Ateliers nationaux ayant déjà eu lieu en 2013 : - Cameroun : 04 et 05 juillet - Congo Brazzaville : 11 et 12 juillet - Tchad : 18 et 19 juillet

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ateliers nationaux ayant déjà eu lieu en 2013 : - Cameroun : 04 et 05 juillet - Congo Brazzaville : 11 et 12 juillet - Tchad : 18 et 19 juillet"

Transcription

1 Projet REMAP Programme de Renforcement de la gouvernance des Matières Premières en Afrique Centrale Bureau du Projet à Bangui, Avenue des Martyrs B.P. 930 Bangui - République Centrafricaine Ateliers nationaux ayant déjà eu lieu en 2013 : - Cameroun : 04 et 05 juillet - Congo Brazzaville : 11 et 12 juillet - Tchad : 18 et 19 juillet Prochains ateliers en 2013 : - Malabo, Guinée-Equatoriale : 03 et 04 octobre - Libreville, Gabon : 10 et 11 octobre NOTE DE CADRAGE Atelier RSE pour les industries extractives en zone CEMAC

2 Contexte Le développement d'un standard de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) dans le secteur des industries extractives est une volonté de la CEMAC qui répond au besoin d'améliorer la gouvernance dans ce domaine et d'en optimiser le potentiel en matière de développement. Dans ce cadre, la priorité est donnée à l'amélioration des conditions de vie des populations des pays hôtes de grands projets miniers et pétroliers, et en particulier celles directement touchées par les projets d'exploitation. L'ensemble des pays membres de la communauté se lance dans une politique très active de valorisation industrielle des ressources du sous-sol. La mise en place d'un standard de RSE se révèle être un outil important pour optimiser les impacts positifs et réduire les nuisances générées par ce type d'activité économique de plus en plus prégnant et non-durable. Dans ce but, la CEMAC veut intensifier les échanges avec le secteur industriel et les différents acteurs du secteur afin de promouvoir le développement d'exploitations responsables et d'instaurer un dialogue entre les États membres, la société civile et les opérateurs privés. Par extension, le souhait de la CEMAC est d'associer le standard aux initiatives en cours sur la transparence et la communication sur les actions sociales et environnementales des entreprises. Un premier pas dans ce sens a permis d'établir un état des lieux de la RSE dans la région CEMAC qui montre les potentialités d'un outil volontaire comme le standard RSE. Le contenu du standard a été récemment débattu par un panel de représentants régionaux des diverses composantes de la société. Une première version du standard en a été produite. Il s'avère aujourd'hui crucial de passer de cette définition générale à sa mise en œuvre concrète, ce que la CEMAC propose en organisant une série d'ateliers nationaux de réflexion sur ce sujet dans chacun des pays membres. Objectifs Les objectifs visés par la réalisation de l'atelier national à sont les suivants : Rassembler un panel d acteurs nationaux (Secteur Public, Secteur Privé, Experts et Société civile) très impliquées dans le secteur des Industries Extractives afin de former une commission de réflexion sur la mise en œuvre du standard régional de RSE ; Informer les participants sur les attentes de la CEMAC en rapport avec l'initiative d'un standard régional, et son insertion dans le cadrage régional sectoriel à travers le Programme Économique Régional ; Identifier au niveau national les structures qui peuvent véhiculer et appuyer la mise en œuvre du standard ; Mettre à jour les problématiques et les points de blocage soulevés par l'approche RSE, notamment son accord avec les textes légaux en vigueur, la dynamique du secteur dans le pays, ainsi que les expériences vécues ;

3 Définir dans ses grandes lignes une proposition de développement de la politique de RSE au niveau national, avec une prise en compte des considérations au niveau régional. Approche L'atelier est conçu sur la base de quelques principes simples : Les discussions et débat sont à visée prospective et chercheront des solutions à mettre en œuvre dans un futur proche pour éviter les impacts négatifs potentiels ou constatés dans le passé ; La propositions des actions possibles d'appui à la mise en œuvre du standard sur les plans social, économique et environnemental à travers la mise en relief de la problématique de RSE au sein de l opinion publique Les propositions doivent faire l objet d un consensus ; Les propositions rassemblées peuvent faire l'objet de décisions ou d'engagements fermes pris pendant l'atelier, sans que cela soit une condition obligatoire, certaines personnes décisionnaire pouvant ne pas être présentes. L'organisation de l'atelier est perçue en plusieurs temps : 1. L'exposé des résultats précédents, à savoir : La version 0 du standard, Un résumé des discussions et échanges ayant eu lieu sur le forum ou dans d'autres centres de discussions équivalents, 2. Travail en groupe sur la définition du standard, sa relation avec le cadre légal ; 3. La discussion autour d'exemples vécus ici et ailleurs, et présentés par différents participants ; 4. La présentation d'éléments directement relié à la mise en œuvre du standard et faisant partie des textes en vigueur du pays ; on tâchera ainsi de dégager rapidement les obligations légales dans leurs grandes lignes 5. La présentation d activités réalisées à l initiative de l État, du secteur privé dans le cadre de la RSE ; 6. Le travail des propositions concrètes pouvant s'insérer dans le paysage réglementaire, organisationnel et administratif propre à chaque pays. Par extension, on identifiera les éléments qui peuvent bloquer le développement de la politique RSE ; 7. Définition de la proposition d'un calendrier de mise en œuvre de propositions concrètes pouvant favoriser l'émergence du standard au niveau national. La presse sera conviée pour réaliser un point de presse après la conclusion des travaux le second jour. Elle sera mobilisée de manière à pouvoir accompagner le processus de définition

4 Représentativité des participants L'atelier devra assurer la représentativité des différents types d'acteurs présents dans le secteur des Industries Extractives à l échelle nationale. Les organisateurs veilleront en particulier à assurer la présence de représentants du secteur privé, de la société civile et de l'état. Dans le cas de la société civile, les ONG locales, les associations communautaires et les grandes ONG de défense des droits communautaires seront représentées. Le secteur privé comprendra des opérateurs internationaux ayant des projets en cours, des opérateurs nationaux et des représentants des mines artisanales s'ils existent. Les représentations syndicales et associations sectorielles pourront s'exprimer au nom des membres qu'ils représentent. Parmi les agents de l'état, les ministères en charge des mines (et éventuellement les agences spécifiques), de l'environnement, de la santé, du travail et des collectivités devraient être présents. L'avis de représentants des collectivités locales où sont implantés des projets extractifs seront aussi intéressants à recueillir. Résultats attendus Les principaux résultats concrets souhaités sont les suivants : Revue du Standard 0, discussion et proposition d'amendements approuvés par l'assemblée des participants et soumis au comité RSE de la commission de la CEMAC ; Identification de facteurs nationaux pouvant freiner l'adoption et la mise en œuvre du standard RSE, et rédaction de propositions pour réduire leur impact ; Identification de structures d'appui, propositions incitatives légales et autres actions pouvant organiser et promouvoir la mise en œuvre d'une politique de RSE au niveau national ; Définition d'un cadre national de mise en œuvre du standard de RSE contenant des objectifs temporels et des critères d'évaluation ; Information du grand public via la presse et les médias sur la mise en œuvre régionale d'un standard de RSE.

5 Contact : Tel :

AUDIT ET SUIVI DE LA GOUVERNANCE DES INSTITUTIONS, ORGANES ET INSTITUTIONS SPECIALISEES DE LA CEMAC

AUDIT ET SUIVI DE LA GOUVERNANCE DES INSTITUTIONS, ORGANES ET INSTITUTIONS SPECIALISEES DE LA CEMAC COMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE ----------------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ------------- PROGRAMME DES REFORMES INSTITUTIONNELLES -------------- COMMISSION --------- AUDIT ET

Plus en détail

Consultation de marché n 03/AMI/IZF/2014: Conception, développement, publication et promotion d une application mobile téléchargeable du www.izf.

Consultation de marché n 03/AMI/IZF/2014: Conception, développement, publication et promotion d une application mobile téléchargeable du www.izf. Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine ASSOCIATION INVESTIR EN ZONE FRANC Consultation de marché n 03/AMI/IZF/2014: Conception, développement,

Plus en détail

1.4 - Durée du contrat: 3 mois. 1.5 - Date de début de publication de l avis d appel d offre : 01 février 2013

1.4 - Durée du contrat: 3 mois. 1.5 - Date de début de publication de l avis d appel d offre : 01 février 2013 Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires Organization for the Harmonization of Business Law in Africa Organizacion parala Armonizacion en Africa de la Legislacion Empresarial

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

L Incorporation et l utilisation des données spatiales et la cartographie dans le cadre des SPANB: Directives pour appuyer les praticiens des SPANB

L Incorporation et l utilisation des données spatiales et la cartographie dans le cadre des SPANB: Directives pour appuyer les praticiens des SPANB L Incorporation et l utilisation des données spatiales et la cartographie dans le cadre des SPANB: Directives pour appuyer les praticiens des SPANB INTRODUCTION 09 juillet 2014 Pourquoi incorporer des

Plus en détail

TOUS NOS TARIFS CONDITIONS D ABONNEMENT BOITE POSTALE CATEGORIE PIECES A FOURNIR COUT ANNUEL. Contrat BP (à remplir à la Poste) PERSONNES MORALES

TOUS NOS TARIFS CONDITIONS D ABONNEMENT BOITE POSTALE CATEGORIE PIECES A FOURNIR COUT ANNUEL. Contrat BP (à remplir à la Poste) PERSONNES MORALES TOUS NOS TARIFS CONDITIONS D ABONNEMENT BOITE POSTALE CATEGORIE PIECES A FOURNIR COUT ANNUEL Particulier Artisans Associations Administrations - ONG Professions libérales PME PMI - SARL Sociétés Anonymes

Plus en détail

L Afrique Centrale et le FGI

L Afrique Centrale et le FGI Collège International de l'afnic http://www.afnic.fr/afnic/international/college L Afrique Centrale et le FGI Victor NDONNANG Membre du Collège International de l AFNIC Cameroun Sommaire Introduction Présentation

Plus en détail

EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Mr. Maxime BALALOU Inspecteur du Trésor, Chargé de Mission Sécurisation des Recettes et de DSRP Nom: BALALOU Prénom: Maxime Date de naissance: 18 novembre 1961 Lieu de naissance: Bangui (RCA) Nationalité:

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014.

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014. UNITED NATIONS EP UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4 United Nations Environment Programme Distr.: Restricted 17 March 2014 Original: French 11è Réunion de la Conférence des Parties de la Convention pour la

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC Lieu de travail :

Plus en détail

BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45

BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45 Réseau des Aires Protégées d Afrique Centrale Secrétariat Exécutif BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45 Email: secretariat.executif@rapac.org Web : www.rapac.org TERMES

Plus en détail

Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon

Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire de renforcement des capacités «gestion des

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme

Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme Séminaire régional à l intention des parlementaires et fonctionnaires de parlements des pays

Plus en détail

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C.

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. CONVENTION REGISSANT LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. 1 PREAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun; Le Gouvernement de la République Centrafricaine; Le Gouvernement de la République du Congo;

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

MISSION CONGO - POINTE NOIRE

MISSION CONGO - POINTE NOIRE Forte croissance et demande pour le «made in France» Malgré la baisse des prix du pétrole, l économie congolaise poursuit sa croissance qui est prévue entre 5% et 6%, la plus forte de la zone économique

Plus en détail

Actions pédagogiques. Sous convention avec le Grand Lyon. Acoucité, le 29 Octobre 2004

Actions pédagogiques. Sous convention avec le Grand Lyon. Acoucité, le 29 Octobre 2004 Education à l Environnement Actions pédagogiques Sous convention avec le Grand Lyon Acoucité, le 29 Octobre 2004 I -Présentation de l association Les nuisances sonores représentent une préoccupation de

Plus en détail

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2006-2015 Augmenter les effectifs et améliorer la qualité du corps enseignant en Afrique subsaharienne Les besoins La pénurie aiguë

Plus en détail

TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE

TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE Nom de la société : Adresse : INFORMATIONS GÉNÉRALES N téléphone : Adresse de messagerie : Etablissement(s) secondaire(s) ou

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur AFRISTAT PROGRAMME DE COMPARAISON INTERNATIONALE-AFRIQUE Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur Contexte Au cours de l année 2004, AFRISTAT

Plus en détail

ATELIER DE FORMATION A LA CARTOGRAPHIE DE LA PAUVRETE

ATELIER DE FORMATION A LA CARTOGRAPHIE DE LA PAUVRETE Programme des Nations Unies pour le Développement Banque Mondiale Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies Programme

Plus en détail

Quels mécanismes de financement pour la rénovation énergétique des bâtiments? Coalition France pour l'efficacité énergétique

Quels mécanismes de financement pour la rénovation énergétique des bâtiments? Coalition France pour l'efficacité énergétique Quels mécanismes de financement pour la rénovation énergétique des bâtiments? Coalition France pour l'efficacité énergétique 05/01/15 Qui sommes nous? Les contributeurs du present document sont des associations

Plus en détail

Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008

Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008 Importations, droit de Douane, franchise et exonérations en République Centrafricaine Mars 2008 Généralités : Les franchises et exonérations des droits de Douane sont régis par le Code des Douanes de la

Plus en détail

TAXATION DES SERVICES DE TELECOMMUNICATIONS AU CAMEROUN

TAXATION DES SERVICES DE TELECOMMUNICATIONS AU CAMEROUN ITU Workshop on Taxation of Telecommunications Services and Related Products (Geneva, Switzerland, 1 2 September 2011 ) TAXATION DES SERVICES DE TELECOMMUNICATIONS AU CAMEROUN TSAFAK DJOUMESSI Pauline,

Plus en détail

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel)

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Commissariat général au développement durable Secrétariat général (DD) Circulaire du 3 août 2011 relative

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 DOSSIER N... (à remplir par la scolarité) Dossier à remplir et à retourner

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale,

FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale, ATELIER MISE EN ŒUVRE PROJETS / PROGRAMMES FIDA ----- BAMAKO Avril 2005 1 / 5 FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale, Objectif principal

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Yaoundé 22 juillet 2014 Département des forêts FAO Aperçu Introduction: CCNUCC & REDD+ Surveillance MNV Mesure Notification

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C.

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République du

Plus en détail

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I

Mini réseau hybride en Afrique Central. Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I Mini réseau hybride en Afrique Central Joseph KENFACK ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE UNIVERSITE DE YAOUNDE I SOMMAIRE DONNEES SUR L AFRIQUE CENTRALE ENERGIE RENOUVELABLE EN AFRIQUE CENTRALE ETUDE

Plus en détail

REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010

REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010 REPORT RBM/EXD/2010/REP. 15 JUL 2010 Official document General distribution Français REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010 RAPPORT Le groupe de coordination du réseau Faire Reculer

Plus en détail

Fondation de Luxembourg Politique d Investissement Socialement Responsable (ISR)

Fondation de Luxembourg Politique d Investissement Socialement Responsable (ISR) Fondation de Luxembourg Politique d Investissement Socialement Responsable (ISR) 1. Objet La Fondation de Luxembourg a reçu une dotation initiale de la part de l'etat et de l'oeuvre Nationale de Secours

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 Dossier à télécharger sous format pdf, à remplir & renvoyer en version

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Par Carlos Rojas-Arbulu, Délégué Commercial Principal (Afrique de l`ouest), Service de Délégués Commerciaux du Canada, Ambassade du Canada, Senegal

Plus en détail

Sébastien Thouvenot. Avocat - Eversheds LLP

Sébastien Thouvenot. Avocat - Eversheds LLP Sébastien Thouvenot Avocat - Eversheds LLP 1. Nom de famille : Thouvenot 2. Prénoms: Sébastien 3. Date de naissance : 22 mars 1975 4. Nationalité : française 5. Etat civil : marié, 3 enfants 6. Diplômes

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

Le rôle des Parlements dans l application des instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits de l homme

Le rôle des Parlements dans l application des instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits de l homme Le rôle des Parlements dans l application des instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits de l homme Séminaire à l intention des parlementaires et fonctionnaires de parlements des pays

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA

TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA Nom du projet : Appui à l'intégration économique et au commerce du PIR 9 ème FED, volet "Soutien

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

Kilimandjaro University : Université Africaine de la Responsabilité Sociétale des Entreprises et de l économie durable.

Kilimandjaro University : Université Africaine de la Responsabilité Sociétale des Entreprises et de l économie durable. !!!!!!!!!!!! Kilimandjaro University : Université Africaine de la Responsabilité Sociétale des Entreprises et de l économie durable Première session Une formation certifiante des cadres et dirigeants sur

Plus en détail

Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine

Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine Plateforme de la société civile centrafricaine pour la gestion durable des

Plus en détail

Offre sectorielle Télécoms

Offre sectorielle Télécoms Offre sectorielle Télécoms Cameroon, Congo, Chad Le boom des télécommunications observé à travers le monde au cours de la dernière décennie a eu des répercussions importantes sur le continent africain.

Plus en détail

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT Le présent guide a pour vocation, de fournir aux entreprises, aux PME/PMI, aux Etats, aux collectivités locales et aux entreprises publiques (dans

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ******

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Université de Dschang Département de Genie Rural SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Dschang, du 24 au 26 Juillet 2006 ******* Document d orientation

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/207 DÉLIBÉRATION N 12/059 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique

Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique Libreville, le 29 août 2008 REPUBLIQUE GABONAISE ProgramedesNationsUnies pourl Environement Organisation mondiale de la Santé Bureau

Plus en détail

RÉÉVALUATION DES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE SUIVANT LES DIRECTIVES DE LA CRCA & DE LA CIMA

RÉÉVALUATION DES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE SUIVANT LES DIRECTIVES DE LA CRCA & DE LA CIMA RÉÉVALUATION DES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE SUIVANT LES DIRECTIVES DE LA CRCA & DE LA CIMA LA METHODE DITE PAR CAPITALISATION DU LOYER BASÉE SUR LA SURFACE CORRIGÉE C.R.C.A. : Commission

Plus en détail

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE 14 ANNEXE IV DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE Je soussigné (e) (1). épouse Professeur des universités - Praticien hospitalier (2) Maître de conférences des universités - Praticien hospitalier (2) En

Plus en détail

Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires

Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires Article L225-102-1 En savoir plus sur cet article... Modifié par LOI n 2010-788 du 12 juillet

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

1 - Diag26000. Le réseau de partenaires. La formation partenaires. Diag26000. FORMITEL. Stratégie méthode - outils

1 - Diag26000. Le réseau de partenaires. La formation partenaires. Diag26000. FORMITEL. Stratégie méthode - outils 1-1 2 3 Le réseau de partenaires La formation partenaires co-construit par des experts Issu d'un groupe de travail Centrale Ethique, Diag2600 permet de réaliser un diagnostic RSE basé sur les 7 questions

Plus en détail

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Renforcement de la sûreté maritime en Afrique de l Ouest et du Centre: Réseau intégré de garde-côtes L OMI a mis au point, avec l aide

Plus en détail

Agen coeur battant. vu par Vélocité en Agenais

Agen coeur battant. vu par Vélocité en Agenais Agen coeur battant vu par Vélocité en Agenais Rappel des objectifs du projet Assurer la prospérité du centre ville 1) Renforcer l attractivité et l accessibilité du centre ville a) Renforcer l offre commerciale

Plus en détail

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC).

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). PRÉAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun ; Le Gouvernement de la République Centrafricaine ; Le Gouvernement de la République

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.)

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) 1 CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

LES OBSERVATIONS SUR LA MISSION

LES OBSERVATIONS SUR LA MISSION http://senat.fr/rap/np07_04ami/np07_04ami_mono.html Vous êtes ici : Projets/Propositions de loi > Commission des finances > Notes de présentation Compte de concours financiers "Accords monétaires internationaux"

Plus en détail

La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques

La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques Congrès AFTER Dakar 11-12 novembre 2014 La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques Didier CHABROL UMR Innovation - CIRAD Montpellier - France 1 Modernisation des produits

Plus en détail

PROJETS PERSONNALISES ENCADRES

PROJETS PERSONNALISES ENCADRES BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Session 2011-2013 PROJETS PERSONNALISES ENCADRES Descriptif des activités professionnelles réalisées en entreprise dans le cadre des PPE (Projet Personnalisé

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

Article 1er. - La présente loi a pour objet de déterminer les obligations à la charge² des assujettis, en matière de sécurité sociale.

Article 1er. - La présente loi a pour objet de déterminer les obligations à la charge² des assujettis, en matière de sécurité sociale. Loi n 83-14 du 2 juillet 1983 relative obligations des assujettis en matière de sécurité sociale, p. 1217. N J.O.R.A. N 28 DU 05/07/1983 TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1er. - La présente loi

Plus en détail

TABLE DE CONCERTATION JEUNESSE BORDEAUX-CARTIERVILLE. Etats Financiers. Le 31 mars 2014. Amstutz Inc.

TABLE DE CONCERTATION JEUNESSE BORDEAUX-CARTIERVILLE. Etats Financiers. Le 31 mars 2014. Amstutz Inc. BORDEAUXCARTIERVILLE Etats Financiers Le 31 mars 2014 BORDEAUXCARTIERVILLE TABLE DES MATIERES RAPPORT DES AUDITEURS INDEPENDANTS 3 ETATS FINANCIERS Bilan 4 Evolution des actifs nets 5 Resultats 6 Flux

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

ASPECTS GENERAUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats

ASPECTS GENERAUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats ASPECTS GENERAUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats Introduction Définition La Propriété intellectuelle est un ensemble de droits qui portent

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 Présentation : Sadamba TCHAGBELE, Directeur EAMAC, Niamey - NIGER Slide 1 Sommaire Introduction ti Bilan de la formation à l

Plus en détail

Qu est-ce que la Zone franc?

Qu est-ce que la Zone franc? Paris, vendredi 3 octobre 2014 Après le dernier G20 Finances (à Cairns les 20 et 21 septembre) et en amont des assemblées annuelles de la Banque Mondiale et du FMI (à Washington du 9 au 11 octobre), Michel

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES

REPERTOIRE D ENTREPRISES Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne REPERTOIRE D ENTREPRISES CREATION, GESTION ET MECANISME DE SUIVI DE LA DEMOGRAPHIE DES ENTREPRISES ATELIER SUR LE TRAITEMENT DES STATISTIQUES

Plus en détail

Qui sommes-nous? Nos atouts

Qui sommes-nous? Nos atouts Présentation de la société Qui sommes-nous? BFI est spécialisée depuis 1994 dans l édition et l intégration de solutions destinées aux banques et institutions financières. Bien implantée sur le marché

Plus en détail

L Initiative de l UNESCO pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA)

L Initiative de l UNESCO pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA) PRESENTATION TTISSA Gabrielle BONNET, Ramya VIVEKANANDAN Expertes associées, Section pour la formation des enseignants, Division de l enseignement supérieur, UNESCO L Initiative de l UNESCO pour la formation

Plus en détail

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE A PARTIR DU 1ER JUIN 2008 (Document non limitatif et modifiable) 2 I - OUVERTURE DE COMPTE Compte épargne Marina : 100.000 FCFA Dantokpa, Jéricho,

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet 3... SOMMAIRE 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? a. Définition et enjeux du «reporting RSE des entreprises» - Quoi? - Pour qui? - Pourquoi? - Comment? 5... b. Objectifs du site Internet

Plus en détail

Plan d Action de la COMIFAC pour l application des Législations sur le Commerce de la Faune sauvage en Afrique Centrale (en Abrégé PALECFAC) 2012-2017

Plan d Action de la COMIFAC pour l application des Législations sur le Commerce de la Faune sauvage en Afrique Centrale (en Abrégé PALECFAC) 2012-2017 Plan d Action de la COMIFAC pour l application des Législations sur le Commerce de la Faune sauvage en Afrique Centrale (en Abrégé PALECFAC) 2012-2017 Atelier régional de finalisation et de validation

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 1960-2010 29 Hommage aux anciens combattants africains et malgaches Dans le cadre des célébrations officielles du cinquantième anniversaire des

Plus en détail

ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT COMMERCIAL GENERAL

ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT COMMERCIAL GENERAL ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT COMMERCIAL GENERAL Secrétariat de l Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires Avec la collaboration de Maître Fénéon L Acte Uniforme relatif au droit

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE SIAT GABON

INTRODUCTION EN BOURSE SIAT GABON INTRODUCTION EN BOURSE SIAT GABON Par ouverture de 30% de son capital social PRESENTATION DES PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L OPERTAION Principales caractéristiques de l opération (1/3) Nature de l opération

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Information et Sensibilisation du public en République centrafricaine Calendrier des activités septembre 2011

Information et Sensibilisation du public en République centrafricaine Calendrier des activités septembre 2011 Information et Sensibilisation du public en République centrafricaine Calendrier des activités septembre 2011 Objectifs généraux : Garantir une bonne diffusion de l information sur le procès de Gombo,

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

ETUDE SUR LES POTENTIALITES DE COMMERCIALISATION DES PRODUITS DERIVES DU MANIOC SUR LES MARCHES CEMAC

ETUDE SUR LES POTENTIALITES DE COMMERCIALISATION DES PRODUITS DERIVES DU MANIOC SUR LES MARCHES CEMAC INITIATIVE REGIONALE POUR LA PRODUCTION ET LA COMMERCIALISATION DU MANIOC (IRPCM) ETUDE SUR LES POTENTIALITES DE COMMERCIALISATION DES PRODUITS DERIVES DU MANIOC SUR LES MARCHES CEMAC Juillet 2008 Page

Plus en détail

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ATELIER III L'AVENIR DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION par Vincent Geronimi Séminaire sur la prospective africaine 65 Les enjeux : l Internet comme facilitateur du développement? Accès aux informations

Plus en détail

Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale Union Economique de l Afrique Centrale --------------------------------

Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale Union Economique de l Afrique Centrale -------------------------------- Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale Union Economique de l Afrique Centrale -------------------------------- SECRETARIAT EXECUTIF ---------------- PROGRAMME D ACTIONS Exercice 2005

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Développement des Leaders et Managers en Afrique. Y compris les workshops accélérateurs en leadership

Développement des Leaders et Managers en Afrique. Y compris les workshops accélérateurs en leadership Développement des Leaders et Managers en Afrique Y compris les workshops accélérateurs en leadership 3 raisons majeures pour choisir HRBoosters Comparées aux normes occidentales, la productivité et l'efficacité

Plus en détail

Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT

Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT Regional Workshop on Data Management Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT Kampala (Ouganda), 26 28 octobre 2009 Plan de la présentation Introduction La gestion des

Plus en détail

Passeport en cours de validité avec copie des pages relatives à l'identité, validité et visa d'entrée en France.

Passeport en cours de validité avec copie des pages relatives à l'identité, validité et visa d'entrée en France. F.36 Carte de Séjour Temporaire «Scientifique - Chercheur» ---------- Première demande (Changement de statut) -articles L.313-8 & R.313-11 à R.313-13 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

RAPPORT FINAL REVISE

RAPPORT FINAL REVISE Appui à la CEMAC en vue de la Préparation des Négociations des APE entre les ACP et l UE. Projet # 095 CEMAC #1 Appui à la CEMAC en vue de la préparation des négociations des APE entre les ACP et l UE

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail