de suivi et d évaluation de la participation des enfants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "de suivi et d évaluation de la participation des enfants"

Transcription

1 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 Outis de suivi et d évauation de a participation des enfants

2 Save the Chidren a des activités dans pus de 120 pays. Nous sauvons des vies d enfants. Nous uttons en faveur de eurs droits. Nous es aidons à réaiser eur potentie. Ce guide a été rédigé par Gerison Lansdown et Caire O Kane Remerciements Un grand nombre d enfants et de jeunes, d adutes et d organisations ont contribué de manière significative à a rédaction et à a révision de cette trousse à outis. Nous regrettons de ne pouvoir tous es citer ici mais nous sommes très reconnaissants à chacun d entre eux d avoir apporté une contribution majeure à cette pubication. Nous tenons à remercier tout particuièrement es membres du comité directeur qui ont dirigé et guidé e processus de test interorganisations sur une période de deux ans : Kavita Ratna (Concerned for Working Chidren), Aana Kape (Bureau du Représentant spécia chargé de a question de a vioence à encontre des enfants), Bi Badham (Participation Works), Sara Osterand, Sarah Stevenson, Vera Gahm, et Espeth Bo (Pan Internationa), Rachee Tardi Forgacs, Bi Be et Hannah Mehta (Save the Chidren), Miriam Kramer et Judith Diers (UNICEF), Phiipa Lei et Pau Stephenson (Word Vision). Nous remercions égaement Anne Crowey, Jo Feather, Tricia Young, Care Hanbury, Ravi Karkara, Annette Giertsen et Monica Lindva de eur contribution. Nous sommes égaement très reconnaissants des efforts considérabes mis en œuvre par es personnes de référence et es organisations qui ont participé au processus d éaboration et à un ateier de réfexion gobae au Ghana : James Boyon, Gbedzonie Akonasu, Gift Braaye Ejemi, Gabrie Semeton Hunge, Mouvement africain des enfants et jeunes travaieurs, Nigeria Roshini Nuggehai et Anitha Sampath, Concerned for Working Chidren, Inde Nohemi Torres et Harry Shier, CESESMA Nicaragua Lucy Morris et Brusses Mughogho, EveryChid Maawi Edwin John, NCN, Inde Jose Campang et Heen Maraees, Pan Guatemaa Santiago Devia, Pan Amérique atine, et des coègues et partenaires de Pan en Répubique dominicaine, en Équateur, au Savador, en Honduras et au Paraguay Aice Behrendt, Pan Internationa Sénéga Francis Saako, Akakpo Dofoe Kafui, Ai Essoh, Kegbao Fousseni, Pan Togo Dev Ae, Save the Chidren Népa et Gurung Devraj, Tuki Népa Care Back, Rebecca Lawson et Zoe Davidson, Save the Chidren Gregory Dery, Mary Appiah, Faustina Tietaah, Eugenia Atami, Ceciia Andersen, Phiip Boadu, Doris Adjoa Arkoh Tetteh, Moses Gbeke et Phiipa Nkansah, Word Vision Ghana Manyando Chisenga, Lifuna Simushi, Ignatius Mufwidakue, Word Vision Zambie Stea Nkuramah-Ababio et Juiane Simon, Word Vision Nous tenons égaement à remercier Oak Foundation pour avoir financé éaboration et e test de a trousse à outis et pour sa voonté unique et sans reâche d aider es enfants à faire véritabement entendre eur voix. Nous souhaitons égaement remercier équipe du Chid Abuse Programme, et tout particuièrement Jane Warburton, Fassi Mariam et Anastasia Anthopouos. Merci égaement à Ravi Wickremasinghe, Sue Macpherson de Bharti Mepani de Save the Chidren de aide qu is nous ont apportée aux étapes finaes de a pubication. Pubié par Save the Chidren 1 St John s Lane London EC1M 4AR Royaume-Uni +44 (0) savethechidren.org.uk Première pubication 2014 The Save the Chidren Fund 2014 The Save the Chidren Fund est une association caritative enregistrée en Angeterre et au pays de Gaes (213890) et en Écosse (SC039570). Société immatricuée sous e no Cette pubication est protégée par des droits d auteur. Sa reproduction à des fins pédagogiques par queque procédé que ce soit est autorisée et est exempte de droits d auteur ou d autorisation préaabe. Toute revente est interdite. La reproduction dans toute autre circonstance nécessite autorisation préaabe par écrit de éditeur, et pourra donner ieu au versement de droits. Photo de couverture : Membres de a Chid Brigade, une organisation des enfants des rues et des enfants travaieurs du Bangadesh. (Photo : Ken Hermann) Composition : Grasshopper Design Company Imprimé par Page Bros Ltd Traduction : Patricia Sommer Traduction révisée par : Sandra Tuminy

3 SOMMAIRE Comment utiiser ce Livret v Vue d ensembe des outis de suivi et d évauation contenus dans ce ivret vi 1 Vue d ensembe des outis de suivi et d évauation essenties pour a coecte des données primaires 1 Entretiens 1 Questionnaires ou enquêtes 4 Discussions de groupe 6 Observation 7 Outis participatifs 8 Changements es pus significatifs 9 Études de cas et témoignages oraux 10 2 Outis pour présenter e suivi et évauation de a participation des enfants aux parties prenantes 11 Discussions de groupe 12 Ligne du temps du programme 13 Visites ou parcours de transect guidés par es enfants 14 «Le comae et a tortia» 15 3 Outis de coecte des données de référence sur a participation des enfants 16 Cartographie du corps «avant» 17 Tabeau des décisions 20 Évauation de a confiance en soi (avant et après) 22 Questionnaire d auto-évauation sur a quaité de a participation des enfants 23 4 Outis pour mesurer étendue de a participation des enfants 24 Empreintes de pas (Hejje) 25 Cartographie participative visuee du cyce du programme 27 Parcours du cyce du projet 30 Évauation «H» 32 Anayse circuaire 34 Marionnettes 36 Dessin ou peinture 37 Jeux 37 iii

4 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 5 Outis pour mesurer a quaité de a participation des enfants 38 Pots et pierres 39 Tapis magique 42 Dessin ou peinture 43 Visites et jeux guidés par es enfants 43 6 Outis pour mesurer es résutats de a participation des enfants 44 Entretiens et discussions de groupe sur es résutats de a participation 45 Cartographie du corps (avant et après) 45 Feux de circuation rouge, orange, vert 49 L anayse du changement pour es enfants dans eur contexte 51 Changements es pus significatifs 54 Initiative ruban rouge 57 Suivi de a fréquentation scoaire 58 Anayse des données secondaires 60 Marionnettes ou activités théâtraes 60 Dessin ou peinture 61 Création d un abum 61 Annexe : Mise à aise et mise en train 62 Notes de fin de document 66 iv

5 COMMENT UTILISER CE LIVRET Ce ivret offre une gamme d outis pouvant être utiisés avec différents acteurs, en particuier des enfants et des jeunes, pour recueiir et anayser es informations permettant de contrôer et d évauer étendue (pages 24 37), a quaité (pages 38 43) et es résutats (pages 44 61) de a participation des enfants. I présente des outis essenties de S&E tes que es entretiens, es discussions de groupe, observation, es enquêtes et es changements es pus significatifs. I présente égaement des outis participatifs ; beaucoup ont été spécifiquement adaptés pour pouvoir être utiisés orsque vous rempirez es tabeaux du Livret 3. Les citations proviennent d organisations qui ont testé es outis et décrivent eur fonctionnement dans a pratique et eur utiité pour encourager es enfants à exprimer ibrement eurs opinions. Nous vous encourageons à adapter ces outis au contexte sociocuture spécifique dans eque vous travaiez. Pour une utiisation efficace de ces outis, votre organisation devra adhérer à une approche éthique et participative du processus de S&E (voir Livret 4). Les membres de votre groupe restreint de S&E devront être prêts à faciiter utiisation des outis de ce ivret et devront être aidés. Vous devrez égaement faire tout votre possibe pour obtenir a participation active des fies et des garçons de différents âges et différents miieux, y compris es jeunes enfants, es enfants handicapés et es enfants qui travaient, de même que es enfants scoarisés. NE PAS OUBLIER Pour toute activité de S&E ou tout outi que vous prévoyez d utiiser, i est bon de tenir compte des personnes de votre groupe. L activité prévue est-ee accessibe à ceux qui y participeront par exempe, sur e pan physique ou du angage empoyé? Assurez-vous d avoir suffisamment d espace pour réaiser activité et que es membres de votre groupe restreint de S&E créent un environnement sûr dans eque tous es participants seront encouragés à exprimer eurs opinions et à faire part de eurs expériences. Les sous-sections intituées «Notes compémentaires» figurant dans certains des outis indiqués par ce symboe donnent aux animateurs du groupe restreint de S&E des exempes d autres aspects à «ne pas oubier» orsqu is utiiseront ces outis spécifiques. v

6 VUE D ENSEMBLE DES OUTILS DE S&E DE CE LIVRET Outis de ce guide Page Outis de base à utiiser à n importe quee étape Outis pour présenter e S&E participatif Outis pour recueiir des données de référence Outis pour mesurer étendue Outis pour mesurer a quaité Outis pour mesurer es résutats Outis pour es jeunes enfants Entretiens 1 Questionnaires ou enquêtes 4 Discussions de groupe 6 Observation 7 Études de cas et témoignages oraux 10 Changements es pus significatifs 9 Anayse des données secondaires 60 Visites guidées par es enfants 14 Ligne du temps du programme 13 «Le comae et a tortia» 15 Questionnaire d auto-évauation 23 Pots et pierres 39 Cartographie du corps «avant» 17 Tabeau des décisions 20 Évauer a confiance en soi 22 Dessin ou peinture 37 Jeux 37 Marionnettes ou activités théâtraes 36 Spaciogramme (Livret 2) Empreintes de pas (Hejje) 25 Cartographie du cyce du programme 27 Parcours du cyce du programme 30 Évauation «H» 32 Anayse circuaire 34 Tapis magique 42 Cartographie du corps (avant et après) 45 Création d un abum 61 Feux de circuation rouge, orange, vert 49 L anayse du changement pour es enfants dans eur contexte 51 Initiative ruban rouge 57 Suivre a fréquentation scoaire 58 vi Des activités de mise en train et des jeux sont égaement incus dans annexe de ce ivret.

7 1 VUE D ENSEMBLE DES OUTILS ESSENTIELS DE S&E POUR LA COLLECTE DE DONNÉES PRIMAIRES Les outis essenties de S&E pour a coecte de données primaires comprennent : Les entretiens (voir ci-dessous) Les questionnaires ou es enquêtes (notamment es enquêtes sur es connaissances, es attitudes et es pratiques) (voir page 4) Les discussions de groupe (voir page 6) L observation (voir page 7) Les outis participatifs de coecte et d anayse des données (voir page 8) Les changements es pus significatifs ou es témoignages oraux (voir page 9) Les entretiens, es questionnaires, es discussions de groupe et observation sont tous des outis essenties de S&E qui peuvent être utiisés pour recueiir des données de référence ou autres données pertinentes sur étendue, a quaité et es résutats de a participation des enfants. Ces méthodes essentiees sont décrites de manière pus approfondie dans e présent ivret. LES ENTRETIENS Les entretiens sont un outi essentie dans es processus de suivi et d évauation (S&E) efficaces. Is peuvent tirer parti du processus «nature» de a conversation pour mieux comprendre a réfexion, es idées, es actions et es observations des personnes et pour en apprendre davantage. La personne qui interroge pose principaement des questions et écoute activement es opinions, es expériences et es réponses de a ou des personnes interrogées. Conduire un entretien est une compétence cé qui doit être appiquée orsque des méthodes et outis participatifs sont utiisés, comme a igne du temps, a cartographie du corps, e dessin ou activité théâtrae. Les entretiens peuvent être pus efficaces s is sont conduits après avoir utiisé des outis participatifs avec des enfants ou des adutes, car is auront permis de créer un meieur cimat de confiance, et es personnes auront sans doute pus d assurance pour partager eurs opinions sur es questions exporées. I est essentie que enquêteur sache étabir un cimat de confiance et créer un environnement sûr dans eque a ou es personnes interrogées se sentent en sécurité pour communiquer eurs opinions et expériences réees, et pour éviter qu ees ne donnent ce qu ees pensent être a réponse attendue de enquêteur. 1

8 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 AVANTAGES DES ENTRETIENS Les entretiens avec es enfants, es jeunes et es adutes peuvent : permettre d exporer et de mieux comprendre e contexte, es activités, a quaité et a portée du projet, ainsi que es résutats de a participation des enfants pour différents acteurs être uties pour exporer es nuances et es compexités de situations réees donner a possibiité de demander des carifications et d étudier de manière pus approfondie es raisons pour esquees une personne a une certaine opinion. QUI PEUT POSER LES QUESTIONS? Les enfants et es jeunes peuvent être très efficaces pour poser des questions à eurs pairs sur eur participation et eur demander dans quee mesure is sont consutés avant a prise de décisions qui es concernent. Les enfants et es jeunes peuvent égaement interroger es adutes. Ces derniers peuvent aussi être très uties pour interroger d autres adutes, des enfants et des jeunes. DIFFÉRENTS TYPES D ENTRETIEN Les entretiens peuvent être structurés (es mêmes questions sont posées à tous es participants) ou semi-structurés, c est-à-dire qu is peuvent contenir des questions principaes auxquees i est possibe d ajouter des questions différentes ou des questions de carification, en fonction de a personne interrogée et du contexte spécifique. Les enquêteurs peuvent poser des questions ouvertes ou fermées. Les questions ouvertes permettent de recueiir des informations pus détaiées. Un bon enquêteur peut poser des questions ad hoc pour chercher à obtenir des informations qui pourraient ne pas être contenues dans un questionnaire. Les entretiens peuvent égaement être uties avec es enfants, es jeunes ou es adutes anaphabètes ou qui manquent d assurance pour ire et écrire. Si es personnes interrogées donnent eur consentement écairé, es entretiens peuvent être enregistrés à aide d un dictaphone puis transcrits pour permettre aux membres de votre groupe restreint de S&E de es anayser. Les membres du groupe restreint de S&E auront égaement a possibiité de prendre des notes sur es principaux points au fur et à mesure qu is sont mentionnés pendant entretien. Certains des membres de votre groupe restreint de S&E préféreront prendre des notes et d autres ire a transcription. Cependant, organisation Funky Dragon (2012), dirigée par des enfants, conseie a prudence : «es transcriptions peuvent être très ongues et détaiées, et i faut faire attention de ne pas surcharger e groupe» (page 19). 1 2

9 UTILISER LES ENTRETIENS ET LES DISCUSSIONS DE GROUPE POUR EXPLORER LES COMPLEXITÉS, INDE Lors du processus de S&E réaisé en Inde, des crues soudaines en juin et juiet 2012 ont causé a mort de 12 enfants qui étaient tombés dans des bassins et des puits ouverts. Les organisations pour enfants ont agi pour attirer attention sur ces décès et sur es risques continus courus par es enfants. Ees ont recommandé des initiatives pour rendre eurs viages pus sûrs et mieux «adaptés aux enfants». Le projet piote de S&E s est donc concentré sur e suivi de a participation des enfants pour aborder cette nouvee situation d urgence. Des difficutés ont été rencontrées dans utiisation de a gamme d outis car peu de ces outis pouvaient bien rendre compte des réponses des enfants et représenter es compexités et es nuances de urgence de a situation. De pus, e rôe des adutes et a nature du partenariat évoutif des enfants et des adutes tout au ong du processus ne pouvaient être bien représentés dans es catégories des outis d évauation de a portée et de a quaité. Cependant, équipe a pu recueiir des informations pertinentes et cruciaes en menant des entretiens et des discussions de groupe avec es enfants et es adutes et en recueiant es témoignages d activistes sur e terrain. 1 VUE D ENSEMBLE DES OUTILS ESSENTIELS DE S&E POUR LA COLLECTE DE DONNÉES PRIMAIRES PHOTO : STUART BAMFORTH/SAVE THE CHILDREN Jeune fie aujourd hui âgée de 15 ans, de Bihar, en Inde, qui a été sauvée d un mariage forcé orsqu ee avait 13 ans par un membre de son comité oca de protection de enfant. 3

10 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 QUESTIONNAIRES OU ENQUÊTES Les questionnaires sont des documents écrits comprenant un ensembe de questions. On es appee des enquêtes orsque on demande à un grand nombre de personnes de es rempir. Les questionnaires doivent empoyer un angage cair et peuvent comprendre des images ou des symboes pour es rendre pus cairs et pus intéressants pour es enfants, es jeunes et es adutes. Les questionnaires peuvent incure différents types de questions qui génèrent différents types d informations, notamment : des questions fermées, qui demandent aux participants de séectionner es réponses parmi différentes options des questions de type «vrai ou faux», dans esquees une affirmation est faite et es participants doivent séectionner «vrai» ou «faux» ou «ne sais pas». Ces questions peuvent révéer des informations sur es connaissances, es attitudes et es pratiques des questions à choix mutipes pour évauer es connaissances et es pratiques des questions ouvertes, qui demandent pus d informations sur es expériences et es opinions des répondants. I peut être difficie de rédiger des questionnaires efficaces, et i est donc judicieux de es tester. I est important qu is «mesurent» réeement es indicateurs et qu is n amènent pas es enfants, es jeunes ou es adutes à confirmer queque chose parce qu is pensent que c est a bonne réponse. Dans es contextes où Internet est argement utiisé par es parties prenantes, es enquêtes peuvent être faites en igne pour faciiter a coecte et anayse des données. Une enquête CAP (sur es connaissances, es attitudes et es pratiques) est une étude quantitative d une popuation spécifique, qui coecte des informations sur ce que es personnes savent, ce qu ees pensent et comment ees se comportent sur un sujet donné. Des recommandations sur utiisation des enquêtes CAP sur a protection des enfants sont disponibes sur : knowedge-attitude-and-practice-surveys-chid-protection 4

11 UTILISATION D UN QUESTIONNAIRE DU MOUVEMENT AFRICAIN DES ENFANTS ET DES JEUNES TRAVAILLEURS (MAEJT) AU NIGERIA Le MAEJT a éaboré et utiisé un questionnaire avec es enfants et es jeunes des communautés et des écoes ocaes pour recueiir des informations sur es opportunités de participation, e processus et es résutats. Le questionnaire comprenait un ensembe de questions fermées et ouvertes pour coecter des informations quantitatives et quaitatives auprès des enfants et des jeunes en réponse aux questions suivantes : (1) êtes-vous membre d une organisation, d un forum, d une association, d une société ou d un cub ; (2) avez-vous eu occasion de vous exprimer dans votre organisation ; (3) participez-vous à a prise de décisions dans votre organisation ; (4) que est impact de votre participation à a prise de décisions dans organisation ; (5) existe-t-i des organisations dirigées par des enfants dans votre communauté ou votre ocaité ; (6) connaissiez-vous déjà e terme «participation des enfants à a prise de décisions» ; (7) organisation dirigée par des enfants dans votre communauté incue-t-ee es enfants et es jeunes dans es activités de prise de décisions? Les enfants ont pu rempir e questionnaire de façon anonyme. Ainsi, e MAEJT Nigeria a découvert que ce questionnaire était particuièrement utie avec certains enfants qui étaient trop timides pour faire part de eurs opinions ors d un entretien, mais qui souhaitaient communiquer eur avis et eurs expériences par écrit dans un questionnaire. 1 VUE D ENSEMBLE DES OUTILS ESSENTIELS DE S&E POUR LA COLLECTE DE DONNÉES PRIMAIRES 5

12 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 LES DISCUSSIONS DE GROUPE Les discussions de groupe sont des conversations dirigées par un animateur dans un groupe de participants ayant des caractéristiques simiaires. Ees comprennent généraement de 6 à 12 personnes par exempe, un groupe de fies ou de garçons âgés de 10 à 12 ans. En rège générae, es discussions de groupe se dérouent dans un temps déterminé et portent sur un nombre imité de questions. Le rôe de animateur est de faciiter a discussion et d éviter qu une ou deux personnes ne a dominent 2. Gosing et Edwards (2003) 3 indiquent qu une discussion de groupe efficace doit : se dérouer dans un ieu confortabe, sans interruptions créer une ambiance informee promouvoir égaité et a confiance entre es participants et es animateurs du groupe faire en sorte que es participants comprennent et acceptent e but de a discussion veier au respect du droit de tous es participants de s exprimer et d être écoutés avoir une méthode approuvée et transparente d enregistrer a discussion, par exempe sur un tabeau de conférence. L avantage des discussions de groupe est qu ees reposent sur interaction des participants 4. Cette interaction met en reief es attitudes, es priorités, e angage et es cadres de référence des personnes ; ee encourage égaement a communication, aide à identifier es normes du groupe et peut contribuer à des conversations pus ouvertes sur des sujets sensibes. PHOTO : SUZANNE LEE/SAVE THE CHILDREN Réunion d un cub de jeunes dans e district de Surkhet, au Népa. 6

13 L OBSERVATION De bonnes compétences d observation sont cruciaes pendant e travai de terrain et tout au ong du processus de S&E. Vous remarquerez sans doute, par observation, ques enfants parent pus ou moins que d autres par exempe, si pus de garçons que de fies expriment eurs opinions, ou si es enfants pus âgés parent pus que es pus jeunes. Ques enfants ont e pus ou e moins d assurance pour s exprimer? Les enfants handicapés sont-is incus dans es processus participatifs? Vous pourrez sans doute aussi observer dans quee mesure es parents, es enseignants ou es membres de a communauté écoutent es opinions des fies et des garçons. Toutes ces observations sont essentiees et peuvent être trianguées avec d autres données recueiies pour contribuer aux résutats du S&E. Éaborer un «programme d observation» ou une «iste de contrôe de observation» peut permettre une utiisation pus systématique de observation en tant qu outi pour recueiir des informations. Un programme d observation est un moyen de panifier, d enregistrer et d organiser es informations recueiies par observation dans des contextes ocaux spécifiques (voir exempe ci-dessous). Une iste de contrôe de observation est une iste pus générae de choses à observer. EXEMPLE DE PROGRAMME D OBSERVATION Date de a réunion du viage : Nombre d hommes/de femmes/de fies/de garçons présents : Combien de fies/garçons parent pendant a réunion du viage? Combien de fois es fies/garçons posent-is une question pendant a réunion? Combien de fois es fies/garçons communiquent-is une idée ou une soution pendant a réunion? Dans quee mesure es adutes sembent-is prendre au sérieux es idées des fies/garçons? 1 VUE D ENSEMBLE DES OUTILS ESSENTIELS DE S&E POUR LA COLLECTE DE DONNÉES PRIMAIRES Les membres du groupe restreint de S&E sont égaement encouragés à tenir un journa pour y enregistrer eurs propres observations, idées, pensées et sentiments. Ce journa vous permettra aussi d identifier et de recouper es résutats et de noter es acunes dans information ou des idées de nouveaux sujets à exporer. 7

14 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 LES OUTILS PARTICIPATIFS Les outis participatifs entre autres a cartographie, es tabeaux, es notes, e cassement, e dessin et es activités théâtraes peuvent être uties pour transformer es reations de pouvoir entre adutes et enfants, et permettre aux enfants d infuencer ordre du jour, e fux et e contenu des discussions ors des processus de S&E. Un grand nombre d outis participatifs sont compris dans a famie des approches et des méthodes d évauation participative en miieu rura (EPR), qui permettent aux personnes ocaes de présenter, de partager et d anayser eurs connaissances des conditions de vie, de panifier, d agir, de suivre et d évauer 5. Ce ivret offre des renseignements sur une gamme d outis participatifs pouvant être utiisés pour recueiir des données significatives pour es tabeaux du Livret 3. Les méthodes d EPR peuvent compéter utiisation des méthodes pus traditionnees de S&E que nous avons décrites, notamment observation, es entretiens, es discussions de groupe et anayse des données secondaires. Les approches d EPR mettent en reief pour es praticiens, es principes, comportements et attitudes cés, et eur permettent ainsi d être des auditeurs actifs ; ces approches partent du principe que a façon dont chaque personne conçoit sa situation est tout aussi vaabe que a conception d une autre personne. L efficacité de utiisation des outis participatifs réside dans e processus, putôt que dans es outis utiisés 6. Les outis participatifs peuvent être uties avec des enfants et des adutes de divers contextes, car a coecte des informations ne repose pas sur aphabétisme des personnes mais pace un pus grand accent sur e pouvoir des impressions visuees et sur a représentation active des idées. 8

15 LES CHANGEMENTS LES PLUS SIGNIFICATIFS La technique des «changements es pus significatifs» 7 consiste à recueiir des «exempes» de changement auprès des personnes qui sont censées avoir été bénéficiaires à intervaes réguiers, et à es interpréter de manière participative par e biais de discussions de groupe. La technique des changements es pus significatifs peut être utiisée comme outi de S&E avec des enfants, des jeunes et des adutes. Tous es trois mois (ou à des intervaes réguiers différents prédéfinis) es fies, es garçons, es parents/personnes chargées d enfants, et d autres parties prenantes concernées se réunissent dans des groupes d entretien pour partager eurs «changements es pus significatifs» concernant e processus ou es résutats de a participation des enfants. Les changements peuvent être positifs ou négatifs. Is peuvent égaement permettre a réfexion et anayse sur a vaeur de a participation des enfants, et sur es difficutés ou es succès obtenus de a participation des enfants. Les enfants et es jeunes souhaiteront peut-être partager es changements qu is ont constatés de manière créative par a poésie, e dessin, a peinture, a bande dessinée, a photo, e théâtre ou de courts fims. Les changements significatifs sont un outi de S&E utie car is encouragent toutes es personnes à participer, quee que soit eur expérience. Les participants se souviendront probabement d exempes de changements gobaux (is en donneront e contexte et es résutats), qui aideront à axer es discussions sur e concret putôt que sur abstrait. Raconter des histoires est un moyen ancien et transcuture d expiquer e monde dans eque nous vivons, pratiqué presque partout dans e monde 8. Dans es processus de M&E, es histoires sont idéaes pour aider es personnes à comprendre es différents résutats d un programme. Ees aident égaement à comprendre es vaeurs qui animent es participants ou es bénéficiaires des programmes : es parties prenantes cés. 1 VUE D ENSEMBLE DES OUTILS ESSENTIELS DE S&E POUR LA COLLECTE DE DONNÉES PRIMAIRES 9

16 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 LES ÉTUDES DE CAS ET LES TÉMOIGNAGES ORAUX Les études de cas et es témoignages oraux peuvent égaement constituer une source utie de données probantes pendant a coecte d informations de S&E. Les personnes (fies, garçons, femmes, hommes) peuvent faire des témoignages oraux, raconter des histoires sur eur vie, eur contexte et expiquer comment a participation des enfants es a touchées ou que impact ee a eu sur eur vie. PHOTO : KEN HERMANN/SAVE THE CHILDREN Un membre de a Brigade des enfants, une organisation pour es enfants de a rue et es enfants travaieurs du Bangadesh. 10

17 2 OUTILS POUR PRÉSENTER LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS À DIFFÉRENTES PARTIES PRENANTES Vous devrez gagner a confiance des parties prenantes cés et eur présenter e but du suivi et de évauation de a participation des enfants. Étant donné e déséquiibre du pouvoir entre adutes et enfants dans de nombreux contextes sociocutures, vous devrez faire des efforts spéciaux pour créer un environnement sûr pour es fies et es garçons en particuier ceux qui sont issus des sections es pus marginaisées de a société afin qu is puissent s exprimer et partager eurs opinions (positives et négatives) sur eurs expériences de a participation. Vous devez prévoir un moyen adéquat de présenter e S&E de a participation des enfants aux parties prenantes concernées (voir égaement Étape 6 du Livret 4, page 30). Cette section fournit des outis qui vous seront uties. Si vous commencez avec une évauation de référence dans une zone où vous n avez pas encore commencé de processus participatif, vous utiiserez sans doute des types d outis autres que ceux empoyés pour introduire e S&E d un processus participatif en cours. Que que soit e contexte, i est utie de commencer avec un exercice de mise à aise ou de mise en train avec es enfants et es jeunes, pour créer un environnement sûr et favorabe à expression de eurs opinions. Même si es enfants se connaissent déjà, is apprécieront sans doute un jeu de mise en train (voir annexe de ce ivret pour des idées de jeux de mise à aise et de mise en train). Les principaux outis de présentation du S&E aux parties prenantes comprennent : Les discussions de groupe (voir page 12) La igne du temps du programme (voir page 13) Les visites ou es parcours de transect guidés par es enfants (voir page 14) «Le comae et a tortia» (que vous pouvez utiiser pour recenser es organisations d enfants existantes) (voir page 15) 11

18 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 LES DISCUSSIONS DE GROUPE Seon e contexte sociocuture et a nature du programme qui est contrôé, vous jugerez sans doute utie d organiser de grandes réunions communautaires ou scoaires pour donner des informations et des instructions aux adutes et aux enfants sur e processus de S&E. Ou bien i pourrait être pus approprié d organiser pusieurs réunions avec des parties prenantes tees que es autorités ocaes ou es notabes de a communauté pour es informer du processus et obtenir eur autorisation et eur soutien. Quee que soit a taie des groupes de discussion que vous choisirez, vous devrez encourager es personnes à identifier es avantages et es risques perçus d entreprendre un S&E participatif et es inciter à en parer. Les parties prenantes peuvent être encouragées à faire part de eurs idées et soutions pour obtenir un processus de S&E participatif et incusif, faisant intervenir des fies et des garçons de différents âges et différents miieux. Ees devront égaement être informées du processus et des méthodes proposés pour a coecte des données de référence ou de S&E. PHOTO : MICHAEL TSEGAYE/SAVE THE CHILDREN Des garçons et des fies de a région d Amhara en Éthiopie participent à une discussion de groupe sur éducation sur e genre. 12

19 UNE LIGNE DU TEMPS DU PROGRAMME Une igne du temps est un outi très utie dès e début de activité de S&E pour es programmes en cours. Ee peut fournir une simpe iustration de historique du programme, représenter es événements majeurs, es différentes phases de a consutation des enfants ou des processus de participation, es succès et es difficutés rencontrés au fi du temps, et e degré de réaisation ou de non-réaisation des objectifs minutes RESSOURCES feuies de tabeau de conférence ruban adhésif styos de coueur COMMENT PROCÉDER Présentez activité de a igne du temps aux participants du programme. Expiquez que a préparation d une igne du temps visuee eur permettra de partager historique, es succès et es difficutés rencontrés dans eur programme au fi du temps, et de se pencher sur a nature et es résutats de a participation des enfants. Coez deux ou trois feuies de tabeau de conférence bout à bout. Tracez une igne verticae (ou horizontae) sur es feuies. En utiisant e temps comme point de référence, demandez aux participants de penser aux principaux processus et initiatives du programme et de es documenter. Par exempe : quand et pourquoi ce programme a-t-i été ancé? La date (mois/année) peut représenter e début de a igne du temps en haut à gauche de a igne verticae. Des mots cés peuvent être utiisés à droite de a igne pour indiquer es principaux jaons ou des phases cés de a participation des enfants au programme au fi du temps. Le ong de a igne du temps, es participants peuvent mettre en reief es jaons et es initiatives réussies qui ont eu ieu au fi du temps. À chaque point, indiquez a date (mois/année) ainsi que queques mots cés pour décrire e jaon ou e succès. Les participants peuvent aussi mettre en reief es principaes difficutés rencontrées à différents moments ou périodes. Vous pourrez animer un pus grand diaogue et une pus ampe discussion pendant et après avoir réaisé a igne du temps sur : es différentes phases ou divers changements dans a façon dont es enfants sont intervenus ou ont coaboré avec es adutes au cours du temps e degré de réaisation ou de non-réaisation des objectifs du programme es résutats concrets obtenus à travers e programme et es résutats qui peuvent être dus (partieement ou de manière significative) à a participation active des enfants au programme es forces et es avantages de a participation des enfants aux processus et initiatives es faibesses et es difficutés de a participation des enfants aux processus et initiatives eurs idées pour avenir : quees sont eurs suggestions pour renforcer a quaité et es résutats de eur participation? 2 OUTILS POUR PRÉSENTER LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS À DIFFÉRENTES PARTIES PRENANTES 13

20 TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 La igne du temps peut constituer une trace et une documentation visuee uties de historique du programme. Les enfants et es jeunes peuvent être encouragés à créer et à tenir à jour une version de cette igne du temps. Certains voudront peut-être aussi créer une version visuee artistique de eur igne du temps ou a reproduire sur un support pus durabe, comme du tissu. VISITES ET PARCOURS DE TRANSECT GUIDÉS PAR LES ENFANTS Les visites guidées par es enfants peuvent égaement permettre d obtenir des informations intéressantes sur es activités des programmes et eurs résutats dans es communautés ou es écoes ocaes. On peut demander aux enfants d accompagner es membres du groupe de S&E dans une visite de eur communauté, pour eur montrer et eur expiquer où et comment es enfants ont participé, et es changements qui ont été obtenus grâce à eur participation et à cee des jeunes. Les enfants de NCN Inde, par exempe, ont indiqué qu is avaient remarqué des changements aussi bien positifs que négatifs dans eur viage. Is ont identifié de nouveaux services étabis par eur parement ; is ont signaé impact obtenu par e fait de panter des arbres, d entretenir environnement et assainissement, d améiorer e fonctionnement des cubs de jeunes, etc., autant de succès remportés grâce à eur participation. VISITE VIRTUELLE GUIDÉE PAR LES ENFANTS 9 Dans es situations où des représentants d enfants sont réunis ors d un ateier en dehors de eur propre communauté, une «visite virtuee guidée par es enfants» peut être organisée. Dans ce contexte, es enfants se mettent par groupes de deux. Un enfant ferme es yeux et son camarade e guide dans une promenade imaginaire dans eur communauté, en expiquant ce qu on peut y voir, comment es enfants ont été impiqués dans e programme et ques résutats is peuvent constater suite à eur participation. 14

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Mesures pour utter contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Introduction L intimidation est un probème compexe et dououreux, pour eque i n existe pas de soution facie.

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Dossier-guide sur la redevabilité des programmes. Une ressource de Save the Children

Dossier-guide sur la redevabilité des programmes. Une ressource de Save the Children Dossier-guide sur a redevabiité des programmes Une ressource de Save the Chidren Save the Chidren travaie dans pus de 120 pays. Nous sauvons des vies d enfants. Nous nous battons pour eurs droits. Nous

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS Ateier sur a pérennisation du capita nature Etat des ieux sur e renforcement des capacités de gestion de environnement nationa au Burkina Faso MECV SP-CONEDD PLAN CONTEXTE OBJECTIFS DEFINITIONS (RAPPELS)

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

synthèse [ le projet [ les ateliers Novorga2 : nouvelles formes d'organisation du travail et prévention des risques professionnels

synthèse [ le projet [ les ateliers Novorga2 : nouvelles formes d'organisation du travail et prévention des risques professionnels : nouvees formes d'organisation du travai et prévention des risques professionnes synthèse Synthèse des ateiers dirigeants [ e projet constat Les entreprises font face à de nouvees exigences de environnement

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

Raccorder votre foyer

Raccorder votre foyer gasnetworks.ie Choisir e gaz nature est une bonne idée Raccorder votre foyer 2 Le gaz nature a révoutionné industrie énergétique et joue un rôe de pus en pus important dans e monde d aujourd hui. En Irande,

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Dans le cadre de l Accord de libre-échange

Dans le cadre de l Accord de libre-échange Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Ernest B. Akyeampong Dans e cadre de Accord de ibre-échange nord-américain (ALÉNA), e Canada, es États-Unis et e Mexique ont adopté un nouveau système

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBER 2014 OCTOBRE 2014 TOUS À L ÉCOLE

Plus en détail

13 1 3cas cas de de GRH

13 1 3cas cas de de GRH 13 cas de GRH management sup management - ressources humaines 13 cas de GRH Études de cas d entreprises avec corrigés détaiés Eine Nicoas Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058736-0 Sommaire Tabeau synoptique

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

Partie 1 Techniques de bases de données simples

Partie 1 Techniques de bases de données simples Partie 1 Techniques de bases de données simpes 1 Exporer une base de données Access 2010...3 2 Créer des bases de données et des tabes simpes... 45 3 Créer des formuaires simpes... 77 4 Afficher des données...101

Plus en détail

Sommaire. N 12 - Mai 2016

Sommaire. N 12 - Mai 2016 Coueurs Caf La poitique famiiae au N 12 - Mai 2016 de a Haute-Loire Édito Ce nouveau numéro de Coueurs Caf est occasion de mettre en perspective a mise en pace de a Prime d Activité, marquée par un niveau

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

Canadat. Guide d impôt Gains en capital. Guide supplémentaire. ljil impôt. Dans ce guide PLUS

Canadat. Guide d impôt Gains en capital. Guide supplémentaire. ljil impôt. Dans ce guide PLUS Revenu Canada Ji impôt Revenue Canada Taxation Guide suppémentaire Guide d impôt Gains en capita Dans ce guide Principaes modifications pour 1991 Tabe des matières Formues Index PLUS Exempes Tabeaux Conseis

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Science et la Culture

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Science et la Culture United Nations Educationa, Scientific and Cutura Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, a Science et a Cuture Réunion d Experts sur : L expoitation sexuee des enfants, pornographie

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne Internet : Création de pages Web et contenus en igne «Internet : Création de pages Web et contenus en igne» Objectifs : Créer un site Internet simpe sans avoir à connaître e angage informatique. Découvrir

Plus en détail

BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS

BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS Août 2012 Tout d abord, un grand MERCI à tous ceux qui sont intervenus et qui ont fourni des efforts

Plus en détail

Les activités rythmiques (1-6)

Les activités rythmiques (1-6) PROGRAMME D ÉTUDES - ÉDUCATION PHYSIQUE - PRIMAIRE ET ÉLÉMENTAIRE 123 1 ère année 2e année 3e année 1. Exécuter des habiletés motrices au son de la musique. (RAG 1) 1. Exécuter des habiletés motrices au

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Merci de remplir ce questionnaire sur le programme-cadre d éducation physique et santé de l Ontario.

Merci de remplir ce questionnaire sur le programme-cadre d éducation physique et santé de l Ontario. À TITRE D INFORMATION : Le présent document vous est fourni à seul titre d information. Un lien URL unique utilisable une seule fois sera fourni aux directions des écoles élémentaires financées par les

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juiet 2014 Lignes directrices reatives à a gouvernance des technoogies de (TI) caisses (ASPC) a créé un groupe de travai sur es risques iés aux (TI), qui se concentre sur es pratiques

Plus en détail

Élevons la voix! Plan d action pour la lutte contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Plan d action pour la lutte contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Pan d action pour a utte contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Pan d action pour a utte contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation

Plus en détail

Projet d'école(s) 2006-2010 CAUDERAN-IUFM. Circonscription de : Ecole(s) concernées(s) 0333029N E.M.PU PAUL DOUMER 10, RUE PAUL DOUMER 33 000 BORDEAUX

Projet d'école(s) 2006-2010 CAUDERAN-IUFM. Circonscription de : Ecole(s) concernées(s) 0333029N E.M.PU PAUL DOUMER 10, RUE PAUL DOUMER 33 000 BORDEAUX Projet d'écoe(s) 2006-2010 Circonscription de : N version: 1 665 Projeco33 - v1-0306 Ecoe(s) concernées(s) RPI : ZEP/REP : 0333029N E.M.PU PAUL DOUMER 10, RUE PAUL DOUMER 0556083062 33 000 BORDEAUX 1 Inspection

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

UNICEF/98-10009/Pirozzi

UNICEF/98-10009/Pirozzi UNICEF/98-10009/Pirozzi Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur Le paudisme Le paudisme est une maadie grave transmise par es piqûres de moustiques. Chaque année environ

Plus en détail

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit Extrait de : Évaluer les activités de construction de la paix dans les situations de conflit et de fragilité Mieux comprendre pour de meilleurs résultats Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264106833-fr

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE Une nouvelle analyse du livre pêche Juin 2009 Initiative : une ville pour toutes les femmes IVTF L est un partenariat entre des femmes

Plus en détail

Intégration des statistiques sectorielles en Afrique Guide de planification d un Système Statistique National intégré

Intégration des statistiques sectorielles en Afrique Guide de planification d un Système Statistique National intégré EDUCATION HEALTH Intégration des statistiques sectoriees en Afrique Guide de panification d un Système Statistique Nationa intégré Version 1.0, Novembre 2007 GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

DOSSIER DE PRESEntatIOn

DOSSIER DE PRESEntatIOn DOSSIER DE PRESEntatIOn www.ufdi.fr 1 - Historique de association SOmmaIRE 2 - Présentation de association 3 - nos activités 4 - Les missions de UFDI 5 - Les membres du bureau 6 - Présentation des déégués

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Market Data Feed. Des données constamment actualisées

Market Data Feed. Des données constamment actualisées Market Data Feed Des données constamment actuaisées Market Data Feed (MDF) de SIX Teekurs est un fux en temps rée standardisé qui fournit des données consoidées dans un format uniformisé, quee que soit

Plus en détail

Le candidat à la création doit pouvoir dégager du temps et des

Le candidat à la création doit pouvoir dégager du temps et des Guide pratique d accompagnement à a création d entreprises comment faire?... pour accompagner et e préparer à s engager dans une VAE L accompagnement vise essentieement à guider e candidat dans a formaisation

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Dossier de veille de l IFÉ

Dossier de veille de l IFÉ n 98 Jan. 2015 Sommaire Page 2 : Parents-écoe : des reations ambiguës Page 8 : Les modaités du partenariat parents-écoe Page 14 : Le soutien à a parentaité, accompagnement des parents Page 18 : L impication

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Conduction électrique

Conduction électrique Conduction éectrique. Courant éectrique.1. Intensité Dans a première partie de ce cours nous nous sommes intéressés aux charges éectriques immobies (éectrostatique). Or i existe des miieux avec des charges

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

L E C L U B P O U R Q U O I?

L E C L U B P O U R Q U O I? L E C L U B P O U R Q U O I? Constat et positionnement Magré des atouts et des forces indéniabes, image de a Côte d Azur s essouffe, i faut reancer e "produit" par une poitique de marque basée sur a quaité.

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Programmes d études. Programme d immersion française. Scénario d apprentissage exemplaire

Programmes d études. Programme d immersion française. Scénario d apprentissage exemplaire Éducation artistique Manitoba Programmes d études Programme d immersion française Scénario d apprentissage exemplaire Ce scénario exemplaire vise des apprentissages en : Arts dramatiques Musique Arts visuels

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs GUIDE ADMINISTRATIF QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs - Guide administratif Vous

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Ce que le personnel enseignant peut faire et ce qu il ne peut pas faire Janvier 2015 Au sujet de cette présentation Cette présentation : 1. explique

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Carnet de bord Apprentissage linguistique en tandem

Carnet de bord Apprentissage linguistique en tandem Carnet de bord Apprentissage linguistique en tandem Année universitaire 20..-20.. Quadrimestre 1 Quadrimestre 2 Nom :... Prénom :... N de matricule :... ULB VUB ISTI Année d étude : BA1 BA2 BA3 MA1 MA2

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Modèl. d être en. Deux modèles. la Prime. doit inclure : Activités. début et de fin. Dates de. du projet ;

Modèl. d être en. Deux modèles. la Prime. doit inclure : Activités. début et de fin. Dates de. du projet ; Modèl les pour le Plan de la Prime et les rapports Fairtrade Deux modèles sont fournis ci-dessous pour vous aider à préparer un plan annuel pour la Prime Fairtrade en vue d être en conformité avec le critère

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Le Petit Théâtre de Sherbrooke

Le Petit Théâtre de Sherbrooke Le Petit Théâtre de Sherbrooke Document d accompagnement au spectace destiné aux éducateurs. www.petittheatre.qc.ca d 2 Assister à un spectace de théâtre Très souvent, es jeunes enfants n ont jamais assisté

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Gestion de plaintes / feedback de communautés

Gestion de plaintes / feedback de communautés Notes de CAFOD sur la Redevabilité: Niveau 1 (basique) / feedback de communautés Le présent document fournit aux partenaires de CAFOD un guide basique et méthodique sur la gestion de plaintes et feedback

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Les Activités Les Futures Forêts

Les Activités Les Futures Forêts Les Activités Les Futures Forêts MODULE A POURQUOI LES FORÊTS ET LES ARBRES SONT IMPORTANTS Ce module aidera vos jeunes à apprendre pourquoi les arbres et les forêts sont importants pour eux. Il contient

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail