UNE OCCASION DE SOUTENIR LE LANCEMENT DU PREMIER SATELLITE 100% SWISS-MADE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE OCCASION DE SOUTENIR LE LANCEMENT DU PREMIER SATELLITE 100% SWISS-MADE"

Transcription

1 UNE OCCASION DE SOUTENIR LE LANCEMENT DU PREMIER SATELLITE 100% SWISS-MADE

2

3 «Ici, vous voyez la structure cubique dans laquelle nous allons placer notre technologie» L étudiant désigne un squelette métallique d une dizaine de centimètres et des cartes électroniques, expliquant avec enthousiasme aux curieux penchés sur sa vitrine ce qui va composer SwissCube, le premier satellite entièrement créé par des étudiants suisses. En octobre 2007, à l occasion de son Assemblée Générale, l A 3 avait choisi le «Space Day», organisé par le Space Center de l EPFL pour réunir ses membres et leur donner ainsi l opportunité de se mettre à jour sur les grands projets en gestation dans les laboratoires de l institution. C est en écoutant cette démonstration que les auditeurs ont appris que le lancement dans l espace du satellite n était pas encore totalement assuré. Même si plusieurs sociétés privées étaient parties prenantes dans le développement du projet, conçu grâce à la collaboration entre plusieurs écoles. Le comité de l A 3 a compris avoir là, sous ses yeux, un parfait exemple de ce que pourrait être un pont entre les étudiants et les diplômés EPFL. D un côté, une équipe dynamique, passionnée, expérimentant toutes les phases d un projet d envergure, apprenant à collaborer avec des partenaires d horizons différents. Ensemble, ils tendent vers un objectif concret : envoyer un satellite pour recueillir des informations sur une couche de notre atmosphère. Pour les étudiants, une chance unique : participer à un projet concret de développement, une possibilité dont l EPFL peut à juste titre s enorgueillir. De l autre côté, les diplômés, vous, moi, qui avons gardé de très bons souvenirs de nos études à l EPFL, qui en tirons une certaine fierté, et qui aimerions, d une manière ou d une autre, contribuer maintenant au rayonnement de notre école. L A 3 se propose, par une campagne de levée de fonds auprès de ses membres, de satelliser dans un petit cube de 10 cm de côté l esprit de solidarité entre diplômés et futurs ingénieurs. De concrétiser l envie d inscrire dans les étoiles l excellence et le dynamisme innovateur de notre région et la force de son réseau. J espère que vous aurez autant de plaisir à lire cette brochure que j en ai eu lors de mes rencontres avec l équipe du Space Center EPFL. Avec l A3, je compte sur votre contribution financière pour rendre possible cette aventure extraordinaire. Natalie Meystre Vice présidente de l A 3 Contacts et renseignement sur notre site : http//a3.epfl.ch/swisscube.html La science passionne le public. C est particulièrement le cas pour l aventure spatiale, grâce aux retransmissions télévisées du programme Apollo ou, pour la Suisse, aux missions de la navette spatiale auxquelles a participé l astronaute Claude Nicollier. Même s il pourrait paraître moins spectaculaire, le projet SwissCube est enthousiasmant à plus d un titre. Parce qu il résulte d une collaboration entre plusieurs institutions académiques suisses et qu il permet aux étudiants de se former à l ingénierie spatiale en contribuant à la conception, la construction et la mise en orbite d un satellite. Mais aussi, parce qu il donne l occasion à l ensemble de la communauté polytechnique d être partie prenante dans ce projet, grâce à la souscription lancée par l A3. Mêmes modestes, vos contributions auront une symbolique forte. Elles témoigneront de la solidarité entre diplômés et étudiants, dont le SwissCube emportera la trace dans l espace. Charles Kleiber, Ancien secrétaire d Etat à la Science 1

4 DES PICOSATELLITES POUR PROMOUVOIR L ÉDUCATION SPATIALE La Suisse participe depuis longtemps à l aventure spatiale. Grâce à son industrie spécialisée, à des expériences développées au sein de ses universités ou à travers la personne de Claude Nicollier. Désormais, la formation des ingénieurs dans le domaine spatial est considérablement améliorée avec le développement des Cubesats. Le projet «CubeSat» a vu le jour au début des années 2000 dans le laboratoire du Professeur Bob Twiggs de l Université de Stanford aux Etats-Unis, et a été mis en place par l université voisine, la California Polytechnic State University (CalPoly). L objectif de ce programme d enseignement, auquel participent aujourd hui plus de 60 universités et hautes écoles dont l EPFL est d offrir aux étudiants une expérience concrète et des connaissances de pointe liées à la recherche et à l industrie aérospatiale. Un satellite très performant Le CubeSat est un picosatellite cubique de dix centimètres de côté, pesant tout juste un kilogramme et offrant un volume utile d un litre. A l intérieur de ce cadre prédéfini, il s agit d implanter les divers composants techniques, dont la charge principale ou «payload». C est ce «passager scientifique», associé à l ensemble de tous les éléments conçus par les étudiants afin de le faire fonctionner, qui fait la spécificité de chaque CubeSat. Bien que de toute petite taille, le CubeSat possède les mêmes fonctionnalités que ses plus grands cousins: système de communication bidirectionnel pour l espace (mais n utilisant qu un Watt de puissance!), ordinateur de bord, panneaux solaires alimentant une centrale d énergie, détermination et contrôle de son comportement, charge scientifique. Ils opèrent aussi sous les mêmes conditions, soumis au vide interstellaire, aux radiations, aux chocs thermiques répétés, de même qu aux vibrations extrêmes en cours de lancement. Grâce au Poly Picosatellite Orbital Deployer (P-POD ), dispositif tubulaire développé en parallèle par CalPoly pour «lancer» ces petits satellites cubiques, le CubeSat s embarque, tel un passager auxiliaire, sur une fusée de lancement conventionnelle, et ce à un coût relativement faible par rapport au frais de déploiement des satellites de grande taille. Les dimensions standardisées du CubeSat, tout comme la systématique de son lancement, favorisent la collaboration interuniversitaire, le partage des connaissances et suscite l enthousiasme de l industrie. De plus, le prix relativement modique du satellite comparé à d autres projets spatiaux permet aux universités, source permanente de savoir et d innovation, de jouer un rôle dans la conquête de l espace. Le premiers CubeSat a été lancé en 2003, en tant que passager auxiliaire d une fusée destinée à mettre sur orbite un satellite commercial. Ce principe permet de réduire considérablement le coût du lancement, qui s élève néanmoins à environ $ pour chaque unité. Au total, à ce jour, 33 Cubesats ont été lancés. Un seul accident, survenu avec un lanceur russe en 2006, a entraîné d un seul coup la perte de 14 d entre eux. SwissCube, un CubeSat 100% suisse La Suisse est depuis longtemps partie prenante de l aventure spatiale, puisqu elle figure parmi les membres fondateurs de l Agence spatiale européenne (ESA). Elle y contribue annuellement pour un montant de 140 millions de francs. N oublions pas la première expérience suisse, destinée à mesurer les vents solaires, embarquée sur Apollo XI. Ni évidemment les quatre vols de Claude Nicollier, le premier astronaute suisse, sur les navettes de la NASA. L industrie aérospatiale est très développée en Suisse. Elle a construit notamment les coiffes du lanceur Ariane produites par la firme Contraves (aujourd hui Oerlikon Space), les horloges atomiques du futur système de navigation satellitaire européen «Galileo» développé à l observatoire de Neuchâtel, et les très nombreuses structures et mécanismes de précision suisses qui volent dans l espace. Si la Suisse a participé au développement de nombreux satellites en fournissant des pièces ou des instruments, SwissCube représente le premier projet spatial entièrement développé et construit dans notre pays. Représentation du nouveau lanceur européen VEGA 2

5 3

6 Petit mais sophistiqué Toute une série de composants permettront au SwissCube de remplir ce mandat de recherche. Un ingénieux système de déploiement assurera la sortie de deux antennes perpendiculaires, outils de transmission et de réceptions des données vers les stations terrestres. L énergie nécessaire au fonctionnement du satellite, équivalente à celle d un simple téléphone portable, sera fournie par de minuscules panneaux solaires apposés à la surface du cube. Elle devra de plus permettre de faire fonctionner le système de communication à raison de 1 Watt pendant une dizaine de minutes une à deux fois par jour. Des «magneto-torquers», petits solénoïdes produisant des champs magnétiques variables à la manière de trois aimants combinés, assureront les corrections de position du cube en orbite en interagissant avec le champ magnétique terrestre, avec une précision de l ordre de +/- 5. Des quartz spécialement sélectionnés formeront l horloge interne du SwissCube. L ordinateur de bord assurera quant à lui, et grâce à toute une série de logiciels développés par les étudiants, la gestion des données et leur transfert vers les stations au sol. Ces dernières, également conçues et installées dans le cadre du projet, permettront d entrer en contact avec SwissCube lorsqu il passera au-dessus d elles. Le satellite devrait avoir une autonomie de fonctionnement d au moins trois mois. Mais, ce délai échu et si son comportement est toujours bon, il est envisageable qu il puisse poursuivre sa mission pendant une année entière. Lanceur Pour le choix du lanceur, la première option retenue est celle de la fusée VEGA, de l Agence spatiale européenne. Le projet VEGA a pour objectif de satisfaire la demande pour des satellites de taille réduite 300 à kg de charge utile pour des orbites basses ou polaires. Le premier lancement doit avoir lieu fin 2008, début 2009 depuis la Guyane française. Une trentaine de projets CubeSat développés par les universités européennes sont en concurrence pour un embarquement sur la fusée VEGA. Parmi ceux-ci, il y a bien sûr SwissCube, mais aussi un projet développé par la Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana (SUPSI) de Manno, au Tessin [1]. La seconde option envisagée pour le cas où le développement du projet VEGA devait rencontrer difficultés ou retards est celle de la fusée indienne PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle). Destiné à l orbite polaire, il s agit d un lanceur déjà bien rôdé puisque son premier vol réussi date de CD & FDC [1] Démarré un an avant le projet SwissCube, il est d une ampleur plus modeste, recourant notamment à l achat en kit d une partie du CubeSat. 4

7 Vue éclatée des éléments de SwissCube 5

8 SWISSCUBE, UNE OPPORTUNITÉ D ENSEIGNEMENT EXCEPTIONNELLE Le projet SwissCube est le fruit d une étroite collaboration entre l EPFL, l Université de Neuchâtel et quatre HES de Suisse romande Fribourg, Sion, Yverdon et Haute Ecole-ARC, des membres de l industrie aérospatiale suisse et l Agence Spatiale Européenne. Chaque semestre, ce sont près de 35 étudiants provenant des divers laboratoires impliqués qui participent au développement du SwissCube. Sous la supervision d une équipe d ingénieurs et le mentorat d industries telles que RUAG Aerospace, Oerlikon Aerospace ou Montena emc, les étudiants peuvent acquérir des connaissances pratiques de grande valeur et apporter leur ingéniosité au petit cube suisse. L objectif principal du projet SwissCube est celui de former des ingénieurs ayant la possibilité de suivre l ensemble des opérations liées à un projet spatial. Celui-ci est entièrement réalisé en conditions réelles, de la définition de la mission à l exploitation des données transmises depuis l espace, en passant par la mise au point et la fabrication du satellite, les phases d essai, de lancement et d exploitation des données acquises par le satellite. La mise en réseau de compétences distinctes Le projet SwissCube a démarré en été 2005 à l initiative du Professeur Shea du LMTS, donc bien avant l arrivée des étudiants, avec les premiers contacts entre les laboratoires des différentes institutions. Le plan de management a été établi sous la houlette de Muriel Noca, du Space Center [1] de l EPFL. Il s agissait de combiner de façon optimale l approche analytique propre à l EPFL et à l UNI de Neuchâtel avec les implémentations pragmatiques et le savoir-faire technique des HES. L EPFL est impliquée dans le projet avec une dizaine de laboratoires qui concernent trois facultés sur cinq, soit Sciences et techniques de l ingénieur (STI), Informatique et systèmes de communication (I&S) et Sciences de base (SB), les HES d Yverdon et de Fribourg avec deux laboratoires, l Université de Neuchâtel, la HES Sion et la HE-ARC avec un laboratoire chacune. Les stations terrestres qui seront en communication avec le SwissCube seront basées à Fribourg et à l EPFL. Afin d obtenir le maximum d impact didactique, le projet est organisé selon le modèle des programmes de la NASA et de l ESA. Les étudiants peuvent ainsi appréhender de façon précise l interaction entre les diverses étapes de la conception. Avec quatre phases de développement et une phase d exploitation. L élaboration d un système unique Le système de vol du SwissCube est entièrement conçu et fabriqué en Suisse, dans le cadre du programme d enseignement. Il s agit donc d un système unique à objectif didactique, qui peut en outre permettre de valider de nouvelles techniques innovantes «space proven» susceptibles de déboucher sur des brevets, voire sur la commercialisation de certains composants. Une première phase de tests portant sur la résistance aux chocs et aux vibrations s est déroulée en août 2007, grâce à l appui de RUAG Aerospace, au sein du Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR) à Berlin, avec l assistance de l entreprise Astround Feinwerktechnik GmbH. Sachant ensuite que lors d une rotation orbitale, le SwissCube sera soumis à des variations de température allant de 50 à + 70 C, un cycle d essais thermique en situation de vide a été entrepris dès septembre 2007 dans les laboratoires de l entreprise RUAG-Aerospace à Nyon. Des perspectives d avenir prometteuses Grâce au projet SwissCube, les étudiants ont la possibilité d acquérir la vision globale d un système d ingénierie et de mettre en perspective chaque phase de développement avec l ensemble d un processus. Les industriels ayant rapidement compris que le projet SwissCube leur offrait une ressource de compétences unique, les offres de stage et d emploi n ont pas tardé à affluer. Si ce satellite confirme tous les espoirs portés en lui, il est prévu de commencer la conception de SwissCube2 en 2009 par un appel à des propositions de payload et d expériences scientifiques. FDC [1] Suite à une décision stratégique de la direction de l EPFL, le Space Center à été crée en 2003 et a pour buts principaux de promouvoir la recherche, l éducation et les liens avec l industrie dans le domaine fascinant qu est le spatial. Le Space Center comprend une équipe de six personnes dirigées par Maurice Borgeaud. Si SwissCube est actuellement le projet phare du Space Center EPFL, la mise en place d un mineur en technologie spatiale pour les étudiants et la création d une salle d ingénierie concurrente sont d autres activités importantes du Space Center. 6

9 Modélisation des déformations mécaniques du satellite 7

10 8

11 Montage et tests du satellite 9

12 EN PRISE DIRECTE SUR L AIRGLOW Si la raison d être principale du projet SwissCube est la formation d ingénieurs spécialisés dans le domaine spatial, l objectif final de tout satellite mis en orbite reste de recevoir sur terre des informations utiles recueillies depuis l espace. Pour cette première mission, il s agira d obtenir une série de prises de vue de l AirGlow. La mission du satellite SwissCube sera l observation et la prise de mesures du phénomène «Airglow», cette couche de l atmosphère luminescente située à environ 100 km d altitude. Repéré pour la première fois en 1868 par Anders Angström, il est dû principalement à la photodissociation, à la photo-excitation, à l excitation par des électrons rapides ou à la recombinaison d ions, sous l effet du bombardement des photons du soleil sur les atomes d oxygène dans les très hautes couches de l atmosphère. L objectif scientifique est l observation des émissions d oxygène dans les longueurs d onde du proche infrarouge (762 nm), de manière à caractériser l intensité de l airglow en fonction de l angle d observation, de l altitude, de la latitude et du temps local. L expérience a été suscitée par l équipe du Laboratoire des Microsystèmes pour les Technologies Spatiales (LMTS), dirigé par le Prof. Herbert Shea. L objectif est de savoir si le phénomène Airglow est présent jour et nuit autour de la terre, s il est soumis à des variations et s il pourrait avoir une relation avec la couche d ozone. Simplicité et fiabilité La «payload», ou charge utile, du satellite SwissCube est constituée d un télescope qui sera chargé de prendre une série d images de ce phénomène. Il s agira pour cela de le détecter, d orienter le satellite de manière optimale, puis de transmettre l image sur terre lorsque le satellite sera en mesure de contacter la station de réception, de Fribourg ou de l EPFL. Au vu de la taille réduite du satellite, le système embarqué doit parvenir à une grande simplicité et surtout, offrir une fiabilité à l épreuve des conditions extrêmes auxquelles il est exposé. Le télescope mesure 50 mm de long, pèse 40 grammes et se compose de trois parties. La première est le détecteur, un circuit intégré du commerce de 188 x 120 pixels, capable d échantillonner sur une profondeur de 10 bits. Le signal de l Airglow étant très faible, une plus haute résolution diminuerait le flux de photons sur un seul pixel. Par ailleurs, le temps de transmission lors de chaque passage du satellite à l aplomb de la station de réception étant restreint, il est nécessaire de limiter la taille de chaque image. L objectif comporte trois lentilles et un filtre qui ne laisse passer que la longueur d onde désirée dans le domaine du proche infrarouge. Le dispositif est complété par un filtre optique destiné à atténuer la lumière incidente, composé de plusieurs couronnes circulaires percées, prises entre des entretoises. Par le jeu des réflexions sur les couronnes de formes étudiées, la lumière qui arrive sur les côtés de l objectif est déphasée, contrephasée, atténuée et réfléchie vers l extérieur du télescope dans un rapport de 40 db ( fois). Le corps du télescope est en titane, en aluminium et divers autres métaux. L ouverture de l objectif est de 20 degrés dans les deux axes. La payload consomme relativement peu d énergie 150 mw lors de chaque prise de vue par rapport à l ensemble du système. FDC 10

13 Airglow et télescope 11

14 DE «STAR WARS» À SWISSCUBE Noémy Scheidegger est l une des chevilles ouvrières de SwissCube. Impliquée depuis le début du projet alors qu elle était étudiante, aujourd hui ingénieure diplômée sous contrat avec le Laboratoire des Microsystèmes pour les Technologies Spatiales (LMTS), demain engagée par Oerlikon Space, elle symbolise à merveille le potentiel offert par la nouvelle filière d enseignement dans le domaine spatial. D où vous est venue cette passion pour l espace? Noémy Scheidegger : D une manière somme toute assez classique, j imagine. C est en regardant le film «Star Wars», qui devait sans doute aussi être le premier film que j aie vu. Ensuite, mon rêve était de devenir pilote de chasse, même si je n ai jamais commencé le long processus nécessaire pour le concrétiser. Quel a été le parcours académique qui vous a conduit à vous occuper du projet SwissCube? J ai tout d abord obtenu une maturité scientifique en 2000 au Gymnase d Oberwil, dans le canton de Bâle-campagne. Par la suite, le stage de quinze jours que j ai suivi à l EPFZ dans le domaine de la robotique a été décisif pour ma future orientation académique. Comme je souhaitais améliorer mon français, je me suis inscrite à l EPFL, dans la section de Microtechnique. Mais une formation spécifique dans le domaine spatial n existait alors pas à l EPFL? Non, c est vrai. Chance ou clin d œil du destin, je me trouvais là quand Claude Nicollier à donné son premier cours à l EPFL. Je l ai donc suivi en tant qu auditrice «clandestine», puisqu il n était pas inclus dans le cursus normal de la troisième année, mais j ai tout de même réussi à le faire valider après coup. Ensuite, le Space Center a commencé son activité en Vous avez donc fait partie de la première volée d étudiants? En effet. J y ai entrepris le premier projet de semestre portant sur SwissCube, et plus particulièrement sur l analyse de mission. Enfin, si mon projet de master n était pas directement lié au contexte de SwissCube, il avait tout de même une relation avec le domaine spatial, puisqu il s agissait d un petit robot adapté au terrain rugueux. Votre master en poche, quel fut le début de votre activité professionnelle? J ai obtenu un contrat de 18 mois du LMTS pour développer un Earth Sensor (un instrument optique similaire à la charge utile de SwissCube) pour l Agence Spatiale Européenne (ESA). Parallèlement, je restais impliquée dans le projet SwissCube pour la définition de la mission et la charge utile. Ce contrat s achève à la fin février Dès le 1er avril, je serai engagée chez Oerlikon Space, grâce aux contacts établis à travers le projet SwissCube. J y travaillerai dans le domaine de la robotique et des mécanismes de déploiement. Vos rêves se sont donc concrétisés? Oui, je n avais pas fait de plan de carrière particulier, mais finalement jusqu à maintenant tout a toujours marché de la manière la plus heureuse pour moi. J ai même commencé à perfectionner mon russe, que j avais commencé à apprendre au gymnase Propos recueillis par FDC 12

15 FAIRE VOLER UN VRAI SATELLITE Fabien Jordan est Ingénieur HES en génie électrique, orientation systèmes énergétiques, diplômé du HEIG-VD d Yverdon. Depuis la fin de ses études et de son projet de diplôme, qui portait sur la gestion de l énergie au sein du SwissCube, il a intégré le «coreteam» du Space Center de l EPFL, où il supervise chaque semestre les travaux de plusieurs étudiants. Qu est-ce qui vous a amené à participer au projet SwissCube? Fabien Jordan : C est un de mes professeurs à la HES qui a mentionné l existence des CubeSats et la possibilité de participer au projet en développement au Space Center de l EPFL. Ça a tout de suite éveillé ma curiosité! Contribuer à faire voler un vrai satellite me semblait une opportunité rare. Je me suis donc porté volontaire. J ai d abord fait un travail de semestre sur SwissCube, puis enchaîné avec le diplôme qui portait sur les composantes électriques du satellite. Vous faites aujourd hui partie de l équipe qui supervise les étudiants au Space Center, comment s est fait le passage de l étudiant HES à l employé EPFL? En douceur, car je connaissais déjà bien l équipe du Space Center. Mais il est vrai qu au début, j étais quelque peu intimidé par les étudiants provenant du cursus EPFL : j avais l impression qu en théorie, leurs connaissances étaient plus poussées que les miennes. Je me suis rapidement rendu compte que c était mes aptitudes pratiques mon savoir-faire technique si on veut que je devais mettre à profit afin de bien guider les étudiants, cet aspect étant moins développé dans la formation EPFL. Quels aspects du projet SwissCube vous passionnent? Je suis actuellement impliqué dans toute la partie électrique du satellite et je travaille principalement au niveau des interfaces entre les différents sous-systèmes. Ce qui m intéresse, c est d être confronté à un problème pour lequel il existe plusieurs solutions possibles. On doit alors faire preuve de créativité afin de trouver la solution la plus appropriée. J aime le processus qui va de cette idéation créatrice à la matérialisation de la solution, et enfin, à sa validation par l expérience. L idée qu une des composantes que j ai non seulement imaginé mais fabriqué se retrouve dans l espace, c est une motivation sans pareil. Cette expérience professionnelle au sein du «core-team» du Space Center est elle aussi formatrice? Tout à fait. On y côtoie des gens exceptionnels comme Muriel Noca et Maurice Borgeaud, sans parler des quelques rencontres avec Claude Nicollier! Ces personnes ont non seulement des connaissances très poussées dans le domaine mais aussi, et surtout, un sens inné du travail en équipe et de la gestion de projet. Cette attitude de gestionnaire est très difficile à acquérir dans le cadre d une formation théorique. En parallèle, le Space Center permet de participer à plusieurs évènements dans le contexte de la communauté CubeSat, à des conférences et des workshops internationaux. On peut ainsi échanger avec des chercheurs et des étudiants de tous horizons. Il est certain que l expérience acquise au Space Center me sera d une grande utilité tout au long de ma carrière. Propos recueillis par CD 13

16 PARTICIPEZ À L AVENTURE SPATIALE! Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong posait le pied sur la lune. Au même moment, sur Terre, des centaines de millions de téléspectateurs, l œil rivé sur leur poste, vivaient avec passion ce moment historique. Alors réservée aux deux grandes puissances, l aventure spatiale est devenue accessible à un grand nombre de pays, dont le nôtre. Elle n est plus seulement incarnée par la figure de Claude Nicollier, mais mobilise un nombre croissant d industriels, d ingénieurs, et d étudiants. Elle fait désormais partie du cursus académique dans les EPF, les universités et les HES. Grâce au projet SwissCube, les diplômés de l EPFL et les entreprises ont l occasion eux aussi de participer à une aventure spatiale, en contribuant à son financement. Un petit pas pour chacun, qui fera écho au «grand pas pour l humanité» de Neil Armstrong. Afin de maintenir ses coûts à un niveau acceptable, le projet SwissCube recourt à des composants industriels soigneusement sélectionnés. Un plan de tests rigoureux a été mis sur pied grâce au soutien de partenaires industriels tels que RUAG Aerospace et Oerlikon Space. Bien que le travail de recherche et développement soit inclus dans les budgets de fonctionnement des laboratoires, il est nécessaire de trouver un financement pour la construction du satellite et de la station de réception au sol, le lancement et les coûts d intégration et de validation. Ce projet phare du Space Center est partiellement financé par l EPFL, le Bureau des Affaires Spatiales Suisses (SSO) affilié au Secrétariat d Etat pour l Education et la Recherche, les firmes RUAG Aerospace et Oerlikon Space, ainsi que par le CSEM. Il reste cependant à couvrir le solde du budget, soit un montant de francs, par le biais du sponsoring. Trois niveaux de contribution sont proposés, de manière à permettre à chacun de participer, entreprise, diplômé ou étudiant. 14

17 Contributeurs «Golden Pass» Le «Golden Pass» correspond à une contribution financière supérieure à CHF Il concerne des entreprises, des institutions ou des personnes privées dont le logo ou le nom apparaîtront lors de l ensemble des événements techniques et de relations publiques, ainsi que sur le site internet de SwissCube. Chaque contributeur «Golden Pass» recevra en outre une maquette à l échelle grandeur nature du satellite, aura le statut d invité d honneur lors de la réception organisée à l EPFL à l occasion du lancement et pourra se connecter sur un canal privilégié d informations «live» en provenance du satellite. Les relations entre les équipes d étudiants et les entreprises contributrices seront activement encouragées, lors de conférences et de meetings, de manière à faire bénéficier les entreprises contributrices de retombées concrètes de la nouvelle formation d ingénieurs spécialisés dans le domaine spatial. Une contrepartie exceptionnelle est prévue pour les contributeurs «Golden Pass» dont le montant de la contribution dépasse CHF Ils auront en effet la possibilité d être physiquement représentés dans l espace, puisque leur logo ou leur nom sera gravé sur la face intérieure du satellite. Contributeurs «Tantalum Pass» Le «Tantalum Pass» correspond à une contribution supérieure à CHF Il donne droit à une invitation à la cérémonie de lancement à l EPFL et à la réception des informations «live» du satellite. La liste des noms de contributeurs «Tantalum Pass» figurera sur l ensemble des documents publiés et sur le site internet de SwissCube. Contributeurs «Aluminum Pass» Le projet SwissCube souhaitant s ouvrir à la participation de tous ceux que l aventure spatiale passionne, même les plus infimes contributions sont les bienvenues. Les contributions supérieures à CHF 200.-donnent droit à une invitation à la cérémonie de lancement à l EPFL et la réception régulière de la Newsletter; pour les contributions supérieures à CHF 500.-, ils recevront en outre les informations «live» du satellite. Le développement et le lancement du premier satellite suisse entièrement construit par des étudiants bénéficiera sans aucun doute d une très large audience. Celle-ci regroupera non seulement l ensemble de la communauté scientifique suisse, mais devrait passionner un très large public à travers les médias presse, radio et télévision. Plusieurs articles ont déjà rendu compte du projet, un film a été diffusé sur EuroNews. Contribution Offre SwissCube «Aluminum Pass» > Invitation à la cérémonie de lancement à l EPFL et Newsletter «Tantalum Pass» > Invitation à la cérémonie de lancement à l EPFL Nom sur les publications et le site internet (si souhaité) «Golden Pass» > Hôte d honneur à la cérémonie de lancement à l EPFL Maquette grandeur nature du satellite > Hôte d honneur à la cérémonie de lancement à l EPFL Maquette grandeur nature du satellite 10 invitations pour les clients du donateur, Logo ou nom gravé sur la face interne du satellite Pour tous les dons de personne privée, vu que le versement va à une fondation d utilité publique, ces montants sont déductibles sur la déclaration d impôts. Vous recevrez un certificat de notre part. 15

18 LA PASSION POUR L ESPACE Lorsque j ai eu l occasion privilégiée d observer de mes propres yeux, à plusieurs reprises depuis la navette spatiale, le magnifique spectacle de l Airglow au cours de mes missions en orbite terrestre entre 1992 et 1999, j étais loin d imaginer qu un jour, je serais le témoin d une activité frénétique à l EPFL autour d un projet réalisé par des étudiants et visant à observer ce même phénomène! Une belle aventure, qui dépasse largement le cadre du Space Center EPFL, et qui associe des centres, écoles et instituts dans toute la Suisse et quelques endroits en Europe. Je peux déjà imaginer le suspense le jour du lancement, lors du départ, de l insertion en orbite, de l activation des systèmes de bord et de la réception du premier signe de vie du petit cube en orbite, puis des premières données scientifiques Il y a une grande noblesse dans un pareil projet. Une bonne dose de talent technique et gestionnaire. De l émotion. On est finalement sur les pas des grands programmes de l astronautique scientifique et exploratoire comme Giotto, Hubble, Galileo, Cassini-Huygens, Mars et Vénus Express, Spirit et Opportunity... plus modestement peut-être, mais avec beaucoup de points communs, car l environnement sera le même (vide, absence de gravité, pluie de particules, rayonnement UV du Soleil), et les chances de succès ne seront acceptables que si l on tient compte de tous ces facteurs avec discernement et rigueur. Il ne fait aucun doute, à mes yeux, que le niveau d enthousiasme et de passion est le même chez SwissCube que dans ces grands programmes, en plus de la très grande valeur formative du projet. Je souhaite bonne chance à toute l équipe, et peux affirmer qu avec une bonne partie de la population suisse et au-delà, je partagerai l aventure de SwissCube avec toute l intensité qu elle mérite. Claude Nicollier Houston, le 19 février 2008 Brochure éditée par: l A 3, EPFL, Centre Midi, CP 122, 1015 Lausanne 15, mail: internet: // Comité de rédaction: Maurice Borgeaud, Patrick Lacourt, Natalie Meystre, Mark Miehlbradt, Muriel Noca // Rédaction: Revue TRACÉS, rue de Bassenges 4, 1024 Ecublens, Francesco Della Casa (FDC), Caroline Dionne (CD) // Graphisme: Atelier Poisson / Giorgio Pesce, Camille Sauthier, Av. de Morges 33, 1004 Lausanne // Impression: STAEMPFLI Publikationen AG, Wölfflistrasse 1, 3001 Berne // Crédit des illustrations: SpaceCenter EPFL / p.5 : ESA / p.16 : ESA / p.18 : NASA / couverture : 16

19

20

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Quelques Nouvelles. 1 er décembre 2015

Quelques Nouvelles. 1 er décembre 2015 Quelques Nouvelles 1 er décembre 2015 Pluton et Charon révélées sur toutes leurs faces par New Horizons Une rotation complète de Pluton, un jour plutonien, soit 6,4 jours. À mesure que New Horizons se

Plus en détail

Connecte-toi aux nouvelles technologies

Connecte-toi aux nouvelles technologies Connecte-toi aux nouvelles technologies Les métiers des TIC des métiers branchés Bien choisir Toutes les informations utiles. Cette brochure doit t orienter dans tes choix de formation. Choisir n est pas

Plus en détail

Dossier de sponsoring

Dossier de sponsoring Dossier de sponsoring Soutenez l équipe d ISIBOT L Institut Supérieur d Informatique, de Modélisation et de leurs Applications est l une des écoles publiques d ingénieurs les plus dynamiques de la région

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

Vol Parabolique Campagne 84

Vol Parabolique Campagne 84 Vol Parabolique Campagne 84 TEST DE DEPLOIEMENT DES ANTENNES DU CUBESAT ROBUSTA Nomenclature du système : RB Sous-système: antenne Nature du document : RP Date de création : 31.01.2011 Un projet du service

Plus en détail

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options!

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options! Master en Travail social 2015 Nouveau programme avec deux options! HES-SO Fabrice Nobs HES-SO Thierry Parel 2 Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux tels que l exclusion,

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES

BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES Informaticien-ne de gestion BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

Une formation dans la boulangerie/confiserie Boulangère-pâtissière-confiseuse/ Boulanger-pâtissier-confiseur Gestionnaire du commerce de détail

Une formation dans la boulangerie/confiserie Boulangère-pâtissière-confiseuse/ Boulanger-pâtissier-confiseur Gestionnaire du commerce de détail Une formation dans la boulangerie/confiserie Boulangère-pâtissière-confiseuse/ Boulanger-pâtissier-confiseur Gestionnaire du commerce de détail www.forme-ton-avenir.ch 2 Ta formation de boulangerpâtissier-confiseur

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 2. Le coronographe de Lyot Le coronographe est un système optique assez complexe conçu pour observer les protubérances solaires en réalisant une sorte «d

Plus en détail

DOSSIER DE PARTENARIAT

DOSSIER DE PARTENARIAT DOSSIER DE PARTENARIAT I] QU EST CE QUE LE 4L TROPHY? II] QUI SOMMES-NOUS? III] NOTRE ASSOCIATION: SOLID R4 MAROC IV] NOTRE ECOLE : L ECAM STRASBOURG-EUROPE V] NOTRE BUDGET VI] POURQUOI NOUS SPONSORISER?

Plus en détail

www.professions-construction.ch

www.professions-construction.ch Journal de stage en entreprise En suivant un stage en entreprise, tu pourras t informer en toute simplicité sur une profession de la construction en vivant la pratique au quotidien. Tu poses des questions,

Plus en détail

Nuits des Étoiles les vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 août

Nuits des Étoiles les vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 août Observatoire Jean-Marc Becker. contact@aafc.fr 34 Parc de l'observatoire http://aafc.fr 25000 Besançon Tél : 03 81 88 87 88 Lettre d information n 27 Juillet-Août 2013 Nuits des Étoiles les vendredi 9,

Plus en détail

Dès la rentrée 2011, toutes les filières à Neuchâtel

Dès la rentrée 2011, toutes les filières à Neuchâtel bauart Dès la rentrée 2011, toutes les filières à Neuchâtel Gare de Neuchâtel Conservatoire Haute Ecole de Musique Haute Ecole Arc Santé Haute Ecole Arc Conservation-restauration Haute Ecole Arc Ingénierie

Plus en détail

Robusta : un satellite réalisé par des étudiants Des picosatellites pour promouvoir l éducation spatiale

Robusta : un satellite réalisé par des étudiants Des picosatellites pour promouvoir l éducation spatiale Robusta : un satellite réalisé par des étudiants Des picosatellites pour promouvoir l éducation spatiale Frederic Giamarchi (France) La France est connue pour sa participation importante dans le programme

Plus en détail

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences.

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences. DESINAION LUNE Liens avec les programmes scolaires Proposition d exercices pour les élèves et correction Professeur(e) de collège Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

SOIRÉE HISTORIQUE À LAUSANNE: THE MOON RACE

SOIRÉE HISTORIQUE À LAUSANNE: THE MOON RACE SOIRÉE HISTORIQUE À LAUSANNE: THE MOON RACE Revivez l histoire de la course à la lune en présence de plusieurs pionniers de l espace, lors d une conférence-spectacle historique le vendredi 13 novembre

Plus en détail

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ]

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ] Les moments de force Les submersibles Mir peuvent plonger à 6 000 mètres, rester en immersion une vingtaine d heures et abriter 3 personnes (le pilote et deux observateurs), dans une sphère pressurisée

Plus en détail

Kit Média. smart living lab Route de la Fonderie 8 Case postale 487 1701 Fribourg. www.smartlivinglab.ch

Kit Média. smart living lab Route de la Fonderie 8 Case postale 487 1701 Fribourg. www.smartlivinglab.ch Kit Média smart living lab Route de la Fonderie 8 Case postale 487 1701 Fribourg www.smartlivinglab.ch Table des matières 1. Vision... 2 2. Genèse du projet... 3 3. Activités du smart living lab... 5 3.1.

Plus en détail

Small-Satellite Engineering and Applications

Small-Satellite Engineering and Applications Amandine DENIS Satellite Engineering Mai 2008 Aperçu de la présentation 1. De Spoutnik aux CubeSats 2. Caractéristiques-clés des petits satellites 3. Plateformes développées par le SSTL 4. Opportunités

Plus en détail

Maquette papier à monter éch. 1/100 e

Maquette papier à monter éch. 1/100 e Maquette papier à monter éch. 1/100 e ESA/CNES/Arianespace/CSG Service Optique, 2005 liste prestigieuse : EADS Space Transportation, la Snecma, Alcatel, Air Liquide, Volvo, Sabca, Contraves, Man, Avio,

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPC OU UNE MATURITÉ ACADÉMIQUE/GYMNASIALE

BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPC OU UNE MATURITÉ ACADÉMIQUE/GYMNASIALE Informaticien-ne de gestion BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPC OU UNE MATURITÉ ACADÉMIQUE/GYMNASIALE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied

Plus en détail

Les nanosatellites, vecteurs d'expérimenta6on: avantages et limites actuelles

Les nanosatellites, vecteurs d'expérimenta6on: avantages et limites actuelles Les nanosatellites, vecteurs d'expérimenta6on: avantages et limites actuelles V.Ponsa 14/11/2013 (Pr.L.Dusseau) 1/25 Sommaire 1)Un cubesat, c est quoi? 2)Un cubesat, pour qui? 3)Un cubesat, pour quoi faire?

Plus en détail

Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation. eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM

Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation. eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM Historique Septembre 2012 : Master "Espace et Application", Université franco-vietnamienne des Sciences et Technologies

Plus en détail

UniverSite De montpellier. évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français U N I V E R S I T A I R E CENTRE SPATIAL

UniverSite De montpellier. évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français U N I V E R S I T A I R E CENTRE SPATIAL NANOSATELLITES UNIVERSITAIRES évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français UniverSite De montpellier 1er Centre SpAtiAL UniverSitAire français UniverSite De montpellier Le Centre

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de la Physique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Alexis, chargé de recherche diplômé d un Master Physique du rayonnement et de la matière et d un Doctorat en

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Projet de voyage d études

Projet de voyage d études Dossier Sponsoring Projet de voyage d études Troisième année de Physique PhysicsTravel c/o Association Les Irrotationnels EPFL Bâtiment PH Station 3 1015 Lausanne 1 Responsables PhysicsTravel est la commission

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de l Electronique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Xavier, ingénieur en domotique diplômé d un Master Automatique et informatique industrielle Ce fascicule

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

European Space Laboratory

European Space Laboratory European Space Laboratory LA MISSION DE COLUMBUS Columbus est la principale contribution de l'agence Spatiale Européenne au projet de l'international Space Station conçu conjointement entre la NASA (USA),

Plus en détail

Dossier Partenaires Prenez de la hauteur

Dossier Partenaires Prenez de la hauteur 28 ème édition 2014 Dossier Partenaires Prenez de la hauteur SOMMAIRE Le mot du président... 2 Lettre de M. Houalla, directeur de l ENAC... 4 Lettre de M. Fourure, directeur de l ISAE... 6 Partenaires

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

EMBA du Leader Manager responsable EXECUTIVE MASTER OF BUSINESS ADMINISTRATION. www.myemba.ch

EMBA du Leader Manager responsable EXECUTIVE MASTER OF BUSINESS ADMINISTRATION. www.myemba.ch www.myemba.ch 1. EMBA LMR L EMBA du Leader Manager responsable (EMBA LMR) est une formation en emploi sur deux ans, respectivement sur deux ans et demi pour les non-économistes 1, qui représente 60 crédits

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION Intitulé de la filière : Génie Electrique & Télécommunication (GET) Options : Génie Electrique & Contrôle Industriel Génie des Systèmes Electroniques & Télécommunications OBJECTIFS DE LA FORMATION Les

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC NATALYA

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC NATALYA INTERVIEW : RENCONTRE AVEC NATALYA Eskimon, Natalya 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Natalya Bonjour Natalya et bienvenue à mon micro! C est pour moi un

Plus en détail

l histoire, la littérature, la musique, extraordinaire pour comprendre le monde dans lequel nous vivons et en tirer des enseignements.

l histoire, la littérature, la musique, extraordinaire pour comprendre le monde dans lequel nous vivons et en tirer des enseignements. Ateliers Pédagogiques Depuis 20 ans, nous nous consacrons à l animation et à la formation sur un thème unique : l astronomie. Nous pensons, en effet, que la formation et l éducation exigent une rigueur

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION Intitulé de la filière : Génie Electrique & Télécommunication (GET) Options : Génie Electrique & Contrôle Industriel Génie Electronique & Télécommunication OBJECTIFS DE LA FORMATION Les objectifs de la

Plus en détail

BACHELOR, MASTER, UNI, EPF, HES Comment faire son choix?

BACHELOR, MASTER, UNI, EPF, HES Comment faire son choix? BACHELOR, MASTER, UNI, EPF, HES Comment faire son choix? Forum Horizon 14 février 2014 Elisabeth Hoffmann et Coralie Rivier, UNIL Maya Fruehauf et Lucie Maret, EPFL Marianne Tellenbach et Laurena Duvoisin,

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer Devenir artiste / Devenir Designer Engager une aventure de création dans l art ou le design contemporains. Bénéficier d une solide formation théorique

Plus en détail

Synthèse. Omar ABOU KHALED

Synthèse. Omar ABOU KHALED Omar ABOU KHALED 1 Journée 12 Novembre d'échange 2012 sur Elena l'accueil Mugellini des doctorant-e-s HES-SO - 12 novembre 2012 Introduction et perspective Rappel historique Nécessité du 3 ème cycle (Bologne)

Plus en détail

Installateur/trice-Electricien/ne CFC

Installateur/trice-Electricien/ne CFC elektriker.ch elettricista.ch electriciens.ch Installateur/trice-Electricien/ne CFC Sens de la communication Bonnes aptitudes techniques Précision et fiabilité Habileté manuelle Ton avenir en tant qu installateur-électricien/ne

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

DOSSIER : LA GRAVITATION

DOSSIER : LA GRAVITATION DOSSIER : LA GRAVITATION Les planètes Pourquoi les planètes restent-elles autour du Soleil? Le Soleil est situé au centre du système solaire. Huit planètes (Mercure, Vénus Terre, Mars, Jupiter, Saturne,

Plus en détail

Une classe Astronomie

Une classe Astronomie Organisation prévue : Une classe Astronomie L'encadrement de l'activité «Astronomie» par un intervenant spécialisé. Du CALA (Centre d Astronomie de Lyon Ampère) Chaque classe est scindée en 2 groupes qui

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Bastien, ingénieur R&D en électronique diplômé d un Master Electronique et automatique et d un Doctorat en Electronique Les métiers de l Electronique Le domaine Sciences, Technologies,

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

PRESENTATION EYE-SAT

PRESENTATION EYE-SAT PRESENTATION EYE-SAT OBJECTIFS DE LA MISSION OBJECTIFS SCIENTIFIQUES La lumière zodiacale 3 n La lumière zodiacale, c est quoi? n n Ø Faible lumière qui correspond à la diffusion de la lumière solaire

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Assistant(e) d assurance. Un excellent tremplin pour les titulaires d une maturité. Quels que soient vos projets, nous sommes

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

Sonde de surveillance environnementale gamma

Sonde de surveillance environnementale gamma SafePoint RMS : pérennité innovation sureté Caractéristiques Sonde de surveillance environnementale gamma perfectionnée, dotée de deux détecteurs et conçue pour assurer une surveillance sans présence dans

Plus en détail

pour applications spatiales

pour applications spatiales Systèmes d imagerie 3D flash LiDAR pour applications spatiales Alexandre Pollini, Centre Suisse d Electronique et de Microtechnique Toulouse, 07.04.2013 atelier "Systèmes embarqués d'imagerie 3D par laser"

Plus en détail

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

OGMS- SA CubeSat QB50 Project. Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC

OGMS- SA CubeSat QB50 Project. Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC OGMS- SA CubeSat QB50 Project Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC QB50 CubeSat : Projet Etudiants ObjecEf du projet CubeSat : Développer un pico- satellite

Plus en détail

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business HFVESA Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance Une coopération entre l AFA et AKAD Business Ecole supérieure assurance (ESA) 2 Selon l Office fédéral de la formation professionnelle et

Plus en détail

Master of Advanced Studies HUMAN CAPITAL MANAGEMENT. www.mas-hcm.ch

Master of Advanced Studies HUMAN CAPITAL MANAGEMENT. www.mas-hcm.ch Master of Advanced Studies HUMAN CAPITAL MANAGEMENT Master of Advanced Studies HUMAN CAPITAL MANAGEMENT MAS HCM: la formation intégrée des DRH et futur-e-s DRH Singularités du MAS en Human Capital Management

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent un élément majeur du système

Plus en détail

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses?

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses? Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres en utilisant des interférences lumineuses? Il a fallu attendre le début des années 1980 pour «voir» pour la première fois des atomes de

Plus en détail

Activité 34 Du bateau à la fusée

Activité 34 Du bateau à la fusée Activité 34 Du bateau à la fusée Chronologie de la conquête spatiale 1957 4 octobre : premier satellite artificiel Spoutnik lancé par l'union Soviétique. 3 novembre : Spoutnik 2 (URSS) emporte dans l'espace

Plus en détail

Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5. Devenez remarquable

Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5. Devenez remarquable Devenez remarquable Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5 Supplément Programme ne peut être remis indépendamment de la brochure IDRAC Paris Lyon Nice Montpellier Nantes TOULOUSE grenoble

Plus en détail

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte.

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Suisse SA Freilagerstrasse 40 8047 Zurich Suisse A1T334-A234-1-77 Sous réserve de modification Siemens Suisse SA, 2012 Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Generation21

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

Expérience à l internationale

Expérience à l internationale Expérience à l internationale Semestre Erasmus Période effectuée de Février à Juin 2011 EET-UPC (Escola d Enginyeria de Terrassa Universitat Politecnica de Catalunya) Année : 2010/2011 Mélissa MELGIRE

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications Master en sciences et technologies mention mathématiques et applications master mathématiques et applications Contacts Nicolas Lerner lerner@math.jussieu.fr www.master.math.upmc.fr Master sciences et technologies

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et Microtechniques Autorité responsable de la certification (cadre

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Chapitre I - Le mouvement apparent des étoiles

Chapitre I - Le mouvement apparent des étoiles Chapitre I - Le mouvement apparent des étoiles Introduction Introduction La nuit, le ciel étoilé nous offre un spectacle d une très grande beauté. Le contempler à l œil nu ne manque pas de charme mais

Plus en détail

> Jeu et enjeux d un entrepreneuriat responsable

> Jeu et enjeux d un entrepreneuriat responsable Des animations Public cible 2 ème et 3 ème degré de l enseignement secondaire enseignement secondaire J entreprends@school 15+ > Jeu et enjeux d un entrepreneuriat responsable Descriptif Se mettre autour

Plus en détail

Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne

Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne Aperçu Qu est est-ce qu un un nanosatellite? Pourquoi utiliser des nanosatellites? Quand cela a-t-il a commencé?

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

6. Le poids et la masse

6. Le poids et la masse 111 6. 6.1. Mise en contexte Pourquoi les astronautes peuvent-ils porter plus facilement leur équipement sur la Lune que sur la Terre? Formule une hypothèse! Dans le langage courant tu dis : «Mon poids

Plus en détail

Votre talent est attendu dès aujourd hui. Le stage allround UBS. Formation bancaire initiale pour porteurs de maturité.

Votre talent est attendu dès aujourd hui. Le stage allround UBS. Formation bancaire initiale pour porteurs de maturité. Votre talent est attendu dès aujourd hui. Le stage allround UBS. Formation bancaire initiale pour porteurs de maturité. Que vous offre UBS? Nous recherchons des personnes comme vous, avides de connaissances

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente 1 Le monde Würth est grand. Permettez-nous de nous présenter. Würth AG est une entreprise commerciale du secteur

Plus en détail

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Formation de qualité Inépuisable, durable, naturel L avenir est

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion.

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion. BUSINESS PLAN SALON DES ETUDIANTS DE LAUSANNE, 25 ET 26 MARS 2010 1. Présentation générale 1.1. La formation d économiste d entreprise diplômé ES en Suisse Le contenu de la formation d économiste d entreprise

Plus en détail

Choix d un réflectomètre optique (OTDR) adapté à vos besoins Seymour Goldstein, Fluke Networks

Choix d un réflectomètre optique (OTDR) adapté à vos besoins Seymour Goldstein, Fluke Networks Livre blanc Choix d un réflectomètre optique (OTDR) adapté à vos besoins Seymour Goldstein, Fluke Networks Résumé Quelle est la fonction d un réflectomètre optique? Comment choisir un réflectomètre optique?

Plus en détail

Le Solaire Thermique à son Optimum. Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique

Le Solaire Thermique à son Optimum. Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique Le Solaire Thermique à son Optimum Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique Le Solaire Thermique à son Optimum Réaliser une économie de 60 à 90% sur votre facture d

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail