Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle"

Transcription

1 LES DÉFAILLANCES ATTENTIONNELLES QUOTIDIENNES Pister l émergence du contrôle cognitif au cours d une tâche attentionnelle Présenté par Aurélien LE CHEVANTON doctorant Sous la direction du Professeur Émérite Alain VOM HOFE Laboratoire ICONES Normandie Université Rouen

2 Arrière-plan contextuel et théorique QDAQ = 4 capacités attentionnelles Focalisation Partage Soutenue CONTRÔLE ATTENTIONNEL attention exécutive (Engle et Kane, 2003 ; Posner et Petersen, 1990, 2012) LE CONTRÔLE ATTENTIONNEL Activité volontaire coûteuse attentionnellement Réguler ses réponses (Posner et Petersen, 2012 ; Posner et Rothbart, 2014) Impliqué dans : 1) Situations nouvelles, 2) Inhibition de réponses automatisées, 3) Suivi et résolution de conflits entre réponses, Opérationnalisation déléguée aux neurosciences

3 Opérationnalisation du contrôle CONSTAT N 1 : Difficulté d opérationnalisation CONSTAT N 2 : variété de tâches et de processus : empans, inhibition, AS, Switching, Shifting... AX-CPT Tâche attentionnelle Manipulation du contexte pré- et post- stimulation Continuous Performance Task (CPT de Rosvold, Mirsky, Sarason, Bransome et Beck, 1956) = Attention soutenue Version AX = contrôle attentionnel

4 LES VERSIONS DE L AX-CPT : avec ou sans Feedbacks Version AX (Braver et Barch, 2002) = Conditions 1 et 2 T1 T2 T3 T4 T5 A ou B Délai IS X ou Y Réponse Délai IE + Feedback 1000 ms 2000 ms 500 ms 1500 ms 1200 ms 19 volontaires (âge moyen = 25 ; 8 hommes, 11 femmes) Test = 40 essais (28 AX 5 AY 5 BX 2 BY) Hypothèse 1 : moy.tr (BX) < moy.tr (AY) Résultats 1 : Moyennes différentes de 158 ms [p<0,05] Hypothèse 2 : Feedback = Erreurs connues = Effort de remédiation = CONTRÔLE Prédiction : Erreur avec Feedback = Temps de réaction (TR) augmentent juste après Résultats : 1) trop rapide = TR bas 2) oublis de l amorce = TR élevés

5 Première discussion Inhibition de réponse automatisée Indices pertinents : différence TR AY BX Version Base 1 et 2 (Braver, 2002) : assez simple pour adultes sains 40% des individus : moy.tr < 350 ms (TR simple) Nb.Erreur = 0

6 Condition interférente : tâche d Ericksen 1 ère lettre A ou B 2 ème lettre X ou Y entourée de SS-SS ou XX-XX ou YY-YY Différence AY BX retrouvée Hypothèse 1 : moy.tr (Flankers) > moy.tr (Base) VALIDÉE : Moyennes différentes de 89 ms [p<0,05] (BX et BY ne varient presque pas!) Hypothèse 2 : moy.tr (Incongruents) > moy.tr (congruents) VALIDÉE : Moyennes différentes de 59 ms [p<0,05] Hypothèse 3 : moy.tr (AY.Incongruents) > moy.tr (AY.Congruents) REJETÉE : Descriptivement +30 ms pour incongruents et E-T beaucoup plus faibles

7 Discussion condition interférente Qu est-ce qui en fait une tâche de contrôle? Nouveauté des flankers parmis les autres conditions Difficulté perceptivo-sensorielle Inhibition due à la tâche AX Résistance aux interférences lues Différence nette essais BX AY

8 Condition double tâche Première lettre : A ou B Deuxième lettre : X ou Y ou x Consignes : À l affiche de la deuxième lettre répondre 1 si AX ou 2 pour les autres Ensuite répondre 1 si X majuscule ou 2 pour les autres (Y ou x) Peu de sujets ont répondu Med.1(TR) = 560 ms (le plus élevé) ; Nb.Erreurs moyen = 4 (le plus élevé) Med.2(TR) = 200 ms ; Nb.erreurs moyen = 0 Les participant semblent traiter les deux questions mentalement puis répondre

9 Conclusion analyses INTER La condition interférente correspond définition CC La tâche apporte des indices ciblés : essais AY Comparaison possible Essais simples vs. Essais CC Observation effort de contrôle après erreur avec feedback Proposition analyses INTRA Analyses ex-gaussienne (Ratcliff et Murdock, 1976 ; Mewhort, Braun et Heathcote, 1992 ; Spieler, Faust et Balota, 2000). Paramètres Mu, Sigma et Tau : Tau = composante non gaussienne Indices de centralité réducteurs (Fagot, De Ribaupierre et coll., 2008)

10 Variabilité INTRA : quels indices du contrôle? TR longs = peu d erreurs car contrôle VERSUS TR courts = beaucoup d erreurs Ressemble au style cognitif impulsif/réfléchi avec 4 profils Observe-t-on des phases dans un cycle d essais? TR longs au début décroissent croissent avec une erreur (= contrôle enclenché)? Découpage des essais de 10 en 10 Essais AY sont cruciaux! Comment réagit le sujet? Augmentation des TR AY à l essai suivant? AUX essais suivants? Différentes conséquences essais AY réussis ou échoués?

11 Merci pour votre ATTENTION soutenue! Botvinick, M. M., Braver, T. S., Carter, C. S., Barch, D. M., & Cohen, J. D. (2001). Evaluating the demand for control: Anterior cingulate cortex and crosstalk monitoring. Psychological Review, 108, Braver, T. S. (2012). The variable nature of cognitive control: a dual mechanisms framework. Trends in Cognitive Sciences, 16(2), Braver, T. S., & Barch, D. M. (2002). A theory of cognitive control, aging cognition, and neuromodulation. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 26(7), Eriksen, B. A. et Eriksen, C. W. (1974). Effects of noise letters upon the identification of a target letter in a nonsearch task. Perception & psychophysics, 16(1), Fagot, D., Dirk, J., Ghisletta, P., & De Ribaupierre, A. (2008). Différences d'âges et distribution des temps de réponses: exemple d'une analyse ex-gaussienne sur la tâche du Stroop chez les enfants. Fan, J., McCandliss, B., Sommer, T., Raz, A., Posner, M. (2002). Testing the efficiency and independence of attentional networks. Journal of Cognitive Neuroscience 14 (3): Faust, M. E., Balota, D. A., Spieler, D. H., & Ferraro, F. R. (1999). Individual differences in information-processing rate and amount: implications for group differences in response latency. Psychological bulletin, 125(6), 777. Kane, M. J. et Engle, R. W. (2003). Working-memory capacity and the control of attention: The contributions of goal neglect, response competition, and task set to Stroop interference. Journal of Experimental Psychology: General, 132(1), Mewhort, D. J., Braun, J. G., & Heathcote, A. (1992). Response time distributions and the Stroop task: A test of the Cohen, Dunbar, and McClelland (1990) model. Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance, 18(3), 872. Posner, M. I., & Dehaene, S. (1994). Attentional networks. Trends in neurosciences, 17(2), Posner, M. I., & Petersen, S. E. (1989). The attention system of the human brain (No. TR-89-1). WASHINGTON UNIV ST LOUIS MO DEPT OF NEUROLOGY. Posner, M. I., & Rothbart, M. K. (2014). Attention to learning of school subjects. Trends in neuroscience and education, 3(1), Ratcliff, R., & Murdock, B. B. (1976). Retrieval processes in recognition memory. Psychological Review, 83(3), 190. Rosvold, H. E., Mirsky, A. F., Sarason, I., Bransome Jr, E. D., & Beck, L. H. (1956). A continuous performance test of brain damage. Journal of consulting psychology, 20(5), 343. Unsworth, N., Brewer, G. A., & Spillers, G. J. (2012). Variation in cognitive failures: An individual differences investigation of everyday attention and memory failures. Journal of Memory and Language, 67(1), 1-16.

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT»

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» 1. Introduction La sécurité est un sentiment et une réalité. La réalité de la sécurité est mathématique, elle est basée sur la probabilité de différents risques

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

SYMPOSIUM : COGNITIONS EN PSYCHIATRIE

SYMPOSIUM : COGNITIONS EN PSYCHIATRIE «JKLU «_ßUßOW : «UÁ - «î U «- Hk «c «Ød. Ë b b «Eu«d «LNOQÁ û UÁ «w DKV IOOLNU î U «± ªBBW Hk «c«ød. «ù UÁ u«ÿ b b MU t «b «ßW cá îö ±s º M Z ±Kªh :«Nb ±s cá «b «ßW u ß Fd«±ª Kn u«ÿ «ù UÁ Ë î U «Hk «c«ød

Plus en détail

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46 Table des matières SOMMAIRE LISTE DES TABLEAUX LISTE DES ABRÉVIATIONS REMERCIEMENTS ii vii ix xi INTRODUCTION 1 CONTEXTE THÉORIQUE 5 Le système vasculaire cérébral 6 L'ischémie cérébrale transitoire 9

Plus en détail

Règles d engagement. Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche

Règles d engagement. Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche Règles d engagement Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche Plan Rappels sur l agilité Scrum : une implantation de l agilité Scrum ou XP? Conclusion Historique sélectif

Plus en détail

Atelier memo-technik

Atelier memo-technik Plus d'information sur : http://atelier.memo-technik.fr Atelier memo-technik Outil multimédia de stimulation de la mémoire et de l'attention à destination des : orthophonistes, neuropsychologues, animateurs

Plus en détail

Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies?

Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? Analyse Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? À découvrir dans cette analyse Sans motivation, il n y a pas d apprentissage. Et l un des

Plus en détail

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Université Paris-Descartes M2 RECHERCHE PSYCHOLOGIE COGNITIVE NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Ouvrage recommandé : Fiori N. (2006). Les Neurosciences Cognitives. Armand Colin,

Plus en détail

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE CELLIER JEAN-MARIE Laboratoire Travail et Cognition (LTC), UMR

Plus en détail

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management SOMMAIRE L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3 Cycle - Management CMM1 : Apprendre/renforcer son savoir être managérial p. 5 CMM2 : Améliorer sa relation à l autre pour mieux communiquer avec la

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

Entreprise et Big Data

Entreprise et Big Data Entreprise et Big Data Christophe Favart Chef Architecte, SAP Advanced Development, Business Information Technology Public Juin 2013 Agenda SAP Données d Entreprise Big Data en entreprise Solutions SAP

Plus en détail

MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE. Consignes pour la rédaction du mémoire L ADULTE»

MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE. Consignes pour la rédaction du mémoire L ADULTE» MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE L ADULTE» Consignes pour la rédaction du mémoire UFR de Lettres et Sciences Humaines Mention de Master de Psychologie Spécialité

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation Rééducation du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR Hopital R Poincaré, Garches Importance de la rééducation des fonctions exécutives Conséquences graves des déficits exécutifs dans la vie

Plus en détail

Information sur le sujet. Tests-assignés

Information sur le sujet. Tests-assignés BRIEF - Sommaire Adulte Inventaire de comportements reliés aux fonctions exécutives Robert M. Roth, Ph.D., Peter K. Isquith, Ph.D., and Gerard A. Gioia, Ph.D. Adaptation et traduction française, Institut

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

Techniques de Développement

Techniques de Développement Techniques de Développement Quelques définitions relatives au développement de logiciel Sébastien Faucou Université de Nantes (IUT de Nantes, département Informatique) Licence Professionnelle Systèmes

Plus en détail

Méthodes non paramétriques par permutations

Méthodes non paramétriques par permutations Méthodes non paramétriques par permutations Denis Puthier 11 juin 2008 Laboratoire INSERM TAGC/ERM206, Parc Scientifique de Luminy case 928,13288 MARSEILLE cedex 09, FRANCE. http://biologie.univ-mrs.fr/view-data.php?id=245

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004 EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH - 2005 Introduction : L effort physique comme stresseur LE CONCEPT DE STRESS DÉFINITION DE SEYLE : «Etat de l organisme en train de réagir à

Plus en détail

Plan. Définitions Objectifs Historique Etapes Avantages et Limites

Plan. Définitions Objectifs Historique Etapes Avantages et Limites ASSESSMENT CENTER Plan Définitions Objectifs Historique Etapes Avantages et Limites Définitions Centre d évaluation Pluralité de techniques Evaluation de comportements Spécialistes de l évaluation Plusieurs

Plus en détail

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Rodica AILINCAI, doctorante, Laboratoire «Éducation et Apprentissages», Université Paris 5 René Descartes Annick WEIL-BARAIS,

Plus en détail

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset Bases de données et Refworks Sylvain Fiset 1 Plan de l atelier Démontrer l utilisation des bases de données dans un contexte pédagogique. Démontrer l utilisation des bases de données et de RefWorks dans

Plus en détail

Les différentes mesures implicites cognitives de préjugés et de stéréotypes 1

Les différentes mesures implicites cognitives de préjugés et de stéréotypes 1 Les différentes mesures implicites cognitives de préjugés et de stéréotypes 1 Michaël Dambrun Laboratoire de Psychologie Sociale et Cognitive (L.A.P.S.C.O.) Université Blaise Pascal Clermont Ferrand 34

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Logiciel Libre & qualité. Présentation

Logiciel Libre & qualité. Présentation Logiciel Libre & qualité Alain RENAULT Grégory SERONT Présentation Alain RENAULT Cetic (2001) Responsable des projets Qualité micro-évaluation évaluations OWPL accompagnements en entreprise FUNDP (1998-2001)

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013

Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013 Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013 Participant e s : Nathalie Janz (Adjointe Enseignement et Affaires étudiantes), Marie-Paule Charnay

Plus en détail

Intelligence Economique - Business Intelligence

Intelligence Economique - Business Intelligence Intelligence Economique - Business Intelligence Notion de Business Intelligence Dès qu'il y a une entreprise, il y a implicitement intelligence économique (tout comme il y a du marketing) : quelle produit

Plus en détail

La mobilisation des employés: importance et facteurs clés de succès. Conférence IGF 25 mars 2015

La mobilisation des employés: importance et facteurs clés de succès. Conférence IGF 25 mars 2015 La mobilisation des employés: importance et facteurs clés de succès Conférence IGF 25 mars 2015 Ce dont je vais vous parler L importance de la mobilisation Notre rôle comme gestionnaire Le parcours de

Plus en détail

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Si l esprit qui dit non sait pourquoi il dit non, il a déjà les moyens de définir son prochain oui.» Pierre Gréco Implications pédagogiques

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Rapport d'expérience final

Rapport d'expérience final Rapport d'expérience final Ricci Arnaud et Garretas Victor 1 juin 2015 Table des matières Introduction Problématique Cadre théorique et résultats précédents Hypothèses générales Méthodologie Participants

Plus en détail

La vie privée à l ère du numérique : approches philosophiques et informatiques

La vie privée à l ère du numérique : approches philosophiques et informatiques La vie privée à l ère du numérique : approches philosophiques et informatiques - Doctorant Encadrement : Christine Verdier, Philippe Saltel Aurelien.Faravelon@imag.fr 1 Plan Introduction : un monde de

Plus en détail

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures. Le Focus Group I. Définition «Le Focus groupe est une discussion de groupe ouverte, organisée dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents (Kitzinger, Markova, & Kalampalikis, 2004).

Plus en détail

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail.

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. Questions : - Comment définir la mémoire? Quelles sont les fonctions

Plus en détail

Les datas = le fuel du 21ième sicècle

Les datas = le fuel du 21ième sicècle Les datas = le fuel du 21ième sicècle D énormes gisements de création de valeurs http://www.your networkmarketin g.com/facebooktwitter-youtubestats-in-realtime-simulation/ Xavier Dalloz Le Plan Définition

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

À propos de cette page... 27. Recommandations pour le mot de passe... 26

À propos de cette page... 27. Recommandations pour le mot de passe... 26 Rebit 5 Help Table des matières Apprentissage... 1 Création du premier point de restauration... 1 Que fait le disque de sauvegarde Rebit 5?... 1 Fonctions de Rebit 5... 1 Création du premier point de restauration...

Plus en détail

NOTE : Quelles sont les suites d une inspection réalisée par la FDA dans un établissement étranger?

NOTE : Quelles sont les suites d une inspection réalisée par la FDA dans un établissement étranger? AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 06 juillet 2012 NOTE : Quelles sont les suites d une inspection réalisée par la FDA dans un établissement étranger?

Plus en détail

Ados et prise de risque Que faire?! Dr. Jean Pascal Assailly IFSTTAR

Ados et prise de risque Que faire?! Dr. Jean Pascal Assailly IFSTTAR Ados et prise de risque Que faire?! Dr. Jean Pascal Assailly IFSTTAR Titres L âge 15/24 ans : 15% de la population, 25% des tués et 33% des blessés graves Partout et depuis toujours et quoiqu on fasse!

Plus en détail

IdR Trading et Microstructure CA Cheuvreux. Charles-Albert Lehalle

IdR Trading et Microstructure CA Cheuvreux. Charles-Albert Lehalle IdR Trading et Microstructure CA Cheuvreux Charles-Albert Lehalle 2010-2014 Crédit Agricole Cheuvreux Kepler Cheuvreux L objectif de cette IdR «trading et microstructure des marchés» est de stimuler la

Plus en détail

On réussit en général assez bien à

On réussit en général assez bien à Psychologie cognitive Peut-on penser à deux choses à la fois? François Maquestiaux, enseignant-chercheur en sciences et techniques des activités physiques et sportives, STAPS, à l Université Paris-Sud

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING)

LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING) LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING) LIEU: Sandman Hotel ( Près de la station de métro ) 999 rue de Sérigny Longueuil, QC, CANADA J4K 2T1 http://www.sandmanhotels.com/fr/hotel/quebec/montreal

Plus en détail

intelligence artificielle et cognitique"

intelligence artificielle et cognitique Dialogue on Education, 11h-11h10 Course overview on "Automatisation avancée, intelligence artificielle et cognitique" Prof. Dr. Jean-Daniel Dessimoz, MBA, HES-SO / HEIG-VD 11:00-11:10, 18 November 2014

Plus en détail

RecoMed. Automatic speech recognition with medical transcription. Subventionné par

RecoMed. Automatic speech recognition with medical transcription. Subventionné par RecoMed Automatic speech recognition with medical transcription Subventionné par Idiap Research Institute Independent research institute ~100 people in total; mainly in research ~10 development staff Research

Plus en détail

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Pierre Mounoud Mars 2008 Problématique Ce projet a débuté en l an 2000. Les recherches réalisées portent sur l étude des principaux

Plus en détail

Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales

Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales Swiss Journal of Psychology 67 (2), 2008, 119 123 Short Research Note Test d Indépendance au Contexte (TIC) et Structure des Représentations Sociales [Test of Context Independence (TCI) and Structure of

Plus en détail

HISTOIRE D UNE DIGITAL FACTORY

HISTOIRE D UNE DIGITAL FACTORY HISTOIRE D UNE DIGITAL FACTORY L ambition et le Contexte IT L Ambition de Bouygues Telecom fin 2012. 1. Fournir une expérience encore plus digitale à ses clients. 2. Faciliter l accès au monde digital.

Plus en détail

Traitements du syndrome dysexécutif

Traitements du syndrome dysexécutif Traitements du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR, Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles-Saint-Quentin Plan Stratégies de restauration Résolution de problèmes Aspects

Plus en détail

www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève

www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève Nom : Groupe : 1 Qu est-ce que Cliquez pour moi? Cliquez pour moi! est un concours sous forme d'élections virtuelles où tu es amené, en tant que candidat, à faire

Plus en détail

Coaching PNL et neurosciences

Coaching PNL et neurosciences Coaching PNL et neurosciences Les fondements scientifiques du cadre objectif Par Anne-Laure Nouvion, PhD. Docteure en biologie et coach certifiée en PNL Les fondements scientifiques du cadre objectif Tous

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

Lean approach on production lines Oct 9, 2014

Lean approach on production lines Oct 9, 2014 Oct 9, 2014 Dassault Mérignac 1 Emmanuel Théret Since sept. 2013 : Falcon 5X FAL production engineer 2011-2013 : chief project of 1st lean integration in Merignac plant 2010 : Falcon 7X FAL production

Plus en détail

Construire un QCM (un questionnaire qui ne comporte uniquement ce type de questions)

Construire un QCM (un questionnaire qui ne comporte uniquement ce type de questions) Construire un QCM (un questionnaire qui ne comporte uniquement ce type de questions) Ce résumé est réalisé à partir du livre de D. LECLERCQ, «La conception des questions à choix multiple», Education 2000

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 Résistance mécanique C18 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES N 2 Résistance mécanique C24 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Conduite automobile : aspects neuropsychologiques

Conduite automobile : aspects neuropsychologiques Journée d automne de la Société Gérontologique de Normandie 26 septembre 2013 - Cléon Conduite automobile : aspects neuropsychologiques Marie-Laure Bocca Maître de Conférences INSERM U1075 - Université

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15

Table des matières. CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15 Table des matières Préface... 5 Avertissement... 9 Introduction... 11 CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15 1 L activité du consultant, un terrain peu exploré... 16 2 Deux

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS

Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS L entreprise CLIMPACT Essaimage de l Institut Pierre Simon Laplace des Sciences de l Environnement

Plus en détail

Cours 7 : Exemples. I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques

Cours 7 : Exemples. I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques Cours 7 : Exemples I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques Exemple 1 : On cherche à expliquer les variations de y par celles d une fonction linéaire de

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Informations techniques et questions

Informations techniques et questions Journée Erasmus Appel à propositions 2015 Informations techniques et questions Catherine Carron et Amanda Crameri Coordinatrices de projet Erasmus Contenu Call solution transitoire 2015 : remarques générales

Plus en détail

Cairnalys est une société spécialisée dans le développement de la connaissance client et l analyse des campagnes d Emailing.

Cairnalys est une société spécialisée dans le développement de la connaissance client et l analyse des campagnes d Emailing. Mille lecteurs, Mille besoins différents 1- Société Qui sommes-nous? Cairnalys est une société spécialisée dans le développement de la connaissance client et l analyse des campagnes d Emailing. Notre méthode

Plus en détail

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information 2 mai 2011 2 Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Introduction Sur un

Plus en détail

Opportunités s de mutualisation ITIL et ISO 27001

Opportunités s de mutualisation ITIL et ISO 27001 Opportunités s de mutualisation ITIL et ISO 27001 Club ISO 27001 Paris,19 avril 2007 Alexandre Fernandez-Toro Rappels sur l ISO l 27001 Norme précisant les exigences pour La

Plus en détail

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Presented by Pierre Rochon Senior Advisor for Executives APEX Objectifs de la séance 1. Comprendre en quoi consiste la saturation

Plus en détail

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Résumé Ce texte a pour but, dans un premier temps, de présenter un modèle de la

Plus en détail

Quels dossiers prioritaires pour la fonction RH?

Quels dossiers prioritaires pour la fonction RH? 2 PERSPECTIVES Web 2.0 en entreprise - étude auprès d experts RH en Suisse romande Quels dossiers prioritaires pour la fonction RH? Le web 2.0 arrive dans les entreprises, mais quels vont être les impacts

Plus en détail

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de courte durée, vigilance et travail de nuit A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de

Plus en détail

Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien).

Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien). Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien). Clean Tuesday 12 octobre 2010 Natalia QUISEL Pascal CESSAT 12/10/2010) Veolia

Plus en détail

Nom et coordonnées des personnes qui fourniront des lettres de recommandations :

Nom et coordonnées des personnes qui fourniront des lettres de recommandations : FORMULAIRE D INSCRIPTION À L INTERNAT EN PSYCHOLOGIE POUR LES MILIEUX DE LA RÉGION DE QUÉBEC Prénom Nom de famille Adresse Téléphone (1 seul numéro)* Courriel (1 seule adresse)* *Coordonnées pour vous

Plus en détail

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves Cet atelier portera sur 1. la recherche dans la documentation de sources pertinentes; 2. l évaluation

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Vendredi 6 mars 2015

Vendredi 6 mars 2015 Vendredi 6 mars 2015 Les rêves Le point d équilibre pour réfléchir à l orientation Les résultats Les capacités Les parcours ne sont pas forcément en ligne droite, Un projet se monte, se défait, se reconstruit

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion GDR-vision / PIRSTEC

Compte-rendu de la réunion GDR-vision / PIRSTEC Compte-rendu de la réunion GDR-vision / PIRSTEC Personnes présentes : Laurent Blondé (Thomson R&D) Jean-Louis Divoux (MXM) Michèle Fabre-Thorpe (CNRS Toulouse) Ken Knoblauch (INSERM Lyon) Jean Lorenceau

Plus en détail

Plateforme Technologique Innovante. Innovation Center for equipment& materials

Plateforme Technologique Innovante. Innovation Center for equipment& materials Plateforme Technologique Innovante Innovation Center for equipment& materials Le Besoin Centre indépendant d évaluation des nouveaux produits, procédés et services liés à la fabrication des Micro-Nanotechnologies

Plus en détail

Quelques rappels concernant la méthode expérimentale

Quelques rappels concernant la méthode expérimentale Quelques rappels concernant la méthode expérimentale 1. La Méthode expérimentale : Définition. Une définition classique de la méthode expérimentale est qu elle «correspond à la méthode d investigation

Plus en détail

ismart, une application mobile pour réduire le stress chronique

ismart, une application mobile pour réduire le stress chronique ismart, une application mobile pour réduire le stress chronique Pierrich Plusquellec, PhD Sonia Lupien, PhD, Valérie Tourjman, MD Centre de recherche de l Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Plus en détail

Plagiat: responsabilité personnelle et institutionnelle

Plagiat: responsabilité personnelle et institutionnelle Plagiat: responsabilité personnelle et institutionnelle Stephanie Clarke Ecole doctorale FBM Amphipôle UNIL-Sorge Dorigny IMPORTANCE DE L INTÉGRITÉ SCIENTIFIQUE Plagiat: responsabilité personnelle et institutionnelle

Plus en détail