1. INTRODUCTION On voit apparaître depuis quelques années des codes de calcul de tenue à la mer des navires par la méthode des singularités utilisant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. INTRODUCTION On voit apparaître depuis quelques années des codes de calcul de tenue à la mer des navires par la méthode des singularités utilisant"

Transcription

1

2 . INTRODUCTION On voit apparaître depuis queques années des codes de cacu de tenue à a mer des navires par a méthode des singuarités utiisant a fonction de Green de diffraction-radiation avec vitesse d avance, Du et a. [], [], Brument et Dehommeau [3], Chen et Nobesse [4], Chen et a. [5], Boin et a. [6]. Cette fonction, utiisée au cours des années 8, avait été abandonnée ensuite au profit des méthodes de Rankine, à cause des difficutés numériques associées, introduisant des imprécisions et des temps de cacu éevés, particuièrement au voisinage de a surface ibre. On peut donc maintenant tirer partie des avantages des singuarités de Kevin-Haveock, tes a satisfaction automatique de a condition inéarisée de surface ibre mais aussi cee de radiation, difficie à imposer dans es méthodes de Rankine quees que soient es vaeurs de a fréquence et de a vitesse d'avance, 'absence de maiage sur a surface ibre évitant toute réfexion des vagues sur une frontière, ainsi que e fitrage des soutions à des ongueurs d'onde pus petites que es ceues de ce maiage. Cette méthode présente de pus 'avantage d'avoir de pus petits systèmes d'équations à résoudre. Ces codes peuvent être utiisés sur de petites stations de travai ou de simpes PC, avec des temps de cacu modérés, sans négiger a précision. Ces améiorations sont iées à cees des agorithmes de cacu utiisant a méthode de a pus grande pente (Iwashita et Okhusu [7] ou [3]) ou cee de Simson adaptative (Ba et Guibaud [8], Nontakaew et a. [9]) pour e cacu de a fonction de Green. Les méthodes des singuarités font apparaître des intégraes de a fonction et de ses dérivées sur des facettes et des segments (sauf si on utiise des méthodes d'intégration numérique) putôt que a fonction ee-même et ce sont ces intégraes qui doivent être cacuées précisément. On peut en effet cacuer anaytiquement es intégraes de surface après queques manipuations mathématiques par a méthode de a pus grande pente, Iwashita [], par a méthode des Superfonctions de Green [4], ou de Simpson adaptative Boin et a. []. On obtient ainsi des intégrations précises pour des facettes contiguës à a surface ibre, même si e point de contrôe est près aussi de cee-ci. On peut aussi cacuer es intégraes avec des points sur a surface ibre pour obtenir e champ de vagues. I faut encore mentionner es progrès des ordinateurs au cours des dernières années dans ceux des codes de cacu. On présente ici deux codes de cacu utiisant cette fonction et différentiés seuement par a méthode de cacu des intégrations de Fourier. L'étude est imitée à un écouement symétrique, pour une distribution de sources seues. Le potentie est déveoppé autour de 'écouement uniforme, e potentie des vitesses instationnaire dans e domaine fréquentie étant ainsi découpé de 'écouement moyen stationnaire. Les deux codes cacuent anaytiquement es intégraes de surface ou de igne portant sur a fonction de Green et de ses dérivées, après permutation des intégraes d'espace et de Fourier. Une grande attention a été portée à a précision de ces intégraes. Des cacus ont été effectués pour étudier 'infuence d'une facette ou d'un segment de a igne de fottaison seus avec une distribution constante de source unité située près de a surface ibre sur un point champ baayant 'espace et particuièrement s'approchant de a surface ibre. Des cacus ont été effectués pour des carènes tees cees de Wigey et de a Série 6. Pour ces dernières, es résutats obtenus montrent 'existence d'osciations correspondant probabement à des fréquences irréguières en présence de a vitesse d'avance dont es ampitudes augmentent quand on négige 'intégrae de igne. Enfin, on a comparé, pour es carènes de a série 6, es champs de vagues cacués à ceux obtenus ors d'essais afin d'avoir une vaidation pus compète de a méthode de cacu sur des grandeurs ocaes. Après avoir rappeé succinctement e probème étudié, es méthodes de cacu de a fonction de Green et de ses dérivées ainsi que de eurs intégrations sur des facettes ou des segments de a igne de fottaison sont présentées. On déveoppe ensuite 'étude numérique dans e cas d'une facette ou d'un segment isoés et es résutats des intégrations anaytiques sont comparés avec ceux d'une intégration numérique avec un nombre de points variabes.

3 . PRESENTATION DU PROBLEME A RESOUDRE L'écouement hydrodynamique irrotationne d'un fuide parfait et incompressibe autour d'une coque symétrique de navire en transation uniforme rectiigne et soumis à des petits mouvements harmoniques forcés autour de sa position moyenne ou à une houe réguière est étudié. On utiise un système de coordonnées ié à a position moyenne de a coque, e pan xoy correspondant à a position non perturbée de a surface ibre; 'axe Oz est positif vers e haut et 'axe Ox paraèe à a vitesse du corps dirigée dans a direction de dépacement du navire. On appee n a normae intérieure au fuide. Avec ces hypothèses, on peut utiiser e potentie des vitesses. On se pacera dans e domaine fréquentie en utiisant comme écouement de base stationnaire, 'écouement uniforme. La partie spatiae f ( M ) du potentie des vitesses satisfait 'équation de Lapace au sein du fuide, supposé de profondeur infinie, a condition de gissement sur e corps, a condition inéarisée de Kevin sur a surface ibre et une condition de radiation à 'infini. La troisième formue de Green appiquée dans un domaine de cacu imitée par une surface fermée, constituée par cee du corps S B, cee de a surface ibre S L et une surface à 'infini S, permet d'obtenir une équation intégrae pour e potentie des vitesses. Dans e cas d'un écouement non portant, on utiise une distribution de sources seues: òò ò (). Cxyz (,,)(,,) fxyz = sgds+ F sgnd SB C où G est a fonction de Green de diffraction-radiation avec vitesse d'avance. L'intégrae sur a surface ibre a été transformée en une intégrae de contour sur a igne de fottaison C, intersection de a surface ibre avec a carène. Après dérivation par 'opérateur norma / n, on obtient une équation intégrae qui sera utiisée pour satisfaire a condition de gissement sur e corps: f s G G òò ò (). = - s ds + F s nd M SB M C M n n n Une fois obtenue a distribution de source, es équations précédentes permettent de cacuer e potentie et sa dérivée normae. On obtient a distribution de pression par: æ fö p =-r ç iwf - U çè x (3), ø et par intégration, es forces et moments, d'où es coefficients de masse ajoutée et d'amortissement: jk jk jk òò j ( j j), T = wa - i wb =-r n i wn -Um ds où tout es m j sont nus sauf m = n et m =- n, puisque es effets stationnaires et instationnaires sont découpés. 3. RESOLUTION NUMERIQUE 3. Discrétisation du probème La surface de a coque est divisée en SB n bandes de b n facettes. On déveoppe une mé- f thode d'ééments de frontière au premier ordre, donc 'intensité des sources, et pus généraement toutes es inconnues, sont supposées constantes sur chaque facette et égae à a vaeur au centre de gravité. Les distributions inconnues sur a igne de fottaison sont prises égaes à eur vaeur sur a bande de facettes contiguë. La condition de gissement écrite sur chacune des facettes conduit à un système d'équations inéaires dont e second membre est connu: n * n b f b sn G G Vn ( xyz,, ) = - å s ds F s nd k òò + å n ò n k= DS M = Bk puisque e mouvement 'est aussi. On doit donc cacuer avec précision des intégraes des types suivants: n dc M 3

4 G G GM ( i, M ' kj) ds, GM ( i, M ' k) d, ( Mi, M ' kj) ds et ( Mi, M ' k) d n n (4). Skj C Skj C 3. Cacus de a fonction de Green 3. Méthode de pus grande pente a- Source ponctuee: ' ', ', ' On considère une source ponctuee P ( x y z ) et un point champ (,, ) 4 Pxyz. La source se dépace à a vitesse constante U et oscie à a fréquence de rencontre ω e. La fonction de Green satisfait a condition inéarisée de surface ibre et est exprimée sous a forme (5) dérivée dans Bessho [], qui présente 'avantage principa d'être écrite sous a forme d'une intégrae simpe ce qui permet d'intégrer en suivant n'importe que chemin dans e pan compexe. Avec cette expression, on peut évauer en même temps, a fonction et ses dérivées, que que soit 'ordre. Ces déveoppements, proposés à 'origine dans [7], ont été faits à 'Ecoe Centrae de Nantes, Brument et Dehommeau [3], ou Brument [3], et pus récemment Maury [4]. kξ kξ ik θ( PP, ') ke sgnc. ke GPP (, ') = dθ 4π R R π (5) θ + 4τcosθ R où ( x x' ) ( y y' ) ( z z' ) g = + + ± R ; Uωe K = τ = U g X = K ( x x' ) k + τcosθ ± + 4τcosθ = Y = K y y' et k cos θ ( ') Z = K z + z ( cos sin ) ξ = Z + i X θ + Y θ si t sgnc sign Re( cosθ < = ), avec sign( t) = si t = sgns = sign Re( sinθ ) si t > π θ ϕ ε π + arccos si τ > θ 4τ 4 = et ϕ π iarg ch si τ < 4τ 4 ε ( PP, ') = ( PP, ') i ( PP, ') ( PP, ') = arccos ( X / X + Y ) ( PP, ') = arg sh( Z / X + Y ) g est a partie dépendante du nombre de Froude (ou encore partie de Kevin) de a fonction de Green. Ces cacus sont déveoppés dans [3] ou [4]. Pour utiiser cette méthode, on doit séparer 'intégrae en θ en pusieurs termes suivant es signes des termes sgnc et sgn s : π π f ( ) ( ) θ. dθ si X θ PP, ' > θ ( PP, ') I= sgn cf. ( θ). dθ= f( ). d θ θ θ+ θ π π π f( θ). dθ f( θ). dθ+ f( θ). dθ si X< θ ( PP, ') kξ avec ( ) ke f θ = + 4τcosθ b-source distribuée sur une facette ou un segment: La soution d'un probème de tenue à a mer 3-D avec vitesse d'avance par une méthode d'éément de frontière requiert de cacuer des intégraes portant sur une distribution de sources sur es facettes du corps et es segments de a igne de fottaison. Ainsi e cacu de a

5 fonction de Green associée à une facette (et pour 'intégrae de igne à un segment) avec une densité constante de source est déveoppée. L'intégration anaytique de a partie de Kevin de 'équation (5) sur une facette ou un segment ([]) donnent es expressions I S = gds pour a facette de N sommets et I L = gd pour un segment rectiigne: δ C e sgnc e kξ kξ N (, ) N i θ PQ S k k i S IS = d ( ) d πk + θ = ψ ( θ ) + 4τ cosθ πk τ = ψ θ PQ, I L ( ) N k ξ k iβ Y Y e sgnc. e = π ξ ξ + 4τ cosθ ( ) S θ ν η η ( ) θ= θ( η ) θ ( PQ, ) dθ (6) θ = + avec: Q sommets de a facette (, N) et S surface du triange ( Q, Q, Q ) + ( ); ; ( ) P Q P Q P Q ξ = et X = K x x Y = K y y Z = K z + z avec e signe de (y p -y Q ) constant pour = à N. ψ ( θ ) = ( ξ ξ ) ( ξ ξ ) et ξ = ξ ( PQ, ) ν ( η) + ( η + η ) η ( η + η) ( η η ) ( η η η) XY ' ' Z ' X Y Z X X ' Y ' Y η X Yη = + I Xη + Yη X + Y X + Y + Z ( ), ( ), ( ) Xη = X+ η X X Yη = Y + η Y Y Zη = Z+ η Z Z où et X' = X X; Y' = Y Y; Z' = Z Z Les expressions pour es dérivées peuvent être trouvées dans [4]. Ici aussi, a méthode de pus grande pente est utiisée pour évauer efficacement es termes en k. Pour cea et parce que θ varie avec Q, e cacu des intégraes correspondant à chaque sommet, est fait séparément. Des points singuiers ψ θ = à cause de cette décomposition de a somme. Les vaeurs de ces points singuiers sont connues et évauées à 'aide de a formue (7) ci-dessous: Xe = XQ X ( + ) Q Ye ± Xe + Ye + Ze θ = arctan avec Ye = YQ Y ( ) Q (7) + Xe ize. Ze = Z Z θ apparaissent dans es intégrants quand ( ) Q( + ) Q Les chemins d'intégration doivent éviter ces points singuiers, et a contribution des pôes doit être pris en compte. I est nécessaire d'évauer cette contribution en θ par rapport aux sommets Q et, quand es chemins d'intégration utiisés pour es deux intégraes ( et + ) entourent e point singuier considéré. Quand e point infuence est oin de a facette (ou du segment) on peut optimiser 'évauation de a fonction de Green en utiisant un chemin d'intégration moyen pour intégrer directement a somme totae de θ à θ c. On a à évauer une seue intégrae et on n'a pas à se soucier des points singuiers. Néanmoins, θ ( ) étant une fonction des sommets Q, on doit compéter cette expression par a somme d'intégraes de θ c à chaque θ ( ) comme écrit dans (6). Ces intégraes sont cacuées, soit dans 'espace θ, soit par a méthode de a pus grande pente: N N θ θ( PQ, ) S L, ( ), ( ) θ (8) θc = = c I (or I ) = sgnc. f θ. dθ + sgnc. f θ. dθ 5

6 kξ e kξ i S k iβ ( Y Y) e où f, ( θ) = ou f, ( θ) = πk ψ ( θ) + 4τcosθ π ( ξ+ ξ) + 4τcosθ En ce qui concerne es termes en k, on peut faciement utiiser un chemin commun pour chaque intégrae associée à un sommet de a facette. Les intégrants ne sont pas osciants, ce qui entraîne aucune contrainte sur es chemins d'intégration. L'expression (6) est décomposée comme dans (8). Ici aussi, on doit compéter cette intégrae par une somme d'intégraes de θ c à chaque θ ( ). On peut montrer [4] que a difficuté des cacus, qui est iée à a puissance de k apparaissant dans es fonctions f,, augmente avec 'ordre de dérivation de a fonction mais qu'ee décroît de a fonction à son intégration sur une igne et pus encore sur une facette. En effet, pus cette puissance est éevée, pus a décroissance de 'intégrant est rapide orsqu'on tend vers π/. 3.. Cacus de a fonction de Green avec une méthode de Simpson Adaptative a. Source ponctuee On utiise ici a fonction de Green définie dans Guéve et Bougis [5] et déveoppée dans [8], qui ne sera pas rappeé ici. b. Source distribuée sur une facette ou un segment Les intégrations surfaciques sont effectuées par une méthode anaytique qui s'est montrée pus précise et efficace que a méthode mixte associant intégrations par points de Gauss et anaytiques [] ou Boin et a. [6]. Cette méthode anaytique est basée sur un théorème de Stokes qui transforme es intégraes de surface en intégrae de contour, Bougis [7]. Les détais peuvent être trouvés dans []. 3.3 Intégration sur un panneau isoé z x A quapus P oseidon Inté gration numériq ue po int de G auss Inté gration numériq ue 4 po ints de Gau ss Inté gration numériq ue 6 p oint s de G auss y.6 Aquapus.4 P oseidon Intégratio n n umérique point de G auss. Intégratio n n umérique 4 points de G auss Intégratio n n umérique 6 points de G auss a) Partie réee b) Partie imaginaire Figure Intégraes de a fonction de Green òò gds pour un point champ décrivant 'axe y S y 6

7 A quapus P oseidon Int égration numérique p oint de G auss Int égration numérique 4 p oint s de G auss Int égration numérique 6 poin ts de G auss y Aquap us P oseidon Int égration numérique p oint d e G auss Int égration numérique 4 p oint s de G auss Int égration numérique 6 poin ts de G auss -5 5 y a) Partie réee b) Partie imaginaire g Figure Intégraes de a dérivée de a fonction de Green òò ds (point champ décrivant Oy) x S Les cacus des fonctions de Green par es deux méthodes précédentes sont en très bon accord, [3]. Pour tester es méthodes d'intégration sur une facette, on a effectué des cacus pour une facette isoée concernant es intégrations de a fonction et de ses dérivées sur une facette isoée normae à 'axe Oy, de centre de gravité situé sous 'axe Oz, à z=-,5 pour F=, et w =,4. On présente simpement queques résutats des intégrations sur g mettant en évidence queques différences avec es intégrations numériques. On cherche 'infuence de a position d'un point champ décrivant chacun des axes sur es intégrations. La figure correspond à 'intégrae de a fonction de Green pour un point M décrivant 'axe Oy. Les deux intégrations anaytiques donnent des résutats identiques en bon accord avec ceux des intégrations par points de Gauss sauf aux extremums de a fonction où des erreurs sont visibes avec un seu point de Gauss. La figure correspond à a dérivée par rapport à x (cee par rapport à y conduit à des vaeurs nues). On observe pour a partie imaginaire que même a méthode de Gauss à 4 points peut conduire à queques erreurs. Les deux figures suivantes (figures 3 et 4) correspondent au même cacu mais pour e point M décrivant 'axe Oz. Au voisinage de a surface ibre, es intégrations numériques ne sont pus efficaces même en augmentant d'une manière importante e nombre de points (en particuier pour a dérivée, figure 4). Par exempe avec z M >-,5, quatre points de Gauss suffisent mais i en faut 6 si z M >-,3 et 36 si z M >-,. Pour des vaeurs pus faibes, seues es méthodes anaytiques sont efficaces, a méthode de a pus grande pente permettant d'avoir des résutats à z M = aors qu'avec 'autre méthode, i faut extrapoer e résutat, a précision demeurant toutefois bonne A q ua pus P o seido n Int ég ratio n n um ériqu e po int de G aus s Int ég ratio n n um ériqu e 4 po int s de G au ss Int ég ratio n n um ériqu e 6 p oin ts d e G a uss Int ég ratio n n um ériqu e 3 6 p oin ts d e G a uss.4 Aq ua p u s P o seid o n Int é grat ion n u mé riqu e p o int de G a u ss Int é grat ion n u mé riqu e 4 p o int s d e G au ss Int é grat ion n u mé riqu e 6 p oin ts de G a uss Int é grat ion n u mé riqu e 36 p oin ts de G a us s z z a) Partie réee b) Partie imaginaire Figure 3 Intégraes de a fonction de Green òò gds pour un point champ décrivant 'axe z S 7

8 A q ua p u s P o seid o n Int é grat ion n u mé riqu e p o int de G a u ss Int é grat ion n u mé riqu e 4 p o int s d e G a u ss Int é grat ion n u mé riqu e 6 p oin ts de G a uss Int é grat ion n u mé riqu e 36 p oin ts de G a uss.3 Aq ua pus P o seido n Int ég ratio n n um ériqu e po int de G aus s. Int ég ratio n n um ériqu e 4 po int s de G au ss Int ég ratio n n um ériqu e 6 p oin ts d e G a uss. Int ég ratio n n um ériqu e 3 6 p oin ts d e G a uss z z a) Partie réee b) Partie imaginaire g Figure 4 Intégraes de a dérivée de a fonction de Green òò ds (point champ sur Oz) x S. Poseidon Aquapus.. P oseidon Aquapus. z= -. 5 y=.8.6 z= -. 5 y= x a) Partie réee de dc x ò gdc b) Partie réee de Figure 5 Intégraes de ignes pour un point décrivant 'axe x ò dc g dc x La figure 5 présente es parties réees de 'intégration sur un segment sur a igne de fottaison (-,433 x.433; -,5 y,5) de a fonction g (5a) et de sa dérivée g x (5b) pour un point décrivant 'axe x=-,5 pour F=,3 et w =. L'accord est sembabe au cas d'une facette mais 'intégration est pus difficie pour a dérivée que pour a fonction et chacune d'entre ee est pus difficie à effectuer que 'intégration correspondante sur une facette. 4. RESULTATS DU CODE DE CALCUL DE TENUE A LA MER Carène de Wigey Des cacus pour des mouvements symétriques ont été effectués pour a carène de Wigey définie dans Gerritsma [8] par: 8 y/ B = é -( z/ T) ùé - ( / x L) ù ( +.( / x L) ) + ( z/ T) é -( z / T) ùé -( x/ L) ù 4 êë úê ûë úû êë úê ûë úû avec B/L=, et T/L=,65. Les coefficients de masse ajoutée, purs ou coupés, sont présentés sur es figures 6 en fonction de a fréquence adimensionnee = ω L/g au nombre de Froude F=.. Les deux codes donnent des résutats identiques en dépit d'un nombre différent de facettes (5 pour Poséidon et 75 pour Aquapus), montrant ainsi que a convergence a été atteinte. Queques différences apparaissent toutefois aux aentours de τ=/4 où cette fonction de Green est très difficie à cacuer. Les cacus ont été comparés aux essais de [8] et aux cacus de Lin and Yue [9] par une méthode de singuarité dans e domaine tempore ainsi qu'à ceux de Wang et a. [] par une méthode,5d par une approche de 8

9 Chapman, aussi dans e domaine tempore. L'accord est ici aussi très satisfaisant pour es coefficients purs: très bon pour M 33 et M 55, pour es amortissements A 33 et A 55, es courbes sont paraèes avec un écart pratiquement indépendant de a fréquence. Pour es coefficients coupés, 'accord est satisfaisant mais es divers résutats montrent des écarts pus importants. M 33 /ρv Po seidon 5 facettes C acus Lin Y ue [ 9] Essais Gerritsma [ 8] C acus Chu n-tsun g [ ] Aq uapus 7 5 facettes Aq uapus ( fréquence de rencontre) A 33 (L/g).5 /ρv M 55 /ρv L..8.6 A 55 (L/g).5 /ρv L M 53 / ρvl..5 A 53 (L/g). 5 /ρv L M 35 /ρv L A 35 (L/g).5 /ρv L Figure 6 Coefficients de masse ajoutée et d'amortissement pour une carène de Wigey (F=,, B/L=,; T/L=,65)

10 On a aussi tracé sur cette figure es résutats obtenus par e code Aquapus en utiisant 'hypothèse de a fréquence de rencontre avec a fonction de diffraction-radiation sans vitesse d'avance. Pour es coefficients de masse ajoutée purs es différences restent faibes et ne sont observabes que pour des fréquences réduites de à 3, mais ees augmentent pour es coefficients de coupage. Les différences sont nettement pus éevées pour es coefficients d'amortissement. Carènes Série 6 La figure 7 présente es résutats obtenus pour e modèe Série 6, C B =,6 en mouvement de pionnement forcé, pour es coefficients de masse ajoutée et d'amortissement, en fonction de a fréquence réduite fl/ U, pour e nombre de Froude F=,. On ne présente ici que es résutats d'un seu code puisque comme pour a carène de Wigey, es deux codes donnent des résutats pratiquement identiques. Les premiers résutats (notés cacu initia) obtenus en négigeant 'intégrae de igne montrent des osciations importantes des courbes de qui sont probabement dues à des fréquences irréguières comme déjà mentionné dans []. CM 33. C acu initia pus intégrae de igne. Cacucompet (avec tfi et i) CA Cacu initia pus intégrae de igne Cacu compet (avec tfi et i) Figure 7 Infuence de 'intégrae de a igne de fottaison et du traitement des fréquences irréguières sur es coefficients de masse ajoutée et d'amortissement (Série 6 C B =,6, F=,) En rajoutant 'intégrae de igne, résutats notés avec "i", on observe que si ces osciations sont encore présentes, eurs ampitudes ont été argement diminuées. On observe ici e caractère amortisseur de cette intégrae de igne par rapport à ces fréquences irréguières. On a aors introduit une technique cassique de suppression des fréquences irréguières (noté "tfi") en fermant a coque par une surface pane égèrement immergée. Cette surface a été découpée en facettes avec une distribution inconnue de sources, au miieu desquees on a imposé une condition de vitesse nue. Dans e cas avec intégrae de igne, es osciations ont été presque compètement supprimées et dans e cas où cee-ci a été négigée, es osciations subsistent avec une faibe ampitude. Les figures 8 et 9 présentent es coefficients de masse ajoutée et d'amortissement définis par CM jj =M jj /ρl n et CA jj =A jj /ρωl n pour j=3 (n=3) et 5 (n=5) respectivement pour es deux carènes C B =,6 et,8 en fonction de a fréquence adimensionnee, en mouvements forcés de pionnement et de tangage à F=,,. Les résutats des cacus sont comparés avec ceux des mesures de [6] sur des modèes de ongueur L=,m en mouvements forcés effectuées dans e cana de recircuation d'eau de 'Ecoe Centrae de Nantes, qui sont représentés par des symboes. Tous es résutats numériques sont donnés avec 45 facettes sur a demicoque. Les courbes en tirets correspondent au code Poséidon, et cees en trait pein au code Aquapus. Les résutats pour es deux codes sont pratiquement identiques. On obtient des courbes simiaires pour es deux vaeurs du coefficient de bock. On observe parfois entre es deux codes un éger déphasage des positions des maximums et des minimums des courbes,

11 particuièrement pour a carène C B =,8. Les résutats des mesures sont en bon accord avec ceux des cacus sauf pour CM 55, pour eque es mesures conduisent à des vaeurs très faibes. Sur ces deux dernières figures, on a aussi porté es résutats obtenus avec 'hypothèse de a fréquence de rencontre (traits mixtes). On observe ici des différences sensibes uniquement pour es fréquences es pus faibes, pus marquées pour e mouvement de tangage....8 aquapus Essais Boin et a. [6] Poseidon Aquapus ( fréquence de rencontre) CM 33.6 C A CM CA Figure 8 Coefficients de masse ajoutée et d'amortissement Série 6 C B =,6 (F=,) Essais B oin et a. [6] Aquapus Aquapus (fréquence de rencontre) Poseidon..5 CM 3 3. CA CM 55 CA Figure 9 Coefficients de masse ajoutée et d'amortissement Série 6 C B =,8 (F=,)

12 On observe encore queques osciations sur es résutats du code Poséidon des figures 8 et 9, particuièrement pour es résutats correspondant au mouvement de tangage. Une procédure pour diminuer encore es effets des fréquences irréguières est en cours de réaisation. On a tracé sur es figures, a distribution de 'ampitude reative des vagues sur une coupe ongitudinae pacée à y/l=, pour e modèe C B =,8 à F=, et f=4hz (τ=,79) en dehors d'une fréquence irréguière. La courbe du haut correspond au mouvement de pionnement et cee du bas à ceui de tangage. On observe qu'ici aussi es deux codes donnent des résutats identiques mais i est nécessaire d'avoir un pus grand nombre de facettes (de 'ordre de ) pour avoir une soution correcte (sans osciations de a surface ibre) que pour e cacu des coefficients gobaux. On observe sur ces figures des résutats de cacu très surestimés en arrière du modèe (x/l ) qui ne peuvent être expiqués. De même si es résutats correspondant au mouvement de pionnement sembe corrects e ong du bateau, es positions des creux et des crêtes sont ma pacés pour e mouvement de tangage C B =,8; a 3 /L=,9; F =,; f=4hz; τ=,79 y/l=,.75 A/L x/l.5 C B =,8; a 5 =,8 ; F=.; f=4hz; τ=,79 y/l=,. Aquapus Poseidon Essais Boin et a. [6] A/L x/l Figure Comparaison des coupes ongitudinaes de a surface ibre (ampitudes) La figure présente des coupes transversaes de 'ampitude dans es mêmes conditions. La partie gauche correspond au mouvement de pionnement et a partie droite à ceui de tangage. La partie supérieure montre des résutats pour x/l=,9, soit très près de a poupe du modèe et a partie inférieure correspond à x/l=,8. Les deux codes donnent des résutats tout à fait identiques sauf queques osciations de faibes ongueur d'onde et ampitude. L'accord avec es mesures est assez bon sauf au voisinage immédiat de a carène mais e pas entre es mesures est trop grand pour observer expérimentaement éventueement des osciations de faibe ongueur d'onde.

13 .4 X/L=,9.8 X/L=, A/L Poseidon Aquapus Essais Boin et a. [6] A/L y/l y/l. X/L=,8.6 X/L=, A/L.6 A/L y/l y/l Figure Comparaison des coupes transversaes de a surface ibre (ampitudes) 5. CONCLUSION ET PERSPECTIVES On a présenté es résutats de deux méthodes de cacu de a tenue à a mer des navires par a méthode des singuarités (d'ordre ) utiisant a fonction de Green de diffraction radiation avec vitesse d'avance dans e domaine fréquentie. Pour obtenir des résutats précis, es intégrations surfaciques sur des facettes de a coque ou des segments de a igne de fottaison, apparaissant dans 'appication de a troisième formue de Green, ont été cacuées anaytiquement après permutation avec es intégraes simpes apparaissant dans cette fonction de Green. La première méthode utiise a formuation de Bessho et a méthode de a pus grande pente pour cacuer es intégraes simpes (code Aquapus du LMF-DHN), aors que a seconde, qui utiise a formuation de Guéve et Bougis, es cacue par une méthode de Simpson Adaptative qui permet de diminuer e pas de cacu quand 'intégrant devient pus osciant (code Poséidon du LEA Poitiers). Les résutats des intégrations ont d'abord été vaidés pour des facettes ou des segments seus de a surface ibre. Les deux codes de cacu donnent des résutats identiques, même au voisinage immédiat de a surface ibre. Les dérivées sont pus difficies à intégrer que a fonction et, pour un point très proche de a surface ibre, es méthodes numériques d'intégration anaytiques permettent d'obtenir des résutats précis. Ces techniques d'intégration ont été introduites dans des codes de tenue à a mer qui ont été utiisées pour étudier es mouvements de radiation de coques de navire. Les résutats des deux codes donnent des résutats pratiquement identiques magré es descriptions différentes de a fonction de Green, ce qui est un gage de précision des cacus présentés. Is ont mis en évidence 'existence de fréquences irréguières pour cette fonction de Green qui sembent être moins abruptes que pour cee sans vitesse d'avance. On a montré 'infuence amortissante de 'intégrae de igne car on note une augmentation très notabe des ampitudes des osciations quand cee-ci est négigée. On a réussi à supprimer ces fréquences (au moins es premières) en fermant a coque par une surface horizontae faibement immergée sur aquee on a appiqué une condition de vitesse nue. Les résutats gobaux sont en bon accord avec ceux d'autres méthodes de cacu et ceux des essais disponibes. En ce qui concerne e 3

14 champ de vagues, a précision est moins bonne et en particuier es cacus surestiment e champ de vague à 'arrière de a coque. Ce phénomène n'a pas encore été expiqué. 6. RÉFÉRENCES [] Du S.X., Hudson D.A., Price W.G. and Temare P., 999, "Comparison of numerica evauation techniques for the hydrodynamic anaysis of a ship traveing in waves", Trans. RINA, pp [] Du S.X., Hudson D.A., Price W.G. and Temare P.,, "A vaidation study on mathematica modes of speed and frequency dependence in seakeeping", Trans. RINA, pp.8-. [3] Brument A., Dehommeau G., 997, "Evauation numérique de a fonction de Green de a tenue à a mer avec vitesse d'avance", 6e Journées de 'Hydrodynamique, pp. 47-6, Nantes. [4] Chen X.B. and Nobesse F., 998, "Super Green functions", Proceedings of the nd Symposium on Nava Hydrodynamics, Washington (USA), pp [5] Chen X.-C., Diebod L. and Doutreeau Y.,, "New Green function method to predict wave induced ship motions and oads", Proceedings of the 3 rd Symposium on Nava Hydrodynamics, Va de Reui (France), Monday Session, pp [6] Boin J.P., Guibaud M. and Ba M.,, "Frequency domain numerica and experimenta investigation of forward speed radiation by ships", Proc. of the 3 rd Symposium on Nava Hydrodynamics, Tuesday session, pp.-5. [7] Iwashita H. and Okhusu M., 989, "Hydrodynamic Forces on a Ship Moving at Forward Speed in Waves", J.S.N.A. Japan, Vo. 66, pp87-9. [8] Ba M. and Guibaud M., 995, "A fast method of evauation for the transating and pusating Green s function", Ship Technoogy Research, Vo. 4, pp [9] Nontakaew U., Ba M. and Guibaud M., 997, "Soving a radiation probem with forward speed using a ifting surface method with a Green's function", Aerospace Science and Technoogy, 8, pp [] Iwashita H., 99, "Evauation of the Added-Wave-Resistance Green Function Distributing on a Pane", Mem. Fac. Eng. Hiroshima Univ., Vo.,, pp.-39. [] Boin J.P. Guibaud M. and Ba M.,, "Sea-keeping computations using the ship motion Green's function", Proceedings of ISOPE Conference, Vo. IV, pp [] Bessho M., 977, "On the Fundamenta Singuarity in the Theory of Ship Motions in a Seaway", Memoirs of the Defence Academy Japan, Vo. XVII, 3, pp [3] Brument A., 998, "Evauation numérique de a fonction de Green de tenue à a mer ", Thèse de Doctorat, Écoe Centrae de Nantes. [4] Maury C.,, "Etude du probème de tenue à a mer avec vitesse d'avance queconque par une méthode de singuarités de Kevin", Thèse de Doctorat, Écoe Centrae de Nantes. [5] Guéve P. and Bougis J., 98, "Ship motions with forward speed in infinite depth", Int. Ship. Progress, Vo. 9, pp.3-7. [6] Boin J.P. Guibaud M. et Ba M., 999, "Précision des intégrations surfaciques de a fonction de Green dans un code de tenue à a mer avec vitesse d'avance", Comte-Rendu des Septièmes Journées de 'Hydrodynamique, Marseie, p.-4. [7] Bougis J., 98, "Etude de a diffraction-radiation dans e cas d'un fotteur indéformabe animé d'une vitesse moyenne constante et soicité par une houe sinusoïdae de faibe ampitude", Thèse de doctorat, Université de Nantes. [8] Gerritsma J., 988, "Motions, wave oads and added resistance in waves of two Wigey hu forms", Deft University of Technoogy, ShipHydromechanics aboratory, report no. 84. [9] Lin W.-M., and Yue D., 99, "Numerica soutions for Large-Ampitude ship motion in the time domain", Proc. of the 8 th Symp. on Nava Hydrodynamics, Ann Arbour, pp [] Wang C.-T., Horng S-.J. and Chiu F.-C., 997, "Hydrodynamic forces on the advancing sender body with speed effects", Int. Shipbuid. Progr., vo. 44, no 438, pp

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina esure de facteur de bruit sur anayseur de réseaux vectorie corrigée en Paramètres-S Frédéric oina Agenda Rappe : qu est-ce que e facteur de bruit d un composant? éthodes et setup de mesure Etapes de caibrage

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles E Chapitre I : appes générau. Chapitre 3 es câbes 38 Cacuer une structure : de a théorie à 'eempe Iustration au recto et photos ci-dessous : Mât haubané de mètres servant de soutien au tieu cassé de Doyon

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Structures dynamiques Listes chaînées

Structures dynamiques Listes chaînées TC Informatique Structures de données abstraites PC N 4 30 Novembre 2000 François Siion Structures dynamiques Listes chaînées http://w3.edu.poytechnique.fr/informatique Représenter un ensembe d'ééments

Plus en détail

Une introduction à l analyse discriminante avec SPSS pour Windows

Une introduction à l analyse discriminante avec SPSS pour Windows Une introduction à anayse discriminante avec SPSS pour Windows Dominique DESBOIS INRA-ESR Nancy et SCEES 5 rue de Vaugirard, 7573 Paris Cedex 5. Fax : +33 49 55 85 00 Mé :desbois@jouy.inra.fr RÉSUMÉ :

Plus en détail

MÉCANIQUE DES STRUCTURES

MÉCANIQUE DES STRUCTURES SCIENCES SUP Aide-mémoire IUT Licence Master MÉCANIQUE DES STRUCTURES Résistance des matériaux Arnaud Deapace Fabrice Gatuingt Frédéric Ragueneau AIDE-MÉMOIRE MÉCANIQUE DES STRUCTURES Résistance des matériaux

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille Document de travai Working paper Le recours à Aide compémentaire santé : es enseignements d une expérimentation sociae à Lie Sophie Guthmuer (LEDa-LEGOS, Université Paris-Dauphine) Forence Jusot (LEDa-LEGOS,

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable C TSP 6500/7000 SÉRIE Chariots tridirectionnes à nacee éevabe C Série TSP 6500 / 7000 Chariots tridirectionnes à nacee éevabe Aée disponibe min. Jeux fonctionnes Fourches non téescopiques 4.33a 4.33 Longueur

Plus en détail

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité Aspects de ergonomie des interfaces. Utiisabiité René PATESSON CREATIC Centre de Recherches en Ergonomie Appiquée aux Technoogies de Information et de a Communication ULB-SISH (Section Informatique et

Plus en détail

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M DOSSIER BASES DE DONNEES PAR VIRGINIE GOASDOU~ (EDF R&D), SYLVAINE NUGIER (EDF R&D), BRIGITTE LABOISSE (AID) ET DOMINIQUE DUQUENNOY (AID) Une grie pour évauer a quaité de vos données et choisir votre outi

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

l EXCLUSION, INCLUSION m

l EXCLUSION, INCLUSION m EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre

Plus en détail

ETUDES DES SOLLICITATIONS MECANIQUES ET HYDRODYNAMIQUES SUR UN VOILIER COLLE ET INSTRUMENTE

ETUDES DES SOLLICITATIONS MECANIQUES ET HYDRODYNAMIQUES SUR UN VOILIER COLLE ET INSTRUMENTE 0 èmes JOURNÉES DE L HYDRODYNAMIQUE Nantes, 7, 8 et 9 mars 2005 ETUDES DES SOLLICITATIONS MECANIQUES ET HYDRODYNAMIQUES SUR UN VOILIER COLLE ET INSTRUMENTE HYDRODYNAMIC AND MECHANICAL LOADING ON A SAILING

Plus en détail

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin e point sur La cartographie, enjeu contemporain Jacques Lévy, professeur à 'Universités de Reims et à 'Institut d'études poitiques de Paris, feow au Wissenschaftskoeg zu Berin De ce vieux Mercator, à quoi

Plus en détail

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,...

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... hapitre 4 1 RESEAUX LOAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... Ethernet : buts - non buts 2 uts réseau mutipoint sans priorité avec coisions faibe coût Non-buts contrôe d erreur fu dupex sécurité priorité déterminisme

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Guide d utilisation 5117

Guide d utilisation 5117 MO0912-FA Guide d utiisation 5117 Famiiarisation Féicitations pour achat de cette montre CASIO. Pour tirer e meieur parti de votre achat, veuiez ire attentivement cette notice. Exposez a montre à une umière

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Une. Centre --------------

Une. Centre -------------- 59 Une Médiathèque Centre Socia (a cuture du ien socia) -------------- Émiie Dauphin Émiie Dauphin est bibiothécaire à a Médiathèque Centre Socia Yves Coppens, une structure hybride, à vocation sociae

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais AE 08.0 Accessoires Contacts éectriques Conformité Contact éectrique sec à aimant Type 8 ) Seui d'aarme inductif Type 8 Reais ampificateur Boc reais Utiisation Les contacts éectriques permettent d'ouvrir

Plus en détail

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires.

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires. Venir nous voir De près Notre gae de chaudières pour fiou et gaz De oin Technoogie à condensation Technoogie basse température Boiers Accessoires Interca Wärmetechnik GmbH A Seeenkamp 0 2791 Lage Aemagne

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre 9 : Intégrales triples Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mai 2013 suivant Chapitre 9 Intégrales triples 9.1 Motivation, définition et calcul de l intégrale

Plus en détail

Développement du leadership :

Développement du leadership : Livre banc Déveoppement du eadership : es tendances de demain Auteur : Nick Petrie Version : décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES 3 3 5 6 7 10 29 30 32 À propos de 'auteur Experts consutés dans e cadre de

Plus en détail

Manipulateurs Pleinement Parallèles

Manipulateurs Pleinement Parallèles Séparation des Solutions aux Modèles Géométriques Direct et Inverse pour les Manipulateurs Pleinement Parallèles Chablat Damien, Wenger Philippe Institut de Recherche en Communications et Cybernétique

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email

IVM : Voice to email. IVM : Voice to email Siemens IVM : Voice to emai IVM : Voice to emai 1 HiPath Xpressions Compact : Voice to emai............................. 3 1.1 Introduction.......................................................... 3 1.2

Plus en détail

Transferts thermiques en écoulements oscillants laminaires incompressibles

Transferts thermiques en écoulements oscillants laminaires incompressibles Internationa Journa of Refrieration 8 (005) 353 367 www.esevier.com/ocate/ijrefri Transferts thermiques en écouements osciants aminaires incompressibes Phiippe Nika*, Yannick Baiy, François Lanzetta Département

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Pierre-Michel Guilcher, Olivier Payen, Aurélien Drouet, Erwan Jacquin Plan de l exposé Contexte général Définition

Plus en détail

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon BANQUE MONDIALE The Internationa Bank for Reconstruction and Deveopment/The Word

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d actions US Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Guide d utilisation 3173 3246

Guide d utilisation 3173 3246 MO1007-FB Guide d utiisation 3173 3246 Féicitations pour e choix de cette montre CASIO. Appications Les capteurs de cette montre mesurent a direction, a pression barométrique, a température et atitude.

Plus en détail

Dossier d actualité PISA : CE QUE L ON EN SAIT ET CE QUE VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 66 Oct. 2011. Une évaluation qui polarise l attention 1/18

Dossier d actualité PISA : CE QUE L ON EN SAIT ET CE QUE VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 66 Oct. 2011. Une évaluation qui polarise l attention 1/18 n 66 Oct. 2011 Sommaire page 1 : Une évauation qui poarise attention page 3 : Ce que PISA peut nous apprendre sur enseignement page 9 : PISA et e piotage des systèmes éducatifs page 14 : Bibiographie Dossier

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur 2011-2012 L ÉDITO DU PRÉSIDENT Doctorants, vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein de une des six écoes doctoraes du Pôe

Plus en détail

Ford transit custom kombi

Ford transit custom kombi Ford transit custom kombi Conçu dans un souci de durabiité, testé pour sa robustesse Comme tous es Ford Transit, a durabiité est inscrite dans es gènes du Transit Custom Kombi. Grâce à un programme de

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

NCH Software Pixillion - Convertisseur de fichiers image

NCH Software Pixillion - Convertisseur de fichiers image NCH Software Pixiion - Convertisseur de fichiers image Ce manue a été créé pour être utiisé avec Pixiion - Convertisseur de fichiers image Version 2.xx NCH Software Support technique Si vous rencontrez

Plus en détail

Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou

Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou alpha-stables Richard Eon sous la direction de Mihai Gradinaru Institut de Recherche Mathématique de Rennes Journées de probabilités 215,

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

SPRITE 2015. ALPINE SPORT CRUZER SR www.spritecaravans.com SPIRIT OF ADVENTURE

SPRITE 2015. ALPINE SPORT CRUZER SR www.spritecaravans.com SPIRIT OF ADVENTURE SPRITE 2015 SPIRIT OF ADVENTURE Sprite Après-ventes Lorsque vous achetez une caravane Sprite, vous achetez pus qu une caravane. Vous bénéficiez égaement du service Supercare, a principae organisation Après

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE Copyright Organisation internationae du Travai 2001 Première édition 2001 Les pubications du Bureau internationa du Travai jouissent de a

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases SINE QUA NON Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases Sine qua non est un logiciel «traceur de courbes planes» mais il possède aussi bien d autres fonctionnalités que nous verrons tout

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Guide d utilisation 4738

Guide d utilisation 4738 MO0612-FA Guide d utiisation 4738 Famiiarisation Féicitations pour achat de cette montre CASIO. Pour tirer e meieur parti de votre montre, isez attentivement ce manue. Avertissement! Les fonctions de mesure

Plus en détail

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu

Gamme Everio 2012. www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu Gamme Everio 2012 www.jvc.net/everio-2012s/ www.jvc.eu www.jvc-asia.com www.jvc-me.com Restez en contact Everio vous permet désormais de rester en contact avec votre entourage, qu i se trouve à côté de

Plus en détail

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x )

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x ) Séries de Fourier Les séries de Fourier constituent un outil fondamental de la théorie du signal. Il donne lieu à des prolongements et des extensions nombreux. Les séries de Fourier permettent à la fois

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire

Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire Simulation d essais d extinction et de roulis forcé à l aide d un code de calcul Navier-Stokes à surface libre instationnaire E. Jacquin, P.E. Guillerm, Q. Derbanne, L. Boudet (Bassin d'essais des carènes)

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

de suivi et d évaluation de la participation des enfants

de suivi et d évaluation de la participation des enfants TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 Outis de suivi et d évauation de a participation des enfants Save the Chidren a des activités dans pus de 120 pays.

Plus en détail

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693

Informations techniques. Transmetteurs et communication VEGAMET 381 VEGAMET 391 VEGAMET 624 VEGAMET 625 VEGASCAN 693 Informations techniques Transmetteurs et communication VEGAMET 8 VEGAMET 9 VEGAMET 64 VEGAMET 65 VEGASCAN 69 Sommaire Sommaire Description du produit.....................................................................................

Plus en détail