Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant"

Transcription

1 Évaluation neuropsychologique et difficultés d apprentissage: déroulement et impact sur l enfant Charles Leclerc, Ph.D., C.Psych. Membre du CPO Membre de l OPQ Neuropsychologue 20 février 2013

2 Objectifs Décrire l évaluation neuropsychologique et son processus typique Décrire les principaux types de trouble d apprentissage (les plus fréquents) Discuter des activités et épreuves qui sont généralement incluses dans l évaluation Discuter l importance de la convergence d information et des pistes d intervention

3 Neuropsychologie Spécialité de la psychologie Requiert une attestation de compétence au Québec L un des 8 champs de compétence reconnus en Ontario Historiquement associé aux domaines de la neurologie (trauma crâniens, démence, accidents vasculaire cérébral, épilepsie), de la réadaptation et au milieu scolaire (T.A.)

4 Évaluation neuropsychologique: c est quoi? Un processus diagnostic qui couvre l'ensemble des fonctions prises en charge par le cerveau (mémoire, attention, organisation, planification, perception, expression orale, lecture, écriture) L état psycho-affectif et social peut aussi faire l objet d une attention particulière Le profil établi par l'ensemble des tests permet d'établir un diagnostic - lorsqu'il y a lieu

5 Pourquoi une évaluation neuropsychologique? Déterminer la cause de certaines dysfonctions qui affectent la pensée, le comportement, l'apprentissage Pour une meilleure compréhension de l individu dans son ensemble Poser un diagnostic et ouvrir les portes au monde des accommodations

6 Que dire à l enfant au sujet de l évaluation neuropsychologique Les parents s'inquiètent souvent L enfant a eu plusieurs évaluations parfois, sans trop savoir pourquoi et sans en avoir les résultats Parler avec l enfant des difficultés qu'il rencontre ces derniers temps Il est possible de lui trouver de l'aide pour qu'il se sente mieux.

7 Que dire à l enfant au sujet de l évaluation neuropsychologique Il existe des spécialistes pour les difficultés qu'il rencontre et qu'ils ont l'habitude de rencontrer des enfants comme lui, rencontrant les mêmes difficultés que lui. Le travail de ces spécialistes est de l'aider, de comprendre pourquoi certaines choses sont difficiles pour lui, et de trouver ensuite des stratégies pour lui faciliter la vie, avec les gens qui travaillent à l école entre autres.

8 Évaluation de l enfant Particularités: Contact/craintes Connaissance ou non du contexte? Consentement parental Longueur de l évaluation Présence ou non du parent en cours d éval Entrevue en présence ou non de l enfant Trouble d apprentissage vs comportemental

9 Déroulement de l évaluation Rencontre avec les parents pour obtenir un historique complet de l enfant (développemental, médical, affectif, social, académique) Prise de connaissance des documents scolaires, évaluations précédentes, bulletins, échantillons de travaux scolaires, etc. Rencontre (s) avec l enfant, qui au total peut représenter 5-7 heures environ

10 Déroulement de l évaluation Des tests standardisés lui sont administrés Des normes existent pour son groupe d âge

11 Approche à préconiser avec les enfants Créer une bonne relation avec l enfant, le mettre en confiance, et faire ressortir ses réussites au cours des activités L'enfant se sent valorisé et estimé, et il finit généralement l'évaluation en étant fier de lui.

12 Sommaire de l évaluation neuropsychologique Informations de départ (entrevue d accueil avec les parents) Observations de l enfant Observations de la famille/enseignants et autres professionels impliqués L évaluation neuropsychologique Autres sources d information

13 Sphères cognitives d intérêt lors de l évaluation Rendement intellectuel Attention Mémoire Langage (verbal et écrit) Habiletés visuospatiales Praxies (motricité fine, coordination) Fonctions exécutives

14 Sphères affectives et comportementales d intérêt lors de Impulsivité Colère Opposition Dépression Anxiété Rigidité Etc l évaluation

15 Qu est-ce qu un trouble d apprentissage (TA)? correspond à une atteinte affectant une ou plusieurs fonctions neuropsychologiques, qui perturbe l acquisition, la compréhension, l utilisation et le traitement de l information verbale ou nonverbale. ne peut pas s expliquer ou n est pas relier à une déficience intellectuelle, un déficit sensoriel (acuité visuelle ou auditive), un manque d encadrement scolaire, une carence de motivation ou des conditions socio-économiques défavorisées.

16 Particularités des TA Durent généralement toute la vie Perturbent non seulement le rendement scolaire mais ils peuvent également avoir des répercussions sur tous les aspects de la vie: relations avec les pairs activités quotidienne et domestiques réalisation des tâches au travail.

17 TA et milieu scolaire Faibles résultats, parfois même des échecs Baisse de l estime de soi/confiance Environ 20% de la population est affectée par ce trouble Peuvent être présents depuis la naissance (p. ex., génétique, congénital) ou ils peuvent être acquis (p. ex., un dommage cérébral).

18

19 Les profs qui affirment depuis belle lurette que le nombre d'élèves éprouvant des difficultés augmente n'ont pas la berlue. Le pourcentage d'élèves handicapés ou en difficulté d'apprentissage et d'adaptation (les EHDAA dans le jargon scolaire) est passé de 13,5 % en à 18,4 % en Au secondaire - où on retrouve maintenant plus d'un élève sur cinq en difficulté -, l'augmentation a été encore plus marquée : 34 % en sept ans. On compte par ailleurs deux fois plus de garçons en difficulté que de filles. Journal La Presse, 25 octobre 2010

20 MEQ- Définition du TA: «L expression «troubles spécifiques» est un terme qui réfère à un ensemble hétérogène de difficultés persistantes. Les troubles spécifiques se manifestent par des difficultés dans un ou plusieurs processus nécessaires au développement, à l utilisation ou à la compréhension du langage. À cet égard, les manifestations suivantes sont observables tant au niveau des apprentissages prévus dans le programme de français langue maternelle que de celui de mathématique : difficultés au niveau de l habileté à lire; difficultés au niveau de l habileté à écrire; difficultés au niveau de l habileté à communiquer oralement; difficultés au niveau de la conceptualisation ou du raisonnement. «Ils peuvent consister en des difficultés de nature constitutionnelle, souvent associées à des formes diffuses de dysfonction neurologique, entraînant des déficits majeurs au chapitre de l attention, certaines difficultés telles que la dyslexie, la dysorthographie, des problèmes langagiers importants et des troubles auditifs centraux. ( )»

21 MEO- Définition du TA Le ministère de l'éducation entend par difficulté d'apprentissage (Éducation de l'enfance en difficulté manuel d'information, 1981) : Difficulté éprouvée tant sur le plan des études que sur le plan social, dans l'un ou l'autre des processus nécessaires à l'utilisation des symboles de communication ou du langage parlé, a. qui ne provient pas surtout i. d'un trouble de la vue; ii. d'un trouble de l ouïe; iii. d'un handicap physique; iv. d'une déficience mentale; v. d'une trouble affectif ou primaire; ou vi. d'une différence d'ordre culturel; et b. qui entraîne un écart considérable entre le rendement scolaire et les aptitudes intellectuelles, notamment une déficience dans l'un des secteurs suivants : i. langage réceptif (écoute, lecture); ii. assimilation (pensée, idéation, intégration); iii. langage expressif (expression, orthographe, écriture); iv. calcul; et c. qui peut être associée à : i. un trouble de la perception; ii. une lésion cérébrale; iii. un dysfonctionnement cérébral mineur; iv. la dyslexie; ou v. l'aphasie

22 Différence entre un TA et des difficultés d apprentissage Les troubles d apprentissage sont persistants et permanents Ils ne sont pas liés à l intelligence ou à des facteurs socio-affectifs Les difficultés d apprentissage sont des obstacles à l apprentissage qui sont temporaires et peuvent être en lien avec ce que la personne peut vivre (p. ex., conditions socio-affectives difficiles, ou défi en acquisition de nouvelles connaissances, qui se résorbe).

23 Troubles d apprentissage Décrits dans le DSM-IV-TR Trouble spécifique de l apprentissage de la lecture (dyslexie) Trouble spécifique de l apprentissage de l écriture (dysorthographie) Trouble spécifique de l apprentissage du calcul (dyscalculie)

24 Dyslexie Écart d au moins deux ans entre son âge de fonctionnement intellectuel et son âge en lecture (déterminé selon la vitesse et/ou l exactitude de la lecture), sans que cet écart puisse être expliqué par un trouble intellectuel, un trouble sensoriel (acuité visuelle ou auditive), ou un manque d opportunité éducative. Interfère de façon significative avec la réussite académique et les activités de la vie quotidienne qui nécessitent la lecture

25 Dyslexie Nécessaire de faire l analyse du portrait global de l enfant ou de l adulte, incluant son cheminement académique, son bilan intellectuel et son profil psychoaffectif.

26 Dyslexie-causes Plusieurs études suggèrent qu elle aurait une origine héréditaire et plusieurs liens ont été fait à maintes reprises avec les chromosomes 2, 3, 6, 15, et 18. FMRI - les dyslexiques n utilisent pas les mêmes parties de leur cerveau lors de la lecture que les personnes qui n ont pas de troubles de lecture. En fait, chez les dyslexiques, les parties du cerveau qui sont normalement impliqués en lecture sont sous activées. Des différences au plan anatomique structural existeraient également

27 Effets de la dyslexie? Lecture très difficile et désorganisée, qui peut perturber grandement la compréhension du texte lu et parfois même la rendre impossible. la lecture est très lente; la lecture est hésitante (transformer les lettres en sons ou décortiquer les mots en syllabes peut sembler un défit insurmontable pour l enfant); les mots dont la fréquence d usage est moins grande, sont lus encore plus lentement et de façon très segmentée; les mots irréguliers (c.à.d., qui ne se lisent pas aux sons) ne sont pas lus avec exactitude; les sons sont transformés (p. ex., on lit sevai au lieu de cheval ); les mots sont devinés à partir de leur apparence visuelle (p. ex., on lit jamais au lieu de j avais ).

28 Stratégies d apprentissage de la lecture Voie phonologique (assemblage) correspondance graphème-phonème (c est-à-dire, connaître les sons qui correspondent aux lettres et aux unités de mots). permet de bien lire et d orthographier tous les mots réguliers p. ex., papa, matin, bonjour, cheval, porte et classe

29 Stratégies d apprentissage de la lecture Voie lexicale (addressage, ou méthode globale) mots dits irréguliers ne font pas appel à notre voie phonologique mais à notre voie lexicale Par ex. soeur, femme, monsieur, automne nous devons les emmagasiner dans une mémoire spéciale (ou un catalogue) qui encode la forme orthographique des mots (ou leurs images globales). cette mémoire visuo-spatiale est anatomiquement et fonctionnellement différente de notre système de mémoire plus générale (mémoire des faits, événements et procédures).

30 3 principaux types de dyslexie Dyslexie de nature phonologique Atteinte de la voie d asssemblage Le lecteur ne sait pas toujours bien quel son correspond à certaines unités de mots et n est pas capable d assembler certains groupes de sons la lecture de mots familiers et fréquents peut se faire via la voie globale. 70 % des individus.

31 3 principaux types de dyslexie Dyslexie de nature lexicale (de surface) Atteinte de la voie d adressage Automatisation de la lecture est difficile implique un trouble avec la lecture des mots qui sont irréguliers. 10 % des individus

32 3 principaux types de dyslexie Dyslexie de nature mixte trouble est à la fois de nature phonologique et lexicale 20 % des individus

33 Dysorthographie Trouble persistant de l acquisition et de la maîtrise de l orthographe Affecte principalement l apprentissage et l automatisation de la correspondance phonème-graphème (correspondance de l unité sonore à son unité écrite) ainsi que la capacité à se représenter visuellement l orthographe des mots. Les troubles de l orthographe sont souvent plus sévères, mais surtout persistent plus longtemps que les difficultés en lecture

34 Dysorthographie manifestations: Ajout de lettres ou de syllabes à l intérieur des mots; Inversion de lettres ou de syllabes à l intérieur des mots; Difficulté à respecter l entité des mots (ex.: lajout pour l ajout, unabit pour un habit); Orthographe grammaticale souvent très faible; Orthographe d un même mot qui varie d un endroit à un autre (enfan, anfan, anfent); Calligraphie irrégulière et malhabile.

35 Si j étais millionnaire... «Je ferai un sentre d invansion pour arèté la polucion. Je ferè des otèle pour les povre. Je trouverè des invancion pour désalisé l eau. Je macetrai des millie de toutou. Je trouverai des midiquament pour la gripe H1N1 et pour plein dotre maladi. Et je ferai une fugez quipolu pa parce que elle est faite avec des pano soleire pour aller sur jupiterre. Je trouverai une solution pour l essance parce que il nen reste plu.»

36 Exemple de cas - dysorthographie Le corbeau Un corbeau perché sur l'antenne d'un bâtiment tient dans son bec une souris. Rendu furieux par cet oiseau cruel des enfants lancent des cailloux pour l'obliger à s'envoler. Le corbeau les a observés puis a déployé ses ailes et s'est élancé en lâchant la souris que les enfants vont recueillir et soigner

37 Trouble du déficit de l attention Un trouble manifesté par des niveaux inappropriés: d'inattention et/ou de comportement hyperactif-impulsif Débute durant l enfance et est relativement persistant Crée une altération du fonctionnement dans les activités de la vie de tous les jours Affecte 5-8% des enfants et 4-5% des adultes mondialement

38 Exemple d activités complétées en Bilan intellectuel Lecture: évaluation Exercices de conscience phonologique Lecture de mots et non mots Lecture de courts passages Lecture de courts textes dont on vérifie la compréhension par la suite

39 Exemple d activités complétées en évaluation Écriture Dictée de mots et non mots Dictée trouée Rédaction de courtes phrases Rédaction spontanée

40 Exemple d activités complétées en évaluation Attention: Tâches impliquant la mémoire de travail Attention sélective Attention divisée Attention soutenue Apprentissage et mémoire

41 Psychométrie et la vraie vie Importance de la convergence d information: Idéalement, on souhaite voir en évaluation le reflet du fonctionnement quotidien de l enfant Il peut arriver que cette prémisse soit inexacte Important d obtenir des informations collatérales D où l importance des questionnaires par exemple Le travail multidisciplinaire est un excellent outil d observation Rappel: il n existe pas un test pour la dyslexie, la dysorthographie, le TDA/H, etc.

42 Évaluation neuropsychologique: Impact sur l enfant Étant donné la variété des épreuves ou tâches, qui sont de courtes durées, l enfant est généralement agréablement surpris par le processus Alors qu il peut se montrer réservé en début de rencontre, la relation est beaucoup plus fluide en fin de rencontre Il s agit d un bon moyen de discuter avec lui de ce qu il croit avoir besoin afin de réussir

43 Opinion diagnostique Dans le cas où l enfant est atteint d un trouble d apprentissage, le diagnostic permet de: Préciser sa nature (dyslexie, TDAH, etc.) Préciser sa sévérité Suggérer les accommodations nécessaires, incluant la mise sur pied d un plan d intervention en milieu scolaire

44 Pistes d intervention PEI Aide orthopédagique régulière Rééducation si nécessaire (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie) afin d aider à la progression scolaire Accommodations devraient toujours inclure: Davantage de temps pour compléter les épreuves L accès aux ressources électroniques adéquates

45 Pistes d intervention En somme, on veut éviter que les évaluations scolaires de l enfant reflètent ses incapacités, mais bien ses habiletés. Elles doivent favoriser l estime de soi (ce qui représente un défi pour les enfants ou adolescents qui ne veulent pas se sentir «différents»)

46 Questions/commentaires

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

EN GUISE D INTRODUCTION

EN GUISE D INTRODUCTION EN GUISE D INTRODUCTION "Nous sommes ce que le regard des autres fait de nous. Quand le regard des autres nous méprise, nous devenons méprisables. Et quand le regard des autres nous rend merveilleux, eh

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants

DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants 1 DYSLEXIE ET DYSORTHOGR APHIE Informations et recommandations à l usage des enseignants Département de la formation de la jeunesse et de la culture 2 3 Chères enseignantes, chers enseignants, Dans le

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

Les cadres de référence pour l évaluation orthopédagogique (Descriptif à venir) Catherine Turcotte Professeure, Université du Québec à Montréal

Les cadres de référence pour l évaluation orthopédagogique (Descriptif à venir) Catherine Turcotte Professeure, Université du Québec à Montréal BLOC A École d été «non-créditée»_mise à niveau en orthopédagogie _350$/5 jours S adresse aux diplômés de la Maîtrise en orthopédagogie DATE HEURE Descriptif Lundi 17 août 9 h à 12 h Mélanie Bédard Doctorante,

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Scolarité et troubles des apprentissages

Scolarité et troubles des apprentissages Scolarité et troubles des apprentissages Présentation proposée par : Mlle CHEMIN, Neuropsychologue Mme LEGER, Enseignante spécialisée Mlle THOMAS, Ergothérapeute Plan Qu est-ce que le SESSAD Aloès? Les

Plus en détail

TDAH et adaptations scolaires - niveau primaire et secondaire-

TDAH et adaptations scolaires - niveau primaire et secondaire- Le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un problème neurologique qui peut entraîner des difficultés à moduler les idées (inattention), les gestes (bougeotte physique),

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison D après LES DEVOIRS ET LES LEÇONS de Marie-Claude Béliveau 1 1 Rappels et définitions. Officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 1956 2 à l école primaire mais leur pratique reste très

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

Avertissement. La pagination du fichier PDF est ainsi demeurée en tous points conforme à celle de l original.

Avertissement. La pagination du fichier PDF est ainsi demeurée en tous points conforme à celle de l original. Avertissement Pour faciliter la consultation à l écran, les pages blanches du document imprimé (qui correspond à la page 4) ont été retirées de la version PDF. On ne s inquiétera donc pas de leur absence

Plus en détail

RÉGIME PÉDAGOGIQUE DE L'ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE, DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

RÉGIME PÉDAGOGIQUE DE L'ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE, DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE RÉGIME PÉDAGOGIQUE DE L'ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE, DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Loi sur l instruction publique (L.R.Q., c. I-13.3, a. 447; 1997, c. 96, a. 128) CHAPITRE I Nature

Plus en détail

L organisation des services éducatifs aux élèves à risque et aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage (EHDAA)

L organisation des services éducatifs aux élèves à risque et aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage (EHDAA) L organisation des services éducatifs aux élèves à risque et aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage (EHDAA) TABLE DES MATIÈRES Présentation 2 1. L organisation des services

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Si l esprit qui dit non sait pourquoi il dit non, il a déjà les moyens de définir son prochain oui.» Pierre Gréco Implications pédagogiques

Plus en détail

Tableau des aides technologiques pour l aide à la rédaction

Tableau des aides technologiques pour l aide à la rédaction WordQ VS Lexibar Merci à Hélène Labranche et à Mark Miller pour leur partage. Tableau d Hélène Tableau des aides technologiques pour l aide à la rédaction Produit Prix Aide Forces Limites Bolabolka Gratuit

Plus en détail

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire Définition La notion de traumatisme crânien ou traumatisme crânio-cérébral (TCC) couvre les traumatismes du neurocrâne (partie haute du crâne contenant le cerveau) et du cerveau. La Société de l'assurance

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Notre engagement Notre entreprise s efforce en tout temps de dispenser ses services d une manière respectueuse de la dignité et de

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 PLAN DE LA SOIRÉE Base des changements et orientations associées au DSM-5 TED TSA Critères diagnostiques Principaux changements Défis et enjeux Trouble de

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE (Adoptée par le Conseil d administration lors de son assemblée régulière du 2 juin 2004) 1. PRINCIPE DIRECTEUR LE COLLÈGE, UN MILIEU

Plus en détail

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation.

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. 1 La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. Édition d avril 2009 Thème : Le trouble déficitaire de l attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) Références : www.comportement.net

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR?

LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? LES TROUBLES DU GRAPHISME LA RÉÉDUCATION: QUAND ET COMMENT PASSER PAR L ORDINATEUR? BUJWID Alexandra Ergothérapeute SMPRE CRTLA CHU RENNES Octobre 2012 L écriture est un geste complexe L écriture est une

Plus en détail

LES TROUBLES D APPRENTISSAGE

LES TROUBLES D APPRENTISSAGE LES TROUBLES D APPRENTISSAGE Guide pour les enseignants Emmanuelle Pelletier, psychologue scolaire Carole Léger, enseignante ressource Mars 2004 École Marguerite-Bourgeoys, Caraquet Table des matières

Plus en détail

Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations

Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations Quelques livres Pour des titres complémentaires, consultez les sites des associations «Même pas grave! L échec scolaire, ça se soigne» Olivier REVOL, Josée Blanc LAPIERRE, Edition Lattès «Comprendre le

Plus en détail

Troubles d appren/ssage et ou/ls informa/ques compensatoires. Cécilia GALBIATI Marie-Emmanuelle IDIART Membres du comité de pilotage du réseau TAP

Troubles d appren/ssage et ou/ls informa/ques compensatoires. Cécilia GALBIATI Marie-Emmanuelle IDIART Membres du comité de pilotage du réseau TAP Troubles d appren/ssage et ou/ls informa/ques compensatoires Cécilia GALBIATI Marie-Emmanuelle IDIART Membres du comité de pilotage du réseau TAP mul/plicite des troubles «dys» Troubles cognitifs spécifiques

Plus en détail

document révisé le 2008-03-05

document révisé le 2008-03-05 document révisé le 2008-03-05 Table des matières Présentation... 3 1.0 Objectifs... 4 2.0 Organisation... 5 3.0 Personnel d encadrement... 7 4.0 Modalités d accès au CRM... 8 5.0 Processus de réintégration

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

De la méthodologie à l interprétation

De la méthodologie à l interprétation Le bilan neuropsychologique dans les troubles des apprentissages De la méthodologie à l interprétation E. PEIFFER D. LASSUS-SANGOSSESANGOSSE Neuropsychologue Centre de Diagnostic des Troubles du Langage

Plus en détail

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE DOCUMENT SUPPLÉMENTAIRE 6C TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE Points clés pour les médecins à réviser avec les adolescents et adultes atteints de TDAH: Données concernant les risques: a) Des études cliniques

Plus en détail

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité accompagner Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité préface table des matières 1 / Définition P. 4 2 / Manifestations

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

TDAH et adaptations scolaires

TDAH et adaptations scolaires TDAH et adaptations scolaires - niveau post secondaire- Section 1 : Faire le point Tu es étudiant? Tu as reçu un diagnostic de TDAH? Prends un moment pour faire le point sur les impacts possibles du TDAH

Plus en détail

03/11/2009. Intérêts du bilan neuropsychologique. La demande, différentes situations

03/11/2009. Intérêts du bilan neuropsychologique. La demande, différentes situations Le cadre Bilan neuropsychologique auprès des étudiants dyslexiques du centre de santé inter universitaire de Grenoble Présentation du protocole utilisé Formation BALE - 27 octobre 2009 Travail en collaboration

Plus en détail

MODE D EMPLOI ET STRATÉGIES POUR L ENSEIGNANT

MODE D EMPLOI ET STRATÉGIES POUR L ENSEIGNANT MODE D EMPLOI ET STRATÉGIES POUR L ENSEIGNANT E: G A S S NTI E R P P D A S IEN É D T I L T U O C U QU IFFI A D E S E R I L T FA N E M COM Chers lecteurs, Le mode d emploi que nous vous proposons ici s

Plus en détail

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité Document destiné aux enseignants, aux médecins et aux infirmières scolaires H.Touré pour l'équipe du CSI (Centre de Suivi et d Insertion pour enfant et adolescent après atteinte cérébrale acquise), M.Chevignard,

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

J e commencerai par vous donner une définition de

J e commencerai par vous donner une définition de Les troubles du graphisme Les troubles du graphisme et de l écriture chez l enfant dyspraxique CLAIRE LE LOSTEC* Claire Le Lostec travaille comme ergothérapeute dans un service de soins à domicile de L

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

Guide pratique pour l aide-élève en milieu scolaire Conseil scolaire Centre-Nord

Guide pratique pour l aide-élève en milieu scolaire Conseil scolaire Centre-Nord Guide pratique pour l aide-élève en milieu scolaire Conseil scolaire Centre-Nord Révisé : Oct 2014 REMERCIEMENTS Le Conseil scolaire Centre-Nord tient à remercier les membres du comité de révision du document

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 02-06-26-12 Référence(s) : Loi sur l instruction publique, (L.R.Q., c.1-13.3); Régime pédagogique (L.R.Q. c.1-13.3,

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

... Dyslexie?... «Déficit durable et significatif du langage écrit qui ne peut s expliquer par une cause évidente*.»

... Dyslexie?... «Déficit durable et significatif du langage écrit qui ne peut s expliquer par une cause évidente*.» ... Dyslexie?... Définition : «Déficit durable et significatif du langage écrit qui ne peut s expliquer par une cause évidente*.» La dyslexie est bien un déficit, inscrit dans la Nomenclature Française

Plus en détail

Nous tenons à remercier particulièrement nos collègues de la région qui ont gracieusement accepté de partager le fruit de leurs recherches :

Nous tenons à remercier particulièrement nos collègues de la région qui ont gracieusement accepté de partager le fruit de leurs recherches : GUIDE D ACCOMPAGNEMENT pour les élèves ayant des besoins particuliers Septembre 2011 Le présent document est un amalgame de nombreuses sources : nos expertises personnelles, des références Web, des livres

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Equilibrer les 4 domaines d apprentissage. laetitia.seyfried@ac-strasbourg.fr

Equilibrer les 4 domaines d apprentissage. laetitia.seyfried@ac-strasbourg.fr Equilibrer les 4 domaines d apprentissage 4 domaines Identification et production de mots Compréhension de textes Production de textes Acculturation au monde de l écrit Vers un équilibre possible Acculturation

Plus en détail

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE?

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? 10 504, boulevard Saint-Laurent, local 1 Montréal, (Qc), H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? QU'EST-CE QUE LE BÉGAIEMENT? à Trouble caractérisé par une fréquence

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Annexe 1 : Modèles de plans de transition

Annexe 1 : Modèles de plans de transition 35 Annexe 1 : Modèles de plans de transition Les quatre modèles de plans de transition ci-après sont fondés sur des cas fictifs, qui ont été conçus uniquement à titre d illustration. Les trois premiers

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle. Liste des 24 catégories de connaissances et compétences à développer

François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle. Liste des 24 catégories de connaissances et compétences à développer Programme par Cœur François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle Trousse de consolidation des connaissances et compétences scolaires Attention, mémoire, raisonnement, stratégies, habiletés linguistiques

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION À L INTENTION DES PARENTS

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION À L INTENTION DES PARENTS École secondaire Louis-Philippe-Paré 235, boulevard Brisebois, Châteauguay (Québec) J6K 3X4 Téléphone : 514 380-8899 Télécopieur : 450 692-0031 Site Web : http://lpp.csdgs.qc.ca/ Courriel : lpp@csdgs.qc.ca

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Dystrophie musculaire

Dystrophie musculaire Définition Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence et l affaiblissement progressif

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail