LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS"

Transcription

1 LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon BANQUE MONDIALE

2 The Internationa Bank for Reconstruction and Deveopment/The Word Bank 1818 H Street, NW Washington, DC 20433, États-Unis d'amérique Tous droits réservés Les constatations, interprétations et concusions présentées dans cet ouvrage n engagent que 'auteur (es auteurs) et ne doivent être attribuées en aucune façon à a Banque mondiae, aux institutions qui ui sont affiiées, aux membres de son Consei d administration ou aux pays qu is représentent. La Banque mondiae ne garantit pas exactitude des données citées et n accepte aucune responsabiité quant aux conséquences de eur utiisation.

3 Le Manue de initiative de avage des mains Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon

4 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 5 RÉSUMÉ ANALYTIQUE 7 INTRODUCTION 8 Contexte et objectif de ce manue Les principaes causes de a mortaité infantie Le avage des mains au savon : Le vaccin e pus efficace contre es risques d infection de enfance? La promotion du avage des mains : Un défi Quoi de neuf dans cette approche? SECTION 1 13 Fondements d un Programme nationa de avage des mains Pour commencer : Est-ce e bon endroit au bon moment? Mener une anayse de situation rapide Partenariat pubic-privé Étabir e bien-fondé du avage des mains Étabir e bien-fondé auprès du gouvernement Étabir e bien-fondé auprès de industrie Étabir e bien-fondé auprès des baieurs de fonds Enjeux financiers Organisation et coordination SECTION 2 23 Comprendre e consommateur L approche marketing Comprendre es comportements Conception et mise en œuvre de a recherche sur a consommation Gestion et supervision de a recherche sur a consommation Anayse et diffusion des résutats 2 Manue d hygiène des mains

5 SECTION 3 37 Mise en œuvre du programme Conception de a campagne Appiquer a ogistique commerciae Mise au point de a promotion Les pubics cibes et eur segmentation Agences, concepts et mise à essai Stratégies mutipes pour un changement de comportement Reations pubiques et sensibiisation. Le pan de RP Logistique médiatique Suivie et évauation SECTION 4 49 Organisation du programme Logistique du partenariat Un modèe généra de partenariat Le pan d activité CONCLUSION 57 BIBLIOGRAPHIE ET RESSOURCES 59 OUTILS ET TERMES DE RÉFÉRENCE 61 ABRÉVIATIONS 87 Manue d hygiène des mains 3

6 LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Graphique 1 : Graphique 2 : Tabeau 1 : Tabeau 2 : Tabeau 3 : Encadré 1 : Encadré 2 : Graphique 3 : Graphique 4 : Encadré 3 : Tabeau 4 : Tabeau 5 : Encadré 4 : Encadré 5 : Graphique 5 : Encadré 6 : Tabeau 6 : Encadré 7: Encadré 8 : Encadré 9 : Tabeau 7 : Encadré 10 : Tabeau 8 : Graphique 6 : Encadré 11 : Encadré 12 : Encadré 13 : Répartition gobae des décès d enfants seon es causes Diagramme des principaes voies de transmission des maadies fécaes-oraes Taux observés de avage des mains au savon dans e monde Anayse des facteurs F.F.P.M. Facteurs externes F.F.P.M. La rentabiité des programmes de avage des mains L initiative de Amérique centrae Le processus de recherche sur a consommation Environnement, habitudes et déterminants dans e changement de comportement Croyances cuturees entravant e avage des mains au savon au Sénéga Déterminants, habitudes et environnements favorisant e avage des mains au savon (quatre secteurs) Identification des barrières et des incitatifs au avage des mains au savon aux moments cés Les consommateurs du Ghana préfèrent es savons à usages mutipes, de ongue durée et bon marché Une note sur es écoes Comment es mères communiquent au Keraa, en Inde : profi mensue des contacts Aperçu des méthodes de recherche Pan sommaire d une recherche sur a consommation Points cés pour attribution d un contrat de recherche sur a consommation Recherche sur a consommation : Le préjugé rationne Les parfaites directives Avantages et désavantages des différentes approches de communication Une eçon en reations pubiques : Le avage des mains au Keraa en Inde L initiative nationae de avage des mains au Ghana : Phase 1 Évauation des résutats (en pourcentages) Suivie et évauation : Activités et impact du programme Le avage des mains en action : Le partenariat sur e avage des mains au Pérou Activités du secteur privé sur e avage des mains Ééments du pan d activité 4 Manue d hygiène des mains

7 AVANT-PROPOS L hygiène est un éément essentie de a mission de a santé pubique visant à réduire a transmission et es conséquences de a maadie. Le décin marqué des décès causés par des maadies infectieuses observé dans es pays riches au cours du dernier sièce n aurait pu se réaiser sans d importants progrès en hygiène pubique. L augmentation du niveau de vie a permis à a popuation d améiorer es conditions d hygiène une fois que eau potabe a été rendue disponibe dans es maisons et que e savon est devenu suffisamment bon marché pour être pacé auprès de chaque évier. Par a suite, es efforts combinés de a santé pubique et de industrie privée ont fait que des mains propres, une maison propre et une bonne hygiène de vie sont devenus une norme sociae. Maheureusement, évoution historique dans es pays pauvres n aurait pu être pus différente. Vers a fin du XX e sièce, deux miiards de personnes ont toujours un accès insuffisant à des instaations sanitaires et un miiard de personnes manquent d eau potabe. Les efforts pour promouvoir une hygiène efficace ont été fragmentaires et infructueux. Bien que industrie ait réussi à introduire e savon dans presque toutes es maisons, ee n a pas promu de façon constante une bonne hygiène ou e avage des mains en diffusant ces produits. C est une occasion manquée pour a santé pubique. Aujourd hui, es deux pus importants facteurs de mortaité chez es enfants dans e monde en déveoppement sont es maadies diarrhéiques et es infections des voies respiratoires. Le simpe geste de se aver es mains peut réduire e risque de diarrhée de presque a moitié et ceui d une infection des voies respiratoires du tiers. I s ensuit que e avage des mains est supérieur à n importe que vaccin comme mode de prévention des maadies. Si es pays en voie de déveoppement veuent réaiser d ici 2015 eurs objectifs de déveoppement pour e Miénaire de réduction de a mortaité infantie, on devra compéter un travai que e XX e sièce n a pu mener à bien. Pour y parvenir, i faudra non seuement rendre universes eau et es instaations sanitaires, mais aussi habitude du avage des mains au savon. Cea exigera que es ministères de a Santé, de Éducation et des Eaux, en pus des organisations non gouvernementaes (ONG) et des organismes communautaires, expoitent toutes es occasions de e promouvoir. En outre, industrie privée, qui a joué un si grand rôe dans a création des normes de bonne hygiène dans es pays riches, devra profiter de a croissance de ses activités commerciaes dans es pays en voie de déveoppement pour faire de même. Le avage des mains au savon peut et doit devenir habitue dans es pays en voie de déveoppement. Pour y arriver, i faudra : s assurer que chacun soit conscient de importance du avage des mains ; construire des aiances entre e secteur privé et e secteur pubic ; mobiiser es ressources et expertise nécessaires ; utiiser pour a promotion du avage des mains des moyens de communications dont impact auprès du grand pubic sont éevés et reconnus ; démontrer que des changements de comportements mesurabes peuvent se réaiser de façon rentabe. Dans un monde bruyant où es gens reçoivent des messages en compétition es uns avec es autres et provenant de tous es horizons, seues es campagnes es mieux conçues et es pus efficaces entraînent un changement de comportement. Ce manue cherche à reever ce défi. I décrit une nouvee approche pour a promotion du avage des mains, basée sur e travai innovateur du Partenariat pubic-privé de avage des mains au savon. I expique comment combiner es dernières innovations en marketing commercia aux résutats des recherches es pus récentes en santé pubique, pour créer ainsi une nouvee dynamique pouvant se traduire par a mise en œuvre de campagnes efficaces en faveur du avage des mains. On y trouve en outre es eçons qu on a pu tirer des programmes nationaux appiqués au Ghana, au Pérou, au Sénéga et dans d autres pays. Des indicateurs récents donnent à penser que nous assistons peut-être à émergence d un chapitre nouveau et passionnant de a santé pubique au XXI e sièce. Manue d hygiène des mains 5

8 Ce manue a été rendu possibe grâce à pusieurs membres de Initiative de Partenariat Pubic Privé de Lavage des Mains. Nous aimerions remercier particuièrement Beth Scott, Va Curtis et Jason Cardosi pour a mise au point de ce guide. Nous sommes reconnaissants à Ai Diouf, Rocio Forez et Nana Garbrah-Aidoo d avoir fourni des exempes des programmes nationaux. Des remerciements spéciaux vont à Peter Kosky, Mariam Caeson, Stéphane Legros et Nancy Lee, qui ont effectué es révisions. Des contributions précieuses ont été faites aussi par Steve Luby, Eckhard Keinau, Suzanne Reiff, Camie Saade, Myriam Sidibe, Barbara Evans, Sandy Caier, Joana Godinho, Wendy Wakeman, Merri Weigner et Henk Van Norden. Les partenaires du secteur privé, Yuri Jain de Hindustan Lever, Diana Grina de Cogate- Pamoive et Tim Long de Procter & Gambe ont fourni expertise et es conseis techniques. Enfin, nous aimerions signaer a quaité de a supervision et de a direction des deux eaders du groupe de travai, Jennifer Sara et Param Lyer. Jama Saghir Jacques Baudouy Directeur, Énergie et eau Directeur, Santé, nutrition et popuation 6 Manue d hygiène des mains

9 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Avec des systèmes sûrs d évacuation des matières fécaes et d approvisionnement en eau saubre, e avage des mains est un des moyens es pus efficaces, de prévenir es maadies diarrhéiques. Tout indique que améioration du avage des mains, que que soit e pays concerné, peut avoir un impact majeur sur a santé pubique et réduire significativement es deux principaes causes de mortaité infantie : es maadies diarrhéiques et es infections respiratoires aiguës. Parce que e avage des mains au savon prévient a transmission d une grande variété d agents pathogènes, i est probabement pus efficace que n importe que vaccin ou que tout autre mesure d hygiène. Promu sur une grande échee, e avage des mains au savon constituerait un vaccin «maison» essentie. Presque tous es ménages dans e monde, indépendamment du statut économique, ont du savon. Le avage des mains au savon aux moments cés n est pas, cependant, argement pratiqué. Si es objectifs de déveoppement pour e Miénaire pour a réduction de a mortaité infantie sont un jour atteints, c est parce que es habitudes de avage des mains auront été améiorées, ainsi que accès à eau saubre et à des instaations sanitaires. Le Partenariat pubic-privé mondia de avage des mains a réuni, sur une grande échee, diverses organisations de divers secteurs pour promouvoir e avage des mains au savon. Le partenariat comprend : es gouvernements qui, en donnant a priorité à hygiène, permettent au avage des mains de passer du stade de effort fragmentaire (viage par viage) à ceui des programmes nationaux ; es baieurs de fonds qui incuent de pus en pus e thème du avage des mains dans eurs programmes d éducation ou de santé et dans eurs projets d instaations sanitaires et d approvisionnement en eau ; e secteur privé qui met sur a tabe ses connaissances et ses techniques de marketing es pus récentes ; es organisations académiques et scientifiques qui éaborent es pus récentes théories sur e changement de comportement et offrent des témoignages scientifiques étabissant efficacité du avage des mains ; et es organisations non gouvernementaes et communautaires qui intègrent des messages sur e avage des mains dans eurs propres programmes. Le manue de initiative de avage des mains décrit es expériences de ce partenariat mondia sous forme de guide pratique. Pendant que, dans e monde, des pays éprouvent et améiorent diverses approches, i importe de diffuser ce que on sait déjà. Ainsi, d autres pays concevront à eur tour des programmes et contribueront, dans e combat contre a mortaité infantie, à enrichir ensembe de nos connaissances et de nos expériences. Ce guide est destiné aux agents des gouvernements et des organismes de déveoppement qui sont responsabes de a mise en œuvre de programmes de avage des mains. Les décideurs des ministères et es organismes de financement y trouveront aussi des idées uties pour éaboration de poitiques et de programmes d améioration de a santé pubique. L approche de promotion du avage des mains à grande échee repose sur es composants suivants : Poser es fondements d un Programme nationa de avage des mains Pour réussir, es programmes de avage des mains doivent s attaquer à un besoin reconnu en matière de santé. Le soutien d intervenants cés du gouvernement, de industrie et de donateurs est nécessaire, car es ressources uniques qu is offrent peuvent assurer e succès d un programme à grande échee. En évauant a situation et, si besoin est, en expiquant de manière rigoureuse e bien-fondé d un programme de avage des mains (sa rentabiité, son impact sur a santé), on donne à un te programme un fondement soide. Comprendre e consommateur Afin de changer des habitudes de ongue date iées aux comportements, comme e avage des mains, i faut comprendre cairement es facteurs qui infuencent et faciitent es comportements. Cea signifie qu i faut accorder une attention prioritaire aux besoins du pubic cibe (principaement des mères et de ceux ayant a charge d enfants âgés de moins de cinq ans ou d enfants d âge scoaire) et avoir à esprit eur propre perspective orsqu i s agit de définir a nature et a portée de ensembe des activités de promotion. La recherche sur a consommation aide à mesurer et à comprendre e pubic cibe. Pus précisément, ee permet de répondre à quatre grandes questions : Quees sont es pratiques à risque? Qui se ivre à de tees pratiques? Ques déterminants, habitudes et/ou facteurs concernant environnement peuvent changer e comportement? Comment es gens communiquent-is? Mise en œuvre du programme Les résutats de a recherche sur a consommation déterminent a mise en œuvre du programme, y compris es facteurs de environnement iés au avage des mains à prendre en considération, e mode de promotion du avage des mains e pus approprié et e pus attrayant et a ogistique médiatique a pus efficace pour atteindre e pubic cibe. La mise en œuvre incut aussi une surveiance attentive du programme ainsi qu une évauation et des ajustements périodiques. Organisation du programme I faut du temps et des efforts pour étabir des objectifs communs et une confiance mutuee entre des partenaires de différents miieux et de divers secteurs qui ne sont pas accoutumés à travaier ensembe. Pacer un coordonnateur de programmes dans une organisation de confiance est une approche efficace pour orienter divers partenaires vers un objectif commun. Tout au ong du manue, on trouvera des références, de information sur des études de cas et des outis pour soutenir es programmes de avage des mains. Les utiisateurs sont invités à aier eur créativité aux connaissances existantes afin d innover et d optimiser es approches axées sur une promotion à grande échee du avage des mains. Manue d hygiène des mains 7

10 INTRODUCTION Objectif Ce manue est né de expérience gobae du Partenariat Pubic Privé de Lavage des Mains au savon (PPPLM) et de son prédécesseur, e Programme de avage des mains de Amérique Centrae pour a prévention des maadies diarrhéiques. Ces efforts ont démontré que des programmes à grande échee fondés sur a participation du secteur pubic et du secteur privé peuvent contribuer à a promotion du avage des mains et à a réduction des maadies. Avec appui du «Bank Netherands Water Partnership», e PPPLM a réuni des organismes privés et pubics à échee gobae pour consoider es approches et ancé une vaste campagne de promotion du avage des mains au Ghana, au Pérou, au Sénéga et au Népa. Bien que on ait beaucoup appris sur a promotion du avage des mains ces dernières années, particuièrement dans es domaines de a recherche et de a conception des programmes, es pays en sont encore au stade de expérimentation et de optimisation de eur mise en œuvre. I est important de présenter ce que on sait pour que d autres conçoivent à eur tour des programmes et contribuent à notre bagage de connaissances et d expériences dans e combat contre a mortaité infantie. Ce guide est destiné au personne des gouvernements et des organismes de déveoppement chargé de a mise en œuvre des programmes de avage des mains. Les décideurs des ministères et es organismes d aide y trouveront aussi des données susceptibes de favoriser a conception de poitiques et de programmes pour améiorer a santé pubique. Contexte Le avage des mains compte parmi es moyens es pus efficaces de prévenir es maadies diarrhéiques, es autres étant es systèmes appropriés d évacuation des matières fécaes et d approvisionnement domestique en eau saubre. Ce manue porte uniquement sur e avage des mains et paide pour des programmes autonomes de avage des mains au savon. Ce guide n a pas pour objet de déprécier es mesures d hygiène autres que e avage des mains. Au contraire, chacune a sa pace et doit être abordée distinctement, avec soin et toujours en tenant compte du contexte. Cependant, on sait que, dans es programmes de communication, es messages doivent être simpes et uniques : es économies d échee ne s appiquent pas à a transmission de messages. Par exempe, orsqu on donne deux messages dans une seue communication, on réduit de moitié efficacité de chacun. Par conséquent, i est déconseié de réunir ensembe trois comportements cruciaux en matière d hygiène. L approche de promotion du avage des mains décrite dans ce ivre fait intervenir une recherche approfondie sur a consommation, suivie d une campagne de marketing avant-gardiste. Cette approche s adapte ee-même à d autres enjeux en santé et es eçons apprises à occasion de a mise en œuvre d un programme de avage des mains pourraient manifestement s appiquer à d autres programmes utiisant des approches techniques et institutionnees anaogues. Les efforts actues pour promouvoir une bonne hygiène, y compris ceux destinés à encourager e avage des mains, n ont pas été suffisants pour susciter un vaste changement de comportement. Pusieurs programmes de santé pubique comptent parmi eurs objectifs une meieure hygiène : dans tout pays et en tout temps, on trouvera un programme de contrôe des maadies diarrhéiques, un programme d éducation en hygiène scoaire, un programme d approvisionnement en eau et d assainissement priviégiant a sensibiisation du pubic à importance de hygiène, et, de façon ponctuee, à écheon oca, une éducation à hygiène. Tous ces efforts ont une faibesse commune, cee de traiter hygiène comme une question secondaire et non comme un probème fondamenta qu i faut résoudre. Les ressources ne sont pas suffisantes ; imagination, es compétences, enthousiasme ne sont pas suffisamment mobiisés ; es approches peuvent même être dépassées. Aucun organisme ne se fait e champion de hygiène et es organismes de financement ne voient pas son importance. Les objectifs dont font état es documents ne sont jamais peinement opérationnes, ni évaués, ni contrôés, ni appuyés par des ressources. Les succès sont argement confinés au cadre de viages individues et ont été rendus possibes grâce à des approches qui ne peuvent se répéter à échee nationae. Pire encore, a confusion règne, à un niveau pus fondamenta, sur ce qu est une bonne hygiène. Les différents intervenants a définissent différemment et es préjugés ainsi que es préférences ocaes ont préséance sur es données empiriques. L approche dont i est ici question vise à réger tous ces probèmes : ee accroît a sensibiisation du pubic et ee affermit engagement poitique et affectation de ressources en faveur de hygiène. Pour ce faire, ee propose une démarche conduisant à a mise en pace d un programme nationa coordonné, combinant tous ses ééments en un 8 Manue d hygiène des mains

11 ensembe cohérent ; ee utiise en outre des méthodoogies très directes et d appication récente dans e but de changer e comportement hygiénique qui possède e pus grand impact sur a santé pubique : e avage des mains au savon.tout comme chaque enfant a un droit à a vaccination, chaque enfant devrait aussi avoir e droit d être protégé des maadies transmises par es mains. Cea veut simpement dire qu i faut se aver es mains au savon après être aé aux toiettes, après avoir nettoyé un enfant et avant de manipuer de a nourriture. Les principaes causes de a mortaité infantie L Organisation Mondiae de a Santé (OMS) estime que a diarrhée et es infections respiratoires sont responsabes des deux tiers des décès d enfants (graphique 1). L UNICEF estime que, à ee seue, a diarrhée tue un enfant à tous es 30 secondes. La pupart des décès d enfants sont enregistrés chez es popuations es pus pauvres des pays à faibe revenu et à revenu intermédiaire. Graphique 1 : Répartition gobae des décès d enfants seon es causes Rougeoe 2 % SIDA 5 % Maaria 13 % Autre 13 % Infections respiratoires aiguës 32 % Maadies diarrhéiques 35 % Source : OMS 2001 Le avage des mains au savon : Le vaccin e pus efficace contre es risques d infection dans enfance? Les excréments humains sont a principae source d agents pathogènes diarrhéiques. Is sont aussi à origine de a shigeose, de a typhoïde, du choéra, de toutes es autres infections gastro-intestinaes communes et de certaines infections respiratoires : un seu gramme d excrément humain peut contenir 10 miions de virus et un miion de bactéries. Ces agents pathogènes passent d un hôte infecté à un nouve hôte par diverses voies (voir e graphique 2). Bien que es voies soient nombreuses, ees émanent toutes d une seue source : es excréments. Aors que es mesures secondaires (manipuation de a nourriture, purification de eau, contrôe des mouches) puissent avoir un impact, es barrières primaires sont de oin es pus importantes : hygiène pubique et avage des mains après contact avec des matières fécaes. Ces barrières empêchent en premier ieu es agents pathogènes fécaux d atteindre environnement domestique. Le avage des mains boque a transmission des agents de a maadie et peut réduire significativement a diarrhée et es infections respiratoires, ainsi que es infections de a peau et e trachome. Une étude récente (Curtis et Cairncross, 2003) indique que e avage des mains au savon, en particuier après un contact avec des excréments (après défécation et après manipuation des sees d enfant), peut réduire incidence diarrhéique de 42 % à 47 %, aors que e travai en cours par Rabie et a. signae qu une réduction de 30 % des infections respiratoires est possibe grâce au avage des mains. Cea demeure vrai même dans es secteurs qui sont fortement contaminés de matières fécaes et où i y a peu d hygiène. Une autre étude récente (Luby et a. 2004) concut que es enfants de moins de 15 ans vivant dans un foyer exposé à une promotion du avage des mains et utiisant du savon ont eu un taux de diarrhée de moitié inférieur à ceui des enfants du voisinage (e groupe témoin). Parce que e avage des mains prévient a transmission d une grande variété d agents Manue d hygiène des mains 9

12 Graphique 2 : Diagramme des principaes voies de transmission des maadies fécaes-oraes Champs Fuides Excréments Aiments Nouve hôte Mouches Doigts Source : Wagner et Lanois, 1958 pathogènes, i peut être pus efficace que n importe que vaccin. Promu sur une arge échee, e avage des mains au savon constitue, pour ainsi dire, un vaccin «maison». Les excréments sont a source des agents pathogènes diarrhéiques, ces «bestioes» microscopiques. Comme e graphique e montre, ces microbes s introduisent orsque environnement ne es éimine pas de façon sécuritaire. Is se propagent aors au moyen des «mouches», des «doigts», des «fuides» et des «champs». Boquer ces voies de transmission est a cé pour a prévention des maadies diarrhéiques. Mais aquee parmi es nombreuses pratiques possibes en matière d hygiène est susceptibe d éiminer e pus de maadies? Faire bouiir ou stériiser eau à a maison réduirait a diarrhée, mais i serait sans doute préférabe et pus efficace d empêcher es agents pathogènes fécaux d infecter eau utiisée dans a maison. De même, a nourriture doit de toute évidence être réchauffée pour tuer es microbes qui se mutipient pendant sa conservation, empêcher es agents pathogènes fécaux de atteindre est encore pus efficace. Deux mesures cés isoent es matières fécaes et es empêchent d atteindre environnement par es voies habituees : en premier ieu, une éimination adéquate des excréments des adutes et des enfants et, en second ieu, un avage des mains au savon après un contact avec es excréments. I y a contact avec es excréments orsque on va aux toiettes ou que on nettoie un enfant qui vient de déféquer. Certaines infections des voies respiratoires, dont e SRAS, à origine du coronavirus, sont aussi transmises par e biais des voies fécaes-oraes ou simpement par es mains. C est pourquoi e avage des mains prévient égaement ces maadies. Comment es mains doivent-ees être avées? Les données attestent que e savon n importe que savon et eau éiminent de façon adéquate es microbes contenus dans a saeté qui se trouve sur es mains. Les savons antibactériens 10 Manue d hygiène des mains

13 et es autres désinfectants pour es mains ne présentent aucun avantage suppémentaire. Les mains doivent être recouvertes de savon et puis rincées. La promotion du avage des mains : Un défi Si e avage des mains au savon est si important, pourquoi personne ne e pratique-t-i? Le Tabeau 1 indique que, dans e monde entier, es taux de avage des mains au savon sont très bas. Aors que beaucoup de gens se avent es mains à eau, peu nombreux sont ceux qui utiisent un savon aux moments cés. Si e taux de avage des mains est trop bas, c est rarement à cause d un manque de savon. Le savon est présent dans a vaste majorité des foyers partout dans e monde, mais i est communément utiisé pour e bain et pour a essive, pas pour e avage des mains. Le manque d eau n est pas, non pus, du moins habitueement, un probème, car es mains peuvent être avées efficacement avec très peu d eau ou avec de eau recycée. Seon es études faites sur a question, es taux de avage des mains au savon sont faibes parce que e avage des mains n est tout simpement pas une habitude. Le défi demeure, ceui de faire du avage des mains au savon une habitude et une norme sociae partout dans e monde. Tabeau 1 : Taux observés de avage des mains au savon dans e monde Lieu Prévaence du avage des mains au savon Référence État du Keraa, Inde Après défécation 34 % PPPLM Après a toiette d un enfant 35 % Ghana Après défécation 3 % PPPLM Après a toiette d un enfant 3 % Pérou Après défécation 6 % PPPLM Après a toiette d un enfant 30 % Sénéga Après défécation 31 % PPPLM Après a toiette d un enfant 26 % Kokata, Inde Après défécation 16 % Sircar et a., 1996 (quartiers pauvres) Kirghizistan (rura) Après a toiette d un enfant 0 % Biran, 1999 Après avoir utiisé es toiettes 18 % Nigéria (rura) Après a toiette d un enfant 10 % Omotade et a., 1995 Burkina Faso (zones urbaines) Après a toiette d un enfant 13 % Curtis et a., 2001 Après avoir utiisé es toiettes 1 % Brési Après a toiette d un enfant 16 % Barros et a., 1999 (services d aide à enfance) (suite) Manue d hygiène des mains 11

14 Tabeau 1 : Taux observés de avage des mains au savon dans e monde Lieu Prévaence du avage des mains au savon Référence Lima, Pérou (bidonvie) Après défécation 12 % Giman et a., 1993 (utiisation rare du savon) Nord de Angeterre Après a toiette d un enfant 47 % Curtis et a., 2003 (périurbain) Note : Toutes es prévaences sont observées, à exception de Sircar et a., avec comme mesure e savon utiisé. Quoi de neuf dans cette approche? Ce manue expique comment changer e comportement concernant e avage des mains sur une vaste échee ou sur une échee nationae en utiisant es eçons du marketing commerciae et es données courantes en matière de santé pubique. Sa particuarité essentiee est d axer es efforts sur a personne susceptibe de se aver es mains, et de a considérer comme un consommateur ayant devant ui pusieurs choix. Avec a personne susceptibe de se aver es mains comme point de convergence, ce manue expique comment : es recherches sur a consommation doivent anayser es habitudes sur e avage des mains, es barrières et es ééments moteurs à un changement de comportement et es meieures façons de se mettre en contact avec un pubic cibe ; concevoir des messages attrayants ; mettre en œuvre un programme de promotion expoitant tous es canaux appropriés : travaieurs des services d approche de proximité, réseaux de citoyens, événements spéciaux, distributeurs de savon, écoes et médias. La section 1 de ce manue décrit es fondements d un programme nationa de avage des mains. La section 2 expique comment en arriver à comprendre es consommateurs et ainsi mettre au point une campagne sur e avage des mains en tenant compte de eur miieu de vie. La section 3 expique comment de nouveaux aperçus peuvent être à origine d une campagne efficace pour changer e comportement sur e avage des mains. La section 4 résume organisation d un programme de avage des mains et donne des informations à propos des autres étapes ; ee est donc conçue pour être ue en paraèe avec es sections précédentes. L annexe offre des exempes d outis (instruments de réfexion, termes de référence, etc.). 12 Manue d hygiène des mains

15 VAL CURTIS SECTION 1 Fondements d un Programme nationa de avage des mains Manue d hygiène des mains 13

16 SECTION 1. Fondements d un Programme nationa de avage des mains Pour commencer : Est-ce e bon endroit au bon moment? Un soide programme de promotion de avage des mains peut avoir un effet très positif sur a santé pubique, mais son éaboration prend du temps, des ressources, des efforts et de a détermination. Pour réussir, un te programme doit s attaquer à un besoin reconnu en matière de santé et recevoir e soutien des intervenants cés. Mener une anayse de situation rapide Une anayse de a situation permet de déterminer si un pays possède un miieu propice à un programme de avage des mains et si on y trouve des champions d une tee cause (ou des personnes qui aspirent à e devenir) au sein du gouvernement, parmi es donateurs potenties et dans e secteur privé. Le premier déterminant de a réussite est un besoin en matière de santé. À titre d iustration, on peut mentionner es cas suivants : La diarrhée et es infections des voies respiratoires sont des causes importantes de morbidité et de mortaité. Les taux de avage des mains au savon aux moments cés sont faibes ou, à tout e moins, soupçonnés de être. Le choéra, a typhoïde ou e SRAS sont reconnus comme des probèmes. Si un besoin en matière de santé existe, on évauera intérêt et es capacités des groupes d intervenants cés afin de déterminer a viabiité de initiative et a façon de organiser de a manière a pus efficace. Les groupes types et es enjeux à considérer comprennent : Le gouvernement Le pays s est engagé à réaiser es Objectifs de Déveoppement pour e Miénaire et dispose d une stratégie de utte contre a pauvreté. L eau, es instaations sanitaires et hygiène sont des priorités du gouvernement. On peut trouver des champions potenties d une tee cause au sein des ministères de a Santé, de Éducation et de Eau. L industrie Un marché du savon existe. I y a une pace pour a croissance dans industrie du savon et dans es industries affiiés (par exempe es compagnies de pastique produisant des réservoirs d eau), en particuier dans es segments faibes du marché. Les entreprises cherchent à améiorer eur profi et eur image. Les donateurs et es autres partenaires I y a des programmes de santé, d eau, d instaations sanitaires et d hygiène au sein desques e avage des mains peut s inscrire. Les organismes d aide sont à a recherche de nouveaux modèes de partenariat. Les ONG peuvent intégrer e avage des mains à des programmes existants. D autres, tes que es fournisseurs de soins de santé, es compagnies distributrices d eau et es groupes communautaires et reigieux cherchent à jouer un rôe majeur en santé pubique. La possibiité de mettre au point un programme efficace et de grande ampeur en temps opportun augmente avec e nombre de facteurs sur esques on peut taber. Le partenariat pubic-privé Parce que es secteurs pubic et privé ont intérêt à promouvoir e avage des mains, es programmes nationaux prennent normaement a forme d un partenariat pubic-privé (PPP). Bien que e secteur pubic puisse être hésitant à travaier de concert avec industrie et que e secteur privé puisse être sceptique au sujet des résutats d une coaboration avec e gouvernement, es deux secteurs sont susceptibes de bénéficier de cette coopération. Premièrement, industrie a habitude de consacrer beaucoup d énergie à comprendre es consommateurs afin de fabriquer et de promouvoir des produits adaptés à eurs besoins. Ce type d expérience fait généraement défaut dans e secteur pubic et es programmes de promotion de hygiène s en ressentent. 14 Manue d hygiène des mains

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE Copyright Organisation internationae du Travai 2001 Première édition 2001 Les pubications du Bureau internationa du Travai jouissent de a

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

Une. Centre --------------

Une. Centre -------------- 59 Une Médiathèque Centre Socia (a cuture du ien socia) -------------- Émiie Dauphin Émiie Dauphin est bibiothécaire à a Médiathèque Centre Socia Yves Coppens, une structure hybride, à vocation sociae

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille Document de travai Working paper Le recours à Aide compémentaire santé : es enseignements d une expérimentation sociae à Lie Sophie Guthmuer (LEDa-LEGOS, Université Paris-Dauphine) Forence Jusot (LEDa-LEGOS,

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur 2011-2012 L ÉDITO DU PRÉSIDENT Doctorants, vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein de une des six écoes doctoraes du Pôe

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

l EXCLUSION, INCLUSION m

l EXCLUSION, INCLUSION m EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d actions US Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le

Plus en détail

DE COMMERCE ET DE GESTION

DE COMMERCE ET DE GESTION Institut DE COMMERCE ET DE GESTION Administration et Direction des Admissions : 9, rue Saint-Lambert 75015 Paris Té. (33) 01 45 58 17 33 Fax. 01 45 58 61 59 Métro Boucicaut (igne 8) ou Convention (igne

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse MINISTÈRE DE L ECONOMIE FORESTIÈRE, DES EAUX, DE LA PÊCHE ET DE L AQUACULTURE RAPPORT WRI ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse Atas forestier interactif du Gabon (version

Plus en détail

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles Fête & Buvette Un équiibre à trouver A attention des maires, présidents d associations, responsabes de débit de boissons temporaires, bénévoes Edition : Février 2011 Nous sommes ensembe responsabes! La

Plus en détail

Développement du leadership :

Développement du leadership : Livre banc Déveoppement du eadership : es tendances de demain Auteur : Nick Petrie Version : décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES 3 3 5 6 7 10 29 30 32 À propos de 'auteur Experts consutés dans e cadre de

Plus en détail

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M DOSSIER BASES DE DONNEES PAR VIRGINIE GOASDOU~ (EDF R&D), SYLVAINE NUGIER (EDF R&D), BRIGITTE LABOISSE (AID) ET DOMINIQUE DUQUENNOY (AID) Une grie pour évauer a quaité de vos données et choisir votre outi

Plus en détail

Des solutions technologiques pour des systèmes hautes performances

Des solutions technologiques pour des systèmes hautes performances Des soutions technoogiques pour des systèmes hautes performances Job Number Job Information ORIGINATED BY / DATE STUDIO POC 20662 Corporate Brochure - FRENCH Vicki 09-11 - 2011 Vicki/Laura Cient Job SIZE

Plus en détail

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE PHARMACIE HOSPITALIÈRE UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE BIOLOGIE CLINIQUE 1 DES PROGRAMMES

Plus en détail

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin e point sur La cartographie, enjeu contemporain Jacques Lévy, professeur à 'Universités de Reims et à 'Institut d'études poitiques de Paris, feow au Wissenschaftskoeg zu Berin De ce vieux Mercator, à quoi

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 ÉDITO Doctorants, Vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein d une écoe doctorae d Université Paris-Est (UPE). Vous postuez ainsi au dipôme e pus éevé en France

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

Un guide du bailleur : pourquoi?...3

Un guide du bailleur : pourquoi?...3 édition 2012 SOMMAIRE Un guide du baieur : pourquoi?...3 Avant a ocation Que type de ocation puis-je proposer ou accepter?...4 Quees conditions pour mon ogement mis en ocation?...5 Quees aides pour améioration

Plus en détail

de suivi et d évaluation de la participation des enfants

de suivi et d évaluation de la participation des enfants TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 Outis de suivi et d évauation de a participation des enfants Save the Chidren a des activités dans pus de 120 pays.

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable C TSP 6500/7000 SÉRIE Chariots tridirectionnes à nacee éevabe C Série TSP 6500 / 7000 Chariots tridirectionnes à nacee éevabe Aée disponibe min. Jeux fonctionnes Fourches non téescopiques 4.33a 4.33 Longueur

Plus en détail

Université libre FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ. Kinésithérapie et réadaptation. Education physique. Ostéopathie.

Université libre FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ. Kinésithérapie et réadaptation. Education physique. Ostéopathie. Kinésithérapie et réadaptation Education physique Ostéopathie Prévention santé Université ibre de Bruxees FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ Pathoogies du sport 1 Locaux d enseignement, de recherche

Plus en détail

La solution à tous les besoins en tuyauterie des secteurs du pétrole, du gaz, de la pétrochimie, de l industrie nucléaire et de la construction

La solution à tous les besoins en tuyauterie des secteurs du pétrole, du gaz, de la pétrochimie, de l industrie nucléaire et de la construction La soution à tous es besoins en tuyauterie des secteurs du pétroe, du gaz, de a pétrochimie, de industrie nucéaire et de a construction navae IPP Group - stockistes, fabricants et transformateurs ; a soution

Plus en détail

Guide d utilisation 5117

Guide d utilisation 5117 MO0912-FA Guide d utiisation 5117 Famiiarisation Féicitations pour achat de cette montre CASIO. Pour tirer e meieur parti de votre achat, veuiez ire attentivement cette notice. Exposez a montre à une umière

Plus en détail

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne Internet : Création de pages Web et contenus en igne «Internet : Création de pages Web et contenus en igne» Objectifs : Créer un site Internet simpe sans avoir à connaître e angage informatique. Découvrir

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

GUIDE SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN D UTILISATION. V1/décembre 2014

GUIDE SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN D UTILISATION. V1/décembre 2014 GUIDE D UTILISATION SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN V1/décembre 2014 1.1 Pourquoi cette signaétique? 1.3 Caendrier de dépoiement 3.2 Règes graphiques 3.2.1 Règes de base 3.2.2 Coueurs 3.2.5 Exempes

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 Rapport d activités 213 1 1 1.1 Sudoc... p. 5 Nouvee convention de participation au Sudoc... p. 5 Sudoc professionne... p. 5 Sudoc pubic... p. 5 Ouverture de Coodus pour une simpification de exemparisation...

Plus en détail

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06.

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. SOMMAIRE INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. 07. L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LE PARCOURS DE L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LES MÉTIERS ET DIPLÔMES PRÉPARÉS DANS LES CENTRES DE FORMATION DE LA BRANCHE EN ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

Guide d utilisation 3173 3246

Guide d utilisation 3173 3246 MO1007-FB Guide d utiisation 3173 3246 Féicitations pour e choix de cette montre CASIO. Appications Les capteurs de cette montre mesurent a direction, a pression barométrique, a température et atitude.

Plus en détail

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires.

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires. Venir nous voir De près Notre gae de chaudières pour fiou et gaz De oin Technoogie à condensation Technoogie basse température Boiers Accessoires Interca Wärmetechnik GmbH A Seeenkamp 0 2791 Lage Aemagne

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Le gaz nature, a soution a moins chère et a pus rapide pour votre entreprise Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Les avantages financiers du changement au gaz nature Seon

Plus en détail

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité Aspects de ergonomie des interfaces. Utiisabiité René PATESSON CREATIC Centre de Recherches en Ergonomie Appiquée aux Technoogies de Information et de a Communication ULB-SISH (Section Informatique et

Plus en détail

Payer peut nuire à votre santé : une étude de l impact du renoncement financier aux soins sur l état de santé

Payer peut nuire à votre santé : une étude de l impact du renoncement financier aux soins sur l état de santé Document de travai Working paper Payer peut nuire à votre santé : une étude de impact du renoncement financier aux soins sur état de santé Pau Dourgnon (Irdes, Université Paris-Dauphine-LEDa-LEGOS) Forence

Plus en détail

MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à l œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de la culture

MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à l œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de la culture MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de a cuture mardi 9 décembre 2014 Ministère de a Cuture et de a Communication Communiqué de presse Feur Peerin reance a poitique

Plus en détail

SYMBIOSES. Comment changer les comportements? Jeter des idées sur le papier p.6. n o 70 mars, avril, mai 2006

SYMBIOSES. Comment changer les comportements? Jeter des idées sur le papier p.6. n o 70 mars, avril, mai 2006 Bureau de dépôt Bruxees X Begique-Begïe P.P. Bruxees X 1/2241 n o 70 mars, avri, mai 2006 SYMBIOSES Le magazine de Éducation reative à Environnement (ErE) Comment changer es comportements? Jeter des idées

Plus en détail

E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES

E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES Source : JLR-Conseis, 2006 E.2.14.1 Données gobaes Zone éargie L activité économique en zone éargie (cf. paragraphe «présentation des zones d études» au début de état initia)

Plus en détail

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais AE 08.0 Accessoires Contacts éectriques Conformité Contact éectrique sec à aimant Type 8 ) Seui d'aarme inductif Type 8 Reais ampificateur Boc reais Utiisation Les contacts éectriques permettent d'ouvrir

Plus en détail

Dossier d actualité PISA : CE QUE L ON EN SAIT ET CE QUE VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 66 Oct. 2011. Une évaluation qui polarise l attention 1/18

Dossier d actualité PISA : CE QUE L ON EN SAIT ET CE QUE VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 66 Oct. 2011. Une évaluation qui polarise l attention 1/18 n 66 Oct. 2011 Sommaire page 1 : Une évauation qui poarise attention page 3 : Ce que PISA peut nous apprendre sur enseignement page 9 : PISA et e piotage des systèmes éducatifs page 14 : Bibiographie Dossier

Plus en détail

Création. d Entreprises. Offres immobilières. les opportunités à saisir en ZUS et ZFU. (Vente & Location)

Création. d Entreprises. Offres immobilières. les opportunités à saisir en ZUS et ZFU. (Vente & Location) Création d Entreprises Offres immobiières es opportunités à saisir en ZUS et ZFU (Vente & Location) Location & Vente en Zone Franche Urbaine Quartier du Neuhof Strasbourg Disponibiité : immédiate Activité

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email Siemens IVM : Voice to emai IVM : Voice to emai 1 HiPath Xpressions Compact : Voice to emai............................. 3 1.1 Introduction.......................................................... 3 1.2

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Consultations publiques sur la sécurité : les recommandations des commissaires

Consultations publiques sur la sécurité : les recommandations des commissaires ÉTÉ 2014 VOLUME 16, NUMÉRO 2 Taxi Le Journa Consutations pubiques sur a sécurité : es recommandations des commissaires UN PRINTEMPS CHARGÉ LE BTM CONSULTE SES PARTENAIRES VERS UNE POLITIQUE POUR L INDUSTRIE

Plus en détail

Dossier d actualité ARCHITECTURE DE L INFORMATION, ARCHITECTURE DES CONNAISSANCES VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 74 Avril 2012 1/16

Dossier d actualité ARCHITECTURE DE L INFORMATION, ARCHITECTURE DES CONNAISSANCES VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 74 Avril 2012 1/16 n 74 Avri 2012 Sommaire page 2 : Introduction à architecture de information page 5: Se préoccuper de utiisateur et de ses espaces d information page 7: Se préoccuper de accès aux savoirs page 10 : Donner

Plus en détail

ENQUETE PERMANENTE AUPRES DES MENAGES * EN COTE D'IVOIRE (EPAM) 1985-88. Informations de base pour les usagers

ENQUETE PERMANENTE AUPRES DES MENAGES * EN COTE D'IVOIRE (EPAM) 1985-88. Informations de base pour les usagers Banque mondiae/ Institut nationa de a statistique de Côte d'ivoire ENQUETE PERMANENTE AUPRES DES MENAGES * EN COTE D'IVOIRE (EPAM) 1985-88 Informations de base pour es usagers 8 août 1996 * En angais:

Plus en détail

Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France

Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France Document de travai Working paper Les écarts des coûts hospitaiers sont-is justifiabes? Réfexions sur une convergence tarifaire entre es secteurs pubic et privé en France Zeynep Or (Irdes) Thomas Renaud

Plus en détail

Ford transit custom kombi

Ford transit custom kombi Ford transit custom kombi Conçu dans un souci de durabiité, testé pour sa robustesse Comme tous es Ford Transit, a durabiité est inscrite dans es gènes du Transit Custom Kombi. Grâce à un programme de

Plus en détail

de l'aide à la Personne Malade et à son Entourage

de l'aide à la Personne Malade et à son Entourage Annonce du diagnostic "j'ai besoin d'aide" Mon séjour à 'hopita Scoarité et empoi Ma vie au jour e jour Aidants: j'aide et j'ai besoin d'aide Liois: je veux m'engager de 'Aide à a Personne Maade et à son

Plus en détail

Bouclier sanitaire : choisir entre égalité et équité?

Bouclier sanitaire : choisir entre égalité et équité? Document de travai Working paper Boucier sanitaire : choisir entre égaité et équité? Une anayse à partir du modèe ARAMMIS Thierry Debrand (Irdes) Christine Sorasith (Irdes) DT n 32 Juin 2010 Reproduction

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,...

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... hapitre 4 1 RESEAUX LOAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... Ethernet : buts - non buts 2 uts réseau mutipoint sans priorité avec coisions faibe coût Non-buts contrôe d erreur fu dupex sécurité priorité déterminisme

Plus en détail

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu Gamme Everio 2012 www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu www.jvc-asia.com www.jvc-me.com Restez en contact Everio vous permet désormais de rester en contact avec votre entourage, qu i se trouve à côté de

Plus en détail

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Créer de la valeur dans le secteur d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Analytics» L

Plus en détail

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles E Chapitre I : appes générau. Chapitre 3 es câbes 38 Cacuer une structure : de a théorie à 'eempe Iustration au recto et photos ci-dessous : Mât haubané de mètres servant de soutien au tieu cassé de Doyon

Plus en détail

Octobre 2011 ALIMENTAIRE. DOSSIER SANTé SécURITé N 4. Proximité : le retour. Rachat de contrat assurance-vie = danger

Octobre 2011 ALIMENTAIRE. DOSSIER SANTé SécURITé N 4. Proximité : le retour. Rachat de contrat assurance-vie = danger V O T R E M @ G A Z I N E D I N F O R M A T I O N M U T U A L I S T E N 4 Octobre 2011 DOSSIER SANTé SécURITé ALIMENTAIRE MUTUALITé Proximité : e retour MES DROITS ET MOI Rachat de contrat assurance-vie

Plus en détail

Structures dynamiques Listes chaînées

Structures dynamiques Listes chaînées TC Informatique Structures de données abstraites PC N 4 30 Novembre 2000 François Siion Structures dynamiques Listes chaînées http://w3.edu.poytechnique.fr/informatique Représenter un ensembe d'ééments

Plus en détail

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina esure de facteur de bruit sur anayseur de réseaux vectorie corrigée en Paramètres-S Frédéric oina Agenda Rappe : qu est-ce que e facteur de bruit d un composant? éthodes et setup de mesure Etapes de caibrage

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

UNICEF/96-0224/Toutounji

UNICEF/96-0224/Toutounji UNICEF/96-0224/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur La prévention des accidents LA PRÉVENTION DES ACCIDENTS Chaque année, 750 000 enfants meurent des suites

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

Si on reparlait de la distribution du crédit sur les lieux de vente...

Si on reparlait de la distribution du crédit sur les lieux de vente... Buetin de 'UFC-QUE CHOSR de 'ÀN Association sans but ucratif, régie par a oi de 1901 et agréée pour ester en Justice affiiée à a Fédération Nationae d'ufc-que Choisir affiiée à 'Union Régionae Rhône-Apes

Plus en détail

Système PBX IP hybride

Système PBX IP hybride Système PBX IP hybride KX-TDA30 La conception et es spécifications peuvent être modifiées sans préavis. FrenchPan_NEW MASTER_FA.indd -3 /6/09 9:0:0 AM Pour a mise en pace d un environnement de communications

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

NCH Software Pixillion - Convertisseur de fichiers image

NCH Software Pixillion - Convertisseur de fichiers image NCH Software Pixiion - Convertisseur de fichiers image Ce manue a été créé pour être utiisé avec Pixiion - Convertisseur de fichiers image Version 2.xx NCH Software Support technique Si vous rencontrez

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail