Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle"

Transcription

1 LES DÉFAILLANCES ATTENTIONNELLES QUOTIDIENNES Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle Présenté par Aurélien LE CHEVANTON doctorant Sous la direction du Professeur Émérite Alain VOM HOFE Laboratoire ICONES Normandie Université Rouen

2 Arrière-plan contextuel et théorique QDAQ = 4 capacités attentionnelles Focalisation Partage Soutenue CONTRÔLE ATTENTIONNEL attention exécutive (Engle et Kane, 2003 ; Posner et Petersen, 1990, 2012) LE CONTRÔLE ATTENTIONNEL Activité volontaire coûteuse attentionnellement Réguler ses réponses (Posner et Petersen, 2012 ; Posner et Rothbart, 2014) Impliqué dans : 1) Situations nouvelles, 2) Inhibition de réponses automatisées, 3) Suivi et résolution de conflits entre réponses, Opérationnalisation déléguée aux neurosciences

3 Opérationnalisation du contrôle CONSTAT N 1 : Difficulté d opérationnalisation CONSTAT N 2 : variété de tâches et de processus : empans, inhibition, AS, Switching, Shifting... AX-CPT Tâche attentionnelle Manipulation du contexte pré- et post- stimulation Continuous Performance Task (CPT de Rosvold, Mirsky, Sarason, Bransome et Beck, 1956) = Attention soutenue Version AX = contrôle attentionnel

4 LES VERSIONS DE L AX-CPT : avec ou sans Feedbacks Version AX (Braver et Barch, 2002) = Conditions 1 et 2 T1 T2 T3 T4 T5 A ou B Délai IS X ou Y Réponse Délai IE + Feedback 1000 ms 2000 ms 500 ms 1500 ms 1200 ms 19 volontaires (âge moyen = 25 ; 8 hommes, 11 femmes) Test = 40 essais (28 AX 5 AY 5 BX 2 BY) Hypothèse 1 : moy.tr (BX) < moy.tr (AY) Résultats 1 : Moyennes différentes de 158 ms [p<0,05] Hypothèse 2 : Feedback = Erreurs connues = Effort de remédiation = CONTRÔLE Prédiction : Erreur avec Feedback = Temps de réaction (TR) augmentent juste après Résultats : 1) trop rapide = TR bas 2) oublis de l amorce = TR élevés

5 Première discussion Inhibition de réponse automatisée Indices pertinents : différence TR AY BX Version Base 1 et 2 (Braver, 2002) : assez simple pour adultes sains 40% des individus : moy.tr < 350 ms (TR simple) Nb.Erreur = 0

6 Condition interférente : tâche d Ericksen 1 ère lettre A ou B 2 ème lettre X ou Y entourée de SS-SS ou XX-XX ou YY-YY Différence AY BX retrouvée Hypothèse 1 : moy.tr (Flankers) > moy.tr (Base) VALIDÉE : Moyennes différentes de 89 ms [p<0,05] (BX et BY ne varient presque pas!) Hypothèse 2 : moy.tr (Incongruents) > moy.tr (congruents) VALIDÉE : Moyennes différentes de 59 ms [p<0,05] Hypothèse 3 : moy.tr (AY.Incongruents) > moy.tr (AY.Congruents) REJETÉE : Descriptivement +30 ms pour incongruents et E-T beaucoup plus faibles

7 Discussion condition interférente Qu est-ce qui en fait une tâche de contrôle? Nouveauté des flankers parmis les autres conditions Difficulté perceptivo-sensorielle Inhibition due à la tâche AX Résistance aux interférences lues Différence nette essais BX AY

8 Condition double tâche Première lettre : A ou B Deuxième lettre : X ou Y ou x Consignes : À l affiche de la deuxième lettre répondre 1 si AX ou 2 pour les autres Ensuite répondre 1 si X majuscule ou 2 pour les autres (Y ou x) Peu de sujets ont répondu Med.1(TR) = 560 ms (le plus élevé) ; Nb.Erreurs moyen = 4 (le plus élevé) Med.2(TR) = 200 ms ; Nb.erreurs moyen = 0 Les participant semblent traiter les deux questions mentalement puis répondre

9 Conclusion analyses INTER La condition interférente correspond définition CC La tâche apporte des indices ciblés : essais AY Comparaison possible Essais simples vs. Essais CC Observation effort de contrôle après erreur avec feedback Proposition analyses INTRA Analyses ex-gaussienne (Ratcliff et Murdock, 1976 ; Mewhort, Braun et Heathcote, 1992 ; Spieler, Faust et Balota, 2000). Paramètres Mu, Sigma et Tau : Tau = composante non gaussienne Indices de centralité réducteurs (Fagot, De Ribaupierre et coll., 2008)

10 Variabilité INTRA : quels indices du contrôle? TR longs = peu d erreurs car contrôle VERSUS TR courts = beaucoup d erreurs Ressemble au style cognitif impulsif/réfléchi avec 4 profils Observe-t-on des phases dans un cycle d essais? TR longs au début décroissent croissent avec une erreur (= contrôle enclenché)? Découpage des essais de 10 en 10 Essais AY sont cruciaux! Comment réagit le sujet? Augmentation des TR AY à l essai suivant? AUX essais suivants? Différentes conséquences essais AY réussis ou échoués?

11 Merci pour votre ATTENTION soutenue! Botvinick, M. M., Braver, T. S., Carter, C. S., Barch, D. M., & Cohen, J. D. (2001). Evaluating the demand for control: Anterior cingulate cortex and crosstalk monitoring. Psychological Review, 108, Braver, T. S. (2012). The variable nature of cognitive control: a dual mechanisms framework. Trends in Cognitive Sciences, 16(2), Braver, T. S., & Barch, D. M. (2002). A theory of cognitive control, aging cognition, and neuromodulation. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 26(7), Eriksen, B. A. et Eriksen, C. W. (1974). Effects of noise letters upon the identification of a target letter in a nonsearch task. Perception & psychophysics, 16(1), Fagot, D., Dirk, J., Ghisletta, P., & De Ribaupierre, A. (2008). Différences d'âges et distribution des temps de réponses: exemple d'une analyse ex-gaussienne sur la tâche du Stroop chez les enfants. Fan, J., McCandliss, B., Sommer, T., Raz, A., Posner, M. (2002). Testing the efficiency and independence of attentional networks. Journal of Cognitive Neuroscience 14 (3): Faust, M. E., Balota, D. A., Spieler, D. H., & Ferraro, F. R. (1999). Individual differences in information-processing rate and amount: implications for group differences in response latency. Psychological bulletin, 125(6), 777. Kane, M. J. et Engle, R. W. (2003). Working-memory capacity and the control of attention: The contributions of goal neglect, response competition, and task set to Stroop interference. Journal of Experimental Psychology: General, 132(1), Mewhort, D. J., Braun, J. G., & Heathcote, A. (1992). Response time distributions and the Stroop task: A test of the Cohen, Dunbar, and McClelland (1990) model. Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance, 18(3), 872. Posner, M. I., & Dehaene, S. (1994). Attentional networks. Trends in neurosciences, 17(2), Posner, M. I., & Petersen, S. E. (1989). The attention system of the human brain (No. TR-89-1). WASHINGTON UNIV ST LOUIS MO DEPT OF NEUROLOGY. Posner, M. I., & Rothbart, M. K. (2014). Attention to learning of school subjects. Trends in neuroscience and education, 3(1), Ratcliff, R., & Murdock, B. B. (1976). Retrieval processes in recognition memory. Psychological Review, 83(3), 190. Rosvold, H. E., Mirsky, A. F., Sarason, I., Bransome Jr, E. D., & Beck, L. H. (1956). A continuous performance test of brain damage. Journal of consulting psychology, 20(5), 343. Unsworth, N., Brewer, G. A., & Spillers, G. J. (2012). Variation in cognitive failures: An individual differences investigation of everyday attention and memory failures. Journal of Memory and Language, 67(1), 1-16.

UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices

UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices Master 1 Sciences du Sport et du Mouvement Humain UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices 48H CM 12H TD contrôle terminal écrit (2H) contrôle continu (TD) 1 Présentation générale Apprentissage

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

Marie-Pierre BRUYAS INRETS LESCOT

Marie-Pierre BRUYAS INRETS LESCOT Impact des systèmes d information sur la conduite automobile Marie-Pierre BRUYAS INRETS LESCOT Attention et conduite automobile Conduire : une activité complexe Traiter un grand nombre d informations Sélectionner

Plus en détail

Thierry BELLET INRETS-LESCOT

Thierry BELLET INRETS-LESCOT Modélisation et simulation cognitive du conducteur automobile : De l analyse des représentations mentales à la simulation dynamique de la prise de décision Thierry BELLET INRETS-LESCOT Le programme COSMODRIVE

Plus en détail

Licence 3 UE 36. L apprentissage des habiletés motrices. Partie 2 Les effets de la pratique (suite)

Licence 3 UE 36. L apprentissage des habiletés motrices. Partie 2 Les effets de la pratique (suite) Licence 3 UE 36 L apprentissage des habiletés motrices Bernard Thon UFR.STAPS Université Paul Sabatier Toulouse Partie 2 Les effets de la pratique (suite) Evolution de la détection des erreurs Schmidt

Plus en détail

Neuroscience du rythme

Neuroscience du rythme Neuroscience du rythme Isabelle Peretz Professeure en psychologie BRAMS Université de Montréal Psychologie du temps, PUF, 1967. Psychologie du rythme. PUF, 1974 Rhythm and tempo, The psychology of music,

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Pour une mobilité sure et durable des

Pour une mobilité sure et durable des Safe Move For older drivers Pour une mobilité sure et durable des conducteurs âgés Claude Marin-Lamellet IFSTTAR-TS2-LESCOT 2 Partenaires Projet miroir en Suède Financeurs 3 Personnes impliquées IFSTTAR

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Analyse de l étude réalisée par Christopher Bowie Professeur et Chercheur à la Queens University

Analyse de l étude réalisée par Christopher Bowie Professeur et Chercheur à la Queens University Analyse de l étude réalisée par Christopher Bowie Professeur et Chercheur à la Queens University [Etude] «Amélioration des marqueurs neurophysiologiques et neuropsychologiques après un court entrainement

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

Source analysis of the N2 in a cued G0/NoGo task. Evelijne M. Bekker, J. Leon Kenemans, Marinus N. Verbaten

Source analysis of the N2 in a cued G0/NoGo task. Evelijne M. Bekker, J. Leon Kenemans, Marinus N. Verbaten Source analysis of the N2 in a cued G0/NoGo task Evelijne M. Bekker, J. Leon Kenemans, Marinus N. Verbaten Introduction Méthodologie Sujets Tâches et procédures Enregistrements électrophysiologiques Analyse

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

PRÉPARATION TERMINALE AVANT UNE ÉCHÉANCE MAJEURE

PRÉPARATION TERMINALE AVANT UNE ÉCHÉANCE MAJEURE PRÉPARATION TERMINALE AVANT UNE ÉCHÉANCE MAJEURE LA PRÉPARATION PHYSIQUE DES DERNIERS JOURS Les Jeux Olympiques de Londres 2012 Un essai de N. Krantz Mai & juin 2012 LES REPRÉSENTATIONS COMME PORTE D ENTRÉE

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

OPTIMISER LES RELATIONS COACH- ATHLETE POUR LA PERFORMANCE. Gilbert AVANZINI MAP/ DPS / INSEP

OPTIMISER LES RELATIONS COACH- ATHLETE POUR LA PERFORMANCE. Gilbert AVANZINI MAP/ DPS / INSEP OPTIMISER LES RELATIONS COACH- ATHLETE POUR LA PERFORMANCE Gilbert AVANZINI MAP/ DPS / INSEP 4 ème rencontre des entraîneurs TRIATHLON 20 Novembre 2010 RAPPORTS ENTRAINEUR / PERFORMANCE «CHEF DE PROJET»

Plus en détail

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Formation offerte par Dominic Gauthier Conseiller pédagogique Gauthier.dominic@cscapitale.qc.ca 17 octobre 2014 Ordre du jour Fonctions cognitives

Plus en détail

Développement de lois et de structures de réglages destinées à la téléopération avec retour d effort

Développement de lois et de structures de réglages destinées à la téléopération avec retour d effort Développement de lois et de structures de réglages destinées à la téléopération avec retour d effort Thomas Delwiche, Laurent Catoire et Michel Kinnaert Faculté des Sciences Appliquées Service d Automatique

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Questionnaires. Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes :

Questionnaires. Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes : Annexe No.2 Questionnaires Premier objectif Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes : 1. Dans votre entreprise ou dans votre service, pensez-vous que la gestion

Plus en détail

Concevoir un produit facile à utiliser

Concevoir un produit facile à utiliser Éric BRANGIER et Javier B ARCENILLA Concevoir un produit facile à utiliser Adapter les technologies à l homme Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2900-7 Sommaire AVANT-PROPOS...1 Chapitre 1 LA

Plus en détail

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Université Paris-Descartes M2 RECHERCHE PSYCHOLOGIE COGNITIVE NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Ouvrage recommandé : Fiori N. (2006). Les Neurosciences Cognitives. Armand Colin,

Plus en détail

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants TRANSCRIPTION BALADO # 1 Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants d immersion en français, produite par des professeurs de l Institut des langues

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

Sonia Lupien Ph.D. CONFÉRENCES 2014

Sonia Lupien Ph.D. CONFÉRENCES 2014 Sonia Lupien Ph.D. CONFÉRENCES 2014 Sonia Lupien détient un doctorat en neurosciences de l Université de Montréal et est chercheuse scientifique. Elle a fait ses études postdoctorales à l'university of

Plus en détail

Fiche n o 4 : Revue intégrative de la recherche

Fiche n o 4 : Revue intégrative de la recherche Revue intégrative de la recherche sur les interventions de changement de comportements 1. Titre chez les personnes âgées Conn V.S., Minor M. A., Burks K. J., M.J. R, Pomeroy S H. Integrative review of

Plus en détail

Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation

Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation 1 Plan de la communication Contexte et problématique de la recherche

Plus en détail

DEMANDER UN MOT DE PASSE

DEMANDER UN MOT DE PASSE DEMANDER UN MOT DE PASSE A noter : cette procédure permet d obtenir à la fois son identifiant et un nouveau mot de passe (mot de passe initial ou mot de passe oublié). Quels que soient le site et la page

Plus en détail

Titre : Etude des lois de l intensité électrique Niveau : 4ème

Titre : Etude des lois de l intensité électrique Niveau : 4ème Titre : Etude des lois de l intensité électrique Niveau : 4ème Type d activité TP «virtuel» à faire à la maison Connaissances : - L intensité du courant est la même en tout point d un circuit en série.

Plus en détail

L AGILITÉ ORGANISATIONNELLE Du concept à l opérationnalisation

L AGILITÉ ORGANISATIONNELLE Du concept à l opérationnalisation L AGILITÉ ORGANISATIONNELLE Du concept à l opérationnalisation Hugues Simard Conseiller stratégique Consultant en développement organisationnel 418.454.3573 hsimard@doptimum.com LES DIFFÉRENTES FACETTES

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Heidi WECHTLER. Octobre 2005

Heidi WECHTLER. Octobre 2005 Heidi WECHTLER Le support aux analyses de données Séminaire GREGOR Octobre 2005 Support aux analyse de données du GREGOR Le poste Chargée d étude statistiques au GREGOR, bureau B126 (wechtler.iae@univ-paris1.fr)

Plus en détail

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2

Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Jocatop : Lecthème lecture cycle 2 Logiciel de français permettant de différencier les parcours. PRESENTATION DE L OUTIL http://www.jocatop.fr Logiciel commercial : Prix 188 Configuration requise : Fonctionne

Plus en détail

Selor Community Assessment Centers Quintessence Consulting

Selor Community Assessment Centers Quintessence Consulting Quintessence Consulting Selor Community Assessment Centers Quintessence Consulting Programme La méthode assessment center Les antécédents historiques les plus importants L évaluation contextuelle L AC

Plus en détail

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ!

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LA REVOLUTION Plus qu'une simple révision, la WPPSI -IV est une évolution majeure pour l'examen psychologique : l évaluation est à la fois plus écologique et rigoureuse

Plus en détail

L impact de la technologie des matelas Mammoth sur le sommeil objectif et subjectif des bons dormeurs. Dr Jason Ellis (PhD, CPsychol)

L impact de la technologie des matelas Mammoth sur le sommeil objectif et subjectif des bons dormeurs. Dr Jason Ellis (PhD, CPsychol) Dr Jason Ellis (PhD, CPsychol) Professeur de psychologie Université de Northumbria Février 2012 Mammoth Sport Ltd. L impact de la technologie des matelas Mammoth sur le sommeil objectif et subjectif des

Plus en détail

Vieillissement et mémoire spatiale

Vieillissement et mémoire spatiale Vieillissement et mémoire spatiale Problématique dans la conduite automobile Després Olivier & Dufour André Séminaire Deufrako Mercredi 3 mai 212 Séminaire Deufrako, 3.5.212 1 Plateforme Physiologie &

Plus en détail

JOURNÉES TECHNIQUES ROUTES

JOURNÉES TECHNIQUES ROUTES LES PLÉNIÈRES 2009 DU LCPC AUBERLET - ROSEY Page 1/17 Utilisation d un simulateur de conduite pour l étude de l impact d un aménagement routier sur la conduite : application aux hauts de côte ( INRETS-LCPC

Plus en détail

Expérience subjective.

Expérience subjective. Expérience subjective. Exercice: 1. Fermez les yeux. Imaginez un ours blanc, imaginez la forme de son corps. Imaginez la forme de sa tête. La texture de sa fourrure. Imaginez son odeur. Lever la main dès

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES GESTIONNAIRES PROFIL DE DÉVELOPPEMENT DU GESTIONNAIRE ET Par Gilles Vachon, M.Ed., M.A.Ps. psychologue et consultant en ressources humaines

Plus en détail

Cours. Les limites du traitement subliminal. Le propre de la conscience

Cours. Les limites du traitement subliminal. Le propre de la conscience L inconscient cognitif et la profondeur des opérations subliminales Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Cours Les limites du traitement subliminal Le propre de la conscience

Plus en détail

Design Participatif d un système de vote électronique en Belgique

Design Participatif d un système de vote électronique en Belgique Parotte Céline Rossignol Nicolas Centre de recherches SPIRAL Université de Liège Design Participatif d un système de vote électronique en Belgique Quand la parole est donnée aux utilisateurs Historique

Plus en détail

Stratégie générale. Représentation mentale des actions. Opérations sur des représentations abstraites

Stratégie générale. Représentation mentale des actions. Opérations sur des représentations abstraites La Planification de l Action Planification de l action laction Stratégie générale Simulation des actions Représentation mentale des actions. Opérations sur des représentations abstraites Introduction Désigne

Plus en détail

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46 Table des matières SOMMAIRE LISTE DES TABLEAUX LISTE DES ABRÉVIATIONS REMERCIEMENTS ii vii ix xi INTRODUCTION 1 CONTEXTE THÉORIQUE 5 Le système vasculaire cérébral 6 L'ischémie cérébrale transitoire 9

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

L analyse des besoins en ergonomie

L analyse des besoins en ergonomie L analyse des besoins en ergonomie Qu est-ce que l ergonomie? Un ensemble de connaissances et de méthodes dont le but est l amélioration des situations de travail (organisation, postes, outils, ) Soit

Plus en détail

Partie I : Implantation d un réseau de neurones RBF sur des systèmes embarqués : la détection et la reconnaissance de visages en temps réel

Partie I : Implantation d un réseau de neurones RBF sur des systèmes embarqués : la détection et la reconnaissance de visages en temps réel 1 Partie I : Implantation d un réseau de neurones RBF sur des systèmes embarqués : la détection et la reconnaissance de visages en temps réel F.Yang M.Paindavoine GDR-ISIS 20 Janvier 2005 Paris 2 Plan

Plus en détail

MIEUX CONNAITRE LE CERVEAU POUR MIEUX APPRENDRE

MIEUX CONNAITRE LE CERVEAU POUR MIEUX APPRENDRE MIEUX CONNAITRE LE CERVEAU POUR MIEUX APPRENDRE Levallois-Perret 12 janvier Prudence Curiosité Sensibilisation Innovation Neurosciences et pédagogie 5 grandes étapes qui nous concernent : RECONNAISSANCE

Plus en détail

Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique

Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique Prise de décision d Et sujet âgé : support neurobiologique Pr C. Hommet Centre Mémoire M Ressources Recherche (CMRR) Médecine Interne GériatriqueG Inserm U 930 CHU Tours Angers 20 novembre 2008 Vieillissement

Plus en détail

P oc o e c s e s s u s s u s e t e o u o t u il i s l s d d a c a c c u c e u i e l i l e t e d d i n i t n ég é r g at a io i n Boîte à outils (7)

P oc o e c s e s s u s s u s e t e o u o t u il i s l s d d a c a c c u c e u i e l i l e t e d d i n i t n ég é r g at a io i n Boîte à outils (7) Processus et outils d accueil et d intégration Boîte à outils (7) Accueillir et intégrer Il existe un consensus sur l importance du sujet : Le recrutement ne s arrête pas à l issue de l entretien et de

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Lecture(s) d écran(s) Thierry Baccino Université Paris 8 CHART-LUTIN (EA 4004) http://www.lutin-userlab.fr

Lecture(s) d écran(s) Thierry Baccino Université Paris 8 CHART-LUTIN (EA 4004) http://www.lutin-userlab.fr Lecture(s) d écran(s) Thierry Baccino Université Paris 8 CHART-LUTIN (EA 4004) http://www.lutin-userlab.fr Une multitude de supports Depuis le XVème siècle jusqu à aujourd hui: le livre imprimé Depuis

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Coaching dans les organisations de la santé

Coaching dans les organisations de la santé Coaching dans les organisations de la santé Jeudi 29 octobre 2009 15h 30 heures Institut National d Administration d Sanitaire Ulrike Breitschuh Avec l appui l de la Coopération Allemande (GTZ) au Maroc

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

«Le pouvoir d agir sur son propre travail» Les conseils d atelier

«Le pouvoir d agir sur son propre travail» Les conseils d atelier Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Cabinet SECAFI CTS Changement Travail Santé agréé par le ministère du Travail et habilité IPRP Siège social SECAFI CTS : 20, rue Martin Bernard

Plus en détail

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT»

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» 1. Introduction La sécurité est un sentiment et une réalité. La réalité de la sécurité est mathématique, elle est basée sur la probabilité de différents risques

Plus en détail

La mobilisation des employés: importance et facteurs clés de succès. Conférence IGF 25 mars 2015

La mobilisation des employés: importance et facteurs clés de succès. Conférence IGF 25 mars 2015 La mobilisation des employés: importance et facteurs clés de succès Conférence IGF 25 mars 2015 Ce dont je vais vous parler L importance de la mobilisation Notre rôle comme gestionnaire Le parcours de

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Comparaison entre un groupe expérimental et un groupe témoin (Corrigé) /30

Comparaison entre un groupe expérimental et un groupe témoin (Corrigé) /30 Comparaison entre un groupe expérimental et un groupe témoin (Corrigé) /30 I1 Connaissances préalables : Buts spécifiques : Outils nécessaires: Consignes générales : Test t de comparaison de moyennes pour

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

de la formation en milieu de travail :

de la formation en milieu de travail : L évaluation du retour sur investissement de la formation en milieu de travail : indicateurs et méthodes Yves Chochard, Ph. D. Professeur à la Faculté des Sciences de l Education L évaluation du retour

Plus en détail

A tool-kit for program sustainability evaluation

A tool-kit for program sustainability evaluation A tool-kit for program sustainability evaluation 5th Nordic Health Promotion Research Conference Esbjerg,, Denmark, June 16, 2006 Ridde Valéry, Ph. D., valery.ridde@umontreal.ca Pluye,, Pierre, MD. Ph.

Plus en détail

RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET. Cette évaluation compte pour 5 points

RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET. Cette évaluation compte pour 5 points RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET Cette évaluation compte pour 5 points 1. Mise en contexte du projet et énoncé de la problématique Aspects techniques et non techniques (environnement, santé sécurité, éthique,

Plus en détail

Jeu des 7 situations managériales.

Jeu des 7 situations managériales. Team building Jeu des 7 situations managériales. RECRUTER PILOTER ET PARLER POUR ÊTRE COMPRIS FORMER COACHER RESOUDRE, GERER LES CONFLITS DELEGUER et DEVELOPPER L'AUTONOMIE PAR DES MICRO-PROJETS CONDUIRE

Plus en détail

Michel Beaudoin, UQO michel.beaudoin @uqo.ca

Michel Beaudoin, UQO michel.beaudoin @uqo.ca michel.beaudoin @uqo.ca Remerciements Coreper Groupe Conseil en Mathématique, Science et Technologie de l Outaouais Mme Paule Bellehumeur Enseignants des Cs de l Outaouais Mme Bouchra Zerhouni, assistante

Plus en détail

Le réentrainement attentionnel

Le réentrainement attentionnel Le réentrainement attentionnel Une nouvelle méthode pour réduire les troubles émotionnels Alexandre Heeren a, b a Groupe de recherche en Psychopathologie et Neurosciences, Université catholique de Louvain

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Direction territoriale Ouest Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Stéphanie Bordel (Cerema/ DTerOuest) & Alain Somat (Université de Rennes 2/ CRPCC) L évaluation des politiques publiques

Plus en détail

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice.

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Laurent Bouyer, Ph.D. Professeur agrégé département de réadaptation

Plus en détail

Evaluation des compétences et portfolio Michel Vial, MCF, Aix-Marseille Nicole Mencacci, MCF, Nice 19 septembre 2007, Chalon sur Saône

Evaluation des compétences et portfolio Michel Vial, MCF, Aix-Marseille Nicole Mencacci, MCF, Nice 19 septembre 2007, Chalon sur Saône (2007) Evaluation des compétences et portfolio. Conférence à Chalon, organisée par le rectorat de Dijon Evaluation des compétences et portfolio Michel Vial, MCF, Aix-Marseille Nicole Mencacci, MCF, Nice

Plus en détail

Evaluation clinique des fonctions exécutives

Evaluation clinique des fonctions exécutives Evaluation clinique des fonctions exécutives SIMION Audrey Psychologue-Neuropsychologue, Service de Médecine Physique et de Réadaptation UEROS CHU Pellegrin Evaluation des fonctions exécutives Pas un score

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16 Table des matières PRÉFACE... 5 Patrice Roussel AVANT-PROPOS ET REMERCIEMENTS... 11 Sylvie Saint-Onge et Victor Y. Haines III CHAPITRE 1 LA GESTION DES PERFORMANCES DES ORGANISATIONS ET DES PERSONNES..

Plus en détail

Morningstar Investment Conference France

Morningstar Investment Conference France Morningstar Investment Conference France Comment transformer votre risque en allié? TANGUY DE LAUZON MORNINGSTAR INVESTMENT CONSULTING 5 JUIN 2013 2013 Morningstar. All rights reserved. Sommaire 1.

Plus en détail

Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation

Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation Dossier Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation ÉRIC VERDIER Laboratoire d économie et de sociologie

Plus en détail

SYMPOSIUM : COGNITIONS EN PSYCHIATRIE

SYMPOSIUM : COGNITIONS EN PSYCHIATRIE «JKLU «_ßUßOW : «UÁ - «î U «- Hk «c «Ød. Ë b b «Eu«d «LNOQÁ û UÁ «w DKV IOOLNU î U «± ªBBW Hk «c«ød. «ù UÁ u«ÿ b b MU t «b «ßW cá îö ±s º M Z ±Kªh :«Nb ±s cá «b «ßW u ß Fd«±ª Kn u«ÿ «ù UÁ Ë î U «Hk «c«ød

Plus en détail

L approche agile au-delà du développement logiciel:

L approche agile au-delà du développement logiciel: L approche agile au-delà du développement logiciel: une étude descriptive des pratiques émergentes Présentation du 16 avril 2014 Par : Marie-Michèle Lévesque Maîtrise en gestion de projet (profil recherche)

Plus en détail

Plan. Définitions Objectifs Historique Etapes Avantages et Limites

Plan. Définitions Objectifs Historique Etapes Avantages et Limites ASSESSMENT CENTER Plan Définitions Objectifs Historique Etapes Avantages et Limites Définitions Centre d évaluation Pluralité de techniques Evaluation de comportements Spécialistes de l évaluation Plusieurs

Plus en détail

Évaluation expérimentale de l application de la théorie «Vision-Compréhension» aux patrons de conception

Évaluation expérimentale de l application de la théorie «Vision-Compréhension» aux patrons de conception Évaluation expérimentale de l application de la théorie «Vision-Compréhension» aux patrons de conception Bertrand Van den Plas Faculté d Informatique Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix 21 septembre

Plus en détail

L apprentissage en groupe

L apprentissage en groupe L apprentissage en groupe Dynamique de groupe David Savoy Objectifs de la journée S entraîner aux présentations Identifier les principes de base de la dynamique des groupes (rappel) dans le cadre de la

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA. Apports de la psychologie environnementale

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA. Apports de la psychologie environnementale AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA Apports de la psychologie environnementale LA PSYCHOLOGIE ENVIRONNEMENTALE Naissance dans les années 60 aux USA Réflexions

Plus en détail

La sélection collaborative de pages Web pertinentes

La sélection collaborative de pages Web pertinentes Environnements Informatiques pour l Apprentissage Humain, Montpellier 347 La sélection collaborative de pages Web pertinentes Jérôme Dinet Université de Metz Equipe Transdisciplinaire sur l Interaction

Plus en détail

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013

PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF. Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 PRÉSENTATION TRAVAIL EN COURS - APPRENTISSAGE INTERACTIF Ianis Lallemand, 21 janvier 2013 APPRENTISSAGE INTERACTIF definition Contours encore assez flous dans le champ de l apprentissage automatique. Néanmoins,

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

L évaluation du rendement de la formation en entreprise

L évaluation du rendement de la formation en entreprise L évaluation du rendement de la formation en entreprise Université de Fribourg (Suisse) - CIRDEP, UQAM Atelier de l Observatoire Compétences-Emplois 9.12.2010 Chaire des Ressources Humaines et Organisation

Plus en détail

Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général

Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général INTRODUCTION MCOR_CF-AC_COA_3050 2 Mon propos d aujourd hui Définir Distinguer Appliquer aux enjeux

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Troisième Cours. Mesure du décours temporel des opérations cognitives

Troisième Cours. Mesure du décours temporel des opérations cognitives L'imagerie cérébrale en psychologie cognitive Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Troisième Cours Mesure du décours temporel des opérations cognitives Pourquoi la psychologie

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT DES FONCTIONS COGNITIVES

LE VIEILLISSEMENT DES FONCTIONS COGNITIVES LE VIEILLISSEMENT DES FONCTIONS COGNITIVES Cécile Cimetière et Sophie Schumm Psychologues Neuropsychologues Hôpital Charles Foix, Ivry sur seine PLAN : I NEUROPSYCHOLOGIE? II FONCTIONS COGNITIVES? III

Plus en détail

Processus cognitifs complexes Les fonctions exécutives

Processus cognitifs complexes Les fonctions exécutives Processus cognitifs complexes Les fonctions exécutives Dossier enseignants EPPDCSI-DEF Sommaire : Les fonctions exécutives Page 2 Le test des tracés Page 6 Le test de Stroop Page 10 Le test de la Tour

Plus en détail

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal Analyse communicationnelle de l épuisement professionnel (burnout) chez les travailleurs et travailleuses du domaine des communications-marketing au Québec Sarah DÉRAPS Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Neuropsychologie de l attention

Neuropsychologie de l attention L attention: définitions Neuropsychologie de l attention Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles Saint Quentin Et ER6, UPMC Définition difficile, phénomènes

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

1. Des contre-exemples?

1. Des contre-exemples? Approche «orientée utilisateur» et adaptation à l être humain Cours de N. Bonnardel PSY Q11B - Analyse ergonomique des situations de terrain 1. Des contre-exemples? Pour faciliter l adaptation à l être

Plus en détail