NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail."

Transcription

1 NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. Questions : - Comment définir la mémoire? Quelles sont les fonctions de la mémoire? - A partir de quel âge l enfant mémorise-t-il? - A quel âge remonte votre premier souvenir? - Selon vous, comment peut-on étudier la mémoire chez l enfant? - Quels sont les différents types de mémoire? - Peut-on améliorer les capacités de mémorisation des enfants? Réponses : - Il y a deux aspects dans la mémoire : l encodage pour stocker, et la restitution d informations. - Dès l état de fœtus. La capacité de restitution dépend ensuite des capacités de représentations des enfants. - En moyenne, vers l âge de 2-3 ans. - La réaction à la nouveauté : on familiarise l enfant avec un objet, puis on observe sa réaction face à un nouvel objet. - La mémoire de travail, la mémoire à court terme, la MLT s oppose sur la durée. La mémoire épisodique par rapport à un événement récent ; déclarative l ensemble de toutes nos connaissances ; procédurale tous nos savoir-faire ; de reconnaissance déterminer si l objet est familier ; de rappel le souvenir de ce qui a été présenté. - Par répétitions et associations. Il y a différents types de stratégies, se situant au niveau du stockage ou de la récupération des informations. CHAPITRE I : La mémoire du nourrisson La mémoire peut être définie comme la capacité à conserver, à et à retrouver/récupérer la trace d une information stockée. Est-ce que les nourrissons possèdent une mémoire? On considère que la mémoire du bébé comporte très peu d informations, ceci lié à l amnésie infantile. I. L amnésie infantile 1.1. Paradoxe de l amnésie infantile L A.I. est le fait que les adultes sont incapables d évoquer les souvenirs de la petite enfance. Cela signifierait que les adultes n ont pas mémorisé ce qui était survenu pendant cette période, d où on a conclu que le jeune enfant n a pas la capacité de mémorisation. Or l enfance est une période fondamentale, primordiale, ce que s accordent tous les psychologues. Le nourrisson devrait disposer d un système mnésique puissant. On sait qu au cours de l enfance, le nourrisson acquiert un nombre conséquent de connaissances, et ce très rapidement. Ces expériences sont déterminantes pour le développement ultérieur, c est-à-dire que ces expériences constituent un fondement sur lequel s appuie les comportements de l enfant. Paradoxe : si ces expériences précoces sont immédiatement oubliées, alors il n y a plus de fondements sur lesquels les expériences ultérieures vont s appuyer, donc pas d influences sur le comportement ultérieur. C est-àdire que le nourrisson ne peut pas tirer bénéfice de ces expériences donc tout serait un éternel recommencement jusqu à ce que la mémoire soit fonctionnelle. Or, l amnésie infantile existe bel et bien Explication de l A.I. Il existe 4 explications non exclusives : L interprétation freudienne : a longtemps été la seule. Les expériences vécues pendant la petite enfance sont refoulées au niveau de l inconscient, et sont donc inaccessibles à l âge adulte.

2 L absence de verbalisation : les expériences sont non verbalisées. C est la verbalisation d une expérience qui permet sa transformation en un concept conscient, ceci n est pas réalisé chez le nourrisson. Donc le développement de la mémoire, surtout la mémoire autobiographique, serait la conséquence du développement d autres domaines comme le langage, la construction du soi cognitif (structure organisant la mémoire a des expériences auxquels l enfant est confronté) qui émerge aux alentours de 2 ans (limite moyenne de nos souvenirs autobiographiques). L immaturité des aires cérébrales : influence du développement des neurosciences. Les aires corticales (lieu de stockage des traces mnésiques) sont immatures, ne permettant pas le stockage des informations sous une forme récupérable. Les lobes frontaux sont les plus impliqués dans la mémorisation, or ces parties du cerveau se développe tout au long de l enfance et ne sont donc pas fonctionnelles à la naissance. Il y aurait une maturation suffisante pour mémoriser des activités simples, mais pas pour les informations nécessitant une mémorisation explicite. La mémoire explicite renvoie à une récupération consciente des événements. Il s agit souvent de faits pouvant être consciemment et explicitement décrit, ou évoqués sous la forme d image mentale. La mémoire implicite fait référence à une information traitée de manière plus automatique, non consciente ; elle est plus primitive que la mémoire explicative. Selon la nature du traitement, les mêmes aires cérébrales ne sont pas sollicitées. La mémoire implicite requiert le corps strié et le cervelet, la mémoire explicite le cortex préfrontal et les amygdales. La vision du monde différente entre l adulte et le nourrisson, ce qui diminue les chances de retrouver des indices de rappel. Même si le signal est identique, la perception de l individu va évoluer et sera différente à l âge adulte. Il y a discordance entre l encodage de l enfance et la perception extérieure à l âge adulte La mémoire du nourrisson comme nouveau terrain d études Le nourrisson apprend toujours dans un contexte d interaction. Si il ne peut pas se déplacer de façon autonome, il a un certain nombre de comportements pouvant être modifiés par les effets qu ils entraînent dans l environnement (comme les pleurs par exemple). Ces premières acquisitions vont partir de cette capacité à modifier le comportement selon les effets produits. Les activités disponibles pour l enfant vont être façonnées, transformées en conduites spécifiques par les effets qu elles entraînent dans le milieu. II. Les processus de reconnaissance La reconnaissance est différente du rappel. Il y a une grande quantité d informations en mémoire, au cours de l encodage. La différence se situe au niveau des processus de récupération des informations. Dans le processus de reconnaissance, il n y a pas de reconstructions de l information encodée. Le sujet doit simplement dire si l item est familier ou non. Si oui, alors le processus de rappel est déclenché automatiquement. La reconnaissance est la structure de base du système mnésique, qui doit se développer avant les capacités de rappel et les autres types de mémoire Différentes méthodes d étude Les nouvelles techniques reposent sur l utilisation de différents capteurs comportementaux dont dispose l enfant. Il y en a 4 : * Le rythme cardiaque : sera évalué à partir d un électrocardiogramme pour mesurer les variations du rythme face à des stimulations variées. On mesure un rythme cardiaque de base, puis on présente une nouvelle stimulation à l enfant et on observe les modifications du rythme. Tout variation (augmentation ou diminution) sera considérée comme reflétant la perception d une différence par le nourrisson. * Le potentiel évoqué : on mesure les courants électriques générés par une excitation des récepteurs, et acheminés le long des fibres nerveuses. On place des électrodes sur la tête de l enfant pour mesurer l activité électrique à différents endroits. Le potentiel évoqué permet de s informer sur la perception de la différence par un sujet, dans la stimulation présentée. * Le rythme de succion : mettre un tétine avec un capteur dans la bouche de l enfant. On évalue d abord le rythme de base, puis on observe des variations ou non face à une nouvelle stimulation. * L activité oculomotrice ou temps de fixation visuel : très tôt, l enfant contrôle et oriente son regard de façon non aléatoire. Pour cette technique, on peut recourir à différentes paradigmes : - le paradigme de préférence visuelle : on présente 2 stimulations simultanément, et on regarde lequel est le plus regardé - la comparaison de paires visuelles (créé par Fagan) : on présente une stimulation donnée dans un premier temps, puis on présente une paire de stimulation (la même ainsi qu une nouvelle). On calcule un score à la nouveauté, c est-à-dire le pourcentage de temps de fixation dirigé vers la nouvelle stimulation. Cela renseigne sur la capacité de reconnaissance du nouveau-né. S il préfère la nouvelle cible, c est qu il reconnaît l autre

3 comme étant déjà présentée. Il y a généralement une préférence pour la nouveauté sauf dans certains cas : quand le nourrisson est trop jeune, quand le stimulus est trop complexe, quand il s agit de la voix ou du visage maternel. Il s agit de s assurer que la préférence de l enfant n est pas liée à des facteurs méthodologiques, aussi on s assure que les deux stimuli sont aussi attractifs l un que l autre. Cette vérification est faite avant le début du paradigme. On peut également varier en contrebalançant les deux stimulations, ainsi que les côtés de présentation. - pour l enfant de 3 à 6 mois, on peut utiliser le paradigme d habitation : consiste à présenter dans un premier temps une stimulation pendant un certain nombre d essai phase de familiarisation. On répète cette présentation pour constater qu au cours des essais, l enfant regarde de moins en moins, il se désintéresse. Cela ne traduit pas une fatigue mais le fait que l enfant encode les propriétés du stimulus. Cette phase indique le maintien de l information en mémoire. La 2 e phase est la phase test : on présente soit le même stimulus, soit un autre. L enfant a perçu la différence si il y a un regain d intérêt pour la nouvelle stimulation. Si on présente la même et qu il y a absence d augmentation du temps de fixation, alors l enfant a bien reconnu le stimulus comme familier. L enfant fait une comparaison entre les propriétés du stimulus de la phase test et les traces mnésiques des propriétés encodées dans la phase de familiarisation. Ca paradigme renseigne sur les processus d encodage, de reconnaissance et de récupération des informations, sur la durée de rétention (on peut aussi faire varier la durée entre les deux phases) La relation entre la courbe de familiarisation et la courbe d encodage Relation proposée par Sokolov. C est une relation inversement proportionnel entre la durée de fixation et le degré avec lequel le stimulus est encodé. La familiarisation est plus longue pour un stimulus complexe, c est la plus longue à encoder et à stocker en mémoire. Il y a un encodage plus rapide pour les stimuli prototypiques, et on constate également que les enfants plus âgés ont besoin de moins de temps de familiarisation. Ex. : nourrissons de 6 et 12 mois : on présente des formes géométriques. La durée de familiarisation est variable : 10sec, 15sec, 20sec, 30sec. Pour ceux de 6 mois : réaction à la nouveauté après une familiarisation de 20 à 30 sec. Pour ceux de 12 mois : réaction à la nouveauté qu elle que soit la durée de familiarisation Relation entre les scores de préférence visuel et le niveau d intelligence ultérieur Les résultats de ces paradigmes s avèrent prédictifs des scores obtenus à des tests d intelligence. Il existe des corrélations comprises entre 0,45 et 0,66 (plus on est près de 1, plus la corrélation est forte). Les nourrissons qui se familiarisent rapidement possèdent des capacités de traitement de l information plus importantes et plus efficaces que les autres. Cette corrélation est plus grande que la corrélation entre le quotient de développement et le quotient intellectuel Les capacités précoces de reconnaissance Les paradigmes ont montré l existence de ces capacités. Il y a des différences sur l âge d apparition et la durée de rétention. Etude de Fagan sur les capacités de reconnaissance, sur des nourrissons de 5-6 mois. Dans un premier temps, on familiarise l enfant avec des dessins géométriques en noir et blanc, puis on utilise le paradigme de préférence visuel. On constate que le nourrisson a eu une préféré pour le nouveau stimulus jusqu à 48h après la phase de familiarisation. Dans un 2 e temps : familiarisation de visage. On fait varier le délai de rétention avec le même paradigme. On trouve deux résultats : le temps de fixation dans la phase de familiarisation par rapport à celui avec les formes les visages constituent une stimulation plus attractive, la stimulation est plus complexe et l enfant est plus intéressé). ; il y a une préférence pour la nouveauté observée avec un délai de rétention de 1 à 2 semaines. Etude de Pascalis sur des nourrissons de 3 jours séparés de leur mère pendant 3 minutes au moins. Procédure de préférence visuelle : on présente le visage de la mère et le visage d une inconnue (avec traits de ressemblance). On supprime également les autres sources d informations (olfactives par exemple). Résultats : le nourrisson est capable de reconnaître le visage de sa mère. Dans un 2 e temps, on pose un foulard sur les cheveux des 2 femmes et on observe de nouveau le temps de fixation. Résultats : le temps de fixation est équivalent dans les deux cas.

4 Dès 3 jours, le nourrisson est capable de reconnaître le visage de sa mère, mais les traits internes du visage ne suffisent pas. Dans la mesure où le nourrisson a été séparé pendant minimum 3 minutes, il y a bien un processus de mémorisation. A partir de 7 mois, l enfant est capable de reconnaître sa mère en photo. Etude de Martin (1975) sur les capacités de mémorisation des nourrissons de 2 mois, 3 mois et demi, 5 mois. Il fait 2 séances séparées par 24h, chacune avec 17 essais de 30sec chacun, avec un délai de 5sec entre chaque essai. Déroulement d une séance : une stimulation différente pendant les 4 premiers essais. Essai 5 à 10 : phase de familiarisation (on présente systématiquement le même stimulus). Essai 11 à 13 : nouveaux stimuli. Essai 14 à 16 : nouvelle phase de familiarisation puis une phase test pour le dernier essai. On fait une comparaison entre le temps de fixation visuel à la fin de la 1 ère phase de familiarisation et à la fin de la phase de test. La réaction à la nouveauté montre que l enfant a encodé, et connaît le nouveau stimulus. A l essai 14, on voit que le temps de fixation doit être similaire : il y a reconnaissance du stimulus familier. En comparant les 2 journées, on a des informations sur MLT. III. Capacités d intégration et de généralisation Il existe une autre méthode consistant à conditionner le nourrisson à fournir un comportement donné, à l apparition d un signal donné (ex. : présentation d un signal sonore ou visuel), et à évaluer la rétention de cet apprentissage après un délai de rétention variable. Ce type de tâche s apparente à la mémoire procédurale (l ensemble de nos savoir-faire) car on demande à l enfant de reproduire un comportement dans une situation donnée. Les travaux de référence sont ceux de Rovee Collier : selon ces chercheurs, il est plus facile d observer la mémoire chez le nourrisson lorsqu il trouve une motivation à l événement. L originalité des travaux repose que les désirs du nourrisson. Le principe s appuie sur le fait qu un nourrisson fait toujours durer un spectacle qui l intéresse. On met en place à partir de là un apprentissage donné, à savoir l association entre les mouvements précédents et les mouvements du mobile. Mouvements des pieds : RC ; mouvements du mobile : agent renforçateur Procédure Quand la cheville du nourrisson est reliée à un mobile, il se rend vite compte que les mouvements de pied modifient les mouvements du mobile, il y a donc augmentation du nombre de coups de pied dans les minutes qui suivent. Deux étapes : on met en place l apprentissage, puis on met en place une séance test consistant à évaluer la rétention et l apprentissage. Double objectif : tester les capacités des enfants à retenir l association, et de tester les capacités à se souvenir des caractéristiques du mobile. Plusieurs phases utilisées : d abord sans renforcement. Cette phase consiste à évaluer le rythme de base, c est-àdire le nombre de coups de pied quand le mobile n est pas relié à la cheville. 2 ème phase : phase d entraînement : relier le mobile à la cheville. 3 ème phase : phase sans renforcement : mobile détaché de la cheville. L augmentation entre la phase 2 et 3 montre la mise en place de l apprentissage. Si l enfant se souvient de l association, on doit observer un nombre de coups de pied plus grand à la phase 3 qu à la phase 1. On peut aussi comparer le nombre et le rythme de coups de pied dans la 3 ème phase. Si il est augmenté tout de suite après l apprentissage, alors la mémoire immédiate est meilleure à plus ou moins long terme. Résultats : nourrissons de 2 mois se souviennent 24h après, ceux de 3 mois 7 jours après, ceux de 6 mois 15 jours après. Dès 2 mois, le nourrisson est capable de reconnaître un signal spécifique et de se souvenir de la relation entre ce signal particulier et la récompense qu il annonce. Après, il y a un oubli Le souvenir 2 ème question des chercheurs : est-il possible de réactiver ce souvenir? L oubli est-il définitif? Procédure : même type d apprentissage, et après un délai de rétention pour lequel il a été observé un oubli, il y a présentation du mobile pendant 3 minutes. Le mobile n est pas relié à la cheville, c est l expérimentateur qui le bouge. Technique de réactivation, pas de réapprentissage. Puis on teste la rétention 24h après. Résultats : technique de réactivation a eu un effet sur la rétention du nourrisson car le souvenir qui était oublié est réactivé et reste vivace pendant plusieurs jours. Ce type de résultats incite à une certaine prudence quant aux conclusions concernent la mémoire infantile. Si le nourrisson semble ne pas conserver un souvenir d un événement, cela ne signifie pas qu il ne peut pas se

5 souvenir. Au contraire, pour se souvenir, il est nécessaire que le nourrisson soit de nouveau confronté au signal de restitution. 3.3 Effets du contexte : L effet de similitude entre le mobile utilisé dans l apprentissage, et le mobile utilisé dans la phase test, est étudié. Mise en place d une procédure d apprentissage avec un mobile donné. Dans la phase test, il y a présentation d un mobile partiellement ou complètement différent. On étudie les spécificités de la mémoire, du souvenir. Les nourrissons ne se souviennent alors plus de l apprentissage 24h après. Les souvenirs ne sont donc pas généralisés mais aux contraires très spécifiques c est-à-dire liés au contexte spécifique d apprentissage. Cette spécificité va plus loin, car il y a même type de résultats avec un changement de couleur des draps du berceau. La rétention et l apprentissage est observée uniquement si les indices d évocation sont identiques à ceux qui ont été encodés initialement. Toute nouveauté, tout changement va perturber le souvenir. Donc l information contextuelle fait partie intégrante de ce que les nourrissons ont encodés lors de l apprentissage. Les résultats montrent que les nourrissons se souviennent de façon précise de ce qu ils ont appris, où ils l ont appris et ceci pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Cela contredit l hypothèse de l incapacité de rétention du nourrisson. Ici, le nourrisson est actif (à la différence du paradigme d habituation), donc il faut comparer les résultats du paradigme d habituation avec le paradigme du conditionnement opérant. Des expériences précoces peuvent influer les comportements ultérieurs lorsque les éléments contextuels liés à leur 1ère apparition se trouvent de nouveau réunis. Or, la probabilité d une nouvelle rencontre avec une situation semblable à celle qui a été encodée diminue avec le temps. Par conséquent, la probabilité de restitution du souvenir diminue de façon corollaire. IV. Capacité de rappel Le nourrisson est capable de reconnaître dès la naissance si le stimulus est familier ou non. Rappel : retrouver en mémoire le stimulus présenté antérieurement alors que la récupération est absente. La procédure classiquement utilisée consiste à demander aux sujets des listes d items présentés auparavant. Il n est pas possible d utiliser cela avec des nourrissons ne parlant pas encore. Recours au paradigme d imitation. Dès la naissance, le nouveau-né est capable d imiter des activités simples qu il vient de voir, donc il peut s en souvenir. Meltzoff : étude sur nourrissons de 9 et 14 mois, sur les capacités d imitation d activités simples présentées auparavant. Puis on présente les mêmes jouets aux enfants et on regarde quelles sont les activités réalisées par l enfant. Quand le délai de rétention est de 24h, les nourrissons répètent les mêmes activités que celles présentées initialement. Quand le délai est d une semaine : seuls ceux de 14 mois se souviennent des activités présentées antérieurement. Condition contrôle : présenter les jouets à des enfants qui n ont pas été soumis à la démonstration par l adulte les actions sont rarement réalisées par ces enfants-là. Le paradigme de l imitation n est qu une mesure individuelle des capacités de rappel car l observation d imitation n implique pas forcement un manque de capacité de rappel, le nourrisson peut préférer jouer autrement, ou les activités montrées peuvent être trop complexes par rapport au niveau moteur de l enfant. Conclusion : il y a mise en évidence des capacités de reconnaissance chez le nourrisson. Cela peut être évalué par le paradigme d habituation, permettant aussi d appréhender la mémoire déclarative. En revanche, le paradigme du conditionnement opérant permet aussi d évaluer la mémoire procédurale surtout. Le paradigme d imitation permet d étudier pour sa part la mémoire de rappel, on n étudie pas le même type de mémoire selon la méthode utilisée. L ensemble des recherches met en évidence l existence d une mémoire avant l apparition du langage, ce qui amène Piaget à opposer la mémoire de recognition à la mémoire d évocation. Celle-ci est la capacité à évoquer un objet en son absence, à l aide du souvenir.

6 CHAPITRE II : Le système mnésique Dans le langage courant, on associe souvent mémoire avec habileté de 2 ème ordre, c est-à-dire associée à un apprentissage par cœur. La mémoire n est pas ce simple apprentissage passif mais correspond bien à l assimilation des contenus aux structures cognitives. En ce sens, la mémoire est une composante centrale du fonctionnement cognitif puisqu elle joue un rôle déterminant dans le traitement et la gestion des informations. I. Les composantes du système mnésique Toute mémorisation implique 4 étapes fondamentales : - la perception : indispensable pour capter une information à l aide de l une ou de l autre des modalités sensorielles - l encodage : organisation de l information perçue - le stockage de l information ou maintien de l information - le rappel de l information ou récupérer l information au bon moment. Ces 4 étapes montrent que la mémoire n est pas processus unitaire, mais va comporter 3 composantes : RIS (registre d informations sensorielles : mémoire sensorielle, renvoie à une conscience fugitive d informations sensorielles, de l ordre de la ms), MCT, MLT. RIS a des capacités illimitées de maintenir des informations brutes. Seul objectif : donner du temps aux autres systèmes d extraction des informations. MCT : registre de stockage passif de l information. Ce registre possède une capacité limitée, pouvant être évaluée grâce à l empan mnésique nombre d éléments non reliés que le sujet est en mesure de rappeler immédiatement après une seule présentation. Miller (1956) : empan mnésique 7 2, c est-à-dire qu en moyenne, on peut rappeler de 5 à 9 items. Il peut varier selon la familiarité des items. Il varie aussi selon la méthode, la technique utilisée pour le mesurer. Il sera inférieur quand calculé de manière continue. On a longtemps considéré la MCT comme un réceptacle passif. Il est apparu que la fonction de la MCT est en réalité double. Ce registre mnésique permet un stockage temporaire de l information en cours de traitement. Cela signifie que le stockage n est pas passif, mais il nécessiterait au contraire le maintien de l information à haut niveau d évocabilité. La 2 ème fonction renvoie au rôle de la MCT dans les traitements de ou des informations, ceci nécessaire pour un stockage efficace en MLT. On est donc passé de la notion de MCT à la notion de mémoire de travail (Baddeley). La mémoire de travail a deux composantes qui possèdent leurs propres ressources. La 1 ère composante est le processus central (ou administrateur central), responsable du traitement de l information. Plus particulièrement, il va contrôler les ressources attentionnelles, surtout l attention divisée et l attention sélective. [ Attention divisée : fait de coordonner des activités se déroulant simultanément ; attention sélective : capacité d empêcher l interférence du stimuli non pertinent]. 2 ème composante : les systèmes esclaves, responsables du stockage de l information, pouvant être sous 2 formes (phonologique pour l information verbale boucle articulatoire, et image mentale pour info visuelle). La mémoire de travail est donc active, Baddeley parle de «mémoire au travail». Boucle articulatoire : stockage de l information verbale en général. Elle possède 2 sous composantes : la mémoire phonologique permettant de conserver temporairement l information sous forme phonologique ; et le processus d auto répétition mental permettant de repérer mentalement les items à rappeler. Cette boucle opère de façon automatique, et permet de maintenir un nombre de 3 items. Ex. : tâche de mémorisation (3 ou 6 items). Simultanément, les sujets doivent subir une tâche de compréhension. On évalue ici la compréhension des phrases et on regarde l influence de la tâche de mémorisation. Les résultats montrent qu il n y a pas de perturbation de la tâche de compréhension pour la mémorisation simultanée de 3 items. Mais il y a perturbation pour la mémorisation de 6 items. Mémorisation des 3 se fait de manière automatique. La mémorisation de 6 implique la mise en œuvre du processus central. Ce type de résultats peut expliquer les différences entre empan continu (items sont présentés en continu empan plus faible) et empan discontinu (tous les items présentés simultanément). Dans l empan continu, il est peu possible de répétition du modèle car le sujet doit systématiquement remplacer les anciens items par les nouveaux présentés. Donc la taille de l empan va correspondre à la capacité de la boucle articulatoire. Dans

7 l empan discontinu, le sujet peut auto répéter l ensemble de la liste car il sait qu il devra effectuer le rappel en fin de liste, il y a donc un traitement conscient. II. Caractéristiques de la mémoire de travail - Labilité de l information en mémoire de travail : l oubli est rapide quand le processus d auto répétition mental est impossible. On peut l empêcher par la réalisation d une tâche distractive (dans ces conditions, après sec, il y a diminution du rappel, environ 10% seulement des items peuvent être restitués). - Rapidité de l encodage : initialement, on postulait l existence d une capacité fixe de 7 2. En fait, ce qui caractérise la mémoire de travail n est pas une limitation mais le fait que la capacité de la mémoire de travail est liée à la rapidité d encodage de l information. Encodage : transformation de l information pour la mettre sous une forme utilisable, dans les opérations de traitement effectuées en mémoire de travail (peut être transférée en MLT). Quand on demande à un sujet une tâche de mémorisation facilement codable, le rappel sera supérieur à celui de rappel d items difficile à coder. - Effet de similarité phonologique : correspond au meilleur rappel d items phonologiquement dissemblable, comparativement à des items phonologiquement semblable. Cela s explique par le fait que l information est stockée au niveau de la boucle articulatoire, sous une forme phonologique. Donc les ressemblances en items sont difficiles à distinguer et à récupérer. Cet effet apparaît vers 6 ans. Pour expliquer cela, il faut souligner que le processus d auto répétition mental évolue (on passe du passif à l actif). Passif : avant 6 ans, les sujets répètent un item à la fois Actif : à partir de 6 ans, le sujet peut restituer les items présentés, progressivement. Le risque de confusion est alors accru par rapport à quand le sujet auto répète l ensemble des items. III. La MLT Caractéristiques : - Tout ce qui excède quelques minutes de rétention est stocké en MLT. En situation de test, on peut évaluer la MLT après 3 minutes minimum de rétention de l information. - Il faut beaucoup de temps et d efforts pour insérer de nouvelles informations en MLT. La répétition est la procédure permettant le passage de l information en MLT. - Durée et capacités sont illimités. Les difficultés de la MLT sont liés aux difficultés de recouvrement de l information, c est-à-dire que la quantité d informations en MLT est telle que nous pouvons avoir des difficultés à récupérer une information («avoir sur le bout de la langue»). Etude sur des patients amnésiques a permis la subdivision de la mémoire, opposant la mémoire déclarative et la mémoire procédurale. Déclarative : concerne l ensemble de représentations de faits ou d événements accessibles à une récupération constante, et éventuellement verbalisable. C est l ensemble de nos connaissances relatives à quelque chose. On distingue la mémoire épisodique et la mémoire sémantique. - Episodique : mémoire des événements, des souvenirs pouvant être situés dans un contexte spatial et temporel précis. Elle est liée au contexte. - Sémantique : mémoire des concepts sans référence explicite au contexte de l apprentissage. Il s agit de l ensemble des connaissances que nous avons mémorisé (ex. : carte géographique). Il existe sûrement un lien entre ces 2 types de mémoire, et peut-être que la mémoire sémantique se développe à partir du moment où la mémoire épisodique fonctionne. Procédurale : concerne l ensemble des habiletés cognitives et motrices qui sont difficilement verbalisable, que nous qualifions de savoir-faire. Elle se trouve préservée chez des patients amnésiques, alors que la mémoire déclarative est abolie. 1. Facteurs contribuant à la fixation en MLT - Rôle de la répétition du matériel à apprendre : répétition mentale est facteur majeur pour permettre le passage de l information en MLT. La probabilité de passage d une information en MLT dépend du temps pendant lequel il a été maintenu en mémoire de travail. Effet de récence : les derniers items sont encore en mémoire de travail et peuvent donc être rappelés. - Compatibilité avec l association existante en mémoire : la rétention s avère d autant meilleure que les stimuli sont familiers pour le sujet. On constate que le rappel de mots fréquents est supérieur au rappel de mots rares.

8 - Rôle des activités de traitement des informations : notion de profondeur de traitement de l information. On constate que le rappel est d autant meilleur que l information a fait l objet d une activité d organisation fine. Quand les sujets devaient mémoriser un texte sur lequel ils devaient faire diverses activités de traitement, d organisation, le rappel était meilleur. 2. Pourquoi existe-t-il des différences en fonction de l âge? On observe une augmentation des capacités de la MCT et de la MLT, avec l âge. 2 facteur sont importants dans la mémorisation : le maintien de l information (enfants les plus âgés maintiennent plus longtemps les informations que les enfants les plus jeunes), vitesse de traitement de l information (enfants les plus âgés ont un système de traitement de l information plus rapide). 4 hypothèses sont avancées : - changement dans les capacités basiques : les enfants les plus âgés disposeraient d un système de traitement avec une plus grande capacité. Contre argument réfutant cette hypothèse : quand on présente des items familiers aux enfants, ils obtiennent des performances meilleurs que des adultes non familiers à ces items. - enfants les plus âgés apprennent et utilisent des méthodes efficaces pour maintenir l information en mémoire : changement dans les stratégies mnésiques - connaissances de plus en plus importantes au niveau de la mémoire, pour les enfants plus âgés la méta mémoire. - connaissance de plus en plus importantes sur le monde : enfants les plus âgés disposent de plus de connaissances, qui rendent l information à mémoriser plus familière pour l enfant. Cela rend plus facile la mémorisation et le rappel de l enfant. CHAPITRE 3 : Le développement des stratégies mnésiques 2 facteurs s avèrent essentiels dans le maintien et l efficience du traitement de l information : les caractéristiques de l apprenant (motivation, connaissances antérieures, santé) ; et les processus cognitifs contrôlés (les stratégies). Stratégies (définition de Fayol) : une séquence intégrée plus ou moins longue, et complexe, de procédures sélectionnées en vue d atteindre un but afin de rendre optimales les performances même si le résultat n est pas optimal. 3 conditions minimum pour parler de stratégies : - il doit exister une disponibilité d une éventail de procédures (il doit y avoir un choix potentiel) - il doit y avoir une sélection en vue d un but (il faut être volontaire) - le coût cognitif : une stratégie nécessite un contrôle et une évaluation. Ces 3 conditions font que la stratégie est flexible, adaptable, coûteuse et l apprenant doit ressentir son effort comme étant justifié et efficace. Une des acquisitions les plus fondamentales, pour les enfants de 6 à 10 ans sont les stratégies mnésiques : processus cognitifs contrôlés qui augmentent en mémoire, en augmentant le stockage et/ou la récupération de l information. Ces processus contrôlés n interviennent pas automatiquement mais sont sous dépendance du contrôle délibéré, intentionnel, de l apprenant. Ces processus permettent d atteindre un but, un objectif cognitif comme la mémorisation par exemple. Donc la stratégie mnésique implique une activité délibérée et intentionnelle pour améliorer le souvenir. Il existe 4 types de stratégies : organisation, élaboration, répétition, aides mémoire extérieures I. Stratégies des enfants d âge préscolaire Tâche de rappel, avec consignes différentes qui précisent pour certains le rappel ultérieur, pas pour les autres. Dans les 2 cas, l enfant doit faire un rappel. On compare les comportements des enfants dans l une ou l autre des conduites. La procédure est mise en place avec des enfants de 4, 5, 6 ans dans une situation de jeu pendant 2 minutes, en vue du rappel ultérieur. 3 conditions : - Rappel d objet-cible : les enfants peuvent jouer avec tous les jouets mais doivent rappeler certains jouets. - Condition de jeu libre : l enfant peut jouer avec l ensemble des jouets, mais n est pas averti du rappel

9 - L enfant a une consigne de jeu cible, il doit jouer avec certains objets. Ici, on ne précise pas le rappel ultérieur. Résultats : quel que soit l âge, les enfants informés du rappel ultérieur se comportement différemment. On observe une nomination verbale spontanée des objets à rappeler. On observe aussi moins de jeux dans une condition par rapport aux 2 autres. Dès 4 ans, les enfants mettent en place des stratégies en vue du rappel ultérieur. Cependant, le rappel ne s avère pas supérieur comparaitvement au rappel des enfants non avertis. II. Différentes stratégies chez l enfant d âge scolaire Pour étudier cela, on présente des épreuves d empans mnésiques avec des listes d items. 1) Répétition mentale Joue un rôle majeur dans un processus de mémorisation à 2 niveaux. La répétition permet de maintenir active l information au niveau de la MCT. Elle va aussi accroître la probabilité du transfert en MLT. Flavell : enfants de 5, 7 et 10 ans : on leur présente une liste d images à mémoriser. On observe le comportement de l enfant, pendant le délai séparant la présentation du rappel. Avec un lecteur habile en lecture labiale, on peut observer le mouvement des lèvres, s il existe ou non une dénomination/répétition mentale. Résultats : à 5 ans, 10% des enfants auto répètent. A 7 ans, 60% des enfants ont des mouvements d autorépétition. A 10 ans, ils sont 85% On constate aussi que le taux de rappel augmente avec l âge. Ce taux est meilleur chez les enfants qui auto répètent. Les enfants les plus âgés maintiennent l information en mémoire, en auto répétant l ensemble de l information présentée. Les enfants les plus jeunes maintiennent uniquement le dernier item présenté. La procédure de maintien de l ensemble des informations (répétition active) est la plus efficace. Question : est-il possible d entraîner les enfants les plus âgés à auto répéter? On propose cela à des enfants de 6, 7 ans qui n auto répètent pas spontanément. Le premier temps est la mesure des performances avant l entraînement, puis on les fait passer l entraînement, puis on fait une nouvelle tâche de rappel. Avant : moins bonnes performances que les autres Après : la différence s atténue entre les 2 groupes. Les enfants soumis à l entraînement sont capables d utiliser des stratégies de répétition. Elle a un effet, mais les performances restent inférieures. Comprennent-ils que cela implique un coût cognitif? Après l entraînement systématique, l expérimentateur arrête de les encourager à utiliser cette stratégie. On leur dit qu ils peuvent l utiliser si ils le veulent. Les enfants vont abandonner l utilisation de cette stratégie après 3 essais. Donc ils ne sont pas en mesure de généraliser l utilisation de cette stratégie à de nouvelles situations. 2) La stratégie d organisation (profondeur du traitement) La répétition est une forme d imitation (mémoire non imaginative). En auto répétant, l enfant peut échouer à repérer l existence de certaines associations entre les items à mémoriser. On utilise des listes d items catégorisables. La stratégie d organisation facilite la récupération de l information, et consiste en une activité de catégorisation selon différents critères (phonétiques, sémantiques, grammaticaux). On constate que les performances de rappel sera d autant meilleure que la catégorisation est affinée. A partir de quel âge les enfants vont-ils utiliser cette stratégie? Pas avant ans. Donc avant cet âge, les enfants ne sont pas meilleurs dans le rappel des items catégorisables par rapport à des items non catégorisables. Avant 10-11ans, les enfants ne peuvent pas utiliser une stratégie de catégorisation. 2 raisons : les enfants ne repèrent pas les relations entre les mots ; et ils repèrent les relations mais ne déduisent pas pour autant l utilisation de la stratégie adéquate. On explique cela par la difficulté qu ont les enfants à construire des catégories super ordonnées. On présente des listes d items fortement ou faiblement reliés entre eux, des listes prototypiques ou non des catégories sémantiques.

10 On constate alors que l enfant est capable de mettre en place une stratégie d organisation avec des listes de prototypes ou d items fortement liés entre eux. Donc la mise en place de la stratégie de catégorisation repose essentiellement sur une construction involontaire des associations inter-items. Ici, on organise/catégorise les informations à mémoriser. 3) Stratégie d élaboration Consiste à associer 2 plus ou plusieurs stimuli entre eux, soit en comparant une histoire, soit en créant une image visuelle à partir de ces items à mémoriser. L élaboration s apparente à l organisation, car les 2 consistent à établir des relations entre les items. Cependant, elle diffère de l organisation qui est contrainte par la structure du matériel, alors que l élaboration dépend de l imagination de la personne. L élaboration apparaît rarement avant l adolescence. A partir de là, ils l utilisent spontanément et se rappellent mieux si c est eux-mêmes qui ont élaboré l information à mémoriser. Les enfants les plus jeunes ont besoin de l aide extérieure. Cette différence s explique par le fait que les enfants les plus âgés (adolescents), disposant de plus de connaissances sur le monde, sont plus capables d imaginer comment les informations peuvent être reliées entre elles. Notion de base de connaissance 4) Aides mémoire extérieure La stratégie la plus couramment utilisée, elle fait appel à une action extérieure. (Ex. : surligner les mots d un texte aider pour ne pas oublier l important). Les stratégies de répétition et d organisation sont utilisées surtout pour le rappel de listes de mots/chiffres/images. La stratégie d aides mémoire extérieure est utilisée quand il y a des informations importantes quantitativement à mémoriser. Les stratégies sont donc des procédures contrôlées. III. Le développement des stratégies La mémoire peut être considérée comme le passage d un comportement non stratégique à un comportement stratégique. Il y a augmentation de la mémoire pas seulement en fonction de l âge, mais ne détermine pas la ou les stratégies disponibles en fonction de l âge. 1) L âge d apparition des stratégies : Les stratégies diffèrent dans leur complexité, également dans l âge d utilisation spontanée de l une ou l autre de ces stratégies. Les enfants sont efficients en premier avec les stratégies les plus simples. Il n est pas possible de spécifier un âge moyen où les enfants seraient stratégiques ou non. Au plus, on peut préciser des âges moyens où les enfants devraient pouvoir utiliser une stratégie dans certaines conditions. Donc l enfant d âge préscolaire doit pouvoir utiliser des stratégies de bas niveau (comme pointer du doigt, ou répéter des items familiers). Les enfants d âge scolaire doivent être en mesure d utiliser les stratégies plus efficaces, avec des différences en fonction des consignes et des caractéristiques du matériel. A l adolescence, les stratégies doivent devenir indépendantes du contexte. Les adolescents confrontés à un nouveau problème doivent pouvoir identifier les caractéristiques du problème, et y appliquer la ou les stratégies les plus adaptées. Il doit pouvoir généraliser l utilisation de la stratégie apprise. 2) Différentes phases dans le développement des stratégies Le développement des stratégies doit être perçu comme un processus graduel à 4 phases (Flavell). - Déficience de médiation : l enfant manque de capacités cognitives pour exécuter et bénéficier d une stratégie. Il est impossible d entraîner l enfant à cela. - Déficience de production : les stratégies ne sont pas toujours utilisées spontanément (quelle qu elle soit). Mais l enfant peut utiliser cette stratégie si on l entraîne et l encourage. Ses performances seront toujours inférieures aux performances d enfants plus âgés. - Déficience d utilisation : étape transitionnelle, intermédiaire. L enfant utilise spontanément la stratégie, mais n en tire pas d avantages, de bénéfices. C est-à-dire que ses performances de rappel n en sont pas améliorées. Le problème réside alors dans le maintien de la procédure.

11 Pour expliquer ces 2 phases, on utilise l argument d un coût cognitif trop important par rapport aux ressources dont dispose l enfant, c est-à-dire que des enfants peuvent utiliser la même stratégie, mais n en tirent pas les bénéfices de la même façon. - Utilisation de la stratégie : l enfant utilise spontanément et efficacement la stratégie. Il y augmentation des performances de rappel. IV. Les facteurs qui influencent l utilisation des stratégies - Capacité à percevoir la pertinence de la procédure : chaque fois que l enfant est naïf dans un domaine donné, il ne sais pas comment s y prendre pour réussir. Les enfants ne perçoivent pas forcément que les stratégies mnésiques sont utiles aux apprentissages, et ne font pas de distinction entre l activité cognitive passive et une activité appartenant à la mémorisation. Avec la consigne de regarder les items sans prévenir du rappel ultérieur : les enfants les plus jeunes ont le même comportement, quelle que soit la consigne (pour eux, regarder suffit à mémoriser). - Rôle des feedback et des justifications : Le feedback porte sur l intérêt et l efficacité des stratégies. Les enfants vont dire ce qui est important, expliquer aux enfants pourquoi une stratégie est efficace. On constate des différences de performances en fonction de la condition dans laquelle l enfant est placé. Dans une condition : l enfant est entraîné avec un feedback systématique donné par l expérimentateur. Dans la 2 ème condition : l enfant ne reçoit pas le feedback. On constate alors des différences dans les performances de rappel, mais surtout une absence de généralisation, de transferts pour les enfants placés dans la 2 ème condition. Dans une présentation à des enfants de 7, 9, 11 ans, la tâche de rappel de dessins peut être catégorisées selon leurs similarités sémantiques. Chaque groupe d âge est subdivisé en 3. 1 ère situation : les enfants ont un feedback sur la pertinence et l intérêt des stratégies de catégorisations. 2 ème situation : les enfants sont incités mais sans feedback 3 ème situation : condition contrôle. Pas d entraînement à la stratégie. Résultats : à 7 ans, le rappel progresse de manière équivoque. A 9 ans, il y a apparition de l effet du feedback (les enfants dans la 1 ère condition ont un meilleur rappel), ils sont aussi capables de généraliser des stratégies à d autres items à mémoriser. A 11 ans, la stratégie s avère efficace quelle que soit la condition. A 11 ans, les enfants sont capables de contrôler la stratégie. Le feedback n apporte plus d aide supplémentaires. Le feedback permet à l enfant de prendre conscience de l augmentation des performances, d avoir pour conséquence le maintien et le transfert de la procédure à de nouvelles situations. Les études montrent donc que ce qui est important n est pas seulement la connaissance qu une stratégie marche, mais pourquoi elle marche, pourquoi elle est meilleure qu une autre, pourquoi et quand doit-elle être utilisée par les enfants? - Rôle des attributions : certains enfants ne perçoivent pas l utilité des stratégies dans la mesure où ils ne perçoivent pas que leurs performances sont liées à leurs propres efforts. On parle de sentiment acquis d impuissance. On fait alors référence à l impact des attributions internes et externes (en situation d apprentissage). Les enfants se sentent donc incapables et attribuent leurs mauvaises performances à cette incapacité et non à l absence d efforts consacrés à leur apprentissage. Ils vont alors développer des techniques défensives pour se protéger de leur anxiété. Ces techniques sont souvent le désinvestissement scolaire. Pour aider les enfants, on peut les amener à modifier leurs attributions, notamment les entraîner à attribuer les difficultés à l absence d efforts, c est-à-dire la non mise en place de procédures/stratégies mnésiques. 3 paramètres nécessaires : enfant doit considérer qu il peut améliorer ses performances, il doit utiliser une stratégie adéquate, spécifique et adaptée ; et doit prendre conscience du lien entre cette stratégie, son utilisation et ses résultats. Cependant, l efficacité des stratégies n est pas forcément assurée du fait de leur coût cognitif. - Coût cognitif : la stratégie est une procédure contrôler et exige donc un contrôle continuel. Ces stratégies ont un coût d autant plus élevé que le domaine est nouveau et que l enfant est jeune. Ce coût peut entraîner une diminution des performances. Tuttentag : études sur des enfants de ans. On leur demande une autorépétition cumulative (active). On demande aussi d effectuer un taping, c est-à-dire taper sur le rebord de la table par exemple. La stratégie va être utilisée seule, puis accompagnée du taping. On va étudier alors les variations du taping, dans la condition où cette tâche est réalisée avec les associations. On compare la vitesse du taping avec la situation de frappe du taping seul. La différence évaluée permettra d opérationnaliser le coût cognitif.

12 Les résultats indiquent le pourcentage de baisse du taping : 7 ans : 41% de baisse 8 ans : 31% e baisse 11 ans : 17% de baisse On voit que la même stratégie a un coût différent en fonction de l âge des enfants. Cette stratégie apparaît coûter de moins en moins cher. Le coût trop élevé d une stratégie peut alors expliquer que l enfant réussit moins bien avec que sans cette procédure. Il risque alors d abandonner la stratégie ou de recourir à une autre stratégie moins adaptée. Par conséquence, dans la situation d apprentissage, il est nécessaire de fournir un feedback à l enfant pour lui montrer l intérêt et l utilité de la stratégie, et ainsi l amener à faire l effort suffisant pour maintenir la stratégie. - Le rôle des connaissances préalables : l enfant doit prendre conscience de l existence de la stratégie à partir de son domaine de connaissances. Il doit effectuer le transfert de ces procédures à d autres situations d apprentissage. On voit alors le rôle fondamental des connaissances préalables dans la mise en œuvre des stratégies : * capacité d autorépétition augmentant avec le niveau de connaissance du domaine concerné. * capacité d élaboration et d organisation est meilleure lorsqu elle concerne des connaissances maîtrisées par l enfant * capacité à extraire la macrostructure d un texte (ex. : faire un résumé) est meilleure quand les informations préalables sont fournies à l enfant. CHAPITRE 4 : La base des connaissances Les performances en mémoire sont influencées par l utilisation de stratégies mnésiques, et aussi par les connaissances stockées en MLT. L effet des connaissances peut s interpréter comme la possibilité pour l apprenant de mettre en relation de nouvelles informations avec les informations anciennes déjà en MLT. Base des connaissances est formée de 2 types de connaissances : procédurales et déclaratives. Les stratégies mnésiques font partie des connaissances procédurales, même si il n y a pas une exacte équivalence. Les connaissances déclaratives sont les connaissances sémantiques et les représentations schématiques (schémas et scripts). Hypothèse : l augmentation des capacités de mémorisation est liée à l augmentation des connaissances déclaratives. Cela aura un effet au niveau qualitatif, notamment dans la mise en place des stratégies et au niveau des connaissances métacognitives. I. L organisation des connaissances au cours de l enfance L idée dominante est que la mémoire intervient essentiellement pour comprendre. En conséquence, l organisation des connaissances va permettre l attribution, l accès à la signification, au sens de l information mémorisée. Les processus de mémorisation vont consister en le stockage de l information selon une organisation temporelle et causale de l information. Ils consistent aussi en la récupération de l information grâce aux capacités à exploiter l organisation chronologiques, temporelle, causale de l information. Pour mettre en évidence ce rôle, on mesure le niveau initial des connaissances sur le matériel à mémoriser, de manière à étudier la façon dont l enfant relie les nouvelles connaissances avec ses connaissances antérieures ; et comment ces informations antérieures influencent le rappel. II. L impact des connaissances sur l organisation Staub : présente à des enfants d âge scolaire (3-4 ans) des paires d images ayant des relations ou non. Parmi les images avec relation, on a un item qui représente une partie de l autre (ex. : un pneu et une auto) ; un item qui constitue l habitation de l autre (ex. : poisson et lac) ; ou 2 items appartenant à la même catégorie sémantique (ex. : pantalon, chapeau). Résultats : il y a supériorité dans le rappel des items avec relations. Le meilleur rappel est pour les paires d items où l un représente une partie de l autre.

13 La condition la plus difficile est celle où les 2 appartenaient à la même catégorie. Cela semble signifier que les items avec une relation apparaissent mieux rappelés, ce qui souligne l importance de la base des connaissances dans le processus de mémorisation. Cela met aussi en évidence que les paires d images appartenant à la même catégorie sont moins bien rappelés, ce qui est lié aux difficultés des jeunes enfants à établir des catégories sémantiques, taxonomiques. Ces résultats vont dans le sens des résultats aux épreuves piagétiennes, où on demande aux enfants de classer différents objets. Les enfants d âge préscolaire ont des difficultés à effectuer un classement selon une organisation taxonomique. Raisonnement sous-jacent : par exemple : «chat» avec «chaise» parce que le chat s assoie sur la chaise regroupement thématique Les enfants d âge préscolaire sont incapables d effectuer une catégorisation à un regroupement taxonomique. Ou alors préfèrent-ils un regroupement thématique? Etude sur des enfants de 1 an : on présente 3 objets avec un objet cible présenté au milieu (ex. : un singe entre une banane et un ours). Les 2 autres objets présentent soit une relation thématique, soit une relation sémantique. On demande à l enfant de trouver l objet pareil à l objet cible. Résultats : 85% des enfants choisissent l objet appartenant à la même catégorie taxonomique que l objet cible. Les jeunes enfants sont donc capables de mettre en œuvre une représentation taxonomique, ce qui est un contre argument sur l incapacité des enfants à le faire. Ce résultat montre aussi l importance de la procédure utilisée. Les experts dans un domaine apprennent mieux quand ils étudient de nouvelles informations de leur domaine d expertise, par rapport aux non experts. Les études de Chi ont montré l incidence du niveau d expérience sur les enfants de 10 ans experts en jeu d échecs, comparés à des adultes non experts. On présente aux sujets des configuration soit de jeux d échecs authentiques, soit de configuration aléatoires et on demande une épreuve de rappel. Résultats : enfants de 10 ans rappellent mieux les configurations que les adultes non experts. Pour expliquer cela, on peut souligner que les adultes non experts ne peuvent s appuyer que sur la MCT, pas sur la base de connaissances. En revanche, les enfants experts peuvent s appuyer sur leurs bases de connaissances et rappellent mieux les configurations authentiques, parce qu ils encodent davantage les stimuli signifiants pour eux. Pour les configurations aléatoires, pas de différence entre les 2groupes, ce qui signifie que l expertise des enfants dans les jeux d échecs donne lieu à une supériorité uniquement pour les configurations réelles. Etude sur des experts et des novices en football où on fait varier le degré d efficiente générale (des enfants novices bons apprenants et des novices mauvais apprenants, et des experts bons et mauvais apprenants). Les résultats montrent un effet significatif de l expertise. La classification en fonction du degré d expertise est plus prédictive de leurs performances e rappel que le critère de l efficience générale. Donc un enfant expert mauvais apprenant aura de meilleures performances qu un enfant novice bon apprenant. L activation des connaissances antérieures augmente donc l apprentissage, les processus de mémorisation. On met en évidence les effets des connaissances sur les performances en mémoire. Cependant, la supériorité des experts est toujours limitée au domaine de l expertise. Avec le développement des connaissances, il y a un encodage plus complet des connaissances, et des interconnexions plus élevées entre ces informations. La MLT devient alors plus accessible. Néanmoins, il existe des différences interindividuelles dans l accessibilité des connaissances en MLT qui montrent que la base de connaissance n est pas la seule explication des performances en mémoire. Il est possible de proposer une explication alternative : l intérêt de l enfant. Il y a association, combinaisons entre les connaissances plus élevées et l intérêt plus élevé pour ce domaine de connaissances. Les enfants experts ont non seulement plus de connaissances mais plus d intérêt. Il est difficile de distinguer l effet de la base de connaissance et l effet de l intérêt. III. Représentation de schémas : Les schémas et scripts sont des totalités organisées en parties. C est une organisation partie tout, inférée à partir de l expérience avec les éléments du monde réel. La catégorisation sémantique est inférée à partir de la culture, mais la catégorisation schématique à partir de nos expériences. Ces concepts renvoient donc à un modèle d organisation des connaissances, susceptibles de rendre compte de la recherche d informations pertinentes en créant des attentes ; susceptibles de rendre compte de la

14 production d informations manquantes en servant de base aux inférences lorsque l information présente des infos lacunaires. Une fois activés, les schémas et scripts faciliteraient l accès aux informations en rapport avec eux. En ce sens, ils fournissent une information descendante qui guide la mémorisation et la compréhension. Il y a référence au modèle de la double voie de circulation de l information. Les schémas/scripts fournissent une information descendante (part du cerveau pour comprendre l information à traiter) qui peut être non explicitement présente dans le matériel à traiter. Question : les enfants disposent-ils de ce type de représentation? A partir de quel âge? Comment évoluent ces représentations avec l âge? Quelles sont les conditions nécessaires à l établissement de ces représentations? A partir de 3 ans, les enfants possèdent des représentations schématiques. Pour mettre cela en évidence, on demande aux enfants de décrire des actions (comme comment se passe un fête d anniversaire, etc.) organisées de manière chronologique et causale. Structure squelettique dans la description des enfants. Tous les éléments sont mentionnés dans un ordre séquentiel correct. C est différent au niveau de l élaboration verbale. Les plus jeunes donnent la liste des actions en une seule phrase, les plus âgés donnent des descriptions plus élaborées. Dès 3 ans, ils sont cependant capables de se représenter la suite d actions dans un ordre canonique. Il y a donc une base organisée. Cette prise en compte de l organisation se retrouve également quand les enfants doivent imiter des séquences d évènements familiers. Paradigme d imitation). On constate que les enfants reconstituent systématiquement l ordre canonique, même s il est absent lors de la présentation de l énoncé. IV. Facteurs expliquant l établissement des scripts et les représentations schématiques Ces schémas et scripts viennent - des histoires racontées par les parents - des questions posées aux enfants sur les évènements qu ils ont vécus (dans un certain ordre sériel, respectant l ordre conventionnel des activités). Les enfants vont se rendre compte d un ordre dans les différentes parties qui constituent les activités de vie. - L expérience répétée avec la situation proprement dite. On suppose que plus l enfant est au contact de la situation, plus il a de chances d inférer l organisation chronologique de l évènement. Etude sur des enfants d école maternelle, interrogés sur ce qu il se passe à l école, au 2 ème jour d école, à la 2 ème semaine, à la 4 ème semaine, et à la 10 ème semaine. On veut voir s il y a évolution dans le script. Groupe contrôle : enfants interrogés uniquement la 10 ème semaine. Résultats : dès le 2 ème jour, les enfants se sont construits une représentation standardisée d une journée de classe. Ils peuvent décrire un certain nombre d évènements typiques d une journée de classe. Il suffit donc d une seule expérience pour que l enfant extraie un script de l activité en question, ce qui est vrai pour la plupart des scripts. Au cours de l année scolaire, les scripts deviennent de plus en plus élaborés. Par exemple, entre la 2 ème et la 4 ème semaine, on passe de 7 activités décrites à 10. Les scripts comportent une organisation de plus en plus hiérarchique, c est-à-dire que les scripts vont comporter un nombre d évènements conditionnels plus importants. Evènement conditionnel : évènement qui n aura lieu que dans certaines conditions, surtout si d autres évènements sont survenus antérieurement. Les scripts vont comporter des instances de plus en plus abstraites, il vont comporter des séries d évènements généraux et moins d évènements spécifiques. Il y a établissement de scripts dès l âge de 3 ans. V. A quel niveau les scripts interviennent-ils dans le processus de mémorisation? - Lors de l encodage : si l information à mémoriser est simple, elle va s ajuster immédiatement aux scripts existants et sera donc rapidement intégrée. Elle peut contribuer à enrichir le script de nouveaux éléments. - Au moment du rappel : les scripts vont servir de base aux inférences. Les scripts vont donc fournir des connaissances structurées, facilitant le rappel au niveau de la réorganisation du contenu par les processus d inférence, et également au niveau de la réorganisation de l ordre défini par le script.

15 VI. L effet de la base de connaissances sur d autres changements mnésiques au cours de l enfance Le développement de la base des connaissances va améliorer l efficacité des stratégies et les connaissances méta cognitives. La stratégie d autorépétition surtout est plus efficace si elle porte sur des items familiers. Elle sera plus efficace chez les jeunes enfants familiers aux items par rapport aux adultes non familiers. L utilisation de stratégies telles que l organisation sera plus fréquente pour mémoriser les items familiers. Une stratégie a un coût cognitif. On peut considérer que le recours à une stratégie sur un contenu familier va permettre l automatisation progressive de la stratégie, et donc va diminuer le coût cognitif inhérent à cette stratégie. L automatisation de la stratégie permet d utiliser la stratégie sur un contenu plus familier, il va donc s avérer que son utilisation sera plus coûteuse. Lorsqu on amène un enfant à utiliser une stratégie à partir de son domaine de connaissances, non seulement le rappel sera meilleur mais également leurs prédictions sur leurs propres performances. VII. Comment la base des connaissances contribue au développement de la mémoire? Grâce à un certain nombre de mécanismes : - l encodage des traits distinctifs : l enfant se focalise sur les traits essentiels de l information à mémoriser. L effet de l expertise : le bénéfice provient de la connaissances qu ont les experts des informations à encoder. Ils vont relier les informations à la situation d ensemble à mémoriser. Ces infos ne pourront pas leur servir quand il s agira de mémoriser de configurations aléatoires. - La diffusion de l activation : si on doit mémoriser des informations relatives à un thème, le thème dans son ensemble est activé. La diffusion de l activation aura pour conséquence de permettre à l enfant de se souvenir de manière plus efficace, et aura une influence au niveau stratégique. Ex. : stratégie d organisation. On demande aux enfants de mémoriser une liste d items d oiseaux genre «faucon, pingouin, poulet». Ils ont plus ou moins de connaissances sur le thème des oiseaux. Pour les enfants ayant le plus de connaissances, l activation va s effectuer entre l ensemble des items et la catégorie «oiseaux». Pour ceux ayant le moins de connaissances, la diffusion s effectuera uniquement entre l item le plus prototypique et les autres. Les enfants avec le plus de connaissances seront donc plus susceptibles d utiliser la catégorie sémantique «oiseaux» pour mettre en œuvre une stratégie d organisation et donc de rappeler les items à mémoriser. - L effet de l intérêt de l enfant : renvoie aux combinaisons entre les connaissances, le domaine de connaissances, et l intérêt plus marqué pour ce domaine de connaissances : meilleur apprentissage sur l intérêt est plus grand. Conclusion : les enfants les plus âgés ont une plus grande mémoire (développement avec l âge). Plusieurs facteurs : aspects stratégiques (pas les même en fonction de l âge). La base de connaissance va s enrichir et sera caractérisée par une modification au niveau des représentations mentales. Ces modifications vont faciliter l encodage et la récupération des informations stockées en MLT. Avoir une bonne mémoire nécessite l utilisation de stratégies efficaces, et que ces stratégies soient mises en œuvre sur une base de connaissance bien organisée. Il est donc difficile de déterminer la contribution respective des 2 facteurs. Il est probable que la base de connaissances se développement d autant plus vite quel le traitement de l information est rapide. Simultanément, les stratégies sont d autans plus efficaces quand elles s appliquent à un domaine connu par l enfant. CHAPITRE 5 : Développement de la méta mémoire La méta mémoire fait partie du domaine de la métacognition (ou capacités métacognitives). Ce concept est développé par Flavell fin des années 70. La métacognition permet de désigner les connaissances ses sujets sur un domaine particulier de leurs connaissances. On définit ceci comme l activité du sujet de penser à sa pensée, à son propre fonctionnement cognitif. Il existe plusieurs capacités métacognitives selon le domaine de connaissances. Quand on fait référence à des connaissances sur les propriétés du langage, on parle de capacités métalinguistique ; avec les connaissances des enfants sur leurs propres fonctions mnésiques, on parle de méta mémoire : le processus attentionnel est la méta attention, etc. Ces capacités s avèrent déterminantes dans un certain nombre d activités psychologiques comme l apprentissage de la lecture. Toute situation d apprentissage implique ce type de contrôle.

16 On distingue 2 types d activités : inconscient (implicites) et conscient (explicites). Implicites : connaissances des enfants sans qu ils en aient forcément conscience (autocorrection par exemple). Explicites : se développe en général à partir de 5 ans, sous l effet de l environnement. Nous avons besoin d une pression extérieure pour prendre conscience de notre activité cognitive. A partir de 5-6 ans, l enfant développe des connaissances explicites sur la mémoire. D abord sur les tâches elle-même : l enfant réalise qu il est plus facile de rappeler l idée générale du texte plutôt que sa forme littéraire. CP : la moitié des enfants le pensent. CM2 : la totalité le pense. Connaissances sur les stratégies : avec l âge, l enfant met en œuvre des stratégies de plus en plus efficaces, d où l intérêt des structures d autorépétition. Connaissances sur les individus, l effet de l âge : l enfant peut expliquer que les enfants les plus âgés vont se rappeler mieux que les plus jeunes. Une activité cognitive est un moyen permettant d atteindre un but. La stratégie mnésique est un outil permettant à l enfant d améliorer ses performances. Activité de métacognition : superviser l actualisation de la stratégie cognitive. Cela renvoie aux connaissances sur la façon dont une activité cognitive peut être réalisée. Ex. : autorépétition d un numéro de téléphone stratégie cognitive Prendre des notes, faire un résumé activité cognitive Cesser d auto répéter le numéro activité métacognitive Cesser la prise de notes activité métacognitive Ces activités métacognitives ne sont pas présentes chez le jeune enfant, pas avant 5-6 ans selon la capacité concernée. Etude sur des enfants d âge préscolaire, d âge scolaire et des étudiants. La tâche est de prédire un nombre d images qu ils sont capables de rappeler. On présente une image, puis on demande au sujet s il est capable de sen rappeler. Puis de même avec une autre image, etc. Dans un 2 ème temps, on mesure l empan mnésique. Résultats : Les enfants d âge préscolaire surestiment leurs capacités, il y a différence entre la prédiction et le rappel effectué. Les enfants scolaires deviennent plus réalistes, ils estiment leur rappel avec plus de précision. Les étudiants sont 95% capables d une bonne prédiction. Les jeunes enfants ont donc des difficultés à prédire leur habileté et leur comportement. Leur optimisme reflète peut-être le fait de prendre leurs désirs pour la réalité. Il a été constaté que si on leur demande de prédire les performances d autres enfants et non les leurs, ils sont plus réalistes alors. Leur difficulté à prédire peut refléter leur ignorance de leurs capacités mnésiques. Question si cette ignorance est spécifique à leurs capacités mnésique ou relative à l ensemble de leurs capacités? On demande alors de prédire leurs capacités à courir différentes distances. Les enfants de 5 ans donnent la une meilleure prédiction par rapport à leurs performances de rappel. L ignorance semble donc spécifique aux limites de la mémoire. Les enfants ont une ignorance sur leurs capacités mnésiques, liée à un sentiment erroné de certitude mnésique, ils ne voient donc pas la nécessité de faire un effort de mémorisation. Avec des enfants de ans, on les entraîne à associer des paires de mots dans 2 types de liste. Après entraînement, on leur présente 2 nouvelles listes. Dans l une, les paires de mots présentés correspondent à des noms et ont des actions (ex. : Marie marche). Dans l autre, les paires correspondent à es antonymes hautement associés, c est-à-dire avec une relation sémantique très forte (ex. : blanc noir). On demande aux enfants de prédire quelle liste est plus facile à mémoriser. Puis on affecte une paire d items à la liste considérée comme la plus facile et on réitère la question. Résultats : 9-11 ans : considèrent que la liste d antonymes est plus faciles à mémoriser. 6-7 ans : établissent pas de différences dans le rappel entre ces 2 listes. Quand on ajoute une paire supplémentaire, les enfants les plus jeunes changent d avis. Ils vont considérer que la liste la plus courte devient la plus facile à mémoriser. Cela signifie que pour les enfants les plus jeunes, c est la quantité d informations qui est le facteur déterminant du rappel. Pour les enfants plus âgés, ils conservent la décision initiale et considèrent qu une liste avec plus d antonyme demeure toujours plus facile à mémoriser. Relation entre mémoire et méta mémoire Comment les connaissances sur les fonctions mnésiques déterminent la réussite des enfants aux épreuves de rappel?

17 De bonnes connaissances métacognitives ne sont pas indispensables pour un bon rappel, parce que de nombreuses études ont mis en évidence de bonnes performances sans que l enfant ne soit forcément capable de contrôler les stratégies mnésiques. Ceci peut être lié à une méthode inefficace pour évaluer les capacités métacognitives. Question : quelles sont les tâches utilisées pour les mesurer? Par ailleurs, il est aussi nécessaire de compléter les entraînements à l utilisation des stratégies par des informations sur la méta mémoire notamment. Il faut soutenir les effets de l enfant par un feedback. Ces informations vont permettre à l enfant d utiliser les stratégies malgré leur coût cognitif. Il est aussi probable que les enfants, en grandissant, développent des connaissances de plus en plus précises sur comment fonctionne la mémoire. Il serait erroné d établir une relation causale directe. La relation devrait être davantage une relation de réciprocité. Relation réciproque : d une part, les connaissances sur les fonctions mnésiques tendent à augmenter le rappel. Simultanément, les performances de rappel informent aussi sur comment fonctionne la mémoire. Quelles sont les conditions nécessaires pour que les connaissances métacognitives influencent les performances mnésiques? Les connaissances métacognitives vont influencer le rappel seulement quand l intégralité d une liste de conditions est remplie. - L enfant doit savoir que la mémoire n est pas infaillible, elle peut ne pas se souvenir de tous les items. - L enfant doit pouvoir contrôler suffisamment sa mémoire pour savoir que le maintien/le stockage de l information sera insuffisant si aucune stratégie n est utilisée. - L enfant doit pouvoir choisir une stratégie comme étant plus efficace qu une autre. - L enfant doit être en mesure d attribuer le bénéfice obtenu à l utilisation de la stratégie, plutôt qu à d autres facteurs. Si toutes ces conditions sont réunies, alors on peut déduire que les connaissances métacognitives améliorent les performances mnésiques. Si l une ou l autre de ces conditions manque, alors la relation peut disparaître, empêchant la généralisation de l utilisation des stratégies. Enfants de 6-7 ans placés dans la condition où ils peuvent ou non utiliser des stratégies de catégorisation. Ils obtiennent un meilleur rappel s ils l utilisent. Tous les enfants vont observer leurs meilleures performances dans certaines situations. Mais seule une petite partie d entre eux attribue leur meilleur rappel à l utilisation de stratégies. Puis on a étudié les capacités à généraliser l utilisation de stratégies à une autre liste. On constate que l attribution des enfants prédit la généralisation de ces stratégies à des situations différentes. 99% des enfants qui ont attribué la différence de performances à l utilisation d une stratégie vont utiliser/généraliser cette stratégie. Pour les autres, seulement 32% sont capables de généraliser. La méta mémoire a une influence sur les capacités mnésiques à condition que tout un ensemble de connaissances soit maîtrisé. Conclusion : jusqu à 5 ans, les enfants ont des connaissances faibles concernant leur fonctionnement mnésique. Ces connaissances sont insuffisantes pour leur permettre un contrôle de leurs performances mnésiques. De 5 à 19 ans, leurs connaissances vont augmenter, permettant un meilleur contrôle de leurs performances mnésiques. A partir de 10 ans, les connaissances continuent à se développer, au niveau explicite comme implicite.

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Les 6 sous-stades. La période sensori-motrice. Le stade réflexe. Coordination main/bouche. Du réflexe au schème: exemple du réflexe de succion

Les 6 sous-stades. La période sensori-motrice. Le stade réflexe. Coordination main/bouche. Du réflexe au schème: exemple du réflexe de succion Les 6 sous-stades La période sensori-motrice La construction de l intelligence à partir des sens, de l action et des déplacements I. Stade réflexe du premier mois II. Stade des réactions circulaires primaires

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Écrire à la main ou à l ordinateur Telle est la question!

Écrire à la main ou à l ordinateur Telle est la question! Écrire à la main ou à l ordinateur Telle est la question! Les difficultés reliées à l écriture à la main sont presque toujours présentes chez les enfants ayant des difficultés de coordination. Écrire à

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

La mémoire des 5 sens

La mémoire des 5 sens FRANÇOIS PAUL-CAVALLIER La mémoire des 5 sens Méthode de mémorisation sensorielle Cette méthode permet d accroître sa capacité de mémorisation. Le principe en est totalement original car il s appuie sur

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Aider les élèves qui en ont le plus besoin. Animation pédagogique 17 septembre 2008

Aider les élèves qui en ont le plus besoin. Animation pédagogique 17 septembre 2008 Aider les élèves qui en ont le plus besoin Animation pédagogique 17 septembre 2008 Un facteur de réussite scolaire : les capacités métacognitives de l élève Wang M.-C. (1990) Qu est-ce que la métacognition?

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 CREER, INNOVER

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 CREER, INNOVER Plan de formation 2nd degré 2015 2016 La carte heuristique, un outil au service des apprentissages PN009406 Les cartes heuristiques sont un réel outil pour apprendre à apprendre, et s avèrent un atout

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT 1) Observation des applications sur la tablette numérique Nom de l application Contenu Remarques ABC

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Introduire l analyse et la résolution de problème dès le début du cursus (médical)

Introduire l analyse et la résolution de problème dès le début du cursus (médical) Introduire l analyse et la résolution de problème dès le début du cursus (médical) Introduire les éléments de la pratique dès le début de la formation théorique Anne Collard Journée IFRES 2014 Cadre 2

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison D après LES DEVOIRS ET LES LEÇONS de Marie-Claude Béliveau 1 1 Rappels et définitions. Officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 1956 2 à l école primaire mais leur pratique reste très

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Manuel. d utilisation. Spécial Praxies. Les métiers. orientés praxies. TVneurones. Jeux de stimulation cognitive, Isabelle Eyoum Orthophoniste

Manuel. d utilisation. Spécial Praxies. Les métiers. orientés praxies. TVneurones. Jeux de stimulation cognitive, Isabelle Eyoum Orthophoniste TVneurones Les métiers TVneurones les métiers Logiciel conçu avec Isabelle Eyoum Orthophoniste Spécial Praxies Jeux de stimulation cognitive, orientés praxies Manuel d utilisation Editions Créasoft Filiale

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGES T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline/ Spécialité : MUSICOLOGIE Présentée et soutenue le :

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle. Liste des 24 catégories de connaissances et compétences à développer

François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle. Liste des 24 catégories de connaissances et compétences à développer Programme par Cœur François Émond psychologue 2003 Centre François-Michelle Trousse de consolidation des connaissances et compétences scolaires Attention, mémoire, raisonnement, stratégies, habiletés linguistiques

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

UE11 Phonétique appliquée

UE11 Phonétique appliquée UE11 Phonétique appliquée Christelle DODANE Permanence : mercredi de 11h15 à 12h15, H211 Tel. : 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Bibliographie succinte 1. GUIMBRETIERE E., Phonétique

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Journée ARS «Qualité et efficience dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées» 08/11/2012 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Les petits pas. Pour favoriser mon écoute. Où le placer dans la classe? Procédurier. Adapter les directives. Référentiel Présentation des travaux

Les petits pas. Pour favoriser mon écoute. Où le placer dans la classe? Procédurier. Adapter les directives. Référentiel Présentation des travaux Tombe facilement dans la lune (distraction interne) Compenser les déficits d attention des élèves ayant un TDAH : des moyens simples à proposer aux enseignants Line Massé Département de psychoéducation,

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

3 e année (approximativement)

3 e année (approximativement) 3 e année (approximativement) 1. L élève s approprie les technologies de l information et de la communication en utilisant efficacement les outils informatiques 1.1 Avec aide, l élève manipule adéquatement

Plus en détail

INTRANET: Pédagogie générale

INTRANET: Pédagogie générale INTRANET: Pédagogie générale Les objectifs généraux : trois axes fondamentaux et trois types d activités associées. Les outils : A. Le cahier d ordinateur. B. Le projet de classe. C. Les projets personnels.

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

LES NEUROSCIENCES AU SERVICE DE LA PEDAGOGIE Thématique de l évaluation. Contexte de la montée en charge des neurosciences en pédagogie

LES NEUROSCIENCES AU SERVICE DE LA PEDAGOGIE Thématique de l évaluation. Contexte de la montée en charge des neurosciences en pédagogie LES NEUROSCIENCES AU SERVICE DE LA PEDAGOGIE Thématique de l évaluation Les neurosciences cognitives se développent de façon fulgurante depuis quelques décennies, mais leur plein essor reste récent, en

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies?

Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? Analyse Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? À découvrir dans cette analyse Sans motivation, il n y a pas d apprentissage. Et l un des

Plus en détail

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique STRUCTURATION DU TEMPS pour la visualisation des changements - Emploi du temps visuel avec : - Objets

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

1 L adéquation des systèmes d information actuels

1 L adéquation des systèmes d information actuels 1 L adéquation des systèmes d information actuels 1.1 Le contexte de la question 1.1.1 La tendance à l omniprésence informatique LG : Les «objets communicants» vont générer énormément d informations de

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Si l esprit qui dit non sait pourquoi il dit non, il a déjà les moyens de définir son prochain oui.» Pierre Gréco Implications pédagogiques

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Préparer sa visite au Scientastic Les 5 sens au cycle 5/8

Préparer sa visite au Scientastic Les 5 sens au cycle 5/8 Préparer sa visite au Scientastic Les 5 sens au cycle 5/8 Afin de profiter au mieux de la visite au Scientastic, nous vous conseillons de donner aux enfants un bagage minimum sur les 5 sens avant votre

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail