Restitution Atelier : Insertion professionnelle et «culture»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Restitution Atelier : Insertion professionnelle et «culture»"

Transcription

1 Restitution Atelier : Insertion professionnelle et «culture» Les organisateurs : Muriel Bétend action «cultur ailes» IFRA, Isabelle Martinelli «médiation culture» MIRLY SOLIDARITE Scripte : Myriam Albet, Mission Insertion Culture d ALLIES MDEF de Lyon Les intervenants et les participants (ouvert à tous les publics) : 2 organismes de formation : Céline Carret de COTE PROJETS, Marie-Eve Peguy du TREMPLIN ANEPA, 1 atelier d écriture AU PLURIEL antenne 7 MDEF de Lyon - Sandrine Delanoé 1 structure d insertion : Habitat et humanisme 5 structures artistiques et culturelles : Didier Richard des Célestins Théâtre de Lyon, Julien Frappa du Théâtre Nouvelle Génération, Jean-Pierre Sougy des Films de l an présent, Bénédicte Beaudot des Subsistances, Christophe Bessard de Kimel 4 habitants participants aux actions : Nicole, Christian, Léa, Nicolas 3 représentants du Conseil de Quartier Guillotière : Mme Bugny, Marie-Cécile Galland et René Marcand 1 représentant du café social «olivier des sages» : Jocelyne Ferhat 1 représentante de la Ville de Toulouse : Vanessa Chien Chow Chine 1 journaliste radiophonique : Anne-Lise Clerc de radio alliance plus 1 représentant de la Mission de Coopération Culturelle - Camille Mussillier 1 professionnelle de la médiation culturelle - Yamina Aït (chargée de Mission insertion Culture à ALLIES de 1998 à 2005) 1/ RESUME DES ECHANGES La rencontre, le débat Les principaux sujets abordés : 4 types D ACTIONS et 1 EN EXPERIMENTATION (RH & MEDIATION) Sorties culturelles, médiation culturelle Participation à des processus de création artistique (ateliers et projets) Pratiques artistiques (PPA ENSBA) Intérêt démontré de la participation aux actions culturelles et artistiques dans les parcours d accompagnement socio-professionnels Le poids grandissant de l évaluation quantitative Ce qu il faut retenir des échanges : Consensus des acteurs d insertion, culturels et des participants quant à l impact positif de ces actions : Dynamisation de parcours, lien social, création de solidarités, LCD INQUIETUDE QUANT A LA SUITE DES ACTIONS Point de vue sur les engagements proposés dans l avenant culturel du CUCS Des atouts : Forte mobilisation de l insertion sur des propositions culturelles et artistiques (charte et CUCS) Impact positif démontré par différentes approches évaluatives (qualitative, quantitative et avec les participants) Des interrogations : Les personnes vulnérables et/ou précaires ne rentrent pas toujours dans les cadres : territoires et temps. Comment faire pour ne pas exclure les plus en difficultés hors cadre?

2 Des points à développer : Quels cadres d actions culturelles proposer aux participants «sortis» des dispositifs insertion professionnelle du fait de la crise économique et «à sortir» des actions culture? Jusqu où le politique soutiendra-t-il ce type d actions? 2/ LES ECHANGES Muriel Bétend de l IFRA : Présentation de l IFRA et de CULTUR AILES L IFRA est un organisme de formation et est aussi une structure d insertion chargée de la l accompagnement socioprofessionnel des bénéficiaires du RSA et des participants PLIE. L objectif de la réunion est de réfléchir aux actions insertion/culture dans le cadre de la prolongation des CUCS avec le nouvel avenant CUCS qui ira de 2011 à décembre La création artistique et les actions culturelles sont considérées dans notre champ d activités comme un outil pour dynamiser le parcours vers l emploi. Dans le cadre de ce travail de concertation sur le prochain avenant CUCS, l important est que l insertion «parle», que l on puisse faire entendre la parole des structures d insertion, des participants aux actions et des structures culturelles et artistiques. Depuis 7 ans, il y a à l IFRA une étape «culture», CULTUR AILES dans le cadre du parcours d insertion. Le TREMPLIN ANEPA, MIRLY SOLIDARITE animent aussi des étapes «culture» qui sont des étapes de mobilisation et qui ont pour objectif l accès à la culture, aller aux spectacles, mais aussi de participer à des processus de création, d avoir une pratique artistique. A l IFRA, on a 4 types de propositions : Les sorties culturelles. Elles ont pu se mettre en place grâce à CULTURE POUR TOUS qui propose des invitations gratuites au spectacle et permet aux bénéficiaires du dispositif d inviter quelqu un de leur entourage. On propose aussi des participations à des processus de création artistique. On a ainsi travaillé avec Le Théâtre des Célestins, les subsistances, le théâtre de l IRIS à Villeurbanne et les films de l an présent. Il y a encore la pratique artistique avec notamment 12 places proposées gratuitement par l ENSBA pour les ateliers d art plastique amateur. Enfin, il y a aussi des actions de médiation culturelle proposées par les structures culturelles. Cela peut permettre par exemple de rencontrer des artistes, des auteurs autour d une pièce. On a ainsi avec le théâtre de la Croix Rousse et les célestins créé un parcours pour mettre en regard des pièces proposées par les deux structures. L intérêt de ces actions c est que nous partageons nos objectifs. Ce qui se joue pour chacun de la place où on est. L IFRA est située sur le territoire CUCS de Moncey mais toutes les personnes en accompagnement ne sont pas CUCS. Le facteur commun ce n est pas le territoire, c est la recherche d emploi. Quand on va voir des spectacles ensemble, on partage des émotions. Cela engendre un changement de posture du référent insertion. L objectif de ces actions insertion/culture est de proposer un moment en dehors des cadres habituels pour pouvoir avancer. Ces actions permettent de se remobiliser sur un parcours d insertion car le chômage de longue durée est très difficile à vivre. Cela permet aux personnes d acquérir des compétences transférables dans la sphère professionnelle, les personnes s emparent de la parole, apprennent à analyser un spectacle. Tout ceci peut être valorisé dans un parcours professionnel.

3 Tour de présentation : AU PLURIEL : Sandrine DELANOE : J anime un atelier d écriture à la MDEF de Lyon antenne de Gerland. C est du lien social, un cadre sécurisant. On expérimente le plaisir de faire quelque chose ensemble. De se remettre en action. TREMPLIN ANEPA : Marie-Eve PEGUY : On défend le concept de «détour créatif» qui a du reste fait l objet d un livre en 99. On propose des ateliers, sorties et la participation à des projets artistiques. CAFE SOCIAL LYON 3 : Nous travaillons avec des personnes âgées. Notre objectif est l accès à la culture. On utilise donc le dispositif CULTURE POUR TOUS mais le problème est que leur fonctionnement est la sortie individuelle alors que nous ne faisons que des sorties collectives. On fait beaucoup de sorties, au musée, à l Opéra, au théâtre des Célestins. On a affaire à un public de passionnés, preneur de culture, principalement issu de l immigration qui participe volontiers aux sorties culturelles. Christophe Bessard de Kimel C est un projet autour de l image. On intervient au niveau du Grand Lyon dans les MJC, centres sociaux, centres de formation, structures culturelles. On travaille notamment sur des livrets ; on en a fait un notamment avec les habitants de la barre 200 à la Duchère, avec les jeunes. Une citoyenne du conseil de quartier guillotière : Marie-Cécile Galland Je suis une citoyenne profitant de la culture, une retraitée, ce qui me permet d avoir du temps pour m impliquer. Je suis aussi au Conseil de développement du Grand Lyon et à la commission culture du PS. Voir l univers des artistes, des créateurs, cela me passionne. Une journaliste radiophonique : Anne-Lise Clerc Le sujet «culture insertion» m intéresse et je souhaite faire une série d interviews sur ce sujet pour différentes radios dont radio pluriel. Participant à CULTUR AILES IFRA : Christian Je suis un usager de l IFRA. Je fais parti de ceux qu on redynamise. COTE PROJETS : Céline Carret : Je travaille dans un organisme de formation, COTE PROJETS, qui a fait de la culture sa spécificité. On a notamment des AOF, Actions d Orientation et de Formation Région, et dans ce cadre, avec l aide de Myriam Albet, on a monté un AOF «Opéra» et un avec l Institut Lumière dans le cadre du festival lumière. Ces actions s adressent à des personnes en difficultés de maitrise de la langue française dans le cadre d AOF FLE (Français Langue Etrangere) Participante à CULTUR AILES IFRA : Nicole Je suis une participante de CULTUR AILES depuis 3,5 ans. C est intéressant de pouvoir monter sur scène, de faire de l amateurisme. Mais j espère toujours trouver un emploi. Yamina Aït : Je suis une nomade de la culture. J ai travaillé dans différentes structures. Une référente insertion/culture : Isabelle Martinelli : Je travaille à MIRLYSOLIDARITE à la Duchère et depuis 3 ans je mène des actions de médiation culturelle.

4 Participante à «médiation culture» MIRLYSOLIDARITE: Léa Je participe à l action de la MIRLY et je suis à nouveau en recherche d emploi après 6 mois de CAE dans une Cie Artistique. Participant à «médiation culture» mirly solidarité : Nicolas Mission de Coopération Culturelle : Camille Mussillier Myriam Albet, Mission Insertion Culture d ALLIES. Je suis chargée d animer les partenariats, d aider en ingénierie de projets, de suivre, d évaluer et de valoriser les actions insertion/culture. A la demande de l IFRA et de la MIRLY, je serai la scripte de la matinée et serai chargée de la transcription de cet atelier qui sera mis en ligne sur POLVILLE. Subsistances : Bénédicte Beaudot : Je travaille aux subsistances et je m occupe des projets participatifs. On travaille avec plein de personnes différentes. Habitat et humanisme : Marie-Noelle Bliny : Je fais partie du groupe bénévole d Habitat et humanisme, du groupe culture. On travaille avec CULTURE POUR TOUS et nous avons aussi notre activité propre que nous animons pour fêter les 25 ans de l association avec des résidants : ateliers d écriture et spectacle. C est donc la culture qui se vit et pas seulement la culture qui se vit ou subit. Pour nous la culture, c est la création du lien social. Vanessa Chien Chow Chine : Mairie de Toulouse Je travaille à la Mairie de Toulouse et je suis chargée de la mise en place du projet culturel dans le cadre du CUCS sur les quartiers. Il s agit de mobiliser les services par rapport à l accès à la culture sur les quartiers et également des projets d équipement à créer sur les quartiers pour créer une plateforme. C est un projet économique et emploi ce qui est à mon sens différent de insertion et emploi. Didier Richard : Théâtre des Célestins On a monté un certain nombre d actions : Médiation découverte, médiation participation mais aussi un volet RH insertion avec l embauche de personnes en insertion au sein même de notre entreprise Mme Bugny, Membre du conseil de quartier Jean pierre Sougy : les films de l an présent On nous avait demandé un film dans le cadre de VEDUTA (biennale d art contemporain) en 2003 et on poursuit la collaboration avec l IFRA. Notre troisième film est en cours. Les objectifs des actions insertion/culture par Isabelle Martinelli MIRLY SOLIDARITE Pour nous, l objectif des actions insertion/culture, c est le lien qui se créé entre les personnes. Doit-on parler de lien social? Je ne sais pas mais il se créé des histoires, des solidarités entre les personnes. C est un plus dans leur vie et donc dans leur parcours vers l emploi. La question est que chacune des parties prenantes de ces actions (acteurs culturels, insertion et participants) donne de la place à ce type d action en fonction de la place où il est, de son objectif à lui. Se retrouve-t-on dans nos objectifs? Mme Peguy Tremplin Anepa :

5 La question des objectifs interroge. Est-ce une vitrine pour dire qu il n y a plus d emploi? Qu est-ce qui motive les financeurs pour financer les structures d insertion à proposer des actions culturelles et artistiques? On tricote depuis un certain nombre d années. On sent un élan plus fort concernant la mobilisation des publics. Mais quel est le projet de société par rapport aux actions insertion/culture? on tricote depuis 20 ans par rapport à la médiation artistique comme détour pour l objectif d insertion professionnelle. Il est nécessaire d avoir du temps pour que la personne trouve une place autre que demandeur d emploi, en tant que citoyen. Les intentions sont peut-être différentes que celles des financeurs. On a évalué que ce support culturel et artistique permet de se remobiliser mais c est un jargon de professionnels. La question est comment on se parle. Le participant n utilise pas ces mots. Il y a donc une différence entre la demande des financeurs «emploi» et ce qui se vit avec les gens qui sont nos semblables. Il s agit d accorder les exigences qui sont liées au temps. Le financeur attend des résultats. C est compliqué car le temps de l art, du processus créatif n est pas le temps du financeur. On parle de travail, travail de peinture. Une répétition c est du travail. Il y a donc un déplacement sémantique. Le deuxième problème est : jusqu où on va avec l art? Il faut saucissonner. On est de plus en plus dans le lien. On a une grille d évaluation à compléter pour chaque personne qui va nous mettre en porte à faux avec les participants. Par exemple, pour une exposition de peinture, le financeur demande : «à quoi ça vous sert?» Le participant va répondre : «ça me fait plaisir». Ils se sont parlé mais ils ne se sont pas du tout compris. Les institutions culturelles ont bien compris le système. Et se font plaisir en le faisant. Il y a de quoi faire. Beaucoup de propositions avec des savoirs-faire et des savoirs-être. Vraiment beaucoup de propositions. On est repéré, identifié par les institutions culturelles. Dans le secteur de l insertion socioprofessionnelle, quelle place laisse-t-on à ce type de support? Quelle place laisse-t-on à la culture par rapport à l insertion? Quelle reconnaissance aussi? COTE PROJETS : Céline Carret : Quand on met quelque chose en place avec l Opéra, on place le cadre qui est posé par le financeur. On travaille pour notre part dans le cadre des Actions d Orientation Formation Région. Le but, c est bien sûr pas d en faire des chanteurs d Opéra mais qu ils arrivent par exemple à aller seul à l Opéra. On est clair, il n y aura pas de recrutements. Je ne vois pas ce qu il y a de dérangeant là-dedans. Je ne comprends pas le malaise. C est un bienfait apporté aux bénéficiaires. Ces actions sont-elles remises en cause? Mme Peguy Tremplin Anepa : On n est pas là pour les bienfaits mais plus pour les intentions. La question se pose différemment selon la place où on est. Dans le cadre des Actions d Orientation et de Formation Région, c est un stage à temps plein. Dans ce cadre, certains organismes de formation proposent un projet artistique avec, peut-être, une restitution publique. On est dans un processus de création intégré au dispositif de formation. C est le jargon de la région. Un PAC de formation. Ce n est pas à la carte. En tant que stagiaire, tu prends tout, même un projet comme l Opéra. Au tremplin Anepa ont fait aussi ce type de projet. En ce moment, on est sur un projet danse/théâtre avec une structure allemande, «c est mieux avec les voisins». On propose de faire l expérience du processus créatif. C est dans le cadre de la formation. Les jeunes ne parlent pas de travail mais disent «j apprends», «j ai appris la valse» on est dans l apprentissage.

6 Dans les actions insertion/culture type sortie culturelle, la personne n est pas obligée d aller au spectacle. L approche du sensible est autre. Ces temps de travail sont hors du temps de travail. Les financeurs ne financent pas tout. La question est : quelle place on laisse au travail d accompagnement? N est-ce pas une compétence professionnelle d accompagner des sorties le soir? Au TREMPLIN ANEPA, on a aussi un atelier financé par le PLIE (Plan Local d Insertion par l Emploi). L objectif souterrain de pédago est que le détour créatif fait du bien. Comment on le traduit pour les financeurs? Pour le projet AOF franco/allemand, le problème est que tout le monde trouve notre projet super mais personne n a financé. Ni la Ville de Lyon, ni le Grand Lyon. C est un problème de financement. Parlonsen franchement. Ces projets sont portés par des structures qui y croient. Bénédicte Beaudot des Subsistances Existe-t-il un espace de réflexion avec les financeurs? Mme Peguy Tremplin Anepa Ca réunionite donc ça creuse. Mais jusqu où peut on saucissonner? On va faire de l autopsy par rapport à la démarche créative. Didier Richard des Célestins Théâtre de Lyon Je voulais parler des expériences réalisées et des résultats. De médiation et d insertion. Pour nous, l intérêt, pour un théâtre de centre ville avec spectateurs par an qui propose entre 25 et 40 spectacles par an, est d ouvrir nos portes aux personnes les plus exclues. Pour le commun des mortels, ce n est pas facile de franchir la porte. On a travaillé avec «culture pour tous» et on a ouvert nos portes. Puis, on a voulu aller plus loin. Permettre aux personnes de participer au processus de création artistique. On a essayé d ouvrir les temps de travail des artistes et des répétitions comme des temps de partage collectif. On a fait des propositions avec des publics mixés. Ce public est fait de plein de personnes différentes mais tous ensemble, pendant une heure où deux, partagent quelque chose de collectif. On n a pas voulu créer de temps que pour certains. On a créé de la médiation participative par rapport à ces ateliers de pratique artistique. On le faisait pour les scolaires et on a décidé de l ouvrir aux adultes car la prise de parole n est pas simple aujourd hui. Récemment, on a monté un atelier avec 5 rendez-vous, des temps d expérimentation de la scène, de l écriture. Cela participe au VIVRE ENSEMBLE. L important était qu il y avait des gens en insertion, des amateurs de théâtre, des personnes de la Guillotière, du 9 ème mais tous ensemble on a construit un spectacle. La seconde expérience emblématique a eu lieu pour «Lorenzaccio» présenté en juin 2010 sous chapiteau installé dans le parc des cités sociales de Gerland et en même temps aux Célestins. Une trentaine de jeunes devaient travailler à l accueil. On a voulu travailler avec les acteurs locaux du 7 ème et on a rencontré les équipes. On a ainsi pu embaucher 6 personnes qui ont renforcé notre équipe et qui ont travaillé avec nous. Les postes d agent d accueil ne demandent pas beaucoup de compétences techniques mais par contre du savoir-être. Ces 6 jeunes sont rentrés dans le processus de l entreprise. En plus, ils ont découvert Musset et on pu développer un regard critique car ils ont vu la pièce 6 fois. C est pour moi une valorisation de l individu. On essaie de faire envie et de créer le désir chez l autre. Grâce à ces processus de création et ces embauches, on va vers un engagement encore plus fort en direction des plus en difficultés. Ca va dans le sens de ce que vous cherchez dans l insertion. Que l autre aille plus loin, ose aller à la rencontre car la recherche d emploi, c est aller à la rencontre.

7 Jean-Pierre Sougy les films de l an présent Je suis ici le seul représentant des artistes. Ce travail est assez complexe. Par moment, on pourrait se dire qu on n est pas loin de l escroquerie. On travaille à faire des films. L escroquerie, c est une source de financement, de revenu, comme pour les institutions culturelles. Il y a quelque chose d un certain utilitarisme. Ces personnes en insertion sont utilisées pour toucher des subventions, faire vitrine par rapport à la Mairie. Il y a une question qui se pose. Les raisons pour lesquelles je suis là, à l IFRA, depuis le premier film «La méduse et l araignée». Pourquoi je mets à travailler là? Maintenant, je ne peux plus travailler ailleurs. Le cinéma ne veut plus de moi. Pour un artiste, cela devient complexe de travailler dans certains milieux formatés, comme la télé. Difficulté de proposer quelque chose hors des cadres de la Télé. Dans le cinéma, on passe 90% de notre temps à chercher des financements. Mon souci en tête est celui de l expérimentation. Ici, je peux expérimenter. Quand j étais aux «inattendus», tous les 4 mois, la Ville demandait un bilan. Or, je ne peux pas pour une démarche expérimentale. On avance pas à pas et on ne peut faire des bilans sans arrêt. Je suis en doute permanent. A l IFRA, je bénéficie d un «endroit utopique». On ne me paie pas beaucoup, uniquement la DRAC et la région, mais on ne me demande pas beaucoup de comptes. La DRAC vient voir ce qu on fait. On est vraiment dans l expérimentation, un chemin qu on essaie de tracer. J ai le sentiment d une escroquerie en écho par rapport au participant. Quel retour on a de ça? Les participants, je les considère comment? Ils font du théâtre mais ne sont pas payés. Je fais un travail de professionnel avec eux qui ne sont pas payés. Cela pose question. Je considère maintenant que chacun des participants est un auteur au même titre que moi. J ai donc mis en place un contrat d auteur. Si le projet trouve un écho favorable, toutes les sommes seront distribuées de façon équitable avec les participants. Mes références, c est notamment Jean Rouch, «cocorico monsieur poulet», les films participatifs. C est une nouvelle façon d aborder le documentaire et la fiction et de créer un pont entre les deux. Yamina Aït La question est la place du politique. Répondre à une commande. Les choses ont évolué, ce sont durcies. La question du sens de ces actions. Si ces questions ont été inscrites dans l insertion, c est grâce à l histoire, ce qui existait déjà. L insertion par l économique pataugeait et il fallait inventer. C était beaucoup lié à des personnalités qui voulaient tenter des choses. Il n y avait pas d objectif. En 1998, la Mission Insertion Culture est née en expérimental pour une étude par rapport au Défilé de la biennale de la Danse. On s est dit, y-a un vrai truc. Et il y a eu la première Mission insertion Culture. Avant il y avait une phrase : testez. Ne peut-on réinterroger le politique pour savoir ce qu il attend de nous? On a essayé de porter le message aux institutionnels. Là, maintenant, il est où le sens? Qu est-ce qu on attend de lui? On nous demandait de développer des aventures au départ en politique de la ville. En 2005, on me demandait des chiffres. Je me suis sentie manipulée. On sort du cadre professionnel. L institution, le financeur, qu est-ce qu on lui raconte? Depuis 2000, on revient en arrière. Jean-Pierre Sougy les films de l an présent Mes financeurs sont la région, la ville de Lyon et la DRAC dans le cadre de l action culturelle. Les relations changent en fonction des financeurs. Quand on va voir la ville de Lyon, ils ne viennent jamais nous voir. Pendant 10 ans, avec les inattendus, aucun responsable de la ville de Lyon n est venu au festival. Yamina Aït

8 On est dans la commande. Nicole, participante CULTUR AILES Escroquerie? Moi je pensais que ça pouvait m apporter quelque chose. J ai pas le sentiment d être escroquée. C est la participation à «cultur ailes» qui m a fait un tel bien. Je ne cherche pas de récompense mais moi, je cherche de la participation, le plaisir de faire. Je parle beaucoup mieux qu avant. Je peux m exprimer alors qu avant je n y arrivais pas. J espère de tout mon cœur que je vais trouver un emploi. Moi, je m y retrouve. C est un bien être que j ai pris. Bénédicte Beaudot des Subsistances Il y a deux choses. L insertion culture c est une mission de service public. On doit en tant qu institution culturelle s adresser à tous. C est important de se le redire. L important, c est de mettre en valeur ce qui est fait par rapport aux partenaires financiers ; Montrer la différence entre un rendez-vous chez le coiffeur et la culture. Comment peut-on mettre en valeur le rapport à l art? Comment on participe à la construction, reconstruction d une identité. Il faut résister face au financeur. Ne pas saucissonner. Il y a de plus en plus de demande par rapport à la Charte de Coopération culturelle. Et l évaluation va prendre de la place sur le temps de faire. Il y a une vrai réflexion à avoir par rapport à ce pourquoi on fait les choses. Travailler plus le fond que l enveloppe. Julien Frappa du TNG On a un budget de structure, des financements publics mais pas par rapport au CUCS. On est signataire de la Charte de Coopération Culturelle. On s est peut-être sentis obligés de signer. Mais il y a une liberté. Sandrine Delanoé Au pluriel J anime un atelier écriture à la maison de l emploi sur l antenne du 7 ème. Je suis financée 4000 par an. Cet atelier est menacé car j ai un financement CUCS Gerland et j ai dans mon atelier un très faible pourcentage de gens de Gerland. Le problème est la territorialité. J ai peu de monde, une trentaine de personnes en 2011 avec un noyau de personnes qui viennent beaucoup. Il n y a pas assez de turn over. Le temps le plus long, c est celui à remplir les tableaux devant l ordinateur. Conseil de quartier La notion de quartier ne semble pas essentielle à vos prestations. La prise en compte du quartier est-il une contrainte? Muriel Bétend de l IFRA Le problème qui nous a amené à monter cet atelier est celui des parcours longs. Que faire après? on nous dit : «besoin de turn over sur les actions». Que fait-on avec les obligations des financeurs? On a produit ensemble. Le gros problème est que le temps de l évolution des personnes est long. Conseil de quartier La politique de la Ville n a pas forcément du sens par rapport à un mode d approche de territorialisation. Le droit commun aurait toute sa place. L argent du CUCS pourrait être affecté dans du droit commun. Saucissonner, cibler, c est un choix politique. Ville de Toulouse : Vanessa Chien Chow Chine

9 Les fonds européens financent beaucoup de projets mais c est très long. Sur Toulouse, on a deux expérimentations. Les résultats attendus sont : être dans une recherche d emploi et rencontrer l entreprise. L autre cible ce sont les jeunes déscolarisés. Il y a donc deux expériences avec deux méthodes. La première c est l intermédiation. Faire découvrir des métiers, travailler sur les habiletés sociales. La seconde, c est aller chercher les jeunes, leur faire rencontrer la maison de l emploi ou la mission locale. Par le cinéma, on veut montrer à l entreprise qu ils peuvent être une valeur ajoutée à l entreprise. Muriel Bétend de l IFRA Il y a des critères CUCS. Par exemple, à moncey voltaire, les gens déménagent tous les 5 ans. Dans ce contexte, comment inscrire les personnes sur des projets longs quand les publics sont mouvants, déménagent parfois tous les deux ans? C est la crise et la crise n est pas prête de s arrêter. On manifeste contre l austérité. Il n y a pas d emploi. Myriam Albet Mission Insertion Culture Désolée d intervenir mais l heure tourne et nous arrivons au terme de cette matinée. Il serait intéressant de parler maintenant de la restitution de ce qui c est dit ce matin pour la clôture des journées «nos cultures de la Ville». Vous avez abordé un grand nombre de problématiques mais je rappelle que cet atelier est le seul parlant de l insertion socioprofessionnelle et il me semble important de bien centrer l intervention lors de ces journées sur les questions de la prise en compte par le secteur de l insertion socioprofessionnelle de la culture et des arts. Je rappelle aussi que Muriel Bétend et marie-eve Peguy qui seront les portes paroles de cet atelier n auront que 3 minutes d intervention lors de cette restitution en présence des politiques. Etes-vous tous d accord pour recentrer la restitution sur uniquement les problématiques vécues par l insertion, d autres ateliers traitant de la place des artistes, du rôle des institutions Tour de table validant à l unanimité cette proposition.

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne La compagnie Zéotrope : Depuis 1999, la compagnie Zéotrope réinvente sans cesse le rapport spectateur(s) et comédiens(s), privilégiant

Plus en détail

om * le meilleur pour vous Développez votre carrière * Libérez votre potentiel * Concrétisez votre réussite

om * le meilleur pour vous Développez votre carrière * Libérez votre potentiel * Concrétisez votre réussite Om* Cati Chambon Conseil, formation & coaching 11 chemin des Vivandes 26110 NYONS T 06 70 10 85 36 catichambon@culturecoaching.fr www.coachingculture.fr N Siret 502 989 700 000 21 Enregistré sous le numéro

Plus en détail

Commission culture Gerland

Commission culture Gerland Commission culture Gerland Volet culturel du CUCS, Engagement dans l amélioration de la participation et des processus démocratiques Compte-rendu 9 février 2012 Présents : Emmanuelle Jouas- Atelier des

Plus en détail

Volume 1 Numéro 2 Février 2009

Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Sommaire Lancement du concours Je prends ma place...1 Lancement du concours Je prends ma place Entrevue avec Annie Patenaude, lauréate 2008...2 En collaboration avec le Secrétariat

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Connaissance de soi. Expression de son potentiel. Danse Théâtre Relaxation. Aisance corporelle. Communication verbale et non verbale

Connaissance de soi. Expression de son potentiel. Danse Théâtre Relaxation. Aisance corporelle. Communication verbale et non verbale Connaissance de soi Expression de son potentiel Confiance en soi Gestion du stress Danse Théâtre Relaxation Aisance corporelle Communication verbale et non verbale Bilan des compétences Valorisation des

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES]

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] 2015 [LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] Programme de formations du 2ème semestre 2015 pour les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire [SOMMAIRE] LA CO-OPERATIVE... 3 Nos formations professionnelles

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

Culture. Type de subvention : Fonctionnement Aide au projet. Objectifs. Conditions de recevabilité de la demande. Critères d éligibilité de la demande

Culture. Type de subvention : Fonctionnement Aide au projet. Objectifs. Conditions de recevabilité de la demande. Critères d éligibilité de la demande Culture Politique : Arts plastiques et visuels : aide aux artistes professionnels ou en voie de professionnalisation pour la création et la diffusion de leurs oeuvres Type de subvention : Fonctionnement

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

NORD-PAS DE CALAIS. ASSOCIATION HORS CADRE Nicolas HUGUENIN / Bruno DURIEZ. 72, rue Gutenberg 59000 LILLE. Tél : 03 20 33 06 66 / fax : 03 20 33 06 77

NORD-PAS DE CALAIS. ASSOCIATION HORS CADRE Nicolas HUGUENIN / Bruno DURIEZ. 72, rue Gutenberg 59000 LILLE. Tél : 03 20 33 06 66 / fax : 03 20 33 06 77 NORD-PAS DE CALAIS ASSOCIATION HORS CADRE Nicolas HUGUENIN / Bruno DURIEZ 72, rue Gutenberg 59000 LILLE Tél : 03 20 33 06 66 / fax : 03 20 33 06 77 huguenin@horscadre.eu www.horscadre.eu TERRITOIRES 14

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

«LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT»

«LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT» «LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT» Ministère de l Éducation Nationale Protection Judiciaire de la Jeunesse Théâtre Liberté Contact : Betty Le Mellay, Responsable de

Plus en détail

le statut de l artiste et les cumuls d activités

le statut de l artiste et les cumuls d activités Association départementale pour le développement des arts vivants dans le Morbihan Fiche 19 Le statut de l artiste le statut de l artiste et les cumuls d activités Le statut de l artiste du spectacle 1)

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Cahier du participant. 3 e édition. Une présentation de la ville de Vaudreuil-Dorion

Cahier du participant. 3 e édition. Une présentation de la ville de Vaudreuil-Dorion Cahier du participant 3 e édition Une présentation de la ville de Vaudreuil-Dorion 23 Juin 2013 RÉSUMÉ DU PROJET Le défilé c est.. Avant tout, une création collective des citoyens de Vaudreuil-Dorion en

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Contenu du projet à définir entre intervenant et enseignant. Contenu du projet à définir entre intervenant et enseignant.

Contenu du projet à définir entre intervenant et enseignant. Contenu du projet à définir entre intervenant et enseignant. PARCOURS CULTUREL VILLE DE ST-JULIEN-EN-GENEVOIS Année scolaire 204/5 Dispositif : Ateliers de découverte et de pratique artistique Structures ressources : Service Culturel/MJC inscription par le biais

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité Conseil de Quartier Malcense - Egalité du 14 septembre 2009 1 Avant de commencer le Conseil de Quartier, Monsieur TALPAERT, Président du Conseil de Quartier excuse l absence de Madame DAHMANI L KASSIMI,

Plus en détail

Organisations présentes samedi 26 et dimanche 27

Organisations présentes samedi 26 et dimanche 27 Kit d accueil des organisations d Alternatiba Paris Le Village des Alternatives Organisations présentes samedi 26 et dimanche 27 Quartiers Climat, Culture et médias, Agriculture et alimentation, Habitat

Plus en détail

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer MODULE ÉVALUER SON PROJET COMPRENDRE UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer L ÉVALUATION DE L IMPACT SOCIAL L Impact Social

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Les grands centres ressources nationaux du spectacle vivant

Les grands centres ressources nationaux du spectacle vivant Fiche Mémo Ressources juridiques dans Ressources le spectacle vivant Vous travaillez dans le spectacle vivant et vous avez besoin d une information juridique? Voici une liste de ressources disponibles

Plus en détail

1- Présentation de la structure

1- Présentation de la structure 1- Présentation de la structure Cadre L école Paul Langevin se situe sur la commune de Pontivy, les locaux des classes de maternelle et d élémentaire se rejoignent par la cantine. L école maternelle compte

Plus en détail

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance L enfance au cœur de nos actions. La Fondation 29 Haussmann a retenu pour thème la lutte contre la rupture du lien

Plus en détail

La librairie de toutes les cuisines

La librairie de toutes les cuisines R a p p o r t Emilie Gschwind 2007/2008 EFAP 3 d e S t a g e La librairie de toutes les cuisines Sommaire Introduction... p1 I- l entrée : Esprit Badiane... p2 1) Son histoire... p3 2) Les associées...

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Construire son été. avec la Ville de Reims et sa direction de la Jeunesse

Construire son été. avec la Ville de Reims et sa direction de la Jeunesse Construire son été avec la Ville de Reims et sa direction de la Jeunesse Une école de vie La Ville de Reims accompagne avec exigence enfants et jeunes Le but? Permettre à chaque enfant et chaque jeune

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Showroom 2006 Journées Portes Ouvertes des Ateliers des Artistes Lyonnais DOSSIER DE

Showroom 2006 Journées Portes Ouvertes des Ateliers des Artistes Lyonnais DOSSIER DE 2006 PRESENTATION DU PROJET DOSSIER DE PRESSE Showroom (association loi 1901) Siège social 109, allée 8 E, rue Francis de Pressensé 69100 Villeurbanne mail : association.showroom@free.fr site : http://association.showroom.free.fr

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

PARABOLE. Compagnie du Subterfuge - Laureline Gelas. Création 2014. Solo de danse jeune public et tout public

PARABOLE. Compagnie du Subterfuge - Laureline Gelas. Création 2014. Solo de danse jeune public et tout public Compagnie du Subterfuge - Laureline Gelas Création 2014 PARABOLE Solo de danse jeune public et tout public Accompagnement de la création : École de Cirque de Lyon Scène découvertes La compagnie est soutenue

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE

QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE 1 QUI SUIS-JE? Par MONIQUE PRUDET, ASSISTANTE SOCIALE INDEPENDANTE 4 BIS RUE DE PARIS 94470 BOISSY ST LEGER 01 45 95 42 47 moniqueprudet@aol.com 2 MA GENESE : Je suis devenue assistante sociale non par

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Bénévolat Portefeuille de compétences Modes d emploi pour Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Tout bénévole Votre mode d emploi Le Portefeuille de compétences vous aide

Plus en détail

Indications pédagogiques D2 / 13

Indications pédagogiques D2 / 13 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques D2 / 13 D : Réaliser un message à l écrit Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis 1 Produire un message

Plus en détail

Compte rendu : Bourse Explora Sup

Compte rendu : Bourse Explora Sup Compte rendu : Bourse Explora Sup J ai effectué un stage d un mois et demi passionnant au sein de l école de langue anglaise LTC à Brighton. J ai eu par la suite la chance d être embauchée durant un mois

Plus en détail

Informations aux familles. Organisation Temps d Activités Périscolaires TAP à l école Jean de la Fontaine

Informations aux familles. Organisation Temps d Activités Périscolaires TAP à l école Jean de la Fontaine Informations aux familles Organisation Temps d Activités Périscolaires TAP à l école Jean de la Fontaine 15 rue de Kérourien - 29200 BREST 07-88-04-22-93 (Catherine PERRAMENT) Rentrée de septembre 2015

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Introduction. Consultation nationale sur l éducation artistique et culturelle : Pour un accès de tous à l art et à la culture

Introduction. Consultation nationale sur l éducation artistique et culturelle : Pour un accès de tous à l art et à la culture Introduction Depuis leur création par Coluche en 1985, les Restos du cœur poursuivent une mission fondamentale de lutte contre la pauvreté et l exclusion sous toutes ses formes en France, en apportant

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Rencontre avec un singe remarquable

Rencontre avec un singe remarquable Rencontre avec un singe remarquable Ce spectacle, inspiré du Kathakali, est une invitation au voyage, à la découverte d une culture aux multiples couleurs pour un récit plein de rêve et de magie Spectacle

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Agence de communication Evénementielle

Agence de communication Evénementielle Agence de communication Evénementielle L AGENCE Corp est née d un simple constat : nous ne sommes plus uniquement des consommateurs mais aussi des publics. Le brand content a réinventé le discours de la

Plus en détail

EN FRANÇAIS FACILE! #18. - page 2 - - page 4 - - page 6 - «ouvrir l espace par des actes» wax, bazin et cours de français. septembre / octobre 2013

EN FRANÇAIS FACILE! #18. - page 2 - - page 4 - - page 6 - «ouvrir l espace par des actes» wax, bazin et cours de français. septembre / octobre 2013 EN FRANÇAIS FACILE! - page 2 - fréquence ftm - page 4 - L autogestion : un horizon? - page 6 - «ouvrir l espace par des actes» - PAGE 8 - wax, bazin et cours de français septembre / octobre 2013 #18 supplément

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

DISPOSITIFS Accompagnement

DISPOSITIFS Accompagnement DISPOSITIFS Accompagnement JUILLET 2014 SOCIÉTÉ D'INVESTISSEMENT FRANCE ACTIVE /fr/outils/sifa.php Type d'aide : Accompagnement ; Prêt Financement remboursable /// Nature : prêt participatif ou compte

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Kit d accueil Bénévoles Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept. 2015, place de la République à Paris alternatiba.eu/paris La dynamique Alternatiba Le 6 octobre

Plus en détail

Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée. Productions La Châtre le 22 janvier 2013

Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée. Productions La Châtre le 22 janvier 2013 Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée Productions La Châtre le 22 janvier 2013 1- Transport participatif 2 2- Pôle de création «Georges Sound» 3 3- S ouvrir au monde par la Visioconférence

Plus en détail

Nom Prénom :... Mon livret de stage

Nom Prénom :... Mon livret de stage Nom Prénom :..... Mon livret de stage 1. Présentation Tuteur de stage : NOM et Prénom: Fonctions dans l entreprise : Téléphone et poste : Stagiaire NOM et Prénom : Né(e) le : Stage effectué du au Professeur

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Informations aux parents Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Recherche-action sous la direction du Professeur Willy Lahaye Chercheurs responsables : Bruno Humbeeck, Frédéric

Plus en détail

PASSAGES EN IMAGES DANUBE

PASSAGES EN IMAGES DANUBE PASSAGES EN IMAGES DANUBE (PARIS 19) SEMAINE SANS ÉCRAN Page 2 DANUBE EN FÊTE Page 3 MON ÉTÉ À DANUBE Page 4 SEMAINE DU LIVRE DANUBE Page 5 LE GUIDE DE MON QUARTIER Page 6 CHANTIER GRAPHIQUE VVV Page 7

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail

Réforme des rythmes scolaires Les nouvelles activités péri-éducatives. S e r v i c e péri-scolaire

Réforme des rythmes scolaires Les nouvelles activités péri-éducatives. S e r v i c e péri-scolaire Réforme des rythmes scolaires Les nouvelles activités péri-éducatives S e r v i c e péri-scolaire Bonjour, Je m appelle O.S.C.A.R. et je suis ton nouveau compagnon. Je fais un chouette métier. Je suis

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école.

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. établissement privé d enseignement supérieur technique

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

MASTER ARTS APPLIQUÉS : COULEUR, IMAGE, DESIGN

MASTER ARTS APPLIQUÉS : COULEUR, IMAGE, DESIGN MASTER ARTS APPLIQUÉS : COULEUR, IMAGE, DESIGN RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Arts, Lettres, Langues Présentation La spécialité se décline en trois entrées : * la particularité

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine Guide sur les VALEURS Angélike et Delphine Ce guide sur les valeurs s adresse autant à notre clientèle qu au personnel du Centre de réadaptation en déficience physique (CRDP) et constitue le code d éthique

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

Aidons les jeunes à devenir entrepreneur de leur vie! RESEAU ETINCELLE RESEAU ETINCELLE

Aidons les jeunes à devenir entrepreneur de leur vie! RESEAU ETINCELLE RESEAU ETINCELLE Aidons les jeunes à devenir entrepreneur de leur vie! RESEAU 1 1. Le Constat En France chaque année, 230.000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme ni qualification Le taux de chômage des actifs

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy

COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy XTRA LARGE Junior! COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy 27 ancienne Route de Malmedy - 4700

Plus en détail

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal Chanson Alex Beaupain Plus de peur que de mal Au premier toboggan 1 Déjà tu savais bien Les risques que l on prend Les paris 2 que l on tient Voler chez le marchand À vélo sans les mains Tirer 3 sur cette

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez.

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. DOSSIER 3 Quelle journée! Pêle-mêle 19 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. 1.... 2.... 3.... 4.... 5.... 6.... 66. Reconstituez les mots de la page Pêle-mêle.

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

Horizons Solidaires. Un portrait photographique et sonore de l Économie Sociale et Solidaire aujourd hui

Horizons Solidaires. Un portrait photographique et sonore de l Économie Sociale et Solidaire aujourd hui Horizons Solidaires Un portrait photographique et sonore de l Économie Sociale et Solidaire aujourd hui «Nous sommes à un moment de l histoire qui pose un défi radicalement nouveau à l espèce humaine :

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Le mécénat d entreprise

Le mécénat d entreprise Le mécénat d entreprise Ubiqus Paris, le 1 er octobre ] Sommaire Ouverture... 3 Georges CHABIN, Directeur de la communication... Qu est-ce que le mécénat?... 3 Maxine HEBERT, Responsable du Mécénat, société

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail