Intégration architecturale des équipements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intégration architecturale des équipements"

Transcription

1 Consei d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de a Seine-Maritime Soesia, Société Eternit Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes

2 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes (soaire et bois) - septembre 2010

3 Introduction Le secteur du bâtiment utiise à ui seu près de a moitié de énergie consommée en France et produit un quart des émissions de gaz à effet de serre. Face à épuisement et au coût des énergies fossies, i est impératif d agir sur a diminution de nos besoins d énergie, notamment de chauffage, pour imiter notre impact sur a panète. I est égaement nécessaire d avoir recours aux énergies renouveabes. Mais cea ne prend tout son sens que si effort d efficacité énergétique (consommer moins, en isoant sa maison par exempe) a été réaisé en amont. Les énergies renouveabes traitées dans ce ivret sont e soaire et e bois. Qu appee-t-on énergie renouveabe? C est une énergie dont a source est inépuisabe. Le soei est une source d énergie présente et infinie, à échee humaine, capabe de répondre ampement aux besoins de chaque être humain. Le bois, issu de a photosynthèse, est ui aussi une ressource inépuisabe, si ee est bien gérée. En pérennisant cette gestion raisonnée, i est ogique de considérer e bois comme une source d énergie renouveabe. Dans e respect du patrimoine! Ce ivret s attache à définir es notions d intégration architecturae et paysagère iées à instaation de ces équipements énergétiques afin de préserver e patrimoine de notre région. Nous avons, tous, e devoir de respecter e patrimoine bâti que nous devons sauvegarder pour es générations futures. Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 3

4 Le soei... En Haute Normandie e taux d ensoeiement est suffisant pour qu on puisse bénéficier de ses apports. Prendre en compte et utiiser e potentie soaire permet des économies d énergie non négigeabes et a protection de notre environnement. Sous notre atitude, e rayonnement goba cumué sur année, est d environ 1200 kwh/m². an. Cette quantité d énergie gratuite est à notre disposition.les technoogies soaires, thermique et photovotaïque, sont aujourd hui une composante du bâtiment performant. Demain, dans e cadre des bâtiments à énergie positive, ees seront incontournabes. De pus, ces technoogies ont eur pace dans économie ocae puisqu ees permettent a création d empois.... En france De Lie à Nice, a surface de capteur soaire à prévoir ne sera évidemment pas a même. Le gisement soaire (en kwh/m 2 par an) Moins de De à De à De à De à Pus de W/m²... dans a région... suivant es saisons Dieppe W/m² Fécamp 17 % 34 % Le Havre 1795 heures/an Rouen 1565 heures/an 14 % Ebeuf Même par temps nuageux, a puissance soaire est captée (200 W/m²) W/m² Bernay Energie soaire potentiee En moyenne 1220 kwh/m 2 /an Evreux 1673 heures/an Source Météofrance 35 % Printemps Eté Automne Hiver Dans notre région, e soei, c est toute année! En effet, été ne représente qu un tiers des heures d ensoeiement. 4 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

5 Le soei, comment s en servir? 90 Le soei est une source d énergie propre et inépuisabe, son énergie captée est fonction de orientation du bâtiment, de incinaison de a toiture, et des masques éventues, c est-à-dire des ieux ombragés au cours de a journée. Été, sans masque Ouest Sud Été, avec masque 64 Nord Nord Est Le soei cumine en été à 64 aors qu en hiver ses rayons sont bas (17 ). La prise en compte des masques est donc importante. (atitude moyenne 49,4 ) Ouest Hiver, sans masque 17 Nord A titre d exempe : diagramme soaire en Haute-Normandie NE E SE S SO O NO Juin avri mars/septembre février décembre Diagramme soaire et cacu des masques Un diagramme soaire est a représentation de a course du soei durant a journée en fonction des saisons. Pus concrètement, c est un outi qui permet entre autre de déterminer empacement des masques soaires. La course du soei d Est en Ouest est reportée sur axe horizonta tandis que sur axe vertica on trouve a hauteur du soei. Pour utiiser, i faut y reporter e contour des obstaces grâce à un cinomètre, c est-à-dire un apparei permettant de cacuer simpement a hauteur anguaire de n importe que objet. Tout professionne compétent doit réaiser cette étude de masque afin de déterminer empacement propice à a pose d un équipement soaire. Ouest Sud 64 Est Ouest Sud Hiver, avec masque 17 Sud Nord Est Est Incidence du rayonnement en fonction de orientation et incinaison Ouest Nord Sud Est Rayonnement annue en % Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 5

6 Les principes de a conception biocimatique Le soaire passif Cea consiste en intégration des données cimatiques et de a configuration du site d impantation dès es premières étapes de a conception du projet. L architecture biocimatique repose sur cinq notions: - capter e rayonnement soaire dans a construction - stocker énergie captée (inertie) - distribuer a chaeur et a réguer - éviter es déperditions d énergie (conserver) - protéger des rayonnements soaires en été Capter Conserver Stocker Distribuer Confort d hiver Protection estivae Protection hivernae Dévie vers e haut es vents d été Vent d hiver Arbre à feuies caducs Haie d essence ocae Est Ouest Nord-Ouest Sud-Est Espace tampon Afin d optimiser e potentie énergétique soaire, et dans es cas es pus favorabes, a construction doit être protégée des vents dominants par une impantation judicieuse dans e site ou par des écrans protecteurs de type taus ou haie. Le végéta (arbres, haies etc.) joue un rôe important dans a conception passive d un bâtiment. Dans notre région, es ouvertures qui entraînent un phénomène de surchauffe sont cees situées à Ouest. Les débords de toiture, ne suffisent pas toujours à arrêter es rayons du soei, un arbre à feuiage caduc bien impanté peut jouer ce rôe de brise-soei. 6 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

7 Comment construire avec e soei? L orientation des pièces à vivre au sud, avec une surface vitrée importante, est priviégiée. Les pièces non chauffées (garage, ceier) doivent être au Nord, afin de créer un espace tampon côté froid entre extérieur et intérieur du ogement. De pus, une voumétrie compacte de a construction est souhaitabe, car ee imite es surfaces de contact entre intérieur et extérieur. Les matériaux à forte inertie (capacité thermique) sont à priviégier car en période fraiche, is stockent a chaeur pour a redistribuer pus tard. En période chaude au contraire, is émettent du froid pendant es heures es pus chaudes. L isoation par extérieur, quand ee s avère possibe et ne porte pas préjudice au patrimoine bâti, est conseiée car ee conserve une bonne inertie et supprime es ponts thermiques. Architecture Biocimatique, Caroine Bonnet, Architecte Nord 9Bis Architecture Façade Sud Sud Cette maison est une bonne iustration d appication des principes du soaire passif : a façade Sud est très ouverte et protégée des surchauffes grâce à un arbre à feuiage caduc et un arge débord de toiture. La façade Nord est, quant à ee, très fermée afin d éviter es déperditions énergétiques. Répartition des pièces suivant orientation Façade Sud Serre Séjour Cuisine Chambre SdB Entrée Ceier Buanderie Garage Façade Nord 9Bis Architecture Façade Nord Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 7

8 Les serres biocimatiques La serre est un dispositif soaire passif qui permet accumuation et a redistribution de énergie soaire sous forme de chaeur dans e ogement. Afin d optimiser son efficacité, ee doit être encastrée dans e bâtiment et orientée pein Sud. En doube hauteur, ee sera encore pus efficace. Ee ne doit pas être chauffée, et es couvertures vitrées doivent être évitées car ees augmentent e risque de surchauffe été. La pus grande attention doit être portée à a ventiation de a serre puisque c est grâce à ee que e rôe d échangeur thermique est assuré. Une serre bien pensée peut assurer 25 % des besoins en chauffage, sans compromettre e confort d été. Serre en appique Serre encastrée Serre en appui d ange Serre semi-encastrée Serre soaire, Stéphanie Etienne, Architecte Serre soaire Matériau à forte inertie thermique Etage Escaier Etage Escaier Air extérieur Air extérieur Nord Apport de chaeur hiver Sud Nord Ventiation été Sud En hiver, a serre permet de réchauffer air ainsi que a partie maçonnée à forte inertie en fond de serre qui retransmet entement a chaeur à habitation. En été, e rayonnement est imité par a casquette soaire. Une ventiation naturee (ouvertures en bas et en haut) rafraîchit et participe au confort d été. 8 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

9 Le facteur soaire Le facteur soaire définit a capacité d un vitrage, exprimée en pourcentage, à aisser passer et récupérer énergie soaire gratuite. Le facteur soaire d un vitrage est constant, i faut donc définir e meieur compromis entre es besoins recensés aux différentes saisons, et usage du bâtiment. Concernant e ogement, on choisira pour es baies orientées au Sud un doube vitrage à facteur soaire éevé (+ de 60%) associé à un débord de toiture suffisant pour se prémunir des surchauffes. Pour un doube vitrage à isoation renforcée, e facteur soaire varie entre 60 et 75 %. La casquette soaire, quand es vitrages sont orientés au Sud, doit être traitée avec attention : si cee-ci est inexistante ou trop courte, a température intérieure peut anormaement monter été, et donc nuire au confort. Une casquette bien dimensionnée permet donc de aisser pénétrer e soei en hiver mais pas en été. La dimension de cette protection est fonction de a hauteur du vitrage et de a performance du bâtiment. Pus on tend vers e passif, pus es casquettes sont arges afin d éviter inconfort en inter-saison. Dimensionner une casquette soaire Sous notre atitude, a hauteur anguaire du soei cumine en Juin à 64 à midi (voir diagramme soaire page 5). Dans e cas où une protection totae vis à vis des surchauffes est nécessaire, on aura, pour une baie de 2,60 m de haut par exempe, une casquette soaire de 1,60 m de profondeur. 1,60 m 64 Protéger Confort d été De même, on peut visuaiser es surfaces intérieures qui recevront es précieux rayons du soei en hiver. Capter Sae de réunion, Aiquante architecture : afin d éviter es surchauffes d été, a façade est munie de voets à cairevoie qui permettent de fitrer a umière et donc de imiter a chaeur. Brise-soei en bois, Artech architecture 21 Confort d hiver Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 9

10 La production d énergie renouvabe e soaire actif Avec e soei, i est possibe de produire de a chaeur (soaire thermique), ou bien de éectricité (soaire photovotaïque). I s agit pour ces deux modes de production d énergie de techniques, de matériaux et de surfaces différents. Dans e Nord de a France, on aura besoin d une surface de capteur pus importante que dans e Sud : e bon dimensionnement des instaations permet d obtenir une production équivaente. La bonne isoation préaabe de a construction est néanmoins indispensabe. Attention au surdimensionnement Le taux de couverture maximum n est pas à rechercher. Un bon dimensionnement équiibre es besoins et es surfaces pour assurer a cé d une bonne productivité. Le soaire thermique utiiser e soei pour se chauffer et produire son eau chaude sanitaire Le soaire thermique est a transformation directe du rayonnement soaire en chaeur. Les capteurs se présentent sous deux formes : es capteurs pans et es tubes sous vide. Ces deux techniques n ont pas es mêmes impacts sur architecture: - Les capteurs pans sont constitués d un caisson vitré, fermé, étanche, isoé, muni d un absorbeur s intègrant dans e rampant de a toiture. - Les tubes sous vide, en verre, sont utiisés en toiture terrasse et de préférence orsque orientation et incinaison des toitures ne sont pas favorabes à un bon rendement. I est ainsi possibe de produire de a chaeur pour es besoins en eau chaude seue, c est e chauffe eau soaire individue (CESI), ou pour es besoins en chauffage et eau chaude, c est e système soaire combiné (SSC). Le baon ne doit pas être surdimensionné sous peine d engendrer une consommation d appoint pus grande et donc non économique. Types Surface des capteurs 2 personnes CESI 3/4 personnes 5/6 personnes Capteurs pans = 1m² par personne 2/3 m 2 4/5 m 2 5/6 m 2 SSC Maison 120 m² Ma isoée Bien isoée BBC Emetteurs haute T Emetteurs basse T * X 12/15 m 2 10 m 2 Voume du baon soaire (en itres) Objectifs visés par apport soaire 50 itres par m² X % X 30 % 50 % * Idéaement pancher chauffant ou radiateurs chaeur douce 10 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

11 Le soaire photovotaïque utiiser e soaire pour produire de éectricité verte Attention Rappeons qu une instaation photovotaïque ne se justifie que si e ogement est déjà énergétiquement performant. j Dénomination Siicium poycristain j Description - Issu d un boc de siicium à cristaux mutipes - Coueur beutée avec refets - S intègre à une architecture très contemporaine j Rendement 11 à 15 % j Dénomination Siicium monocristain j Description - Issu d un boc de siicium pur - Coueur noire uniforme - S intègre bien aux toitures en ardoise j Rendement 12 à 20 % j Dénomination Couche mince CIS sans siicium j Description - Coueur sombre - S intègre parfaitement aux toitures en ardoise j Rendement 9 à 11 % Le photovotaïque (pv) désigne a transformation des photons du soei (c est-à-dire des particues ou petits grains de umière) en éectrons, créant un courant éectrique. Cette éectricité peut ensuite être utiisée dans e bâtiment (aimentation de écairage) ou revendue sur e réseau ERDF. Cependant, en Normandie, a production effective d éectricité atteint rarement pus de 2700 kwh/an* (soit 20 à 25 m² de panneaux photovotaïques), ce qui correspond au besoin d éectricité, hors chauffage et eau chaude sanitaire, d un foyer de quatre personnes. * Soit 3000 Watts crête instaée Aujourd hui, dans e meieur des cas (aides et conditions optimaes d instaation), on amortit instaation photovotaïque au bout d une dizaine d années. Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 11

12 L intégration architecturae des capteurs soaires dans existant L instaation de capteurs soaires thermiques ou photovotaïques n est pas sans conséquence pour aspect architectura et paysager. Dans a majorité des cas, es capteurs sont impantés dans un rampant de toiture Sud sous a forme d un rectange de 4 à 25 m². Cette surface vitrée à fond noir, pour es panneaux soaires thermiques, ou briant et à refets beutés pour es panneaux photovotaïques, se détache pus ou moins nettement en fonction des matériaux de couverture empoyés (tuies, ardoises). Des nécessités fonctionnees et des contraintes techniques commandent e pus souvent instaation d un capteur. I est donc nécessaire d appréhender pusieurs paramètres importants avant de commencer : - es aspects régementaires : documents d urbanisme, décaration préaabe, zones de protection - es aspects techniques : orientation, incinaison, masque soaire, surface disponibe, distances. L intégration des ééments soaires dans un bâti existant doit faire objet d une anayse approfondie : i s agit de prendre en compte impantation du bâtiment par rapport aux masques existants éventues, son orientation, sa voumétrie, sa surface réeement disponibe en toiture, ainsi que son incinaison pour assurer e rendement optimum du projet. En outre, a distance séparant es capteurs du baon de stockage doit être a pus courte possibe. - es aspects patrimoniaux, architecturaux, paysagers : respect des voumes, des matériaux et des coueurs pour une intégration harmonieuse. Réféchir à impact visue proche mais égaement ointain à échee du paysage Une réfexion gobae est donc indispensabe pour faire de votre instaation un véritabe atout technique, architectura et environnementa. Attention! Les préconisations d intégration déveoppées cicontre concernent approche architecturae et ne doivent pas être confondues avec a définition du égisateur concernant a prime d intégration au bâti des instaations photovotaïques. Mixte photovotaïque et Système Soaire Combiné, Soariis, instaateur 12 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

13 Les grands principes Quee que soit a typoogie architecturae, es principes d impantation sont toujours identiques. Profiter du changement de couverture pour y intégrer es panneaux, en vérifiant es compatibiités techniques. Ne pas disperser es capteurs et éviter es dispositions compexes type U ou L. Respecter e rythme des peins et des vides, préférer un positionnement symétrique des capteurs vis-à-vis des ouvertures (portes, fenêtres ). S inspirer des ignes de forces du bâtiment pour positionner es capteurs, ignes de faîtage, de gouttières, rythme des percements (portes, fenêtres ) Choisir des taies de capteurs qui ne déséquiibrent pas e bâti. Aujourd hui es industries proposent des dimensions très variées aant de a tuie aux grands panneaux. Photovotaïque Photovotaïque, Terre Soaire, instaateur Intégrer finement es capteurs au nu de a couverture (sans créer de surépaisseur). Jouer sur harmonie des matières et des coueurs en restant e pus discret possibe et choisir des coffres de panneaux dans a même teinte que a couverture, des raccordements isoés coorés et des vitres antirefets. Profiter d un projet d agrandissement pour que es capteurs deviennent un composant architectura majeur dans e projet. Photovotaïque, Soariis instaateur Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 13

14 Trois possibiités d intégration Dans habitat pavionnaire Dans ce type d habitat, si instaation de capteurs peut s avérer un atout pour donner du caractère à une composition architecturae cassique, cea peut au contraire mettre en évidence un déséquiibre voumétrique. I faut penser que a vaeur d une maison prend en compte à a fois ses performances énergétiques mais égaement son aspect architectura. Photovotaïque, Soariis, instaateur La disposition en bandeau au droit du faîtage permet, ici, de réunifier es deux voumes. L horizontae s inscrit comme igne de force principae et met au second pan a disparité des dimensions des ouvertures. 14 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

15 vue gobae dégradée Exempe de saupoudrage Instaations soaires, Crédit photo : Eternit Photovotaïque, Gautier, instaateur Une intégration réussie consiste souvent à pacer es capteurs sur a toiture du voume du garage, dans e proongement des ignes verticaes de son ouverture. Les grandes dimensions de ces portes s apparentent à cees des capteurs et donc simpifient intégration. Photovotaïque, Terre soaire, instaateur La pose de panneaux sur un voume en décroché s avère égaement efficace. Profiter d une extension pour intégrer ces panneaux avec a création d un auvent pour a terrasse ou d une véranda avec un jeu de transparence. Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 15

16 Dans e bâti ancien, es panneaux s intègrent avec discrétion... Le capteur doit améiorer e bâti existant ou au moins ne pas e dénaturer. Pour cea i s agit de garder es caractéristiques du bâti ancien en positionnant es capteurs de façon à respecter es ignes de composition des façades. Photovotaïque, Gautier, instaateur Les proportions de cette doube fenêtre ancienne s accordent avec cees du panneau soaire thermique impanté dans exacte symétrie de ouverture. Chauffe-eau soaire individue, De Bois Hebert 16 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

17 Photovotaïque, Ener-tech, instaateur A ne pas faire Des mauvais exempes d intégration des ééments techniques (panneau en surimposition et visibiité des tuyaux) Les panneaux se déguisent en marquise.... se camoufent La pose de panneaux soaires sur un bâtiment ancien de type maison de maître, s avère souvent difficie sur e pan technique et esthétique. Le parti pris de cet exempe est a dissimuation. Dans du patrimoine ancien, isoé sur une parcee, a pose de capteurs s avère possibe mais difficie à traiter. Dans des secteurs denses (maisons de vie aignées sur a rue), es capteurs de taie réduite nuisent à a cohérence d ensembe. I faut préférer e positionnement côté jardin, quand orientation e permet. I faudra excure systématiquement es instaations de panneaux photovotaïques qui demandent une grande surface de déveoppement. De pus, a densité du bâti crée des ombres portées qui rendent es instaations moins efficaces. Chauffe-eau soaire individue, capteur tube, Cauchy instaateur Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 17

18 Système soaire combiné, Pasca Séjourné, Architecte La pose de panneaux sur annexe accoée au bâti principa est cohérente avec es dimensions et e rythme des ouvertures en façade. Photovotaïque, Soariis instaateur... favorisent a recomposition architecturae Système soaire combiné, Photo : Eure Soaire L intégration des panneaux soaires dans e proongement de ouverture accentue es ignes verticaes et aspect moderne de a composition. Les capteurs viennent renforcer e parti architectura. 18 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

19 ... se posent idéaement sur du bâti annexe ou au so Si a pose de capteur pose un probème esthétique ou technique, a réaisation ou a présence d un bâtiment annexe ayant sa propre fonctionnaité (oca technique, abri de jardin) peut permettre de résoudre ces difficutés. Cette soution peut égaement faciiter a pose et entretien du système. Les capteurs peuvent égaement être pacés au so dans e jardin, adossés à une structure pour es intégrer au paysage. Photovotaïque, Cauchy instaateur La pose sur annexe ou en jardin présente des avantages mais es contraintes majeures sont aujourd hui : - Pour e photovotaïque, un tarif d achat d EDF moindre. - Pour e soaire thermique, une distance de 15 mètres de habitation principae à ne pas dépasser. Photovotaïque Système soaire combiné, Photo : Eie Codah Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 19

20 Système soaire combiné, Maugy, maître d oeuvre Système soaire combiné, Servipose, instaateur - Emmanue.J.Soumaré, Architecte Dans une maison neuve, Les panneaux composent architecture... Photovotaïque, Maugy, maître d oeuvre Dans du bâti neuf, es principes du soaire passif et du soaire actif doivent être étudiés en même temps, afin d optimiser es deux démarches. Le soaire actif doit être traité comme un véritabe composant du bâti et peut être occasion de chercher de nouvees formes architecturaes, couvertures, aèges, brise-soei, verrières, etc. Notamment, e photovotaïque peut devenir un matériau très porteur d expression architecturae. Les nouvees technoogies permettent d enrichir e vocabuaire architectura existant. (transparence, membrane...) 20 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

21 dans un projet d habitat coectif instaation des panneaux reève d une démarche gobae Dans es opérations groupées ou es immeubes coectifs, i est indispensabe d avoir une approche architecturae d ensembe pour éviter es dérives d une démarche individuee. I faudra composer avec es symétries, es jeux de voume, es séquencements des peins et des vides. Le parti pris architectura e pus satisfaisant serait d engober a pose de capteur sur un oca coectif attenant : garage à véos, oca technique, etc. Système soaire combiné, Sioge d Evreux, Entreprise Normandie Etanch, instaateur Chauffe-eau soaire individue, Gies Thore, Architecte Les panneaux soaires thermiques accentuent aternance des décrochements de toiture. Chauffe-eau soaire individue, En-Act, Architecture, Les Airees Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 21

22 Évoution des capteurs Réduction de épaisseur des capteurs qui permet d inscrire es composants soaires quasiment au même nu extérieur que es tuies ou es ardoises. La coueur des cadres des panneaux permet égaement une intégration pus douce , 02 Soariis Normandie, instaateur Les capteurs en toiture doivent être encastrés dans a couverture afin d éviter de donner impression d un éément rapporté. Les finitions doivent être soignées: es ééments techniques de instaation doivent être dissimués e pus possibe. Cf intégration des autres composants, tuyau etc France Watts, Modues PV qui permettent une très bonne intégration au nu de a toiture et des fenêtres de toit. 04 Soesia, Société Eternit, Ardoises PV qui s intégrent parfaitement à a couverture. 05 Le vitrage soaire ROBIN SUN, c est, pour toutes es façades ensoeiées, e choix d une isoation transparente qui protège du soei et produit eau chaude sanitaire et chauffage. 06 Artech, Architectes, Cas des tubes sous vide : mis en façade non visibe pour ne pas dénaturer un patrimoine bâti de quaité Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

23 Concusion Aujourd hui, enjeu de notre société est d utiiser es énergies propres et durabes pour réduire, notamment dans a construction, es émissions de gaz à effet de serre et utter ainsi contre e réchauffement cimatique. Cet objectif est ouabe mais i ne faudrait pas que cette avancée sociétae favorise un désintérêt pour a préservation de notre patrimoine bâti. Chaque projet ayant recours aux énergies renouveabes ne doit pas être simpement techniquement durabe, i faut aussi que son exceence énergétique rime avec une insertion performante. I convient donc d éviter e saupoudrage systématique et préférer composer avec es instaations de grande envergure qui miitent, te un totem, pour porter e concept architectura. Université de Mont Saint Aignan, AZ Architecture, Architecte Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 23

24 LE BOIs Le bois en Haute Normandie Le bois est une formidabe source d énergie : contrairement aux énergies fossies, c est une matière première renouveabe et disponibe au niveau oca. On e considère comme ayant un bian goba neutre. C est à dire que sa combustion ne dégage pas pus de dioxyde de carbone que a quantité déjà accumuée dans sa vie enraciné. De pus, a coupe est nécessaire car ee permet entretien et a régénération de a forêt. Le gisement bois, en Haute et Basse Normandie, représente 4,5 miions de tonnes par an et 2/3 de ce potentie sont actueement consommés. En Haute Normandie, es espaces boisés représentent ha. Notre région se situe dans es premiers rangs concernant a gestion durabe des ressources en bois. Les boisements agricoes sont égaement très présents, avec km de haies et ha de vergers. Les déchets bois bruts, c est à dire ceux auxques aucun adjuvant n a été ajouté, peuvent égaement être vaorisés comme combustibes. Le taux de boisement en Haute Normandie a augmenté de 4,5% en 15 ans et s éève aujourd hui à 18 %. L énergie bois : e choix de apparei Le bois est une énergie propre sauf orsqu i est brûé dans des appareis à faibe rendement ou à air ibre. La performance des équippements est donc primordiae et doit être supérieure à 80 %. I existe pusieurs appareis de chauffage au bois: es poêes, es inserts, ou encore es foyers fermés sont des appareis indépendants qu on peut instaer en appoint d un autre système de chauffage, afin de diminuer a facture énergétique. Les chaudières à bois permettent une centraisation du chauffage. Appareis indépendants j Dénomination - Poêe - Insert - Foyer fermé - Cuisinière j Combustibes - Bois bûche - Granués Chaudières bois j Chaudière à chargement manue - Le combustibe utiisé est e bois bûche. - I est fortement recommandé de raccorder un baon (principe d hydro-accumuation). j Chaudière automatique - Les combustibes utiisés sont e granué de bois et es paquettes déchiquetées. - Ces chaudières obtiennent de meieures performances car ees gèrent approvisionnement en combustibe seon es besoins au moyen d une vis d aimentation. Attention au rendement Le rendement énergétique est e rapport entre a quantité d énergie restituée et a quantité d énergie consommée. Pus e rendement est éevé, pus instaation optimise e combustibe utiisé. Un haut rendement est donc une garantie de performance énergétique et de préservation de environnement. 24 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

25 L énergie bois : e choix du combustibe L énergie bois se décine sous trois formes: e bois bûche, e bois déchiqueté, et e bois granué. j Dénomination Paquettes j Taux d humidité Inférieur à 15 % j Equivaence* 1 tonne de paquettes 400 de Fiou 10 m 3 = kwh 1000 de fiou * kwh. 2 t de granués 2.5 t de paquettes 6 stères de bûches j Dénomination Bûches j Taux d humidité Inférieur à 20 % j Equivaence* 1 stère de bûches 160 de Fiou 6 m 3 = kwh j Dénomination Granués ou peets j Taux d humidité Inférieur à 10 % j Equivaence* 1 tonne de granués 500 de fiou 3 m 3 = kwh * Ces équivaences sont bien entendu fonction des essences, du taux d humidité et du rendement de équipement. Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 25

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Séminaire organisé par les étudiants du master Expertise et Traitement en Environnement GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES SYLVAIN DELENCLOS 29 JANVIER 2015 Présentation téléchargeable

Plus en détail

22 MAI 2008 Les Ateliers techniques de l ALE. Isolation Thermique par l Extérieur: Quelles solutions?

22 MAI 2008 Les Ateliers techniques de l ALE. Isolation Thermique par l Extérieur: Quelles solutions? Programme et intervenants 13h45 : Accuei es participants : Franck MABILON ALE 14h00 : Systèmes 'Isoation Thermique par 'Extérieur : Juien FONTAINE - ALE Introuction aux enjeux, atouts & contraintes Retour

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

Raccorder votre foyer

Raccorder votre foyer gasnetworks.ie Choisir e gaz nature est une bonne idée Raccorder votre foyer 2 Le gaz nature a révoutionné industrie énergétique et joue un rôe de pus en pus important dans e monde d aujourd hui. En Irande,

Plus en détail

Sièges de travail et sièges visiteurs quarterback

Sièges de travail et sièges visiteurs quarterback Sièges de travai et sièges visiteurs quarterback Dimensions généreuses, Éégance et générosité, tes sont es maîtres-mots pour quaifier e siège de travai quarterback. Son dossier particuièrement haut garantit

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S by S.p.A. Ipura 240/N Ipura 440/N Améiorez vos résutats avec IPURA, a nouvee technoogie du nettoyage à sec, qui utiise un sovant à hydrocarbure aiphatique à impact réduit sur 'environnement. Le processus

Plus en détail

Architecture et énergies renouvelables

Architecture et énergies renouvelables Architecture et énergies renouvelables - Conférence DERBI - 6 juin 2008 Un contexte régional marqué par une forte croissance du solaire Solaire photovoltaïque: une croissance de 165 % de le filière entre

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE Stéphane COUDERC AVRIL 2011 Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de la Haute-Garonne 1, rue Matabiau-31

Plus en détail

VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs!

VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs! VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs! 16 Le véo est une douche d air pur pour e corps et esprit! Augmentez votre bien-être par une séance d entraînement quotidienne. Soicitez

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

Appuis & Seuils. La qualité jusque dans le moindre détail

Appuis & Seuils. La qualité jusque dans le moindre détail Appuis & Seuis La quaité jusque dans e moindre détai.08 Les appuis de fenêtre Weser sont conformes à a norme Appuis NF P 98-052. La marque NF dont bénéficient es appuis pressés sont a garantie de eur conformité.

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES

FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUELLES SONT LES RÈGLES À SUIVRE POUR L'ÉLABORATION DE VOTRE PROJET

Plus en détail

sommaire le permis de construire

sommaire le permis de construire 3 sommaire le permis de construire est un document administratif qui permet à l administration de vérifier qu un u projet de construction respecte les règles d urbanisme en vigueur. Dans quels cas faut-il

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail

Le solaire. le plan climat d ÖkoFEN. eau chaude solaire chauffage solaire. 100 % compatible chaudière ÖkoFEN. le spécialiste en Europe. www.okofen.

Le solaire. le plan climat d ÖkoFEN. eau chaude solaire chauffage solaire. 100 % compatible chaudière ÖkoFEN. le spécialiste en Europe. www.okofen. Le solaire le plan climat d ÖkoFEN eau chaude solaire chauffage solaire 100 % compatible chaudière ÖkoFEN www.okofen.fr le spécialiste en Europe Système Solaire Combiné Passez au solaire intégral ÖkoFEN

Plus en détail

Economies d énergies et bâti ancien

Economies d énergies et bâti ancien Economies d énergies et bâti ancien 1/ un réseau de professionnels Avant toute construction ou aménagement, il importe de consulter un architecte le plus en amont possible du projet architectural, urbain

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de surélévation : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77340 Pontault-Combault

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Protection incendie OxyReduct - naturellement!

Protection incendie OxyReduct - naturellement! Protection incendie OxyReduct - natureement! Prévention des incendies OxyReduct L innovation en matière de protection incendie Une protection maximae Une sécurité maximae L incendie : un risque pour entreprise

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE. Guide des pièces à fournir. Gagnons du temps! www.ressonslelong.fr

PERMIS DE CONSTRUIRE. Guide des pièces à fournir. Gagnons du temps! www.ressonslelong.fr PERMIS DE CONSTRUIRE Gagnons du temps! Guide des pièces à fournir www.ressonslelong.fr SOMMAIRE LE PERMIS DE CONSTRUIRE? :... 03 PC1 : LE PLAN DE SITUATION... 04 PC2 : LE PLAN DE MASSE... 05-06 PC3 : LE

Plus en détail

Fiche Préconisation Création d ascenseur

Fiche Préconisation Création d ascenseur Page : 1 1- Constat Impossibilité d accéder à un ou plusieurs niveaux du bâtiment par un moyen de transport vertical Rappel réglementaire : Un ascenseur est obligatoire 1- Si l effectif admis aux étages

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

INDICATEURS TECHNIQUES

INDICATEURS TECHNIQUES Réseau REAGRI Groupe «Agriculture et Energie» Novembre 2006 La chaudière polycombustible Ex : bois-déchiqueté ATOUTS CONTRAINTES o Forte réduction de la facture énergétique. o Confort d utilisation. o

Plus en détail

08/2012 - TOTALGAZ SNC - Immeuble Wilson - 92970 Paris la Défense Cedex - RCS Nanterre 582 018 966 - Getty Images - Illustrations : zero-k -

08/2012 - TOTALGAZ SNC - Immeuble Wilson - 92970 Paris la Défense Cedex - RCS Nanterre 582 018 966 - Getty Images - Illustrations : zero-k - 08/2012 - TOTALGAZ SNC - Immeuble Wilson - 92970 Paris la Défense Cedex - RCS Nanterre 582 018 966 - Getty Images - Illustrations : zero-k - Conception : Brand Advocate. Réf. : PLAQ. BBC. La Règlementation

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Le chauffe-eau solaire

Le chauffe-eau solaire Avril 2007 (mise à jour 2010) Chambre d Agriculture du Cantal Le chauffe-eau solaire En réponse à la demande d eau chaude nécessaire, le chauffe-eau solaire peut être une solution pertinente puisqu en

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Marie-Christine ROGER

Marie-Christine ROGER Réglementation thermique des bâtiments anciens : État actuel et perspectives Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation technique de la Construction Direction

Plus en détail

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012 La brique Monomur Terre Cuite La réponse à la RT 2012 Dès le 1 er janvier 2013, dans le prolongement du Grenelle de l environnement, une nouvelle réglementation thermique (dite RT 2012 par les professionnels)

Plus en détail

les modalités pratiques d'information du public en cas d'épisode de d pollution atmosphérique

les modalités pratiques d'information du public en cas d'épisode de d pollution atmosphérique page 1/9 es modaités pratiques d'information du pubic en cas d'épisode de poution atmosphérique janvier 2012 Les épisodes de pics de poution de air nécessitent une diffusion rapide et arge d informations

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de comble et velux : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

L INTÉGRATION ARCHITECTURALE DES PANNEAUX SOLAIRES

L INTÉGRATION ARCHITECTURALE DES PANNEAUX SOLAIRES L INTÉGRATION ARCHITECTURALE DES PANNEAUX SOLAIRES Éditorial Lors de mon élection à la Présidence du Conseil général, j ai souhaité placer l environnement et le développement durable en tête de mes priorités,

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé

BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé Équipe: N. CHAUVINEAU (Ingénieur), L. COURTOIS (Architecte DPLG), C. RIBEIRO (Architecte DPLG), P. RIDGWAY (Architecte BA dip Arch.), E. WOZNY

Plus en détail

Conduction électrique

Conduction électrique Conduction éectrique. Courant éectrique.1. Intensité Dans a première partie de ce cours nous nous sommes intéressés aux charges éectriques immobies (éectrostatique). Or i existe des miieux avec des charges

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme Maison individuelle - Sarthe Philippe Rousseau, architecte Fiche-conseil I Urbanisme Bien implanter sa maison Décider de construire une maison nécessite de réfléchir à son implantation. En effet, toute

Plus en détail

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Menuiserie : Double vitrage bois 4/12/4 + 2 Velux 4/8/4 + 2 "lucarnes" de toiture. Murs Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Brique rouge alvéolaire 25cm + 7,5cm laine de verre + 7cm brique

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

CAPTEURS THERMOSOLAIRE

CAPTEURS THERMOSOLAIRE CAPTEURS THERMOSOLAIRE CAPTEURS THERMOSOLAIRE CATEGORIE Constructions neuves Les capteurs thermosolaires sont destinés à transformer le rayonnement solaire pour chauffer un fluide caloporteur. La chaleur

Plus en détail

L ENERGIE SOLAIRE THERMIQUE BIEN UTILISER L ÉNERGIE SOLAIRE THERMIQUE DANS SA MAISON!

L ENERGIE SOLAIRE THERMIQUE BIEN UTILISER L ÉNERGIE SOLAIRE THERMIQUE DANS SA MAISON! L ENERGIE SOLAIRE THERMIQUE BIEN UTILISER L ÉNERGIE SOLAIRE THERMIQUE DANS SA MAISON! QUELQUES GENERALITES L ÉPUISEMENT DES RÉSERVES D ÉNERGIE FOSSILES RÉSERVES MONDIALES CONNUES D'ÉNERGIE PRIMAIRE Rayonnement

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Edition septembre 2005 Imprimé sur papier recyclé - Reproduction interdite

Edition septembre 2005 Imprimé sur papier recyclé - Reproduction interdite Communauté du Pays d Aix Direction Environnement et Cadre de vie Service Energie Hôtel de Boadès 8, place Jeanne d Arc / BP 322 / 13611 Aix-en-Provence Tél/ 04 42 91 49 53 www.agglo-paysdaix.fr Cette opération

Plus en détail

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE FÉVRIER 2012 DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE ANALYSE DES MODES CONSTRUCTIFS PRINCIPAUX POUR LES OPÉRATIONS EN COURS DE CERTIFICATION 2 SOMMAIRE Introduction I. Périmètre de l étude II. Le bâti 2.1.

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Réservoirs tampons pour pompe à chaleur. Accessoires pour allstor VPA. Accessoires pour allstor VPS

Réservoirs tampons pour pompe à chaleur. Accessoires pour allstor VPA. Accessoires pour allstor VPS réservoirs tampons APERÇU CHAPITRE Réservoirs tampons pour pompe à chaeur 00 - -... page 279 astor VPA Réservoirs tampons muti-usage pour pompe à chaeur astor VPA - 00-1... page 280 Accessoires pour astor

Plus en détail

Prescriptions architecturales

Prescriptions architecturales UNITÉ DES COULEURS ET DES MATERIAUX A Sèvres, la cohérence de l harmonie des toitures repose sur une palette de matériaux et de teintes centrée sur les terres cuites, les ardoises, le zinc, le cuivre.

Plus en détail

Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive

Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive 1 0,810 0,020 0,025 2 chappe 0,840 0,080 0,095 3 0,026 0,260 10,000 4 béton armé 1,700 0,200 0,118 Somme des résistances thermiques

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite

LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite Espace vitré Adjacent au logement, la véranda est à la fois une pièce à vivre et un «volume tampon» qui contribue au chauffage de la maison l hiver et à son

Plus en détail

L ARTICLE 12, MODE D EMPLOI

L ARTICLE 12, MODE D EMPLOI L ARTICLE 12, MODE D EMPLOI Périmètres créés en application du 3 ème alinéa de l article 12 de la loi «Grenelle II» Parue au JO du 13 juillet 2010. Article L 111-6-2 du code de l urbanisme Rédacteur :

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

Guide du. permis de. construire. www.petit-quevilly.fr

Guide du. permis de. construire. www.petit-quevilly.fr Guide du permis de construire www.petit-quevilly.fr permis de construire une maison individuelle (PCMI) Démarche à effectuer > > Quels sont les travaux soumis à Permis de construire? Vous construisez ou

Plus en détail

Le «smart grid» au sein des logements : maîtrise de l énergie et effacement de pointe. Mai 2011

Le «smart grid» au sein des logements : maîtrise de l énergie et effacement de pointe. Mai 2011 Le «smart grid» au sein des ogements : maîtrise de énergie et effacement de pointe Mai 2011 Edito Le syndicat IGNES (Les industries du Génie Numérique, Energétique et Sécuritaire) a été créé fin 2010

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

Associer énergie solaire et gaz naturel

Associer énergie solaire et gaz naturel Associer énergie solaire et gaz naturel Pourquoi associer l énergie solaire au gaz naturel? Si vous souhaitez équiper votre maison en privilégiant respect de l'environnement et économies d'énergie, alors

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

«l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements

«l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements «l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements 14 / 34 Comment fonctionne l éco-prêt à taux zéro? Le programme de réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à

Plus en détail

L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur.

L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur. Une maison bio climatique L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur. Analyse de l environnement de la maison

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be Projet soutenu par 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be L équipe de recherche BEMS Le concept de maison E+ VallEnergie : action 3 simulation de maisons à énergie

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

La conception du logement

La conception du logement La conception du logement L habitat est le premier poste d utilisation d énergie des ménages, à égalité avec les transports. Le niveaux de consommation par usage direct (chauffage, eau chaude, électricité

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

PERMIS de CONSTRUIRE

PERMIS de CONSTRUIRE PERMIS de CONSTRUIRE PERMIS DE CONSTRUIRE UNE MAISON INDIVIDUELLE (PCMI) Démarche à effectuer Quels sont les travaux soumis à Permis de construire? Vous construisez ou vous agrandissez une maison. Vous

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013 Réglementation Thermique 2012 Réunion Publique du 3 juillet 2013 Déroulement de la présentation Présentation de l Espace Info Energie La RT 2012 : les enjeux nationaux Conciliation enjeux énergétiques

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison Hibou Avec Maisons CTVL MAISON HIBOU FOUSSE INDUSTRIES

Plus en détail

Le pas à pas pour installer

Le pas à pas pour installer Le pas à pas pour installer des panneaux solaires sur mon habitation Des idées qui ont la vie dure «Le solaire, ça ne marche bien que dans les régions chaudes et ensoleillées» FAUX «Le chauffage solaire

Plus en détail

QUESTIONS - REPONSES pour TOUT savoir sur la véranda photovoltaïque. www.valsolar.fr

QUESTIONS - REPONSES pour TOUT savoir sur la véranda photovoltaïque. www.valsolar.fr QUESTIONS - REPONSES pour TOUT savoir sur la véranda photovoltaïque www.valsolar.fr QUESTIONS REPONSES SUPPORTS Le solaire thermique (panneaux ou tubes noirs) : les rayons du soleil chauffent un fluide

Plus en détail

Département de la Manche. Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal. Elaboration. Pièce n 1 : Rapport de présentation

Département de la Manche. Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal. Elaboration. Pièce n 1 : Rapport de présentation Département de la Manche Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal Elaboration Pièce n 1 : Rapport de présentation Pièce n 1c: Cahier de recommandations architecturales,

Plus en détail