Intégration architecturale des équipements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intégration architecturale des équipements"

Transcription

1 Consei d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de a Seine-Maritime Soesia, Société Eternit Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes

2 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes (soaire et bois) - septembre 2010

3 Introduction Le secteur du bâtiment utiise à ui seu près de a moitié de énergie consommée en France et produit un quart des émissions de gaz à effet de serre. Face à épuisement et au coût des énergies fossies, i est impératif d agir sur a diminution de nos besoins d énergie, notamment de chauffage, pour imiter notre impact sur a panète. I est égaement nécessaire d avoir recours aux énergies renouveabes. Mais cea ne prend tout son sens que si effort d efficacité énergétique (consommer moins, en isoant sa maison par exempe) a été réaisé en amont. Les énergies renouveabes traitées dans ce ivret sont e soaire et e bois. Qu appee-t-on énergie renouveabe? C est une énergie dont a source est inépuisabe. Le soei est une source d énergie présente et infinie, à échee humaine, capabe de répondre ampement aux besoins de chaque être humain. Le bois, issu de a photosynthèse, est ui aussi une ressource inépuisabe, si ee est bien gérée. En pérennisant cette gestion raisonnée, i est ogique de considérer e bois comme une source d énergie renouveabe. Dans e respect du patrimoine! Ce ivret s attache à définir es notions d intégration architecturae et paysagère iées à instaation de ces équipements énergétiques afin de préserver e patrimoine de notre région. Nous avons, tous, e devoir de respecter e patrimoine bâti que nous devons sauvegarder pour es générations futures. Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 3

4 Le soei... En Haute Normandie e taux d ensoeiement est suffisant pour qu on puisse bénéficier de ses apports. Prendre en compte et utiiser e potentie soaire permet des économies d énergie non négigeabes et a protection de notre environnement. Sous notre atitude, e rayonnement goba cumué sur année, est d environ 1200 kwh/m². an. Cette quantité d énergie gratuite est à notre disposition.les technoogies soaires, thermique et photovotaïque, sont aujourd hui une composante du bâtiment performant. Demain, dans e cadre des bâtiments à énergie positive, ees seront incontournabes. De pus, ces technoogies ont eur pace dans économie ocae puisqu ees permettent a création d empois.... En france De Lie à Nice, a surface de capteur soaire à prévoir ne sera évidemment pas a même. Le gisement soaire (en kwh/m 2 par an) Moins de De à De à De à De à Pus de W/m²... dans a région... suivant es saisons Dieppe W/m² Fécamp 17 % 34 % Le Havre 1795 heures/an Rouen 1565 heures/an 14 % Ebeuf Même par temps nuageux, a puissance soaire est captée (200 W/m²) W/m² Bernay Energie soaire potentiee En moyenne 1220 kwh/m 2 /an Evreux 1673 heures/an Source Météofrance 35 % Printemps Eté Automne Hiver Dans notre région, e soei, c est toute année! En effet, été ne représente qu un tiers des heures d ensoeiement. 4 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

5 Le soei, comment s en servir? 90 Le soei est une source d énergie propre et inépuisabe, son énergie captée est fonction de orientation du bâtiment, de incinaison de a toiture, et des masques éventues, c est-à-dire des ieux ombragés au cours de a journée. Été, sans masque Ouest Sud Été, avec masque 64 Nord Nord Est Le soei cumine en été à 64 aors qu en hiver ses rayons sont bas (17 ). La prise en compte des masques est donc importante. (atitude moyenne 49,4 ) Ouest Hiver, sans masque 17 Nord A titre d exempe : diagramme soaire en Haute-Normandie NE E SE S SO O NO Juin avri mars/septembre février décembre Diagramme soaire et cacu des masques Un diagramme soaire est a représentation de a course du soei durant a journée en fonction des saisons. Pus concrètement, c est un outi qui permet entre autre de déterminer empacement des masques soaires. La course du soei d Est en Ouest est reportée sur axe horizonta tandis que sur axe vertica on trouve a hauteur du soei. Pour utiiser, i faut y reporter e contour des obstaces grâce à un cinomètre, c est-à-dire un apparei permettant de cacuer simpement a hauteur anguaire de n importe que objet. Tout professionne compétent doit réaiser cette étude de masque afin de déterminer empacement propice à a pose d un équipement soaire. Ouest Sud 64 Est Ouest Sud Hiver, avec masque 17 Sud Nord Est Est Incidence du rayonnement en fonction de orientation et incinaison Ouest Nord Sud Est Rayonnement annue en % Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 5

6 Les principes de a conception biocimatique Le soaire passif Cea consiste en intégration des données cimatiques et de a configuration du site d impantation dès es premières étapes de a conception du projet. L architecture biocimatique repose sur cinq notions: - capter e rayonnement soaire dans a construction - stocker énergie captée (inertie) - distribuer a chaeur et a réguer - éviter es déperditions d énergie (conserver) - protéger des rayonnements soaires en été Capter Conserver Stocker Distribuer Confort d hiver Protection estivae Protection hivernae Dévie vers e haut es vents d été Vent d hiver Arbre à feuies caducs Haie d essence ocae Est Ouest Nord-Ouest Sud-Est Espace tampon Afin d optimiser e potentie énergétique soaire, et dans es cas es pus favorabes, a construction doit être protégée des vents dominants par une impantation judicieuse dans e site ou par des écrans protecteurs de type taus ou haie. Le végéta (arbres, haies etc.) joue un rôe important dans a conception passive d un bâtiment. Dans notre région, es ouvertures qui entraînent un phénomène de surchauffe sont cees situées à Ouest. Les débords de toiture, ne suffisent pas toujours à arrêter es rayons du soei, un arbre à feuiage caduc bien impanté peut jouer ce rôe de brise-soei. 6 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

7 Comment construire avec e soei? L orientation des pièces à vivre au sud, avec une surface vitrée importante, est priviégiée. Les pièces non chauffées (garage, ceier) doivent être au Nord, afin de créer un espace tampon côté froid entre extérieur et intérieur du ogement. De pus, une voumétrie compacte de a construction est souhaitabe, car ee imite es surfaces de contact entre intérieur et extérieur. Les matériaux à forte inertie (capacité thermique) sont à priviégier car en période fraiche, is stockent a chaeur pour a redistribuer pus tard. En période chaude au contraire, is émettent du froid pendant es heures es pus chaudes. L isoation par extérieur, quand ee s avère possibe et ne porte pas préjudice au patrimoine bâti, est conseiée car ee conserve une bonne inertie et supprime es ponts thermiques. Architecture Biocimatique, Caroine Bonnet, Architecte Nord 9Bis Architecture Façade Sud Sud Cette maison est une bonne iustration d appication des principes du soaire passif : a façade Sud est très ouverte et protégée des surchauffes grâce à un arbre à feuiage caduc et un arge débord de toiture. La façade Nord est, quant à ee, très fermée afin d éviter es déperditions énergétiques. Répartition des pièces suivant orientation Façade Sud Serre Séjour Cuisine Chambre SdB Entrée Ceier Buanderie Garage Façade Nord 9Bis Architecture Façade Nord Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 7

8 Les serres biocimatiques La serre est un dispositif soaire passif qui permet accumuation et a redistribution de énergie soaire sous forme de chaeur dans e ogement. Afin d optimiser son efficacité, ee doit être encastrée dans e bâtiment et orientée pein Sud. En doube hauteur, ee sera encore pus efficace. Ee ne doit pas être chauffée, et es couvertures vitrées doivent être évitées car ees augmentent e risque de surchauffe été. La pus grande attention doit être portée à a ventiation de a serre puisque c est grâce à ee que e rôe d échangeur thermique est assuré. Une serre bien pensée peut assurer 25 % des besoins en chauffage, sans compromettre e confort d été. Serre en appique Serre encastrée Serre en appui d ange Serre semi-encastrée Serre soaire, Stéphanie Etienne, Architecte Serre soaire Matériau à forte inertie thermique Etage Escaier Etage Escaier Air extérieur Air extérieur Nord Apport de chaeur hiver Sud Nord Ventiation été Sud En hiver, a serre permet de réchauffer air ainsi que a partie maçonnée à forte inertie en fond de serre qui retransmet entement a chaeur à habitation. En été, e rayonnement est imité par a casquette soaire. Une ventiation naturee (ouvertures en bas et en haut) rafraîchit et participe au confort d été. 8 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

9 Le facteur soaire Le facteur soaire définit a capacité d un vitrage, exprimée en pourcentage, à aisser passer et récupérer énergie soaire gratuite. Le facteur soaire d un vitrage est constant, i faut donc définir e meieur compromis entre es besoins recensés aux différentes saisons, et usage du bâtiment. Concernant e ogement, on choisira pour es baies orientées au Sud un doube vitrage à facteur soaire éevé (+ de 60%) associé à un débord de toiture suffisant pour se prémunir des surchauffes. Pour un doube vitrage à isoation renforcée, e facteur soaire varie entre 60 et 75 %. La casquette soaire, quand es vitrages sont orientés au Sud, doit être traitée avec attention : si cee-ci est inexistante ou trop courte, a température intérieure peut anormaement monter été, et donc nuire au confort. Une casquette bien dimensionnée permet donc de aisser pénétrer e soei en hiver mais pas en été. La dimension de cette protection est fonction de a hauteur du vitrage et de a performance du bâtiment. Pus on tend vers e passif, pus es casquettes sont arges afin d éviter inconfort en inter-saison. Dimensionner une casquette soaire Sous notre atitude, a hauteur anguaire du soei cumine en Juin à 64 à midi (voir diagramme soaire page 5). Dans e cas où une protection totae vis à vis des surchauffes est nécessaire, on aura, pour une baie de 2,60 m de haut par exempe, une casquette soaire de 1,60 m de profondeur. 1,60 m 64 Protéger Confort d été De même, on peut visuaiser es surfaces intérieures qui recevront es précieux rayons du soei en hiver. Capter Sae de réunion, Aiquante architecture : afin d éviter es surchauffes d été, a façade est munie de voets à cairevoie qui permettent de fitrer a umière et donc de imiter a chaeur. Brise-soei en bois, Artech architecture 21 Confort d hiver Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 9

10 La production d énergie renouvabe e soaire actif Avec e soei, i est possibe de produire de a chaeur (soaire thermique), ou bien de éectricité (soaire photovotaïque). I s agit pour ces deux modes de production d énergie de techniques, de matériaux et de surfaces différents. Dans e Nord de a France, on aura besoin d une surface de capteur pus importante que dans e Sud : e bon dimensionnement des instaations permet d obtenir une production équivaente. La bonne isoation préaabe de a construction est néanmoins indispensabe. Attention au surdimensionnement Le taux de couverture maximum n est pas à rechercher. Un bon dimensionnement équiibre es besoins et es surfaces pour assurer a cé d une bonne productivité. Le soaire thermique utiiser e soei pour se chauffer et produire son eau chaude sanitaire Le soaire thermique est a transformation directe du rayonnement soaire en chaeur. Les capteurs se présentent sous deux formes : es capteurs pans et es tubes sous vide. Ces deux techniques n ont pas es mêmes impacts sur architecture: - Les capteurs pans sont constitués d un caisson vitré, fermé, étanche, isoé, muni d un absorbeur s intègrant dans e rampant de a toiture. - Les tubes sous vide, en verre, sont utiisés en toiture terrasse et de préférence orsque orientation et incinaison des toitures ne sont pas favorabes à un bon rendement. I est ainsi possibe de produire de a chaeur pour es besoins en eau chaude seue, c est e chauffe eau soaire individue (CESI), ou pour es besoins en chauffage et eau chaude, c est e système soaire combiné (SSC). Le baon ne doit pas être surdimensionné sous peine d engendrer une consommation d appoint pus grande et donc non économique. Types Surface des capteurs 2 personnes CESI 3/4 personnes 5/6 personnes Capteurs pans = 1m² par personne 2/3 m 2 4/5 m 2 5/6 m 2 SSC Maison 120 m² Ma isoée Bien isoée BBC Emetteurs haute T Emetteurs basse T * X 12/15 m 2 10 m 2 Voume du baon soaire (en itres) Objectifs visés par apport soaire 50 itres par m² X % X 30 % 50 % * Idéaement pancher chauffant ou radiateurs chaeur douce 10 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

11 Le soaire photovotaïque utiiser e soaire pour produire de éectricité verte Attention Rappeons qu une instaation photovotaïque ne se justifie que si e ogement est déjà énergétiquement performant. j Dénomination Siicium poycristain j Description - Issu d un boc de siicium à cristaux mutipes - Coueur beutée avec refets - S intègre à une architecture très contemporaine j Rendement 11 à 15 % j Dénomination Siicium monocristain j Description - Issu d un boc de siicium pur - Coueur noire uniforme - S intègre bien aux toitures en ardoise j Rendement 12 à 20 % j Dénomination Couche mince CIS sans siicium j Description - Coueur sombre - S intègre parfaitement aux toitures en ardoise j Rendement 9 à 11 % Le photovotaïque (pv) désigne a transformation des photons du soei (c est-à-dire des particues ou petits grains de umière) en éectrons, créant un courant éectrique. Cette éectricité peut ensuite être utiisée dans e bâtiment (aimentation de écairage) ou revendue sur e réseau ERDF. Cependant, en Normandie, a production effective d éectricité atteint rarement pus de 2700 kwh/an* (soit 20 à 25 m² de panneaux photovotaïques), ce qui correspond au besoin d éectricité, hors chauffage et eau chaude sanitaire, d un foyer de quatre personnes. * Soit 3000 Watts crête instaée Aujourd hui, dans e meieur des cas (aides et conditions optimaes d instaation), on amortit instaation photovotaïque au bout d une dizaine d années. Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 11

12 L intégration architecturae des capteurs soaires dans existant L instaation de capteurs soaires thermiques ou photovotaïques n est pas sans conséquence pour aspect architectura et paysager. Dans a majorité des cas, es capteurs sont impantés dans un rampant de toiture Sud sous a forme d un rectange de 4 à 25 m². Cette surface vitrée à fond noir, pour es panneaux soaires thermiques, ou briant et à refets beutés pour es panneaux photovotaïques, se détache pus ou moins nettement en fonction des matériaux de couverture empoyés (tuies, ardoises). Des nécessités fonctionnees et des contraintes techniques commandent e pus souvent instaation d un capteur. I est donc nécessaire d appréhender pusieurs paramètres importants avant de commencer : - es aspects régementaires : documents d urbanisme, décaration préaabe, zones de protection - es aspects techniques : orientation, incinaison, masque soaire, surface disponibe, distances. L intégration des ééments soaires dans un bâti existant doit faire objet d une anayse approfondie : i s agit de prendre en compte impantation du bâtiment par rapport aux masques existants éventues, son orientation, sa voumétrie, sa surface réeement disponibe en toiture, ainsi que son incinaison pour assurer e rendement optimum du projet. En outre, a distance séparant es capteurs du baon de stockage doit être a pus courte possibe. - es aspects patrimoniaux, architecturaux, paysagers : respect des voumes, des matériaux et des coueurs pour une intégration harmonieuse. Réféchir à impact visue proche mais égaement ointain à échee du paysage Une réfexion gobae est donc indispensabe pour faire de votre instaation un véritabe atout technique, architectura et environnementa. Attention! Les préconisations d intégration déveoppées cicontre concernent approche architecturae et ne doivent pas être confondues avec a définition du égisateur concernant a prime d intégration au bâti des instaations photovotaïques. Mixte photovotaïque et Système Soaire Combiné, Soariis, instaateur 12 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

13 Les grands principes Quee que soit a typoogie architecturae, es principes d impantation sont toujours identiques. Profiter du changement de couverture pour y intégrer es panneaux, en vérifiant es compatibiités techniques. Ne pas disperser es capteurs et éviter es dispositions compexes type U ou L. Respecter e rythme des peins et des vides, préférer un positionnement symétrique des capteurs vis-à-vis des ouvertures (portes, fenêtres ). S inspirer des ignes de forces du bâtiment pour positionner es capteurs, ignes de faîtage, de gouttières, rythme des percements (portes, fenêtres ) Choisir des taies de capteurs qui ne déséquiibrent pas e bâti. Aujourd hui es industries proposent des dimensions très variées aant de a tuie aux grands panneaux. Photovotaïque Photovotaïque, Terre Soaire, instaateur Intégrer finement es capteurs au nu de a couverture (sans créer de surépaisseur). Jouer sur harmonie des matières et des coueurs en restant e pus discret possibe et choisir des coffres de panneaux dans a même teinte que a couverture, des raccordements isoés coorés et des vitres antirefets. Profiter d un projet d agrandissement pour que es capteurs deviennent un composant architectura majeur dans e projet. Photovotaïque, Soariis instaateur Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 13

14 Trois possibiités d intégration Dans habitat pavionnaire Dans ce type d habitat, si instaation de capteurs peut s avérer un atout pour donner du caractère à une composition architecturae cassique, cea peut au contraire mettre en évidence un déséquiibre voumétrique. I faut penser que a vaeur d une maison prend en compte à a fois ses performances énergétiques mais égaement son aspect architectura. Photovotaïque, Soariis, instaateur La disposition en bandeau au droit du faîtage permet, ici, de réunifier es deux voumes. L horizontae s inscrit comme igne de force principae et met au second pan a disparité des dimensions des ouvertures. 14 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

15 vue gobae dégradée Exempe de saupoudrage Instaations soaires, Crédit photo : Eternit Photovotaïque, Gautier, instaateur Une intégration réussie consiste souvent à pacer es capteurs sur a toiture du voume du garage, dans e proongement des ignes verticaes de son ouverture. Les grandes dimensions de ces portes s apparentent à cees des capteurs et donc simpifient intégration. Photovotaïque, Terre soaire, instaateur La pose de panneaux sur un voume en décroché s avère égaement efficace. Profiter d une extension pour intégrer ces panneaux avec a création d un auvent pour a terrasse ou d une véranda avec un jeu de transparence. Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 15

16 Dans e bâti ancien, es panneaux s intègrent avec discrétion... Le capteur doit améiorer e bâti existant ou au moins ne pas e dénaturer. Pour cea i s agit de garder es caractéristiques du bâti ancien en positionnant es capteurs de façon à respecter es ignes de composition des façades. Photovotaïque, Gautier, instaateur Les proportions de cette doube fenêtre ancienne s accordent avec cees du panneau soaire thermique impanté dans exacte symétrie de ouverture. Chauffe-eau soaire individue, De Bois Hebert 16 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

17 Photovotaïque, Ener-tech, instaateur A ne pas faire Des mauvais exempes d intégration des ééments techniques (panneau en surimposition et visibiité des tuyaux) Les panneaux se déguisent en marquise.... se camoufent La pose de panneaux soaires sur un bâtiment ancien de type maison de maître, s avère souvent difficie sur e pan technique et esthétique. Le parti pris de cet exempe est a dissimuation. Dans du patrimoine ancien, isoé sur une parcee, a pose de capteurs s avère possibe mais difficie à traiter. Dans des secteurs denses (maisons de vie aignées sur a rue), es capteurs de taie réduite nuisent à a cohérence d ensembe. I faut préférer e positionnement côté jardin, quand orientation e permet. I faudra excure systématiquement es instaations de panneaux photovotaïques qui demandent une grande surface de déveoppement. De pus, a densité du bâti crée des ombres portées qui rendent es instaations moins efficaces. Chauffe-eau soaire individue, capteur tube, Cauchy instaateur Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 17

18 Système soaire combiné, Pasca Séjourné, Architecte La pose de panneaux sur annexe accoée au bâti principa est cohérente avec es dimensions et e rythme des ouvertures en façade. Photovotaïque, Soariis instaateur... favorisent a recomposition architecturae Système soaire combiné, Photo : Eure Soaire L intégration des panneaux soaires dans e proongement de ouverture accentue es ignes verticaes et aspect moderne de a composition. Les capteurs viennent renforcer e parti architectura. 18 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

19 ... se posent idéaement sur du bâti annexe ou au so Si a pose de capteur pose un probème esthétique ou technique, a réaisation ou a présence d un bâtiment annexe ayant sa propre fonctionnaité (oca technique, abri de jardin) peut permettre de résoudre ces difficutés. Cette soution peut égaement faciiter a pose et entretien du système. Les capteurs peuvent égaement être pacés au so dans e jardin, adossés à une structure pour es intégrer au paysage. Photovotaïque, Cauchy instaateur La pose sur annexe ou en jardin présente des avantages mais es contraintes majeures sont aujourd hui : - Pour e photovotaïque, un tarif d achat d EDF moindre. - Pour e soaire thermique, une distance de 15 mètres de habitation principae à ne pas dépasser. Photovotaïque Système soaire combiné, Photo : Eie Codah Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 19

20 Système soaire combiné, Maugy, maître d oeuvre Système soaire combiné, Servipose, instaateur - Emmanue.J.Soumaré, Architecte Dans une maison neuve, Les panneaux composent architecture... Photovotaïque, Maugy, maître d oeuvre Dans du bâti neuf, es principes du soaire passif et du soaire actif doivent être étudiés en même temps, afin d optimiser es deux démarches. Le soaire actif doit être traité comme un véritabe composant du bâti et peut être occasion de chercher de nouvees formes architecturaes, couvertures, aèges, brise-soei, verrières, etc. Notamment, e photovotaïque peut devenir un matériau très porteur d expression architecturae. Les nouvees technoogies permettent d enrichir e vocabuaire architectura existant. (transparence, membrane...) 20 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

21 dans un projet d habitat coectif instaation des panneaux reève d une démarche gobae Dans es opérations groupées ou es immeubes coectifs, i est indispensabe d avoir une approche architecturae d ensembe pour éviter es dérives d une démarche individuee. I faudra composer avec es symétries, es jeux de voume, es séquencements des peins et des vides. Le parti pris architectura e pus satisfaisant serait d engober a pose de capteur sur un oca coectif attenant : garage à véos, oca technique, etc. Système soaire combiné, Sioge d Evreux, Entreprise Normandie Etanch, instaateur Chauffe-eau soaire individue, Gies Thore, Architecte Les panneaux soaires thermiques accentuent aternance des décrochements de toiture. Chauffe-eau soaire individue, En-Act, Architecture, Les Airees Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 21

22 Évoution des capteurs Réduction de épaisseur des capteurs qui permet d inscrire es composants soaires quasiment au même nu extérieur que es tuies ou es ardoises. La coueur des cadres des panneaux permet égaement une intégration pus douce , 02 Soariis Normandie, instaateur Les capteurs en toiture doivent être encastrés dans a couverture afin d éviter de donner impression d un éément rapporté. Les finitions doivent être soignées: es ééments techniques de instaation doivent être dissimués e pus possibe. Cf intégration des autres composants, tuyau etc France Watts, Modues PV qui permettent une très bonne intégration au nu de a toiture et des fenêtres de toit. 04 Soesia, Société Eternit, Ardoises PV qui s intégrent parfaitement à a couverture. 05 Le vitrage soaire ROBIN SUN, c est, pour toutes es façades ensoeiées, e choix d une isoation transparente qui protège du soei et produit eau chaude sanitaire et chauffage. 06 Artech, Architectes, Cas des tubes sous vide : mis en façade non visibe pour ne pas dénaturer un patrimoine bâti de quaité Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

23 Concusion Aujourd hui, enjeu de notre société est d utiiser es énergies propres et durabes pour réduire, notamment dans a construction, es émissions de gaz à effet de serre et utter ainsi contre e réchauffement cimatique. Cet objectif est ouabe mais i ne faudrait pas que cette avancée sociétae favorise un désintérêt pour a préservation de notre patrimoine bâti. Chaque projet ayant recours aux énergies renouveabes ne doit pas être simpement techniquement durabe, i faut aussi que son exceence énergétique rime avec une insertion performante. I convient donc d éviter e saupoudrage systématique et préférer composer avec es instaations de grande envergure qui miitent, te un totem, pour porter e concept architectura. Université de Mont Saint Aignan, AZ Architecture, Architecte Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 23

24 LE BOIs Le bois en Haute Normandie Le bois est une formidabe source d énergie : contrairement aux énergies fossies, c est une matière première renouveabe et disponibe au niveau oca. On e considère comme ayant un bian goba neutre. C est à dire que sa combustion ne dégage pas pus de dioxyde de carbone que a quantité déjà accumuée dans sa vie enraciné. De pus, a coupe est nécessaire car ee permet entretien et a régénération de a forêt. Le gisement bois, en Haute et Basse Normandie, représente 4,5 miions de tonnes par an et 2/3 de ce potentie sont actueement consommés. En Haute Normandie, es espaces boisés représentent ha. Notre région se situe dans es premiers rangs concernant a gestion durabe des ressources en bois. Les boisements agricoes sont égaement très présents, avec km de haies et ha de vergers. Les déchets bois bruts, c est à dire ceux auxques aucun adjuvant n a été ajouté, peuvent égaement être vaorisés comme combustibes. Le taux de boisement en Haute Normandie a augmenté de 4,5% en 15 ans et s éève aujourd hui à 18 %. L énergie bois : e choix de apparei Le bois est une énergie propre sauf orsqu i est brûé dans des appareis à faibe rendement ou à air ibre. La performance des équippements est donc primordiae et doit être supérieure à 80 %. I existe pusieurs appareis de chauffage au bois: es poêes, es inserts, ou encore es foyers fermés sont des appareis indépendants qu on peut instaer en appoint d un autre système de chauffage, afin de diminuer a facture énergétique. Les chaudières à bois permettent une centraisation du chauffage. Appareis indépendants j Dénomination - Poêe - Insert - Foyer fermé - Cuisinière j Combustibes - Bois bûche - Granués Chaudières bois j Chaudière à chargement manue - Le combustibe utiisé est e bois bûche. - I est fortement recommandé de raccorder un baon (principe d hydro-accumuation). j Chaudière automatique - Les combustibes utiisés sont e granué de bois et es paquettes déchiquetées. - Ces chaudières obtiennent de meieures performances car ees gèrent approvisionnement en combustibe seon es besoins au moyen d une vis d aimentation. Attention au rendement Le rendement énergétique est e rapport entre a quantité d énergie restituée et a quantité d énergie consommée. Pus e rendement est éevé, pus instaation optimise e combustibe utiisé. Un haut rendement est donc une garantie de performance énergétique et de préservation de environnement. 24 Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime

25 L énergie bois : e choix du combustibe L énergie bois se décine sous trois formes: e bois bûche, e bois déchiqueté, et e bois granué. j Dénomination Paquettes j Taux d humidité Inférieur à 15 % j Equivaence* 1 tonne de paquettes 400 de Fiou 10 m 3 = kwh 1000 de fiou * kwh. 2 t de granués 2.5 t de paquettes 6 stères de bûches j Dénomination Bûches j Taux d humidité Inférieur à 20 % j Equivaence* 1 stère de bûches 160 de Fiou 6 m 3 = kwh j Dénomination Granués ou peets j Taux d humidité Inférieur à 10 % j Equivaence* 1 tonne de granués 500 de fiou 3 m 3 = kwh * Ces équivaences sont bien entendu fonction des essences, du taux d humidité et du rendement de équipement. Intégration architecturae des équipements iés aux énergies renouveabes - Septembre C.A.U.E. de Seine-Maritime 25

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires.

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires. Venir nous voir De près Notre gae de chaudières pour fiou et gaz De oin Technoogie à condensation Technoogie basse température Boiers Accessoires Interca Wärmetechnik GmbH A Seeenkamp 0 2791 Lage Aemagne

Plus en détail

L INTÉGRATION ARCHITECTURALE DES PANNEAUX SOLAIRES

L INTÉGRATION ARCHITECTURALE DES PANNEAUX SOLAIRES L INTÉGRATION ARCHITECTURALE DES PANNEAUX SOLAIRES Éditorial Lors de mon élection à la Présidence du Conseil général, j ai souhaité placer l environnement et le développement durable en tête de mes priorités,

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise

Plus en détail

Architecture et énergies renouvelables

Architecture et énergies renouvelables Architecture et énergies renouvelables - Conférence DERBI - 6 juin 2008 Un contexte régional marqué par une forte croissance du solaire Solaire photovoltaïque: une croissance de 165 % de le filière entre

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

maîtrisez l énergie avec la crea choisir une énergie renouvelable www.la-crea.fr en partenariat avec

maîtrisez l énergie avec la crea choisir une énergie renouvelable www.la-crea.fr en partenariat avec maîtrisez l énergie avec la crea en partenariat avec ESPACES INFO énergie choisir une énergie renouvelable qu est-ce qu une énergie rénouvelable? Depuis deux siècles, l utilisation très importante des

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Guide d utilisation 3173 3246

Guide d utilisation 3173 3246 MO1007-FB Guide d utiisation 3173 3246 Féicitations pour e choix de cette montre CASIO. Appications Les capteurs de cette montre mesurent a direction, a pression barométrique, a température et atitude.

Plus en détail

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE FÉVRIER 2012 DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE ANALYSE DES MODES CONSTRUCTIFS PRINCIPAUX POUR LES OPÉRATIONS EN COURS DE CERTIFICATION 2 SOMMAIRE Introduction I. Périmètre de l étude II. Le bâti 2.1.

Plus en détail

Isolation... d une maison ancienne

Isolation... d une maison ancienne Photo F.Chevallereau Isolation...... d une maison ancienne comment s y prendre? L État : RT 2012? mais on est en 2014? Mes amis : Y a qu à mettre de la laine de verre! Mon voisin : Le polystyrène c est

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Les clés d une rénovation de qualité

Les clés d une rénovation de qualité Rénover son habitation Amélioration énergétique AQC Pour une habitation économe en énergie : Les clés d une rénovation de qualité Cette plaquette vous guidera pendant les principales étapes concernant

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

PAYS CHÂTELLERAUDAIS

PAYS CHÂTELLERAUDAIS VOTRE MAISON BIOCLIMATIQUE EN PAYS CHÂTELLERAUDAIS + de confort - d énergie  ÂORIENTEZ votre maison  ÂOPTIMISEZ son agencement ÂÂCHOISISSEZ votre isolation  ÂUTILISEZ votre environnement Madame, Monsieur,

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

C 230-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SOL À CONDENSATION

C 230-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SOL À CONDENSATION C 2-... Eco CHAUDIÈRES GAZ AU SO À CODESATIO C 2-85 à 21 Eco : de 18 à 2 kw pour chauffage centra à eau chaude et production d ecs par préparateur indépendant Chauffage seu, eau chaude sanitaire par préparateur

Plus en détail

Un guide du bailleur : pourquoi?...3

Un guide du bailleur : pourquoi?...3 édition 2012 SOMMAIRE Un guide du baieur : pourquoi?...3 Avant a ocation Que type de ocation puis-je proposer ou accepter?...4 Quees conditions pour mon ogement mis en ocation?...5 Quees aides pour améioration

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693 Informations techniques Transmetteurs et communication VEGAMET 8 VEGAMET 9 VEGAMET 64 VEGAMET 65 VEGASCAN 69 Sommaire Sommaire Description du produit.....................................................................................

Plus en détail

d autorisation d urbanisme

d autorisation d urbanisme Guide des demandes d autorisation d urbanisme Vannes agglo - Pôle Aménagement & Territoires www.vannesagglo.fr Madame, Monsieur, Vous projetez de construire, d agrandir votre logement, de construire un

Plus en détail

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi fautil faire attention? Eléments de diagnostic Le contexte économique et écologique actuel rend l isolation des bâtiments en rénovation incontournable.

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

Residential Full Line Brochure FRENCH

Residential Full Line Brochure FRENCH Residentia Fu Line Brochure FRENCH (RESGN100F) Updated: 1/14 gaf.com RÉSIDENTIELLE GUIDE DE LA TOITURE Le guide unique des produits de toiture es pus vendus en Amérique du Nord Voici es bardeaux à vie

Plus en détail

Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme?

Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme? Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme? Objectifs : prise en compte de l insatisfaction et de l attente des usagers réduire le nombre d autorisations simplifier les

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce?

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce? Devantures commerciales et enseignes Comment mettre en valeur votre commerce? t Votre enseigne est la signature de votre commerce L enseigne est une inscription, une forme, une image ou un signe apposé

Plus en détail

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER

FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER FOYER- INSERT - POÊLE - CHAUDIÈRE - CUISINIÈRE GUIDE POUJOULAT RACCORDER CRÉER TUBER ÉVACUER LES FUMÉES EN TOUTE SÉCURITÉ CHOISIR CHEMINÉES POUR PLUS DE PERFORMANCE > Les conduits Poujoulat sont ronds,

Plus en détail

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable C TSP 6500/7000 SÉRIE Chariots tridirectionnes à nacee éevabe C Série TSP 6500 / 7000 Chariots tridirectionnes à nacee éevabe Aée disponibe min. Jeux fonctionnes Fourches non téescopiques 4.33a 4.33 Longueur

Plus en détail

LE PLANCHER CHAUFFANT BASSE TEMPERATURE

LE PLANCHER CHAUFFANT BASSE TEMPERATURE L'énergie est notre avenir, économisons-la! LE PLANCHER CHAUFFANT BASSE TEMPERATURE L avis des Experts Economies d énergie : + Répartition homogène de la température et confort optimal. + Gain d espace

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

NCH Software Pixillion - Convertisseur de fichiers image

NCH Software Pixillion - Convertisseur de fichiers image NCH Software Pixiion - Convertisseur de fichiers image Ce manue a été créé pour être utiisé avec Pixiion - Convertisseur de fichiers image Version 2.xx NCH Software Support technique Si vous rencontrez

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

La conception et les spécifications peuvent être modifiées sans préavis.

La conception et les spécifications peuvent être modifiées sans préavis. La conception et es spécifications peuvent être modifiées sans préavis. LTD KXTDA30_FR_200_v.indd 2 3/2/0 3:3:0 PM Système PBX IP hybride KX-TDA30 LTD KXTDA30_FR_200_v.indd 3 3/2/0 3:3:02 PM TABLE DES

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles Fête & Buvette Un équiibre à trouver A attention des maires, présidents d associations, responsabes de débit de boissons temporaires, bénévoes Edition : Février 2011 Nous sommes ensembe responsabes! La

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu Gamme Everio 2012 www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu www.jvc-asia.com www.jvc-me.com Restez en contact Everio vous permet désormais de rester en contact avec votre entourage, qu i se trouve à côté de

Plus en détail

Système PBX IP hybride

Système PBX IP hybride Système PBX IP hybride KX-TDA30 La conception et es spécifications peuvent être modifiées sans préavis. FrenchPan_NEW MASTER_FA.indd -3 /6/09 9:0:0 AM Pour a mise en pace d un environnement de communications

Plus en détail

le chauffage et l eau chaude solaires

le chauffage et l eau chaude solaires Le soleil au service de votre confort, le chauffage et l eau chaude solaires L H A B I T A T Le soleil au service de votre confort, le chauffage et l eau chaude solaires SOMMAIRE L énergie solaire, pour

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

l EXCLUSION, INCLUSION m

l EXCLUSION, INCLUSION m EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail