MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL"

Transcription

1 SUR LES MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL ANTOINE DELWARDE & MICHEL DENUIT Institut des Sciences Actuarielles Université Catholique de Louvain 20 janvier 2005 Résumé Cette note est consacrée au problème de la conversion d une rente en un capital, tel que rencontré dans le domaine de la capitalisation des dommages et intérêts en droit commun et de la conversion de l usufruit du conjoint survivant. Nous examinerons aussi le problème semblable de conversion d un capital en rente lors de la cession d immeubles en viager. Contrairement aux calculs effectués par les actuaires, nous verrons que plusieurs méthodes de conversion sont envisageables dans les cas évoqués plus haut. De plus, le choix des tables de mortalité à utiliser lors de la conversion est loin d être simple, tant les différences de longévité entre les différentes catégories de la population sont importantes. Cette note n entend pas apporter pas de réponse mais plutôt susciter la réflexion des juristes autour des problèmes liés à la conversion d une rente en capital. 1

2 1 Introduction En cas d accident entraînant le décès de la victime, ou une incapacité permanente engendrant une perte de revenus, le responsable doit réparer le préjudice matériel ainsi occasionné. Si ce préjudice matériel consiste en une perte effective de revenus ou en dépenses périodiques futures, la réparation devrait se substituer aux revenus perdus, et donc revêtir la forme d une rente périodique versée à la victime ou à ses ayants droit. L usage consistant à substituer à cette rente un capital versé immédiatement à la victime ou à ses ayants droit s est cependant généralisé. Le plus souvent, ce capital est déterminé comme le serait une prime unique pure en assurance. Par une fiction mathématique, on fait tenir le rôle d assureur à la victime ou à ses ayants droit, et celui d assuré au responsable qui s acquitte de sa dette en versant à l assureur une prime unique. Nous verrons que cette manière de procéder n est pas la seule approche possible: contrairement aux calculs de primes effectués par les actuaires, la conversion d une rente en un capital peut s envisager de différentes manières et conduire à des montants différents. Nous discuterons plus en détail une alternative à la méthode actuarielle (que nous qualifierons d équitable), qui s avèrera proche de la méthode de la médiane proposée par Schryvers (2000). Quelle que soit la méthode utilisée pour calculer le montant de capital correspondant à une rente donnée, le choix des paramètres (à savoir le taux des intérêts et la table de mortalité) doit faire l objet d un examen soigné. Nous traiterons ici exclusivement des tables de mortalité. Celles qui sont utilisées habituellement pour la capitalisation des dommages sont les tables dressées par l Institut National de Statistique (INS) et les tables dites MR et FR. L INS publie régulièrement des tables de mortalité relatives à la population du Royaume. Elles tiennent donc compte de la mortalité de toutes les couches de la population. Les tables MR et FR ont été établies il y a plus de dix ans afin de fournir aux assureurs des bases de calcul prudentes de leurs engagements. Il s agit des tables réglementaires prévues par arrêtés royaux relatifs à l activité d assurance sur la vie des 17 décembre 1992 et 14 novembre 2003, dits arrêtés-vie (qui prévoient, à plus de dix ans d intervalle, la même table de mortalité). Elles sont basées sur la mortalité mesurée par l INS (table de mortalité INS ) mais rallongent artificiellement l espérance de vie afin de générer une marge de sécurité garantissant que les assureurs seront en mesure d honorer leurs obligations. Techniquement, les tables de mortalité MR et FR sont basées sur un modèle de Makeham. Le remplacement d une suite de paiements par un capital se retrouve également dans d autres domaines juridiques. Ainsi, le droit successoral permet aux nus-propriétaires de racheter l usufruit du conjoint survivant pour une somme d argent. Plusieurs tables de mortalité ont été utilisées à cet effet, notamment les tables INS et les tables MR/FR. Ces dernières sont à la base de la méthode Ledoux, du nom de son auteur, très utilisées par le notariat car permettant une conversion uniforme de l usufruit. En matière de conversion de l usufruit du conjoint survivant, il s agit, comme en matière de réparation du préjudice en droit commun, de transformer une rente, à savoir le produit de l usufruit, en capital. Dans la vente en viager, au contraire, un capital, à savoir le prix de vente convenu, déduction faite du bouquet, est converti en rente viagère. La méthode de calcul est toutefois similaire, et repose généralement sur les mêmes tables de mortalité INS, MR et FR. Ici, l usage de tables rallongeant la durée de vie des individus (comme les tables MR et FR par rapport aux tables INS) est à l avantage de l acheteur (puisqu augmenter la longévité du vendeur conduit à une mensualité moins élevée). Dans cet article, nous estimons la longévité propre à certaines catégories d individus: fonctionnaires, enseignants, titulaires d une police d assurance vie souscrite à titre individuel ou bénéficiaires d un contrat d assurance de groupe. Nous verrons que les tables INS, MR et FR conduisent à une sous-évaluation parfois importante des capitaux quelle que soit la méthode de calcul. De la même manière, la valeur de rachat de l usufruit sera sous-évaluée et la mensualité 2

3 payée par l acheteur en viager sera surestimée. Afin d évaluer ces montants plus précisément, il convient d utiliser des tables de mortalité adaptées à la longévité de la victime ou de ses ayants droit en droit commun, du conjoint survivant en matière d usufruit et du vendeur en viager. Notre propos s articulera comme suit. La Section 2 montrera comment adapter une table de mortalité relative à la population générale (en l occurrence, la table INS ) afin de refléter une espérance de vie restante donnée. La Section 3 proposera une manière alternative de capitaliser les dommages et intérêts en droit commun, en garantissant que chaque partie a une chance sur deux de gagner sur l autre. Nous verrons que cette manière de procéder fournit des valeurs fort proches de celles obtenues à l aide de la méthode de la médiane, exposée entre autres dans Schryvers (2000). Nous conclurons enfin cette note, avant de fournir quelques références. 2 Ajustement d une table de mortalité de référence à une espérance de vie donnée Les Belges sont loins d être égaux en matière de survie. Pour s en convaincre, nous avons calculé l espérance de vie restante (en 2002) d un individu de 50 ans, selon qu il fait partie de la population générale, qu il détient une police d assurance sur la vie, conclue à titre individuel, qu il bénéficie d un contrat d assurance de groupe, qu il est fonctionnaire ou qu il est enseignant, en distinguant comme de coutume les hommes et les femmes. Les chiffres proviennent d une étude réalisée sur base des données de l Administration des Pensions du Ministère des Finances, et du site internet de la Commission Bancaire, Financière et des Assurances (CBFA). Deux types de tables de mortalité ont été utilisées pour les calculs. Tout d abord, nous avons considéré des tables de mortalité classiques, aussi appelées statiques ou transversales (nous conserverons cette dernière appellation dans la suite de cet article). L approche transversale est sans nul doute la plus connue. Dans ce cadre, les individus sont observés pendant une période variant de un à cinq ans en général, et fournissent les estimations des quotients de mortalité. La table de mortalité ainsi obtenue mélangera donc de nombreuses générations, et ne décrira la mortalité d aucune d elles. En particulier, les indicateurs démographiques qui en découlent (comme l espérance de vie, par exemple) n ont aucun sens concret, ne correspondant à aucune génération d individus. Ensuite, nous avons considéré des tables de mortalité prospectives, aussi appelées dynamiques ou longitudinales (nous conserverons cette dernière appellation dans la suite de cet article). Dans l approche longitudinale, on anticipe l évolution probable de la mortalité des individus. On tente ici de suivre les différentes générations, ce qui oblige bien entendu l actuaire à prédire la mortalité future des cohortes non éteintes. Pour les produits où le risque viager est fort important, comme les rentes, il s agit de la seule approche fournissant une tarification réaliste (dans le cas de figure où la mortalité évolue significativement, comme ce fut le cas au cours du 20ème siècle). Les tables longitudinales ont deux entrées: l âge de l assuré et l année calendaire. Elles donnent pour chaque âge la probabilité de décéder au cours d une certaine année. Elles sont dressées à partir de modèles statistiques estimant les tendances de la mortalité, et les extrapolant dans le futur. Il va sans dire que de telles tables doivent être fréquemment revues, à la lumière des nouvelles statistiques de mortalité que l actuaire peut se procurer. Le modèle utilisé pour dresser les tables longitudinales ayant servi à obtenir les valeurs numériques de cet article est celui développé à l UCL de Louvain-la-Neuve. Cette approche consiste à éclater les taux de mortalité en deux composantes, l une propre à l âge et l autre tendancielle. La composante tendancielle est alors extrapolée dans le futur (grâce à des modèles de série temporelle), afin de fournir les projections de mortalité. Les valeurs reprises au Tableau 1 ont été calculées en vision transversale (indiqué par T ), 3

4 c est-à-dire sur base de la mortalité du moment sans tenir compte de l accroissement probable de longévité dans le futur, et en vision longitudinale (indiqué par L ), c est-à-dire en anticipant la baisse attendue de la mortalité à l avenir. La vision transversale pour la population générale en 2002 consiste à utiliser la table INS , ce qui fournit une espérance de vie restante à 50 ans de années pour les hommes et de années pour les femmes. Les valeurs correspondantes pour les quatre catégories d individus présentées plus haut peuvent se lire dans les autres cases du Tableau 1. Il est frappant de constater combien les tables INS sous-estiment l espérance de vie à 50 ans pour toutes ces catégories d individus. Hommes Femmes T L T L Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Tab. 1 Espérances de vie à 50 ans, selon les tables INS et en fonction de différents profils socio-économiques. Il est cependant possible d adapter la table de mortalité INS à la longévité des différentes catégories d individus considérées plus haut. Cette table est donc corrigée afin de produire les espérances de vie de la Table 1. Le résultat est visible à la Figure 1. On peut y lire en ordonnée le pourcentage d individus de 50 ans atteignant l âge renseigné en abscisse selon qu ils sont titulaires d une police d assurance vie individuelle, qu ils bénéficient d un contrat d assurance de groupe, qu ils sont fonctionnaires ou enseignants. En trait plein, on peut lire ces pourcentages pour la table INS L intérêt de cette démarche, dont les aspects techniques sont exposés en détail dans Delwarde & Denuit (2005), est que nous disposons à présent d une table de mortalité pour chacune des catégories socio-professionnelles considérées plus haut (en vision transversale comme en vision longitudinale). 3 Une nouvelle méthode de capitalisation 3.1 Quelques commentaires sur la méthode actuarielle Lorsque la gestion du risque passe par sa mutualisation sur un grand groupe d agents économiques (c est-à-dire lorsque les risques sont non corrélés, semblables et suffisamment nombreux), la prime pure coïncide avec le coût moyen (ou espéré) que représente la police pour l assureur. Le concept de moyenne (ou d espérance mathématique), introduit par Blaise Pascal dans sa correspondance avec le Chevalier de Méré, correspondait au gain moyen d un joueur sur une infinité de parties: c est le montant qui devait être ristourné à chaque joueur en cas d interruption du jeu. Dans le contexte de l assurance, le calcul de la prime pure par l espérance mathématique est justifié par la loi des grands nombres. On considère donc que l assureur entame une longue série de parties d un jeu avec ses assurés, jeu consistant pour l assureur à payer les sinistres causés par les assurés qu il couvre, tout en conservant la prime payée par ceux-ci. La prime s apparente alors au prix à payer par l assuré pour prendre part au jeu. A la lecture de ce qui précède, on comprend que l usage du concept d espérance mathématique ne s impose pas dans le contexte de la réparation des dommages subis par une victime. Si jeu il y a, il ne sera joué qu une seule fois, et la caution probabiliste est donc perdue. 4

5 Table initiale INS Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Table initiale INS Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Age Age Table initiale INS Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Population générale Table initiale INS Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Population générale Age Age Fig. 1 Courbes de survie modifiées selon les espérances de vie transversales (en haut) et longitudinales (en bas) du Tableau 1. Les hommes sont à gauche et les femmes à droite. 5

6 Examinons à présent les conséquences de la méthode actuarielle de capitalisation des dommages et intérêts. Dans ce cas, le dommage est converti en capital à l aide de la valeur actuelle moyenne (c est-à-dire la prime unique pure) d une rente viagère ou temporaire. Si la victime est âgée de 50 ans au moment des faits et qu il s agit de réparer une perte de revenus professionnels à hauteur de 1e par an, ceci donne les sommes suivantes, selon qu on les calcule avec les tables INS ou MR/FR: Homme Femme INS MR INS FR Ces valeurs sont calculées sur base d une rente mensuelle de 1e par an (donc avec paiement de 1/12 e à la fin de chaque mois) cessant à 65 ans, avec un taux d intérêt de 3% et sans indexation des paiements. Le Tableau 2 évalue la proportion de victimes qui survivent à leur capital en fonction de leur mortalité réelle. Nous entendons par là le pourcentage d individus qui, puisant chaque mois de quoi réparer leur perte de revenus dans le capital qui leur a été alloué, ce capital portant intérêt à hauteur de 3%, tomberont à cours de ressources. Vision transversale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Vision longitudinale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Tab. 2 Rente viagère temporaire entre 50 et 65 ans: proportion (en %) des individus survivant à leur capital calculé selon la méthode actuarielle sur base de la table INS ou des tables MR/FR. Les pourcentages repris au Tableau 2 montrent qu une écrasante majorité des victimes survivent au capital supposé réparer leur préjudice professionnel. Si la mortalité des individus est conforme aux tables INS, 87.42% des hommes et 93.34% des femmes survivront à leur capital (calculé à l aide des tables INS). Ces chiffres passent à 87.46% des hommes et 86.98% des femmes si la mortalité est conforme aux tables INS et que le capital a été calculé sur base des tables MR et FR. Ces pourcentages sont encore bien plus élevés pour les quatre sous-populations considérées dans cet article, quelles que soient les tables INS, MR ou FR utilisées dans le calcul. Il conviendrait donc de remplacer la rente viagère temporaire par une rente certaine 1. En l espèce, ceci reviendrait à substituer un montant de 12.10e aux sommes mentionnées plus haut. Bien entendu, le taux des intérêts à utiliser lors de la capitalisation reste sujet à débat. 1. Notez que grâce aux efforts de Jacques Schryvers, les tribunaux du nord du pays recourent à présent à des tables d annuités certaines pour réparer le préjudice pendant la vie lucrative. 6

7 Si le préjudice consiste en une diminution de la pension (au prorata des cotisations qui ne seront pas versées à la Sécurité Sociale), celui-ci est réparé par une rente viagère (différée) débutant à 65 ans. La capital constitutif d une rente versée à un individu de 65 ans calculé selon la méthode actuarielle s élève à Homme Femme INS MR INS FR Nous pouvons à présent évaluer la proportion des individus qui survivent à leur capital. Ceci fournit les valeurs reprises au Tableau 3. Nous y constatons que, bien que les pourcentages soient beaucoup plus faibles que pour la rente temporaire examinée plus haut, une large majorité des individus se trouvent lésés par ce mode de conversion de la rente en capital lorsqu on tient compte de l allongement prévisible de la durée de la vie humaine (en vision longitudinale, donc). Le recours à une rente certaine ne se justifie néanmoins plus, de sorte qu il s agit de proposer une méthode de capitalisation des dommages moins défavorable à la victime et à ses ayants droit. Ce sera l objet de la section suivante. Vision transversale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Vision longitudinale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Tab. 3 Rente viagère à 65 ans: proportion (en %) des individus survivant au capital calculé selon la méthode actuarielle sur base de la table INS ou des tables MR/FR. 3.2 Une manière équitable de capitaliser les dommages et intérêts en droit commun Une méthode équitable de transformation d une rente en capital, ou inversement, d un capital en rente, pour des individus reviendrait à garantir que chacun d eux a une probabilité de 50% de gagner sur l autre. Plutôt que d octroyer à chacun d eux leur gain moyen, comme dans la méthode actuarielle reposant sur la loi des grands nombres, les sommes qu ils reçoivent correspondent aux gains médians 2. On voit donc la valeur actuelle des sommes perçues par la victime comme une variable aléatoire (car la durée de paiement, à savoir la durée de vie de la victime, est inconnue), et on exige que cette variable aléatoire excède le capital versé par le responsable dans 50% des cas. Revenons à la rente viagère octroyée à un individu de 65 ans (pour 2. Notez que l usage de la médiane en tarification de produits d assurance conduirait la plupart du temps à une prime nulle. 7

8 réparer une diminution du montant de la retraite). Si le montant mensuel de la rente s élève à 1/12e, cette approche conduit aux montants suivants: Homme Femme INS MR INS FR On constate que les capitaux obtenus excèdent ceux déduits de la méthode actuarielle (consistant à prendre la moyenne de la variable aléatoire décrite plus haut). On peut voir à la Figure 2 la fonction de répartition de la valeur actuelle des sommes perçues par la victime (âgée de 65 ans) de son vivant. On y lit donc en ordonnée la probabilité que la valeur actuelle des mensualités dont bénéficie le rentier de son vivant soit inférieure au seuil donné en abscisse. Les deux verticales correspondent à la moyenne (méthode actuarielle) et à la médiane (méthode équitable) de cette variable aléatoire. En fixant le capital à la médiane, on garantit donc que ne seront lésés que 50% des victimes. La méthode proposée ci-dessus donne des résultats fort proches de celle basée sur la durée de vie médiane décrite dans Schryvers (2000). Par souci d équité, les paiements sont effectués pendant une période correspondant à la durée de vie médiane de l individu. En l espèce, la méthode de la médiane fournirait les valeurs suivantes: Homme Femme INS MR INS FR Les différences avec les valeurs renseignées plus haut sont insignifiantes. Remarque 3.1. Notons que, si les paiements étaient effectués continûment, la méthode de la médiane et la méthode équitable proposée ici donneraient exactement le même capital. De légères différences apparaissent cependant lorsque les paiements ont lieu mensuellement. Si on calcule le pourcentage de victimes survivant au capital calculé par la méthode équitable décrite plus haut, on obtient les valeurs reprises au Tableau 4. On constate qu une minorité d individus sont lésés par cette méthode lorsque leur mortalité est conforme à celle de la table INS (au maximum 49.64%, soit moins de la moitié). Le pourcentage de lésés augmente cependant drastiquement pour les quatre catégories d individus considérés. Ceci montre bien l importance de prendre en compte la longévité propre à certaines catégories d individus. 4 En guise de conclusion... Dans cet article, nous avons d abord présenté une alternative à la méthode actuarielle de conversion d une rente en capital. Ensuite, nous avons montré que certains groupes sociaux ont une mortalité sensiblement différente de celles décrite par les tables INS, MR ou FR. Lorsqu on tient compte de leur longévité propre, les méthodes de capitalisation donnent des résultats largement insuffisants. Une réflexion autour de ces questions serait sans doute souhaitable. Remerciements Les auteurs tiennent à remercier Jacques Schryvers et Jean-François Walhin pour une lecture critique d une version antérieure de ce texte. Antoine Delwarde remercie le FRIA qui lui a octroyé une bourse de recherche permettant la réalisation de ce travail. Références Schryvers, J. (2000). Le Tour des Tables pour l An Kluwer. 8

9 Fonction de répartition Moyenne Médiane Fonction de répartition Moyenne Médiane Capital constitutif Capital constitutif Fonction de répartition Moyenne Médiane Fonction de répartition Moyenne Médiane Capital constitutif Capital constitutif Fig. 2 Rente viagère à 65 ans: fonction de répartition du capital consitutif selon les tables INS (en haut) et MR-FR (en bas). Les hommes sont à gauche et les femmes à droite. 9

10 Vision transversale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Vision longitudinale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Tab. 4 Rente viagère à 65 ans: proportion (en %) des individus survivant au capital calculé selon la méthode équitable. Delwarde, A., & Denuit, M. (2005). Construction de Tables de Mortalité Statiques et Prospectives. Sous presse. 10

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation

Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation TR NS P R E NT SAMMELS T I F T U NG FÜR B E RUFLIC H E V O R S O RGE Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation Montants limites et valeurs actuarielles, valables à partir du 1 er janvier 2015

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance Auteur Laure de Montesquieu Responsable Centre

Plus en détail

Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Naskapis. Brochure aux employés

Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Naskapis. Brochure aux employés Octobre 2008 Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Brochure aux employés Mercer (Canada) limitée Table des matières Section 1. Introduction... 1 Section 2. Admissibilité et participation

Plus en détail

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Service des ressources humaines et financières Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Votre régime de retraite à l Université de Sherbrooke Modes de prestations

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Exemple 1.2.3.4. Les deux types de protection au dernier décès Le coût de protection libéré au premier décès

Exemple 1.2.3.4. Les deux types de protection au dernier décès Le coût de protection libéré au premier décès 10 Assurance vie Exemple Guylaine et Yves sont mariés depuis 30 ans. Ils ont eu quatre enfants et sont sept fois grands-parents. Ils aimeraient laisser une certaine somme à leur décès pour leurs descendants.

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) RÉGIME D ÉPARGNE-RETRAITE AUTOGÉRÉ BMO LIGNE D ACTION

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) RÉGIME D ÉPARGNE-RETRAITE AUTOGÉRÉ BMO LIGNE D ACTION ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) Pour les transferts faits conformément à la Loi sur les régimes complémentaires de retraite (Québec) RÉGIME

Plus en détail

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant.

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant. DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C. FONDS DE REVENU DE RETRAITE, FRR 1503 ENTENTE EN VERTU DE LA Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension concernant les transferts de FONDS DE PENSION

Plus en détail

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge;

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge; Déductions de primes Les montants versés pour le 1 er pilier sont entièrement déductibles du revenu. Les montants versés pour le 2 ème pilier sont entièrement déductibles du revenu. Sont déduits du revenu:

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : Section 1 Régime 1.01 Le présent régime, appelé «Régime de

Plus en détail

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Assurance Vie Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Plan I. Introduction II. III. IV. 1. Definition Les types de l assurance vie 1. L assurance en cas de vie 2. L assurance en cas de décès

Plus en détail

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur 1. Dispositions générales Art.1 Organisation de la CPR Responsable de la professionnelle 1 Sous le nom de «Caisse de pension Ramoneur» (CPR) une fondation

Plus en détail

N 56 version française mai 2004. Vie

N 56 version française mai 2004. Vie Vie N 56 version française mai 2004 1. MODIFICATION DE LA CLAUSE BÉNÉFICIAIRE : UN COUP DE FIL SUFFIT-IL? Cour d appel de Bruxelles, 19 juin 2003, Bulletin des Assurances, 2004, p. 111 ; L Assurance au

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Avances sur police. I. Aperçu général

Avances sur police. I. Aperçu général Avances sur police Plusieurs contrats d assurance (comme les polices d assurance vie universelle) permettent aux titulaires de polices d affecter des dépôts au volet placements d un compte permettant le

Plus en détail

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois.

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois. Régime Nº d identification de la caisse ou de la credit union Folio AVENANT NOUVEAU FRV ONTARIO AVENANT À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE DES CAISSES ET CREDIT UNIONS (FRR 1459)

Plus en détail

Les régimes de retraite de la branche 26

Les régimes de retraite de la branche 26 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les régimes de retraite

Plus en détail

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration).

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration). Glossaire Âge LPP L année civile moins l année de naissance donne l âge LPP. Autorité de surveillance L autorité de surveillance est prévue par la LPP. Il doit s agir d une instance cantonale centrale

Plus en détail

Retraite. Avec Generali Assurances, profitez du meilleur de la retraite.

Retraite. Avec Generali Assurances, profitez du meilleur de la retraite. La Retraite Avec Generali Assurances, profitez du meilleur de la retraite. expérience Vous connaissez dès la signature de votre contrat le montant de votre retraite. Préparer aujourd hui le financement

Plus en détail

Introduction Son mécanisme

Introduction Son mécanisme La rente-assurance Introduction L une des préoccupations de nombreuses personnes âgées est de maximiser leurs sources de revenu de retraite régulier sans devoir réduire le montant qu ils destinent à leurs

Plus en détail

SDPM fiche Cédric MICHEL. Rente d incapacité permanente partielle = IPP

SDPM fiche Cédric MICHEL. Rente d incapacité permanente partielle = IPP SDPM fiche Cédric MICHEL Rente d incapacité permanente partielle = IPP Si le salarié reste atteint d une incapacité permanente, qui résulte de l accident du travail, il pourra percevoir une rente. L attribution

Plus en détail

F-201. Portant la note : (Mise à jour : Janvier 2010) «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007»

F-201. Portant la note : (Mise à jour : Janvier 2010) «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007» F-201 Portant la note : «IMPRESSION : DÉCEMBRE 2007» (Mise à jour : Janvier 2010) Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel

Plus en détail

Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal

Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal Régimes de retraite des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal et de la Communauté urbaine de Montréal Brochure à l intention des membres préparée par le Syndicat des fonctionnaires municipaux

Plus en détail

Journal d inventaire de la succession

Journal d inventaire de la succession Journal d inventaire de la succession Introduction L une des principales responsabilités du liquidateur d une succession consiste à dresser la liste des biens et des dettes de la personne décédée. C est

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année RÉGIME DE RETRAITE À L INTENTION DU GROUPE MANOEUVRES, HOMMES DE MÉTIER ET DE SERVICES DES DISTRICTS SCOLAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK Rapport de l administrateur pour l année 2006 Décembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse Pour votre sécurité sociale Retraite ordinaire Dans son règlement, la SVE fixe, d une manière générale, l âge de la retraite à 65 ans. L obligation d

Plus en détail

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce)

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Code civil suisse (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Modification du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société L assurance vie : une composante épargne et une composante risque, L impact des nouveaux produits

Plus en détail

Evolution des Régimes de pensions dans les Organisations Coordonnées

Evolution des Régimes de pensions dans les Organisations Coordonnées Marc BAECHEL Président du Groupe de travail «Pensions» du Comité des Représentants du Personnel (CRP) Evolution des Régimes de pensions dans les Organisations Coordonnées Avertissement Cette présentation

Plus en détail

LA LOI MADELIN PREAMBULE

LA LOI MADELIN PREAMBULE LA LOI MADELIN PREAMBULE Les TNS (travailleurs non salariés) sont une population particulièrement touchée par le soucis des revenus de retraites : leurs cotisations ne leur laissera en moyenne que 60%

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Jasmin Blumer Finances Suisse Prévoyance du personnel en bref. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos côtés. Votre

Plus en détail

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER Québec (FRV) 1. Définitions : Veuillez prendre note que, dans le présent Addenda, les pronoms «je»,

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

GUIDE DU RACHAT DES ANNEES D ETUDES. Sommaire

GUIDE DU RACHAT DES ANNEES D ETUDES. Sommaire GUIDE DU RACHAT DES ANNEES D ETUDES Sommaire Fiche n 1 : Les textes de référence Fiche n 2 : Les bénéficiaires Fiche n 3 : Les périodes d études concernées Fiche n 4 : Les modalités du rachat Fiche n 5

Plus en détail

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique Nom du produit Description Engagement de Pension - EIP Un engagement individuel de pension d une société

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Aujourd hui, nous aborderons les produits

Aujourd hui, nous aborderons les produits VOTRE BIO RETRAITE ou Comment éviter les produits toxiques Aujourd hui, nous aborderons les produits de retraite en loi Madelin. Je tiens à préciser tout de suite que, malgré tout ce qui suit, il y a d

Plus en détail

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Éléments de la rémunération 3 1.1 Commission de production sur contrats d assurance vie... 3 1.2 Revenu de service acquis sur contrats d assurance vie... 3 1.3 Commission de

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION

IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION JUILLET 2012 IMPACT DES TABLES ET DES TAUX POUR LA CAPITALISATION 1 Sommaire Résumé Introduction 1. Concepts d actualisation, de capitalisation et de revalorisation d une rente 2. Table de mortalité 3.

Plus en détail

SécurOption. Questions et réponses

SécurOption. Questions et réponses SécurOption Questions et réponses Table des matières Admissibilité... 3 Cotisations... 4 Adhésion... 4 Projection revenu de rentes... 5 Rachat possible de la rente en cours d accumulation... 6 Choix de

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Introduction 1. Quelques définitions 2. Le régime en bref 4. Généralités sur le régime 7. Participation au régime 8. Cotisations 9

Introduction 1. Quelques définitions 2. Le régime en bref 4. Généralités sur le régime 7. Participation au régime 8. Cotisations 9 Le Régime de retraite des fonctionnaires de la Ville de Montréal Sommaire des dispositions à compter du 1 er janvier 2012 Le présent document décrit brièvement les dispositions du Régime de retraite des

Plus en détail

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Annexe 4 Enquête auprès des sociétés suisses d assurance sur la vie concernant l assurance collective dans la prévoyance

Plus en détail

Assurance épargne avec participation au rendement transparente

Assurance épargne avec participation au rendement transparente Réalisez votre objectif d épargne à coup sûr. Assurance épargne avec participation au rendement transparente Vous souhaitez vous constituer un capital d épargne conséquent pour financer un beau voyage,

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LAVAL

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LAVAL Séance publique RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LAVAL Loi 3 - Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal 19

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Évaluation de l'usufruit en droit civil Une méthode de synthèse

Évaluation de l'usufruit en droit civil Une méthode de synthèse Évaluation de l'usufruit en droit civil Une méthode de synthèse Introduction. Le législateur fiscal impose un mode d évaluation de l usufruit en vue de la perception des droits d enregistrement ou de succession.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1008 du 4 septembre 2014 relatif aux contrats comportant des engagements donnant lieu à constitution

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

Engagement de pension - EIP

Engagement de pension - EIP Engagement de pension - EIP Votre sécurité nous tient à cœur. www.baloise.be 2 Engagement de pension - EIP Contenu 1. Introduction... 3 2. Définitions et notions... 3 3. Cession de droits... 4 4. Garanties...

Plus en détail

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal Georges Langis Actuaire en chef Régie des rentes du Québec 27 septembre 2012 2 Une projection*! Niveau de remplacement

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES

Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R n 111bis / 1 OBJET : Le régime de prévoyance-vieillesse (article 111bis L.I.R.)

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERVICES ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

PRESTATIONS DE SERVICES ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Cahier des Clauses Administratives Particulières Document rédigé par le Cabinet C.E.G.A. pour le marché d assurances à effet du 01/01/2012 PRESTATIONS DE SERVICES ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite monosupport

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite monosupport Guide de sortie en rente viagère Contrats de retraite monosupport Autonomie Garantie Capital Revenu à vie Épargne Revalorisation Retraite Bénéficiaires Rente Modularité Options Réversion Souplesse Choix

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Laissez le REER travailler pour votre retraite

Laissez le REER travailler pour votre retraite Fonds de placement garanti RBC Laissez le REER travailler pour votre retraite Get an RRSP working for your retirement La retraite est une perspective agréable pour nombre d entre nous, mais il est difficile

Plus en détail

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU RÉGIME D'ÉPARGNE- RETRAITE ÉTABLISSANT UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ. Québec (CRI)

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU RÉGIME D'ÉPARGNE- RETRAITE ÉTABLISSANT UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ. Québec (CRI) ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU RÉGIME D'ÉPARGNE- RETRAITE ÉTABLISSANT UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ Québec (CRI) 1. Définitions : Veuillez prendre note que, dans le présent Addenda, les pronoms

Plus en détail

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle.

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance contient de nombreuses informations intéressantes concernant la couverture

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Assurance Base légale de l assurance La loi fédérale sur l assurance-accidents (LAA) du 20 mars 1981 ainsi que les ordonnances qui s y

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

LA LOI MADELIN Romain MALBOSC www.longin.fr

LA LOI MADELIN Romain MALBOSC www.longin.fr LA LOI MADELIN LA LOI MADELIN PREAMBULE Loi du 11/02/1994 permettant aux TNSNA de bénéficier de compléments de retraite et de prévoyance grâce à des cotisations déductibles du bénéfice imposable. LA LOI

Plus en détail

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales Le 29 juillet 2011 Madame Jane Pearse Direction de la politique du secteur financier Ministère des Finances L Esplanade Laurier 15 e étage, tour Est 140, rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0G5 Objet : Cadre

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Gros plan sur. mon argent la vie durantmc. Entrée en matière

Gros plan sur. mon argent la vie durantmc. Entrée en matière mon argent la vie durantmc Gros plan sur mon argent la vie durant Entrée en matière mon argent la vie durant est un excellent moyen de vous assurer un revenu de retraite minimum garanti pour la vie, tout

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL SOMMAIRE DES DISPOSITIONS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 ADMISSIBILITÉ ET ADHÉSION AU RÉGIME... 4 COTISATIONS... 5 PARTICIPATION VOLONTAIRE...

Plus en détail

RETRAITE PATRIMOINES PRIVES Le Plan d Epargne Retraite Populaire de Cholet Dupont

RETRAITE PATRIMOINES PRIVES Le Plan d Epargne Retraite Populaire de Cholet Dupont Avec le PERP, la loi «FILLON» a donné accès à toute personne, salarié, chef d entreprise, fonctionnaire, profession libérale, agriculteur, mère au foyer... personnes avec ou sans activité professionnelle,

Plus en détail

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des avantages du personnel et les informations à fournir à leur

Plus en détail

Un contrat accessible

Un contrat accessible Octobre 2013 Un contrat accessible Minimum de versements programmés* : - 50 par mois - 100 par trimestre - 150 par semestre ou par an ou par versement libre *A conseiller, eu égard au traitement fiscal

Plus en détail

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15)

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal

Plus en détail

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail

Aperçu de la prévoyance professionnelle.

Aperçu de la prévoyance professionnelle. Aperçu de la prévoyance professionnelle. Tour d horizon de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP). Sous le signe de la modernisation. 20 ans après

Plus en détail

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014 Oddo & Cie Premavenir Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «PERP» 3 2 Présentation du contrat Premavenir de AG2R La Mondiale 8 3 Frais 13 Annexe Solidité du groupe

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS Table des matières Introduction...2 Page Sommaire...3 Projection des flux de trésorerie du passif...3 Calcul du coussin de solvabilité...7

Plus en détail