La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques"

Transcription

1 La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques

2 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise à jour d un statut tweeter, e chargement de photos de vacances sur Fickr ou a recherche d informations sur es «centres informatiques» sur Googe ne sont pas des actions anodines quand ees sont répétées des miions de fois par jour. Ees impiquent des moyens de traitement de pus en pus importants, esques deviennent de pus en pus énergivores. Aux Etats-Unis, Agence de Protection de Environnement (EPA) estime que a consommation des centres informatiques représente près de 2% de a consommation totae d éectricité du pays. En Europe, d après Institut de Energie 1, ee représente 1,4% de a consommation éectrique totae et 1% des émissions de CO 2. Et ces pourcentages devraient douber en Aujourd hui, à travers Europe, es centres informatiques consomment environ 56 TWh d éectricité par an. Pourtant, es centres informatiques 2 des entreprises vieiissent. On estime que près de a moitié d entre eux ont été ivrés i y a pus de 10 ans et que a pupart sont en imite de capacité d hébergement ou objet de dysfonctionnement dus à a présence de points chauds dans a sae. Face à cette situation, es gestionnaires de parcs informatiques réagissent. Seon des enquêtes récentes 3, 67 % des principaux décideurs européens interrogés envisagent une extension de eurs centres dans es 24 mois à venir. La pression sur es budgets et en particuier sur ceui consacré à a consommation éectrique, a sensibiisation nouvee à impact écoogique et a maîtrise de a demande toujours pus grande de capacité, amènent ces responsabes à opter pour des soutions informatiques éco-énergétiques dont e retour sur investissement permettra d autofinancer es projets. Et e secteur continue son expansion du fait d une demande toujours pus forte de moyens informatiques nécessaires au déveoppement des entreprises. Mondiaisation des échanges, augmentation du nombre d internautes, mutipication des services bancaires et boursiers en igne, adoption de systèmes de communication et de jeux en igne, mise en pace de dossiers médicaux éectroniques, dématériaisation des factures et des documents administratifs sont autant de nouveaux services à origine de cette croissance. 1 Spéciaisé dans es questions énergétiques, Institut de Energie est un des sept instituts du Centre Commun de Recherche, une direction générae de a Commission européenne, référence en matière de science et de technoogie pour UE 2 Computing Infrastructure Trends IDC Avri Campos Research & Anaysis Février

3 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Dans a suite de ce ivre banc, nous détaierons es enjeux et défis des centres informatiques, en nous intéressant particuièrement à infrastructure technique. Ensuite, nous éaborerons un pan d action qu un DSI pourra mettre en œuvre. Enfin, nous décrirons une soution éco-énergétique innovante née de a convergence de deux expertises dans e domaine du Data Center IBM et APC by Schneider Eectric. 4 La quadrature du cerce 6 Les quatre défis du DSI 13 L énergie a moins chère est cee qu on ne consomme pas 17 SMDC : Un centre informatique à a demande 21 Le centre informatique «vert» de entreprise 3

4 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique La quadrature du cerce Croissance, coûts, obsoescence, densifi cation, proifération, surchauffe, pression régementaire et environnementae. Toutes es entreprises qui se déveoppent sont confrontées au même diemme. D une part, i eur faut sans cesse accroître eur capacité informatique, faire face à a mutipication des appicatifs et répondre aux attentes des cients. D autre part, ees doivent garder sous contrôe eurs coûts de fonctionnement. Et enfin, ees doivent affronter imprédictibiité de évoution de a technoogie et du déveoppement de eur activité tout en assurant une mise à disposition immédiate des demandes pour a mise en œuvre de nouveaux projets informatiques ou a refonte de projets existants. Pour a direction générae, concentrée sur a croissance et e déveoppement de entreprise, es probèmes de consommation d énergie et es préoccupations environnementaes peuvent prendre un aspect tout à fait nouveau quand is deviennent un frein à a croissance de entreprise. Si e centre informatique ne peut accueiir de nouveaux serveurs ou unités de stockages à cause de manque de capacité de refroidissement ou de contraintes d infrastructure, a mise en pace de nouvees offres cients peut devenir un véritabe défi en termes de temps et d argent. 4

5 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Le Centre Informatique Le centre informatique ou e centre de traitement de données (Data Center en angais) est un ensembe qui héberge e système informatique d une entreprise et es ressources qui ui permettent de fonctionner. A cet égard, i dispose d une connexion réseau et est conçu pour répondre aux besoins de continuité d activité des entreprises. Le centre informatique est composé de deux sous-ensembes : infrastructure informatique regroupe es équipements de traitement, stockage et communication. L infrastructure technique regroupe es équipements d aimentation éectrique et de refroidissement, a distribution des fuides, es systèmes de sécurité incendie ou maveiance et es outis de gestion et de contrôe de environnement (supervision). Pour e directeur financier, a réduction de a consommation éectrique et des dépenses d énergie du centre informatique devient un objectif critique. Habitueement, es coûts sont anaysés en termes d investissement en capita (CAPEX), soit à achat des infrastructures, à ou es dépenses d expoitation (OPEX), et en particuier cees reatives à énergie, sont cacuées sur une base puriannuee. Traditionneement évauées en fonction de a superficie, une grande partie des directeurs financiers étudient aujourd hui comment gérer ces dépenses pus finement et comment es répartir en attribuant e coût aux utiisateurs en fonction de énergie qu is consomment effectivement. Pour e directeur informatique, cea se traduit par a recherche de nouvees capacités de traitement afin de supporter a demande croissante des directions métiers. I ui faut revoir a stratégie de déveoppement de son centre informatique afin d ajouter efficacité énergétique à a iste de ses critères opérationnes critiques au même titre que a quaité de service, a fiabiité des infrastructures ou a performance des appications. I s agit de créer un centre à a fois sobre dans sa consommation énergétique, responsabe sur e pan écoogique et fiabe et performant dans sa capacité de traitement. C est pourquoi es considérations éco-énergétiques, à a fois sur a consommation éectrique et e contrôe de environnement, deviennent ainsi compétement iées au succès de entreprise. En s'attaquant à a fois aux infrastructures techniques (aimentations éectriques, cimatisation, prévention incendies, sécurité...) et informatiques (serveurs, réseau, stockage ), cette dernière peut réaiser jusqu'à 40 % d'économies sur sa facture énergétique. L'atout est doube, à a fois pour a bonne santé de 'entreprise et cee de 'environnement. 5

6 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Les quatre défi s du DSI Dans a recherche de nouvees capacités de traitement, e DSI est confronté à quatre défi s. Comment gérer a densifi cation des infrastructures? Comment répondre à a dissipation de a chaeur? Comment contrôer es coûts du centre informatique? Comment optimiser un budget imité? La densification des infrastuctures La dissipation de a chaeur L envoée de a consommation Le budget contraint du centre infromatique 6

7 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 1. LA DENSIFICATION DES INFRASTRUCTURES Si industrie informatique produit aujourd hui des serveurs pus rapides, des unités de stockages économiques et des équipements de réseaux fexibes avec une améioration continue du ratio prix performances, c est pour répondre à une demande des entreprises. Evoution des matéries Dans a gamme des serveurs UNIX et LINUX d IBM, es machines de dernière génération basées sur e microprocesseur POWE R7, annoncé en 2010, sont 3 à 4 fois pus performantes en consommant moins d énergie que cees de a génération précédente, POWER6, annoncé en SYSTÈME IBM Power 780 IBM Power 570 IBM Power 770 IBM Power 570 IBM Power 750 Express IBM Power 560 Express TECHNOLOGIE POWER 7 POWER 6+ POWER 7 POWER 6+ POWER 7 POWER 6 FRÉQUENCE DU PROCESSEUR 3,8 GHz 5,0 GHz 3,1 GHz 5,0 GHz 3,5 GHz 3,6 GHz ENERGIE (WATT) PERFORMANCE RELATIVE 3,7 3,1 3,3 La performance reative est une comparaison faite en estimant es performances en traitement de gestion des différents systèmes UNIX d IBM. (source: IBM). Le facteur d améioration cacue améioration de performance reative entre es 2 microprocesseurs FACTEUR D AMÉLIORATION Pour faire face à accroissement des besoins en capacité de traitement, ees mutipient e nombre de systèmes utiisés en investissant dans des machines pus puissantes et pus économes en énergie. Devant une croissance exposive des données, ees mettent en pace des soutions de stockages capabes de gérer, de protéger et d administrer eurs ressources en information. Ces évoutions se font avec un objectif de réduction des risques et en garantissant a conformité aux régementations officiees. Les études concordent pour estimer que e nombre de serveurs a été mutipié par 6 entre 2000 et 2010 et es instaations de baies de stockage ont été mutipiées par 69 dans a même période. Le prix de pus en pus éevé des m 2 et e besoin d héberger es ressources dans des centres de pus en pus sécurisés ont conduit à augmenter, non pas es surfaces occupées par es machines, mais eur densité. Avec arrivée des serveurs ames mutiprocesseurs, e centre informatique dispose maintenant d une haute capacité de cacu. L architecture de ces ééments s est simpifiée pour s organiser en baies à haute densité. Serveurs, unités de stockages et équipements de réseaux sont instaés dans des armoires contenant des empacements de taie normaisée. Si cette standardisation a permis des gains de pace substanties, a densification des machines a entrainé une forte augmentation du dégagement caorifique et donc de énergie nécessaire à son refroidissement. En empiant des serveurs mutiprocesseurs muti-cœurs modernes dans un seu rack, on atteint désormais es 30 KW, soit équivaent de 15 gros radiateurs éectriques fonctionnant à peine puissance, c est à dire a puissance nécessaire pour chauffer 3 maisons de 5 pièces. Le tota de consommation de a sae est évidemment impressionnant. I faut donc mettre en pace des infrastructures techniques capabes de supporter ces contraintes et, en particuier, des systèmes de cimatisation de pus en pus performants aptes à gérer des dégagements de chaeur très importants. L offre en matière d infrastructure technique pour es centres informatiques s est structurée et compétée. Ee couvre ensembe de a chaîne depuis ingénierie de conception, a fourniture des équipements de sae (baies, cimatiseurs), es fournisseurs d énergie (ondueurs, groupes...), es fournisseurs de froid et es outis de supervision et d anayse. 7

8 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 2. LA DISSIPATION DE LA CHALEUR Dans un centre informatique, énergie éectrique consommée est principaement convertie en chaeur par e matérie d aimentation, de refroidissement et d écairage. On estime qu un bon dimensionnement de infrastructure technique a e potentie d éiminer 50% de a facture d éectricité 4. I faut donc rechercher es causes de ineffi cacité énergétique qui peuvent être mutipes : Le matérie d aimentation (ondueurs, transformateurs, commutateurs et es câbes) consomme de énergie traduite sous forme de chaeur. Généraement redondant par sécurité, e rendement chute de manière radicae. Les nouveaux systèmes d aimentation sans interruption (UPS) permettent de réduire sensibement es pertes de rendements par rapport aux modèes standards. Et i est évident qu i ne faut mettre en service que e matérie nécessaire. Le matérie de refroidissement (traitement d air, refroidisseurs, tours réfrigérées, condensateurs, pompes) consomme de énergie. L effi cacité de ce matérie peut être améiorée fortement par un compartimentage de a sae informatique destiné à maitriser a concentration des f ux d air chaud afi n de faciiter eur évacuation. Le surdimensionnement est une des premières causes de perte d énergie. Les raisons sont nombreuses : a charge informatique a été ma évauée à origine ou ee se dépoie pus entement que prévu. Cea entraîne un surdimensionnement du système de refroidissement qui ne peut fonctionner au point e pus haut de sa courbe de rendement. La confi guration physique du matérie informatique peut avoir un impact considérabe sur a consommation d énergie du système de conditionnement d air. Une mauvaise confi guration obige e système de refroidissement à produire et distribuer dans a sae pus d air froid que nécessaire. Les confi gurations à haute densité actuees des centres informatiques contribuent à ampifi er es points chauds de manière signifi cative. L aménagement (urbanisation) de a sae doit être dépendant des systèmes hébergés et non des caractéristiques de a pièce. 4 Source APC 8

9 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Fournir aux baies une puissance éectrique maximum impose de disposer d une puissance de refroidissement équivaente et d un système de cimatisation haut de gamme pour évacuer a chaeur dissipée. La haute densité confronte e système de refroidissement à 3 difficutés : fiabiiser a production de froid, répartir a distribution de froid en fonction de a demande, Répartition de a consommation éectrique d un centre informatique (source APC) 35% 30% 25% 20% imiter envoée de a facture énergétique. Dans tous es cas, e système doit être en mesure d identifier et de signaer es situations qui génèrent une consommation excessive d éectricité ou es points chauds. I doit fournir des outis et des règes qui maximisent e rendement opérationne des systèmes d aimentation et de refroidissement. 15% 10% 5% 0% SYSTÈME INFORMATIQUE SYSTÈMES ÉLECTRIQUES ET DE BÂTIMENTS SYSTÈMES DE REFROIDISSEMENT Équipement informatique Écairage Commutateurs et générateurs Ondueur Unité de distribution (PDU) Air conditionné de sae informatique (CRAC) Humidification Unités de refroidissement 9

10 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 3. L ENVOLÉE DE LA CONSOMMATION Pour aimenter et refroidir ensembe des équipements, es centres informatiques sont devenus es principaux consommateurs d éectricité. Si es nouveaux matéries déivrent toujours pus de puissance, eur consommation énergétique augmente d environ de 15% d une génération à autre. D après e cabinet d anayse Gartner, a consommation éectrique moyenne par serveur a quadrupé au cours de a dernière décennie. En raison de cette croissance rapide, es centres informatiques consomment en généra jusqu à 100 fois pus d énergie par mètre carré qu un immeube de bureaux standard 5. La densité et a puissance des machines se sont teement accrues qu i est désormais presque impossibe de rempir des baies en totaité tant i est difficie de es aimenter en énergie et de es refroidir efficacement avec es équipements traditionnes. Pourtant, moins de a moitié de éectricité consommée aimente réeement es équipements informatiques 6, e reste concerne es infrastructures techniques de support comme es appareiages éectriques du bâtiment, es systèmes de refroidissement et écairage. Au niveau de infrastructure IT, 30% est utiisée par es processeurs, kiowatts qui aimentent principaement des processeurs inactifs. Pour 37 KW fournis, seu 1KW est réeement utiisé de manière productive par e processeur. 55% CENTRE INFORMATIQUE infrastructures techniques infrastructures IT 45% 70% INFRASTRUCTURE IT PROCESSEURS aimentation, mémoire, ventiateurs etc... processeur 30% 80% processeur improductif productif processeur 20% De aimentation éectrique à a production informatique 5 Gartner, The Data Center Power and Cooing Chaenge, David Cappuccio et Lynne Craver, novembre Creating Energy-Efficient Data Centers, U.S. Department of Energy,

11 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique MESURER POUR OPTIMISER L une des recommandations principaes ors de a tentative de réduction des coûts énergétiques du centre informatique est de mesurer énergie dépensée par ceui-ci. Le Green Grid, un consortium internationa de sociétés informatiques dont IBM et APC by Schneider Eectric, travaie à éaboration d outis de mesure d efficience énergétique des centres informatiques. Indicateurs de a performance des composantes éectriques et de refroidissement, ces mesures ne révèent pas a performance gobae du centre en terme de service informatique rendu à entreprise. Power Usage Effectiveness PUE = P it + P infra P infra Cette mesure cacue e rapport entre a consommation énergétique totae d un centre informatique et cee des équipements IT qu i héberge. Un PUE e pus proche possibe de 1 est préférabe. Basé sur 30 audits effectués en 2010, APC by Schneider Eectric a cacué que e PUE moyen en France est de ordre de 2,09. Pour 2,09 watts entrant dans e centre informatique, un seu est utiisé pour e traitement informatique, e reste étant utiisé par es systèmes de refroidissement et d aimentation éectrique. Datacenter infrastructure Efficiency DCiE = 1 PUE x100% Le Datacenter infrastructure Efficiency (DCiE) cacue e ratio inverse du PUE. On e cacue en divisant e tota de énergie utiisée pour aimenter infrastructure informatique avec e tota de énergie utiisée pour aimenter ensembe du centre. Un DCiE est de ordre de 43 % Les mesures d effi cacité énergétiques Le Green Grid a formaisé pusieurs autres indicateurs afin de déterminer efficacité énergétique de domaines spécifiques des centres informatiques. On peut noter indicateur ERE (Energy Reuse Efficiency) qui mesure es avantages qu offre a réutiisation d énergie, indicateur DCcE, (Data Centre Compute Efficiency) qui détermine efficacité des ressources informatiques ou indicateur de productivité DCP (Data Center Productivity). Les constructeurs de matérie informatique proposent aujourd hui des soutions qui visent à diminuer empreinte carbone du centre informatique. Les techniques de consoidation et de virtuaisation réduisent équipement nécessaire à exécution des appications, et ainsi réduisent a consommation d éectricité. Mais a tendance actuee des machines à fonctionner à des densités supérieures et à des puissances variabes baisse e rendement énergétique des systèmes d aimentation et de refroidissement. 11

12 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 4. LE BUDGET CONTRAINT DU CENTRE INFORMATIQUE Les coûts de fonctionnement grimpent aussi. Avec augmentation du prix de énergie, i devient critique de réduire a dépense en éectricité. Les coûts de possession d un centre informatique représentent e cumu des budgets investissement et frais d expoitation. On estime que es dépenses de cimatisation et d éectricité représentent jusqu à 44% des coûts de possession d un centre informatique. Sur quatre ans, is peuvent être supérieurs à investissement initia 7. Surdimensionné pour supporter es pics d activité, en généra sous utiisés, e rendement des centres informatiques est égaement à améiorer. On estime que es serveurs ont un taux d utiisation moyen de 5 à 30% et es systèmes de stockage sont utiisés à moins de 60%. Les coûts associés à ce niveau d efficacité peuvent impacter significativement es budgets informatiques. Les technoogies de virtuaisation peuvent répondre en partie à cette demande d efficacité. miions PUE = 24 PUE =1,3 énergie personne maintenance bâtiment taxes années Coûts d expoitation cumués d un centre informatique de m 2 Parce qu is représentent pus de a moitié des coûts d expoitation cumués du centre informatique, i est important d optimiser ceux reatifs à énergie. Le schéma ci-dessus iustre a répartition des coûts d expoitation cumués de infrastructure technique d un centre informatique de 50 miions d euros. Ee n incut pas es coûts de infrastructure informatique (équipements et personnes). Sur une période de 20 ans, entreprise dépense en frais d expoitation 3 à 5 fois es coûts d investissements. I est donc important de prendre en compte ces coûts opérationnes très en amont dès es phases de programmation puis de conception du centre informatique. De pus, es coûts reatifs à énergie représentent pus de a moitié de ces coûts opérationnes. L augmentation des tarifs de énergie et a pression régementaire rendent de pus en pus prégnante a nécessité de imiter, voire de réduire a dépense en éectricité. La figure montre égaement impact potentie de efficacité énergétique. En améiorant efficacité de infrastructure technique (PUE de 1,3 au ieu de 2,4), on peut réduire es dépenses opérationnees de pus près de 30%. 7 Data Center Energy Efficency and Productivity, The Uptime Institute

13 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique L énergie a moins chère est cee qu on ne consomme pas Traditionneement, es centres informatiques ont été conçus sur es critères de disponibiité, d évoutivité, de sécurité et de coûts. Si adoption des techniques de virtuaisation réduit a facture éectrique gobae des serveurs, ee concourt à accroissement de énergie consommée au m 2. I y a queques années, es objectifs d économie d énergie ont été poussés sur e devant de a scène. Si a mutation vers des centres informatiques de nouvee génération moins consommateur en énergie est entamée, i reste néanmoins encore du chemin à parcourir pour mettre à niveau ou déveopper des environnements parfaitement éco-responsabes Une stratégie d optimisation Bian et anayse L optimisation des infrastuctures 13

14 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 1. UNE STRATÉGIE D OPTIMISATION La stratégie d optimisation du centre informatique doit répondre aux questions suivantes : Ques sont es objectifs de consommation éectrique, de refroidissement, de surface au so, de sécurité, de gestion, d effi cacité énergétique? Quand e centre doit-i être opérationne? Ques sont es objectifs en termes de fi abiité, de disponibiité? Quee est enveoppe budgétaire? Quees sont es évoutions prévues? I est temps de définir une stratégie d optimisation des infrastructures techniques et informatiques après avoir anaysé eur efficacité. Dans ces domaines, es technoogies et es stratégies d améioration de a performance couvrent ensembe de écosystème. On obtient es meieurs résutats en combinant des améiorations à a fois sur es systèmes éectriques et de refroidissements et a mise en pace de techniques de virtuaisation, d efficacité énergétique des matéries et ogicies et d équiibrages de charges sur es systèmes. Les opportunités d améioration de efficacité énergétique du centre informatique sont de pusieurs ordres : Diminution de a consommation d éectricité en améiorant : L efficacité énergétique des composants utiisés, Le design des racks, La gestion de a puissance éectrique, Les techniques de virtuaisation, La gestion des charges de travai (workoads). Réduction de a production de chaeur par une meieure gestion thermique, incuant : La disposition de a sae informatique et des racks, L optimisation de a circuation de air, Les mises à niveau des systèmes de refroidissement, Le refroidissement séectif des équipements. Améioration de informatique en s appuyant sur : La consoidation des serveurs, La dédupication des données, Le rempacement des équipements informatiques (serveurs, stockage, réseau). 14

15 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 2. BILAN ET ANALYSE I est nécessaire de démarrer ce travai d optimisation par un bian énergétique du centre actue. Cea donne une base pour éaborer une stratégie d optimisation des environnements techniques et informatiques. Maîtriser et réduire a facture éectrique passe par une anayse précise des principaes causes de inefficacité énergétique du centre. Le pan d action commencera donc par une phase de diagnostics d efficacité énergétique afin d évauer es gains économiques et écoogiques potenties. Pour étabir ces diagnostics, i faut au préaabe mettre en pace des outis de mesure, de supervision, de tendance et des tabeaux de bord afin de mettre en évidence es pertes d énergies et es points chauds. Ces outis sont compétés par des outis d aide à a décision qui permettent de vaider es gains potenties suite à différents scenarii d utiisation. YOUR CURRENT CAPACITY UTILIZATION YOUR CURRENT PUE YOUR CURRENT LOSSES BY SUBSYSTEM 59% of 400 kw % 0% 237 kw PUE Power system processeur improductif Cooing system 50,5% 41,5% Infrastructure Energy Effi ciency Dashboard 15

16 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique 3. L OPTIMISATION DES INFRASTRUCTURES La stratégie définie doit intégrer à a fois a production informatique et a consommation d énergie. I faut optimiser sa gestion active dans deux domaines, à savoir : INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE Centraiser es moyens informatiques I s agit de réduire e nombre de centres informatiques et eurs compexités, d améiorer es outis de gestion des saes et de mettre en pace des procédures d automatisation afi n de diminuer es coûts opérationnes. Consoider es serveurs I s agit de imiter e nombre de serveurs physiques utiisés, de réduire a compexité de eur gestion et de diminuer emprise au so en augmentant a densité du centre. Impémenter es techniques de virtuaisation I s agit de s affranchir des imites physiques des ressources, d augmenter utiisation du matérie et de réduire es coûts de icence des ogicies. Mettre en œuvre des mécanismes d intégration appicative I s agit, enfi n, de regrouper es nombreuses appications sur des images uniques, de simpifi er environnement informatique, de réduire es besoins en ressources opérationnees et d améiorer a précision des régages et a surveiance des appications. INFRASTRUCTURE TECHNIQUE Améioration des opérations I s agit de mettre en œuvre es techniques d économie d énergie (capacité utiisée, serveurs inactifs, ) et de gestion des f ux de refroidissement. Mise en pace des bonnes pratiques Par exempe, mettre en pace des couoirs chauds et froids et améiorer a circuation de air, gérer es systèmes d air conditionnés afi n d augmenter a température des saes informatiques, étudier a mise en pace de techniques de refroidissement par air extérieur (free cooing). Optimisation de architecture du centre informatique Dans une évoution du centre informatique, i s agit d intégrer compètement 'aimentation, e refroidissement, a conception en baie, a gestion et es services en séectionnant des composants standards pour bâtir une soution à partir de confi gurations moduaires et mobies. Mise en pace des outis de gestion et d administration Pour contrôer e bâtiment, prévenir des menaces physiques et résoudre rapidement es défaiance d ééments critiques (aimentation, refroidissement), i faut mettre en pace une surveiance centraisée en temps rée de tous es composants de infrastructure technique du centre informatique. De même, un référentie centraisé d informations stratégiques doit assurer a coecte des données, a surveiance, automatisation, a panifi cation et impémentation et permettre de présenter aux administrateurs situés n importe où sur e réseau une vision gobae et intégrée de tous es systèmes critiques du Data Center. 16

17 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique SMDC : un centre informatique à a demande Pour aider eurs cients confrontés à cette probématique compexe, IBM et APC by Schneider Eectric ont formé une aiance afin de mettre sur e marché une nouvee approche pour créer un centre informatique moduaire évoutif. C est offre SMDC (Scaabe Moduar Data Center) qui permet de définir et mettre en œuvre un centre informatique moduaire à haute densité et à basse consommation. L aiance combine expertise d APC by Schneider Eectric dans a gestion inteigente des infrastructures techniques (services critiques d aimentation & de refroidissement) et e savoir faire d IBM dans es domaines du Consei, de Intégration et de a Gestion des systèmes et des infrastructures informatiques : programmation, conception, mise en œuvre, suivi de projet et opération. SMDC Fondée sur es technoogies d APC by Schneider Eectric, a soution SMDC est une soution moduaire pour infrastructure technique des centres informatiques. Construite avec des composants moduaires standards, e SMDC intègre aimentation, e refroidissement, a gestion environnementae dans une conception optimisée en baie. La soution SMDC permet d instaer uniquement es équipements nécessaires et de es mettre ensuite faciement à niveau pour répondre à une évoution des besoins. Ee permet d accroître a disponibiité du système tout en réduisant es temps de conception et d instaation de pusieurs mois à queques jours. L architecture du SMDC est adaptée aux environnements de toutes taies, de armoire de câbage aux grands centres de données. 17

18 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique LA FAMILLE DE CENTRES INFORMATIQUES SMDC FAIT PARTIE DE L OFFRE IBM DATA CENTER FAMILY Scaabe moduar Data Center Enterprise moduar Data Center Data Center «cés en main» pour Sae de 50 à 150m 2 Dépoiement rapide: 8 à 12 semaines Efficacité énergétique améiorée de 15 à 30% Soution pour environnement haute densité (bades) Pans Standardisés. Modues de 500m 2 => 2000m 2 Niveau de résiience 3+ Haut niveau d efficacité énergétique (DCiE = 66%/PUE 1.5) Dépoiement 25% pus rapide / approche cassique Architecture ouverte avec acteurs majeurs du marché Le SMDC est une soution pour centre informatique éaborée autour d une structure d hébergement aiant quaité technique et performance énergétique. Cette structure intègre a majeure partie de infrastructure technique. Grâce au SMDC, e centre informatique moduaire peut adresser toute taie et configuration de ocaux informatiques : depuis e oca technique de 50 m 2 hébergeant 3 racks jusqu au centre informatique de grande taie (150 m 2 ) hébergeant pus de 100 racks. I peut être impanté dans des ocaux dédiés ou des surfaces ibres en sae informatique existante, sans perturbation de fonctionnement. Basée sur une architecture moduaire, a soution SMDC permet de créer un «centre IT à a demande» avec des composants standardisés et de e faire évouer en fonction de a demande de entreprise. Supportant toutes sortes de configurations, ee permet de tirer parti de espace disponibe et de bâtir des instaations adaptées à environnement. L adoption de a soution SMDC permet de réaiser a consoidation des serveurs et de rationaiser des infrastructures informatiques dispersées et coisonnées. Associée aux racks informatiques, a distribution éectrique, es ondueurs, e refroidissement et es fonctions ogiciees de monitoring, a soution SMDC peut héberger des infrastructures haute-densité de serveurs ames. 18

19 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Portabe moduar Data Center High density zone Centre Informatique fonctionne intégré dans un container Mobie - faciement dépaçabe Cibé pour Data Center temporaires et distants Dépoiement rapide: semaines Niveau 3 de résiience; très haut niveau d efficacité énergétique: 77% DCiE / PUE = 1.3 Infrastructure «Pug and pay» pour supporter serveurs haute densité dans sae existante Impémentation sans impact sur activité courante Enveoppe budgétaire attractive / rénovation de sae Grâce à utiisation de composants moduaires standardisés, a panification et a mise en œuvre du centre informatique sur mesure peut être réaisée dans des déais a pupart du temps inférieurs à trois mois, soit un énorme gain de temps par rapport à a réaisation ou à a modernisation d un centre conventionne. On estime que a conception moduaire de SMDC peut diminuer es coûts d instaation et d expoitation dans des proportions aant jusqu à 15 % par rapport à de nombreux centres informatiques traditionnes aors que e contrôe de a consommation éectrique en temps rée permet d optimiser es coûts d expoitation. De pus, aiance IBM et APC by Schneider Eectric accompagne offre par un ensembe de prestations de services aant de anayse à a réaisation en passant par a phase de panification. Ces prestations permettent de : Évauer environnement physique afin de définir es meieures options écoogiques et de disponibiité au meieur coût, Concevoir, construire et gérer e centre informatique sécurisé, résiient, éco-énergétique et évoutif, Préparer et accompagner e transfert des instaations informatiques existantes avec e maximum de sécurité et un impact minimum sur a production. Un interocuteur unique coordonne intégraité du projet afin de mettre à disposition une soution performante opérationnee rapidement. SMDC accompagne es entreprises dans eur déveoppement en fournissant un centre informatique éco-responsabe. 19

20 IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique SMDC EN DÉTAIL Basée sur es technoogies APC, a soution SMDC consiste en différents modues. Ee est formée d une structure de racks qui hébergent es équipements informatiques rackabes (serveurs, disques, réseau...), e tabeau de distribution éectrique, es ondueurs et es batteries. Des armoires de cimatisation ocaes In-Row et des soutions de refroidissement périmétrique permettent e refroidissement de configurations jusqu à 70 KW par rack. Les unités de distribution des aimentations supporte une aimentation et une distribution en aérien des courants forts et faibe afin d éiminer es faisceaux de câbes en faux pancher. Armoire de distribution éectrique Seon es bonnes pratiques, e centre informatique moduaire organise es saes informatiques en configuration Aée chaude / Aée froide, hébergeant des armoires de racks haute densité. Les soutions permettent de supporter es configurations haute densité (20 à 30 KW/rack) notamment avec a couverture de aée chaude. Contrairement aux soutions traditionnees, a soution étant industriaisée et autonome, i n est pas nécessaire de réaiser une modéisation thermique pour vérifier a performance. Câbage aérien courant fort & courant faibe ASI = aimentation sans intervention Cimatisation de précision InRow Bandeaux de prises inteigents Outi de supervision et de gestion Précâbage informatique des baies Racks serveurs & réseau Confi guration technique et outis de supervision L organisation d un traitement d air au pus près des serveurs sur un schéma horizonta permet de garantir des températures en entrée constantes et d obtenir une haute efficacité énergétique. Le maintien des performances en mode nomina et dégradé est vérifié ors de a configuration de a soution. Un confinement de aée chaude peut être proposé pour éviter e méange entre a sortie air chaud des racks et air froid provenant de a cimatisation, améiorant ainsi e rendement et efficacité du refroidissement. SMDC est ivré avec un ogicie de gestion et un contrôe centraisé à distance qui incut des outis d anayse de a performance, d anayse prédictive des pannes et identification des points chauds. Via e réseau, ensembe des composants de a soution (structure d hébergement et équipements) sont communicants afin d en faciiter expoitation. La supervision centraisée permet de configurer et de consuter es informations et aarmes de chaque éément et de surveier en permanence es états d expoitation, de transmettre es aertes sans déai et de visuaiser e tout via une interface graphique. 20

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable C TSP 6500/7000 SÉRIE Chariots tridirectionnes à nacee éevabe C Série TSP 6500 / 7000 Chariots tridirectionnes à nacee éevabe Aée disponibe min. Jeux fonctionnes Fourches non téescopiques 4.33a 4.33 Longueur

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 Rapport d activités 213 1 1 1.1 Sudoc... p. 5 Nouvee convention de participation au Sudoc... p. 5 Sudoc professionne... p. 5 Sudoc pubic... p. 5 Ouverture de Coodus pour une simpification de exemparisation...

Plus en détail

DE COMMERCE ET DE GESTION

DE COMMERCE ET DE GESTION Institut DE COMMERCE ET DE GESTION Administration et Direction des Admissions : 9, rue Saint-Lambert 75015 Paris Té. (33) 01 45 58 17 33 Fax. 01 45 58 61 59 Métro Boucicaut (igne 8) ou Convention (igne

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

GUIDE SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN D UTILISATION. V1/décembre 2014

GUIDE SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN D UTILISATION. V1/décembre 2014 GUIDE D UTILISATION SIGNALÉTIQUE COMMUNE DE TRI 1 TRIMAN V1/décembre 2014 1.1 Pourquoi cette signaétique? 1.3 Caendrier de dépoiement 3.2 Règes graphiques 3.2.1 Règes de base 3.2.2 Coueurs 3.2.5 Exempes

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires.

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires. Venir nous voir De près Notre gae de chaudières pour fiou et gaz De oin Technoogie à condensation Technoogie basse température Boiers Accessoires Interca Wärmetechnik GmbH A Seeenkamp 0 2791 Lage Aemagne

Plus en détail

GREEN IT, une responsabilité collective

GREEN IT, une responsabilité collective GREEN IT, une responsabilité collective Transformer les enjeux écologiques en avantage concurrentiel La prise de conscience mondiale des enjeux environnementaux met les entreprises au cœur du débat écologique.

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur 2011-2012 L ÉDITO DU PRÉSIDENT Doctorants, vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein de une des six écoes doctoraes du Pôe

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne Internet : Création de pages Web et contenus en igne «Internet : Création de pages Web et contenus en igne» Objectifs : Créer un site Internet simpe sans avoir à connaître e angage informatique. Découvrir

Plus en détail

La conception et les spécifications peuvent être modifiées sans préavis.

La conception et les spécifications peuvent être modifiées sans préavis. La conception et es spécifications peuvent être modifiées sans préavis. LTD KXTDA30_FR_200_v.indd 2 3/2/0 3:3:0 PM Système PBX IP hybride KX-TDA30 LTD KXTDA30_FR_200_v.indd 3 3/2/0 3:3:02 PM TABLE DES

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon BANQUE MONDIALE The Internationa Bank for Reconstruction and Deveopment/The Word

Plus en détail

Des solutions technologiques pour des systèmes hautes performances

Des solutions technologiques pour des systèmes hautes performances Des soutions technoogiques pour des systèmes hautes performances Job Number Job Information ORIGINATED BY / DATE STUDIO POC 20662 Corporate Brochure - FRENCH Vicki 09-11 - 2011 Vicki/Laura Cient Job SIZE

Plus en détail

Serrurier Métallier. Thionville l Hayange l l s. Moyeuvre /Grande. Montigny les Metz l l l s. Morhange l s s. Verny. l l s Jarville l.

Serrurier Métallier. Thionville l Hayange l l s. Moyeuvre /Grande. Montigny les Metz l l l s. Morhange l s s. Verny. l l s Jarville l. Serrurier Métaier Formations 2009/2010 Lorraine 54 - Meurthe-et-Mosee 55 - Meuse 57 - Mosee 88 - Vosges Verdun k 55 Bar-e-Duc k Landres Briey Thionvie Hayange s Pont-à-Mousson k 54 Nancy Tou Moyeuvre /Grande

Plus en détail

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M DOSSIER BASES DE DONNEES PAR VIRGINIE GOASDOU~ (EDF R&D), SYLVAINE NUGIER (EDF R&D), BRIGITTE LABOISSE (AID) ET DOMINIQUE DUQUENNOY (AID) Une grie pour évauer a quaité de vos données et choisir votre outi

Plus en détail

Serrurier Métallier. Formations 2010/2011. Lorraine 54 - Meurthe-et-Moselle 55 - Meuse 57 - Moselle 88 - Vosges. Landres s. Thionville.

Serrurier Métallier. Formations 2010/2011. Lorraine 54 - Meurthe-et-Moselle 55 - Meuse 57 - Moselle 88 - Vosges. Landres s. Thionville. Serrurier Métaier Formations 2010/2011 Verdun 55 Bar-e-Duc s Landres s Briey Thionvie Hayange s s Pont-à-Mousson Tou 54 Nancy 57 Verny Montigny es Metz s s Jarvie Morhange s Lunévie Behren es Forbach Sarreguemines

Plus en détail

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse MINISTÈRE DE L ECONOMIE FORESTIÈRE, DES EAUX, DE LA PÊCHE ET DE L AQUACULTURE RAPPORT WRI ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse Atas forestier interactif du Gabon (version

Plus en détail

Une Planète Plus Intelligente

Une Planète Plus Intelligente Olivier Guyon oguyon@fr.ibm.com V1 08 fev 2010 Une Planète Plus Intelligente Infrastructure haute densité et performance énergétique, contrainte ou opportunité? Agenda Contexte Solutions Cas client Entropie

Plus en détail

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email Siemens IVM : Voice to emai IVM : Voice to emai 1 HiPath Xpressions Compact : Voice to emai............................. 3 1.1 Introduction.......................................................... 3 1.2

Plus en détail

Système PBX IP hybride

Système PBX IP hybride Système PBX IP hybride KX-TDA30 La conception et es spécifications peuvent être modifiées sans préavis. FrenchPan_NEW MASTER_FA.indd -3 /6/09 9:0:0 AM Pour a mise en pace d un environnement de communications

Plus en détail

Développement du leadership :

Développement du leadership : Livre banc Déveoppement du eadership : es tendances de demain Auteur : Nick Petrie Version : décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES 3 3 5 6 7 10 29 30 32 À propos de 'auteur Experts consutés dans e cadre de

Plus en détail

Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique

Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique Résolvez vos problèmes d énergie dédiée à l informatique GRÂCE À UNE SOLUTION ENERGY SMART DE DELL Surmonter les défis énergétiques des datacenters Les responsables informatiques ont un problème urgent

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d actions US Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le

Plus en détail

Une. Centre --------------

Une. Centre -------------- 59 Une Médiathèque Centre Socia (a cuture du ien socia) -------------- Émiie Dauphin Émiie Dauphin est bibiothécaire à a Médiathèque Centre Socia Yves Coppens, une structure hybride, à vocation sociae

Plus en détail

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06.

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. SOMMAIRE INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. 07. L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LE PARCOURS DE L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LES MÉTIERS ET DIPLÔMES PRÉPARÉS DANS LES CENTRES DE FORMATION DE LA BRANCHE EN ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

Ford transit custom kombi

Ford transit custom kombi Ford transit custom kombi Conçu dans un souci de durabiité, testé pour sa robustesse Comme tous es Ford Transit, a durabiité est inscrite dans es gènes du Transit Custom Kombi. Grâce à un programme de

Plus en détail

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,...

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... hapitre 4 1 RESEAUX LOAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... Ethernet : buts - non buts 2 uts réseau mutipoint sans priorité avec coisions faibe coût Non-buts contrôe d erreur fu dupex sécurité priorité déterminisme

Plus en détail

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité Aspects de ergonomie des interfaces. Utiisabiité René PATESSON CREATIC Centre de Recherches en Ergonomie Appiquée aux Technoogies de Information et de a Communication ULB-SISH (Section Informatique et

Plus en détail

SAGEM F@st TM 2404/2444 Guide d Instaation Rapide Sommaire Présentation... 1 Pack... 2 Raccordements... 3 Instaation à partir du CD-ROM... 4 Instaation Wi-Fi... 5 Instaation Ethernet... 8 Instaation suppémentaire...

Plus en détail

NCH Software Pixillion - Convertisseur de fichiers image

NCH Software Pixillion - Convertisseur de fichiers image NCH Software Pixiion - Convertisseur de fichiers image Ce manue a été créé pour être utiisé avec Pixiion - Convertisseur de fichiers image Version 2.xx NCH Software Support technique Si vous rencontrez

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

NUANCE The experience speaks for itself

NUANCE The experience speaks for itself NUANCE The experience speaks for itsef Comparatif des soutions PDF Professiona Compatibiité Compatibe avec Microsoft Windows XP (32 bits), Vista (32 et 64 bits) et Windows 7 (32 et 64 bits) Compatibe avec

Plus en détail

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina esure de facteur de bruit sur anayseur de réseaux vectorie corrigée en Paramètres-S Frédéric oina Agenda Rappe : qu est-ce que e facteur de bruit d un composant? éthodes et setup de mesure Etapes de caibrage

Plus en détail

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Le gaz nature, a soution a moins chère et a pus rapide pour votre entreprise Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Les avantages financiers du changement au gaz nature Seon

Plus en détail

Guide d utilisation 3173 3246

Guide d utilisation 3173 3246 MO1007-FB Guide d utiisation 3173 3246 Féicitations pour e choix de cette montre CASIO. Appications Les capteurs de cette montre mesurent a direction, a pression barométrique, a température et atitude.

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE Copyright Organisation internationae du Travai 2001 Première édition 2001 Les pubications du Bureau internationa du Travai jouissent de a

Plus en détail

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille Document de travai Working paper Le recours à Aide compémentaire santé : es enseignements d une expérimentation sociae à Lie Sophie Guthmuer (LEDa-LEGOS, Université Paris-Dauphine) Forence Jusot (LEDa-LEGOS,

Plus en détail

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE PHARMACIE HOSPITALIÈRE UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE BIOLOGIE CLINIQUE 1 DES PROGRAMMES

Plus en détail

l EXCLUSION, INCLUSION m

l EXCLUSION, INCLUSION m EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 ÉDITO Doctorants, Vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein d une écoe doctorae d Université Paris-Est (UPE). Vous postuez ainsi au dipôme e pus éevé en France

Plus en détail

Un guide du bailleur : pourquoi?...3

Un guide du bailleur : pourquoi?...3 édition 2012 SOMMAIRE Un guide du baieur : pourquoi?...3 Avant a ocation Que type de ocation puis-je proposer ou accepter?...4 Quees conditions pour mon ogement mis en ocation?...5 Quees aides pour améioration

Plus en détail

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles Fête & Buvette Un équiibre à trouver A attention des maires, présidents d associations, responsabes de débit de boissons temporaires, bénévoes Edition : Février 2011 Nous sommes ensembe responsabes! La

Plus en détail

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693 Informations techniques Transmetteurs et communication VEGAMET 8 VEGAMET 9 VEGAMET 64 VEGAMET 65 VEGASCAN 69 Sommaire Sommaire Description du produit.....................................................................................

Plus en détail

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu Gamme Everio 2012 www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu www.jvc-asia.com www.jvc-me.com Restez en contact Everio vous permet désormais de rester en contact avec votre entourage, qu i se trouve à côté de

Plus en détail

SPRITE 2015. ALPINE SPORT CRUZER SR www.spritecaravans.com SPIRIT OF ADVENTURE

SPRITE 2015. ALPINE SPORT CRUZER SR www.spritecaravans.com SPIRIT OF ADVENTURE SPRITE 2015 SPIRIT OF ADVENTURE Sprite Après-ventes Lorsque vous achetez une caravane Sprite, vous achetez pus qu une caravane. Vous bénéficiez égaement du service Supercare, a principae organisation Après

Plus en détail

Si on reparlait de la distribution du crédit sur les lieux de vente...

Si on reparlait de la distribution du crédit sur les lieux de vente... Buetin de 'UFC-QUE CHOSR de 'ÀN Association sans but ucratif, régie par a oi de 1901 et agréée pour ester en Justice affiiée à a Fédération Nationae d'ufc-que Choisir affiiée à 'Union Régionae Rhône-Apes

Plus en détail

Green Mountain, certainement le datacenter le plus écologique au monde

Green Mountain, certainement le datacenter le plus écologique au monde Green Mountain, certainement le datacenter le plus écologique au monde Implanté dans un ancien dépôt de munitions de l'otan au cœur de la montagne d un fjord norvégien, le datacenter de Green Mountain

Plus en détail

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER Règles d'ingénierie du Data Center SOMMAIRE La problématique La climatisation Les planchers techniques L énergie L urbanisation L industrialisation Conclusion LA PROBLEMATIQUE Rappel sur les Tiers Chaque

Plus en détail

Dossier d actualité ARCHITECTURE DE L INFORMATION, ARCHITECTURE DES CONNAISSANCES VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 74 Avril 2012 1/16

Dossier d actualité ARCHITECTURE DE L INFORMATION, ARCHITECTURE DES CONNAISSANCES VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 74 Avril 2012 1/16 n 74 Avri 2012 Sommaire page 2 : Introduction à architecture de information page 5: Se préoccuper de utiisateur et de ses espaces d information page 7: Se préoccuper de accès aux savoirs page 10 : Donner

Plus en détail

C 230-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SOL À CONDENSATION

C 230-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SOL À CONDENSATION C 2-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SO À CODESATIO C 2-85 à 21 Eco : de 18 à 2 kw pour chauffage centra à eau chaude et production d ecs par préparateur indépendant Chauffage seu, eau chaude sanitaire par préparateur

Plus en détail

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Les services de gestion de l énergie Schneider Electric valorisent votre datacenter. Schneider Electric www.schneider-electric.com

Plus en détail

La solution à tous les besoins en tuyauterie des secteurs du pétrole, du gaz, de la pétrochimie, de l industrie nucléaire et de la construction

La solution à tous les besoins en tuyauterie des secteurs du pétrole, du gaz, de la pétrochimie, de l industrie nucléaire et de la construction La soution à tous es besoins en tuyauterie des secteurs du pétroe, du gaz, de a pétrochimie, de industrie nucéaire et de a construction navae IPP Group - stockistes, fabricants et transformateurs ; a soution

Plus en détail

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin e point sur La cartographie, enjeu contemporain Jacques Lévy, professeur à 'Universités de Reims et à 'Institut d'études poitiques de Paris, feow au Wissenschaftskoeg zu Berin De ce vieux Mercator, à quoi

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobiliers de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobiliers de bureaux Maximiser la performance de vos projets immobiliers de bureaux Concilier la performance économique et la performance d usage du bâtiment L équation économique de vos projets doit être optimisée sur la

Plus en détail

Indicateurs Normes Codes de conduite. Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012

Indicateurs Normes Codes de conduite. Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012 Indicateurs Normes Codes de conduite Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012 Pas de normes globales.. Mais 2 initiatives importantes Recenser les Normes concevoir un document (2013) (Coordination Group

Plus en détail

Paul-François Cattier, APC by Schneider Electric France : la France est un territoire propice pour les datacenters

Paul-François Cattier, APC by Schneider Electric France : la France est un territoire propice pour les datacenters Page 1 of 6 INTERNATIONAL Interviews Paul-François Cattier, APC by Schneider Electric France : la France est un territoire propice pour les datacenters octobre 2008 par Emmanuelle Lamandé Prochains sommaires

Plus en détail

Consultations publiques sur la sécurité : les recommandations des commissaires

Consultations publiques sur la sécurité : les recommandations des commissaires ÉTÉ 2014 VOLUME 16, NUMÉRO 2 Taxi Le Journa Consutations pubiques sur a sécurité : es recommandations des commissaires UN PRINTEMPS CHARGÉ LE BTM CONSULTE SES PARTENAIRES VERS UNE POLITIQUE POUR L INDUSTRIE

Plus en détail

Intégration architecturale des équipements

Intégration architecturale des équipements Consei d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de a Seine-Maritime Soesia, Société Eternit Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes Intégration architecturae des équipements

Plus en détail

WIRELESS SYSTEM QLX-D USER GUIDE. Le Guide de l Utilisateur. 2014 Shure Incorporated 27A22351 (Rev. 1)

WIRELESS SYSTEM QLX-D USER GUIDE. Le Guide de l Utilisateur. 2014 Shure Incorporated 27A22351 (Rev. 1) WRELESS SYSTEM QLX-D USER GUDE Le Guide de Utiisateur 2014 Shure ncorporated 27A22351 (Rev. 1) CONSGNES DE SÉCURTÉ MPORTANTES 1. LRE ces consignes. 2. CONSERVER ces consignes. 3. OBSERVER tous es avertissements.

Plus en détail

ANF datacentres Cargèse septembre 2014

ANF datacentres Cargèse septembre 2014 ANF datacentres Cargèse septembre 2014 } Objectifs } PUE DCiE } GEC ERF - CUE } DCeP } DCEM } Que cherche-t-on à mesurer? Efficience du datacentre Rapport entre énergie introduite dans le datacentre et

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE SOMMAIRE DATA CENTER OPTION SERVICE 1. Architecture proposée 2. Constituants de la solution 3. Supervision 1 1 ARCHITECTURE GENERALE 2 Implantation Plan du site et localisation de la salle informatique

Plus en détail

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après Managing Data Center Performance 2013 et après Selon les entreprises de la zone économique EMEA, le plus grand défi dans l exploitation de leurs centres de calcul est d assurer la disponibilité des services

Plus en détail

AFIET LES DATA CENTERS. LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1

AFIET LES DATA CENTERS. LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1 AFIET LES DATA CENTERS LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1 Pourquoi un data center? 68 % des français se connectent à des réseaux sociaux 2020 : 44 Trillions de Gbs data avec quelle énergie?

Plus en détail

Green (?) datacenter. Green Datacenter - TIC et environnement - Institut Mines Telecom - 13 mai 2014, boutherin@lpsc.in2p3.fr

Green (?) datacenter. Green Datacenter - TIC et environnement - Institut Mines Telecom - 13 mai 2014, boutherin@lpsc.in2p3.fr Green (?) datacenter 1 Les enjeux Un datacentre c est quoi? Une baie = 40 à 80 serveurs, ou 240 disques Une baie, deux baies 100 baies, 10 000 baies! Une puissance de traitement/stockage qui donne le vertige!

Plus en détail

Université libre FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ. Kinésithérapie et réadaptation. Education physique. Ostéopathie.

Université libre FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ. Kinésithérapie et réadaptation. Education physique. Ostéopathie. Kinésithérapie et réadaptation Education physique Ostéopathie Prévention santé Université ibre de Bruxees FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ Pathoogies du sport 1 Locaux d enseignement, de recherche

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais AE 08.0 Accessoires Contacts éectriques Conformité Contact éectrique sec à aimant Type 8 ) Seui d'aarme inductif Type 8 Reais ampificateur Boc reais Utiisation Les contacts éectriques permettent d'ouvrir

Plus en détail

Solutions pour data centers Améliorez la fiabilité, maîtrisez les coûts et optimisez la durée de fonctionnement

Solutions pour data centers Améliorez la fiabilité, maîtrisez les coûts et optimisez la durée de fonctionnement Solutions pour data centers Améliorez la fiabilité, maîtrisez les coûts et optimisez la durée de fonctionnement Choisissez des solutions de refroidissement d un La gestion des charges thermiques croissantes

Plus en détail

Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique

Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique Système de stockage IBM XIV Storage System Le stockage réinventé Performance Le système IBM XIV Storage System constitue une solution de

Plus en détail