Restitution Atelier : Insertion professionnelle et «culture»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Restitution Atelier : Insertion professionnelle et «culture»"

Transcription

1 Restitution Atelier : Insertion professionnelle et «culture» Les organisateurs : Muriel Bétend action «cultur ailes» IFRA, Isabelle Martinelli «médiation culture» MIRLY SOLIDARITE Scripte : Myriam Albet, Mission Insertion Culture d ALLIES MDEF de Lyon Les intervenants et les participants (ouvert à tous les publics) : 2 organismes de formation : Céline Carret de COTE PROJETS, Marie-Eve Peguy du TREMPLIN ANEPA, 1 atelier d écriture AU PLURIEL antenne 7 MDEF de Lyon - Sandrine Delanoé 1 structure d insertion : Habitat et humanisme 5 structures artistiques et culturelles : Didier Richard des Célestins Théâtre de Lyon, Julien Frappa du Théâtre Nouvelle Génération, Jean-Pierre Sougy des Films de l an présent, Bénédicte Beaudot des Subsistances, Christophe Bessard de Kimel 4 habitants participants aux actions : Nicole, Christian, Léa, Nicolas 3 représentants du Conseil de Quartier Guillotière : Mme Bugny, Marie-Cécile Galland et René Marcand 1 représentant du café social «olivier des sages» : Jocelyne Ferhat 1 représentante de la Ville de Toulouse : Vanessa Chien Chow Chine 1 journaliste radiophonique : Anne-Lise Clerc de radio alliance plus 1 représentant de la Mission de Coopération Culturelle - Camille Mussillier 1 professionnelle de la médiation culturelle - Yamina Aït (chargée de Mission insertion Culture à ALLIES de 1998 à 2005) 1/ RESUME DES ECHANGES La rencontre, le débat Les principaux sujets abordés : 4 types D ACTIONS et 1 EN EXPERIMENTATION (RH & MEDIATION) Sorties culturelles, médiation culturelle Participation à des processus de création artistique (ateliers et projets) Pratiques artistiques (PPA ENSBA) Intérêt démontré de la participation aux actions culturelles et artistiques dans les parcours d accompagnement socio-professionnels Le poids grandissant de l évaluation quantitative Ce qu il faut retenir des échanges : Consensus des acteurs d insertion, culturels et des participants quant à l impact positif de ces actions : Dynamisation de parcours, lien social, création de solidarités, LCD INQUIETUDE QUANT A LA SUITE DES ACTIONS Point de vue sur les engagements proposés dans l avenant culturel du CUCS Des atouts : Forte mobilisation de l insertion sur des propositions culturelles et artistiques (charte et CUCS) Impact positif démontré par différentes approches évaluatives (qualitative, quantitative et avec les participants) Des interrogations : Les personnes vulnérables et/ou précaires ne rentrent pas toujours dans les cadres : territoires et temps. Comment faire pour ne pas exclure les plus en difficultés hors cadre?

2 Des points à développer : Quels cadres d actions culturelles proposer aux participants «sortis» des dispositifs insertion professionnelle du fait de la crise économique et «à sortir» des actions culture? Jusqu où le politique soutiendra-t-il ce type d actions? 2/ LES ECHANGES Muriel Bétend de l IFRA : Présentation de l IFRA et de CULTUR AILES L IFRA est un organisme de formation et est aussi une structure d insertion chargée de la l accompagnement socioprofessionnel des bénéficiaires du RSA et des participants PLIE. L objectif de la réunion est de réfléchir aux actions insertion/culture dans le cadre de la prolongation des CUCS avec le nouvel avenant CUCS qui ira de 2011 à décembre La création artistique et les actions culturelles sont considérées dans notre champ d activités comme un outil pour dynamiser le parcours vers l emploi. Dans le cadre de ce travail de concertation sur le prochain avenant CUCS, l important est que l insertion «parle», que l on puisse faire entendre la parole des structures d insertion, des participants aux actions et des structures culturelles et artistiques. Depuis 7 ans, il y a à l IFRA une étape «culture», CULTUR AILES dans le cadre du parcours d insertion. Le TREMPLIN ANEPA, MIRLY SOLIDARITE animent aussi des étapes «culture» qui sont des étapes de mobilisation et qui ont pour objectif l accès à la culture, aller aux spectacles, mais aussi de participer à des processus de création, d avoir une pratique artistique. A l IFRA, on a 4 types de propositions : Les sorties culturelles. Elles ont pu se mettre en place grâce à CULTURE POUR TOUS qui propose des invitations gratuites au spectacle et permet aux bénéficiaires du dispositif d inviter quelqu un de leur entourage. On propose aussi des participations à des processus de création artistique. On a ainsi travaillé avec Le Théâtre des Célestins, les subsistances, le théâtre de l IRIS à Villeurbanne et les films de l an présent. Il y a encore la pratique artistique avec notamment 12 places proposées gratuitement par l ENSBA pour les ateliers d art plastique amateur. Enfin, il y a aussi des actions de médiation culturelle proposées par les structures culturelles. Cela peut permettre par exemple de rencontrer des artistes, des auteurs autour d une pièce. On a ainsi avec le théâtre de la Croix Rousse et les célestins créé un parcours pour mettre en regard des pièces proposées par les deux structures. L intérêt de ces actions c est que nous partageons nos objectifs. Ce qui se joue pour chacun de la place où on est. L IFRA est située sur le territoire CUCS de Moncey mais toutes les personnes en accompagnement ne sont pas CUCS. Le facteur commun ce n est pas le territoire, c est la recherche d emploi. Quand on va voir des spectacles ensemble, on partage des émotions. Cela engendre un changement de posture du référent insertion. L objectif de ces actions insertion/culture est de proposer un moment en dehors des cadres habituels pour pouvoir avancer. Ces actions permettent de se remobiliser sur un parcours d insertion car le chômage de longue durée est très difficile à vivre. Cela permet aux personnes d acquérir des compétences transférables dans la sphère professionnelle, les personnes s emparent de la parole, apprennent à analyser un spectacle. Tout ceci peut être valorisé dans un parcours professionnel.

3 Tour de présentation : AU PLURIEL : Sandrine DELANOE : J anime un atelier d écriture à la MDEF de Lyon antenne de Gerland. C est du lien social, un cadre sécurisant. On expérimente le plaisir de faire quelque chose ensemble. De se remettre en action. TREMPLIN ANEPA : Marie-Eve PEGUY : On défend le concept de «détour créatif» qui a du reste fait l objet d un livre en 99. On propose des ateliers, sorties et la participation à des projets artistiques. CAFE SOCIAL LYON 3 : Nous travaillons avec des personnes âgées. Notre objectif est l accès à la culture. On utilise donc le dispositif CULTURE POUR TOUS mais le problème est que leur fonctionnement est la sortie individuelle alors que nous ne faisons que des sorties collectives. On fait beaucoup de sorties, au musée, à l Opéra, au théâtre des Célestins. On a affaire à un public de passionnés, preneur de culture, principalement issu de l immigration qui participe volontiers aux sorties culturelles. Christophe Bessard de Kimel C est un projet autour de l image. On intervient au niveau du Grand Lyon dans les MJC, centres sociaux, centres de formation, structures culturelles. On travaille notamment sur des livrets ; on en a fait un notamment avec les habitants de la barre 200 à la Duchère, avec les jeunes. Une citoyenne du conseil de quartier guillotière : Marie-Cécile Galland Je suis une citoyenne profitant de la culture, une retraitée, ce qui me permet d avoir du temps pour m impliquer. Je suis aussi au Conseil de développement du Grand Lyon et à la commission culture du PS. Voir l univers des artistes, des créateurs, cela me passionne. Une journaliste radiophonique : Anne-Lise Clerc Le sujet «culture insertion» m intéresse et je souhaite faire une série d interviews sur ce sujet pour différentes radios dont radio pluriel. Participant à CULTUR AILES IFRA : Christian Je suis un usager de l IFRA. Je fais parti de ceux qu on redynamise. COTE PROJETS : Céline Carret : Je travaille dans un organisme de formation, COTE PROJETS, qui a fait de la culture sa spécificité. On a notamment des AOF, Actions d Orientation et de Formation Région, et dans ce cadre, avec l aide de Myriam Albet, on a monté un AOF «Opéra» et un avec l Institut Lumière dans le cadre du festival lumière. Ces actions s adressent à des personnes en difficultés de maitrise de la langue française dans le cadre d AOF FLE (Français Langue Etrangere) Participante à CULTUR AILES IFRA : Nicole Je suis une participante de CULTUR AILES depuis 3,5 ans. C est intéressant de pouvoir monter sur scène, de faire de l amateurisme. Mais j espère toujours trouver un emploi. Yamina Aït : Je suis une nomade de la culture. J ai travaillé dans différentes structures. Une référente insertion/culture : Isabelle Martinelli : Je travaille à MIRLYSOLIDARITE à la Duchère et depuis 3 ans je mène des actions de médiation culturelle.

4 Participante à «médiation culture» MIRLYSOLIDARITE: Léa Je participe à l action de la MIRLY et je suis à nouveau en recherche d emploi après 6 mois de CAE dans une Cie Artistique. Participant à «médiation culture» mirly solidarité : Nicolas Mission de Coopération Culturelle : Camille Mussillier Myriam Albet, Mission Insertion Culture d ALLIES. Je suis chargée d animer les partenariats, d aider en ingénierie de projets, de suivre, d évaluer et de valoriser les actions insertion/culture. A la demande de l IFRA et de la MIRLY, je serai la scripte de la matinée et serai chargée de la transcription de cet atelier qui sera mis en ligne sur POLVILLE. Subsistances : Bénédicte Beaudot : Je travaille aux subsistances et je m occupe des projets participatifs. On travaille avec plein de personnes différentes. Habitat et humanisme : Marie-Noelle Bliny : Je fais partie du groupe bénévole d Habitat et humanisme, du groupe culture. On travaille avec CULTURE POUR TOUS et nous avons aussi notre activité propre que nous animons pour fêter les 25 ans de l association avec des résidants : ateliers d écriture et spectacle. C est donc la culture qui se vit et pas seulement la culture qui se vit ou subit. Pour nous la culture, c est la création du lien social. Vanessa Chien Chow Chine : Mairie de Toulouse Je travaille à la Mairie de Toulouse et je suis chargée de la mise en place du projet culturel dans le cadre du CUCS sur les quartiers. Il s agit de mobiliser les services par rapport à l accès à la culture sur les quartiers et également des projets d équipement à créer sur les quartiers pour créer une plateforme. C est un projet économique et emploi ce qui est à mon sens différent de insertion et emploi. Didier Richard : Théâtre des Célestins On a monté un certain nombre d actions : Médiation découverte, médiation participation mais aussi un volet RH insertion avec l embauche de personnes en insertion au sein même de notre entreprise Mme Bugny, Membre du conseil de quartier Jean pierre Sougy : les films de l an présent On nous avait demandé un film dans le cadre de VEDUTA (biennale d art contemporain) en 2003 et on poursuit la collaboration avec l IFRA. Notre troisième film est en cours. Les objectifs des actions insertion/culture par Isabelle Martinelli MIRLY SOLIDARITE Pour nous, l objectif des actions insertion/culture, c est le lien qui se créé entre les personnes. Doit-on parler de lien social? Je ne sais pas mais il se créé des histoires, des solidarités entre les personnes. C est un plus dans leur vie et donc dans leur parcours vers l emploi. La question est que chacune des parties prenantes de ces actions (acteurs culturels, insertion et participants) donne de la place à ce type d action en fonction de la place où il est, de son objectif à lui. Se retrouve-t-on dans nos objectifs? Mme Peguy Tremplin Anepa :

5 La question des objectifs interroge. Est-ce une vitrine pour dire qu il n y a plus d emploi? Qu est-ce qui motive les financeurs pour financer les structures d insertion à proposer des actions culturelles et artistiques? On tricote depuis un certain nombre d années. On sent un élan plus fort concernant la mobilisation des publics. Mais quel est le projet de société par rapport aux actions insertion/culture? on tricote depuis 20 ans par rapport à la médiation artistique comme détour pour l objectif d insertion professionnelle. Il est nécessaire d avoir du temps pour que la personne trouve une place autre que demandeur d emploi, en tant que citoyen. Les intentions sont peut-être différentes que celles des financeurs. On a évalué que ce support culturel et artistique permet de se remobiliser mais c est un jargon de professionnels. La question est comment on se parle. Le participant n utilise pas ces mots. Il y a donc une différence entre la demande des financeurs «emploi» et ce qui se vit avec les gens qui sont nos semblables. Il s agit d accorder les exigences qui sont liées au temps. Le financeur attend des résultats. C est compliqué car le temps de l art, du processus créatif n est pas le temps du financeur. On parle de travail, travail de peinture. Une répétition c est du travail. Il y a donc un déplacement sémantique. Le deuxième problème est : jusqu où on va avec l art? Il faut saucissonner. On est de plus en plus dans le lien. On a une grille d évaluation à compléter pour chaque personne qui va nous mettre en porte à faux avec les participants. Par exemple, pour une exposition de peinture, le financeur demande : «à quoi ça vous sert?» Le participant va répondre : «ça me fait plaisir». Ils se sont parlé mais ils ne se sont pas du tout compris. Les institutions culturelles ont bien compris le système. Et se font plaisir en le faisant. Il y a de quoi faire. Beaucoup de propositions avec des savoirs-faire et des savoirs-être. Vraiment beaucoup de propositions. On est repéré, identifié par les institutions culturelles. Dans le secteur de l insertion socioprofessionnelle, quelle place laisse-t-on à ce type de support? Quelle place laisse-t-on à la culture par rapport à l insertion? Quelle reconnaissance aussi? COTE PROJETS : Céline Carret : Quand on met quelque chose en place avec l Opéra, on place le cadre qui est posé par le financeur. On travaille pour notre part dans le cadre des Actions d Orientation Formation Région. Le but, c est bien sûr pas d en faire des chanteurs d Opéra mais qu ils arrivent par exemple à aller seul à l Opéra. On est clair, il n y aura pas de recrutements. Je ne vois pas ce qu il y a de dérangeant là-dedans. Je ne comprends pas le malaise. C est un bienfait apporté aux bénéficiaires. Ces actions sont-elles remises en cause? Mme Peguy Tremplin Anepa : On n est pas là pour les bienfaits mais plus pour les intentions. La question se pose différemment selon la place où on est. Dans le cadre des Actions d Orientation et de Formation Région, c est un stage à temps plein. Dans ce cadre, certains organismes de formation proposent un projet artistique avec, peut-être, une restitution publique. On est dans un processus de création intégré au dispositif de formation. C est le jargon de la région. Un PAC de formation. Ce n est pas à la carte. En tant que stagiaire, tu prends tout, même un projet comme l Opéra. Au tremplin Anepa ont fait aussi ce type de projet. En ce moment, on est sur un projet danse/théâtre avec une structure allemande, «c est mieux avec les voisins». On propose de faire l expérience du processus créatif. C est dans le cadre de la formation. Les jeunes ne parlent pas de travail mais disent «j apprends», «j ai appris la valse» on est dans l apprentissage.

6 Dans les actions insertion/culture type sortie culturelle, la personne n est pas obligée d aller au spectacle. L approche du sensible est autre. Ces temps de travail sont hors du temps de travail. Les financeurs ne financent pas tout. La question est : quelle place on laisse au travail d accompagnement? N est-ce pas une compétence professionnelle d accompagner des sorties le soir? Au TREMPLIN ANEPA, on a aussi un atelier financé par le PLIE (Plan Local d Insertion par l Emploi). L objectif souterrain de pédago est que le détour créatif fait du bien. Comment on le traduit pour les financeurs? Pour le projet AOF franco/allemand, le problème est que tout le monde trouve notre projet super mais personne n a financé. Ni la Ville de Lyon, ni le Grand Lyon. C est un problème de financement. Parlonsen franchement. Ces projets sont portés par des structures qui y croient. Bénédicte Beaudot des Subsistances Existe-t-il un espace de réflexion avec les financeurs? Mme Peguy Tremplin Anepa Ca réunionite donc ça creuse. Mais jusqu où peut on saucissonner? On va faire de l autopsy par rapport à la démarche créative. Didier Richard des Célestins Théâtre de Lyon Je voulais parler des expériences réalisées et des résultats. De médiation et d insertion. Pour nous, l intérêt, pour un théâtre de centre ville avec spectateurs par an qui propose entre 25 et 40 spectacles par an, est d ouvrir nos portes aux personnes les plus exclues. Pour le commun des mortels, ce n est pas facile de franchir la porte. On a travaillé avec «culture pour tous» et on a ouvert nos portes. Puis, on a voulu aller plus loin. Permettre aux personnes de participer au processus de création artistique. On a essayé d ouvrir les temps de travail des artistes et des répétitions comme des temps de partage collectif. On a fait des propositions avec des publics mixés. Ce public est fait de plein de personnes différentes mais tous ensemble, pendant une heure où deux, partagent quelque chose de collectif. On n a pas voulu créer de temps que pour certains. On a créé de la médiation participative par rapport à ces ateliers de pratique artistique. On le faisait pour les scolaires et on a décidé de l ouvrir aux adultes car la prise de parole n est pas simple aujourd hui. Récemment, on a monté un atelier avec 5 rendez-vous, des temps d expérimentation de la scène, de l écriture. Cela participe au VIVRE ENSEMBLE. L important était qu il y avait des gens en insertion, des amateurs de théâtre, des personnes de la Guillotière, du 9 ème mais tous ensemble on a construit un spectacle. La seconde expérience emblématique a eu lieu pour «Lorenzaccio» présenté en juin 2010 sous chapiteau installé dans le parc des cités sociales de Gerland et en même temps aux Célestins. Une trentaine de jeunes devaient travailler à l accueil. On a voulu travailler avec les acteurs locaux du 7 ème et on a rencontré les équipes. On a ainsi pu embaucher 6 personnes qui ont renforcé notre équipe et qui ont travaillé avec nous. Les postes d agent d accueil ne demandent pas beaucoup de compétences techniques mais par contre du savoir-être. Ces 6 jeunes sont rentrés dans le processus de l entreprise. En plus, ils ont découvert Musset et on pu développer un regard critique car ils ont vu la pièce 6 fois. C est pour moi une valorisation de l individu. On essaie de faire envie et de créer le désir chez l autre. Grâce à ces processus de création et ces embauches, on va vers un engagement encore plus fort en direction des plus en difficultés. Ca va dans le sens de ce que vous cherchez dans l insertion. Que l autre aille plus loin, ose aller à la rencontre car la recherche d emploi, c est aller à la rencontre.

7 Jean-Pierre Sougy les films de l an présent Je suis ici le seul représentant des artistes. Ce travail est assez complexe. Par moment, on pourrait se dire qu on n est pas loin de l escroquerie. On travaille à faire des films. L escroquerie, c est une source de financement, de revenu, comme pour les institutions culturelles. Il y a quelque chose d un certain utilitarisme. Ces personnes en insertion sont utilisées pour toucher des subventions, faire vitrine par rapport à la Mairie. Il y a une question qui se pose. Les raisons pour lesquelles je suis là, à l IFRA, depuis le premier film «La méduse et l araignée». Pourquoi je mets à travailler là? Maintenant, je ne peux plus travailler ailleurs. Le cinéma ne veut plus de moi. Pour un artiste, cela devient complexe de travailler dans certains milieux formatés, comme la télé. Difficulté de proposer quelque chose hors des cadres de la Télé. Dans le cinéma, on passe 90% de notre temps à chercher des financements. Mon souci en tête est celui de l expérimentation. Ici, je peux expérimenter. Quand j étais aux «inattendus», tous les 4 mois, la Ville demandait un bilan. Or, je ne peux pas pour une démarche expérimentale. On avance pas à pas et on ne peut faire des bilans sans arrêt. Je suis en doute permanent. A l IFRA, je bénéficie d un «endroit utopique». On ne me paie pas beaucoup, uniquement la DRAC et la région, mais on ne me demande pas beaucoup de comptes. La DRAC vient voir ce qu on fait. On est vraiment dans l expérimentation, un chemin qu on essaie de tracer. J ai le sentiment d une escroquerie en écho par rapport au participant. Quel retour on a de ça? Les participants, je les considère comment? Ils font du théâtre mais ne sont pas payés. Je fais un travail de professionnel avec eux qui ne sont pas payés. Cela pose question. Je considère maintenant que chacun des participants est un auteur au même titre que moi. J ai donc mis en place un contrat d auteur. Si le projet trouve un écho favorable, toutes les sommes seront distribuées de façon équitable avec les participants. Mes références, c est notamment Jean Rouch, «cocorico monsieur poulet», les films participatifs. C est une nouvelle façon d aborder le documentaire et la fiction et de créer un pont entre les deux. Yamina Aït La question est la place du politique. Répondre à une commande. Les choses ont évolué, ce sont durcies. La question du sens de ces actions. Si ces questions ont été inscrites dans l insertion, c est grâce à l histoire, ce qui existait déjà. L insertion par l économique pataugeait et il fallait inventer. C était beaucoup lié à des personnalités qui voulaient tenter des choses. Il n y avait pas d objectif. En 1998, la Mission Insertion Culture est née en expérimental pour une étude par rapport au Défilé de la biennale de la Danse. On s est dit, y-a un vrai truc. Et il y a eu la première Mission insertion Culture. Avant il y avait une phrase : testez. Ne peut-on réinterroger le politique pour savoir ce qu il attend de nous? On a essayé de porter le message aux institutionnels. Là, maintenant, il est où le sens? Qu est-ce qu on attend de lui? On nous demandait de développer des aventures au départ en politique de la ville. En 2005, on me demandait des chiffres. Je me suis sentie manipulée. On sort du cadre professionnel. L institution, le financeur, qu est-ce qu on lui raconte? Depuis 2000, on revient en arrière. Jean-Pierre Sougy les films de l an présent Mes financeurs sont la région, la ville de Lyon et la DRAC dans le cadre de l action culturelle. Les relations changent en fonction des financeurs. Quand on va voir la ville de Lyon, ils ne viennent jamais nous voir. Pendant 10 ans, avec les inattendus, aucun responsable de la ville de Lyon n est venu au festival. Yamina Aït

8 On est dans la commande. Nicole, participante CULTUR AILES Escroquerie? Moi je pensais que ça pouvait m apporter quelque chose. J ai pas le sentiment d être escroquée. C est la participation à «cultur ailes» qui m a fait un tel bien. Je ne cherche pas de récompense mais moi, je cherche de la participation, le plaisir de faire. Je parle beaucoup mieux qu avant. Je peux m exprimer alors qu avant je n y arrivais pas. J espère de tout mon cœur que je vais trouver un emploi. Moi, je m y retrouve. C est un bien être que j ai pris. Bénédicte Beaudot des Subsistances Il y a deux choses. L insertion culture c est une mission de service public. On doit en tant qu institution culturelle s adresser à tous. C est important de se le redire. L important, c est de mettre en valeur ce qui est fait par rapport aux partenaires financiers ; Montrer la différence entre un rendez-vous chez le coiffeur et la culture. Comment peut-on mettre en valeur le rapport à l art? Comment on participe à la construction, reconstruction d une identité. Il faut résister face au financeur. Ne pas saucissonner. Il y a de plus en plus de demande par rapport à la Charte de Coopération culturelle. Et l évaluation va prendre de la place sur le temps de faire. Il y a une vrai réflexion à avoir par rapport à ce pourquoi on fait les choses. Travailler plus le fond que l enveloppe. Julien Frappa du TNG On a un budget de structure, des financements publics mais pas par rapport au CUCS. On est signataire de la Charte de Coopération Culturelle. On s est peut-être sentis obligés de signer. Mais il y a une liberté. Sandrine Delanoé Au pluriel J anime un atelier écriture à la maison de l emploi sur l antenne du 7 ème. Je suis financée 4000 par an. Cet atelier est menacé car j ai un financement CUCS Gerland et j ai dans mon atelier un très faible pourcentage de gens de Gerland. Le problème est la territorialité. J ai peu de monde, une trentaine de personnes en 2011 avec un noyau de personnes qui viennent beaucoup. Il n y a pas assez de turn over. Le temps le plus long, c est celui à remplir les tableaux devant l ordinateur. Conseil de quartier La notion de quartier ne semble pas essentielle à vos prestations. La prise en compte du quartier est-il une contrainte? Muriel Bétend de l IFRA Le problème qui nous a amené à monter cet atelier est celui des parcours longs. Que faire après? on nous dit : «besoin de turn over sur les actions». Que fait-on avec les obligations des financeurs? On a produit ensemble. Le gros problème est que le temps de l évolution des personnes est long. Conseil de quartier La politique de la Ville n a pas forcément du sens par rapport à un mode d approche de territorialisation. Le droit commun aurait toute sa place. L argent du CUCS pourrait être affecté dans du droit commun. Saucissonner, cibler, c est un choix politique. Ville de Toulouse : Vanessa Chien Chow Chine

9 Les fonds européens financent beaucoup de projets mais c est très long. Sur Toulouse, on a deux expérimentations. Les résultats attendus sont : être dans une recherche d emploi et rencontrer l entreprise. L autre cible ce sont les jeunes déscolarisés. Il y a donc deux expériences avec deux méthodes. La première c est l intermédiation. Faire découvrir des métiers, travailler sur les habiletés sociales. La seconde, c est aller chercher les jeunes, leur faire rencontrer la maison de l emploi ou la mission locale. Par le cinéma, on veut montrer à l entreprise qu ils peuvent être une valeur ajoutée à l entreprise. Muriel Bétend de l IFRA Il y a des critères CUCS. Par exemple, à moncey voltaire, les gens déménagent tous les 5 ans. Dans ce contexte, comment inscrire les personnes sur des projets longs quand les publics sont mouvants, déménagent parfois tous les deux ans? C est la crise et la crise n est pas prête de s arrêter. On manifeste contre l austérité. Il n y a pas d emploi. Myriam Albet Mission Insertion Culture Désolée d intervenir mais l heure tourne et nous arrivons au terme de cette matinée. Il serait intéressant de parler maintenant de la restitution de ce qui c est dit ce matin pour la clôture des journées «nos cultures de la Ville». Vous avez abordé un grand nombre de problématiques mais je rappelle que cet atelier est le seul parlant de l insertion socioprofessionnelle et il me semble important de bien centrer l intervention lors de ces journées sur les questions de la prise en compte par le secteur de l insertion socioprofessionnelle de la culture et des arts. Je rappelle aussi que Muriel Bétend et marie-eve Peguy qui seront les portes paroles de cet atelier n auront que 3 minutes d intervention lors de cette restitution en présence des politiques. Etes-vous tous d accord pour recentrer la restitution sur uniquement les problématiques vécues par l insertion, d autres ateliers traitant de la place des artistes, du rôle des institutions Tour de table validant à l unanimité cette proposition.

Tutoriel de la grille d évaluation 2014. Mission Insertion Culture

Tutoriel de la grille d évaluation 2014. Mission Insertion Culture Tutoriel de la grille d évaluation 2014 Mission Insertion Culture Table des matières Introduction... 2 Partenaire insertion... 2 Partenaire culturel ou artistique... 2 Niveau de qualification... 3 Sexe...

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne La compagnie Zéotrope : Depuis 1999, la compagnie Zéotrope réinvente sans cesse le rapport spectateur(s) et comédiens(s), privilégiant

Plus en détail

Oral de motivation ESC Brest

Oral de motivation ESC Brest Oral de motivation ESC Brest 30 minutes avant le début de l entretien, j ai été accompagné dans une pièce pour remplir mon portrait chinois dont les questions changent tous les jours. Le jour où je suis

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Tout au long de ce récit, je vais essayer de vous faire part de quelques réflexions émanant de ma

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques

Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques Corinne Mathieu et Béatrice Pedraza alliant pratiques artistiques et expériences dans les domaines du médico-social, de la formation et de l insertion depuis

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme Réussir son approche commerciale avec un prospect 61 Réussir son approche commerciale avec un prospect Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 20 Réussir un premier RDV avec un prospect (les 2

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Cheick Diallo Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix»

Cheick Diallo Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix» Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix» Transcription 5 10 15 20 25 30 35 40 Ma venue à Africa Remix est due au fait que une commande m a été faite, quoi. On m a demandé de concevoir

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Le site web pour apprendre à parler le français du Québec en vidéo

Le site web pour apprendre à parler le français du Québec en vidéo Paris, le 03 juin 2015 Le site web pour apprendre à parler le français du Québec en vidéo Présentation...1 Histoire du projet...2 Le processus de travail...3 Comment le site est accueilli par les internautes...3

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale 2 TÉLÉSIMULATION ÉCHO A2 - LEÇON 2 «TU AS DU BOULOT?» Objectifs : Présenter ses projets, demander des conseils, demander un prêt Points de langue : Le futur simple, le conditionnel présent Thèmes culturels

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : Heureusement que nous sommes très en avance. Tu as vu cette queue?

Plus en détail

Le chef de gare entre en scène : Considérations cinématographiques

Le chef de gare entre en scène : Considérations cinématographiques Séquence 18 - Sketch 1/5 Les points d interrogation, points, sketches à imprimer, sketchs à imprimer, sketch à imprimer, sketches gratuits, sketchs gratuits, sketch métier, sketch à jouer, sketch fle,

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Commission culture Gerland

Commission culture Gerland Commission culture Gerland Volet culturel du CUCS, Engagement dans l amélioration de la participation et des processus démocratiques Compte-rendu 9 février 2012 Présents : Emmanuelle Jouas- Atelier des

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

France 3 Midi-Pyrénées

France 3 Midi-Pyrénées Collège Montesquieu. Cugnaux. A Monsieur MARANT. RAPPORT DE STAGE EN ENTREPRISE Q M 3 4 France 3 Midi-Pyrénées Je remercie tout d abord Monsieur VALETTE, journaliste, sans qui je n aurais pas pu faire

Plus en détail

Révélez l actif qui est en vous

Révélez l actif qui est en vous Révélez l actif qui est en vous *Votre service régional > formation > Basse-Normandie Dans un monde du travail qui exige de plus en plus de compétences, la Région Basse-Normandie fait de la formation professionnelle

Plus en détail

om * le meilleur pour vous Développez votre carrière * Libérez votre potentiel * Concrétisez votre réussite

om * le meilleur pour vous Développez votre carrière * Libérez votre potentiel * Concrétisez votre réussite Om* Cati Chambon Conseil, formation & coaching 11 chemin des Vivandes 26110 NYONS T 06 70 10 85 36 catichambon@culturecoaching.fr www.coachingculture.fr N Siret 502 989 700 000 21 Enregistré sous le numéro

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

La Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires

La Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Table ronde de l assemblée générale de l URIOPSS Champagne-Ardenne 12 juin 2009 Châlons-en-Champagne La Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Avec Monsieur

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR

LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR FOCUSING: LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR Intervention d Eugène Gendlin à la 18eme conférence annuelle Internationale sur les traumatismes. Boston MA June 20-23 2007 Traduit par Brigitte Domas Bonjour, je

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme?

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Je m appelle Julie Remfort et je travaille au Ministère des Finances à Paris. Quel métier faites-vous

Plus en détail

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES]

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] 2015 [LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] Programme de formations du 2ème semestre 2015 pour les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire [SOMMAIRE] LA CO-OPERATIVE... 3 Nos formations professionnelles

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Premiers résultats présentés par Karinne Guilloux et Stéphanie Guillemard Chaire de recherche sur la jeunesse

Premiers résultats présentés par Karinne Guilloux et Stéphanie Guillemard Chaire de recherche sur la jeunesse Journée «jeunesse, quartier populaires et pratiques participatives» RésO Villes 6 février 2015, Angers «Jeupart : participation formelle et informelle des jeunes» Premiers résultats présentés par Karinne

Plus en détail

Reportage photo. 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic

Reportage photo. 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic Je veux vivre chez moi! Laura, 19 ans, est atteinte d une infirmité motrice cérébrale. Après des années en établissement, elle aimerait vivre seule (avec un peu d aide)

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

RENCONTRE DEBAT SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 AUDITORIUM ESPACE BOUCHARDON COMPTE-RENDU LA SOLIDARITE ENTRE GENERATION DANS LA VIE ASSOCIATIVE

RENCONTRE DEBAT SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 AUDITORIUM ESPACE BOUCHARDON COMPTE-RENDU LA SOLIDARITE ENTRE GENERATION DANS LA VIE ASSOCIATIVE RENCONTRE DEBAT SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 AUDITORIUM ESPACE BOUCHARDON COMPTE-RENDU LA SOLIDARITE ENTRE GENERATION DANS LA VIE ASSOCIATIVE 2012 : année Européenne du vieillissement actif et de la solidarité

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI

MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI LA MOBILITÉ UN ATOUT POUR L EMPLOI MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI BILAN Première année d activité Juillet 2014 Tmobil : Un service d accompagnement à la mobilité Ce dispositif a pour but d intégrer

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

Référente : Nadia Inoubli, Bureau des «Echanges scolaires et extrascolaires

Référente : Nadia Inoubli, Bureau des «Echanges scolaires et extrascolaires Compte rendu du groupe de travail n 5 «Les projets artistiques et culturels dans le cadre des jumelages de villes» Date : 18.10.2014 Durée : 11h 12h30 Lieu : Kolping-Akademie Würzburg Evénement : réunion

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

P. 1 FITZGERALD.RH. ICMCB 21 septembre 2012

P. 1 FITZGERALD.RH. ICMCB 21 septembre 2012 P. 1 FITZGERALD.RH ICMCB 21 septembre 2012 Présentation de FITZGERALD. RH P. 2 Date de création Le cabinet Fitzgerald. RH a été créé à Bordeaux en juillet 2006 par Alexandre Le Maire. Domaines d activité

Plus en détail

L outil culturel, levier de développement economique : Projet culturel projet de territoire

L outil culturel, levier de développement economique : Projet culturel projet de territoire L outil culturel, levier de développement economique : Projet culturel projet de territoire A un moment où nous assistons à une mondialisation des entreprises, l action publique demeure morcelée, rassemblée

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU»

«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Colloque du mardi 30 septembre 2014

Colloque du mardi 30 septembre 2014 Colloque du mardi 30 septembre 2014 Accueil par Mme LE PIOUFF. Présentation des intervenants : - Mme TRIBBIA, chargée de mission à l ARACT Lorraine - Mme LAVOIVRE, psychologue du travail au CDG 54 - Mme

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5 Une interview avec la photographe et directrice artistique de la Chancelière allemande, Julia Fassbender Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer Le Grand méchant loup s est rendu

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Guide. «Pourquoi Définir. Votre Client Idéal?»

Guide. «Pourquoi Définir. Votre Client Idéal?» Guide «Pourquoi Définir Votre Client Idéal?» Comme Coach Vie Professionnelle, beaucoup de mes clients sont Entrepreneur(e)s, ont une activité en tant qu indépendant ; d autres travaillent sur un projet

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

I ORGANISATEUR I I PANORAMA DES ESPACES I

I ORGANISATEUR I I PANORAMA DES ESPACES I I ORGANISATEUR I La (association Loi 1901) est l organisation régionale représentante des entreprises, des fédérations et des syndicats d employeurs de l Économie Sociale et Solidaire (ESS) en Rhône-Alpes.

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

APPRENDRE A DANSERMOTIVATION La demande de cours de danse classique et contemporaine explose Nombre croissant d écoles de danse en Tunisie Des

APPRENDRE A DANSERMOTIVATION La demande de cours de danse classique et contemporaine explose Nombre croissant d écoles de danse en Tunisie Des APPRENDRE A DANSER UN PROJET POUR PROMOUVOIR LA DANSE ACADÉMIQUE EN TUNISIE projet tuniso-allemand en collaboration avec le GOETHE-INSTITUT et l Ecole Palucca à Dresde 2013-2015 APPRENDRE A DANSERMOTIVATION

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

FICHE TYPE D'INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE. «La calligraphie» Indexation :

FICHE TYPE D'INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE. «La calligraphie» Indexation : «La calligraphie» Présentation sommaire Identification : Utilisation de l'écriture comme art Personne(s) rencontrée(s) : Brigitte PALARIC Localisation municipalité) : (région, département, Ville : Allaire

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

Création d un spectacle par des femmes éloignées de l emploi. Danse à tous les étages!

Création d un spectacle par des femmes éloignées de l emploi. Danse à tous les étages! Projet artistique et insertion Danse à tous les étages! RENNES (35) et BREST (29) Thème Création artistique et insertion professionnelle Action Création d un spectacle par des femmes éloignées de l emploi

Plus en détail

5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi

5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi 5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi Les ateliers sont co-animés par des travailleurs sociaux référents professionnels et des formateurs permanents.

Plus en détail

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Alertes sur la dégradation de la situation de l emploi dans les ZUS En juillet 2012, l augmentation du chômage dans

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e

Résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e Résidences d auteur en Seine-et-Mar ne Les résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e Afin de favoriser la présence artistique sur le territoire seine-et-marnais, le Conseil général de Seine-et-Marne

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site

AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

1. J exerce un métier varié

1. J exerce un métier varié 1. J exerce un métier varié 1 Ma place dans l entreprise I. Trois secrétaires témoignent : Je travaille pour une assez grosse société. Je ne suis pas la seule assistante, nous sommes nombreuses : plusieurs

Plus en détail

Réussissez votre projet de formation continue en 7 points

Réussissez votre projet de formation continue en 7 points Intercultural school Talents pour le monde Réussissez votre projet de formation continue en 7 points Les 7 «P» capitaux Point 1, construire votre projet professionnel ce que j ai fait jusqu à présent,

Plus en détail

Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED

Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED 1- CONTEXTE SESSAD= Service d Education Spéciale et de Soin A Domicile A Domicile= sur les lieux de vie de l enfant L école est un lieu de vie

Plus en détail

Un lieu original pour votre séminaire d entreprise

Un lieu original pour votre séminaire d entreprise Un lieu original pour votre séminaire d entreprise QUI SOMMES-NOUS? 2 Mon Atelier En Ville, un concept d ateliers urbains à louer à l heure pour créer, customiser ou réparer Aujourd hui, dans les villes,

Plus en détail

Fiche d auto-évaluation de la Mission Locale de Vichy Septembre 2014

Fiche d auto-évaluation de la Mission Locale de Vichy Septembre 2014 Fiche d auto-évaluation de la Mission Locale de Vichy Septembre 2014 D où vient-on? La mission locale par son engagement du 7 janvier 2013, souhaite remettre les jeunes au centre des dispositifs, il faut

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Accompagnement à la médiation culturelle : propositions d actions pour les travailleurs sociaux, animateurs et bénévoles des structures sociales

Accompagnement à la médiation culturelle : propositions d actions pour les travailleurs sociaux, animateurs et bénévoles des structures sociales Accompagnement à la médiation culturelle : propositions d actions pour les travailleurs sociaux, animateurs et bénévoles des structures sociales partenaires 1 Encore L accompagnement à la médiation culturelle

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail

Le mécénat d entreprise

Le mécénat d entreprise Le mécénat d entreprise Ubiqus Paris, le 1 er octobre ] Sommaire Ouverture... 3 Georges CHABIN, Directeur de la communication... Qu est-ce que le mécénat?... 3 Maxine HEBERT, Responsable du Mécénat, société

Plus en détail