INSTITUT DE FORMATION EN MASSO KINESITHERAPIE CHU DE BORDEAUX. Jérémy Bodinier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSTITUT DE FORMATION EN MASSO KINESITHERAPIE CHU DE BORDEAUX. Jérémy Bodinier"

Transcription

1 INSTITUT DE FORMATION EN MASSO KINESITHERAPIE CHU DE BORDEAUX Jérémy Bodinier Etude de faisabilité sur l utilisation d une table de verticalisation pour évaluer la verticale subjective chez des patients souffrant d un syndrome de désadaptation psychomotrice. Année

2

3 SOMMAIRE Résumé :... 1 I) Introduction :... 2 II) Revue de littérature en rapport avec la problématique :... 5 a) Historique :... 5 b) Lien entre SDPM et perturbation de la posture :... 5 c) Origine des atteintes sous corticales :... 8 d) Facteurs d apparition et manifestations cliniques :... 9 e) Diagnostic différentiel : f) Le SDPM et ses conséquences : g) Evaluation du SDPM : III) Matériel et Méthode : a) Objectifs : b) Population : c) Critères d inclusion / exclusion : d) Evaluation de la rétropulsion : e) Mesure de la verticale posturale dans le plan sagittal : IV) Résultats : a) Reproductibilité de la mesure : b) Position assise et position allongée : c) Influence du sexe? d) Groupe contrôle jeune et groupe contrôle âgé : e) Groupe pathologique et groupe contrôle (jeune et âgé) : f) Corrélation entre BDS et déviation postérieure : V) Discussion : VI) Conclusion :... 30

4 Etude de faisabilité sur l utilisation d une table de verticalisation pour évaluer la verticale subjective chez des patients souffrant d un syndrome de désadaptation psychomotrice. Jérémy Bodinier Mots clefs : Gériatrie, syndrome de désadaptation psychomotrice, rétropulsion, évaluation, verticale subjective. Résumé : Nous nous sommes intéressés à la mesure de la rétropulsion chez des personnes âgées souffrant d un syndrome de désadaptation psychomotrice (SDPM). A l heure actuelle il n existe aucun moyen permettant une telle mesure. Nous savons cependant qu il existe un lien entre la perturbation de la perception de la verticale subjective mesurée en position assise et la rétropulsion. Nous avons voulu étudier la possibilité d utiliser une table de verticalisation dans le but d objectiver la perturbation de la représentation de la verticale posturale chez ces sujets. Dans cet objectif nous avons mesuré l inclinaison postérieure par rapport à la verticale pour trois groupes (sujet jeunes, sujets âgés sains, sujets souffrant d un SDPM) grâce à une table de verticalisation. Les sujets jeunes ont été testés en condition assise et allongée sur la table de verticalisation alors que les deux groupes âgés n ont été testés que dans la condition allongée. Pour le groupe souffrant de SDPM nous avons utilisé une échelle ad-hoc semi quantitative (Backward Disequilibrium Scale) afin d avoir une objectivation du degré de sévérité de la rétropulsion. L analyse des résultats montre qu il n y a pas de différence significative entre les mesures en position assise et en position allongée chez les sujets jeunes. On peut donc penser que la mesure en position allongée induite par la table de verticalisation est utilisable. Par ailleurs, il n existe pas de différence significative entre les sujets jeunes et les sujets âgés sains alors qu il apparaît une différence significative avec les sujets souffrant de SDPM. La mesure de la perception de la verticale sur une table de verticalisation semble donc appropriée pour évaluer la rétropulsion. Ceci est confirmé par la corrélation entre la sévérité de la rétropulsion (estimée grâce à l échelle ad-hoc) et l importance de la perturbation de la perception de la verticale. 1

5 I) Introduction : Aujourd hui, la France compte plus de 62 millions d habitants. Parmi ceux-ci, on dénombre 18 millions de personnes âgées de plus de 60 ans. La catégorie représentant les français âgés de plus de 75 ans comporte 4,8 millions de personnes. A l horizon 2030, la population âgée de plus de 60 ans représentera plus de 40 % des Français. Parmi eux on dénombrera plus de 8 millions de personnes âgées de plus de 75 ans ; pour ainsi dire, leur nombre va approximativement doubler d ici vingt ans [19]. Il faut distinguer trois «types» de personnes âgées que l on différenciera selon la notion de statut fonctionnel [9]. En effet, bien que des personnes aient le même âge, leurs capacités fonctionnelles et intellectuelles sont infiniment variables d un individu à l autre. On parle de sujets indépendants, ils représentent 65 à 70 % de la population et ont les mêmes besoins sanitaires que la population active. A contrario, on retrouve des sujets dépendants, ils ont un poids économique élevé pour la société et font souvent l objet d un rejet social. Ils ne représentent que 5 % de la population âgée et l intervention d un masseur kinésithérapeute se fera majoritairement en institution du fait de leur grande dépendance [9]. Enfin, entre ces deux états, on distingue une troisième catégorie qui est celle des sujets fragiles, représentant 15 à 20 % de la population âgée en France. Ils vivent à leur domicile mais présentent des risques de décompensation pouvant les mener à la perte d autonomie. Le masseur kinésithérapeute aura un rôle prépondérant dans la prise en charge à domicile de ces patients, notamment en ce qui concerne la prévention des chutes [18]. Que ce soit en institution ou au domicile, la chute est un événement grave qu il faut particulièrement chercher à prévenir. En institution, l incidence est de 1,5 chute par lit et par an alors que les chutes représentent 80 % des accidents domestiques nécessitant un soin chez les plus de 65 ans [18]. Plus de la moitié des personnes chuteuses récidivent dans l année. Ces chutes sont souvent multifactorielles, mais avant tout elles sont la conséquence d un affaiblissement général, inhérent à la personne âgée fragile ou dépendante [2] [18]. 2

6 Le concept de personne âgée fragile fait appel à la notion de fragilité. Il existe de nombreuses définitions à ce sujet. Après une revue systématique de la littérature, Hamerman définit la fragilité comme étant la conjonction d un ensemble de conditions [18]. Ainsi, les personnes âgées développent progressivement plusieurs types d invalidités qui interagissent et contribuent à la fragilité. Hamerman a adapté un continuum gériatrique (fig 1). Fig 1 : Continuum gériatrique selon Hamerman La fragilisation est un processus lent qui se traduit par une perte progressive de réserves et de ressources, pouvant être mis en exergue par un événement perturbateur ou stressant (chute, hospitalisation, alitement ). De plus, la non utilisation vient encore réduire les réserves fonctionnelles, déjà altérées par l effet du vieillissement et donc augmenter la fragilité [2] [18]. La fragilité se trouve donc à une limite abstraite entre indépendance et dépendance. Pour nous aider, deux échelles permettent d évaluer la fragilité ou l indépendance des personnes âgées. Le premier est l IADL (Instrumental Activities of Daily Living) de Lawton. Cet index explore les capacités de la personne à réaliser 8 actes de la vie courante ce qui permet de déterminer si l individu est en mesure de rester à son domicile. L autre index est l ADL de KATZ qui évalue quant à lui 6 activités quotidiennes et cote chacune d elles jusqu à 3 (autonome, aide, dépendant) [9]. Une personne fragile est plus sujette à la chute qu une personne âgée qui reste indépendante, non fragile. Les conséquences d une chute sont multiples, et le retentissement fonctionnel est variable. Outre les troubles orthopédiques et leurs conséquences directes, on observe une réduction de la mobilité de ces personnes en rapport avec le nombre de chutes. En effet, les sujets chuteurs manifestent pour bon nombre leur peur de chuter par une restriction volontaire des activités, menant elle-même à un déclin des capacités physiques et à plus long terme à une nouvelle chute. C est le propre du syndrome post chute [2] [18]. 3

7 Plus globalement, on parle en gériatrie de syndrome de désadaptation psychomotrice (SDPM) [16]. Ce dernier regroupe non seulement les sujets chuteurs ayant des troubles posturaux, mais aussi les sujets ayant ces mêmes troubles suite à un alitement prolongé ou un autre évènement déclencheur. La principale manifestation de la désadaptation psychomotrice est posturale avec l apparition d une rétropulsion chez ces sujets. On peut observer qualitativement cette rétropulsion qui s exprime par un déjettement du tronc en arrière. Elle s accompagne souvent de difficultés voir d une impossibilité à réaliser les transferts seuls ainsi qu une altération de la marche. Malheureusement, il n existe pas d échelle validée ou d outil d évaluation permettant d objectiver la rétropulsion. Cependant les plateformes de force permettent de visualiser la projection du centre de masse pour les personnes capables de tenir la position debout 30 sec. Néanmoins, il semble que la reproductibilité de ces évaluations soit mauvaise [12]. Une étude a montré qu il existe une relation entre la perception de la verticale subjective et la rétropulsion [7]. Pour celle-ci, une échelle ad hoc, Backward Disequilibrium Scale (BDS), a été utilisée pour donner une évaluation semi quantitative de la rétropulsion puis la perception de la verticale subjective a été évaluée via la mesure de la verticale posturale. Il existe une corrélation entre la rétropulsion et la perturbation de la verticale subjective. En effet, plus le score de rétropulsion était élevé, plus la déviation postérieure de la verticale subjective était importante. Des outils complexes et coûteux ont été utilisés pour mettre ce lien en évidence. Il pourrait être intéressant, pour un masseur kinésithérapeute exerçant en libéral ou en centre de soin, de pouvoir évaluer objectivement la rétropulsion de ses patients afin d observer leur évolution et adapter sa prise en charge. Le problème est qu un tel outil n existe pas. Celui utilisé par les auteurs [7] est rare (2 en Europe), très coûteux, et surtout très spécifique donc un investissement trop lourd et peu rentable pour un masseur kinésithérapeute libéral ou un centre de rééducation. Existe-t-il un outil pouvant remplacer celui-ci? Est-il possible d utiliser une table de verticalisation dans le but d objectiver une perturbation de la perception de la verticale subjective? Ceci dans le but d évaluer quantitativement une attitude en rétropulsion, manifestation du syndrome de désadaptation psychomotrice. 4

8 II) Revue de littérature en rapport avec la problématique : a) Historique : Pour la première fois, le syndrome de désadaptation psychomotrice (SDPM) a été décrit par l équipe du professeur Gaudet en A l époque, on parlait plutôt de syndrome de régression psychomotrice. Le changement d appellation pour ce syndrome vient du fait qu il a été mis en évidence des dysfonctionnements sous corticaux frontaux qui, associés aux différents éléments de fragilité de la personne âgée, sont responsables de ce syndrome. Ainsi cela sous entend qu il s agit d une décompensation de la fonction posturale et des automatismes psychomoteurs [16]. Il existe un lien très étroit entre les éléments de fragilité de la personne âgée et ces dysfonctionnements sous corticaux frontaux. Les données physiopathologiques récentes permettent d expliquer la manifestation de ce syndrome par une insuffisance des fonctions motrices, notamment la programmation du mouvement (donc de la posture). b) Lien entre SDPM et perturbation de la posture : De nombreux éléments interviennent dans la motricité. Le premier concerne les afférences sensorielles qui renseignent l individu sur son environnement, sur son tonus, sa posture Ensuite, on retrouve les différents niveaux d intégration de l information (moelle épinière, tronc cérébral et cortex sensitif). Une fois l information intégrée, elle est traitée via des connexions neuronales. Au niveau du cerveau, les aires associatives seront utilisées afin de conjuguer toutes les afférences et permettre ainsi à l individu d appréhender toutes les données environnementales (extéroceptives et intéroceptives). Ces données sont prises en compte par le cortex moteur primaire qui envoie un programme moteur au cervelet via la voie cortico ponto cérébelleuse (fig 2) afin qu il affine la programmation du mouvement, notamment l action des muscles antagonistes et l anticipation des mouvements (par exemple, lorsqu un individu tend les bras vers l avant, ses muscles gastrocnémiens 5

9 seront activés en avance pour contrer le déplacement du centre de gravité vers l avant). Fig 2 : Vue antérieure des quatre principales décussations dans le tronc cérébral dans l ordre d activation lors de la réalisation d un mouvement volontaire. 1 voie cortico-ponto cérébelleuse, 2- voie dento thalamo corticale, 3 voie cortico spinale, 4 voie olivo cérébelleuse. On voit ainsi les informations envoyées au cervelet avant qu elles ne soient renvoyées au cortex moteur. Pour affiner la programmation du mouvement, le cervelet se sert des données proprioceptives inconscientes (apportées par le faisceau spino cérébelleux postérieur mais aussi par le faisceau spino olivaire) qui le renseignent sur l organisation du corps dans l espace. Le cervelet enverra alors le programme moteur «corrigé» à l aire motrice secondaire (fig 3) qui va ensuite donner l ordre aux effecteurs de réaliser le mouvement dans l ordre voulu. 6

10 Fig 3 : Principaux efférents cérébelleux. Les flèches indiquent le sens de la conduction des impulsions. On voit ainsi le retour au cortex moteur d un programme moteur affiné. Ce programme moteur sera entretenu par des boucles motrices automatiques (sous corticales). Elles resteront cependant sous le contrôle du cervelet qui pourra modifier le mouvement au cours de la réalisation du geste si il perçoit une inadéquation entre le mouvement programmé et le mouvement réalisé (fig 4) [3]. Fig 4 : On voit sur cette illustration une partie des informations sensitives qui remontent au cervelet. Il s agit là de la proprioception non consciente. Par ailleurs, la voie spino olivaire permet aussi au cervelet de recevoir des informations tactiles mais elle n est pas figurée ici. 7

11 Dans le cadre du SDPM, une relation a été établie par des scanners cérébraux qui ont mis en évidence des lésions sous corticales telles que la leucoaraïose (il s agit d'une démyélinisation de la substance blanche autour des ventricules et sous le cortex due à une ischémie chronique) et l élargissement ventriculaire chez des patients souffrant de ce syndrome [17]. Cette corrélation entre le SDPM et une atteinte des structures sous corticales s explique notamment par le fait que la substance blanche (sous corticale) est une zone de relais entre les informations sensorielles et leur centre de traitement. La qualité des messages est donc altérée et la réponse posturale ou motrice au stimulus ne sera pas adéquate puisque fondée sur une information neurosensorielle erronée [5]. c) Origine des atteintes sous corticales : Cette atteinte des structures sous cortico frontales peut avoir plusieurs origines : _ Pour commencer, avec la vieillesse, on observe une plus grande fréquence des lésions de type leucoaraïose grâce à l Imagerie par Résonance Magnétique (90% des cas au-delà de 80 ans) [16]. _ Par ailleurs, des affections chroniques peuvent aussi entraîner des lésions des voies sous corticales, telles la maladie de Parkinson ou encore des atteintes vasculaires. Parmi ces atteintes vasculaires, l hypertension artérielle (HTA), la fibrillation auriculaire ou le diabète vont favoriser les lésions ischémiques de la substance blanche à l origine de l altération des structures sous corticales [16]. _ Enfin, des facteurs aigus de stress tels que la chute, la non utilisation ou l alitement prolongé survenant chez des personnes fragiles vont favoriser une décompensation brutale des fonctions motrices, donc l apparition d un SDPM. Il faut souligner que les patients atteints d un SDPM souffrent souvent d une hypotension orthostatique dont la cause pourrait être un bas débit cérébral lié à une circulation sanguine fragilisée par une artériosclérose [17]. 8

12 d) Facteurs d apparition et manifestations cliniques : Il semblerait que le vieillissement et les affections chroniques soient des facteurs prédisposant à l apparition d un SDPM. Lorsqu il se produit une situation de stress, cela va alors précipiter la décompensation du patient et se manifester par la symptomatologie du SDPM. Pour que ce syndrome se manifeste il faut donc un terrain fragile et un facteur aigu de décompensation. Ces derniers seront à l origine d une inactivité et d une désafférentation entraînant une perte des repères puis une incapacité à coordonner les actions indispensables à l acquisition et au maintient de la station bipodale notamment. [5] La manifestation clinique de ces symptômes est diverse [5] [6] [15] [16] : _ Les troubles posturaux sont un élément dominant. Ils sont essentiellement représentés par une rétropulsion. Il s agit d un déjettement du tronc en arrière en position assise avec une tendance du patient à «glisser» de son fauteuil. Lors du passage assis debout, on observe une absence ou une faible projection antérieure du tronc associée à un positionnement trop antérieur des pieds, ce qui rend difficile voir impossible ce transfert. En position debout, les patients ont une projection de leur centre de gravité en arrière de leur polygone de sustentation ce qui se traduit par une tendance à la chute vers l arrière. Certains sujets mettent alors en place un mécanisme de compensation consistant en une flexion des genoux et une antéflexion du tronc afin de rendre possible la station bipodale. Lorsque ces personnes se rassoient, on observe une «chute» dans leur fauteuil. Les patients ne sont pas capables de retenir leur descente vers l arrière car du fait de la non antéposition du tronc, leur centre de gravité est beaucoup trop en arrière de leur polygone de sustentation. _ Une altération de la marche en relation avec l instabilité posturale des sujets. Le transfert d appui indispensable à l appui unipodal n étant plus réalisable, la marche sans aide technique est impossible. Les sujets parviennent à marcher en se tractant sur des barres parallèles. La perturbation de la marche n est pas spécifique du SDPM mais caractéristiquement on observe non seulement chez ces patients une 9

13 marche talonnante associée à une rétropulsion mais aussi une marche à petits pas sans déroulement du pied au sol et une augmentation du temps d appui bipodal. Cela aboutit donc à une forte baisse de la vitesse de marche. _ Les signes neurologiques sont de l ordre de l atteinte sous corticale, et de l altération des automatismes posturaux. Les premiers, relatifs aux structures sous corticales, sont une akinésie et une hypertonie oppositionnelle qui se différencie de l hypertonie de la maladie de Parkinson par le fait qu elle est variable selon la force de traction exercée sur le membre et le temps. Les seconds, concernant la perturbation des automatismes posturaux, se traduisent par une diminution et parfois même une disparition des réactions d adaptation posturale ainsi que des réactions parachutes. _ Les signes psycho comportementaux quant à eux varient selon la rapidité d installation du SDPM. En effet, on peut distinguer une forme aiguë d une forme chronique. La première, d apparition brutale, souvent suite à une situation de stress important, se manifeste par une forte anxiété et une phobie de la station debout ainsi que de la marche. La seconde, s installe progressivement et s accompagne de troubles exécutifs. On retrouve, associés une bradyphrénie, une indifférence par rapport à la situation, une apathie, une aboulie et une démotivation du sujet. Toutefois, les patients ne manifestent pas de souffrance morale contrairement aux personnes victimes de dépression. e) Diagnostic différentiel : Etant donné la diversité des troubles observés chez un patient souffrant d un SDPM, il est nécessaire de le différencier d autres pathologies s en rapprochant. Dans la maladie de Parkinson, on observe un tremblement de repos absent dans le SDPM, à moins qu il ne soit favorisé par un syndrome parkinsonien. Par ailleurs, il n existe pas de phases «on» ou «off» dans le SDPM ni d hypertonie en «tuyau de plomb». Dans le cas des démences sous corticales, le diagnostic différentiel réside dans le fait que les sujets souffrant d un SDPM ne sont généralement pas déments (sauf si la démence sous corticale est un facteur prédisposant chez le sujet). Par conséquent 10

14 ils ne présentent pas de troubles cognitifs, ni confusionnels. Lorsqu il s agit de différencier un SDPM d une hydrocéphalie à pression normale, se manifestant elle aussi par des troubles de la marche, un ralentissement psychomoteur et une indifférence vis-à-vis de la situation ; il faut souligner dans celle-ci des troubles sphinctériens et un élargissement du polygone de sustentation [5] [16] [20]. f) Le SDPM et ses conséquences : En gériatrie, le SDPM est une urgence de réadaptation [2] [5] [8] [18] [20]. En effet, dans cette population, le risque de chute est nettement plus important que chez des sujets du même âge ne souffrant pas de SDPM. Les conséquences de la chute peuvent être très graves. Environ 9000 personnes âgées de plus de 65 ans en France sont décédées d un facteur associé à une chute en 1999 [18]. Par ailleurs, après une chute, les patients peuvent souffrir de fractures. Dans la majorité des cas, il s agit de fractures de l extrémité proximale du fémur. Dans le cas de chutes n ayant pas de conséquences directes (décès ou fracture), il faut être particulièrement attentif à l apparition d un SDPM ou sa majoration lorsqu il était déjà présent. Le risque de rentrer dans une spirale d inactivité chez ces patients est très important et doit être pris en compte [18]. Dans le cas d une prise en charge précoce, on observe une amélioration du pronostic mais en n aucun cas cela ne garantit une récupération totale du patient. Cela vient du fait qu il peut y avoir plusieurs pathologies chroniques qui font le lit du SDPM et, par ailleurs, les facteurs aigus de décompensation sont nombreux chez la personne âgée [5] [8]. g) Evaluation du SDPM : Dans le domaine de la prise en charge d un patient souffrant de SDPM, il faut se poser une question primordiale. Quelle évaluation allons nous mettre en place afin d objectiver les troubles liés au SDPM. Comme décrit plus haut, la manifestation de ce syndrome se fait surtout au travers de troubles posturaux et de la marche. 11

15 Ainsi, plusieurs auteurs proposent d utiliser le test moteur minimum [5] [11] [20]. En effet, ce test permet de tester la position assise, la position debout ainsi que la marche. Ces trois situations étant très perturbées dans le cadre d un SDPM il est donc intéressant de le réaliser afin d avoir une représentation globale des capacités du patient. Il s agit donc d une évaluation qualitative bien qu un score soit tiré de ce test. En effet, cela ne permet pas de quantifier directement une déficience, notamment la rétropulsion du sujet. Parallèlement, certains auteurs proposent de mesurer la vitesse de marche et de réaliser le walking and talking test ce qui est intéressant dans la mesure où la marche est altérée dans le SDPM. Les patients ont une insuffisance motrice, par l atteinte des structures sous corticales, liées à la motricité automatique. La marche étant une activité très automatisée à l âge adulte, ces tests pourront mettre précocement en évidence une perturbation de cette motricité automatique par la diminution de la vitesse de marche ou un arrêt en situation de double tâche. Malheureusement, la diminution de la vitesse de marche ne permet pas non plus d objectiver une déficience mais une incapacité et elle n est pas spécifique à la manifestation de la rétropulsion. Il est possible d affiner l évaluation en s attachant à l étude de l équilibre des patients puisqu ils souffrent de troubles posturaux. Ainsi, des tests tels que l appui unipodal tenu plus de 5 secondes, le time up and go test, le test de Tinetti, la posturographie peuvent être réalisés [12]. Le test de Tinetti et le time up and go test semblent être les outils les mieux appropriés dans l évaluation de l équilibre de la personne âgée mais ils ne permettent pas de prédire efficacement le risque de chute. Encore une fois, ces tests sont le reflet d une capacité ou incapacité du sujet mais ils ne permettent pas d objectiver une déficience telle que la rétropulsion. Néanmoins, cette étude [12] aborde la possibilité de mesurer la perception de la verticalité chez les patients souffrant de troubles posturaux tels que la rétropulsion ou la latéropulsion [13] [14]. Cette idée est très intéressante car le contrôle postural est en relation directe avec la représentation interne du corps dans l espace. Chez un adulte normal, la perception de la verticale est précise et sans erreur alors que pour certains patients, cette perception est erronée [4] [10]. Ainsi, la mesure de la 12

16 perception de la verticale nous permettrait de savoir si les troubles posturaux sont liés à une perception erronée de la verticale, et par conséquent nous pourrions adapter notre prise en charge. Il existe trois mesures de la verticale subjective [12] : _ La verticale visuelle est évaluée en demandant au sujet, dans le noir absolu, de repositionner une ligne lumineuse à la verticale. _ La verticale tactile ou haptique est évaluée dans le noir absolu. Le sujet doit orienter verticalement une baguette fixée autour d un axe. _ La verticale posturale est également évaluée dans le noir absolu. Cela consiste à demander au sujet à quel moment il se perçoit vertical en position assise. Ces trois mesures de la perception de la verticale doivent être dissociées car elles n ont pas les mêmes propriétés et ne testent pas les mêmes organes. L intérêt de la mesure de la verticale subjective réside dans le fait que cela permettrait de mettre en évidence une déficience. Ainsi, le rééducateur se concentrerait sur la correction de cette déficience afin d améliorer les capacités du patient atteint de SDPM. Une étude s est intéressée spécifiquement à la rétropulsion du sujet âgé [6]. Les auteurs soulignent que si les gériatres sont parfaitement capables de reconnaître des troubles posturaux tels que la rétropulsion, ils ne peuvent cependant pas l évaluer. A l heure actuelle, il n existe aucune échelle spécifique permettant de quantifier la rétropulsion. Plusieurs hypothèses permettent d avancer l origine de ce phénomène de rétropulsion [6] : _ L altération de la verticale subjective dans le plan frontal a été mise en évidence lors du comportement de latéropulsion chez certains hémiplégiques. Il est probable que l on puisse observer les mêmes troubles de la perception de la verticale, dans un plan sagittal cette fois, chez un patient rétropulseur. Ainsi, ces patients aligneraient leur posture sur une verticale subjective erronée, avec une 13

17 déviation postérieure. Cette hypothèse a été confirmée par l étude de Manckoundia et al [7]. _ L hypertonie des muscles fléchisseurs plantaires de la cheville, ou une attitude en équin du pied favoriseraient aussi ce comportement de rétropulsion. _ La peur du vide antérieur aurait également un rôle à jouer dans cette attitude, mais il est plus spécifique d un SDPM se déclarant suite à une chute. Il est important pour le rééducateur de savoir quelle est l origine de cette rétropulsion afin de centrer son action sur le trouble et permettre au patient de retrouver des capacités et son autonomie. Par ailleurs, il est utile de savoir quelle est la sévérité réelle de cette rétropulsion afin d adapter notre prise en charge par la mise en place d exercices à la portée du patient. Une étude a développé une échelle ad hoc semi quantitative nommée Backward Disequilibrium Scale (annexe 3), basée sur l observation du patient dans cinq situations que sont la position assise, le passage assis debout, la position bipodale les yeux ouverts et fermés puis le passage debout assis [6]. Pour chacune des situations, un score est donné au patient. Il est basé sur l analyse de la rétropulsion et ses conséquences directes sur la tâche ; il se situe entre 0 (posture normale) et 3 (rétropulsion sévère). Le score total est compris entre 0 et 15. Plus le score total est élevé, plus la rétropulsion est sévère. Ces mêmes auteurs ont utilisé cette échelle dans une autre étude basée sur la mesure de la verticale subjective et sa corrélation avec la rétropulsion [7]. La perception de la verticale met en jeu les récepteurs vestibulaires et somesthésiques. Dans des études antérieures, des auteurs ont mis en évidence un lien entre la latéropulsion et la déviation latérale de la verticale visuelle [1]. Une autre étude a souligné une perturbation de la perception de la verticale visuelle chez des patients chuteurs [21]. Cependant, du fait de la mesure de la verticale visuelle, seul le plan frontal a été exploré alors que la rétropulsion devrait être étudiée dans le plan sagittal. C est ce 14

18 qui a été fait par la mesure de la verticale posturale grâce à un système de chaise fixée au centre d une roue d un diamètre de 180 cm [7]. Les patients étaient solidarisés à la chaise et devaient, dans le noir absolu, indiquer à l expérimentateur lorsqu ils pensaient être verticaux. Parallèlement, les auteurs se sont attachés à mesurer la rétropulsion à l aide de l échelle ad hoc semi quantitative décrite cidessus, Backward Disequilibrium Scale (BDS). Les résultats de l étude sont qu il existe un lien étroit entre la rétropulsion et la déviation postérieure de la verticale posturale. Par ailleurs, les auteurs soulignent que lors de la mesure de la verticale posturale, les résultats s étalent sur un continuum allant de la verticale gravitaire à une valeur extrême de déviation postérieure (15 ) même pour des sujets ne présentant pas de rétropulsion. Les auteurs avancent l hypothèse. qu il puisse s agir d une conséquence du vieillissement et que cela devra être étudié dans une autre étude. Pour le moment, c est la seule étude réalisée à ce sujet [7]. On retrouve peu de littérature s intéressant à objectiver la rétropulsion chez les personnes âgées, en dehors du syndrome parkinsonien. En revanche, il a été démontré que la perception de la verticale pouvait être perturbée dans plusieurs pathologies [4] [13]. Il nous paraît donc intéressant, dans le but d une pratique raisonnée, de s appuyer sur l utilisation du BDS et la mesure de la verticale subjective (via la verticale posturale) afin de construire une rééducation adaptée aux besoins du patient. Cependant, un problème se pose dès que l on veut transposer ceci sur le terrain. L échelle ad hoc du BDS est facilement utilisable alors que la mesure de la verticale posturale s avère être un casse tête pour n importe quel rééducateur. En effet, le matériel utilisé dans l étude est rare, coûteux et son utilisation est très spécifique. Il n est donc pas judicieux pour un centre de rééducation ou un cabinet libéral de s en équiper. Alors quelles sont les possibilités qui s ouvrent aux thérapeutes? Dans les services de kinésithérapie on retrouve fréquemment des outils de rééducation tels que les tables de verticalisation. Est-il possible de transposer l utilisation de ce matériel à la mesure de la verticale subjective chez les personnes âgées souffrant d un syndrome de désadaptation psychomotrice? 15

19 III) Matériel et Méthode : a) Objectifs : Nos objectifs ont été d essayer de reproduire les conditions de passation de l étude de Manckoundia et al [7] sur une table de verticalisation et de comparer ces mesures avec celle en position allongée sur la table, adaptée à l usage d une table de verticalisation en centre. b) Population : La population étudiée est uniquement jeune et saine pour le groupe «contrôle jeune», composée de personnes âgées saines pour le groupe «contrôle âgé» et constituée de personnes âgées hospitalisées pour le groupe «pathologique» (fig 5) Les sujets du groupe contrôle jeune sont 30 élèves de l école de kinésithérapie ou employés de l hôpital. Leur consentement a été demandé avant les tests. La population est âgée de 25,63 ± 7,86 ans, dont 12 hommes âgés de 24,67 ± 7,24 ans pour 18 femmes âgées de 26,28 ± 8,39 ans. Les sujets du groupe contrôle âgé sont 6. Il s agit soit des membres de la famille des sujets hospitalisés, soit des patients de l hôpital. La population est âgée de 79,33 ± 3,83 ans, dont 2 hommes âgés de 79 ± 2,83 ans pour 4 femmes âgées de 79,5 ± 4,65 ans. Leur consentement libre et éclairé a été demandé avant leur participation aux tests. Le groupe pathologique concerné par cette étude a été étudié en trop petite proportion pour pouvoir avancer des résultats exploitables. La population est âgée de 85,75 ± 2,06 ans, dont 3 hommes âgés de 86,67 ± 1,15 ans pour 1 femme âgée de 83 ans. Leur capacité à donner un consentement éclairé a été validée par le médecin du service. 16

20 21 ans; 9 22 ans; 5 20 ans; 4 23 ans; 1 24 ans; 2 88 ans; 1 86 ans; 2 84 ans; 1 83 ans; 2 81 ans; 1 77 ans; 1 76 ans; 1 75 ans; 1 51 ans; 1 42 ans; 1 40 ans; 1 37 ans; 1 34 ans; 1 33 ans; 1 30 ans; 1 27 ans; 1 25 ans; 1 Figure 5 : Répartition de la population selon l âge c) Critères d inclusion / exclusion : Le recrutement des personnes saines (jeunes et âgées) était basé sur le fait qu ils pouvaient marcher sans aide technique, que leur Test Moteur Minimum (TMM) était maximal, que leur Mini Mental Scale (MMS) était au moins de 24, qu ils pouvaient tenir l appui bipodal plus de 60 secondes et que l appui unipodal était tenu plus de 5 secondes. Pour le groupe contrôle âgé, un autre critère d inclusion était que les sujets devaient avoir plus de 75 ans. Le recrutement des personnes âgées du groupe pathologique était basé sur le fait qu ils ne pouvaient pas marcher sans aide technique, que leur Test Moteur Minimum (TMM) était inférieur à 15, que leur Mini Mental Scale (MMS) était au moins de 24, que leur âge dépassait 75 ans, qu ils ne pouvaient pas tenir l appui bipodal plus de 20 secondes et que l appui unipodal n était pas possible plus de 5 secondes. Enfin, il fallait que les patients présentent un SDPM, donc une rétropulsion ou des troubles de la posture. Certaines personnes qui correspondaient aux critères d inclusion n ont pas pu être étudiées car elles présentaient soit : _ Troubles de la sensibilité _ Troubles orthopédiques trop importants _ Une comorbidité telle que des troubles neurologiques ou des troubles vestibulaires. 17

Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers

Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers Kinésithérapie en Gériatrie Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers Pathologies fréquentes en rééducation Chutes ( traumatismes,fractures,régression psychomotrice)

Plus en détail

LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE. Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille

LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE. Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille Signal d alarme : un événement à ne pas négliger Indicateur

Plus en détail

Le parcours de marche DM3

Le parcours de marche DM3 Formation Prévention des chutes Atelierd équilibre EHPAD L essentiel Jean-Michel, kinésithérapeute libéral Le parcours de marche DM3 www.alterecosante.net ALTER ECO SANTE 9, bd de Maurens / 31270 CUGNAUX

Plus en détail

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies Philippe THOUMIE Centre de référence des maladies neuromusculaires Hôpital Rothschild Troubles de l équilibre et neuropathies Ce dont se plaint

Plus en détail

Chutes sujet âgé. Intervention Gestionnaires de cas 13 janvier 2015 Dr Catherine Coat/Couturier

Chutes sujet âgé. Intervention Gestionnaires de cas 13 janvier 2015 Dr Catherine Coat/Couturier Chutes sujet âgé Intervention Gestionnaires de cas 13 janvier 2015 Dr Catherine Coat/Couturier CHUTE -Définitions La chute est définie comme le fait de se retrouver involontairement sur le sol ou dans

Plus en détail

Perdre l équilibre = chuter

Perdre l équilibre = chuter Les chutes Perdre l équilibre = chuter Conséquences : - 2 millions de chutes par an - 1/3 des + de 65 ans concernés chaque année - 30% des chutes entrainent une hospitalisation - 40% entrainent une fracture

Plus en détail

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE I- Sémiologie des troubles de la marche A- Anamnèse B- Analyse catégorielle C- Analyse sémiologique II- Epidémiologie des

Plus en détail

Évaluation de l'équilibre statique et dynamique lors de la marche

Évaluation de l'équilibre statique et dynamique lors de la marche CHUTES Évaluation de l'équilibre statique et dynamique lors de la marche ÉPREUVES DE ROMBERG, FUKUDA, STATION UNIPODALE, TINETTI L'homme debout au repos n'est jamais parfaitement immobile. Il oscille en

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE PREMIÈRE PARTIE Le syndrome cérébelleux: Définition Fréquence Étiologies

Plus en détail

DENECKER Rémi L3 STAPS ES HALTEROPHILIE. Description du mouvement de l Épaulé-jeté. Mr WATRIN. Année 2008/2009

DENECKER Rémi L3 STAPS ES HALTEROPHILIE. Description du mouvement de l Épaulé-jeté. Mr WATRIN. Année 2008/2009 DENECKER Rémi L3 STAPS ES HALTEROPHILIE Description du mouvement de l Épaulé-jeté. Mr WATRIN Année 2008/2009 Fonctionnement Le schéma permet de visualiser les étapes principales lors d un épaulé jeté et

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

Pour quelles raisons avons-nous, ainsi que plus de 100 kinésithérapeutes belges, choisi Mastercare la table thérapeutique suédoise?

Pour quelles raisons avons-nous, ainsi que plus de 100 kinésithérapeutes belges, choisi Mastercare la table thérapeutique suédoise? Article rédigé par Madame Karin Timmermans (en 2003), directrice du centre du dos 'Mastercare Rugcentrum' près d Anvers où elle exerce la profession de kinésithérapeute. Madame Timmermans a près de 20

Plus en détail

tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC

tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC José Curraladas fiches DR 1/6 1/6. Principes généraux de manutention et de transfert. 2/6. La toilette, le change et l installation d un patient

Plus en détail

décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber

décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber Syndrome post-chute Syndrome (Murphy 1982) décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber associant versant moteur troubles de l équilibre et de la posture déséquilibre

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS)

- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS) Evaluation des Pratiques Professionnelles : Evaluation de la prise en charge du risque apriori de chute des patients admis en service de soins de suite et de réadaptation. Introduction La chute n est jamais

Plus en détail

Déficience motrice. Mon élève :...

Déficience motrice. Mon élève :... Déficience motrice Mon élève :.. Les caractéristiques des déficiences motrices Informations extraites du guide Handiscol «Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice»

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS Le mal de dos s améliore en bougeant Ce que vous devez savoir En général, le mal de dos n est pas causé par

Plus en détail

LA CHUTE CHEZ LA PERSONNE AGEE 1 Pr. Pierre Pfitzenmeyer Tableaux et plan en fin de chapitre I/ INTRODUCTION :

LA CHUTE CHEZ LA PERSONNE AGEE 1 Pr. Pierre Pfitzenmeyer Tableaux et plan en fin de chapitre I/ INTRODUCTION : LA CHUTE CHEZ LA PERSONNE AGEE 1 Pr. Pierre Pfitzenmeyer Tableaux et plan en fin de chapitre I/ INTRODUCTION : -Les chutes du sujet âgé représentent tant par leur fréquence que par leur gravité, un problème

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE

ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE Classement CCAM : 15.01.05 code : NKQP002 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél.

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects paramédicaux - Synthèse des recommandations JUIN 2002 Service des

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

CONCEPT GENERAL D EQUILIBRE STATIQUE EQUILIBRE ET PLATEFORMES DE FORCES CONTRÔLE NEUROLOGIQUE DE LA STATION DEBOUT DE LA STATION DEBOUT

CONCEPT GENERAL D EQUILIBRE STATIQUE EQUILIBRE ET PLATEFORMES DE FORCES CONTRÔLE NEUROLOGIQUE DE LA STATION DEBOUT DE LA STATION DEBOUT EQUILIBRE ET PLATEFORMES DE FORCES Philippe THOUMIE Hôpital Rothschild CONCEPT GENERAL D EQUILIBRE STATIQUE CENTRE DE GRAVITE POLYGONE DE SUSTENTATION MODELE BIOMECANIQUE PENDULE INVERSE (Gurfinkel) MODELE

Plus en détail

L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques

L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques Connaissances et Performance Département des Sciences du Sport Laboratoire de Biomécanique et Physiologie L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques Jacques QUIEVRE Yann MORISSEAU 2007

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

7LES MONTE-ESCALIERS. Comment choisit-on un monte-escalier?

7LES MONTE-ESCALIERS. Comment choisit-on un monte-escalier? d utiliser l escalier est souvent l élément déclenchant, celui L impossibilité qui place l aidant dans une impasse physique et le conduit à demander un placement pour la personne dépendante. De fait, les

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

Le patient chuteur consultant aux urgences

Le patient chuteur consultant aux urgences JOURNEES LILLOISES D'ANESTHESIE REANIMATION ET MEDECINE D'URGENCE Le patient chuteur consultant aux urgences Pr. François PUISIEUX Hôpital gériatrique les Bateliers CHRU de LILLE Conflit d intérêt Aucun

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE Actes d ergothérapie et de psychomotricité susceptibles d être réalisés pour la réadaptation à domicile des personnes souffrant de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

Rééducation motrice du bébé

Rééducation motrice du bébé Rééducation motrice du bébé de la naissance aux premiers pas Michèle FORESTIER Masseur - Kinésitherapeute Prise en charge des bébés présentant des retards de marche, des torticolis, des risques de pathologie

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

PROCEDURE: MESURES DE PRÉVENTION DE LÉSIONS CORPORELLES MOYEN DE CONTENTION PT 5.-B1 n

PROCEDURE: MESURES DE PRÉVENTION DE LÉSIONS CORPORELLES MOYEN DE CONTENTION PT 5.-B1 n PROCEDURE: MESURES DE PRÉVENTION DE LÉSIONS CORPORELLES MOYEN DE CONTENTION PT 5.-B1 n a) Préambule La prestation technique de soins infirmiers B1 "mesures de prévention de lésions corporelles: moyens

Plus en détail

Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité

Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité Cet outil est destiné à l évaluation rapide du profil de fragilité des personnes âgées. L évaluation est faite par tout acteur du champ gérontologique

Plus en détail

Ce présent guide a pour objet : d identifier les situations de travail pouvant entrainer des problématiques de gestes et postures,

Ce présent guide a pour objet : d identifier les situations de travail pouvant entrainer des problématiques de gestes et postures, Copyright Leem 2011 L'emploi des seniors en France est un véritable défi que l ensemble des acteurs concernés doit relever. Pour se faire, les partenaires sociaux des entreprises du médicament ont signé,

Plus en détail

Maladie de Parkinson Diagnostic

Maladie de Parkinson Diagnostic Maladie de Parkinson Diagnostic M.Coustans CH Quimper Erreurs diagnostiques Fréquentes dans les études autopsiques 100 patients : 82 confirmés à l ana path (Hughes et al. 1992) Diagnostic clinique Réponse

Plus en détail

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie (SEP) Février 2011 La SEP est une affection inflammatoire du système nerveux central (cerveau,tronc cérébral, moelle épinière). Les lésions correspondent à des plaques de démyélinisation au sein de la

Plus en détail

Le bilan diagnostique Kinésithérapique

Le bilan diagnostique Kinésithérapique Le bilan diagnostique Kinésithérapique «La kinésithérapie prévient, réduit, restaure ou compense les mouvements pathologiques au niveau des déficiences, des limitations fonctionnelles, incapacités et des

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

Bases et analyses préliminaires

Bases et analyses préliminaires Prévention du syndrome RSI grâce à de nouveaux dispositifs d entrée sur l ordinateur - L Étude faite par l Université Technique de Darmstadt examine les tablettes à stylet en tant qu alternative ergonomique

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

ECN 62. Troubles de l équilibre, de la marche et chutes du sujet âgé. Troubles de l équilibre. Schéma général de l équilibration

ECN 62. Troubles de l équilibre, de la marche et chutes du sujet âgé. Troubles de l équilibre. Schéma général de l équilibration ECN 62 Troubles de l équilibre, de la marche et chutes du sujet âgé Troubles de l équilibre A. di Castri CHU Nîmes Vieillissement normal et équilibre Schéma général de l équilibration La fonction posturale

Plus en détail

PROCEDURE D EVALUATION ET DE PREVENTION DU RISQUE DE CHUTE ET DE MAINTIEN DE LA MOBILITE

PROCEDURE D EVALUATION ET DE PREVENTION DU RISQUE DE CHUTE ET DE MAINTIEN DE LA MOBILITE PROCEDURE D EVALUATION ET DE PREVENTION DU RISQUE DE CHUTE ET DE MAINTIEN DE LA MOBILITE Nb de pages : 8 Date de création 03/12/2013 Rédaction : Dr Robert ABADIE Dr Jean FAVAREL Date d application Vérification

Plus en détail

QUANTITATIVE MUSCLE TESTING OF ANKLE DORSI FLEXION AND FEET EVERSORS USING A DYNAMOMETER TYPE CHATILLON : PROTOCOL

QUANTITATIVE MUSCLE TESTING OF ANKLE DORSI FLEXION AND FEET EVERSORS USING A DYNAMOMETER TYPE CHATILLON : PROTOCOL QUANTITATIVE MUSCLE TESTING OF ANKLE DORSI FLEXION AND FEET EVERSORS USING A DYNAMOMETER TYPE CHATILLON : PROTOCOL Investigateur pour cette partie du projet: Dr Luc J. Hébert 08 mai 2006 Consignes à l

Plus en détail

Prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois.

Prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois. Genou 203 I. Exercices pour le syndrome fémoro-patellaire, la gonalgie chronique ou le syndrome d Osgood-Schlatter Une surcharge pondérale peut précipiter ou aggraver un problème articulaire au genou.

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Dr Madani, Gériatre AM Carpentier, Cadre Supérieure de Santé DEMARCHE PROFESSIONNELLE DE PRISE EN CHARGE AU CH DENAIN

Dr Madani, Gériatre AM Carpentier, Cadre Supérieure de Santé DEMARCHE PROFESSIONNELLE DE PRISE EN CHARGE AU CH DENAIN Dr Madani, Gériatre AM Carpentier, Cadre Supérieure de Santé PREVENTION DES CHUTES CONDUITE A TENIR EN CAS DE CHUTE DEMARCHE PROFESSIONNELLE DE PRISE EN CHARGE AU CH DENAIN QUELQUES DONNÉES Les chutes

Plus en détail

MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL

MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL LYCEE J. FAVARD GUERET DEVELOPPE COUCHE Placement : Bas du dos collé au banc, pieds posés sur le banc, les yeux sous la barre Exécution : Contrôler la descente de la barre

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Prévention du déclin fonctionnel en EHPAD : rôle du massokinésithérapeute. Dr K.Sudres février 2015

Prévention du déclin fonctionnel en EHPAD : rôle du massokinésithérapeute. Dr K.Sudres février 2015 Prévention du déclin fonctionnel en EHPAD : rôle du massokinésithérapeute Dr K.Sudres février 2015 Les résident d EHPAD sont majoritairement dépendants : aide complète pour l habillage (52.9%) et pour

Plus en détail

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs MOINS DE 15 ANS Objectifs : Formation du joueur : Ces Cps ont pour objectifs de permettre aux joueurs de club différents de se retrouver dans

Plus en détail

PHYSIQUE de LA PRÉPARATION. joueurs de niveau intermédiaire. c ô t é t e r r a i np

PHYSIQUE de LA PRÉPARATION. joueurs de niveau intermédiaire. c ô t é t e r r a i np c ô t é t e r r a i np LA PRÉPARATION PHYSIQUE de joueurs de niveau intermédiaire Par Alain QUINTALLET Préparateur physique de l'équipe de France A masculine Et des stagiaires de l Ecole Française de Handball

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation?

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? 2 ème rencontres nationales des réseaux de santé gérontologiques Dr Eliane ABRAHAM Nancy - Lorraine Groupe «réseaux» Les origines, l idée Collège

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

Qu est-ce que l approche biomécanique

Qu est-ce que l approche biomécanique André Plamondon, IRSST L approche biomécanique vise à ce que la charge supportée par les tissus d un individu n excède pas la capacité de son système musculosquelettique. Les critères les plus fréquents

Plus en détail

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE ETRE-INDRE @FMC 36 Jeudi 12 juin 2014 «La Gourmandine» Villedieu-sur-Indre Mme Christine MOREAUX, infirmière

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 15 DÉFINITION, ET MÉTHODES DE MESURE DÉFINITION - Quand parle-t-on d hypertension

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

TRAVAIL SUR ÉCRAN ET T.M.S. Mai 2011 Service de Santé au Travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1

TRAVAIL SUR ÉCRAN ET T.M.S. Mai 2011 Service de Santé au Travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1 TRAVAIL SUR ÉCRAN ET T.M.S. Mai 2011 Service de Santé au Travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1 Pour fonctionner correctement, un muscle doit être alimenté en énergie et en oxygène. Un blocage du débit

Plus en détail

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Myélopathie cervicarthrosique MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE La myélopathie par cervicarthrose

Plus en détail

mqwertyuiopasdfghjklzxcvb mqwertyuiopasdfghjklzxcvb qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn

mqwertyuiopasdfghjklzxcvb mqwertyuiopasdfghjklzxcvb qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn mqwertyuiopasdfghjklzxcvb mqwertyuiopasdfghjklzxcvb nmqwertyuiopasdfghjklzxcv nmqwertyuiopasdfghjklzxcv bnmqwertyuiopasdfghjklzxc bnmqwertyuiopasdfghjklzxc

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

L évolution motrice de l enfant *

L évolution motrice de l enfant * Alain Bingler Kinésithérapeute, directeur du SESSD, APF de Boissy-Saint-Léger L évolution motrice de l enfant * Pendant longtemps, l évolution motrice a été comprise comme un apprentissage progressif par

Plus en détail

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice.

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Laurent Bouyer, Ph.D. Professeur agrégé département de réadaptation

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes.

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes. Le concept BOBATH Historique C est un concept qui a été développé par le docteur Bobath, neurologue, et son épouse, kinésithérapeute, lors de leur prise en charge d adultes hémiplégiques puis d enfants

Plus en détail

Polyhandicap définitions présentation médicale

Polyhandicap définitions présentation médicale Polyhandicap définitions présentation médicale Dr Isabelle Hodgkinson L Escale Hôpital Femme Mère Enfant Définition Handicap grave à expressions multiples associant une déficience motrice et une déficience

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

l adulte avec paralysie cérébrale

l adulte avec paralysie cérébrale Particularités de l installation assise de l adulte avec paralysie cérébrale Dr Antoine GASTAL MPR Marie Christine BERNARD Kinésithérapeute Service CECOIA Hôpital Nationale Saint Maurice Dr Célia RECH

Plus en détail

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques 20 Qualité de vie des personnes âgées Qualité de vie des Franciliens de 60 : agir sur les limitations physiques A l heure où «la révolution de la longévité» est engagée se pose avec acuité la question

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

Operating MANUEL D UTILISATION

Operating MANUEL D UTILISATION PERIOTEST M Operating MANUEL D UTILISATION Manual Mode d emploi du PERIOTEST M Le Periotest M est un appareil de mesure destiné à être utilisé au cours de pratiques dentaires suivantes : Evaluation de

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E.

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Postures et respiration en relaxation Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Introduction «Les méthodes de relaxation sont des conduites thérapeutiques, rééducatives ou éducatives, utilisant des techniques

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail