Exploration clinique de la mémoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exploration clinique de la mémoire"

Transcription

1 DU de Neuropsychologie: Approche clinique et théorique 2006/2007 Exploration clinique de la mémoire V. Hahn-Barma Psychologue-Neuropsychologue Centre de Neuropsychologie & Hôpital de la Salpêtrière

2 Objectifs Confirmer ou infirmer la présence de troubles mnésiques Situer le déficit : dans quel système se situe-il? Quels sont les processus touchés? Déterminer si les troubles sont isolés ou s intègrent dans un tableau neuropsychologique plus complexe

3 Méthodologie Les capacités mnésiques ne s explorent jamais de manière isolée. Il est nécessaire d effectuer : 1. un entretien psychologique 2. un bilan neuropsychologique global Dans le but de : 1. d évaluer les éventuels facteurs aggravants qui peuvent entraîner des erreurs d interprétation 2. choisir l outil le mieux adapté au problème du patient

4 Les principaux systèmes de la mémoire humaine Systèmes PROCÉDURAL Autres termes Non déclaratif Sous-systèmes Habilités motrices Récupération Implicite Habilités cognitives Conditionnement simple Apprentissage associatif simple PRS Non déclaratif Forme visuelle des mots Implicite Forme auditive des mots Descriptions structurales SEMANTIQUE Générique Implicite Factuel Connaissances EPISODIQUE Personnel Explicite Autobiographique Mémoire des évènements PRIMAIRE Mémoire de travail Visuelle Auditive Explicite

5 Systèmes de mémoire à long terme Système Sémantique La mémoire sémantique est épurée du contexte. C est le savoir général sur le monde (langue, concepts, catégories, règles, faits historiques..) C est l accumulation d épisodes identiques qui, répétés, finissent par former une connaissance détachée de son contexte : cette connaissance devient alors générique. Système Episodique La mémoire épisodique ou contextuelle est de nature autobiographique avec aspect temporo-spatial (c était quand? C était où?) très fort. Le souvenir n est récupérable qu avec son contexte de survenue (spatial ou temporel). Un même évènement vécu par 2 spectateurs va être enregistré dans deux contextes différents ce qui fait la spécificité de cette mémoire.

6 Evaluation du système épisodique Système épisodique Mémoire Rétrograde Autobiographique Mémoire Antérograde

7 La mémoire Rétrograde Autobiographique 2 composantes Une année, nous avons recueilli un chien abandonné Ce jour là il faisait un temps splendide, nous étions sur la plage en compagnie de ma cousine qui portait un joli chapeau de paille. Tous les ans nous partions en vacances au mois d août à St Malo.notre location se situait rue Levavasseur.. Sémantique Personnelle Episodique Pur La mémoire Antérograde Son déclin est rare et la trace est forte par le niveau de traitement en profondeur. Plusieurs aspects : l apprentissage le stockage la récupération la reconnaissance

8 Présentation des différentes épreuves mnésiques 1) Système Episodique Mémoire Rétrograde Autobiographique Mémoire Antérograde 2) Système Sémantique

9 Le système épisodique Les épreuves de Mémoire autobiographique AMI, Kopelman et al TEMPau, Piolino et al. 2000

10 Evaluation du Système Episodique Mémoire Rétrograde Autobiographique Quelles questions peut-on être amené à se poser? Quel est le gradient temporel? dissociation entre les souvenirs purement épisodiques et sémantiques personnels? confabulation? dyschronologie?

11 Les épreuves de Mémoire Rétrograde Autobiographique Recherche d une dissociation épisodique/sémantique personnelle Etude précise de l aspect purement épisodique Recherche d un gradient temporel précis Questionnaire de Kopelman TEMPau TEMPau

12 AMI ou Questionnaire de Kopelman Présentation Évaluation de 3 périodes de la vie : Section 1 : Enfance (à partir de l âge de 6 ans) Connaissances sémantiques personnelles Evènements autobiographiques Section 2 : Début de l âge adulte Connaissances sémantiques personnelles Évènements autobiographiques Section 3 : Vie récente Connaissances sémantiques personnelles Evènements autobiographiques Kopelman MD The autobiographical memory interview (AMI) in organic and psychogenic amnesia. Memory, 2,

13 Questionnaire de Kopelman Pour chaque tranche de vie, des détails sont demandés : Les dates des diplômes, du mariage, de la naissance des enfants, Le nom de camarades de classes, de professeurs L adresse du domicile, de l école Noms d amis, de collègues, de témoins de mariage, Deux vérifications possibles : Contrôle par un membre de la famille (biais des tranches de vie) Contrôle par une nouvelle passation du questionnaire à 15 jours d intervalle (bonne indice pour les confabulations)

14 Questionnaire de Kopelman Propriétés Deux types de souvenirs sont évalués : Connaissances sémantiques personnelles (dates, noms, adresses, etc...) Évènements purement autobiographiques Limites Gradient temporel imprécis pour les sujets âgés Effet plafond chez les sujets normaux Questions trop variables selon les tranches de vie

15 TEMPau, Piolino et al périodes d encodage 4 thèmes de rappel de périodes ans ans > 30 ans 5 dernières années derniers mois 8 items spécifiques pour cette dernière période : - Noël - Été - mois dernier - semaine dernière - avant-hier - dernières heures une rencontre événement scolaire puis professionnel Déplacement ou voyage Evènement familial

16 TEMPau Propriétés Exploration précise des aspects purement épisodiques avec appréciation de l état de conscience : Jugement «Se souvenir» ou «conscience autonoétique» : Récupération consciente de l apprentissage avec l ensemble des détails contextuels (perception, émotions,) Jugement «Savoir» ou «conscience noétique» : sentiment de familiarité, de connaître sans récupérer le contexte d apprentissage Le TEMPau est basé sur un modèle cognitif (Modèle de Conway, 1992) Méthodologie plus rigoureuse : Vérification plus précise des souvenirs par un rappel indicé dans un ordre chronologique aléatoire Mêmes thèmes abordés pour chaque tranche de vie Normes disponibles

17 Problèmes posés par l évaluation de la Mémoire Autobiographique L analyse des résultats n est pas simple, elle nécessite d avoir un contrôle dans l entourage pour valider les données (tout en sachant qu il sera parfois nécessaire d avoir plusieurs contrôles selon les périodes de vie explorées) ou refaire passer le questionnaire à distance L accès direct aux souvenirs autobiographiques purement épisodiques d autrui est quasiment impossible.

18 Le système épisodique Les épreuves de Mémoire Antérograde Echelle de Mémoire MEM III RL/RI 16 items Test d apprentissage de Californie

19 Evaluation de la mémoire antérograde Quelles questions peut-on être amené à se poser? Quels sont les processus mnésiques touchés? 1. Encodage 2. Stockage 3. Récupération Existe-il une dissociation visuo-verbale?

20 Les étapes de la mémorisation Stimulus Encodage Mémoire à CT Stockage ou Consolidation mémoire à LT Récupération Accès aux informations stockées Rappel du stimulus

21 Les épreuves de Mémoire antérograde Recherche d une dissociation visuo-verbale Distinction Stockage/EncodageRécupération Recherche de troubles subtils, aspects dysexécutifs de la mémoire Echelle clinique de Mémoire MEM III Test de Grober & Buschke Test d apprentissage de Californie

22 Échelle clinique de Mémoire MEM III Référence Bibliographique Wechsler, D. Échelle clinique de mémoire de Wechsler-3ème édition. ECPA Présentation Echelle composite de 11 Subtests dont 5 sont optionnels permettant le calcul de 8 indices : Indice Indice Indice Indice Indice Indice Indice Indice de Mémoire immédiate (I. auditif Im. + I. visuel Im.) auditif immédiat visuel immédiat de Mémoire Générale (I.auditif Dif. + visuel Dif.+ recon. Aud. Dif) auditif différé visuel différé de reconnaissance auditive différée de Mémoire de travail

23 Échelle clinique de Mémoire MEM III Propriétés Evaluation de l encodage, du stockage et de la récupération. Intérêt pour mettre en évidence des dissociations : - visuo/verbale - court terme/long terme Bon étalonnage : 12 tranches d âge de 16 à 86 ans Bon outil d évaluation dans le cadre des expertises médico-légales. Limites Durée de passation très longue (2 h) non adaptée à la pratique courante type consultation de Mémoire.

24 Les étapes de la mémorisation évaluées par le MEM III Indice de Mémoire Générale Indice auditif différé Indice visuel différé Indice de reconnaissance auditive verbale Encodage Indice de Mémoire Immédiat Indice auditif immédiat Indice visuel immédiat Stockage Indice de reconnaissance auditive verbale reconnaissance Récupération

25 Reconnaissance de visages MEM III Présentation Présentation de 24 visages un par un pendant 2 sec. Visages d adultes, d enfants, représentatifs de toutes les cultures (contrairement à l épreuve de Warrington). Reconnaissance immédiate sur une série de 48 visages présentés un par un (avantage par rapport à l épreuve de Warrington qui imposait du choix multiples d où un effet plafond). Le stockage à long terme est évalué par une nouvelle épreuve de reconnaissance après 30 minutes de délai.

26

27

28

29 Reconnaissance immédiate

30

31

32

33

34

35

36 Short Recognition Memory test for faces

37 Short Recognition Memory test for faces

38 RL/RI 16 items (Van der Linden et al., 2004) 4 planches de 4 mots = 16 items

39 Spécificité de la procédure Dites moi et montrez moi quel est le vêtement Dites moi quel était le vêtement Encodage renforcé Encodage contrôlé Encodage sémantique et visuo-spatial RIM La profondeur de l encodage facilite le rappel différé (Craik & Locart, 1972) Chaque mot non rappelé immédiatement est systématiquement reproposé jusqu à réussite de l encodage.

40 RL/RI 16 items (Van der Linden et al.,2004) Deux composantes dans l évaluation Frontale Hippocampique Etapes d encodage & de récupération Etape de Stockage Mesurées par : Mesurées par : - Rappel indicé immédiat - Réactivité aux indices -Rappel libre - Rappel différé

41 Déficit de la mémoire verbale de type hippocampique Identification 16 / 16 Rappel indicé immédiat 16 / 16 Rappel libre 12 / 48 (5+3+4) Rappel total (libre + indicé) 24 / 48 (7+9+8) Réactivité à l indiçage 33 % Intrusions 24 Rappel libre différé 2 / 16 Rappel total différé 6 / 16 Intrusions 12 Reconnaissance 15 / 16 Fausse reconnaissance 1 Discrimination 96%

42 Profil mnésique des patients MA probable à différents stades (Tounsi et al., 1999) Test de Gröber & Buschke Sujets témoins Age moyen = 70.8 NC (années) = 10.8 Patients MA MMS > 25 Patients MA MMS Patients MA MMS Rappel indicé immédiat /16 15,85 (0,36) 12,71 (2,12) 11,53 (2,75) 9,12 (3,63) Rappel libre 3 essais /48 30,15 ( 4,01) 7,84 (5,14) 7,58 (5,51) 4,42 (3,39) Total des rappels libres + indicés /48 46,9 (1,12) 28,29 (9,21) 26,40 (8,65) 17,88 (9,63) Réactivité aux indices de rappel % 94,0 (7,2) 52,7 (19,4) 47,4 (16,9) 31,5 (19,2) 1,82 (2,99) 23,9 (18,0) 20,8 (14,5) 26,5 (20,9) ,84 87,25 82,7 Intrusions % Discrimination %

43 Définition du sd amnésique de type hippocampique (Dubois et Albert, 2004) Rappels libres pauvres malgré un bon encodage des informations (encodage renforcé et contrôlé) Rappels totaux (libre + indicé) déficitaires en raison d une aide inefficace ou insuffisante de l indiçage Nombreuses intrusions Atteinte des capacités de reconnaissance (fausses reconnaissances)

44 RIM Spécificité de la procédure Rappel libre = x / 16 Avec indices = x / 16 Rappel libre = x / 16 Avec indices = x / 16 Rappel libre = x / 16 Avec indices = x / 16 Total rappel libre = x / 48 Total RL+RI = x / min Rappel libre différé = x / 16 Avec indice différé = x / 16

45 Les étapes de la mémorisation évaluées par le RL/RI 16 items Rappel total 3 essais Réactivité aux indices de rappel Rappel différé total (consolidation) Encodage Rappel indicé Immédiat Stockage Récupération Rappel libre/rappel indicé Reconnaissance

46 Test de RL/RI 16 items Propriétés seule épreuve proposant le contrôle strict de l encodage L indiçage catégoriel proposé pour les mots non rappelés permet de distinguer un trouble du stockage d un trouble de la récupération Présence d une forme parallèle permettant le suivi épreuve adaptée aux démences légères corticales et sous corticales Etalonnage disponible : ans Limites probable effet plafond pour les hauts niveaux culturels épreuve peu sensible aux troubles mnésiques discrets (forme 48 items à privilégier) Le renforcement de l encodage ne permet d évaluer les capacités d encodage spontané (aspect plus écologique)

47 Le test d apprentissage de Californie Delis,DC, Kramer, JK, Kaplan, E, et al. The California verbal learning test, Research Ed. New York: Psychological Corporation, Adaptation française réalisée par B. Deweer (publication prochaine prévue aux ECPA)

48 Test d apprentissage verbal de Californie Une liste de course est à mémoriser «la liste de courses du Lundi» - 16 mots de 4 catégories sémantiques différentes (non précisé au patient) sont présentés comme liste de course du Lundi (A) à mémoriser sur 5 essais de rappels libres - apprentissage d une liste interférente (liste B de course du mardi) de 16 mots de 4 catégories sémantiques différentes dont 2 communes à celle du Lundi (non précisé au patient) - rappel à court terme de la liste du Lundi en libre et en indicé rappel à long terme (20 de délai) de la liste du Lundi en libre et en indicé - - reconnaissance sur choix multiples (mots de la liste B, prototypes de catégories sémantiques liste A, phonétiquement similaires, neutres)

49 Test d apprentissage verbal de Californie Liste du Lundi Tenailles Raisin Veste Cannelle Abricots Muscade Cravate Perceuse Ciboulette Mandarines Burin Manteau Romarin Prunes Rabot Gilet Liste du Mardi Marmite Framboise* Merlan Citron* Louche Persil* Cabillaud Estragon Ananas* Rouget Passoire Paprika* Cerises* Limande Cumin* spatule

50 Test d apprentissage verbal de Californie Propriétés Évaluation des différents aspects de la mémoire : Courbe d apprentissage mise en place de stratégies de regroupements sémantiques et/ou sériels sensibilité à l interférence proactive efficacité de l indiçage consolidation à long terme capacités de discrimination très sensible aux troubles mnésiques discrets liés à un trouble dysexécutif Limites non adapté aux troubles mnésiques sévères pour son effet plancher non adapté aux petits niveaux culturels Absence de formes parallèles en français Etalonnage de 13 à 89 ans sur 7 tranches d âges. Publication prochaine de B. Deweer.

51 Les étapes de la mémorisation évaluées par test d apprentissage verbal de Californie Rappel total 5 essais Rappel indicé différé (consolidation) Encodage Non contrôlé Essai 1 liste Lundi Stockage Rappel indicé à court terme et à long terme Reconnaissance Récupération

52 Les épreuves de mémoire sémantique Appariements de mots et d images Dénomination et identification d objets et de visages célèbres Fluences verbales

53 Les 2 grandes voies de traitement visuel Ungerlieder & Mishkin, 82 Voie Ventrale occipito-temporale ou Voie du What Accès aux savoirs généraux sur les objets imagerie visuelle nécessaire Voie Dorsale occipito-pariéto-frontale ou Voie du Where Accès aux représentations liées à la fonction ( représent-actions des gestes et de l utilisation des objets)

54 Les 2 grandes voies de traitement visuel Ungerlieder & Mishkin, 82 Reconnaissance d objets vivants Reconnaissance d objets manufacturés Voie ventrale & dorsale voie ventrale Différence entre un vase et une cruche différence entre tigre et lion Nécessité d un accès à la fonction en complément de la visualisation Nécessité d une visualisation

55 Les 2 grandes voies de traitement visuel Ungerlieder & Mishkin, 82 Catégories de vivants: Aspect perceptif important (différence entre un lion et un tigre par exemple), nécessité d un discrimination visuelle. Catégories des non vivants: la fonction est plus importante que la visualisation (différence entre un couteau et une hache par ex).

56 Evaluation du système sémantique Quelles questions peut-on être amenés à se poser? S agit-il d un trouble de l accès aux connaissances sémantiques? S agit-il d une atteinte du stock des connaissances sémantiques? Si oui, s agit-il d une atteinte dépendant de la modalité? L atteinte est-elle évocatrice d une atteinte temporale G ou D ou bilatérale? Existe-t-il un déficit catégorie-spécifique?

57 Les épreuves de Mémoire Sémantique Distinction atteinte temporale Gauche/Droite Distinction Atteinte du stock/défaut d accès Recherche d une dissociation visuo-verbale Recherche d un défaut catégorie spécifique Identification de visages célèbres Identification d objets Appariement mots/définitions, fluences Appariements images/dénomination Appariements de mots Appariements d images Fluences verbales Dénomination d images Dessins de mémoire

58 Fluences verbales Intérêt pour mettre en évidence un déficit catégorie spécifique. Donc ne pas se limiter à des grandes catégories mais également à des sous catégories. Exemples (batterie J;Hodges) - 3 catégories d animaux (animaux terrestres, marins, oiseaux) - 3 catégories d objets manufacturés (objets ménagers, véhicules, instruments de musique)

59 Reconnaissance de visages célèbres Thèse de S. Belliard, 2004 Batterie de visages célèbres adaptée de David et al., 1999 Présentation 20 visages célèbres et 20 visages inconnus sont présentés 7. Jugement de familiarité (décision connu/inconnu) 8. Identification par questionnaire Propriétés Sensible à l atteinte temporale externe droite Jugement de gravité du trouble (familiarité respectée ou non) Bonne distinction Anomie/perte des connaissances sémantiques Limites - Epreuve nécessitant une mise en jour régulière des visages choisis et des normes pour chacun d eux très dépendant de l actualité

60 Décision de familiarité (Belliard, 2004)

61 Questionnaire sémantique (Belliard, 2004) 1) Est -il mort ou vivant? mort vivant JSP 2) Quelle est sa nationalité? française anglaise belge 3) Quelle est sa profession : politicien présentateur chanteur 4) Quel événement a marqué sa vie? le décès d un de ses fils le décès de sa femme cancer de la prostate

62 BATTERIE SEMANTIQUE DU GRESEM Sophie Auriacombe, Serge Belliard, Annik Charnallet, Valérie Hahn-Barma, Helgard Kremin, Nicolas Le Carret, Béatrice Lemesle, Sandrine Le Moal,Florence Mahieux, Olivier Moreaud, Danièle Perrier-Palisson, François Sellal, Hervine Siegwart

63 1. Dénomination d images Déno100 adaptée 20 objets vivants 20 objets manufacturés 2. Questionnaire sémantique concernant les images de la déno40: Sur entrée verbale Sur entrée visuelle 3. Appariements sémantiques (40 images) Sur entrée verbale Sur entrée visuelle

64 BATTERIE GRESEM DENOMINATION DE 40 IMAGES 20 VIVANTS 20 NON VIVANTS

65

66

67

68

69 BATTERIE GRESEM QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE SUR LES 40 IMAGES ENTREE MOTS ENTREE IMAGES

70 ENTREE VERBALE ENTREE VISUELLE SCIE QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE Est-ce que c est utilisé par les coiffeurs Est-ce que ça s utilise dans la cuisine Est-ce que ça a une partie est en métal Est-ce que ça sert à étaler du plâtre Est-ce que certains modèles sont électriques Est-ce que ça sert à couper du bois O O O O O O N N N N N N

71 ENTREE VERBALE ENTREE VISUELLE ARROSOIR QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce un ustensile de cuisine que ça peut être en plastique qu on s en sert pour faire les courses que ça contient de l eau que ça sert à faire le thé que c est utile pour les fleurs O O O O O O N N N N N N

72 ENTREE VERBALE ENTREE VISUELLE ANANAS QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce qu on peut manger sa peau que c est rouge que ça pousse dans les pays chauds que c est apprécié aussi pour son jus que ça a un noyau que ça se découpe en tranches O O O O O O N N N N N N

73 ENTREE VERBALE ENTREE VISUELLE LEZARD QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce que que que que que que ça aime le soleil c est dangereux ça a des poils ça vit dans l eau ça vit en France c est rapide O O O O O O N N N N N N

74 BATTERIE GRESEM APPARIEMENTS SEMANTIQUES POUR LES 40 IMAGES 20 MOTS 20 IMAGES

75 LEZARD LUNE SOLEIL

76 SCIE GATEAU BRANCHE

77 ARROSOIR FLEUR CACTUS

78 ananas râpe couteau

79 Présentation de cas Mme P V. Hahn-Barma Centre de Neuropsychologie & du Langage Hôpital de la Salpêtrière

80 Mme P. (1) Mme P. est âgée de 57 ans, droitière, de niveau CEP. Mariée, 2 enfants. Elle est secrétaire à mi-temps dans une entreprise de maçonnerie. La patiente se plaint de sa mémoire et plus particulièrement de ne plus maîtriser le sens des mots, d oublier les noms propres. Ces troubles sont apparus il y a trois ans suite à une Anesthésie Générale en 1998 et s aggraveraient progressivement d après la patiente et son époux. La patiente est parfaitement autonome et conserve son activité professionnelle.

81 Mme P. (2) ATCD personnels : aucun ATCD familiaux : sa mère a présenté une maladie d Alzheimer Examen neurologique : normal Scanner cérébral : Atrophie Temporale Gauche

82 Mme P

83 Mme P

84 Mme P. (3) Son discours est fluent, elle répète à plusieurs reprises et avec une certaine anxiété qu elle continue à travailler, à faire son ménage, sa cuisine et du jardinage. Elle présente des troubles de la compréhension tout au long de l entretien ; se montre perplexe face à certains mots, demandant ce que le mot signifie insistant sur le fait qu avant elle savait ce que cela voulait dire. A l entretien son discours reflète l intégrité de son système Épisodique. Elle donne beaucoup de détails sur ses activités quotidiennes, sur ses enfants et petits enfants. Elle est parfaitement orientée dans le temps et dans l espace.

85 Mme P. (4) Efficience Cognitive Globale MMS = 25/30 (perd des points dans la sphère auditivo-verbale) Orientation temporo-spatiale : 9/10 Mémoire Système mnésique épisodique (voir vidéo) Mémoire rétrograde autobiographique : 5/5

86 Mme P. (5) Mémoire Antérograde Mémoire à court terme en modalité verbale Encodage déficitaire aux 3 mots du MMS : 1/3 Empans chiffrés direct : 5 inversé : 4 En modalité visuelle : Empans visuo-spatiaux direct :5 inversé : 5 Reconnaissance des 25 visages de Warrington : 21/25 Mémoire épisodique à long terme en modalité verbale Apprentissage des 3 mots du MMS : Rappel des 3 mots : 2/3 Rappel différé des 3 mots : 3/3 (donne la fonction mais pas le mot : cigare = je ne fume jamais) en modalité visuelle Rappel de la figure de Rey : Type III, 13,5/36

87 Mme P. (6) Système sémantique Connaissances didactiques Automatismes verbaux : 1/40 Stock lexical Vocabulaire de Binois-Pichot : 2/44 Définitions de mots : échec mais aide possible par le système épisodique (abeille = cire d abeille, araignée = toile d araignée) Appariement sémantique de mots PTT : 13/20 Lecture de mots irréguliers : dyslexie de surface Dictée de mots irréguliers : dysorthographie de surface Fluence verbale : très pauvre Animaux : 7 (réduction aux animaux comestibles) Animaux terrestres : 8 (animaux comestibles + oiseaux) Animaux marins : 7 (poissons comestibles + fruits de mer) Fruits : 8 ; Fleurs : 5 ; véhicules : 6 ; S : 2

88 Mme P. (7) Connaissances concernant les visages célèbres Dénomination de visages célèbres : 3/35 Identification de visages célèbres : 16/35 Connaissances concernant les couleurs Dénomination de couleurs : normale Reconnaissance d attributs couleurs : 20/23 (cygne orange, camion de pompiers jaune ou bleu, pingouin noir & rouge) Évocation d attributs couleurs : 8/18 Connaissances concernant les objets Dénomination d images : 8/35 Identification des images : 16/35

89 Mme P. (8) Connaissances concernant les objets (suite) Dessins sur commande : déficit catégorie-spécifique Non vivants : bonne préservation des objets usuels Vivants : atteinte spécifique de cette catégorie même pour les animaux courants Appariement sémantique PTT : 16/20 Connaissances concernant le geste (système sémantique de l action) Imitation de gestes réflexifs : normaux Gestes symboliques : échec en évocation et en reconnaissance mais pas en imitation Pantomimes : normaux

90 Mme P.(9) Dessins sur commande d objets non vivants

91 Mme P. (10) Dessins sur commande d objets vivants

92 Mme P. (11) Activités visuo-spatiales Copie de la figure de Rey : normale Activités visuo-perceptives Reconnaissance de couleurs : normale Appariement de visages de Benton : normal copie d une figure complexe Rey : normale Fonctions exécutives BREF = 9/18 Similitudes : 0/3 Fluence verbale : 0/3 Comportement de préhension : 0/3 Séquences motrices : 3/3 Consignes conflictuelles : 3/3 Go no go : 3/3

93 Mme P. (12) Conclusion du bilan neuropsychologique Profil neuropsychologique d une démence sémantique : Atteinte du système mnésique sémantique au premier plan : Atteinte du stock des connaissances sémantiques sur entrée verbale et visuelle : Réduction du stock lexical Réduction des connaissances didactiques Agnosie associative concernant les objets, les couleurs et les visages célèbre Atteinte du système sémantique de l action Préservation du système épisodique Préservation des activités praxiques et visuo-perceptives Syndrome dysexécutif non associé à une anosognosie.

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique L aphasie progressive primaire Évaluation neuropsychologique S. Bioux, E. Bliaux, D. Pouliquen Service de neurologie CMRR / CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DEFINITION «détérioration isolée et progressive

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

DU de Neuropsychologie Paris VI: Approches théoriques & cliniques 2006-2007 l apraxie gestuelle

DU de Neuropsychologie Paris VI: Approches théoriques & cliniques 2006-2007 l apraxie gestuelle DU de Neuropsychologie Paris VI: Approches théoriques & cliniques 2006-2007 l apraxie gestuelle Valérie Hahn-Barma Psychologue-Neuropsychologue Définitions de l apraxie «perturbation située au niveau des

Plus en détail

Vieillissement et mémoire spatiale

Vieillissement et mémoire spatiale Vieillissement et mémoire spatiale Problématique dans la conduite automobile Després Olivier & Dufour André Séminaire Deufrako Mercredi 3 mai 212 Séminaire Deufrako, 3.5.212 1 Plateforme Physiologie &

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Circuit de l'émotion Fonctions Cognitives Définition : Ensemble des processus

Plus en détail

Évaluation Neuropsychologique de la Maladie d Alzheimer

Évaluation Neuropsychologique de la Maladie d Alzheimer Évaluation Neuropsychologique de la Maladie d Alzheimer 9/01/07 Élodie Guichart-Gomez Centre de Neuropsychologie Hôpital de la Salpêtrière Les démences dégénératives Maladies neurologiques entraînant des

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff

Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff David Lefebvre, psychologue au centre hospitalier du pays d Avesnes Formation encéphalopathie alcoolique, le 17/10/2013 Définition Il est décrit pour la première

Plus en détail

Langage et Aphasies. Paul Broca (1824-1880)

Langage et Aphasies. Paul Broca (1824-1880) Langage et Aphasies Paul Broca (1824-1880) I- Le langage et son évaluation Donnez le nom d un objet servant à mesurer les angles. Langage : quelques erreurs «Une table, non..une chaise, non.» «Un tatu..tabuba..non

Plus en détail

La Mémoire Sémantique

La Mémoire Sémantique La Mémoire Sémantique Évangéline Bliaux, neuropsychologue Carine Amossé, orthophoniste le 12 décembre 2008 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 La mémoire sémantique Mémoire à long terme comprenant l ensemble

Plus en détail

Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation

Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation Séminaire de Capacité de GériatrieG Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation Claire LEISSING-DESPREZ Psychologue-Neuropsychologue Centre Hospitalier Émile Roux Assistance Publique Hôpitaux

Plus en détail

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL Fiche pratique «Adaptation de tests» C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL 1. 2. et 8. FLUENCES PHONETIQUES ET SEMANTIQUES, ANTONYMES Objectifs Evaluer le stock phonologique de

Plus en détail

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge»

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» PROGRAMME DE LA FORMATION : «Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» Vendredi matin : Rappels : sémiologie a)amputations du champ visuel

Plus en détail

Bilans neuropsychologiques Cas cliniques

Bilans neuropsychologiques Cas cliniques Bilans neuropsychologiques Cas cliniques Le 8 janvier 2009 Sophie Jacob, psychologue CMRR CHU de la Cavale Blanche Brest PLAN Le Bilan neuropsychologique Cas cliniques Le bilan neuropsychologique Quels

Plus en détail

2- MCT et MdT. c- épreuve de double tâche (Baddeley, 1997) MdT, fonctions exécutives

2- MCT et MdT. c- épreuve de double tâche (Baddeley, 1997) MdT, fonctions exécutives 2- MCT et MdT c- épreuve de double tâche (Baddeley, 1997) MdT, fonctions exécutives épreuve nécessitant d effectuer 2 tâches différentes A et B d abord isolément puis simultanément administrateur central

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

La mémoire (en bref)

La mémoire (en bref) Lamémoire(enbref) Les modèles développés en psychologie cognitive conçoivent l individu comme une «entité»quitraitedel information.danscestraitements,lamémorisationtientuneplace particulièrement importante

Plus en détail

Le syndrome de Benson. F Etcharry-Bouyx

Le syndrome de Benson. F Etcharry-Bouyx Le syndrome de Benson F Etcharry-Bouyx Atrophie corticale Postérieure n Benson, 1988 n Origine dégénérative n Cortex occipital avec extension L atrophie corticale postérieure = syndrome de Benson n Atrophie

Plus en détail

EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes.

EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes. EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes. Catherine Pech-Georgel, Florence George évaluation du langage écrit et justification

Plus en détail

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Jean-Marc Devaud Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Qu est-ce-que la mémoire? «LA» MEMOIRE N EXISTE PAS,

Plus en détail

SYNDROME DE KORSAKOFF

SYNDROME DE KORSAKOFF SYNDROME DE KORSAKOFF Carol AUBIER-GIRARD REMERCIEMENTS A Helene BEAUNIEUX Anne Lise PITEL Francis Eustache Et toute l équipe de l unité de recherche U923 de Caen ETUDE DE CAS MR D Homme de 58 ans droitier

Plus en détail

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ!

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LA REVOLUTION Plus qu'une simple révision, la WPPSI -IV est une évolution majeure pour l'examen psychologique : l évaluation est à la fois plus écologique et rigoureuse

Plus en détail

CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE. C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A

CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE. C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A VIELLISSEMENT COGNITIF NORMAL Approche neuropsychologique globale: Ralentissement du traitement de l

Plus en détail

Les fonctions cognitives :. définition, évaluation.

Les fonctions cognitives :. définition, évaluation. Les fonctions cognitives :. définition, évaluation. Neuropsychologie de la personne âgée. 1 1) Avant-propos. 2) Les fonctions exécutives. 3) La mémoire. 4) Le langage. 5) Gnosies & praxies. 6) Efficience

Plus en détail

Évaluations neuropsychologiques dans le cadre des aphasies dégénératives

Évaluations neuropsychologiques dans le cadre des aphasies dégénératives DU de Neuropsychologie Paris VI 2006/2007 Évaluations neuropsychologiques dans le cadre des aphasies dégénératives Valérie Hahn Barma Neuropsychologue Centre de Neuropsychologie Hôpital de la Salpêtrière

Plus en détail

Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage

Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage Pascale Pradat-Diehl Service MPR de la Salpêtrière pascale.pradat@psl.aphp.fr PLAN Langage, aphasies et aphasiques

Plus en détail

I nstructions pour l administration et la cotation

I nstructions pour l administration et la cotation 1.5.2 M ontreal Cognitive Assessment (MoCA) I nstructions pour l administration et la cotation Le Montreal Cognitive Assessment (MoCA) a été conçu pour l évaluation des dysfonctions cognitives légères.

Plus en détail

Mise en page et graphisme : Sophie Saint-Pierre www.sographiste.com

Mise en page et graphisme : Sophie Saint-Pierre www.sographiste.com Mise en page et graphisme : Sophie Saint-Pierre www.sographiste.com Langage 1 Ordres simples Regardez le plafond Placez votre main droite sur l épaule gauche Donnez-moi la main (l examinateur ne doit pas

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

Comment explorer la mémoire en pratique clinique?

Comment explorer la mémoire en pratique clinique? Comment explorer la mémoire en pratique clinique? Stéphane Epelbaum Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Institut de la mémoire et de la maladie d Alzheimer UPMC / CRICM Inserm UMR S 975

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Logiciel de français permettant de différencier les parcours. PRESENTATION DE L OUTIL http://www.jocatop.fr Logiciel commercial : Prix 188 Configuration requise : Fonctionne

Plus en détail

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION Deux séances d une heure chacune sont aménagées pour le bilan psychologique Linda Harré Psychologue CIERA Bilan

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

Test n 1 : Test de Benton : orientation dans le temps

Test n 1 : Test de Benton : orientation dans le temps www.reseauneuropsylimousin.com Test n 1 : Test de Benton : orientation dans le temps Posez les questions suivantes : 1) En quel mois sommesnous? /1 2) Quelle est la date d aujourd hui? /1 3) En quelle

Plus en détail

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Réunion du 19/11/2010 Équipe de Neuropsychologie Service de Neurologie CHU Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Historique du MCI 1837 : Pritchard

Plus en détail

M.Cécile Deneuville Marion Mourceins Psychologues

M.Cécile Deneuville Marion Mourceins Psychologues M.Cécile Deneuville Marion Mourceins Psychologues 1. Le psychologue 2. La demande 3. La plainte 4. L entretien clinique 5. L évaluation 5.1. Les fonctions mnésiques 5.2. Les fonctions exécutives 5.3. Les

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie

Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie Le processus d enseignement du vocabulaire est lié à certains facteurs, parmi lesquels les plus importants

Plus en détail

Plan. Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies. Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/

Plan. Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies. Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Plan Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ - Conception classique - Conception actuelle II Troubles acquis de la communication A.

Plus en détail

DEPISTAGE DES TROUBLES DU LANGAGE DE L'ENFANT

DEPISTAGE DES TROUBLES DU LANGAGE DE L'ENFANT DEPISTAGE DES TROUBLES DU LANGAGE DE L'ENFANT L'ERTL4 Pégase 14 octobre 2014 Dr Capucine Wallois Dr Yan Zborowska Jeu de rôle Introduction A 4 ans, 1 enfant sur 6 présente un retard de langage Recommandations

Plus en détail

Atelier pratique RECOMMANDATIONS ANAES. Florence Mahieux-Laurent CEGAP Ivry-sur-Seine

Atelier pratique RECOMMANDATIONS ANAES. Florence Mahieux-Laurent CEGAP Ivry-sur-Seine Atelier pratique RECOMMANDATIONS ANAES Florence Mahieux-Laurent CEGAP Ivry-sur-Seine Recommandations ANAES Démarche diagnostique Entretien Patient et accompagnant ATCD (familiaux, FdR vasc., alcool, médicaments)

Plus en détail

PRO. www.editions-creasoft.com www.scientificbraintrainingpro.fr. Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives. Mémoire

PRO. www.editions-creasoft.com www.scientificbraintrainingpro.fr. Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives. Mémoire PRESCO 40 Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives Un programme issu de Scientific Brain Training PRO TM LANGAGE et VOCABULAIRE Langage et raisonnement Nouvelle Edition Augmentée 40 exercices

Plus en détail

Atelier cuisine thérapeutique. Hôpital de Jour

Atelier cuisine thérapeutique. Hôpital de Jour Atelier cuisine thérapeutique Hôpital de Jour Présentation Présentation du service Atelier cuisine thérapeutique Logistique Commande des produits Réception des produits Respect des règles d hygiène Profil

Plus en détail

LES TROUBLES NEUROVISUELS

LES TROUBLES NEUROVISUELS LES TROUBLES NEUROVISUELS CHEZ L ENFANT : CÉCITÉ CORTICALE ET DÉFICIENCE VISUELLE S A R A H G U I L L E M A I N P SYC H O L O G U E - N E U R O P SYC H O L O G U E Séjour d échanges Québec 30 octobre 2014

Plus en détail

Les troubles cognitifs alcoolo-induits

Les troubles cognitifs alcoolo-induits Les troubles cognitifs alcoolo-induits Diagnostics, étiologies, évolutions GRAA - LILLE 19 septembre 2013 Philippe TISON Docteur en Psychologie Psychologue clinicien, Neuropsychologue contact : philippe.tison@ch-carvin.fr

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

La mémoire des mémoires LA MÉMOIRE : CLÉ DE LA DEPENDANCE L ORGANISATION DE LA MÉMOIRE 01/10/2014

La mémoire des mémoires LA MÉMOIRE : CLÉ DE LA DEPENDANCE L ORGANISATION DE LA MÉMOIRE 01/10/2014 01/10/2014 La problématique générale : une dynamique perpétuelle Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI CONSOLIDATION LA MÉMOIRE : CLÉ DE LA DEPENDANCE Labile RECONSOLIDATION Stable

Plus en détail

TECHNIQUES D EXAMEN DE LA PAROLE ET DU LANGAGE. Cours DU Neuropsychologie. S.Chomel-Guillaume 1

TECHNIQUES D EXAMEN DE LA PAROLE ET DU LANGAGE. Cours DU Neuropsychologie. S.Chomel-Guillaume 1 TECHNIQUES D EXAMEN DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Cours DU Neuropsychologie. S.Chomel-Guillaume 1 Introduction Objectifs Apprécier le niveau fonctionnel de communication résiduelle Décrire et classer les

Plus en détail

EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral

EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral EVALO 2-6 Evaluation du développement du langage oral Coquet Françoise, Ferrand Pierre et Roustit Jacques Batterie pour l évaluation du développement du langage oral chez l enfant de 2 ans 3 mois à 6 ans

Plus en détail

Le système de communication par échange d images (PECS)

Le système de communication par échange d images (PECS) Le système de communication par échange d images (PECS) Programme d intervention sur la communication et le comportement social Catherine Gasser Caractéristiques (Preston & Carter, 2009) Système de communication

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe Les Jeudis de l Europel - 15 janvier 2005 Troubles cognitifs chez la personne âgée en pratique quotidienne Quelles plaintes? Quels troubles? Quels tests? Dr Bernard CROISILE Laboratoire de Neuropsychologie

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Association Université Européenne Assomptionniste Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Jeudi 27 mars 2008 Gilles Rode Université de Lyon,

Plus en détail

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX 1 LES DEMENCES : GÉNERALITÉS Démences vieillissement normal Vieillissement normal :

Plus en détail

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Pour plus d informations 1. En théorie Plan 2. En pratique 3. Et l écologie dans tout

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

Evaluation clinique des fonctions exécutives

Evaluation clinique des fonctions exécutives Evaluation clinique des fonctions exécutives SIMION Audrey Psychologue-Neuropsychologue, Service de Médecine Physique et de Réadaptation UEROS CHU Pellegrin Evaluation des fonctions exécutives Pas un score

Plus en détail

ÉCOLE SUPERIEURE D ÉDUCATRICES ET D EDUCATEURS DE L ENFANCE (ESEDE- CFPS)

ÉCOLE SUPERIEURE D ÉDUCATRICES ET D EDUCATEURS DE L ENFANCE (ESEDE- CFPS) ÉCOLE SUPERIEURE D ÉDUCATRICES ET D EDUCATEURS DE L ENFANCE (ESEDE- CFPS) ÉPREUVES DE SELECTION INFORMATIONS AUX CANDIDAT- S- ES* *Afin de faciliter la lecture, les termes désignant les personnes s appliquent

Plus en détail

Delacourte et al, 1999

Delacourte et al, 1999 Delacourte et al, 1999 Progression de la MA État clinique Normal MA Pré- symptomatique MCI MA Clinique Pas de symptômes Pas de symptômes Symptômes légers Démence légère, modérée ou sévère Lésions légères

Plus en détail

Titre : Bien identifiable, facile à repérer

Titre : Bien identifiable, facile à repérer TITRE : Pourquoi AUTEUR : Nikolaï Popov RESUME ET INTERET DE L ALBUM : GRILLE D ANALYSE D UN ALBUM EDITEUR : Nord Sud ILLUSTRATEUR : Nikolaï Popov Une gentille grenouille hume en paix une jolie fleur dans

Plus en détail

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER INTRODUCTION LA MALADIE D ALZHEIMER : problème majeur de santé publique 1- Vieillissement démographique : Sur le plan mondial

Plus en détail

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1 Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012 «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» (Intervention de M. Jean- Marc LOUIS, IEN ASH) Une bibliographie "Mémoire et apprentissages" a été

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

Sophia Antipolis France ; Canada. 1 Centre Mémoire de Ressources et de Recherche C.H.U. de Nice Université de Nice

Sophia Antipolis France ; Canada. 1 Centre Mémoire de Ressources et de Recherche C.H.U. de Nice Université de Nice Utilisation clinique de la Kaplan Baycrest Neurocognitive Assessment (KBNA) dans une population de sujets présentant une Maladie d Alzheimer V. Lafont 1, G. Proulx 2, L. Leach 2, C. Bertogliati 1, C. Ollivier

Plus en détail

S U M M A RY P O I N T S F O R T S S U M M A RY

S U M M A RY P O I N T S F O R T S S U M M A RY M I S E A U P O I N T Neuropsychologie de la mémoire autobiographique Neuropsychology of autobiographical memory P. Piolino* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S La mémoire autobiographique est

Plus en détail

Les syndromes démentiels chez le sujet âgé. Dr Ch. Arbus CHU Purpan

Les syndromes démentiels chez le sujet âgé. Dr Ch. Arbus CHU Purpan Les syndromes démentiels chez le sujet âgé Dr Ch. Arbus CHU Purpan Modifications neuro-psychologiques liées au vieillissement (1)! Modifications macroscopiques " Atrophie corticale! Modifications histologiques

Plus en détail

Document à l attention de l enseignant Grande section

Document à l attention de l enseignant Grande section ÉCOLE : CLASSE : Numéro confidentiel de saisie : Document à l attention de l enseignant Grande section Passation 1 Évaluations «prévention de l illettrisme» - 31-2010-2011 Présentation générale Dans le

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉTUDE TONUS Laura Moisy Neuropsychologue Unité de Recherche

Plus en détail

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE Dépistage 4 ans 9 ans B.R.E.V : Batterie rapide d évaluation fonctions cognitives (C. Billard) Evaluation fonctions cognitives en«écart-type», langagières et

Plus en détail

chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1

chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1 L ABSTRACTION chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1 Sandrine Marois, enseignante et personne ressource ASH lycée, juillet 2014 Ce qu est l abstraction et ce qu elle n est pas L abstraction

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

1. Qu est-ce que l UEROS?

1. Qu est-ce que l UEROS? Réorientation socioprofessionnelle après lésions cérébrales : Rôle du neuropsychologue en. 5, rue du Docteur Charcot 59000 Lille neuropsy@ueros.fr Laurence Danjou, neuropsychologue 1. Qu est-ce que l?

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie

Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie D LE DREAU CPD Langues Vivantes AVRIL 2015 Les objectifs définis par les programmes

Plus en détail

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde Mémoire Y. Morel http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde 1 A propos de l intelligence... 2 Quizz : Connaissez-vous votre mémoire? 3 Objectifs Exercice 1 - Dessin d enfant Exercice 2 - Liste de symboles Exercice

Plus en détail

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année CLASSE DE 3 ème Présentation de l année Quelques points de repères pour l année de 3 ème 1 er trimestre Informations La classe rencontre la conseillère d Orientation Réunion d information parents / direction

Plus en détail

Démences fronto-temporales. O.Henry, mars 2009 Hôpital E.Roux-AP-HP-Limeil-Brevannes

Démences fronto-temporales. O.Henry, mars 2009 Hôpital E.Roux-AP-HP-Limeil-Brevannes Démences fronto-temporales temporales O.Henry, mars 2009 Hôpital E.Roux-AP-HP-Limeil-Brevannes DFT? DFT = ensemble de maladies hétérogènes Atrophie cérébrale fronto-temporale temporale Troubles du comportement

Plus en détail

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation Dysphasies : Aspects rééducatifs des Dysphasies Florence George : Orthophoniste CERTA CHU Timone - Marseille Précoce préserver l appétence à la communication Intensive : au moins 3 fois par semaine Accompagnement

Plus en détail

Conception Annie LeBel agente de soutien pédagogique et technique Pour le centre de la petite enfance Magimuse

Conception Annie LeBel agente de soutien pédagogique et technique Pour le centre de la petite enfance Magimuse Conception Annie LeBel agente de soutien pédagogique et technique Pour le centre de la petite enfance Magimuse Papa, maman, Voici un petit survol de ce que j ai vécu cette année au centre de la petite

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Le consommateur affine sa connaissance du monde au fur et à mesure des stimuli reçus : c est un processus continu Les théories behavioristes Elles s appuient

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

MEMOIRE ET OUBLI : UN COUPLE INSEPARABLE

MEMOIRE ET OUBLI : UN COUPLE INSEPARABLE MEMOIRE ET OUBLI : UN COUPLE INSEPARABLE Dans le cadre du cycle de conférences citoyennes "Santé en questions" proposé par l'inserm en partenariat avec Universcience et les acteurs régionaux de la culture

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Démarche en art. Inspiration. Causerie : Chaque enfant nomme son animal préféré et dit pourquoi il l aime beaucoup.

Démarche en art. Inspiration. Causerie : Chaque enfant nomme son animal préféré et dit pourquoi il l aime beaucoup. Projet Mosaïque Projet de collaboration éducation et communauté sur le thème du bestiaire d Alfred Pellan. Ce projet culturel a été proposé aux écoles de la commission Au-Cœur-des-Vallées. But : Produire

Plus en détail

Le patinage artistique à l école

Le patinage artistique à l école Le patinage artistique à l école Serge Laget C.P.C. Lyon VII - juin 2000 - avec la participation des éducateurs sportifs de la Ville de Lyon des C.P.C. du groupe Ville de Lyon Présentation du dossier :

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

SEQUENCES DE VOCABULAIRE EN PETITE SECTION

SEQUENCES DE VOCABULAIRE EN PETITE SECTION SEQUENCES DE VOCABULAIRE EN PETITE SECTION SEQUENCE 1 FORMULES DE POLITESSE / CHAMP LEXICAL DES FRUITS CONTEXTUALISATION Séance 1 : faire une salade de fruits pour la collation -Comprendre, acquérir et

Plus en détail

Document test AP-TSA

Document test AP-TSA ACADEMIE D'ORLEANS TOURS Inspection Académique d'indre et Loire Promotion de la Santé en faveur des Elèves Document test AP-TSA AMENAGEMENTS PEDAGOGOGIQUES POUR UN ELEVE PRESENTANT UN TROUBLE SPECIFIQUE

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Analyse et Interprétation du WISC IV

Analyse et Interprétation du WISC IV Analyse et Interprétation du WISC IV Les Indices du WISC IV ICV Habilités verbales Intelligence Culture générale, Riche en contenu Dépendante de la culture Fondée sur l expérience IRP Intelligence Cristallisée

Plus en détail