Exploration clinique de la mémoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exploration clinique de la mémoire"

Transcription

1 DU de Neuropsychologie: Approche clinique et théorique 2006/2007 Exploration clinique de la mémoire V. Hahn-Barma Psychologue-Neuropsychologue Centre de Neuropsychologie & Hôpital de la Salpêtrière

2 Objectifs Confirmer ou infirmer la présence de troubles mnésiques Situer le déficit : dans quel système se situe-il? Quels sont les processus touchés? Déterminer si les troubles sont isolés ou s intègrent dans un tableau neuropsychologique plus complexe

3 Méthodologie Les capacités mnésiques ne s explorent jamais de manière isolée. Il est nécessaire d effectuer : 1. un entretien psychologique 2. un bilan neuropsychologique global Dans le but de : 1. d évaluer les éventuels facteurs aggravants qui peuvent entraîner des erreurs d interprétation 2. choisir l outil le mieux adapté au problème du patient

4 Les principaux systèmes de la mémoire humaine Systèmes PROCÉDURAL Autres termes Non déclaratif Sous-systèmes Habilités motrices Récupération Implicite Habilités cognitives Conditionnement simple Apprentissage associatif simple PRS Non déclaratif Forme visuelle des mots Implicite Forme auditive des mots Descriptions structurales SEMANTIQUE Générique Implicite Factuel Connaissances EPISODIQUE Personnel Explicite Autobiographique Mémoire des évènements PRIMAIRE Mémoire de travail Visuelle Auditive Explicite

5 Systèmes de mémoire à long terme Système Sémantique La mémoire sémantique est épurée du contexte. C est le savoir général sur le monde (langue, concepts, catégories, règles, faits historiques..) C est l accumulation d épisodes identiques qui, répétés, finissent par former une connaissance détachée de son contexte : cette connaissance devient alors générique. Système Episodique La mémoire épisodique ou contextuelle est de nature autobiographique avec aspect temporo-spatial (c était quand? C était où?) très fort. Le souvenir n est récupérable qu avec son contexte de survenue (spatial ou temporel). Un même évènement vécu par 2 spectateurs va être enregistré dans deux contextes différents ce qui fait la spécificité de cette mémoire.

6 Evaluation du système épisodique Système épisodique Mémoire Rétrograde Autobiographique Mémoire Antérograde

7 La mémoire Rétrograde Autobiographique 2 composantes Une année, nous avons recueilli un chien abandonné Ce jour là il faisait un temps splendide, nous étions sur la plage en compagnie de ma cousine qui portait un joli chapeau de paille. Tous les ans nous partions en vacances au mois d août à St Malo.notre location se situait rue Levavasseur.. Sémantique Personnelle Episodique Pur La mémoire Antérograde Son déclin est rare et la trace est forte par le niveau de traitement en profondeur. Plusieurs aspects : l apprentissage le stockage la récupération la reconnaissance

8 Présentation des différentes épreuves mnésiques 1) Système Episodique Mémoire Rétrograde Autobiographique Mémoire Antérograde 2) Système Sémantique

9 Le système épisodique Les épreuves de Mémoire autobiographique AMI, Kopelman et al TEMPau, Piolino et al. 2000

10 Evaluation du Système Episodique Mémoire Rétrograde Autobiographique Quelles questions peut-on être amené à se poser? Quel est le gradient temporel? dissociation entre les souvenirs purement épisodiques et sémantiques personnels? confabulation? dyschronologie?

11 Les épreuves de Mémoire Rétrograde Autobiographique Recherche d une dissociation épisodique/sémantique personnelle Etude précise de l aspect purement épisodique Recherche d un gradient temporel précis Questionnaire de Kopelman TEMPau TEMPau

12 AMI ou Questionnaire de Kopelman Présentation Évaluation de 3 périodes de la vie : Section 1 : Enfance (à partir de l âge de 6 ans) Connaissances sémantiques personnelles Evènements autobiographiques Section 2 : Début de l âge adulte Connaissances sémantiques personnelles Évènements autobiographiques Section 3 : Vie récente Connaissances sémantiques personnelles Evènements autobiographiques Kopelman MD The autobiographical memory interview (AMI) in organic and psychogenic amnesia. Memory, 2,

13 Questionnaire de Kopelman Pour chaque tranche de vie, des détails sont demandés : Les dates des diplômes, du mariage, de la naissance des enfants, Le nom de camarades de classes, de professeurs L adresse du domicile, de l école Noms d amis, de collègues, de témoins de mariage, Deux vérifications possibles : Contrôle par un membre de la famille (biais des tranches de vie) Contrôle par une nouvelle passation du questionnaire à 15 jours d intervalle (bonne indice pour les confabulations)

14 Questionnaire de Kopelman Propriétés Deux types de souvenirs sont évalués : Connaissances sémantiques personnelles (dates, noms, adresses, etc...) Évènements purement autobiographiques Limites Gradient temporel imprécis pour les sujets âgés Effet plafond chez les sujets normaux Questions trop variables selon les tranches de vie

15 TEMPau, Piolino et al périodes d encodage 4 thèmes de rappel de périodes ans ans > 30 ans 5 dernières années derniers mois 8 items spécifiques pour cette dernière période : - Noël - Été - mois dernier - semaine dernière - avant-hier - dernières heures une rencontre événement scolaire puis professionnel Déplacement ou voyage Evènement familial

16 TEMPau Propriétés Exploration précise des aspects purement épisodiques avec appréciation de l état de conscience : Jugement «Se souvenir» ou «conscience autonoétique» : Récupération consciente de l apprentissage avec l ensemble des détails contextuels (perception, émotions,) Jugement «Savoir» ou «conscience noétique» : sentiment de familiarité, de connaître sans récupérer le contexte d apprentissage Le TEMPau est basé sur un modèle cognitif (Modèle de Conway, 1992) Méthodologie plus rigoureuse : Vérification plus précise des souvenirs par un rappel indicé dans un ordre chronologique aléatoire Mêmes thèmes abordés pour chaque tranche de vie Normes disponibles

17 Problèmes posés par l évaluation de la Mémoire Autobiographique L analyse des résultats n est pas simple, elle nécessite d avoir un contrôle dans l entourage pour valider les données (tout en sachant qu il sera parfois nécessaire d avoir plusieurs contrôles selon les périodes de vie explorées) ou refaire passer le questionnaire à distance L accès direct aux souvenirs autobiographiques purement épisodiques d autrui est quasiment impossible.

18 Le système épisodique Les épreuves de Mémoire Antérograde Echelle de Mémoire MEM III RL/RI 16 items Test d apprentissage de Californie

19 Evaluation de la mémoire antérograde Quelles questions peut-on être amené à se poser? Quels sont les processus mnésiques touchés? 1. Encodage 2. Stockage 3. Récupération Existe-il une dissociation visuo-verbale?

20 Les étapes de la mémorisation Stimulus Encodage Mémoire à CT Stockage ou Consolidation mémoire à LT Récupération Accès aux informations stockées Rappel du stimulus

21 Les épreuves de Mémoire antérograde Recherche d une dissociation visuo-verbale Distinction Stockage/EncodageRécupération Recherche de troubles subtils, aspects dysexécutifs de la mémoire Echelle clinique de Mémoire MEM III Test de Grober & Buschke Test d apprentissage de Californie

22 Échelle clinique de Mémoire MEM III Référence Bibliographique Wechsler, D. Échelle clinique de mémoire de Wechsler-3ème édition. ECPA Présentation Echelle composite de 11 Subtests dont 5 sont optionnels permettant le calcul de 8 indices : Indice Indice Indice Indice Indice Indice Indice Indice de Mémoire immédiate (I. auditif Im. + I. visuel Im.) auditif immédiat visuel immédiat de Mémoire Générale (I.auditif Dif. + visuel Dif.+ recon. Aud. Dif) auditif différé visuel différé de reconnaissance auditive différée de Mémoire de travail

23 Échelle clinique de Mémoire MEM III Propriétés Evaluation de l encodage, du stockage et de la récupération. Intérêt pour mettre en évidence des dissociations : - visuo/verbale - court terme/long terme Bon étalonnage : 12 tranches d âge de 16 à 86 ans Bon outil d évaluation dans le cadre des expertises médico-légales. Limites Durée de passation très longue (2 h) non adaptée à la pratique courante type consultation de Mémoire.

24 Les étapes de la mémorisation évaluées par le MEM III Indice de Mémoire Générale Indice auditif différé Indice visuel différé Indice de reconnaissance auditive verbale Encodage Indice de Mémoire Immédiat Indice auditif immédiat Indice visuel immédiat Stockage Indice de reconnaissance auditive verbale reconnaissance Récupération

25 Reconnaissance de visages MEM III Présentation Présentation de 24 visages un par un pendant 2 sec. Visages d adultes, d enfants, représentatifs de toutes les cultures (contrairement à l épreuve de Warrington). Reconnaissance immédiate sur une série de 48 visages présentés un par un (avantage par rapport à l épreuve de Warrington qui imposait du choix multiples d où un effet plafond). Le stockage à long terme est évalué par une nouvelle épreuve de reconnaissance après 30 minutes de délai.

26

27

28

29 Reconnaissance immédiate

30

31

32

33

34

35

36 Short Recognition Memory test for faces

37 Short Recognition Memory test for faces

38 RL/RI 16 items (Van der Linden et al., 2004) 4 planches de 4 mots = 16 items

39 Spécificité de la procédure Dites moi et montrez moi quel est le vêtement Dites moi quel était le vêtement Encodage renforcé Encodage contrôlé Encodage sémantique et visuo-spatial RIM La profondeur de l encodage facilite le rappel différé (Craik & Locart, 1972) Chaque mot non rappelé immédiatement est systématiquement reproposé jusqu à réussite de l encodage.

40 RL/RI 16 items (Van der Linden et al.,2004) Deux composantes dans l évaluation Frontale Hippocampique Etapes d encodage & de récupération Etape de Stockage Mesurées par : Mesurées par : - Rappel indicé immédiat - Réactivité aux indices -Rappel libre - Rappel différé

41 Déficit de la mémoire verbale de type hippocampique Identification 16 / 16 Rappel indicé immédiat 16 / 16 Rappel libre 12 / 48 (5+3+4) Rappel total (libre + indicé) 24 / 48 (7+9+8) Réactivité à l indiçage 33 % Intrusions 24 Rappel libre différé 2 / 16 Rappel total différé 6 / 16 Intrusions 12 Reconnaissance 15 / 16 Fausse reconnaissance 1 Discrimination 96%

42 Profil mnésique des patients MA probable à différents stades (Tounsi et al., 1999) Test de Gröber & Buschke Sujets témoins Age moyen = 70.8 NC (années) = 10.8 Patients MA MMS > 25 Patients MA MMS Patients MA MMS Rappel indicé immédiat /16 15,85 (0,36) 12,71 (2,12) 11,53 (2,75) 9,12 (3,63) Rappel libre 3 essais /48 30,15 ( 4,01) 7,84 (5,14) 7,58 (5,51) 4,42 (3,39) Total des rappels libres + indicés /48 46,9 (1,12) 28,29 (9,21) 26,40 (8,65) 17,88 (9,63) Réactivité aux indices de rappel % 94,0 (7,2) 52,7 (19,4) 47,4 (16,9) 31,5 (19,2) 1,82 (2,99) 23,9 (18,0) 20,8 (14,5) 26,5 (20,9) ,84 87,25 82,7 Intrusions % Discrimination %

43 Définition du sd amnésique de type hippocampique (Dubois et Albert, 2004) Rappels libres pauvres malgré un bon encodage des informations (encodage renforcé et contrôlé) Rappels totaux (libre + indicé) déficitaires en raison d une aide inefficace ou insuffisante de l indiçage Nombreuses intrusions Atteinte des capacités de reconnaissance (fausses reconnaissances)

44 RIM Spécificité de la procédure Rappel libre = x / 16 Avec indices = x / 16 Rappel libre = x / 16 Avec indices = x / 16 Rappel libre = x / 16 Avec indices = x / 16 Total rappel libre = x / 48 Total RL+RI = x / min Rappel libre différé = x / 16 Avec indice différé = x / 16

45 Les étapes de la mémorisation évaluées par le RL/RI 16 items Rappel total 3 essais Réactivité aux indices de rappel Rappel différé total (consolidation) Encodage Rappel indicé Immédiat Stockage Récupération Rappel libre/rappel indicé Reconnaissance

46 Test de RL/RI 16 items Propriétés seule épreuve proposant le contrôle strict de l encodage L indiçage catégoriel proposé pour les mots non rappelés permet de distinguer un trouble du stockage d un trouble de la récupération Présence d une forme parallèle permettant le suivi épreuve adaptée aux démences légères corticales et sous corticales Etalonnage disponible : ans Limites probable effet plafond pour les hauts niveaux culturels épreuve peu sensible aux troubles mnésiques discrets (forme 48 items à privilégier) Le renforcement de l encodage ne permet d évaluer les capacités d encodage spontané (aspect plus écologique)

47 Le test d apprentissage de Californie Delis,DC, Kramer, JK, Kaplan, E, et al. The California verbal learning test, Research Ed. New York: Psychological Corporation, Adaptation française réalisée par B. Deweer (publication prochaine prévue aux ECPA)

48 Test d apprentissage verbal de Californie Une liste de course est à mémoriser «la liste de courses du Lundi» - 16 mots de 4 catégories sémantiques différentes (non précisé au patient) sont présentés comme liste de course du Lundi (A) à mémoriser sur 5 essais de rappels libres - apprentissage d une liste interférente (liste B de course du mardi) de 16 mots de 4 catégories sémantiques différentes dont 2 communes à celle du Lundi (non précisé au patient) - rappel à court terme de la liste du Lundi en libre et en indicé rappel à long terme (20 de délai) de la liste du Lundi en libre et en indicé - - reconnaissance sur choix multiples (mots de la liste B, prototypes de catégories sémantiques liste A, phonétiquement similaires, neutres)

49 Test d apprentissage verbal de Californie Liste du Lundi Tenailles Raisin Veste Cannelle Abricots Muscade Cravate Perceuse Ciboulette Mandarines Burin Manteau Romarin Prunes Rabot Gilet Liste du Mardi Marmite Framboise* Merlan Citron* Louche Persil* Cabillaud Estragon Ananas* Rouget Passoire Paprika* Cerises* Limande Cumin* spatule

50 Test d apprentissage verbal de Californie Propriétés Évaluation des différents aspects de la mémoire : Courbe d apprentissage mise en place de stratégies de regroupements sémantiques et/ou sériels sensibilité à l interférence proactive efficacité de l indiçage consolidation à long terme capacités de discrimination très sensible aux troubles mnésiques discrets liés à un trouble dysexécutif Limites non adapté aux troubles mnésiques sévères pour son effet plancher non adapté aux petits niveaux culturels Absence de formes parallèles en français Etalonnage de 13 à 89 ans sur 7 tranches d âges. Publication prochaine de B. Deweer.

51 Les étapes de la mémorisation évaluées par test d apprentissage verbal de Californie Rappel total 5 essais Rappel indicé différé (consolidation) Encodage Non contrôlé Essai 1 liste Lundi Stockage Rappel indicé à court terme et à long terme Reconnaissance Récupération

52 Les épreuves de mémoire sémantique Appariements de mots et d images Dénomination et identification d objets et de visages célèbres Fluences verbales

53 Les 2 grandes voies de traitement visuel Ungerlieder & Mishkin, 82 Voie Ventrale occipito-temporale ou Voie du What Accès aux savoirs généraux sur les objets imagerie visuelle nécessaire Voie Dorsale occipito-pariéto-frontale ou Voie du Where Accès aux représentations liées à la fonction ( représent-actions des gestes et de l utilisation des objets)

54 Les 2 grandes voies de traitement visuel Ungerlieder & Mishkin, 82 Reconnaissance d objets vivants Reconnaissance d objets manufacturés Voie ventrale & dorsale voie ventrale Différence entre un vase et une cruche différence entre tigre et lion Nécessité d un accès à la fonction en complément de la visualisation Nécessité d une visualisation

55 Les 2 grandes voies de traitement visuel Ungerlieder & Mishkin, 82 Catégories de vivants: Aspect perceptif important (différence entre un lion et un tigre par exemple), nécessité d un discrimination visuelle. Catégories des non vivants: la fonction est plus importante que la visualisation (différence entre un couteau et une hache par ex).

56 Evaluation du système sémantique Quelles questions peut-on être amenés à se poser? S agit-il d un trouble de l accès aux connaissances sémantiques? S agit-il d une atteinte du stock des connaissances sémantiques? Si oui, s agit-il d une atteinte dépendant de la modalité? L atteinte est-elle évocatrice d une atteinte temporale G ou D ou bilatérale? Existe-t-il un déficit catégorie-spécifique?

57 Les épreuves de Mémoire Sémantique Distinction atteinte temporale Gauche/Droite Distinction Atteinte du stock/défaut d accès Recherche d une dissociation visuo-verbale Recherche d un défaut catégorie spécifique Identification de visages célèbres Identification d objets Appariement mots/définitions, fluences Appariements images/dénomination Appariements de mots Appariements d images Fluences verbales Dénomination d images Dessins de mémoire

58 Fluences verbales Intérêt pour mettre en évidence un déficit catégorie spécifique. Donc ne pas se limiter à des grandes catégories mais également à des sous catégories. Exemples (batterie J;Hodges) - 3 catégories d animaux (animaux terrestres, marins, oiseaux) - 3 catégories d objets manufacturés (objets ménagers, véhicules, instruments de musique)

59 Reconnaissance de visages célèbres Thèse de S. Belliard, 2004 Batterie de visages célèbres adaptée de David et al., 1999 Présentation 20 visages célèbres et 20 visages inconnus sont présentés 7. Jugement de familiarité (décision connu/inconnu) 8. Identification par questionnaire Propriétés Sensible à l atteinte temporale externe droite Jugement de gravité du trouble (familiarité respectée ou non) Bonne distinction Anomie/perte des connaissances sémantiques Limites - Epreuve nécessitant une mise en jour régulière des visages choisis et des normes pour chacun d eux très dépendant de l actualité

60 Décision de familiarité (Belliard, 2004)

61 Questionnaire sémantique (Belliard, 2004) 1) Est -il mort ou vivant? mort vivant JSP 2) Quelle est sa nationalité? française anglaise belge 3) Quelle est sa profession : politicien présentateur chanteur 4) Quel événement a marqué sa vie? le décès d un de ses fils le décès de sa femme cancer de la prostate

62 BATTERIE SEMANTIQUE DU GRESEM Sophie Auriacombe, Serge Belliard, Annik Charnallet, Valérie Hahn-Barma, Helgard Kremin, Nicolas Le Carret, Béatrice Lemesle, Sandrine Le Moal,Florence Mahieux, Olivier Moreaud, Danièle Perrier-Palisson, François Sellal, Hervine Siegwart

63 1. Dénomination d images Déno100 adaptée 20 objets vivants 20 objets manufacturés 2. Questionnaire sémantique concernant les images de la déno40: Sur entrée verbale Sur entrée visuelle 3. Appariements sémantiques (40 images) Sur entrée verbale Sur entrée visuelle

64 BATTERIE GRESEM DENOMINATION DE 40 IMAGES 20 VIVANTS 20 NON VIVANTS

65

66

67

68

69 BATTERIE GRESEM QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE SUR LES 40 IMAGES ENTREE MOTS ENTREE IMAGES

70 ENTREE VERBALE ENTREE VISUELLE SCIE QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE Est-ce que c est utilisé par les coiffeurs Est-ce que ça s utilise dans la cuisine Est-ce que ça a une partie est en métal Est-ce que ça sert à étaler du plâtre Est-ce que certains modèles sont électriques Est-ce que ça sert à couper du bois O O O O O O N N N N N N

71 ENTREE VERBALE ENTREE VISUELLE ARROSOIR QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce un ustensile de cuisine que ça peut être en plastique qu on s en sert pour faire les courses que ça contient de l eau que ça sert à faire le thé que c est utile pour les fleurs O O O O O O N N N N N N

72 ENTREE VERBALE ENTREE VISUELLE ANANAS QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce qu on peut manger sa peau que c est rouge que ça pousse dans les pays chauds que c est apprécié aussi pour son jus que ça a un noyau que ça se découpe en tranches O O O O O O N N N N N N

73 ENTREE VERBALE ENTREE VISUELLE LEZARD QUESTIONNAIRE SEMANTIQUE Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce Est-ce que que que que que que ça aime le soleil c est dangereux ça a des poils ça vit dans l eau ça vit en France c est rapide O O O O O O N N N N N N

74 BATTERIE GRESEM APPARIEMENTS SEMANTIQUES POUR LES 40 IMAGES 20 MOTS 20 IMAGES

75 LEZARD LUNE SOLEIL

76 SCIE GATEAU BRANCHE

77 ARROSOIR FLEUR CACTUS

78 ananas râpe couteau

79 Présentation de cas Mme P V. Hahn-Barma Centre de Neuropsychologie & du Langage Hôpital de la Salpêtrière

80 Mme P. (1) Mme P. est âgée de 57 ans, droitière, de niveau CEP. Mariée, 2 enfants. Elle est secrétaire à mi-temps dans une entreprise de maçonnerie. La patiente se plaint de sa mémoire et plus particulièrement de ne plus maîtriser le sens des mots, d oublier les noms propres. Ces troubles sont apparus il y a trois ans suite à une Anesthésie Générale en 1998 et s aggraveraient progressivement d après la patiente et son époux. La patiente est parfaitement autonome et conserve son activité professionnelle.

81 Mme P. (2) ATCD personnels : aucun ATCD familiaux : sa mère a présenté une maladie d Alzheimer Examen neurologique : normal Scanner cérébral : Atrophie Temporale Gauche

82 Mme P

83 Mme P

84 Mme P. (3) Son discours est fluent, elle répète à plusieurs reprises et avec une certaine anxiété qu elle continue à travailler, à faire son ménage, sa cuisine et du jardinage. Elle présente des troubles de la compréhension tout au long de l entretien ; se montre perplexe face à certains mots, demandant ce que le mot signifie insistant sur le fait qu avant elle savait ce que cela voulait dire. A l entretien son discours reflète l intégrité de son système Épisodique. Elle donne beaucoup de détails sur ses activités quotidiennes, sur ses enfants et petits enfants. Elle est parfaitement orientée dans le temps et dans l espace.

85 Mme P. (4) Efficience Cognitive Globale MMS = 25/30 (perd des points dans la sphère auditivo-verbale) Orientation temporo-spatiale : 9/10 Mémoire Système mnésique épisodique (voir vidéo) Mémoire rétrograde autobiographique : 5/5

86 Mme P. (5) Mémoire Antérograde Mémoire à court terme en modalité verbale Encodage déficitaire aux 3 mots du MMS : 1/3 Empans chiffrés direct : 5 inversé : 4 En modalité visuelle : Empans visuo-spatiaux direct :5 inversé : 5 Reconnaissance des 25 visages de Warrington : 21/25 Mémoire épisodique à long terme en modalité verbale Apprentissage des 3 mots du MMS : Rappel des 3 mots : 2/3 Rappel différé des 3 mots : 3/3 (donne la fonction mais pas le mot : cigare = je ne fume jamais) en modalité visuelle Rappel de la figure de Rey : Type III, 13,5/36

87 Mme P. (6) Système sémantique Connaissances didactiques Automatismes verbaux : 1/40 Stock lexical Vocabulaire de Binois-Pichot : 2/44 Définitions de mots : échec mais aide possible par le système épisodique (abeille = cire d abeille, araignée = toile d araignée) Appariement sémantique de mots PTT : 13/20 Lecture de mots irréguliers : dyslexie de surface Dictée de mots irréguliers : dysorthographie de surface Fluence verbale : très pauvre Animaux : 7 (réduction aux animaux comestibles) Animaux terrestres : 8 (animaux comestibles + oiseaux) Animaux marins : 7 (poissons comestibles + fruits de mer) Fruits : 8 ; Fleurs : 5 ; véhicules : 6 ; S : 2

88 Mme P. (7) Connaissances concernant les visages célèbres Dénomination de visages célèbres : 3/35 Identification de visages célèbres : 16/35 Connaissances concernant les couleurs Dénomination de couleurs : normale Reconnaissance d attributs couleurs : 20/23 (cygne orange, camion de pompiers jaune ou bleu, pingouin noir & rouge) Évocation d attributs couleurs : 8/18 Connaissances concernant les objets Dénomination d images : 8/35 Identification des images : 16/35

89 Mme P. (8) Connaissances concernant les objets (suite) Dessins sur commande : déficit catégorie-spécifique Non vivants : bonne préservation des objets usuels Vivants : atteinte spécifique de cette catégorie même pour les animaux courants Appariement sémantique PTT : 16/20 Connaissances concernant le geste (système sémantique de l action) Imitation de gestes réflexifs : normaux Gestes symboliques : échec en évocation et en reconnaissance mais pas en imitation Pantomimes : normaux

90 Mme P.(9) Dessins sur commande d objets non vivants

91 Mme P. (10) Dessins sur commande d objets vivants

92 Mme P. (11) Activités visuo-spatiales Copie de la figure de Rey : normale Activités visuo-perceptives Reconnaissance de couleurs : normale Appariement de visages de Benton : normal copie d une figure complexe Rey : normale Fonctions exécutives BREF = 9/18 Similitudes : 0/3 Fluence verbale : 0/3 Comportement de préhension : 0/3 Séquences motrices : 3/3 Consignes conflictuelles : 3/3 Go no go : 3/3

93 Mme P. (12) Conclusion du bilan neuropsychologique Profil neuropsychologique d une démence sémantique : Atteinte du système mnésique sémantique au premier plan : Atteinte du stock des connaissances sémantiques sur entrée verbale et visuelle : Réduction du stock lexical Réduction des connaissances didactiques Agnosie associative concernant les objets, les couleurs et les visages célèbre Atteinte du système sémantique de l action Préservation du système épisodique Préservation des activités praxiques et visuo-perceptives Syndrome dysexécutif non associé à une anosognosie.

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme.

Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme. Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme. Présentation du test: La méthode consiste à lire et à faire répéter à plusieurs reprises au sujet examiné une série de 15 mots

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Logiciel de français permettant de différencier les parcours. PRESENTATION DE L OUTIL http://www.jocatop.fr Logiciel commercial : Prix 188 Configuration requise : Fonctionne

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

La ou les mémoire(s) et les troubles d apprentissage Une approche neuropsychologique

La ou les mémoire(s) et les troubles d apprentissage Une approche neuropsychologique La ou les mémoire(s) et les troubles d apprentissage Une approche neuropsychologique L amygdala : La «rencontre des souvenirs et du désir» Le striatum (ganglions de la base) Mémoire «procédurale» L hippocampe:

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009 Coordonnateur : Coordonnateurs : Philippe AZOUVI et Jean-Michel MAZAUX

Plus en détail

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Permis de conduire et maladie d Alzheimer Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Introduction Conduite automobile : Tâche complexe à forte exigence cognitive Liberté

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail.

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. Questions : - Comment définir la mémoire? Quelles sont les fonctions

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image Degré : 4P «Sous l océan» Buts Donner une intention précise à son œuvre Distinguer les couleurs chaudes des couleurs froides Appliquer les couleurs en fonction de son intention Associer un sentiment ou

Plus en détail

APPLICATIONS THERAPEUTIQUES

APPLICATIONS THERAPEUTIQUES APPLICATIONS THERAPEUTIQUES I) PREVENIR LES TROUBLES ORTHOPEDIQUES : REALISER LES INSTALLATIONS DE CONFORT. Recueil des données cliniques. Recensement des indications et contre-indications particulières

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas Alexia FEUILLET Psychologue spécialisée en neuropsychologie Service de neuropsychologie CRRF Sainte Barbe 4 rue d Artois 62740

Plus en détail

De la méthodologie à l interprétation

De la méthodologie à l interprétation Le bilan neuropsychologique dans les troubles des apprentissages De la méthodologie à l interprétation E. PEIFFER D. LASSUS-SANGOSSESANGOSSE Neuropsychologue Centre de Diagnostic des Troubles du Langage

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS

LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS TROUBLES D ATTENTION L attention, un concept hétérogène Attention spatiale Attention générale (non spatiale) Soutenue Réaction d alerte Attention

Plus en détail

MIYAKE (2000 ( ) inhibition flexibilité iibilité mise à j mise à our j

MIYAKE (2000 ( ) inhibition flexibilité iibilité mise à j mise à our j Évaluation et rééducation du syndrome dysexécutif en ergothérapie Taillefer C Picq C, Chevignard M, Pradat-Diehl P Service de MPR ; secteur d ergothérapie Hôpital de la Salpêtrière Paris. Fonctions exécutives

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Le comportement verbal

Le comportement verbal Le comportement verbal Charlotte GAMARD Orthophoniste - Formatrice Colloque Autisme Dijon 1-2 - 3 avril 2015 Plan Historique et définition de l ABA Le courant ABA-VB Les opérants verbaux : définitions

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE?

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE? Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 3 www.optigede.ademe.fr CONSTRUIRE UNE ET ELABORER UN NAIRE? Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités locales

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog. L ergonomie au service du développement de l enfant Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.fr 1. La cadre théorique de la réflexion proposée 2. Quelles connaissances

Plus en détail

Comment faire passer un message

Comment faire passer un message Comment faire passer un message 1 Les Outils Pédagogiques Un cours en salle Le tableau Le rétroprojecteur Le matériel à présenter Un cours dans l eau La démonstration La découverte, les jeux L ardoise

Plus en détail

Vivre avec le syndrome de Korsakoff

Vivre avec le syndrome de Korsakoff Vivre avec le syndrome de Korsakoff Informations à l usage du patient et de son entourage Mai 2006 Editeurs Responsables : Francis PITZ et Benoît LECOMTE Rue saint-hubert, 84 5100 Dave 1 Ce fascicule a

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Pierre Mounoud Mars 2008 Problématique Ce projet a débuté en l an 2000. Les recherches réalisées portent sur l étude des principaux

Plus en détail

Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie

Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie Software technologies for integration of process and data in medical imaging Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie Bénédicte

Plus en détail

Spécial Tablette. Spécial Tablette. Rentrez dans l ère tactile. nouveau! Le must * de la rééducation sur tablette tactile Android

Spécial Tablette. Spécial Tablette. Rentrez dans l ère tactile. nouveau! Le must * de la rééducation sur tablette tactile Android Spécial Tablette nouveau! Rentrez dans l ère tactile EnfantsAdolescents AdultesPersonnesÂgées CabinetDomicileEtablissement PratiqueRapideMotivant ErgonomiqueCoordination DésignationAccessibilité Spécial

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture Mécanismes cérébraux de la lecture Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Second Cours Vers une physiologie de la lecture Résumé du premier cours et plan du second cours La lecture

Plus en détail

Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies?

Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? Analyse Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? À découvrir dans cette analyse Sans motivation, il n y a pas d apprentissage. Et l un des

Plus en détail

Conduite automobile : aspects neuropsychologiques

Conduite automobile : aspects neuropsychologiques Journée d automne de la Société Gérontologique de Normandie 26 septembre 2013 - Cléon Conduite automobile : aspects neuropsychologiques Marie-Laure Bocca Maître de Conférences INSERM U1075 - Université

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants 1 DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants Département de la formation de la jeunesse et de la culture 2 3 Chères enseignantes, chers enseignants, Dans le

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture Les tests utilisés par les RH : le D5D et le Big Five Extraversion Agréabilité Stabilité émotionnelle Conscience Ouverture Renvoie à la quantité et à l intensité des relations avec l environnement, elle

Plus en détail

Manuel. d utilisation. Spécial Praxies. Les métiers. orientés praxies. TVneurones. Jeux de stimulation cognitive, Isabelle Eyoum Orthophoniste

Manuel. d utilisation. Spécial Praxies. Les métiers. orientés praxies. TVneurones. Jeux de stimulation cognitive, Isabelle Eyoum Orthophoniste TVneurones Les métiers TVneurones les métiers Logiciel conçu avec Isabelle Eyoum Orthophoniste Spécial Praxies Jeux de stimulation cognitive, orientés praxies Manuel d utilisation Editions Créasoft Filiale

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES 2015 MATERNELLES CYCLE I / PS - MS ESSOURCES PÉDAGOGIQUES Introduction Je découvre par les sens MODULES À DÉCOUVRIR PENDANT LA VISITE La Cité des enfants de Vulcania est un lieu d éveil, de découvertes

Plus en détail

Anglais intensif Préparation au TOEIC

Anglais intensif Préparation au TOEIC ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE PROJETS ECOLOGIQUES - ADPE Centre de Formation Professionnelle Association loi 1901 contact@association-adpe.com Programme Pédagogique Anglais intensif Préparation au TOEIC

Plus en détail

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation Rééducation du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR Hopital R Poincaré, Garches Importance de la rééducation des fonctions exécutives Conséquences graves des déficits exécutifs dans la vie

Plus en détail

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial)

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) F Portet CMRR CHU de Montpellier (J Touchon) et Inserm U 888 Promoteur : CHU Toulouse (B Vellas) MAPT : objectif principal évaluer l efficacité d une

Plus en détail

Document à l attention de l enseignant Grande section

Document à l attention de l enseignant Grande section ÉCOLE : CLASSE : Numéro confidentiel de saisie : Document à l attention de l enseignant Grande section Passation 1 Évaluations «prévention de l illettrisme» - 31-2010-2011 Présentation générale Dans le

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 21 VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 22 PROJET I : Séquence 3 ORAL (Réception) Compréhension orale : Activité d écoute : 1 ère fiche pédagogique L objectif de cette séance est

Plus en détail

Lhopitault Aurora PES 09 février 2011. Unité d apprentissage : Les fruits. Unité d apprentissage : les fruits séance 1

Lhopitault Aurora PES 09 février 2011. Unité d apprentissage : Les fruits. Unité d apprentissage : les fruits séance 1 Lhopitault Aurora PES 09 février 2011 Unité d apprentissage : Les fruits Niveau : MS Domaine : Découvrir le monde Objectif : Découvrir le vivant : les fruits Organisation : 2 groupes 8 élèves/7 élèves

Plus en détail

Logiciels ORTHOMOTUS (PC)

Logiciels ORTHOMOTUS (PC) ORTHOMOTUS (PC) Tapavu? Thibault Marie-Pierre, Lenfant Mickaël, Helloin Marie-Christel Ce logiciel a pour objectif de stimuler les fonctions attentionnelles et visuo-perceptives chez les enfants. Il se

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Traitements du syndrome dysexécutif

Traitements du syndrome dysexécutif Traitements du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR, Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles-Saint-Quentin Plan Stratégies de restauration Résolution de problèmes Aspects

Plus en détail

Nom et coordonnées des personnes qui fourniront des lettres de recommandations :

Nom et coordonnées des personnes qui fourniront des lettres de recommandations : FORMULAIRE D INSCRIPTION À L INTERNAT EN PSYCHOLOGIE POUR LES MILIEUX DE LA RÉGION DE QUÉBEC Prénom Nom de famille Adresse Téléphone (1 seul numéro)* Courriel (1 seule adresse)* *Coordonnées pour vous

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

03/11/2009. Intérêts du bilan neuropsychologique. La demande, différentes situations

03/11/2009. Intérêts du bilan neuropsychologique. La demande, différentes situations Le cadre Bilan neuropsychologique auprès des étudiants dyslexiques du centre de santé inter universitaire de Grenoble Présentation du protocole utilisé Formation BALE - 27 octobre 2009 Travail en collaboration

Plus en détail

Equilibrer les 4 domaines d apprentissage. laetitia.seyfried@ac-strasbourg.fr

Equilibrer les 4 domaines d apprentissage. laetitia.seyfried@ac-strasbourg.fr Equilibrer les 4 domaines d apprentissage 4 domaines Identification et production de mots Compréhension de textes Production de textes Acculturation au monde de l écrit Vers un équilibre possible Acculturation

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

La conduite automobile chez les sujets âgés

La conduite automobile chez les sujets âgés La conduite automobile chez les sujets âgés Des conducteurs de plus en plus âgés Le taux de motorisation des ménages augmente 30% en 1960 80% actuellement En 1960: 10% des conducteurs avaient plus de 60

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Université de Mons UMONS Institut d Administration Scolaire. Direction Générale des Enseignements

Université de Mons UMONS Institut d Administration Scolaire. Direction Générale des Enseignements Ce fascicule a été réalisé dans le cadre d une recherche-action commanditée par la Province de Hainaut intitulée «Implémentation de l approche orientante au sein de l enseignement secondaire provincial».

Plus en détail

François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle. Liste des 24 catégories de connaissances et compétences à développer

François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle. Liste des 24 catégories de connaissances et compétences à développer Programme par Cœur François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle Trousse de consolidation des connaissances et compétences scolaires Attention, mémoire, raisonnement, stratégies, habiletés linguistiques

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens.

LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. Les cinq sens cycle 2 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. PROGRESSION GENERALE Séance n 1 : Recueil

Plus en détail

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES Nom... Prénom... Date de naissance... Note aux parents Le livret personnel de compétences vous permet de suivre la progression des apprentissages de votre enfant à l école et au collège. C est un outil

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

Sémiotique des Nouveaux Médias

Sémiotique des Nouveaux Médias Sémiotique des Nouveaux Médias Les Sites Web. Description Conception Spécification d une maquette Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)

Plus en détail

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT DIPLOME UNIVERSITAIRE - PARIS DIDEROT PROGRAMME COMPLET 2015-2016 VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT Vision, perception & action chez l'enfant ayant des troubles développementaux Responsables pédagogiques

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

ACCUEIL EN CENTRE DE LOISIRS ENFANT PORTEUR DE HANDICAP

ACCUEIL EN CENTRE DE LOISIRS ENFANT PORTEUR DE HANDICAP ASSOCIATION DES CENTRES DE LOISIRS 11 avenue Jean Perrot - 38100 GRENOBLE Tél. : 04 76 87 76 41 - Fax : 04 76 47 52 92 E-mail : secretariat@acl-grenoble.org Site Internet : http://www.acl-grenoble.org

Plus en détail

EN GUISE D INTRODUCTION

EN GUISE D INTRODUCTION EN GUISE D INTRODUCTION "Nous sommes ce que le regard des autres fait de nous. Quand le regard des autres nous méprise, nous devenons méprisables. Et quand le regard des autres nous rend merveilleux, eh

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES DE QUOI PARLE-T-ON? A l heure actuelle, la maladie d Alzheimer est une pathologie dont on ne guérit pas! Mais absence de traitement curatif ne veut pas

Plus en détail

Quelques tests utiles pour le dépistage. des troubles cognitifs. chez les personnes infectées par le VIH

Quelques tests utiles pour le dépistage. des troubles cognitifs. chez les personnes infectées par le VIH Quelques tests utiles pour le dépistage des troubles cognitifs chez les personnes infectées par le VIH 1. Evaluation du Niveau Socio-culturel 2. Auto-questionnaire de difficultés cognitives de Mac Nair

Plus en détail

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT 1) Observation des applications sur la tablette numérique Nom de l application Contenu Remarques ABC

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Je vous mets au défi de réaliser un jardin sensoriel facilement transportable (Cycle 1)

Je vous mets au défi de réaliser un jardin sensoriel facilement transportable (Cycle 1) Je vous mets au défi de réaliser un jardin sensoriel facilement transportable (Cycle 1) Réponse apportée par une classe de PS-MS de l école maternelle du Gué d Alleré, à travers un projet mené au cours

Plus en détail