Démystifier l évaluation de la fonction neurologique dans la pratique infirmière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démystifier l évaluation de la fonction neurologique dans la pratique infirmière"

Transcription

1 Démystifier l évaluation de la fonction neurologique dans la pratique infirmière Par Mélanie Bérubé Conseillère en soins spécialisés Orthopédie - trauma

2

3 Objectifs: Approfondir ses connaissances en lien avec une évaluation complète et intégrée de la fonction neurologique; Mieux comprendre les résultats de l évaluation de la fonction neurologique; Être davantage en mesure de déterminer comment adapter l évaluation de la fonction neurologique en fonction de l état clinique du patient.

4 o Schème de l évaluation neurologique; o Présentation du cas clinique #1: Particularités de l évaluation neurologique auprès d un TCC léger o Présentation du cas clinique #2: Particularités de l évaluation neurologique auprès d un TCC sévère sédationné et avec PIC élevée o Présentation du cas clinique #3: Particularités de l évaluation neurologique auprès d une personne blessée médullaire

5 1. État mental-fonctions cognitives: Évaluation globale de la fonction cérébrale et de la possibilité de poursuivre l évaluation: État de conscience Glasgow Attention concentration Statut pré-morbide Comportement, affect Élément simple comme point de comparaison: Orientation Hémisphère dominant: langage, calculs Système limbique: Mémoire Hémisphère non-dominant: Négligence Lobe frontal: persévération, comportement, jugement Fonction corticale supérieure complexe: praxie, logique, raisonnement abstrait.

6 2. Nerfs crâniens: II, III, IV, V, VI, VII, IX, X, XI; 3. Fonction motrice: masse musculaire, force sur échelle de 0 à 5 et test de pronation, tonus; 4. Fonction cérébelleuse (périphérique et axiale); 5. Fonction sensitive: tact sur échelle de 0 à 2, sensations anormales; 6. Réflexes: Ostéotendineux, pathologiques; 7. Signes méningés: rigidité de la nuque, signes de Brudzinski et Kernig.

7 o Structurée selon le schème présenté; o La plus complète possible; o À adapter selon le contexte..

8 o Pt de 17 ans; o Impliqué dans une bataille à la sortie d un bar. Battu à coup de poings; o Glasgow à 13 à l arrivée: Y(3), V(4), M(6); o Nerfs crâniens: pupilles égales et réactives; o Bouge les 4 membres; o Contusion hémorragique au lobe frontal droit, contusions au visage; o Éthanolémie +, drogues -; o Glasgow à 15 lors de l admission aux soins intermédiaires.

9 1. État mental Pourquoi est-il particulièrement important de s y attarder dans le présent contexte?

10

11 o Chez qui devrait-on évaluer l état mental? Lésion cérébrale confirmée ou non; Histoire de perte de conscience, Glasgow initial < 15, amnésie de l accident; Comportement ou conversation inappropriée; Réponse lente-vague; Rétention de l information.

12 o Quels sont les pré-requis pour effectuer une évaluation de l état mental? Pt éveillé Alerte Capable de comprendre les questions Capable de répondre En l absence de ces conditions: Évaluer Glasgow

13 o Échelle de Glasgow: Évalue l état de conscience, donc la réponse de la personne suite à une stimulation provenant du monde externe. Ouverture des yeux Parler suffisamment fort avant la stimulation douloureuse Réponse verbale Réponse motrice: moins influencée par des impondérables 6 Obéit (Bouger les doigts, montrez-moi 2 doigts) 5 Localise (Tente de retirer le stimulus douloureux) 4 Retrait (Évaluer si le patient localise d abord) 3 Décortique 2- Décérèbre 1- Aucune (Peut être liée à une sédation profonde)

14 Glasgow à 15/15 Évaluer fonctions cognitives o Statut prémorbide: Niveau d éducation Occupation Troubles cognitifs connus: atteintes à la naissance, démence, ancien AVC...

15 o Orientation: Personne: dire son nom, demander ce que vous faites comme travail; Temps: Quel mois? Quelle saison? Place: La province? À quel endroit on se trouve?

16 o Attention Concentration: Épeler le mot «monde» à l envers; Dire les mois de l année dans l ordre approprié et à l envers; Soustraire le chiffre 7 de 100 à plusieurs reprises.

17 o Comportement-affect: Euphorique Désinhibé Triste ou content sans être approprié au contexte Labile Irritable

18 Langage Langage - Expression verbale et écrite (hémisphère dominant): Conversion non-fluente Difficulté à trouver les mots (paraphrase, néologisme) Dysarthrie Incapacité à nommer des objets (anomie) Difficultés à écrire (agraphie)

19 Langage Langage-Compréhension verbale et écrite: Demander au pt d exécuter des tâches simples: Fermer vos yeux Montrez-moi le plafond Demander au pt de lire à voix haute un passage et d expliquer la signification.

20 o Mémoire (système limbique): Amnésie rétrograde: Qu est-ce que vous faisiez avant l accident? Amnésie antérograde: Pouvez-vous m expliquer ce qui s est produit depuis l accident? À court terme: Nommer 3 objets et demander au pt de les répéter immédiatement et 5 min plus tard; À long terme: Quel est votre no de téléphone, quel est le nom de votre épouse...

21 o Négligence (hémisphère non-dominant): Ignore les stimuli visuels, sensitifs et auditifs du côté affecté; Anosognosie: Ne reconnaît pas qu il y a quelque chose d anormal du côté affecté.

22 o Persévération (Lobe frontal): Répétition incontrôlable d'une réponse particulière, tel un mot, une phrase ou un geste.

23 o Praxie: Capacité à exécuter une tâche J aimerais que vous brossiez vos cheveux, laviez vos dents... o Logique et raisonnement abstraits: Être capable de faire le rapprochement entre 2 objets: Qu est-ce qu une rose et une tulipe ont en commun? Qu est-ce qu une auto et une avion ont en commun? Résolution de problème: Que feriez vous si vous perdiez votre portefeuille? Comment comptez-vous retourner à la maison?

24 2. Nerfs crâniens Issus du tronc cérébral; Structure pouvant être endommagée dans les fractures de la base du crâne ou comprimée lors d une de la pression intracrânienne.

25

26 2. Nerfs crâniens: Lesquels vous apparaissent plus important d évaluer dans le contexte présent? o o o II-III: Égalité des pupilles, réflexe photomoteur et réponse consensuelle III, IV, VI: Diplopie III-IV-VI: Mvt des yeux

27 3. Fonction motrice 5 Mouvement contre la pesanteur avec résistance maximale 4 Mouvement contre la pesanteur avec résistance partielle 3 Mouvement complet contre la pesanteur 2 Mouvement complet en l absence de pesanteur 1 Faible contraction mais aucun mouvement 0 Aucune réponse

28 3. Fonction motrice

29 4. Fonction cérébelleuse Périphérique: Ex: Épreuve du doigt au nez Épreuve du doigt à doigt Axiale: Déséquilibre, démarche non-coordonnée (ataxie)

30 5. Fonction sensitive Comment allez-vous évaluer la fonction sensitive chez ce patient? Toucher avec échelle de 0 à 2 Sensations anormales Déterminer présence de latéralisation

31 6. Réflexes o Ostéotendineux: 0: absent 1+: trace 2+: normal 3+: rapide 4+: clonus non soutenu 5+: clonus soutenu

32 o Cutané plantaire Manœuvre pour évaluer l intégrité des faisceaux corticospinaux Anormal: Soulèvement des orteils vers le haut.

33 Documentation de l évaluation des réflexes: 2+ (C6) (C7) (C5-6) (L4) (S1) 2+

34 Pt de 27 ans; Trauma auto-camion avec tonneaux; TCC sévère: Glasgow initial de 6; HSA frontale bilatérale, petit HSD sous le tentorium, contusions pulmonaires bilatérales; Cathéters de PIC et PbrO 2 en place; Dernier scan du cerveau: Œdème diffus sans effet de masse; Présentement: Propofol à 300 mg/h, fentanyl à 120 mcg/h, pancuronium 8 mg IV q 2hres selon valeur de PIC. PIC difficile à contrôler la nuit dernière (30-40) sans stimulation.

35 1. État mental Est-il possible de l évaluer dans le contexte présent? o Quand la sédation est minime ou cessée: Évaluer le Glasgow et documenter la réaction du patient. Ouvre les yeux, se tourne vers le stimulus verbal, mais ne répond pas aux ordres verbaux. Répond seulement au frottement sternal en bougeant la main droite et en grimaçant.

36 2. Nerfs crâniens: Lesquels évaluer dans le contexte présent? II-III: Égalité des pupilles (iso ou anisocoriques), réflexe photomoteur et réponse consensuelle III, IV, VI: Mvts extraoculaires (spontanés, nystagmus, regard dysconjugué) V-VII: Cornéen IX, X: Réflexe de vomissement

37 o Pupilles: Lésion afférente (NC II): Pas de réflexe photomoteur, réponse consensuelle présente lorsque l autre œil est stimulé Lésion efférente parasympathique (NC III): Ralentissement du réflexe photomoteur, pupille (s) fixe (s) Mésencéphalique: Moyennes, non-réactives

38 o Pupilles: Syndrome de Horner: Ptose de la paupière et miosis du côté affecté. Pontique: Miosis (Pin-point)

39 o Autres anomalies des pupilles: Hippus: normal ou anormal Miosis ou mydriase pharmacologique: Opiacés et barbituriques: miosis Cocaïne, atropine, scopolamine: mydriase

40 3. Motricité Peut-on évaluer la force motrice et le tonus dans le contexte présent? Comment évaluer la force motrice chez un patient qui ne répond pas à la demande?

41 5. Sensibilité Comment évaluer la sensibilité chez un patient qui ne répond pas à la demande? Gémit à la stimulation douloureuse; Se tourne vers le stimulus douloureux, ou tente de le retirer; Grimace.

42 6. Réflexes: Ostéotendineux: lors de lésions aux neurones du SNC, peuvent être diminués au début. Cutané plantaire anormal Réflexes frontaux primitifs: Préhension Succion

43 o Réflexes posturaux: Décortication: Lésion aux faisceaux corticospinaux au niveau du mésencéphale Décérébration: Lésion aux faisceaux corticospinaux plus bas au niveau du tronc cérébral

44 o Réflexe oculocéphalique (NC III, IV, VI, VIII) o Réflexe oculovestibulaire (NC III, IV, VI, VIII)

45 7. Signes méningés: À redouter en présence de fracture de la base du crâne et de la boîte crânienne. Rigidité de la nuque Signes de Brudzinski et de Kernig

46 Pt de 26 ans; Trauma motoneige sans casque - auto de police; Fracture C5 avec une rétropulsion de 80% dans le canal médullaire et luxation antérieure à 100% de C4; Traction cervicale en place; Pas d autre traumatisme; S. moteurs Droite Gauche C5 0/5 1/5 C6-T1 et L2-S1 0/5 0/5 Tact Droite Gauche C4-C5 2/2 2/2 C6-S5 0/2 0/2 Réflexes ostéotendineux 0/0, bulbocaverneux +; Pas de contraction sphinctérienne volontaire et de sensation anale (S4-S5).

47 1. État mental Fonctions cognitives: Est-il important d évaluer l état mental dans le contexte présent? À quelle fréquence et pour combien de temps? Complet aux 8 hres x 48 heures? Abrégé (Glasgow, orientation, comportement-affect, langage) aux 1-2 hres x 48 heures?

48 2. Nerfs crâniens: Comment les évaluer dans le contexte présent?

49 3-5. Fonctions motrice et sensitive o Pt de niveau C4 ASIA A Qu est-ce que cela signifie?

50

51 Niveau Motricité Sensibilité C4 C5 C6 C7 C8 T1 T4 T8 T10 T12 L2 L3-L4 L5-S1 Plier le bras Extension des poignets Extension des bras Flexion des doigts Abduction des doigts Flexion de la hanche Extension du genou Dorsiflexion de la cheville (L5) Flexion de la cheville (S1) Partie inférieure du cou au-dessus des clavicules Partie latérale du bras (côté radial) Côté radial avant-bras et face dorsale pouces Face dorsale Majeurs Face dorsale auriculaires Partie interne de l avant-bras, côté cubital Au niveau des mamelons Appendice xiphoïde Au niveau de l ombilic Région pubienne Partie antérieure de la cuisse Genou et partie antérolatérale de la jambe (L3) Intérieur de la jambe (L4) Partie latérale de la jambe et gros orteil (L5) Talon et petit orteil (S1)

52 Échelle ASIA A- Complet : Aucune fonction motrice et sensitive n est préservée dans les segments sacrés S4-S5. B- Incomplet : Préservation de la fonction sensitive et absence de fonction motrice sous le niveau neurologique incluant les segments sacrés S4-S5. C- Incomplet : La fonction motrice est préservée sous le niveau neurologique, et plus de la moitié des muscles sont gradés à moins de 3 sous le niveau neurologique. D- Incomplet : La fonction motrice est préservée sous le niveau neurologique, et au moins la moitié des muscles sont gradés à 3 ou plus sous le niveau neurologique. E- Incomplet : Les fonctions motrices et sensitives sont normales.

53 3-5. Fonctions motrice et sensitive: o Et si le patient avait eu une lésion plus basse, incomplète ou une lésion du rachis sans déficit neurologique... Comment auriez-vous procédé à l évaluation des fonctions motrice et sensitive?

54 3-5. Fonctions motrice et sensitive: o Quelques clarifications sur la terminologie: Parésie: faiblesse musculaire; Paralysie: absence de mouvement (0/5); Paresthésie: Sensations anormales (engourdissements, fourmillements); Dysesthésie: Sensation désagréable spontanée ou au toucher. Se manifeste sous forme de brûlement, de démangeaison, de chocs électriques ou de piqûre; Hyper-hypoesthesie: ou de la sensation au toucher; Hyper-hypoalgésie: ou de la sensation douloureuse.

55 6. Réflexes: o Bulbocaverneux: Contraction du sphincter rectal suite à une pression exercée sur le muscle bulbocaverneux. Il est reproduit par la compression du gland du pénis ou en tirant sur la sonde urinaire. o Absence de réflexe ostéotendineux et du réflexe bulbocaverneux = Choc spinal. Si présence du réflexe bulbocaverneux, qu est-ce que cela signifie?

56 o Adapter l évaluation de la fonction neurologique selon le type de lésion et le risque potentiel de lésion; o Pour apprendre à faire un examen neurologique plus approfondi: Lire attentivement les observations de l équipe médicale à ce sujet et faire des corrélations avec vos observations; Consulter fréquemment vos notes et livre d examen physique; Comment allez-vous utiliser les apprentissages réalisés lors de cette présentation? Quels sont les points qui demeurent à éclairer pour vous aidez à parfaire vos évaluations de la fonction neurologique!

57

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score)

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) 1a. Niveau de conscience 0 Eveillé, réactivité vive Choisir une réponse, même si une évaluation complète est impossible du fait d une intubation,

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE 1. Motricité et réflexes a. Examen musculaire Inspection Taille, symétrie (amyotrophie, hypertrophie) Fasciculations Crampes Percussion Myotonie (persistance d'une forte

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Semaine : Date : 25 mars 2013 Professeur : Pr Gallois Groupe : 32 (Anouck Schneidermann Aurore d Hooghe) Responsables Matières : Nicolas

Plus en détail

Évaluation des nerfs crâniens DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

Évaluation des nerfs crâniens DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Évaluation des nerfs DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, 2014 I II III IV V VI Olfactifs Optiques Oculomoteurs communs Trochléaires Trijumeaux Oculomoteurs

Plus en détail

Traumatismes Crâniens Recommandations générales

Traumatismes Crâniens Recommandations générales Traumatismes Crâniens Recommandations générales Cf. conférence de consensus SRLF (Tours. 1990). En Général 1 Tout traumatisme crânien doit être classé selon son risque évolutif d'après les groupes de Masters.

Plus en détail

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale LA MORT CÉRÉBRALE Présenté par : Dre Catherine Bégin Département clinique de médecine générale Octobre 2001 La mort cérébrale Définition légale : Perte irréversible de la capacité de conscience associée

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Service de neurologie Le service de neurologie de l Hôtel-Dieu de Lévis opère dans un Centre Hospitalier Affilié à l Université Laval,

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects paramédicaux - Synthèse des recommandations JUIN 2002 Service des

Plus en détail

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS :

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : - reconnaître une TOPOGRAPHIE lésionnelle (étape clinique qui oriente

Plus en détail

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ]

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ] DÉFINITION : La scoliose est caractérisée par une déviation latérale ou transversale du rachis. On en distingue cinq types : congénitale, neuropathologique, antalgique ou cicatricielle, malpositionnement

Plus en détail

Colloque québécois en Lésions Médullaires

Colloque québécois en Lésions Médullaires Colloque québécois en Lésions Médullaires Atelier 1: Les innovations au service des déplacements à la marche Olivier Lavoie et Martin Tardif, orthésistes IRDPQ Nathalie Toulouse, physiothérapeute programme

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot Généralités Examen de la sensibilité Examen de la sensibilité superficielle Examen de la sensibilité profonde «proprioceptive» Examen de la

Plus en détail

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE PREMIÈRE PARTIE Le syndrome cérébelleux: Définition Fréquence Étiologies

Plus en détail

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT Définition : Lésion cérébrale diffuse induite par forces biomécaniques entraînant une perturbation transitoire de la fonction neurologique. Caractérisée par: - Trouble

Plus en détail

Examen neurologique et crânien. Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices

Examen neurologique et crânien. Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices Examen neurologique de 0 à 2 ans 1ère partie : Examen neurologique et crânien 2ème partie : Installation progressive d une IMOC Catégorisation neuromotrice à 2 ans Spectrum des anomalies neuromotrices

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes.

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes. Le concept BOBATH Historique C est un concept qui a été développé par le docteur Bobath, neurologue, et son épouse, kinésithérapeute, lors de leur prise en charge d adultes hémiplégiques puis d enfants

Plus en détail

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 Aquarium. CRDM. «Cerveau fragilisé»: la somme d événements adverses en plus de l exposition à

Plus en détail

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Myélopathie cervicarthrosique MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE La myélopathie par cervicarthrose

Plus en détail

La musculation avec bande élastique

La musculation avec bande élastique La musculation avec bande élastique Principes de base de la musculation Avant d entreprendre tout programme d exercices, assurez-vous d avoir l accord de votre médecin. Choix d exercices Choisir 4 exercices

Plus en détail

Pathologies et traitements des structures nerveuses au niveau du membre inférieur

Pathologies et traitements des structures nerveuses au niveau du membre inférieur Pathologies et traitements des structures nerveuses au niveau du membre inférieur Conséquences des entorses de la cheville et du pied Éditions De Laere Pathologies et traitements des structures nerveuses

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Clinique Traitement Etiologies Récidive Anatomie Clinique

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

L appareil locomoteur :

L appareil locomoteur : L appareil locomoteur : Constitué du squelette (les os), des muscles squelettiques permettant la locomotion et tous les mouvements La fonction locomotrice : - Intervient dans le maintien de la posture

Plus en détail

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Gestes de secours Chapitre 5 Appel au secours Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Ce qu il ne faut pas faire Utiliser les signes conventionnels Choisir un endroit dégagé pour être repéré.

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

EXERCICES PHYSIQUES EXERCICES DES ÉVALUATIONS DU NIVEAU DE LA CONDITION PHYSIQUE

EXERCICES PHYSIQUES EXERCICES DES ÉVALUATIONS DU NIVEAU DE LA CONDITION PHYSIQUE EXERCICES DES ÉVALUATIONS DU NIVEAU DE LA CONDITION PHYSIQUE EXTENSION DES BRAS o En appui ventral, mains au sol sous les épaules, doigts pointés vers l avant, dos droit et tête alignée avec la colonne

Plus en détail

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 B ILAN et ALERTE Formation Continue Secouristes 2005-2006 Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 1 B ilan s ur le terrain : pourquoi? Plan d examen de la victime (éviter les oublis)

Plus en détail

plantaire La fasciite plantaire atteint Un pied de nez à la fasciite 10 % de la population. Comment s y prendre? Le pied de monsieur Plante

plantaire La fasciite plantaire atteint Un pied de nez à la fasciite 10 % de la population. Comment s y prendre? Le pied de monsieur Plante Un pied de nez à la fasciite Q et R plantaire François Vézina, résident IV, et Éric Anctil, MD, FRCSC Présenté par l Université de Sherbrooke dans le cadre de la réunion de l Association d orthopédie du

Plus en détail

Epréparez votre saison de vélo: Endurance et musculation 1!

Epréparez votre saison de vélo: Endurance et musculation 1! Epréparez votre saison de vélo: Endurance et musculation 1! Redressement assis avec le ballon d entraînement Renforce les abdominaux, les obliques et le bas du dos. S étendre sur le dos avec le ballon

Plus en détail

Blessure neurologique : qui, que, quoi??

Blessure neurologique : qui, que, quoi?? Blessure neurologique : qui, que, quoi?? Présenté par le Dr Aroussen Laflamme Chiropraticien Il y a quelques semaines sur cyclingnews, ont pouvait lire l histoire de Bobbie Traksel, un jeune coureur de

Plus en détail

La sclérose en plaque (SEP)

La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaques a une prévalence de 90 pour 100 000 habitants en France. Cette prévalence est plus élevée au Royaume-Uni et en Scandinavie, plus faible en Europe du Sud.

Plus en détail

«Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur

«Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur «Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur Dr. Jean-Dominique Lavanchy méd. gén. FMH, méd. manuelle SAMM Médecin formateur ForOmNv et en médecine manuelle 1462 Yvonand

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

Sport et traumatisme crânien

Sport et traumatisme crânien Sport et traumatisme crânien Sylma M Pamara DIABIRA Neurochirurgie, CHU Rennes Commotion cérébrale «Perturbation physiologique, en général transitoire, de la fonction cérébrale à la suite d'un traumatisme

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

> Exercices d'étirement au travail

> Exercices d'étirement au travail Page 1 sur 7 Accueil > Réponses SST > Ergonomie > Ergonomie au bureau - Le bureau moderne > Exercices d'étirement au travail Pourquoi est-il important de s'étirer? Que peut-on faire pour minimiser les

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

TRAVAIL SUR ÉCRAN ET T.M.S. Mai 2011 Service de Santé au Travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1

TRAVAIL SUR ÉCRAN ET T.M.S. Mai 2011 Service de Santé au Travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1 TRAVAIL SUR ÉCRAN ET T.M.S. Mai 2011 Service de Santé au Travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1 Pour fonctionner correctement, un muscle doit être alimenté en énergie et en oxygène. Un blocage du débit

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Que faire quand on a mal au coude?

Que faire quand on a mal au coude? Que faire quand on a mal au coude? 7 étapes sont proposées dans un ordre croissant de perturbations (du moins perturbant au plus perturbant). FAIRE DES ETIREMENTS REGULIEREMENT On parle trop souvent de

Plus en détail

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique II. Les Réflexes Spinaux Les réflexes spinaux sont des mouvements consécutifs mis en oeuvre indépendamment de la volonté et qui constituent une réaction rapide, et pré-déterminée, à l apparition d un stimulus

Plus en détail

«Quelle est la cause de ces engourdissements?»

«Quelle est la cause de ces engourdissements?» «Quelle est la cause de ces engourdissements?» faisons le point Dr Pierre Laplante, MD, FRCP (C) Présenté dans le cadre de la conférence intitulée : Les entretiens neurologiques de l Université de Montréal,

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION

QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION Annexe 5 QUELQUES CONSEILS DE PREVENTION 1) PLAIE mettre des gants désinfecter avec de la biseptine après lavage au savon de Marseille pour arrêter le saignement : mettre 2 ou 3 compresses sur la plaie

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

L évolution motrice de l enfant *

L évolution motrice de l enfant * Alain Bingler Kinésithérapeute, directeur du SESSD, APF de Boissy-Saint-Léger L évolution motrice de l enfant * Pendant longtemps, l évolution motrice a été comprise comme un apprentissage progressif par

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

Notions générales. La colonne vertébrale comprend :

Notions générales. La colonne vertébrale comprend : La PARAPLEGIE 1 Plan - Notions générales sur la colonne vertébrale, - Impulser un mouvement - Définition et épidémiologie - Différents niveaux de paralysie - Quelles sont les causes? - Fréquence des causes

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT Le traitement endoscopique du canal carpien Dr Jean Luc PELLAT Généralités 2 Intervention la plus pratiquée après la chirurgie de la cartaracte À l Instititut : 7 000 interventions endoscopiques en 10

Plus en détail

Etirements du sportif

Etirements du sportif Etirements du sportif Principales chaînes musculaires SP01 Un corps pour comprendre et apprendre Anne Le Rouzic Les exercices qui vont suivre nécessitent un échauffement musculaire préalable. Les étirements

Plus en détail

Causes Risque de TMS Prévention

Causes Risque de TMS Prévention Synthèse sur les réglages des postes de travail Causes Risque de TMS Prévention Le siège Assise à trop basse : Appui trop important sur les ischions. Flexion de hanche donc enroulement lombaire : Risques

Plus en détail

Le domaine de la motricité fine

Le domaine de la motricité fine Le domaine de la motricité fine Le domaine de la motricité fine traite d une réalisation importante dans la vie des nourrissons et des jeunes enfants, soit l utilisation des mains pour atteindre, prendre

Plus en détail

Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie

Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie Parier j. Radier c Maussins Nollet Anatomie ligament sterno-claviculaire antérieur et postérieur Ligament costo-claviculaire ligament inter-claviculaire

Plus en détail

Le bilan diagnostique Kinésithérapique

Le bilan diagnostique Kinésithérapique Le bilan diagnostique Kinésithérapique «La kinésithérapie prévient, réduit, restaure ou compense les mouvements pathologiques au niveau des déficiences, des limitations fonctionnelles, incapacités et des

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet Le corps à l école Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET Isabelle Legros, CP EPS Anglet SCHEMA CORPOREL Pas de définition qui fasse l unanimité, varie selon l angle d approche, De manière générale,

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

cardio-pulmonaire (RCP) est réalisée dans les plus brefs délais. La RCP permettra : De suppléer la respiration défaillante par une ventilation

cardio-pulmonaire (RCP) est réalisée dans les plus brefs délais. La RCP permettra : De suppléer la respiration défaillante par une ventilation L ARRÊT CARDIAQUE 2. LES SIGNES D UN ARRÊT CARDIAQUE La survenue d un arrêt cardiaque (AC) se traduit par : Une perte de connaissance de la victime, parfois accompagnée au tout début de convulsions ; L

Plus en détail

au travail des éboueurs Tous droits réservés La duplication des fiches d exercices est interdite.

au travail des éboueurs Tous droits réservés La duplication des fiches d exercices est interdite. exercices préparatoires au travail des éboueurs Avertissement Afin de bénéficier en tout temps des bienfaits de ce programme d exercices, assurez-vous de respecter vos capacités physiques. N hésitez pas

Plus en détail

BAREME D INFIRMITE CRANE ET RACHIS MEMBRES SUPERIEURS DROITE GAUCHE MEMBRES INFERIEURS

BAREME D INFIRMITE CRANE ET RACHIS MEMBRES SUPERIEURS DROITE GAUCHE MEMBRES INFERIEURS BAREME D INFIRMITE L INFIRMITE PERMANENTE TOTALE - Aliénation mentale incurable et totale résultant directement et exclusivement d un accident 100 % - Perte complète de la vision des deux yeux 100 % -

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Examen neurologique de l enfant

Examen neurologique de l enfant Examen neurologique de l enfant 2 SYSTÈMES ANATOMIQUEMENT DISTINCTS différents dans la chronologie de leur maturation Système SOUS CORTICOSPINAL Issu du Tronc cérébral Archaïque Maintient de la posture

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

Musculation pour les débutants

Musculation pour les débutants Planche anatomique simplifiée pour les débutants Une séance de débutant (jeune adulte) Échauffement : 8-10 min + travail réel : 40-45 minutes + étirements : 5 minutes + douche : 5 minutes = 60 minutes

Plus en détail

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES MOTRICITÉ AFFECTIVITÉ SOCIALISATION COMMUNICATION CONNAISSANCE Agir efficacement sur le plan sensorimoteur

Plus en détail

Mise en page et graphisme : Sophie Saint-Pierre www.sographiste.com

Mise en page et graphisme : Sophie Saint-Pierre www.sographiste.com Mise en page et graphisme : Sophie Saint-Pierre www.sographiste.com Langage 1 Ordres simples Regardez le plafond Placez votre main droite sur l épaule gauche Donnez-moi la main (l examinateur ne doit pas

Plus en détail

LA MUSCULATION AU LYCEE

LA MUSCULATION AU LYCEE LA MUSCULATION AU LYCEE 1 LA MUSCULATION permet de développer la force d un muscle grâce a des contractions musculaires répétées. Elle répond a 3 objectifs différents: être plus développé être plus performant

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL

GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL OBJECTIFS Discuter des différentes options thérapeutiques chez les patients TCC agités.

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

1 Biceps (et avant-bras)

1 Biceps (et avant-bras) Page : 1 1 Biceps (et avant-bras) gamme limitée de mouvements Debout avec le poids du corps sur le pied droit. Saisir la poignée cylindrique supérieure avec la main gauche, paume faisant face à l'extérieur,

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Déficience motrice. Mon élève :...

Déficience motrice. Mon élève :... Déficience motrice Mon élève :.. Les caractéristiques des déficiences motrices Informations extraites du guide Handiscol «Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice»

Plus en détail

Douleurs. et Troubles Musculo-Squelettiques du membre supérieur liés au travail, parlez-en INFORMER

Douleurs. et Troubles Musculo-Squelettiques du membre supérieur liés au travail, parlez-en INFORMER Douleurs et Troubles Musculo-Squelettiques du membre supérieur liés au travail, parlez-en INFORMER Douleurs et Troubles Musculodu membre supérieur Qu est ce que les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS)?

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Exemple 1: Entorse cheville. ÉVALUATION INITIALE: entorse cheville

Exemple 1: Entorse cheville. ÉVALUATION INITIALE: entorse cheville DPPS 4.0 RAPPORT EXEMPLES Les rapports que vous trouvez ci-joints ont étés élaborés en utilisant certains protocoles d exemple que vous trouvez dans le dossier C:\Delos\User\Trials\Dossier Général. On

Plus en détail

Le développement psychomoteur du nourrisson et jeune enfant 0-6 ans. C. Fossoud. Centre Référent troubles des apprentissages

Le développement psychomoteur du nourrisson et jeune enfant 0-6 ans. C. Fossoud. Centre Référent troubles des apprentissages Le développement psychomoteur du nourrisson et jeune enfant 0-6 ans C. Fossoud Centre Référent troubles des apprentissages 1 De quels moyens dispose-t-on? EXAMEN CLINIQUE + QUESTIONS des grandes étapes

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail