l EXCLUSION, INCLUSION m

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l EXCLUSION, INCLUSION m"

Transcription

1 EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE

2 «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre société.» (1) Réaisation : Service Éducation permanente Question Santé asb Texte : Isabee Dossogne/Question Santé Graphisme : Carine Simon/Question Santé Remerciements à Xavier Anciaux/ asb Pain Pied et à Vincent Snoeck/ asb Gamah Avec e soutien de a DG Cuture - Éducation permanente du Ministère de a Communauté française Éditeur responsabe : Patrick Trefois - 72, rue du Viaduc 1050 Bruxees D/2008/3543/8 2 m

3 La mobiité, une vaeur montante Mobiité : de prime abord, ce mot évoque sans doute des verbes de mouvements comme bouger, se dépacer Pour s approvisionner, pour étudier, pour travaier, pour des services, pour des oisirs, pour des rencontres La mobiité est quotidienne. Être mobie, c est aussi ne pas être invisibe dans a société, c est exister dans espace pubic. Une mobiité sociétae en queque sorte. A contrario, être immobie confine dans un petit espace et isoe des autres. Un «isoement spatia et socia». (2) Oui, dans a société occidentae contemporaine, a mobiité représente une vaeur montante. On entend parer de a mobiité comme d un enjeu pour e déveoppement durabe, pour environnement, pour es entreprises, pour empoyabiité, pour aménagement du territoire Une vaeur et un enjeu transversa : à a fois socia, économique et poitique. Face à immobiité considérée presque comme une déficience, a mobiité est devenue prédominante. 3 m

4 Coroaire, accessibiité de espace et des ieux pubics est aussi devenue un enjeu important. Pus a mobiité devient une exigence, pus accessibiité devient une question cruciae. «Cependant, accès différencié à a mobiité contribue à créer de nouveaux écarts entre individus et groupes sociaux Aors que es groupes es pus précarisés ont un accès imité à a mobiité, es groupes dominants possèdent une grande capacité de déocaisation À opposé, ceux dont aptitude à a mobiité est a pus faibe courent e risque de isoement et de a marginaisation.» (3) Pour es personnes à mobiité réduite, obstace crée e handicap C est dans ce contexte que s inscrivent es revendications à accessibiité de personnes à mobiité réduite (PMR). «Qui sont es PMR (personnes à mobiité réduite)? Les PMR sont des personnes gênées dans eurs mouvements en raison de eur taie, de eur état, de eur âge, d une maadie aux effets handicapants, d un accident, d un handicap permanent ou temporaire. De simpes citoyens en somme.» (4) Des personnes à mobiité réduite demandent accessibiité des espaces et ieux pubics, de services, de oisirs... Ees pensent eurs revendications dans une ogique de droit à a mobiité. I s agit de justice. 4 m

5 Ees affirment que c est environnement construit par es hommes qui es handicape ou non par rapport à accessibiité des ieux et a participation à a société. «C est obstace qui crée e handicap! Devant une rampe, i n y a pas d handicapé. Devant un escaier, i y a un handicapé et un vaide. Ce n est pas état de a personne qui est en cause. Tout a été fait pour a majorité. Est-ce un refet de a démocratie qui fonctionne avec a majorité?» «En effet, ee est révoue époque où on pouvait imaginer que es personnes handicapées constituaient une seue grande probématique. Le handicap n est pas un probème en soi, c est environnement qui e crée. I est dépassé e temps où es handicapés, comme on disait, dépendaient uniquement du Ministre des Handicapés, avec un grand H pour bien montrer qu on avait du respect. Non, e respect, c est d éiminer es situations handicapantes et es discriminations à chaque niveau de compétences.» (5) Accessibiité,(in)dépendance et quaité de vie L accessibiité des ieux pubics, des transports en commun permet de sortir de chez soi, de ne pas se retrouver isoé. On sait que subir un isoement est préjudiciabe à a quaité de vie. Être contraint à immobiité, à isoement peut égitimement provoquer du repi sur soi, de a dépression, de a coère, de agressivité 5 m

6 «Nous constatons, par aieurs, que absence d accès à une mobiité, entraîne un renforcement du sentiment d excusion.» (6) L accessibiité des ieux aux personnes à mobiité réduite eur permet aussi de ne pas avoir recours à aide d un tiers, ee eur donne indépendance dans es dépacements. Effectivement, pour es personnes à mobiité réduite, accessibiité des ieux débouche sur a iberté de choisir entre partir ou rester, entre aer seu ou en compagnie, où aer, avec qui aer... Sans quoi, «Les chances de jouir de a vie seront moindres, es chances (NDLR risques...) de souffrir pus grandes, qui entraîneront des sentiments de pus grande dépendance et d insécurité, majorant anxiété, a cupabiité, auto-dépréciation.» (7) Au-deà des situations individuees, e regard porté dans a société occidentae contemporaine sur indépendance ainsi que sur a mobiité peut aussi infuer sur e bien ou ma être. Indépendance et mobiité y sont des normes vaorisées et... vaorisantes pour ceux qui es exercent. Ne pas pouvoir es atteindre marque d autant pus ceux que environnement désavantage ou excut. «L individuaisme de notre société fait percevoir e fait d être dépendant des autres comme une régression vers un état de faibesse et d anxiété que individu a intériorisé de façon négative.» (8) 6 m

7 Autonomie et indépendance L autonomie et indépendance constituent des questions centraes quand on pare d accessibiité aux personnes à mobiité réduite. Ees touchent à a iberté individuee de se mouvoir, à a possibiité de se dépacer, d occuper espace pubic. À travers expérience des personnes à mobiité réduite, es notions de dépendance, d indépendance et d autonomie émergent de façon singuière. «Autonomie : ce mot est pus véhicué dans e miieu du handicap que ceui d indépendance. Suis-je indépendant? Oui. Indépendant, c est quand je ne dépends de personne pour décider de ma vie. Mais pour certains gestes, j ai besoin d aide. Suis-je autonome? Oui et non, pas toujours. I y a des choses que je ne peux pas faire seu. Mais j ai a capacité de décision. L autonomie, c est pouvoir faire seu. I y a des gens qui n ont pas cette envie de faire seu, qui ne e souhaitent pas. C est un choix personne, une question de personnaité, de choix. Ce qui compte, c est d avoir e choix de faire seu ou pas.» «C est une question de dignité, La différence est déjà difficie à vivre... Ça touche à espérance, au projet, à espoir. Certains disent : Moi, je peux tout faire seu, on en a marre d être des assistés. 7 m

8 On veut faire des iens avec es autres par choix. Pouvoir e faire seu et choisir de faire. L échange doit être biatéra et pas uniatéra. Comme chaisard, je ne pourrais jamais te faire paisir à toi qui m a aidé. Comment te rendre a monnaie? L autonomie, c est ne pas être redevabe, sortir du rapport dominant/ dominé. C est ourd de toujours demander, de toujours être aidé. C est comme cea qu on s isoe. Le déveoppement de accessibiité est une iberté.» «... es PMR sont des personnes comme es autres, dans e sens où ees partagent avec tous eurs concitoyens cette aspiration à automobiité, entendue comme vaorisation générae d une iberté et d une autonomie de dépacements pour chacun d entre nous.» (9) Quand une minorité apporte des atouts à une majorité Depuis de nombreuses années, des associations interpeent, revendiquent, agissent pour accessibiité aux personnes à mobiité réduite, pour a reconnaissance de ce probème. Non seuement en évoquant des probèmes techniques, mais surtout en posant une question sociae et poitique. «Des personnes handicapées miitantes ont porté étendard très haut. Ees ont fait monter a pression très fort : on en a marre de ne pas pouvoir participer à a vie sociae.» Des changements concrets sont advenus : is améiorent accessibiité aux personnes à mobiité réduite. C est e début d un processus à ampifier et à généraiser. 8 m

9 Des personnes à mobiité réduite expriment des besoins propres. Toutefois, ees montrent aussi qu à partir de eurs exigences, c est espace pour beaucoup de personnes, bien au-deà du seu groupe des personnes à mobiité réduite, qui est améioré. Ainsi une rampe instaée à a demande des personnes à mobiité réduite est utiisée aussi par des personnes âgées, par des femmes enceintes, par des parents avec un andau ou une poussette d enfants, par des voyageurs chargés de vaises, par des sportifs en roer L aménagement d espaces ou de bâtiments pubics demande en fait une prise en compte des minorités dès e début. Imaginer des ieux pubics où tous puissent parvenir, entrer et se mouvoir sans difficutés. Imaginer accessibiité pour a majorité à partir des besoins des minorités, pour réduire e risque d excure des minorités? «On ne peut pas faire des aménagements pour des personnes handicapées qui ne conviennent qu aux personnes handicapées. De quoi va-t-on partir pour contenter tout e monde? De ce dont a besoin une personne en chaise pour circuer dans e bâtiment? Car si ee n y pas accès, aors ee n y va pas. Ces aménagements conviennent à beaucoup de monde. Qui peut e pus, peut e moins. I n y a pas de contre-indications. Tout e monde y gagne.» «L accessibiité des PMR fait partie du déveoppement durabe : ee se situe dans e temps. Avec e vieiissement de a popuation, de pus en pus de personnes profiteront des aménagements.» 9 m

10 La question de accessibiité, émanant des personnes à mobiité réduite, quitte cette seue niche et s impose comme une question concernant tous es pubics, comme une demande de déveoppement d espaces utiisabes et praticabes par tous. Des changements à venir Des changements concrets et profitabes à tous sont dès ors en perspective. «Nous disons que a question de a nécessité de accessibiité ne se pose pus. On ne peut pus imaginer de sectoriser a popuation, que quequ un dise : Ce sont des handics, is n ont qu à rester chez eux. Maintenant cet inconscient coectif nous porte. Au départ, on a cassé a baraque.maintenant, un poitique n ose pas dire qu i ne faut pas faire d aménagements à cause du prix. Surtout, si associatif dénonce derrière ui a discrimination par rapport au handicap.» On remarque aussi que quand accessibiité aux personnes à mobiité réduite commence à être organisée dans un espace ou dans des transports, ceux-ci sont de pus en pus fréquentés par ces personnes. Seon e principe de offre qui crée a demande. Une sorte de cerce vertueux. «Les besoins existent, mais is ne sont pas suffisamment manifestés. I faut susciter utiisation. En aménageant, on crée envie et on diminue es barrières psychoogiques et physiques. I faut un peu de temps pour passer ces barrières. À Liège, une gaerie commerciae est reativement accueiante pour es personnes en chaises rouantes. Et effectivement, on y croise maintenant pein de chaisards. Quequefois des gens disent : À quoi ça sert d aménager, on ne voit jamais d handicapés?. Mais quand on crée des aménagements, es personnes handicapées viennent.» 10 m

11 Tout un pan technique entre en jeu quand i s agit de prévoir accessibiité aux personnes à mobiité réduite. L idée est d en faire une contrainte parmi es autres, comme cee de a protection de environnement, de économie d énergies Dès e départ, dès a conception des espaces et des bâtiments «On a intérêt à travaier au niveau de esquisse quand architecte éabore es pans. Ça doit être une préoccupation dès e début. L état de vaide est un état temporaire. L architecte doit imaginer e jour où i sera moins vaide.» Beaucoup d acteurs sont concernés par cette mise en oeuvre : es pouvoirs pubics, es architectes, es constructeurs, des acteurs économiques, es usagers... «Ce qui reste dur, c est de façon individuee. Par exempe ordre des architectes est convaincu. Mais individueement, certains architectes ne e sont pas. On est face à des réactions individuees. Ce sont es prochaines étapes : sur e terrain, c est un travai de fourmi. Un travai avec es transports, avec es travaux de voirie...» 11 m

12 Construira-t-on encore des escaiers? Un débat entre approches universaiste et différentiaiste... Au départ, i y eut i y a encore a construction d espaces pubics inaccessibes aux personnes à mobiité réduite. Des associations ont dénoncé ces discriminations. Dès ors peu à peu, des aménagements de ieux se réaisent, qui permettent accessibiité aux personnes à mobiité réduite. Aménagements qui s avèrent par aieurs être profitabes à pus de gens On peut se poser a question de évoution des espaces pubics dans e futur. L évoution se fera-t-ee vers a conception d espaces pubics où tout sera accessibe à tous? Construira-t-on des ieux accessibes à tous sans aménagements spécifiques pour es personnes à mobiité réduite? I n y aura aors, par exempe, pus d escaiers... Ou bâtira-t-on des espaces avec une offre d accès différents qui donne à chacun a possibiité et donc e choix d aer ou de ne pas aer? Sans focaisation sur es manières d accéder, objectif sera ainsi d atteindre une égaité des conditions d accessibiité. Chaque personne aura son indépendance dans e dépacement sans que a manière de se dépacer soit signifiante ou discriminante par rapport à une norme. I y aura, par exempe, des ascenseurs, des escaiers, des rampes... Ce thème de accessibiité est une porte intéressante pour débattre de a prise en compte des différences dans un «vivre ensembe». 12 m

13 Penser à un environnement unique qui conviendrait à tout e monde, est ce une utopie? Certains avis soutiennent cette perspective : «... une approche universaiste du handicap interroge es capacités de a société à intégrer toutes es personnes qui a composent quees que soient eurs caractéristiques. Cette tendance rejette tout particuarisme et se traduit dans e sogan Nous sommes tous identiques. À inverse, autre tendance appeée différentiaiste évoque e droit à a différence, voir à une identité de groupe minoritaire. Suivant approche choisie, consciemment ou non, es poitiques mises en oeuvre divergent, e traitement de accessibiité est une iustration remarquabe de nos hésitations entre divers traitements de atérité. Actueement, approche universaiste a a primauté du fait de action conjuguée entre es effets d une mobiisation en faveur du droit à une peine participation de tous es citoyens et de accroissement des pathoogies invaidantes suite à aongement de a durée de vie qui fait des situations de handicap une expérience universee.» (13) «Avant on construisait des bâtiments avec des marches, pus tard on construira des bâtiments sans marche. On ne va pus adapter environnement pour e rendre accessibe, on va rendre environnement accessibe. On va repousser es imites de pus en pus oin et éiminer es différences. C est une évoution possibe grâce au progrès.» 13 m

14 Des nuances s expriment : «L associatif défend cette offre intégrée de environnement accessibe mais jamais au détriment des aménagements sectories qui eux s adressent à des personnes qui, sinon, ne pourront jamais sortir. Pus on va déveopper cette offre intégrée, pus offre sectoriee, ee, va se spéciaiser, se préciser. I n y a pas une soution. I ne faut jamais vouoir tout résoudre, i faut vouoir améiorer. Par rapport à environnement, i y a des choses qui ne seront jamais soubes. Aors, je revendique un traitement différencié. Pas de a pitié, pas de a commisération. L accès du Louvre est un bon exempe. I y a des fies d attente différenciées pour es personnes qui ne peuvent pas tenir debout. Si ees ne bénéficient pas de ce traitement différencié, ees ne peuvent pas aer au Louvre... Les traitements différenciés ouvrent e champ des possibiités par rapport à des imites physiques, sensoriees ou inteectuees. Ce n est pas une question de revendications identitaires mais une question d égaité des chances. En tant que personne handicapée, je revendique de pouvoir faire comme tout e monde mais je revendique que on ne me considère pas comme tout e monde. Effectivement je veux faire e maximum tout seu mais je ne suis pas voyant, et je ne veux pas être considéré comme un voyant. Ça fait partie des imites de chacun. Je considère que a cécité apporte des imitations. Je souhaite qu on puisse en tenir compte. Tout e monde a des imitations... On a construit une société qui ne convient à personne.» 14 m

15 Ce qu imposent es égisations actueement On trouve dans e Code waon de aménagement du territoire, de urbanisme et du patrimoine (CWATUP) «e règement généra sur es bâtisses reatif à accessibiité et à usage des espaces et bâtiments ou parties de bâtiments ouverts au pubic ou à usage coectif pour es personnes à mobiité réduite.» En Région bruxeoise, c est dans e Règement régiona d Urbanisme (RRU), qu est mentionnée a égisation sur «accessibiité des bâtiments aux personnes à mobiité réduite.» (10) Dans une étude récente, e Centre pour égaité des chances reève que «Bien qu abondante, a égisation bege en matière d accessibiité des bâtiments ouverts au pubic - reste trop timide et trop peu contraignante ; ee n est pas toujours connue, pas toujours utiisée, pas toujours appiquée, pas toujours respectée, peu ou pas contrôée et sanctionnée ; - ee ne vise pas es bâtiments existants ; - ee reève de chaque compétence régionae et peut manquer de cohérence et de coordination.» (11) «Au travers des paintes qu i reçoit, e Centre est amené à constater a difficuté, voire impossibiité, pour es personnes avec une mobiité réduite d accéder et d utiiser certains bâtiments. Ainsi, parmi es bâtiments es pus souvent cités, on peut retenir es administrations notamment communaes, es infrastructures de sport et de oisirs, es écoes, es cinémas, es théâtres, es cafés, es restaurants, es hôtes, es banques et postes, es caisses et comptoirs des grands magasins, es services de santé, es ascenseurs, es infrastructures de transport (et notamment accès à ceux-ci ).» (12) 15 m

16 Concusions Les personnes à mobiité réduite forment une minorité dans ensembe de a popuation. Leurs revendications à accessibiité contiennent pourtant en puissance une promesse d espaces et de ieux pubics accessibes, pus conviviaux pour tous, d un meieur confort d usage pour e pus grand nombre. Considérant espace pubic comme un bien commun, cette question de accessibiité portée par des personnes à mobiité réduite est une question de justice, de portée générae. D autres personnes éprouvent aussi des difficutés de mobiité dues au manque de ressources financières, à iettrisme, à a vieiesse ou à a non connaissance de a angue pratiquée... Ees risquent aussi insécurisation, isoement ou a marginaisation. À partir de a réaité de accessibiité aux personnes à mobiité réduite, une question gobae qui reste en suspens est a façon dont espace pubic intégrera es différences et es minorités? Évouera t-on vers une optique universaiste, vers une optique différentiaiste ou vers un choix de droits à a différence? La revendication de accessibiité comprend dès ors aussi des questions comme cees de a ocaisation des ieux et des évènements pubics, de a disponibiité des transports en commun, des coûts, de accès à information... Finaement, a perspective contenue dans es revendications de personnes à mobiité réduite à accessibiité est cee d espaces et de transports communs, ouverts et agréabes à tous. Qui ouvre aussi e champ à d autres projets de société décoisonnée comme ceux de intergénérationne, de égaité sociae et de intercuture À imaginer et inventer 16 m

17 «L accessibiité intégrae de environnement bâti impique que chacun puisse voir, entendre et comprendre ce qui s y passe, que chacun puisse être/s y sentir confortabe et en sécurité.» (14) 1 L invention de accessibiité en France entre 1975 et Des poitiques spécifiques aux poitiques d accessibiité : intérêt d une approche socioogique. Murie Larrouy 2 L inégaité face à a mobiité : du constat à injonction, Marie-Héène Bacqué et Syvie Fo, Revue suisse de Socioogie, Vo 33(1), pp idem 2 4 Aires Libres 02-Nov Vincent Snoeck Octobre Marie-Thérèse Coenen, ors de a formation poitique des cadres UCP, e 29 janvier 2004». 7 Handicap : es imites du concept sont-ees encore négociabes? Moncef Marzouki, site web du Consei Nationa pour es Libertés en Tunisie, 8 Autonomie et handicap moteur. Arette Loher-Goupi, éd Chronique sociae, Pierre Lannoy, Des transports actues aux transports pour tous, cooque organisé par Gamah asb, Liège, saon Autonomies, 22 février Accessibiité des bâtiments ouverts au pubic pour es personnes à mobiité réduite, Centre pour égaité des chances et a utte contre e racisme. 12 idem idem 1 14 idem m

18 Pour en savoir pus Site de asb Groupe d Action pour une Meieure Accessibiité aux personnes Handicapées (GAMAH) : Site de asb Pain Pied, bureau d études spéciaisé en aménagements pour es personnes à mobiité réduite : Site du Coectif Accessibiité Waonie-Bruxees (CAWAB) : Étude pubiée par e Centre pour égaité des chances et a utte contre e racisme «Accessibiité des bâtiments ouverts au pubic pour es personnes à mobiité réduite» : detai&id=14&thema=3 Répertoire des transports pour personnes maades et handicapées en régions waonne et bruxeoise, 2005, Atéo (anciennement ACIH) 18 m

19

20 Cette brochure approche e thème de accessibiité de espace et des ieux pubics pour es personnes à mobiité réduite. À ce propos, deux constats se font : ceui de a mobiité qui devient de façon générae une vaeur dominante dans a société occidentae contemporaine et ceui du bénéfice pour un pus grand nombre d individus quand accessibiité aux personnes à mobiité réduite est aménagée. Des défis se dessinent pour avenir : e changement des pratiques succèdera-t-i au changement des mentaités? Ques types d environnement seront bâtis dans e futur? Ces questions concernent beaucoup d acteurs et de pus en pus à une époque où es humains vivent de pus en pus nombreux, de pus en pus vieux... Cette brochure s adresse au tout pubic. Ee est tééchargeabe sur e site 20 m Édition 2008

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

DOSSIER DE PRESEntatIOn

DOSSIER DE PRESEntatIOn DOSSIER DE PRESEntatIOn www.ufdi.fr 1 - Historique de association SOmmaIRE 2 - Présentation de association 3 - nos activités 4 - Les missions de UFDI 5 - Les membres du bureau 6 - Présentation des déégués

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

Sièges de travail et sièges visiteurs quarterback

Sièges de travail et sièges visiteurs quarterback Sièges de travai et sièges visiteurs quarterback Dimensions généreuses, Éégance et générosité, tes sont es maîtres-mots pour quaifier e siège de travai quarterback. Son dossier particuièrement haut garantit

Plus en détail

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Mesures pour utter contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Introduction L intimidation est un probème compexe et dououreux, pour eque i n existe pas de soution facie.

Plus en détail

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS Ateier sur a pérennisation du capita nature Etat des ieux sur e renforcement des capacités de gestion de environnement nationa au Burkina Faso MECV SP-CONEDD PLAN CONTEXTE OBJECTIFS DEFINITIONS (RAPPELS)

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

L E C L U B P O U R Q U O I?

L E C L U B P O U R Q U O I? L E C L U B P O U R Q U O I? Constat et positionnement Magré des atouts et des forces indéniabes, image de a Côte d Azur s essouffe, i faut reancer e "produit" par une poitique de marque basée sur a quaité.

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Les Français et leur retraite

Les Français et leur retraite Département Consommation Marketing 142, rue du Chevaleret 75013 Paris 01 40 77 85 60 Les Français et leur retraite Rapport d étude réalisé pour Décembre 2002 Franck LEHUEDE Sous la Direction de Jean-Pierre

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Tous vos déplacements à la carte.

Tous vos déplacements à la carte. Tous vos dépacements à a carte. Qu est-ce que e Pan de Dépacements Urbains? Le Pan de Dépacements Urbains (PDU) définit pour 10 ans es principes d organisation des dépacements, de a circuation et du stationnement

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Dans le cadre de l Accord de libre-échange

Dans le cadre de l Accord de libre-échange Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Ernest B. Akyeampong Dans e cadre de Accord de ibre-échange nord-américain (ALÉNA), e Canada, es États-Unis et e Mexique ont adopté un nouveau système

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH (prises de notes) La Plate-Forme Prévention Sida, le Centre de Référence Sida du CHU de Charleroi et le GRÉCOS, Groupe de réflexion et de communication sur la

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

«Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives

«Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives Interview JEAN-CLAUDE CUNIN «Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives de l association française contre les myopathies, organisatrice depuis 1987 du Téléthon. Sa longue expérience du

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005

La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005 La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005 La parité est une terminologie utilisée dans l entreprise

Plus en détail

Cibler son recrutement pour coller à la réalité des emplois

Cibler son recrutement pour coller à la réalité des emplois Comment recruter autrement? Cibler son recrutement pour coller à la réalité des emplois Quels postes peuvent convenir aux retraités? Il y a probablement autant de réponses à cette question qu il y a de

Plus en détail

Cliquez sur l image pour l agrandir

Cliquez sur l image pour l agrandir Dans le détail, le principal contributeur à l évaluation globale est la qualité de réponse aux besoins. Si les Français sont particulièrement satisfaits par l accueil en mairie (57% en ont une évaluation

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

Comment est-ce que je vais vivre avec ma maman et mon papa après le divorce?

Comment est-ce que je vais vivre avec ma maman et mon papa après le divorce? Pour les enfants dès 9 ans Tes parents divorcent. Quelques informations pour t aider. Impressum Edition Résultat du projet «Enfants et divorce» réalisé dans le cadre du PNR 52 sous la direction de Andrea

Plus en détail

Une relation de soins qui implique le patient?

Une relation de soins qui implique le patient? 1/5 Souvent perçus comme incapables d être acteurs de leur santé, du fait de leur déficit cognitif, les patients vivant avec une pathologie neurodégénérative semblent fréquemment exclus de la relation

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL. 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS)

QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL. 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS) QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS) 2. Pourquoi avoir mis un tel centre de répartition en place? Le CRDS de l Ouest a été mis

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

Sommaire. N 12 - Mai 2016

Sommaire. N 12 - Mai 2016 Coueurs Caf La poitique famiiae au N 12 - Mai 2016 de a Haute-Loire Édito Ce nouveau numéro de Coueurs Caf est occasion de mettre en perspective a mise en pace de a Prime d Activité, marquée par un niveau

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements Un guide pour les aînés 43 SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Les violences

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Bienvenue dans la grande aventure COALA!

Bienvenue dans la grande aventure COALA! Bienvenue dans la grande aventure COALA! L animation d enfants t intéresse? Tu souhaites développer tes compétences, acquérir des outils... avec un brevet homologué à la clé? Ne lâche pas le morceau, c

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

BIPESS 2.0 format pdf - 2014

BIPESS 2.0 format pdf - 2014 1. Fiche d identité du référent BIPESS et du groupe évaluateur Le statut du référent BIPESS (1 personne) de votre structure : Veuillez choisir toutes les réponses qui conviennent : Salarié Dirigeant Administrateur

Plus en détail

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent QUESTION Guide pratique : Les coûts d emprunt Commanditaire fondateur ABC Alpha pour la vie Canada Guide pratique Question : Les coûts d emprunt Faire l épicerie coûte de l argent. Les vêtements coûtent

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans

Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans Qu est-ce qu une audition d enfant? Impressum Edition Résultat du projet «Enfants et divorce» réalisé dans le cadre du PNR 52 sous la direction de Andrea

Plus en détail

Quel est l âge des participants?

Quel est l âge des participants? Quel est l âge des participants? Force est de constater que l étude à susciter les réponses de 630 participants. Il témoigne en effet de la participation massive à ce sondage et ainsi du grand intérêt

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

13 1 3cas cas de de GRH

13 1 3cas cas de de GRH 13 cas de GRH management sup management - ressources humaines 13 cas de GRH Études de cas d entreprises avec corrigés détaiés Eine Nicoas Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058736-0 Sommaire Tabeau synoptique

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

Langues d Europe. Méditerranée

Langues d Europe. Méditerranée Colloque international Langues d Europe et de la Méditerranée http://www.portal-lem.com Nice 31 mars 2 avril 2005 La protection juridique de la diversité linguistique en Europe Jean-Marie WOEHRLING *

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances 1 2 Constats en bénévolat Le milieu appelle des solutions Les organisations de la Montérégie placent le recrutement de la relève en priorité des défis à relever Le recrutement et le soutien des bénévoles

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Les assurés pourront ainsi déposer leur demande à partir de la publication du décret.

Les assurés pourront ainsi déposer leur demande à partir de la publication du décret. MESURE PRÉVOYANT L'ÉLARGISSEMENT DES POSSIBILITÉS DE DÉPART À LA RETRAITE À 60 ANS Questions-Réponses Décret n 2012-847 du 2 juillet 2012 1 A qui la mesure bénéficiera-t-elle? Cette mesure concerne l ensemble

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur!

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Février 2015 Edito Fraicheur et Terroir : une nouvelle étape! Le dernier édito vous faisait part de l évolution de notre magasin et du manque de place engendré par

Plus en détail

Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements.

Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements. Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements. Une enquête comparative Lyon-Montréal Nathalie Ortar, Claudio Ribeiro, Stéphanie Vincent-Geslin Julie-Anne Boudreau, Pascal Pochet, Louafi Bouzouina,

Plus en détail

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière DEVENEZ UN HÉROS POUR L association Prévention Routière 1 Notre mission Créée en 1949, l'association Prévention Routière est reconnue d'utilité publique en 1955. Elle conduit ses actions dans de multiples

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail