1. INTRODUCTION On voit apparaître depuis quelques années des codes de calcul de tenue à la mer des navires par la méthode des singularités utilisant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. INTRODUCTION On voit apparaître depuis quelques années des codes de calcul de tenue à la mer des navires par la méthode des singularités utilisant"

Transcription

1

2 . INTRODUCTION On voit apparaître depuis queques années des codes de cacu de tenue à a mer des navires par a méthode des singuarités utiisant a fonction de Green de diffraction-radiation avec vitesse d avance, Du et a. [], [], Brument et Dehommeau [3], Chen et Nobesse [4], Chen et a. [5], Boin et a. [6]. Cette fonction, utiisée au cours des années 8, avait été abandonnée ensuite au profit des méthodes de Rankine, à cause des difficutés numériques associées, introduisant des imprécisions et des temps de cacu éevés, particuièrement au voisinage de a surface ibre. On peut donc maintenant tirer partie des avantages des singuarités de Kevin-Haveock, tes a satisfaction automatique de a condition inéarisée de surface ibre mais aussi cee de radiation, difficie à imposer dans es méthodes de Rankine quees que soient es vaeurs de a fréquence et de a vitesse d'avance, 'absence de maiage sur a surface ibre évitant toute réfexion des vagues sur une frontière, ainsi que e fitrage des soutions à des ongueurs d'onde pus petites que es ceues de ce maiage. Cette méthode présente de pus 'avantage d'avoir de pus petits systèmes d'équations à résoudre. Ces codes peuvent être utiisés sur de petites stations de travai ou de simpes PC, avec des temps de cacu modérés, sans négiger a précision. Ces améiorations sont iées à cees des agorithmes de cacu utiisant a méthode de a pus grande pente (Iwashita et Okhusu [7] ou [3]) ou cee de Simson adaptative (Ba et Guibaud [8], Nontakaew et a. [9]) pour e cacu de a fonction de Green. Les méthodes des singuarités font apparaître des intégraes de a fonction et de ses dérivées sur des facettes et des segments (sauf si on utiise des méthodes d'intégration numérique) putôt que a fonction ee-même et ce sont ces intégraes qui doivent être cacuées précisément. On peut en effet cacuer anaytiquement es intégraes de surface après queques manipuations mathématiques par a méthode de a pus grande pente, Iwashita [], par a méthode des Superfonctions de Green [4], ou de Simpson adaptative Boin et a. []. On obtient ainsi des intégrations précises pour des facettes contiguës à a surface ibre, même si e point de contrôe est près aussi de cee-ci. On peut aussi cacuer es intégraes avec des points sur a surface ibre pour obtenir e champ de vagues. I faut encore mentionner es progrès des ordinateurs au cours des dernières années dans ceux des codes de cacu. On présente ici deux codes de cacu utiisant cette fonction et différentiés seuement par a méthode de cacu des intégrations de Fourier. L'étude est imitée à un écouement symétrique, pour une distribution de sources seues. Le potentie est déveoppé autour de 'écouement uniforme, e potentie des vitesses instationnaire dans e domaine fréquentie étant ainsi découpé de 'écouement moyen stationnaire. Les deux codes cacuent anaytiquement es intégraes de surface ou de igne portant sur a fonction de Green et de ses dérivées, après permutation des intégraes d'espace et de Fourier. Une grande attention a été portée à a précision de ces intégraes. Des cacus ont été effectués pour étudier 'infuence d'une facette ou d'un segment de a igne de fottaison seus avec une distribution constante de source unité située près de a surface ibre sur un point champ baayant 'espace et particuièrement s'approchant de a surface ibre. Des cacus ont été effectués pour des carènes tees cees de Wigey et de a Série 6. Pour ces dernières, es résutats obtenus montrent 'existence d'osciations correspondant probabement à des fréquences irréguières en présence de a vitesse d'avance dont es ampitudes augmentent quand on négige 'intégrae de igne. Enfin, on a comparé, pour es carènes de a série 6, es champs de vagues cacués à ceux obtenus ors d'essais afin d'avoir une vaidation pus compète de a méthode de cacu sur des grandeurs ocaes. Après avoir rappeé succinctement e probème étudié, es méthodes de cacu de a fonction de Green et de ses dérivées ainsi que de eurs intégrations sur des facettes ou des segments de a igne de fottaison sont présentées. On déveoppe ensuite 'étude numérique dans e cas d'une facette ou d'un segment isoés et es résutats des intégrations anaytiques sont comparés avec ceux d'une intégration numérique avec un nombre de points variabes.

3 . PRESENTATION DU PROBLEME A RESOUDRE L'écouement hydrodynamique irrotationne d'un fuide parfait et incompressibe autour d'une coque symétrique de navire en transation uniforme rectiigne et soumis à des petits mouvements harmoniques forcés autour de sa position moyenne ou à une houe réguière est étudié. On utiise un système de coordonnées ié à a position moyenne de a coque, e pan xoy correspondant à a position non perturbée de a surface ibre; 'axe Oz est positif vers e haut et 'axe Ox paraèe à a vitesse du corps dirigée dans a direction de dépacement du navire. On appee n a normae intérieure au fuide. Avec ces hypothèses, on peut utiiser e potentie des vitesses. On se pacera dans e domaine fréquentie en utiisant comme écouement de base stationnaire, 'écouement uniforme. La partie spatiae f ( M ) du potentie des vitesses satisfait 'équation de Lapace au sein du fuide, supposé de profondeur infinie, a condition de gissement sur e corps, a condition inéarisée de Kevin sur a surface ibre et une condition de radiation à 'infini. La troisième formue de Green appiquée dans un domaine de cacu imitée par une surface fermée, constituée par cee du corps S B, cee de a surface ibre S L et une surface à 'infini S, permet d'obtenir une équation intégrae pour e potentie des vitesses. Dans e cas d'un écouement non portant, on utiise une distribution de sources seues: òò ò (). Cxyz (,,)(,,) fxyz = sgds+ F sgnd SB C où G est a fonction de Green de diffraction-radiation avec vitesse d'avance. L'intégrae sur a surface ibre a été transformée en une intégrae de contour sur a igne de fottaison C, intersection de a surface ibre avec a carène. Après dérivation par 'opérateur norma / n, on obtient une équation intégrae qui sera utiisée pour satisfaire a condition de gissement sur e corps: f s G G òò ò (). = - s ds + F s nd M SB M C M n n n Une fois obtenue a distribution de source, es équations précédentes permettent de cacuer e potentie et sa dérivée normae. On obtient a distribution de pression par: æ fö p =-r ç iwf - U çè x (3), ø et par intégration, es forces et moments, d'où es coefficients de masse ajoutée et d'amortissement: jk jk jk òò j ( j j), T = wa - i wb =-r n i wn -Um ds où tout es m j sont nus sauf m = n et m =- n, puisque es effets stationnaires et instationnaires sont découpés. 3. RESOLUTION NUMERIQUE 3. Discrétisation du probème La surface de a coque est divisée en SB n bandes de b n facettes. On déveoppe une mé- f thode d'ééments de frontière au premier ordre, donc 'intensité des sources, et pus généraement toutes es inconnues, sont supposées constantes sur chaque facette et égae à a vaeur au centre de gravité. Les distributions inconnues sur a igne de fottaison sont prises égaes à eur vaeur sur a bande de facettes contiguë. La condition de gissement écrite sur chacune des facettes conduit à un système d'équations inéaires dont e second membre est connu: n * n b f b sn G G Vn ( xyz,, ) = - å s ds F s nd k òò + å n ò n k= DS M = Bk puisque e mouvement 'est aussi. On doit donc cacuer avec précision des intégraes des types suivants: n dc M 3

4 G G GM ( i, M ' kj) ds, GM ( i, M ' k) d, ( Mi, M ' kj) ds et ( Mi, M ' k) d n n (4). Skj C Skj C 3. Cacus de a fonction de Green 3. Méthode de pus grande pente a- Source ponctuee: ' ', ', ' On considère une source ponctuee P ( x y z ) et un point champ (,, ) 4 Pxyz. La source se dépace à a vitesse constante U et oscie à a fréquence de rencontre ω e. La fonction de Green satisfait a condition inéarisée de surface ibre et est exprimée sous a forme (5) dérivée dans Bessho [], qui présente 'avantage principa d'être écrite sous a forme d'une intégrae simpe ce qui permet d'intégrer en suivant n'importe que chemin dans e pan compexe. Avec cette expression, on peut évauer en même temps, a fonction et ses dérivées, que que soit 'ordre. Ces déveoppements, proposés à 'origine dans [7], ont été faits à 'Ecoe Centrae de Nantes, Brument et Dehommeau [3], ou Brument [3], et pus récemment Maury [4]. kξ kξ ik θ( PP, ') ke sgnc. ke GPP (, ') = dθ 4π R R π (5) θ + 4τcosθ R où ( x x' ) ( y y' ) ( z z' ) g = + + ± R ; Uωe K = τ = U g X = K ( x x' ) k + τcosθ ± + 4τcosθ = Y = K y y' et k cos θ ( ') Z = K z + z ( cos sin ) ξ = Z + i X θ + Y θ si t sgnc sign Re( cosθ < = ), avec sign( t) = si t = sgns = sign Re( sinθ ) si t > π θ ϕ ε π + arccos si τ > θ 4τ 4 = et ϕ π iarg ch si τ < 4τ 4 ε ( PP, ') = ( PP, ') i ( PP, ') ( PP, ') = arccos ( X / X + Y ) ( PP, ') = arg sh( Z / X + Y ) g est a partie dépendante du nombre de Froude (ou encore partie de Kevin) de a fonction de Green. Ces cacus sont déveoppés dans [3] ou [4]. Pour utiiser cette méthode, on doit séparer 'intégrae en θ en pusieurs termes suivant es signes des termes sgnc et sgn s : π π f ( ) ( ) θ. dθ si X θ PP, ' > θ ( PP, ') I= sgn cf. ( θ). dθ= f( ). d θ θ θ+ θ π π π f( θ). dθ f( θ). dθ+ f( θ). dθ si X< θ ( PP, ') kξ avec ( ) ke f θ = + 4τcosθ b-source distribuée sur une facette ou un segment: La soution d'un probème de tenue à a mer 3-D avec vitesse d'avance par une méthode d'éément de frontière requiert de cacuer des intégraes portant sur une distribution de sources sur es facettes du corps et es segments de a igne de fottaison. Ainsi e cacu de a

5 fonction de Green associée à une facette (et pour 'intégrae de igne à un segment) avec une densité constante de source est déveoppée. L'intégration anaytique de a partie de Kevin de 'équation (5) sur une facette ou un segment ([]) donnent es expressions I S = gds pour a facette de N sommets et I L = gd pour un segment rectiigne: δ C e sgnc e kξ kξ N (, ) N i θ PQ S k k i S IS = d ( ) d πk + θ = ψ ( θ ) + 4τ cosθ πk τ = ψ θ PQ, I L ( ) N k ξ k iβ Y Y e sgnc. e = π ξ ξ + 4τ cosθ ( ) S θ ν η η ( ) θ= θ( η ) θ ( PQ, ) dθ (6) θ = + avec: Q sommets de a facette (, N) et S surface du triange ( Q, Q, Q ) + ( ); ; ( ) P Q P Q P Q ξ = et X = K x x Y = K y y Z = K z + z avec e signe de (y p -y Q ) constant pour = à N. ψ ( θ ) = ( ξ ξ ) ( ξ ξ ) et ξ = ξ ( PQ, ) ν ( η) + ( η + η ) η ( η + η) ( η η ) ( η η η) XY ' ' Z ' X Y Z X X ' Y ' Y η X Yη = + I Xη + Yη X + Y X + Y + Z ( ), ( ), ( ) Xη = X+ η X X Yη = Y + η Y Y Zη = Z+ η Z Z où et X' = X X; Y' = Y Y; Z' = Z Z Les expressions pour es dérivées peuvent être trouvées dans [4]. Ici aussi, a méthode de pus grande pente est utiisée pour évauer efficacement es termes en k. Pour cea et parce que θ varie avec Q, e cacu des intégraes correspondant à chaque sommet, est fait séparément. Des points singuiers ψ θ = à cause de cette décomposition de a somme. Les vaeurs de ces points singuiers sont connues et évauées à 'aide de a formue (7) ci-dessous: Xe = XQ X ( + ) Q Ye ± Xe + Ye + Ze θ = arctan avec Ye = YQ Y ( ) Q (7) + Xe ize. Ze = Z Z θ apparaissent dans es intégrants quand ( ) Q( + ) Q Les chemins d'intégration doivent éviter ces points singuiers, et a contribution des pôes doit être pris en compte. I est nécessaire d'évauer cette contribution en θ par rapport aux sommets Q et, quand es chemins d'intégration utiisés pour es deux intégraes ( et + ) entourent e point singuier considéré. Quand e point infuence est oin de a facette (ou du segment) on peut optimiser 'évauation de a fonction de Green en utiisant un chemin d'intégration moyen pour intégrer directement a somme totae de θ à θ c. On a à évauer une seue intégrae et on n'a pas à se soucier des points singuiers. Néanmoins, θ ( ) étant une fonction des sommets Q, on doit compéter cette expression par a somme d'intégraes de θ c à chaque θ ( ) comme écrit dans (6). Ces intégraes sont cacuées, soit dans 'espace θ, soit par a méthode de a pus grande pente: N N θ θ( PQ, ) S L, ( ), ( ) θ (8) θc = = c I (or I ) = sgnc. f θ. dθ + sgnc. f θ. dθ 5

6 kξ e kξ i S k iβ ( Y Y) e où f, ( θ) = ou f, ( θ) = πk ψ ( θ) + 4τcosθ π ( ξ+ ξ) + 4τcosθ En ce qui concerne es termes en k, on peut faciement utiiser un chemin commun pour chaque intégrae associée à un sommet de a facette. Les intégrants ne sont pas osciants, ce qui entraîne aucune contrainte sur es chemins d'intégration. L'expression (6) est décomposée comme dans (8). Ici aussi, on doit compéter cette intégrae par une somme d'intégraes de θ c à chaque θ ( ). On peut montrer [4] que a difficuté des cacus, qui est iée à a puissance de k apparaissant dans es fonctions f,, augmente avec 'ordre de dérivation de a fonction mais qu'ee décroît de a fonction à son intégration sur une igne et pus encore sur une facette. En effet, pus cette puissance est éevée, pus a décroissance de 'intégrant est rapide orsqu'on tend vers π/. 3.. Cacus de a fonction de Green avec une méthode de Simpson Adaptative a. Source ponctuee On utiise ici a fonction de Green définie dans Guéve et Bougis [5] et déveoppée dans [8], qui ne sera pas rappeé ici. b. Source distribuée sur une facette ou un segment Les intégrations surfaciques sont effectuées par une méthode anaytique qui s'est montrée pus précise et efficace que a méthode mixte associant intégrations par points de Gauss et anaytiques [] ou Boin et a. [6]. Cette méthode anaytique est basée sur un théorème de Stokes qui transforme es intégraes de surface en intégrae de contour, Bougis [7]. Les détais peuvent être trouvés dans []. 3.3 Intégration sur un panneau isoé z x A quapus P oseidon Inté gration numériq ue po int de G auss Inté gration numériq ue 4 po ints de Gau ss Inté gration numériq ue 6 p oint s de G auss y.6 Aquapus.4 P oseidon Intégratio n n umérique point de G auss. Intégratio n n umérique 4 points de G auss Intégratio n n umérique 6 points de G auss a) Partie réee b) Partie imaginaire Figure Intégraes de a fonction de Green òò gds pour un point champ décrivant 'axe y S y 6

7 A quapus P oseidon Int égration numérique p oint de G auss Int égration numérique 4 p oint s de G auss Int égration numérique 6 poin ts de G auss y Aquap us P oseidon Int égration numérique p oint d e G auss Int égration numérique 4 p oint s de G auss Int égration numérique 6 poin ts de G auss -5 5 y a) Partie réee b) Partie imaginaire g Figure Intégraes de a dérivée de a fonction de Green òò ds (point champ décrivant Oy) x S Les cacus des fonctions de Green par es deux méthodes précédentes sont en très bon accord, [3]. Pour tester es méthodes d'intégration sur une facette, on a effectué des cacus pour une facette isoée concernant es intégrations de a fonction et de ses dérivées sur une facette isoée normae à 'axe Oy, de centre de gravité situé sous 'axe Oz, à z=-,5 pour F=, et w =,4. On présente simpement queques résutats des intégrations sur g mettant en évidence queques différences avec es intégrations numériques. On cherche 'infuence de a position d'un point champ décrivant chacun des axes sur es intégrations. La figure correspond à 'intégrae de a fonction de Green pour un point M décrivant 'axe Oy. Les deux intégrations anaytiques donnent des résutats identiques en bon accord avec ceux des intégrations par points de Gauss sauf aux extremums de a fonction où des erreurs sont visibes avec un seu point de Gauss. La figure correspond à a dérivée par rapport à x (cee par rapport à y conduit à des vaeurs nues). On observe pour a partie imaginaire que même a méthode de Gauss à 4 points peut conduire à queques erreurs. Les deux figures suivantes (figures 3 et 4) correspondent au même cacu mais pour e point M décrivant 'axe Oz. Au voisinage de a surface ibre, es intégrations numériques ne sont pus efficaces même en augmentant d'une manière importante e nombre de points (en particuier pour a dérivée, figure 4). Par exempe avec z M >-,5, quatre points de Gauss suffisent mais i en faut 6 si z M >-,3 et 36 si z M >-,. Pour des vaeurs pus faibes, seues es méthodes anaytiques sont efficaces, a méthode de a pus grande pente permettant d'avoir des résutats à z M = aors qu'avec 'autre méthode, i faut extrapoer e résutat, a précision demeurant toutefois bonne A q ua pus P o seido n Int ég ratio n n um ériqu e po int de G aus s Int ég ratio n n um ériqu e 4 po int s de G au ss Int ég ratio n n um ériqu e 6 p oin ts d e G a uss Int ég ratio n n um ériqu e 3 6 p oin ts d e G a uss.4 Aq ua p u s P o seid o n Int é grat ion n u mé riqu e p o int de G a u ss Int é grat ion n u mé riqu e 4 p o int s d e G au ss Int é grat ion n u mé riqu e 6 p oin ts de G a uss Int é grat ion n u mé riqu e 36 p oin ts de G a us s z z a) Partie réee b) Partie imaginaire Figure 3 Intégraes de a fonction de Green òò gds pour un point champ décrivant 'axe z S 7

8 A q ua p u s P o seid o n Int é grat ion n u mé riqu e p o int de G a u ss Int é grat ion n u mé riqu e 4 p o int s d e G a u ss Int é grat ion n u mé riqu e 6 p oin ts de G a uss Int é grat ion n u mé riqu e 36 p oin ts de G a uss.3 Aq ua pus P o seido n Int ég ratio n n um ériqu e po int de G aus s. Int ég ratio n n um ériqu e 4 po int s de G au ss Int ég ratio n n um ériqu e 6 p oin ts d e G a uss. Int ég ratio n n um ériqu e 3 6 p oin ts d e G a uss z z a) Partie réee b) Partie imaginaire g Figure 4 Intégraes de a dérivée de a fonction de Green òò ds (point champ sur Oz) x S. Poseidon Aquapus.. P oseidon Aquapus. z= -. 5 y=.8.6 z= -. 5 y= x a) Partie réee de dc x ò gdc b) Partie réee de Figure 5 Intégraes de ignes pour un point décrivant 'axe x ò dc g dc x La figure 5 présente es parties réees de 'intégration sur un segment sur a igne de fottaison (-,433 x.433; -,5 y,5) de a fonction g (5a) et de sa dérivée g x (5b) pour un point décrivant 'axe x=-,5 pour F=,3 et w =. L'accord est sembabe au cas d'une facette mais 'intégration est pus difficie pour a dérivée que pour a fonction et chacune d'entre ee est pus difficie à effectuer que 'intégration correspondante sur une facette. 4. RESULTATS DU CODE DE CALCUL DE TENUE A LA MER Carène de Wigey Des cacus pour des mouvements symétriques ont été effectués pour a carène de Wigey définie dans Gerritsma [8] par: 8 y/ B = é -( z/ T) ùé - ( / x L) ù ( +.( / x L) ) + ( z/ T) é -( z / T) ùé -( x/ L) ù 4 êë úê ûë úû êë úê ûë úû avec B/L=, et T/L=,65. Les coefficients de masse ajoutée, purs ou coupés, sont présentés sur es figures 6 en fonction de a fréquence adimensionnee = ω L/g au nombre de Froude F=.. Les deux codes donnent des résutats identiques en dépit d'un nombre différent de facettes (5 pour Poséidon et 75 pour Aquapus), montrant ainsi que a convergence a été atteinte. Queques différences apparaissent toutefois aux aentours de τ=/4 où cette fonction de Green est très difficie à cacuer. Les cacus ont été comparés aux essais de [8] et aux cacus de Lin and Yue [9] par une méthode de singuarité dans e domaine tempore ainsi qu'à ceux de Wang et a. [] par une méthode,5d par une approche de 8

9 Chapman, aussi dans e domaine tempore. L'accord est ici aussi très satisfaisant pour es coefficients purs: très bon pour M 33 et M 55, pour es amortissements A 33 et A 55, es courbes sont paraèes avec un écart pratiquement indépendant de a fréquence. Pour es coefficients coupés, 'accord est satisfaisant mais es divers résutats montrent des écarts pus importants. M 33 /ρv Po seidon 5 facettes C acus Lin Y ue [ 9] Essais Gerritsma [ 8] C acus Chu n-tsun g [ ] Aq uapus 7 5 facettes Aq uapus ( fréquence de rencontre) A 33 (L/g).5 /ρv M 55 /ρv L..8.6 A 55 (L/g).5 /ρv L M 53 / ρvl..5 A 53 (L/g). 5 /ρv L M 35 /ρv L A 35 (L/g).5 /ρv L Figure 6 Coefficients de masse ajoutée et d'amortissement pour une carène de Wigey (F=,, B/L=,; T/L=,65)

10 On a aussi tracé sur cette figure es résutats obtenus par e code Aquapus en utiisant 'hypothèse de a fréquence de rencontre avec a fonction de diffraction-radiation sans vitesse d'avance. Pour es coefficients de masse ajoutée purs es différences restent faibes et ne sont observabes que pour des fréquences réduites de à 3, mais ees augmentent pour es coefficients de coupage. Les différences sont nettement pus éevées pour es coefficients d'amortissement. Carènes Série 6 La figure 7 présente es résutats obtenus pour e modèe Série 6, C B =,6 en mouvement de pionnement forcé, pour es coefficients de masse ajoutée et d'amortissement, en fonction de a fréquence réduite fl/ U, pour e nombre de Froude F=,. On ne présente ici que es résutats d'un seu code puisque comme pour a carène de Wigey, es deux codes donnent des résutats pratiquement identiques. Les premiers résutats (notés cacu initia) obtenus en négigeant 'intégrae de igne montrent des osciations importantes des courbes de qui sont probabement dues à des fréquences irréguières comme déjà mentionné dans []. CM 33. C acu initia pus intégrae de igne. Cacucompet (avec tfi et i) CA Cacu initia pus intégrae de igne Cacu compet (avec tfi et i) Figure 7 Infuence de 'intégrae de a igne de fottaison et du traitement des fréquences irréguières sur es coefficients de masse ajoutée et d'amortissement (Série 6 C B =,6, F=,) En rajoutant 'intégrae de igne, résutats notés avec "i", on observe que si ces osciations sont encore présentes, eurs ampitudes ont été argement diminuées. On observe ici e caractère amortisseur de cette intégrae de igne par rapport à ces fréquences irréguières. On a aors introduit une technique cassique de suppression des fréquences irréguières (noté "tfi") en fermant a coque par une surface pane égèrement immergée. Cette surface a été découpée en facettes avec une distribution inconnue de sources, au miieu desquees on a imposé une condition de vitesse nue. Dans e cas avec intégrae de igne, es osciations ont été presque compètement supprimées et dans e cas où cee-ci a été négigée, es osciations subsistent avec une faibe ampitude. Les figures 8 et 9 présentent es coefficients de masse ajoutée et d'amortissement définis par CM jj =M jj /ρl n et CA jj =A jj /ρωl n pour j=3 (n=3) et 5 (n=5) respectivement pour es deux carènes C B =,6 et,8 en fonction de a fréquence adimensionnee, en mouvements forcés de pionnement et de tangage à F=,,. Les résutats des cacus sont comparés avec ceux des mesures de [6] sur des modèes de ongueur L=,m en mouvements forcés effectuées dans e cana de recircuation d'eau de 'Ecoe Centrae de Nantes, qui sont représentés par des symboes. Tous es résutats numériques sont donnés avec 45 facettes sur a demicoque. Les courbes en tirets correspondent au code Poséidon, et cees en trait pein au code Aquapus. Les résutats pour es deux codes sont pratiquement identiques. On obtient des courbes simiaires pour es deux vaeurs du coefficient de bock. On observe parfois entre es deux codes un éger déphasage des positions des maximums et des minimums des courbes,

11 particuièrement pour a carène C B =,8. Les résutats des mesures sont en bon accord avec ceux des cacus sauf pour CM 55, pour eque es mesures conduisent à des vaeurs très faibes. Sur ces deux dernières figures, on a aussi porté es résutats obtenus avec 'hypothèse de a fréquence de rencontre (traits mixtes). On observe ici des différences sensibes uniquement pour es fréquences es pus faibes, pus marquées pour e mouvement de tangage....8 aquapus Essais Boin et a. [6] Poseidon Aquapus ( fréquence de rencontre) CM 33.6 C A CM CA Figure 8 Coefficients de masse ajoutée et d'amortissement Série 6 C B =,6 (F=,) Essais B oin et a. [6] Aquapus Aquapus (fréquence de rencontre) Poseidon..5 CM 3 3. CA CM 55 CA Figure 9 Coefficients de masse ajoutée et d'amortissement Série 6 C B =,8 (F=,)

12 On observe encore queques osciations sur es résutats du code Poséidon des figures 8 et 9, particuièrement pour es résutats correspondant au mouvement de tangage. Une procédure pour diminuer encore es effets des fréquences irréguières est en cours de réaisation. On a tracé sur es figures, a distribution de 'ampitude reative des vagues sur une coupe ongitudinae pacée à y/l=, pour e modèe C B =,8 à F=, et f=4hz (τ=,79) en dehors d'une fréquence irréguière. La courbe du haut correspond au mouvement de pionnement et cee du bas à ceui de tangage. On observe qu'ici aussi es deux codes donnent des résutats identiques mais i est nécessaire d'avoir un pus grand nombre de facettes (de 'ordre de ) pour avoir une soution correcte (sans osciations de a surface ibre) que pour e cacu des coefficients gobaux. On observe sur ces figures des résutats de cacu très surestimés en arrière du modèe (x/l ) qui ne peuvent être expiqués. De même si es résutats correspondant au mouvement de pionnement sembe corrects e ong du bateau, es positions des creux et des crêtes sont ma pacés pour e mouvement de tangage C B =,8; a 3 /L=,9; F =,; f=4hz; τ=,79 y/l=,.75 A/L x/l.5 C B =,8; a 5 =,8 ; F=.; f=4hz; τ=,79 y/l=,. Aquapus Poseidon Essais Boin et a. [6] A/L x/l Figure Comparaison des coupes ongitudinaes de a surface ibre (ampitudes) La figure présente des coupes transversaes de 'ampitude dans es mêmes conditions. La partie gauche correspond au mouvement de pionnement et a partie droite à ceui de tangage. La partie supérieure montre des résutats pour x/l=,9, soit très près de a poupe du modèe et a partie inférieure correspond à x/l=,8. Les deux codes donnent des résutats tout à fait identiques sauf queques osciations de faibes ongueur d'onde et ampitude. L'accord avec es mesures est assez bon sauf au voisinage immédiat de a carène mais e pas entre es mesures est trop grand pour observer expérimentaement éventueement des osciations de faibe ongueur d'onde.

13 .4 X/L=,9.8 X/L=, A/L Poseidon Aquapus Essais Boin et a. [6] A/L y/l y/l. X/L=,8.6 X/L=, A/L.6 A/L y/l y/l Figure Comparaison des coupes transversaes de a surface ibre (ampitudes) 5. CONCLUSION ET PERSPECTIVES On a présenté es résutats de deux méthodes de cacu de a tenue à a mer des navires par a méthode des singuarités (d'ordre ) utiisant a fonction de Green de diffraction radiation avec vitesse d'avance dans e domaine fréquentie. Pour obtenir des résutats précis, es intégrations surfaciques sur des facettes de a coque ou des segments de a igne de fottaison, apparaissant dans 'appication de a troisième formue de Green, ont été cacuées anaytiquement après permutation avec es intégraes simpes apparaissant dans cette fonction de Green. La première méthode utiise a formuation de Bessho et a méthode de a pus grande pente pour cacuer es intégraes simpes (code Aquapus du LMF-DHN), aors que a seconde, qui utiise a formuation de Guéve et Bougis, es cacue par une méthode de Simpson Adaptative qui permet de diminuer e pas de cacu quand 'intégrant devient pus osciant (code Poséidon du LEA Poitiers). Les résutats des intégrations ont d'abord été vaidés pour des facettes ou des segments seus de a surface ibre. Les deux codes de cacu donnent des résutats identiques, même au voisinage immédiat de a surface ibre. Les dérivées sont pus difficies à intégrer que a fonction et, pour un point très proche de a surface ibre, es méthodes numériques d'intégration anaytiques permettent d'obtenir des résutats précis. Ces techniques d'intégration ont été introduites dans des codes de tenue à a mer qui ont été utiisées pour étudier es mouvements de radiation de coques de navire. Les résutats des deux codes donnent des résutats pratiquement identiques magré es descriptions différentes de a fonction de Green, ce qui est un gage de précision des cacus présentés. Is ont mis en évidence 'existence de fréquences irréguières pour cette fonction de Green qui sembent être moins abruptes que pour cee sans vitesse d'avance. On a montré 'infuence amortissante de 'intégrae de igne car on note une augmentation très notabe des ampitudes des osciations quand cee-ci est négigée. On a réussi à supprimer ces fréquences (au moins es premières) en fermant a coque par une surface horizontae faibement immergée sur aquee on a appiqué une condition de vitesse nue. Les résutats gobaux sont en bon accord avec ceux d'autres méthodes de cacu et ceux des essais disponibes. En ce qui concerne e 3

14 champ de vagues, a précision est moins bonne et en particuier es cacus surestiment e champ de vague à 'arrière de a coque. Ce phénomène n'a pas encore été expiqué. 6. RÉFÉRENCES [] Du S.X., Hudson D.A., Price W.G. and Temare P., 999, "Comparison of numerica evauation techniques for the hydrodynamic anaysis of a ship traveing in waves", Trans. RINA, pp [] Du S.X., Hudson D.A., Price W.G. and Temare P.,, "A vaidation study on mathematica modes of speed and frequency dependence in seakeeping", Trans. RINA, pp.8-. [3] Brument A., Dehommeau G., 997, "Evauation numérique de a fonction de Green de a tenue à a mer avec vitesse d'avance", 6e Journées de 'Hydrodynamique, pp. 47-6, Nantes. [4] Chen X.B. and Nobesse F., 998, "Super Green functions", Proceedings of the nd Symposium on Nava Hydrodynamics, Washington (USA), pp [5] Chen X.-C., Diebod L. and Doutreeau Y.,, "New Green function method to predict wave induced ship motions and oads", Proceedings of the 3 rd Symposium on Nava Hydrodynamics, Va de Reui (France), Monday Session, pp [6] Boin J.P., Guibaud M. and Ba M.,, "Frequency domain numerica and experimenta investigation of forward speed radiation by ships", Proc. of the 3 rd Symposium on Nava Hydrodynamics, Tuesday session, pp.-5. [7] Iwashita H. and Okhusu M., 989, "Hydrodynamic Forces on a Ship Moving at Forward Speed in Waves", J.S.N.A. Japan, Vo. 66, pp87-9. [8] Ba M. and Guibaud M., 995, "A fast method of evauation for the transating and pusating Green s function", Ship Technoogy Research, Vo. 4, pp [9] Nontakaew U., Ba M. and Guibaud M., 997, "Soving a radiation probem with forward speed using a ifting surface method with a Green's function", Aerospace Science and Technoogy, 8, pp [] Iwashita H., 99, "Evauation of the Added-Wave-Resistance Green Function Distributing on a Pane", Mem. Fac. Eng. Hiroshima Univ., Vo.,, pp.-39. [] Boin J.P. Guibaud M. and Ba M.,, "Sea-keeping computations using the ship motion Green's function", Proceedings of ISOPE Conference, Vo. IV, pp [] Bessho M., 977, "On the Fundamenta Singuarity in the Theory of Ship Motions in a Seaway", Memoirs of the Defence Academy Japan, Vo. XVII, 3, pp [3] Brument A., 998, "Evauation numérique de a fonction de Green de tenue à a mer ", Thèse de Doctorat, Écoe Centrae de Nantes. [4] Maury C.,, "Etude du probème de tenue à a mer avec vitesse d'avance queconque par une méthode de singuarités de Kevin", Thèse de Doctorat, Écoe Centrae de Nantes. [5] Guéve P. and Bougis J., 98, "Ship motions with forward speed in infinite depth", Int. Ship. Progress, Vo. 9, pp.3-7. [6] Boin J.P. Guibaud M. et Ba M., 999, "Précision des intégrations surfaciques de a fonction de Green dans un code de tenue à a mer avec vitesse d'avance", Comte-Rendu des Septièmes Journées de 'Hydrodynamique, Marseie, p.-4. [7] Bougis J., 98, "Etude de a diffraction-radiation dans e cas d'un fotteur indéformabe animé d'une vitesse moyenne constante et soicité par une houe sinusoïdae de faibe ampitude", Thèse de doctorat, Université de Nantes. [8] Gerritsma J., 988, "Motions, wave oads and added resistance in waves of two Wigey hu forms", Deft University of Technoogy, ShipHydromechanics aboratory, report no. 84. [9] Lin W.-M., and Yue D., 99, "Numerica soutions for Large-Ampitude ship motion in the time domain", Proc. of the 8 th Symp. on Nava Hydrodynamics, Ann Arbour, pp [] Wang C.-T., Horng S-.J. and Chiu F.-C., 997, "Hydrodynamic forces on the advancing sender body with speed effects", Int. Shipbuid. Progr., vo. 44, no 438, pp

Conduction électrique

Conduction électrique Conduction éectrique. Courant éectrique.1. Intensité Dans a première partie de ce cours nous nous sommes intéressés aux charges éectriques immobies (éectrostatique). Or i existe des miieux avec des charges

Plus en détail

Physique générale I Examen Janvier 2014 Prof. J-Ph. Ansermet. A. L anneau et le ressort (4/10 points) 20 janvier 2014-12h15-15h15

Physique générale I Examen Janvier 2014 Prof. J-Ph. Ansermet. A. L anneau et le ressort (4/10 points) 20 janvier 2014-12h15-15h15 Physique générae I Examen Janvier 014 Prof. J-Ph. Ansermet 0 janvier 014-1h15-15h15 Nom : Prénom : N Sciper : A. L anneau et e ressort (4/10 points) Un objet de masse m, considéré comme un point matérie

Plus en détail

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina esure de facteur de bruit sur anayseur de réseaux vectorie corrigée en Paramètres-S Frédéric oina Agenda Rappe : qu est-ce que e facteur de bruit d un composant? éthodes et setup de mesure Etapes de caibrage

Plus en détail

ÉCHANGEURS À CHANGEMENT DE PHASE

ÉCHANGEURS À CHANGEMENT DE PHASE Chapitre 5 ÉCHANGEURS À CHANGEMENT DE PHASE Tu gagneras ton pain à a sueur de ton front. Genèse, 3.19 (préfiguration de échangeur à changement de phase) Le chapitre 4 a permis de faire e point sur es coefficients

Plus en détail

Traitement et Analyse Morphologique de la Structure Interne des Matériaux par la Théorie de la Morphologie Mathématique.

Traitement et Analyse Morphologique de la Structure Interne des Matériaux par la Théorie de la Morphologie Mathématique. SETIT 25 3 rd Internationa Conference: Sciences of Eectronic, Technoogies of Information and Teecommunications March 27-31, 25 TUNISI Traitement et nayse Morphoogique de a Structure Interne des Matériaux

Plus en détail

8. Équations aux dérivées partielles

8. Équations aux dérivées partielles 77 8. Équations aux dérivées partiees Beaucoup de probèmes de physique font intervenir a résoution d équations aux dérivées partiees. Nous aons étudier dans ce chapitre es équations es pus utiisées. Ce

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

APPROCHE PLS : UNE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA

APPROCHE PLS : UNE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA APPROCHE PLS : UE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA DETERMIATIO DES VARIABLES LATETES Mohamed HAAFI EITIAA / IRA, Unité de Sensométrie et Chimiométrie. Rue de a Géraudière, 4407 antes cedex 03, France.

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Pendule de Foucault. Frédéric Elie, juillet 2011

Pendule de Foucault. Frédéric Elie, juillet 2011 ACCUEIL Pendue de Foucaut Frédéric Eie, juiet 2011 La reproduction des artices, images ou graphiques de ce site, pour usage coectif, y compris dans e cadre des études scoaires et supérieures, est INTERDITE.

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Modélisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase

Modélisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase Modéisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase Moussa AADMI *1, Mustapha KARKRI 2, Abedewaheb TRIGUI 2, Mimoun ELHAMMOUTI 1, Magai FOI 2

Plus en détail

Utilitaires Scilab pour le calcul et l optimisation d enceintes bass-reflex. Jean Fourcade

Utilitaires Scilab pour le calcul et l optimisation d enceintes bass-reflex. Jean Fourcade <audio@volucres.fr> Utiitaires Sciab pour e cacu et optimisation d enceintes bass-refex Jean Fourcade 18 juin 2016 Tabe des matières 1 Modéisation théorique 5 1.1 Le Haut-Pareur...........................

Plus en détail

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Revenu Canada Revenue Canada IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Raison sociae de a société Numéro de compte/numéro d'entreprise Fin d'année d'imposition Jour Mois Année À 'usage

Plus en détail

Université Paris-Sud 2002/2003

Université Paris-Sud 2002/2003 1 Université Paris-Sud 2002/2003 DESS d Ingéniérie Mathématique Examen de onception et Visuaisation d Objets 27 mars 2003, durée 3 heures Les documents et cacuettes sont autorisés On fabrique une cé d

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Existe-t-il des métaux à deux dimensions?

Existe-t-il des métaux à deux dimensions? Existe-t-i des métaux à deux dimensions? Geneviève Feury () (Genevieve.Feury@unige.ch) et Xavier Wainta (xavier.wainta@cea.fr) Service de physique de état condensé, DSM/IRAMIS, CEA/Saay, 99 Gif-sur-Yvette

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Structures dynamiques Listes chaînées

Structures dynamiques Listes chaînées TC Informatique Structures de données abstraites PC N 4 30 Novembre 2000 François Siion Structures dynamiques Listes chaînées http://w3.edu.poytechnique.fr/informatique Représenter un ensembe d'ééments

Plus en détail

La fibre nerveuse, ou axone, est une excroissance linéaire de la cellule nerveuse qui transmet les impulsions électriques dans le système nerveux.

La fibre nerveuse, ou axone, est une excroissance linéaire de la cellule nerveuse qui transmet les impulsions électriques dans le système nerveux. 56.A-0 Annexe Le moèe éectrique e a ibre nerveuse ette annexe a comme objecti expiquer, ans es granes ignes, e onctionnement e base une ibre nerveuse ain e pouvoir au mieux a moéiser par es composants

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

CLASSE PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES

CLASSE PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES SOMMAIRE LES PRÉPAS SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES... 2 LES PRÉPAS ÉCONOMIQUES ET COMMERCIALES... 2 LES PRÉPAS LITTÉRAIRES ET ARTISTIQUES... 3 CLASSE PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES Prépas scientifique

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

L olivier et les sciences

L olivier et les sciences nseignant 9.1 L oivi et es sciences Les fiches pédagogiques nseignant vous offrent un diaporama des principaes données sur oivi et es sciences. Notes La fiche Les outis nseignant vous propose des excices

Plus en détail

MÉTHODE DES ÉLÉMENTS FINIS

MÉTHODE DES ÉLÉMENTS FINIS MÉHODE DES ÉLÉMENS FINIS MEF HERVÉ OUDIN Pan du poycopié INRODUCION... I- LA MEF E L'INDUSRIE... I- PROCESSUS D ANALYSE & APPROXIMAION... LES REILLIS... 5 II- CALCUL D UN REILLIS... 5 II-. Anayse du probème...

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Application des SVMs basés sur l algorithme SMO pour la détection d anomalies cardiaques

Application des SVMs basés sur l algorithme SMO pour la détection d anomalies cardiaques SETIT 007 4 th Internationa Conference: Sciences of Eectronic, Technoogies of Information and Teecommunications March 5-9, 007 TUNISIA Appication des SVMs basés sur agorithme SMO pour a détection d anomaies

Plus en détail

Fascicule d exercices

Fascicule d exercices UE4 : Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Analyse Fascicule d exercices Christelle MELODELIMA Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Appuis & Seuils. La qualité jusque dans le moindre détail

Appuis & Seuils. La qualité jusque dans le moindre détail Appuis & Seuis La quaité jusque dans e moindre détai.08 Les appuis de fenêtre Weser sont conformes à a norme Appuis NF P 98-052. La marque NF dont bénéficient es appuis pressés sont a garantie de eur conformité.

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE SYSTEMES LINEIRES DU PREMIER ORDRE 1. DEFINITION e(t) SYSTEME s(t) Un système est dit linéaire invariant du premier ordre si la réponse s(t) est liée à l excitation e(t) par une équation différentielle

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

Dimensionnement et vérification des dalles de roulement des ponts routiers

Dimensionnement et vérification des dalles de roulement des ponts routiers Eidgenössisches Departement für Umwet, Verkehr, Energie und Kommunikation UVEK Département fédéra de 'environnement, des transports, de 'énergie et de a communication DETEC Dipartimento federae de'ambiente,

Plus en détail

dtrans Az 01 Indicateur/régulateur à microprocesseur pour les analyses physico-chimiques et autres mesures physiques

dtrans Az 01 Indicateur/régulateur à microprocesseur pour les analyses physico-chimiques et autres mesures physiques Fiche technique 20.2550 Page 1/10 dtrans Az 01 ndicateur/réguateur à microprocesseur pour es anayses physico-chimiques et autres mesures physiques Type 202550 Boîtier à encastrer conforme à a norme DN

Plus en détail

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Nadia ADERGHAL, Tahar LOULOU Ali BOUCHOUCHA, Philippe ROGEON Laboratoire de d Ingénierie des Matériaux

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique J. Bodin 12, T. Clopeau 2, A. Mikelić 2 1 Agence Nationale pour la gestion

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale Licence Science de a Mer et de Environnement Physique Générae Chapitre 1 :L osciateur harmonique 1- Les équations aux dimensions Quand on écrit des équations en physique, i est important de vérifier es

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2012

G.P. DNS05 Octobre 2012 DNS Sujet Impédance d'une ligne électrique...1 I.Préliminaires...1 II.Champ électromagnétique dans une ligne électrique à rubans...2 III.Modélisation par une ligne à constantes réparties...3 IV.Réalisation

Plus en détail

Zéros de a.x.ln(x) + b.x + c

Zéros de a.x.ln(x) + b.x + c Zéros de a.x.ln(x) + b.x + c 1 Étude succincte de la fonction x f(x) = a.x.ln(x) + b.x + c A priori, a, b, c, x sont des réels quelconques et f prend ses valeurs dans R. 1.1 Restriction préliminaire Si

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Aide au logement et emploi

Aide au logement et emploi REVENUS Aide au ogement et empoi Cédric Afsa Parmi es aocataires du RMI sans conjoint ni enfant, ceux qui bénéficient d une aide au ogement reprennent pus souvent que es autres une activité. Ce résutat

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE Active Contours without Edges for Vector-Valued Images Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Page 1 sur 14 Abstract Pour ce projet, nous implémentons un algorithme de

Plus en détail

Protection incendie OxyReduct - naturellement!

Protection incendie OxyReduct - naturellement! Protection incendie OxyReduct - natureement! Prévention des incendies OxyReduct L innovation en matière de protection incendie Une protection maximae Une sécurité maximae L incendie : un risque pour entreprise

Plus en détail

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3 8 Systèmes de numération INTRODUCTION SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS Dans un système positionnel, le nombre de symboles est fixe On représente par un symbole chaque chiffre inférieur à la base, incluant

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles

LE Chapitre I : Rappels généraux. Chapitre 13 Les câbles E Chapitre I : appes générau. Chapitre 3 es câbes 38 Cacuer une structure : de a théorie à 'eempe Iustration au recto et photos ci-dessous : Mât haubané de mètres servant de soutien au tieu cassé de Doyon

Plus en détail

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique Titre : SSNV247 - Application d'une pression répartie sur [...] Date : 19/08/2015 Page : 1/10 SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP 20 529 60

Plus en détail

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE ESPRIT GENERAL Objectifs de l épreuve Vérifier chez les candidats l existence des bases nécessaires pour des études supérieures de management. Apprécier l aptitude à lire et comprendre un énoncé, choisir

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs!

VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs! VELOS D APPARTEMENT Une douche d air pur entre vos quatre murs! 16 Le véo est une douche d air pur pour e corps et esprit! Augmentez votre bien-être par une séance d entraînement quotidienne. Soicitez

Plus en détail

Modélisation pour la localisation de plateformes logistiques pour le transport de marchandises en ville

Modélisation pour la localisation de plateformes logistiques pour le transport de marchandises en ville Modéisation pour a ocaisation de pateformes ogistiques pour e transport de marchandises en vie Oivier Guyon, Nabi Absi, Dominique Feiet, Thierry Garaix To cite this version: Oivier Guyon, Nabi Absi, Dominique

Plus en détail

Programmer une expérience en statistiques

Programmer une expérience en statistiques Programmer une expérience en statistiques En casse de seconde, simuation d une expérience aéatoire. On peut utiiser a cacuatrice pour simuer e ancer simutané de deux dés. Puis faire un programme pour que

Plus en détail

Canadat. Guide d impôt Gains en capital. Guide supplémentaire. ljil impôt. Dans ce guide PLUS

Canadat. Guide d impôt Gains en capital. Guide supplémentaire. ljil impôt. Dans ce guide PLUS Revenu Canada Ji impôt Revenue Canada Taxation Guide suppémentaire Guide d impôt Gains en capita Dans ce guide Principaes modifications pour 1991 Tabe des matières Formues Index PLUS Exempes Tabeaux Conseis

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Opérations élémentaires sur les matrices

Opérations élémentaires sur les matrices Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochee 2006-2007 Opérations éémentaires sur es matrices Proposition. Base canonique de M n,p (k) Pour tout i {,..., n}

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

f continue en x 0 lim Remarque On dit que f est continue sur un intervalle a; bœ si f est continue en tout point x 0 de a; bœ. sont continues sur R.

f continue en x 0 lim Remarque On dit que f est continue sur un intervalle a; bœ si f est continue en tout point x 0 de a; bœ. sont continues sur R. CHAPITRE I Fonctions d une variable réelle. Limites Soit f une fonction définie sur R : et soit R. f W R! R 7! f./ Définition. Limite finie en un point) On dit que f admet ` pour ite lorsque tend vers

Plus en détail