LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS"

Transcription

1 LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon BANQUE MONDIALE

2 The Internationa Bank for Reconstruction and Deveopment/The Word Bank 1818 H Street, NW Washington, DC 20433, États-Unis d'amérique Tous droits réservés Les constatations, interprétations et concusions présentées dans cet ouvrage n engagent que 'auteur (es auteurs) et ne doivent être attribuées en aucune façon à a Banque mondiae, aux institutions qui ui sont affiiées, aux membres de son Consei d administration ou aux pays qu is représentent. La Banque mondiae ne garantit pas exactitude des données citées et n accepte aucune responsabiité quant aux conséquences de eur utiisation.

3 Le Manue de initiative de avage des mains Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon

4 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 5 RÉSUMÉ ANALYTIQUE 7 INTRODUCTION 8 Contexte et objectif de ce manue Les principaes causes de a mortaité infantie Le avage des mains au savon : Le vaccin e pus efficace contre es risques d infection de enfance? La promotion du avage des mains : Un défi Quoi de neuf dans cette approche? SECTION 1 13 Fondements d un Programme nationa de avage des mains Pour commencer : Est-ce e bon endroit au bon moment? Mener une anayse de situation rapide Partenariat pubic-privé Étabir e bien-fondé du avage des mains Étabir e bien-fondé auprès du gouvernement Étabir e bien-fondé auprès de industrie Étabir e bien-fondé auprès des baieurs de fonds Enjeux financiers Organisation et coordination SECTION 2 23 Comprendre e consommateur L approche marketing Comprendre es comportements Conception et mise en œuvre de a recherche sur a consommation Gestion et supervision de a recherche sur a consommation Anayse et diffusion des résutats 2 Manue d hygiène des mains

5 SECTION 3 37 Mise en œuvre du programme Conception de a campagne Appiquer a ogistique commerciae Mise au point de a promotion Les pubics cibes et eur segmentation Agences, concepts et mise à essai Stratégies mutipes pour un changement de comportement Reations pubiques et sensibiisation. Le pan de RP Logistique médiatique Suivie et évauation SECTION 4 49 Organisation du programme Logistique du partenariat Un modèe généra de partenariat Le pan d activité CONCLUSION 57 BIBLIOGRAPHIE ET RESSOURCES 59 OUTILS ET TERMES DE RÉFÉRENCE 61 ABRÉVIATIONS 87 Manue d hygiène des mains 3

6 LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Graphique 1 : Graphique 2 : Tabeau 1 : Tabeau 2 : Tabeau 3 : Encadré 1 : Encadré 2 : Graphique 3 : Graphique 4 : Encadré 3 : Tabeau 4 : Tabeau 5 : Encadré 4 : Encadré 5 : Graphique 5 : Encadré 6 : Tabeau 6 : Encadré 7: Encadré 8 : Encadré 9 : Tabeau 7 : Encadré 10 : Tabeau 8 : Graphique 6 : Encadré 11 : Encadré 12 : Encadré 13 : Répartition gobae des décès d enfants seon es causes Diagramme des principaes voies de transmission des maadies fécaes-oraes Taux observés de avage des mains au savon dans e monde Anayse des facteurs F.F.P.M. Facteurs externes F.F.P.M. La rentabiité des programmes de avage des mains L initiative de Amérique centrae Le processus de recherche sur a consommation Environnement, habitudes et déterminants dans e changement de comportement Croyances cuturees entravant e avage des mains au savon au Sénéga Déterminants, habitudes et environnements favorisant e avage des mains au savon (quatre secteurs) Identification des barrières et des incitatifs au avage des mains au savon aux moments cés Les consommateurs du Ghana préfèrent es savons à usages mutipes, de ongue durée et bon marché Une note sur es écoes Comment es mères communiquent au Keraa, en Inde : profi mensue des contacts Aperçu des méthodes de recherche Pan sommaire d une recherche sur a consommation Points cés pour attribution d un contrat de recherche sur a consommation Recherche sur a consommation : Le préjugé rationne Les parfaites directives Avantages et désavantages des différentes approches de communication Une eçon en reations pubiques : Le avage des mains au Keraa en Inde L initiative nationae de avage des mains au Ghana : Phase 1 Évauation des résutats (en pourcentages) Suivie et évauation : Activités et impact du programme Le avage des mains en action : Le partenariat sur e avage des mains au Pérou Activités du secteur privé sur e avage des mains Ééments du pan d activité 4 Manue d hygiène des mains

7 AVANT-PROPOS L hygiène est un éément essentie de a mission de a santé pubique visant à réduire a transmission et es conséquences de a maadie. Le décin marqué des décès causés par des maadies infectieuses observé dans es pays riches au cours du dernier sièce n aurait pu se réaiser sans d importants progrès en hygiène pubique. L augmentation du niveau de vie a permis à a popuation d améiorer es conditions d hygiène une fois que eau potabe a été rendue disponibe dans es maisons et que e savon est devenu suffisamment bon marché pour être pacé auprès de chaque évier. Par a suite, es efforts combinés de a santé pubique et de industrie privée ont fait que des mains propres, une maison propre et une bonne hygiène de vie sont devenus une norme sociae. Maheureusement, évoution historique dans es pays pauvres n aurait pu être pus différente. Vers a fin du XX e sièce, deux miiards de personnes ont toujours un accès insuffisant à des instaations sanitaires et un miiard de personnes manquent d eau potabe. Les efforts pour promouvoir une hygiène efficace ont été fragmentaires et infructueux. Bien que industrie ait réussi à introduire e savon dans presque toutes es maisons, ee n a pas promu de façon constante une bonne hygiène ou e avage des mains en diffusant ces produits. C est une occasion manquée pour a santé pubique. Aujourd hui, es deux pus importants facteurs de mortaité chez es enfants dans e monde en déveoppement sont es maadies diarrhéiques et es infections des voies respiratoires. Le simpe geste de se aver es mains peut réduire e risque de diarrhée de presque a moitié et ceui d une infection des voies respiratoires du tiers. I s ensuit que e avage des mains est supérieur à n importe que vaccin comme mode de prévention des maadies. Si es pays en voie de déveoppement veuent réaiser d ici 2015 eurs objectifs de déveoppement pour e Miénaire de réduction de a mortaité infantie, on devra compéter un travai que e XX e sièce n a pu mener à bien. Pour y parvenir, i faudra non seuement rendre universes eau et es instaations sanitaires, mais aussi habitude du avage des mains au savon. Cea exigera que es ministères de a Santé, de Éducation et des Eaux, en pus des organisations non gouvernementaes (ONG) et des organismes communautaires, expoitent toutes es occasions de e promouvoir. En outre, industrie privée, qui a joué un si grand rôe dans a création des normes de bonne hygiène dans es pays riches, devra profiter de a croissance de ses activités commerciaes dans es pays en voie de déveoppement pour faire de même. Le avage des mains au savon peut et doit devenir habitue dans es pays en voie de déveoppement. Pour y arriver, i faudra : s assurer que chacun soit conscient de importance du avage des mains ; construire des aiances entre e secteur privé et e secteur pubic ; mobiiser es ressources et expertise nécessaires ; utiiser pour a promotion du avage des mains des moyens de communications dont impact auprès du grand pubic sont éevés et reconnus ; démontrer que des changements de comportements mesurabes peuvent se réaiser de façon rentabe. Dans un monde bruyant où es gens reçoivent des messages en compétition es uns avec es autres et provenant de tous es horizons, seues es campagnes es mieux conçues et es pus efficaces entraînent un changement de comportement. Ce manue cherche à reever ce défi. I décrit une nouvee approche pour a promotion du avage des mains, basée sur e travai innovateur du Partenariat pubic-privé de avage des mains au savon. I expique comment combiner es dernières innovations en marketing commercia aux résutats des recherches es pus récentes en santé pubique, pour créer ainsi une nouvee dynamique pouvant se traduire par a mise en œuvre de campagnes efficaces en faveur du avage des mains. On y trouve en outre es eçons qu on a pu tirer des programmes nationaux appiqués au Ghana, au Pérou, au Sénéga et dans d autres pays. Des indicateurs récents donnent à penser que nous assistons peut-être à émergence d un chapitre nouveau et passionnant de a santé pubique au XXI e sièce. Manue d hygiène des mains 5

8 Ce manue a été rendu possibe grâce à pusieurs membres de Initiative de Partenariat Pubic Privé de Lavage des Mains. Nous aimerions remercier particuièrement Beth Scott, Va Curtis et Jason Cardosi pour a mise au point de ce guide. Nous sommes reconnaissants à Ai Diouf, Rocio Forez et Nana Garbrah-Aidoo d avoir fourni des exempes des programmes nationaux. Des remerciements spéciaux vont à Peter Kosky, Mariam Caeson, Stéphane Legros et Nancy Lee, qui ont effectué es révisions. Des contributions précieuses ont été faites aussi par Steve Luby, Eckhard Keinau, Suzanne Reiff, Camie Saade, Myriam Sidibe, Barbara Evans, Sandy Caier, Joana Godinho, Wendy Wakeman, Merri Weigner et Henk Van Norden. Les partenaires du secteur privé, Yuri Jain de Hindustan Lever, Diana Grina de Cogate- Pamoive et Tim Long de Procter & Gambe ont fourni expertise et es conseis techniques. Enfin, nous aimerions signaer a quaité de a supervision et de a direction des deux eaders du groupe de travai, Jennifer Sara et Param Lyer. Jama Saghir Jacques Baudouy Directeur, Énergie et eau Directeur, Santé, nutrition et popuation 6 Manue d hygiène des mains

9 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Avec des systèmes sûrs d évacuation des matières fécaes et d approvisionnement en eau saubre, e avage des mains est un des moyens es pus efficaces, de prévenir es maadies diarrhéiques. Tout indique que améioration du avage des mains, que que soit e pays concerné, peut avoir un impact majeur sur a santé pubique et réduire significativement es deux principaes causes de mortaité infantie : es maadies diarrhéiques et es infections respiratoires aiguës. Parce que e avage des mains au savon prévient a transmission d une grande variété d agents pathogènes, i est probabement pus efficace que n importe que vaccin ou que tout autre mesure d hygiène. Promu sur une grande échee, e avage des mains au savon constituerait un vaccin «maison» essentie. Presque tous es ménages dans e monde, indépendamment du statut économique, ont du savon. Le avage des mains au savon aux moments cés n est pas, cependant, argement pratiqué. Si es objectifs de déveoppement pour e Miénaire pour a réduction de a mortaité infantie sont un jour atteints, c est parce que es habitudes de avage des mains auront été améiorées, ainsi que accès à eau saubre et à des instaations sanitaires. Le Partenariat pubic-privé mondia de avage des mains a réuni, sur une grande échee, diverses organisations de divers secteurs pour promouvoir e avage des mains au savon. Le partenariat comprend : es gouvernements qui, en donnant a priorité à hygiène, permettent au avage des mains de passer du stade de effort fragmentaire (viage par viage) à ceui des programmes nationaux ; es baieurs de fonds qui incuent de pus en pus e thème du avage des mains dans eurs programmes d éducation ou de santé et dans eurs projets d instaations sanitaires et d approvisionnement en eau ; e secteur privé qui met sur a tabe ses connaissances et ses techniques de marketing es pus récentes ; es organisations académiques et scientifiques qui éaborent es pus récentes théories sur e changement de comportement et offrent des témoignages scientifiques étabissant efficacité du avage des mains ; et es organisations non gouvernementaes et communautaires qui intègrent des messages sur e avage des mains dans eurs propres programmes. Le manue de initiative de avage des mains décrit es expériences de ce partenariat mondia sous forme de guide pratique. Pendant que, dans e monde, des pays éprouvent et améiorent diverses approches, i importe de diffuser ce que on sait déjà. Ainsi, d autres pays concevront à eur tour des programmes et contribueront, dans e combat contre a mortaité infantie, à enrichir ensembe de nos connaissances et de nos expériences. Ce guide est destiné aux agents des gouvernements et des organismes de déveoppement qui sont responsabes de a mise en œuvre de programmes de avage des mains. Les décideurs des ministères et es organismes de financement y trouveront aussi des idées uties pour éaboration de poitiques et de programmes d améioration de a santé pubique. L approche de promotion du avage des mains à grande échee repose sur es composants suivants : Poser es fondements d un Programme nationa de avage des mains Pour réussir, es programmes de avage des mains doivent s attaquer à un besoin reconnu en matière de santé. Le soutien d intervenants cés du gouvernement, de industrie et de donateurs est nécessaire, car es ressources uniques qu is offrent peuvent assurer e succès d un programme à grande échee. En évauant a situation et, si besoin est, en expiquant de manière rigoureuse e bien-fondé d un programme de avage des mains (sa rentabiité, son impact sur a santé), on donne à un te programme un fondement soide. Comprendre e consommateur Afin de changer des habitudes de ongue date iées aux comportements, comme e avage des mains, i faut comprendre cairement es facteurs qui infuencent et faciitent es comportements. Cea signifie qu i faut accorder une attention prioritaire aux besoins du pubic cibe (principaement des mères et de ceux ayant a charge d enfants âgés de moins de cinq ans ou d enfants d âge scoaire) et avoir à esprit eur propre perspective orsqu i s agit de définir a nature et a portée de ensembe des activités de promotion. La recherche sur a consommation aide à mesurer et à comprendre e pubic cibe. Pus précisément, ee permet de répondre à quatre grandes questions : Quees sont es pratiques à risque? Qui se ivre à de tees pratiques? Ques déterminants, habitudes et/ou facteurs concernant environnement peuvent changer e comportement? Comment es gens communiquent-is? Mise en œuvre du programme Les résutats de a recherche sur a consommation déterminent a mise en œuvre du programme, y compris es facteurs de environnement iés au avage des mains à prendre en considération, e mode de promotion du avage des mains e pus approprié et e pus attrayant et a ogistique médiatique a pus efficace pour atteindre e pubic cibe. La mise en œuvre incut aussi une surveiance attentive du programme ainsi qu une évauation et des ajustements périodiques. Organisation du programme I faut du temps et des efforts pour étabir des objectifs communs et une confiance mutuee entre des partenaires de différents miieux et de divers secteurs qui ne sont pas accoutumés à travaier ensembe. Pacer un coordonnateur de programmes dans une organisation de confiance est une approche efficace pour orienter divers partenaires vers un objectif commun. Tout au ong du manue, on trouvera des références, de information sur des études de cas et des outis pour soutenir es programmes de avage des mains. Les utiisateurs sont invités à aier eur créativité aux connaissances existantes afin d innover et d optimiser es approches axées sur une promotion à grande échee du avage des mains. Manue d hygiène des mains 7

10 INTRODUCTION Objectif Ce manue est né de expérience gobae du Partenariat Pubic Privé de Lavage des Mains au savon (PPPLM) et de son prédécesseur, e Programme de avage des mains de Amérique Centrae pour a prévention des maadies diarrhéiques. Ces efforts ont démontré que des programmes à grande échee fondés sur a participation du secteur pubic et du secteur privé peuvent contribuer à a promotion du avage des mains et à a réduction des maadies. Avec appui du «Bank Netherands Water Partnership», e PPPLM a réuni des organismes privés et pubics à échee gobae pour consoider es approches et ancé une vaste campagne de promotion du avage des mains au Ghana, au Pérou, au Sénéga et au Népa. Bien que on ait beaucoup appris sur a promotion du avage des mains ces dernières années, particuièrement dans es domaines de a recherche et de a conception des programmes, es pays en sont encore au stade de expérimentation et de optimisation de eur mise en œuvre. I est important de présenter ce que on sait pour que d autres conçoivent à eur tour des programmes et contribuent à notre bagage de connaissances et d expériences dans e combat contre a mortaité infantie. Ce guide est destiné au personne des gouvernements et des organismes de déveoppement chargé de a mise en œuvre des programmes de avage des mains. Les décideurs des ministères et es organismes d aide y trouveront aussi des données susceptibes de favoriser a conception de poitiques et de programmes pour améiorer a santé pubique. Contexte Le avage des mains compte parmi es moyens es pus efficaces de prévenir es maadies diarrhéiques, es autres étant es systèmes appropriés d évacuation des matières fécaes et d approvisionnement domestique en eau saubre. Ce manue porte uniquement sur e avage des mains et paide pour des programmes autonomes de avage des mains au savon. Ce guide n a pas pour objet de déprécier es mesures d hygiène autres que e avage des mains. Au contraire, chacune a sa pace et doit être abordée distinctement, avec soin et toujours en tenant compte du contexte. Cependant, on sait que, dans es programmes de communication, es messages doivent être simpes et uniques : es économies d échee ne s appiquent pas à a transmission de messages. Par exempe, orsqu on donne deux messages dans une seue communication, on réduit de moitié efficacité de chacun. Par conséquent, i est déconseié de réunir ensembe trois comportements cruciaux en matière d hygiène. L approche de promotion du avage des mains décrite dans ce ivre fait intervenir une recherche approfondie sur a consommation, suivie d une campagne de marketing avant-gardiste. Cette approche s adapte ee-même à d autres enjeux en santé et es eçons apprises à occasion de a mise en œuvre d un programme de avage des mains pourraient manifestement s appiquer à d autres programmes utiisant des approches techniques et institutionnees anaogues. Les efforts actues pour promouvoir une bonne hygiène, y compris ceux destinés à encourager e avage des mains, n ont pas été suffisants pour susciter un vaste changement de comportement. Pusieurs programmes de santé pubique comptent parmi eurs objectifs une meieure hygiène : dans tout pays et en tout temps, on trouvera un programme de contrôe des maadies diarrhéiques, un programme d éducation en hygiène scoaire, un programme d approvisionnement en eau et d assainissement priviégiant a sensibiisation du pubic à importance de hygiène, et, de façon ponctuee, à écheon oca, une éducation à hygiène. Tous ces efforts ont une faibesse commune, cee de traiter hygiène comme une question secondaire et non comme un probème fondamenta qu i faut résoudre. Les ressources ne sont pas suffisantes ; imagination, es compétences, enthousiasme ne sont pas suffisamment mobiisés ; es approches peuvent même être dépassées. Aucun organisme ne se fait e champion de hygiène et es organismes de financement ne voient pas son importance. Les objectifs dont font état es documents ne sont jamais peinement opérationnes, ni évaués, ni contrôés, ni appuyés par des ressources. Les succès sont argement confinés au cadre de viages individues et ont été rendus possibes grâce à des approches qui ne peuvent se répéter à échee nationae. Pire encore, a confusion règne, à un niveau pus fondamenta, sur ce qu est une bonne hygiène. Les différents intervenants a définissent différemment et es préjugés ainsi que es préférences ocaes ont préséance sur es données empiriques. L approche dont i est ici question vise à réger tous ces probèmes : ee accroît a sensibiisation du pubic et ee affermit engagement poitique et affectation de ressources en faveur de hygiène. Pour ce faire, ee propose une démarche conduisant à a mise en pace d un programme nationa coordonné, combinant tous ses ééments en un 8 Manue d hygiène des mains

11 ensembe cohérent ; ee utiise en outre des méthodoogies très directes et d appication récente dans e but de changer e comportement hygiénique qui possède e pus grand impact sur a santé pubique : e avage des mains au savon.tout comme chaque enfant a un droit à a vaccination, chaque enfant devrait aussi avoir e droit d être protégé des maadies transmises par es mains. Cea veut simpement dire qu i faut se aver es mains au savon après être aé aux toiettes, après avoir nettoyé un enfant et avant de manipuer de a nourriture. Les principaes causes de a mortaité infantie L Organisation Mondiae de a Santé (OMS) estime que a diarrhée et es infections respiratoires sont responsabes des deux tiers des décès d enfants (graphique 1). L UNICEF estime que, à ee seue, a diarrhée tue un enfant à tous es 30 secondes. La pupart des décès d enfants sont enregistrés chez es popuations es pus pauvres des pays à faibe revenu et à revenu intermédiaire. Graphique 1 : Répartition gobae des décès d enfants seon es causes Rougeoe 2 % SIDA 5 % Maaria 13 % Autre 13 % Infections respiratoires aiguës 32 % Maadies diarrhéiques 35 % Source : OMS 2001 Le avage des mains au savon : Le vaccin e pus efficace contre es risques d infection dans enfance? Les excréments humains sont a principae source d agents pathogènes diarrhéiques. Is sont aussi à origine de a shigeose, de a typhoïde, du choéra, de toutes es autres infections gastro-intestinaes communes et de certaines infections respiratoires : un seu gramme d excrément humain peut contenir 10 miions de virus et un miion de bactéries. Ces agents pathogènes passent d un hôte infecté à un nouve hôte par diverses voies (voir e graphique 2). Bien que es voies soient nombreuses, ees émanent toutes d une seue source : es excréments. Aors que es mesures secondaires (manipuation de a nourriture, purification de eau, contrôe des mouches) puissent avoir un impact, es barrières primaires sont de oin es pus importantes : hygiène pubique et avage des mains après contact avec des matières fécaes. Ces barrières empêchent en premier ieu es agents pathogènes fécaux d atteindre environnement domestique. Le avage des mains boque a transmission des agents de a maadie et peut réduire significativement a diarrhée et es infections respiratoires, ainsi que es infections de a peau et e trachome. Une étude récente (Curtis et Cairncross, 2003) indique que e avage des mains au savon, en particuier après un contact avec des excréments (après défécation et après manipuation des sees d enfant), peut réduire incidence diarrhéique de 42 % à 47 %, aors que e travai en cours par Rabie et a. signae qu une réduction de 30 % des infections respiratoires est possibe grâce au avage des mains. Cea demeure vrai même dans es secteurs qui sont fortement contaminés de matières fécaes et où i y a peu d hygiène. Une autre étude récente (Luby et a. 2004) concut que es enfants de moins de 15 ans vivant dans un foyer exposé à une promotion du avage des mains et utiisant du savon ont eu un taux de diarrhée de moitié inférieur à ceui des enfants du voisinage (e groupe témoin). Parce que e avage des mains prévient a transmission d une grande variété d agents Manue d hygiène des mains 9

12 Graphique 2 : Diagramme des principaes voies de transmission des maadies fécaes-oraes Champs Fuides Excréments Aiments Nouve hôte Mouches Doigts Source : Wagner et Lanois, 1958 pathogènes, i peut être pus efficace que n importe que vaccin. Promu sur une arge échee, e avage des mains au savon constitue, pour ainsi dire, un vaccin «maison». Les excréments sont a source des agents pathogènes diarrhéiques, ces «bestioes» microscopiques. Comme e graphique e montre, ces microbes s introduisent orsque environnement ne es éimine pas de façon sécuritaire. Is se propagent aors au moyen des «mouches», des «doigts», des «fuides» et des «champs». Boquer ces voies de transmission est a cé pour a prévention des maadies diarrhéiques. Mais aquee parmi es nombreuses pratiques possibes en matière d hygiène est susceptibe d éiminer e pus de maadies? Faire bouiir ou stériiser eau à a maison réduirait a diarrhée, mais i serait sans doute préférabe et pus efficace d empêcher es agents pathogènes fécaux d infecter eau utiisée dans a maison. De même, a nourriture doit de toute évidence être réchauffée pour tuer es microbes qui se mutipient pendant sa conservation, empêcher es agents pathogènes fécaux de atteindre est encore pus efficace. Deux mesures cés isoent es matières fécaes et es empêchent d atteindre environnement par es voies habituees : en premier ieu, une éimination adéquate des excréments des adutes et des enfants et, en second ieu, un avage des mains au savon après un contact avec es excréments. I y a contact avec es excréments orsque on va aux toiettes ou que on nettoie un enfant qui vient de déféquer. Certaines infections des voies respiratoires, dont e SRAS, à origine du coronavirus, sont aussi transmises par e biais des voies fécaes-oraes ou simpement par es mains. C est pourquoi e avage des mains prévient égaement ces maadies. Comment es mains doivent-ees être avées? Les données attestent que e savon n importe que savon et eau éiminent de façon adéquate es microbes contenus dans a saeté qui se trouve sur es mains. Les savons antibactériens 10 Manue d hygiène des mains

13 et es autres désinfectants pour es mains ne présentent aucun avantage suppémentaire. Les mains doivent être recouvertes de savon et puis rincées. La promotion du avage des mains : Un défi Si e avage des mains au savon est si important, pourquoi personne ne e pratique-t-i? Le Tabeau 1 indique que, dans e monde entier, es taux de avage des mains au savon sont très bas. Aors que beaucoup de gens se avent es mains à eau, peu nombreux sont ceux qui utiisent un savon aux moments cés. Si e taux de avage des mains est trop bas, c est rarement à cause d un manque de savon. Le savon est présent dans a vaste majorité des foyers partout dans e monde, mais i est communément utiisé pour e bain et pour a essive, pas pour e avage des mains. Le manque d eau n est pas, non pus, du moins habitueement, un probème, car es mains peuvent être avées efficacement avec très peu d eau ou avec de eau recycée. Seon es études faites sur a question, es taux de avage des mains au savon sont faibes parce que e avage des mains n est tout simpement pas une habitude. Le défi demeure, ceui de faire du avage des mains au savon une habitude et une norme sociae partout dans e monde. Tabeau 1 : Taux observés de avage des mains au savon dans e monde Lieu Prévaence du avage des mains au savon Référence État du Keraa, Inde Après défécation 34 % PPPLM Après a toiette d un enfant 35 % Ghana Après défécation 3 % PPPLM Après a toiette d un enfant 3 % Pérou Après défécation 6 % PPPLM Après a toiette d un enfant 30 % Sénéga Après défécation 31 % PPPLM Après a toiette d un enfant 26 % Kokata, Inde Après défécation 16 % Sircar et a., 1996 (quartiers pauvres) Kirghizistan (rura) Après a toiette d un enfant 0 % Biran, 1999 Après avoir utiisé es toiettes 18 % Nigéria (rura) Après a toiette d un enfant 10 % Omotade et a., 1995 Burkina Faso (zones urbaines) Après a toiette d un enfant 13 % Curtis et a., 2001 Après avoir utiisé es toiettes 1 % Brési Après a toiette d un enfant 16 % Barros et a., 1999 (services d aide à enfance) (suite) Manue d hygiène des mains 11

14 Tabeau 1 : Taux observés de avage des mains au savon dans e monde Lieu Prévaence du avage des mains au savon Référence Lima, Pérou (bidonvie) Après défécation 12 % Giman et a., 1993 (utiisation rare du savon) Nord de Angeterre Après a toiette d un enfant 47 % Curtis et a., 2003 (périurbain) Note : Toutes es prévaences sont observées, à exception de Sircar et a., avec comme mesure e savon utiisé. Quoi de neuf dans cette approche? Ce manue expique comment changer e comportement concernant e avage des mains sur une vaste échee ou sur une échee nationae en utiisant es eçons du marketing commerciae et es données courantes en matière de santé pubique. Sa particuarité essentiee est d axer es efforts sur a personne susceptibe de se aver es mains, et de a considérer comme un consommateur ayant devant ui pusieurs choix. Avec a personne susceptibe de se aver es mains comme point de convergence, ce manue expique comment : es recherches sur a consommation doivent anayser es habitudes sur e avage des mains, es barrières et es ééments moteurs à un changement de comportement et es meieures façons de se mettre en contact avec un pubic cibe ; concevoir des messages attrayants ; mettre en œuvre un programme de promotion expoitant tous es canaux appropriés : travaieurs des services d approche de proximité, réseaux de citoyens, événements spéciaux, distributeurs de savon, écoes et médias. La section 1 de ce manue décrit es fondements d un programme nationa de avage des mains. La section 2 expique comment en arriver à comprendre es consommateurs et ainsi mettre au point une campagne sur e avage des mains en tenant compte de eur miieu de vie. La section 3 expique comment de nouveaux aperçus peuvent être à origine d une campagne efficace pour changer e comportement sur e avage des mains. La section 4 résume organisation d un programme de avage des mains et donne des informations à propos des autres étapes ; ee est donc conçue pour être ue en paraèe avec es sections précédentes. L annexe offre des exempes d outis (instruments de réfexion, termes de référence, etc.). 12 Manue d hygiène des mains

15 VAL CURTIS SECTION 1 Fondements d un Programme nationa de avage des mains Manue d hygiène des mains 13

16 SECTION 1. Fondements d un Programme nationa de avage des mains Pour commencer : Est-ce e bon endroit au bon moment? Un soide programme de promotion de avage des mains peut avoir un effet très positif sur a santé pubique, mais son éaboration prend du temps, des ressources, des efforts et de a détermination. Pour réussir, un te programme doit s attaquer à un besoin reconnu en matière de santé et recevoir e soutien des intervenants cés. Mener une anayse de situation rapide Une anayse de a situation permet de déterminer si un pays possède un miieu propice à un programme de avage des mains et si on y trouve des champions d une tee cause (ou des personnes qui aspirent à e devenir) au sein du gouvernement, parmi es donateurs potenties et dans e secteur privé. Le premier déterminant de a réussite est un besoin en matière de santé. À titre d iustration, on peut mentionner es cas suivants : La diarrhée et es infections des voies respiratoires sont des causes importantes de morbidité et de mortaité. Les taux de avage des mains au savon aux moments cés sont faibes ou, à tout e moins, soupçonnés de être. Le choéra, a typhoïde ou e SRAS sont reconnus comme des probèmes. Si un besoin en matière de santé existe, on évauera intérêt et es capacités des groupes d intervenants cés afin de déterminer a viabiité de initiative et a façon de organiser de a manière a pus efficace. Les groupes types et es enjeux à considérer comprennent : Le gouvernement Le pays s est engagé à réaiser es Objectifs de Déveoppement pour e Miénaire et dispose d une stratégie de utte contre a pauvreté. L eau, es instaations sanitaires et hygiène sont des priorités du gouvernement. On peut trouver des champions potenties d une tee cause au sein des ministères de a Santé, de Éducation et de Eau. L industrie Un marché du savon existe. I y a une pace pour a croissance dans industrie du savon et dans es industries affiiés (par exempe es compagnies de pastique produisant des réservoirs d eau), en particuier dans es segments faibes du marché. Les entreprises cherchent à améiorer eur profi et eur image. Les donateurs et es autres partenaires I y a des programmes de santé, d eau, d instaations sanitaires et d hygiène au sein desques e avage des mains peut s inscrire. Les organismes d aide sont à a recherche de nouveaux modèes de partenariat. Les ONG peuvent intégrer e avage des mains à des programmes existants. D autres, tes que es fournisseurs de soins de santé, es compagnies distributrices d eau et es groupes communautaires et reigieux cherchent à jouer un rôe majeur en santé pubique. La possibiité de mettre au point un programme efficace et de grande ampeur en temps opportun augmente avec e nombre de facteurs sur esques on peut taber. Le partenariat pubic-privé Parce que es secteurs pubic et privé ont intérêt à promouvoir e avage des mains, es programmes nationaux prennent normaement a forme d un partenariat pubic-privé (PPP). Bien que e secteur pubic puisse être hésitant à travaier de concert avec industrie et que e secteur privé puisse être sceptique au sujet des résutats d une coaboration avec e gouvernement, es deux secteurs sont susceptibes de bénéficier de cette coopération. Premièrement, industrie a habitude de consacrer beaucoup d énergie à comprendre es consommateurs afin de fabriquer et de promouvoir des produits adaptés à eurs besoins. Ce type d expérience fait généraement défaut dans e secteur pubic et es programmes de promotion de hygiène s en ressentent. 14 Manue d hygiène des mains

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS Ateier sur a pérennisation du capita nature Etat des ieux sur e renforcement des capacités de gestion de environnement nationa au Burkina Faso MECV SP-CONEDD PLAN CONTEXTE OBJECTIFS DEFINITIONS (RAPPELS)

Plus en détail

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Mesures pour utter contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Introduction L intimidation est un probème compexe et dououreux, pour eque i n existe pas de soution facie.

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

UNICEF/99-0294/Pirozzi

UNICEF/99-0294/Pirozzi UNICEF/99-0294/Pirozzi Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur La diarrhée La diarrhée, qui provoque déshydratation et manutrition, tue pus d un miion d enfants chaque

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

L E C L U B P O U R Q U O I?

L E C L U B P O U R Q U O I? L E C L U B P O U R Q U O I? Constat et positionnement Magré des atouts et des forces indéniabes, image de a Côte d Azur s essouffe, i faut reancer e "produit" par une poitique de marque basée sur a quaité.

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

UNICEF/98-10009/Pirozzi

UNICEF/98-10009/Pirozzi UNICEF/98-10009/Pirozzi Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur Le paudisme Le paudisme est une maadie grave transmise par es piqûres de moustiques. Chaque année environ

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

DOSSIER DE PRESEntatIOn

DOSSIER DE PRESEntatIOn DOSSIER DE PRESEntatIOn www.ufdi.fr 1 - Historique de association SOmmaIRE 2 - Présentation de association 3 - nos activités 4 - Les missions de UFDI 5 - Les membres du bureau 6 - Présentation des déégués

Plus en détail

Dans le cadre de l Accord de libre-échange

Dans le cadre de l Accord de libre-échange Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Ernest B. Akyeampong Dans e cadre de Accord de ibre-échange nord-américain (ALÉNA), e Canada, es États-Unis et e Mexique ont adopté un nouveau système

Plus en détail

UNICEF/95-0141/Charton

UNICEF/95-0141/Charton UNICEF/95-0141/Charton Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L hygiène Pus de a moitié de toutes es maadies et de tous es décès parmi es jeunes enfants sont dus à des

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Science et la Culture

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Science et la Culture United Nations Educationa, Scientific and Cutura Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, a Science et a Cuture Réunion d Experts sur : L expoitation sexuee des enfants, pornographie

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Raccorder votre foyer

Raccorder votre foyer gasnetworks.ie Choisir e gaz nature est une bonne idée Raccorder votre foyer 2 Le gaz nature a révoutionné industrie énergétique et joue un rôe de pus en pus important dans e monde d aujourd hui. En Irande,

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 5 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., É-U, du 27 septembre au 1 er octobre 21 Point 5.3 de l ordre

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

UNICEF/01-0168/Pirozzi

UNICEF/01-0168/Pirozzi UNICEF/01-0168/Pirozzi Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur LE VIH/SIDA Le VIH/SIDA Les popuations du monde entier sont frappées par e SIDA (syndrome d immunodéficience

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Intégration des statistiques sectorielles en Afrique Guide de planification d un Système Statistique National intégré

Intégration des statistiques sectorielles en Afrique Guide de planification d un Système Statistique National intégré EDUCATION HEALTH Intégration des statistiques sectoriees en Afrique Guide de panification d un Système Statistique Nationa intégré Version 1.0, Novembre 2007 GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE À propos de Northbridge Northbridge est l une des plus importantes compagnies d assurance générale commerciale au pays avec des primes souscrites d une valeur de 1,3

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Marketing Mix: Promotion

Marketing Mix: Promotion Marketing Mix: Promotion 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

UNICEF/97-0408/Balaguer

UNICEF/97-0408/Balaguer UNICEF/97-0408/Baaguer Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur La nutrition et a croissance Pus de a moitié des décès d enfants sont associés à a manutrition, qui amoindrit

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition Produit par Anthony

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail