TENDANCES MONETAIRE ET FINANCIERE AU COURS DES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015, SOUS L EFFET DU CHOC EXTERNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TENDANCES MONETAIRE ET FINANCIERE AU COURS DES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015, SOUS L EFFET DU CHOC EXTERNE"

Transcription

1 TENDANCES MONETAIRE ET FINANCIERE AU COURS DES NEUF PREMIERS MOIS DE 2015, SOUS L EFFET DU CHOC EXTERNE Alger, le 02 Janvier 2016 Les prix du pétrole, exprimés en dollar, ont chuté d environ 50 % au second semestre 2014, pendant que le dollar s est fortement apprécié par rapport à l euro et à d autres devises. Cette chute s est prolongée au cours des neuf premiers mois de 2015, avec une accentuation au troisième trimestre. 1. Le prix moyen du baril de pétrole est passé de 109,92 dollars/baril au premier semestre 2014 à seulement 58,23 dollars/baril au premier semestre de l année en cours, suivi par une baisse au troisième trimestre à 50,52 dollars/baril. Au titre des neuf premiers mois de l année en cours, le prix moyen s est ainsi établi à 55,76 dollars/baril contre 106,65 dollars/baril pour la même période de Cette chute des prix du pétrole, associée à une baisse des quantités d hydrocarbures exportées de 3,09 % au cours des neuf premiers mois de 2015 (4,57 % au cours du premier semestre de 2015) comparativement à la même période de 2014, s est traduite par un niveau d exportations d hydrocarbures de seulement 25,79 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2015 contre 46,86 milliards de dollars une année auparavant. Une telle contraction de 45 % (-21,06 milliards de dollars) confirme l ampleur du choc externe qui pèse en 2015 sur l économie nationale, très vulnérable à la ressource hydrocarbures. En termes trimestriels, les exportations des hydrocarbures sont passées de 8,71 milliards de dollars au premier trimestre de 2015 à plus de 9,48 milliards de dollars au second trimestre, pour reculer sensiblement au troisième trimestre à seulement 7,60 milliards de dollars. Il est à rappeler, qu à la même période de l année 2014, le niveau trimestriel moyen des exportations d hydrocarbures était de 15,62 milliards de dollars. Les exportations hors hydrocarbures qui se sont stabilisées à 1,09 milliard de dollars au cours des neuf premiers mois de 2015 (1,07 milliard de dollars au cours du premier semestre de 2014) demeurent structurellement faibles et en deçà du potentiel du pays en matière de diversification des exportations. Selon les données douanes, les importations de biens (fob), qui ont connu un trend haussier ces dernières années, ont entamé une tendance baissière au cours des neuf premiers mois de 2015, dans un contexte marqué par une forte dépréciation de l euro face au dollar. Ces importations se sont établies à 39,70 milliards de dollars au cours de la période sous revue contre 45 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2014, soit un recul de 5,30 milliards de dollars (-11,78 %).

2 En termes trimestriels, les importations de biens sont passées de 13,42 milliards de dollars au premier trimestre de 2015 à 13,84 milliards de dollars au second trimestre, pour reculer sensiblement au troisième trimestre à 12,44 milliards de dollars. Il est à rappeler, qu à la même période de l année 2014, le niveau trimestriel moyen des importations de biens était de 15 milliards de dollars. Cette baisse appréciable entre les neuf premiers mois de 2014 et la même période de 2015 a concerné tous les groupes de biens, excepté les biens d équipements agricoles dont les importations se sont relativement stabilisées, dans un contexte d une forte dépréciation de l euro face au dollar américain (-17,77 %) en moyenne sur la période. Le groupe «biens de consommation alimentaires» a enregistré la plus importante baisse en importation (-1,49 milliard de dollars, passant de 8,27 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2014 à 6,78 milliards de dollars au cours de la même période de l année en cours. Cette baisse est due essentiellement à celle du lait et de la poudre de lait (-752 millions de dollars). Le groupe «biens non alimentaires» a connu la seconde plus importante baisse sur la période, passant de 7,53 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2014 à 6,30 milliards de dollars pour la même période de 2015, soit un recul de 1,23 milliard de dollars, sous l effet principalement de la baisse de la facture des importations au titre des véhicules de tourisme (-737 millions de dollars) et de médicaments (-447 millions de dollars). La mise en œuvre récemment de mesures visant à contenir l emballement des importations a commencé à contribuer à cette baisse des importations. Ces mesures comprennent, notamment, le resserrement des exigences en matière de normes et la mise en œuvre attendue du dispositif d encadrement des importations. Parallèlement, la Banque d Algérie a procédé au renforcement des exigences en matière de détermination de la surface financière de l importateur pour les besoins de domiciliation bancaire. Elle a également réduit le ratio prudentiel des fonds propres des banques par rapport à leurs engagements au titre du commerce extérieur et a intensifié les contrôles des opérations du commerce extérieur directement au niveau des agences bancaires. Il s agit de contrôle des dispositifs des banques en matière de contrôle interne, notamment en ce qui concerne les vérifications a posteriori de la «bonne foi» des opérations avec le reste du monde. Ainsi, sous l effet du choc externe et du niveau encore élevé des importations, le solde de la balance commerciale est passé d un excédent de 2,93 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2014 à un déficit de 12,82 milliards de dollars cours de la même période de l année en cours (8,29 milliards de dollars au premier semestre 2015). Le recul des importations de biens n a pu compenser que partiellement celui des exportations des hydrocarbures. Parallèlement, sous l effet du recul des importations de services, telles que compilées à partir des données des banques, le déficit du poste services, hors revenus des facteurs, s est contracté au cours de la période sous revue à 5,39 milliards de dollars contre 6,07 milliards de dollars au cours de la même période de L important transfert de dividendes au cours du premier trimestre de 2015, en

3 situation de baisse des recettes au titre des revenus des facteurs, a été la principale source d élargissement du déficit du poste revenus des facteurs (revenus primaires) nets qui s est établi à 3,84 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2015 (-3,79 milliards de dollars au cours de la même période de 2014), en situation de recul sensible de la part en production des associés de l entreprise nationale des hydrocarbures. Le poste transferts courants (revenus secondaires) nets continue d enregistrer des excédents appréciables au cours des neuf premiers mois de 2015 (2 milliards de dollars), quoique en recul par rapport à la même période de 2014 (2,33 milliards de dollars), dans un contexte marqué par une forte dépréciation de l euro face au dollar. Ainsi, après le déficit enregistré au cours des neuf premiers mois de l année 2014 (- 4,61 milliards de dollars), le compte courant de la balance des paiements affiche un important déficit (-20,05 milliards de dollars) au cours des neuf premiers mois de 2015, déficit dû essentiellement à la chute des prix du pétrole et des quantités exportées, d une part, et à l important transfert de dividendes, d autre part. Le compte de capital et des opérations financières enregistre également un déficit au cours des neuf premiers mois de l année en cours (-763 millions de dollars), suite au transfert de 2,34 milliards de dollars au titre d une cession par des non-résidents à des résidents de leurs parts dans une entreprise, contre un excédent de 1,59 milliard de dollars à la même période de Au total, le solde global de la balance des paiements, établie par la Banque d Algérie à partir des différentes sources de données, affiche un déficit de 20,82 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2015 contre un déficit de seulement 3,02 milliards de dollars durant la même période de l année passée. Pour mémoire, en dépit de la chute des prix du pétrole au second semestre 2014, le déficit global de la balance des paiements a pu être contenu à 4,56 milliards de dollars au cours de ce semestre. Ce déficit record conjugué à l effet de valorisation négatif, a fait que les réserves officielles de change (hors or) se sont fortement contractées, s établissant à 152,70 milliards de dollars à fin septembre 2015 contre 159,03 milliards de dollars à fin juin 2015 et 178,94 milliards de dollars à fin décembre Cela porte la contraction des réserves officielles de change entre fin septembre 2014 et fin septembre 2015 à 32,57 milliards de dollars. L impact du choc externe de grande ampleur sur les fondamentaux a induit une dépréciation de 19,57 % du cours moyen du dinar contre le dollar américain au cours des neuf premiers mois de 2015 par rapport à la même période de l année passée. Le cours du dinar s est, par ailleurs, légèrement déprécié par rapport à l euro (2,16 %). Cependant, le taux de change effectif réel du dinar algérien à septembre 2015 reste apprécié par rapport à son niveau d équilibre de moyen terme, en situation d élargissement du différentiel d inflation et de tensions sur les marchés des changes. Celles-ci impactent significativement les cours de change des pays émergents et en développement. Afin de prévenir toute appréciation du taux effectif réel dommageable pour la stabilité macroéconomique à moyen terme, la relative flexibilité du cours du dinar sur le marché interbancaire des changes permet d absorber, en partie, l effet de la chute

4 des prix du pétrole. Les interventions de la Banque d Algérie sur ce marché s inscrivent dans cet objectif stratégique. 2. Les finances publiques subissent l impact de la chute des prix du pétrole depuis mi L impact du choc externe sur les finances publiques, fortement tributaires de la fiscalité pétrolière, se reflète dans le creusement du déficit budgétaire et l érosion des ressources du Fonds de régulation des recettes (FRR). La tendance au creusement du déficit global du Trésor et à l érosion des ressources du FRR s est accentuée durant les trois premiers trimestres de 2015, en contexte de faiblesse des revenus de la fiscalité pétrolière liée à la faiblesse persistante des prix du pétrole, et de dépenses budgétaires toujours élevées. En effet, selon les données du Trésor, les recettes de la fiscalité pétrolière ont atteint 1834,14 milliards de dinars à fin septembre 2015 (1243,08 milliards de dinars à fin juin 2015) contre 2603,40 milliards de dinars au cours de la même période de 2014 (1870 milliards de dinars au premier semestre de 2014). Corrélativement, le solde global de ses opérations s est détérioré davantage, pour atteindre un déficit de 1653,6 milliards de dinars (1157,5 milliards de dinars à fin juin 2015) contre un niveau de seulement 789,6 milliards de dinars au cours des neuf premiers mois de l année passée. En conséquence, le stock d épargnes financières du Trésor a chuté à 2913,3 milliards de dinars à fin septembre 2015 (3521,0 milliards de dinars à fin juin 2015). Au total, les ressources du Trésor ont subi une érosion drastique de l ordre de 1972,8 milliards de dinars entre fin septembre 2014 et fin septembre 2015, soit une réduction de 40,4 % en l espace de douze mois seulement, après plusieurs années d efforts soutenus d épargne budgétaire. Parallèlement, l encours des émissions des valeurs d Etat par voie d adjudication sur le marché monétaire par le Trésor est passé de 775,11 milliards de dinars à fin décembre 2014 à 811,32 milliards de dinars à fin juin 2015, pour atteindre 822,99 milliards de dinars à fin septembre Enfin, il convient de souligner les avantages de la politique budgétaire prudente poursuivie pendant les périodes de hausse des prix du pétrole, qui a débouché sur un stock d épargne budgétaire et un faible niveau de la dette publique, facilitant ainsi l ajustement durant les périodes de baisse des prix du pétrole. Cependant, une baisse prolongée des prix de pétrole interpelle sur la nécessaire consolidation budgétaire. 3. En situation de déficit de la balance des paiements extérieurs et de creusement du déficit budgétaire, la situation monétaire agrégée établie à partir des situations mensuelles des banques et de la Banque d Algérie se caractérise, au cours des neuf premiers mois de 2015, par une très faible progression de la masse monétaire M2 (0,81 %), après une contraction au premier semestre de la même année (-0,13 %). Cela contraste avec le fort rythme de croissance en la matière réalisé au cours des neuf premiers mois de l année passée (12,06 %). La très faible progression des liquidités monétaires et quasi monétaires des neuf premiers mois de l année en cours est due principalement à la forte baisse des dépôts à vue au niveau des banques (- 11,96 %). La contraction plus prononcée des dépôts du secteur des hydrocarbures (- 39,10 %) au cours de la période sous revue confirme (-14,09 au premier semestre

5 2015) l acuité de l impact de la chute des prix des hydrocarbures sur la situation financière de l entreprise nationale des hydrocarbures. Après une progression de 5,46 % au premier semestre 2015, la quasi monnaie (dépôts à terme en dinars et dépôts en devises) s est accrue de 7,24 % au cours des neuf premiers mois de l année en cours, soit au même rythme qu à fin septembre En dépit de la poursuite de la progression de la monnaie fiduciaire (12,78 %), qui représente par ailleurs 29,9 % de M2 à fin septembre 2015, la contraction des dépôts bancaires à vue a été d une ampleur telle que la masse monétaire M1 a enregistré une décroissance de 1,92 %. Contrairement à la contraction de la masse monétaire au sens de M1, l agrégat monétaire M2 hors dépôts du secteur des hydrocarbures s est accru de 3,37 %. Cela signifie clairement que la contraction des ressources au cours des neuf premiers mois de 2015 provient exclusivement de l ampleur du choc externe sur l économie nationale. Dans cette conjoncture de choc externe et de contraction corrélative de ressources, l évolution de la structure de la masse monétaire M2 montre une augmentation de la part relative de la monnaie fiduciaire à 29,9 % à septembre 2015 (26,7 % à fin 2014). Cette composante de l épargne financière des ménages et entreprises constitue une opportunité pour les banques, en termes de renforcement de l intermédiation financière. L analyse des contreparties de la masse monétaire fait ressortir une forte diminution des créances nettes de l Etat sur le système bancaire (-75,03 %) à fin septembre 2015, soit un rythme qui est pratiquement le double de celui de l année Cela confirme le creusement significatif du déficit des opérations du Trésor, en situation de maintien du profil des décaissements au titre des dépenses publiques en dépit du choc externe. Malgré la contraction des ressources corrélative à ce choc, les crédits à l économie ont poursuivi leur progression au cours des neuf premiers mois de l année sous revue, au rythme de 13,35 % (8,70 % au premier semestre 2015) contre 19,91 % à fin septembre Eu égard au choc externe «violant», ce rythme d expansion des crédits à l économie ne semble pas être soutenable sans recours de certaines banques au refinancement auprès de la Banque d Algérie. L analyse de la structure des crédits à fin septembre 2015, par secteur juridique, montre que 52,43 % des crédits sont accordés au secteur public et 47,57% des crédits sont accordés au secteur privé dont 6,09% aux ménages. Sur la base des situations mensuelles des banques et des données de la centrale des risques, les crédits accordés au secteur public, ont atteint 3865,3 milliards de dinars à fin septembre 2015 contre 3382,3 milliards de dinars à fin décembre Soit une hausse de 14,28 %, de moitié celle atteinte durant la même période de l année précédente 28,26 %. Les crédits accordés au secteur privé atteignent milliards de dinars à fin Septembre 2015 contre 2717,7 milliards de dinars à fin décembre 2014 soit une croissance de 12,5 %, le même rythme de croissance enregistré durant la même période de l année précédente 12,66 %. Les crédits accordés aux ménages ont atteint 449,2 milliards de dinars à fin septembre 2015 contre 404 milliards de dinars à fin décembre 2014 et 386 milliards de dinars à fin septembre 2014, soit une hausse de 11,19 % (une hausse de

6 10,90 % durant la même période de l année précédente) mais avec une faible contribution à la croissance globale des crédits 5,21 %. Par ailleurs, la structure des crédits par maturité indique qu à fin septembre 2015, les crédits octroyés à court terme représentent 24,79 % du total des crédits contre 27% à fin septembre 2014 et 24,73 % à fin décembre Les crédits octroyés à moyen et long terme, quant à eux, représentent 75,21 % des crédits à fin septembre 2015, contre 73 % à fin septembre 2014 et 75,27 % à fin décembre A fin septembre 2015, la liquidité globale des banques s établit à 1828 milliards de dinars (2104,96 milliards de dinars à fin juin 2015) contre 2730,88 milliards de dinars à fin décembre Ainsi, après une forte contraction au premier semestre 2015 (- 625,92 milliards de dinars), la liquidité bancaire s est davantage détériorée au cours des neuf premiers mois de La forte baisse des dépôts du secteur des hydrocarbures en est la principale cause, en contexte de persistance du choc externe. Sous l effet de la contraction de la liquidité de certaines banques, le marché monétaire interbancaire a enregistré une augmentation des montants échangés, soit 370,50 milliards de dinars à fin juin 2015 (315,50 milliards de dinars à fin mars 2015) contre 96,5 milliards de dinars à fin décembre Cependant, le troisième trimestre 2015 a enregistré une diminution du montant des liquidités échangées sur ce marché, soit 170,5 milliards de dinars à fin septembre Aussi, face à l amenuisement de l excès de liquidité et dans le but de dynamiser davantage le marché monétaire interbancaire, la Banque d Algérie a commencé à réduire graduellement les reprises de liquidité. Il est attendu un retour des banques et établissements financiers au refinancement auprès de la Banque d Algérie, notamment via le réescompte, à partir du premier trimestre de l année L inflation annuelle moyenne qui avait atteint un maximum décennal de 8,9 % en janvier 2013, a commencé à décroître en février de la même année et cette tendance baissière s est poursuivie durant 19 mois, le taux d inflation atteignant son minimum de 1,5 % en août L inflation s est de nouveau retournée depuis, pour croître et aboutir à 5,3 % en septembre L inflation structurelle, qui exclut les biens à prix volatils (biens agricoles frais), est aussi de tendance croissante depuis février 2014, atteignant 4,2 % en moyenne annuelle à septembre Du point de vue de l adéquation de l offre à la demande, notamment en matière de produits agricoles frais (légumes, fruits, viandes rouges et blanches, lait), il convient de relever que l accroissement moyen de l offre de produits agricoles frais est proche de l accroissement nominal moyen de la demande. Par conséquent, la forte inflation annuelle moyenne des prix de cette catégorie de produits, de l ordre de 8,6 %, ne s explique pas par une insuffisance de l offre. Plus généralement, l ampleur de l inflation en 2015 ne peut s expliquer par l inadéquation de l offre à la demande, ni par l expansion de la masse monétaire, qui s est accrue à un taux historiquement bas, ni par l évolution des prix mondiaux des produits de base importés. Il convient plutôt d en rechercher les causes profondes dans les dysfonctionnements du marché et notamment celui des produits agricoles frais, caractérisé par une traçabilité limitée des transactions et une faible régulation.

7 Enfin, les tendances opposées des prix, croissante en Algérie et décroissante en Europe, ont conduit, en l espace d une année, à l élargissement du différentiel d inflation en moyenne annuelle de 4,3 points de pourcentage, le portant à 5,3 points en septembre 2015.

Tendances monétaires et financières au 4 ème trimestre de 2015, sous l effet du choc externe

Tendances monétaires et financières au 4 ème trimestre de 2015, sous l effet du choc externe Tendances monétaires et financières au 4 ème trimestre de 2015, sous l effet du choc externe Suite à la chute des prix du pétrole d environ 50 % en 2014, en contexte de forte appréciation du dollar par

Plus en détail

Synthèse sur les développements monétaires et financiers en 2015 et les tendances de l exercice 2016 en contexte de persistance du choc externe

Synthèse sur les développements monétaires et financiers en 2015 et les tendances de l exercice 2016 en contexte de persistance du choc externe Synthèse sur les développements monétaires et financiers en 2015 et les tendances de l exercice 2016 en contexte de persistance du choc externe Conseil de la Nation Avril 2017 1 Synthèse sur les développements

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014

Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014 Alger, Septembre 2014 Tendances monétaires et financières au premier semestre 2014 1. Sur le marché international de l énergie, le prix du baril de Brent a enregistré une tendance haussière au second trimestre

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS, POSITION EXTERIEURE GLOBALE ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS, POSITION EXTERIEURE GLOBALE ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS, POSITION EXTERIEURE GLOBALE ET TAUX DE CHANGE Soutenu par des niveaux appréciables des prix des hydrocarbures sur le marché international, le compte courant de la balance

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU PREMIER TRIMESTRE DE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU PREMIER TRIMESTRE DE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU PREMIER TRIMESTRE DE 2014 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires qui ont caractérisé l économie nationale au premier

Plus en détail

Intervention du Gouverneur de la Banque d Algérie Assemblée Populaire Nationale - 0 -

Intervention du Gouverneur de la Banque d Algérie Assemblée Populaire Nationale - 0 - Tendances monétaires et financières en 2015 et au cours des neuf premiers mois de 2016 et politiques de résilience et d accompagnement en contexte de choc externe durable Intervention du Gouverneur de

Plus en détail

EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES

EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES Stabilisation de l inflation, en février 2017, à 4,6% pour le deuxième mois consécutif, à la faveur d une baisse modérée de l IPC. L inflation sous-jacente «hors produits

Plus en détail

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX L inflation, qui avait significativement reculé en 2013, a continué à décroître en 2014 pour se limiter à un rythme annuel moyen compatible avec l objectif de moyen terme.

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie

Banque Centrale de Mauritanie Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Etudes Note sur l évolution récente de l économie mauritanienne à fin juin 2010 (sur la base des données provisoires disponibles au 20 juillet 2010)

Plus en détail

BANQUE D ALGERIE. Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie

BANQUE D ALGERIE. Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie BANQUE D ALGERIE 1 Cadre de politique monétaire en Afrique dans un contexte de mutation du paysage financier : cas de l Algérie Présenté par : Achari-Djokic Branka Séminaire continental de l ABCA Mai 2015

Plus en détail

(p)

(p) II.3. SECTEUR MONETAIRE ET FINANCIER II.3.1. RESSOURCES ET EMPLOIS DU SYSTEME BANCAIRE Les ressources du système bancaire (950.480,4 contre 840.466,9 MBIF) se sont accrues presque au même rythme que celui

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Année 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Année 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Année 215) Banque Centrale de Tunisie Janvier 216 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Le Fonds Monétaire International (FMI) a révisé, le mois courant, à la baisse

Plus en détail

LES GRANDS TRAITS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE EN 1993

LES GRANDS TRAITS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE EN 1993 LES GRANDS TRAITS DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE EN 1993 Le rapport annuel de la balance des paiements vient d être publié. Le texte suivant, extrait de celui-ci,

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE La stratégie de désendettement extérieur suivie par la forte réduction de la dette extérieure, principalement en 2006, a permis un bon usage des

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Juin 2017 Note sur la Politique Monétaire Troisième trimestre 2017 0 WWW.BRH.NET Sommaire I. VUE D ENSEMBLE......2 II. III. IV. L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE SOUS-JACENT A

Plus en détail

EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES

EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES Prémices d amélioration de la croissance au troisième trimestre de 2017, comparativement au trimestre précédent, au vu des indicateurs conjoncturels disponibles. Poursuite

Plus en détail

Alger, 18 février 2013

Alger, 18 février 2013 Alger, 18 février 2013 ACCELERATION DE L INFLATION EN 2012 EN CONTEXTE DE DECELERATION MONETAIRE : DE LA NECESSITE D ENDIGUER LE PHENOMENE INFLATIONNISTE EN 2013 Introduction Après la période d ajustement,

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Note sur la Politique Monétaire Troisième trimestre

Note sur la Politique Monétaire Troisième trimestre NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Juin 2014 Note sur la Politique Monétaire Troisième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos Ce document analyse les développements récents observés dans l économie haïtienne

Plus en détail

La lettre mensuelle 1

La lettre mensuelle 1 La lettre mensuelle 1 Bribes macroéconomiques Baisse de 0,9% des avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib à fin février. En janvier, ces avoirs ont représenté 4 mois et 25 jours d importations de biens

Plus en détail

Flash conjoncture à fin décembre 2011.

Flash conjoncture à fin décembre 2011. % Population (milieu de l'année 10 3 ) 35 978 36 300 * Taux de croisance en volume du PIB (%) 3,3 2,6 ** Taux de croissance en volume du PIB hors Hydrocarbures (%) 6,0 5,8 ** Le PIB (Mds US $) 161,9 197,9

Plus en détail

CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE CHAPITRE VIII : POLITIQUE MONETAIRE L'évolution macroéconomique depuis le début des années 2000 a été marquée par un excès de l'épargne sur l'investissement, même si les années 2009 et 2013 ont enregistré

Plus en détail

THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats

THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats Communicateur: Fidèle BAMA Macro économiste Directeur de la Prévision et des Analyses Macroéconomiques (DPAM) Plan

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL 1 PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Avec un taux de croissance de 5,1 contre 4,9 p.c. en 2005,

Plus en détail

BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES

BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES Deuxième trimestre 2015 Direction Générale de l'economie et de la Monnaie Direction des Statistiques Service des Statistiques BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES Deuxième

Plus en détail

CHAPITRE IV : FINANCES PUBLIQUES

CHAPITRE IV : FINANCES PUBLIQUES CHAPITRE IV : FINANCES PUBLIQUES La situation des finances publiques, en tant qu'élément important des finances intérieures, connaît une amélioration soutenue depuis 2003. Le solde global du Trésor a été

Plus en détail

BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES

BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES Premier trimestre 2017 TABLE DES MATIERES PAGES 1 MARCHE MONETAIRE 3 1.1 Taux directeur de la BCEAO 3 1.2 Taux du marché monétaire 3 1.3 Interventions de la Banque

Plus en détail

S O M M A I R E. Introduction Evolution de l environnement international 3. L activité économique 3. L évolution des prix 4

S O M M A I R E. Introduction Evolution de l environnement international 3. L activité économique 3. L évolution des prix 4 S O M M A I R E Introduction 3 1- Evolution de l environnement international 3 L activité économique 3 L évolution des prix 4 2- Les équilibres internes 5 Les Finances publiques 5 Les recettes budgétaires

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Mars 2017 www.brh.ht Note sur la politique monétaire Deuxième trimestre 2017 0 Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents observés

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE

INDICATEURS DE CONJONCTURE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE ETUDES ET STATISTIQUES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix, Taux de change, Indicateurs

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble de l année 2015

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble de l année 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 mars 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble

Plus en détail

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours de l année 2012 --------- AVRIL 2013 2 SOMMAIRE 1 EVOLUTION DU SECTEUR REEL ET DES PRIX... 3 2 EVOLUTION DU SECTEUR EXTERIEUR...

Plus en détail

Fonctionnement et régulation de l économie

Fonctionnement et régulation de l économie Institut Algérien des Hautes Études Financières Conférence Fonctionnement et régulation de l économie Conseil National des Assurances KOUIDER AISSA Redouane Directeur Général JUIN 2006 SOMMAIRE Objectifs

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE INTERNATIONALE AU SECOND SEMESTRE 1994

ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE INTERNATIONALE AU SECOND SEMESTRE 1994 ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE INTERNATIONALE AU SECOND SEMESTRE Après un premier semestre morose, l activité bancaire et financière internationale a enregistré une nette reprise au second

Plus en détail

Note sur la Politique Monétaire

Note sur la Politique Monétaire Banque de la République d Haïti Note sur la Politique Monétaire Juin 2012 Note sur la Politique Monétaire troisième trimestre 2012 1 www.brh.net Avant-propos Ce document analyse les récents développements

Plus en détail

BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES

BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES BULLETIN TRIMESTRIEL DE STATISTIQUES Premier trimestre 2016 TABLE DES MATIERES PAGES 1 MARCHE MONETAIRE 3 1.1 Taux directeur de la BCEAO 3 1.2 Taux du marché monétaire 3 1.3 Interventions de la Banque

Plus en détail

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année

Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année Evolution de la situation économique, financière et monétaire des Comores au cours du 1 er semestre de l année 2014 --------- SEPTEMBRE 2014 SOMMAIRE 1 EVOLUTION DU SECTEUR REEL ET DES PRIX... 4 2 - EVOLUTION

Plus en détail

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX Après une forte inflation enregistrée en 2012, la plus élevée de la décennie, l année 2013 a été marquée par une désinflation ample et rapide. La hausse des prix a retrouvé

Plus en détail

Analyse des échanges commerciaux de la Tunisie 9 premiers mois 2017

Analyse des échanges commerciaux de la Tunisie 9 premiers mois 2017 Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des échanges commerciaux de la Tunisie

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie

Banque Centrale de Mauritanie Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 3 ème trimestre 2012 Décembre 2012 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

4. MARCHES FINANCIERS

4. MARCHES FINANCIERS 4. MARCHES FINANCIERS A Madagascar, le paysage des marchés financiers est marqué par la prépondérance du système bancaire : le financement de l économie est essentiellement assuré par l intermédiation

Plus en détail

Liste des encadrés, tableaux et graphiques

Liste des encadrés, tableaux et graphiques Liste des encadrés, tableaux et graphiques Encadrés I. Développements économiques et financiers A.1 La crise dans la zone euro Encadré 1 : Fragmentation financière dans la zone euro 46 A.2 Réponses des

Plus en détail

Chine : nouvelles sorties de capitaux sur le deuxième trimestre

Chine : nouvelles sorties de capitaux sur le deuxième trimestre En Bref : nouvelles sorties de capitaux sur le deuxième trimestre La renoue avec des sorties de capitaux au deuxième trimestre, après avoir enregistré une courte période de répit en début d année. Toutefois,

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 3 e trimestre 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 3 e trimestre 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 décembre 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 3 e trimestre 2016 Aperçu

Plus en détail

Evolution récente de l économie tchadienne et perspectives pour

Evolution récente de l économie tchadienne et perspectives pour Evolution récente de l économie tchadienne et perspectives pour 2017-18 1. Généralités Caractéristiques géographiques et humaines Superficie : 1 284 000 km 2. Les pays limitrophes sont le Soudan, la République

Plus en détail

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE L'évolution macroéconomique des années 2000 a été marquée par un excès de l'épargne sur l'investissement, même si l année 2009 a enregistré un net amenuisement en la matière

Plus en détail

Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge

Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques Communiqué de presse Bruxelles, le 15 septembre 2000 Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge L augmentation

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble de l année 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble de l année 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 24 mars 2017 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 décembre 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre 2015 Aperçu

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1: Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiments. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1: Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiments. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1: Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiments Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /37 2/37 Introduction L ouverture

Plus en détail

L évolution de la balance des paiements et de la position extérieure du Portugal au cours des dix dernières années

L évolution de la balance des paiements et de la position extérieure du Portugal au cours des dix dernières années L évolution de la balance des paiements et de la position extérieure du Portugal au cours des dix dernières années DG Trésor Octobre 217 Au cours de la période 26-212, la balance courante du Portugal était

Plus en détail

Note de Conjoncture Economique

Note de Conjoncture Economique Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Etudes Direction des Etudes et de la Recherche Economiques Note de Conjoncture Economique 4éme Trimestre 2010 Mars 2011 Sommaire I. ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages et la conjoncture du logement en 1999

Les crédits immobiliers consentis aux ménages et la conjoncture du logement en 1999 Les crédits immobiliers consentis aux ménages et la conjoncture du logement en 1999 Les crédits immobiliers consentis aux ménages ont enregistré, en 1999, une forte augmentation qui reflète une activité

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES 1 Numéro 170, avril 2012 PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES Une collecte annuelle inférieure à sa moyenne de long

Plus en détail

BANK OF ALGERIA BULLETIN STATISTIQUE TRIMESTRIEL

BANK OF ALGERIA BULLETIN STATISTIQUE TRIMESTRIEL BANK OF ALGERIA BULLETIN STATISTIQUE TRIMESTRIEL N 22 Juin 2013 TABLE DES MATIERES Statistiques Monétaires et Financières : 1 - BANQUE D'ALGÉRIE 1.1 Situation de la Banque d'algérie 6 1.2 Situation détaillée

Plus en détail

Russie. Service Economique Régional de Moscou

Russie. Service Economique Régional de Moscou Russie Service Economique Régional de Moscou 9 Russie I. Ralentissement structurel depuis l été 2012 II. Récession en 2015 accentuée par la baisse du prix du pétrole III. Stabilisation à un point bas en

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mai 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En avril, le climat des affaires se dégrade : l indicateur correspondant perd 3 points et s établit à un niveau inférieur de 5 points à sa moyenne

Plus en détail

1/ Le déficit des échanges de biens se réduit à nouveau, tandis que les services maintiennent leur niveau élevé d excédent

1/ Le déficit des échanges de biens se réduit à nouveau, tandis que les services maintiennent leur niveau élevé d excédent A 61,2 Md, le déficit des échanges de biens se réduit à nouveau cette année, de 9% par rapport à 2012. Le déficit hors énergie et hors matériel militaire, sur lequel le Premier ministre a fixé un objectif

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 septembre 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016 Aperçu

Plus en détail

10 indicateur de développement humain (2012)

10 indicateur de développement humain (2012) vue d ensemble 10 indicateur de développement humain (2012) Guinée- Bissau Sénégal Côte d Ivoire Mali Burkina Faso Bénin Togo Niger Cameroun Tchad Centrafrique Guinée équatoriale Gabon Congo Comores >

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

COMITE NATIONAL DE L ITIE

COMITE NATIONAL DE L ITIE COMITE NATIONAL DE L ITIE SEMINAIRE DE FORMATION SUR L ITIE Vendredi 15 décembre 2006 CADRE MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIRE I.CONTEXTE Reformes macroéconomiques et structurelles engagées telles que : libéralisation

Plus en détail

L économie camerounaise en 2016 et perspectives macroéconomiques pour

L économie camerounaise en 2016 et perspectives macroéconomiques pour L économie camerounaise en 2016 et perspectives macroéconomiques pour 2017-18 Avec une population de 22,8 millions d habitants répartie sur un territoire 475 442km 2, soit une densité de 48 habitants/km

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE 0 Juin 2016 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents observés dans l économie haïtienne en mettant l accent sur l une

Plus en détail

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION ET RENTABILITE DES BANQUES

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION ET RENTABILITE DES BANQUES CHAPITRE VI : INTERMEDIATION ET RENTABILITE DES BANQUES L ordonnance n 10-04 du 26 août 2010, modifiant et complétant l ordonnance n 03-11 relative à la monnaie et au crédit, stipule que la Banque d Algérie

Plus en détail

LES ECHANGES EXTERIEURS DE L ALGERIE AU COURS DE L ANNEE 2010

LES ECHANGES EXTERIEURS DE L ALGERIE AU COURS DE L ANNEE 2010 LES ECHANGES EXTERIEURS DE L ALGERIE AU COURS DE L ANNEE 2010 Principaux repères de l évolution du commerce extérieur (2009/2010) : Selon le Centre National de l Informatique et des Statistiques des Douanes

Plus en détail

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES IEOM RAPPORT ANNUEL 2010 IEOM RAPPORT ANNUEL 2011 LE SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER DANS LES COM DU PACIFIQUE Plusieurs catégories d établissements de crédit interviennent dans les collectivités d outre-mer

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Décembre 2016 Note sur la politique monétaire Premier trimestre 2017 0 www.brh.ht Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents observés

Plus en détail

BILAN DE L ACTIVITE BOURSIERE

BILAN DE L ACTIVITE BOURSIERE BILAN DE L ACTIVITE BOURSIERE Du 04 janvier au 30 décembre 2016 1 Sommaire Introduction 1. Le Tunindex 2. Le Tunindex20 3. Les indices sectoriels 4. Evolution de la capitalisation boursière du marché 5.

Plus en détail

LETTRE INTRODUCTIVE AU RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI ADRESSEE A MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI

LETTRE INTRODUCTIVE AU RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI ADRESSEE A MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI LETTRE INTRODUCTIVE AU RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI ADRESSEE A MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI PAR LE GOUVERNEUR AU NOM DU COMITE DE DIRECTION Excellence Monsieur

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2017

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2017 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 25 septembre 2017 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2017 Aperçu

Plus en détail

Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine

Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine Conseil National du Commerce Extérieur Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine Anticiper Partager Agir 2001 www.cnce.org.ma Sommaire AVANT-PROPOS S Y N T H E S

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 juin 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016 Aperçu

Plus en détail

CADRE MACROECONOMIQUE DU CAMEROUN. Généralités

CADRE MACROECONOMIQUE DU CAMEROUN. Généralités CADRE MACROECONOMIQUE DU CAMEROUN Généralités Avec une population de 22,8 millions d habitants répartie sur un territoire 475 442km 2, soit une densité de 48 habitants/km 2, le Cameroun est le pays le

Plus en détail

CONSOMMATION DES MÉNAGES FRONTALIERS AU LUXEMBOURG 39

CONSOMMATION DES MÉNAGES FRONTALIERS AU LUXEMBOURG 39 ET FINANCIÈRE 1 Encadré 6: CONSOMMATION DES MÉNAGES FRONTALIERS AU LUXEMBOURG 39 Le Luxembourg est une économie caractérisée par une forte dimension internationale justifiée non seulement par le nombre

Plus en détail

Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie

Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie Les incidences de la dépréciation du Dollar sur les échanges commerciaux de l Algérie Octobre 2007 Ces derniers mois l évolution du cours du pétrole brut est suivie avec une attention particulière et succite

Plus en détail

RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE. Décembre 2015

RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE. Décembre 2015 1 RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE Troisième Trimestre 2015 Décembre 2015 i Contenu LISTE DES ACRONYMES... ii RESUME ANALYTIQUE... 1 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 3 1.1. Croissance

Plus en détail

Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire Travaux Dirigés 1 : Éléments de correction La balance des paiements

Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire Travaux Dirigés 1 : Éléments de correction La balance des paiements Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire 2016-2017 Master 1 MBFA / EA Macroéconomie Internationale Enseignant : Dramane Coulibaly (CM), Victor Court (TD) Travaux Dirigés 1 : Éléments

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL La croissance de l économie mondiale est restée vigoureuse (4,9 contre 5,0 p.c.) grâce à la poursuite d une forte expansion dans les pays émergents et en développement

Plus en détail

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette 1 FIPECO le 17.05.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette La dette publique, rapportée au PIB,

Plus en détail

La lettre mensuelle Avril 2012

La lettre mensuelle Avril 2012 La lettre mensuelle Avril 2012 1 Bribes macroéconomiques A fin Avril les avoirs extérieurs nets de Bank Al-Maghrib ont enregistré une baisse de 0,6%. En glissement annuel, l encours de ces avoirs, chiffré

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Note sur la politique monétaire. Mars

Banque de la République d Haïti. Note sur la politique monétaire. Mars Banque de la République d Haïti Note sur la politique monétaire Mars 2016 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents observés dans l économie haïtienne

Plus en détail

Un changement de cap s impose

Un changement de cap s impose Un changement de cap s impose Perspectives économiques régionales pour l Afrique subsaharienne Département Afrique Fonds monétaire international Mai 2016 1 La croissance économique mondiale devrait rester

Plus en détail

Note de Conjoncture Economique

Note de Conjoncture Economique Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Etudes Note de Conjoncture Economique 4ème Trimestre Décembre 2008 Février 2009 Sommaire I. Environnement International...3 1. Evolution récente...3

Plus en détail

Allocution de M. Oualalou Ministre des Finances

Allocution de M. Oualalou Ministre des Finances SÉMINAIRE RÉGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LE CIBLAGE DE L INFLATION Rabat, Maroc, 4 avril 2007 Allocution de M. Oualalou Ministre des Finances Séminaire régional de haut niveau sur le ciblage de l inflation

Plus en détail

RESUME : Au niveau des services, le transport maritime a progressé de 2,2 % par rapport au trimestre précédent.

RESUME : Au niveau des services, le transport maritime a progressé de 2,2 % par rapport au trimestre précédent. REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité - Justice MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------------------------- OFFICE NATIONAL DE LA STATISTIQUE RESUME : L environnement économique

Plus en détail

Prévisions conjoncturelles 2007/2008

Prévisions conjoncturelles 2007/2008 Croisé automne 2006 Prévisions conjoncturelles 2007/2008 www.kof.ethz.ch Situation économique en Suisse Situation économique en Suisse Conjoncture favorable et croissance soutenue Progression dynamique

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L économie mondiale a retrouvé en 2010 le sentier de la reprise sous les effets des politiques macroéconomiques agressives mises en place par de nombreux pays pour

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée)

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée) Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 23 septembre 2015 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre

Plus en détail

Tableau 1 : Evolution des principales grandeurs macroéconomique du Gabon (%)

Tableau 1 : Evolution des principales grandeurs macroéconomique du Gabon (%) CADRE MACROECONOMIQUE DU GABON Généralités Situé en plein cœur d Afrique Centrale, le Gabon s étend sur une superficie de 267 667 Km2. Les pays limitrophes sont le Congo, le Cameroun, la Guinée Equatoriale

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 9 au 13 juin 2014 n 165 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 9 au 13 juin 2014 n 165 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 9 au 13 juin 2014 n 165 SOMMAIRE FRANCE 1. Immatriculations de voitures neuves en mai 2014 : -0,9% sur un mois, +5% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en

Plus en détail

L évolution de la monnaie et du crédit en France : 2010, l année de la reprise

L évolution de la monnaie et du crédit en France : 2010, l année de la reprise L évolution de la monnaie et du crédit en France : 1, l année de la reprise Jérémi MONTORNÈS Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Après avoir

Plus en détail

Évolutions bancaires et monétaires en Nouvelle-Calédonie au 31 décembre 2015

Évolutions bancaires et monétaires en Nouvelle-Calédonie au 31 décembre 2015 Infos financières Avril 2016 Évolutions bancaires et monétaires en Nouvelle-Calédonie au 31 décembre 2015 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon le Fonds monétaire international (FMI), l

Plus en détail

Un autre mécanisme de diffusion de la crise mondiale : le cas de la Turquie.

Un autre mécanisme de diffusion de la crise mondiale : le cas de la Turquie. Un autre mécanisme de diffusion de la crise mondiale : le cas de la Turquie. Irem Zeyneloglu * A la différence des économies de l Union européenne, la crise mondiale s est propagée directement sur le secteur

Plus en détail

RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE. Avril 2016

RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE. Avril 2016 1 RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE Quatrième Trimestre 2015 Avril 2016 1 RESUME ANALYTIQUE... 3 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 5 1.1. Croissance du PIB mondial... 5 1.2. Commerce

Plus en détail

Adresse postale : Office National de la Statistique

Adresse postale : Office National de la Statistique Office National de la Statistique DSECN REBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité - Justice MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------------------------- OFFICE NATIONAL DE LA STATISTIQUE

Plus en détail

Le cadre de l analyse macroéconomique

Le cadre de l analyse macroéconomique Le cadre de l analyse macroéconomique Université de Rennes Faculté de Droit et de Science Politique Antenne de Saint-Brieuc Licence Droit 007-008. Une économie de production -. Le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

AVIS DES SOCIETES. Banque de Tunisie Siège social : 2, Rue de Turquie-1001

AVIS DES SOCIETES. Banque de Tunisie Siège social : 2, Rue de Turquie-1001 AVIS DES SOCIETES INDICATEURS D ACTIVITE TRIMESTRIELS Banque de Tunisie Siège social : 2, Rue de Turquie-1001 La Banque de Tunisie publie ci-dessous ses indicateurs d activité relatifs au 4 ème trimestre

Plus en détail

La situation du système bancaire et financier français en 2003

La situation du système bancaire et financier français en 2003 La situation du système bancaire et financier français en 23 Le Rapport annuel de la Commission bancaire pour l année 23 présente la situation du système bancaire et financier français au travers de l

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2017 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2017 0 WWW.BRH.HT Sommaire I. VUE D ENSEMBLE.......2 II. III. IV. L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE SOUS-JACENT

Plus en détail