Cholestases néonatales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cholestases néonatales"

Transcription

1 4-060-A-15 1 Cholestases néonatales E. Gonzales, E. Jacquemin Les cholestases de l enfant, qui se présentent le plus souvent dans la période néonatale, constituent la principale cause d hospitalisation dans un service d hépatologie pédiatrique et représentent 80 % des indications de transplantation hépatique chez l enfant. La transplantation hépatique a bouleversé le pronostic des cholestases de l enfant avec un taux global de survie à 10 ans de 80 %. Par ailleurs, les gènes responsables des principales cholestases génétiques ont été récemment identifiés, ce qui rend en théorie possible un diagnostic anténatal et devrait permettre de mieux comprendre la physiopathologie de ces cholestases et de développer dans l avenir d autres traitements que la transplantation hépatique. Le nouveau-né est particulièrement exposé à développer une cholestase en raison de l immaturité des mécanismes de la sécrétion biliaire. Les cholestases du nouveau-né sont particulières par leur incidence relativement élevée (1/2 500 naissances), la grande variété de leurs causes et la gravité du pronostic d un grand nombre d entre elles. L objectif principal, devant un nouveau-né présentant un ictère cholestatique, est d en identifier très rapidement la cause. En particulier, Il est extrêmement important de faire le diagnostic précoce d atrésie des voies biliaires extrahépatiques, principale cause de cholestase à cet âge, dont le pronostic dépend beaucoup de la précocité de l intervention chirurgicale correctrice Elsevier SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Nouveau-né ; Ictère ; Cholestase ; Atrésie des voies biliaires Plan Diagnostic de cholestase 1 Étiologie et physiopathologie 2 Atrésie des voies biliaires 2 Syndrome d Alagille 3 Déficit en alpha-1 antitrypsine 4 Cholestases intrahépatiques progressives familiales (PFIC1-3) 4 Cholestase néonatale transitoire (ou bénigne) 5 Cholangite sclérosante à début néonatal 5 Déficits de synthèse des acides biliaires primaires 5 Mucoviscidose 6 Lithiase biliaire 6 Traitement 7 Diagnostic de cholestase [1] (Fig. 1) L existence d une cholestase doit être suspectée systématiquement chez un nouveau-né ictérique chez qui l ictère persiste ou apparaît après jours de vie. L ictère cholestatique s accompagne d une décoloration prolongée partielle ou complète des selles (Fig. 2), d urines foncées colorant les couches, et le plus souvent d une hépatomégalie. En présence d un ictère néonatal, la décoloration des selles doit être recherchée dès les premiers jours de vie par le pédiatre de maternité. La couleur des selles doit être appréciée sous allaitement maternel ou lait maternisé premier âge. Le prurit n existe pas chez le nouveau-né cholestatique et apparaît rarement avant l âge de 4-5 mois. La bilirubinémie est augmentée avec une prédominance de bilirubine conjuguée et est le plus souvent associée à une augmentation des phosphatases alcalines, de la gammaglutamyl transférase (GGT) et des acides biliaires dans le sang. Lorsqu il existe une décoloration complète des selles et une hépatomégalie ferme, ou s il existe un syndrome de polysplénie, le diagnostic d atrésie des voies biliaires est très probable sur les seules données cliniques. Les traits cliniques des ictères cholestatiques du nouveau-né les distinguent nettement des ictères à bilirubine non conjuguée (urines claires, selles colorées, pas d hépatomégalie) qui peuvent être prolongés au-delà du 10 e jour de vie et dont l étiologie est très différente. Le risque, chez un enfant nourri au sein, est de porter par excès le diagnostic d ictère au lait de mère chez un enfant atteint d atrésie des voies biliaires. Un autre risque est d attribuer par excès la cholestase à une infection à cytomégalovirus (CMV) ou à une infection urinaire. Il est également important de distinguer les ictères cholestatiques (où le temps de Quick est normal après injection parentérale de vitamine K) des ictères par insuffisance hépatocellulaire révélant une galactosémie ou plus rarement une tyrosinémie, une intolérance héréditaire au fructose ou une hépatite virale aiguë. Tout nouveau-né suspect de cholestase doit recevoir, dès que possible, une injection parentérale de 10 mg de vitamine K pour prévenir les complications hémorragiques. En cas de signes hémorragiques, du plasma frais doit être administré. Il doit ensuite être orienté sans attendre vers un centre hospitalier où une équipe médicochirurgicale expérimentée conduira les investigations étiologiques et pourra prendre en charge l enfant de manière à lui donner les meilleures chances de survie à long terme. En cas d atrésie des voies biliaires, il faut que l enfant soit Pédiatrie 1

2 4-060-A-15 Cholestases néonatales Doit être suspectée si ictère persiste ou apparaît après 15 jours de vie et si bilirubine conjuguée > 10 % de la bilirubine totale Ictère cholestatique : selles décolorées, urines foncées ± hépatomégalie Suspicion de cholestase = injection parentérale de 10 mg de vitamine K (+ plasma si signes hémorragiques) Figure 1. Cholestases néonatales : enquête étiologique urgente. La crainte de méconnaître une atrésie des voies biliaires doit être constamment présente à l esprit. Atrésie des voies biliaires jusqu'à preuve du contraire! Équipe médicochirurgicale expérimentée Erreurs à ne pas commettre Figure 2. Selles de trois nourrissons de moins de 3 mois nourris exclusivement au lait maternel ou maternisé premier âge. La décoloration partielle ou totale des selles signe la cholestase et doit faire envisager systématiquement le diagnostic d atrésie des voies biliaires. Chez un nouveau-né ictérique, une décoloration des selles doit être systématiquement recherchée dès le séjour à la maternité. confié à une équipe chirurgicale habituée à opérer au moins trois nouveaux cas d enfants atteints d atrésie des voies biliaires par an [2]. Les modalités pratiques de la conduite diagnostique sont schématisées dans la Fig. 3. La crainte de méconnaître une atrésie des voies biliaires doit être constamment présente à l esprit. Les conditions du diagnostic étiologique se fondent sur des éléments cliniques, biologiques et radiologiques simples dont les résultats doivent être obtenus en quelques jours. Il est cependant des cas où la cause n est pas rapidement identifiée. Une biopsie hépatique à l aiguille doit être alors rapidement faite et interprétée par un pathologiste ayant l expérience des maladies du foie de l enfant [3]. L examen recherche avant tout des signes d obstacles sur les voies biliaires (fibrose porte, prolifération de voies biliaires et bouchon de bile dans les voies biliaires) (Fig. 4) et l existence de tels signes doit conduire à discuter rapidement une opacification des voies biliaires (cholangiographie transpariétale, endoscopique rétrograde ou lors d une laparotomie exploratrice) qui permet de faire la preuve de l atrésie des voies biliaires (Fig. 5) [1, 4, 5]. L opacification des voies biliaires peut aussi être faite d emblée sans biopsie hépatique quand il existe une forte suspicion d atrésie des voies biliaires (décoloration complète, précoce et durable des selles, hépatomégalie ferme voire dure, échographie montrant un aspect hyperéchogène triangulaire du hile hépatique, une vésicule biliaire atrophique, ou un syndrome de polysplénie). Les causes de cholestase de l enfant qui débutent après la période néonatale, ainsi que leurs modalités thérapeutiques, sont rapportées dans la Fig. 6. Étiologie et physiopathologie La cholestase se définit comme l ensemble des manifestations dues à la diminution ou à l arrêt du flux biliaire ou à une Quelques erreurs à éviter dans le diagnostic des cholestases du nouveau-né. À la maternité : ne pas s inquiéter, à tort, de la couleur blanche des selles (la précocité de la décoloration des selles est un argument très important en faveur du diagnostic d atrésie des voies biliaires). Au cours du premier mois : dire qu il est «banal» qu un ictère se prolonge au-delà du 10 e jour (l ictère simple du nouveau-né à terme a toujours disparu à cet âge) ; porter par excès un diagnostic d ictère au lait de mère ; être rassuré à tort par une courbe de croissance correcte (la croissance des enfants atteints d atrésie des voies biliaires est le plus souvent normale pendant les premières semaines) ; fausser l interprétation de la couleur des selles par un régime ou un traitement inappropriés (laits synthétiques : couleur grise des selles ; fer: couleur grise ; amphotéricine orale : couleur orange) ; être rassuré à tort par à un compte-rendu échographique décrivant une vésicule biliaire présente (la présence d une vésicule biliaire n exclut pas le diagnostic d atrésie des voies biliaires limitée aux canaux hépatiques) ; porter par excès un diagnostic d «hépatite néonatale» (cette entité n existe pas en dehors des fœtopathies infectieuses ou des hépatites virales postnatales dont l agent doit absolument être identifié). anomalie de formation de la bile (Fig. 7). La cholestase peut être secondaire à des lésions des voies biliaires extrahépatiques, extra- et intrahépatiques, intrahépatiques, à des anomalies métaboliques d origine hépatocytaire ou à des facteurs externes comme une infection bactérienne ou une nutrition parentérale. Les atteintes exclusives des voies biliaires extrahépatiques ne représentent qu une petite proportion (5 %) des causes de cholestase néonatale. Les causes de cholestase néonatale sont rapportées dans le Tableau 1 [6-9] et les principales sont détaillées dans les paragraphes suivants [1]. [2, 10-12] Atrésie des voies biliaires C est la cause la plus fréquente de cholestase néonatale (un cas sur naissances) et représente à elle seule 50 % des causes de cholestase néonatale [1]. Elle est la principale indication de transplantation hépatique chez l enfant. Elle est le résultat d une oblitération acquise, de cause inconnue, anté- ou immédiatement postnatale, des voies biliaires qui touche Pédiatrie

3 Cholestases néonatales A-15 Décoloration franche et persistante des selles Figure 3. Arbre décisionnel. Conduite pratique et étapes du diagnostic en cas de cholestase néonatale. Échographie abdominale Dilatation des voies biliaires? Oui : - lithiase biliaire - kyste cholédoque - autre cause extrahépatique Non : éliminer - syndrome d'alagille, - mucoviscidose, - déficit alpha-1 antitrypsine Résultats négatifs Biopsie Atrésie des voies biliaires Cholangite sclérosante Cholangiographie Figure 4. Image d obstacles sur les voies biliaires : prolifération de néoductules avec thrombi biliaires (flèches) l ensemble des voies biliaires dans 80 % des cas. Des mécanismes immuno-inflammatoires dirigés contre les voies biliaires sont probablement impliqués [13]. Une origine génétique peut être évoquée en cas d association avec un syndrome de polysplénie (10 % des cas) [14, 15]. La découverte d une image kystique liquidienne sous-hépatique sur une échographie anténatale est fortement évocatrice d atrésie des voies biliaires et nécessite un dépistage néonatal de la cholestase [16]. Une intervention correctrice (intervention de Kasaï) anastomosant une anse intestinale (hépato-porto-entérostomie) ou la vésicule biliaire (hépato-porto-cholécystostomie) au hile du foie permet un rétablissement du flux biliaire. Si cette intervention chirurgicale est faite avant l âge de 30 jours, on peut espérer que 50 % des enfants opérés seront en vie avec leur foie natif à l âge de 5 ans [2]. Avec le temps, les chances de succès de l intervention diminuent rapidement pour s annuler quasiment après l âge de 4 mois. En cas d échec de l intervention, l évolution se fait vers la décompensation de la cirrhose et nécessite une transplantation hépatique, le plus souvent entre 1 et 2 ans [10]. Tous les efforts doivent donc tendre à faire le diagnostic d atrésie des voies biliaires avant l âge de 1 mois pour tenter de réduire le nombre d enfants qui nécessiteront une transplantation hépatique dans les premières années de vie [11]. Cependant, même en cas de rétablissement du flux biliaire, une cirrhose existe dans presque tous les cas en raison de l atteinte associée des voies biliaires intrahépatiques. Ces enfants sont exposés aux complications générales des cirrhoses, à la réapparition secondaire d un ictère, à des cholangites bactériennes, à une nécrose ischémique du foie, et une transplantation hépatique est souvent nécessaire Figure 5. Cholangiographie transvésiculaire préopératoire dans une atrésie des voies biliaires sans atteinte du canal cholédoque : absence d opacification du canal hépatique commun et des voies biliaires intrahépatiques (flèche). dans la seconde enfance ou à l adolescence [10]. Environ 10 % des enfants ayant bénéficié de l intervention de Kasaï sont en vie avec leur foie natif à l âge de 20 ans [12]. [17, 18] Syndrome d Alagille Ce syndrome représente 10 à 15 % des causes de cholestase néonatale (un cas sur naissances). Il est caractérisé par l association de cinq critères majeurs : un faciès particulier (front bombé, petit menton pointu, hypertélorisme), un embryotoxon postérieur, des anomalies vertébrales à type de vertèbre en «aile de papillon» (Fig. 8), une sténose périphérique des branches de l artère pulmonaire et une cholestase chronique due à une paucité des voies biliaires interlobulaires. Le diagnostic est posé sur l association d au moins trois des cinq critères. La paucité des voies biliaires est définie par l absence de voie biliaire visible dans plus de 50 % des espaces portes sur une biopsie de foie contenant au moins dix espaces portes complets (Fig. 9). L évolution vers la cirrhose n est pas constante et peut apparaître à partir de l adolescence [18]. Une transplantation hépatique plus précoce peut aussi être indiquée en cas d ictère persistant depuis la naissance associé à des xanthomes et un prurit sévère. La transmission se fait sur Pédiatrie 3

4 4-060-A-15 Cholestases néonatales Dilatées Cholangiographie Chirurgie Échographie abdominale voies biliaires? Causes extrahépatiques Non dilatées Gamma - GT sérique? Normale Prurit? Augmentée Non Oui Alagille Alpha-1 antitrypsine Mucoviscidose Toxique Biopsie hépatique obstacle? Oui : Cholangiographie voies biliaires? Déficit de synthèse des acides biliaires primaires PFIC 1 et 2 BRIC Toxique Hépatite A Anormales Cholangite sclérosante Normales PFIC3 Cholangite auto-immune Figure 6. Arbre décisionnel. Conduite pratique et étapes du diagnostic en cas de cholestase débutant après la période néonatale. Gamma-GT : gammaglutamyl transférase ; PFIC : cholestases intrahépatiques progressives familiales ; BRIC : cholestase intrahépatique récurrente bénigne. Absence d'acides biliaires dans l'intestin Cholestase Diminution du flux biliaire Rétention d'acides biliaires dans le foie et le sang par le dosage pondéral d alpha-1 antitrypsine et l étude du phénotype et du génotype. Le gène est situé sur le chromosome 14 et la différence essentielle entre la protéine normale et la protéine mutée est une substitution acide glutamique-lysine en position 342 de la séquence d acides aminés. Un diagnostic prénatal de la maladie est disponible. L atteinte hépatique pourrait être due à une absence de dégradation de l alpha- 1 antitrypsine dans le réticulum endoplasmique. Cholestases intrahépatiques progressives familiales (PFIC1-3) [20-22] Malabsorption des graisses et des vitamines ADEK Figure 7. Prurit Conséquences de la cholestase. un mode autosomique dominant. Des mutations du gène Jagged 1 situé sur le chromosome 20 ont été identifiées chez 70 % des patients [17]. Ce gène code une protéine qui lie un récepteur transmembranaire (Notch) impliqué dans la différenciation cellulaire à des étapes précoces du développement. Un diagnostic moléculaire anténatal est maintenant disponible, mais dans deux tiers des cas les mutations sont sporadiques. Déficit en alpha-1 antitrypsine [19] Lésions hépatocytaires Cette maladie, qui représente 5 à 10% des causes de cholestase néonatale, est transmise sur un mode autosomique récessif. Seul le phénotype PiZ est associé à une maladie du foie. En France, la fréquence des homozygotes ZZ est estimée à un cas sur naissances. Seulement 15 à 20 % des enfants ZZ vont présenter une cholestase néonatale et environ 30 % d entre eux vont développer une cirrhose qui sera une indication à la transplantation hépatique. Il n existe pas de manifestations pulmonaires de la maladie à l âge pédiatrique. Le diagnostic est le plus souvent suggéré par l absence de pic d alpha-1 globulines sur l électrophorèse des protéines sériques (Fig. 10) et confirmé Les maladies du foie regroupées sous cette appellation correspondent à un groupe hétérogène d entités, initialement reportées sous le nom de Maladie de Byler, qui représentent 10 % des causes de cholestase néonatale (un cas sur naissances) et qui ont été récemment démembrées. Il s agit d une cholestase de transmission autosomique récessive, d origine hépatocellulaire et évoluant vers l insuffisance hépatocellulaire souvent avant l adolescence. Dans les deux premiers types (PFIC1, PFIC2), la cholestase est caractérisée par un début souvent néonatal, un prurit féroce au bout de quelques mois, et une activité sérique toujours normale de la GGT. La PFIC1 est due à une mutation du gène FIC1, situé sur le chromosome 18, dont la fonction n est pas précisément connue [23]. La PFIC2 est due à une mutation du gène BSEP, situé sur le chromosome 2, qui code le transporteur canaliculaire impliqué dans la sécrétion biliaire des acides biliaires [24, 25]. Par opposition aux deux premières, la PFIC3 débute souvent plus tard dans la vie et est souvent compliquée par l apparition d hypertension portale et d insuffisance hépatocellulaire plus tardive [26, 27]. Elle est caractérisée par un prurit inconstant et modéré, une activité sérique élevée de la GGT et une prolifération ductulaire malgré des voies biliaires normales. Les patients ont des mutations du gène MDR3, situé sur le chromosome 7, qui code le transporteur canaliculaire responsable de la sécrétion biliaire des phospholipides. Un diagnostic moléculaire anténatal des PFIC est possible. Le traitement de référence reste la transplantation Pédiatrie

5 Cholestases néonatales A-15 Tableau 1. Étiologie des cholestases du nouveau-né. Siège de la lésion Voies biliaires extrahépatiques (5 % des cas) Voies biliaires extra- et intrahépatiques (47,5 % des cas) Intrahépatique (voies biliaires ou hépatocyte) (47,5 % des cas) Nature de la maladie Lithiase de la voie biliaire principale Perforation spontanée des voies biliaires [6] Sténose congénitale Dilatation congénitale (kyste du cholédoque) Tumeur Atrésie des voies biliaires* Cholangite sclérosante Infections - fœtopathies - (CMV, toxoplasmose, syphilis, rubéole) - infection bactérienne périnatale - infection urinaire postnatale (Escherichia coli) Paucité des voies biliaires - syndrome d Alagille - non syndromiques Maladies récessives autosomiques - déficit en alpha-1 antitrypsine - mucoviscidose - Niemann-Pick type C - maladie de Gaucher - maladies peroxysomales - cholestases intrahépatiques familiales progressives (PFIC1-3)) - déficit de synthèse des acides biliaires primaires - déficit de synthèse du cholestérol - déficit de la chaîne respiratoire mitochondriale** -déficit en citrine [7] Cholestase néonatale transitoire (bénigne)*** Divers - déficit en cortisol (insuffisance surrénale, déficit ACTH) [8] - angiome - alimentation parentérale exclusive prolongée [9] - posthémolyse (bile épaisse) CMV : cytomégalovirus ; ACTH : adrenocorticotrophic hormone. * : cause la plus fréquente de cholestase néonatale ; ** : mode de transmission qui n est pas toujours autosomique récessif ; *** : origine multifactorielle probable : prématurité (immaturité de la sécrétion biliaire), ischémie ou hypoxie hépatiques (retard de croissance intrautérin, souffrance périnatale, entérocolite), infections bactériennes, alimentation parentérale exclusive hépatique mais certains enfants atteints de PFIC peuvent bénéficier d un traitement par l acide ursodésoxycholique ou d une dérivation biliaire externe [28-30]. l évolution de la maladie. Il s agit peut-être d une maladie génétique autosomique récessive car quelques observations de cas familiaux sont connues [35] Cholestase néonatale transitoire (ou bénigne) [31] Elle représente 5 à 10 % des causes. Son évolution est spontanément favorable et son origine est probablement multifactorielle. Elle pourrait avoir un mécanisme initial résultant de la conjonction d une souffrance fœtale aiguë ou chronique entraînant une ischémie ou une hypoxie hépatique et de l immaturité de la sécrétion biliaire [32] en cas de prématurité. Il s agit d un diagnostic d élimination qui ne peut être retenu qu après avoir éliminé les autres causes de cholestase néonatale et si le contexte est évocateur. Un déficit hétérozygote de MDR3 ou BSEP pourrait représenter une prédisposition génétique [27, 33]. Cholangite sclérosante à début néonatal [34] Le diagnostic repose sur l opacification des voies biliaires (Fig. 11). Après plusieurs mois d ictère cholestatique, l évolution se fait vers une régression spontanée de l ictère avec persistance des signes biologiques de cholestase et présence d une cirrhose qui se décompense au bout de quelques années et nécessite une transplantation hépatique. Il est possible qu un traitement par l acide ursodésoxycholique puisse avoir un effet bénéfique sur Déficits de synthèse des acides biliaires primaires [36] Les déficits de synthèse des acides biliaires primaires [37-40] sont des maladies de transmission autosomique récessive qui étaient confondues avec les PFIC et représentent maintenant des entités bien caractérisées sur le plan clinique et moléculaire. Elles relèvent d un traitement par l acide cholique. Deux déficits enzymatiques principaux de la voie de synthèse des acides biliaires primaires à partir du cholestérol, transmis sur un mode autosomique récessif et responsables de cholestase chronique, ont été décrits. Le mieux connu est le déficit en 3b-hydroxy- C 27 -stéroïde déshydrogénase/isomérase, caractérisé par l absence de prurit, une activité sérique normale de la GGT, et un taux sérique effondré d acides biliaires primaires. Le diagnostic est fait par l analyse urinaire, en spectrométrie de masse, des métabolites anormaux des acides biliaires qui s accumulent en amont du déficit enzymatique de la voie de synthèse des acides biliaires. Il est vraisemblable que la cholestase et l atteinte hépatique sont secondaires à la fois à l absence d acides biliaires primaires indispensables à la formation et à la sécrétion de la bile, et à l accumulation des acides biliaires atypiques en amont du déficit enzymatique Pédiatrie 5

6 4-060-A-15 Cholestases néonatales Électrophorèse des protides normale Déficit en alpha-1 antitrypsine A Pic d'alpha-1 globulines Absence de pic d'alpha-1 globulines Figure 10. A, B. Électrophorèse des protides sériques et déficit en alpha-1 antitrypsine. L absence de pic d alpha-1 globulines évoque le diagnostic, qui est confirmé par le dosage sérique de l alpha-1 antitrypsine, et le phénotypage (phénotype ZZ) ou le génotypage. B Figure 8. Radiographie du rachis dorsal de face : vertèbres en «ailes de papillon» (flèches) caractéristiques du syndrome d Alagille. Figure 11. Cholécystographie transhépatique dans une cholangite sclérosante néonatale : perméabilité des voies biliaires extrahépatiques avec des voies biliaires intrahépatiques rares et irrégulières (flèches) Figure 9. Image de paucité des voies biliaires : espace porte sans voie biliaire interlobulaire et contenant une artère (A) et une veine (V). Mucoviscidose [41] Cette maladie de transmission autosomique récessive est exceptionnellement révélée par une cholestase néonatale [42].Le diagnostic est rapidement fait à l aide du dosage de la trypsine immunoréactive, du test de la sueur et de la recherche de mutations du gène CFTR localisé sur le chromosome 7. Une cirrhose peut apparaître chez 5 à 25%des enfants et le risque augmente avec l âge. L atteinte hépatique est principalement la conséquence d une obstruction des voies biliaires par un mucus anormal secondaire au défaut de sécrétion du chlore, par les cellules épithéliales des voies biliaires, due à la protéine CFTR anormale. Il est possible qu un traitement par l acide ursodésoxycholique puisse avoir un effet bénéfique sur l évolution de la maladie [43]. Lithiase biliaire [44] Il s agit de lithiase de nature pigmentaire, composée de sels calciques insolubles de bilirubine non conjuguée. Les circonstances de découverte sont le plus souvent un ictère cholestatique et/ou un épisode de décoloration des selles, parfois des douleurs abdominales ou des vomissements, rarement des signes infectieux témoignant d une cholangite ou d une cholécystite. L échographie confirme le diagnostic. Une opacification des voies biliaires est indiquée en cas de suspicion de lithiase de la voie biliaire principale. Cela permet d éliminer une éventuelle anomalie anatomique des voies biliaires et offre la possibilité d un geste thérapeutique. Des facteurs favorisants ont été rapportés (infection, déshydratation, nutrition parentérale, hémolyse) mais dans environ 50 %, aucune cause favorisante n est retrouvée (lithiase primitive). En cas de lithiase vésiculaire isolée, l élimination biliaire spontanée est fréquente. Tant que la lithiase reste asymptomatique, une simple surveillance échographique est proposée. Une cholécystectomie est indiquée en cas de complications (douleurs récidivantes, cholécystite aiguë). En cas de lithiase de la voie biliaire principale, une élimination spontanée peut être observée. En l absence de complication infectieuse, on préconise une surveillance clinique et biologique pendant1à2semaines.silesselles ne se recolorent pas et l ictère ne régresse pas, ou d emblée en présence d une cholangite, la levée de l obstacle s impose. La cholangiographie percutanée associée au drainage et lavage des voies biliaires permet de lever l obstacle dans au moins 80 % des cas. La cholécystectomie de première intention n est pas indiquée et doit être faite en cas d échec de la radiologie interventionnelle, cela d autant plus que la récidive de la lithiase biliaire primitive est exceptionnelle Pédiatrie

7 . Cholestases néonatales A Traitement Un traitement symptomatique est toujours nécessaire. Tout enfant suspect de cholestase doit recevoir, dès que possible, une injection parentérale de 10 mg de vitamine K pour prévenir les complications hémorragiques. Une prise en charge nutritionnelle est indispensable et des vitamines liposolubles A, D, E et K sont données par voie intramusculaire si l ictère persiste. Un traitement par la rifampicine permet souvent de contrôler le prurit [45]. Une alimentation hypercalorique enrichie en triglycérides à chaîne moyenne et dextrine maltose doit rapidement être proposée, éventuellement complétée par une alimentation entérale continue nocturne (sonde nasogastrique) en cas de croissance insuffisante. Dans les cas extrêmes de dénutrition, en particulier chez les enfants atteints d atrésie des voies biliaires décompensée, il peut être nécessaire de débuter une nutrition parentérale en attendant la transplantation hépatique. Le traitement spécifique des principales causes de cholestase néonatale a déjà été abordé dans les paragraphes précédents. En ce qui concerne les causes les plus rares : une dilatation des voies biliaires en échographie conduit à une cholécystographie transhépatique éventuellement associée à une intervention chirurgicale en cas de kyste du cholédoque [46]. Un traitement spécifique doit être utilisé pour la toxoplasmose congénitale, la syphilis congénitale, une insuffisance surrénale, ou une infection urinaire. Dans l avenir, la thérapie cellulaire, génique ou pharmacologique ciblée pourra peut-être représenter une alternative à la transplantation hépatique pour certaines cholestases comme les PFIC [21, 47, 48]. La surveillance ultérieure comporte : la vaccination contre les virus des hépatites A et B, l organisation de la transplantation hépatique pour les enfants atteints d une maladie menaçant d une évolution rapide vers une cirrhose ou une insuffisance hépatocellulaire (atrésie des voies biliaires, cholestases intrahépatiques progressives familiales, cholangite sclérosante, déficit en alpha- 1 antitrypsine) ; l identification des maladies pour lesquelles la transplantation hépatique est contre-indiquée (Niemann-Pick type C, maladie des peroxysomes, maladie de Gaucher, déficit de synthèse du cholestérol) [49-52] ou doit être discutée avec précaution (déficit de la chaîne respiratoire mitochondriale limitée au foie) [53, 54] ; la mise en place des conditions d un conseil génétique et d un éventuel diagnostic anténatal en cas de grossesse lorsqu il est disponible ; le contrôle de la guérison sans séquelle hépatique des cholestases néonatales transitoires, des fœtopathies, des kystes du cholédoque et des lithiases biliaires. Références [1] Jacquemin E, Bernard O. Diagnostic des cholestases du nouveau-né. Mt Pédiatrie 1998;1: [2] Chardot C. Treatment for biliary atresia in J Pediatr Gastroenterol Nutr 2003;37: [3] Hadchouel M, Fabre M. Diagnostic histologique d une cholestase néonatale. Ann Pathol 1995;15: [4] Treem WR, Grant EE, Barth KH, Kremers PW. Ultrasound guided percutaneous cholecystocholangiography for early differentiation of cholestatic liver disease in infants. J Pediatr Gastroenterol Nutr 1988; 7: [5] Wilkinson MK, Mieli-Vergani G, Ball C, Portmann B, Mowat AP. Endoscopic retrograde cholangiopancreatography in infantile cholestasis. Arch Dis Child 1991;66: [6] Davenport M, Heaton ND, Howard ER. Spontaneous perforation of the bile ducts in infants. Br J Surg 1991;78: [7] Tazawa Y, Kobayashi K, Abukawa D, Nagata I, Maisawa S, Sumazaki R, et al. Clinical heterogenity of neonatal intrahepatic cholestasis caused by citrin deficiency: case reports from 16 patients. Mol Genet Metab 2004;83: [8] Leblanc A, Odievre M, Hadchouel M, Gendrel D, Chaussain JL, Rappaport R. Neonatal cholestasis and hypoglycemia: possible role of cortisol deficiency. J Pediatr 1981;99: [9] Chen CY, Tsao PN, Chen HL, Chou HC, Hsieh WS, Chang MH. Ursodeoxycholic acid (UDCA) therapy in very-low-birth-weight infants with parenteral nutrition-associated cholestasis. J Pediatr 2004; 145: [10] Fouquet V, Alves A, Branchereau S, Grabar S, Debray D, Jacquemin E, et al. Long-term outcome of pediatric liver transplantation for biliary atresia: a 10 year follow-up in a single center. Liver Transpl 2005;11: [11] Bernard O. Plaidoyer pour le diagnostic précoce de l atrésie des voies biliaires. Arch Pediatr 1995;2: [12] Lykavieris P, Chardot C, Sokhn M, Gauthier F, Valayer J, Bernard O. Outcome in adulthood of biliary atresia: a study of 63 patients who survived for over 20 years with their native liver. Hepatology 2005;41: [13] Carvalho E, Liu C, Shivakumar P, Sabla G, Aronow B, Bezzera JA. Analysis of the biliary transcriptome in experimental biliary atresia. Gastroenterology 2005;129: [14] Jacquemin E, Cresteil D, Raynaud N, Hadchouel M. CFC1 gene mutation and biliary atresia with polysplenia syndrome. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2002;34: [15] Schön P, Tsuchiya K, Lenoir D, Mochizuki T, Guichard C, Takai S, et al. Identification, genomic organization, chromosomal mapping and mutation analysis of the human INV gene, the ortholog of a murine gene implicated in left-right axis development and biliary atresia. Hum Genet 2002;110: [16] Hasegawa T, Sasaki T, Kimura T, Sawai T, Nose K, Kamata S, et al. Prenatal ultrasonographic appearance of type IIId (uncorrectable type with cystic dilatation) biliary atresia. Pediatr Surg Int 2002;18: [17] Crosnier C, Driancourt C, Raynaud C, Dhorne-Pollet S, Pollet N, Bernard O, et al. Mutations in JAGGED1 gene are predominantly sproradic in Alagille syndrome. Gastroenterology 1999;116: [18] Lykavieris P, Hadchouel M, Chardot C, Bernard O. Outcome of liver disease in children withalagille syndrome: a study of 163 patients. Gut 2001;49: [19] Marcus N, Teckman JH, Perlmutter DH. a1-antitrypsin deficiency: from genotype to childhood disease. J Pediatr Gastroenterol Nutr 1998;27: [20] Jacquemin E. Progressive familial intrahepatic cholestasis: genetic basis and treatment. In Pediatric liver. Clin Liver Dis 2000;4: [21] Baussan C, Cresteil D, Gonzales E, Raynaud N, Dumont M, Bernard O, et al. Genetic cholestatic liver diseases: the example of progressive familial intrahepatic cholestasis and related disorders. Acta Gastroenterol Belg 2004;67: [22] Van Mil SW, Houwen RH, Klomp LW. Genetics of familial intrahepatic cholestasis syndromes. J Med Genet 2005;42: [23] Klomp LW, Vargas J, van Mil SW, Pawlikowska L, Strautnieks SS, van Eijk MJ, et al. Characterization of mutations in ATP8B1 associated with hereditary cholestasis. Hepatology 2004;40: [24] Strautnieks SS, Bull LN, Knisely AS, Kocoshis SA, Dahl N, Arnell H, et al. A gene encoding a liver-specific ABC transporter is mutated in progressive familial intrahepatic cholestasis. Nat Genet 1998;20: [25] Jansen PL, Strautnieks SS, Jacquemin E, Hadchouel M, Sokal EM, Hooiveld JG, et al. Hepatocanalicular bile salt export pump deficiency in patients with progressive familial intrahepatic cholestasis. Gastroenterology 1999;117: [26] Jacquemin E, de Vree JL, Cresteil D, Sokal EM, Sturm E, Dumont M, et al. The wide spectrum of multidrug resistance 3 deficiency: from neonatal cholestasis to cirrhosis of adulthood. Gastroenterology 2001; 120: [27] Jacquemin E. Role of multidrug resistance 3 deficiency in pediatric and adult liver disease: one gene for three diseases. Semin Liver Dis 2001; 21: [28] Soubrane O, Gauthier F, Devictor D, Bernard O, Valayer J, Houssin D, et al. Orthotopic liver transplantation for Byler disease. Transplantation 1990;50: [29] Jacquemin E, Hermans D, MyaraA, Habes D, Debray D, Hadchouel M, et al. Ursodeoxycholic therapy in pediatric patients with progressive familial intrahepatic cholestasis. Hepatology 1997;25: [30] Kalicinski PJ, Ismail H, Jankowska I, Kaminski A, Pawlowska J, Drewniak T, et al. Surgical treatment of progressive familial intrahepatic cholestasis: comparison of partial external biliary diversion and ileal bypass. Eur J Pediatr Surg 2003;13: Pédiatrie 7

8 4-060-A-15 Cholestases néonatales [31] Jacquemin E, Lykavieris P, Chaoui N, Hadchouel M, Bernard O. Transient neonatal cholestasis: origin and outcome. J Pediatr 1998; 133: [32] Jacquemin E. Développement et physiopathologie de la sécrétion biliaire. Arch Fr Pediatr 1992;49: [33] Hermeziu B, Sanlaville D, Girard M, Léonard C, Lyonnet S, Jacquemin E. Heterozygous bile salt export pump deficiency: a possible genetic predisposition to transient neonatal cholestasis. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2006;42: [34] Debray D, Pariente D, Urvoas E, Hadchouel M, Bernard O. Sclerosing cholangitis in children. J Pediatr 1994;124: [35] Hadj-Rabia S, Baala L, Vabres P, Hamel-Teillac D, Jacquemin E, Fabre M, et al. Claudin-1 gene mutations in neonatal sclerosing cholangitis associated with ichthyosis: a tight junction disease. Gastroenterology 2004;127: [36] Balistreri WF. Inborn errors of bile acid biosynthesis and transport: Novel form of metabolic liver diseases. Gastroenterol Clin North Am 1999;28: [37] Jacquemin E, Setchell KD, O Connell NC, Estrada A, Maggiore G, Schmitz J, et al. A new cause of progressive intrahepatic cholestasis: 3ß-hydroxy-C 27 -steroid dehydrogenase/isomerase deficiency. J Pediatr 1994;125: [38] Cheng JB, Jacquemin E, Gerhardt M, Nazer H, Cresteil D, Heubi JE, et al. Molecular genetics of 3 beta-hydroxy-delta5-c 27 -steroid oxidoreductase deficiency in 16 patients with loss of bile acid synthesis and liver disease. J Clin Endocrinol Metab 2003;88: [39] Gonzales E, Cresteil D, Baussan C, Gerhardt MF, Dabadie A, Jacquemin E. Gene analysis in delta4-oxosteroid 5beta-reductase deficiency: evidence for primary genetic defect. J Hepatol 2004;40: [40] Setchell KDR, Schwarz M, O Connell NC, Lund EG, Davis DL, Lathe R, et al. Identification of a new inborn error in bile acid synthesis: mutation of the oxysterol 7a-hydroxylase gene causes severe neonatal liver disease. J Clin Invest 1998;102: [41] Feranchak AP, Sokol RJ. Cholangiocyte biology and cystic fibrosis liver disease. Semin Liver Dis 2001;21: [42] Lykavieris P, Bernard O, Hadchouel M. Neonatal cholestasis as the presenting feature in cystic fibrosis. Arch Dis Child 1996;75: [43] Colombo C, Battezzati PM, Podda M, Bettinardi N, Giunta A. Ursodeoxycholic acid for liver disease associated with cystic fibrosis: a double-blind multicenter trial. The italian group for the study of ursodeoxycholic acid in cystic fibrosis. Hepatology 1996;23: [44] Debray D, Pariente D, Gauthier F, Myara A, Bernard O. Cholelithiasis in infancy: a study of 40 cases. J Pediatr 1993;122: [45] Cynamon HA, Andres JM, Iafrate RP. Rifampin relieves pruritus in children with cholestatic liver disease. Gastroenterology 1990;98: [46] Schroeder D, Smith L, Prain HC. Antenatal diagnosis of choledocal cyst at 15 weeks gestation: etiologic implications and management. J Pediatr Surg 1989;24: [47] de Vree JM, Ottenhoff R, Bosma PJ, Smith AJ, Aten J, Oude- Elferink RP, et al. Correction of liver disease by hepatocyte transplantation in a mouse model of progressive familial intrahepatic cholestasis. Gastroenterology 2000;119: [48] Sokal EM, Smets F, Bourgois A, van Maldergen L, Buts JP, Reding R, et al. Hepatocyte transplantation in a 4-year-old girl with peroxisomal biogenesis disease: technique, safety, and metabolic follow-up. Transplantation 2003;76: [49] Vanier MT, Millat G. Niemann-Pick disease type C. Clin Genet 2003; 64: [50] Wanders RJ. Peroxisomal disorders: clinical, biochemical and molecular aspects. Neurochem Res 1999;24: [51] Barbier C, Devisme L, Dobbelaere D, Noizet O, Nelken B, Gottrand F. Neonatal cholestasis and infantile Gaucher disease: a case report. Acta Paediatr 2002;91: [52] Rossi M, Vajro P, Iorio R, Battgliese A, Brunetti-Perri N, Corso GN, et al. Characterization of liver involvement in defects of cholesterol biosynthesis: long-term follow-up and review. Am J Med Genet A 2005; 132: [53] Rotig A, Cormeir V, Rustin P, Munnich A. Présentation clinique des maladies mitochondriales. Méd Thér 1995;1: [54] Goncalves I, Hermans D, Chretien D, Rustin P, Munnich A, Saudubray JM, et al. Mitochondrial respiratory chain defect: a new etiology for neonatal cholestasis and early liver insufficiency. J Hepatol 1995;23: Pour en savoir plus Observatoire français de l atrésie des voies biliaires: E. Gonzales E. Jacquemin. Service d hépatologie pédiatrique, Centre de référence de l atrésie des voies biliaires, département de pédiatrie, Centre hospitalier universitaire de Bicêtre, 78, rue du Général-Leclerc, Le Kremlin-Bicêtre cedex, France. Toute référence à cet article doit porter la mention : Gonzales E., Jacquemin E. Cholestases néonatales. EMC (Elsevier SAS, Paris), Pédiatrie, A-15, Disponibles sur Arbres décisionnels Iconographies supplémentaires Vidéos / Animations Documents légaux Information au patient Informations supplémentaires Autoévaluations 8 Pédiatrie

Un des plus fréquents symptômes de la période néonatale

Un des plus fréquents symptômes de la période néonatale Ictère en maternité Généralités Un des plus fréquents symptômes de la période néonatale 60% des NN à terme en bonne santé, 5% nécessitent un traitement But de la PEC: maintenir le taux de bilirubine en

Plus en détail

1 Lithiase vésiculaire C Rivet- Hépatologie pédiatrique Hôpital HFME-Lyon Liège 2/04/2011 2 Plan Rappel physiopathologique Pathogénie Etiologies Formes cliniques Diagnostic Traitement 3 «Maladie calculeuse»

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire

Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire Emmanuel Gonzalès Abdel Slama Hépatologie et Transplantation Hépatique Pédiatriques Biochimie Centre de Référence associé pour les Maladies Mitochondriales

Plus en détail

Diarrhées aiguës du nourrisson

Diarrhées aiguës du nourrisson Diarrhées aiguës du nourrisson Critères de gravité Chef de service de Pédiatrie - CHV Des «Critères de gravité» : pour quoi faire? A priori : pour prendre une décision Conseil téléphonique Domicile ou

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC

Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC Raphaëlle Audollent CHU de Brest Homme de 36 ans d origine espagnole Motif d hospitalisation 2 épisodes récents d angiocholite ATCD personnel: Cholécystectomie

Plus en détail

Cholestase. hépatocytaires ou canalaires.

Cholestase. hépatocytaires ou canalaires. Cholestase n Définition : diminution ou arrêt de la sécrétion biliaire (défaut de transport des acides biliaires du foie vers l intestin). n Conséquences : augmentation des concentrations sériques et tissulaires

Plus en détail

La femme enceinte drépanocytaire

La femme enceinte drépanocytaire La femme enceinte drépanocytaire Guide Pratique La drépanocytose : qu est que c est? La drépanocytose est une maladie génétique de l hémoglobine, caractérisée par la présence d une hémoglobine anormale,

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE Page 1 de 4 APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE Une anamnèse personnelle et familiale détaillée ainsi qu un examen clinique approfondi sont indispensables avant toute

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications

Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications Item 258 : Lithiase biliaire et ses complications Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Incidence et prévalence...1 2 Facteurs de risque... 2 3 Dépistage... 3 4 Diagnostic de la lithiase

Plus en détail

Voies biliaires. Olivier Lucidarme

Voies biliaires. Olivier Lucidarme Voies biliaires Olivier Lucidarme VB intrahépatiques VB Principale Sgt hilaire Sgt épiploique Sgt rétro duodénopancréatique Sgt intrapariétal VB accessoire Vésicule Canal cystique Lithiase biliaire et

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

examen clé du diagnostic ; indication multiples 3 étapes : stimulation de la sudation recueil de la sueur dosage du chlore et / ou du sodium

examen clé du diagnostic ; indication multiples 3 étapes : stimulation de la sudation recueil de la sueur dosage du chlore et / ou du sodium LA MUCOVISCIDOSE I/ Introduction Maladie héréditaire, génétique, la plus fréquente, qui affecte essentiellement la population caucasienne ; ce sont principalement des mutations fonctionnelles ; plus de

Plus en détail

Enfant 15 ans, toux chronique, diarrhée persistante, troubles de la régulation glycémique

Enfant 15 ans, toux chronique, diarrhée persistante, troubles de la régulation glycémique Enfant 15 ans, toux chronique, diarrhée persistante, troubles de la régulation glycémique Quelles hypothèses diagnostiques pouvez vous émettre, dans ce contexte, devant ces images kystiques de la région

Plus en détail

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des ictères - douleurs biliaires (colique hépatique) PCEM2 Biologique : exploration

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Pancréatites génétiques

Pancréatites génétiques Pancréatites génétiques Pr Philippe RUSZNIEWSKI Fédération Médico-Chirurgicale d'hépato-gastroentérologie Hôpital Beaujon, Clichy 23èmes Journées de la FMC-HGE Paris, 2 avril 2005 Connaître les principales

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une mucoviscidose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a révélé que votre bébé pouvait être atteint de mucoviscidose. Le test de la sueur vient de confirmer

Plus en détail

10.25/2. Shéma du processur de fibrose kystique sur une glande

10.25/2. Shéma du processur de fibrose kystique sur une glande Thème 1-A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique TP 6 : La mucoviscidose : multiples échelons d un phénotype La mucoviscidose présente des indications visibles qui constituent un

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

Ch5 : Variation génétique et médecine

Ch5 : Variation génétique et médecine T3 : Corps humain et santé T3/U1 : Variation génétique et santé Ch5 : Variation génétique et médecine I. Les maladies génétiques germinales A. Rappel et définitions Une maladie est dite génétique germinale

Plus en détail

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Fédération Digestive Hôpital Purpan et INSERM U531 Toulouse 38 Japon 30 Incidence

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Plan Protocole d exploration Interprétation Pièges à éviter Sémiologie des atteintes des voies biliaires Protocole

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

HEPATOPATHIES GRAVIDIQUES. Dr Yannick BACQ Service d'hépatogastroentérologie Hôpital Trousseau Tours

HEPATOPATHIES GRAVIDIQUES. Dr Yannick BACQ Service d'hépatogastroentérologie Hôpital Trousseau Tours HEPATOPATHIES GRAVIDIQUES Dr Yannick BACQ Service d'hépatogastroentérologie Hôpital Trousseau Tours Déclaration d'intérêts Orateur et invitation à une réunion scientifique pour le laboratoire Aptalis Pharma

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

HEMANGIOMES DU NOURRISSON

HEMANGIOMES DU NOURRISSON HEMANGIOMES DU NOURRISSON DEFINITION On désigne sous le nom d'angiomes, des dysplasies intéressants les vaisseaux sanguins. Il s'agit de malformations très hétérogènes et très polymorphes de cause inconnue

Plus en détail

Dilatations des bronches de l adulte

Dilatations des bronches de l adulte Dilatations des bronches de l adulte Pierre-Régis Burgel Centre de Ressource et de Compétence Mucoviscidose (CRCM) Adulte Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Dilatation des bronches augmentation

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Pancréatite de l enfant. Dr THOMASSIN Journée DES 28/01/2011

Pancréatite de l enfant. Dr THOMASSIN Journée DES 28/01/2011 Pancréatite de l enfant Dr THOMASSIN Journée DES 28/01/2011 Clinique pancréatite aigue Y penser à tout âge SR à 1,1 Douleur abdominale aigue +++ ( > 75% cas), souvent épigastrique, brutale, d intensité

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg LA GROSSESSE Consultation préconceptionnelle Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg généralité La déclaration doit être effectuée avant la fin de la 14e

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Ph. LÉVY (Clichy) Tirés à part : Philippe Lévy Fédération médico-chirurgicale d hépato-gastro-entérologie, Hôpital Beaujon, 92118 Clichy

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Métabolisme du fer : hepcidine Fer absorbé par les entérocytes des villosités duodénales : transporteur

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Item 269 : Pancréatite chronique

Item 269 : Pancréatite chronique Item 269 : Pancréatite chronique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition et incidence...1 2 Facteurs de risque et étiologie...2 3 Diagnostic...3 3. 1 Clinique... 1 3. 2 Biologie...

Plus en détail

La Génétique en Pratique

La Génétique en Pratique La Génétique en Pratique Deux volets /Trois échelles Clinique :-les syndromes - le conseil génétique Biologie :-Cellulaire -Moléculaire CELLULAIRE=Cytogénétique Structure du chromosome CELLULAIRE=Caryotype

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Maladie de Rendu-Osler Octobre 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

Laboratoire Cerba. Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010

Laboratoire Cerba. Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010 Diagnostic prénatal non invasif à partir du sang maternel > J.M. COSTA Laboratoire Cerba Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010 Diagnostic prénatal in utero en France : quelques chiffres clés Toutes indications

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic Médecine prédictive Introduction à la médecine Prédictive Définition : la médecine prédictive a pour objet l'identification d un marqueur de prédisposition à une maladie et pour but le dépistage et/ou

Plus en détail

Pascal Hammel, Frédérique Maire

Pascal Hammel, Frédérique Maire ENQUETE GENETIQUE AU COURS DES AFFECTIONS PANCREATIQUES : POUR QUI ET COMMENT? Pascal Hammel, Frédérique Maire Pôle des Maladies de l Appareil Digestif Hôpital Beaujon 100 boulevard du général Leclerc

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX INTRODUCTION Pancréatite aigues : 2 formes anatomopathologiques: les pancréatites

Plus en détail

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012 Diagnostic des hépatites autoimmunes Constance BERTHAULT 10/02/2012 Les Hépatites auto immunes 0,1 à 0,2 pour 100 000 personnes (pays occidentaux) Cause indéterminée Manifestations complexes è Le diagnostic

Plus en détail

La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints

La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints d hépatite C Pierre-Emmanuel RAUTOU, Dominique CAZALS-HATEM, Gérard FELDMANN, Tarik ASSELAH, Alain GRODET, Abdel MANSOURI,

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O

LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O La douleur est imprévisible La douleur est un signal d alarme. Son seul rôle est de vous indiquer que quelque chose d anormal est en train de se passer dans votre corps.

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE 1 A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 2 1. Adultes et enfants d un an et plus La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

CDG Syndromes de type I

CDG Syndromes de type I CDG Syndromes de type I Démarche actuelle de dépistage et ses limites Dr David CHEILLAN Service Maladies Héréditaires du Métabolisme et Dépistage Néonatal Hospices Civils de Lyon david.cheillan@chu-lyon.fr

Plus en détail

CIRRHOSE. + Questions et réponses LA CIRRHOSE DU FOIE. À quoi sert le foie? Quelles sont les principales causes de la cirrhose?

CIRRHOSE. + Questions et réponses LA CIRRHOSE DU FOIE. À quoi sert le foie? Quelles sont les principales causes de la cirrhose? CIRRHOSE LA CIRRHOSE DU FOIE À quoi sert le foie? Situé sous le diaphragme, dans le quadrant supérieur droit de l abdomen, le foie est le plus gros organe de l organisme (pesant de 1 à 1,5 kg chez l adulte).

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles

Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles Hypochondre droit epigastrique et.. C. Perrier Clermont-Ferrand E. Hinglais Paris F. Rouyer Séclin B. Claessens, Bruxelles Les possibles Epanchement Les 3 sites Vésicule Dilatation pyélo-calicielles Jamais

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

L hémochromatose Hémochromatose héréditaire

L hémochromatose Hémochromatose héréditaire Hémochromatose héréditaire La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une hyperplasie des surrénales Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a conduit au diagnostic d hyperplasie congénitale des surrénales chez votre bébé.

Plus en détail

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/deficits.htm 1. Déficits de l immunité innée (10 % des déficits immunitaires héréditaires)

Plus en détail

Livret de l externe de 3ème année De médecine

Livret de l externe de 3ème année De médecine Livret de l externe de 3ème année De médecine Stage hospitalier de Médecine générale Période de stage Du / / Au / / Année universitaire : 20 20 1 2 IDENTIFICATION DE L ETUDIANT : Nom : Prénom : Date de

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A 40 ans Découverte d une cirrhose en 03/2004 devant une 1 ère DOA Clinique : CVC, ascite, ictère, angiomes stellaires, érythrose palmaire Biologie : Hb :10,2 g/dl TP

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Le dépistage néonatal

Le dépistage néonatal Le dépistage néonatal Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale M. Roussey Professeur de Pédiatrie. Université de Rennes I Président de l Association Française pour le Dépistage

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE I. Huynh, H. Ghannem, A. Hernigou, C. Grataloup-Oriez, MP. Revel, G. Frija Service de Radiodiagnostic de l Hôpital Européen G. Pompidou, Paris - France EXEMPLE

Plus en détail

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon La Mucoviscidose Formes révélées à l âge adulte Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon Mucoviscidose Maladie complexe touchant de multiples organes Facteur(s) génétique(s) Facteurs infectieux Facteurs nutritionnels-métaboliques

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail