TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ"

Transcription

1 8 ÈME JOURNÉE RÉGIONALE DES RÉSEAUX DE PÉRINATALITÉ DE L ILE DE FRANCE 17 OCTOBRE 2013 TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ DR PATRICIA DWORZAK PÉDIATRE, MEMBRE DU RÉSEAU PSOF RESPONSABLE DE L UNITÉ DES TROUBLES DES APPRENTISSAGES CENTRE HOSPITALIER DE NEUILLY/SEINE

2 DEVENIR NEURO DÉVELOPPEMENTAL DES GRANDS PRÉMATURÉS Principales études sur la grande prématurité : Étude Épicure (RU), Étude Epibel (Belgique) Étude Epipage (France): 2901 NN < 33sem en 1997 Augmentation de la survie des grands prématurés : 85 % Mortalité liée à l AG: 100 % à 23 sem 3 % à 32 sem Stagnation voire diminution des paralysies cérébrales Taux stable depuis plusieurs années : 8 à 10 % (Epipage: 9 %) Augmentation de l incidence avec la diminution de l AG Troubles neuro-sensoriels rares : cecité 1%, surdité 0,4%

3 MAIS Troubles neuro-moteurs mineurs : fréquents : 40 % Troubles de la coordination, instabilité posturale, troubles de la motricité fine Associés à un risque de troubles cognitifs Strabisme et troubles de la réfraction fréquents : 25 % Incidence élevée des troubles cognitifs même sans lésions cérébrales apparentes Fréquence importante de troubles du comportement et de difficultés sociales

4 SÉQUELLES NEURO DÉVELOPPEMENTALES DE LA PRÉMATURITÉ MODÉRÉE On a longtemps cru Que le pronostic neuro développemental de la prématurité modérée était bon Que les séquelles cognitives et comportementales rapportées depuis plusieurs années restaient l apanage de la grande prématurité Or la littérature récente ( données limitées) rapporte Une altération modérée possible du fonctionnement cognitif global Des troubles cognitifs et du comportement décrits jusqu à l adolescence voir l âge adulte Des difficultés d apprentissages et un moins bon cursus scolaire que les enfants nés à terme Une moins bonne réussite professionnelle

5 DEVENIR COGNITIF GLOBAL DES GRANDS PRÉMATURÉS La majorité des grands prématurés ont une efficience cognitive dans la norme : QI 85 mais écart de 10 à 15 points de QI entre les grands prématurés et NN à terme témoins, Epipage: 1624 enfants évalués à 5 ans par le K-ABC: Score moyen aux PMC: 93,7 : grands préma / 106,4 : NN à terme Score < 85 : 32 % grands préma / 11 % NN à terme Score < 70 : 11% grands préma / 3% NN à terme Score < 55 : 2% grands préma / 1 % NN à terme

6 DEVENIR COGNITIF GLOBAL EFFET DE L ÂGE GESTATIONNEL La diminution de l âge gestationnel augmente le risque d une altération de l efficience cognitive globale Perte de 1,7 points de QI par semaine d AG Prématurissimes < 26 sem: écart de 24 points avec NN à T (épicure) grands prématurés < 32 sem : écart de 10 à 15 points avec les NN à T Prématurés modérés et tardifs : 6 études (1000 enf) : écart de 3 à 10 points La majorité des enfants ayant un score < 85 garde un score entre 70 et 84 : «taux limite» qui pourrait satisfaire mais A une bonne valeur prédictive des difficultés d apprentissage Ne prend pas en compte l existence possible d autres déficits spécifiques

7 LES DIFFICULTÉS SCOLAIRES LE RISQUE DIMINUE AVEC L AUGMENTATION DE L AGE GESTATIONNEL JUSQU AU TERME

8 DIFFICULTÉS SCOLAIRES LE RISQUE DIMINUE AVEC L AUGMENTATION DE L AG JUSQU AU TERME

9 DIFFICULTÉS SCOLAIRES FRÉQUENTES PRÉCOCES DURABLES EN RAPPORT AVEC LA DIVERSITÉ DES TROUBLES COGNITIFS plus de redoublements, diplômes moins élevés/ témoins à T Epipage : à 8 ans 19 % des GP ont redoublé/ 5 % nés àt 5 % en classe spécialisée ou institution Fréquence chez les Gds Préma : 20 à 30 % ( Blond, 2002) 4800 enfants / an 2 à 3 fois plus que chez les enfants nés à terme Fréquence chez les Préma Modérés : 15 % 7200 enfants / an Risque de redoublement entre 5 et 10 ans x 1,3 à 2, enfants / an en difficultés scolaires

10 DIFFICULTÉS DIVERSES LECTURE ORTHOGRAPHE ÉCRITURE ET SURTOUT MATHÉMATIQUES Domaine le plus touché : arithmétique et raisonnement La Grande Prématurité x 2 les difficultés en mathématiques, indépendamment d une déficience intellectuelle globale Déficits combinés fréquents chez les Grands Préma : 20 % Versus 10 % à Terme ( Pritchard, 2009) Difficultés globales, complexes, rarement limitées à un seul domaine Se révélant souvent en début de scolarisation: Interprétées comme un manque de motivation, opposition, voir déficience Aboutissent vite à une altération de l estime de soi, un manque de confiance, voir troubles de comportement: instabilité, agitation

11 TROUBLES COGNITIFS REPÉRÉS À L ÂGE SCOLAIRE PRÉMATURITÉ : FACTEUR DE RISQUE D UNE TRAJECTOIRE DÉVELOPPEMENTALE ATYPIQUE

12 TROUBLES DU LANGAGE ISOLÉS OU ASSOCIÉS À D AUTRES DÉFICITS COGNITIFS Incidence variable dans la littérature : 14 à 55 %! La fréquence, la gravité, la persistance augmentent avec l importance de la prématurité Le retard de langage peut se manifester précocement Diminution du babillage, du stock lexical et de l encodage syntaxique dès 2 ans (Cattini,2009) À 3 à 4 ans : difficultés à des degrés divers sur le versant expressif et réceptif (Van Lierde, 2009) À 6 ans : altération de la conscience phonologique (Sansavini,2006) facteur de risque d apprentissage de la lecture

13 DYSPRAXIE SÉQUELLE FRÉQUENTE, ASSOCIÉE OU NON À UNE IMC Trouble de la programmation et de l automatisation du geste (Mazeau, 2005) : répercussions importantes sur le développement de l enfant dans sa vie quotidienne et scolaire Souvent associée à des troubles neuro-visuels: Incidence exacte imprécise 30 % (Mazeau, 2005, Deforge, 2008) Sous-estimée car troubles sans traduction clinique Difficultés visuo-perceptives ( perception des obliques), Difficultés visuo-attentionnelles, visuo-motrices, Difficultés de repérage spatial en 3D et 2D

14 DYSPRAXIE VISUO - SPATIALE Maladresse et lenteur dans la vie Quotidienne : habillage, repas, jeux d assemblage, constructions, puzzles, dessins Scolaire : découpage, collage, activités manuelles, manipulation des outils scolaires, dessins, écriture Difficultés d apprentissage Écriture ; dysgraphie Lecture : sauts de lignes, de mots, difficultés de reconnaissance visuelle du mot Orthographe: lexique orthographique déficient, Calcul, dénombrement, dyscalculie spatiale géométrie

15 TROUBLES MNÉSIQUES Description récente d amnésie de développement avec désordre sélectif de la mémoire épisodique (mémoire autobiographique des faits vécus par le sujet) ( Mouron, 2009) en rapport avec une atrophie bilatérale des hippocampes Troubles sous-estimés aux répercussions importantes sur le comportement et les apprentissages Devraient être dépistés systématiquement

16 TROUBLES DES INTERACTIONS SOCIALES Fréquents Fréquence du retard de développement de la communication non verbale Augmentation de l incidence des Troubles du Spectre Autistique 20 à 25 % d enfants nés Grds Préma dans les études récentes L extrême prématurité multiplie par 2 à 4 le risque de développement de désordres du spectre autistique (Johnson, 2010) (X 20 si handicap associé) Multifactoriels: Anomalies du développement cérébral et de la connectivité neuronale, hémorragie cérébelleuse ( Limperopoulos, 2008) hyperactivité entravant les relations sociales, altération des interactions parents-bébé, prédisposition génétique

17 TROUBLES DU COMPORTEMENT Incidence exacte imprécise 20 % Étude Epipage : 2 fois plus fréquents chez les GP/enfants nés à terme Répercussions sur les apprentissages Hyperactivité, anxiété, agressivité, dépression et troubles oppositionnels fréquents à l adolescence pouvant âge adulte Troubles psychiatriques à l âge adulte plus fréquents Troubles de la régulation émotionnelle fréquents Faible estime de soi Syndrome de l ancien prématuré : surprotégé, enfant roi, en difficultés avec ses pairs

18 TROUBLES DE L ATTENTION Fréquents : 20 à 30 % des grands prématurés ( Berquin, 2005) avec ou sans hyperactivité et impulsivité Enfants plus distractibles, plus rêveurs avec difficultés à rester concentrés Plus grande fréquence chez les garçons prématurés La grande prématurité x par 2,6 le risque de TDA/H (métaanalyse, Bhutta) Le RCIU augmente le risque de TDA/H ( Berquin, 2005) Troubles attentionnels aussi rapportés chez les prématurés modérés (34-37 s ) : même incidence : 20 à 30 % S intègrent dans un trouble dysexécutif

19 TROUBLES DES FONCTIONS EXÉCUTIVES de plus en plus décrits et incriminés dans les difficultés académiques et comportementales présentées par les enfants prématurés Fréquents, précoces et durables Grande vulnérabilité des Fonctions Exécutives à une agression périnatale d autant plus importants que la prématurité est sévère (Anderson, 2004, Taylor, 2004) se révèlent le plus souvent à l âge scolaire quand la demande cognitive s accroît persistent jusqu à l adolescence, voire l âge adulte

20 FONCTIONS EXÉCUTIVES Ensemble d opérations mentales de haut niveau, nécessaires à la réalisation d un comportement dirigé vers un but, qui supervisent Les différentes fonctions cognitives spécifiques (langage, praxies, FVS) Les apprentissages Planification : élaboration de stratégies pour arriver à un but, L inhibition des distracteurs externes, et sélection des informations pertinentes La mémoire de travail : maintien en mémoire quelques secondes et manipulation des informations La flexibilité cognitive : capacité à modifier un schéma, à s adapter à une tâche nouvelle, Le contrôle attentionnel du déroulement de l activité

21 RÔLE IMPORTANT DES FONCTIONS EXÉCUTIVES DANS LE RAISONNEMENT, LES APPRENTISSAGES LE COMPORTEMENT Compréhension du Langage Oral Apprentissage de la lecture et compréhension de la lecture: construction du nombre, le calcul mental, résolution des opérations arithmétiques, et la résolution de problèmes comportement socio-émotionnel : l apprentissage des règles sociales, interactions sociales les troubles dysexécutifs expliqueraient la fréquence des troubles des apprentissages, des troubles attentionnels, des troubles du comportement, voire des troubles autistiques chez l ancien prématuré

22 DÉFICITS EXÉCUTIFS 1 ÈRE MÉTA-ANALYSE ( AARNOUDSE-MOENS, 2009 ) (12 ÉTUDES, 4125 ENFANTS) PERFORMANCES PLUS BASSES DES GP/ NN À T L observation comportementale des GP : Plus de difficultés à travailler seul, besoin de l aide de l adulte Nécessité de renouveler constamment les encouragements en feed-back Stratégies différentes de celle des témoins avec nécessité d un plus grand nombre de prises d information (Mellier, 1999) difficultés à initier une activité, générer de nouvelles idées, garder les informations en mémoire, planifier une séquence d action, organiser les informations et la pensée ( Anderson, 2004) L enfant coupe la parole, ne contrôle pas ses réactions, ne sait pas s arrêter, «fatigant» (inhibition), n attend pas la fin de la consigne Distractibilité, tripotage du matériel, enfant brouillon,

23 FACTEURS DE RISQUE DE SÉQUELLES DÉVELOPPEMENTALES

24 FACTEURS DE RISQUE : L AG : surtout < 29 sem Le pronostic s assombrit à mesure que l AG diminue Restriction de croissance ÀAG égal, un faible PN assombrit le pronostic pour certains,ainsi qu un petit PC ( Kurdahi Badr, 2009) Importance de la croissance postnatale en particulier du PC 2 ans 8 ans Sexe masculin Séquelles plus fréquentes : différence de 10 points de QI global :Epicure Marlow2004 Environnement psycho-social peu stimulant Niveau d éducation des parents et surtout de la mère Qualité des interactions précoces (anxiété prolongée, dépression) Pathologie néonatale : chorioamniotite, anoxo-ischémie et les LESIONS CEREBRALES

25 BASES ANATOMO-PATHOLOGIQUES DES TROUBLES COGNITIFS

26 LÉSIONS CÉRÉBRALES DU PRÉMATURÉ RESPONSABLES DES TROUBLES COGNITIFS ET COMPORTEMENTAUX Lésions hémorragiques : HIV surtout grade 3 et 4, hémorragie cérébelleuse Leucomalacies de la substance blanche péri-ventriculaire (ischémie et inflammation) x 3 le risque de séquelles cognitives Lésions focales (nécrose, ETF: cavités), lésions diffuses (gliose, IRM) plus fréquentes Fréquemment associées à des anomalies neuronales non visibles à l imagerie affectant toutes les structures cérébrales ( Volpe, 2009) «encéphalopathie du prématuré» Une imagerie conventionnelle néonatale normale n exclut pas un risque de séquelles cognitives

27 ALTÉRATIONS STRUCTURALES CÉRÉBRALES AVEC IMAGERIE NORMALE RESPONSABLES DES TROUBLES COGNITIFS ET COMPORTEMENTAUX Une naissance prématurée altère les processus de développement et engendre des anomalies de l organisation, de la maturation, de la myélinisation,et de la croissance cérébrale même en l absence de LPV. Le développement du nouveau-né nécessite des stimulations favorables : tactiles, olfactives, auditives dont les effets sur le développement cognitif sont démontrés L environnement postnatal délétère (stress, douleurs, séparation d avec la mère, arrêt brutal des stimulations sensorielles favorables - tactiles, kinesthésiques stimuli sensoriels agressifs, privation sommeil) altère aussi les processus d organisation cérébrale (Helmeke, 2001).

28 UNE NAISSANCE PRÉMATURÉE SURVIENT À UNE PÉRIODE DE CROISSANCE CÉRÉBRALE, DE DIFFÉRENCIATION NEURONALE DE SYNAPTOGÉNÈSE, ET DE MYÉLINISATION Volume cérébral : Substance Grise: augmentation de 15 ml /sem de 29s 41 s À34sem : P du cerveau = 65 % P du cerveau à terme Un tiers de la croissance cérébrale a lieu durant les 6 à 8 dernières semaines A 34 sem : Volume cortical : 50 % du volume à terme Volume de la substance blanche x 5 : sem Développement de la connectivité neuronale: poursuite de la gyration, myélinisation

29 DÉVELOPPEMENT CÉRÉBRAL EN FONCTION DE L AG

30 DÉPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE CES TROUBLES COGNITIFS PROBLÈMES MATÉRIELS, HUMAINS ET FINANCIERS

31 DÉMARCHE DIAGNOSTIQUE Facilitée par la mise en place, dans la plupart des régions, des réseaux de suivi des anciens prématurés MAIS Persistance de l insuffisance des capacités à repérer et prendre en charge ces difficultés car Difficultés globales, complexes, rarement limitées à un seul domaine Nécessitent plusieurs types de professionnels formés pour le dépistage et la prise en charge Importance d un dépistage précoce dès 2 à 3 ans pour éviter l effet multiplicateur de ces handicaps Mettre en place les rééducations adaptées le plus tôt possible afin de permettre aux processus de plasticité cérébrale de se mettre en place précocément

32 DÉMARCHE DIAGNOSTIQUE Consultation pédiatrique : longue Anamnèse, examen clinique, développement cognitif Évaluation cognitive : IFDC, ERTL4, ERTL6, BREV EDA Investigations neuropsychologiques : Évaluation de l efficience intellectuelle : WPSSI III, WISC IV : 300 E Évaluation des fonctions attentionnelles et exécutives ( Nepsy, Teach) 150E Bilan psychomoteur ou d ergothérapie Motricité fine, graphisme, fonctions sensori-motrices, fonctions visuospatiales 150 E Bilan d orthophonie Nécessité d un médecin coordinateur : Au terme de cette démarche : synthèse, prescription des prises en charge, proposition d aménagements pédagogiques : PAI, PPS, AVS

33 CONCLUSION 1 Fréquence et diversité des troubles cognitifs chez l ancien prématuré : enfants / an affectant tous les domaines et non explicables par une déficience intellectuelle Touchant aussi les prématurés modérés Chaque semaine de grossesse supplémentaire est importante sur le plan médical et neuro-développemental Fréquence des troubles dysexécutifs responsable des troubles des apprentissages, des troubles du comportement et de la cognition sociale Explorer les Fonctions Exécutives en cas de troubles d apprentissage : l évaluation de l efficience intellectuelle n est pas suffisante

34 CONCLUSION 2 Dépister systématiquement ces troubles cognitifs durant la moyenne enfance chez les enfants nés prématurément Évaluation cognitive systématique en grande section ou CP? (EDA) questionnaire enseignant Intérêt: mise en place d intervention précoce Recherches supplémentaires nécessaires pour mettre en place des stratégies préventives en particulier en période périnatale Promouvoir Allaitement maternel, méthode Kangourou ( multisensorielle), les soins de développement Frein à ces démarches : financement et disponibilités de professionnels compétents

35 DÉPISTER ET AGIR

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE Dépistage 4 ans 9 ans B.R.E.V : Batterie rapide d évaluation fonctions cognitives (C. Billard) Evaluation fonctions cognitives en«écart-type», langagières et

Plus en détail

Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage

Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage Troubles Acquisition de la coordination et Dyspraxie de Développement C.Fossoud Centre référent des troubles d Apprentissage T.A.C. et Dyspraxie de Développement Définitions PRAXIES : coordination motrice

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant?

Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant? Quel rôle pour le pédiatre face aux troubles des apprentissages de l enfant? Journée de formation PLURADYS 26 novembre 2010 Dr Jean-Louis GUIMAS Pédiatre Dijon Le pédiatre, médecin de l enfance Dès la

Plus en détail

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental?

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Dr Nathalie MEÏER, CH Carcassonne. Soirée de la SOFOMEC «Le handicap mental : de l enfant à l adulte», 3 Juin 2010 Les approches cliniques

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages www.apedys78-meabilis.fr En collaboration avec L. Denariaz, psychologue cognitiviste Points clefs Définitions et repérage Quelle est l origine du trouble? Vers

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

L APPORT DE L INFORMATIQUE DANS LE PARCOURS DE RÉÉDUCATION ET DE COMPENSATION DES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES

L APPORT DE L INFORMATIQUE DANS LE PARCOURS DE RÉÉDUCATION ET DE COMPENSATION DES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES L APPORT DE L INFORMATIQUE DANS LE PARCOURS DE RÉÉDUCATION ET DE COMPENSATION DES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES Le 10 décembre 2010 Organisateur: EPI PROVENCE Sébastien Verjux Ergothérapeute

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

LA DYSPRAXIE, trouble du geste. Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute

LA DYSPRAXIE, trouble du geste. Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute LA DYSPRAXIE, trouble du geste Caroline FOURNIER, ergothérapeute Laetitia VINCENT, ergothérapeute PLAN Ergothérapie : quelques rappels Les praxies La dyspraxie L évaluation Le diagnostic de dyspraxie développementale

Plus en détail

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX

DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX DYSPRAXIE ET TROULES VISUO-SPATIAUX À l école c est dysfficile Journée des pédiatres de maternité 4 juin 2009 P DWORZAK (Centre Hospitalier de Courbevoie Neuilly-sur-Seine) DYSPRAXIE Trouble de la programmation,

Plus en détail

Troubles visuo-spatiaux de l enfant né prématurément. Un peu d histoire. Plus récemment. Les praxies. Une définition de la dyspraxie

Troubles visuo-spatiaux de l enfant né prématurément. Un peu d histoire. Plus récemment. Les praxies. Une définition de la dyspraxie Troubles visuo-spatiaux de l enfant né prématurément Valérie Niel-Bernard Marseille Réseau Naître et Devenir Un peu d histoire Maladresse congénitale (Collier 1900) Débilité motrice (Dupré 1907) Maladresse

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques.

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. En noir : des pistes. En bleu : des composantes pour ces pistes. En vert : des exemples. En général : Créer un climat de

Plus en détail

Devenir des extrêmes prématurés : à la norme : quelles réalit chiffres?

Devenir des extrêmes prématurés : à la norme : quelles réalit chiffres? Devenir des extrêmes prématurés : les écarts à la norme : quelles réalit alités humaines derrière re les chiffres? Véronique ZUPAN SIMUNEK Réanimation néonatale, Clamart et réseau ASNR Paris 20 mars 2009

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS

ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS ÉVALUATION A L ÂGE DE 7 ANS Feuillet blanc à destination du réseau Feuillet rose à conserver par le médecin qui a fait l examen Feuillet bleu reste dans le classeur de l enfant N inclusion Nom de l enfant

Plus en détail

AUTISME Troubles Envahissants du Développement

AUTISME Troubles Envahissants du Développement AUTISME Troubles Envahissants du Développement Sémiologie chez le nourrisson Dr Stéphanie Marignier, neuropédiatre Centre de Ressources Autisme Rhône-Alpes Troubles envahissants du développement altérations

Plus en détail

DE L ANCIEN PRÉMATURÉ

DE L ANCIEN PRÉMATURÉ JOURNÉE DU RÉSEAU TAP 5 JUIN 2014 TROUBLES COGNITIFS DE L ANCIEN PRÉMATURÉ É P I D É M I O L O G I E A N A T O M O P A T H O L O G I E P L A C E D E S F O N C T I O N S E X É C U T I V E S D R P A T R

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT LA PRÉMATURITÉ I.DEFINITION Durée de gestation normale : 40 semaines Bébés légèrement prématurés : nés entre 33 et 37 semaines complètes d âge gestationnel ou ont un poids entre 1500 et 2500 grammes ou

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

LES TROUBLES NEUROVISUELS

LES TROUBLES NEUROVISUELS LES TROUBLES NEUROVISUELS CHEZ L ENFANT : CÉCITÉ CORTICALE ET DÉFICIENCE VISUELLE S A R A H G U I L L E M A I N P SYC H O L O G U E - N E U R O P SYC H O L O G U E Séjour d échanges Québec 30 octobre 2014

Plus en détail

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Formation offerte par Dominic Gauthier Conseiller pédagogique Gauthier.dominic@cscapitale.qc.ca 17 octobre 2014 Ordre du jour Fonctions cognitives

Plus en détail

Troubles des appren.ssages quand s alarmer et quels traitements proposés?

Troubles des appren.ssages quand s alarmer et quels traitements proposés? Troubles des appren.ssages quand s alarmer et quels traitements proposés? Rôle du médecin traitant Rôle de coordinateur autour de l enfant en difficultés scolaires Ecouter la plainte Eliminer une cause

Plus en détail

TDAH Point de vue du neuropédiatre. Catherine Allaire CHU de Rennes Journée CRTLA Oct 2013

TDAH Point de vue du neuropédiatre. Catherine Allaire CHU de Rennes Journée CRTLA Oct 2013 TDAH Point de vue du neuropédiatre Catherine Allaire CHU de Rennes Journée CRTLA Oct 2013 Données utilisées Littérature médicale nombreuses publications Rapport HAS 2012 réévaluation des spécialités contenant

Plus en détail

Il se sent plus à l aise dans un environnement de travail, plus propice à l apprentissage et qui renforce l estime de soi.

Il se sent plus à l aise dans un environnement de travail, plus propice à l apprentissage et qui renforce l estime de soi. L élève - Est valorisé par l utilisation d un outil technologique haut de gamme - Peut travailler seul et à son rythme. Il se sent plus à l aise dans un environnement de travail, plus propice à l apprentissage

Plus en détail

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre Hôpital Sainte Marguerite, Marseille 1902: G. STILL décrit 20 enfants hyperactifs «contrôle moral défectueux»

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace

Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Mise en place d activités de stimulation et maintient du lien social. Accompagnement de la vie aide aux repères temps et espace Circuit de l'émotion Fonctions Cognitives Définition : Ensemble des processus

Plus en détail

Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège

Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège Scolarisation et adaptations pour enfants dyspraxiques au collège Brigitte BRUNEL, professeur de SVT, collège Delalande (Athis Mons, 91) Bénédicte PONCHON, ergothérapeute, cabinet CABEX Essonne (Brétigny,

Plus en détail

TROUBLES DES APPRENTISSAGES ET TROUBLES DU DÉVELOPPEMENT

TROUBLES DES APPRENTISSAGES ET TROUBLES DU DÉVELOPPEMENT TROUBLES DES APPRENTISSAGES ET TROUBLES DU DÉVELOPPEMENT CAUSES DES DIFFICULTÉS D APPRENTISSAGE SCOLAIRE INSTRUMENTALES PSYCHOLOGIQUES Troubles perceptifs Déficience globale : 2 à 3 % Troubles spécifiques

Plus en détail

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage ASH/Document Béatrice DDEC Gard 1 Quelques précisions 3 à 5 % des enfants en âge scolaire souffrent de troubles du langage de type expressif

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

Les psychomotriciens sont des auxiliaires médicaux intervenant sur prescription médicale auprès d une population allant du nouveau-né à la

Les psychomotriciens sont des auxiliaires médicaux intervenant sur prescription médicale auprès d une population allant du nouveau-né à la Les psychomotriciens sont des auxiliaires médicaux intervenant sur prescription médicale auprès d une population allant du nouveau-né à la personne âgée. Ils s'occupent des troubles du mouvement et du

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie

ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie Christelle Dodane Tel. 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Plan général de l enseignement 1) L orthophonie : présentation

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT DIPLOME UNIVERSITAIRE - PARIS DIDEROT PROGRAMME COMPLET 2015-2016 VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT Vision, perception & action chez l'enfant ayant des troubles développementaux Responsables pédagogiques

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ!

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LA REVOLUTION Plus qu'une simple révision, la WPPSI -IV est une évolution majeure pour l'examen psychologique : l évaluation est à la fois plus écologique et rigoureuse

Plus en détail

La dyspraxie. Théorie et aménagements. Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014. CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm

La dyspraxie. Théorie et aménagements. Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014. CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm La dyspraxie Théorie et aménagements Formation SEGPA - Nice - Novembre 2014 CEntre de Référence des Troubles des Apprentissages Marie Pécheux-Grimm Qu est-ce qu une praxie? Une praxie est un programme

Plus en détail

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce.

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Laurent Lesecq orthophoniste CRTLA. CHU Amiens CRDP. Octobre 2012 laurent.lesecq@wanadoo.fr C est quoi l intelligence? Alfred

Plus en détail

Adaptations Collège. Adaptations et aménagements possibles (non exhaustif) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE

Adaptations Collège. Adaptations et aménagements possibles (non exhaustif) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE Adaptations Collège Difficultés repérées Adaptations et aménagements possibles (non exhaustif) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE - Lenteur en lecture - Erreurs de lecture - Compréhension difficile du texte lu

Plus en détail

Troubles des apprentissages et du développement. La démarche diagnostique

Troubles des apprentissages et du développement. La démarche diagnostique Troubles des apprentissages et du développement 1 La démarche diagnostique 1.Eliminer une origine sensorielle, neurologique, médicale 2.Evaluer le fonctionnement et les répercussions fonctionnelles 3.Coordonner

Plus en détail

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1 Le Trouble Déficit de l Attention/ l ttention/hyperactivité TDAH Avril 2009 ASH 04 1 Caractéristiques ristiques Ce trouble est caractéris risé par : des difficultés à se concentrer «je suis très s facilement

Plus en détail

Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine

Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine Pascale Pradat-Diehl Frederique Poncet APHP- GH Pitié-Salpêtrière-

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES-LES»DYS» DR GAGNAIRE Médecin MPR SESSAD ARIMOC «Blanche-Neige»

TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES-LES»DYS» DR GAGNAIRE Médecin MPR SESSAD ARIMOC «Blanche-Neige» TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES-LES»DYS» DR GAGNAIRE Médecin MPR SESSAD ARIMOC «Blanche-Neige» LA DYSLEXIE Avec les yeux d un dyslexique SOPHIE VIVAIT DANS UNE PETITE MAISON JUSTE DERRIERE UN GRAND

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005.

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005. Déficits d attention avec ou sans impulsivité et/ou hyperactivité. Syndromes dysexécutifs. Conseils aux enseignants et rééducateurs. Dr Alain POUHET. Médecin de Rééducation. Référence : Michèle MAZEAU

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE Outil de planification du soutien pédagogique Nom de l élève : Année d études : École : Date de naissance : Date : DOMAINE FORCES BESOINS A B C Cocher une catégorie* FONCTIONNEMENT

Plus en détail

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales Pour plus d informations: La dysphasie Institut Raymond-Dewar, programme Adolescents/ Jeunes Adultes et Bégaiement http://www.raymond-dewar.qc.ca Informations générales Dysphasie+ http://www.dysphasieplus.com

Plus en détail

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant Géraldine Gambart Geneviève Abada Jeanne Vassel-Hitier Pauline Notteghem HÔPITAL NATIONAL DE SAINT MAURICE DU Réhabilitation Neuropsychologique

Plus en détail

Langage oral, langage écrit...

Langage oral, langage écrit... Langage oral, langage écrit... De la difficulté... Aux troubles C Billard Kremlin Bicêtre Paris santé réussite www.arta.fr le concept de Troubles Spécifiques du Langage : les questions? Quand s inquiéter

Plus en détail

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf)

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) Anne Revol-Meo Evoli (tel : +39.063332009 e-mail : anne@meoevoli.it) Institut Saint Dominique Rome 9 avril 2003 Anne Revol-Meo Evoli La dyslexie

Plus en détail

Déficience motrice. Mon élève :...

Déficience motrice. Mon élève :... Déficience motrice Mon élève :.. Les caractéristiques des déficiences motrices Informations extraites du guide Handiscol «Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice»

Plus en détail

La Dyspraxie. Qui? Ce n est pas une fatalité ni une tare, pas même une maladie. Parlez-en!

La Dyspraxie. Qui? Ce n est pas une fatalité ni une tare, pas même une maladie. Parlez-en! La Dyspraxie Qui? Trouble de l acquisition de la coordination,maladresse motrice Réalisé par Martine Rouèche, Anne-Marie Guye et de Liza Morandi Enfant maladroit, peu organisé Peu autonome pour les activités

Plus en détail

Les Troubles du Spectre Autistique

Les Troubles du Spectre Autistique Le 7 Janvier 2014. Auxiliaires de vie scolaire Les Troubles du Spectre Autistique CRA région PACA Antenne de Nice Service Universitaire de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent; Pr F.ASKENAZY Nice

Plus en détail

PARCOURS DE SANTE DES NOUVEAU-NES VULNERABLES DE LA NAISSANCE A 7 ANS EN ILE- DE-FRANCE 10 ÈME JOURNÉE DES RÉSEAUX DE PÉRINATALITÉ- 09.10.

PARCOURS DE SANTE DES NOUVEAU-NES VULNERABLES DE LA NAISSANCE A 7 ANS EN ILE- DE-FRANCE 10 ÈME JOURNÉE DES RÉSEAUX DE PÉRINATALITÉ- 09.10. PARCOURS DE SANTE DES NOUVEAU-NES VULNERABLES DE LA NAISSANCE A 7 ANS EN ILE- DE-FRANCE 10 ÈME JOURNÉE DES RÉSEAUX DE PÉRINATALITÉ- 09.10.2015 Le rôle du CAMSP dans la prise en charge de l enfant vulnérable

Plus en détail

Définition de la dyspraxie

Définition de la dyspraxie E.BINTZ Définition de la dyspraxie Dys : manque en grec Praxie : action, mouvement, adaptation du mouvement au but recherché C est un trouble de la planification et de la coordination des mouvements qui

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Troubles des apprentissages. Diagnostic clinique et arbre décisionnel.

Troubles des apprentissages. Diagnostic clinique et arbre décisionnel. 1 Troubles des apprentissages. Diagnostic clinique et arbre décisionnel. D après la communication de C. Billard (CHU de Bicêtre, le Kremlin-Bicêtre) Compte rendu : H. Collignon Les troubles des apprentissages

Plus en détail

Lara van der Horst Orthophoniste, Paris 13 Université P. et M. Curie, Paris 6

Lara van der Horst Orthophoniste, Paris 13 Université P. et M. Curie, Paris 6 Lara van der Horst Orthophoniste, Paris 13 Université P. et M. Curie, Paris 6 Principes généraux La rééducation s adapte au patient (ses motivations, sa personnalité, ses difficultés spécifiques) sur la

Plus en détail

Les Troubles du Langage oral et écrit

Les Troubles du Langage oral et écrit Les Troubles du Langage oral et écrit Elisabeth Schweitzer Neurologie pédiatrique Centre de Référence des troubles du Langage et des Apprentissage - Tours AG Piller, E Sizaret, A Galloux, G Turlotte, MA

Plus en détail

2/ DIFFICULTES A L ECRIT

2/ DIFFICULTES A L ECRIT Adaptations Primaire Difficultés repérées Adaptations et aménagements possibles (non exhaustifs) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE - Lenteur en lecture - Erreurs de lecture - Compréhension difficile du texte lu

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Le Développement Psychomoteur

Le Développement Psychomoteur Le Développement D Psychomoteur Pr Patrick Berquin CHU Amiens berquin.patrick@chu chu-amiens.fr Associe: Développement moteur La marche La préhension La motricité «fine» Développement des fonctions cognitives

Plus en détail

Le suivi systématique des grands prématurés

Le suivi systématique des grands prématurés Le suivi systématique des grands prématurés Alec AEBY MD,PhD Neuropédiatre, Hôpital Erasme-ULB Coordinateur Centre Henri Szliwowski Centre interhospitalier de suivi des enfants nés grands prématurés-ulb

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

Offre de formations 2015-2016 Services éducatifs Document de consultation

Offre de formations 2015-2016 Services éducatifs Document de consultation Offre de formations 2015-2016 Services éducatifs Document de consultation Primaire Un sujet peut être abordé différemment et sous différentes modalités selon le niveau d expertise du personnel. Incontournables

Plus en détail

«Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels»

«Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels» «Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels» Prise en charge précoce et globale des enfants atteints de maladie rare. 3è journée organisée par le réseau

Plus en détail

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique L aphasie progressive primaire Évaluation neuropsychologique S. Bioux, E. Bliaux, D. Pouliquen Service de neurologie CMRR / CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DEFINITION «détérioration isolée et progressive

Plus en détail

11, Bd de Sébastopol Annexe 75001 Paris. Dépistage des troubles auditifs de l'enfant.

11, Bd de Sébastopol Annexe 75001 Paris. Dépistage des troubles auditifs de l'enfant. Page 1 sur 11, Bd de Sébastopol Annexe Dépistage des troubles auditifs de l'enfant. 150083011 Page 2 sur 11, Bd de Sébastopol Annexe Médecins généralistes, pédiatres. Professionnels amenés à suivre les

Plus en détail

Troubles d apprentissage scolaire

Troubles d apprentissage scolaire Troubles d apprentissage scolaire DCEM, Module III Pr Vincent des Portes Neuropédiatre Faculté de médecine Lyon Sud Université Claude Bernard, Lyon I Inhibition Psychique : «mauvaise utilisation des moyens»

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

APPRENDRE À LIRE Compétences linguistiques Compétences perceptives : Faire le lien entre oral et écrit :

APPRENDRE À LIRE Compétences linguistiques Compétences perceptives : Faire le lien entre oral et écrit : APPRENDRE À LIRE Compétences linguistiques : - articulation - parole - langage (vocabulaire et syntaxe) Compétences perceptives : - visuelles - auditives Faire le lien entre oral et écrit : - conscience

Plus en détail

Lésions cérébrales précoces. Dr Florence Marchal, Dr Véronique Quentin Médecine Physique et Réadaptation Pathologies neurologiques congénitales

Lésions cérébrales précoces. Dr Florence Marchal, Dr Véronique Quentin Médecine Physique et Réadaptation Pathologies neurologiques congénitales Lésions cérébrales précoces et troubles cognitifs Dr Florence Marchal, Dr Véronique Quentin Médecine Physique et Réadaptation Pathologies neurologiques congénitales Hôpital National de Saint-Maurice D.U.

Plus en détail

EN GUISE D INTRODUCTION

EN GUISE D INTRODUCTION EN GUISE D INTRODUCTION "Nous sommes ce que le regard des autres fait de nous. Quand le regard des autres nous méprise, nous devenons méprisables. Et quand le regard des autres nous rend merveilleux, eh

Plus en détail

Les praxies. Une fois acquise, une praxie ne s oublie pas.

Les praxies. Une fois acquise, une praxie ne s oublie pas. Les praxies Ce sont les fonctions de gestion et de pré-programmation des gestes intentionnels. Elles se situent à un niveau supérieur. Elles sont différentes de la commande motrice. Une praxie, c est le

Plus en détail

DEPISTAGE DES TROUBLES DU LANGAGE DE L'ENFANT

DEPISTAGE DES TROUBLES DU LANGAGE DE L'ENFANT DEPISTAGE DES TROUBLES DU LANGAGE DE L'ENFANT L'ERTL4 Pégase 14 octobre 2014 Dr Capucine Wallois Dr Yan Zborowska Jeu de rôle Introduction A 4 ans, 1 enfant sur 6 présente un retard de langage Recommandations

Plus en détail

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION Deux séances d une heure chacune sont aménagées pour le bilan psychologique Linda Harré Psychologue CIERA Bilan

Plus en détail

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013 Rencontre du CCED Processus CIPR le mardi 15 octobre 2013 000008 Processus du comité d identification, de placement et de révision (CIPR) et du comité d appel Les dispositions particulières au processus

Plus en détail

Compensation informatique et troubles des apprentissages

Compensation informatique et troubles des apprentissages Compensation informatique et troubles des apprentissages Pourquoi? Libérer les ressources de l enfant afin de le rendre disponible pour acquérir de nouvelles connaissances, les restituer, raisonner, argumenter

Plus en détail

LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DES TROUBLES DES APPRENTISSAGES STAGE DU 4 ET 5 AVRIL 2016 ANIMÉ PAR CHRISTIAN BORÉ ET ÉVELYNE SÉJOUR ISFEC NANTES

LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DES TROUBLES DES APPRENTISSAGES STAGE DU 4 ET 5 AVRIL 2016 ANIMÉ PAR CHRISTIAN BORÉ ET ÉVELYNE SÉJOUR ISFEC NANTES LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DES TROUBLES DES APPRENTISSAGES STAGE DU 4 ET 5 AVRIL 2016 ANIMÉ PAR CHRISTIAN BORÉ ET ÉVELYNE SÉJOUR ISFEC NANTES LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES On entend par trouble spécifique

Plus en détail

SIGNES D APPEL LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE DIFFICULTES EN ECRITURE

SIGNES D APPEL LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE DIFFICULTES EN ECRITURE LES DIFFICULTES DE L ÉLÈVE DYSLEXIQUE DIFFICULTES EN LECTURE Il ne parvient pas à lire comme les élèves de son âge Il est très lent Il se fatigue très vite SIGNES D APPEL 1 Il est en difficulté lorsque

Plus en détail

ERGOTHERAPIE DYSPRAXIES quelles interventions?

ERGOTHERAPIE DYSPRAXIES quelles interventions? ERGOTHERAPIE DYSPRAXIES quelles interventions? Pluri et interdisciplinarités PLAN Déf de l ergothérapie Supports conceptuels Les dyspraxies Les troubles du geste Le bilan en ergothérapie Grandes lignes

Plus en détail

Le langage à l école maternelle Scéren. Les difficultés d apprentissage du langage

Le langage à l école maternelle Scéren. Les difficultés d apprentissage du langage Le langage à l école maternelle Scéren Les difficultés d apprentissage du langage Le rôle premier de l enseignant est de suivre les progrès de ses élèves et de créer les conditions pour les susciter. Ce

Plus en détail

EVALUATION ET PRISE EN CHARGE DES TROUBLES SPECIFIQUES DU LANGAGE ORAL

EVALUATION ET PRISE EN CHARGE DES TROUBLES SPECIFIQUES DU LANGAGE ORAL EVALUATION ET PRISE EN CHARGE DES TROUBLES SPECIFIQUES DU LANGAGE ORAL Monique TOUZIN Orthophoniste, CHU Bicêtre Unité de rééducation et centre référent sur les troubles des apprentissages Coordinatrice

Plus en détail

Paris Santé Réussite (PSR) une recherche action 2011-2014

Paris Santé Réussite (PSR) une recherche action 2011-2014 Paris Santé Réussite (PSR) une recherche action 2011-2014 Mairie de Paris DASES Inspection Académie Centre Référent Bicêtre Centre Ressource de Proximité niveau 2 Projet et état de l évaluation C Billard,

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Journée des DYS 2012, le samedi 13 octobre 2012, Faculté de médecine de Dijon

Journée des DYS 2012, le samedi 13 octobre 2012, Faculté de médecine de Dijon Les adaptations scolaires Docteur Hélène LILETTE et Sabine de Meester Journée des DYS 2012, le samedi 13 octobre 2012, Faculté de médecine de Dijon Objectifs des adaptations scolaires en cas de trouble

Plus en détail