Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France"

Transcription

1 Document de travai Working paper Les écarts des coûts hospitaiers sont-is justifiabes? Réfexions sur une convergence tarifaire entre es secteurs pubic et privé en France Zeynep Or (Irdes) Thomas Renaud (Irdes) Laure Com-Ruee (Irdes) DT n 25 Mai 2009 Institut de recherche et documentation en économie de a santé IRDES - Association Loi de rue Vauvenargues Paris - Té. : Fax :

2 Institut d e r e c h e r c h e et d o c u m e n t a t io n en é c o n o m ie d e a s a n t é 10, rue Vauvenargues Paris Té. : Fax : Emai : Directrice de pubication : Chanta Cases Conseier scientifique : Thierry Debrand Secrétariat de rédaction : Anne Evans Maquettiste : Khadidja Ben Larbi Diffusion : Suzanne Chriqui, Sandrine Bequignon Les jugements et opinions qui pourraient être exprimés dans ce document de travai n engagent que eurs auteurs et non Irdes.

3 - 1 - Les écarts des coûts hospitaiers sont-is justifiabes? Réfexions sur une convergence tarifaire entre es secteurs pubic et privé en France Zeynep Or, Thomas Renaud, Laure Com-Ruee Résumé Dans e cadre de a tarification à activité, introduite en 2005 en France, un objectif de convergence tarifaire pour es étabissements pubics et privés est affiché. Ce travai questionne es justifications économiques de cette convergence, d'une part, en examinant a ittérature sur es variations de coûts hospitaiers et, d'autre part, à partir d'une anayse empirique des données d'activité hospitaière françaises. La ittérature sur économie de hôpita identifie de nombreux facteurs qui peuvent générer des différences de coûts entre étabissements à niveau d'efficience éga. La taie de étabissement et sa gamme d activité, a quaité des soins, a différence dans es caractéristiques des patients pris en charge et dans es facteurs de production sont reconnus comme des facteurs contribuant à expiquer es variations de coûts entre étabissements. Notre anayse de a ittérature montre que es tarifs doivent être ajustés au mieux pour prendre en compte ces facteurs, qui ne sont pas toujours contrôabes par es étabissements pubics mais qui impactent tout de même directement es coûts. Par aieurs, examen de activité hospitaière française indique une forte partition des soins entre es secteurs pubic et privé, correspondant à des étabissements de profis différents. Ignorer ces différences de profis dans une poitique de tarification peut mettre en danger a capacité du système hospitaier à fournir es soins nécessaires ainsi qu à en assurer 'équité d'accès. Mots-cés : tarification à activité, convergence tarifaire, coût hospitaier, France. Code JEL : H3, H4, L8.

4 Introduction La Tarification à activité (T2A) a été introduite en France en 2005 pour financer activité de court séjour des hôpitaux pubics et privés 1. Le principe de a T2A est de fonder e financement des étabissements sur eur activité, cee-ci étant décrite par Groupe homogène de séjours (GHS). La rège de base est de ier un tarif à un GHS, mais a manière dont ceui-ci est étabi varie d un système à autre. En France, es tarifs refètent es coûts moyens des étabissements par GHS et is sont, pour instant, distincts dans es secteurs pubic et privé. Le tarif pubic est un prix goba «tout compris» aors que ceui du privé ne rémunère que a cinique et son staff infirmier, es honoraires des divers professionnes de santé et certains examens étant financés en sus du tarif T2A. La Tarification à activité vise à réduire es différences de coût entre es étabissements pour une même prestation/soin. L hypothèse sous-jacente est que cette variabiité des coûts entre es hôpitaux est due à des niveaux d efficience différents dans e processus de production de soins et que es étabissements ont ainsi une capacité à réduire eurs coûts marginaux en améiorant eur productivité. I existe néanmoins des différences de coûts inévitabes qui peuvent être justifiés par une hétérogénéité incompressibe entre es différents types d étabissements. La ittérature sur es variations des coûts hospitaiers est abondante. I est essentie de comprendre es facteurs qui contribuent à ces différences de coûts entre étabissements pour apporter des réponses appropriées et justes dans e financement. Car des poitiques de paiement ma ajustées peuvent affecter négativement 'accès aux soins hospitaiers ou compromettre a quaité du service, voire conduire à des soins inuties au détriment de a coectivité. Ceci sembe être encore pus essentie dans e contexte du système hospitaier français, qui se caractérise notamment par une forte présence du secteur privé à but ucratif. Aors qu un objectif de convergence tarifaire pour es étabissements pubics et privés, a été affiché pour 2012 mais vient d être repoussé à 2018, on peut s interroger sur a pertinence économique de cette décision et es justifications d une convergence tarifaire entre es secteurs pubic et privé. L objectif de ce travai est de contribuer au débat sur a convergence des tarifs hospitaiers pubics/privés dans e contexte de a T2A en identifiant es sources de variations des coûts hospitaiers. Nous nous appuyons, d un côté, sur a théorie économique et, de autre, sur une anayse des données d activité hospitaière françaises. Nous proposons tout d abord queques ééments théoriques de compréhension sur es motifs de variation des coûts hospitaiers en synthétisant es principaux enseignements de a ittérature économique (section 2). Nous présentons ensuite (section 3) une anayse du marché hospitaier français à aune de a T2A, afin d iustrer es points de convergence et de divergence entre es étabissements pubics et es étabissements privés à but ucratif. Afin de comprendre es différences 1 Voir Or et Renaud (2009) pour une présentation pus détaiée de a T2A.

5 - 3 - de coûts de production qui persistent entre étabissements pubics et privés, nous nous intéressons à a nature de activité de court séjour, à sa répartition entre es deux secteurs, aux facteurs de production des étabissements et aux caractéristiques ciniques des patients pris en charge. 2. Les facteurs qui déterminent es variations de coût entre étabissements La ittérature sur es déterminants des variations des coûts hospitaiers est abondante. On peut regrouper es facteurs es pus étudiés pour expiquer ces variations de coût par GHS (unité de base de paiement) en cinq catégories : 1. es effets induits par a taie et a gamme d activités des étabissements (économies d échee et de gamme) ; 2. es différences de caractéristiques des patients (case-mix) ; 3. es facteurs exogènes qui ne sont pas contrôabes par es étabissements (es prix, a structure du marché hospitaier oca, etc.) ; 4. es facteurs de production qui sont propres aux étabissements (ski-mix, pateau technique, grie de saaires ) ; 5. a quaité des soins. I est admis qu une partie des différences de coût observées entre es étabissements peut être justifiée puisque tous ces facteurs ne sont pas forcément contrôabes par es hôpitaux, notamment dans e secteur pubic (Keeer, 1990 ; Macomson, 2007). I existe égaement d autres sources d hétérogénéité iées aux missions qui sont assignées à certains étabissements, comme enseignement et a recherche, mais nous ne déveopperons pas cet aspect ici puisque ces missions sont généraement financées par des enveoppes séparées 2. I est cependant bien démontré dans a ittérature que a fonction d enseignement dans es étabissements n a pas simpement un coût direct mais a égaement un impact indirect sur es coûts de prise en charge des patients. Par exempe, es tarifs des DRGs (Diagnostic Reated Groups) aux États-Unis sont ajustés pour tenir compte des surcoûts des étabissements participant aux missions d enseignement et de recherche (Or et Renaud, 2009) Les économies d échee et de gamme Le coût margina 3 de production d un séjour hospitaier peut varier en fonction de a taie de étabissement ainsi que de a gamme des soins produits. 2 3 En France, i s'agit notamment des enveoppes MIGAC (Missions d'intérêt généra et d'aide à a contractuaisation) et MERRI (Missions d'enseignement, de recherche, de référence et d'innovation) qui fiancent es hôpitaux en sus de a T2A. Le coût margina est e coût unitaire suppémentaire induit par une nouvee unité produite.

6 - 4 - Dans e cas d une entreprise produisant un seu bien, on dit qu i existe des économies d échee si es coûts moyens de ong terme baissent à a suite d une augmentation dans échee de production. Si e coût moyen augmente avec e niveau de production, on pare aors, au contraire, de «déséconomies» d échee. Les hôpitaux, qui sont des entreprises produisant une mutipicité de biens et de services, sont étudiés avec de nouveaux concepts qui distinguent es économies d échee réaisées sur une gamme de prestations (ray scae) des économies spécifiquement reiées à une prestation donnée. L importance des économies d échee varie d une industrie à autre. La diversification de activité sur des produits simiaires (en termes de technoogie mobiisée) ou sur des produits compémentaires peut égaement réduire es coûts moyens par séjour (économies de gamme). Au contraire, es déséconomies de gamme surviennent si a production conjointe de différents services augmente es coûts moyens. Par exempe, un étabissement hospitaier peut bénéficier d économies de gamme en diversifiant son spectre d interventions chirurgicaes (partage des pateaux techniques et du personne spéciaisé en chirurgie ) mais pas forcement en ajoutant un service de pédiatrie dans sa gamme d activité. I existe de nombreuses études qui s intéressent à a taie et/ou au voume d activité idéa des hôpitaux et au cacu des éventuees économies/déséconomies d échee qui en découent. Même s i n y a pas de consensus sur a taie idéae pour un hôpita, i est parfaitement démontré que, toutes choses étant égaes par aieurs, es coûts des hôpitaux varient en fonction de eur taie et que es éventuees économies d échees diffèrent seon e type d étabissement (Gaynor et Voght, 2000 ; Weaver et Deokaikar, 2003 ; Preyra et Pink, 2006). De pus, es économies d échee ne persistent pas de manière continue : e coût margina suit putôt une courbe en «U» en fonction du voume de production. Au-deà d une certaine imite, augmentation de a production de étabissement peut engendrer des probèmes de coordination et d organisation qui auront pour conséquence d augmenter es coûts (Rosko, 1996). Dans ce cas de figure, percevoir des tarifs correspondant aux coûts moyens risque d être pénaisant pour ces étabissements dont es coûts marginaux augmentent avec e voume de production. Le système Medicare américain ajuste par exempe ses paiements en fonction de a taie des étabissements, sachant que, dans un système de tarification à activité, es petits étabissements ont pus de difficutés financières à «étaer» eurs coûts fixes de manière à fournir un arge spectre des soins sur un faibe nombre de séjours. C est pourquoi, dans e système américain, certains petits étabissements, sont en dehors du champ de a tarification à activité et payés en fonction de eurs coûts rées s is sont considérés comme essenties pour accès aux soins d une popuation, rurae par exempe. Par aieurs, es étabissements spéciaisés sur certaines interventions ont des coûts moyens pus faibes que des étabissements qui sont obigés de faire face à une mutitude de patients présentant des situations ciniques très variées (Guterman, 2006 ; Greenwad et a., 2006). En France égaement,

7 - 5 - i a été démontré que es étabissements qui sont spéciaisés dans une discipine médicae sont pus coût-efficaces (Kereau et a., 2005). Ceci est cohérent avec hypothèse qui veut que es étabissements qui sont spéciaisés dans un type de prise en charge acquièrent un certain savoir-faire (meieure connaissance des pathoogies, meieure utiisation des ressources disponibes), ce qui se traduit par une réduction du coût par cas traité. Cea étant, a diversification du spectre d activité ne permet de réduire es coûts dans un étabissement qu'à a condition qu i existe une certaine synergie entre ces activités. Or, dans e contexte hospitaier français, étude de Kereau et a. (2005) montre qu i existe peu de synergies pour a production conjointe des différentes discipines médicaes. Une étude suisse récente concut égaement que, toutes choses égaes par aieurs, e coût moyen d un séjour augmente avec e nombre d unités médicaes dans un hôpita (Farsi et Fiippini, 2008). Aux États-Unis, i a été égaement démontré que a spéciaisation dans certains types de prise en charge, notamment chirurgicaes (chirurgie cardiaque, digestive et orthopédique), était pus profitabe. Dans e contexte hospitaier américain, es étabissements privés spéciaisés qui se concentrent sur queques activités bien cibées en chirurgie programmée et en chirurgie ambuatoire (speciaty hospitas) jouent un rôe important ; en effet, eurs coûts de production sont très «compétitifs» et is sont donc financés à des tarifs bien inférieurs à ceux des hôpitaux cassiques (Eis et Vida- Fernandez, 2007) Les caractéristiques des patients (case-mix) Le principe de base d un système de T2A est de définir des «produits» hospitaiers homogènes en identifiant et en cassant es différentes prestations fournies pour un même séjour/patient. Toutefois, retranscrire de manière fidèe et homogène a diversité des cas ciniques traités est extrêmement difficie. Aux États-Unis, anayse des données Medicare montre cairement que es coûts peuvent varier argement à intérieur d un même groupe homogène de maades (GHM dans e cas français), refétant ainsi es différences dans a gravité des cas traités. Les études américaines suggèrent que impact sur es coûts de a variation au niveau des patients d un même GHM est oin d être margina : ces variations intra-ghm expiquent environ 50 % des variations de coûts entre étabissements (Lynk, 2001) et i sembe que ce soit es GHM es pus ourds qui présentent e pus de variations de coûts intra-ghm. Théoriquement, es variations de coût d un patient à autre dans un même GHM ne constituent pas un probème en soi en T2A où es prix sont justement censés reféter un coût moyen. En pratique, e probème se pose puisque es patients ne sont pas distribués de manière aéatoire entre es hôpitaux et que certains hôpitaux risquent de recevoir systématiquement des patients pus ourds et pus coûteux pour un même GHM (Pope, 1990). En absence d une anayse minutieuse des pratiques médicaes dans es différents étabissements, payer un tarif unique pour des patients aux profis

8 - 6 - ciniques très hétérogènes peut conduire à un financement peu équitabe, en sur-finançant indûment certains étabissements et en en sous-finançant d autres ; cea risque égaement d infuencer es choix thérapeutiques des hôpitaux. L ajustement des paiements afin de reféter équitabement et fidèement hétérogénéité de sévérité des patients traités est donc une question qui se pose dans tous es systèmes de T2A. Les pays affinent de manière réguière eurs cassifications (DRG, GHM ). Par exempe, Medicare aux États- Unis est passé de moins de 500 DRG dans es années 1990 à pus de en 2007 pour prendre en compte non seuement es diagnostics principaux, mais égaement es diagnostics secondaires et d autres marqueurs de gravité. Cea étant, chercher à réduire hétérogénéité du cassement des patients en affinant de pus en pus es GHM et en mutipiant ainsi e nombre de groupes et de tarifs correspondants présente des inconvénients bien débattus dans a ittérature (Or et Renaud, 2009). D aieurs, e type d étabissement et e mode d hospitaisation sont utiisés aux États-Unis comme des marqueurs de a «gravité du cas» traité (Eis et Vida-Fernandez, 2007). Par exempe, des prix différents sont payés pour e traitement d une fracture de a chevie seon que ceui-ci est réaisé en hospitaisation compète, en hôpita de jour ou dans un centre spéciaisé en chirurgie ambuatoire (ce dernier étant payé quatre fois moins que hôpita de jour) Les facteurs exogènes Les hôpitaux pubics fonctionnent dans un environnement contraint : is ne sont pas en mesure de choisir eur ieu d impantation, ni de contrôer eur «recrutement» de patients. De pus, is ont peu de marge de manœuvre pour gérer eur taie ou eurs orientations stratégiques en termes de types d activités à priviégier. Tout cea infuence eurs coûts, indépendamment de efficience à court terme de hôpita (de Pouvourvie, 2006). Dans a pupart des pays, des mesures de correction sont introduites pour tenir compte des facteurs exogènes jugés incontrôabes par es hôpitaux pubics tes que e coût oca du bâtiment ou es disparités de niveau de vie (qui infuent sur es saaires d embauche du personne). Par exempe, au Royaume-Uni es tarifs nationaux sont ajustés pour chaque étabissement par un indice cacué ocaement en fonction du niveau des saaires et du prix de immobiier (Market forces factor). En France, es tarifs sont surpondérés pour a région parisienne et es Dom-Tom, mais aucun autre ajustement n est réaisé pour prendre en compte es spécificités régionaes. De a même manière, a structure du marché hospitaier dans eque opère hôpita peut avoir un impact direct sur ses coûts. Le bassin de popuation couvert (densité, composition sociae), e nombre d étabissements concurrents dans a zone, etc. ont des répercussions sur es coûts de fonctionnement d un étabissement. La théorie économique suggère qu en raison du fort niveau

9 - 7 - d'assurance qui existe sur e marché des soins 4, a concurrence entre hôpitaux se fait surtout en différenciant eurs biens et services fournis (product differenciation) : par exempe, en investissant dans des technoogies avancées (course à a technoogie médicae), ce qui conduit à une dupication des soins coûteux (Robinson et Luft, 1985). Aux États-Unis, i a été prouvé que dans es zones très concurrentiees es hôpitaux ont des coûts de 3 à 8 % pus éevés (Rosko et Broyes, 1988 ; Rosko, 1996). En ce qui concerne a popuation prise en charge, i est avéré que a «précarité sociae» des patients est une source de surcoûts hospitaiers (Rosko, 1996). Ce facteur est pris en compte aux États-Unis en ajustant es paiements en fonction du niveau de précarité de a popuation prise en charge. En Austraie et aux États-Unis, es paiements sont égaement modués pour es hôpitaux isoés qui ne peuvent pas avoir une activité suffisamment importante et qui ont des surcoûts iés au transport des patients. Dans a province de Victoria (Austraie), des aocations spécifiques sont négociées avec chaque étabissement individueement pour compenser ces facteurs exogènes. Dans e contexte hospitaier français, i est important de noter que certains facteurs qui ne sont pas contrôabes par es étabissements pubics e sont pour es étabissements privés. Ainsi a composition du personne médica et e niveau de saaire, par exempe, engendrent des coûts fixes pour es étabissements pubics puisque que a direction n'est pas ibre de ses décisions de recrutement. Magré existence de conventions coectives et de normes d activité, ces ééments sont pus facies à ajuster dans e piotage des ciniques privées. De ce point de vue, ensembe des règes de gestion hospitaière, y compris es décisions concernant a productivité (i.e. e type et e voume de soins fournis), constituent des facteurs «pus contraignants» pour es hôpitaux pubics. Ceci doit être pris en compte dans es comparaisons de coût et d efficience entre secteurs (Carey et a., 2007) Les facteurs de production propres aux étabissements Les principaux facteurs de production qui infuencent es coûts de prise en charge sont e capita humain (personne), e capita immobiier (bâtiments) et es équipements (niveau de technoogie). Les saaires représentent a composante a pus importante des coûts hospitaiers (deux tiers des coûts d un séjour en moyenne). La part consacrée au saaire peut varier de manière significative en fonction du niveau de saaire moyen du secteur (pubic/privé) mais aussi de a composition de a masse saariae (ski-mix) et du niveau de technoogie adopté dans étabissement. La densité de personne par it serait déterminée directement par es soins fournis, mais égaement par es décisions concernant a quaité des soins. Par exempe, en généra, es soins médicaux 4 L'existence d'assurances maadie obigatoires et compémentaires qui remboursent a majorité des dépenses hospitaières rend es patients très peu sensibes au niveau de prix.

10 - 8 - nécessitent pus de soins infirmiers par séjour tandis que es soins chirurgicaux nécessitent des soins d anesthésistes et d infirmiers spéciaisés mais moins de soins au it du patient. Les différentes catégories de personne ayant des niveaux de saaire différents, eur composition et eur niveau d expérience affecteront directement e coût individue d un séjour (Rosko, 1996). De pus, es étabissements qui ont une obigation de service continu (24/24h) ont égaement besoin de pus de personne médica (et non médica) pour assurer a continuité des services des soins et anticiper es cas urgents. Si a réduction de a masse saariae est évidemment considérée comme une source d efficience, dans e contexte hospitaier i est difficie d identifier es marges d efficience existantes sans remettre en cause a quaité des soins fournis. À activité équivaente, e niveau de quaification du personne est parfois utiisé comme un indicateur indirect de a quaité et de a sécurité des soins. Par exempe, pusieurs études empiriques montrent que es effectifs en personne infirmier sont corréés positivement avec des bons résutats de soins (IOM, 2003 ; Needeman et a., 2006) La quaité des soins Dans e domaine de a santé, es fournisseurs de soins (étabissements et médecins) ont un pouvoir discrétionnaire dans e choix des traitements fournis aux patients. I n est donc pas facie pour e financeur ou e réguateur d évauer e contenu exact de chaque traitement, ni eur pertinence par rapport aux besoins et/ou eur quaité. La T2A, par sa nature, fournit une incitation directe à réduire e coût des séjours, mais e risque d y parvenir au détriment de a quaité est rée. L introduction de a T2A peut amener es étabissements à réduire a quaité de eurs soins de pusieurs manières, qui ont été argement débattues dans a ittérature : réduction iégitime des durées de séjour, séection des cas es pus «rentabes» voire mutipication de soins peu justifiés mais rémunérateurs (cf. Or et Renaud, 2009 pour un exposé synthétique). Par aieurs, a quaité des soins est corréée avec a productivité hospitaière et es facteurs de production. Même s i est difficie de quantifier es répercussions financières des différentes stratégies de quaité, on admet en généra qu améiorer a quaité des soins peut augmenter es coûts de façon substantiee (Romey et Godman, 2008). C est une question importante dans e cadre d un système de tarification à activité où e financeur est censé payer un même prix pour une même quaité de soins sans que cea pénaise es efforts réaisés pour améiorer a quaité. Or, en absence de visibiité et de contrôe de a quaité de soins, e réguateur est dans une situation critique car i n est pas en mesure de différencier es comportements efficients de réorganisation des pratiques des comportements iégitimes qui engendrent une dégradation de a quaité des soins.

11 - 9 - Dans es pays où a T2A est en pace depuis un certain temps, comme aux États-Unis et en Austraie, on s interroge sur a manière d ajuster es prix afin de reféter au mieux es différences de quaité des soins fournis. Cea nécessite de déveopper des indicateurs spécifiques au traitement considéré et mesurés par patient. Néanmoins, on sait que a pupart des facteurs déterminant a quaité sont iés au processus de soin et qu i est possibe d améiorer ce processus par des incitations financières ad hoc. Ainsi, aux États-Unis, Medicare et Medicaid encouragent a participation aux programmes d améioration de a quaité en réduisant es tarifs des DRG (de -0,4 %) des étabissements qui ne produisent pas es indicateurs de quaité demandés. De pus, Medicare a annoncé récemment qu i ne paierait pus pour es séjours imputabes à a non-quaité des soins fournis tes que certains séjours pour des infections nosocomiaes (AAWC, 2007). De ce point de vue, a reative opacité des données en France et e manque d indicateurs de quaité (taux de compications postopératoires, de mortaité à 30 jours, mesure d effets iatrogènes ) robustes, actuaisés et comparabes entre es secteurs pubic et privé, est un frein à a réguation du système et imite es possibiités d incitation à a quaité. 3. L anayse du marché hospitaier français Pour déveopper des poitiques de paiement appropriées en France, i est important de comprendre ampeur de ces facteurs sous-jacents qui peuvent expiquer es différences de coûts hospitaiers pubics et privés. En absence de données des coûts comparabes entre es deux secteurs 5, nous comparons, dans cette section, de manière gobae, e contenu et a structure de activité hospitaière dans es étabissements pubics et privés 6, en nous appuyant sur es données du PMSI-MCO qui décrivent activité hospitaière de court séjour de année Effets de gamme et de taie Le type de prestations offertes par es étabissements de santé a des répercussions sur es coûts de production. I est donc nécessaire d examiner a gamme de services fournis par es étabissements pubics et privés, à a fois dans son contenu et dans sa diversité. Les études américaines montrent que certains types d activité hospitaière sont pus profitabes par nature que d autres. Horwitz (2005) reève par exempe que es chirurgies orthopédiques et cardiovascuaires sont des procédures profitabes tandis que es soins reatifs au VIH ou à a prise en charge médicae des patients acooiques sont très peu rentabes. I a aussi été démontré qu en généra, dans es étabissements prenant en charge des GHM reativement ourds, a compexité et es coûts des séjours sont pus hétérogènes. 5 6 Les données de Étude nationae de coût commune aux secteurs pubic et privé (ENCC) n étaient pas encore disponibe orsque cette étude a débuté ; ees e sont depuis a fin de 'année Nous désignons es étabissements anciennement financés sous dotation gobae sous e terme «secteur pubic» et es étabissements privés à but ucratif sous e terme «secteur privé». Cette appeation peut être abusive, notamment pour e secteur pubic dans eque es étabissements privés non ucratifs (PSPH) peuvent être assez différents des étabissements pubics en terme de taie et d activité.

12 Dans ce contexte, nous cherchons à répondre ici aux questions suivantes : Comment es profis des étabissements pubics et privés diffèrent-is en termes de soins fournis (nature et diversité)? Existe-t-i une différence réee dans es pathoogies prises en charge par es étabissements privés qui pourrait avoir des répercussions sur es coûts? Peut-on identifier des profis de taie et de gamme de soins qui peuvent expiquer es différences de coûts? Diversité de activité hospitaière mesurée par GHM Le niveau de spéciaisation de activité dans un secteur peut être appréhendé par des courbes de concentration (type courbes de Lorenz). Dans a Figure 1, ces courbes représentent e niveau de répartition de ensembe des séjours en fonction du nombre de GHM concernés dans e secteur pubic et e secteur privé. Pus aire déimitée sur e graphique est importante, pus activité est condensée dans un petit nombre de GHM. Précisons que, dans e graphique, es GHM sont cassés par ordre croissant d'importance pour chaque secteur (en part des séjours réaisés) et que es GHM es pus fréquents ne sont pas forcément es mêmes dans es deux secteurs. Ainsi, a Figure 1 démontre une pus forte concentration de activité dans e secteur privé que dans e secteur pubic où 'activité est pus diversifiée en termes de GHM : 80 % de 'activité des étabissements privé à but ucratif est concentrée sur 82 GHM (point A), tandis que 80 % de activité des étabissements pubics est répartie sur 155 GHM (point B). Figure 1 Courbe de concentration de activité seon e nombre de GHM, par secteur 100% 90% 80% 70% Etabissements privés à but ucratif A Etabissements pubics B 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Source : PMSI-MCO 2006 Champ : activité totae en nombre de séjours et de séances Guide de ecture : 80 % des séjours sont concentrés dans 82 GHM dans e secteur privé ex-oqn tandis qu is sont répartis sur 155 GHM dans e secteur pubic

13 La Figure 2 détaie a répartition de a production des deux secteurs par grand type d activité hospitaière (chirurgie, médecine, obstétrique, actes diagnostiques et exporatoires). On constate, qu au tota, deux tiers de activité du secteur privé sont consacrés à a chirurgie ; si on comptabiise égaement es actes diagnostiques et d exporation, cette part s éève à trois quarts. À inverse, activité du secteur pubic est majoritairement médicae (62 % des séjours d hospitaisation). Les hospitaisations de moins de 24 heures représentent près de 60 % du nombre tota de séjours réaisés dans es étabissements privés, ce qui est nettement pus que a proportion observée dans e secteur pubic (45 %). Cette activité ambuatoire se concentre principaement sur : des actes exporatoires (27 %), en premier ieu es endoscopies digestives (17 % de activité totae) ; de a petite chirurgie (24 %), et notamment des interventions sur e cristain (7 %) ou sur a peau (4 %). Figure 2 Répartition de activité de court séjour seon e type de prise en charge Secteur pubic Secteur privé à but ucratif 33% Médecine < 24h 6% Obst. Chirurgie 12% 27% Actes < 24h 8% 4% Médecine < 24h Obst. Chirurgie 23% < 24 heures 45% < 24 heures 59% 6% Actes < 24h Chir < 24h 6% Autre 8% Médecine 29% 24% Chirurgie < 24h Médecine 8% Autre 6% Source : PMSI-MCO 2006 Champ : activité totae en nombre de séjours d hospitaisation compète (hors séances de a CMD 28) Le secteur pubic présente un profi différent. L essentie des séjours d hospitaisation est composé de prises en charges médicaes (29 %), ce qui représente 53 % des séjours de pus de 24 heures contre 22 % pour es interventions chirurgicaes. Les actes exporatoires et de chirurgie ambuatoire ne représentent que 12 % de activité du secteur pubic. On reève, en particuier, un grand nombre de séjours de moins de 24 heures associés à des affections médicaes très différentes : facteurs infuant sur 'état de santé (18 %), tumeurs (3,6 %), apparei circuatoire (3,3 %), maadies endocriniennes (2,6 %), système nerveux (2,3 %), etc.

14 Comparaison des pathoogies prises en charge On peut se demander si au niveau des pathoogies précises prises en charge en médecine et en chirurgie, i existe égaement des variations importantes entre étabissements pubics et privés. Nous comparons ci-dessous a part de chaque secteur dans a prise en charge de différentes pathoogies. La Figure 3 dresse un panorama d ensembe de activité de MCO en France en 2006 seon e segment d activité médicae et de sa répartition entre secteur pubic et privé (en voume tota de séjours d hospitaisation compète de pus de 24h). Nous utiisons a typoogie déveoppée dans e cadre de OAP (Outi d Anayse du PMSI) v5.2 qui permet de décomposer intégraité de activité de court séjour en 23 segments distincts. Les segments d activité sur esques e secteur privé est dominant en chirurgie sont es suivants : a chirurgie vascuaire périphérique (67 % des séjours en France sont réaisés dans es étabissements privés à but ucratif), ophtamoogie (60 %), uro-néphroogie (59 %), ORL (57 %) et a gynécoogie (53 %). Les séjours d orthopédie-rhumatoogie et de chirurgie digestive sont équi-répartis entre es secteurs privé et pubic. D autre part, certains types de prise en charge apparaissent entièrement dévous au secteur pubic, à a fois en chirurgie (neurochirurgie, prise en charge des traumatismes ourds ou des brûures) et en médecine (endocrinoogie, maadies infectieuses, VIH, maadies du système nerveux ). Comparativement à sa faibe activité en médecine, e secteur privé se distingue par une activité médicae assez fréquente en gynécoogie, obstétrique et prise en charge des nouveau-nés (autour de 30 % des séjours). Enfin, parmi es séjours pour des actes médico-techniques spécifiques, si e privé participe aux séjours pour cathétérisme vascuaire à hauteur de presque 50 %, sa participation est bien moindre en cas de chimiothérapie, radiothérapie ou transfusion (<10 %).

15 Figure 3 La part du secteur privé à but ucratif dans activité hospitaière de court séjour, par segment d activité 70% 60% 50% Chirurgie Médecine Obstétrique 40% 30% 20% 10% 0% Vascuaire périphérique Ophtamoogie Uro-néphroogie ORL, Stomatoogie Gynécoogie Orthopédie, Rhumatoogie Digestif Tissu cutané et souscutané Cardioogie (hors cathétérismes) Autres prises en charge Endocrinoogie Hématoogie Maadies infectieuses (hors VIH) Pneumoogie Système nerveux Maadie VIH Traumatismes mutipes/compexes Brûures Obstétrique Nouveau-nés Chimioth., radioth., transfusion Cathétérismes vascuaires Tous segments d'activité confondus AF AI AC AH AJ AB AA AP AE AX AO AM AR AG AD AS AU AQ AK AL AN AZ TOT Source : PMSI-MCO 2006 Champ : séjours d hospitaisation compète > 24h (hors CMD 24 et 28) Guide de ecture : e secteur privé à but ucratif réaise 67 % des interventions vascuaires périphériques (segment d activité AF), 22 % de activité médicae en uro-néphroogie (AC) et 30 % de activité d obstétrique (AK) En compément de a description gobae par segment d activité, nous avons égaement anaysé activité dans es deux secteurs sur queques GHM particuiers (cf. Figure 4) : nous avons ainsi séectionné 39 GHM, qui correspondent à 23 interventions/pathoogies distinctes. Le choix de ces GHM s est effectué seon pusieurs critères (fréquence, compexité, niveau de tarif associé ) ; nous avons priviégié es GHM pour esques i existe des différences significatives de fréquence ou de tarif entre es secteurs pubic et privé (cf. Annexe pour a iste compète des GHM et es critères ayant présidé à notre choix). Au tota, es 39 GHM retenus représentent une part d activité identique pour e secteur pubic et e secteur privé (25 % des séjours d hospitaisation compète dans es deux cas). Les prothèses du genou, es amygdaectomies et es endoscopies digestives sont es interventions pour esquees a part du secteur privé sur e marché hospitaier est a pus importante : respectivement 69 %, 65 % et 64 % de ces interventions se font dans e privé aors que a part moyenne du privé dans e marché hospitaier n est que de 31 % pour toutes es autres pathoogies. À autre extrémité du spectre, on retrouve es prises en charge médicaes ourdes (comme AVC, œdème pumonaire, insuffisance cardiaque) pour esquees e secteur pubic est très dominant : moins de 15 % de ces prises en charges sont réaisées dans e privé.

16 Figure 4 La part du secteur privé à but ucratif dans a prise en charge des différentes pathoogies anaysées 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Amygdaectomie Endoscopie Autres interventions rachis Cana carpien PTH Appendicectomie Intervention intestin/coon Accouchement norma Toute autre pathoogie Pontage Soins paiatifs Bronchopneumopathie Insuffisance cardiaque Autre motif de a CMD23 Affection de a CMD05 Craniotomie AVC Source : PMSI-MCO 2006 Champ : séjours d hospitaisation compète >24h (hors CMD 24 et 28) Guide de ecture : 69 % des séjours pour prothèse du genou et 62 % des endoscopies sont réaisés dans e secteur privé à but ucratif Répartition des étabissements par taie Une autre façon d appréhender e niveau de concentration de activité et es éventuees économies d échee réaisabes consiste à anayser a taie des différents étabissements par secteur et par statut (cf. Tabeau 1).

17 Tabeau 1 Distribution des taies d étabissement en nombre de its instaés par secteur et par catégorie d étabissement Privé ucratif Privé non ucratif Pubic Nombre d'étab. < 30 its its its its 350 its Etab. chirurgicaux % 77 % 10 % Etab. médicaux % 44 % 17 % Etab. Puridiscipinaires % 43 % 42 % 11 % 0 % Ensembe privé ucratif % 52 % 32 % 7 % 0 % Etab. chirurgicaux 15 7 % 93 % Etab. médicaux % 38 % 13 % Etab. Puridisicpinaires % 39 % 32 % 15 % 2 % Ensembe privé non ucratif % 44 % 25 % 10 % 1 % CHR/U % 7 17 % 7 % 11 % 57 % HL % 6 % 0 % CH % 26 % 22 % 20 % 18 % Ensembe pubic % 20 % 14 % 13 % 20 % Tous secteurs confondus % 33 % 21 % 11 % 12 % Source : SAE 2006 On remarque en particuier que : 90 % des étabissements chirurgicaux et 83 % des étabissements médicaux à but ucratif ont moins de 100 its ; 84 % des ciniques privés comptent entre 30 et 200 its; aucun étabissement médica et chirurgica à but ucratif ne compte pus de 200 its, tandis que cette catégorie représente 38 % des centres hospitaier pubics et 68 % des CHR/U 7 ; 11 % des étabissements puridiscipinaires à but ucratif totaisent entre 200 et 350 its, contre 15 % des étabissements privés non-ucratifs et 20 % des CH ; 94 % des hôpitaux ocaux (qui sont excus de a T2A, jusqu en 2009) et 13 % des CH pubics comptent moins de 30 its ; a part de très petits étabissements (moins de 30 its) est de 9 % dans e secteur privé ucratif contre 19 % dans e secteur privé non ucratif ; i existe une grande variation de taies au sein des CH égaement : 18 % comptent pus de 350 its et 13 % moins de 30 its. I est cair que ces profis très diversifiés ont des répercussions sur es coûts fixes des étabissements. À cet égard, on ne peut pas considérer e secteur pubic comme un ensembe homogène, compte tenu des profis très contrastés des hôpitaux pubics en termes de taie et de type d activité. 7 Le nombre d étabissements dans a catégorie CHR/U est artificieement trop éevé (166) puisque dans a base PMSI 2006, tous es étabissements rattachés à des grandes entités hospitaières métropoitaines (AP de Paris et de Marseie ) sont considéré comme une entité identique et bénéficient du même cassement de catégorie en CHR/U.

18 Les caractéristiques ciniques des patients (case-mix) Dans a ittérature, pusieurs critères ont été identifiés comme responsabes de a variabiité cinique et donc des variations de coûts intra-ghm : âge du patient, e diagnostic principa et secondaire du séjour, a gravité de a pathoogie et a compexité de intervention associée (Scanon, 2006 ; de Pouvourvie et a., 2009). I faudrait pouvoir examiner ces critères au niveau des séjours de chaque étabissement, GHM par GHM, pour étabir s i existe une différence de profi de patient par type d étabissement. Ceci nécessiterait une expoitation fine du PMSI en distinguant notamment es diagnostics associés, sachant qu is sont parfois ma renseignés. En occurrence, nous proposons ici une anayse moins ambitieuse en nous focaisant sur a distribution dans es étabissements pubics et privés de deux critères pour esques nous disposons de données agrégées : âge et a gravité cinique du GHM L âge des patients Nous comparons tout d abord a proportion de patients âgés et très âgés (pus de 80 ans et pus de 90 ans) au sein d un GHM ou groupe de GHM (cf. Figure 5 et 6). La proportion de patients âgés (pus de 80 ans, voire pus de 90 ans) traités dans e secteur pubic est supérieure à cee rencontrée dans e secteur privé pour a pupart des pathoogies. Toutes pathoogies confondues, es patients qui ont 90 ans et pus représentent près de 3 % des séjours dans es étabissements pubics contre 1,5 % dans e privé. Si a PTH est majoritairement réaisée dans e privé (cf. Figure 4), es personnes très âgées sont pus argement opérées dans es étabissements pubics : e taux de patients de pus de 80 ans est de 36 % dans e secteur pubic contre 20 % dans e privé. La sur-représentation des patients de pus de 80 ans et surtout de 90 ans dans e secteur pubic est sensibe pour es soins paiatifs (6 % des patients ont pus de 90 ans contre 2 % dans e privé). Pour es interventions sur intestin et e côon (dont 58 % des séjours sont réaisés dans e pubic), e taux de patients âgés est égèrement pus éevé dans e pubic que dans e privé (19 % contre 15 %). Concernant insuffisance cardiaque, a proportion de patients âgés de pus de 80 ans est très simiaire dans es deux secteurs, mais a part des patients très âgés (pus de 90 ans) est égèrement pus éevée dans e secteur pubic. La prise en charge des œdèmes pumonaires montre un taux de patients de 80 ans et pus supérieur dans e secteur privé (33 %) que dans e secteur pubic (27 %).

19 Figure 5 Proportion de patients de pus de 80 ans dans 'activité des secteurs pubic et privé, seon a pathoogie/intervention 60% 50% Pubic Privé ex-oqn 40% 30% 20% 10% 0% Insuffisance cardiaque PTH Bronchopneumopathie Oedeme pumonaire Soins paiatifs Intervention intestin/coon Affection de a CMD05 Toute autre pathoogie Cana carpien Pontage Source : PMSI-MCO Figure 6 Proportion de patients de pus de 90 ans dans 'activité des secteurs pubic et privé, seon a pathoogie/intervention Source : PMSI-MCO 2006.

20 La ourdeur des séjours Pour définir a gravité des prises en charge, nous nous sommes appuyés sur un indicateur de ourdeur mis au point dans e cadre de a cassification OAP qui permet de considérer chaque GHM comme reevant d une «activité ourde» ou bien d une «activité courante» 8. La version 5.2 de OAP permet ainsi de distinguer 269 GHM ourds (43 % des GHM et 31 % de activité totae de MCO en 2006) et 357 GHM courants sur un tota de 626 GHM (hors CMD 24 et 28). Les Figures 7 et 8 présentent a part de marché du secteur pubic dans activité de chirurgie et de médecine ourde pour chacun des segments d activité définis par OAP. Figure 7 100% Part du secteur pubic dans activité de chirurgie «ourde» (au sens de OAP) et courante g 90% 80% 70% 60% 72% 70% 70% 67% 63% 57% 57% 81% 59% 50% 40% 48% 46% 44% 46% 41% 30% 20% 10% 0% Autres prises en charge Endocrinoogie Cardioogie (hors cathétérismes) Pneumoogie ORL, Stomatoogie Ophtamoogie Digestif Gynécoogie Uro-néphroogie Vascuaire périphérique Système nerveux Hématoogie Orthopédie, Rhumatoogie Tissu cutané et souscutané AX AO AE AG AH AI AA AJ AC AF AD AM AB AP Activité ourde Activité courante Guide de ecture : e secteur pubic réaise 70 % des interventions ourdes en endocrinoogie (segment AO) contre 58 % des interventions courantes de ce segment d activité. Champ : séjours médicaux d hospitaisation compète >24h (hors CMD 24 et 28). Source : PMSI-MCO Ce cassement en GHM ourds et courants s est appuyé sur anayse détaiée : des DP es pus fréquemment rencontrés dans chaque GHM, de âge des patients, de a nécessité de recourir, soit à une expertise médicae et/ou chirurgicae spécifique, soit à un pateau technique particuier et, enfin, de existence ou non de Compications ou morbidités associées sévères (CMAS).

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après.

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après. SIRET n 180 092 298 00033 code APE : 8411 Z 117, boulevard Marius Vivier Merle 69329 LYON CEDE 03 Téléphone : 04 37 91 33 10 Télécopie : 04 37 91 33 67 Service Valorisation et Synthèse Service Classifications

Plus en détail

Data Mining: Activité hospitalière

Data Mining: Activité hospitalière Data Mining: Activité hospitalière DIAGNE Sénéba 1, Huai Yuan WAN 2 1. S2IFA 2. DRM Chapitre 1 Clustering : Activité hospitalière 1.1 Présentation des données Le périmètre des données représente ici un

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes La saisonnaité des zones touristiques de Rhône-Apes Bresse Pays de Gex Haut Chabais Rives du Léman Vaée verte Les Brasses Roanne Pays beaujoais Dombes Bugey Genevois- Abanais-Arve Aravis Bornes Giffre

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Dans le cadre de l Accord de libre-échange

Dans le cadre de l Accord de libre-échange Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Ernest B. Akyeampong Dans e cadre de Accord de ibre-échange nord-américain (ALÉNA), e Canada, es États-Unis et e Mexique ont adopté un nouveau système

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

Tarification à l Activité (T2A)

Tarification à l Activité (T2A) 27 28 Novembre 2009 Scanner le haut de la page des assises Codage CCAM V11 Mode d emploi pour le Cardiologue Alain Dibie, Département de Pathologie Cardiaque, Institut Mutualiste Montsouris, Paris alain.dibie@imm.fr

Plus en détail

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS Ateier sur a pérennisation du capita nature Etat des ieux sur e renforcement des capacités de gestion de environnement nationa au Burkina Faso MECV SP-CONEDD PLAN CONTEXTE OBJECTIFS DEFINITIONS (RAPPELS)

Plus en détail

Rôles du Comité de Jeu Responsable de la Loterie Nationale Belge en matière de prévention et de traitement du jeu excessif.

Rôles du Comité de Jeu Responsable de la Loterie Nationale Belge en matière de prévention et de traitement du jeu excessif. Université de Liège - Hôpita de Jour Universitaire La Cé Rôes du Comité de Jeu Responsabe de a Loterie Nationae Bege en matière de prévention et de traitement du jeu excessif. J-M TRIFFAUX, M.D., Ph.D.

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESEntatIOn

DOSSIER DE PRESEntatIOn DOSSIER DE PRESEntatIOn www.ufdi.fr 1 - Historique de association SOmmaIRE 2 - Présentation de association 3 - nos activités 4 - Les missions de UFDI 5 - Les membres du bureau 6 - Présentation des déégués

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

Conduction électrique

Conduction électrique Conduction éectrique. Courant éectrique.1. Intensité Dans a première partie de ce cours nous nous sommes intéressés aux charges éectriques immobies (éectrostatique). Or i existe des miieux avec des charges

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Les douleurs pelviennes chez la femme en age de procréer. AC Jambon 25 février 2016 CH de Tourcoing

Les douleurs pelviennes chez la femme en age de procréer. AC Jambon 25 février 2016 CH de Tourcoing Les doueurs peviennes chez a femme en age de procréer AC Jambon 25 février 2016 CH de Tourcoing A quoi on pense. Ce qu'i faut toujours avoir en tête... En fonction de a tranche d'age En fonction de a présentation

Plus en détail

PCS-Suisse. SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés?

PCS-Suisse. SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés? PCS-Suisse SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés? Alexandre Weber, économiste Département économie SwissDRG SA 16 novembre 2012 Aperçu 1. Premières expériences 2. Défis pour la

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Revenu Canada Revenue Canada IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Raison sociae de a société Numéro de compte/numéro d'entreprise Fin d'année d'imposition Jour Mois Année À 'usage

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France

Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France Document de travail Working paper Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France Zeynep Or (Irdes) Thomas

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV Edmond de Rothschid Rea Estate SICAV Assembée Générae Extraordinaire 27 février 2014 www.edr-reaestatesicav.ch Ordre du jour de Assembée générae extraordinaire 1. Approbation du regroupement des compartiments

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs

Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs Guide méthodologique Service : Financement des établissements de santé Pôle : Allocation de Ressources aux Etablissements de Santé Juin 2014

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES

Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES LES DISPOSITIONS GÉNÉRALES // OBJET Le présent contrat a pour objet de rembourser, dans e cadre d une couverture d entreprise, tout ou partie

Plus en détail

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles»

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Dossier de presse 27 novembre 2012 «Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Une satisfaction globalement élevée pour

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

La comptabilité analytique hospitalière en France : entre ambitions et incompréhensions

La comptabilité analytique hospitalière en France : entre ambitions et incompréhensions La comptabilité analytique hospitalière en France : entre ambitions et incompréhensions Un traitement? «Le travail de la chambre a été rendu plus complexe par les carences en matière d outils de pilotage

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle

de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle PRINCIPES de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle Avec ces principes, l Office fédéral des assurances

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

La banque publique au service de la croissance des entreprises françaises

La banque publique au service de la croissance des entreprises françaises C D F E 4 JUIN 2015 La banque pubique au service de a croissance des entreprises françaises 2 01. 02. Qui sommes-nous? Réseau Bpifrance 03. Nos missions 06. 07. 08. Garantie Bpifrance Financement Bpifrance

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé

Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé Alain Tessier Mars 2015 A partir de 2004 les établissements de santé publics et privés ont mis en œuvre un nouveau

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E Mai 2007 Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques Synthèse

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Auteur: Luiz Flavio Andrade (GATE-CNRS, IRDES) Discutant: Lydie Ancelot (IRIAF, Université de

Plus en détail

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 INTRODUCTION Nous tenons à saluer la qualité des échanges avant cette paritaire, ainsi que la qualité des documents qui nous ont été remis et qui ont abouti

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

L E C L U B P O U R Q U O I?

L E C L U B P O U R Q U O I? L E C L U B P O U R Q U O I? Constat et positionnement Magré des atouts et des forces indéniabes, image de a Côte d Azur s essouffe, i faut reancer e "produit" par une poitique de marque basée sur a quaité.

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Introduction ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Depuis janvier 2013, les budgets de production des films éligibles sont saisis dans la base de données

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE 1. Présentation de l Anses L'Anses, Agence nationale de sécurité

Plus en détail

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 1. Les conventions de services bancaires au Royaume-Uni

Plus en détail

Le candidat à la création doit pouvoir dégager du temps et des

Le candidat à la création doit pouvoir dégager du temps et des Guide pratique d accompagnement à a création d entreprises comment faire?... pour accompagner et e préparer à s engager dans une VAE L accompagnement vise essentieement à guider e candidat dans a formaisation

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs

TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs Informations générales sur le document Type de document Stratégie Standard Document de référence Exigence d application Obligatoire Recommandé Domaine

Plus en détail

Le processus d investissement de LFR suit une philosophie de sélection active de valeurs de croissance. Analyse. stratégique

Le processus d investissement de LFR suit une philosophie de sélection active de valeurs de croissance. Analyse. stratégique (Extrait du code de transparence) 4. Evaluation, sélection et politique d investissement Les signataires s engagent à fournir des informations concernant la façon dont l analyse ESG est utilisée pour construire

Plus en détail