L OBJECTIF A ATTEINDRE EST UNE CHARGE VIRALE INDETECTABLE A L ACCOUCHEMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L OBJECTIF A ATTEINDRE EST UNE CHARGE VIRALE INDETECTABLE A L ACCOUCHEMENT"

Transcription

1 A. INTRODUCTION 1. Généralités Grâce aux traitements antirétroviraux, la Transmission Mère-Enfant (TME) du VIH-1 en France est en moyenne de 0,6% (contre % en l absence de traitement). Chez les femmes régulièrement suivies et traitées avec une charge virale indétectable avant la conception, le risque de transmission est proche de zéro. Le dépistage de l infection par le VIH conditionne l accès aux soins de la femme et la prévention de la TME. Il doit être proposé systématiquement à toute femme enceinte. Il y aurait en France chaque année environ accouchements chez des femmes séropositives. La plupart de ces femmes ont été contaminées par voie hétérosexuelle, 80% sont originaires d Afrique subsaharienne (ASS). 14% des femmes découvrent leur séropositivité pendant la grossesse (11% des femmes nées en France 33% des femmes nées en ASS)- Enquête Périnatale Française (EPF) La prise en charge doit être multidisciplinaire : médecin traitant, virologue, médecin infectiologue, obstétricien, pédiatre, mais aussi psychologue, voire travailleur social, PMI. Facteurs de risque de la transmission materno-fœtale (TME) - Les défauts d observance avec mauvais contrôle de la réplication virale - La prise en charge tardive (au 3 ème trimestre de la grossesse, au moment de l accouchement) - Le début tardif du traitement antirétroviral - Les complications obstétricales (l accouchement prématuré, la RPM, les chorio-amniotites, les IST) N.B : En termes d efficacité de la prévention de la transmission mère-enfant, le contrôle de la charge virale (CV) plasmatique et la durée d indétectabilité sont déterminants. Chez les femmes recevant un traitement antirétroviral, le taux de TME dans l EPF est de : - 0,3 % lorsqu une charge virale VIH-1 à l accouchement est < 50 copies/ml, - 0,4 % lorsqu une charge virale VIH-1 à l accouchement est < copies/ml, - 5, % lorsqu une charge virale VIH-1 à l accouchement est > copies/ml. - Pour les femmes qui démarrent une grossesse avec une CV indétectable (<50 copies) avec une CV qui reste indétectable jusqu à l accouchement, le risque de transmission est proche de zéro. L OBJECTIF A ATTEINDRE EST UNE CHARGE VIRALE INDETECTABLE A L ACCOUCHEMENT 3. Prévention TME Deux points sont fondamentaux : - Le suivi pluridisciplinaire par obstétricien référent - médecin spécialiste du VIH et pédiatre qui suivra l enfant. En fonction des besoins : recours possible à une sage- femme, une psychologue et une assistante sociale. Des staffs pluridisciplinaires avec le virologue ou le pharmacologue peuvent être nécessaires pour optimiser la prise en charge (pour atteindre l objectif d indétectabilité de la charge virale (CV) à proximité de l accouchement - Lorsque la femme obtient une charge virale indétectable au long cours pendant la grossesse, il suffit d y associer des mesures prophylactiques simples à l accouchement et chez le nouveau-né. En revanche, lorsque la réplication virale est peu ou mal contrôlée pendant la grossesse, il y a une nécessité de renforcer la prophylaxie à l accouchement et chez le nouveau-né. La prévention de la TME repose sur la prise en charge combinée : ANTEPARTUM PERPARTUM ET DU NOUVEAU NE HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page 1/

2 A. DEPISTAGE 1. Quand? CONDUITE A TENIR PENDANT LA GROSSESSE - Au premier examen prénatal, le dépistage doit être systématiquement proposé (loi n du 27 juillet 13). Si la femme refuse (situation exceptionnelle), il est important de lui proposer à nouveau le dépistage plus tard dans la grossesse et à l accouchement. - Au 6 ème mois de grossesse dans certaines circonstances : proposer un nouveau test. Chez les femmes exposées à un risque accru (ex : partenaire infecté par le VIH ; n ayant pas effectué de test de dépistage ; originaire de pays de forte endémie ; ) : pour détecter les séroconversions en cours de la grossesse, en même temps que le dépistage obligatoire de l hépatite B. La primo-infection VIH en cours de grossesse est associée à un risque très élevé de TME. - Au premier examen d une prise en charge tardive - Lors de l accouchement chez une femme qui n a pas bénéficié d un test en cours de grossesse ou chez une femme vivant avec un partenaire séropositif et non dépistée depuis plus de 6 semaines, le dépistage VIH devra être proposé au moyen d un test rapide (TROD) - y compris en salle d accouchement - ou d une sérologie en urgence. La femme doit être informée des résultats du test. Un résultat de TROD positif doit être confirmé par un test de dépistage classique sur un 2 e prélèvement, sans retarder la prise en charge urgente. Dépistage du partenaire de la femme enceinte Le test fait partie de l examen du 4 ème mois du futur père, prévu par l assurance-maladie dans le cadre du suivi de grossesse. 3. En cas de dépistage positif a. Pendant la grossesse Un test de confirmation par Western Blot est réalisé sur le 1er prélèvement et un 2ème prélèvement est effectué pour un second test ELISA. En cas de confirmation d infection VIH, la patiente doit bénéficier rapidement (dans les 72 heures) d une prise en charge dans un service spécialisé : Médecins référents VIH - services d infectiologie réseau ELENA : CHU Hôpital Nord (Saint-Etienne) : (Secrétariat) (Infirmières Cs/HDJ) Hors heures ouvrables : (Salle de soins hospit complète) CH de Roanne : b. Découvert à l accouchement - En cas de TROD ou de sérologie positive lors de l accouchement, prélever le bilan suivant : o Sérologie VIH (Elisa et Test de Western-Blot) pour confirmation si TROD o Lymphocytes CD4 o Charge virale et génotype de résistance o Sérologies : TPHA-VDRL, VHB, VHC, Toxoplasmose et CMV - Prévenir les référents VIH des services d infectiologie : cf. numéros ci-dessus - Patiente à considérer comme à haut risque de transmission : cf. CAT pour l accouchement B. Page 5 HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page 2/

3 4. En cas de refus d une femme enceinte de réaliser une sérologie VIH N.B : Pas de recommandations nationales ou internationales dans ce cas sur la conduite à tenir vis-à-vis du NN. Proposition pour le réseau ELENA : - Proposer de faire une sérologie HIV au nouveau-né, avec l accord des parents, le plus tôt possible au cours du séjour afin de pouvoir débuter le traitement si nécessaire - Si refus des parents : à indiquer dans le courrier de sortie et le dossier médical de l enfant pour surveillance B. PREVENTION DE LA TRANSMISSION MERE ENFANT 1. Prise en charge antepartum : suivi mensuel par le référent VIH OBJECTIF A ATTEINDRE = CHARGE VIRALE INDETECTABLE A L ACCOUCHEMENT a. Traitement anti-rétroviral On différencie différentes situations : 1. Patiente déjà traitée et charge virale contrôlée (< 50 copies) : on poursuit le traitement avec éventuelles modifications Patiente non traitée : le traitement sera débuté le plus tôt possible (quel que soit le taux de CD4). Il s agit habituellement d une trithérapie de deux INTI et un IP/r. 3. Patiente en primo-infection : le risque de transmission est très élevé compte tenu du haut niveau de charge virale. Cette situation impose la mise en place immédiate d un traitement antirétroviral puissant sans attendre le résultat du test génotypique de résistance. Le traitement comporte deux INTI et un IP/r en rajoutant un inhibiteur d intégrase ou de fusion si le diagnostic est fait au 3 ème trimestre. 4. Dans le cas d une prise en charge tardive (3 ème trimestre, terme proche voire accouchement) ou situation d échec thérapeutique : situation à haut risque de transmission. Nécessite la mise en route rapide d un traitement sans attendre les résultats du bilan immunovirologique (ttt qui peut être renforcé = trithérapie associant deux INTI et un IP/r recommandée. Ajout de raltégravir ou d enfuvirtide à envisager en fonction du niveau de la CV initiale et/ou du délai attendu de l efficacité virologique). Discuter une hospitalisation (classique ou à domicile). Dans cette situation il est possible qu à 36 SA le contrôle virologique ne soit pas obtenu. Patiente à considérer comme à haut risque de transmission à l accouchement : cf. CAT pour l accouchement B. Page 5. Penser à la programmation d une césarienne à 38-3 SA. b. Surveillance biologique Doit être rapprochée pour s assurer de l efficacité et de la tolérance du traitement : - Charge virale VIH tous les mois. o Situations d échec thérapeutique : analyse des raisons (dosages-génotype ; situation sociale) ; il s agit le plus souvent de difficultés d observance. Recours à l ETP ; changement de traitement, une hospitalisation peut s envisager. La mesure de la CV à SA permet de décider du mode d accouchement : o Si la CV à SA est > 50 copies : il faut tenter d optimiser le traitement (rechercher un problème d observance ou d éventuelles interactions médicamenteuses) et discuter l intensification ou le changement de traitement selon les dosages des ARV et le test génotypique de résistance demandés en urgence. Le suivi ultérieur est rapproché pour décider du mode d accouchement, de la nécessité de la perfusion d AZT et de l intensification de la prophylaxie néonatale - Lymphocytes CD4 : 1 fois par trimestre - NF plaquettes, bilan hépatique, créatinine : tous les 2 mois puis tous les mois à partir du 6 ème mois de grossesse HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page 3/

4 Suivi antepartum obstétrical - Examen clinique mensuel - Bandelette urinaire tous les mois - Sérologie toxoplasmose mensuelle si négative - Dépistage du diabète : Glycémie à jeun au 1 er trimestre et HGPO au 6 ème mois (risque majoré d intolérance au glucose/diabète sous IP) - Supplémentation systématique Vitamine D UI par voie orale à chaque trimestre de grossesse - Supplémentation en acide folique : 0,4 mg/j dès le souhait de grossesse - Supplémentation en fer cf. protocole anémie ferriprive et grossesse - Echographie obstétricale mensuelle à partir du 2 ème trimestre, avec dopplers (risque de RCIU) Ne pas oublier : - le suivi gynécologique doit être poursuivi y compris pendant la grossesse, notamment le frottis cervical. - la prévention de l accouchement prématuré ; - la détection et le traitement des IST associées et des vaginoses bactériennes A discuter : - En cas de risque de trisomie 21 <1/250, privilégier DPNI (Dépistage Prénatal Non Invasif) à l amniocentèse. Le risque de TME lors d une amniocentèse est faible lorsque la femme est traitée par antirétroviraux (ttt à débuter au moins 15 jours avant le geste) HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page 4/

5 CONDUITE A TENIR POUR L ACCOUCHEMENT et SUITES DE COUCHES MATERNELLES Pour l adaptation du traitement chez l enfant : prélever une charge virale HIV à l entrée de la patiente. A. EN CAS DE RUPTURE PREMATUREE DES MEMBRANES L attitude dépend de l âge gestationnel : - A partir de 34 SA : o déclenchement immédiat si CV contrôlée (<50 copies/ml) et Bishop 6 o ou césarienne si CV non contrôlée ou Bishop <6 - Avant 34 SA : plus le terme est précoce, plus il est légitime de retarder la naissance pour éviter une grande prématurité. La décision doit tenir compte du contrôle virologique et du degré de prématurité. En cas d expectative, la corticothérapie maturative et l antibiothérapie sont systématiques ; l extraction s impose au moindre signe de chorioamniotite. B. DÉCLENCHEMENT HORS RPM Maturation cervicale possible si CV < 50 copies/ml depuis plusieurs semaines C. AMNIOCENTÈSE Biopsie de trophoblaste déconseillée Amniocentèse à réaliser après obtention d une CV indétectable ou après 15 jours de traitement antirétroviral. Si la CV n est pas encore indétectable, le geste sera encadré d une perfusion de Zidovudine. D. CERCLAGE En cas d indication d un cerclage du col utérin, le traitement antirétroviral doit aussi être débuté au moins 15 jours avant le geste. E. VERSION PAR MANOEUVRE EXTERNE Envisageable si CV < 50 copies/ml au long cours F. TRAITEMENT MATERNEL PENDANT L ACCOUCHEMENT Dans tous les cas, il faut insister pour que la femme reçoive son traitement antirétroviral oral y compris le jour de l accouchement, même en cas de césarienne. 1. Perfusion d AZT = Zidovudine (Retrovir ) : a) en systématique si au bilan de SA, CV >400 copies /ml ou si complications obstétricales quelle que soit la charge virale : o chorioamniotite o métrorragies antepartum o accouchement prématuré avant 33 SA b) Si la CV est comprise entre 50 et 400 copies/ml, hors complications ci-dessus : discussion pluridisciplinaire, au cas par cas. En cas de doute sur l indication, toujours préférer faire l AZT. c) Si CV < 50 copies/ml : Pas d indication sauf complications ci-dessus AZT (Retrovir ) : solution injectable à 200 mg/20 ml, à diluer dans du Glucosé à 5 % Dose : 1 mg/kg sur 1 h puis 0,5 mg/kg/h jusqu au clampage du cordon (attention posologie réduite de moitié par rapport aux recommandations antérieures) Perfusion IV à débuter : - dès l entrée en travail (accouchement voie basse) - ou une heure avant la césarienne Si un traitement per-partum a été mis en place : Arrêt de la perfusion d AZT au moment du clampage du cordon HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page 5/

6 Renforcement du traitement maternel si haut risque de transmission à l accouchement (= femmes non traitées) Névirapine (Viramune ) : 1 cp de 200 mg en début de travail et une dose 2mg/kg chez le Nné à J2 NB : Prévoir l AZT et la Nevirapine pour la mère et l enfant en salle de naissance quelques semaines avant la date prévue. Dans tous les cas où le traitement est débuté trop tardivement pour obtenir un contrôle virologique, il est recommandé de réaliser une césarienne sous perfusion de zidovudine et d intensifier le traitement post-exposition par une trithérapie chez l enfant. G. CHOIX DU MODE D ACCOUCHEMENT 1. Si CV* > 400 copies /ml Césarienne programmée à 38-3 SA sauf si accouchement imminent : plus de bénéfice à réaliser une césarienne. Si la CV* est comprise entre 50 et 400 copies/ml Discussion pluridisciplinaire au cas par cas (rechercher interactions-vérifier l observance-faire dosages des ARV et génotype de R - renforcer le TAR et contrôler la CV 10 jours plus tard pour décider du mode d accouchement (si CV < 50 copies voie basse acceptée - si reste entre 50 et 400 copies : décision fonction de l évolution de la CV, des conditions obstétricales et de l avis de la femme). Si pas d anticipation possible : privilégier la césarienne. 3. Si CV* < 50 copies/ml Voie Basse recommandée (en l absence de contre-indication obstétricale) * CV de SA pour un accouchement à terme ou la dernière CV disponible pour un accouchement prématuré H. SI VOIE BASSE - En cas d accouchement par voie basse, préserver la poche des eaux le plus longtemps possible. - L extraction par forceps n est pas associée à un risque accru de transmission mais il faut éviter les lésions cutanées. - Pas de geste invasif (ex : pas d électrode de scalp ou d amnioscopie) I. SURVEILLANCE DE LA MERE APRES L ACCOUCHEMENT o L allaitement est contre-indiqué (cf. protocole arrêt de la lactation) o Poursuite du traitement antirétroviral o Envisager la contraception par oestroprogestatif 30γ ou DIU (éviter OP minidosé, microprogestatif et implant car interaction médicamenteuse avec antirétroviraux) o o Vaccination antirubéole si sérologie négative Consultation avec le référent VIH à prévoir à S4-S6 HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page 6/

7 CONDUITE A TENIR CHEZ LE NOUVEAU-NE A. CONDUITE A TENIR EN SALLE DE NAISSANCE - Aspiration gastrique à éviter ; si indispensable : aspiration la moins traumatique possible (VIH dans les sécrétions nasopharyngées et gastriques) - Désinfection oculaire - Nettoyer l enfant avec eau tempéré savon (sans solution virucide) pour enlever les traces de sang - Contre-indication à l allaitement maternel B. PROPHYLAXIE MÉDICAMENTEUSE - À débuter dans les 12 1ères heures de vie - varie selon l âge gestationnel et le risque de transmission : Nouveau-né à faible risque de transmission Traitement prophylactique maternel optimal Charge virale maternelle à l accouchement <400 copies/ml Accouchement eutocique Nouveau-né à risque élevé de transmission : Pas de traitement maternel pendant la grossesse Traitement trop tardif avec une charge virale non contrôlée Charge virale maternelle à l accouchement >400 copies/ml Rupture prématurée des membranes > 12h Chorioamniotite Métrorragies antepartum Blessure du nouveau-né à l extraction HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page 7/

8 Les antirétroviraux (cf. tableaux ci-dessous) sont tous à débuter dans les 12 premières heures de vie Nné AG < 37 SA Nné AG > 37 SA Faible risque de transmission Doses et durée du traitement dans tableau suivant Retrovir (Zidovudine) PO ou IV Si prises PO diluer la solution à 1/1O du fait de sa forte osmolarité avec risque d enterocolite Dosage à J4 et adaptation de la dose en fonction du résultat* Retrovir (Zidovudine) PO ou IV 2 prises/jour sur 4 semaines Fort risque de transmission A discuter avec l infectiologue et le pédiatre Doses et durée du traitement dans tableau suivant Pas de risque d entéro pathie Risque d entéro pathie Retrovir (Zidovudine) PO Diluer la solution à 1/1O du fait de sa forte osmolarité avec risque d enterocolite Epivir (Lamivudine) Viramune (Névirapine) (2 semaines) Diluer la solution à 1/1O Retrovir (Zidovudine) PO ou IV Diluer la solution à 1/1O du fait de sa forte osmolarité avec risque d enterocolite Viramune (Névirapine) à H0, H48 et J6 La 2 ème et 3 ème doses seront discutées selon l état digestif Diluer la solution à 1/1O Retrovir (Zidovudine) PO ou IV (4 semaines) Epivir (Lamivudine) (4 semaines) Viramune (Névirapine) (2 semaines) * Résultat en 24 à 36h après réception du prélèvement adressé au Dr GAGNIEU Laboratoire de biochimie et de biologie moléculaire Hôpital Edouard Herriot : Bien communiquer un numéro de fax pour réception rapide des résultats. Pour adaptation des doses, contacter : - Pédiatres du CHU de St-Etienne : Dr K. BILLIEMAZ, Dr L. TRAPES via numéro service réanimation néonatale : Ou Infectiologue Dr A. FRESARD : Molécule Retrovir (Zidovudine) AZT Formulation particularités Sirop 10 mg/ml PN < 1000g Posologie PO 0,5mg/kg/12h de J0 à J30 ou IV 0,3mg/kg/12h de J0 à J30 Durée 4 semaines Calculer sur le PN et pas d adaptation secondaire Epivir (Lamivudine) 3TC Viramune (Névirapine) Seulement si VIH 1 et pas de résistance virale maternelle ou IV 200 mg/ml Sirop 10mg/ml Sirop 10mg/ml PN > 1000g Monodose Dans le cas de l entéropathie du prématuré Traitement continu PO 2mg/kg/12h de J0 à J15 puis 4mg/kg/12h de J15 à J30 ou IV 1,5mg/kg/12h de J0 à J15 puis 3mg/kg/12h de J15 à J30 PO 2mg/kg/12h de J0 à J30 2mg/kg/dose en 1 prise/jour (dilution au 1/10) - Si PN>2,5kg : 15mg/jour - Si 2<PN<2,5kg : 10mg/jour - Si PN<2kg : 2mg/kg/jour 4 semaines 4 semaines H0 (H48) (J6) 2 semaines HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page 8/

9 C. SURVEILLANCE DU NOUVEAU-NÉ Surveillance J3 J8 J15 M1 M3 M6 M12 M18 Examen clinique X X X X X X X NFP X X X X X X X X SGOT-SGPT-Bili-LDH-CPK lactate lipase PCR ADN VIH lymphocytaire et ARN VIH plasmatique (deux tubes EDTA violet 2 x 2ml de sang minimum) Sérologie VIH X X X X X X X X X X X X X Charge virale CMV X D. ARRÊT DU TRAITEMENT SI - Hb < 8g/l ; - PNN< 750 ; - Plaquettes < Transaminases > 5 fois la normale - Augmentation des lactates Sources Groupe de rédaction et de validation Version RP LNA-3 Mise à jour sept 2016 Rapport Yéni 2010 : prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH Rapport Morlat 2013 actualisation 2015 Dr A. FRESARD, Dr K. BILLIEMAZ, Dr G. CHENE Dr T. BARJAT, Dr K. BILLIEMAZ, Dr A. FRESARD, Dr L. TRAPES Dr K. BILLIEMAZ, Dr L. TRAPES HIV : Grossesse, Accouchement et CAT chez le nouveau-né Mis à jour septembre 2016 RP LNA 3 Page /

Femme et VIH. Prise en charge de la femme pendant la grossesse. P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard

Femme et VIH. Prise en charge de la femme pendant la grossesse. P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard Université Lille II, Faculté de Médecine, 23 octobre 2007 Femme et VIH Prise en charge de la femme pendant la grossesse P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard Grossesse et infection par VIH

Plus en détail

Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés

Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés Traitement antiviral chez la femme enceinte Rapport DORMONT 1996-1997 Etude ACTG 076/ANRS 024:1994 AZT à partir de 14 SA Diminution

Plus en détail

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement Dr Nicolas Sananès 27 novembre 2012 Plan Problématique Dépistage pendant la grossesse Suivi de la grossesse Modalités d

Plus en détail

Accouchement d une patiente VIH Le point de vue de l obstétricien.

Accouchement d une patiente VIH Le point de vue de l obstétricien. Accouchement d une patiente VIH Le point de vue de l obstétricien. J. Massardier, A. Bordes, C. Battie, M. Doret, M. Massoud, M Kaemmerlen, P. Gaucherand Service d Obstétrique, Diagnostic Anténatal et

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Infection par le VIH et Grossesse Prévention de la Transmission Mère- Enfant (PTME)

Infection par le VIH et Grossesse Prévention de la Transmission Mère- Enfant (PTME) COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL Infection par le VIH et Grossesse Prévention de la Transmission Mère- Enfant (PTME) Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Pôle de médecine,

Plus en détail

GROUPE HOSPITALIER PITIE SALPETRIERE Service de gynécologie Obstétrique Professeur M DOMMERGUES

GROUPE HOSPITALIER PITIE SALPETRIERE Service de gynécologie Obstétrique Professeur M DOMMERGUES GROUPE HOSPITALIER PITIE SALPETRIERE Service de gynécologie Obstétrique Professeur M DOMMERGUES Auteurs : M DOMMERGUES (GO) R TUBIANA (maladies infectieuses) I MELONIO (GO) J NIZARD (GO) Date rédaction

Plus en détail

Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009

Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009 Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009 TME Identifiée dès les années 80 Taux de TME du VIH-1 variable selon les zones géographiques Afrique: 30 % (50%)

Plus en détail

VIH et GROSSESSE. Docteur Fabienne MESSAOUDI

VIH et GROSSESSE. Docteur Fabienne MESSAOUDI VIH et GROSSESSE Docteur Fabienne MESSAOUDI Praticien Hospitalier en gynécologie-obstétrique Centre Hospitalier de Versailles Journées d échanges Annaba Solimed/Aniss Mars 2013 INTRODUCTION L association

Plus en détail

VIH et GROSSESSE. Docteur Fabienne MESSAOUDI

VIH et GROSSESSE. Docteur Fabienne MESSAOUDI VIH et GROSSESSE Docteur Fabienne MESSAOUDI Praticien Hospitalier en gynécologie-obstétrique Centre Hospitalier de Versailles Journées d échanges Tiaret mai 2014 INTRODUCTION L association grossesse et

Plus en détail

TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET VHC*

TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET VHC* Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie TRAITEMENT POST EXPOSITION SEXUELLE AU VIH, VHB ET

Plus en détail

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations LE DEPISTAGE du VIH en 2010 Enjeux et recommandations Les enjeux: une activité de dépistage élevée: 5 millions de tests /an.et pourtant Une incidence de l infection VIH élevée et désespérément stable :

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

Thèse pour l obtention du Doctorat en Médecine (Diplôme d État) Francette Alta MOULANGA

Thèse pour l obtention du Doctorat en Médecine (Diplôme d État) Francette Alta MOULANGA Prévention de la Transmission Mère- Enfant (PTME) du VIH. Expérience du Centre Hospitalier de Libreville (Gabon). Thèse pour l obtention du Doctorat en Médecine (Diplôme d État) Francette Alta MOULANGA

Plus en détail

VIH et suivi de grossesse. Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, Marseille

VIH et suivi de grossesse. Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, Marseille VIH et suivi de grossesse Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, 13005 Marseille Epidémiologie 1- L ampleur du problème dans le monde 2- Le rôle

Plus en détail

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Elargoubi Aida 15/04/2016 Virus et Grossesse Passage transpalcentaire Conséquences sur la maman et le bébé VIRUS

Plus en détail

L infection par le VIH en obstétrique

L infection par le VIH en obstétrique L infection par le VIH en obstétrique Pr. Ludovic CRAVELLO Maternité de La Conception CHU - MARSEILLE Epidémiologie 1- L ampleur du problème dans le monde 2- Le rôle de la TMF dans l épidémie L ensemble

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

cas n 1 : TROD ou pas TROD? Cas clinique 3 Qu en pensez vous? Quel risque? CAT?

cas n 1 : TROD ou pas TROD? Cas clinique 3 Qu en pensez vous? Quel risque? CAT? Intérêt des TROD dans la prise en charge des Expositions à risque de transmission virale Cas cliniques Elisabeth Bouvet Elisabeth Rouveix 2014 cas n 1 : TROD ou pas TROD? Homme de 32 ans, vient pour réaliser

Plus en détail

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010 Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte Recommandations 2010 Pourquoi de nouvelles recommandations? Etudes de cohorte (When to Start Consortium, NA Accord, HIV Causal

Plus en détail

Prise en charge des accidents d exposition au risque viral

Prise en charge des accidents d exposition au risque viral Prise en charge des accidents d exposition au risque viral Evaluation et amélioration des pratiques professionnelles au service d urgences du CHU de Nancy Dr. S MORINEAUX urgences/samu/smur CHRU Nancy

Plus en détail

VIH et nouveau-né. Dr Véronique Reliquet, PH Infectiologie Nantes 31 mars 2016

VIH et nouveau-né. Dr Véronique Reliquet, PH Infectiologie Nantes 31 mars 2016 VIH et nouveau-né Dr Véronique Reliquet, PH Infectiologie Nantes 31 mars 2016 EPIDEMIOLOGIE, données 1997-2013 EPF: > 19 000 couples mère-enfant TMF VIH en fonction CV maternelle: CV maternelle > 10 000

Plus en détail

VIH et GROSSESSE. Docteur Fabienne MESSAOUDI. Praticien Hospitalier en gynécologie Centre Hospitalier de Versailles échanges Solimed/Aniss Mars 2011

VIH et GROSSESSE. Docteur Fabienne MESSAOUDI. Praticien Hospitalier en gynécologie Centre Hospitalier de Versailles échanges Solimed/Aniss Mars 2011 VIH et GROSSESSE Docteur Fabienne MESSAOUDI Praticien Hospitalier en gynécologie cologie-obstétriquetrique Centre Hospitalier de Versailles Journées d éd échanges Solimed/Aniss Mars 2011 INTRODUCTION L

Plus en détail

Définition et objectif - Indication des bilans et traitements chez les enfants dont la mère a présenté une séroconversion toxoplasmique

Définition et objectif - Indication des bilans et traitements chez les enfants dont la mère a présenté une séroconversion toxoplasmique Mots-clés : Toxoplasmose congénitale Nom Fonction Date Signature Rédaction André LOCQUET Hop Saint Vincent 11/05/07 Véronique ROULAND Hop Jeanne de Flandre 11/05/07 Chantal SAMAILLE CH. Roubaix 11/05/07

Plus en détail

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés INVS: Contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB

Plus en détail

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego VG, la référence pour le nouveau concours! UE - Derniers tours unités d enseignement médical Collection dirigée par L. LE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH Editions Vernazobres-Grego

Plus en détail

Grossesse & Transplantation rénale

Grossesse & Transplantation rénale Grossesse & Transplantation rénale 22/09/2015 Juliette Perche Plan Introduction En prétransplantation : - Quelles informations? - Quelle contraception? - Vaccin En pré conceptionnel : - Quand et pourquoi

Plus en détail

Prévention diversifiée

Prévention diversifiée 11/10/2016, Versailles Prévention diversifiée Pr Sophie Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude-Bernard Prévention diversifiée (Généralités) Prévention de la transmission

Plus en détail

ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA Union-Discipline-Travail PROGRAMME NATIONAL DE PRISE

ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA Union-Discipline-Travail PROGRAMME NATIONAL DE PRISE MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA ---------------- ----------------- Union-Discipline-Travail PROGRAMME NATIONAL DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES PVVIH -----------------

Plus en détail

PLACE DU MEDECIN GENERALISTE DANS LA PRISE EN CHARGE DU VIH. FMC ARES le, 1 er Décembre 2010 Dr Emmanuel HIRAUX Médecin généraliste ( colombes,92)

PLACE DU MEDECIN GENERALISTE DANS LA PRISE EN CHARGE DU VIH. FMC ARES le, 1 er Décembre 2010 Dr Emmanuel HIRAUX Médecin généraliste ( colombes,92) PLACE DU MEDECIN GENERALISTE DANS LA PRISE EN CHARGE DU VIH FMC ARES le, 1 er Décembre 2010 Dr Emmanuel HIRAUX Médecin généraliste ( colombes,92) CONTEXTE Prise en charge du VIH très hospitalo-centrée!

Plus en détail

(Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? Muqueuses

(Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? Muqueuses Je suis victime d un AES (Accident d Exposition au Sang ou à un liquide biologique contaminant) Que dois je faire? IMMEDIATEMENT Peau J effectue les premiers gestes : Je ne fais pas saigner (laisser saigner

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION MERE- ENFANT DU VHB. Anne BOURRIER DES Vendredi 13 Février 2009

PREVENTION DE LA TRANSMISSION MERE- ENFANT DU VHB. Anne BOURRIER DES Vendredi 13 Février 2009 PREVENTION DE LA TRANSMISSION MERE- ENFANT DU VHB Anne BOURRIER DES Vendredi 13 Février 2009 INTRODUCTION Chez la femme enceinte, l'infection par le virus de l'hépatite B (VHB) est dominée par le risque

Plus en détail

DEPISTAGE PRENATAL NON INVASIF (DPNI) DES TRISOMIES 13,18,21

DEPISTAGE PRENATAL NON INVASIF (DPNI) DES TRISOMIES 13,18,21 Consentement Indications Grossesse Patiente DEPISTAGE PRENATAL NON INVASIF (DPNI) DES TRISOMIES 13,18,21 L a b o ratoire BIOXA - PO R T E D E PARIS 27, rue du Colonel Fabien 51100 REIMS 03.26.04.07.89-03.26.08.76.50

Plus en détail

Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH

Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH Dr. David Rey Le Trait d Union NHC Hôpitaux Universitaires Strasbourg 8 septembre 2009 Transmission sexuelle, charge virale et ARV Transmission

Plus en détail

ASPECTS LÉGAUX DU SUIVI DE LA GROSSESSE

ASPECTS LÉGAUX DU SUIVI DE LA GROSSESSE ASPECTS LÉGAUX DU SUIVI DE LA GROSSESSE INTRODUCTION Suivi de la grossesse = médecine préventive, rarement interventionnelle Poids médico-légal ++ Législation importante et évolutive Période à haut risque

Plus en détail

UE 2 Gynécologie Obstétrique - Pédiatrie

UE 2 Gynécologie Obstétrique - Pédiatrie UE 2 Gynécologie Obstétrique - Pédiatrie I. L examen prénuptial 1. Examens complémentaires obligatoires (en cas de consultation prénuptiale) Sérologie Rubéole et Toxoplasmose chez la femme Groupe sanguin

Plus en détail

QUIZZ N 3. Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012

QUIZZ N 3. Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012 QUIZZ N 3 Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012 1 Cas clinique Un homme de 28 ans se présente aux urgences parce qu il a eu une fellation réceptive non protégée il y a 12 heures avec un partenaire occasionnel

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013 Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

Prise en charge des couples à risque viral

Prise en charge des couples à risque viral Prise en charge des couples à risque viral Expérience de l équipe A.M.P Risque Viral Marseille Véronique CHABERT-ORSINI Institut de médecine de la reproduction I.M.R Marseille Marseille, 06 juin 2008 PRISE

Plus en détail

Grossesse, Accouchement, Allaitement avec le Virus de l Immunodéficience Humaine. Par Laetitia, Sage-Femme

Grossesse, Accouchement, Allaitement avec le Virus de l Immunodéficience Humaine. Par Laetitia, Sage-Femme Grossesse, Accouchement, Allaitement avec le Virus de l Immunodéficience Humaine Par Laetitia, Sage-Femme Quel est l impact d une grossesse sur le VIH? Les études ont démontré que la grossesse, en elle-même,

Plus en détail

Pratiques de la sortie précoce en Maternité

Pratiques de la sortie précoce en Maternité Pratiques de la sortie précoce en Maternité Expérience du CHU de Nice MARIOLI Sandrine Pédiatre Maternité du CHU de Nice Définition de l HAS Sortie entre J0 et J2 inclus (J0 = jour de naissance) pour un

Plus en détail

Dépistage et prévention du VIH

Dépistage et prévention du VIH Dépistage et prévention du VIH 45ème Journée Médicale de Lorraine Faculté de Médecine Nancy. 26/11/10 Dr Laurence Boyer Premier paradigme -1 Premiers tests de dépistage du VIH disponibles en 1985 Contexte

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

Grossesse et pathologies médicales. organisation médico-obstétricale. Jacques Lepercq Maternité Port Royal Université Paris Descartes

Grossesse et pathologies médicales. organisation médico-obstétricale. Jacques Lepercq Maternité Port Royal Université Paris Descartes Grossesse et pathologies médicales organisation médico-obstétricale Jacques Lepercq Maternité Port Royal Université Paris Descartes # 800,000 naissances / an Risques pour la mère Risques pour l enfant

Plus en détail

Réactualisation 2014 du rapport Morlat: place des nouvelles thérapeutiques antirétrovirales. Journée d actualisation 2015

Réactualisation 2014 du rapport Morlat: place des nouvelles thérapeutiques antirétrovirales. Journée d actualisation 2015 Réactualisation 2014 du rapport Morlat: place des nouvelles thérapeutiques antirétrovirales Journée d actualisation 2015 Introduction En 2014, la modification des schémas thérapeutiques recommandés de

Plus en détail

Dépistage. Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni

Dépistage. Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni Dépistage Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni Enjeux du dépistage Le contexte épidémiologique 1 Incidence de l infection VIH (2004-2007) 7000 à 8000 nouvelles

Plus en détail

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 Professeur Alain Sobel Président du Corevih Ile de France Sud Centre de Diagnostic et de Thérapeutique Hôtel-Dieu

Plus en détail

Prise en charge des accidents d exposition au sang et sexuels chez l adulte

Prise en charge des accidents d exposition au sang et sexuels chez l adulte Prise en charge des accidents d exposition au sang et sexuels chez l adulte Epidémiologie AES chez les professionnels de santé Diminution du nombre d AES dans les établissements de santé français (surveillance

Plus en détail

Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique «TROD»

Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique «TROD» Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique «TROD» La Prévention et le dépistage : nouvelles approches, nouveaux enjeux Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Chantal Vernay Vaïsse 01/12/2011

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 13/09/2012 Réf.: CMUB-039 Pagination : 1 de 11 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 039 Rédacteurs Dr Chantal FRANCISCO, Dr Valérie HAMELIN, Dr Bénédicte

Plus en détail

Primo-infection par le VIH

Primo-infection par le VIH Primo-infection par le VIH Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre Épidémiologie des infections récentes en France Estimation

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses.

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses. CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses Leila née le 17.11.96, infectée par le VIH suite à une transmission materno-foetale ATCDS Fx: - Père était infecté par

Plus en détail

Livret de suivi et d information

Livret de suivi et d information Accident exposant au sang (AES) Exposition au risque viral VIH, VHB et VHC Livret de suivi et d information pour les professionnels de santé Nom de votre médecin :... Pour prendre ou modifier votre rendez-vous

Plus en détail

Suivi d une grossesse à bas risque en soins primaires. Mai 2011

Suivi d une grossesse à bas risque en soins primaires. Mai 2011 Suivi d une grossesse à bas risque en soins primaires Mai 2011 Suivi d une grossesse normale Clinique, biologie, échographie G.Duvic M.Flori Petits maux et Grossesses pathologiques Jeudi 26 mai 2011 D.Combourieu

Plus en détail

Livret de suivi et d information

Livret de suivi et d information Exposition aux infections sexuellement transmissibles IST Livret de suivi et d information Nom de votre médecin :... Pour prendre ou modifier votre rendez-vous Cachet du service ou de l hôpital et numéro

Plus en détail

Item 21. Examen prénuptial

Item 21. Examen prénuptial Item 21. Examen prénuptial 8 ITEM 21 1. Concernant le certificat prénuptial A. Il n est plus obligatoire depuis 2008 B. Il concerne uniquement les mariages civils C. Il doit stipuler par écrit la sérologie

Plus en détail

et sexuelle chez l adulte David Rey et le groupe d experts - Septembre 2013

et sexuelle chez l adulte David Rey et le groupe d experts - Septembre 2013 - Septembre 2013 Epidémiologie AES chez les professionnels de santé Diminution du nombre d AES dans les établissements de santé français (surveillance Raisin/GERES) 6,7 AES pour 100 lits en 2010 (estimation

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : «Gynécologie Obstétrique»

Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : «Gynécologie Obstétrique» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Gynécologie Obstétrique» 1. Identification du module : - Matière d enseignement: Gynécologie - Obstétrique - Public cible : 5 ème année

Plus en détail

Suivi et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Thierry Harvey

Suivi et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Thierry Harvey Suivi et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Thierry Harvey Maternité des Diaconesses GH Diaconesses Croix St Simon Il est plus facile pour un chameau de passer

Plus en détail

Nouvelles recommandations 2010 de la PTME et protocole thérapeutique effective en Afrique subsaharienne. Expérience du TOGO

Nouvelles recommandations 2010 de la PTME et protocole thérapeutique effective en Afrique subsaharienne. Expérience du TOGO Nouvelles recommandations 2010 de la PTME et protocole thérapeutique effective en Afrique subsaharienne Expérience du TOGO Dr Lawson-EVI K. Dr Singo-Tokofaï A. Situation épidémiologique: Prévalence du

Plus en détail

Travail en collaboration avec le service de diabétologie du Professeur Agnès HARTEMANN

Travail en collaboration avec le service de diabétologie du Professeur Agnès HARTEMANN GROUPE HOSPITALIER PITIE SALPETRIERE Service de gynécologie Obstétrique Professeur M DOMMERGUES Auteurs : D. VAUTHIER BROUZES J. NIZARD (GO) S. JACQUEMINET C. CIANGURA A. HARTEMANN (Diabétologues) Date

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé Critères d indications de transfert

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT Le risque biologique : Il est lié à une exposition à des micro-organismes susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication. Il repose essentiellement

Plus en détail

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Quels acteurs? Qu est-ce qu une prise de risque? AES = accident d exposition au sang ou sexuelle

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14

RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14 RECOMMANDATIONS SUR LE SUIVI GYNECOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES FROTTIS ANORMAUX ETAT DES LIEUX 11/12/14 Dr Carine DAVITIAN Hôpitaux de Beaujon et Bichat Claude- Bernard RAPPORT MORLAT 2013 Il est recommandé

Plus en détail

Place de la charge virale plasmatique dans le diagnostic précoce ou tardif de l'infection par le VIH

Place de la charge virale plasmatique dans le diagnostic précoce ou tardif de l'infection par le VIH Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 74 - mai 1999 VIH - DIAGNOSTIC Place de la charge virale plasmatique dans le diagnostic précoce ou tardif

Plus en détail

ANEMIE CHEZ LES NOUVEAUX NES DE MERES VIH + NON INFECTES: RÔLE DU DEFICIT EN G6PD

ANEMIE CHEZ LES NOUVEAUX NES DE MERES VIH + NON INFECTES: RÔLE DU DEFICIT EN G6PD ANEMIE CHEZ LES NOUVEAUX NES DE MERES VIH + NON INFECTES: RÔLE DU DEFICIT EN G6PD INTRODUCTION A PROPOS D UN D CAS. Originaire Mali 2005 garçon porteur déficit d en G6PD TT AZT HB 8,4 à 1 mois 2007 exposition

Plus en détail

Désir d enfant et grossesse Laurent Mandelbrot et le groupe d experts - Septembre 2013

Désir d enfant et grossesse Laurent Mandelbrot et le groupe d experts - Septembre 2013 - Septembre 2013 Désir d enfant C est une aspiration légitime, à aborder lors du suivi de toute femme ou homme vivant avec le VIH L information du partenaire comporte 2 aspects : le partage du secret sur

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en France. Recommandations de la Haute Autorité de Santé 2008/2009

Dépistage de l infection par le VIH en France. Recommandations de la Haute Autorité de Santé 2008/2009 Dépistage de l infection par le VIH en France Recommandations de la Haute Autorité de Santé 2008/2009 Dépistage de l infection par le VIH en France La DGS a demandé à la HAS d élaborer de nouvelles recommandations

Plus en détail

LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX

LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX Service d Immuno- Hématologie Clinique Centre d Information et de Soins de l Immunodéficience Humaine et des Hépatites Virales LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX Sylvie BREGIGEON Praticien Hospitalier Hôpital

Plus en détail

Cas clinique VIH. Atelier 5

Cas clinique VIH. Atelier 5 Cas clinique VIH Pr Marie-Caroline Meyohas Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) Hôpitaux Universitaires de l Est Parisien Service de maladies infectieuses et tropicales Site Saint Antoine 29 mars

Plus en détail

URGENCES VIH Prophylaxie post-exposition

URGENCES VIH Prophylaxie post-exposition URGENCES VIH Prophylaxie post-exposition Formation MIN pour les praticiens 6 avril 2006 Dr Jacques Fellay, Service des Maladies infectieuses, CHUV Exposition sang/liquides biologiques Problèmes HIV HBV

Plus en détail

Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel. Notice d information à l attention des parents

Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel. Notice d information à l attention des parents Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel Notice d information à l attention des parents Madame, Monsieur, Le diagnostic prénatal de la trisomie 21 est organisé

Plus en détail

1. Lors de la première consultation prénatale (au 1 er trimestre) chez une patiente à risque :

1. Lors de la première consultation prénatale (au 1 er trimestre) chez une patiente à risque : N.B : En cas de diabète antérieur à la grossesse, se reporter au protocole «Diabète de type 1 et grossesse» Définition : le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique conduisant à une

Plus en détail

TRANSMISSION MATERNO-FŒTALE DU VIH : TRAITEMENT PREVENTIF ET PRISE EN CHARGE DU NOUVEAU-NE

TRANSMISSION MATERNO-FŒTALE DU VIH : TRAITEMENT PREVENTIF ET PRISE EN CHARGE DU NOUVEAU-NE TRANSMISSION MATERNO-FŒTALE DU VIH : TRAITEMENT PREVENTIF ET PRISE EN CHARGE DU NOUVEAU-NE Date de la diffusion : 03 juin 2008 Version : 1 Rédaction : RHEMAP février 2005, complété avril 2008 Validation

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre Incidence du VIH en France

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre Incidence du VIH en France Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

Rupture Prématurée des Membranes. Lucie Bresson Mars 2010

Rupture Prématurée des Membranes. Lucie Bresson Mars 2010 Rupture Prématurée des Membranes Lucie Bresson Mars 2010 Définition Toute rupture des membranes avant le début du travail. A terme Avant terme: De 34 à 35+6 SA De 24 à 33+6 SA avant 24 SA. Avant 37 SA

Plus en détail

Journée Étude «FEMMES» G R O S S E S S E

Journée Étude «FEMMES» G R O S S E S S E Journée Étude «FEMMES» 1 G R O S S E S S E 2 0 0 9-2 0 1 0 Les vaccinations Rappel coqueluche Avant la grossesse Varicelle en cas d absence d ATCD et après contrôle de la sérologie Rubéole Sérologie toxoplasmose

Plus en détail

PLAN DE L EXPOSE. 1.Présentation. 2.Motivation. 3.Objectifs.

PLAN DE L EXPOSE. 1.Présentation. 2.Motivation. 3.Objectifs. PLAN DE L EXPOSE. 1.Présentation. 2.Motivation. 3.Objectifs. 4. Méthodologie. 4.1. Analyse théorique. 4.2. Analyse pratique. - Mise en évidence des moyens de prévention dans chaque pays. - Ce qui se fait

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

DREPANOCYTOSE ET GROSSESSE EN MARTINIQUE. Jean-Luc VOLUMENIE Service de gynécologie-obstétrique CHU de Martinique

DREPANOCYTOSE ET GROSSESSE EN MARTINIQUE. Jean-Luc VOLUMENIE Service de gynécologie-obstétrique CHU de Martinique DREPANOCYTOSE ET GROSSESSE EN MARTINIQUE Jean-Luc VOLUMENIE Service de gynécologie-obstétrique CHU de Martinique MODALITES DU SUIVI Consultations alternées CID/obstétrique mensuelles pour les deux premiers

Plus en détail

Guide de formation. VIH, contraception, conception et grossesse

Guide de formation. VIH, contraception, conception et grossesse Guide de formation VIH, contraception, conception et grossesse 08/07/2009 Préparé en même temps que le diaporama Women for Positive Action et les notes du conférencier, ce guide pratique fait partie du

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud

Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Plus en détail

Intervention en counseling sur l observance thérapeutique : Le modèle MOTHIV* concept, stratégie, résultats

Intervention en counseling sur l observance thérapeutique : Le modèle MOTHIV* concept, stratégie, résultats Intervention en counseling sur l observance thérapeutique : Le modèle MOTHIV* concept, stratégie, résultats Catherine Tourette-Turgis Turgis Maître de conférences des universités en psychologie de la santé

Plus en détail

CES ADOLESCENTES AU VENTRE ROND*

CES ADOLESCENTES AU VENTRE ROND* CES ADOLESCENTES AU VENTRE ROND* *P Bensousson, L Ecole des parents et des éducateurs 1992 «Etre enfant et maman à la fois» G. Hatem-Gantzer/ A. Ben Amor Grossesse chez l adolescente Ca existe encore malgré

Plus en détail

Réseau d HEMAtologie Pédiatrique FEDERATION DE RHEOP

Réseau d HEMAtologie Pédiatrique FEDERATION DE RHEOP Réseau d HEMAtologie Pédiatrique FEDERATION DE RHEOP TRANSMISSION MATERNO-FŒTALE DU VIH : TRAITEMENT PREVENTIF ET PRISE EN CHARGE DU NOUVEAU-NE REFERENTIEL RHEMAP Février 2005 1 SOMMAIRE I - INTRODUCTION

Plus en détail

DIU Méd Trop cours 4. La prévention de la transmission mère-enfant du VIH : Aspects thérapeutiques

DIU Méd Trop cours 4. La prévention de la transmission mère-enfant du VIH : Aspects thérapeutiques DIU Méd Trop cours 4 La prévention de la transmission mère-enfant du VIH : Aspects thérapeutiques Transmission mère-enfant sans interventions dans les pays du Nord et du Sud 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Cote

Plus en détail

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 Dr Geneviève BECK-WIRTH Centre Hospitalier de Mulhouse Novembre 2012 1 ÉPIDÉMIOLOGIE 2012 2 3 4 5 6 7 8 9 DES RECOMMANDATIONS 10 11 DES ENJEUX

Plus en détail

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle»

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Point de vue du Virologue Marianne COSTE-BUREL, Service de Virologie, CHU NANTES Quelques Chiffres (rapport HAS mai 2016)

Plus en détail

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple- un But- une Foi ********************** MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION MEDICALE ********************** DIRECTION DE LA SANTE ********************** DIVISION DE

Plus en détail

Atelier 1 Bien coder en Obstétrique. Journée du réseau Périnat Aquitaine, Pessac, 29 avril 2011

Atelier 1 Bien coder en Obstétrique. Journée du réseau Périnat Aquitaine, Pessac, 29 avril 2011 Atelier 1 Bien coder en Obstétrique 1 3 règles non contradictoires - Utiliser toutes les ressources offertes par le PMSI pour décrire l activité médicale - Respecter scrupuleusement les règles du PMSI

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV

Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2014-2015 Les rétrovirus Particularité de réplication : transcription inverse ARN génomique ADN proviral intégré ARN génomique

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Dr Sophie Desurmont Praticien hospitalier Gynécologie-obstétrique Hôpital St Vincent de Paul Lille Entretiens de médecine générale Samedi 7 novembre

Plus en détail

Expositions aux aux liquides biologiques Etat des des lieux et et recommandations actuelles Dr F. Zysset Médecine du personnel Lausanne - CHUV

Expositions aux aux liquides biologiques Etat des des lieux et et recommandations actuelles Dr F. Zysset Médecine du personnel Lausanne - CHUV Expositions aux aux liquides biologiques Etat des des lieux et et recommandations actuelles Dr F. Zysset Médecine du personnel Lausanne - CHUV La main au travail Lausanne 18-19 novembre 2004 Pré-requis

Plus en détail

Risque infectieux néonatal

Risque infectieux néonatal PCT au SANG du CORDON Risque infectieux néonatal 08/10/2014 Dr Catherine BATTIE Dr Hocine BOUAMARI HFME 1 MARQUEURS INFLAMMATOIRES APRES INJECTION D UNE TOXINE BACTERIENNE modified from Dandona & Bohuon,

Plus en détail

Accidents d'exposition aux virus (VIH, VHB, VHC) Organisation de la prise en charge régionale Mars 2009

Accidents d'exposition aux virus (VIH, VHB, VHC) Organisation de la prise en charge régionale Mars 2009 Accidents d'exposition aux virus (VIH, VHB, VHC) Organisation de la prise en charge régionale Mars 2009 Dr Xavier de la Tribonnière Service des maladies infectieuses CH Tourcoing Accident Soins locaux

Plus en détail