2 juillet h00 Mairie de Saint-Priest

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest"

Transcription

1 Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet h00 Mairie de Saint-Priest Présent-e-s à a tribune : M. Gies GASCON, maire de Saint-Priest, M. Frédéric JEAN, adjoint à urbanisme, M. Xavier RICHARD, DDT 69/SPAR, référent territoria PPRT, Mme Ghisaine GUIMONT, DREAL Rhône-Apes, UT 69, responsabe de a ceue risque technoogique, M. Pierre ANTONETTI, directeur de CREALIS, Mme Isabee CORDIER, directrice de entreprise SDSP. Présent-e-s dans a sae : M. DEFRANCE, Chef de service, DDT 69/ SPAR, M. Jean-Yves DUREL, DREAL Rhône-Apes, responsabe Unité Territoriae Rhône-Saône, M. e président du Consei d Administration de CREALIS, M. Yoan GINESTE, Chargé d études risques technoogiques, DDT 69, Mme Sandra DECELLE-LAMOTHE, Agence EDEL, assistance au secrétariat DREAL Rhône-Apes. I ACCUEIL ET PRESENTATION DES ENTREPRISES 1. M. e maire accueie es participants La commune de Saint-Priest est directement impactée par deux sites Seveso seui haut sur son territoire. Des modifications significatives des activités de un d eux ont eu ieu ces derniers mois. Ces évoutions ont des conséquences sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques (PPRT) de Saint-Priest qui se trouve modifié, par rapport à a précédente réunion pubique. La présentation de ces modifications constitue objet de a présente réunion. M. e maire ajoute que a commune sera attentive aux répercussions humaines et financières du PPRT. I souhaite que es mesures es pus adaptées possibes soient prises afin qu ees ne pèsent pas sur es riverains et es entreprises. 2. Présentation des sites industries 2.1 CREALIS M. ANTONETTI, directeur de entreprise CREALIS, présente activité de entreprise. Trois sociétés commerciaes sont reiées à CREALIS : SMB, INVENTEC et CLIMALIFE. La société CREALIS intervient dans a fabrication, e stockage et e transport de produits commerciaisés. 110 personnes travaient sur e site de Saint-Priest. M. ANTONETTI présente es mesures de sécurité de entreprise menées au quotidien (moyens incendie, contrôe, cuves de stockage enterrées, détecteurs de fammes ). La pupart de ces équipements sont reiés à une centrae de surveiance et téésurveiance. 1 / 6

2 Sur e site, une organisation adaptée est mise en pace avec une équipe de 2 nde intervention, une équipe d astreinte en reation avec es rondiers de sécurité en période de fermeture. Tout e personne est formé à a sécurité. Des actions sont égaement menées sur e pan environnementa : - Réseau de coecte pour orienter es écouements sur e bassin d avarie ; - Séparateurs d hydrocarbures pour imiter a poution ; - Suivi de a quaité de a nappe ; - Décaration des émissions émises dans atmosphère ; - Rétention de a zone de dépotage de iquides pour éviter qu is n aient dans a nappe. 2.2 Société SDSP Isabee CORDIER présente a Société du Dépôt Pétroier de Saint-Priest. L entreprise s étend sur 10 ha. Ee approvisionne ses cients sur 300 km autour de Lyon. Des essences, gazoes, fious, sont stockées au service des entreprises. Le dépôt se situe virtueement entre a raffinerie et a pompe de distribution. Le dépôt est en pace depuis 1948 : date de création du site. En 2011,un parking Poids Lourds a été mis en pace avec gestion de fie d attente. Le fux est de 250 camions par jour, pour un voume de m3/ an. L effectif est de 10 saariés et un gardiennage est assuré 24h/24. Moyens de prévention : Tous es produits sont stockés dans des cuvettes de rétention. Pusieurs moyens sont mis en pace pour éviter un accident : aarmes de haut niveau, capets de sécurité, Depuis 2010, e système incendie est refait pour un budget de 2,7 miions d euros. Questions : Christian BLANC, président d une association de sauvegarde du patrimoine demande si une présence humaine permanente permet d assurer a sécurité des sites dangereux? Les quantités de produits stockés vont-ees évouer à a hausse? Pour SDSP, comment s expique e ratio de 10 saariés (peu d empoi) et 250 camions (beaucoup de nuisances)? M. Banc ajoute que, seon ui, une énorme disparité existe entre Est et Ouest. Comment expiquer? Réponse : Pour ce qui concerne Créais, M. ANTONETTI répond que : - une astreinte peut être décenchée par un rondier (saarié d une société extérieure à CREALIS). En cas de décenchement d aerte une personne peut être sur e site en moins de 30 min. - es activités peuvent évouer tout en respectant e périmètre des PPRT qui sera défini. - a zone d activité de CREALIS a été choisie en son temps car i y avait aors un projet de déveoppement de industrie dans ce secteur. A ce jour, i n est pas prévu de dépacer entreprise. Pour ce qui concerne SDSP, Mme CORDIER répond qu une personne est en permanence sur e site de entreprise SDSP. Comme pour toute entreprise, en cas d évoution, des autorisations sont demandées à Etat. 2 / 6

3 L activité de dépôt génère peu d empois, c est une activité très automatisée, ce qui permet d éviter d exposer es saariés au risque. La SDSP est approvisionnée par pipe principaement, ce qui imite e fux de camions. S agissant de a question sur es augmentations possibes, es services indiquent qu une comparaison par rapport aux aéas présentés devra être faite. S i y avait augmentation du risque, a oi prévoit que des SUP, dispositif existant avant es PPRT, pourraient aors être demandées. Ees feraient aussi aors objet d un dossier, d une enquête pubique et serait indemnisabe par expoitant dans un déai de 3 ans, en cas de préjudice. Une représentante d une association de riverains constate que es habitations sont entourées d entreprises pouantes et dangereuses. L association souhaite que es habitations soient davantage protégées et subissent moins de nuisances. Un riverain de a société CREALIS témoigne égaement de a nuisance causée par e stationnement de camions devant es maisons d habitation. I note une absence de contrôes et de sanction concernant ces véhicues. La signaisation est peu visibe et e passage de a poice municipae est insuffisant. Cette nuisance dure depuis années magré es efforts de M. ANTONETTI. M. ANTONETTI répond que entreprise n est pus en ien avec es chauffeurs de ces camions en dehors des heures de travai des saariés de CREALIS. Toutefois, des consignes ont été données aux rondiers pour que es camions soient garés aieurs. Pour améiorer a situation, entreprise ouvre pus tôt pour faire entrer es camions et ainsi éviter eur stationnement sur a voie pubique. M. e maire ajoute qu un RDV aura ieu avec e directeur du site pour envisager d améiorer encore a situation. II Présentation du PPRT par a DREAL 1) Rappe des objectifs du PPRT - Ne pas aggraver e risque existant et préserver avenir - Réduire e risque existant - Action sur instaation à origine du risque. La procédure en ee-même est ongue et se termine par a rédaction d un document, e pan de prévention ui-même, est présenté en réunion des Personnes et Organismes Associées. L association et a concertation sont encadrées par arrêté de prescription du PPRT qui fixe es modaités pratiques de a démarche. Sont présentés : - e périmètre du PPRT ors de a prescription et ceui étabi suite aux évoutions des activités de CREALIS ; - es dates du dérouement de a procédure depuis 2009 (trois réunions pubiques ont eu ieu en tout). Cette réunion pubique concut éaboration du PPRT. - es phénomènes dangereux, iés aux produits présents dans es sites Seveso seui haut. Is sont rassembés dans étude de danger, mise à jour tous es cinq ans. Dans un premier temps, un zoom est réaisé sur es évoutions dans e temps des risques autour du site Créais. Un simpe rappe des risques générés par SDSP est fait en fin de présentation pour mémoire. I n y a, en effet, pas eu d évoution des risques de ce site depuis a dernière réunion pubique, tenue e / 6

4 Pour CREALIS : trois types d effets étaient possibes au moment de a prescription. Des évoutions ont eu ieu visant à réduire es risques générés. En particuier, entreprise a choisi de ne pus utiiser certaines substances ou a proposé des travaux conduisant à une réduction du risque. Ces évoutions sont citées ci-dessous : - abandon de a pupart des produits toxiques (ammoniac, dioxyde de soufre, acide fuorhydrique : fin a mise sous taus des stockages de gaz infammabes iquéfiés (mesures suppémentaires proposées en 2012), - abandon de oxyde d éthyène (novembre 2013). Si es deux premières modifications avaient déjà été présentées, a dernière, modifiant significativement es périmètres, ne avait pas été à a réunion pubique du A noter aussi que, en décembre 2013, Créais a remis a révision de son étude des dangers. 2) Comparatif sur es cartographies d intensité L expoitation (stockage et conditionnement) d oxyde d éthyène sera arrêtée tout prochainement et cea a des conséquences sur e périmètre du PPRT. Les cartes des intensités et des aéas sont présentées. Seues restent es cartes des effets thermiques et de surpression. I n y a pus d effet toxique. 3) Evoution des aéas et conséquences sur es mesures foncières Point sur es mesures foncières résiduees : Auparavant (cf.cartes présentées en 2013), 2 enjeux étaient touchés : 2 maisons, mais aucune activité ne se trouvait en secteur de mesure foncière résiduee. Seon a nouvee cartographie tous types d effets en date de 2014, un seu bien est touché par des aéas de type F et supérieur (1 maison), toujours aucune activité (à noter que cette maison a déjà été préemptée par e Grand Lyon). Les mesures foncières sont ainsi très imitées. De fait, - a convention de mesures foncières n est pus nécessaire a priori, - a seue mesure foncière résiduee correspondant à un bien déjà acquis par a coectivité. 4) Enjeux : définition et cartes Objectifs du PPRT : Xavier Richard, DDT du Rhône, rappee e sens de a mise en œuvre des PPRT. I est de protéger es personnes. Le PPRT est à pour interdire et contraint es choix mais ne définit pas ce qui est souhaitabe en termes d urbanisme. Cea est défini au titre du PLU. Le PPRT prescrit des objectifs par rapport à des phénomènes physiques. Grâce aux études réaisées, e phénomène physique capabe d impacter es enjeux sur chaque point du territoire est connu. Cea permet de déterminer es travaux prescrits à réaiser et es intensités à prendre en compte pour es biens déjà existants. Financement : Le PPRT prescrit des travaux de réduction de a vunérabiité dans a imite de seuis précisés dans a oi. Au-deà de ces seuis, e PPRT formue des recommandations. Les seuis des travaux sont rappeés ci-dessous : 4 / 6

5 - 10% de a vaeur vénae du bien (= vaeur marchande à a date d approbation du PPRT) ; et depuis a oi du 16 juiet 2013 ou euros, orsque e bien concerné est a propriété d une personne physique ; - 5% du chiffres d affaires de a personne morae de droit privé année de approbation du PPRT ; - 1% du budget de a personne morae de droit pubic, année d approbation du PPRT. Pour es bâtiments d activités impactés, i n y a aucune aide pour es travaux. Pour es bâtiments d habitation, des financements sont prévus. Un cofinancement est prévu à hauteur de 90 % du montant des travaux. Zonage régementaire : rappe de a correspondance des coueurs du zonage : Rouge foncé : principe d interdiction Beu foncé : autorisation sans densification Beu cair : principe d autorisation (sauf ERP sensibes), sous réserve de prescriptions. Concernant e PPRT de CREALIS, i n y a pus de mesures foncières pour ce PPRT. La maison Guisne a été préemptée par e Grand Lyon. C est une propriété de a puissance pubique désormais. 5) Prochaines étapes Sont prévues : - La finaisation du projet de PPRT pour consutation et enquête pubique dès juiet 2014 ; - La consutation officiee des POA pour avis sur e projet de PPRT : septembre/octobre 2014 ; - La signature de a convention de financement des mesures suppémentaires : avant enquête pubique ; - L enquête pubique : novembre-décembre 2014 ; - L approbation du PPRT : 1 er semestre Questions : Un riverain expique qu i a acheté un bien en 1979 situé en zone beu foncé. I demande s i est concerné par expropriation car i a mis en vente. I constate par aieurs qu i a beaucoup de difficutés à e vendre. I estime important que es acheteurs potenties ne soient pas dissuadés d acheter. Qu est-i possibe de faire sur ce point? Réponses : Mme GUIMONT répond qu un bien situé en zone beu foncé n est pas concerné par une expropriation. Des travaux de réduction de a vunérabiité devront être réaisés. Is sont cofinancés à 90%. En terme d information, i faut préciser que es acheteurs ou ocataires potenties sont tenus d être informés via e formuaire IAL pour information des acquéreurs et ocataires qui signae si e bien se situe en zone de risque, si es travaux de protection ont été faits. M. JEAN, adjoint à urbanisme, indique que es représentants de a commune ont e souhait de maintenir a cohabitation entre habitat et es entreprises Seveso seui haut et qu ee fera tout pour e faire comprendre aux acteurs concernés afin que es biens ne soient pas dépréciés du fait de existence d un PPRT. 5 / 6

6 > Le directeur de entreprise Guisne, demande quees seront es contraintes appicabes si entreprise souhaite s agrandir? M. RICHARD répond que entreprise peut s agrandir dans a imite de 20 % de a surface de pancher pour a partie du bien située en zone beu foncé. Pour es projets futurs, e dossier de demande de permis de construire doit comporter une attestation étabie par un architecte du projet ou un expert agréé certifiant que e projet prend en compte es conditions posées par e PPRT. Une autorisation de construire, déivrée en méconnaissance du PPRT, sera iégae. Un riverain demande si es risques iés au transport de matières dangereuses par train sont pris en compte dans e PPRT notamment pour ce qui concerne es effets dominos. Mme GUIMONT ajoute que es sources de dangers extérieurs au site industrie sont examinées. Des effets dominos peuvent en effet avoir des impacts. La proximité de a voie ferrée est prise en compte. Son impact est ici imité. M. e président de CREALIS compète en indiquant que es sites sont surveiés en permanence. Les détecteurs de gaz sont régés avec une imite supérieure à ce qui est nécessaire en fonction des accidents potenties. En cas de probème, e Pan d Opération Interne permet de réagir très vite. En absence de questions suppémentaires, e maire côt a séance et remercie es participants. 6 / 6

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Mesures pour utter contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Introduction L intimidation est un probème compexe et dououreux, pour eque i n existe pas de soution facie.

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

les modalités pratiques d'information du public en cas d'épisode de d pollution atmosphérique

les modalités pratiques d'information du public en cas d'épisode de d pollution atmosphérique page 1/9 es modaités pratiques d'information du pubic en cas d'épisode de poution atmosphérique janvier 2012 Les épisodes de pics de poution de air nécessitent une diffusion rapide et arge d informations

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

E.4.15.1.2 Création de délaissés agricoles. E.4.15.1.3 Prélèvement de terres agricoles et droit à paiement unique

E.4.15.1.2 Création de délaissés agricoles. E.4.15.1.3 Prélèvement de terres agricoles et droit à paiement unique E.4.15 AGICULTUE L'activité agricoe sera concernée à différents niveaux par e projet d'aéroport et sa desserte routière. Occupation des sos dans e périmètre DUP s principaux impacts concernent : a consommation

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 14 décembre 2010 du Comité Local d'information et de Concertation (CLIC) pour le site ESA de Thénezay

Compte rendu de la réunion du 14 décembre 2010 du Comité Local d'information et de Concertation (CLIC) pour le site ESA de Thénezay SOUSPREFECTURE DE PARTHENAY Compte rendu de la réunion du 14 décembre 2010 du Comité Local d'information et de Concertation (CLIC) pour le site ESA de Thénezay Une réunion du comité local d information

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Régime économique et fiscal général

Régime économique et fiscal général Régime économique et fisca généra Le système fisca espagno est moderne et compétitif. La pression fiscae (e pourcentage des impôts et de a sécurité sociae par rapport au PIB) y est inférieure de quatre

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

Les trophées de l international

Les trophées de l international Les trophées de internationa 2012 La CCI Essonne organise e 22 novembre 2012 Les trophées de internationa qui seront remis au moment du 11e forum de internationa avec, comme pays invité d honneur, a Chine.

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

Salon Moto Légende 2015

Salon Moto Légende 2015 Saon Moto Légende 2015 20, 21 et 22 novembre 2015 - Parc Fora de Paris (Château de Vincennes) COMMANDE EXPOSANTS À retourner avant e 22 octobre 2015 à : SALON MOTO LÉGENDE - EXPOSANTS - BP 40419-77309

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l'établissement EURENCO à Sorgues du 1 PPRT D'EURENCO à Sorgues Périmètre d'étude Le PPRT d'eurenco a été prescrit par arrêté interdépartemental

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

Salon Moto Légende 2015

Salon Moto Légende 2015 CLUBS Saon Moto Légende 2015 20, 21 et 22 novembre 2015 - Parc Fora de Paris (Château de Vincennes) Inscription CLUBS À retourner avant e 22 octobre 2015 à : saon moto égende - Cubs - BP 40419-77309 Fontainebeau

Plus en détail

13 1 3cas cas de de GRH

13 1 3cas cas de de GRH 13 cas de GRH management sup management - ressources humaines 13 cas de GRH Études de cas d entreprises avec corrigés détaiés Eine Nicoas Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058736-0 Sommaire Tabeau synoptique

Plus en détail

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox Outook Microsoft 2010 Maîtrisez rapidement Outook 2010 avec e ivre officie de Microsoft Press Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Tééchargez es exercices Joan Lambert

Plus en détail

Tous vos déplacements à la carte.

Tous vos déplacements à la carte. Tous vos dépacements à a carte. Qu est-ce que e Pan de Dépacements Urbains? Le Pan de Dépacements Urbains (PDU) définit pour 10 ans es principes d organisation des dépacements, de a circuation et du stationnement

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Cemont lance SILVER CF une nouvelle gamme de brasures d'argent sans cadmium pour la plomberie, le sanitaire, le froid, la climatisation

Cemont lance SILVER CF une nouvelle gamme de brasures d'argent sans cadmium pour la plomberie, le sanitaire, le froid, la climatisation Saint Ouen 'Aumône, e 19 février 2008 Cemont ance une nouvee gamme de brasures d'argent sans cadmium pour a pomberie, e sanitaire, e froid, a cimatisation Contacts : Direction de a Communication Georges

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf

Plus en détail

Diversité et recrutement dans les banques

Diversité et recrutement dans les banques Observatoire des métiers, des quaifications et de égaité professionnee entre es femmes et es hommes dans a banque Rapport 2010 Diversité et recrutement dans es banques Le métier Chargé de cientèe professionnes

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE web + mobile + social

DOSSIER DE PRESSE web + mobile + social DOSSIER DE PRESSE Octobre Octobre 2015 2014 Une La suite suite d outis marketing en igne web pour + déveopper mobie + socia et fidéiser des professionnes a cientèe des du TPE/PME Tourisme sur Internet

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds Chine pus Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

GUIDE SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN D UTILISATION. V1/décembre 2014

GUIDE SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN D UTILISATION. V1/décembre 2014 GUIDE D UTILISATION SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN V1/décembre 2014 1.1 Pourquoi cette signaétique? 1.3 Caendrier de dépoiement 3.2 Règes graphiques 3.2.1 Règes de base 3.2.2 Coueurs 3.2.5 Exempes

Plus en détail

L'Atelier BNP Paribas. les. [ au Patriot Act américain ],

L'Atelier BNP Paribas. les. [ au Patriot Act américain ], Vote es Sans open Comment Conscients égyptiens es Diffusion : 30000 Page : 26 Périodicité : Mensue Taie : 8122 % LEJOURNALDES3_235_26_22pdf 3027 cm2 HERVE REYNAUD 11??! 1 111111111"M Les nouvees technoogies

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV Edmond de Rothschid Rea Estate SICAV Assembée Générae Extraordinaire 27 février 2014 www.edr-reaestatesicav.ch Ordre du jour de Assembée générae extraordinaire 1. Approbation du regroupement des compartiments

Plus en détail

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06.

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. SOMMAIRE INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. 07. L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LE PARCOURS DE L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LES MÉTIERS ET DIPLÔMES PRÉPARÉS DANS LES CENTRES DE FORMATION DE LA BRANCHE EN ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

Un rendement couleur robuste pour votre groupe de travail. Série d IMF couleur Lexmark X950. Série Lexmark X950

Un rendement couleur robuste pour votre groupe de travail. Série d IMF couleur Lexmark X950. Série Lexmark X950 Série d IMF coueur Lexmark X950 Un rendement coueur robuste pour votre groupe de travai. Série Lexmark X950 Propusez votre productivité grâce à a série Lexmark X950, avec des fonctionnaités coueur A3 robustes,

Plus en détail

REPUBLIQUE ET CANTON DU JURA DEPARTEMENT DE L ECONOMIE ET DE LA COOPERATION

REPUBLIQUE ET CANTON DU JURA DEPARTEMENT DE L ECONOMIE ET DE LA COOPERATION REPUBLIQUE ET CANTON DU JURA DEPARTEMENT DE L ECONOMIE ET DE LA COOPERATION 2, rue du 24-Septembre - 2800 Deémont Té. 032 420.52.00 - Fax: 032 420.52.01 DIRECTIVES RELATIVES A L ORGANISTION DU JEU DE LOTO

Plus en détail

Une. Centre --------------

Une. Centre -------------- 59 Une Médiathèque Centre Socia (a cuture du ien socia) -------------- Émiie Dauphin Émiie Dauphin est bibiothécaire à a Médiathèque Centre Socia Yves Coppens, une structure hybride, à vocation sociae

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

Market Data Feed. Des données constamment actualisées

Market Data Feed. Des données constamment actualisées Market Data Feed Des données constamment actuaisées Market Data Feed (MDF) de SIX Teekurs est un fux en temps rée standardisé qui fournit des données consoidées dans un format uniformisé, quee que soit

Plus en détail

UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION

UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION SE FORMER POUR AGIR UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION 3 Dans cette période compexe, de nombreux défis nous attendent dans es entreprises et es administrations. Pour y faire face, a formation est un des

Plus en détail

Devenez Partenaire du Rugby Club Lavallois

Devenez Partenaire du Rugby Club Lavallois Devenez Partenaire du Rugby Cub Lavaois Rugby Cub Lavaois 130 bis, Avenue Pierre de Coubertin 53000 Lava Forian SONNET : 06 20 42 14 40 rugby.ava@orange.fr www.rugby-ava.fr Écoe de rugby abeisée Retrouvez-nous

Plus en détail

Conditions Générales pour l'assurance ASSISTANCE TOURISTIQUE ANNUELLE - 01.10.2010

Conditions Générales pour l'assurance ASSISTANCE TOURISTIQUE ANNUELLE - 01.10.2010 10, rue Adringen www.aux.u Conditions Généraes pour 'Assurance ASSISTANCE TOURISTIQUE ANNUELLE - 01.10.2010 enregistrées à Luxembourg, actes civis, e 10.09.2010, LAC/2010/41488 Conditions Généraes DEFINITIONS

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

Partie 1 Techniques de bases de données simples

Partie 1 Techniques de bases de données simples Partie 1 Techniques de bases de données simpes 1 Exporer une base de données Access 2010...3 2 Créer des bases de données et des tabes simpes... 45 3 Créer des formuaires simpes... 77 4 Afficher des données...101

Plus en détail

BELGIQUE LUXEMBOURG ALLEMAGNE

BELGIQUE LUXEMBOURG ALLEMAGNE Frontaiers Lorraine Centre de Ressources du travai frontaier www.frontaiersorraine.eu CE TRAVAIL A ÉTÉ RÉALISÉ EN COOPÉRATION AVEC L OREFQ BELGIQUE LUXEMBOURG ALLEMAGNE EURES EURES est un réseau européen

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

Les marchés des sociétés d Hlm

Les marchés des sociétés d Hlm Les marchés s des sociétés s d Hmd LES MARCHES DES SOCIETES D HLM LES PRINCIPES GENERAUX LES EVOLUTIONS LE CHAMP D APPLICATION Les organismes d Hm sont des pouvoirs adjudicateurs - soit soumis au code

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

Propriétés-Privées réseau d Or 2012!

Propriétés-Privées réseau d Or 2012! Avri 2012 SOMMAIRE a > Propriétés-Privées réseau d or 2012! > Interview : Robert SCHMIEDER > Prenez contact avec nos partenaires neuf > Le nouveau pack neuf > Consei commercia : Défendez votre rémunération

Plus en détail

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTA Débit 65 à 950 /min Pression 10 bar Pourquoi des compresseurs dentaires KAESER? Ce qui importe e pus aux utiisateurs de compresseurs dentaires, c'est

Plus en détail

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles Fête & Buvette Un équiibre à trouver A attention des maires, présidents d associations, responsabes de débit de boissons temporaires, bénévoes Edition : Février 2011 Nous sommes ensembe responsabes! La

Plus en détail

LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES

LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES Extrait du site www.clic-rhonealpes.com Des catastrophes, Feyzin - Bhopal - AZF, rappellent périodiquement que certaines installations industrielles sont

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

Élevons la voix! Plan d action pour la lutte contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Plan d action pour la lutte contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Pan d action pour a utte contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Pan d action pour a utte contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation

Plus en détail

Arrêté n.. 2D/2B/ENV du de prescription du plan de prévention des risques technologiques pour l établissement SARA de Dégrad des Cannes

Arrêté n.. 2D/2B/ENV du de prescription du plan de prévention des risques technologiques pour l établissement SARA de Dégrad des Cannes SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES COLLECTIVITES LOCALES ET DES AFFAIRES INTERMINISTERIELLES «Bureau de l environnement et du foncier» PREFECTURE DE LA REGION GUYANE Arrêté n.. 2D/2B/ENV du de prescription

Plus en détail

SERVICES DE SÉCURITÉ PRIVÉS ET SERVICES DE POLICE PUBLICS AU CANADA

SERVICES DE SÉCURITÉ PRIVÉS ET SERVICES DE POLICE PUBLICS AU CANADA Statistique Canada N o 85-002-XIF Vo. 8 n o 3 au cat. SERVICES DE SÉCURITÉ PRIVÉS ET SERVICES DE POLICE PUBLICS AU CANADA Karen Swo FAITS SAILLANTS n Les agents de sécurité privés étaient pus nombreux

Plus en détail

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport annue de a direction sur e rendement du fonds pour 'exercice cos e 31 août 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne)

Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PREFECTURE DE LA DORDOGNE Plan de Prévention des Risques Technologiques De la plate forme industrielle de Bergerac (Dordogne) PROJET DE REGLEMENT Version du 07 octobre 2010 SOMMAIRE TITRE I : PORTEE DU

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES UKOBA SAINT-JEAN-DE-THURIGNEUX

LE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES UKOBA SAINT-JEAN-DE-THURIGNEUX LE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES UKOBA SAINT-JEAN-DE-THURIGNEUX Direction départementale des territoires de l'ain www.ain.developpement-durable.gouv.fr PPRT UKOBA SAINT-JEAN-DE-THURIGNEUX

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d obigations à court terme Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

ormation en Art-thérapie

ormation en Art-thérapie Association Française de Recherches et Appications des Techniques Artistiques en Pédagogie et Médecine Association oi 1901 agréée par e Ministère de a Jeunesse Education Popuaire. AFRATAPEM ECOLE D ART-THÉRAPIE

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Vade-mecum & Exemples de cas pratiques

Vade-mecum & Exemples de cas pratiques Dossier portfoio ROMS:Mise en page 1 15/11/2012 11:23 Page 1 Mission reative à anticipation et accompagnement des opérations d évacuation des campements iicites circuaire interministériee du 26 août 2012

Plus en détail

Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP. Réunion de la CSS le 1er juillet 2013. Commune de La Rochelle

Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP. Réunion de la CSS le 1er juillet 2013. Commune de La Rochelle Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ---PICOTY - SDLP Commune de La Rochelle Réunion de la CSS le 1er juillet 2013 DDTM de la Charente Maritime DREAL Poitou-Charentes Sommaire 1. - Démarche

Plus en détail

Pro-Watch 4.0. Suite logicielle de gestion de la sécurité

Pro-Watch 4.0. Suite logicielle de gestion de la sécurité Conçue pour répondre aux défis des environnements exigeants d aujourd hui, a suite ogiciee de gestion de a sécurité Pro-Watch d Honeywe apporte a fexibiité, évoutivité et e contrôe nécessaires à une gestion

Plus en détail

Fonds commun d obligations canadiennes Impérial. Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds

Fonds commun d obligations canadiennes Impérial. Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d obigations canadiennes Impéria Rapport annue de a direction sur e rendement du fonds pour eercice cos e 31 décembre 2014 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

AP19 LES MOLECULES ORGANIQUES

AP19 LES MOLECULES ORGANIQUES AP19 LES MLEULES RGANIQUES EXERIE 1 Les questions suivantes sont indépendantes. 1. Dessiner es moécues suivantes à aide de a représentation de ram. a. méthano 3 b. dichorométhane 2 2 c. éthane-1,2-dio

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

prévention collective santé travail 2015-2016

prévention collective santé travail 2015-2016 cedest Conseier Humain, prévenir pour demain Conseier Humain, prévenir pour demain prévention coective santé travai 2015-2016 évauation - consei - sensibiisation - formation Évaue Évaue Conseie Sensibiise

Plus en détail

UNICEF/97-0408/Balaguer

UNICEF/97-0408/Balaguer UNICEF/97-0408/Baaguer Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur La nutrition et a croissance Pus de a moitié des décès d enfants sont associés à a manutrition, qui amoindrit

Plus en détail

Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES

Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES LES DISPOSITIONS GÉNÉRALES // OBJET Le présent contrat a pour objet de rembourser, dans e cadre d une couverture d entreprise, tout ou partie

Plus en détail

Brainstorming avec l intégrateur

Brainstorming avec l intégrateur TECHNOLOGY Moderniser a production pour augmenter a capacité par Afons Caders Brainstorming avec intégrateur Les PME beges investissent dans automatisation, d une part pour continuer à rivaiser quaitativement

Plus en détail

Panorama des mesures gouvernementales en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013

Panorama des mesures gouvernementales en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013 Panorama des mesures gouvernementaes en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013 Une mission soutenir a croissance et a compétitivité des entreprises L innovation Accompagnement et financement des

Plus en détail

DE COMMERCE ET DE GESTION

DE COMMERCE ET DE GESTION Institut DE COMMERCE ET DE GESTION Administration et Direction des Admissions : 9, rue Saint-Lambert 75015 Paris Té. (33) 01 45 58 17 33 Fax. 01 45 58 61 59 Métro Boucicaut (igne 8) ou Convention (igne

Plus en détail

UNICEF/97-1427/Pirozzi

UNICEF/97-1427/Pirozzi UNICEF/97-1427/Pirozzi Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur La maternité sans risques Chaque jour, environ 1 400 femmes meurent de compications iées à a grossesse et

Plus en détail

Commission de Suivi de Site (CSS) Stockage souterrain de gaz d Etrez (01)

Commission de Suivi de Site (CSS) Stockage souterrain de gaz d Etrez (01) Commission de Suivi de Site (CSS) Stockage souterrain de gaz d Etrez (01) Réunion n 1 du 22 novembre 2011 Préfecture de Bourg-en-Bresse Etaient présents : Collège Administrations Emmanuel DUPUIS Yves-Marie

Plus en détail

Document normalisé de construction ACC

Document normalisé de construction ACC Document normaisé de construction ACC 82 2004 ignes directrices sur es moisissures pour industrie canadienne de a construction Association canadienne de a construction 2004 Copyright Document normaisé

Plus en détail

Au fil de Cap au Sud. Collection Nausicaá Fiche pédagogique - Collège CREATAS DIGITALVISION CREATAS

Au fil de Cap au Sud. Collection Nausicaá Fiche pédagogique - Collège CREATAS DIGITALVISION CREATAS Au fi de Cap au Sud C Coe ge CREATAS Cette fiche pédagogique est associée à a fiche découverte Au fi de Cap au Sud Ee est conçue pour permettre une approche du concept du déveoppement durabe et voontairement

Plus en détail

Les enjeux environnementaux des options de passage

Les enjeux environnementaux des options de passage Les enjeux environnementaux des options de passage Pour connaître es caractéristiques physiques, naturees, humaines et patrimoniaes des territoires aquitains, RFF a fait inventaire, pour chaque option

Plus en détail

Des villes plus intelligentes Innover pour construire un futur durable

Des villes plus intelligentes Innover pour construire un futur durable Des vies pus inteigentes Innover pour construire un futur durabe Édito L urbanisation de notre société est à a fois une extraordinaire opportunité de concentration de taents et de richesses mais aussi

Plus en détail