnet 4 ème

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Extrait de la publication LE GUETTEUR MÉLANCOLIQUE Extrait de la publication Extrait de la publication H C4 Cg z c; >->3S si~ÿ a.212 s* W -"S G ^3;2 Ssi.1 < s3 E~ 0 Extrait de la publication GUILLAUME

Plus en détail

E. Enquête de mobilité sur les objectifs du PCM

E. Enquête de mobilité sur les objectifs du PCM E. Enquête de mobilité sur les objectifs du PCM E.1. Introduction La première phase de participation citoyenne a eu lieu la semaine du 12 15 novembre 2002. A cette occasion une exposition présentant les

Plus en détail

Le niveau de la mer et le Bangladesh. Mathilde Dupuy et Lucie Paillaud

Le niveau de la mer et le Bangladesh. Mathilde Dupuy et Lucie Paillaud Le niveau de la mer et le Bangladesh Mathilde Dupuy et Lucie Paillaud Le niveau de la mer et le Bangladesh I/ L'élévation du niveau de la mer : II/ Situation géographique des zones à risques : III/ Les

Plus en détail

L'élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays

L'élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays L'élevage du pin en Tunisie peut contribuer résoudre le problème déficit en vian du pays Bergaoui R. in Rouvier R. (ed.), Baselga M. (ed.). Rabbit production and genics in the Mediterranean area Zaragoza

Plus en détail

Cela ne signifie nullement que les préventions classiques à l'égard des contes soient tombées, et, comme nous le verrons, il y a lieu, de fait,

Cela ne signifie nullement que les préventions classiques à l'égard des contes soient tombées, et, comme nous le verrons, il y a lieu, de fait, "Les contes ne sont pas faits pour endormir les enfants, mais pour éveiller les hommes à la conscience d'eux-mêmes." E. Brasey et J.P. Debailleul, Vivre la magie des contes, p. 11 Introduction L'abondance

Plus en détail

Le raisonnement mathématique

Le raisonnement mathématique avec exercices tirés d extraits de la Première Partie du Chapitre I Sur la nature du raisonnement mathématique de La Science et l hypothèse de Henri Poincaré : 2 Les exercices n 1 et n 2 portent sur les

Plus en détail

APPRENDRE A JOUER. Il se joue à quatre joueurs avec des variantes pour 3 et 5 joueurs.

APPRENDRE A JOUER. Il se joue à quatre joueurs avec des variantes pour 3 et 5 joueurs. Le tarot est un jeu de cartes. APPRENDRE A JOUER Il se joue à quatre joueurs avec des variantes pour 3 et 5 joueurs. Le jeu de tarot est un jeu spécial qui comporte 78 cartes. La particularité du jeu de

Plus en détail

Mais, pour que ce scénario aujourd'hui improbable se réalise, il faut au moins quatre conditions.

Mais, pour que ce scénario aujourd'hui improbable se réalise, il faut au moins quatre conditions. 27/4/2015 Le Figaro Premium - 2017 : Pourquoi François Hollande n'a pas encore perdu 2017 : Pourquoi François Hollande n'a pas encore perdu Vox Politique (http://premium.lefigaro.fr/vox/politique/) Par

Plus en détail

LA PLAINE. Page Sur ces deux photos, voit-on des bosses, des montées ou des descentes? Comment est le terrain?

LA PLAINE. Page Sur ces deux photos, voit-on des bosses, des montées ou des descentes? Comment est le terrain? LA PLAINE - Sur ces deux photos, voit-on des bosses, des montées ou des descentes? Comment est le terrain? - Les routes sont-elles droites ou sinueuses? Serait-il fatigant de se promener en vélo sur ces

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMMUNICATION CULTURES DE LA COMMUNICATION

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMMUNICATION CULTURES DE LA COMMUNICATION BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMMUNICATION CULTURES DE LA COMMUNICATION SESSION 2016 Durée : 4 heures Coefficient : 3 Aucun document ou matériel n est autorisé. Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous

Plus en détail

Analyse critique de document(s)

Analyse critique de document(s) Méthodo Analyse critique de document(s) p. 1 sur 5 Analyse critique de document(s) Question mineure en Histoire ou en Géographie T S : 1h à 1h15 si deux docs T L/ES : 1h30 à 1h45 si deux docs L'analyse

Plus en détail

Systèmes linéaires et échelonnement

Systèmes linéaires et échelonnement Systèmes linéaires et échelonnement 1 Systèmes linéaires, résolution de systèmes échelonnés. 1 1.1 Équations linéaires........................................... 1 1.2 Systèmes linéaires...........................................

Plus en détail

Conférence de presse du jeudi 3 décembre 2015

Conférence de presse du jeudi 3 décembre 2015 Conférence de presse du jeudi 3 décembre 2015 EVOLUTION DE LA CONJONCTURE DANS LE COMMERCE DE DETAIL ET LES SERVICES VAUDOIS EN 2015 ET PERSPECTIVES 2016 Exposé de M. Patrick ZURN, Collaborateur économiste,

Plus en détail

Place l'afrique et l'océan Indien sur la carte ci-contre; Entoure l'île de Madagascar.

Place l'afrique et l'océan Indien sur la carte ci-contre; Entoure l'île de Madagascar. Localisation de l'île de Madagascar : Place l'afrique et l'océan Indien sur la carte cicontre; Entoure l'île de Madagascar....... La situation économique, sociale et écologique à Madagascar: La situation

Plus en détail

Cours Apl 06 : Fonctions arithmétiques et mathématiques

Cours Apl 06 : Fonctions arithmétiques et mathématiques Cours Apl 06 : Fonctions arithmétiques et mathématiques Commençons par les 4 opérations de base : + - x A travers les quelques exemples suivants, vous allez commencer à percevoir la puissance du langage

Plus en détail

Notice explicative Annexe 2 Déclaration sur la taille de l entreprise

Notice explicative Annexe 2 Déclaration sur la taille de l entreprise Notice explicative nnexe 2 Déclaration sur la taille de l V1 D après le Guide de l utilisateur pour la définition des PME (2015) et la recommandation 2003/361/CE 1 Qu est ce qu une autonome? Une est autonome

Plus en détail

CA.01 1 LE SENS DE L'ADDITION 2 LA TECHNIQUE DE CALCUL : POSER UNE ADDITION EN COLONNES 3 PROPRIÉTÉ DE L'ADDITION ADDITION DES NOMBRES ENTIERS

CA.01 1 LE SENS DE L'ADDITION 2 LA TECHNIQUE DE CALCUL : POSER UNE ADDITION EN COLONNES 3 PROPRIÉTÉ DE L'ADDITION ADDITION DES NOMBRES ENTIERS CALCUL CA.01 Addition des nombres entiers CA.02 Table d'addition CA.03 Soustraction des nombres entiers CA.04 Table de soustraction CA.05 Multiplication des nombres entiers CA.06 Tables de multiplication

Plus en détail

DUREE QUOTIDIENNE DE TRAVAIL, AMPLITUDE DE LA JOURNEE, TEMPS DE PAUSE, INTERRUPTION ET REPOS QUOTIDIEN

DUREE QUOTIDIENNE DE TRAVAIL, AMPLITUDE DE LA JOURNEE, TEMPS DE PAUSE, INTERRUPTION ET REPOS QUOTIDIEN DUREE QUOTIDIENNE DE TRAVAIL, AMPLITUDE DE LA JOURNEE, TEMPS DE PAUSE, INTERRUPTION ET REPOS QUOTIDIEN DUREE QUOTIDIENNE 1. Quelles est la durée quotidienne de travail? 2. Quels sont les dispositions particulières

Plus en détail

COMMISSION FEDERALE DES COMPETITIONS

COMMISSION FEDERALE DES COMPETITIONS Classement Le JA qui s'engage avec le club doit-il obligatoirement être licencié Non, mais dans la ligue. au club? Le JA qui s'engage avec le club pourra t-il être JA du club quand Pas forcément, la CNA

Plus en détail