Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne"

Transcription

1 Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - LA RADIOTHERAPIE METABOLIQUE DES METASTASES OSSEUSES HYPERALGIQUES Dr Danielle MESTAS Médecine Nucléaire

2 La radiothérapie métabolique ou radiothérapie interne vectorisée Irradiation locale continue par un radiopharmaceutique qui s accumule dans l os péri-tumoral. Efficacité liée à la réaction ostéoblastique. Facteur limitant : irradiation médullaire. Thérapie antalgique à réaliser chez des patients encore en bon b état général.

3 Principe d action des radiopharmaceutiques

4 Principe d action des radiopharmaceutiques

5 Les radiopharmaceutiques T1/2 β moyen γ Forme jours MeV MeV 32 P Phosphate 89 Sr Chlorure 186 Re HEDP 153 Sm EDT MP 85 Sr Chlorure 131 I Iodure

6 Métastron : caractéristiques physiques Emetteur β- pur. Energie = 1,46 MeV. Parcours maximal du rayonnement : =7mm dans les tissus mous, =4mm dans les os. Demi-vie (T1/2) = 50,5 jours

7 Quadramet :caractéristiques physico-chimiques Samarium 153 Emetteur β- Energie = 0,8 MeV Parcours tissulaire maximal = 3 mm Emetteur γ Energie =103 kev T1/2=1,95 jour Complexe stable avec un tétraphosphonate EDTMP (Lexidronam( Lexidronam)

8 Quels patients? Patients atteints de métastases osseuses multiples, algiques, sous réserve que ces métastases osseuses soient hyperfixantes à la scintigraphie.

9 Quadramet : pharmacocinétique 99m Tc-HMDP 153 Sm-EDTMP

10 Quadramet : pharmacocinétique clairance sanguine élevée: 85% de l activité injectée sort du secteur sanguin en 30 min, clairance rénale élevée: 35% de l activité injectée est excrétée dans les 6 heures, fixation intense sur l os pathologique: 65% de l activité injectée est captée par le squelette ratio os pathologique/os sain = 4 à 7

11 Quadramet : effets secondaires -toxicité Tolérance immédiate bonne. «Flare reaction» (première semaine) Toxicité hématologique: faible à modérée ( baisse des globules blancs et surtout des plaquettes de 30% environ à la 4 ème semaine et normalisation vers la 6 ème semaine post traitement.

12 Quadramet : effet antalgique Réponse dans 70% des cas dont 25 à 30% de réponses complètes. Délai d apparition de la réponse : 8 à 15 jours. Durée de la réponse : 2 à 6 mois. Meilleure réponse chez des patients en bon état général et avec une extension métastatique limitée (effet dilution).

13 Quadramet : Indication (AMM) Traitement antalgique des métastases osseuses ostéoblastiques douloureuses multiples fixant les diphosphonates marqués au 99mTc. Scintigraphie osseuse préalable obligatoire.

14 Quadramet : Contre-indications Contre-indications (AMM): compression médullaire risque de fracture leucopénie et/ou thrombopénie sévère(s) insuffisance rénale EANM procedures guideline Eur J Nucl Med 2003 ; 30 : BP7-BP11 BP11

15 Quadramet : Contre-indications Urologiques : ± Incontinence (ci relative liée au problème de radioprotection) Oncologiques : ± Espérance de vie < 3 mois Autres métastases viscérales Traitements antérieurs : ± Chimiothérapie récente Biphosphonates?

16 Quadramet : précautions d emploi BIOLOGIQUES: Hb 9g/dl, GB /l, Pl /l, créatin atinémie normale

17 Modalités de traitement Validation de l indication en RCP et information du patient. Consultation spécialisée douleur (avant et après traitement ). Contrôle de la NFS, plaquettes et de la créatinémie. Injection intraveineuse lente (37MBq/kg) après hydratation correcte (orale ou IV). Recueil des urines des 6 h post-injection : hospitalisation de jour du patient en secteur protégé. Scintigraphie du corps entier 6h post-injection pour visualiser la répartition du Quadramet.

18 Surveillance après traitement Contrôle hebdomadaire NFS pendant 6 semaines. Consultations à 1, 2 et 3 mois, pour évaluer l efficacité antalgique et adapter le traitement médicamenteux. Scintigraphie osseuse au 99mTc-HMDP à 3 mois (facultative)

19 Quadramet :Dosimétrie Organe cible Dose absorbée mgy/mbq Os (corticale) 6.76 Os (moelle) 1.54 Vessie (paroi) Reins Ovaires Testicules Foie Rate Corps entier 0.011

20 Quadramet : intérêt thérapeutique Mise en œuvre simple et contraintes faibles, Bonne tolérance et bonne efficacité, Traitement en un temps de tous les sites douloureux, Possibilité de renouveler les injections, Meilleure prise en charge de la douleur pendant la phase de survie, amélioration de la qualité de vie

21 Place du Quadramet par rapport aux autres traitements Indications du Quadramet au stade métastatique osseux : avant la survenue des douleurs? si sites douloureux multiples : Quadramet ± radiothérapie, si 1 ou 2 sites douloureux : Quadramet et radiothérapie, Penser Quadramet avant chimiothérapie plutôt qu en fin de traitement.

22 Arguments pour une radiothérapie métabolique précoce PORTER,1993,129 cancers de prostate, radiothérapie métabolique + placebo radiothérapie externe + radiothérapie métabolique montre que radiothérapie externe + radiothérapie métabolique retarde l apparition de nouveaux sites douloureux, la prise d antalgiques d et améliore la qualité de vie.

23 Quadramet - diphosphonates Inhibition de la fixation osseuse par les diphosphonates? effet de compétition? études nombreuses à très s faible effectif (< 3 cas) aux résultats r contradictoires Scintigraphie osseuse systématique avant traitement.

24 CONCLUSION La radiothérapie interne vectorisée: reste un traitement de choix des métastases osseuses ostéoblastiques hyperalgiques, est bien tolérée et facile à mettre en œuvre, s adresse aux patients multi-métastatiques, métastatiques, algiques, espérance de vie > 3 mois, statut hématologique correct.

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT QUADRAMET CARACTERISTIQUES

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT QUADRAMET CARACTERISTIQUES DENOMINATION DU MEDICAMENT QUADRAMET CARACTERISTIQUES Prix unitaire : 1082,77 Coût moyen de traitement (par cure) :1082,77 Dénomination commune : samarium 153Sm lexidronam pentasodique Composition qualitative

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février ZOMETA 4 mg poudre et solvant pour solution pour perfusion Boîte de 1

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février ZOMETA 4 mg poudre et solvant pour solution pour perfusion Boîte de 1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 05 février 2003 ZOMETA 4 mg poudre et solvant pour solution pour perfusion Boîte de 1 NOVARTIS PHARMA acide zolédronique Liste I

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses

Prise en charge des métastases osseuses «Les incontournables 2013 en Cancérologie» Prise en charge des métastases osseuses Dr Jean-Pierre CASEZ Service de Rhumatologie Centre Hospitalier d Annecy Dr Pierre-Yves BRARD Service de médecine nucléaire

Plus en détail

MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN

MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN Madame Dominique ROTA-BETAIN, Cadre de Pôle Imagerie, CHU de Besançon MEDECINE NUCLEAIRE la scintigraphie est une technique d imagerie fonctionnelle.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juin 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juin 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juin 2016 Date d examen par la Commission : 2 mars 2016 L avis de la Commission de la Transparence adopté le 16 mars 2016 a fait l objet d une audition le 22 juin

Plus en détail

La TEP/TDM au 18 F-NaF. A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15

La TEP/TDM au 18 F-NaF. A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15 La TEP/TDM au F-NaF A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15 Un «nouveau traceur»? Première publication : Blau et al. 1962 Approuvé par la FDA en 1972 Dès 1970 : Diminution de l usage au profit des

Plus en détail

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon Principe Administration d un radiopharmaceutique: choix en fonction de l organe à étudier

Plus en détail

MEDECINE NUCLEAIRE ET PEDIATRIE POINT DE VUE RADIOPHARMACEUTIQUE. ROUY Jean-Christophe CH AGEN TAFANI Mathieu CHU TOULOUSE

MEDECINE NUCLEAIRE ET PEDIATRIE POINT DE VUE RADIOPHARMACEUTIQUE. ROUY Jean-Christophe CH AGEN TAFANI Mathieu CHU TOULOUSE MEDECINE NUCLEAIRE ET PEDIATRIE POINT DE VUE RADIOPHARMACEUTIQUE ROUY Jean-Christophe CH AGEN TAFANI Mathieu CHU TOULOUSE Elargissement des applications de la médecine nucléaire à la pédiatrie Evolution

Plus en détail

Les explorations osseuses en scintigraphie et en TEP

Les explorations osseuses en scintigraphie et en TEP Les explorations osseuses en scintigraphie et en TEP Solène QUERELLOU (Médecin Nucléaire CHRU Brest) Vincent BONCOEUR (Etudiant Master II Physique médicale) Romain FLOCH (MER CHRU Brest) 02/07/2014 1 Sommaire

Plus en détail

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement Imagerie métabolique. Radiothérapie vectorisée. Détection per-opératoire. Radio-immunologie Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie Radiothérapie interne vectorisée: traitement Détection

Plus en détail

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016 Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie 13-15 octobre 2016 Dr Isabelle Brenot-Rossi Institut Paoli-Calmettes plan Cancers des voies

Plus en détail

Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie?

Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie? Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie? Les Incontournables en Cancérologie Mardi 8 Novembre 2016 Dr Pierre-Yves BRARD Centre Hospitalier Métropole Savoie Cancer de prostate oligo-métastatique

Plus en détail

Gestion des sources en milieu hospitalier

Gestion des sources en milieu hospitalier Gestion des sources en milieu hospitalier Docteur Frédéric Paycha Unité de Médecine Nucléaire CHU Louis Mourier Assistance Publique-Hôpitaux de Paris 92700 Colombes Principes de radioprotection en milieu

Plus en détail

Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n 3 177

Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique vol.30 - n 3 177 J.M. Broglia Radiothérapie métabolique antalgique des métastases osseuses. Principes, moyens et pratique clinique Jean-Marc Broglia Médecine Nucléaire - CH Avignon Résumé La radiothérapie métabolique (RTM),

Plus en détail

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon Principe Ciblage des tumeurs en utilisant des radiopharmaceutiques (faible activité) Diagnostic:

Plus en détail

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Jean-Louis ALBERINI Service de Médecine Nucléaire Université Versailles St-Quentin Diagnostic de métastase d emblée ou durant l évolution Médiane

Plus en détail

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie

Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Carnet patient Conseils pratiques pour suivre et gérer l, anémie Avec la collaboration du Dr Didier Mayeur, CH de Versailles André Mignot - Le Chesnay et du Dr Claude Boiron, Institut Curie - Hôpital René

Plus en détail

OS - PARTIES MOLLES LA RADIOTHERAPIE METABOLIQUE DES METASTASES OSSEUSES DOULOUREUSES. Mise au Point RESUME ABSTRACT INTRODUCTION

OS - PARTIES MOLLES LA RADIOTHERAPIE METABOLIQUE DES METASTASES OSSEUSES DOULOUREUSES. Mise au Point RESUME ABSTRACT INTRODUCTION Revue Marocaine du Cancer 2012, vol. 4, n 3 : 33-38 OS - PARTIES MOLLES Mise au Point LA RADIOTHERAPIE METABOLIQUE DES METASTASES OSSEUSES DOULOUREUSES A. MATRANE 1, H. JOUHADI 2 1. Service de Médecine

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Introduction La présence de métastases osseuses est la cause la plus fréquente

Plus en détail

DOULEUR LIÉE AUX MÉTASTASES OSSEUSES DU CANCER PROSTATIQUE : INTÉRÊT DE LA THÉRAPIE MÉTABOLIQUE

DOULEUR LIÉE AUX MÉTASTASES OSSEUSES DU CANCER PROSTATIQUE : INTÉRÊT DE LA THÉRAPIE MÉTABOLIQUE R. Lhommel et coll. DOULEUR LIÉE AUX MÉTASTASES OSSEUSES DU CANCER PROSTATIQUE : INTÉRÊT DE LA THÉRAPIE MÉTABOLIQUE Mots-clefs : thérapie métabolique, métastases osseuses, 89 Sr, 153 Sm-EDTMP Correspondance

Plus en détail

Intérêt de la cryothérapie dans la prise en charge des métastases osseuses

Intérêt de la cryothérapie dans la prise en charge des métastases osseuses Intérêt de la cryothérapie dans la prise en charge des métastases osseuses Gilles Piana Unité de radiologie interventionnelle Institut Paoli-Calmettes, Marseille Lésions osseuses secondaires Fréquentes

Plus en détail

Association de la radiothérapie à la chimiothérapie. Bernard Van Gansbeke

Association de la radiothérapie à la chimiothérapie. Bernard Van Gansbeke Association de la radiothérapie à la chimiothérapie Association de la radiothérapie à la chimiothérapie Radiothérapie : mode d action efficacité, indications en pratique effets secondaires Association

Plus en détail

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE Médecine Nucléaire Hôpital Tenon FDG ET CANCER DE LA PROSTATE Utilisation non recommandée: Faible activité glycolytique de ce cancer Forte excrétion

Plus en détail

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes LES METASTASES OSSEUSES D ORIGINE INCONNUE Dr H. NOURI STAFF INTER-SERVICES OCTOBRE 2008 INTRODUCTION Le squelette est un site métastatique fréquent pour de multiples carcinomes. 3 à 4% des métastases

Plus en détail

métastase au cours du cancer

métastase au cours du cancer Je comprends ce qu'est une métastase au cours du cancer Un cancer peut, dans certains cas, se compliquer par l apparition de métastases. Une métastase correspond à la dissémination de cellules cancéreuses

Plus en détail

Commission des thérapeutiques anticancéreuses. Réunion du 15 avril 2015

Commission des thérapeutiques anticancéreuses. Réunion du 15 avril 2015 1 Commission des thérapeutiques anticancéreuses Réunion du 15 avril 2015 2 Ordre du jour Approbation du compte-rendu du 14 janvier 2015 Médicaments de la liste en sus : Tableaux de bord régionaux 2014

Plus en détail

Dosimétrie et dose efficace en radioprotection

Dosimétrie et dose efficace en radioprotection Ve Congrès International d'épidémiologie ADELF - EPITER Dosimétrie et dose efficace en radioprotection T-B de Brouwer 1 Ir, M. Elenge 2 MD PhD, C. de Brouwer 2 MD PhD 1 Institut J. Bordet ULB 2 Ecole de

Plus en détail

Cancer de la prostate & scintigraphie osseuse. Docteur Frédéric Paycha Unité de Médecine Nucléaire CHU Louis Mourier Colombes

Cancer de la prostate & scintigraphie osseuse. Docteur Frédéric Paycha Unité de Médecine Nucléaire CHU Louis Mourier Colombes Cancer de la prostate & scintigraphie osseuse Docteur Frédéric Paycha Unité de Médecine Nucléaire CHU Louis Mourier 92700 Colombes 92700 Colombes Métastases osseuses (MO) du cancer de la prostate Les MO

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Le risque en médecine nucléaire

Le risque en médecine nucléaire Fac Med Constantine Le risque en médecine nucléaire s/groupe 2 Le risque 2013/2014 I. DEFINITIONS: LE RISQUE: EST LA PROBABILITE DE SURVENUE D UN EVENEMENT INDESIRABLE APRES L EXPOSITION A UN FACTEUR DECLENCHANT

Plus en détail

Médecine Nucléaire UE biopathologie. Paolo Zanotti Fregonara

Médecine Nucléaire UE biopathologie. Paolo Zanotti Fregonara Médecine Nucléaire UE biopathologie Paolo Zanotti Fregonara Définition Utilisation de sources radioactives non scellées dans un but Diagnostique (photons gamma) Thérapeutique (particules beta, alpha) Radioactivité

Plus en détail

PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS

PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS Les cancers les plus fréquents chez l homme - Prostate (25 %) - Poumon (14 %) - colo-rectal (12 %) - Voies aérodigestives supérieures (11 %) Nombre de nouveaux cas en 2010

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique?

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique? Quel suivi pour un risque élevé de rechute systémique? Christelle LEVY Déclaration d intérêts GSK Novartis Roche Pas de conflit d intérêt pour cette présentation contexte les recommandations des sociétés

Plus en détail

Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle. Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne

Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle. Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne Introduction Métastases osseuses (MO) fréquentes (20%) Pronostic variable

Plus en détail

Cancer : je vais avoir une chimiothérapie

Cancer : je vais avoir une chimiothérapie Cancer : je vais avoir une chimiothérapie Le site du Docteur Patrick DORFFER Adresse du site : www.docvadis.fr/patrick-dorffer Validé par le Comité Scientifique Oncologie Une chimiothérapie vous a été

Plus en détail

Pharmacocinétique. Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine

Pharmacocinétique. Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine Pharmacocinétique = étudie le devenir des médicaments dans l organisme I. Absorption Transfert du principe actif du site d administration jusqu à la circulation sanguine On peut choisir différentes voies

Plus en détail

PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX

PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX Atelier Pharmacologie DESC PCET - Paris le 18 mai 2015 PARTICULARITÉS DU DÉVELOPPEMENT DES ANTICANCÉREUX J.J. Kiladjian Centre d Investigations Cliniques Hôpital Saint Louis, Université Paris Diderot Nombre

Plus en détail

Dr Marie CHARISSOUX. CRLC Montpellier

Dr Marie CHARISSOUX. CRLC Montpellier Cancer de la prostate Prise en charge du sujet âgé Dr Marie CHARISSOUX Département de radiothérapie CRLC Montpellier Rapport d oncogériatrie INCA 2009 Etat des lieux et perspectives en oncogériatrie i

Plus en détail

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Douleur du cancer - Le 08 Octobre 2013 - Jean-Michel PELLAT Centre d Evaluation et de Traitement de la Douleur GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Clinique d Alembert, Clinique des Eaux Claires,

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Quadramet 1,3 GBq/ml solution injectable. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque ml de solution contient 1,3 GBq Samarium

Plus en détail

L ostéonécrose aseptique de tête fémorale

L ostéonécrose aseptique de tête fémorale Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - L ostéonécrose aseptique de tête fémorale Julie AMAT Le 04/06/2016 Réunion inter-régional de Médecine Nucléaire

Plus en détail

Bilan des NRD en médecine nucléaire

Bilan des NRD en médecine nucléaire Bilan des NRD en médecine nucléaire David CELIER, Patrice ROCH IRSN/PRP-HOM/SER/UEM Journée de rencontre et d échanges interrégionale sur la médecine nucléaire ASN Orléans Orléans, 4 juin 2014 Les NRD

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT QUADRAMET, solution injectable. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque ml de solution contient 1.3 GBq Samarium [ 153 Sm]

Plus en détail

L ostéoporose en pédiatrie. Marie Jossart 2004

L ostéoporose en pédiatrie. Marie Jossart 2004 L ostéoporose oporose en pédiatrie. p Marie Jossart 2004 1ère partie:l ost ostéoporose oporose chez DEFINITION l enfant. Perte de masse osseuse + détérioration de la microarchitecture osseuse Diminution

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Voies de recherche : traceurs spécifiques de la mélanine en imagerie et radiothérapie métabolique F Cachin 1,

Plus en détail

Myélome multiple. (maladie de Kahler)

Myélome multiple. (maladie de Kahler) Myélome multiple! (maladie de Kahler) Clone plasmocytaire malin Myélome multiple Plan - Définition - Physiopathologie - Diagnostic - Manifestations cliniques et biologiques - Pronostic et traitement Myélome

Plus en détail

La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications?

La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications? La radiologie interventionnelle dans la douleur du cancer : quelles techniques? quelles indications? 6 ème journée des actualités de la douleur 25 février 2016 Gilles Piana Unité de radiologie interventionnelle

Plus en détail

CH Victor Dupouy, Argenteuil

CH Victor Dupouy, Argenteuil Ostéolyse vertébrale sur une scintigraphie osseuse : Un puzzle diagnostique F Paycha 1, R Vanica 2, A Ramadan 1, P Sabatier 3, L Akrout 1, A Boutan-Laroze 2 Services de 1 Médecine Nucléaire, CHU Louis

Plus en détail

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Nancy, 27 janvier 2009 DU de Pharmacie Oncologique DU de Pharmacie Oncologique 2011/2012 TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Pierre OLIVIER Médecine Nucléaire - CHU

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Quadramet 1,3 GBq/ml solution injectable. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque ml de solution contient 1,3 GBq

Plus en détail

Devenir des grossesses après traitement par l iode 131

Devenir des grossesses après traitement par l iode 131 Devenir des grossesses après traitement par l iode 131 Martin J Schlumberger Médecine Nucléaire et Oncologie Endocrinienne Institut Gustave-Roussy. Université Paris Sud. L iode 131 131 I 53 β 1 0,723 β

Plus en détail

Guide pour la rédaction de protocoles pour le traitement des métastases osseuses algiques par les radiopharmaceutiques.

Guide pour la rédaction de protocoles pour le traitement des métastases osseuses algiques par les radiopharmaceutiques. Guide pour la rédaction de protocoles pour le traitement des métastases osseuses algiques par les radiopharmaceutiques. Rédaction: Société Française de Médecine Nucléaire (SFBMN) Version: 1.0 Date de la

Plus en détail

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Oncomel le 2 juillet 2014 Indication AMM : - Recherche de maladie résiduelle : Diminution

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 2, ASCO, ESMO et NCCN, serviront de cadre général aux recommandations

Plus en détail

Douleurs cancéreuses osseuses et complexes

Douleurs cancéreuses osseuses et complexes Réunion Concertation Pluridisciplinaire Douleurs cancéreuses osseuses et complexes Yan Rolland, Estelle Botton Centre Eugène Marquis RENNES Généralités Patients cancéreux ayant douleur réfractaire malgré

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 janvier 24 BUSILVEX 6 mg/ml, solution à diluer pour perfusion Boîte de 8 ampoules Pierre Fabre Médicament busulfan Liste I Réservé

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 12 novembre 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 novembre 2003 ZAVESCA 100 mg, gélule Boîte de 84 Actelion Pharmaceuticals France miglustat Liste I Médicament réservé à l usage

Plus en détail

Contexte. Cimentoplastie. RCP métastases osseuses. Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle. Améliorations du pronostic

Contexte. Cimentoplastie. RCP métastases osseuses. Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle. Améliorations du pronostic Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle Cimentoplastie Contexte Améliorations du pronostic Augmentation de la fréquence des douleurs chroniques Y. Rolland Département d Imagerie

Plus en détail

Indications de la radiothérapie dans le traitement des métastases des cancers urologiques

Indications de la radiothérapie dans le traitement des métastases des cancers urologiques Volume 18 - Septembre 2008 - Numéro 5 Journal de l Association Française d Urologie, de l Association des Urologues du Québec, et de la Société Belge d Urologie Progrès en Urologie (2008), Suppl. 7, S223

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE ONCOLOGIE LA SOLUTION DE PRÉVENTION DE LA FRACTURE DE LA HANCHE

TRAUMATOLOGIE ONCOLOGIE LA SOLUTION DE PRÉVENTION DE LA FRACTURE DE LA HANCHE TRAUMATOLOGIE ONCOLOGIE LA SOLUTION DE PRÉVENTION DE LA FRACTURE DE LA HANCHE TRAUMATOLOGIE ONCOLOGIE LA FRACTURE DE LA HANCHE : UN PROBLÈME MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE Plus de 2 millions de fractures de

Plus en détail

APPAREIL LOCOMOTEUR- Apport des techniques de médecine nucléaire. Sémiologie générale et radiologique : apport des techniques de médecine nucléaire

APPAREIL LOCOMOTEUR- Apport des techniques de médecine nucléaire. Sémiologie générale et radiologique : apport des techniques de médecine nucléaire 31/10/2013 LEVY Manon L3 Appareil locomoteur Pr. COLAVOLPE 10 pages APPAREIL LOCOMOTEUR- Apport des techniques de médecine nucléaire Sémiologie générale et radiologique : apport des techniques de médecine

Plus en détail

Vertébroplastie Cimentoplastie. X. Buy, J Palussiere, A. Gangi

Vertébroplastie Cimentoplastie. X. Buy, J Palussiere, A. Gangi Vertébroplastie Cimentoplastie X. Buy, J Palussiere, A. Gangi Vertébroplastie Injection de ciment dans un corps vertébral Objectifs: Consolidation + Antalgie Historique 1987, Deramond and Galibert, Neurochirurgie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES Centre JEAN PERRIN PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES PRINCESSE FLORE ROYAT Avec le soutien du laboratoire 14 octobre 2010 Prise en charge médicamenteusem des douleurs des métastases

Plus en détail

LA MINISTRE DE LA SANTE

LA MINISTRE DE LA SANTE Arrêté de la ministre de la santé n 1209-08 du 28 ramadan 1429 (29 septembre 2008) portant approbation de l avenant n 2 à la convention nationale conclue entre les organismes gestionnaires de l assurance

Plus en détail

Place de la radiofréquence dans le cancer du rein

Place de la radiofréquence dans le cancer du rein Place de la radiofréquence dans le cancer du rein N.Annane;F.Alibenamara,S.Berkane,L.Abid Service de chirurgie viscérale et oncologique. Hôpital de Bologhine. Alger Introduction Le cancer du rein est en

Plus en détail

CANCER SECONDAIRE DES OS

CANCER SECONDAIRE DES OS Cancer secondaire des os C'est la plus fréquente des tumeurs osseuses (60%) Adultes ou vieillards Tumeur primitive connue ou non (révélatrice dans 30 % des cas) Clinique Cancer secondaire des os Découverte

Plus en détail

Thermoablation dans la prise en charge des lésions osseuses et des parties molles

Thermoablation dans la prise en charge des lésions osseuses et des parties molles Thermoablation dans la prise en charge des lésions osseuses et des parties molles Marie Faruch Bilfeld, Hélène Chiavassa Gandois, Franck Lapègue, Nicolas Sans CHU Toulouse Purpan Epidémiologie des métastases

Plus en détail

Une augmentation du nombre des effets indésirables, signalés dans le monde entier, est associée à l utilisation hors indication.

Une augmentation du nombre des effets indésirables, signalés dans le monde entier, est associée à l utilisation hors indication. Advancing Therapeutics. Improving Lives. Zoug, en février 2011 Lettre d information importante destinée aux professionnels de santé (HPC) Effets indésirables graves liés à une utilisation hors indication

Plus en détail

Biophysique médicale Médecine Nucléaire CHU Angers

Biophysique médicale Médecine Nucléaire CHU Angers Radiopathologie Benoît DENIZOT Biophysique médicale Médecine Nucléaire CHU Angers denizot@univ-angers.fr 1 Origines de l irradiation Militaires Civiles Radiologie Centrales Industries Radiothérapiques

Plus en détail

Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique

Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique Dr Nicolas Aide Service de Médecine Nucléaire & Unité bioticla, EA4656 CRLCC François Baclesse, Caen Plan Imagerie TEP animale:

Plus en détail

A. Desbrée, S. Lamart, D. Broggio, D. Franck

A. Desbrée, S. Lamart, D. Broggio, D. Franck OEDIPE : outil de modélisation pour la dosimétrie interne personnalisée A. Desbrée, S. Lamart, D. Broggio, D. Franck Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire Laboratoire d Evaluation de la Dose

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate

Le dépistage du cancer de la prostate Le dépistage du cancer de la prostate Quelle information faut-il donner au patient avant d envisager un dosage du PSA ou un toucher rectal? Le cancer de la prostate : histoire naturelle Le cancer de la

Plus en détail

ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE

ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE D. GEDOUIN Nantes, le 29 mai 2015 ONCOTHERAPIE? Traduction de Oncotherapy - Très restrictif et limitée aux nouveaux traitements: THERAPIES CIBLEES, THERAPIES GENIQUES Oncothérapie

Plus en détail

Appareil locomoteur- médecine nucléaire

Appareil locomoteur- médecine nucléaire 30/10/2014 BUONO-MICHEL claudine Appareil locomoteur Pr. C. Colavope 16 pages Médecine nucléaire PLAN I. Introduction II. La scintigraphie osseuse III. Prescription d'une scintigraphie osseuse et information

Plus en détail

Monsieur R. Monsieur R. Quelle est la phase de la maladie de ce patient en 2007? MIB - Oncologie - Cancérologie W Jacot.

Monsieur R. Monsieur R. Quelle est la phase de la maladie de ce patient en 2007? MIB - Oncologie - Cancérologie W Jacot. Item 142 Prise en charge globale et terminale de la maladie métastatique. A Chapelle Homme de 61 ans 2007 : Aénocarcinome prostatique, métastatique d emblée (os), PSA > 2000 Bon état général (IK 80%) Pas

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 ARANESP 15 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) ARANESP 25 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V.

Plus en détail

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Le cancer de prostate AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA = 2,35 ng/ml L/T = 11% TR normal echo normale Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA

Plus en détail

Examens pédiatriques. Niveaux de référence diagnostiques nationaux en médecine nucléaire. Première itération ( )

Examens pédiatriques. Niveaux de référence diagnostiques nationaux en médecine nucléaire. Première itération ( ) Niveaux de référence diagnostiques nationaux en médecine nucléaire Première itération (2015-2017) Sixième période (01/04/2016 30/06/2016) Examens pédiatriques 21/12/2016 Contact : Thibault VANAUDENHOVE

Plus en détail

Soins intensifs oncologiques

Soins intensifs oncologiques Soins intensifs oncologiques Objectifs généraux du cours 1. Familiariser l'élève-infirmière avec le patient cancéreux admis en unité de soins intensifs ou consultant aux urgences 2. Connaître les complications

Plus en détail

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils Principaux indicateurs utilisables Incidence Survie Mortalité surveillance du risque surveillance au long cours alerte efficacité

Plus en détail

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE TURSAC AVRIL 2006 ANDRAU PIERRE CHU TOULOUSE DONNEES TECHNIQUES DONNEES TECHNIQUES(1) Examen scintigraphique. Imagerie fonctionnelle. Basée sur la fonction

Plus en détail

TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFREQUENCE

TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFREQUENCE TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFREQUENCE JM Correas 1, A Méjean 2, D Joly 3, O Hélénon 1 1: Service de Radiologie Adultes, 2: Service d Urologie 3: Service de Néphrologie Adulte, Groupe Hospitalier

Plus en détail

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Christine Bouchardy et Gérald G Fioretta Les registres des tumeurs en Europe 150 registres Directives d enregistrement, d de codification

Plus en détail

Radiothérapie et curiethérapie de prostate

Radiothérapie et curiethérapie de prostate Prise en charge des cancers urologiques chez le sujet âgé Communication n 3 : Avis du Radiothérapeute Radiothérapie et curiethérapie de prostate Stéphane GUERIF (Poitiers) Niort le 7 mars 2013 Faut-il

Plus en détail

Cas clinique n 1 Module 10 Dr DE BARI avec grille de correction

Cas clinique n 1 Module 10 Dr DE BARI avec grille de correction Cas clinique n 1 Module 10 Dr DE BARI avec grille de correction Questions abordées : Thématique principale : -Module 10 Item 157 : Tumeurs du poumon, primitives et secondaires. Thématique secondaire :

Plus en détail

I.R.M. Imagerie par Résonnance Magnétique

I.R.M. Imagerie par Résonnance Magnétique I.R.M. Imagerie par Résonnance Magnétique PRINCIPE L IRM utilise les propriétés magnétiques des protons du corps humain. Le champ magnétique est crée par un aimant géant en forme de tunnel au sein duquel

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS LES RAYONNEMENTS IONISANTS 1. Définitions La radioactivité est un phénomène physique, d origine naturelle ou artificielle, correspondant à l émission spontanée d énergie sous forme d un rayonnement (particulaire

Plus en détail

Alice Petitguillaume a, Michela Bernardini b, Claire de Labriolle-Vaylet c, Didier Franck a, Aurélie Desbrée a

Alice Petitguillaume a, Michela Bernardini b, Claire de Labriolle-Vaylet c, Didier Franck a, Aurélie Desbrée a PLANIFICATION DE TRAITEMENT EN MEDECINE NUCLEAIRE PAR SIMULATION MONTE CARLO : APPLICATION A LA THERAPIE DU CANCER DU FOIE PAR MICROSPHERES CHARGEES A L 90 Y Alice Petitguillaume a, Michela Bernardini

Plus en détail

Evaluation des prescriptions de chimiothérapies anticancéreuses dans les dernières semaines de vie

Evaluation des prescriptions de chimiothérapies anticancéreuses dans les dernières semaines de vie Evaluation des prescriptions de chimiothérapies anticancéreuses dans les dernières semaines de vie S.Drouot, A.P Pouliquen, P.Faure, JL.Misset, I.Madelaine Rationnel Croissance des prescriptions lié à

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 24

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 24 20 MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE Arrêté du 27 Moharram 1437 correspondant au 10 novembre 2015 relatif à la surveillance médicale des travailleurs exposés aux rayonnements

Plus en détail

LES PRATIQUES SOIGNANTES LORS D'UNE DECOUVERTE DE LEUCEMIE AIGUE. S. BARBIER, I.GIRARD, L.GOUDET, E. TURQUET Réunion Réseau POHO, Novembre 2010

LES PRATIQUES SOIGNANTES LORS D'UNE DECOUVERTE DE LEUCEMIE AIGUE. S. BARBIER, I.GIRARD, L.GOUDET, E. TURQUET Réunion Réseau POHO, Novembre 2010 LES PRATIQUES SOIGNANTES LORS D'UNE DECOUVERTE DE LEUCEMIE AIGUE S. BARBIER, I.GIRARD, L.GOUDET, E. TURQUET Réunion Réseau POHO, Novembre 2010 SOMMAIRE I Rappel médical : * Définition * Signes cliniques

Plus en détail

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers.

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Plan. Introduction. Définition succinte. Diagnostic. 1- Diagnostic médical d annonce; 2- Entretien infirmier. Pose d une voie centrale.

Plus en détail

LE ROLE ET LES RESPONSABILITES DU PHYSICIEN MEDICAL DANS LA VALIDATION DES TRAITEMENTS ONCOLOGIQUES EN RADIOTHERAPIE INTERNE VECTORISEE

LE ROLE ET LES RESPONSABILITES DU PHYSICIEN MEDICAL DANS LA VALIDATION DES TRAITEMENTS ONCOLOGIQUES EN RADIOTHERAPIE INTERNE VECTORISEE SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE PHYSIQUE MÉDICALE LE ROLE ET LES RESPONSABILITES DU PHYSICIEN MEDICAL DANS LA VALIDATION DES TRAITEMENTS ONCOLOGIQUES EN RADIOTHERAPIE INTERNE VECTORISEE Rapport S.F.P.M. n 31 Juin

Plus en détail

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.!

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.! Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires. 3 situations Primitif connu et nodule suspect de métastase pulmonaire Métastase pulmonaire avérée - recherche d autres lésions Métastase pulmonaire

Plus en détail

Douleur et métastases. N Cantagrel CETD Toulouse 2010

Douleur et métastases. N Cantagrel CETD Toulouse 2010 Douleur et métastases osseuses N Cantagrel CETD Toulouse 2010 Epidemiologie Tumeur Incidence 1 Incidence 2 Après un cancer primitif, 20% présentent une localisation secondaire osseuse Coleman 1997 (1)

Plus en détail

Service de radio-oncologie Présentation et infos pratiques

Service de radio-oncologie Présentation et infos pratiques Service de radio-oncologie Présentation et infos pratiques 2 Bienvenue au service de radio-oncologie 3 C est quoi, la radiothérapie? L équipe de radio-oncologie Les appareils La prise en charge Informations

Plus en détail