Place de la PSP et des AMS. «Parkinson plus!» Ce qui doit alerter. Paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) Ce qui doit alerter

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Place de la PSP et des AMS. «Parkinson plus!» Ce qui doit alerter. Paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) Ce qui doit alerter"

Transcription

1 «Parkinson plus!» Pr Marc Verny Centre de Gériatrie, pav. M. Bottard Hôpital de la Salpêtrière Place de la PSP et des AMS Maladie de Parkinson : diagnostic clinique et certitude neuropathologique. Etude de corrélation clinico-pathologique : environ 20% d erreur Diag. différentiel principaux : PSP puis AMS Et chez le patient âgé? Age- and sex-specific average annual incidence rates (new cases per 100,000 person-years) of progressive supranuclear palsy and multiple system atrophy in Olmsted County, Minnesota, 1976 to 1990 Men Women Total N Incidence N Incidence N Incidence /100,000 /100,000 /100,000 Age (y) Progressive supranuclear palsy * Total Total (50-99) Multiple system atrophy * Ce qui doit alerter Syndrome parkinsonien atypique : - syndrome akinésie-hypertonique à prédominance axiale, bilatéral - troubles de posture et chutes précoces - rareté du tremblement de repos - réponse à la L-dopa nulle ou partielle Total Total (50-99) * To keep the oldest age class closed, we excluded subjects 100 years old and older. Ce qui doit alerter Troubles oculomoteurs Trouble cognitif précoce (sous corticofrontal) Syndrome pyramidal Syndrome cérébelleux Dysarthrie ou dysphonie sévère Dysautonomie (hypota orthostatique) Troubles sphinctériens précoces Paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) Entité relativement fréquente Incidence augmente avec l âge jusque 85 ans 50% des cas débute après 70 ans, âge auquel l incidence dépasse celle de la MDPI Durée moyenne de l évolution : 6 et 7 ans Début souvent insidieux : retard diagnostique moyen d env. 3 ans 1

2 Signes d appel de la PSP Fréquemment, plainte visuelle Sensation de raideur axiale associée à une instabilité et des chutes précoces Chez la moitié des patients : troubles du comportement avec labilité émotionnelle syndrome dépressif et irascibilité Phase d état de la PSP Bradykinésie et rigidité axiale (dystonie axiale) Paralysie oculo-motrice supranucléaire Instabilité posturale et chutes fréquentes Syndrome pseudobulbaire Troubles cognitifs avec syndrome frontal Faciès amimique et écarquillement des yeux Phase d état de la PSP Pfs blépharosp., apraxie à l ouv. des yeux, signes pyramidaux Dopathérapie habituellement inefficace IRM : AVC? SPECT : hypofixation bifront. Aides au diagnostic: sévèrité du synd. sous cortico-frontal enregistrement de l oculomotricté Anomalies les plus fréquentes : atrophie mésencéphalique élargissement V4 hypersignal T2 pallidum interne discret hypersignal T2 bordant putamen Atrophie mésencéphalique et élargissement du quatrième ventricule : a) absents, b) modérés et c) sévères Hypersignal en T2 du pallidum interne et élargissement du troisième ventricule en axial : a) modérés, b) sévères, et coronal : c) modérés, et d) sévères 2

3 Démence de la PSP Sous-corticale avec symptomatologie frontale marquée (Albert M et al. 1974; Cambier J et al. 1985) Déficits cognitifs : tbles abstraction et raisonnement déficit capacités introspection et critique tbles attentionnels et bradypsychie baisse fluence verbale Démence de la PSP Tbles du rappel des épreuve mnésiques Tbles exécution séquences motrices Diff. résolution de pb et altération "shifting" Comport. patho. (préhension, utilisation, imitation) Modifications de personnalité : apathie et apragmatisme pseudo-dépressif désinhibition et agressivité (plus rares) Les Atrophies MultiSystématisées Regroupement de 3 entités cliniques : Atroph OlivoPontoCérébelleuse (AOPC) Dégénérescence StrioNigrée (DSN) Syndrome de Shy-Drager Prés. d inclusions argyrophiles oligodendrogl. et neuronales Début av. 60 ans habituel ; ans < 10 % AMS Synd. park. avec : raideur axiale, instabil. chutes précoces rareté du tremblement de repos réponse faible à la dopathérapie Association à des degrés divers à des éléments pyramidaux, cérébelleux et dysautonomiques Durée moyenne d évolution de 8 ans Signes précoces d AMS Troubles vésicosphinctériens : pollakiurie nocturne, mictions impérieuses avec fuites ou dysurie Impuissance Dysarthrie avec hypophonie souvent accompagnée de troubles de déglutition Stridor inspiratoire assez spécifique présent chez 1/3 des patients Apport IRM pour le diagnostic MSA Anomalies les plus fréquentes : hypersignal T2 bordant putamen hyposignal T2 putamen postérieur atrophie protubérantielle atrophie cérébelleuse hypersignal T2 en croix centro-pontique 3

4 Apport IRM pour le diagnostic MSA Apport IRM pour le diagnostic MSA Coupe coronale T2 : margination du putamen a : absente, b : modérée, c : sévère. (Rinne et al., Brain 1994) Age moyen de début : 65 ans (51 à 85) Sex ratio identique H/F Pas d ATCD familial Durée moyenne d évolution : 8 à 10 ans Diag. différentiel difficile avec la PSP (Litvan et al., Neurology 1997) Début par atteinte d un mbre supérieur (64%) Troubles praxiques svt inauguraux Synd extra-pyr. ± précoce, constant Deux éléments évocateurs : dystonie du membre apraxique phénomène de main étrangère (Wenning et al., JNNP 1998) A 3 ans d évolution, 90 % des patients : sd. Park. non réactif L-dopa très rigide apraxie troubles de la marche Troubles sensitifs corticaux discrets ~ 50% Stde précoce : tbles mnésiques, phasiques discrets; sd frontal et pfs héminégligence Principales différences neuropath. PSP/DCB : Présence quasi obligatoire de neurones gonflés dans la DCB (rares dans la PSP), Plaques astrocytaires corticales (dépôts dans les prolong. astrocyt.) dans la DCB (surtout pariétales) différentes des touffes astrocytaires de la PSP Fibres tortueuses beaucoup plus abondants dans DCB/PSP (Dickson, 1999). 4

5 Conclusions Parmi les maladies neurodégénératives, problème principal en gériatrie : PSP Ne pas négliger la fréquence des lésions vasculaires associées pouvant gêner le diagnostic de MDPI Importance aussi en institution des MA avec éléments parkinsoniens et DCL 5

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Troubles de l équilibre

Troubles de l équilibre Troubles de l équilibre Définition & symptomatologie Responsable de chutes, problème majeur chez le sujet âgé Troubles de l équilibre: impossibilité à maintenir son centre de gravité dans son polygone

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Association France - DFT

Association France - DFT Association France - DFT Dégénérescences Fronto-Temporales Pour nous contacter Nous écrire Association France - DFT 41, rue de Richelieu 75001 Paris Nous adresser un mail Le site internet www.dft-france.org

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Déviations rachidiennes et syndromes extrapyramidaux Prise en charge orthopédique Spécificités de l appareillage

Déviations rachidiennes et syndromes extrapyramidaux Prise en charge orthopédique Spécificités de l appareillage P. Richer 1895 AFA Marseille Mai 2O14 Déviations rachidiennes et syndromes extrapyramidaux Prise en charge orthopédique Spécificités de l appareillage Christine Guillet Nadine Chauffert Yvart PH Service

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE 1. Motricité et réflexes a. Examen musculaire Inspection Taille, symétrie (amyotrophie, hypertrophie) Fasciculations Crampes Percussion Myotonie (persistance d'une forte

Plus en détail

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Permis de conduire et maladie d Alzheimer Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Introduction Conduite automobile : Tâche complexe à forte exigence cognitive Liberté

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 janvier 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 janvier 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 janvier 2007 NEUPRO 2 mg/24 h dispositif transdermique Sachet-dose, B/30 : 377 209-7 Sachet-dose, B/90 : 570 143-4 NEUPRO 4 mg/24 h dispositif transdermique Sachet-dose,

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 103 24 juin 2013. S o m m a i r e BARÈME MÉDICAL APPLICABLE À L ASSURANCE ACCIDENT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 103 24 juin 2013. S o m m a i r e BARÈME MÉDICAL APPLICABLE À L ASSURANCE ACCIDENT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1481 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 103 24 juin 2013 S o m m a i r e BARÈME MÉDICAL APPLICABLE À L ASSURANCE

Plus en détail

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Pourquoi vous sensibilisez Futurs professionnels de la santé AVC : la cause la + fréquente de l hémiplégie.

Plus en détail

3/ Sclérose en plaques

3/ Sclérose en plaques SEMESTRE 2 UE 2.3.S2 Santé, maladie, handicap, accidents de la vie I. Introduction 3/ Sclérose en plaques Historique Triade de Charcot: dysarthrie, nystagmus, tremblement Diagnostic de syphilis Anatomopathologie:

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

EXPERTISE MÉDICALE DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS EN BELGIQUE

EXPERTISE MÉDICALE DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS EN BELGIQUE Exposé : Docteur Bruno Nerincx, Expert judiciaire (B) EXPERTISE MÉDICALE DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS EN BELGIQUE Introduction. Cette communication a pour but de passer en revue quelques spécificités de l

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Maladie de Parkinson

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Maladie de Parkinson Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Maladie de Parkinson Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service DIPH 2 avenue du Stade de France - F

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION EN MASSO KINESITHERAPIE CHU DE BORDEAUX. Jérémy Bodinier

INSTITUT DE FORMATION EN MASSO KINESITHERAPIE CHU DE BORDEAUX. Jérémy Bodinier INSTITUT DE FORMATION EN MASSO KINESITHERAPIE CHU DE BORDEAUX Jérémy Bodinier Etude de faisabilité sur l utilisation d une table de verticalisation pour évaluer la verticale subjective chez des patients

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Déficit neurologique récent. Dr N. Landragin CCA Neuro

Déficit neurologique récent. Dr N. Landragin CCA Neuro Déficit neurologique récent Dr N. Landragin CCA Neuro Question vague: couvre toute la neurologie... ou presque... comprendre une démarche diagnostique en neurologie...? Cas clinique n 1 Mlle M, 21 ans,

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

Agenda. Prevalence estimates in France PAQUID 23/11/14. Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014. Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER

Agenda. Prevalence estimates in France PAQUID 23/11/14. Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014. Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER 23/11/14 Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014 Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER Agenda La Banque Nationale Alzheimer Exemples d application Quelles potentialités pour la BNA? (à quelles conditions?)

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

Définition. Spasticité. physiopathologie. Le réflexe d étirement. Spastikos : étirer

Définition. Spasticité. physiopathologie. Le réflexe d étirement. Spastikos : étirer Définition Spasticité Physiopathologie et aspects cliniques Docteur Jacques Luauté Service de Rééducation Neurologique Professeur Dominique Boisson Hôpital Henry Gabrielle Spastikos : étirer «la spasticité

Plus en détail

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans pour un malade, impossible de prédire lʼ évolution 25% de formes bénignes utilisation dʼ une canne: 15 ans dʼ évolution utilisation dʼ un fauteuil roulant: 30 ans dʼ évolution DSS 4 DSS 6 DSS 7 8.4 ans

Plus en détail

Sport et traumatisme crânien

Sport et traumatisme crânien Sport et traumatisme crânien Sylma M Pamara DIABIRA Neurochirurgie, CHU Rennes Commotion cérébrale «Perturbation physiologique, en général transitoire, de la fonction cérébrale à la suite d'un traumatisme

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

LES ADULTES DE MOINS DE 60 ANS ATTEINTS DE MALADIES NEURO-ÉVOLUTIVES ORIENTÉS PAR LES MDPH* DU RHÔNE ET DE LA SAVOIE

LES ADULTES DE MOINS DE 60 ANS ATTEINTS DE MALADIES NEURO-ÉVOLUTIVES ORIENTÉS PAR LES MDPH* DU RHÔNE ET DE LA SAVOIE LES ADULTES DE MOINS DE 60 ANS ATTEINTS DE MALADIES NEURO-ÉVOLUTIVES ORIENTÉS PAR LES MDPH* DU RHÔNE ET DE LA SAVOIE * MAISONS DÉPARTEMENTALES DES PERSONNES HANDICAPÉES SEPTEMBRE 2010 Observatoire Régional

Plus en détail

Sclérose en plaques. Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux. GH Pitié-Salpêtrière

Sclérose en plaques. Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux. GH Pitié-Salpêtrière Sclérose en plaques Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux GH Pitié-Salpêtrière IFSI - 05 avril 2013 Plan Introduction Physiopathologie Épidémiologie Clinique Imagerie Biologie

Plus en détail

Trouble de la marche et de l équilibre

Trouble de la marche et de l équilibre 6 Item 340 Trouble de la marche et de l équilibre I. SÉMIOLOGIE ANALYTIQUE II. ORIENTATION DU DIAGNOSTIC III. ANNEXE: PHYSIOLOGIE DE LA MARCHE ET DE L ÉQUILIBRE Objectifs pédagogiques Nationaux Argumenter

Plus en détail

I Laffont, E Galano, F Coroian, J Pelissier, J Froger, HY Bonnin. Fédération Hospitalo-Universitaire de MPR Montpellier/Nîmes

I Laffont, E Galano, F Coroian, J Pelissier, J Froger, HY Bonnin. Fédération Hospitalo-Universitaire de MPR Montpellier/Nîmes Fédération Hospitalo-Universitaire de MPR Montpellier/Nîmes 1 - Introduction 2 Evaluation 3 Dépistage des complications 4 Rééducation et réadaptation 5 Suivi 6 Perspectives 1 - Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas Alexia FEUILLET Psychologue spécialisée en neuropsychologie Service de neuropsychologie CRRF Sainte Barbe 4 rue d Artois 62740

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 (1) Service de NeuroImagerie Diagnostique et Thérapeutique, CHU Bordeaux, Université de Bordeaux (2) Neurocentre Magendie, INSERM U 862, Université de Bordeaux

Plus en détail

CAT DEVANT UNE ATAXIE AIGUE

CAT DEVANT UNE ATAXIE AIGUE CAT DEVANT UNE ATAXIE AIGUE I-DISTINGUER VERTIGE ET ATAXIE Définition de l ataxie= trouble de la coordination qui affecte le mouvement volontaire et perturbe les contractions musculaires nécessaires aux

Plus en détail

Rééducation gériatrique

Rééducation gériatrique Rééducation gériatrique Conjuguer l art du gériatre et du rééducateur! Formation spécifique de chacun Vision globale du patient Projet de vie tenant compte des fonctions retrouvées et des limitations Dr

Plus en détail

La conduite automobile chez les sujets âgés

La conduite automobile chez les sujets âgés La conduite automobile chez les sujets âgés Des conducteurs de plus en plus âgés Le taux de motorisation des ménages augmente 30% en 1960 80% actuellement En 1960: 10% des conducteurs avaient plus de 60

Plus en détail

Que peut apporter la psychomotricité aux personnes âgées dépendantes?

Que peut apporter la psychomotricité aux personnes âgées dépendantes? Université Paul Sabatier Faculté de médecine Toulouse-Rangueil Institut de formation en psychomotricité Que peut apporter la psychomotricité aux personnes âgées dépendantes? Illustration avec deux études

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE I- Sémiologie des troubles de la marche A- Anamnèse B- Analyse catégorielle C- Analyse sémiologique II- Epidémiologie des

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

La Négligence Spatiale Unilatérale

La Négligence Spatiale Unilatérale Université Paul SABATIER Faculté de Médecine Toulouse Rangueil Institution de Formation en Psychomotricité La Négligence Spatiale Unilatérale Mise au point d un protocole d évaluation et étude de deux

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée

Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Les troubles de la déglutition chez la personne âgée Un équilibre entre déglutition et nutrition Martine DEGAND Logopède Service de Gériatrie - site J.BRACOPS Epidémiologie 90% de la population gériatrique

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Chapitre 1 LA MALADIE DE PARKINSON ET SES TRAITEMENTS

Chapitre 1 LA MALADIE DE PARKINSON ET SES TRAITEMENTS Chapitre 1 LA MALADIE DE PARKINSON ET SES TRAITEMENTS Ont contribué à l élaboration, la rédaction et la révision de cette section : Line Beaudet Chantal Beauvais Sylvain Chouinard Manon Desjardins Michel

Plus en détail

Les démences fronto-temporales

Les démences fronto-temporales Les démences fronto-temporales Maladie de Pick Démence fronto-temporale sans lésions spécifiques Démence fronto-temporale avec syndrome Parkinsonien (DFTP17) La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES. 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée

GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES. 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée L Assureur paie le pourcentage indiqué ci-après du montant d assurance et selon les conditions

Plus en détail

GERONTOLOGIE / GERIATRIE. (Cours de M. Muzzio Ecole de Psychologues Praticiens, Paris 2002)

GERONTOLOGIE / GERIATRIE. (Cours de M. Muzzio Ecole de Psychologues Praticiens, Paris 2002) GERONTOLOGIE / GERIATRIE (Cours de M. Muzzio Ecole de Psychologues Praticiens, Paris 2002) I)- LE ROLE DU PSYCHOLOGUE EN GERIATRIE A)- Généralités B)- L évaluation neuro-psychologique C)- L aide au diagnostic

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS Débuté le Terminé le. FICHE ADMINISTRATIVE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Téléphone. ADRESSE...... N SS / / / / / // ENTOURAGE-PERSONNE RESSOURCE NOM QUALITE..TEL...

Plus en détail

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP)

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP) Organisation française et réflexions d un Groupe d Etude et de Recherche pour la Conduite Automobile des personnes en situation de Handicap d Ile-de-France (GERCAH-IDF) Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute,

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Prise en charge des personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique

Prise en charge des personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge des personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique Conférence de consensus 23 et 24 novembre 2005 Centre universitaire méditerranéen Nice Texte

Plus en détail

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 PLAN DE LA SOIRÉE Base des changements et orientations associées au DSM-5 TED TSA Critères diagnostiques Principaux changements Défis et enjeux Trouble de

Plus en détail

Exemple 1: Entorse cheville. ÉVALUATION INITIALE: entorse cheville

Exemple 1: Entorse cheville. ÉVALUATION INITIALE: entorse cheville DPPS 4.0 RAPPORT EXEMPLES Les rapports que vous trouvez ci-joints ont étés élaborés en utilisant certains protocoles d exemple que vous trouvez dans le dossier C:\Delos\User\Trials\Dossier Général. On

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

L infarctus veineux hémorragique (IVH) du nouveau-né, une pathologie mal connue. À propos de 19 patients.

L infarctus veineux hémorragique (IVH) du nouveau-né, une pathologie mal connue. À propos de 19 patients. L infarctus veineux hémorragique (IVH) du nouveau-né, une pathologie mal connue. À propos de 19 patients. Dr M. Lahutte, radiologie pédiatrique, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, Paris Dr C. Bordarier, néonatalogie,

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

Les nouveautés dans la Sclérose en Plaques en 2012 Les nouveaux critères

Les nouveautés dans la Sclérose en Plaques en 2012 Les nouveaux critères Les nouveautés dans la Sclérose en Plaques en 2012 Les nouveaux critères Professeur Pierre LABAUGE Clinique de la SEP CHU de Nimes CHU de Montpellier 04 66 68 32 61 04 67 33 74 13 labauge@yahoo.fr Jeudi

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

ANALYSE DE LA POSTURE STATIQUE ET/OU DYNAMIQUE

ANALYSE DE LA POSTURE STATIQUE ET/OU DYNAMIQUE ANALYSE DE LA POSTURE STATIQUE ET/OU DYNAMIQUE SUR PLATE-FORME DE FORCE (POSTUROGRAPHIE) STATOKINÉSIGRAPHIE INFORMATISÉE Classement CCAM : 03.01.01.06 code : CEQP005 JUIN 2007 Service évaluation des actes

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

diagnostic et prise en charge

diagnostic et prise en charge RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Maladie Version soumise d Alzheimer à la validation du collège et de maladies HAS le 25/04/07 apparentées : diagnostic et prise en charge Recommandations Décembre 2011

Plus en détail

Rééducation des accidents vasculaires cérébraux

Rééducation des accidents vasculaires cérébraux Module «Système nerveux central et MPR» Septembre 2008 Rééducation des accidents vasculaires cérébraux G. Rode, S. Jacquin-Courtois, A. Yelnik Ce document est le support des cours «AVC» faits lors de la

Plus en détail

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire Définition La notion de traumatisme crânien ou traumatisme crânio-cérébral (TCC) couvre les traumatismes du neurocrâne (partie haute du crâne contenant le cerveau) et du cerveau. La Société de l'assurance

Plus en détail

INTERET DE LA SEQUENCE 3D ASL (ARTERIAL SPIN LABELING) CHEZ L ENFANT PRESENTANT UN DEFICIT NEUROLOGIQUE AIGU

INTERET DE LA SEQUENCE 3D ASL (ARTERIAL SPIN LABELING) CHEZ L ENFANT PRESENTANT UN DEFICIT NEUROLOGIQUE AIGU Société de Médecine de Franche-Comté INTERET DE LA SEQUENCE 3D ASL (ARTERIAL SPIN LABELING) CHEZ L ENFANT PRESENTANT UN DEFICIT NEUROLOGIQUE AIGU SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE SEANCE D IMAGERIE

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

Le complexe démentiel associé au VIH : aspects particuliers chez les sujets âgés

Le complexe démentiel associé au VIH : aspects particuliers chez les sujets âgés Synthèse Psychol NeuroPsychiatr Vieil 2007 ;5(3):193-207 Le complexe démentiel associé au VIH : aspects particuliers chez les sujets âgés Dementia complex due to HIV disease and aging ANTOINE MOULIGNIER

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

La sclérose en plaques (SEP) Dr Sandrine MILLOT Service de neurologie CHU Dijon

La sclérose en plaques (SEP) Dr Sandrine MILLOT Service de neurologie CHU Dijon La sclérose en plaques (SEP) Dr Sandrine MILLOT Service de neurologie CHU Dijon Introduction Maladie inflammatoire chronique de la gaine de myéline du système nerveux central 1 ère cause de handicap acquis

Plus en détail

Apport de l IRM dans la

Apport de l IRM dans la Apport de l IRM dans la caractérisation tissulaire préopératoire des tumeurs rectales Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction

Plus en détail

TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ

TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ 8 ÈME JOURNÉE RÉGIONALE DES RÉSEAUX DE PÉRINATALITÉ DE L ILE DE FRANCE 17 OCTOBRE 2013 TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ DR PATRICIA DWORZAK PÉDIATRE, MEMBRE DU RÉSEAU PSOF RESPONSABLE DE L UNITÉ

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue?

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? fournissent une approche systématique, factuelle et globale pour évaluer le fonctionnement cognitif et émotionnel d une personne, en plus

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Biomécanique de la marche. Douleurs du pied en pratique clinique. Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied. Service de rhumatologie / HUG

Biomécanique de la marche. Douleurs du pied en pratique clinique. Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied. Service de rhumatologie / HUG Douleurs du pied en pratique clinique Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied Service de rhumatologie / HUG Le pied : sujet complexe!? Anatomie... Biomécanique... Chaussure... 16 septembre 2009 Douleur

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail