Conception et réalisation d une sectorisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception et réalisation d une sectorisation"

Transcription

1 Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée à a conception de a sectorisation. La définition des secteurs et e choix des appareis de mesure doivent permettre de quantifier e niveau de perte de chacune des zones.

2 La conception des secteurs Comment déterminer es équations bian des secteurs (en 3 étapes)? Qui conçoit a sectorisation? Le maître d ouvrage, s i a e personne technique requis. Le maître d œuvre, si e maître d ouvrage ne dispose pas de personne technique. L appui de expoitant est indispensabe. La conception de a sectorisation s appuie sur e schéma directeur du système AEP, rendu obigatoire par e SAGE Nappes Profondes de Gironde. Comment définir es secteurs? La déimitation des secteurs se fait en tenant compte des mises en distribution, des étages de pression, de a densité des abonnés Ces propositions sont regroupées dans un avant-projet qui comprend : Un mémoire descriptif et expicatif des travaux proposés Un pan de sectorisation Une carte d identité de chaque secteur détaiant es équipements à mettre en pace et es équations Un descriptif du système de supervision (paramétrage) Pour mémoire Extrait du cadastre Ce schéma se déroue en 3 phases : Phase 1 : audit du patrimoine et du pan de sectorisation Phase 2 : campagne de mesures et construction du modèe hydrauique Phase 3 : Proposition d un programme d actions ÉTAPE 1 Positionnement stratégique des appareis de mesure pour évauation des voumes d eau transitant par secteur Les appareis de mesure équiperont : Les forages Les usines de production (entrée et sortie) Les ouvrages de stockage (aimentation et distribution) Les communications ouvertes avec es autres secteurs Les interconnexions entre coectivités ÉTAPE 2 Synoptique du fonctionnement goba du réseau La construction du synoptique est une représentation graphique des secteurs, des ouvrages et des appareis de mesures. Réservoir R01 Réservoir R02 Forage Sur ces bases e maître d ouvrage ou son maître d œuvre engagera une consutation et choisira un prestataire pour a réaisation de outi de sectorisation (travaux, pose des appareis de comptage et paramétrage de a téégestion). Le principe généra de a sectorisation est cairement défini par e Cahier des Causes Techniques Particuières type, disponibe sur demande auprès des services du Département de a Gironde ou sur e site gironde.fr. Son éaboration reste cependant un exercice qui reève du cas par cas. Un secteur est défini par : Un identifiant, qui doit être cair pour éviter toute confusion avec un autre secteur. Un nombre d abonnés, fourni par expoitant. ATTENTION, i s agit du nombre d abonnés par secteur et non par commune! Un inéaire de conduite (hors branchement). Pour obtenir, i faut avoir un pan du réseau AEP à jour. Une équation bian, qui définit a reation entre es comptages d un secteur. Représenter en partie haute es stockages (voume sortant) Représenter en partie basse es productions (voume entrant dans e réseau) IMPORTANT S1 S2 S3 Production P01 Voume V01 Production P02 Comptage Réseau C01 Comptage Réseau C02 Légende e Débimètre Compteur Vanne fermée Dans e cas d un comptage à doube sens avec un débit «q» qui représente a différence entre es débits entrant q1 et sortant q2, e débit q peut ainsi avoir une vaeur positive ou négative : on figurera aors e sens d écouement par deux fèches de sens opposés. Attribuer à chaque secteur et à chaque comptage ou ouvrage un identifiant court Représenter par une fèche e sens positif de comptage Distinguer es types de comptage (débitmètre, compteur ou mesure de niveau) et es vannes fermées qui isoent des secteurs entre eux q2 C q1 Sens conventionne d écouement

3 ÉTAPE 3 Positionnement stratégique des appareis Rédaction de a matrice qui inventorie e sens de fonctionnement des comptages par secteur En se référant au sens conventionne d écouement défini dans e synoptique, es comptages sont affectés avec a vaeur +1 pour es débits entrants dans e secteur, a vaeur -1 pour es débits sortants du secteur et ± 1 dans e cas d un comptage à doube sens. Dans a coonne TEST, qui est a somme des coonnes des secteurs, es comptages correspondant à des productions doivent avoir a vaeur +1, ceux correspondant à des stockages a vaeur -1, et tous es autres doivent avoir une vaeur nue. COMPTAGES P01 P02 R01 R02 C01 C02 SECTEURS S1 S2 S TEST Un exempe de matrice de cacu des équations de secteur. Source : Schéma et matrice d après étude sur a réduction des pertes dans es réseaux d aimentation en eau potabe du département de a Gironde. E.Renaud - IRSTEA -2009/2012 Contacts CATEP : Département de a Gironde 1 Espanade Chares de Gaue CS BORDEAUX Cedex Juie BLANQUET : Catherine GUAY :

4 Choix et mise en pace des appareis de mesure OBJECTIF : garantir e bon fonctionnement des appareis et a précision de eurs mesures Les appareis mis en pace dans e cadre de a sectorisation doivent permettre a continuité du service. Le choix de chacun d eux sera en cohérence avec a demande en eau des abonnés et permettra d effectuer des mesures précises et justes.

5 Le choix des appareis de mesure et eur dimensionnement Présentation de apparei de mesure et de ses équipements annexes Un apparei de mesure est caractérisé par : Son type : compteur, débitmètre (éectromagnétique ou à utrasons), sonde à insertion Son diamètre Sa marque Le dimensionnement de apparei ne se fait pas en fonction du diamètre de a canaisation mais par rapport à a vitesse du fuide à mesurer. Cea permet de s assurer que apparei est bien adapté aux débits (minimum et maximum) souhaités. De ce fait, e diamètre de apparei de mesure est en généra inférieur au diamètre de a conduite. Les paramètres à prendre en compte L apparei de mesure est constitué : D un capteur de mesure à brides à insérer sur a canaisation : e capteur transmet sa mesure sous forme de signa éectrique. D un convertisseur monté directement sur e boitier du capteur (ou déporté) : I reçoit e signa éectrique envoyé par e capteur et e «convertit» en vaeur numérique qui s affiche sur un écran. Schéma de instaation Pourquoi poser des cônes de réduction? Le diamètre de apparei de mesure étant en généra inférieur aux diamètres des conduites, es cônes servent de pièces adaptatrices ors de a pose de apparei. L ange d incinaison est de 8 maximum afin de imiter es pertes de charges dues aux cônes (cea permet de conserver une grande précision de mesure). 1) Le débit minimum et e débit maximum (débit de pointe) : Ces débits sont fournis soit par : L expoitant Les résutats de a campagne de mesure dans e schéma directeur du système AEP Le modèe hydrauique s i est mis à jour 2) Les incertitudes de comptage : Ees sont fournies par e constructeur. La prise en compte des incertitudes à échee d un secteur La sectorisation ayant pour but de quantifier avec précision e voume d eau transitant dans chaque secteur, i est par conséquent important de prendre en considération ces incertitudes de mesure et de s assurer qu ees ne soient pas trop importantes. Les incertitudes de mesure sont iées aux nombres de comptages pris en compte pour e cacu du secteur. Les incertitudes de chaque apparei s additionnent quand bien même es voumes transitant se soustraient. L incertitude de comptage de chaque débitmètre étant de ±2 %, incertitude totae peut aors atteindre 8%, 10%! I convient donc de imiter es appareis de mesure dans un secteur pour réduire es incertitudes Exempe : L équation bian du secteur du centre-vie est a suivante : VCentre vie = Vréservoir Vpériphérie Vzone industriee = = m 3 Le cacu de incertitude du secteur est e suivant : *±2 % *±2 % *±2 % = (± 500) + (±100) + (±200) = ± 800 m 3 Le voume consommé en centre-vie est aors de m 3 à ± 800m 3 près! L erreur de comptage est donc oin d être négigeabe! Remarque : On voit que a précision pour e centre-vie est de 800/10 000*100 = ± 8 % Attention! Les incertitudes peuvent être pus importantes que e débit minimum à mesurer! I ne faut donc pas es négiger! Réservoir Centre vie Zone Industriuee Zone industriee Périphérie Consommations (en m 3 ) VRéservoir VPériphérie VZone industriee Légende Chausée 1 Apparei de mesure 2 Convertisseur 3 Longueur amont 4 Longueur ava 5-6 Vannes 7 Vidange gravitaire 8 Câbes éectriques et tééphoniques Sens de écouement de eau Paque du regard (tampon) 10 Echee d accès Bouches à cé pour actionner es vannes 13 Branchement à a terre Canaisation Cônes 18 Regard 19 By-pass (option) Les vannes ont pour fonction d isoer e comptage du réseau pour permettre son rempacement ou une intervention en cas de panne. I est prévu égaement des bouches à cé pour pouvoir es actionner. Les équipements annexes Un regard (si apparei n est pas abrité) Des câbes tééphoniques (pour transmettre es mesures) et éectriques (pour assurer aimentation en énergie). Un boitier de protection des câbes Des pièces de raccord à brides ou à cônes (un convergent et un divergent) Des vannes (une à amont et une à ava du débitmètre) 1 système de mise à a terre (protection des équipements éectroniques contre a foudre)

6 RAPPEL : Précautions à prendre ors de a réaisation des travaux Pour un débitmètre : Prévoir une casse protection IP 68 (étanchéité) si nécessaire. Si doube sens d écouement de eau aors : Longueur amont = Longueur ava = 5 x a diamètre de a canaisation. Certains appareis ne préconisent pas de ongueur droite amont ava, si e site e permet i est préférabe de es maintenir. Pour un compteur : Vérifier e sens : à envers i ne comptera pas! Poser un fitre en amont (risque de comatage). Éventueement rajouter en amont un stabiisateur d écouement si a ongueur amont est insuffisante. Poser un capet anti-retour (pour éviter es retours d eau). Dans tous es cas : Lors de a pose de apparei, respecter es prescriptions fournies par e constructeur : a précision des mesures en dépend. Respecter es ongueurs droites amont et ava des conduites. Reier apparei de mesure à a terre. Quand cea est possibe, es raccordements des câbes peuvent être déportés dans une armoire extérieure (pus besoin de boitier de protection). Le regard : pas de norme standard mais 4 points à respecter Avoir une taie suffisante (pour faciiter es interventions d entretien ou de rempacement du comptage ou de a robinetterie). Permettre une accessibiité aisée (mettre une échee). Prévoir un drainage du fond du regard. Avoir une bonne étanchéité de surface (pour éviter infitration des eaux météoriques). Paramétrage Pour es appareis «intersecteur» nommer e sens d écouement des eaux ors de a pose et du paramétrage de apparei par es indications «secteur X vers secteur Y». Pour es appareis de stockage préciser e sens de aimentation du réservoir (sort du secteur X) et ceui de a distribution (vers e secteur X). Vérifier que a donnée du débitmètre est identique à cee affichée par e ogger. Réseau AEP Vérifier e fonctionnement des reprises, es arrêter pendant a période choisie pour e cacu du voume nocturne. Vérifier état de ensembe des vannes qui séparent es secteurs. Vérifier état des vannes des by-pass. Vérifier es compteurs d interconnexion.! Important : Quand et comment sont vaidés es travaux? La vaidation des conditions de pose des appareis de mesure se fait ors de a visite de réception des travaux de sectorisation. (Ee se fait en présence du maître d ouvrage, du maître d œuvre, de entreprise ayant réaisé es travaux et du Département de a Gironde). Contacts CATEP : Département de a Gironde 1 Espanade Chares de Gaue CS BORDEAUX Cedex Juie BLANQUET : Catherine GUAY :

7 Acquisition des données OBJECTIFS : récupérer par secteur et en continu es mesures de tous es appareis et enregistrer es données obtenues L acquisition des données repose sur : 1. La téégestion : transmettre es vaeurs de chaque point de comptage. 2. La supervision : centraiser ces mesures en un point unique. 3. Le paramétrage : paramétrer chaque apparei de mesure et e ogicie de supervision.

8 La supervision Schéma de principe Apparei de mesure Canaisation d eau La téégestion Armoire Transmission RTC GSM Radio Supervision Modem Ee représente ensembe des moyens utiisés pour transmettre es mesures enregistrées depuis es comptages (es équipements de téétransmission étant pacés dans une armoire située à proximité) jusqu au poste centra de supervision. Les données de enregistreur sont transmises ors des appes journaiers vers e poste de superviseur qui es archivera et es traitera. Les 3 modes de transmission représentés en Gironde : Le Réseau Tééphonique Commuté RTC Ligne tééphonique cassique qui nécessite un abonnement. Faire a demande d une igne tééphonique et éectrique s i n y en a pas à proximité du point de comptage. Le réseau GSM Utiisation du réseau de tééphonie mobie (une carte SIM par ogger) Tester émission et a réception en fonction de chacun des opérateurs Prévoir une carte SIM par transmetteur. Les iaisons radio-éectriques (RADIO) Transmission par voie hertzienne (peut nécessiter une autorisation gouvernementae). Ondueur Ordinateur Imprimante Principe du ogger : enregistrement des données Reié à un compteur à tête émettrice ou à un débitmètre, cet apparei permet de mettre en mémoire es impusions émises par instrument de mesure et ainsi d enregistrer e débit circuant à travers ceui-ci. Ee permet de recevoir et d enregistrer ensembe des données fournies par es appareis de mesure et de consuter e fonctionnement des instaations du réseau. En pratique, a supervision c est : Un ordinateur Un ogicie de supervision Un modem Un ondueur De manière générae, a supervision sera dans es ocaux du maître d ouvrage, c est une supervision interne. Des sociétés proposent d héberger es données issues de a sectorisation. La coectivité a dans ce cas accès à ces données via une iaison. C est une supervision externe.! Important : Le système doit être évoutif Dans es 2 cas, e système devra rester évoutif et offrir a possibiité d intégrer d autres données ou fonctions uties pour e maître d ouvrage. Bon à savoir I est possibe de mutuaiser un poste de supervision interne entre pusieurs coectivités. Chacune peut ainsi avoir un accès internet aux données de son réseau par une interface personnaisée. Avantage : Le coût est partagé entre es coectivités. Toute personne habiitée par a coectivité peut consuter de n importe que endroit et à tout moment es données du réseau d eau potabe. Le paramétrage I comprend e paramétrage des appareis de mesure et ceui de a supervision. Le paramétrage des appareis de mesure Les horoges des appareis doivent être synchronisées. Chaque apparei de mesure doit être connecté à a supervision. Les oggers (enregistreurs de données) doivent être compatibes avec e poids d impusion des appareis de mesure. Pour s assurer de pouvoir mesurer es débits nocturnes es pus faibes, e poids d impusion doit être au minimum au centième de itre. Attention! Penser à faire systématiquement une sauvegarde externe (avec un disque dur externe) de toutes es données. En cas de panne du poste centra, cees-ci seraient définitivement perdues! Aarmes I est possibe de pacer des aarmes sur e ogicie de supervision en cas d arrêt de transmission des mesures d un des sites de comptage.

9 Le paramétrage du ogicie de supervision Le paramétrage sert à gérer ensembe des données transmises. I devra intégrer es fonctionnaités suivantes : Le synoptique généra du réseau représentant ensembe des secteurs avec ocaisation des systèmes de comptage, des productions, des stockages et des interconnexions. La description de chaque secteur comprenant : La dénomination du secteur. Le inéaire de réseau. Le nombre d abonnés. La description des gros consommateurs (nombre et voume par consommateur). L équation du secteur (débits entrants + sortants). La présentation des résutats, sous forme de tabeaux et de courbes, obtenus à partir des données brutes des paramètres suivants : Les voumes horaires, journaiers et mensues par apparei et par secteur. Les voumes nocturnes par apparei et par secteur (a tranche horaire sera à définir). Les ILP journaiers et mensues par secteur. Les voumes nocturnes des gros consommateurs. Une synthèse générae sur a coectivité. L accès aux fichiers de suivi des données de a sectorisation proposés par e Département de a Gironde : Renseignement automatique des fichiers Exce communs à ensembe des coectivités de a Gironde. Un fichier des données brutes de chacun des appareis : I contient historique des index (au pas de temps horaire) pour ensembe des appareis de mesure présents sur e réseau. Un temps de formation nécessaire Un temps de formation doit être prévu au marché. Cette formation permet au personne de a coectivité maître d ouvrage de savoir utiiser e poste centra et e ogicie. Ee doit aussi aborder es bases de programmation pour réaiser des mises à jour ou des modifications des données et des paramètres simpes (modification de équation d un secteur, extraction des (données brutes, export vers Exce suppémentaire ). La mise en service pour réaiser es caages et es régages nécessaires doit être réaisée en coaboration avec expoitant du réseau Suite à instaation de tous es sites de mesures et équipement de ensembe des ouvrages, a mise en service consiste à paramétrer et configurer e système de transmission, d acquisition et de stockage de a donnée. Sont vaidés : Les téémesures : interrogation de chacun des sites raccordés et visuaisation de a mesure en cours. Les téétransferts : récupération des données enregistrées depuis a réception des sites et visuaisation des résutats. Le contrôe de a synchronisation des horoges des différents comptages. Cette étape primordiae pour a pérennité du fonctionnement des équipements doit être effectuée avant a réception définitive des travaux. Contacts CATEP : Département de a Gironde 1 Espanade Chares de Gaue CS BORDEAUX Cedex Juie BLANQUET : Catherine GUAY :

10 Vaidation des données OBJECTIF : s assurer de a quaité des mesures fournies par es appareis et de a continuité de eurs transmissions Les points à vérifier pour cette étape : Vérifier e paramétrage. S assurer de a transmission de a donnée > continuité des données. Identifier et anayser es anomaies rencontrées. Constater a cohérence des données obtenues.

11 L anayse des données brutes issues des comptages L identification des anomaies rencontrées Le rapatriement des index de tous es appareis de comptage doit avoir une fréquence réguière. Sans assurance de cette continuité, i n est pas possibe d expoiter a sectorisation. L historique des index permet de vérifier que es mesures ont bien été enregistrées (au pas de temps défini ors du paramétrage) et transférées au poste centra. L anayse des données brutes issues des comptages permet de détecter es anomaies évidentes : Absence de donnée Vaeur aberrante Inversion de sens Changement d échee Débit constant Débitmètres L expérience montre que parfois, es informations débitmétriques mesurées, ou cacuées sur es secteurs, présentent des incohérences. I convient d en rechercher es causes. L anayse des chroniques des débits des appareis de mesure permet souvent de dresser un premier diagnostic. Les anomaies es pus fréquemment rencontrées Débit de nuit > débit moyen journaier (sauf exceptions) Débit tota d un secteur < 0 (signifie qu i n y a pus d eau dans e secteur!) ou nu ou de vaeur aberrante (un débit constant par exempe). Voume horaire cumué constant pour un réservoir (i doit être cycique et oscier entre 0 et son voume de stockage). Utiisation du débit instantané dans a formue de cacu (i faut utiiser e voume horodaté). Absence de synchronisation des horoges des différents comptages. La vérification de a formue de comptage L anayse des données par secteur La formue de comptage prend en compte e sens d écouement dans chaque équation. Cee-ci est fréquemment erronée. Une source cassique d erreur est inversion du sens d écouement (qui change e signe du comptage au sein de a formue). Pour prendre en compte e sens d écouement des voumes d eau mesurés, cette donnée doit être mentionnée de manière «caire» ors du paramétrage du ogicie. Important Si un des appareis de mesure rentrant en jeu dans équation du secteur ne fournit pas de données, e cacu du voume mis en distribution sur ce secteur ne doit pas être exécuté et sera signaé par un message d erreur. Pour apprécier a vaidité des mesures de voumes transités, i est utie de vérifier que es ordres de grandeur obtenus sont cohérents avec es caractéristiques du secteur. Pour cea, une estimation du voume moyen journaier et du débit moyen nocturne du secteur peut être réaisée à partir des données annuees (au prorata du nombre d abonnés sur e secteur), des ratios nationaux* ou des vaeurs mesurées ors de a campagne de mesure du schéma directeur du système AEP, si e pan de sectorisation est e même. *Les ratios nationaux Consommation : 120m 3 par an et par abonné (voume de référence du RPQS). Pertes en eau : 0.15m 3 par jour et par abonné (cf. Référentie SAGE NP Gironde). Par exempe : Pour un compteur «intersecteur» : «secteur A vers secteur B» pour un sens d écouement et «secteur B vers secteur A» pour autre. Pour un compteur de réservoir : «sort du secteur A» ors de aimentation du réservoir et «vers e secteur A» pour a distribution. Estimation à partir des ratios nationaux* : 1. Cacu du voume journaier et du voume nocturne attendus pour chaque secteur en fonction du nombre d abonnés. 2. Cacu du débit de fuite horaire = voume nocturne mesuré - voume nocturne estimé. 3. Cacu du voume de fuite journaier = débit de fuite x Cacu du voume journaier consommé sur e secteur = voume journaier mesuré - voume de fuite. 5. Cacu du ratio estimé/consommé. Les résutats obtenus permettent de vaider es mesures et e cacu des différents voumes obtenus par secteur.

12 Ques sont es enseignements apportés par es anomaies? Les vaeurs non vaidées peuvent permettre de mettre en évidence des dysfonctionnements ou erreurs ors de a mise en pace de a sectorisation. Cea peut impiquer : Des vannes ma fermées qui n isoent pus un secteur ou un by-pass de débitmètre de sectorisation resté ouvert. Une interconnexion effective avec une coectivité voisine non décarée. Un sens de comptage différent de ceui indiqué dans e paramétrage. Des erreurs dans es formues de comptage des secteurs (équations bian). Un inéaire ou un nombre d abonnés sur ou sous-estimé. Une assistance pendant année de parfait achèvement des travaux Une mission d assistance et de maintenance ors de a première année de fonctionnement de a sectorisation est à prévoir dans e marché. Ee garantit a bonne transmission et a cohérence des données dans e temps. Le prestataire devra s engager sur a bonne transmission des données, quitte à procéder à des modifications de paramétrage ou de matérie si nécessaire. Contacts CATEP : Département de a Gironde 1 Espanade Chares de Gaue CS BORDEAUX Cedex Juie BLANQUET : Catherine GUAY :

13 Suivi et interprétation des résutats OBJECTIFS : fiabiiser es données, pérenniser e fonctionnement de a sectorisation et mettre en évidence es fuites sur e réseau d eau potabe C est à a coectivité maître d ouvrage d assurer e suivi de a sectorisation. La sectorisation des réseaux génère un fux important de données dont e traitement et anayse peuvent sember compexes. La CATEP accompagne es coectivités dans ce suivi pour es aider à : Maintenir a fiabiité et a continuité des données issues de a sectorisation. Vaoriser au mieux es résutats obtenus par a sectorisation pour utter efficacement contre es fuites.

14 Quees données pour e suivi? Les données utiisées pour e suivi de a sectorisation sont : Le débit moyen journaier, hebdomadaire, mensue ou annue des secteurs. Les débits de nuit qui correspondent au minimum mis en distribution (qui se compose de a consommation nocturne et des pertes en eau). Si on excut a consommation nocturne connue, essentie du débit nocturne restant peut aors être assimié au voume des fuites. L Indice Linéaire de Perte (ILP) : i définit e niveau des pertes en eau du réseau d aimentation en eau potabe. Le débit de nuit minimum du secteur atteint au cours de année : son évoution puriannuee donne une indication de «état» du réseau. Présentation de indice inéaire de perte (ILP) ILP=Vnuit x 24/L (avec D = Nombre d abonnés/km de réseau) - Vnuit = voume nocturne horaire (assimié au voume des pertes en eau) - L = ongueur du réseau de distribution hors branchements - Unité de ILP : m 3 /km/jour Un référentie associant indice inéaire de perte (ILP) à un niveau de pertes a été vaidé par a Commission Locae de Eau pour es secteurs ayant une densité d abonnés inférieure à 60. Cacu des niveaux de pertes en eau : Niveau de pertes faibe ILP 0.08xD Niveau de pertes modéré 0.08xD < ILP 0.15xD Niveau de pertes éevé 0.15xD < ILP 0.29xD Niveau de pertes très éevé 0.29xD < ILP Bon à savoir A quee fréquence doit-on anayser es données issues de a sectorisation? Un bian quotidien des chroniques Si a densité d abonnés est supérieure à 60, a cassification suivante est utiisée : Niveau de pertes Bon ILP 7 Niveau de pertes Acceptabe 7 < ILP 10 Niveau de pertes Médiocre 10 < ILP 15 Niveau de pertes Mauvais 15 < ILP Pour es coectivités n ayant pas de technicien chargé du suivi de a sectorisation, i est possibe : D obtenir un financement à a création du poste par e Département de a Gironde. De mutuaiser e poste de technicien entre pusieurs coectivités. L observation quotidienne des courbes de débit horaire des secteurs par comparaison des jours précédents permet de déceer a présence de fuites importantes dont certaines ne sont pas apparentes ou n ont pas été signaées. Ce type de suivi permet un premier niveau de pré-ocaisation des fuites, une anticipation du signaement des fuites visibes et e décenchement «urgent» d opérations de recherche pour es fuites non visibes mais importantes. I permet aussi de contrôer efficacité des réparations effectuées. En revanche, ce type d utiisation ne permet pas : La mise en évidence d une dérive progressive du secteur. L identification de fuite de débit modéré (que on peut interpréter comme des variations de consommation). Le suivi quotidien des données est effectué par expoitant du réseau AEP. Un bian hebdomadaire et mensue Ce suivi compète e suivi quotidien et permet d interpréter certaines évoutions des débits. I permet une anayse pus fine et notamment de faire apparaître des fuites moyennement ou peu importantes et non visibes intervenues sur e réseau. La définition d un débit «cibe» par secteur est utie pour a programmation de campagnes de recherche de fuites sur e secteur. Une première approche consiste à utiiser e débit de référence du secteur qui est e seui hebdomadaire minimum déjà atteint par e secteur : c est un objectif réaiste, mais i faut disposer de historique des débits sur pusieurs années. L autre méthode utiise e référentie des niveaux de pertes reatif à ILP, qui permet de déterminer e voume nocturne seui à ne pas dépasser pour garantir un niveau de pertes faibe du secteur. Le bian mensue permet égaement de contrôer impact des réparations et prévoir es investissements et es actions à mener sur e réseau.

15 Un bian annue L anayse annuee et puriannuee de a sectorisation est riche en informations uties pour dresser un bian des pertes et construire une poitique de utte contre es pertes. Pour aer pus oin, es données issues de a sectorisation sont à compéter par : Les évènements survenus sur e réseau d eau potabe (travaux, renouveement de canaisations, essais des poteaux incendie...). Les voumes d eau facturés si possibe avec répartition des factures d eau par secteur. Les résutats de a tééreève des compteurs des abonnés domestiques orsqu ee existe. Les voumes mensues des «gros consommateurs» (industries, étabissements pubics ). Important! Penser à noter, enregistrer et conserver tous ces événements. Ce sont des données capitaes pour interprétation. Comment maintenir opérationnaité de a sectorisation dans e temps? S assurer de disposer de données fiabes (mise à jour en début d année des caractéristiques des secteurs, des modifications survenues sur e réseau, des pans du réseau, du modèe informatique). Identifier es gros consommateurs et connaître eur activité nocturne. Disposer de historique des données brutes (au pas de temps horaire) de tous es appareis de mesures. Incrémenter (via e ogicie de téégestion) es fichiers Exce fournis par e Département. Utiiser des débits hebdomadaires putôt que journaiers (pour éviter es pics de consommation non représentatifs). Disposer d aarmes pour prévenir de tout dysfonctionnement d un apparei de mesure. Assurer un entretien réguier des comptages : avec e temps, a précision des mesures se dégrade. Les caractéristiques d un secteur Le nombre d abonnés (pour sa mise à jour, on peut utiiser e RPQS en veiant à répartir es abonnés par secteur et non par commune), e inéaire des conduites, ILP de référence, équation bian. À prévoir Lors de a renégociation du contrat de déégation ou par avenant, prévoir intégration des appareis de mesure de a sectorisation au patrimoine pris en charge par expoitant. A ce titre, i convient de définir des pénaités de retard si es déais d intervention en cas de panne dépassent un déai défini dans e contrat de avenant. Prévoir une aide pour e «suivi et a mise à jour du paramétrage de a supervision» afin d assurer e maintien du bon fonctionnement de a sectorisation dans e temps > Prestation possibe avec entreprise ayant réaisé es travaux ou expoitant du réseau. Contacts CATEP : Département de a Gironde 1 Espanade Chares de Gaue CS BORDEAUX Cedex Juie BLANQUET : Catherine GUAY :

16 Coût moyen des travaux OBJECTIF : donner une estimation du prix moyen des travaux de sectorisation Avertissement > Les sectorisations des réseaux AEP sont très différentes d une coectivité à une autre. Leur conception et eur réaisation étant un exercice reevant du cas par cas, i est difficie de donner un coût «universe» pour ces travaux. 80 % des travaux peuvent être financés par des aides pubiques Pour aider es coectivités à mettre en pace a sectorisation, e Département de a Gironde et Agence de Eau Adour-Garonne attribuent chacun une subvention. Le cumu de ces subventions permet de financer jusqu à 80% des travaux. Pour être éigibe à un financement de a part de Agence de Eau Adour-Garonne, a mise en pace de a sectorisation doit se faire dans un déai de 2 ans à compter de a fin de a réaisation du schéma directeur du système d AEP. Les coûts peuvent varier en fonction de nombreux facteurs : a ocaisation du débitmètre à impanter, son diamètre, a possibiité de raccordement aux réseaux, e choix du ogicie de supervision, e nombre de sites à équiper

17 Présentation des prix moyens * PRESTATION PRIX UNITAIRE* TRAVAUX PREPARATOIRES Préparation et instaation des divers chantiers Piquetage, impantation Signaisation du chantier Etudes d exécution e EQUIPEMENT > Fourniture et pose d un débitmètre sur coonne (raccordement énergétique et téégestion sur instaations existantes au sein d un ouvrage) e > Coecte de données sur un apparei de comptage existant et téégéré Fourniture et pose d un équipement de téétransmission : Équipement de téétransmission des données mesurées Convertisseur de fréquence Câbe gainé entre e débitmètre existant et e convertisseur de fréquence Paramétrage et essais de fonctionnement des équipements e > Fourniture et pose d un débitmètre dans regard de visite Exécution des travaux de terrassement : sondages, ouverture de a tranchée, apport de matériau rembai, évacuation des débais, réfection de a voirie, raccordements sur conduites existantes Fourniture et pose d un regard étanche préfabriqué ou coué en pace abritant es équipements de mesure, y compris réservation, dae béton et dispositif de fermeture. Le regard sera dimensionné en ongueur et en hauteur de manière à permettre toute intervention humaine Fourniture et pose d un ouvrage de sectorisation : - Débitmètre éectromagnétique IP 68 avec convergents et divergents d adaptation au diamètre de a canaisation - Conduite de vidange du regard - Vannes de sectionnement amont et ava sous bouches à cés - Système de mise à a terre de apparei de mesure - Coffret poyester casse IP 66, avec serrure, monté sur soce, pour abriter es équipements de téégestion et eurs équipements de protection - Équipement de téétransmission des données mesurées - Convertisseur de fréquence - Câbe gainé entre e débitmètre et e convertisseur de fréquence Raccordement, paramétrage et essais de fonctionnement des équipements e > Fourniture et pose d un débitmètre dans regard de visite (raccordement énergétique et téégestion sur instaations existantes au sein d un ouvrage existant) e > Vanne à poser et à fermer (exempe : canaisation de diamètre 100) e > Fourniture et pose de a supervision Instaation au siège de a coectivité d un poste centra de supervision comprenant : - Un PC + imprimante - Un équipement de réception des données téétransmises par es sites - Un disque dur externe pour a sauvegarde des données - Un ogicie post-traitement des données de mesures Paramétrage et a programmation de chaque équipement de téétransmission et du poste centra e DIVERS, RÉCOLEMENT & FORMATION > Essais et dossier de récoement Réaisation des tests de fonctionnement des équipements mis en pace sur ensembe des sites Pans de récoement, fiches techniques e > Mise en service Visite initiae de ensembe des sites avec expoitant, e maître d ouvrage, e maître d œuvre et e Département Vérification gobae du système (poste centra et sites), y compris vérification des modes de communication à mettre en œuvre sur chaque site Paramétrage et configuration des centraes d acquisition et des moyens de communication avec e poste centra Ensembe des régages nécessaires au bon fonctionnement e > Formation Formation à utiisation du poste centra et du ogicie Formation aux bases de programmation pour a réaisation de mises à jour et/ou de modifications des données et des paramètres Fourniture d un support écrit e > Assistance Assistance et maintenance du système d autosurveiance durant année de parfait achèvement (pour vaider a cohérence des données, vérifier a transmission des données) - A raison de 1/2 journée par mois e * Estimés en Contacts CATEP : Département de a Gironde 1 Espanade Chares de Gaue CS BORDEAUX Cedex Juie BLANQUET : Catherine GUAY :

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

Conduction électrique

Conduction électrique Conduction éectrique. Courant éectrique.1. Intensité Dans a première partie de ce cours nous nous sommes intéressés aux charges éectriques immobies (éectrostatique). Or i existe des miieux avec des charges

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

pompes doseuses électromagnétiques MICROLUBE sarl 29 Avenue de TUNIS 94100 Saint Maur Tél: 01 55 97 14 12 innovation > technology > future

pompes doseuses électromagnétiques MICROLUBE sarl 29 Avenue de TUNIS 94100 Saint Maur Tél: 01 55 97 14 12 innovation > technology > future teknaevo pompes doseuses éectromagnétiques MICROLUBE sar 90 Saint Maur Té: 01 97 1 1 innovation > technoogy > future MICROLUBE sar 90 Saint Maur Té: 01 97 1 1 L évoution de a pompe doseuse éectromagnétique

Plus en détail

Partie 1 Techniques de bases de données simples

Partie 1 Techniques de bases de données simples Partie 1 Techniques de bases de données simpes 1 Exporer une base de données Access 2010...3 2 Créer des bases de données et des tabes simpes... 45 3 Créer des formuaires simpes... 77 4 Afficher des données...101

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

13 1 3cas cas de de GRH

13 1 3cas cas de de GRH 13 cas de GRH management sup management - ressources humaines 13 cas de GRH Études de cas d entreprises avec corrigés détaiés Eine Nicoas Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058736-0 Sommaire Tabeau synoptique

Plus en détail

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 1. Les conventions de services bancaires au Royaume-Uni

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Modélisation pour la localisation de plateformes logistiques pour le transport de marchandises en ville

Modélisation pour la localisation de plateformes logistiques pour le transport de marchandises en ville Modéisation pour a ocaisation de pateformes ogistiques pour e transport de marchandises en vie Oivier Guyon, Nabi Absi, Dominique Feiet, Thierry Garaix To cite this version: Oivier Guyon, Nabi Absi, Dominique

Plus en détail

U1281/U1289 U1381/U1387/U1389 Compteur électronique d'énergie active

U1281/U1289 U1381/U1387/U1389 Compteur électronique d'énergie active 3-349-274-04 12/3.10 Enregistrement de 'énergie active (réception) avec dispositif antidétournement éectronique Pour réseaux à deux, trois ou quatre fis de charge Téétransmission des impusions pour a réception

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S by S.p.A. Ipura 240/N Ipura 440/N Améiorez vos résutats avec IPURA, a nouvee technoogie du nettoyage à sec, qui utiise un sovant à hydrocarbure aiphatique à impact réduit sur 'environnement. Le processus

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

dépourvues d énergie EXTRÈMES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques

dépourvues d énergie EXTRÈMES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques COMMUNIQUEZ AVEC VOS INSTALLATIONS DANS DES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques Unité centrale Circuit multicouche et CMS µprocesseur ATMEL Ultra faible consommation < 120µA Données sauvegardées

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs!

VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs! VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs! 16 Le véo est une douche d air pur pour e corps et esprit! Augmentez votre bien-être par une séance d entraînement quotidienne. Soicitez

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

FWPC/FWPS/FWS/FWP FWP. Eau chaude sanitaire instantanée À raccorder sur une chaudière de puissance échangée de 50 à 750 kw

FWPC/FWPS/FWS/FWP FWP. Eau chaude sanitaire instantanée À raccorder sur une chaudière de puissance échangée de 50 à 750 kw FWPC/FWPS/FWS/FWP PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE INSTANTANÉE POUR COLLECTIVITÉS FWPC : préparateurs d ecs instantané, avec un retour primaire basse température pour chaudières à condensation jusqu à kw FWPS

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

Protection incendie OxyReduct - naturellement!

Protection incendie OxyReduct - naturellement! Protection incendie OxyReduct - natureement! Prévention des incendies OxyReduct L innovation en matière de protection incendie Une protection maximae Une sécurité maximae L incendie : un risque pour entreprise

Plus en détail

Les marchés des sociétés d Hlm

Les marchés des sociétés d Hlm Les marchés s des sociétés s d Hmd LES MARCHES DES SOCIETES D HLM LES PRINCIPES GENERAUX LES EVOLUTIONS LE CHAMP D APPLICATION Les organismes d Hm sont des pouvoirs adjudicateurs - soit soumis au code

Plus en détail

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693 Informations techniques Transmetteurs et communication VEGAMET 8 VEGAMET 9 VEGAMET 64 VEGAMET 65 VEGASCAN 69 Sommaire Sommaire Description du produit.....................................................................................

Plus en détail

SAGEM F@st TM 2404/2444 Guide d Instaation Rapide Sommaire Présentation... 1 Pack... 2 Raccordements... 3 Instaation à partir du CD-ROM... 4 Instaation Wi-Fi... 5 Instaation Ethernet... 8 Instaation suppémentaire...

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox Outook Microsoft 2010 Maîtrisez rapidement Outook 2010 avec e ivre officie de Microsoft Press Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Tééchargez es exercices Joan Lambert

Plus en détail

Data loggers SOFREL LS Solutions réseaux d eau potable

Data loggers SOFREL LS Solutions réseaux d eau potable Data loggers SOFREL LS Solutions réseaux d eau potable Les data loggers SOFREL LS sont dédiés au suivi des réseaux d eau (regards de comptage, chambres de vannes, ). Robustes, totalement étanches (IP 68),

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

Programmer une expérience en statistiques

Programmer une expérience en statistiques Programmer une expérience en statistiques En casse de seconde, simuation d une expérience aéatoire. On peut utiiser a cacuatrice pour simuer e ancer simutané de deux dés. Puis faire un programme pour que

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Mesures pour utter contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Introduction L intimidation est un probème compexe et dououreux, pour eque i n existe pas de soution facie.

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

INTERACTION HOMME-MACHINE 3. Madalina Croitoru IUT Montpellier 2 France croitoru@lirmm.fr

INTERACTION HOMME-MACHINE 3. Madalina Croitoru IUT Montpellier 2 France croitoru@lirmm.fr INTERACTION HOMME-MACHINE 3 Madaina Croitoru IUT Montpeier 2 France croitoru@irmm.fr Design d'information Pendant a phase de design d'information, es objets et actions possibes d'un système sont représentés

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur 2011-2012 L ÉDITO DU PRÉSIDENT Doctorants, vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein de une des six écoes doctoraes du Pôe

Plus en détail

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email Siemens IVM : Voice to emai IVM : Voice to emai 1 HiPath Xpressions Compact : Voice to emai............................. 3 1.1 Introduction.......................................................... 3 1.2

Plus en détail

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTA Débit 65 à 950 /min Pression 10 bar Pourquoi des compresseurs dentaires KAESER? Ce qui importe e pus aux utiisateurs de compresseurs dentaires, c'est

Plus en détail

Market Data Feed. Des données constamment actualisées

Market Data Feed. Des données constamment actualisées Market Data Feed Des données constamment actuaisées Market Data Feed (MDF) de SIX Teekurs est un fux en temps rée standardisé qui fournit des données consoidées dans un format uniformisé, quee que soit

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBER 2014 OCTOBRE 2014 TOUS À L ÉCOLE

Plus en détail

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M DOSSIER BASES DE DONNEES PAR VIRGINIE GOASDOU~ (EDF R&D), SYLVAINE NUGIER (EDF R&D), BRIGITTE LABOISSE (AID) ET DOMINIQUE DUQUENNOY (AID) Une grie pour évauer a quaité de vos données et choisir votre outi

Plus en détail

Pro-Watch 4.0. Suite logicielle de gestion de la sécurité

Pro-Watch 4.0. Suite logicielle de gestion de la sécurité Conçue pour répondre aux défis des environnements exigeants d aujourd hui, a suite ogiciee de gestion de a sécurité Pro-Watch d Honeywe apporte a fexibiité, évoutivité et e contrôe nécessaires à une gestion

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf

Plus en détail

Compresseurs à vis SK Série SK

Compresseurs à vis SK Série SK Compresseurs à vis SK Série SK Avec e PROFIL SIGMA réputation mondiae 0,5 à,70 Pression 5,5 à Série SK SK s économies durabes Aujourd hui, es utiisateurs mannt x petits compresseurs une disponibiité et

Plus en détail

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires.

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires. Venir nous voir De près Notre gae de chaudières pour fiou et gaz De oin Technoogie à condensation Technoogie basse température Boiers Accessoires Interca Wärmetechnik GmbH A Seeenkamp 0 2791 Lage Aemagne

Plus en détail

Physique générale I Examen Janvier 2014 Prof. J-Ph. Ansermet. A. L anneau et le ressort (4/10 points) 20 janvier 2014-12h15-15h15

Physique générale I Examen Janvier 2014 Prof. J-Ph. Ansermet. A. L anneau et le ressort (4/10 points) 20 janvier 2014-12h15-15h15 Physique générae I Examen Janvier 014 Prof. J-Ph. Ansermet 0 janvier 014-1h15-15h15 Nom : Prénom : N Sciper : A. L anneau et e ressort (4/10 points) Un objet de masse m, considéré comme un point matérie

Plus en détail

CONDITIONS & TARIFS DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES AUX PARTICULIERS. AU 1 er juillet 2012

CONDITIONS & TARIFS DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES AUX PARTICULIERS. AU 1 er juillet 2012 CONDITIONS & TARIFS DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES AUX PARTICULIERS AU 1 er juiet 2012 Réf. 360421 - Novembre 2012 Ce document vous indique es conditions et tarifs des opérations et services bancaires

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

Les enjeux environnementaux des options de passage

Les enjeux environnementaux des options de passage Les enjeux environnementaux des options de passage Pour connaître es caractéristiques physiques, naturees, humaines et patrimoniaes des territoires aquitains, RFF a fait inventaire, pour chaque option

Plus en détail

Les trophées de l international

Les trophées de l international Les trophées de internationa 2012 La CCI Essonne organise e 22 novembre 2012 Les trophées de internationa qui seront remis au moment du 11e forum de internationa avec, comme pays invité d honneur, a Chine.

Plus en détail

Smart Matrix Professional Machine de nettoyage pour Disques vinyles

Smart Matrix Professional Machine de nettoyage pour Disques vinyles Machine de nettoyage pour Disques vinyes Manue d Utiisation Fabriqué en Aemagne Hi-Fi Components cearaudio eectronic GmbH Spardorfer Str. 150 D-91054 Erangen Te. +49 9131/40300100 FAX +49 9131/40300119

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

Vers un épuisement du cuivre

Vers un épuisement du cuivre Des métaux rares sources de confits Pastiques 50% Cuivre 14 % Vers un épuisement du cuivre Un tééphone mobie pèse à peine 60 grammes, mais contient entre 500 et 1000 composants parfois rares, provenant

Plus en détail

LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE

LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE Le chariot éévateur industrie e pus poyvaent au monde Prenez un chariot éévateur industrie compact. Ajoutez une fèche téescopique et une transmission hydrostatique.

Plus en détail

citadis dualis concilier le meilleur du train et du tramway accessibilité modularité fiabilité confort personnalisation www.alstom.

citadis dualis concilier le meilleur du train et du tramway accessibilité modularité fiabilité confort personnalisation www.alstom. citadis duais TRaNs/PJTs/CORaPOY/fre/transv/6./FR - astom - astom, e ogo astom et eurs cadres sont des marques déposées et des marques de service d astom. Les autres marques mentionnées, déposées ou non,

Plus en détail

E.4.15.1.2 Création de délaissés agricoles. E.4.15.1.3 Prélèvement de terres agricoles et droit à paiement unique

E.4.15.1.2 Création de délaissés agricoles. E.4.15.1.3 Prélèvement de terres agricoles et droit à paiement unique E.4.15 AGICULTUE L'activité agricoe sera concernée à différents niveaux par e projet d'aéroport et sa desserte routière. Occupation des sos dans e périmètre DUP s principaux impacts concernent : a consommation

Plus en détail

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais AE 08.0 Accessoires Contacts éectriques Conformité Contact éectrique sec à aimant Type 8 ) Seui d'aarme inductif Type 8 Reais ampificateur Boc reais Utiisation Les contacts éectriques permettent d'ouvrir

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

GAMME SOFREL LS/LT. Data loggers GSM/GPRS

GAMME SOFREL LS/LT. Data loggers GSM/GPRS GAMME SOFREL LS/LT Data loggers GSM/GPRS Les data loggers SOFREL LS et LT communiquent par liaison GSM ou GPRS. Ils ont été spécialement conçus pour le suivi à distance des petites installations des réseaux

Plus en détail

Un rendement couleur robuste pour votre groupe de travail. Série d IMF couleur Lexmark X950. Série Lexmark X950

Un rendement couleur robuste pour votre groupe de travail. Série d IMF couleur Lexmark X950. Série Lexmark X950 Série d IMF coueur Lexmark X950 Un rendement coueur robuste pour votre groupe de travai. Série Lexmark X950 Propusez votre productivité grâce à a série Lexmark X950, avec des fonctionnaités coueur A3 robustes,

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds Chine pus Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne Internet : Création de pages Web et contenus en igne «Internet : Création de pages Web et contenus en igne» Objectifs : Créer un site Internet simpe sans avoir à connaître e angage informatique. Découvrir

Plus en détail

Matériaux de construction

Matériaux de construction Soutions et systèmes de marquage et de codage Matériaux de construction 2 Avec des temps de fonctionnement quasi constants, des environnements poussiéreux et des températures extrêmes, vous avez besoin

Plus en détail

Modélisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase

Modélisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase Modéisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase Moussa AADMI *1, Mustapha KARKRI 2, Abedewaheb TRIGUI 2, Mimoun ELHAMMOUTI 1, Magai FOI 2

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

C 230-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SOL À CONDENSATION

C 230-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SOL À CONDENSATION C 2-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SO À CODESATIO C 2-85 à 21 Eco : de 18 à 2 kw pour chauffage centra à eau chaude et production d ecs par préparateur indépendant Chauffage seu, eau chaude sanitaire par préparateur

Plus en détail

CHAPITRE 4. LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr

CHAPITRE 4. LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr CHAPITRE 4 Education et TIC LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr a Des résutats contrastés du système éducatif du pays a Les principaux défis pour améioration du système éducatif LES TIC ET L EDUCATION

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT 2010-2011

UIDE DU DOCTORANT 2010-2011 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur Cité Descartes Champs-sur-Marne 77454 Marne-a-Vaée, Cedex 2 Tééphone : 01 60 95 79 00 Téécopie : 01 64 15 32 87 www.univ-paris-est.fr 2010-2011

Plus en détail

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV Edmond de Rothschid Rea Estate SICAV Assembée Générae Extraordinaire 27 février 2014 www.edr-reaestatesicav.ch Ordre du jour de Assembée générae extraordinaire 1. Approbation du regroupement des compartiments

Plus en détail

GUIDE DES PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES DE COLLECTE ET D ÉCHANGE DE DONNÉES OCÉANOGRAPHIQUES ade LA JCOMM

GUIDE DES PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES DE COLLECTE ET D ÉCHANGE DE DONNÉES OCÉANOGRAPHIQUES ade LA JCOMM Commission océanographique Organisation météoroogique intergouvernementae mondiae Manues et guides 3 GUIDE DES PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES DE COLLECTE ET D ÉCHANGE DE DONNÉES OCÉANOGRAPHIQUES ade LA JCOMM

Plus en détail

UNICEF/99-0294/Pirozzi

UNICEF/99-0294/Pirozzi UNICEF/99-0294/Pirozzi Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur La diarrhée La diarrhée, qui provoque déshydratation et manutrition, tue pus d un miion d enfants chaque

Plus en détail

Conditions et tarifs. des opérations et services bancaires aux particuliers. Au 1 er Janvier

Conditions et tarifs. des opérations et services bancaires aux particuliers. Au 1 er Janvier Conditions et tarifs des opérations et services bancaires aux particuiers Au 1 er Janvier 2011 Ce document vous indique es conditions et tarifs des opérations et services bancaires appiqués à a cientèe

Plus en détail

catalogue capsuleo - mbb - 0612

catalogue capsuleo - mbb - 0612 cataogue capsueo - mbb - 062 Citerne soupe pour a récupération et e stockage de 'eau non potabe. Nombreuses utiisations Stockage de 'eau non potabe (particuiers, professionnes, coectivités), défense incendie,

Plus en détail

Informations techniques. Ultrason Mesure du niveau dans des liquides et des solides en vrac/pulvérulents VEGASON 61, 62, 63

Informations techniques. Ultrason Mesure du niveau dans des liquides et des solides en vrac/pulvérulents VEGASON 61, 62, 63 Informations techniques Utrason Mesure du niveau dans des iquides et des soides en vrac/puvéruents VEGASON 6, 6, 6 Tabe des matières Tabe des matières Principe de mesure.......................................................................................

Plus en détail

Aide au logement et emploi

Aide au logement et emploi REVENUS Aide au ogement et empoi Cédric Afsa Parmi es aocataires du RMI sans conjoint ni enfant, ceux qui bénéficient d une aide au ogement reprennent pus souvent que es autres une activité. Ce résutat

Plus en détail

Une impression intelligente. Des couleurs éclatantes. Imprimante couleur Lexmark C950de

Une impression intelligente. Des couleurs éclatantes. Imprimante couleur Lexmark C950de Imprimante coueur Lexmark C950de Une impression inteigente. Des coueurs écatantes. Imprimante coueur Lexmark C950de Parfaitement adaptée aux groupes de travai dynamiques, imprimante Lexmark C950de se caractérise

Plus en détail

Renouvellement de l exploitation d une carrière de sables et graviers, d une station de transit et d une installation mobile de criblage-concassage

Renouvellement de l exploitation d une carrière de sables et graviers, d une station de transit et d une installation mobile de criblage-concassage «Au Pont» 47390 LAYRAC Renouveement de expoitation d une carrière de sabes et graviers, d une station de transit et d une instaation mobie de cribage-concassage Commune de Layrac (47) Lieux-dits «Aux Ajoncs»,

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées

Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées Les data loggers SOFREL LT et LT-US ont été conçus pour la surveillance des réseaux d eaux usées et pluviales (collecteurs, déversoirs d orage,

Plus en détail

L'Atelier BNP Paribas. les. [ au Patriot Act américain ],

L'Atelier BNP Paribas. les. [ au Patriot Act américain ], Vote es Sans open Comment Conscients égyptiens es Diffusion : 30000 Page : 26 Périodicité : Mensue Taie : 8122 % LEJOURNALDES3_235_26_22pdf 3027 cm2 HERVE REYNAUD 11??! 1 111111111"M Les nouvees technoogies

Plus en détail

Téléphones DECT Avaya 3740 et 3749 connecté à Avaya Aura Communication Manager et IP Office

Téléphones DECT Avaya 3740 et 3749 connecté à Avaya Aura Communication Manager et IP Office Tééphones DECT Avaya 3740 et 3749 connecté à Avaya Aura Communication Manager et IP Office Guide de 'utiisateur 21-603690 2/2013 Version 4.0 2013 Avaya Inc. Tous droits réservés. Notice Toutes es mesures

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Structures dynamiques Listes chaînées

Structures dynamiques Listes chaînées TC Informatique Structures de données abstraites PC N 4 30 Novembre 2000 François Siion Structures dynamiques Listes chaînées http://w3.edu.poytechnique.fr/informatique Représenter un ensembe d'ééments

Plus en détail

Traitement et Analyse Morphologique de la Structure Interne des Matériaux par la Théorie de la Morphologie Mathématique.

Traitement et Analyse Morphologique de la Structure Interne des Matériaux par la Théorie de la Morphologie Mathématique. SETIT 25 3 rd Internationa Conference: Sciences of Eectronic, Technoogies of Information and Teecommunications March 27-31, 25 TUNISI Traitement et nayse Morphoogique de a Structure Interne des Matériaux

Plus en détail

LA télégestion L o u t i l p o u r l e con t rô l e et l a g e s t i on à d i s ta n ce de v o s i n s ta l l at i on s

LA télégestion L o u t i l p o u r l e con t rô l e et l a g e s t i on à d i s ta n ce de v o s i n s ta l l at i on s LA TÉLÉGESTION L o u t i l p o u r l e c o n t r ô l e e t l a g e s t i o n à d i s t a n c e de vos installations La télégestion : VOS BESOINS Sécurité des installations Etre alerté à tout moment d un

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

Dossier-guide sur la redevabilité des programmes. Une ressource de Save the Children

Dossier-guide sur la redevabilité des programmes. Une ressource de Save the Children Dossier-guide sur a redevabiité des programmes Une ressource de Save the Chidren Save the Chidren travaie dans pus de 120 pays. Nous sauvons des vies d enfants. Nous nous battons pour eurs droits. Nous

Plus en détail