LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS"

Transcription

1 LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS

2 TROUBLES D ATTENTION

3 L attention, un concept hétérogène Attention spatiale Attention générale (non spatiale) Soutenue Réaction d alerte Attention sélective concentrée divisée Attention automatique / controlée

4 Attention, lenteur et fatigabilité cognitive Toutes les lésions cérébrales s accompagnent d un déficit attentionnel plus ou moins spécifique Attention et vitesse de traitement de l information (speed processing) : traiter vite consomme de l attention. Donc - fatigabilité cognitive = déficit attentionnel - lenteur, ralentissement = déficit attentionnel

5 ATTENTION ET TRAUMATISME CRANIEN

6 Les troubles d attention sont significativement associés aux difficultés sociales des traumatisés crâniens Mazaux et al 1997

7 Le traumatisme crânien altère certaines composantes de l attention Attention spatiale Attention générale (non spatiale) Soutenue Réaction d alerte Attention sélective concentrée divisée Attention automatique / controlée Vitesse de traitement et rendement cognitif Mathias & Wheaton 2007

8 ATTENTION SELECTIVE Capacité à ignorer des distracteurs (habituation) Concentrée ou divisée Clinique : distractibilité, difficultés à se concentrer sur une tâche ou à la finir, fatigabilité, lenteur

9 Attention concentrée (focused): une seule tâche, et / ou un seul type de distracteurs Evaluation : tests de Stroop, de Zazzo, temps de réaction et de décision, Batterie TEA (Zimmermann et Fimm) Récupère en général après un traumatisme crânien

10 Attention divisée Capacité à partager l attention pour faire plusieurs choses en même temps Clinique : difficultés à faire 2 choses à la fois, conduite automobile ++ Evaluation : tâches doubles, TR simultanés, PASAT, Codes DSST de Wechsler. N-back, Batterie TEA Trouble presque constant dans le TBI

11 Attention automatique et attention contrôlée Schneider & Shiffrin: les processus contrôlés consomment de l attention. Norman & Shallice : activités routinières, SAS et activités nouvelles. Le traumatisme crânien altère l attention controlée

12 Attention et mémoire de travail Interactions between divided attention and working-memory load in patients with severe traumatic brain injury S Asloun, S Soury, J Couillet, JM Giroire, PA Joseph, JM Mazaux, P Azouvi 2008 Sturm, W., Fimm, B., Cantagallo, A., Cremel, N., North, P., Passadori, A., Pizzamiglio, L., Rousseaux, M., Zimmermann, P., Deloche, G., & Leclercq, M. (2002). Computerized training of specific attention deficits in stroke and traumatic brain-injured patients:

13 TROUBLES DE MÉMOIRE

14 Rappel: LES SYSTÈMES DE MÉMOIRE

15 LES SYSTÈMES DE MÉMOIRE Processus et stocks

16 Processus Acquisition, encodage Stockage, consolidation Récupération, rappel, évocation Primauté, récence interférence Tulving, modèle SPI: encodage sériel, stockage parallèle, récupération indépendante

17 Stocks: modèle hiérarchique de Tulving (1994) Mémoire épisodique Mémoire de travail Mémoire sémantique PRS Mémoire procédurale

18 Influence de l état affectif

19 Sémiologie générale des amnésies

20 LES TROUBLES DE MÉMOIRE DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS

21 Épidémiologie Principale séquelle cognitive des traumatismes crâniens Principale plainte des blessés et des familles Troubles durables : 15 % des traumatismes modérés, 20 à 50 % des traumatisés graves 72 % des admis en rééducation

22 Facteurs anatomiques et physiopathologiques Ischémie Compressions rostrocaudales Apo E4 donépézil? Contusions polaires frontales et temporales Lésions axonales diffuses + + +

23 EVALUATION ET PRISE EN CHARGE

24 On distingue : Amnésie post-traumatique : lacune inhérente à tout traumatisme Troubles durables.

25 Amnésie post-traumatique

26 Evaluation Rétrospective Galveston Orientation Amnesia Test NRS-R Document EBIS

27 Valeur prédictive

28 Rien Que faire?

29 Que faire? Rien, en tous cas pas de la rééducation de la mémoire Sommeil? Psychotropes? Rassurer, conscience du trouble Balises spatiales Développer des automatismes comportementaux utiles pour le quotidien grâce aux mémoires procédurales

30 Troubles durables

31 Vincent B, 24 ans, ouvrier viticole Glasgow 5, coma 14 jours, contusion bifrontale, atrophie corticale, lésions diffuses Sixième mois après l éveil Apragmatique, amnésique et ralenti

32 Evaluation: MEM III, Wechsler, ECPA QAM, Van der Linden, Editest Rivermead BMT, Wilson, Thames

33 Evaluation Troubles massifs en mémoire épisodique et mémoire de travail Troubles d attention, ralentissement Troubles des fonctions exécutives, apragmatisme, persévérations Anosognosie, indifférence affective Sommeil? Psychotropes? Perte d autonomie cognitive (RBMT)

34 Réadaptation approche fonctionnelle, centrée sur les limitations d activité Objectif: autonomie Mémoire spatiale : apprentissages de trajets, affiches (balises) Mémoire prospective: aide-mémoire externes: objets «alerte», minuteries

35 Utilisation du carnet-mémoire

36 Simulations ergothérapiques Ultérieurement: travail sur les mémoires procédurales directement en situation professionnelle

37 Réalité Virtuelle? Sorita, N'Kaoua, Mazaux, Joseph et al 2008

38 Lydia L, 24 ans, étudiante Glasgow 7, coma 5 jours, œdème cérébral diffus, petechi thalamiques G 2 ans post-trauma Admise au programme UEROS après échecs reprise d études et insertion professionnelle

39 Evaluation: mémoire de travail Boucle phonologique : empans chiffres à 5 Bloc-notes visuo-spatial : empans positions de cubes à 3 Administrateur Central : empans envers à 3, DSST Wechsler à 20 signes en 1mn 30 N-back

40 Evaluation: mémoire épisodique MEM III California VLT Figure de Rey

41 Evaluation: résultats Le traumatisme crânien perturbe tous les stades de la mémorisation (Demery, Mangels) Diminution de l encodage sémantique spontané (Levin, Goldstein) Troubles rappel différé Et récupération active Troubles de la restitution différée des apprentissages récents (Newcombe) Réduction des ressources attentionnelles?

42 Evaluation: résultats Mémoire sémantique Mémoire perceptive, amorçage Mémoire procédurale Sommeil? Psychotropes?

43 Prise en charge: rééduquer la mémoire?

44 Mémoire de travail Coyette, 2003 Epellations endroit-envers Restitutions immédiates avec : - addition de chiffres à des nombres: +1( ) - contraires des items: grand, beau, fort petit, laid, faible - repérage d intrus sémantiques: Football, basket, couture, volley, rugby Prolongement de suites logiques: Optimisation des conditions d environnement Stratégies de rafraîchissement: pauses, récapitulations

45

46 Vallat, 2002, 2005 augmentation progressive de la charge en mémoire de travail Reconstruction de mots sur épellation orale, au complet ou avec omission d une lettre. Epellation de mots, logatomes Estimation du nombre de lettres d un mot Reconstruction de mots à partir des syllabes en désordre (tion-gé-ra-né) Chemin dans l alphabet : a lettre?

47 Mémoire épisodique Renforcer l encodage profond: méthode PQRST (pour textes lus) PREVIEW : survol du texte pour le sens global QUESTION : il s agit de qui, où, quoi, comment, pourquoi, quand? READ : lire en cherchant les réponses aux questions STATE : répéter l information qui vient d être lue TEST : essayer de répondre aux questions Grafman (1984)

48 Mémoire épisodique Récits, textes : améliorer l encodage profond: compréhension, contexte de l apprentissage Spaced retrieval Vanishing Cues Errorless learning

49 En résumé

50 Approche cognitive Atteintes pures et isolées Patient conscient du trouble et volontaire Mise en jeu de composantes cognitives épargnées Travail sur les processus, et non sur les symptômes Fractionnement des tâches Généralisation et transferts des acquis?

51 Approche fonctionnelle Déficiences multiples et/ou intriquées Faible conscience du trouble Travail par objectif de vie quotidienne Tâches écologiques, mises en situation Stratégies de compensation induites, puis auto-générées Suppléances: carnet, Neuropage, GPS A-théoriques?

Neuropsychologie de l attention

Neuropsychologie de l attention L attention: définitions Neuropsychologie de l attention Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles Saint Quentin Et ER6, UPMC Définition difficile, phénomènes

Plus en détail

1. Qu est-ce que l UEROS?

1. Qu est-ce que l UEROS? Réorientation socioprofessionnelle après lésions cérébrales : Rôle du neuropsychologue en. 5, rue du Docteur Charcot 59000 Lille neuropsy@ueros.fr Laurence Danjou, neuropsychologue 1. Qu est-ce que l?

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas Alexia FEUILLET Psychologue spécialisée en neuropsychologie Service de neuropsychologie CRRF Sainte Barbe 4 rue d Artois 62740

Plus en détail

Traitements du syndrome dysexécutif

Traitements du syndrome dysexécutif Traitements du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR, Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles-Saint-Quentin Plan Stratégies de restauration Résolution de problèmes Aspects

Plus en détail

Mémoire de travail Aspects théoriques. Élodie Guichart-Gomez psychologue neuropsychologue Fédération de Neurologie, Pitiè-Salpêtrière

Mémoire de travail Aspects théoriques. Élodie Guichart-Gomez psychologue neuropsychologue Fédération de Neurologie, Pitiè-Salpêtrière Mémoire de travail Aspects théoriques Élodie Guichart-Gomez psychologue neuropsychologue Fédération de Neurologie, Pitiè-Salpêtrière Notion de modèle heuristique «Qui aide à la recherche, à la compréhension

Plus en détail

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation Rééducation du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR Hopital R Poincaré, Garches Importance de la rééducation des fonctions exécutives Conséquences graves des déficits exécutifs dans la vie

Plus en détail

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique L aphasie progressive primaire Évaluation neuropsychologique S. Bioux, E. Bliaux, D. Pouliquen Service de neurologie CMRR / CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DEFINITION «détérioration isolée et progressive

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP)

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP) Organisation française et réflexions d un Groupe d Etude et de Recherche pour la Conduite Automobile des personnes en situation de Handicap d Ile-de-France (GERCAH-IDF) Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute,

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Alcool et troubles cognitifs

Alcool et troubles cognitifs Alcool et troubles cognitifs O. Martinaud,, S. Bioux,, E. Bliaux,, D. Pouliquen Service de Neurologie CMRR Mars 2009 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Dépendance à l alcool selon le DSM-IV Présence de trois

Plus en détail

Attention divisée et mémoire de travail après un Traumatisme Crânien Sévère. Approche en Neuropsychologie et en Imagerie fonctionnelle (IRMf, MEG)

Attention divisée et mémoire de travail après un Traumatisme Crânien Sévère. Approche en Neuropsychologie et en Imagerie fonctionnelle (IRMf, MEG) Attention divisée et mémoire de travail après un Traumatisme Crânien Sévère. Approche en Neuropsychologie et en Imagerie fonctionnelle (IRMf, MEG) Sybille Asloun To cite this version: Sybille Asloun. Attention

Plus en détail

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité Document destiné aux enseignants, aux médecins et aux infirmières scolaires H.Touré pour l'équipe du CSI (Centre de Suivi et d Insertion pour enfant et adolescent après atteinte cérébrale acquise), M.Chevignard,

Plus en détail

Vieillissement et mémoire spatiale

Vieillissement et mémoire spatiale Vieillissement et mémoire spatiale Problématique dans la conduite automobile Després Olivier & Dufour André Séminaire Deufrako Mercredi 3 mai 212 Séminaire Deufrako, 3.5.212 1 Plateforme Physiologie &

Plus en détail

- GEOPSY.COM - Psychologie interculturelle et Psychothérapie - Cummings et Benson (1992) définissent la démence comme un déficit cognitif acquis et

- GEOPSY.COM - Psychologie interculturelle et Psychothérapie - Cummings et Benson (1992) définissent la démence comme un déficit cognitif acquis et 1 NEUROPSYCHOLOGIE DES DEMENCES Cummings et Benson (1992) définissent la démence comme un déficit cognitif acquis et persistant touchant au moins trois sphères cognitives parmi les suivantes : le langage,

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Rééducation de l attention et des fonctions exécutives

Rééducation de l attention et des fonctions exécutives Rééducation de l attention et des fonctions exécutives Philippe Azouvi Médecine Physique et de Réadaptation AP-HP, Hôpital Raymond Poincaré, Garches EA HANDIReSP, Université de Versailles-Saint Quentin

Plus en détail

Approche écologique de l évaluation mnésique

Approche écologique de l évaluation mnésique Approche écologique de l évaluation mnésique C. Picq, E. Caron, P. Bruguière et P. Pradat-Diehl Résumé Les évaluations de la mémoire classiquement proposées lors des bilans neuropsychologiques permettent

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Personnes âgées Garches: 1,2 et 3 avril 2009 Coordonnateur : Coordonnateurs : Philippe AZOUVI et Jean-Michel MAZAUX

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Association Université Européenne Assomptionniste Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Jeudi 27 mars 2008 Gilles Rode Université de Lyon,

Plus en détail

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Jean-Marc Devaud Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Qu est-ce-que la mémoire? «LA» MEMOIRE N EXISTE PAS,

Plus en détail

Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation

Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation Séminaire de Capacité de GériatrieG Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation Claire LEISSING-DESPREZ Psychologue-Neuropsychologue Centre Hospitalier Émile Roux Assistance Publique Hôpitaux

Plus en détail

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Permis de conduire et maladie d Alzheimer Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Introduction Conduite automobile : Tâche complexe à forte exigence cognitive Liberté

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Conduite automobile : aspects neuropsychologiques

Conduite automobile : aspects neuropsychologiques Journée d automne de la Société Gérontologique de Normandie 26 septembre 2013 - Cléon Conduite automobile : aspects neuropsychologiques Marie-Laure Bocca Maître de Conférences INSERM U1075 - Université

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

MIYAKE (2000 ( ) inhibition flexibilité iibilité mise à j mise à our j

MIYAKE (2000 ( ) inhibition flexibilité iibilité mise à j mise à our j Évaluation et rééducation du syndrome dysexécutif en ergothérapie Taillefer C Picq C, Chevignard M, Pradat-Diehl P Service de MPR ; secteur d ergothérapie Hôpital de la Salpêtrière Paris. Fonctions exécutives

Plus en détail

LA COMMOTION CÉRÉBRALE

LA COMMOTION CÉRÉBRALE LA COMMOTION CÉRÉBRALE Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) Thérapeute du Sport Agréé, Professeur-Chercheur à l UQTR Fondateur de la clinique Cortex Médecine & Réadaptation Séminaire St-Joseph, le 14 avril

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Rééducation de la mémoire de travail non verbale chez un enfant présentant un TDA/H

Rééducation de la mémoire de travail non verbale chez un enfant présentant un TDA/H Université Toulouse III Faculté de Médecine Toulouse Rangueil Institut de Formation en Psychomotricité Rééducation de la mémoire de travail non verbale chez un enfant présentant un TDA/H Mémoire en vue

Plus en détail

Martin Lavallière 1, 2, M. Tremblay 3, 4, M. Simoneau 1, and N.Teasdale 1

Martin Lavallière 1, 2, M. Tremblay 3, 4, M. Simoneau 1, and N.Teasdale 1 Martin Lavallière 1, 2, M. Tremblay 3, 4, M. Simoneau 1, and N.Teasdale 1 1 Département de kinésiologie, Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Qc, Canada. 2 Massachusetts Institute of Technology

Plus en détail

EXPERTISE MÉDICALE DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS EN BELGIQUE

EXPERTISE MÉDICALE DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS EN BELGIQUE Exposé : Docteur Bruno Nerincx, Expert judiciaire (B) EXPERTISE MÉDICALE DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS EN BELGIQUE Introduction. Cette communication a pour but de passer en revue quelques spécificités de l

Plus en détail

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE Dépistage 4 ans 9 ans B.R.E.V : Batterie rapide d évaluation fonctions cognitives (C. Billard) Evaluation fonctions cognitives en«écart-type», langagières et

Plus en détail

UNAFTC. Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens. Association Loi 1901 reconnue d intérêt général

UNAFTC. Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens. Association Loi 1901 reconnue d intérêt général UNAFTC Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens Association Loi 1901 reconnue d intérêt général 32 rue de la Colonie 75013 Paris Tél. : 01 53 80 66 03 secretariat@traumacranien.org

Plus en détail

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Circuit de l'émotion Fonctions Cognitives Définition : Ensemble des processus

Plus en détail

Première table ronde : Définition, épidémiologie, physiopathologie

Première table ronde : Définition, épidémiologie, physiopathologie Première table ronde : Commotion cérébrale, définitions et généralités Pr. Philippe DECQ, Professeur des universités, praticien hospitalier, service neurochirurgie, Groupe hospitalier Henri Mondor de Créteil;

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «L adulte après traumatisme crânien grave» GROUPE SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «L adulte après traumatisme crânien grave» GROUPE SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «L adulte après traumatisme crânien grave» GROUPE SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD

Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD Dyslexie chez l adolescent et l adulte: la décision de compensation à l aide d EVALAD Catherine Pech-Georgel, Médecin phoniatre Florence Poracchia-George Orthophoniste CERTA - IDEC TROUBLES D APPRENTISSAGE

Plus en détail

Bilans neuropsychologiques Cas cliniques

Bilans neuropsychologiques Cas cliniques Bilans neuropsychologiques Cas cliniques Le 8 janvier 2009 Sophie Jacob, psychologue CMRR CHU de la Cavale Blanche Brest PLAN Le Bilan neuropsychologique Cas cliniques Le bilan neuropsychologique Quels

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE. C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A

CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE. C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A CMémoire LA DEMARCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE C. BAUDU Hôpital Pasteur Service de Psychiatrie Pavillon M1A VIELLISSEMENT COGNITIF NORMAL Approche neuropsychologique globale: Ralentissement du traitement de l

Plus en détail

DIU BORDEAUX 17 AVRIL 2008

DIU BORDEAUX 17 AVRIL 2008 DIU BORDEAUX 17 AVRIL 2008 PLAN LA PROBLEMATIQUE LES FONCTIONS COGNITIVES ET LA CONDUITE AUTOMOBILE LES FONCTIONS COGNITIVES IMPLIQUEES (PERCEPTION) ATTENTION MEMOIRE FONCTIONS EXECUTIVES LES FONCTIONS

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Réunion du 19/11/2010 Équipe de Neuropsychologie Service de Neurologie CHU Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Historique du MCI 1837 : Pritchard

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie

Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie Myriam Lanctôt, Neuropsychologue, CRDP Le Bouclier Programme de traumatologie, LN 9 e Congrès québécois de réadaptation

Plus en détail

PRO. www.editions-creasoft.com www.scientificbraintrainingpro.fr. Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives. Mémoire

PRO. www.editions-creasoft.com www.scientificbraintrainingpro.fr. Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives. Mémoire PRESCO 40 Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives Un programme issu de Scientific Brain Training PRO TM LANGAGE et VOCABULAIRE Langage et raisonnement Nouvelle Edition Augmentée 40 exercices

Plus en détail

DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE

DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE - TABLEAU RECAPITULATIF, p. 2 à 5 «Les différentes formes de dyslexie» - LES TROUBLES SPECIFIQUES DU LANGAGE ECRIT, p. 6 à 7 «Les signes d alerte» 1 TABLEAU

Plus en détail

Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine

Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine Pascale Pradat-Diehl Frederique Poncet APHP- GH Pitié-Salpêtrière-

Plus en détail

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde Mémoire Y. Morel http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde 1 A propos de l intelligence... 2 Quizz : Connaissez-vous votre mémoire? 3 Objectifs Exercice 1 - Dessin d enfant Exercice 2 - Liste de symboles Exercice

Plus en détail

EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes.

EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes. EVALAD évaluation du langage écrit et des compétences transversales Adolescents de 1ère et de terminale ou Adultes. Catherine Pech-Georgel, Florence George évaluation du langage écrit et justification

Plus en détail

Fonction organique : déficit visuel par lésion du Système nerveux Conséquence en terme de handicap

Fonction organique : déficit visuel par lésion du Système nerveux Conséquence en terme de handicap Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Médecine de Rééducation Module : déficiences sensorielles et MPR Fonction organique : déficit visuel par lésion du Système nerveux

Plus en détail

LE CENTRE PSYCHIATRIQUE SAINT-MARTIN. 483 patients et 493 collaborateurs

LE CENTRE PSYCHIATRIQUE SAINT-MARTIN. 483 patients et 493 collaborateurs LE CENTRE PSYCHIATRIQUE SAINT-MARTIN 483 patients et 493 collaborateurs REVIVO B Service de diagnostic, évaluation, revalidation et stabilisation des troubles neurocognitifs et comportementaux liés à une

Plus en détail

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION Deux séances d une heure chacune sont aménagées pour le bilan psychologique Linda Harré Psychologue CIERA Bilan

Plus en détail

Propositions d aide aux enfants dyslexiques à l école primaire

Propositions d aide aux enfants dyslexiques à l école primaire Propositions d aide aux enfants dyslexiques à l école primaire Le dyslexique est un élève qui va devoir, sans arrêt, compenser, parfois à son insu, parfois en recherchant activement des moyens, afin d'avoir

Plus en détail

Exploration des fonctions supérieures en gériatrie

Exploration des fonctions supérieures en gériatrie Exploration des fonctions supérieures en gériatrie Gaëlle Silvestre Beccarel Psychologue spécialis cialiséee en neuropsychologie CHU / CMRR Rennes Objectifs 1. Visée diagnostic : mise en évidence de troubles

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment?

Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment? Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment? ANOCEF 19 NOVEMBRE 2014 Isabelle Léger, Neuropsychologue Gustave Roussy, Unité INSERM GREC-onco Pourquoi? Plaintes = Sensations de changement

Plus en détail

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail.

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. Questions : - Comment définir la mémoire? Quelles sont les fonctions

Plus en détail

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire Définition La notion de traumatisme crânien ou traumatisme crânio-cérébral (TCC) couvre les traumatismes du neurocrâne (partie haute du crâne contenant le cerveau) et du cerveau. La Société de l'assurance

Plus en détail

La mémoire (en bref)

La mémoire (en bref) Lamémoire(enbref) Les modèles développés en psychologie cognitive conçoivent l individu comme une «entité»quitraitedel information.danscestraitements,lamémorisationtientuneplace particulièrement importante

Plus en détail

SYNDROME DE KORSAKOFF

SYNDROME DE KORSAKOFF SYNDROME DE KORSAKOFF Carol AUBIER-GIRARD REMERCIEMENTS A Helene BEAUNIEUX Anne Lise PITEL Francis Eustache Et toute l équipe de l unité de recherche U923 de Caen ETUDE DE CAS MR D Homme de 58 ans droitier

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT DES FONCTIONS COGNITIVES

LE VIEILLISSEMENT DES FONCTIONS COGNITIVES LE VIEILLISSEMENT DES FONCTIONS COGNITIVES Cécile Cimetière et Sophie Schumm Psychologues Neuropsychologues Hôpital Charles Foix, Ivry sur seine PLAN : I NEUROPSYCHOLOGIE? II FONCTIONS COGNITIVES? III

Plus en détail

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE Outil de planification du soutien pédagogique Nom de l élève : Année d études : École : Date de naissance : Date : DOMAINE FORCES BESOINS A B C Cocher une catégorie* FONCTIONNEMENT

Plus en détail

EXPLORATION CLINIQUE DES FONCTIONS EXECUTIVES

EXPLORATION CLINIQUE DES FONCTIONS EXECUTIVES EXPLORATION CLINIQUE DES FONCTIONS EXECUTIVES Cours DU Neuropsychologie 19 janvier 2007 subdivisions du lobe frontal Principales connexions du lobe frontal cx sensoriel associatif messages environnementaux

Plus en détail

Langage oral, langage écrit...

Langage oral, langage écrit... Langage oral, langage écrit... De la difficulté... Aux troubles C Billard Kremlin Bicêtre Paris santé réussite www.arta.fr le concept de Troubles Spécifiques du Langage : les questions? Quand s inquiéter

Plus en détail

Plan. Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies. Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/

Plan. Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies. Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Plan Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ - Conception classique - Conception actuelle II Troubles acquis de la communication A.

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

Patients traumatisés crâniens : Quelles éducations et rééducations possibles?

Patients traumatisés crâniens : Quelles éducations et rééducations possibles? UCL - RESO Unité d Education pour la Santé Ecole de santé Publique Centre «Recherche en systèmes de santé» Patients traumatisés crâniens : Quelles éducations et rééducations possibles? J. BERREWAERTS D.

Plus en détail

11, Bd de Sébastopol Annexe 75001 Paris. Dépistage des troubles auditifs de l'enfant.

11, Bd de Sébastopol Annexe 75001 Paris. Dépistage des troubles auditifs de l'enfant. Page 1 sur 11, Bd de Sébastopol Annexe Dépistage des troubles auditifs de l'enfant. 150083011 Page 2 sur 11, Bd de Sébastopol Annexe Médecins généralistes, pédiatres. Professionnels amenés à suivre les

Plus en détail

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge»

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» PROGRAMME DE LA FORMATION : «Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» Vendredi matin : Rappels : sémiologie a)amputations du champ visuel

Plus en détail

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

U N A F T C. Synthèse de la définition du handicap cognitif 1

U N A F T C. Synthèse de la définition du handicap cognitif 1 32 rue de la Colonie 75013 PARIS Tél : 01 53 80 66 03 Fax : 0153 80 66 04 Email : secretariat@traumacranien.org site internet : www.traumacranien.org U N A F T C U n i on N ationale d es A s s ociations

Plus en détail

Que faire devant un enfant qui n apprend pas à lire?

Que faire devant un enfant qui n apprend pas à lire? Archives de pédiatrie 13 (2006) 1071 1075 Que faire devant un enfant qui n apprend pas à lire? What should be done when a child cannot learn to read? C. Billard Centre de référence sur les troubles du

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DES ACCIDENTS DE LA ROUTE POUR LA VICTIME ET SON ENTOURAGE. Comment les prévenir, les accompagner

LES CONSEQUENCES DES ACCIDENTS DE LA ROUTE POUR LA VICTIME ET SON ENTOURAGE. Comment les prévenir, les accompagner Colloque organisé par l Unité Mixte IFSTTAR/UCBL de Recherche Epidémiologique et de Surveillance Transport Travail Environnement, UMRESTTE, et par les Hospices Civils de Lyon le 20 septembre 2011 Le stress

Plus en détail

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge?

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge? Cas clinique Patiente de 70 ans Pas d'antécédent Après un cours de danse : troubles du comportement, désorientation temporo-spatiale, questions répétées à son mari Examen clinique : amnésie antérograde,

Plus en détail

Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences

Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences Dr. Régis RIBEREAU-GAYON CHU de Bordeaux Equipe PPCT-INSERM U897 Le Traumatisme crânien léger Fréquent aux Urgences

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé! Logiciel conçu

Plus en détail

MEMOIRE DE TRAVAIL VISUO-SPATIALE ET ENFANT TDA/H

MEMOIRE DE TRAVAIL VISUO-SPATIALE ET ENFANT TDA/H Faculté de médecine Toulouse Rangueil Institut de Formation en Psychomotricité MEMOIRE DE TRAVAIL VISUO-SPATIALE ET ENFANT TDA/H Étude préliminaire de l étalonnage du test des cubes de Corsi sur des populations

Plus en détail

Introduction à la neuropsychologie. Olivier Martinaud Service de Neurologie CMRR

Introduction à la neuropsychologie. Olivier Martinaud Service de Neurologie CMRR Introduction à la neuropsychologie. Olivier Martinaud Service de Neurologie CMRR 02/12/2015 GÉNÉRALITÉS Mémoire Raisonnement, jugement Langage, calcul, praxies Orientation spatiale, dessin, habillage Raisonnement,

Plus en détail

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.»

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» «L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» (Marc Delahaie,, médecin m phoniatre, chercheur et formateur) Synthèse Donatien ROUX Chargé de mission «Maîtrise de la langue Prévention

Plus en détail

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score)

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) 1a. Niveau de conscience 0 Eveillé, réactivité vive Choisir une réponse, même si une évaluation complète est impossible du fait d une intubation,

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Drapeaux rouges Troubles visuels Troubles cognitifs Épilepsie Diabète Médicaments Troubles moteurs/sensitifs Dépendances

Plus en détail

2/ DIFFICULTES A L ECRIT

2/ DIFFICULTES A L ECRIT Adaptations Primaire Difficultés repérées Adaptations et aménagements possibles (non exhaustifs) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE - Lenteur en lecture - Erreurs de lecture - Compréhension difficile du texte lu

Plus en détail

Document test AP-TSA

Document test AP-TSA ACADEMIE D'ORLEANS TOURS Inspection Académique d'indre et Loire Promotion de la Santé en faveur des Elèves Document test AP-TSA AMENAGEMENTS PEDAGOGOGIQUES POUR UN ELEVE PRESENTANT UN TROUBLE SPECIFIQUE

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques.

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. En noir : des pistes. En bleu : des composantes pour ces pistes. En vert : des exemples. En général : Créer un climat de

Plus en détail

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION?

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? Stéphane VALLÉE, M.A., M.Sc. Chef de programme DM traumatologie Laurentides Anie COUTURE, B.sc. Erg., M. Sc.

Plus en détail

TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ

TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ 8 ÈME JOURNÉE RÉGIONALE DES RÉSEAUX DE PÉRINATALITÉ DE L ILE DE FRANCE 17 OCTOBRE 2013 TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ DR PATRICIA DWORZAK PÉDIATRE, MEMBRE DU RÉSEAU PSOF RESPONSABLE DE L UNITÉ

Plus en détail

LES TICE PEUVENT-ELLES FACILITER LA SCOLARISATION DES ELEVES HANDICAPES?

LES TICE PEUVENT-ELLES FACILITER LA SCOLARISATION DES ELEVES HANDICAPES? LES TICE PEUVENT-ELLES FACILITER LA SCOLARISATION DES ELEVES HANDICAPES? Hervé BENOIT, Directeur des études de l INS HEA Jack SAGOT, formateur à l INS HEA La scolarisation des élèves handicapés en milieu

Plus en détail

Les hématomes extra-duraux (HED)

Les hématomes extra-duraux (HED) Les hématomes extra-duraux (HED) L hématome extra-dural Entre la face externe de la dure-mère et la table interne de la voûte crânienne Le plus souvent temporo-pariétal, frontal ou occipital Souvent secondaires

Plus en détail