Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012"

Transcription

1 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012

2 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît qu'au XVIII sièce, repris de 'angais"actuary". Le dictionnaire Larousse e définit ainsi: Actuaire : "spéciaiste qui fait des cacus statistiques pour es assurances". Les mots "actuariat" ("fonction d'actuaire. Corps des actuaires") et "actuarie" ("cacu effectué par des actuaires") se définissent par rapport à ceui d'actuaire. De façon un peu pus arge et moderne, es actuaires canadiens proposent: "Spéciaiste de 'anayse et du traitement des impacts financiers durisque". 2

3 Actuaire DéfinitiondeL AIA: «Les actuaires sont des penseurs stratégiques puridimensionnes, formés à a théorie et à appication des mathématiques, des statistiques, de économique, des probabiités et des finances. On es appee des architectes financiers et des mathématiciens sociau parce qu is utiisent eur combinaison particuière d aptitudes anaytiques et administratives pour reever une diversité croissante de défis d ordre financier et socia partout dans e monde.» 3

4 Actuaire Sur e sitewww.beanactuary.orgon trouve une définition de actuaire qui peut se traduire ainsi : «Les actuaires sont des eperts pour évauera probabiité d événements futurs, concevoir de façon créative des mesures pour réduirea probabiité d événements indésirabes, et amenuiser impact des événements indésirabesqui surviennent. Les actuaires sont des professionnes de premier pan pour trouver des façons de gérer e risque.» ass vie 1 4

5 Actuariat L actuariat comprend pusieurs métiers: Conception/adaptation de produits. définition de produits: anayser es risques-définir es garanties-éaborer es ois de mortaité ou de rachat- concevoir es tarifs-définir es méthodes de cacu et es procédures. Adaptation de produits: concevoir es outis d anayseréaiser es études techniques -évauer évoution des risques-proposer des adaptations en termes de tarification et/ou de garanties-évauer évoution des résutats. Marketing: ciber es produits-segmenter a cientèe. ass vie 1 5

6 Actuariat Gestion des contrats. Contrats: assurer e suivi et anayse technique-définir et assurer e suivi du portefeuie- epoiter es résutats techniques-définir es cahiers des charges techniques et informatiques-surveier e portefeuie, déterminer es mesures de redressement. Portefeuie: actuaiser es barèmes de provisionnementdéfinir es besoins de réassurance-cacuer e montant des réserves obigatoires-vérifier es équiibres techniqueséaborer des modèes de rentabiité -mettre en pace des outis de suivi des résutats-contrôer es prévisions de résutats. 6

7 Actuariat Gestion de bian. Comptes: mettre au normes es comptes-réaiser et suivre es comptes mensues -provisionner es engagements. Contrôe de gestion: éaboré des modèes de rentabiité - faire des études de rentabiité -anayser a rentabiité. Actif/passif: suivre évoution des provisions mathématiques -évauer es fonds propres -anayser/suivre des pacements -évauer es portefeuies -concevoir des modèes de prévision -réaiser des scenarios de résutats -proposer des stratégies de gestion, anayser es risques. 7

8 Actuariat Finances. Etudes: anayser es tendances des différents marchésévauer es portefeuies -concevoir des systèmes de piotage -éaborer es outis de suivi. 8

9 Actuariat La majorité des actuaires travaient dans es assurances En France: 9

10 Actuariat La majorité des actuaires travaient dans es assurances Au Canada: 10

11 Définitions de assurance L assurance est généraement définie comme opération par aquee une personne, assureur, s engage à eécuter une prestation au profit d une autre personne, assuré, en cas de réaisation d un événement aéatoire, e risque (ou sinistre), en contrepartie du paiement d une somme, a prime ou cotisation. 11

12 Définitions de assurance La technique assurantiee réside dans a mutuaisation des risques, c'est-à-dire une division du coût des conséquences de sa survenue entre pusieurs. A ce stade, es définitions évoquées ci-dessus sont suffisamment arges pour incure dans e champ de assurance es régimes de sécurité sociae obigatoires qui ne seront pourtant pas traités dans e présent cours (cours de prévoyance sociae). ass vie 1 12

13 Bases de assurance Besoin de sécurité La sécurité est un des besoins fondamentau de être humain. La vie comporte toutefois des risques et des dangers qui peuvent menacer a santé, a vie et es biens que on possède. C est a raison pour aquee es êtres humains ont, depuis toujours, eu recours à assurance pour se protéger contre ce qui pouvait eur arriver. De nos jours, vivre sans assurances dans un pays industriaisé n est pas concevabe. 13

14 Bases de assurance En Suisse, par eempe, hommes et femmes, sont très soucieu de eur sécurité. Chaque habitant suisse consacre pus de francs (environ dhs) au assurances privées (assurances sociaes non comprises), ce qui représente e montant e pus éevé au niveau mondia. 14

15 Bases de assurance Soidarité L assurance repose sur e principe de a soidarité. Un grand nombre de personnes ou d entreprises, eposées au mêmes risques, versent eurs primes à une caisse commune qui doit, en cas de sinistre, fournir a prestation contractueement convenue à assuré qui en est victime. 15

16 Bases de assurance Loi des grands nombres De nos jours, es statistiques fondées sur es mathématiques sont es ééments es pus importants de assurance. La théorie des probabiités et e traitement statistique d un grand nombre de cas particuiers d assurance permettent d étabir certaines certitudes de réguarité, soit a fréquence avec aquee is vont se produire. La oi des grands nombre (LGN) peut être epiquée enprenantejeudedéspoureempe: erésutatd un seu coup de dés dépend du hasard. Mais, si es dés sont jetés un grand nombre de fois, une certaine réguarité se manifeste. 16

17 Bases de assurance Loi des grands nombres LaLGN, neditpas qui seravictimed un événement bien déterminé, mais seuement combien de membres d une communauté e seront. Le hasard en tant que facteur provoquant des dommages assurés devient ainsi une vaeur moyenne pouvant être chiffrée statistiquement. 17

18 Bases de assurance Contrat d assurance Un contrat d assurance offre une couverture d assurance. Cette dernière couvre es conséquences financières d un événement dommageabe. La caractéristique de événement dommageabe est que on ne sait en généra pas s i surviendra et quand i se produira. Dans e contrat d assurance, des choses et des personnes peuvent être assurées contre des événements dommageabes (assurance de choses ou de personnes). ass vie 1 18

19 Bases de assurance Surveiance des assurances La surveiance des assurances a pour objectif principa a protection des assurés. Les entreprises privées d assurances sont pacées sous e contrôe de autorité pubique qui déivre autorisation d opérer et eerce par aieurs des contrôes permanents portant sur eurs activités d assureurs. Ainsi, a protection d assurance et a sovabiité des compagnies d assurances seraient garanties à avenir. 19

20 Bases de assurance Primes/ prestations Toutes es personnes qui font partie d une communauté de risques s acquittent de eur contribution afin de pouvoir venirenaideàceuquisontvictimesd undommage. Cette contribution est a prime qui comprend es ééments suivants: Le risque : cette partie de a prime est cacuée sur des bases mathématiques, des statistiques d assurance, ainsi que des vaeurs empiriques. Cette partie de a prime doit suffire à réger tous es sinistres. Ee se fonde sur a moyenne d une période de ongue durée. 20

21 Bases de assurance Primes/ prestations Les frais : e consei à a cientèe, a concusion de assurance et e traitement des sinistres occasionnent des frais qui sont répartis entre a communauté des assurés. L épargne : pour es assurances-vie de capitaisation, vient s ajouter objectif de épargne. Une part de a prime vient financer a prestation en espèces convenue pour a fin du contrat. L autre part donne ieu à des intérêts crédités par a compagnie d assurances jouant ici un rôe particuièrement important dans e déveoppement de investissement. 21

22 Bases de assurance Lorsque e cas couvert par assurance survient, a compagnie d assurance doit verser a prestation convenue, à savoir: Prestations en espèces : versements en capita, rentes, indemnités journaières, dédommagements de toute nature. Prestations de services : mesures de défense contre es prétentions injustifiées de tiers à encontre des assurés (en assurance responsabiité civie notamment), protection juridique, consei, aide en cas de sinistre, assistance, ass vie 1 22

23 Cassification de assurance On distingue deu branches principaes au sein du secteur de assurance: Branche vie - Assurances vie ou décès - Assurance de personnes Branche non-vie - Assurance dommages -IARD (Incendie Automobie et Risques Divers) -Assurance des biens I suffit, en effet, d ajouter assurance santé à assurancevie pour aboutir à assurance de personnes. 23

24 Opérations viagères Définition Par opération viagère, on entend une opération dont es fu (montants et / ou échanges des capitau) dépendent de a survie ou du décès d une ou pusieurs personnes. 24

25 Opérations viagères Eempes 1) en contrepartie d une prime fiée, une compagnie d assurance s engage à payer au moment du décès d une personne X une somme fiée à un bénéficiaire désigné Y. 2) en contrepartie d un capita payé à Y, X acquière e droit d entrer en possession au moment du décès de Y d un immeube appartenant à Y. 25

26 Opérations viagères Les opérations viagères dépendent donc de quantités aéatoires à savoir es durées de vie d une ou de pusieurs personnes. Nous nous imiterons dans ce cours au opérations pour esquees a durée de a vie humaine est e seu éément aéatoire. 26

27 Assurance-vie Définition On appee assurance sur a vie (ou assurance-vie) une opération viagère pour aquee es risques iés à a durée aéatoire de a vie humaine sont pris en charge par un organisme spéciaisé (e pus souvent une compagnie d assurance sur a vie) qui es mutuaise dans un ensembe suffisamment étendu d opérations simiaires, de sorte qu on puisse appiquer a oi des grands nombres. Le terme d assurance sur a vie recouvre donc une gamme d opérations pus restreinte que ceui d opération viagère. 27

28 Assurance-vie Eempe L opération décrite dans eempe 1) ci-dessus est une assurance-vie dans a mesure où un des contractants est une compagnie d assurance mutuaisant es risques viagers dans un portefeuie de nombreu contrats simiaires. Par contre, opération décrite dans eempe 2)ci-dessus n est pas une assurance sur a vie puisque, iant deu particuiers, ee n est pas intégrée dans un portefeuie de nombreu contrats simiaires au sein duque es risques viagers seront mutuaisés. ass vie 1 28

29 Assurance-vie Cette théorie a des appications directes en assurance et a des iens étroits avec d autres théories et modèes actuaries et financiers. Le cours présente essentie de a théorie et des techniques actuariees reatives à évauation des contrats d assurance-vie et des rentes viagères. Ces techniques se trouvent sous une forme ou une autre dans un grand nombre de règes, méthodes et ois que es actuaires appiquent tous es jours. 29

30 Assurance-vie «Contrat d'assurance sur a vie : contrat par eque, en contrepartie de versements uniques ou périodiques, 'assureur garantit des prestations dont 'eécution dépend de a survie ou du décès de 'assuré». Dahir n du 25 rejeb1423 (3 octobre 2002) portant promugation de a oi n portant code des assurances. ass vie 1 30

31 Assurance-vie I eiste différents types d assurance-vie tes que: assurance en cas de décès, assurance en cas de vie, assurance «mite» (ce type de contrat combine es deu types précédents) Sur e pan pratique, pour appréhender a survenance et importance d un risque futur, es sciences actuariees font usage des mathématiques, de a statistique et du cacu des probabiités. 31

32 Assurance-vie En assurance-vie à travers e cacu de réserves ou de primes d assurances, es actuaires font appe : A a démographie (risque de mortaité) Au mathématiques financières éémentaires (tau composé, actuaisation, capitaisation) A a finance (ALM, AssetLiabeityManagement ou DFA, DynamicFinancia Anaysisou encore en français, Gestion Actif-Passif) 32

33 LA MORTALITE 1. Tabes de mortaité brutes 2. Probabiités de survie et de décès 3. Espérance de vie 4. Tau instantané de mortaité 5. Tabes de Gompertzet de Makeham 6. Probabiités sur 2 têtes 7. Tabes règementaires 8. Ajustement de tabes 9. vers des tabes prospectives 33

34 1. Tabes de mortaité brutes Principe : à partir d une cohorte initiae à a naissance on suit année après année e nombre de survivants nombre de survivants à ' age ( par convention!!) Age utime : premier âge où pus de survivants ω 0 (par eempe 110 ans en France ) 34

35 1. Tabes de mortaité brutes EXEMPLE: Age () Tabe ()

36 1. Tabes de mortaité brutes La fonction est positive et décroissante. La tabe donne es vaeurs de pour des âges entiers. On distingue : - es tabes de mortaité brutes : résutant de observation ( recensement à un moment) ( par eempe RGPH 2004) - es tabes de mortaité ajustées : tabe ajustée anaytiquement - es tabes d epérience : tabes tenant compte de epérience d un assureur 36

37 1. Tabes de mortaité brutes On distingue aussi : -es tabes de mortaité périodiques : suppose que a mortaité va rester stabe dans e futur - es tabes de mortaité prospectives : intègre une évoution future attendue de a mortaité Dans e suite on travaiera avec des tabes périodiques. 37

38 1. Tabes de mortaité brutes Nombre de décès à âge : d 1 EXEMPLE: d

39 2. Probabiités de survie et décès - Probabiité annuee de décès - quotient de mortaité Probabiité étant en vie à âge de décéder dans année d 1 q EXEMPLE : probabiité à 70 ans de décéder dans année q ,023 39

40 2. Probabiités de survie et décès Les principau facteurs epicatifs des quotients de mortaité sont : - âge - e see - époque - e ieu ( probématique de a segmentation versus a discrimination) 40

41 2. Probabiités de survie et décès Infuence de âge, du see et de époque Hommes (Begique) Âge () q /q , , , , ,4% 30 0, , , , ,2% 50 0, , , , ,2% 80 0, , , , ,6% Femmes (Begique) Âge () q /q , , , , ,2% 30 0, , , , ,5% 50 0, , , , ,4% 80 0, ,1267 0, , ,7% 41

42 2. Probabiités de survie et décès Infuence du ieu Les enquêtes statistiques ont toujours donné des probabiités de décès qui différent d un pays à un autre. La différence est à attribuer certainement au infuences cimatiques et au déveoppement des systèmes de santé. Comparaison entre a Suisse (1958/63) et a France (1960/64) 1000q Âge () Hommes Femmes Suisse France Suisse France 0 24,48 24,28 18,6 18, ,48 0,39 0,29 0, ,67 1,35 0,51 0, ,65 3,58 1,62 1, ,35 22,3 10,12 9, ,19 32,96 16,97 15, ,25 48,57 29,29 26,94 42

43 2. Probabiités de survie et décès Remarque - Ces tau différent mais restent proches. - En revanche, a différence est très significative orsque a comparaison concerne es tau de pays industriaisés et ceu des pays en déveoppement. - L assureur doit adapter e choi de a tabe de mortaité au conditions du pays où i fait ses affaires. - Dans certains pays des tabes de mortaités sont éaborées par régions. Mais dans es cacus de assurance sur a vie, i n est pas usue de tenir compte des variations régionaes de a mortaité. Une même tabe de mortaité est appiquée pour tout un pays. 43

44 2. Probabiités de survie et décès Infuence de état civi Les études ont montré que es tau de mortaité varient seon état civi des personnes mises en observation. En cassant es états civis par ordre croissant des probabiités de décès, on trouve : marié, veuf, céibataire, divorcé. Les assureurs ne tiennent pas compte en généra de état civi de assuré. En cas de survie on appique des fois des tabes spécifiques au veuves pour e cacu des pensions. 1000q Âge () Marié veuf céibataire Divorcé Ensembe 30 2,16 4,88 4,24 4,89 2, ,56 7,93 7,26 7,64 4, ,85 12,9 14,14 18,98 9, ,48 28,86 28,89 35,86 23, ,79 62,27 66,47 82,06 56,81 44

45 2. Probabiités de survie et décès Infuence de a profession I est évident que certaines professions présentent pus de risques que d autres. Face à cette surmortaité iée à eercice d une profession dangereuse, es assureurs peuvent adopter des positions pus au moins prudentes seon a poitique d acceptation des risques : refuser d assurer (cas etrême); assurer avec certaines restrictions; assurer à des conditions pus onéreuses; assurer sans tenir compte du risque. 45

46 2. Probabiités de survie et décès Infuence spécifique à assurance Séection médicae : Pour contracter une assurance décès, assureur procède en généra soit à un eamen médica de a personne à assurer, soit pour e moins ui faire rempir un questionnaire de santé. Le candidat est : soit accepté si son état physique est jugé bon; soit refusé si son état physique est jugé compromettant; soit assuré tout en procédant à des restrictions; soit accepté mais à des conditions pus onéreuses. Les personnes choisies après contrôe médica présentent des probabiités de décès beaucoup pus faibes par rapport à a popuation générae : on pare aors de séection médicae. 46

47 2. Probabiités de survie et décès Infuence spécifique à assurance Anti-séection : I y a des contrats qui prévoient e paiement de prestations en cas de survie. De tes contrats sont putôt concus par des personnes de bonne santé. I y a aors une séection non pus de a part de assureur mais de a part de assuré ui-même : on pare aors d anti-séection. 47

48 2. Probabiités de survie et décès Infuence spécifique à assurance Invaidité : Certains contrats d assurance sur a vie ne concernent que des personnes qui sont cassées soit actifs soit invaides. L assureur doit utiiser a tabe de mortaité spécifique à chaque popuation. La différence de mortaité est très nette comme e montre eempe suivant : Tabe de mortaité de a caisse Fédérae d'assurance EVK 1970 (Suisse) Âge () 1000q Hommes Femmes actifs invaides actifs invaides 20 0,75 30,00 0,60 15, ,85 39,50 0,98 15, ,50 46,00 1,61 14, ,95 49,50 3,05 8, ,45 50,24 6,90 7,00 48

49 2. Probabiités de survie et décès Probabiité annuee de survie Probabiité étant en vie à âge d être encore en vie à âge 1 p 1 1 q EXEMPLE: probabiité à 70 ans d atteindre 71 ans p ,977 49

50 2. Probabiités de survie et décès Probabiité de survie dans n années : Probabiité étant en vie à âge d être encore en vie à âge n ( ou de décéder après âge n) n p n p p 1 p 2... p n 1 EXEMPLE: probabiité à 40 ans d atteindre 70 ans p40 0,795 50

51 2. Probabiités de survie et décès Probabiité de décès dans es n années Probabiité étant en vie à âge de décéder avant âge n n q n 1 EXEMPLE : probabiité à 40 ans de décéder avant 70 ans q40 n p 0,205 51

52 2. Probabiités de survie et décès Probabiité de décès dans n années Probabiité étant en vie à âge de décéder dans n années entre es âges (n) et (n1) n n n 1 q np q n EXEMPLE : probabiité à 40 ans de décéder entre 70 et 71 ans q ,018 52

53 3. Espérance de vie Définition de espérance de vie à âge : Moyenne à âge du nombre d années restant à vivre Espérance de vie abrégée : (décès en début d année): e ω t q ω t t 1 t 1 t d t Espérance de vie compète : (décès en miieu d année): 0 e e

54 3. Espérance de vie Autre forme de espérance de vie : t t e p ω 1 Dém. : 1 t t t t d t e ) ( 1...) ( t t t t t p p p t d t e

55 3. Espérance de vie Autre forme de espérance de vie : t t e p ω 1 Dém. : 1 t t t t d t e ) ( 1...) ( t t t t t p p p t d t e

56 3. Espérance de vie Eempes d espérance de vie : ( INS Begique) Tabe À 0 ans À 25 ans À 65 ans H ,4 37,3 10,6 H ,1 51,2 15,9 F ,6 39,9 11,6 F ,4 57,2 20,1 56

57 3. Espérance de vie Epression en fonction de a variabe aéatoire «durée de vie future» T() variabe aéatoire durée de vie future d un individu d âge T() âge au décès L espérance de vie est espérance mathématique de cette variabe aéatoire. 57

58 3. Espérance de vie Reations d équivaence : e E ([ T ( ) ]) 0 e E ( T ( )) e 1 2 k p P ( T ( ) > k ) 58

59 4. Tau instantané de mortaité La mortaité est un phénomène continu dans e temps Passer à une écriture en temps continu : [ 0, ω] R La fonction est supposée continue et dérivabe ( à vaeurs entières!) Quotients de mortaités sur un intervae : (0 <h <1) h q h 0 si h 0 59

60 4. Tau instantané de mortaité Si a fonction est dérivabe : 1 h im h 0 h q im h 0 h h 1 d d n d d µ tau instantané de mortaité 1 60

61 4. Tau instantané de mortaité Reation entre probabiité de survie et tau instantané de mortaité : µ t Donc : d n dt t n µ 0 t n dt n [ n ] n t n p n 0 (n n n ) 61

62 4. Tau instantané de mortaité Donc: p n ep( µ n t 0 dt ) On a aussi : q 1 µ 0 1 p 1 ep( ds) s 62

63 5. Tabes de Gompertzet Makeham Ajustement anaytique de tabes brutes de mortaité suivant un modèe epicatif des causes de mortaité. 2 causes principaes de mortaité : ACCIDENT MALADIE Hyp.: indépendant de âge Hyp.: croit eponentieement avec âge 63

64 5. Tabes de Gompertz et Makeham 3 modèes cassiques: - modèe accident: - tau instantané constant - modèe maadie GOMPERTZ (1825) - tau instantané eponentie - modèe accident- maadie MAKEHAM (1860) -tau instantané constant eponentie 64

65 5. Tabes de Gompertzet Makeham Modèe accident : µ A d d n A k e A Popuation décroissant eponentieement 65

66 5. Tabes de Gompertz et Makeham Modèe maadie de GOMPERTZ : µ B c d d n Bc k e Bc n c Popuation décroissant doubement eponentieement 66

67 5. Tabes de Gompertz et Makeham Modèe de MAKEHAM : µ A B c d d n k e ( A A e Bc n c Bc Popuation décroissant sous deu effets ) 67

68 5. Tabes de Gompertz et Makeham Modèe de MAKEHAM ( 2) : Ecriture canonique : Avec: s g k k e te k e A B nc que < 1 s < g g c c > > 1 68

69 5. Tabes de Gompertz et Makeham EXEMPLE de TABLE Makeham : Tabe MR Bege ( tabes hommes rentes) k ,63 s 0, g 0, c 1,

70 5. Tabes de Gompertz et Makeham Avantages et inconvénients de a tabe de MAKEHAM : : ogique epicative : dépend de 4 paramètres : faciité d utiisation ( cf. 2 têtes voir pus oin) - : ne capture pas des phénomènes tes que : - mortaité infantie - bosse des accidents à 20 ans - comportement au grands âges Reste un standard en Begique. 70

71 5. Tabes de Gompertzet Makeham Aternative : doube tabe de Makeham : prendre en compte a ongévité des rentiers µ A B c ( 0 0 µ D E f ( 0 ) < ω) ( par eempe prendre f < c ) 71

72 5. Tabes de Gompertz et Makeham Modèe de HELIGMAN- POLLARD : Objectif : prendre en compte a mortaité infantie et a bosse des accidents. Modéisation directe du q ( à vaeurs dans (0,1)!!): q /(1 q ) A ( B) C De E(n n F) 2 G H Mortaité en bas âge Bosses des accidents Mortaité normae 72

73 6. Probabiités sur 2 têtes Probabiités reatives à un coupe de personnes d âge et y : Hypothèse ( discutabe ) : indépendance des durées de vie a) Probabiité pour que es 2 têtes soient encore en vie dans n années: n p y n p n p y 73

74 6. Probabiités sur 2 têtes b) Probabiité pour qu au moins une des 2 têtes soit encore en vie dans n années : n p y n p n p y n p y c) Probabiité pour que es 2 têtes soient décédées dans n année : n q y 1 n p y 74

75 6. Probabiités sur 2 têtes Notion d âge moyen : Substituer à un coupe d âges et y un coupe de même âge et ayant a même probabiité de survie (Objectif : rempacer une tabe à doube entrée par une tabe à une entrée ). n p mm n p y En généra, m dépend non seuement de et de y mais aussi de n. 75

76 6. Probabiités sur 2 têtes Cas particuier : Tabe de MAKEHAM Montrons que dans ce cas âge moyen ne dépend que des deu âges de départ. n n c n g k s 76 ( 1) n c c n c c n n n g s g k s g k s p 1) ( 1) ( 2 1) ( ) ( n y n n m c c n c c n c c n g s g s g s m est aors soution de équation :

77 6. Probabiités sur 2 têtes C est à dire : c m c m n( 2 c c y c 2 y ) / n c On a aussi dans Makeham : µ m µ 2 µ y 77

78 7. Tabes régementaires (beges) - Tabes de Makeham utiisées en assurance avec distinction : - Hommes / Femmes - Phénomène d antiséection : tabes différentes tenant compte du comportement de assuré à a souscription d un contrat d assurance Opérations de genre vie Opérations de genre décès 78

79 7. Tabes régementaires beges H F VIE MR MR-5 FR FR-5 DECES MK FK FK (1992) 79

80 7. Tabes régementaires beges Tabes hommes : MK k ,59 s 0, g 0, c 1, MR k ,63 s 0, g 0, c 1, MR-5 : rajeunissement de 5 ans sur MR 80

81 7. Tabes régementaires beges Tabes femmes : FK k ,39 s 0, g 0, c 1, FK c 1, FR k ,56 s 0, g 0, c 1, FR-5 : rajeunissement de 5 ans sur FR 81

82 8. Ajustement de tabes Passage d une tabe de mortaité brute ( observations brutes issue d un recensement) à une tabe ajustée ( par eempe un ajustement de Makeham). Différentes techniques eistent : - Méthode de King et Hardy et variantes - Méthode des moindres carrés Objectif : obtenir des estimateurs des constantes de Makeham ( k,s,g,c) à partir des observations des. 82

83 8. Ajustement de tabes Méthode des moindres carrés : ˆ brut k s g c??? Dans une tabe de Makeham, on a : c c g p s 1 1 α n( p ) ns c ( c 1 1)n( ) g 83

84 8. Ajustement de tabes En posant : On a : α a ( c 1) n(1/ g) b n s b a c En passant une seconde fois au ogarithme : n( α b) n ac na nc 84

85 8. Ajustement de tabes Méthode des moindres carrés sur es observations : S N 0 (n(ˆ α b) na nc) -Pour chaque vaeur de b ( c est à dire de s), a procédure moindres carrés donne une estimation des paramètres de régression n a et n c ainsi qu un coefficient de corréation. - On choisit a vaeur de b donnant e meieur coefficient de corréation 2 85

86 9. vers des tabes prospectives Les tabes de mortaité cassiques supposent impicitement que a mortaité future sera identique à cee observée aujourd hui. Par eempe pour quequ un ayant aujourd hui 20 ans en 2012 et qui aura 60 ans en 2052, si on doit cacuer sa probabiité de mourir entre 60 et 61 ans, on utiise es probabiités correspondantes de quequ un ayant aujourd hui 60 ans que on projette à identique. 86

87 9. vers des tabes prospectives Evoution du q à 60 ans ( H) ( tabes brutes INS) : , , , , , , ,

88 9. vers des tabes prospectives Tabes prospectives : tabes introduisant une améioration progressive de a mortaité. Les tau de mortaité ne dépendent pus seuement de âge mais aussi de a date de naissance. Deviennent des fonctions de 2 variabes (,t) µ (t) tau instantané de mortaité de quequ un ayant âge au temps t 88

89 9. vers des tabes prospectives (0) µ Tau de mortaité observé à instant initia ˆ µ ( t) Projection pour estimer es tau futurs de mortaité. Par eempe, améioration eponentiee de a mortaité identique à chaque âge et partant d une tabe de Makeham : µ ( t) ( A Bc ) e βt 89

90 9. vers des tabes prospectives Pour un individu d âge initia en t, a probabiité de survie après n années (en tn) est aors donnée par : n ds s t t p ) ) ( ep( ) ( µ 90 n s s s t n s t s s n ds e B c Ae e ds e B c A ds s t t p 0 0 ) ( 0 ) ) ( ep( ) ) ( ep( ) ) ( ep( ) ( β β β β µ

91 9. vers des tabes prospectives Aternative : convergence vers une tabe imite : βt βt µ (t) (A Bc ) e (1 e )(C Df ) Tabe initiae Tabe asymptotique 91

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille Document de travai Working paper Le recours à Aide compémentaire santé : es enseignements d une expérimentation sociae à Lie Sophie Guthmuer (LEDa-LEGOS, Université Paris-Dauphine) Forence Jusot (LEDa-LEGOS,

Plus en détail

DE COMMERCE ET DE GESTION

DE COMMERCE ET DE GESTION Institut DE COMMERCE ET DE GESTION Administration et Direction des Admissions : 9, rue Saint-Lambert 75015 Paris Té. (33) 01 45 58 17 33 Fax. 01 45 58 61 59 Métro Boucicaut (igne 8) ou Convention (igne

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d actions US Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon BANQUE MONDIALE The Internationa Bank for Reconstruction and Deveopment/The Word

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

SOMMAIRE. Enquête Gender Directive 31/05/2012 2

SOMMAIRE. Enquête Gender Directive 31/05/2012 2 1 SOMMAIRE Introduction Les points clés Présentation des participants à l enquête Les hypothèses de tarification en assurance vie Les hypothèses de tarification en assurance non-vie Les impacts sur le

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

Une introduction à l analyse discriminante avec SPSS pour Windows

Une introduction à l analyse discriminante avec SPSS pour Windows Une introduction à anayse discriminante avec SPSS pour Windows Dominique DESBOIS INRA-ESR Nancy et SCEES 5 rue de Vaugirard, 7573 Paris Cedex 5. Fax : +33 49 55 85 00 Mé :desbois@jouy.inra.fr RÉSUMÉ :

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE Copyright Organisation internationae du Travai 2001 Première édition 2001 Les pubications du Bureau internationa du Travai jouissent de a

Plus en détail

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles E Chapitre I : appes générau. Chapitre 3 es câbes 38 Cacuer une structure : de a théorie à 'eempe Iustration au recto et photos ci-dessous : Mât haubané de mètres servant de soutien au tieu cassé de Doyon

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Bouclier sanitaire : choisir entre égalité et équité?

Bouclier sanitaire : choisir entre égalité et équité? Document de travai Working paper Boucier sanitaire : choisir entre égaité et équité? Une anayse à partir du modèe ARAMMIS Thierry Debrand (Irdes) Christine Sorasith (Irdes) DT n 32 Juin 2010 Reproduction

Plus en détail

Une. Centre --------------

Une. Centre -------------- 59 Une Médiathèque Centre Socia (a cuture du ien socia) -------------- Émiie Dauphin Émiie Dauphin est bibiothécaire à a Médiathèque Centre Socia Yves Coppens, une structure hybride, à vocation sociae

Plus en détail

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06.

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. SOMMAIRE INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. 07. L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LE PARCOURS DE L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LES MÉTIERS ET DIPLÔMES PRÉPARÉS DANS LES CENTRES DE FORMATION DE LA BRANCHE EN ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

l EXCLUSION, INCLUSION m

l EXCLUSION, INCLUSION m EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise

Plus en détail

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE PHARMACIE HOSPITALIÈRE UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE BIOLOGIE CLINIQUE 1 DES PROGRAMMES

Plus en détail

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles Fête & Buvette Un équiibre à trouver A attention des maires, présidents d associations, responsabes de débit de boissons temporaires, bénévoes Edition : Février 2011 Nous sommes ensembe responsabes! La

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur 2011-2012 L ÉDITO DU PRÉSIDENT Doctorants, vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein de une des six écoes doctoraes du Pôe

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité Aspects de ergonomie des interfaces. Utiisabiité René PATESSON CREATIC Centre de Recherches en Ergonomie Appiquée aux Technoogies de Information et de a Communication ULB-SISH (Section Informatique et

Plus en détail

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M DOSSIER BASES DE DONNEES PAR VIRGINIE GOASDOU~ (EDF R&D), SYLVAINE NUGIER (EDF R&D), BRIGITTE LABOISSE (AID) ET DOMINIQUE DUQUENNOY (AID) Une grie pour évauer a quaité de vos données et choisir votre outi

Plus en détail

Payer peut nuire à votre santé : une étude de l impact du renoncement financier aux soins sur l état de santé

Payer peut nuire à votre santé : une étude de l impact du renoncement financier aux soins sur l état de santé Document de travai Working paper Payer peut nuire à votre santé : une étude de impact du renoncement financier aux soins sur état de santé Pau Dourgnon (Irdes, Université Paris-Dauphine-LEDa-LEGOS) Forence

Plus en détail

Un guide du bailleur : pourquoi?...3

Un guide du bailleur : pourquoi?...3 édition 2012 SOMMAIRE Un guide du baieur : pourquoi?...3 Avant a ocation Que type de ocation puis-je proposer ou accepter?...4 Quees conditions pour mon ogement mis en ocation?...5 Quees aides pour améioration

Plus en détail

Université libre FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ. Kinésithérapie et réadaptation. Education physique. Ostéopathie.

Université libre FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ. Kinésithérapie et réadaptation. Education physique. Ostéopathie. Kinésithérapie et réadaptation Education physique Ostéopathie Prévention santé Université ibre de Bruxees FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ Pathoogies du sport 1 Locaux d enseignement, de recherche

Plus en détail

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais AE 08.0 Accessoires Contacts éectriques Conformité Contact éectrique sec à aimant Type 8 ) Seui d'aarme inductif Type 8 Reais ampificateur Boc reais Utiisation Les contacts éectriques permettent d'ouvrir

Plus en détail

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Assurance Vie Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Plan I. Introduction II. III. IV. 1. Definition Les types de l assurance vie 1. L assurance en cas de vie 2. L assurance en cas de décès

Plus en détail

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Le gaz nature, a soution a moins chère et a pus rapide pour votre entreprise Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Les avantages financiers du changement au gaz nature Seon

Plus en détail

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse MINISTÈRE DE L ECONOMIE FORESTIÈRE, DES EAUX, DE LA PÊCHE ET DE L AQUACULTURE RAPPORT WRI ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse Atas forestier interactif du Gabon (version

Plus en détail

Développement du leadership :

Développement du leadership : Livre banc Déveoppement du eadership : es tendances de demain Auteur : Nick Petrie Version : décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES 3 3 5 6 7 10 29 30 32 À propos de 'auteur Experts consutés dans e cadre de

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin e point sur La cartographie, enjeu contemporain Jacques Lévy, professeur à 'Universités de Reims et à 'Institut d'études poitiques de Paris, feow au Wissenschaftskoeg zu Berin De ce vieux Mercator, à quoi

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina esure de facteur de bruit sur anayseur de réseaux vectorie corrigée en Paramètres-S Frédéric oina Agenda Rappe : qu est-ce que e facteur de bruit d un composant? éthodes et setup de mesure Etapes de caibrage

Plus en détail

Structures dynamiques Listes chaînées

Structures dynamiques Listes chaînées TC Informatique Structures de données abstraites PC N 4 30 Novembre 2000 François Siion Structures dynamiques Listes chaînées http://w3.edu.poytechnique.fr/informatique Représenter un ensembe d'ééments

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

État E1 «Personnes assurées, couvertes et bénéficiaires par type de garanties»

État E1 «Personnes assurées, couvertes et bénéficiaires par type de garanties» Avril 2012 Notice explicative relative aux états statistiques demandés aux entreprises d assurances, mutuelles et institutions de prévoyance en matière de protection sociale complémentaire pour l exercice

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 Rapport d activités 213 1 1 1.1 Sudoc... p. 5 Nouvee convention de participation au Sudoc... p. 5 Sudoc professionne... p. 5 Sudoc pubic... p. 5 Ouverture de Coodus pour une simpification de exemparisation...

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration).

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration). Glossaire Âge LPP L année civile moins l année de naissance donne l âge LPP. Autorité de surveillance L autorité de surveillance est prévue par la LPP. Il doit s agir d une instance cantonale centrale

Plus en détail

Dossier d actualité ARCHITECTURE DE L INFORMATION, ARCHITECTURE DES CONNAISSANCES VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 74 Avril 2012 1/16

Dossier d actualité ARCHITECTURE DE L INFORMATION, ARCHITECTURE DES CONNAISSANCES VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 74 Avril 2012 1/16 n 74 Avri 2012 Sommaire page 2 : Introduction à architecture de information page 5: Se préoccuper de utiisateur et de ses espaces d information page 7: Se préoccuper de accès aux savoirs page 10 : Donner

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Quelle est la meilleure solution :

Quelle est la meilleure solution : Quelle est la meilleure solution : un FERR ou une rente? Question : Je viens tout juste d avoir 71 ans et j ai reçu un avis selon lequel je dois transformer mon régime enregistré d épargne retraite (REER)

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

LA LOI MADELIN PREAMBULE

LA LOI MADELIN PREAMBULE LA LOI MADELIN PREAMBULE Les TNS (travailleurs non salariés) sont une population particulièrement touchée par le soucis des revenus de retraites : leurs cotisations ne leur laissera en moyenne que 60%

Plus en détail

MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à l œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de la culture

MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à l œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de la culture MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de a cuture mardi 9 décembre 2014 Ministère de a Cuture et de a Communication Communiqué de presse Feur Peerin reance a poitique

Plus en détail

MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL

MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL SUR LES MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL ANTOINE DELWARDE & MICHEL DENUIT Institut des Sciences Actuarielles Université Catholique de Louvain 20 janvier 2005 Résumé Cette note est consacrée

Plus en détail

IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION

IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION JUILLET 2012 IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION 1 Sommaire Résumé Introduction 1. Concepts d actualisation, de capitalisation et de revalorisation d une rente 2. Table de mortalité 3.

Plus en détail

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu Gamme Everio 2012 www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu www.jvc-asia.com www.jvc-me.com Restez en contact Everio vous permet désormais de rester en contact avec votre entourage, qu i se trouve à côté de

Plus en détail

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,...

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... hapitre 4 1 RESEAUX LOAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... Ethernet : buts - non buts 2 uts réseau mutipoint sans priorité avec coisions faibe coût Non-buts contrôe d erreur fu dupex sécurité priorité déterminisme

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 ÉDITO Doctorants, Vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein d une écoe doctorae d Université Paris-Est (UPE). Vous postuez ainsi au dipôme e pus éevé en France

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

de l'aide à la Personne Malade et à son Entourage

de l'aide à la Personne Malade et à son Entourage Annonce du diagnostic "j'ai besoin d'aide" Mon séjour à 'hopita Scoarité et empoi Ma vie au jour e jour Aidants: j'aide et j'ai besoin d'aide Liois: je veux m'engager de 'Aide à a Personne Maade et à son

Plus en détail

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE ET LES BONS DE CAPITALISATION Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement ou

Plus en détail

Octobre 2011 ALIMENTAIRE. DOSSIER SANTé SécURITé N 4. Proximité : le retour. Rachat de contrat assurance-vie = danger

Octobre 2011 ALIMENTAIRE. DOSSIER SANTé SécURITé N 4. Proximité : le retour. Rachat de contrat assurance-vie = danger V O T R E M @ G A Z I N E D I N F O R M A T I O N M U T U A L I S T E N 4 Octobre 2011 DOSSIER SANTé SécURITé ALIMENTAIRE MUTUALITé Proximité : e retour MES DROITS ET MOI Rachat de contrat assurance-vie

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Annexe 4 Enquête auprès des sociétés suisses d assurance sur la vie concernant l assurance collective dans la prévoyance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-467 du 27 avril 2011 relatif aux états statistiques des entreprises d assurances, des mutuelles

Plus en détail

Consultations publiques sur la sécurité : les recommandations des commissaires

Consultations publiques sur la sécurité : les recommandations des commissaires ÉTÉ 2014 VOLUME 16, NUMÉRO 2 Taxi Le Journa Consutations pubiques sur a sécurité : es recommandations des commissaires UN PRINTEMPS CHARGÉ LE BTM CONSULTE SES PARTENAIRES VERS UNE POLITIQUE POUR L INDUSTRIE

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Document 205103 OBJET : Élaboration des tables de mortalité de l industrie pour l assurance-vie individuelle grande branche

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

Des solutions technologiques pour des systèmes hautes performances

Des solutions technologiques pour des systèmes hautes performances Des soutions technoogiques pour des systèmes hautes performances Job Number Job Information ORIGINATED BY / DATE STUDIO POC 20662 Corporate Brochure - FRENCH Vicki 09-11 - 2011 Vicki/Laura Cient Job SIZE

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Dossier d actualité PISA : CE QUE L ON EN SAIT ET CE QUE VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 66 Oct. 2011. Une évaluation qui polarise l attention 1/18

Dossier d actualité PISA : CE QUE L ON EN SAIT ET CE QUE VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 66 Oct. 2011. Une évaluation qui polarise l attention 1/18 n 66 Oct. 2011 Sommaire page 1 : Une évauation qui poarise attention page 3 : Ce que PISA peut nous apprendre sur enseignement page 9 : PISA et e piotage des systèmes éducatifs page 14 : Bibiographie Dossier

Plus en détail

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR?

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? Planification fiscale et successorale Mackenzie Auparavant, lorsqu une personne quittait un emploi

Plus en détail

Les contrats retraite en Loi Madelin

Les contrats retraite en Loi Madelin Les contrats retraite en Loi Madelin Une retraite obligatoire insuffisante Par rapport à un salarié, le travailleur indépendant est un peu "le parent pauvre" du système de protection sociale français.

Plus en détail

E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES

E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES Source : JLR-Conseis, 2006 E.2.14.1 Données gobaes Zone éargie L activité économique en zone éargie (cf. paragraphe «présentation des zones d études» au début de état initia)

Plus en détail

Tables d expérience : les outils de suivi du risque

Tables d expérience : les outils de suivi du risque Tables d expérience : les outils de suivi du risque Sépia «Construction de tables d expérience en assurance : quels outils?» Paris, jeudi 24 janvier 2013 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail