Newsletter Maroc REGLEMENTATION DES CHANGES 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Newsletter Maroc REGLEMENTATION DES CHANGES 3"

Transcription

1 EDITO 2 3 Assouplissement des modalités de transfert des comptes convertibles à terme 3 Précédente circulaire 3 Récente circulaire 3 4 La société anonyme simplifiée 4 5 Le programme MEDA 5 Le et ce programme 5 Régime fiscalo-douanier 5 CMS Bureau Francis Lefebvre 106 rue Abderrahman Serhaoui Casablanca Contact Casablanca : Frédéric Elbar, Contact Paris : Jean-Pierre Andrieux,

2 EDITO Chers lecteurs, Nous aborderons dans la présente newsletter la récente circulaire de l Office marocain des Changes sur les comptes convertibles à terme, la SAS et le régime fiscalo-douanier applicable aux marchés exécutés au sous financement MEDA. Nous avons suspendu les articles relatifs au Code du travail en attendant la parution des décrets d application qui devrait maintenant être imminente. Nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d année et aurons plaisir à vous retrouver en Bonne lecture. Frédéric Elbar Responsable de CMS Bureau Francis Lefebvre 2 CMS Bureau Francis Lefebvre

3 Assouplissement des modalités de transfert des comptes convertibles à terme La circulaire n 1705 du 10 septembre 2004 de l Office marocain des changes est venue assouplir les modalités de transfert des comptes convertibles à terme. Rappelons, que lorsqu un étranger non résident acquiert des biens au et qu il ne justifie pas auprès de l Office marocain des changes que l acquisition s est faite au moyen de devises importées au, il ne peut transférer à l étranger le produit de sa cession lorsqu il procède à la vente du bien sur le territoire marocain. Précédente circulaire Une précédente circulaire de l Office des changes (n 1573 du 24 janvier 1992) permettait néanmoins aux personnes placées dans cette situation de transférer des disponibilités qu ils détenaient au alors qu ils ne bénéficiaient pas du régime de convertibilité (convertibilité du dirham en devise). Pour que cela soit possible, il était nécessaire de placer ces sommes sur un «compte convertible à terme» ; les sommes pouvant être converties et donc transférées sur une période de cinq années à raison de 20% chaque année. Récente circulaire La récente circulaire de l Office des changes réduit désormais cette durée à 4 ans, autorisant ainsi un transfert de 25% des sommes chaque année. Cette circulaire est d application immédiate, ainsi les comptes convertibles à terme actuellement ouverts peuvent bénéficier de cette mesure et donc, par exemple, un compte qui aurait déjà enregistré quatre annuités peut être soldé immédiatement. La circulaire rappelle que les sommes inscrites dans ces comptes peuvent être utilisées afin d investissement au et élargit cette possibilité à tout type d investissement à l exception toutefois des opérations de prêts ou d avance en compte courant d associés (par conséquent une société étrangère non résidente pourra intervenir dans le financement d une filiale marocaine en procédant à une augmentation de capital). Par ailleurs, les investissements ainsi financés ne bénéficieront du régime de convertibilité que deux ans après leur réalisation. Enfin, on rappellera que les disponibilités portées dans ces comptes peuvent être cédées à des étrangers résidents ou non résidents ainsi qu à des marocains non résidents.. 3 CMS Bureau Francis Lefebvre

4 La société anonyme simplifiée La Société anonyme simplifiée («SAS») a été initialement crée en France sous la dénomination «Société par actions simplifiée» afin de créer un instrument efficace de rapprochement des entreprises, en particulier lorsque est envisagée la création d une filiale commune. Largement inspirée de la Société par actions simplifiée française, la SAS marocaine offre une structure très souple dont le fonctionnement interne relève pour une large part de la seule volonté de ses membres. Le régime juridique de la SAS marocaine est fixé par les articles 225 et suivants de la loi sur les sociétés anonymes. S agissant d une société par actions, elle est soumise aux dispositions générales visant ces sociétés mais elle présente les caractéristiques suivantes : Les statuts de la SAS offrent une grande flexibilité dans la mesure où les associés jouissent d une totale liberté pour fixer dans les statuts la composition de l organe de gestion, ainsi que les conditions et les formes dans lesquelles sont prises les décisions collectives. Cette souplesse permet notamment de limiter a minima les pactes d actionnaires qui sont habituels lorsque des sociétés appartenant à différends groupes créent une filiale commune. On précisera que malgré la liberté laissée aux associés, la société doit obligatoirement avoir un président désigné dans les statuts, celui-ci disposant des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de la société, dans la limite de l objet social. Toutefois et à titre d exemple, les statuts peuvent prévoir soit un président unique, soit un organe collégial composé d un président et d autres dirigeants. Il peut également être prévu un comité de direction. La SAS doit être constituée par au moins deux associés personnes morales, contrairement à la SAS française qui peut être constituée entre des personnes physiques ou morales et ne comprendre qu un seul associé. Par ailleurs, les associés personnes morales doivent avoir un capital minimum de deux millions de dirhams ou la contre-valeur de cette somme en monnaie étrangère. Enfin, sauf pour les conventions portant sur des opérations courantes et conclues à des conditions normales, les conventions intervenues directement ou par personnes interposées entre la société et son président ou ses dirigeants doivent faire l objet d un rapport du commissaire aux comptes. Les conventions non approuvées produisent néanmoins leurs effets. 4 CMS Bureau Francis Lefebvre

5 Le programme MEDA Au titre de ce programme, des marchés publics de fournitures, de services et de travaux sont financés par la Communauté Européenne et la BEI, en vue de contribuer au développement économique et social du. En date du 15 décembre 2003, le avait bénéficié d un total de 1,18 milliards d euros de crédits d engagement dans le cadre du programme MEDA. 1. Le et ce programme Au titre de ce programme, des marchés publics de fournitures, de services et de travaux sont financés par la Communauté Européenne et la BEI, en vue de contribuer au développement économique et social du. En date du 15 décembre 2003, le avait bénéficié d un total de 1,18 milliards d euros de crédits d engagement dans le cadre du programme MEDA. 2 Régime fiscalo-douanier Un régime douanier et fiscal spécifique a été prévu pour ces marchés publics. Les dispositions de ce régime sont reprises en matière douanière à l article 19 de l annexe 1 de la conventioncadre de financement de projets signée le 28 août 1997 par le, la Commission Européenne et la BEI. En matière fiscale ce sont les articles 12, 13 et 14 du Dahir n du 28 septembre 1998 portant loi de finances n pour l année qui concrétisent les accords entre le et la Communauté Européenne. Régime fiscal 1. Les travaux et les services peuvent être rendus en exonération de TVA avec droit à déduction par l attributaire du marché de travaux ou de services, de même les biens et les marchandises peuvent être livrés en exonération de TVA avec droit à déduction par le bénéficiaire du marché de fournitures. 2. Les titulaires de marchés de services, non résidents au, sont exonérés d impôt sur les sociétés au au titre des revenus générés par lesdits marchés. Par contre, les titulaires de marchés de travaux et de fournitures, non résidents au, sont imposables à l impôt sur les sociétés marocain au titre des revenus générés par ces marchés lorsqu ils disposent d un établissement stable sur le territoire marocain au titre de leur activité. 3. Les personnes physiques non résidentes au qui exécutent des marchés de services sont exonérés de l impôt sur le revenu au au titre des revenus générés par ces marchés. 1 Il s agit initialement de 12 pays : le, l'algérie, la Tunisie, l'égypte, Israël, la Jordanie, la Syrie, l'autorité palestinienne, le Liban, ainsi que la Turquie, Chypre et Malte. La Libye assiste en tant qu observateur à certaines réunions. 2 Source : Office de coopération EuropeAid (Service de Communication de la Communauté Européenne) 5 CMS Bureau Francis Lefebvre

6 Régime douanier 1. L attributaire du marché public, quel qu il soit, peut importer les équipements et matériels nécessaires pour exécuter ledit marché, les utiliser et les réexpédier dans son Etat de résidence en suspension de droit et taxes à l importation (régime de l importation temporaire). Ce régime est soumis à l autorisation de l Administration Centrale. Cette exonération ne concerne pas les matériaux. Pour autant, rappelons que le droit commun prévoit une exonération, ou une réduction de droits de douane selon le type de bien considéré, au titre des importations de biens depuis un pays de la Communauté européenne (note circulaire 4617/22 et suivantes publiées par la Direction des Douanes et des Impôts Directs le 15 février 2000, relatives à l accord d association euro-méditerranéen). 2. Les importations objet d un marché public de fournitures sont exonérées de droits et taxes à l importation. Ce régime concerne tous les biens importés, y compris les matériaux ; il est soumis à l autorisation de l Administration Centrale.. 3. Le personnel non résident au et chargé d exécuter le marché public, ainsi que les membres de sa famille, peuvent importer leurs effets et objets personnels à usage personnel et domestique en franchise de droits et de taxes à l importation, à la double condition que (1) la période de résidence soit supérieure ou égale à un an et (2) qu une demande d exemption dûment justifiée ait été introduite auprès de l Administration des Douanes et Impôts indirects dans un délai de six mois à partir de la date d arrivée des personnes concernées 4. Les véhicules personnels, à raison d une voiture par expert, peuvent être importés temporairement en suspension des droits et taxes pour la durée du marché, sous réserve d une autorisation préalable de l Administration Centrale. 6 CMS Bureau Francis Lefebvre

7 CMS Bureau Francis Lefebvre est membre du réseau transnational juridique et fiscal CMS, comptant aujourd hui 1900 avocats répartis dans 24 pays : Berlin, Bruxelles, Londres, Paris, Rome, Utrecht, Vienne, Zurich, Aberdeen, Amsterdam, Arnhem, Belgrade, Bristol, Bucarest, Budapest, Buenos Aires, Casablanca, Chemnitz, Dresde, Düsseldorf, Edimbourg, Francfort, Hambourg, Hilversum, Hong Kong, Leipzig, Lyon, Madrid, Milan, Montevideo, Moscou, Munich, New York, Pékin, Prague, São Paulo, Shanghai, Strasbourg, Stuttgart, Toronto, Varsovie, Zagreb Avertissement légal Cette lettre d information ne peut se substituer à des recommandations ou des conseils de nature juridique ou fiscale. Titularité des droits Cette lettre d information est la propriété de CMS Bureau Francis Lefebvre. Toute reproduction et/ou diffusion, en tout ou partie, par quelque moyen que ce soit est interdite sans autorisation préalable. Toute infraction constitue un acte de contrefaçon engageant les responsabilités civile et pénale de son auteur. Directeur de la publication Pierre-Sébastien THILL CMS Bureau Francis Lefebvre 106 rue Abderrahman Serhaoui Casablanca Contact Casablanca : Frédéric Elbar, Contact Paris : Jean-Pierre Andrieux,

Newsletter Maroc. Nouvelle loi de Finances LIVRE DES PROCEDURES FISCALES 3 IS ET IGR 5

Newsletter Maroc. Nouvelle loi de Finances LIVRE DES PROCEDURES FISCALES 3 IS ET IGR 5 www.bfl-avocats.com, f.elbar@cmsbfl.ma Nouvelle loi de Finances EDITO 2 3 5 Impôt sur les sociétés 5 Impôt général sur le revenu 5 Télédéclaration et télépaiement 5 CMS Bureau Francis Lefebvre 106 rue

Plus en détail

Newsletter Maroc BIENVENUE! 2 LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIÈRE DE PÉNALITÉS ET DE MAJORATIONS RETARD 3

Newsletter Maroc BIENVENUE! 2 LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIÈRE DE PÉNALITÉS ET DE MAJORATIONS RETARD 3 www.bfl-avocats.com, central@cmsbfl.ma BIENVENUE! 2 MATIÈRE DE PÉNALITÉS ET DE 3 Types de majorations et pénalités 3 Application de ces pénalités et majorations de retard 3 6 Conditions d ouverture 6 Alimentation

Plus en détail

Newsletter Maroc. www.bfl-avocats.com, f.elbar@cmsbfl.ma EDITO 2

Newsletter Maroc. www.bfl-avocats.com, f.elbar@cmsbfl.ma EDITO 2 www.bfl-avocats.com, f.elbar@cmsbfl.ma EDITO 2 SUPPRESSION DE L AVOIR FISCAL EN FRANCE 3 SOCIETES A PREPONDERANCE IMMOBILIERE 4 LEGISLATION SOCIALE 6 N 7 CMS Bureau Francis Lefebvre 106 rue Abderrahman

Plus en détail

Newsletter Maroc LA REGLEMENTATION DES CHANGES AU REGARD DES DEPLACEMENTS DE SALARIES A L ETRANGER 3

Newsletter Maroc LA REGLEMENTATION DES CHANGES AU REGARD DES DEPLACEMENTS DE SALARIES A L ETRANGER 3 http://www.cms-bfl.com, f.elbar@cmsbfl.ma EDITO 2 LA REGLEMENTATION DES AU REGARD DES DEPLACEMENTS DE SALARIES A L ETRANGER 3 1. Moyens offerts aux exportateurs de biens et de services 3 2. Moyens offerts

Plus en détail

Newsletter Maroc NOUVELLE LOI BANCAIRE 3

Newsletter Maroc NOUVELLE LOI BANCAIRE 3 http://www.cms-bfl.com, f.elbar@cmsbfl.ma EDITO 2 NOUVELLE LOI 3 Opérations de crédit-bail : nouveautés 3 Opérations connexes 3 Instance chargée de l octroi de l agrément 3 Implantation des établissements

Plus en détail

Newsletter Maroc. Projet de loi de Finances pour 2006 IMPOT SUR LES SOCIETES 3

Newsletter Maroc. Projet de loi de Finances pour 2006 IMPOT SUR LES SOCIETES 3 http://www.cms-bfl.com, f.elbar@cmsbfl.ma Projet de loi de Finances pour 2006 EDITO 2 3 Exonérations 3 Exonération de la cotisation minimale pendant 36 mois 3 Abattements applicables aux plus-values de

Plus en détail

Agenda fiscal Juillet 2009

Agenda fiscal Juillet 2009 Agenda fiscal Juillet 2009 Généralité des contribuables Du 1er au 31 juillet (délai échelonné) : Impositions directes mises en recouvrement au cours de la période 17 mai 2009-16 juin 2009, à payer dans

Plus en détail

Newsletter Maroc DROIT DES SOCIETES 3. Les conventions entre les sociétés anonymes et leurs dirigeants 3 DROIT SOCIAL 5

Newsletter Maroc DROIT DES SOCIETES 3. Les conventions entre les sociétés anonymes et leurs dirigeants 3 DROIT SOCIAL 5 http://www.cms-bfl.com, f.elbar@cmsbfl.ma EDITO 2 3 Les conventions entre les sociétés anonymes et leurs dirigeants 3 5 Assurance maladie obligatoire 5 7 Fixation pour l année 2005 du taux maximum des

Plus en détail

Sociétés Anonymes Simplifiées (SAS) & Société en Participation (SP)

Sociétés Anonymes Simplifiées (SAS) & Société en Participation (SP) Sociétés Anonymes Simplifiées (SAS) & Société en Participation (SP) Réalisé par : Yassine Slimani L/O/G/O www.themegallery.com Plan 1 2 3 4 Introduction Définitions Caractéristiques Constitutions 5 Conclusion

Plus en détail

Newsletter Maroc. Nouvelle loi de Finances EDITO 2 IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 3 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE 5 IMPOT GENERAL SUR LE REVENU.

Newsletter Maroc. Nouvelle loi de Finances EDITO 2 IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 3 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE 5 IMPOT GENERAL SUR LE REVENU. www.bfl-avocats.com, f.elbar@cmsbfl.ma Nouvelle loi de Finances EDITO 2 IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 3 Exonérations 3 Vérification de comptabilité 3 Avantages 3 Opérations de pension 3 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE

Plus en détail

Nos avocats présents sur le salon FISCAP. 30 et 31 mars 2010 Palais des Congrès de Paris

Nos avocats présents sur le salon FISCAP. 30 et 31 mars 2010 Palais des Congrès de Paris Nos avocats présents sur le salon FISCAP 30 et 31 mars 2010 Palais des Congrès de Paris Pierre Dedieu Avocat associé, département Fiscal. En matière de fiscalité patrimoniale, il intervient plus particulièrement

Plus en détail

Nos avocats présents sur le salon FISCAP. 5 et 6 avril 2011 Palais des Congrès de Paris

Nos avocats présents sur le salon FISCAP. 5 et 6 avril 2011 Palais des Congrès de Paris Nos avocats présents sur le salon FISCAP 5 et 6 avril 2011 Palais des Congrès de Paris Benoît Bailly Avocat, département Fiscal. En matière de fiscalité des particuliers, il conseille notamment les personnes

Plus en détail

Un plan de relance de la sauvegarde?

Un plan de relance de la sauvegarde? Un plan de relance de la sauvegarde? Jeudi 19 mars 2009 Park Hyatt Paris Vendôme de 8 h 30 à 10 h 30 Comment sauver les entreprises en difficulté? En cette période de crise, cette question toujours actuelle

Plus en détail

Edito 2 Promulgation du Code du médicament et de la pharmacie 3

Edito 2 Promulgation du Code du médicament et de la pharmacie 3 Newsletter - n 20 Sommaire Edito 2 Promulgation du Code du médicament et de la pharmacie 3 Innovations relatives aux médicaments 3 Innovations quant aux établissements pharmaceutiques 3 Prestations de

Plus en détail

Nos avocats présents au SIMI. 1 er, 2 et 3 décembre 2010 Palais des Congrès de Paris

Nos avocats présents au SIMI. 1 er, 2 et 3 décembre 2010 Palais des Congrès de Paris Nos avocats présents au SIMI 1 er, 2 et 3 décembre 2010 Palais des Congrès de Paris Annabelle BAILLEUL-MIRABAUD Avocat en fiscalité internationale. Dans le secteur de l immobilier, elle intervient tant

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

Nos avocats présents au SIMI 2, 3 et 4 décembre 2009 Palais des Congrès de Paris

Nos avocats présents au SIMI 2, 3 et 4 décembre 2009 Palais des Congrès de Paris Nos avocats présents au SIMI 2, 3 et 4 décembre 2009 Palais des Congrès de Paris Gaëtan BERGER-PICQ Avocat associé, spécialisé dans les questions de TVA notamment liées à l immobilier. T +33 1 47 38 55

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

La Lettre de Lyon SPECIAL " LME " LOI DE MODERNISATION DE L'ECONOMIE. Septembre 2008. Sommaire. Edito 2. Fiscalité 3. Droit des sociétés 4

La Lettre de Lyon SPECIAL  LME  LOI DE MODERNISATION DE L'ECONOMIE. Septembre 2008. Sommaire. Edito 2. Fiscalité 3. Droit des sociétés 4 LaLettredeLyon Septembre2008 SPECIAL " LME " LOI DE MODERNISATION DE L'ECONOMIE Sommaire Edito 2 Fiscalité 3 Droit des sociétés 4 Droit des baux 5 Droit du commerce 6 Droit social 7 La Lettre de Lyon Septembre2008174ruedecréqui,69003Lyon

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé COLLOQUE AEDJ 30 ET 31 JANVIER 2013 - DOUALA 6 ET 7 FEVRIER 2013 - YAOUNDE Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés Aspects de

Plus en détail

20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris. Confidentiel

20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris. Confidentiel IMMO IMMO DAY 20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris Confidentiel L investissement indirect dans l immobilier IMMO DAY en France (OPCI, SCPI) : aspects réglementaires 20 mai 2014 Paris Stéphane Puel Avocat

Plus en détail

Aspects sociaux des fusions-acquisitions. - Mercredi 24 Mars 2010 -

Aspects sociaux des fusions-acquisitions. - Mercredi 24 Mars 2010 - Aspects sociaux des fusions-acquisitions - Mercredi 24 Mars 2010 - LLP Philippe Thomas, Associé gérant Emilie Dutrain, Avocate L'équipe de droit social de LLP compte 9 avocats et une paralegal gérant l'ensemble

Plus en détail

Droit Fiscal 5 Déduction des charges afférentes aux prestations intragroupe Ventes en état futur d'achèvement et TVA

Droit Fiscal 5 Déduction des charges afférentes aux prestations intragroupe Ventes en état futur d'achèvement et TVA La Lettre de Lyon Décembre 2008 Droit Social 4 CondamnationduPrésidentd'unesociétémèreanglaisepourdélitd'entrave aufonctionnementrégulierducomitéd'entreprisedelafilialefrançaise Droit Fiscal 5 Déductiondeschargesafférentesauxprestationsintragroupe

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Groupement Professionnel des Banques du Maroc Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Guide pratique de place 0 Préambule I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 24.6.2010 COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0091/2005 présentée par Paolo Pozzan, de nationalité italienne, sur une prétendue violation de

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

Remboursement du crédit de TVA cumulé : Le texte publié au B.O.

Remboursement du crédit de TVA cumulé : Le texte publié au B.O. Remboursement du crédit de TVA cumulé : Le texte publié au B.O. La mise en pratique des dispositions de l article 247-XXV du code général des impôts de 2014, introduit par l article 4 de la loi de finances

Plus en détail

Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone

Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone Finances Mediterranee - 23 octobre 2012 Profil du pays Situation Région: Afrique du nord Côte: Océan Atlantique

Plus en détail

Edito 2 Projet de loi de finances pour 2007 3

Edito 2 Projet de loi de finances pour 2007 3 Newsletter Maroc - n 18 Sommaire Edito 2 Projet de loi de finances pour 2007 3 Impôt sur les sociétés 3 Impôt sur le revenu 3 Taxe sur la valeur ajoutée 4 Droits d enregistrement 5 Cotisation minimale

Plus en détail

PARTICIPATION - CONSTRUCTION

PARTICIPATION - CONSTRUCTION Avocats www.cms-bfl.com Série Fiscale 15 avril 2008 - N 7 PARTICIPATION - CONSTRUCTION DECLARATION POUR LE 5 MAI 2008 DES «INVESTISSEMENTS» REALISES EN 2007 RESUME Un «investissement» au titre de la participation-construction

Plus en détail

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Chambre de commerce du Montréal métropolitain 10 avril 2015 Vivian Desmonts Avocat (Guangzhou, Chine) Quelques rappels

Plus en détail

CONDITIONS D EXONÉRATION

CONDITIONS D EXONÉRATION CONDITIONS D EXONÉRATION L article 7 du C.G.I. a posé un certain nombre de conditions pour pouvoir bénéficier des exonérations et des taux réduits de l I.S. précédemment développés dans la section V ci-dessus

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES FISCALITE 1 er juin 2001 N 49 - FISCAL N 8 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels de l administration fiscale et au

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

Réforme majeure de la fiscalité immobilière. Cession de droits d auteur : Belote et Rebelote

Réforme majeure de la fiscalité immobilière. Cession de droits d auteur : Belote et Rebelote LE DOSSIER Cession d actions aux salariés à tarifs préférentiels Page 3 Droit Fiscal 4 Droit Fiscal 4 Droit de la 4 Propriété Industrielle Droit 5 des Affaires Droit 5 Des Contrats Droit Public 6 des Affaires

Plus en détail

juillet 2010 Actualité du département de Droit social

juillet 2010 Actualité du département de Droit social juillet 2010 Actualité du département de Droit social CMS Bureau Francis Lefebvre vient de coopter 2 nouveaux associés au sein du département de Droit social Vincent DELAGE, 39 ans, a rejoint le département

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION Ce document est fourni à titre indicatif et doit être soumis à votre conseiller juridique habituel qui le complètera de toutes les spécificités propres à votre

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2011

Conférence du 14 juin 2011 Barretto Ferreira, Kujawski e Brancher Sociedade de Advogados Conférence du 14 juin 2011 Le droit des sociétés et le droit fiscal au Brésil Me Olivier Costa, Avocat au Barreau de Lyon, Cabinet Bismuth

Plus en détail

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/05/20 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Sommaire EDITO. NEWSLETTER Novembre 14 th, 2008. English version

Sommaire EDITO. NEWSLETTER Novembre 14 th, 2008. English version NEWSLETTER Novembre 14 th, 2008 Sommaire EDITO English version 411-34 du règlement général de Textes récents de l'amf, du CESR A l heure où la crise financière a déjà affecté la réglementation française

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

Edito 2. Le dossier 3 Loi pour la modernisation de l économie : du nouveau pour les sociétés commerciales 3

Edito 2. Le dossier 3 Loi pour la modernisation de l économie : du nouveau pour les sociétés commerciales 3 LaLettredeLyon Juin 2008 Sommaire Edito 2 Le dossier 3 Loi pour la modernisation de l économie : du nouveau pour les sociétés commerciales 3 Droit des Affaires 4 SA / Fixation de la rémunération par un

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

A l'international. et des sociétés holding. Gestion & vie des sociétés

A l'international. et des sociétés holding. Gestion & vie des sociétés La réglementation et des sociétés holding Comme nous l avons vu dans notre précédente livraison, le Portugal propose une fiscalité particulièrement attractive pour les retraités disposant d un pouvoir

Plus en détail

Vous accompagner dans vos opérations de titrisation

Vous accompagner dans vos opérations de titrisation Vous accompagner dans vos opérations de titrisation "Your World First" : Votre Monde, Notre Priorité Novembre 2015 Vos enjeux La titrisation est un outil indispensable aux marchés financiers et au financement

Plus en détail

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES LES PERSONNES CONCERNÉES Personnes physiques ou morales résidentes : disposant d une résidence, d un

Plus en détail

FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE

FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS-ACQUISITIONS, FINANCEMENT FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE Depuis un certain temps déjà, la jurisprudence met l accent sur le

Plus en détail

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité.

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité. REGIME DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS 1. Définition On entend par investissements étrangers, les investissements réalisés par les personnes physiques ou morales de nationalité étrangère, non-résidentes

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme Texte original Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme 0.192.110.942.9 Conclu à Bruxelles le 11 octobre 1973 Instrument de ratification

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Zones franches et places financières offshore au Maroc

Zones franches et places financières offshore au Maroc Zones franches et places financières offshore au Maroc Actualisation au 1 mai 2002 MINEFI DREE/TRÉSOR Soucieux de consolider sa politique d ouverture commerciale, d améliorer ses capacités d exportation

Plus en détail

Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt?

Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt? Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt? La Loi de Finances pour 2013 a introduit de nombreuses modifications concernant l ISF : le barème d imposition a été entièrement repensé,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/12/50 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972)

Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972) Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972) Légende: Accord du 24 mars 1972 fixant le statut juridique de la Banque Européenne d'investissement en Suisse.

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 02/06/2011 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 13/2014

NOTE COMMUNE N 13/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L4ECONOMIE ET DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales TK NOTE COMMUNE N 13/2014 OBJET : Procédures relatives aux opérations de vente

Plus en détail

Présentation de la fusion des trois bureaux de CMS en Russie

Présentation de la fusion des trois bureaux de CMS en Russie CMS Adonnino Ascoli & Cavasola Scamoni CMS Albiñana & Suárez de Lezo CMS Bureau Francis Lefebvre CMS Cameron McKenna CMS DeBacker CMS Derks Star Busmann CMS von Erlach Henrici CMS Hasche Sigle CMS Reich-Rohrwig

Plus en détail

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ LA ZONE OFFSHORE Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ Encadré par : Mme BAMOUS Introduction : Plan : PARTIE I: LES PLACES FINANCIERES OFFSHORE: Définitions, concepts, avantages

Plus en détail

Traités et conventions. EXPOSÉ DES MOTIFS

Traités et conventions. EXPOSÉ DES MOTIFS Document mis en distribution le 20 novembre 2003 N o 1208 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 12 novembre 2003.

Plus en détail

CONVOCATIONS CASINO, GUICHARD-PERRACHON

CONVOCATIONS CASINO, GUICHARD-PERRACHON CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital 173 157 997,86 Siège social : 1, Esplanade de France, 42000 Saint-Etienne 554 501 171

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

CONVENTION USA - SUISSE

CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION ENTRE LA CONFÉDÉRATION SUISSE ET LES ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE EN VUE D'ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIÈRE D'IMPÔTS SUR LE REVENU, SIGNÉE À WASHINGTON, LE 2 OCTOBRE

Plus en détail

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3.1. RELEVANT DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE Approbation des comptes 2014 et affectation du résultat Par le vote

Plus en détail

INVESTIR AU MAROC région Tanger-Tétouan

INVESTIR AU MAROC région Tanger-Tétouan INVESTIR AU MAROC région Tanger-Tétouan FINANCES & CONSEIL MEDITARRANEE 23 Octobre Avril 2012 I. Généralités Superficie Capitale Villes principales Langue officielle Monnaie Population 710 000 Km² Rabat

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2012/07/29 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 O B J E T : Commentaire : - des dispositions

Plus en détail

NOTE D INFORMATION AUX OPÉRATEURS

NOTE D INFORMATION AUX OPÉRATEURS NOTE D INFORMATION AUX OPÉRATEURS Objet : Garantie des métaux précieux. Ouvrages en métaux précieux commercialisés en France. Annexe : Différents cas de contrôle et de poinçonnage d ouvrages en provenance

Plus en détail

GUIDE VOYAGES 2015 VOYAGEZ ENCORE PLUS

GUIDE VOYAGES 2015 VOYAGEZ ENCORE PLUS GUIDE VOYAGES 2015 VOYAGEZ ENCORE PLUS www.dinard.aeroport.fr ITALIE 44 NOUVEAU Rome Tous les mardis et samedis A partir du 18 avril Vol direct portugal 59 Porto Tous les lundis et jeudis Du 6 juillet

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES DÉCISION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES DÉCISION DE LA COMMISSION FR REM 20/98 0 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 1-7-1999 DÉCISION DE LA COMMISSION du constatant que le remboursement des droits à l'importation est justifié dans un cas particulier.

Plus en détail

Chapitre 4 : Trouver des financements

Chapitre 4 : Trouver des financements Chapitre 4 : Trouver des financements L'entrepreneur a le choix, dans le cadre de son projet de création ou de reprise d'entreprise, entre plusieurs sources de financement. On distingue généralement deux

Plus en détail

Edito 2 Lutte contre le blanchiment de capitaux 3

Edito 2 Lutte contre le blanchiment de capitaux 3 Newsletter Maroc - n 22 Sommaire Edito 2 Lutte contre le blanchiment de capitaux 3 Champ d application 3 Les obligations des personnes assujetties et le rôle de l organe habilité 4 Les sanctions en cas

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES COMPTES COURANTS D'ASSOCIES 08/06/2015 Afin d'améliorer la trésorerie d'une société, les associés peuvent, outre le recours aux emprunts ou découverts bancaires, décider d'augmenter le capital social ou

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Les dispositions relatives à la réforme des sociétés commerciales prévues dans la loi n 2008-776 de modernisation de

Plus en détail

Vous accompagner dans vos émissions de titres de dette

Vous accompagner dans vos émissions de titres de dette Vous accompagner dans vos émissions de titres de dette Octobre 2015 Vos enjeux Les marchés de capitaux sont caractérisés par la grande diversité de leur offre (titres de capital, titres de dette, produits

Plus en détail