La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques"

Transcription

1 La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques

2 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise à jour d un statut tweeter, e chargement de photos de vacances sur Fickr ou a recherche d informations sur es «centres informatiques» sur Googe ne sont pas des actions anodines quand ees sont répétées des miions de fois par jour. Ees impiquent des moyens de traitement de pus en pus importants, esques deviennent de pus en pus énergivores. Aux Etats-Unis, Agence de Protection de Environnement (EPA) estime que a consommation des centres informatiques représente près de 2% de a consommation totae d éectricité du pays. En Europe, d après Institut de Energie 1, ee représente 1,4% de a consommation éectrique totae et 1% des émissions de CO 2. Et ces pourcentages devraient douber en Aujourd hui, à travers Europe, es centres informatiques consomment environ 56 TWh d éectricité par an. Pourtant, es centres informatiques 2 des entreprises vieiissent. On estime que près de a moitié d entre eux ont été ivrés i y a pus de 10 ans et que a pupart sont en imite de capacité d hébergement ou objet de dysfonctionnement dus à a présence de points chauds dans a sae. Face à cette situation, es gestionnaires de parcs informatiques réagissent. Seon des enquêtes récentes 3, 67 % des principaux décideurs européens interrogés envisagent une extension de eurs centres dans es 24 mois à venir. La pression sur es budgets et en particuier sur ceui consacré à a consommation éectrique, a sensibiisation nouvee à impact écoogique et a maîtrise de a demande toujours pus grande de capacité, amènent ces responsabes à opter pour des soutions informatiques éco-énergétiques dont e retour sur investissement permettra d autofinancer es projets. Et e secteur continue son expansion du fait d une demande toujours pus forte de moyens informatiques nécessaires au déveoppement des entreprises. Mondiaisation des échanges, augmentation du nombre d internautes, mutipication des services bancaires et boursiers en igne, adoption de systèmes de communication et de jeux en igne, mise en pace de dossiers médicaux éectroniques, dématériaisation des factures et des documents administratifs sont autant de nouveaux services à origine de cette croissance. 1 Spéciaisé dans es questions énergétiques, Institut de Energie est un des sept instituts du Centre Commun de Recherche, une direction générae de a Commission européenne, référence en matière de science et de technoogie pour UE 2 Computing Infrastructure Trends IDC Avri Campos Research & Anaysis Février

3 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Dans a suite de ce ivre banc, nous détaierons es enjeux et défis des centres informatiques, en nous intéressant particuièrement à infrastructure technique. Ensuite, nous éaborerons un pan d action qu un DSI pourra mettre en œuvre. Enfin, nous décrirons une soution éco-énergétique innovante née de a convergence de deux expertises dans e domaine du Data Center IBM et APC by Schneider Eectric. 4 La quadrature du cerce 6 Les quatre défis du DSI 13 L énergie a moins chère est cee qu on ne consomme pas 17 SMDC : Un centre informatique à a demande 21 Le centre informatique «vert» de entreprise 3

4 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique La quadrature du cerce Croissance, coûts, obsoescence, densifi cation, proifération, surchauffe, pression régementaire et environnementae. Toutes es entreprises qui se déveoppent sont confrontées au même diemme. D une part, i eur faut sans cesse accroître eur capacité informatique, faire face à a mutipication des appicatifs et répondre aux attentes des cients. D autre part, ees doivent garder sous contrôe eurs coûts de fonctionnement. Et enfin, ees doivent affronter imprédictibiité de évoution de a technoogie et du déveoppement de eur activité tout en assurant une mise à disposition immédiate des demandes pour a mise en œuvre de nouveaux projets informatiques ou a refonte de projets existants. Pour a direction générae, concentrée sur a croissance et e déveoppement de entreprise, es probèmes de consommation d énergie et es préoccupations environnementaes peuvent prendre un aspect tout à fait nouveau quand is deviennent un frein à a croissance de entreprise. Si e centre informatique ne peut accueiir de nouveaux serveurs ou unités de stockages à cause de manque de capacité de refroidissement ou de contraintes d infrastructure, a mise en pace de nouvees offres cients peut devenir un véritabe défi en termes de temps et d argent. 4

5 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Le Centre Informatique Le centre informatique ou e centre de traitement de données (Data Center en angais) est un ensembe qui héberge e système informatique d une entreprise et es ressources qui ui permettent de fonctionner. A cet égard, i dispose d une connexion réseau et est conçu pour répondre aux besoins de continuité d activité des entreprises. Le centre informatique est composé de deux sous-ensembes : infrastructure informatique regroupe es équipements de traitement, stockage et communication. L infrastructure technique regroupe es équipements d aimentation éectrique et de refroidissement, a distribution des fuides, es systèmes de sécurité incendie ou maveiance et es outis de gestion et de contrôe de environnement (supervision). Pour e directeur financier, a réduction de a consommation éectrique et des dépenses d énergie du centre informatique devient un objectif critique. Habitueement, es coûts sont anaysés en termes d investissement en capita (CAPEX), soit à achat des infrastructures, à ou es dépenses d expoitation (OPEX), et en particuier cees reatives à énergie, sont cacuées sur une base puriannuee. Traditionneement évauées en fonction de a superficie, une grande partie des directeurs financiers étudient aujourd hui comment gérer ces dépenses pus finement et comment es répartir en attribuant e coût aux utiisateurs en fonction de énergie qu is consomment effectivement. Pour e directeur informatique, cea se traduit par a recherche de nouvees capacités de traitement afin de supporter a demande croissante des directions métiers. I ui faut revoir a stratégie de déveoppement de son centre informatique afin d ajouter efficacité énergétique à a iste de ses critères opérationnes critiques au même titre que a quaité de service, a fiabiité des infrastructures ou a performance des appications. I s agit de créer un centre à a fois sobre dans sa consommation énergétique, responsabe sur e pan écoogique et fiabe et performant dans sa capacité de traitement. C est pourquoi es considérations éco-énergétiques, à a fois sur a consommation éectrique et e contrôe de environnement, deviennent ainsi compétement iées au succès de entreprise. En s'attaquant à a fois aux infrastructures techniques (aimentations éectriques, cimatisation, prévention incendies, sécurité...) et informatiques (serveurs, réseau, stockage ), cette dernière peut réaiser jusqu'à 40 % d'économies sur sa facture énergétique. L'atout est doube, à a fois pour a bonne santé de 'entreprise et cee de 'environnement. 5

6 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Les quatre défi s du DSI Dans a recherche de nouvees capacités de traitement, e DSI est confronté à quatre défi s. Comment gérer a densifi cation des infrastructures? Comment répondre à a dissipation de a chaeur? Comment contrôer es coûts du centre informatique? Comment optimiser un budget imité? La densification des infrastuctures La dissipation de a chaeur L envoée de a consommation Le budget contraint du centre infromatique 6

7 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 1. LA DENSIFICATION DES INFRASTRUCTURES Si industrie informatique produit aujourd hui des serveurs pus rapides, des unités de stockages économiques et des équipements de réseaux fexibes avec une améioration continue du ratio prix performances, c est pour répondre à une demande des entreprises. Evoution des matéries Dans a gamme des serveurs UNIX et LINUX d IBM, es machines de dernière génération basées sur e microprocesseur POWE R7, annoncé en 2010, sont 3 à 4 fois pus performantes en consommant moins d énergie que cees de a génération précédente, POWER6, annoncé en SYSTÈME IBM Power 780 IBM Power 570 IBM Power 770 IBM Power 570 IBM Power 750 Express IBM Power 560 Express TECHNOLOGIE POWER 7 POWER 6+ POWER 7 POWER 6+ POWER 7 POWER 6 FRÉQUENCE DU PROCESSEUR 3,8 GHz 5,0 GHz 3,1 GHz 5,0 GHz 3,5 GHz 3,6 GHz ENERGIE (WATT) PERFORMANCE RELATIVE 3,7 3,1 3,3 La performance reative est une comparaison faite en estimant es performances en traitement de gestion des différents systèmes UNIX d IBM. (source: IBM). Le facteur d améioration cacue améioration de performance reative entre es 2 microprocesseurs FACTEUR D AMÉLIORATION Pour faire face à accroissement des besoins en capacité de traitement, ees mutipient e nombre de systèmes utiisés en investissant dans des machines pus puissantes et pus économes en énergie. Devant une croissance exposive des données, ees mettent en pace des soutions de stockages capabes de gérer, de protéger et d administrer eurs ressources en information. Ces évoutions se font avec un objectif de réduction des risques et en garantissant a conformité aux régementations officiees. Les études concordent pour estimer que e nombre de serveurs a été mutipié par 6 entre 2000 et 2010 et es instaations de baies de stockage ont été mutipiées par 69 dans a même période. Le prix de pus en pus éevé des m 2 et e besoin d héberger es ressources dans des centres de pus en pus sécurisés ont conduit à augmenter, non pas es surfaces occupées par es machines, mais eur densité. Avec arrivée des serveurs ames mutiprocesseurs, e centre informatique dispose maintenant d une haute capacité de cacu. L architecture de ces ééments s est simpifiée pour s organiser en baies à haute densité. Serveurs, unités de stockages et équipements de réseaux sont instaés dans des armoires contenant des empacements de taie normaisée. Si cette standardisation a permis des gains de pace substanties, a densification des machines a entrainé une forte augmentation du dégagement caorifique et donc de énergie nécessaire à son refroidissement. En empiant des serveurs mutiprocesseurs muti-cœurs modernes dans un seu rack, on atteint désormais es 30 KW, soit équivaent de 15 gros radiateurs éectriques fonctionnant à peine puissance, c est à dire a puissance nécessaire pour chauffer 3 maisons de 5 pièces. Le tota de consommation de a sae est évidemment impressionnant. I faut donc mettre en pace des infrastructures techniques capabes de supporter ces contraintes et, en particuier, des systèmes de cimatisation de pus en pus performants aptes à gérer des dégagements de chaeur très importants. L offre en matière d infrastructure technique pour es centres informatiques s est structurée et compétée. Ee couvre ensembe de a chaîne depuis ingénierie de conception, a fourniture des équipements de sae (baies, cimatiseurs), es fournisseurs d énergie (ondueurs, groupes...), es fournisseurs de froid et es outis de supervision et d anayse. 7

8 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 2. LA DISSIPATION DE LA CHALEUR Dans un centre informatique, énergie éectrique consommée est principaement convertie en chaeur par e matérie d aimentation, de refroidissement et d écairage. On estime qu un bon dimensionnement de infrastructure technique a e potentie d éiminer 50% de a facture d éectricité 4. I faut donc rechercher es causes de ineffi cacité énergétique qui peuvent être mutipes : Le matérie d aimentation (ondueurs, transformateurs, commutateurs et es câbes) consomme de énergie traduite sous forme de chaeur. Généraement redondant par sécurité, e rendement chute de manière radicae. Les nouveaux systèmes d aimentation sans interruption (UPS) permettent de réduire sensibement es pertes de rendements par rapport aux modèes standards. Et i est évident qu i ne faut mettre en service que e matérie nécessaire. Le matérie de refroidissement (traitement d air, refroidisseurs, tours réfrigérées, condensateurs, pompes) consomme de énergie. L effi cacité de ce matérie peut être améiorée fortement par un compartimentage de a sae informatique destiné à maitriser a concentration des f ux d air chaud afi n de faciiter eur évacuation. Le surdimensionnement est une des premières causes de perte d énergie. Les raisons sont nombreuses : a charge informatique a été ma évauée à origine ou ee se dépoie pus entement que prévu. Cea entraîne un surdimensionnement du système de refroidissement qui ne peut fonctionner au point e pus haut de sa courbe de rendement. La confi guration physique du matérie informatique peut avoir un impact considérabe sur a consommation d énergie du système de conditionnement d air. Une mauvaise confi guration obige e système de refroidissement à produire et distribuer dans a sae pus d air froid que nécessaire. Les confi gurations à haute densité actuees des centres informatiques contribuent à ampifi er es points chauds de manière signifi cative. L aménagement (urbanisation) de a sae doit être dépendant des systèmes hébergés et non des caractéristiques de a pièce. 4 Source APC 8

9 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Fournir aux baies une puissance éectrique maximum impose de disposer d une puissance de refroidissement équivaente et d un système de cimatisation haut de gamme pour évacuer a chaeur dissipée. La haute densité confronte e système de refroidissement à 3 difficutés : fiabiiser a production de froid, répartir a distribution de froid en fonction de a demande, Répartition de a consommation éectrique d un centre informatique (source APC) 35% 30% 25% 20% imiter envoée de a facture énergétique. Dans tous es cas, e système doit être en mesure d identifier et de signaer es situations qui génèrent une consommation excessive d éectricité ou es points chauds. I doit fournir des outis et des règes qui maximisent e rendement opérationne des systèmes d aimentation et de refroidissement. 15% 10% 5% 0% SYSTÈME INFORMATIQUE SYSTÈMES ÉLECTRIQUES ET DE BÂTIMENTS SYSTÈMES DE REFROIDISSEMENT Équipement informatique Écairage Commutateurs et générateurs Ondueur Unité de distribution (PDU) Air conditionné de sae informatique (CRAC) Humidification Unités de refroidissement 9

10 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 3. L ENVOLÉE DE LA CONSOMMATION Pour aimenter et refroidir ensembe des équipements, es centres informatiques sont devenus es principaux consommateurs d éectricité. Si es nouveaux matéries déivrent toujours pus de puissance, eur consommation énergétique augmente d environ de 15% d une génération à autre. D après e cabinet d anayse Gartner, a consommation éectrique moyenne par serveur a quadrupé au cours de a dernière décennie. En raison de cette croissance rapide, es centres informatiques consomment en généra jusqu à 100 fois pus d énergie par mètre carré qu un immeube de bureaux standard 5. La densité et a puissance des machines se sont teement accrues qu i est désormais presque impossibe de rempir des baies en totaité tant i est difficie de es aimenter en énergie et de es refroidir efficacement avec es équipements traditionnes. Pourtant, moins de a moitié de éectricité consommée aimente réeement es équipements informatiques 6, e reste concerne es infrastructures techniques de support comme es appareiages éectriques du bâtiment, es systèmes de refroidissement et écairage. Au niveau de infrastructure IT, 30% est utiisée par es processeurs, kiowatts qui aimentent principaement des processeurs inactifs. Pour 37 KW fournis, seu 1KW est réeement utiisé de manière productive par e processeur. 55% CENTRE INFORMATIQUE infrastructures techniques infrastructures IT 45% 70% INFRASTRUCTURE IT PROCESSEURS aimentation, mémoire, ventiateurs etc... processeur 30% 80% processeur improductif productif processeur 20% De aimentation éectrique à a production informatique 5 Gartner, The Data Center Power and Cooing Chaenge, David Cappuccio et Lynne Craver, novembre Creating Energy-Efficient Data Centers, U.S. Department of Energy,

11 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique MESURER POUR OPTIMISER L une des recommandations principaes ors de a tentative de réduction des coûts énergétiques du centre informatique est de mesurer énergie dépensée par ceui-ci. Le Green Grid, un consortium internationa de sociétés informatiques dont IBM et APC by Schneider Eectric, travaie à éaboration d outis de mesure d efficience énergétique des centres informatiques. Indicateurs de a performance des composantes éectriques et de refroidissement, ces mesures ne révèent pas a performance gobae du centre en terme de service informatique rendu à entreprise. Power Usage Effectiveness PUE = P it + P infra P infra Cette mesure cacue e rapport entre a consommation énergétique totae d un centre informatique et cee des équipements IT qu i héberge. Un PUE e pus proche possibe de 1 est préférabe. Basé sur 30 audits effectués en 2010, APC by Schneider Eectric a cacué que e PUE moyen en France est de ordre de 2,09. Pour 2,09 watts entrant dans e centre informatique, un seu est utiisé pour e traitement informatique, e reste étant utiisé par es systèmes de refroidissement et d aimentation éectrique. Datacenter infrastructure Efficiency DCiE = 1 PUE x100% Le Datacenter infrastructure Efficiency (DCiE) cacue e ratio inverse du PUE. On e cacue en divisant e tota de énergie utiisée pour aimenter infrastructure informatique avec e tota de énergie utiisée pour aimenter ensembe du centre. Un DCiE est de ordre de 43 % Les mesures d effi cacité énergétiques Le Green Grid a formaisé pusieurs autres indicateurs afin de déterminer efficacité énergétique de domaines spécifiques des centres informatiques. On peut noter indicateur ERE (Energy Reuse Efficiency) qui mesure es avantages qu offre a réutiisation d énergie, indicateur DCcE, (Data Centre Compute Efficiency) qui détermine efficacité des ressources informatiques ou indicateur de productivité DCP (Data Center Productivity). Les constructeurs de matérie informatique proposent aujourd hui des soutions qui visent à diminuer empreinte carbone du centre informatique. Les techniques de consoidation et de virtuaisation réduisent équipement nécessaire à exécution des appications, et ainsi réduisent a consommation d éectricité. Mais a tendance actuee des machines à fonctionner à des densités supérieures et à des puissances variabes baisse e rendement énergétique des systèmes d aimentation et de refroidissement. 11

12 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 4. LE BUDGET CONTRAINT DU CENTRE INFORMATIQUE Les coûts de fonctionnement grimpent aussi. Avec augmentation du prix de énergie, i devient critique de réduire a dépense en éectricité. Les coûts de possession d un centre informatique représentent e cumu des budgets investissement et frais d expoitation. On estime que es dépenses de cimatisation et d éectricité représentent jusqu à 44% des coûts de possession d un centre informatique. Sur quatre ans, is peuvent être supérieurs à investissement initia 7. Surdimensionné pour supporter es pics d activité, en généra sous utiisés, e rendement des centres informatiques est égaement à améiorer. On estime que es serveurs ont un taux d utiisation moyen de 5 à 30% et es systèmes de stockage sont utiisés à moins de 60%. Les coûts associés à ce niveau d efficacité peuvent impacter significativement es budgets informatiques. Les technoogies de virtuaisation peuvent répondre en partie à cette demande d efficacité. miions PUE = 24 PUE =1,3 énergie personne maintenance bâtiment taxes années Coûts d expoitation cumués d un centre informatique de m 2 Parce qu is représentent pus de a moitié des coûts d expoitation cumués du centre informatique, i est important d optimiser ceux reatifs à énergie. Le schéma ci-dessus iustre a répartition des coûts d expoitation cumués de infrastructure technique d un centre informatique de 50 miions d euros. Ee n incut pas es coûts de infrastructure informatique (équipements et personnes). Sur une période de 20 ans, entreprise dépense en frais d expoitation 3 à 5 fois es coûts d investissements. I est donc important de prendre en compte ces coûts opérationnes très en amont dès es phases de programmation puis de conception du centre informatique. De pus, es coûts reatifs à énergie représentent pus de a moitié de ces coûts opérationnes. L augmentation des tarifs de énergie et a pression régementaire rendent de pus en pus prégnante a nécessité de imiter, voire de réduire a dépense en éectricité. La figure montre égaement impact potentie de efficacité énergétique. En améiorant efficacité de infrastructure technique (PUE de 1,3 au ieu de 2,4), on peut réduire es dépenses opérationnees de pus près de 30%. 7 Data Center Energy Efficency and Productivity, The Uptime Institute

13 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique L énergie a moins chère est cee qu on ne consomme pas Traditionneement, es centres informatiques ont été conçus sur es critères de disponibiité, d évoutivité, de sécurité et de coûts. Si adoption des techniques de virtuaisation réduit a facture éectrique gobae des serveurs, ee concourt à accroissement de énergie consommée au m 2. I y a queques années, es objectifs d économie d énergie ont été poussés sur e devant de a scène. Si a mutation vers des centres informatiques de nouvee génération moins consommateur en énergie est entamée, i reste néanmoins encore du chemin à parcourir pour mettre à niveau ou déveopper des environnements parfaitement éco-responsabes Une stratégie d optimisation Bian et anayse L optimisation des infrastuctures 13

14 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 1. UNE STRATÉGIE D OPTIMISATION La stratégie d optimisation du centre informatique doit répondre aux questions suivantes : Ques sont es objectifs de consommation éectrique, de refroidissement, de surface au so, de sécurité, de gestion, d effi cacité énergétique? Quand e centre doit-i être opérationne? Ques sont es objectifs en termes de fi abiité, de disponibiité? Quee est enveoppe budgétaire? Quees sont es évoutions prévues? I est temps de définir une stratégie d optimisation des infrastructures techniques et informatiques après avoir anaysé eur efficacité. Dans ces domaines, es technoogies et es stratégies d améioration de a performance couvrent ensembe de écosystème. On obtient es meieurs résutats en combinant des améiorations à a fois sur es systèmes éectriques et de refroidissements et a mise en pace de techniques de virtuaisation, d efficacité énergétique des matéries et ogicies et d équiibrages de charges sur es systèmes. Les opportunités d améioration de efficacité énergétique du centre informatique sont de pusieurs ordres : Diminution de a consommation d éectricité en améiorant : L efficacité énergétique des composants utiisés, Le design des racks, La gestion de a puissance éectrique, Les techniques de virtuaisation, La gestion des charges de travai (workoads). Réduction de a production de chaeur par une meieure gestion thermique, incuant : La disposition de a sae informatique et des racks, L optimisation de a circuation de air, Les mises à niveau des systèmes de refroidissement, Le refroidissement séectif des équipements. Améioration de informatique en s appuyant sur : La consoidation des serveurs, La dédupication des données, Le rempacement des équipements informatiques (serveurs, stockage, réseau). 14

15 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 2. BILAN ET ANALYSE I est nécessaire de démarrer ce travai d optimisation par un bian énergétique du centre actue. Cea donne une base pour éaborer une stratégie d optimisation des environnements techniques et informatiques. Maîtriser et réduire a facture éectrique passe par une anayse précise des principaes causes de inefficacité énergétique du centre. Le pan d action commencera donc par une phase de diagnostics d efficacité énergétique afin d évauer es gains économiques et écoogiques potenties. Pour étabir ces diagnostics, i faut au préaabe mettre en pace des outis de mesure, de supervision, de tendance et des tabeaux de bord afin de mettre en évidence es pertes d énergies et es points chauds. Ces outis sont compétés par des outis d aide à a décision qui permettent de vaider es gains potenties suite à différents scenarii d utiisation. YOUR CURRENT CAPACITY UTILIZATION YOUR CURRENT PUE YOUR CURRENT LOSSES BY SUBSYSTEM 59% of 400 kw % 0% 237 kw PUE Power system processeur improductif Cooing system 50,5% 41,5% Infrastructure Energy Effi ciency Dashboard 15

16 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 3. L OPTIMISATION DES INFRASTRUCTURES La stratégie définie doit intégrer à a fois a production informatique et a consommation d énergie. I faut optimiser sa gestion active dans deux domaines, à savoir : INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE Centraiser es moyens informatiques I s agit de réduire e nombre de centres informatiques et eurs compexités, d améiorer es outis de gestion des saes et de mettre en pace des procédures d automatisation afi n de diminuer es coûts opérationnes. Consoider es serveurs I s agit de imiter e nombre de serveurs physiques utiisés, de réduire a compexité de eur gestion et de diminuer emprise au so en augmentant a densité du centre. Impémenter es techniques de virtuaisation I s agit de s affranchir des imites physiques des ressources, d augmenter utiisation du matérie et de réduire es coûts de icence des ogicies. Mettre en œuvre des mécanismes d intégration appicative I s agit, enfi n, de regrouper es nombreuses appications sur des images uniques, de simpifi er environnement informatique, de réduire es besoins en ressources opérationnees et d améiorer a précision des régages et a surveiance des appications. INFRASTRUCTURE TECHNIQUE Améioration des opérations I s agit de mettre en œuvre es techniques d économie d énergie (capacité utiisée, serveurs inactifs, ) et de gestion des f ux de refroidissement. Mise en pace des bonnes pratiques Par exempe, mettre en pace des couoirs chauds et froids et améiorer a circuation de air, gérer es systèmes d air conditionnés afi n d augmenter a température des saes informatiques, étudier a mise en pace de techniques de refroidissement par air extérieur (free cooing). Optimisation de architecture du centre informatique Dans une évoution du centre informatique, i s agit d intégrer compètement 'aimentation, e refroidissement, a conception en baie, a gestion et es services en séectionnant des composants standards pour bâtir une soution à partir de confi gurations moduaires et mobies. Mise en pace des outis de gestion et d administration Pour contrôer e bâtiment, prévenir des menaces physiques et résoudre rapidement es défaiance d ééments critiques (aimentation, refroidissement), i faut mettre en pace une surveiance centraisée en temps rée de tous es composants de infrastructure technique du centre informatique. De même, un référentie centraisé d informations stratégiques doit assurer a coecte des données, a surveiance, automatisation, a panifi cation et impémentation et permettre de présenter aux administrateurs situés n importe où sur e réseau une vision gobae et intégrée de tous es systèmes critiques du Data Center. 16

17 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique SMDC : un centre informatique à a demande Pour aider eurs cients confrontés à cette probématique compexe, IBM et APC by Schneider Eectric ont formé une aiance afin de mettre sur e marché une nouvee approche pour créer un centre informatique moduaire évoutif. C est offre SMDC (Scaabe Moduar Data Center) qui permet de définir et mettre en œuvre un centre informatique moduaire à haute densité et à basse consommation. L aiance combine expertise d APC by Schneider Eectric dans a gestion inteigente des infrastructures techniques (services critiques d aimentation & de refroidissement) et e savoir faire d IBM dans es domaines du Consei, de Intégration et de a Gestion des systèmes et des infrastructures informatiques : programmation, conception, mise en œuvre, suivi de projet et opération. SMDC Fondée sur es technoogies d APC by Schneider Eectric, a soution SMDC est une soution moduaire pour infrastructure technique des centres informatiques. Construite avec des composants moduaires standards, e SMDC intègre aimentation, e refroidissement, a gestion environnementae dans une conception optimisée en baie. La soution SMDC permet d instaer uniquement es équipements nécessaires et de es mettre ensuite faciement à niveau pour répondre à une évoution des besoins. Ee permet d accroître a disponibiité du système tout en réduisant es temps de conception et d instaation de pusieurs mois à queques jours. L architecture du SMDC est adaptée aux environnements de toutes taies, de armoire de câbage aux grands centres de données. 17

18 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique LA FAMILLE DE CENTRES INFORMATIQUES SMDC FAIT PARTIE DE L OFFRE IBM DATA CENTER FAMILY Scaabe moduar Data Center Enterprise moduar Data Center Data Center «cés en main» pour Sae de 50 à 150m 2 Dépoiement rapide: 8 à 12 semaines Efficacité énergétique améiorée de 15 à 30% Soution pour environnement haute densité (bades) Pans Standardisés. Modues de 500m 2 => 2000m 2 Niveau de résiience 3+ Haut niveau d efficacité énergétique (DCiE = 66%/PUE 1.5) Dépoiement 25% pus rapide / approche cassique Architecture ouverte avec acteurs majeurs du marché Le SMDC est une soution pour centre informatique éaborée autour d une structure d hébergement aiant quaité technique et performance énergétique. Cette structure intègre a majeure partie de infrastructure technique. Grâce au SMDC, e centre informatique moduaire peut adresser toute taie et configuration de ocaux informatiques : depuis e oca technique de 50 m 2 hébergeant 3 racks jusqu au centre informatique de grande taie (150 m 2 ) hébergeant pus de 100 racks. I peut être impanté dans des ocaux dédiés ou des surfaces ibres en sae informatique existante, sans perturbation de fonctionnement. Basée sur une architecture moduaire, a soution SMDC permet de créer un «centre IT à a demande» avec des composants standardisés et de e faire évouer en fonction de a demande de entreprise. Supportant toutes sortes de configurations, ee permet de tirer parti de espace disponibe et de bâtir des instaations adaptées à environnement. L adoption de a soution SMDC permet de réaiser a consoidation des serveurs et de rationaiser des infrastructures informatiques dispersées et coisonnées. Associée aux racks informatiques, a distribution éectrique, es ondueurs, e refroidissement et es fonctions ogiciees de monitoring, a soution SMDC peut héberger des infrastructures haute-densité de serveurs ames. 18

19 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Portabe moduar Data Center High density zone Centre Informatique fonctionne intégré dans un container Mobie - faciement dépaçabe Cibé pour Data Center temporaires et distants Dépoiement rapide: semaines Niveau 3 de résiience; très haut niveau d efficacité énergétique: 77% DCiE / PUE = 1.3 Infrastructure «Pug and pay» pour supporter serveurs haute densité dans sae existante Impémentation sans impact sur activité courante Enveoppe budgétaire attractive / rénovation de sae Grâce à utiisation de composants moduaires standardisés, a panification et a mise en œuvre du centre informatique sur mesure peut être réaisée dans des déais a pupart du temps inférieurs à trois mois, soit un énorme gain de temps par rapport à a réaisation ou à a modernisation d un centre conventionne. On estime que a conception moduaire de SMDC peut diminuer es coûts d instaation et d expoitation dans des proportions aant jusqu à 15 % par rapport à de nombreux centres informatiques traditionnes aors que e contrôe de a consommation éectrique en temps rée permet d optimiser es coûts d expoitation. De pus, aiance IBM et APC by Schneider Eectric accompagne offre par un ensembe de prestations de services aant de anayse à a réaisation en passant par a phase de panification. Ces prestations permettent de : Évauer environnement physique afin de définir es meieures options écoogiques et de disponibiité au meieur coût, Concevoir, construire et gérer e centre informatique sécurisé, résiient, éco-énergétique et évoutif, Préparer et accompagner e transfert des instaations informatiques existantes avec e maximum de sécurité et un impact minimum sur a production. Un interocuteur unique coordonne intégraité du projet afin de mettre à disposition une soution performante opérationnee rapidement. SMDC accompagne es entreprises dans eur déveoppement en fournissant un centre informatique éco-responsabe. 19

20 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique SMDC EN DÉTAIL Basée sur es technoogies APC, a soution SMDC consiste en différents modues. Ee est formée d une structure de racks qui hébergent es équipements informatiques rackabes (serveurs, disques, réseau...), e tabeau de distribution éectrique, es ondueurs et es batteries. Des armoires de cimatisation ocaes In-Row et des soutions de refroidissement périmétrique permettent e refroidissement de configurations jusqu à 70 KW par rack. Les unités de distribution des aimentations supporte une aimentation et une distribution en aérien des courants forts et faibe afin d éiminer es faisceaux de câbes en faux pancher. Armoire de distribution éectrique Seon es bonnes pratiques, e centre informatique moduaire organise es saes informatiques en configuration Aée chaude / Aée froide, hébergeant des armoires de racks haute densité. Les soutions permettent de supporter es configurations haute densité (20 à 30 KW/rack) notamment avec a couverture de aée chaude. Contrairement aux soutions traditionnees, a soution étant industriaisée et autonome, i n est pas nécessaire de réaiser une modéisation thermique pour vérifier a performance. Câbage aérien courant fort & courant faibe ASI = aimentation sans intervention Cimatisation de précision InRow Bandeaux de prises inteigents Outi de supervision et de gestion Précâbage informatique des baies Racks serveurs & réseau Confi guration technique et outis de supervision L organisation d un traitement d air au pus près des serveurs sur un schéma horizonta permet de garantir des températures en entrée constantes et d obtenir une haute efficacité énergétique. Le maintien des performances en mode nomina et dégradé est vérifié ors de a configuration de a soution. Un confinement de aée chaude peut être proposé pour éviter e méange entre a sortie air chaud des racks et air froid provenant de a cimatisation, améiorant ainsi e rendement et efficacité du refroidissement. SMDC est ivré avec un ogicie de gestion et un contrôe centraisé à distance qui incut des outis d anayse de a performance, d anayse prédictive des pannes et identification des points chauds. Via e réseau, ensembe des composants de a soution (structure d hébergement et équipements) sont communicants afin d en faciiter expoitation. La supervision centraisée permet de configurer et de consuter es informations et aarmes de chaque éément et de surveier en permanence es états d expoitation, de transmettre es aertes sans déai et de visuaiser e tout via une interface graphique. 20

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTA Débit 65 à 950 /min Pression 10 bar Pourquoi des compresseurs dentaires KAESER? Ce qui importe e pus aux utiisateurs de compresseurs dentaires, c'est

Plus en détail

Pro-Watch 4.0. Suite logicielle de gestion de la sécurité

Pro-Watch 4.0. Suite logicielle de gestion de la sécurité Conçue pour répondre aux défis des environnements exigeants d aujourd hui, a suite ogiciee de gestion de a sécurité Pro-Watch d Honeywe apporte a fexibiité, évoutivité et e contrôe nécessaires à une gestion

Plus en détail

Market Data Feed. Des données constamment actualisées

Market Data Feed. Des données constamment actualisées Market Data Feed Des données constamment actuaisées Market Data Feed (MDF) de SIX Teekurs est un fux en temps rée standardisé qui fournit des données consoidées dans un format uniformisé, quee que soit

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

Modélisation pour la localisation de plateformes logistiques pour le transport de marchandises en ville

Modélisation pour la localisation de plateformes logistiques pour le transport de marchandises en ville Modéisation pour a ocaisation de pateformes ogistiques pour e transport de marchandises en vie Oivier Guyon, Nabi Absi, Dominique Feiet, Thierry Garaix To cite this version: Oivier Guyon, Nabi Absi, Dominique

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox Outook Microsoft 2010 Maîtrisez rapidement Outook 2010 avec e ivre officie de Microsoft Press Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Tééchargez es exercices Joan Lambert

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

Cemont lance SILVER CF une nouvelle gamme de brasures d'argent sans cadmium pour la plomberie, le sanitaire, le froid, la climatisation

Cemont lance SILVER CF une nouvelle gamme de brasures d'argent sans cadmium pour la plomberie, le sanitaire, le froid, la climatisation Saint Ouen 'Aumône, e 19 février 2008 Cemont ance une nouvee gamme de brasures d'argent sans cadmium pour a pomberie, e sanitaire, e froid, a cimatisation Contacts : Direction de a Communication Georges

Plus en détail

Les marchés des sociétés d Hlm

Les marchés des sociétés d Hlm Les marchés s des sociétés s d Hmd LES MARCHES DES SOCIETES D HLM LES PRINCIPES GENERAUX LES EVOLUTIONS LE CHAMP D APPLICATION Les organismes d Hm sont des pouvoirs adjudicateurs - soit soumis au code

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Mesures pour utter contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Introduction L intimidation est un probème compexe et dououreux, pour eque i n existe pas de soution facie.

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S by S.p.A. Ipura 240/N Ipura 440/N Améiorez vos résutats avec IPURA, a nouvee technoogie du nettoyage à sec, qui utiise un sovant à hydrocarbure aiphatique à impact réduit sur 'environnement. Le processus

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

Installation et configuration d Adobe LiveCycle 9.5 Connector pour Microsoft SharePoint

Installation et configuration d Adobe LiveCycle 9.5 Connector pour Microsoft SharePoint Instaation et configuration d Adobe LiveCyce 9.5 Connector pour Microsoft SharePoint Sommaire Nouveautés Introduction «Nouveautés», page 1 «Introduction», page 1 «Présentation de instaation», page 2 «Configuration

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE web + mobile + social

DOSSIER DE PRESSE web + mobile + social DOSSIER DE PRESSE Octobre Octobre 2015 2014 Une La suite suite d outis marketing en igne web pour + déveopper mobie + socia et fidéiser des professionnes a cientèe des du TPE/PME Tourisme sur Internet

Plus en détail

Partie 1 Techniques de bases de données simples

Partie 1 Techniques de bases de données simples Partie 1 Techniques de bases de données simpes 1 Exporer une base de données Access 2010...3 2 Créer des bases de données et des tabes simpes... 45 3 Créer des formuaires simpes... 77 4 Afficher des données...101

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

Dossier-guide sur la redevabilité des programmes. Une ressource de Save the Children

Dossier-guide sur la redevabilité des programmes. Une ressource de Save the Children Dossier-guide sur a redevabiité des programmes Une ressource de Save the Chidren Save the Chidren travaie dans pus de 120 pays. Nous sauvons des vies d enfants. Nous nous battons pour eurs droits. Nous

Plus en détail

LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE

LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE Le chariot éévateur industrie e pus poyvaent au monde Prenez un chariot éévateur industrie compact. Ajoutez une fèche téescopique et une transmission hydrostatique.

Plus en détail

Des villes plus intelligentes Innover pour construire un futur durable

Des villes plus intelligentes Innover pour construire un futur durable Des vies pus inteigentes Innover pour construire un futur durabe Édito L urbanisation de notre société est à a fois une extraordinaire opportunité de concentration de taents et de richesses mais aussi

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

L'Atelier BNP Paribas. les. [ au Patriot Act américain ],

L'Atelier BNP Paribas. les. [ au Patriot Act américain ], Vote es Sans open Comment Conscients égyptiens es Diffusion : 30000 Page : 26 Périodicité : Mensue Taie : 8122 % LEJOURNALDES3_235_26_22pdf 3027 cm2 HERVE REYNAUD 11??! 1 111111111"M Les nouvees technoogies

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Les trophées de l international

Les trophées de l international Les trophées de internationa 2012 La CCI Essonne organise e 22 novembre 2012 Les trophées de internationa qui seront remis au moment du 11e forum de internationa avec, comme pays invité d honneur, a Chine.

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds Chine pus Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

Intégration des statistiques sectorielles en Afrique Guide de planification d un Système Statistique National intégré

Intégration des statistiques sectorielles en Afrique Guide de planification d un Système Statistique National intégré EDUCATION HEALTH Intégration des statistiques sectoriees en Afrique Guide de panification d un Système Statistique Nationa intégré Version 1.0, Novembre 2007 GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 1. Les conventions de services bancaires au Royaume-Uni

Plus en détail

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport annue de a direction sur e rendement du fonds pour 'exercice cos e 31 août 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Protection incendie OxyReduct - naturellement!

Protection incendie OxyReduct - naturellement! Protection incendie OxyReduct - natureement! Prévention des incendies OxyReduct L innovation en matière de protection incendie Une protection maximae Une sécurité maximae L incendie : un risque pour entreprise

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

DE COMMERCE ET DE GESTION

DE COMMERCE ET DE GESTION Institut DE COMMERCE ET DE GESTION Administration et Direction des Admissions : 9, rue Saint-Lambert 75015 Paris Té. (33) 01 45 58 17 33 Fax. 01 45 58 61 59 Métro Boucicaut (igne 8) ou Convention (igne

Plus en détail

13 1 3cas cas de de GRH

13 1 3cas cas de de GRH 13 cas de GRH management sup management - ressources humaines 13 cas de GRH Études de cas d entreprises avec corrigés détaiés Eine Nicoas Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058736-0 Sommaire Tabeau synoptique

Plus en détail

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable C TSP 6500/7000 SÉRIE Chariots tridirectionnes à nacee éevabe C Série TSP 6500 / 7000 Chariots tridirectionnes à nacee éevabe Aée disponibe min. Jeux fonctionnes Fourches non téescopiques 4.33a 4.33 Longueur

Plus en détail

citadis dualis concilier le meilleur du train et du tramway accessibilité modularité fiabilité confort personnalisation www.alstom.

citadis dualis concilier le meilleur du train et du tramway accessibilité modularité fiabilité confort personnalisation www.alstom. citadis duais TRaNs/PJTs/CORaPOY/fre/transv/6./FR - astom - astom, e ogo astom et eurs cadres sont des marques déposées et des marques de service d astom. Les autres marques mentionnées, déposées ou non,

Plus en détail

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV Edmond de Rothschid Rea Estate SICAV Assembée Générae Extraordinaire 27 février 2014 www.edr-reaestatesicav.ch Ordre du jour de Assembée générae extraordinaire 1. Approbation du regroupement des compartiments

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Brainstorming avec l intégrateur

Brainstorming avec l intégrateur TECHNOLOGY Moderniser a production pour augmenter a capacité par Afons Caders Brainstorming avec intégrateur Les PME beges investissent dans automatisation, d une part pour continuer à rivaiser quaitativement

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 Rapport d activités 213 1 1 1.1 Sudoc... p. 5 Nouvee convention de participation au Sudoc... p. 5 Sudoc professionne... p. 5 Sudoc pubic... p. 5 Ouverture de Coodus pour une simpification de exemparisation...

Plus en détail

Matériaux de construction

Matériaux de construction Soutions et systèmes de marquage et de codage Matériaux de construction 2 Avec des temps de fonctionnement quasi constants, des environnements poussiéreux et des températures extrêmes, vous avez besoin

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

Un rendement couleur robuste pour votre groupe de travail. Série d IMF couleur Lexmark X950. Série Lexmark X950

Un rendement couleur robuste pour votre groupe de travail. Série d IMF couleur Lexmark X950. Série Lexmark X950 Série d IMF coueur Lexmark X950 Un rendement coueur robuste pour votre groupe de travai. Série Lexmark X950 Propusez votre productivité grâce à a série Lexmark X950, avec des fonctionnaités coueur A3 robustes,

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Une impression intelligente. Des couleurs éclatantes. Imprimante couleur Lexmark C950de

Une impression intelligente. Des couleurs éclatantes. Imprimante couleur Lexmark C950de Imprimante coueur Lexmark C950de Une impression inteigente. Des coueurs écatantes. Imprimante coueur Lexmark C950de Parfaitement adaptée aux groupes de travai dynamiques, imprimante Lexmark C950de se caractérise

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

Une impression intelligente. Des couleurs éclatantes. Imprimante couleur Lexmark C950de

Une impression intelligente. Des couleurs éclatantes. Imprimante couleur Lexmark C950de Imprimante coueur Lexmark C950de Une impression inteigente. Des coueurs écatantes. Imprimante coueur Lexmark C950de Parfaitement adaptée aux groupes de travai dynamiques, imprimante Lexmark C950de se caractérise

Plus en détail

Lexmark OfficeEdge Multifonctions Couleur Professionnels. Automatic. Recto-verso. 2-Sided. automatique. Optional supplémentaire en option

Lexmark OfficeEdge Multifonctions Couleur Professionnels. Automatic. Recto-verso. 2-Sided. automatique. Optional supplémentaire en option Lexmark OfficeEdge Mutifonctions Coueur Professionnes L impression professionnee nouvee génération. La gamme OfficeEdge comprend une nouvee catégorie de mutifonctions conçus avec des composants de quaité

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

GUIDE SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN D UTILISATION. V1/décembre 2014

GUIDE SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN D UTILISATION. V1/décembre 2014 GUIDE D UTILISATION SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN V1/décembre 2014 1.1 Pourquoi cette signaétique? 1.3 Caendrier de dépoiement 3.2 Règes graphiques 3.2.1 Règes de base 3.2.2 Coueurs 3.2.5 Exempes

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d obigations à court terme Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne Internet : Création de pages Web et contenus en igne «Internet : Création de pages Web et contenus en igne» Objectifs : Créer un site Internet simpe sans avoir à connaître e angage informatique. Découvrir

Plus en détail

Fonds commun de revenu de dividendes canadiens Impérial. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Fonds commun de revenu de dividendes canadiens Impérial. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun de revenu de dividendes canadiens Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication

Plus en détail

Revue technique. L iplayer de la BBC. Mobiles libres pour la DAB. Compression vidéo SVC. Tests UER de codecs HD. Portail médias P2P de l UER

Revue technique. L iplayer de la BBC. Mobiles libres pour la DAB. Compression vidéo SVC. Tests UER de codecs HD. Portail médias P2P de l UER SÉLECTION 2008 Revue technique L ipayer de a BBC Mobies ibres pour a DAB Compression vidéo SVC Tests UER de codecs HD Portai médias P2P de UER Audio sur IP de UER Éditoria 3 Radio et téévision de rattrapage

Plus en détail

GREEN IT, une responsabilité collective

GREEN IT, une responsabilité collective GREEN IT, une responsabilité collective Transformer les enjeux écologiques en avantage concurrentiel La prise de conscience mondiale des enjeux environnementaux met les entreprises au cœur du débat écologique.

Plus en détail

Fonds commun d obligations canadiennes Impérial. Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds

Fonds commun d obligations canadiennes Impérial. Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d obigations canadiennes Impéria Rapport annue de a direction sur e rendement du fonds pour eercice cos e 31 décembre 2014 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire

Plus en détail

E.4.15.1.2 Création de délaissés agricoles. E.4.15.1.3 Prélèvement de terres agricoles et droit à paiement unique

E.4.15.1.2 Création de délaissés agricoles. E.4.15.1.3 Prélèvement de terres agricoles et droit à paiement unique E.4.15 AGICULTUE L'activité agricoe sera concernée à différents niveaux par e projet d'aéroport et sa desserte routière. Occupation des sos dans e périmètre DUP s principaux impacts concernent : a consommation

Plus en détail

prévention collective santé travail 2015-2016

prévention collective santé travail 2015-2016 cedest Conseier Humain, prévenir pour demain Conseier Humain, prévenir pour demain prévention coective santé travai 2015-2016 évauation - consei - sensibiisation - formation Évaue Évaue Conseie Sensibiise

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Élevons la voix! Plan d action pour la lutte contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Plan d action pour la lutte contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Pan d action pour a utte contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Pan d action pour a utte contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation

Plus en détail

Semestre I / 2012. Catalogue G E R C E. Formation professionnelle continue

Semestre I / 2012. Catalogue G E R C E. Formation professionnelle continue G R C Cataogue Semestre I / 2012 Formation professionnee continue Cataogue Semestre I / 2012 Formation professionnee continue Formation professionnee continue _2 _3 Préface Magré un environnement économique

Plus en détail

CHAPITRE 4. LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr

CHAPITRE 4. LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr CHAPITRE 4 Education et TIC LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr a Des résutats contrastés du système éducatif du pays a Les principaux défis pour améioration du système éducatif LES TIC ET L EDUCATION

Plus en détail

Vente & installation de matériel professionnel

Vente & installation de matériel professionnel Production vidéo & mutimédia Fims / Images de synthèse / Motion Design Sites internet / Appications interactives / Web TV Location Prestations évènementiees Vidéoprojection / Sonorisation / Ecairage scénique

Plus en détail

GUIDE DES PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES DE COLLECTE ET D ÉCHANGE DE DONNÉES OCÉANOGRAPHIQUES ade LA JCOMM

GUIDE DES PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES DE COLLECTE ET D ÉCHANGE DE DONNÉES OCÉANOGRAPHIQUES ade LA JCOMM Commission océanographique Organisation météoroogique intergouvernementae mondiae Manues et guides 3 GUIDE DES PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES DE COLLECTE ET D ÉCHANGE DE DONNÉES OCÉANOGRAPHIQUES ade LA JCOMM

Plus en détail

FWPC/FWPS/FWS/FWP FWP. Eau chaude sanitaire instantanée À raccorder sur une chaudière de puissance échangée de 50 à 750 kw

FWPC/FWPS/FWS/FWP FWP. Eau chaude sanitaire instantanée À raccorder sur une chaudière de puissance échangée de 50 à 750 kw FWPC/FWPS/FWS/FWP PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE INSTANTANÉE POUR COLLECTIVITÉS FWPC : préparateurs d ecs instantané, avec un retour primaire basse température pour chaudières à condensation jusqu à kw FWPS

Plus en détail

NEW LEARNING ENVIRONMENTS en SUISSE

NEW LEARNING ENVIRONMENTS en SUISSE NEW LEARNNG ENVRONMENTS en SUSSE Brigitte Forster Vosicki Université de Lausanne i! 1. ntroduction générae Ce rapport s'inscrit dans e cadre du projet SOCRATES : Réseau Thématique dans e domaine des angues

Plus en détail

REVUE DE L EFFICACITE DE L AIDE POUR LA MICROFINANCE (CLEAR) MADAGASCAR. Octobre 2005

REVUE DE L EFFICACITE DE L AIDE POUR LA MICROFINANCE (CLEAR) MADAGASCAR. Octobre 2005 REVUE DE L EFFICACITE DE L AIDE POUR LA MICROFINANCE (CLEAR) MADAGASCAR Octobre 2005 Manue Moyart Eric Dufos Aexia Latortue Francois Lecuyer Jennifer Isern Hubert Rauch Remerciements L équipe de a revue

Plus en détail

Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique

Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique GRÂCE À UNE SOLUTION ENERGY SMART DE DELL Surmonter les défis énergétiques des datacenters Les responsables informatiques ont un problème urgent

Plus en détail

Vers un épuisement du cuivre

Vers un épuisement du cuivre Des métaux rares sources de confits Pastiques 50% Cuivre 14 % Vers un épuisement du cuivre Un tééphone mobie pèse à peine 60 grammes, mais contient entre 500 et 1000 composants parfois rares, provenant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESEntatIOn

DOSSIER DE PRESEntatIOn DOSSIER DE PRESEntatIOn www.ufdi.fr 1 - Historique de association SOmmaIRE 2 - Présentation de association 3 - nos activités 4 - Les missions de UFDI 5 - Les membres du bureau 6 - Présentation des déégués

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

Fonds immobilier canadien CIBC. Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds

Fonds immobilier canadien CIBC. Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport annue de a direction sur e rendement du fonds pour eercice cos e 31 décembre 2014 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent rapport

Plus en détail

Régime économique et fiscal général

Régime économique et fiscal général Régime économique et fisca généra Le système fisca espagno est moderne et compétitif. La pression fiscae (e pourcentage des impôts et de a sécurité sociae par rapport au PIB) y est inférieure de quatre

Plus en détail

ormation en Art-thérapie

ormation en Art-thérapie Association Française de Recherches et Appications des Techniques Artistiques en Pédagogie et Médecine Association oi 1901 agréée par e Ministère de a Jeunesse Education Popuaire. AFRATAPEM ECOLE D ART-THÉRAPIE

Plus en détail