MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL"

Transcription

1 SUR LES MÉTHODES DE CONVERSION D UNE RENTE EN UN CAPITAL ANTOINE DELWARDE & MICHEL DENUIT Institut des Sciences Actuarielles Université Catholique de Louvain 20 janvier 2005 Résumé Cette note est consacrée au problème de la conversion d une rente en un capital, tel que rencontré dans le domaine de la capitalisation des dommages et intérêts en droit commun et de la conversion de l usufruit du conjoint survivant. Nous examinerons aussi le problème semblable de conversion d un capital en rente lors de la cession d immeubles en viager. Contrairement aux calculs effectués par les actuaires, nous verrons que plusieurs méthodes de conversion sont envisageables dans les cas évoqués plus haut. De plus, le choix des tables de mortalité à utiliser lors de la conversion est loin d être simple, tant les différences de longévité entre les différentes catégories de la population sont importantes. Cette note n entend pas apporter pas de réponse mais plutôt susciter la réflexion des juristes autour des problèmes liés à la conversion d une rente en capital. 1

2 1 Introduction En cas d accident entraînant le décès de la victime, ou une incapacité permanente engendrant une perte de revenus, le responsable doit réparer le préjudice matériel ainsi occasionné. Si ce préjudice matériel consiste en une perte effective de revenus ou en dépenses périodiques futures, la réparation devrait se substituer aux revenus perdus, et donc revêtir la forme d une rente périodique versée à la victime ou à ses ayants droit. L usage consistant à substituer à cette rente un capital versé immédiatement à la victime ou à ses ayants droit s est cependant généralisé. Le plus souvent, ce capital est déterminé comme le serait une prime unique pure en assurance. Par une fiction mathématique, on fait tenir le rôle d assureur à la victime ou à ses ayants droit, et celui d assuré au responsable qui s acquitte de sa dette en versant à l assureur une prime unique. Nous verrons que cette manière de procéder n est pas la seule approche possible: contrairement aux calculs de primes effectués par les actuaires, la conversion d une rente en un capital peut s envisager de différentes manières et conduire à des montants différents. Nous discuterons plus en détail une alternative à la méthode actuarielle (que nous qualifierons d équitable), qui s avèrera proche de la méthode de la médiane proposée par Schryvers (2000). Quelle que soit la méthode utilisée pour calculer le montant de capital correspondant à une rente donnée, le choix des paramètres (à savoir le taux des intérêts et la table de mortalité) doit faire l objet d un examen soigné. Nous traiterons ici exclusivement des tables de mortalité. Celles qui sont utilisées habituellement pour la capitalisation des dommages sont les tables dressées par l Institut National de Statistique (INS) et les tables dites MR et FR. L INS publie régulièrement des tables de mortalité relatives à la population du Royaume. Elles tiennent donc compte de la mortalité de toutes les couches de la population. Les tables MR et FR ont été établies il y a plus de dix ans afin de fournir aux assureurs des bases de calcul prudentes de leurs engagements. Il s agit des tables réglementaires prévues par arrêtés royaux relatifs à l activité d assurance sur la vie des 17 décembre 1992 et 14 novembre 2003, dits arrêtés-vie (qui prévoient, à plus de dix ans d intervalle, la même table de mortalité). Elles sont basées sur la mortalité mesurée par l INS (table de mortalité INS ) mais rallongent artificiellement l espérance de vie afin de générer une marge de sécurité garantissant que les assureurs seront en mesure d honorer leurs obligations. Techniquement, les tables de mortalité MR et FR sont basées sur un modèle de Makeham. Le remplacement d une suite de paiements par un capital se retrouve également dans d autres domaines juridiques. Ainsi, le droit successoral permet aux nus-propriétaires de racheter l usufruit du conjoint survivant pour une somme d argent. Plusieurs tables de mortalité ont été utilisées à cet effet, notamment les tables INS et les tables MR/FR. Ces dernières sont à la base de la méthode Ledoux, du nom de son auteur, très utilisées par le notariat car permettant une conversion uniforme de l usufruit. En matière de conversion de l usufruit du conjoint survivant, il s agit, comme en matière de réparation du préjudice en droit commun, de transformer une rente, à savoir le produit de l usufruit, en capital. Dans la vente en viager, au contraire, un capital, à savoir le prix de vente convenu, déduction faite du bouquet, est converti en rente viagère. La méthode de calcul est toutefois similaire, et repose généralement sur les mêmes tables de mortalité INS, MR et FR. Ici, l usage de tables rallongeant la durée de vie des individus (comme les tables MR et FR par rapport aux tables INS) est à l avantage de l acheteur (puisqu augmenter la longévité du vendeur conduit à une mensualité moins élevée). Dans cet article, nous estimons la longévité propre à certaines catégories d individus: fonctionnaires, enseignants, titulaires d une police d assurance vie souscrite à titre individuel ou bénéficiaires d un contrat d assurance de groupe. Nous verrons que les tables INS, MR et FR conduisent à une sous-évaluation parfois importante des capitaux quelle que soit la méthode de calcul. De la même manière, la valeur de rachat de l usufruit sera sous-évaluée et la mensualité 2

3 payée par l acheteur en viager sera surestimée. Afin d évaluer ces montants plus précisément, il convient d utiliser des tables de mortalité adaptées à la longévité de la victime ou de ses ayants droit en droit commun, du conjoint survivant en matière d usufruit et du vendeur en viager. Notre propos s articulera comme suit. La Section 2 montrera comment adapter une table de mortalité relative à la population générale (en l occurrence, la table INS ) afin de refléter une espérance de vie restante donnée. La Section 3 proposera une manière alternative de capitaliser les dommages et intérêts en droit commun, en garantissant que chaque partie a une chance sur deux de gagner sur l autre. Nous verrons que cette manière de procéder fournit des valeurs fort proches de celles obtenues à l aide de la méthode de la médiane, exposée entre autres dans Schryvers (2000). Nous conclurons enfin cette note, avant de fournir quelques références. 2 Ajustement d une table de mortalité de référence à une espérance de vie donnée Les Belges sont loins d être égaux en matière de survie. Pour s en convaincre, nous avons calculé l espérance de vie restante (en 2002) d un individu de 50 ans, selon qu il fait partie de la population générale, qu il détient une police d assurance sur la vie, conclue à titre individuel, qu il bénéficie d un contrat d assurance de groupe, qu il est fonctionnaire ou qu il est enseignant, en distinguant comme de coutume les hommes et les femmes. Les chiffres proviennent d une étude réalisée sur base des données de l Administration des Pensions du Ministère des Finances, et du site internet de la Commission Bancaire, Financière et des Assurances (CBFA). Deux types de tables de mortalité ont été utilisées pour les calculs. Tout d abord, nous avons considéré des tables de mortalité classiques, aussi appelées statiques ou transversales (nous conserverons cette dernière appellation dans la suite de cet article). L approche transversale est sans nul doute la plus connue. Dans ce cadre, les individus sont observés pendant une période variant de un à cinq ans en général, et fournissent les estimations des quotients de mortalité. La table de mortalité ainsi obtenue mélangera donc de nombreuses générations, et ne décrira la mortalité d aucune d elles. En particulier, les indicateurs démographiques qui en découlent (comme l espérance de vie, par exemple) n ont aucun sens concret, ne correspondant à aucune génération d individus. Ensuite, nous avons considéré des tables de mortalité prospectives, aussi appelées dynamiques ou longitudinales (nous conserverons cette dernière appellation dans la suite de cet article). Dans l approche longitudinale, on anticipe l évolution probable de la mortalité des individus. On tente ici de suivre les différentes générations, ce qui oblige bien entendu l actuaire à prédire la mortalité future des cohortes non éteintes. Pour les produits où le risque viager est fort important, comme les rentes, il s agit de la seule approche fournissant une tarification réaliste (dans le cas de figure où la mortalité évolue significativement, comme ce fut le cas au cours du 20ème siècle). Les tables longitudinales ont deux entrées: l âge de l assuré et l année calendaire. Elles donnent pour chaque âge la probabilité de décéder au cours d une certaine année. Elles sont dressées à partir de modèles statistiques estimant les tendances de la mortalité, et les extrapolant dans le futur. Il va sans dire que de telles tables doivent être fréquemment revues, à la lumière des nouvelles statistiques de mortalité que l actuaire peut se procurer. Le modèle utilisé pour dresser les tables longitudinales ayant servi à obtenir les valeurs numériques de cet article est celui développé à l UCL de Louvain-la-Neuve. Cette approche consiste à éclater les taux de mortalité en deux composantes, l une propre à l âge et l autre tendancielle. La composante tendancielle est alors extrapolée dans le futur (grâce à des modèles de série temporelle), afin de fournir les projections de mortalité. Les valeurs reprises au Tableau 1 ont été calculées en vision transversale (indiqué par T ), 3

4 c est-à-dire sur base de la mortalité du moment sans tenir compte de l accroissement probable de longévité dans le futur, et en vision longitudinale (indiqué par L ), c est-à-dire en anticipant la baisse attendue de la mortalité à l avenir. La vision transversale pour la population générale en 2002 consiste à utiliser la table INS , ce qui fournit une espérance de vie restante à 50 ans de années pour les hommes et de années pour les femmes. Les valeurs correspondantes pour les quatre catégories d individus présentées plus haut peuvent se lire dans les autres cases du Tableau 1. Il est frappant de constater combien les tables INS sous-estiment l espérance de vie à 50 ans pour toutes ces catégories d individus. Hommes Femmes T L T L Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Tab. 1 Espérances de vie à 50 ans, selon les tables INS et en fonction de différents profils socio-économiques. Il est cependant possible d adapter la table de mortalité INS à la longévité des différentes catégories d individus considérées plus haut. Cette table est donc corrigée afin de produire les espérances de vie de la Table 1. Le résultat est visible à la Figure 1. On peut y lire en ordonnée le pourcentage d individus de 50 ans atteignant l âge renseigné en abscisse selon qu ils sont titulaires d une police d assurance vie individuelle, qu ils bénéficient d un contrat d assurance de groupe, qu ils sont fonctionnaires ou enseignants. En trait plein, on peut lire ces pourcentages pour la table INS L intérêt de cette démarche, dont les aspects techniques sont exposés en détail dans Delwarde & Denuit (2005), est que nous disposons à présent d une table de mortalité pour chacune des catégories socio-professionnelles considérées plus haut (en vision transversale comme en vision longitudinale). 3 Une nouvelle méthode de capitalisation 3.1 Quelques commentaires sur la méthode actuarielle Lorsque la gestion du risque passe par sa mutualisation sur un grand groupe d agents économiques (c est-à-dire lorsque les risques sont non corrélés, semblables et suffisamment nombreux), la prime pure coïncide avec le coût moyen (ou espéré) que représente la police pour l assureur. Le concept de moyenne (ou d espérance mathématique), introduit par Blaise Pascal dans sa correspondance avec le Chevalier de Méré, correspondait au gain moyen d un joueur sur une infinité de parties: c est le montant qui devait être ristourné à chaque joueur en cas d interruption du jeu. Dans le contexte de l assurance, le calcul de la prime pure par l espérance mathématique est justifié par la loi des grands nombres. On considère donc que l assureur entame une longue série de parties d un jeu avec ses assurés, jeu consistant pour l assureur à payer les sinistres causés par les assurés qu il couvre, tout en conservant la prime payée par ceux-ci. La prime s apparente alors au prix à payer par l assuré pour prendre part au jeu. A la lecture de ce qui précède, on comprend que l usage du concept d espérance mathématique ne s impose pas dans le contexte de la réparation des dommages subis par une victime. Si jeu il y a, il ne sera joué qu une seule fois, et la caution probabiliste est donc perdue. 4

5 Table initiale INS Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Table initiale INS Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Age Age Table initiale INS Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Population générale Table initiale INS Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Population générale Age Age Fig. 1 Courbes de survie modifiées selon les espérances de vie transversales (en haut) et longitudinales (en bas) du Tableau 1. Les hommes sont à gauche et les femmes à droite. 5

6 Examinons à présent les conséquences de la méthode actuarielle de capitalisation des dommages et intérêts. Dans ce cas, le dommage est converti en capital à l aide de la valeur actuelle moyenne (c est-à-dire la prime unique pure) d une rente viagère ou temporaire. Si la victime est âgée de 50 ans au moment des faits et qu il s agit de réparer une perte de revenus professionnels à hauteur de 1e par an, ceci donne les sommes suivantes, selon qu on les calcule avec les tables INS ou MR/FR: Homme Femme INS MR INS FR Ces valeurs sont calculées sur base d une rente mensuelle de 1e par an (donc avec paiement de 1/12 e à la fin de chaque mois) cessant à 65 ans, avec un taux d intérêt de 3% et sans indexation des paiements. Le Tableau 2 évalue la proportion de victimes qui survivent à leur capital en fonction de leur mortalité réelle. Nous entendons par là le pourcentage d individus qui, puisant chaque mois de quoi réparer leur perte de revenus dans le capital qui leur a été alloué, ce capital portant intérêt à hauteur de 3%, tomberont à cours de ressources. Vision transversale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Vision longitudinale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Tab. 2 Rente viagère temporaire entre 50 et 65 ans: proportion (en %) des individus survivant à leur capital calculé selon la méthode actuarielle sur base de la table INS ou des tables MR/FR. Les pourcentages repris au Tableau 2 montrent qu une écrasante majorité des victimes survivent au capital supposé réparer leur préjudice professionnel. Si la mortalité des individus est conforme aux tables INS, 87.42% des hommes et 93.34% des femmes survivront à leur capital (calculé à l aide des tables INS). Ces chiffres passent à 87.46% des hommes et 86.98% des femmes si la mortalité est conforme aux tables INS et que le capital a été calculé sur base des tables MR et FR. Ces pourcentages sont encore bien plus élevés pour les quatre sous-populations considérées dans cet article, quelles que soient les tables INS, MR ou FR utilisées dans le calcul. Il conviendrait donc de remplacer la rente viagère temporaire par une rente certaine 1. En l espèce, ceci reviendrait à substituer un montant de 12.10e aux sommes mentionnées plus haut. Bien entendu, le taux des intérêts à utiliser lors de la capitalisation reste sujet à débat. 1. Notez que grâce aux efforts de Jacques Schryvers, les tribunaux du nord du pays recourent à présent à des tables d annuités certaines pour réparer le préjudice pendant la vie lucrative. 6

7 Si le préjudice consiste en une diminution de la pension (au prorata des cotisations qui ne seront pas versées à la Sécurité Sociale), celui-ci est réparé par une rente viagère (différée) débutant à 65 ans. La capital constitutif d une rente versée à un individu de 65 ans calculé selon la méthode actuarielle s élève à Homme Femme INS MR INS FR Nous pouvons à présent évaluer la proportion des individus qui survivent à leur capital. Ceci fournit les valeurs reprises au Tableau 3. Nous y constatons que, bien que les pourcentages soient beaucoup plus faibles que pour la rente temporaire examinée plus haut, une large majorité des individus se trouvent lésés par ce mode de conversion de la rente en capital lorsqu on tient compte de l allongement prévisible de la durée de la vie humaine (en vision longitudinale, donc). Le recours à une rente certaine ne se justifie néanmoins plus, de sorte qu il s agit de proposer une méthode de capitalisation des dommages moins défavorable à la victime et à ses ayants droit. Ce sera l objet de la section suivante. Vision transversale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Vision longitudinale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Tab. 3 Rente viagère à 65 ans: proportion (en %) des individus survivant au capital calculé selon la méthode actuarielle sur base de la table INS ou des tables MR/FR. 3.2 Une manière équitable de capitaliser les dommages et intérêts en droit commun Une méthode équitable de transformation d une rente en capital, ou inversement, d un capital en rente, pour des individus reviendrait à garantir que chacun d eux a une probabilité de 50% de gagner sur l autre. Plutôt que d octroyer à chacun d eux leur gain moyen, comme dans la méthode actuarielle reposant sur la loi des grands nombres, les sommes qu ils reçoivent correspondent aux gains médians 2. On voit donc la valeur actuelle des sommes perçues par la victime comme une variable aléatoire (car la durée de paiement, à savoir la durée de vie de la victime, est inconnue), et on exige que cette variable aléatoire excède le capital versé par le responsable dans 50% des cas. Revenons à la rente viagère octroyée à un individu de 65 ans (pour 2. Notez que l usage de la médiane en tarification de produits d assurance conduirait la plupart du temps à une prime nulle. 7

8 réparer une diminution du montant de la retraite). Si le montant mensuel de la rente s élève à 1/12e, cette approche conduit aux montants suivants: Homme Femme INS MR INS FR On constate que les capitaux obtenus excèdent ceux déduits de la méthode actuarielle (consistant à prendre la moyenne de la variable aléatoire décrite plus haut). On peut voir à la Figure 2 la fonction de répartition de la valeur actuelle des sommes perçues par la victime (âgée de 65 ans) de son vivant. On y lit donc en ordonnée la probabilité que la valeur actuelle des mensualités dont bénéficie le rentier de son vivant soit inférieure au seuil donné en abscisse. Les deux verticales correspondent à la moyenne (méthode actuarielle) et à la médiane (méthode équitable) de cette variable aléatoire. En fixant le capital à la médiane, on garantit donc que ne seront lésés que 50% des victimes. La méthode proposée ci-dessus donne des résultats fort proches de celle basée sur la durée de vie médiane décrite dans Schryvers (2000). Par souci d équité, les paiements sont effectués pendant une période correspondant à la durée de vie médiane de l individu. En l espèce, la méthode de la médiane fournirait les valeurs suivantes: Homme Femme INS MR INS FR Les différences avec les valeurs renseignées plus haut sont insignifiantes. Remarque 3.1. Notons que, si les paiements étaient effectués continûment, la méthode de la médiane et la méthode équitable proposée ici donneraient exactement le même capital. De légères différences apparaissent cependant lorsque les paiements ont lieu mensuellement. Si on calcule le pourcentage de victimes survivant au capital calculé par la méthode équitable décrite plus haut, on obtient les valeurs reprises au Tableau 4. On constate qu une minorité d individus sont lésés par cette méthode lorsque leur mortalité est conforme à celle de la table INS (au maximum 49.64%, soit moins de la moitié). Le pourcentage de lésés augmente cependant drastiquement pour les quatre catégories d individus considérés. Ceci montre bien l importance de prendre en compte la longévité propre à certaines catégories d individus. 4 En guise de conclusion... Dans cet article, nous avons d abord présenté une alternative à la méthode actuarielle de conversion d une rente en capital. Ensuite, nous avons montré que certains groupes sociaux ont une mortalité sensiblement différente de celles décrite par les tables INS, MR ou FR. Lorsqu on tient compte de leur longévité propre, les méthodes de capitalisation donnent des résultats largement insuffisants. Une réflexion autour de ces questions serait sans doute souhaitable. Remerciements Les auteurs tiennent à remercier Jacques Schryvers et Jean-François Walhin pour une lecture critique d une version antérieure de ce texte. Antoine Delwarde remercie le FRIA qui lui a octroyé une bourse de recherche permettant la réalisation de ce travail. Références Schryvers, J. (2000). Le Tour des Tables pour l An Kluwer. 8

9 Fonction de répartition Moyenne Médiane Fonction de répartition Moyenne Médiane Capital constitutif Capital constitutif Fonction de répartition Moyenne Médiane Fonction de répartition Moyenne Médiane Capital constitutif Capital constitutif Fig. 2 Rente viagère à 65 ans: fonction de répartition du capital consitutif selon les tables INS (en haut) et MR-FR (en bas). Les hommes sont à gauche et les femmes à droite. 9

10 Vision transversale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Vision longitudinale Population générale Assurance individuelle Assurance groupe Fonctionnaire Enseignant Tab. 4 Rente viagère à 65 ans: proportion (en %) des individus survivant au capital calculé selon la méthode équitable. Delwarde, A., & Denuit, M. (2005). Construction de Tables de Mortalité Statiques et Prospectives. Sous presse. 10

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations STIFTUNG ABENDROT Die nachhaltige Pensionskasse Case postale 4002 Bâle Güterstrasse 133 Tél. 061 269 90 20 Fax 061 269 90 29 www.abendrot.ch stiftung@abendrot.ch Règlement sur la constitution de provisions

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur.

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur. Vous voulez déterminer une rente viagère d un bien libre de toute occupation, une valeur d un bien occupé la vie durant du vendeur et la rente viagère correspondante : Vous devez intégrer de multiples

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Règlement relatif à l assurance complémentaire

Règlement relatif à l assurance complémentaire Règlement relatif à l assurance complémentaire Fondation de prévoyance Swiss Life Assurance complémentaire Service externe valable à compter du 1 er janvier 2011 Sommaire A Introduction 3 1 Principe 3

Plus en détail

Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation

Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation TR NS P R E NT SAMMELS T I F T U NG FÜR B E RUFLIC H E V O R S O RGE Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation Montants limites et valeurs actuarielles, valables à partir du 1 er janvier 2015

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

LA LOI MADELIN PREAMBULE

LA LOI MADELIN PREAMBULE LA LOI MADELIN PREAMBULE Les TNS (travailleurs non salariés) sont une population particulièrement touchée par le soucis des revenus de retraites : leurs cotisations ne leur laissera en moyenne que 60%

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI LA RETRAITE suite Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI Objectif Plafonds Ces contrats d assurance de groupe permettent aux indépendants non agricoles et leur conjoint collaborateur de se constituer

Plus en détail

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Assurance Vie Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Plan I. Introduction II. III. IV. 1. Definition Les types de l assurance vie 1. L assurance en cas de vie 2. L assurance en cas de décès

Plus en détail

Informations relatives aux contrats-cadres

Informations relatives aux contrats-cadres innova Versicherungen case postale 3073 Gümligen Informations relatives aux contrats-cadres Contrat-cadre innova pour les micro-entreprises et petites entreprises (n 1142) Contrat-cadre innova pour les

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

PENSIONSKASSE DER ALCATEL-LUCENT SCHWEIZ AG Friesenbergstr. 75, 8055 Zürich. Comment interpréter mon certificat d assurance?

PENSIONSKASSE DER ALCATEL-LUCENT SCHWEIZ AG Friesenbergstr. 75, 8055 Zürich. Comment interpréter mon certificat d assurance? PENSIONSKASSE DER ALCATEL-LUCENT SCHWEIZ AG Friesenbergstr. 75, 8055 Zürich Comment interpréter mon certificat d assurance? En-tête Certificat d assurance au xx.xx.xxxx indique à partir de quelle date

Plus en détail

Phase de «décumulation» : quelle approche?

Phase de «décumulation» : quelle approche? Phase de «décumulation» : quelle approche? Avril 2012 Forum International d Epargne Retraite Allocation Globale & ALM Les différents étapes de l épargne 2 Phase de restitution En phase de restitution,

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La rente viagère I. Définition et principes 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La vente en viager est la vente d'un bien dont le vendeur (le crédirentier) cède la pleine ou la nue-propriété

Plus en détail

Présentation du 4 décembre 2009 Assemblée générale du personnel du DFJC

Présentation du 4 décembre 2009 Assemblée générale du personnel du DFJC Présentation du 4 décembre 2009 Assemblée générale du personnel du DFJC 1 Caisse de pensions de l État de Vaud Créée par la loi du 12.12.1951 Nouvelle loi le 01.01.1985 Mise à jour le 01.01.1996 (LFLP

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères. Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité

PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères. Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité PlanoPension, RythmoPension Vaudoise Planifiez une retraite sereine Pour une retraite en toute quiétude

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle.

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance contient de nombreuses informations intéressantes concernant la couverture

Plus en détail

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité Alexis DIRER LEO, Université d Orléans Co-écrit avec Rim Ennajar-Sayadi Journée

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Service des ressources humaines et financières Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Votre régime de retraite à l Université de Sherbrooke Modes de prestations

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 24 mars 2004 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

CAISSE DE PENSION FREELANCE

CAISSE DE PENSION FREELANCE Caisse de pension Freelance CAISSE DE PENSION FREELANCE du syndicat des médias comedia RÉSUMÉ DU RÈGLEMENT 2007 Valable dès le 01.01.2007 Caisse de pension Freelance 1/6 RESUME DES DISPOSITIONS LES PLUS

Plus en détail

Versement du capital : quelle histoire

Versement du capital : quelle histoire Versement du capital : quelle histoire IST insight Cédric Regad 9 octobre 2014 Sommaire 1. Introduction 3 2. Histoire 4 3. Quelques chiffres 10 4. Histoires? 13 5. Rente ou capital? 23 6. Conclusion et

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Avenir des régimes complémentaires de retraite. Mettre la table pour une réflexion éclairée

Avenir des régimes complémentaires de retraite. Mettre la table pour une réflexion éclairée Avenir des régimes complémentaires de retraite Mettre la table pour une réflexion éclairée Présentation à la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec Georges Langis Bureau de l actuaire

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Caisse de pensions ASMPP/SSPC. Première partie: plan de prévoyance BB-flex

Caisse de pensions ASMPP/SSPC. Première partie: plan de prévoyance BB-flex Caisse de pensions ASMPP/SSPC (proparis Fondation de prévoyance arts et métiers Suisse) RÈGLEMENT 2013 Première partie: plan de prévoyance BB-flex Le présent plan de prévoyance entre en vigueur au 1 er

Plus en détail

SDPM fiche Cédric MICHEL. Rente d incapacité permanente partielle = IPP

SDPM fiche Cédric MICHEL. Rente d incapacité permanente partielle = IPP SDPM fiche Cédric MICHEL Rente d incapacité permanente partielle = IPP Si le salarié reste atteint d une incapacité permanente, qui résulte de l accident du travail, il pourra percevoir une rente. L attribution

Plus en détail

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109 Note éducative Les hypothèses de taux d actualisation relatifs à l achat de rentes pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité avec date de calcul entre le 31 juillet 2009 et le

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

LE VIAGER EN QUESTION

LE VIAGER EN QUESTION LE VIAGER EN QUESTION VIAGER PATRIMOINE Muriel TRENQUIER Responsable du secteur PACA Ouest Spécialisé en ventes viagères. Vous présente ce qu est le Viager. Le groupe Viager Patrimoine à une grande expérience

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer SOYEZ MAÎTRE DE VOTRE RETRAITE FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer Nous comprenons que la retraite n est pas qu une question d argent. Il est important de réfléchir aux aspects tant financiers

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE

RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE À L USAGE EXCLUSIF DES conseillers RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE SURMONTER LES OBJECTIONS La vie est plus radieuse sous le soleil Vue d ensemble Les rentes à constitution immédiate sont un puissant outil

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

FICHES INFO FINANCIERES

FICHES INFO FINANCIERES FICHES INFO FINANCIERES RENT LIFE - RENT FIX - RENT TEMPO Ethias SA Votre agent d assurances 1517-207 07/15 POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES FORMULES DE RENTE ET OBTENIR UN DEVIS GRATUITEMENT, INFORMEZ-VOUS

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite monosupport

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite monosupport Guide de sortie en rente viagère Contrats de retraite monosupport Autonomie Garantie Capital Revenu à vie Épargne Revalorisation Retraite Bénéficiaires Rente Modularité Options Réversion Souplesse Choix

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société L assurance vie : une composante épargne et une composante risque, L impact des nouveaux produits

Plus en détail

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E 14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme La réforme après les décisions de la CSSS-E 1 Résumé des décisions de la CSSS-E La CSSS-E soutient le concept du Conseil fédéral relatif à une réforme globale

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale.

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. Ressources Sélection Vie II Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. EN BREF Ressources Sélection Vie II est un contrat collectif d assurance sur la vie

Plus en détail

ÈGLEMENT. Constitution. de provisions. Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008

ÈGLEMENT. Constitution. de provisions. Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008 Constitution de provisions Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008 ÈGLEMENT 2 Table des matières Art. 1 Définitions et principes 3 Art. 2 Bases techniques et hypothèses de calcul 4 Art. 3 Capitaux

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

rises de Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion Prises de position du secteur de l assurance No 1 Février 2009 Agir avec clairvoyance 2

rises de Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion Prises de position du secteur de l assurance No 1 Février 2009 Agir avec clairvoyance 2 No 1 Février 2009 Prises de position du secteur de l assurance Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion rises de Association Suisse d Assurances (ASA) C. F. Meyer-Strasse 14, Case Postale, CH-8022

Plus en détail

RETRAITE INDÉPENDANTS ÉPARGNE MALAKOFF MÉDÉRIC POUR LES PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS

RETRAITE INDÉPENDANTS ÉPARGNE MALAKOFF MÉDÉRIC POUR LES PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS RETRAITE INDÉPENDANTS L OFFRE ÉPARGNE MALAKOFF MÉDÉRIC POUR LES PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS AVEC RETRAITE INDÉPENDANTS, CONSTITUEZ VOTRE COMPLÉMENT RETRAITE DÈS AUJOURD HUI La constitution d un complément

Plus en détail

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN FONDS DE REVENU VIAGER (FRV) FONDS DE REVENU DE RETRAITE BMO LIGNE D ACTION

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN FONDS DE REVENU VIAGER (FRV) FONDS DE REVENU DE RETRAITE BMO LIGNE D ACTION ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN FONDS DE REVENU VIAGER (FRV) ADDENDA FRV Pour les transferts faits conformément à la Loi sur les régimes complémentaires de retraite (Québec) FONDS

Plus en détail

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite multisupport

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite multisupport Guide de sortie en rente viagère Contrats de retraite multisupport Autonomie Garantie Capital Revenu à vie Épargne Revalorisation Retraite Bénéficiaires Rente Modularité Options Réversion Souplesse Choix

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année RÉGIME DE RETRAITE À L INTENTION DU GROUPE MANOEUVRES, HOMMES DE MÉTIER ET DE SERVICES DES DISTRICTS SCOLAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK Rapport de l administrateur pour l année 2006 Décembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP?

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? 1. Généralités 1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? EIP. Un engagement individuel de pension est un contrat d assurance-vie souscrit par une société au profit d un dirigeant

Plus en détail

Votre prévoyance chez PUBLICA

Votre prévoyance chez PUBLICA Votre prévoyance chez PUBLICA Version abrégée du règlement de prévoyance pour les personnes employées et les bénéficiaires de rentes de la Caisse de prévoyance de la Confédération Cette brochure vous offre

Plus en détail

Finlande. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites

Finlande. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites Finlande Finlande : le système de retraite en 212 Il existe une pension d État de base (pension nationale et garantie) qui est soumise à conditions de ressources et une série de régimes obligatoires liés

Plus en détail

Collectives. Osmose Prévoyance. La protection des cadres

Collectives. Osmose Prévoyance. La protection des cadres Collectives Osmose Prévoyance La protection des cadres Entreprises Prévoyance Osmose Prévoyance salariés cadres Ce document décrit l offre standard pour des sociétés de 1 à 4 cadres. Traitement de référence.

Plus en détail

Final. Normes définitives sur la valeur actualisée des prestations de retraite en cas de rupture du mariage (section 4300)

Final. Normes définitives sur la valeur actualisée des prestations de retraite en cas de rupture du mariage (section 4300) Final Normes définitives sur la valeur actualisée des prestations de retraite en cas de rupture du mariage (section 4300) Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Révisé en octobre 2011 Document 211001

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

ING Lifelong Income 1. Type d assurance-vie

ING Lifelong Income 1. Type d assurance-vie ING Lifelong Income 1 Type d assurance-vie Assurance-vie (branche 23) de NN Insurance Belgium SA dont le rendement est lié à des fonds de placement (décrits plus loin dans cette fiche d'information financière),

Plus en détail

Vieux de vingt siècles, inscrit dans le Code

Vieux de vingt siècles, inscrit dans le Code 62 La renaissance du viager par la gestion collective Pas de viager sans aléa! Mais celui-ci peut largement être maîtrisé... De quoi piquer la curiosité des institutionnels dans le contexte difficile de

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ AVENANT N 16 DU 18 JANVIER 2012 RELATIF À LA PRÉVOYANCE NOR

Plus en détail

CONNAISSEZ VOS DROITS... Prévoyance

CONNAISSEZ VOS DROITS... Prévoyance Prévoyance CONNAISSEZ VOS DROITS... Caisse de prévoyance des Agents de la Sécurité Sociale et assimilés Institution de Prévoyance régie par le code de la Sécurité Sociale 2 ter, boulevard Saint-Martin

Plus en détail

Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP

Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP La prestation de compensation du handicap (PCH) a été instaurée par la loi n 2005-102 du 11 février 2005. Elle est attribuée à la personne qui présente

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds).

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds). Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec 08.01.0 Page 1 de 8 DATE DE MISE À JOUR 2015-07-15 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales Le 29 juillet 2011 Madame Jane Pearse Direction de la politique du secteur financier Ministère des Finances L Esplanade Laurier 15 e étage, tour Est 140, rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0G5 Objet : Cadre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Questions et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC)

Questions et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC) 1 / 12 s et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC) Mots-clés Prestation de sortie / réponse Une prestation de sortie figure sur l attestation de prestations. Cette prestation

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LAVAL

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LAVAL Séance publique RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LAVAL Loi 3 - Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal 19

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat de Rente survie Base juridique Art.199 septies I 1 du code général des impôts

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti...

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... FONCTIONNAIRES : FICHE 44 44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... Le principe de calcul de la pension de retraite repose sur trois éléments principaux : le nombre

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Questions de retraite

Questions de retraite Questions de retraite Vous entreprenez une nouvelle étape de votre vie : la retraite. Elle sera, nous l espérons, des plus enrichissantes et remplie de nouvelles expériences. Pour cela, il vous faut la

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Plan de prévoyance 94

Plan de prévoyance 94 valable dès le 1er janvier 2015 Plan de prévoyance 94 Assurance d interruption Objectif L assurance d interruption a pour objectif d assurer la couverture de risques pour les personnes de moins de 50 ans,

Plus en détail