Vers une approche managériale des tarifs T2A

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers une approche managériale des tarifs T2A"

Transcription

1 Vers une approche managériale des tarifs T2A Contribution de CAHPP Consultant Juin 2013 Page 1 sur 35

2 SOMMAIRE SOMMAIRE... Page 2 PRÉAMBULE... Page 3 PARTIE I : MÉTHODOLOGIE... Page 5 PARTIE II : IMPACT DU SCHEMA CIBLE SUR LE SECTEUR PRIVÉ : LE CONSTAT... Page 8 PARTIE III : ANALYSE DE L IMPACT DU SCHEMA CIBLE SUR LE SECTEUR PRIVÉ... Page 19 PARTIE IV : CAS D UN ETABLISSEMENT : SYNTHESE... Page 30 Page 2 sur 35

3 PRÉAMBULE Page 3 sur 35

4 Dans une précédente étude (disponible sur le site internet ), nous nous sommes intéressés à l évolution du périmètre et des tarifs des GHM entre 2012 et Nous avions plus particulièrement mesuré l impact des variations de tarifs sur l ensemble des établissements privés et sur le sous ensemble des établissements CAHPP. A titre d exemple nous avions appliqué également notre modèle d analyse à un établissement fictif résultant de l agrégation de trois cliniques. En mai 2013, l ATIh a fait paraitre une étude intitulée : Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs : «Ce document présente les principaux résultats issus d une étude réalisée par l agence en réponse à la problématique de la comparaison des coûts et des tarifs. En effet, la comparaison directe entre les coûts et les tarifs n est pas possible dans la mesure où ces deux données ne recouvrent pas le même périmètre et qu une mise en cohérence des périmètres ne peut se faire dans le cadre de la méthodologie actuelle de l étude de coûts. Une méthode alternative à la comparaison directe des coûts et des tarifs est donc proposée : elle consiste à utiliser les résultats de l ENC non pas en valeur mais en hiérarchie des GHM les uns par rapport aux autres. Cette utilisation conduit à construire une échelle de tarifs théoriques respectant strictement la hiérarchie des coûts. Cette échelle appelée «Tarifs Issus des Coûts» est directement comparable aux tarifs finançant les établissements de santé. Cette comparaison peut s effectuer par couple GHM/GHS, mais peut se faire aussi sur un niveau de détail plus large (catégories d activité, GHM soumis à des mesures de santé publique etc.)» Source : La campagne tarifaire 2012 a intégré en partie cette notion tarifaire issue des coûts, comme l indique l étude de l ATIh de mai Nous avons dès lors considéré que cette échelle tarifaire issue des coûts pourrait constituer un schéma cible. Il était alors intéressant d en étudier l impact, et les conséquences pour les établissements au cas où celui-ci serait appliqué à 100. C est l objet de la présente étude, focalisée sur le périmètre des établissements privés ex-oqn. La démarche a été également appliquée à titre d exemple pour un établissement réel. Page 4 sur 35

5 PREMIERE PARTIE MÉTHODOLOGIE Page 5 sur 35

6 I. Les données TARIF MOYEN 2012 Le tarif moyen 2012 est celui fourni par l étude de l ATIh de mai TARIF MOYEN ISSU DES COÛTS «Les coûts utilisés pour obtenir cette échelle sont calculés à partir des données de coûts issus de l ENCC sur plusieurs années (2008/2009/2010 pour le secteur ex DGF, 2007/2009/2010 pour le secteur ex OQN) afin d obtenir une estimation plus robuste du coût réel. Toutefois, il convient de noter que cette échelle est basée sur des données antérieures aux données tarifaires. Ainsi, les coûts mesurés ne traduisent pas les éventuelles mises aux normes ou évolutions de pratiques récentes. Il convient de garder en mémoire ce décalage temporel dans l interprétation des résultats.» Source : SECTEUR PRIVÉ Il s agit des établissements du secteur privé lucratif, aussi dénommés «ex-oqn». EFFECTIFS/NOMBRE DE SÉJOURS 2012 En ce qui concerne le nombre de séjours par GHM / nombre total de séjours pour l année 2012, les données sont issues de la base ATIh, mise à jour au 13 avril Il s agit du nombre total (tous établissements ex-oqn confondus en France métropolitaine et DOM) de séjours par GHM en Nous avons choisi de travailler à partir des données 2012 (obtenues en v11d), contrairement à l étude ATIh qui se base sur les données 2011, car le groupeur qu ils utilisent se réfère à la v11d tandis que notre source de données 2011 se référait à la v11c. PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE «Cette étude utilise les données d activité de l année [2012] groupées selon la version 11d de la classification. Pour les GHS dont l effectif de séjours est faible dans l ENCC, la robustesse de la mesure n est pas suffisante. Dans ce cas, le tarif issu des coûts n a pas été calculé. Ainsi, seuls les GHS présentant un nombre de séjours supérieur à 30 séjours (pour au moins une année de recueil) sont traités dans cette étude.» Source : L étude porte sur 43 du nombre de GHM du secteur ex-oqn au niveau national, et sur 44,5 au niveau du sous ensemble CAHPP. Ce périmètre est totalement représentatif de l activité puisqu il représente entre 97 (niveau CAHPP) et 98 (niveau national) des séjours. Page 6 sur 35

7 II. Les résultats VALORISATION DES TARIFS Le calcul est le suivant : effectif 2012 x tarif moyen 2012 VALORISATION DES COÛTS Le calcul est le suivant : effectif 2012 x tarif moyen issu des coûts TAUX DE VARIATION TARIFS/COÛTS Le taux de variation est calculé selon la formule : [(effectif 2012 x tarif moyen issu des coûts) - (effectif 2012 x tarif moyen 2012)] / (effectif 2012 x tarif moyen 2012). GHM AYANT PLUSIEURS TARIFS / GHM CORRESPONDANT À PLUSIEURS GHS Nous avons répertorié 4 GHM pour lesquels il existe plusieurs GHS, donc plusieurs tarifs, dans la v11d : - 06C191-09C111-13C12J - 23Z02Z. Or, la base ATIh 2012 que nous avons utilisée donne les effectifs par GHM et non pas par GHS. Par contre, l étude ATIh de mai 2013 donne les effectifs par GHS, mais uniquement pour Dès lors, dans ces quatre cas, la méthode choisie a consisté à : - pondérer à partir des effectifs 2011/ GHM, soit : o (effectif GHS 1 x tarif GHS 1 /Σ effectifs GHS 1 +GHS 2 ) + (effectif GHS 2 x tarif GHS 2 /Σ effectifs GHS 1 +GHS 2 ) = «tarif moyen 2012» pondéré o (effectif GHS 1 x coût GHS 1 /Σ effectifs GHS 1 +GHS 2 ) + (effectif GHS 2 x coût GHS 2 /Σ effectifs GHS 1 +GHS 2 ) = «tarif moyen issu des coûts» pondéré CHIFFRE D AFFAIRES 2012 Dans les graphiques, on entend par Chiffre d affaire 2012 «Σ (effectifs2012 x tarifs moyens 2012)». ABRÉVIATIONS CA : Chiffre d Affaires CMD : Catégorie Majeure de Diagnostic DA : Domaine d activités Ex-OQN : anciennement financés par des Objectifs Quantifiés Nationaux = privé lucratif GA : Groupe d activités GHM : Groupe Homogène de Malades GHS : Groupe Homogène de Séjours T2A : Tarification A l Activité GTP : Groupe de Type Planification Page 7 sur 35

8 DEUXIEME PARTIE IMPACT DU SCHÉMA CIBLE SUR LE SECTEUR PRIVÉ : LE CONSTAT Page 8 sur 35

9 Cette partie présente la comparaison entre les tarifs et les «tarifs issus des coûts» - pour plus de simplicité appelés «coûts» - pour l ensemble des établissements ex-oqn France entière. Impact de la variation tarifs/coûts en global et par catégorie Globalement, la variation entre les tarifs et les coûts dans le contexte méthodologique précisé par ailleurs (cf. méthodologie) est de -0,31. L écart à 0 s explique par le fait que nous travaillons sur l année 2012 et non pas 2011 (cf. méthodologie ci-dessus). Cette évolution est cependant très variable selon les domaines d activité comme le montre le tableau suivant : Page 9 sur 35

10 Casemix NATIONAL : Domaine d'activités (DA) Libellé domaine d'activités Poids relatif dans l'ensemble des effectifs Poids relatif dans le CA total 2012 Taux de variation tarifs/coûts D01 Digestif 18,3 18,1 2,7 D02 Orthopédie traumatologie 9,8 17,2 0,3 D04 Rhumatologie 0,5 0,5 42,8 D05 D06 Système nerveux (hors cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels) 1,1 2,7 1,9 Cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels 2,1 4,4-2,4 D07 Cardio-vasculaire (hors cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels) 4,0 7,4 3,7 D09 Pneumologie 1,2 2,1 16,0 D10 ORL, Stomatologie 6,1 4,0 0,1 D11 Ophtalmologie 7,1 7,2-6,3 D12 Gynécologie - sein 3,0 4,2 10,0 D13 Obstétrique 3,2 5,0 7,0 D14 Nouveau-nés et période périnatale 2,4 2,3-1,4 D15 Uro-néphrologie et génital 4,9 6,4 3,3 D16 Hématologie 0,5 0,7 18,4 D17 Chimiothérapie, radiothérapie, hors séances 0,2 0,3-6,1 D18 Maladies infectieuses (dont VIH) 0,1 0,1 22,1 D19 Endocrinologie 0,6 0,9 15,6 D20 Tissu cutané et tissu sous-cutané 1,3 1,1 2,4 D21 Brûlures 0,0 0,0 154,5 D22 Psychiatrie 0,0 0,0 74,8 D23 Toxicologie, Intoxications, Alcool 0,1 0,1 9,9 D24 Douleurs chroniques, Soins palliatifs 0,3 1,5-3,2 D26 Activités inter spécialités, suivi thérapeutique d'affections connues 2,7 2,3 4,8 D27 Séances 30,8 11,5-21,8 Total général ,31 On constate que six domaines d activité sur vingt-quatre connaîtraient un impact négatif, alors que dix-huit (soit les trois quarts) bénéficieraient au contraire d une évolution favorable. Seraient particulièrement défavorisées des activités telles que l ophtalmologie (-6,3), la chimiothérapie (-6,1), et surtout les séances (-21,8). Certains domaines d activité connaîtraient par contre des revalorisations significatives : la rhumatologie (+42,8), la pneumologie (+16), l hématologie (+18,4), les maladies infectieuses (+22,1), l endocrinologie (+15,6), les brûlures (+154,5), la psychiatrie (+74,8). Ces variations très fortes, avec des effectifs d activité très faibles, interrogent sur la fiabilité de l ENCC à traduire la réalité de la répartition des coûts. Page 10 sur 35

11 Impact de la variation entre les tarifs et les coûts sur les cliniques Le graphique suivant met en évidence la ventilation des domaines d activité selon d une part l importance de la variation des tarifs/coûts et d autre part le poids relatif des domaines dans l activité. Quatre sous-ensembles peuvent être identifiés : 1 Des variations faibles sur les activités de base des établissements 2 Des variations positives fortes pour des activités faibles 3 Des opportunités pour quelques activités 4 Des activités risquant de connaître un impact négatif conséquent Reprenons en détail chacune de ces zones : Page 11 sur 35

12 1 Les onze domaines d activités regroupés dans la zone n 1 constituent les activités principales du casemix national. On voit bien cependant que si leur part dans le CA est élevée, leur taux de variation entre coûts et tarifs est très faible ; autrement dit, les tarifs de ces activités ne seraient, a priori, pas fortement dévalorisés ou revalorisés. Ce sont : - D01 : Digestif - D02 : Orthopédie-traumatologie - D05 : système nerveux - D06 : Cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels - D07 : Cardio-vasculaire (hors cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels) - D10 : ORL-Stomatologie - D14 : Nouveau-nés et période périnatale - D15 : Uro-néphrologie et génital masculin (hors dialyse) - D20 : Tissu cutané et sous-cutané - D24 : Douleurs chroniques, Soins palliatifs - D26 : Activités inter-spécialités, suivi thérapeutique d affections connues Ils représentent à eux seuls 67,3 du chiffre d affaires total. La variation tarif/coût de ces DA se situe entre -5 et +5. Page 12 sur 35

13 2 Le second groupe représente les activités dont le taux de variation est fortement positif, mais dont la part dans le chiffre d affaires est faible (0,61). Il s agit des domaines d activité : - D04 : rhumatologie - D18 : maladies infectieuses - D21 : brûlures - D22 : psychiatrie. Page 13 sur 35

14 3Le troisième groupe est constitué d activités témoignant d opportunités réelles d amélioration de leur rémunération, c est-à-dire qui vont très vraisemblablement voir leur tarification favorisée à l avenir. Il comprend cinq domaines d activités: - D09 : Pneumologie - D12 : gynécologie-sein - D13 : obstétrique - D16 : hématologie - D19 : Endocrinologie Cependant, ces activités n occupent que 12, 9 du chiffre d affaire en 2012 dans le casemix national Page 14 sur 35

15 4 Le quatrième groupe se caractérise par des activités importantes dans le CA qui, à terme, vont subir une forte dévalorisation de leurs tarifs. Il est constitué de deux domaines d activités (D11, ophtalmologie et D27, séances). Ces deux activités représentent 18,7 du chiffre d affaire. Page 15 sur 35

16 La même démarche a été appliquée au sous-ensemble des établissements CAHPP. On constate (voir ci-après) globalement les mêmes conclusions que pour le niveau national. Impact de la variation tarifs/coûts en global et par catégorie Globalement, la variation entre les tarifs et les coûts dans le contexte méthodologique précisé par ailleurs (cf. méthodologie) est de +0,03. Cette évolution est cependant très variable selon les domaines d activité comme le montre le tableau suivant : Page 16 sur 35

17 Casemix CAHPP : Domaine d'activités (DA) Libellé domaine d'activités Poids relatif dans l'ensemble des effectifs Poids relatif dans le CA total 2012 Taux de variation tarifs/coûts D01 Digestif ,5 D02 Orthopédie traumatologie 10,2 17 0,2 D04 Rhumatologie 0,6 0,5 42,3 D05 D06 Système nerveux (hors cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels) 1,1 2,6 2,3 Cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels 2,2 4,6-2,3 D07 Cardio-vasculaire (hors cathétérismes vasculaires diagnostiques et interventionnels) 4,2 7,7 3,1 D09 Pneumologie 1,2 2,0 15 D10 ORL, Stomatologie 6,8 4,3-0,3 D11 Ophtalmologie 7,4 7,3-6,4 D12 Gynécologie - sein 3,5 4,6 9,9 D13 Obstétrique 3,3 5,1 6,7 D14 Nouveau-nés et période périnatale 2,5 2,3-1,6 D15 Uro-néphrologie et génital 5,3 6,7 3,2 D16 Hématologie 0,5 0,7 18 D17 Chimiothérapie, radiothérapie, hors séances 0,2 0,3-6,6 D18 Maladies infectieuses (dont VIH) 0,1 0,1 21,9 D19 Endocrinologie 0,6 1,0 15,1 D20 Tissu cutané et tissu sous-cutané 1,4 1,2 2 D21 Brûlures 0,0 0,0 154,5 D22 Psychiatrie 0,0 0,0 74 D23 Toxicologie, Intoxications, Alcool 0,1 0,1 10,5 D24 Douleurs chroniques, Soins palliatifs 0,3 1,4-1,8 D26 Activités inter spécialités, suivi thérapeutique d'affections connues 2,9 2,3 3,8 D27 Séances 25,5 9,2-22,5 Total général ,03 Page 17 sur 35

18 Impact de la variation entre les tarifs et les coûts sur les cliniques Le tableau suivant met en évidence la ventilation des domaines d activité selon d une part l importance de la variation des tarifs/coûts et d autre part le poids relatif des domaines dans l activité. Les quatre mêmes sous-ensembles qu au niveau national sont identifiés. Page 18 sur 35

19 TROISIEME PARTIE ANALYSE DE L IMPACT DU SCHÉMA CIBLE SUR LE SECTEUR PRIVÉ Page 19 sur 35

20 Résultats par racine de GHM Racine part de l'effectif total effectif 2012 (en milliers) part du CA total CAHPP CA (en M ) (= valorisation des tarifs) écart en entre les tarifs et les tarifs issus des coûts écart en (M ) entre les tarifs et les tarifs issus des coûts part de l'effectif total effectif 2012 (en milliers) part du CA total NATIONAL CA (en M ) (= valorisation des tarifs) écart en entre les tarifs et les tarifs issus des coûts écart en (M ) entre les tarifs et les tarifs issus des coûts M 12, , ,0 86,24 11,8 1062,69 12,3 868,57 20,1 174,73 C 37, , ,4-7,33 34,7 3121,22 57,6 4067,31-0,3-12,00 K 21, , ,4 2,23 20,3 1822,69 13,7 965,22 0,5 4,85 Z 28, , ,1-79,96 33,2 2983,15 16,4 1158,89-16,4-189,76 Total 100, , ,034 1, , ,01-0,31-22,17 M = médecine sans acte classant C = chirurgie avec acte classant opératoire K = groupe avec acte classant non opératoire Z = groupe indifférencié avec ou sans acte opératoire Le tableau ci-dessus met en évidence le très important basculement de ressources, tant au niveau national qu au niveau des établissements CAHPP, entre la médecine très favorisée et les activités de type Z, très défavorisées. Au niveau de la médecine, seraient notamment revalorisés les domaines d activité D01 (digestif), D07 (cardio-vasculaire), D09 (pneumologie) et D26 (activités inter-spécialités, suivi thérapeutique d affections connues), comme le montre le tableau suivant : Page 20 sur 35

21 racines en M CAHPP 2012 National 2012 DA Somme de Effectif 2012 effect if Somme de des tarifs CA Somme de des coûts Somme de Ecart (en ) Ecart en Somme de Effectif 2012 effect if Somme de des tarifs CA Somme de des coûts Somme de Ecart (en ) Ecart en D , , , , , ,2 D , , , , , ,6 D , , , , , ,8 D , , , , , ,8 D , , , , , ,2 D , , , , , ,6 D , , , , , ,6 D , , , , , ,7 D , , , , , ,7 D , , , , , ,1 D , , , , , ,4 D , , , , , ,6 D , , , , , ,0 D , , , , , ,0 D , , , , , ,1 D , , , , , ,1 D , , , , , ,7 D , , , , , ,5 D , , , , , ,8 D , , , , , ,2 D , , , , , ,9 D , , , , , ,6 Total général , , ,1 Page 21 sur 35

22 Revalorisation de certains domaines d activité de la médecine (M) Il parait dès lors intéressant d analyser ce qui se passe à l intérieur des DA (Domaines d Activités) bénéficiant d une forte revalorisation. Nous avons donc étudié les ventilations par GTP (Groupe de Type Planification) puis par GA (Groupes d Activités), en nous attachant à mettre en évidence ce qui était fortement valorisé et présentait un poids important dans le chiffre d affaires du DA. Page 22 sur 35

23 racines en M - D01 D01 - CAHPP 2012 D01 - National 2012 DA GTP GA Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) Ecart en Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) Affections hépatiques sévères et affections du pancréas , , , , , ,5 Ecart en D01 hépato-gastro-entérologie Autres affections digestives , , , , , ,7 Autres affections hépatiques, voies biliaires , , , , , ,5 Autres gastroentérites et maladies diverses du tube digestif , , , , , ,9 Explorations et surveillance pour affections de l'appareil digestif, du système hépatobiliaire et du pancréas , , , , , ,4 Gastro-entérites et affections du tube digestif , , , , , ,6 Hépatites, cirrhoses , , , , , ,9 Maladies inflammatoires de l'intestin , , , , , ,9 Occlusions, sub-occlusions digestives , , , , , ,0 Prise en charge médicale des tumeurs malignes du tube digestif , , , , , ,3 Symptômes digestifs , , , , , ,2 Ulcères, hémorragies digestives , , , , , ,7 Total général , , , ,2 Dans le premier tableau ci-dessus, qui concerne l activité D01 (digestif), on constate que profiteraient d un alignement des tarifs proportionnellement à l échelle des coûts, les GA : - «Autres gastroentérites et maladies diverses du tube digestif» (+32,9) - «Occlusions, sub-occlusions digestives» (+42) - «Ulcères, hémorragies digestives» (+30,7). Page 23 sur 35

24 racines en M - D07 D07 - CAHPP 2012 D07 - National 2012 DA D07 TGP GA Affections Cardio-vasculaires Cardiologie autres Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) Ecart en , , ,7 Cardiopathies, valvulopathies , , ,1 Coronaropathies , , ,3 Explorations et surveillance pour affections de l'appareil circulatoire 769 1, , ,2 Hypertension artérielle , , ,7 Phlébites, varices et autres troubles vasculaires d'origine veineuse , , ,8 Troubles du rythme/conduction , , ,1 Total général , , ,1 Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) Ecart en , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,2 Pour le domaine d activité D07, les revalorisations portent sur les groupes d activité suivants : - «Cardiopathie, valvulopathie» (+31) - «troubles du rythme /conduction» (+32,2) Page 24 sur 35

25 racines en M - D09 D09 - CAHPP 2012 D09 - National 2012 DA D09 TGP GA Pneumologie Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) Ecart en Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) Affections respiratoires, autres , , , , , ,1 Bronchites, bronchiolites et asthme , , , , , ,8 Embolies pulmonaires et détresses respiratoires , , , , , ,5 Explorations et surveillance pour affections de l'appareil respiratoire 836 2, , , , , ,3 Infections respiratoires , , , , , ,2 Ecart en Prise en charge médicale des tumeurs de l'appareil respiratoire , , , , , ,6 Total général , , , , , ,6 La revalorisation est générale, pour presque tous les groupes d activités, notamment : - «Affections respiratoires autres» (+35,1) - «Bronchites, bronchiolites et asthme» (+39,8) - «infections respiratoires» (+39,2) Par contre, on remarque une baisse de 0,6 pour la prise en charge médicale des tumeurs de l appareil respiratoire, qui représentent tout de même plus de 15 de l activité. Page 25 sur 35

26 racines en M - D26 D26 - CAHPP 2012 D26 - National 2012 DA TGP D26 Médecine inter spécialités Suivi thérap. d'affections connues, Allergologie, Rééducation, Convalescence GA Effectif 2012 effectif des tarifs des coûts Ecart (en ) Ecart en Effectif 2012 effectif des tarifs des coûts Ecart (en ) CA CA Médecine inter spécialités , , , , , ,8 Signes et symptômes , , , , , ,7 Explorations et surveillance pour autres motifs de recours aux soins 215 0, , , , , ,8 Rééducation - Convalescence 10 0, , ,6 28 0, , ,6 Suivi thérap. d'affections connues , , , , , ,2 Total général , , , , , ,6 Ecart en La revalorisation est conséquente, notamment pour les GA : - «Signes et symptômes»(+20,7 pour une activité qui représente plus de 80 du chiffres d affaires) - «Suivi thérapeutique d affections connues»(40,2). On notera cependant la baisse de 6,8 pour la médecine interspécialités. Page 26 sur 35

27 Dévalorisation de l activité de type Z Le basculement de ressources en faveur de la médecine explicité ci-dessus s accompagne d une forte dévalorisation de l activité de type Z, comme le montre le tableau ci-après. racines en Z CAHPP 2012 National 2012 DA Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) Ecart en Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) D , , , , , ,0 D , , , , , ,7 D , , , , , ,1 D , , , , , ,8 Total général , , ,4 Ecart en La dévalorisation de l activité de type Z porte principalement sur le domaine d activités D27 (séances). Page 27 sur 35

28 racines en Z - D27 D27 - CAHPP 2012 D27 - National 2012 DA TGP GA Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Ecart (en ) Ecart en Effectif 2012 effectif des tarifs CA des coûts Somme de Ecart (en ) Ecart en Chimiothérapie pour aff. Non tumorale Séances : chimiothérapie non tumorale , , , , , ,7 D27 Chimiothérapie pour tumeur Dialyse Transfusion Séances : chimiothérapie , , , , , ,6 Séances : dialyse , , , , , ,5 Séances : transfusion , , , , , ,3 Total général , , , ,8 Ce sont les activités «Séances de chimiothérapie» (-34,6) et «séances de dialyse» (-18,5) qui subiraient une diminution importante de leurs tarifs, alors qu elles représentent à elles deux plus de 10 du CA du casemix national Page 28 sur 35

29 Résultats par niveau de sévérité Niveau part de l'effectif total effectif 2012 (en milliers) part du CA total CAHPP CA (en M ) (= valorisation des tarifs) écart en entre les tarifs et les tarifs issus des coûts écart en (M ) entre les tarifs et les tarifs issus des coûts part de l'effectif total effectif 2012 (en milliers) part du CA total NATIONAL CA (en M ) (= valorisation des tarifs) écart en entre les tarifs et les tarifs issus des coûts écart en (M ) entre les tarifs et les tarifs issus des coûts Nb de GHM concernés par ligne 1 19,9 856,6 32,7 1,15 5,7 65,67 18,4 1651,33 31,7 2238,92 5,7 127, ,6 198,3 15, ,9 15,71 4,4 395,10 15,1 1067,06 3,2 33, ,4 60,1 6, ,2 13,56 1,4 121,37 6,2 435,83 6,5 28, ,2 7,8 1,4 48,4 0,5 0,23 0,2 15,96 1,3 95,20 1,2 1,09 24 A 4, , ,3 9,13 4,2 381,14 6,0 421,28 4,6 19,33 14 B 0,7 28,2 0,8 28,6 3,7 1,06 0,7 59,04 0,8 59,47 3,8 2,27 6 C 0,0 1,9 0,1 4,19-0,9-0,036 0,0 3,98 0,1 8,42-0,9-0,07 4 E 0,0 0,7 0,0 0,32-30,9-0,1 0,0 1,46 0,0 0,68-31,0-0,21 2 J 32,3 1391,8 20,8 732,4-6,4-47,24 29,9 2683,91 20,1 1420,17-6,3-89,37 99 T 4,1 176,2 1,7 61,1 24,7 15,11 3,8 340,24 1,6 115,58 25,3 29, Z (hors 46 séances) 6,9 296,4 5,6 196,53 0,7 1, 4 6,3 569,46 5,5 387,52 0,6 2,50 Séances 25, ,2 325,29-22,5-73,33 30,8 2766,73 11,5 809,81-21,8-176,30 8 Total 100, ,0 3,52 0,034 1,19 100, ,77 99, ,01-0,31-22, L analyse des résultats par niveaux de sévérité (tableau ci-dessus) confirme l impact très négatif pour les séances. Il laisse entrevoir paradoxalement une revalorisation des niveaux de sévérité 4 inférieure aux autres niveaux (1, 2 et 3). Enfin, l ambulatoire, sur la stricte application de l échelle des coûts, verrait ses tarifs baisser de 6,3 alors que les hospitalisations de très courte durée connaîtraient une augmentation de 25,3 de leur rémunération. Page 29 sur 35

30 QUATRIEME PARTIE CAS D UN ÉTABLISSEMENT : SYNTHESE Page 30 sur 35

31 La même démarche (cf. parties II et III) a été appliquée à un établissement réel, que nous appellerons «établissement témoin» ou «la clinique». Nous sommes partis de regroupements généraux (racines de GHM par exemple) pour arriver jusqu au détail de certains GHM, ce qui nous permet de savoir exactement, dans le cas où ce schéma cible serait appliqué à 100, quelles activités subiraient de grosses pertes financières ou au contraire bénéficieraient de gains importants, et d expliquer pourquoi. Vous trouverez ci-après la synthèse de cette étude spécifique, dont nous ne dévoilerons pas les résultats dans le détail par souci de confidentialité pour l établissement concerné. NOTE DE SYNTHESE L établissement subirait une baisse de -0,82 de sa rémunération en cas d application du schéma cible T2A, soit plus que la baisse constatée au niveau national (-0,31). Cela représente environ 404 K. Comme pour le niveau national, les variations seraient fortes pour la Médecine (en positif) et les activités en Z (en négatif). C est ce que montre le tableau suivant : ETABLISSEMENT TEMOIN 2012 National 2012 effectif CA Ecart (en ) Ecart en effectif CA Ecart (en ) Ecart en M 12,6 10, ,7 11,8 12, ,1 C 46,7 68, ,1 34,7 57, ,3 K 16,4 8, ,1 20,3 13, ,5 Z 24,3 13, ,0 33,2 16, ,4 Total , ,31 M = médecine sans acte classant C = chirurgie avec acte classant opératoire K = groupe avec acte classant non opératoire Z = groupe indifférencié avec ou sans acte opératoire Certes, l établissement témoin, fortement positionné sur la chirurgie (qui représente 68 du CA contre 57,6 au niveau national), est légèrement positif (0,1) sur ce domaine (contre -0,3 au niveau national). Mais le «gain» réalisé sur son activité de médecine ( ) est insuffisant pour compenser les «pertes» liées à l activité de type Z ( ) ; contrairement au niveau national ou les deux impacts se neutralisent beaucoup plus. En outre, l activité de type K connait un impact négatif ( , soit -2,1) alors que l évolution est positive au niveau national (+0,5). Page 31 sur 35

32 Une évolution particulière de la chirurgie Si la chirurgie semble connaitre une évolution favorable puisqu elle progresserait en termes de rémunération (+0,1) contrairement au niveau national (-0,3), en réalité la situation est très différente selon les domaines d activité concernés. Ainsi, comme le montre le graphique suivant, qui positionne chaque Domaine d Activité (DA) en fonction de son poids dans le Chiffre d Affaires et du taux de variation de sa rémunération, ce sont en réalité les activités de gynécologie-sein (DA12) et d obstétrique (DA13) qui compensent les pertes sur les autres domaines d activité chirurgicale. L impact positif des activités D19 (Endocrinologie) et D16 (hématologie) est en effet accessoire. Page 32 sur 35

33 Si ce phénomène de compensation est également constaté au niveau national, on remarque cependant qu il est plus contrasté pour ce dernier. Comparé au national l établissement connait une évolution de sa rémunération plus défavorable pour les activités chirurgicales suivantes : digestif (D01), système nerveux (D05), pneumologie (D09), tissu cutané et sous-cutané (D20). Par contre, il connait une évolution plus favorable pour le cardio-vasculaire (D07), l ORL, stomatologie (D10), les activités inter-spécialités (D26). La décomposition de chaque DA en Groupes d Activité (GA) et de chacun d eux en GHM permet de comprendre les écarts entre le niveau national et l établissement. Au delà du simple écart de casemix, on peut ainsi s interroger sur les orientations des activités, voire les modalités d exécution de celles-ci. Ainsi, par exemple, on peut s interroger sur le fait que pour les chirurgies hautes, le GHM 06C163 (intervention sur l œsophage, l estomac ) est surreprésenté contrairement au GHM 10C091 (Gastroplastie pour obésité..), ce qui a comme conséquence une évolution défavorable pour l établissement témoin (-2,3) alors qu au niveau national on arrive à +18,0 (impact potentiel de 70 K ). De même, le fait que l activité ambulatoire pour les Greffes de peau/parage de plaies ne représente que 37,8 au niveau des effectifs traités (60,1 au niveau national) avec une pondération inverse pour l activité hospitalisation interroge lorsque l on constate l impact négatif que cela a sur la rémunération reçue. Une moindre performance pour la médecine La rémunération de l activité de médecine dans le schéma cible T2A progresserait de 16,7 alors que pour le niveau national on atteindrait 20,1. Cette moindre performance provient des Domaines d Activité : système nerveux (D05), uronéphrologie et génital (D15), maladies infectieuses dont VIH (D18), endocrinologie (D19). L analyse détaillée de chacun de ces domaines d activité permet de comprendre ce qui se passe au niveau du case-mix de l établissement pour en expliquer les raisons. Des pertes importantes pour l activité de type Z L établissement témoin verrait sa rémunération baisser de soit -17 contre -16,4 au niveau national. Cette perte très importante en valeur absolue (2,4 du Chiffre d Affaires global de l établissement!) s explique de façon mineure par l obstétrique (D13) mais principalement par les séances (D27). Sur cette dernière activité la perte est de plus d un million d euros à cause de la chimiothérapie qui baisse à elle seule de -34,6. Page 33 sur 35

34 Une évolution décevante pour l activité de type K Alors qu au niveau national cette activité verrait sa rémunération progresser de 0,5, pour l établissement témoin il s agirait d une baisse de 2,1 (soit un impact potentiel d environ 100K ). Cela s explique par l évolution des Domaines d Activité suivants : Digestif (D01), cathétérismes vasculaires (D06), ORL-stomatologie (D10), activités interspécialités (D26). L analyse des écarts de case-mix explique ces différences et amène à se poser des questions : par exemple, la surpondération des «endoscopies digestives, séjours de moins de 2 jours» (36,8 pour l établissement par rapport à 29,5 au niveau national) interroge compte tenu de son impact négatif sur l évolution de la rémunération dans le schéma cible (-8,1). De même, l établissement ne passe-t-il pas à coté d une opportunité en ayant si peu d activité dans le GA «explorations nocturnes et apparentées» (6,2 des effectifs contre 38,6 au niveau national)? Sachant que ceci explique en grande partie le fait que l activité D26 de l établissement ne progresse que de 9,4 contre 21,7 au niveau national En conclusion L établissement témoin est confronté à un risque non négligeable de détérioration de sa rentabilité dans le cadre d une application du schéma cible T2A. Il a cependant à disposition toute une série de questionnements permettant de réfléchir collectivement (corps médical, soignant, Dim et administration) sur les moyens d y faire face. Page 34 sur 35

35 FIN DE L ETUDE. Page 35 sur 35

Les variations tarifaires T2A 2012/2013 :

Les variations tarifaires T2A 2012/2013 : Les variations tarifaires T2A : Contribution de CAHPP Consultant Avril 2013 Page 1 sur 89 SOMMAIRE SOMMAIRE... Page 2 PRÉAMBULE... Page 3 PARTIE I : MÉTHODOLOGIE... Page 5 PARTIE II : IMPACT DES VARIATIONS

Plus en détail

Campagne tarifaire MCO 2015 et écarts TIC / Tarifs

Campagne tarifaire MCO 2015 et écarts TIC / Tarifs Campagne tarifaire MCO 2015 et écarts TIC / Tarifs Nicolas FERRAFIAT, Observatoire économique, social et financier Observatoire économique, social et financier 1 Campagne tarifaire MCO 2015 Rappels construction

Plus en détail

Data Mining: Activité hospitalière

Data Mining: Activité hospitalière Data Mining: Activité hospitalière DIAGNE Sénéba 1, Huai Yuan WAN 2 1. S2IFA 2. DRM Chapitre 1 Clustering : Activité hospitalière 1.1 Présentation des données Le périmètre des données représente ici un

Plus en détail

Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs

Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs Guide méthodologique Service : Financement des établissements de santé Pôle : Allocation de Ressources aux Etablissements de Santé Juin 2014

Plus en détail

Les enjeux de la construction des tarifs issus des coûts. Club des Médecins DIM FHP-MCO. 2 avril 2015

Les enjeux de la construction des tarifs issus des coûts. Club des Médecins DIM FHP-MCO. 2 avril 2015 Les enjeux de la construction des tarifs issus des coûts Club des Médecins DIM FHP-MCO 2 avril 2015 1 Introduction Année 2012 marquée par un questionnement sur le modèle de financement des établissements

Plus en détail

Tarification à l Activité (T2A)

Tarification à l Activité (T2A) 27 28 Novembre 2009 Scanner le haut de la page des assises Codage CCAM V11 Mode d emploi pour le Cardiologue Alain Dibie, Département de Pathologie Cardiaque, Institut Mutualiste Montsouris, Paris alain.dibie@imm.fr

Plus en détail

2.4. Les médicaments de la «liste en sus»

2.4. Les médicaments de la «liste en sus» 2.4. Les médicaments de la «liste en sus» Dans le cadre de la tarification à l activité (T2A), le financement des médicaments administrés au cours d un séjour hospitalier est assuré selon plusieurs modalités.

Plus en détail

Evaluation de la tarification des soins hospitaliers et des actes médicaux

Evaluation de la tarification des soins hospitaliers et des actes médicaux Inspection générale des affaires sociales RM2012-024P Evaluation de la tarification des soins hospitaliers et des actes médicaux TOME 2 : ANNEXES ET PIECES JOINTES Établi par Pierre-Louis BRAS, Jean-Luc

Plus en détail

La Campagne Tarifaire

La Campagne Tarifaire Les Nouveautés PMSI 2011 La Campagne Tarifaire La Chirurgie Ambulatoire 1 Les Nouveautés PMSI 2011: Textes NOTICE TECHNIQUE: n CIM-MR / ME 1116-3-2010 du 30 décembre 2010 puis du 14 mars 2011 Objet : Campagne

Plus en détail

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après.

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après. SIRET n 180 092 298 00033 code APE : 8411 Z 117, boulevard Marius Vivier Merle 69329 LYON CEDE 03 Téléphone : 04 37 91 33 10 Télécopie : 04 37 91 33 67 Service Valorisation et Synthèse Service Classifications

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Evolution de l activité des établissements publics de santé

Evolution de l activité des établissements publics de santé Séminaire des établissements de santé publics de santé 5 novembre 2013 Evolution de l activité des établissements publics de santé 2011/2012 Dr Matthieu Derancourt Médecin DIM - Conseiller Médical Sous-direction

Plus en détail

Assurance Maladie. Le développement de la Chirurgie ambulatoire par la MSAP et les incitations tarifaires

Assurance Maladie. Le développement de la Chirurgie ambulatoire par la MSAP et les incitations tarifaires Assurance Maladie Le développement de la Chirurgie ambulatoire par la MSAP et les incitations tarifaires 1. LA MSAP Principe Les textes Les gestes retenus Bilan MSAP 2011 2. LES MESURES TARIFAIRES INCITATIVES

Plus en détail

Samedi 6 avril 2013 Dr Maxime Cauterman ARS Ile-de-France

Samedi 6 avril 2013 Dr Maxime Cauterman ARS Ile-de-France Chirurgie Ambulatoire : qui fait quoi et qui paye qui? Samedi 6 avril 2013 Dr Maxime Cauterman ARS Ile-de-France Plan de la communication Qui fait quoi? La chirurgie gynécologique dans l ensemble des activités

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs

Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs Méthode alternative à la comparaison des coûts et des tarifs Analyse des principaux résultats 2012 Service : Financement des établissements de santé Pôle : Allocation de Ressources aux Etablissements de

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Les coûts des prises en charge à l hôpital en médecine, chirurgie et obstétrique

Les coûts des prises en charge à l hôpital en médecine, chirurgie et obstétrique Les coûts des prises en charge à l hôpital en médecine, chirurgie et obstétrique 2012 Sommaire Introduction 3 Notes de lecture 4 1. L ENC : objectifs et modalités de l étude 6 1.1. Qu est-ce que l Etude

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 25 février 2015 modifiant l arrêté du 19 février 2015 relatif aux forfaits

Plus en détail

CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE. CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013

CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE. CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013 CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013 L enjeu des Epreuves Classantes Nationales est important car il détermine l accès aux spécialités médicales ou chirurgicales.

Plus en détail

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes»

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Communiqué de presse Mars 2012 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Toulouse, le 7 mars 2012 Quatre cliniques de la région Midi-Pyrénées,

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Synthèses. L Observatoire Economique et Social. Le recours à l hospitalisation de court séjour par la population du régime agricole en 2012

Synthèses. L Observatoire Economique et Social. Le recours à l hospitalisation de court séjour par la population du régime agricole en 2012 Synthèses Octobre 2014 L Observatoire Economique et Social Le recours à l hospitalisation de court séjour par la population du régime agricole en 2012 Au régime agricole, les séjours hospitaliers de courte

Plus en détail

santé solidarité La réactivité des établissements de santé aux incitations tarifaires N 21 2011 DOSSIERS

santé solidarité La réactivité des établissements de santé aux incitations tarifaires N 21 2011 DOSSIERS DOSSIERS solidarité et La réactivité des établissements de aux incitations tarifaires N 21 2011 La tarification à l activité (T2A) permet en théorie d orienter l activité des établissements de en agissant

Plus en détail

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS,

Plus en détail

MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE

MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES N 12 - OCTOBRE 2003 MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE Taux brut de Mortalité (décès pour 1.000 habitants) Guadeloupe Martinique Guyane Métropole

Plus en détail

L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997

L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997 Retour au sommaire des BEH de 2000 L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997 H-Q. Cong, J-M. Nadal, F. Bourdillon, G. Leblanc, Ministère chargé de la santé, direction des hôpitaux, "pathologies

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

PERTINENCE DES SOINS. PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte

PERTINENCE DES SOINS. PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte PERTINENCE DES SOINS PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte Février 2014 Cette note de problématique est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France Les équipements hospitaliers 2.1 Le contexte En France, les équipements hospitaliers ont beaucoup évolué depuis une dizaine d'années sous l effet de différents facteurs souvent liés entre eux : les progrès

Plus en détail

Champs référentiel couvert 111/32/33/34/35/36 PMSI. Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Champs référentiel couvert 111/32/33/34/35/36 PMSI. Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Champs référentiel couvert 111/32/33/34/35/36 PMSI Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Plan Positionnement Définition Production du PMSI RUM RSS RSA GHM Fonctions de groupage Transmission

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 25 août 2006 modifiant l arrêté du 5 mars 2006 relatif à la classification et à la prise en charge de prestations

Plus en détail

L'évolution des volumes d'activité des établissements de santé : description, déterminants et prévision

L'évolution des volumes d'activité des établissements de santé : description, déterminants et prévision Inspection générale des affaires sociales L'évolution des volumes d'activité des établissements de santé : description, déterminants et prévision RAPPORT Établi par Stéphanie Dupays Membre de l Inspection

Plus en détail

Programme de la formation au Diplôme de Docteur en Médecine Répartition des modules par semestres et du volume horaire FM 1

Programme de la formation au Diplôme de Docteur en Médecine Répartition des modules par semestres et du volume horaire FM 1 Programme de la formation au Diplôme de Docteur en Médecine Répartition des modules par semestres et du volume horaire FM 1 Cours magistral TD/ Simulation TP VHG Anatomie 1 MD 1 28 15 9 52 Chimie et Biochimie

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 22/01/86 MM et MMES les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR Réf.

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

HOSPITALISATION PRIVEE :

HOSPITALISATION PRIVEE : HOSPITALISATION PRIVEE : POURQUOI LA CONVERGENCE TARIFAIRE EST POSSIBLE ET VITALE LA CONVERGENCE TARIFAIRE CONSTITUE L UNE DES CONDITIONS DE LA SAUVEGARDE DE NOTRE SYSTEME DE SANTE Octobre 2008 FHP Fédération

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 4 mars 2015 fixant pour l année 2015 les éléments tarifaires mentionnés aux

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE. Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la pertinence des soins

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE. Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la pertinence des soins MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la des soins 1. Contexte Concernant le repérage des enjeux d amélioration de

Plus en détail

Contrôle-contentieux des établissements tarifés à l activité Priorités nationales de ciblage et de contrôle pour l année 2008

Contrôle-contentieux des établissements tarifés à l activité Priorités nationales de ciblage et de contrôle pour l année 2008 Contrôle-contentieux des établissements tarifés à l activité Priorités nationales de ciblage et de contrôle pour l année 2008 CNAMTS/DCCRF-PF 11/03/ 2008 1 PLAN Campagne 2007 Point d étape au 31/01/2008

Plus en détail

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.La comptabilité par activité : méthodologie de mise en œuvre... 2 1.Le recensement et la définition des

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Étude sur la réactivité des établissements de santé aux incitations tarifaires

DOCUMENT DE TRAVAIL. Étude sur la réactivité des établissements de santé aux incitations tarifaires Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE ÉTUDES ET RECHERCHES DOCUMENT DE TRAVAIL Étude sur la réactivité des établissements de santé aux incitations tarifaires

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : UNITE AMBULATOIRE MEDICO-CHIRURGICALE Pôle : 1- CHIRURGIES ET COOPERATION Etablissement : L Hôpital

Plus en détail

TYPES D'UO Etat à la date du 03/01/2013

TYPES D'UO Etat à la date du 03/01/2013 TYPES D'UO Etat à la date du 03/01/2013 - Accueil chirurgie de la main - Accueil chirurgie de la main SOS main - agrément FESUM - Accueil grande garde neurochirurgie - Accueil neurochirurgie hors grande

Plus en détail

Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007

Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007 N 01 octobre 2008 Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007 L année 2007 est la première année de plein exercice du contrôle médical du RSI sur l ensemble des prestations d invalidité. Avant

Plus en détail

Modification 72 à l Accord-cadre

Modification 72 à l Accord-cadre 024 À l intention des médecins spécialistes 29 avril Modification 72 à l Accord-cadre Assurance responsabilité professionnelle Les représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux et de votre

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Dr Nathalie VERIN - Direction régionale du Service Médical Journée Interrégionale de l HAD du 15 octobre 2014

Plus en détail

FORUM d EXERCICE PROFESSIONNEL. «Comment je code mon activité» Document de synthèse

FORUM d EXERCICE PROFESSIONNEL. «Comment je code mon activité» Document de synthèse FORUM d EXERCICE PROFESSIONNEL «Comment je code mon activité» Document de synthèse 102 ème Congrès Français d Urologie Vendredi 21 novembre 2008 Si l on a coutume de dire que «l argent est le nerf de la

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC

220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC Description de l'établissement : 220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC Territoire de sante n 7 - SAINT BRIEUC / GUINGAMP / LANNION Statut : Typologie : PUBLIC CH de référence Activité de et latoire 2011 chirurgicaux

Plus en détail

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc Situation sanitaire en Nouvelle-Calédonie 2012 www.dass.gouv.nc Les comptes de la santé Source: service de la protection sociale III.1. Présentation La délibération modifiée n 490 du 11 août 1994 portant

Plus en détail

Rapport sur les charges et produits pour 2015 Propositions. Conseil CNAMTS 3 juillet 2014

Rapport sur les charges et produits pour 2015 Propositions. Conseil CNAMTS 3 juillet 2014 Rapport sur les charges et produits pour 2015 Propositions Conseil CNAMTS 3 juillet 2014 Rappel des thèmes abordés dans les constats du rapport 2015 Répartition des dépenses par groupes de pathologies

Plus en détail

Note relative à la Campagne tarifaire 2009. I. Evolutions majeures du modèle tarifaire MCO :

Note relative à la Campagne tarifaire 2009. I. Evolutions majeures du modèle tarifaire MCO : Seite 1 von 5 Note relative à la Campagne tarifaire 2009 I. Evolutions majeures du modèle tarifaire MCO : Version 11 de la classification des GHM et nouvel arrêté relatif à la classification des prestations

Plus en détail

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008 7 Santé Présentation Au 1 er janvier 2006, Midi-Pyrénées compte 54 établissements de soins dans le secteur public et 100 dans le privé. La part du secteur privé (48 % en lits), supérieure de huit points

Plus en détail

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 Choix organisationnel de l ICL Présentation du service Ouverture du service en novembre 2013 avec 5 lits Depuis novembre 2014,

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

Information Economique

Information Economique Information Economique L ACTIVITE DE L HOTELLERIE en AVEYRON Analyse de données, saisons 211 et 212 L Observatoire mensuel d activité ACTISCOPE TOURISME est un outil qui a pour but de permettre aux différents

Plus en détail

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi)

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi) Sources et méthodes (régions, départements et zones d emploi) L Insee produit des estimations de taux de chômage localisés, en moyennes trimestrielles et annuelles pour la France métropolitaine, et une

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Conseil national de l Ordre des médecins. Conditions de niveau d'études à remplir pour obtenir une licence de remplacement en spécialité.

Conseil national de l Ordre des médecins. Conditions de niveau d'études à remplir pour obtenir une licence de remplacement en spécialité. Conditions de niveau d'études à remplir pr obtenir une licence de remplacement en spécialité. ACTIVITÉ DU MÉDECIN REMPLACÉ Anatomie et cytologie pathologiques humaines anatomie et cytologie pathologiques.

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise?

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise? Comment construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi Quel est cet outil? Cet outil propose d établir des indicateurs concernant des problématiques sociales que vous rencontrez couramment et certaines

Plus en détail

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011 ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE ILE DE FRANCE INTERREGION NORD EST INTERREGION NORD-OUEST Strasbourg Dijon Reims Besançon Nancy Caen Rouen Lille Amiens 1)

Plus en détail

La campagne tarifaire 2009. février 2009

La campagne tarifaire 2009. février 2009 La campagne tarifaire 2009 février 2009 1 Etudes Nationales de Coûts Principales évolutions depuis 2008 Agence Technique de l'information sur l'hospitalisation février 2009 2 L évolution de l ENC Une seule

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie. Annexes au rapport annuel

Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie. Annexes au rapport annuel Haut conseil pour l avenir de l assurance maladie 2013 Annexes au rapport annuel 2 RAPPORT ANNUEL SOMMAIRE GÉNÉRAL DES ANNEXES Les restes à charge à l hôpital (public et privé)..5 La généralisation de

Plus en détail

Outils médico-économiques pour l efficience des Laboratoires de Biologie Médicale

Outils médico-économiques pour l efficience des Laboratoires de Biologie Médicale Outils médico-économiques pour l efficience des Laboratoires de Biologie Médicale Journée FHF 14 janvier 2011 Thibaut BROSSARD (Directeur adjoint, CHU Angers) INTRODUCTION Nécessité de disposer d outils

Plus en détail

LES STATISTIQUES RELATIVES AU SECTEUR DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

LES STATISTIQUES RELATIVES AU SECTEUR DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS CHAPITRE 21 LES STATISTIQUES RELATIVES AU SECTEUR DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS L économie de la branche 433 Poursuite de la croissance 433 Les risques professionnels 435 Les accidents du travail

Plus en détail

Etudes en Sciences Médicales

Etudes en Sciences Médicales Etudes en Sciences Médicales Organisation : Faculté de Médecine Niveau d'entrée : Baccalauréat DESCRIPTION OBJECTIFS Les études médicales sont organisées en trois cycles : 1er cycle sur trois ans : PACES,

Plus en détail

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent Dr J.FARRET Onco gériatre Clinique St Vincent Groupe médical :100 praticiens Anesthésie réanimation

Plus en détail

Anesthésie-réanimation Urgences

Anesthésie-réanimation Urgences Anesthésie-réanimation Urgences Notre sélection d ouvrages de référence dans votre spécialité Médecine Sciences Publications ISBN : 978-2-257-20523-0 Le livre de l interne Anesthésiologie - 3 e édition

Plus en détail

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS Réalité, tendances et comparaisons des marchés publicitaires espagnols et français en. ETUDE 2005 REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS - 1 -

Plus en détail

Point Chiffres 2013. Rapport d activité abrégé. Le centre hospitalier d'aix-les-bains. L'activité du centre hospitalier

Point Chiffres 2013. Rapport d activité abrégé. Le centre hospitalier d'aix-les-bains. L'activité du centre hospitalier Point Chiffres 2013 Rapport d activité abrégé P. 2 P. 4 P. 7 Le centre hospitalier d'aix-les-bains L'activité du centre hospitalier La qualité de prise en charge du patient P. 10 Les ressources humaines

Plus en détail

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Cours MMD3507 Le stage obligatoire de médecine familiale à l externat n exige pas de stage préalable. Il peut donc prendre à chacune des périodes dans

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS

PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS Maurice GIRAULT, François LECOUVEY 1 L étude présentée ici prolonge une analyse de l évolution passée de la consommation de chauffage du

Plus en détail

SYSTÈME D INFORMATION STRATÉGIE QUALITÉ ÉDITORIAL

SYSTÈME D INFORMATION STRATÉGIE QUALITÉ ÉDITORIAL # 22 INFO EN SANTÉ NOVEMBRE 13 SYSTÈME D INFORMATION STRATÉGIE QUALITÉ FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE WWW.FHF.FR SOMMAIRE 1 ÉDITORIAL 2 CHIFFRES CLÉS : PARTS DE MARCHÉ EN MCO Stéphane Finkel, FHF 9

Plus en détail

Evolution de l activité en hôpital de jour en Belgique : présentation des données les plus récentes

Evolution de l activité en hôpital de jour en Belgique : présentation des données les plus récentes Evolution de l activité en hôpital de jour en Belgique : présentation des données les plus récentes M.Daubie INAMI - Service Soins de Santé Direction RDQ 11 février 2011 1 I. Historique (1) Depuis 1995

Plus en détail