UNE OCCASION DE SOUTENIR LE LANCEMENT DU PREMIER SATELLITE 100% SWISS-MADE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE OCCASION DE SOUTENIR LE LANCEMENT DU PREMIER SATELLITE 100% SWISS-MADE"

Transcription

1 UNE OCCASION DE SOUTENIR LE LANCEMENT DU PREMIER SATELLITE 100% SWISS-MADE

2

3 «Ici, vous voyez la structure cubique dans laquelle nous allons placer notre technologie» L étudiant désigne un squelette métallique d une dizaine de centimètres et des cartes électroniques, expliquant avec enthousiasme aux curieux penchés sur sa vitrine ce qui va composer SwissCube, le premier satellite entièrement créé par des étudiants suisses. En octobre 2007, à l occasion de son Assemblée Générale, l A 3 avait choisi le «Space Day», organisé par le Space Center de l EPFL pour réunir ses membres et leur donner ainsi l opportunité de se mettre à jour sur les grands projets en gestation dans les laboratoires de l institution. C est en écoutant cette démonstration que les auditeurs ont appris que le lancement dans l espace du satellite n était pas encore totalement assuré. Même si plusieurs sociétés privées étaient parties prenantes dans le développement du projet, conçu grâce à la collaboration entre plusieurs écoles. Le comité de l A 3 a compris avoir là, sous ses yeux, un parfait exemple de ce que pourrait être un pont entre les étudiants et les diplômés EPFL. D un côté, une équipe dynamique, passionnée, expérimentant toutes les phases d un projet d envergure, apprenant à collaborer avec des partenaires d horizons différents. Ensemble, ils tendent vers un objectif concret : envoyer un satellite pour recueillir des informations sur une couche de notre atmosphère. Pour les étudiants, une chance unique : participer à un projet concret de développement, une possibilité dont l EPFL peut à juste titre s enorgueillir. De l autre côté, les diplômés, vous, moi, qui avons gardé de très bons souvenirs de nos études à l EPFL, qui en tirons une certaine fierté, et qui aimerions, d une manière ou d une autre, contribuer maintenant au rayonnement de notre école. L A 3 se propose, par une campagne de levée de fonds auprès de ses membres, de satelliser dans un petit cube de 10 cm de côté l esprit de solidarité entre diplômés et futurs ingénieurs. De concrétiser l envie d inscrire dans les étoiles l excellence et le dynamisme innovateur de notre région et la force de son réseau. J espère que vous aurez autant de plaisir à lire cette brochure que j en ai eu lors de mes rencontres avec l équipe du Space Center EPFL. Avec l A3, je compte sur votre contribution financière pour rendre possible cette aventure extraordinaire. Natalie Meystre Vice présidente de l A 3 Contacts et renseignement sur notre site : http//a3.epfl.ch/swisscube.html La science passionne le public. C est particulièrement le cas pour l aventure spatiale, grâce aux retransmissions télévisées du programme Apollo ou, pour la Suisse, aux missions de la navette spatiale auxquelles a participé l astronaute Claude Nicollier. Même s il pourrait paraître moins spectaculaire, le projet SwissCube est enthousiasmant à plus d un titre. Parce qu il résulte d une collaboration entre plusieurs institutions académiques suisses et qu il permet aux étudiants de se former à l ingénierie spatiale en contribuant à la conception, la construction et la mise en orbite d un satellite. Mais aussi, parce qu il donne l occasion à l ensemble de la communauté polytechnique d être partie prenante dans ce projet, grâce à la souscription lancée par l A3. Mêmes modestes, vos contributions auront une symbolique forte. Elles témoigneront de la solidarité entre diplômés et étudiants, dont le SwissCube emportera la trace dans l espace. Charles Kleiber, Ancien secrétaire d Etat à la Science 1

4 DES PICOSATELLITES POUR PROMOUVOIR L ÉDUCATION SPATIALE La Suisse participe depuis longtemps à l aventure spatiale. Grâce à son industrie spécialisée, à des expériences développées au sein de ses universités ou à travers la personne de Claude Nicollier. Désormais, la formation des ingénieurs dans le domaine spatial est considérablement améliorée avec le développement des Cubesats. Le projet «CubeSat» a vu le jour au début des années 2000 dans le laboratoire du Professeur Bob Twiggs de l Université de Stanford aux Etats-Unis, et a été mis en place par l université voisine, la California Polytechnic State University (CalPoly). L objectif de ce programme d enseignement, auquel participent aujourd hui plus de 60 universités et hautes écoles dont l EPFL est d offrir aux étudiants une expérience concrète et des connaissances de pointe liées à la recherche et à l industrie aérospatiale. Un satellite très performant Le CubeSat est un picosatellite cubique de dix centimètres de côté, pesant tout juste un kilogramme et offrant un volume utile d un litre. A l intérieur de ce cadre prédéfini, il s agit d implanter les divers composants techniques, dont la charge principale ou «payload». C est ce «passager scientifique», associé à l ensemble de tous les éléments conçus par les étudiants afin de le faire fonctionner, qui fait la spécificité de chaque CubeSat. Bien que de toute petite taille, le CubeSat possède les mêmes fonctionnalités que ses plus grands cousins: système de communication bidirectionnel pour l espace (mais n utilisant qu un Watt de puissance!), ordinateur de bord, panneaux solaires alimentant une centrale d énergie, détermination et contrôle de son comportement, charge scientifique. Ils opèrent aussi sous les mêmes conditions, soumis au vide interstellaire, aux radiations, aux chocs thermiques répétés, de même qu aux vibrations extrêmes en cours de lancement. Grâce au Poly Picosatellite Orbital Deployer (P-POD ), dispositif tubulaire développé en parallèle par CalPoly pour «lancer» ces petits satellites cubiques, le CubeSat s embarque, tel un passager auxiliaire, sur une fusée de lancement conventionnelle, et ce à un coût relativement faible par rapport au frais de déploiement des satellites de grande taille. Les dimensions standardisées du CubeSat, tout comme la systématique de son lancement, favorisent la collaboration interuniversitaire, le partage des connaissances et suscite l enthousiasme de l industrie. De plus, le prix relativement modique du satellite comparé à d autres projets spatiaux permet aux universités, source permanente de savoir et d innovation, de jouer un rôle dans la conquête de l espace. Le premiers CubeSat a été lancé en 2003, en tant que passager auxiliaire d une fusée destinée à mettre sur orbite un satellite commercial. Ce principe permet de réduire considérablement le coût du lancement, qui s élève néanmoins à environ $ pour chaque unité. Au total, à ce jour, 33 Cubesats ont été lancés. Un seul accident, survenu avec un lanceur russe en 2006, a entraîné d un seul coup la perte de 14 d entre eux. SwissCube, un CubeSat 100% suisse La Suisse est depuis longtemps partie prenante de l aventure spatiale, puisqu elle figure parmi les membres fondateurs de l Agence spatiale européenne (ESA). Elle y contribue annuellement pour un montant de 140 millions de francs. N oublions pas la première expérience suisse, destinée à mesurer les vents solaires, embarquée sur Apollo XI. Ni évidemment les quatre vols de Claude Nicollier, le premier astronaute suisse, sur les navettes de la NASA. L industrie aérospatiale est très développée en Suisse. Elle a construit notamment les coiffes du lanceur Ariane produites par la firme Contraves (aujourd hui Oerlikon Space), les horloges atomiques du futur système de navigation satellitaire européen «Galileo» développé à l observatoire de Neuchâtel, et les très nombreuses structures et mécanismes de précision suisses qui volent dans l espace. Si la Suisse a participé au développement de nombreux satellites en fournissant des pièces ou des instruments, SwissCube représente le premier projet spatial entièrement développé et construit dans notre pays. Représentation du nouveau lanceur européen VEGA 2

5 3

6 Petit mais sophistiqué Toute une série de composants permettront au SwissCube de remplir ce mandat de recherche. Un ingénieux système de déploiement assurera la sortie de deux antennes perpendiculaires, outils de transmission et de réceptions des données vers les stations terrestres. L énergie nécessaire au fonctionnement du satellite, équivalente à celle d un simple téléphone portable, sera fournie par de minuscules panneaux solaires apposés à la surface du cube. Elle devra de plus permettre de faire fonctionner le système de communication à raison de 1 Watt pendant une dizaine de minutes une à deux fois par jour. Des «magneto-torquers», petits solénoïdes produisant des champs magnétiques variables à la manière de trois aimants combinés, assureront les corrections de position du cube en orbite en interagissant avec le champ magnétique terrestre, avec une précision de l ordre de +/- 5. Des quartz spécialement sélectionnés formeront l horloge interne du SwissCube. L ordinateur de bord assurera quant à lui, et grâce à toute une série de logiciels développés par les étudiants, la gestion des données et leur transfert vers les stations au sol. Ces dernières, également conçues et installées dans le cadre du projet, permettront d entrer en contact avec SwissCube lorsqu il passera au-dessus d elles. Le satellite devrait avoir une autonomie de fonctionnement d au moins trois mois. Mais, ce délai échu et si son comportement est toujours bon, il est envisageable qu il puisse poursuivre sa mission pendant une année entière. Lanceur Pour le choix du lanceur, la première option retenue est celle de la fusée VEGA, de l Agence spatiale européenne. Le projet VEGA a pour objectif de satisfaire la demande pour des satellites de taille réduite 300 à kg de charge utile pour des orbites basses ou polaires. Le premier lancement doit avoir lieu fin 2008, début 2009 depuis la Guyane française. Une trentaine de projets CubeSat développés par les universités européennes sont en concurrence pour un embarquement sur la fusée VEGA. Parmi ceux-ci, il y a bien sûr SwissCube, mais aussi un projet développé par la Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana (SUPSI) de Manno, au Tessin [1]. La seconde option envisagée pour le cas où le développement du projet VEGA devait rencontrer difficultés ou retards est celle de la fusée indienne PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle). Destiné à l orbite polaire, il s agit d un lanceur déjà bien rôdé puisque son premier vol réussi date de CD & FDC [1] Démarré un an avant le projet SwissCube, il est d une ampleur plus modeste, recourant notamment à l achat en kit d une partie du CubeSat. 4

7 Vue éclatée des éléments de SwissCube 5

8 SWISSCUBE, UNE OPPORTUNITÉ D ENSEIGNEMENT EXCEPTIONNELLE Le projet SwissCube est le fruit d une étroite collaboration entre l EPFL, l Université de Neuchâtel et quatre HES de Suisse romande Fribourg, Sion, Yverdon et Haute Ecole-ARC, des membres de l industrie aérospatiale suisse et l Agence Spatiale Européenne. Chaque semestre, ce sont près de 35 étudiants provenant des divers laboratoires impliqués qui participent au développement du SwissCube. Sous la supervision d une équipe d ingénieurs et le mentorat d industries telles que RUAG Aerospace, Oerlikon Aerospace ou Montena emc, les étudiants peuvent acquérir des connaissances pratiques de grande valeur et apporter leur ingéniosité au petit cube suisse. L objectif principal du projet SwissCube est celui de former des ingénieurs ayant la possibilité de suivre l ensemble des opérations liées à un projet spatial. Celui-ci est entièrement réalisé en conditions réelles, de la définition de la mission à l exploitation des données transmises depuis l espace, en passant par la mise au point et la fabrication du satellite, les phases d essai, de lancement et d exploitation des données acquises par le satellite. La mise en réseau de compétences distinctes Le projet SwissCube a démarré en été 2005 à l initiative du Professeur Shea du LMTS, donc bien avant l arrivée des étudiants, avec les premiers contacts entre les laboratoires des différentes institutions. Le plan de management a été établi sous la houlette de Muriel Noca, du Space Center [1] de l EPFL. Il s agissait de combiner de façon optimale l approche analytique propre à l EPFL et à l UNI de Neuchâtel avec les implémentations pragmatiques et le savoir-faire technique des HES. L EPFL est impliquée dans le projet avec une dizaine de laboratoires qui concernent trois facultés sur cinq, soit Sciences et techniques de l ingénieur (STI), Informatique et systèmes de communication (I&S) et Sciences de base (SB), les HES d Yverdon et de Fribourg avec deux laboratoires, l Université de Neuchâtel, la HES Sion et la HE-ARC avec un laboratoire chacune. Les stations terrestres qui seront en communication avec le SwissCube seront basées à Fribourg et à l EPFL. Afin d obtenir le maximum d impact didactique, le projet est organisé selon le modèle des programmes de la NASA et de l ESA. Les étudiants peuvent ainsi appréhender de façon précise l interaction entre les diverses étapes de la conception. Avec quatre phases de développement et une phase d exploitation. L élaboration d un système unique Le système de vol du SwissCube est entièrement conçu et fabriqué en Suisse, dans le cadre du programme d enseignement. Il s agit donc d un système unique à objectif didactique, qui peut en outre permettre de valider de nouvelles techniques innovantes «space proven» susceptibles de déboucher sur des brevets, voire sur la commercialisation de certains composants. Une première phase de tests portant sur la résistance aux chocs et aux vibrations s est déroulée en août 2007, grâce à l appui de RUAG Aerospace, au sein du Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR) à Berlin, avec l assistance de l entreprise Astround Feinwerktechnik GmbH. Sachant ensuite que lors d une rotation orbitale, le SwissCube sera soumis à des variations de température allant de 50 à + 70 C, un cycle d essais thermique en situation de vide a été entrepris dès septembre 2007 dans les laboratoires de l entreprise RUAG-Aerospace à Nyon. Des perspectives d avenir prometteuses Grâce au projet SwissCube, les étudiants ont la possibilité d acquérir la vision globale d un système d ingénierie et de mettre en perspective chaque phase de développement avec l ensemble d un processus. Les industriels ayant rapidement compris que le projet SwissCube leur offrait une ressource de compétences unique, les offres de stage et d emploi n ont pas tardé à affluer. Si ce satellite confirme tous les espoirs portés en lui, il est prévu de commencer la conception de SwissCube2 en 2009 par un appel à des propositions de payload et d expériences scientifiques. FDC [1] Suite à une décision stratégique de la direction de l EPFL, le Space Center à été crée en 2003 et a pour buts principaux de promouvoir la recherche, l éducation et les liens avec l industrie dans le domaine fascinant qu est le spatial. Le Space Center comprend une équipe de six personnes dirigées par Maurice Borgeaud. Si SwissCube est actuellement le projet phare du Space Center EPFL, la mise en place d un mineur en technologie spatiale pour les étudiants et la création d une salle d ingénierie concurrente sont d autres activités importantes du Space Center. 6

9 Modélisation des déformations mécaniques du satellite 7

10 8

11 Montage et tests du satellite 9

12 EN PRISE DIRECTE SUR L AIRGLOW Si la raison d être principale du projet SwissCube est la formation d ingénieurs spécialisés dans le domaine spatial, l objectif final de tout satellite mis en orbite reste de recevoir sur terre des informations utiles recueillies depuis l espace. Pour cette première mission, il s agira d obtenir une série de prises de vue de l AirGlow. La mission du satellite SwissCube sera l observation et la prise de mesures du phénomène «Airglow», cette couche de l atmosphère luminescente située à environ 100 km d altitude. Repéré pour la première fois en 1868 par Anders Angström, il est dû principalement à la photodissociation, à la photo-excitation, à l excitation par des électrons rapides ou à la recombinaison d ions, sous l effet du bombardement des photons du soleil sur les atomes d oxygène dans les très hautes couches de l atmosphère. L objectif scientifique est l observation des émissions d oxygène dans les longueurs d onde du proche infrarouge (762 nm), de manière à caractériser l intensité de l airglow en fonction de l angle d observation, de l altitude, de la latitude et du temps local. L expérience a été suscitée par l équipe du Laboratoire des Microsystèmes pour les Technologies Spatiales (LMTS), dirigé par le Prof. Herbert Shea. L objectif est de savoir si le phénomène Airglow est présent jour et nuit autour de la terre, s il est soumis à des variations et s il pourrait avoir une relation avec la couche d ozone. Simplicité et fiabilité La «payload», ou charge utile, du satellite SwissCube est constituée d un télescope qui sera chargé de prendre une série d images de ce phénomène. Il s agira pour cela de le détecter, d orienter le satellite de manière optimale, puis de transmettre l image sur terre lorsque le satellite sera en mesure de contacter la station de réception, de Fribourg ou de l EPFL. Au vu de la taille réduite du satellite, le système embarqué doit parvenir à une grande simplicité et surtout, offrir une fiabilité à l épreuve des conditions extrêmes auxquelles il est exposé. Le télescope mesure 50 mm de long, pèse 40 grammes et se compose de trois parties. La première est le détecteur, un circuit intégré du commerce de 188 x 120 pixels, capable d échantillonner sur une profondeur de 10 bits. Le signal de l Airglow étant très faible, une plus haute résolution diminuerait le flux de photons sur un seul pixel. Par ailleurs, le temps de transmission lors de chaque passage du satellite à l aplomb de la station de réception étant restreint, il est nécessaire de limiter la taille de chaque image. L objectif comporte trois lentilles et un filtre qui ne laisse passer que la longueur d onde désirée dans le domaine du proche infrarouge. Le dispositif est complété par un filtre optique destiné à atténuer la lumière incidente, composé de plusieurs couronnes circulaires percées, prises entre des entretoises. Par le jeu des réflexions sur les couronnes de formes étudiées, la lumière qui arrive sur les côtés de l objectif est déphasée, contrephasée, atténuée et réfléchie vers l extérieur du télescope dans un rapport de 40 db ( fois). Le corps du télescope est en titane, en aluminium et divers autres métaux. L ouverture de l objectif est de 20 degrés dans les deux axes. La payload consomme relativement peu d énergie 150 mw lors de chaque prise de vue par rapport à l ensemble du système. FDC 10

13 Airglow et télescope 11

14 DE «STAR WARS» À SWISSCUBE Noémy Scheidegger est l une des chevilles ouvrières de SwissCube. Impliquée depuis le début du projet alors qu elle était étudiante, aujourd hui ingénieure diplômée sous contrat avec le Laboratoire des Microsystèmes pour les Technologies Spatiales (LMTS), demain engagée par Oerlikon Space, elle symbolise à merveille le potentiel offert par la nouvelle filière d enseignement dans le domaine spatial. D où vous est venue cette passion pour l espace? Noémy Scheidegger : D une manière somme toute assez classique, j imagine. C est en regardant le film «Star Wars», qui devait sans doute aussi être le premier film que j aie vu. Ensuite, mon rêve était de devenir pilote de chasse, même si je n ai jamais commencé le long processus nécessaire pour le concrétiser. Quel a été le parcours académique qui vous a conduit à vous occuper du projet SwissCube? J ai tout d abord obtenu une maturité scientifique en 2000 au Gymnase d Oberwil, dans le canton de Bâle-campagne. Par la suite, le stage de quinze jours que j ai suivi à l EPFZ dans le domaine de la robotique a été décisif pour ma future orientation académique. Comme je souhaitais améliorer mon français, je me suis inscrite à l EPFL, dans la section de Microtechnique. Mais une formation spécifique dans le domaine spatial n existait alors pas à l EPFL? Non, c est vrai. Chance ou clin d œil du destin, je me trouvais là quand Claude Nicollier à donné son premier cours à l EPFL. Je l ai donc suivi en tant qu auditrice «clandestine», puisqu il n était pas inclus dans le cursus normal de la troisième année, mais j ai tout de même réussi à le faire valider après coup. Ensuite, le Space Center a commencé son activité en Vous avez donc fait partie de la première volée d étudiants? En effet. J y ai entrepris le premier projet de semestre portant sur SwissCube, et plus particulièrement sur l analyse de mission. Enfin, si mon projet de master n était pas directement lié au contexte de SwissCube, il avait tout de même une relation avec le domaine spatial, puisqu il s agissait d un petit robot adapté au terrain rugueux. Votre master en poche, quel fut le début de votre activité professionnelle? J ai obtenu un contrat de 18 mois du LMTS pour développer un Earth Sensor (un instrument optique similaire à la charge utile de SwissCube) pour l Agence Spatiale Européenne (ESA). Parallèlement, je restais impliquée dans le projet SwissCube pour la définition de la mission et la charge utile. Ce contrat s achève à la fin février Dès le 1er avril, je serai engagée chez Oerlikon Space, grâce aux contacts établis à travers le projet SwissCube. J y travaillerai dans le domaine de la robotique et des mécanismes de déploiement. Vos rêves se sont donc concrétisés? Oui, je n avais pas fait de plan de carrière particulier, mais finalement jusqu à maintenant tout a toujours marché de la manière la plus heureuse pour moi. J ai même commencé à perfectionner mon russe, que j avais commencé à apprendre au gymnase Propos recueillis par FDC 12

15 FAIRE VOLER UN VRAI SATELLITE Fabien Jordan est Ingénieur HES en génie électrique, orientation systèmes énergétiques, diplômé du HEIG-VD d Yverdon. Depuis la fin de ses études et de son projet de diplôme, qui portait sur la gestion de l énergie au sein du SwissCube, il a intégré le «coreteam» du Space Center de l EPFL, où il supervise chaque semestre les travaux de plusieurs étudiants. Qu est-ce qui vous a amené à participer au projet SwissCube? Fabien Jordan : C est un de mes professeurs à la HES qui a mentionné l existence des CubeSats et la possibilité de participer au projet en développement au Space Center de l EPFL. Ça a tout de suite éveillé ma curiosité! Contribuer à faire voler un vrai satellite me semblait une opportunité rare. Je me suis donc porté volontaire. J ai d abord fait un travail de semestre sur SwissCube, puis enchaîné avec le diplôme qui portait sur les composantes électriques du satellite. Vous faites aujourd hui partie de l équipe qui supervise les étudiants au Space Center, comment s est fait le passage de l étudiant HES à l employé EPFL? En douceur, car je connaissais déjà bien l équipe du Space Center. Mais il est vrai qu au début, j étais quelque peu intimidé par les étudiants provenant du cursus EPFL : j avais l impression qu en théorie, leurs connaissances étaient plus poussées que les miennes. Je me suis rapidement rendu compte que c était mes aptitudes pratiques mon savoir-faire technique si on veut que je devais mettre à profit afin de bien guider les étudiants, cet aspect étant moins développé dans la formation EPFL. Quels aspects du projet SwissCube vous passionnent? Je suis actuellement impliqué dans toute la partie électrique du satellite et je travaille principalement au niveau des interfaces entre les différents sous-systèmes. Ce qui m intéresse, c est d être confronté à un problème pour lequel il existe plusieurs solutions possibles. On doit alors faire preuve de créativité afin de trouver la solution la plus appropriée. J aime le processus qui va de cette idéation créatrice à la matérialisation de la solution, et enfin, à sa validation par l expérience. L idée qu une des composantes que j ai non seulement imaginé mais fabriqué se retrouve dans l espace, c est une motivation sans pareil. Cette expérience professionnelle au sein du «core-team» du Space Center est elle aussi formatrice? Tout à fait. On y côtoie des gens exceptionnels comme Muriel Noca et Maurice Borgeaud, sans parler des quelques rencontres avec Claude Nicollier! Ces personnes ont non seulement des connaissances très poussées dans le domaine mais aussi, et surtout, un sens inné du travail en équipe et de la gestion de projet. Cette attitude de gestionnaire est très difficile à acquérir dans le cadre d une formation théorique. En parallèle, le Space Center permet de participer à plusieurs évènements dans le contexte de la communauté CubeSat, à des conférences et des workshops internationaux. On peut ainsi échanger avec des chercheurs et des étudiants de tous horizons. Il est certain que l expérience acquise au Space Center me sera d une grande utilité tout au long de ma carrière. Propos recueillis par CD 13

16 PARTICIPEZ À L AVENTURE SPATIALE! Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong posait le pied sur la lune. Au même moment, sur Terre, des centaines de millions de téléspectateurs, l œil rivé sur leur poste, vivaient avec passion ce moment historique. Alors réservée aux deux grandes puissances, l aventure spatiale est devenue accessible à un grand nombre de pays, dont le nôtre. Elle n est plus seulement incarnée par la figure de Claude Nicollier, mais mobilise un nombre croissant d industriels, d ingénieurs, et d étudiants. Elle fait désormais partie du cursus académique dans les EPF, les universités et les HES. Grâce au projet SwissCube, les diplômés de l EPFL et les entreprises ont l occasion eux aussi de participer à une aventure spatiale, en contribuant à son financement. Un petit pas pour chacun, qui fera écho au «grand pas pour l humanité» de Neil Armstrong. Afin de maintenir ses coûts à un niveau acceptable, le projet SwissCube recourt à des composants industriels soigneusement sélectionnés. Un plan de tests rigoureux a été mis sur pied grâce au soutien de partenaires industriels tels que RUAG Aerospace et Oerlikon Space. Bien que le travail de recherche et développement soit inclus dans les budgets de fonctionnement des laboratoires, il est nécessaire de trouver un financement pour la construction du satellite et de la station de réception au sol, le lancement et les coûts d intégration et de validation. Ce projet phare du Space Center est partiellement financé par l EPFL, le Bureau des Affaires Spatiales Suisses (SSO) affilié au Secrétariat d Etat pour l Education et la Recherche, les firmes RUAG Aerospace et Oerlikon Space, ainsi que par le CSEM. Il reste cependant à couvrir le solde du budget, soit un montant de francs, par le biais du sponsoring. Trois niveaux de contribution sont proposés, de manière à permettre à chacun de participer, entreprise, diplômé ou étudiant. 14

17 Contributeurs «Golden Pass» Le «Golden Pass» correspond à une contribution financière supérieure à CHF Il concerne des entreprises, des institutions ou des personnes privées dont le logo ou le nom apparaîtront lors de l ensemble des événements techniques et de relations publiques, ainsi que sur le site internet de SwissCube. Chaque contributeur «Golden Pass» recevra en outre une maquette à l échelle grandeur nature du satellite, aura le statut d invité d honneur lors de la réception organisée à l EPFL à l occasion du lancement et pourra se connecter sur un canal privilégié d informations «live» en provenance du satellite. Les relations entre les équipes d étudiants et les entreprises contributrices seront activement encouragées, lors de conférences et de meetings, de manière à faire bénéficier les entreprises contributrices de retombées concrètes de la nouvelle formation d ingénieurs spécialisés dans le domaine spatial. Une contrepartie exceptionnelle est prévue pour les contributeurs «Golden Pass» dont le montant de la contribution dépasse CHF Ils auront en effet la possibilité d être physiquement représentés dans l espace, puisque leur logo ou leur nom sera gravé sur la face intérieure du satellite. Contributeurs «Tantalum Pass» Le «Tantalum Pass» correspond à une contribution supérieure à CHF Il donne droit à une invitation à la cérémonie de lancement à l EPFL et à la réception des informations «live» du satellite. La liste des noms de contributeurs «Tantalum Pass» figurera sur l ensemble des documents publiés et sur le site internet de SwissCube. Contributeurs «Aluminum Pass» Le projet SwissCube souhaitant s ouvrir à la participation de tous ceux que l aventure spatiale passionne, même les plus infimes contributions sont les bienvenues. Les contributions supérieures à CHF 200.-donnent droit à une invitation à la cérémonie de lancement à l EPFL et la réception régulière de la Newsletter; pour les contributions supérieures à CHF 500.-, ils recevront en outre les informations «live» du satellite. Le développement et le lancement du premier satellite suisse entièrement construit par des étudiants bénéficiera sans aucun doute d une très large audience. Celle-ci regroupera non seulement l ensemble de la communauté scientifique suisse, mais devrait passionner un très large public à travers les médias presse, radio et télévision. Plusieurs articles ont déjà rendu compte du projet, un film a été diffusé sur EuroNews. Contribution Offre SwissCube «Aluminum Pass» > Invitation à la cérémonie de lancement à l EPFL et Newsletter «Tantalum Pass» > Invitation à la cérémonie de lancement à l EPFL Nom sur les publications et le site internet (si souhaité) «Golden Pass» > Hôte d honneur à la cérémonie de lancement à l EPFL Maquette grandeur nature du satellite > Hôte d honneur à la cérémonie de lancement à l EPFL Maquette grandeur nature du satellite 10 invitations pour les clients du donateur, Logo ou nom gravé sur la face interne du satellite Pour tous les dons de personne privée, vu que le versement va à une fondation d utilité publique, ces montants sont déductibles sur la déclaration d impôts. Vous recevrez un certificat de notre part. 15

18 LA PASSION POUR L ESPACE Lorsque j ai eu l occasion privilégiée d observer de mes propres yeux, à plusieurs reprises depuis la navette spatiale, le magnifique spectacle de l Airglow au cours de mes missions en orbite terrestre entre 1992 et 1999, j étais loin d imaginer qu un jour, je serais le témoin d une activité frénétique à l EPFL autour d un projet réalisé par des étudiants et visant à observer ce même phénomène! Une belle aventure, qui dépasse largement le cadre du Space Center EPFL, et qui associe des centres, écoles et instituts dans toute la Suisse et quelques endroits en Europe. Je peux déjà imaginer le suspense le jour du lancement, lors du départ, de l insertion en orbite, de l activation des systèmes de bord et de la réception du premier signe de vie du petit cube en orbite, puis des premières données scientifiques Il y a une grande noblesse dans un pareil projet. Une bonne dose de talent technique et gestionnaire. De l émotion. On est finalement sur les pas des grands programmes de l astronautique scientifique et exploratoire comme Giotto, Hubble, Galileo, Cassini-Huygens, Mars et Vénus Express, Spirit et Opportunity... plus modestement peut-être, mais avec beaucoup de points communs, car l environnement sera le même (vide, absence de gravité, pluie de particules, rayonnement UV du Soleil), et les chances de succès ne seront acceptables que si l on tient compte de tous ces facteurs avec discernement et rigueur. Il ne fait aucun doute, à mes yeux, que le niveau d enthousiasme et de passion est le même chez SwissCube que dans ces grands programmes, en plus de la très grande valeur formative du projet. Je souhaite bonne chance à toute l équipe, et peux affirmer qu avec une bonne partie de la population suisse et au-delà, je partagerai l aventure de SwissCube avec toute l intensité qu elle mérite. Claude Nicollier Houston, le 19 février 2008 Brochure éditée par: l A 3, EPFL, Centre Midi, CP 122, 1015 Lausanne 15, mail: internet: // Comité de rédaction: Maurice Borgeaud, Patrick Lacourt, Natalie Meystre, Mark Miehlbradt, Muriel Noca // Rédaction: Revue TRACÉS, rue de Bassenges 4, 1024 Ecublens, Francesco Della Casa (FDC), Caroline Dionne (CD) // Graphisme: Atelier Poisson / Giorgio Pesce, Camille Sauthier, Av. de Morges 33, 1004 Lausanne // Impression: STAEMPFLI Publikationen AG, Wölfflistrasse 1, 3001 Berne // Crédit des illustrations: SpaceCenter EPFL / p.5 : ESA / p.16 : ESA / p.18 : NASA / couverture : 16

19

20

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Connecte-toi aux nouvelles technologies

Connecte-toi aux nouvelles technologies Connecte-toi aux nouvelles technologies Les métiers des TIC des métiers branchés Bien choisir Toutes les informations utiles. Cette brochure doit t orienter dans tes choix de formation. Choisir n est pas

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Assistant(e) d assurance. Un excellent tremplin pour les titulaires d une maturité. Quels que soient vos projets, nous sommes

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS!

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS! Campagne de Développement 2010-2012 Ensemble, développons RMS! RMS : une stratégie de développement dans laquelle s inscrit la Fondation Les valeurs de RMS Innovation et esprit d entreprise Excellence

Plus en détail

Dossier de sponsoring

Dossier de sponsoring Dossier de sponsoring Soutenez l équipe d ISIBOT L Institut Supérieur d Informatique, de Modélisation et de leurs Applications est l une des écoles publiques d ingénieurs les plus dynamiques de la région

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion.

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion. BUSINESS PLAN SALON DES ETUDIANTS DE LAUSANNE, 25 ET 26 MARS 2010 1. Présentation générale 1.1. La formation d économiste d entreprise diplômé ES en Suisse Le contenu de la formation d économiste d entreprise

Plus en détail

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options!

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options! Master en Travail social 2015 Nouveau programme avec deux options! HES-SO Fabrice Nobs HES-SO Thierry Parel 2 Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux tels que l exclusion,

Plus en détail

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente 1 Le monde Würth est grand. Permettez-nous de nous présenter. Würth AG est une entreprise commerciale du secteur

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Executive MBA Paris Chicago - Moscou Année universitaire 2011-2012 Donnez-vous les moyens d exprimer votre potentiel et de faire vivre vos projets. Pris par vos responsabilités managériales et focalisés

Plus en détail

Votre carrière chez Hilti. Entrée pour diplômés d études supérieures. Hilti. Performance. Fiabilité.

Votre carrière chez Hilti. Entrée pour diplômés d études supérieures. Hilti. Performance. Fiabilité. Votre carrière chez Hilti Entrée pour diplômés d études supérieures Hilti. Performance. Fiabilité. Outperform. Outlast. Votre carrière chez Hilti Bienvenue chez Hilti Les professionnels du bâtiment sont

Plus en détail

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Programme de formations et de conférences Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Outils concrets, actualisés et flexibles pour professionnels, gestionnaires,

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

BACHELOR, MASTER, UNI, EPF, HES Comment faire son choix?

BACHELOR, MASTER, UNI, EPF, HES Comment faire son choix? BACHELOR, MASTER, UNI, EPF, HES Comment faire son choix? Forum Horizon 14 février 2014 Elisabeth Hoffmann et Coralie Rivier, UNIL Maya Fruehauf et Lucie Maret, EPFL Marianne Tellenbach et Laurena Duvoisin,

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Le marché des connaissances Pratiques d échange de savoirs

Le marché des connaissances Pratiques d échange de savoirs Le marché des connaissances Pratiques d échange de savoirs Fiche synthétique Le marché des connaissances fonctionne sur l idée que "Personne ne sait tout, mais tout le monde sait quelque chose...". Il

Plus en détail

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION A L EXPERTISE COMPTABLE «La nouvelle solution pour l expertise comptable»

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION A L EXPERTISE COMPTABLE «La nouvelle solution pour l expertise comptable» CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION A L EXPERTISE COMPTABLE «La nouvelle solution pour l expertise comptable» EN PARTENARIAT AVEC LA PRESTIGIEUSE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE ET D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Parmi nos principaux objectifs : la Coupe de France de robotique.

Parmi nos principaux objectifs : la Coupe de France de robotique. Des étudiants passionnés se rassemblent depuis plus de dix ans au ClubElek pour inventer, construire et éduquer des robots. Parmi nos principaux objectifs : la Coupe de France de robotique. Au cœur du

Plus en détail

Edith Schultz, Berlin, 27/02/2013. Les avantages majeurs de ce double diplôme :

Edith Schultz, Berlin, 27/02/2013. Les avantages majeurs de ce double diplôme : TU AIMES L ALLEMAND? TU AIMES L ART ET LA CULTURE? TU AS ENVIE DE VIVRE A BERLIN? LE DOUBLE DIPLOME EN MANAGEMENT ET COMMUNICATION DES MUSEES DE L HTW BERLIN EST FAIT POUR TOI! Depuis maintenant un an

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

Blogue / Philips Lumec

Blogue / Philips Lumec Blogue / Philips Lumec Date : 20 novembre, 2012 Auteur : Philips Lumec Catégorie : Design Entrevue avec Sergio Ramos, gagnant du 1 er prix du Concours de la Fondation CLU Il y a déjà un mois que nous vous

Plus en détail

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Domaine Travail social Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux. Sa mission est d aider

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche http://adstic.free.fr adstic@gmail.com Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche Qu est ce que l Adstic? L Adstic est l association des doctorants du campus sciences et techniques

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGRÉE PAR L ge Le guide du parraina F.L. - M. Dufour - EPAHN nseiller co t e r e g ra u co n e r, e Partag rs les mini-entrepreneu www.epa-hautenormandie.fr Créer ensemble La Mini Entreprise-EPA est une

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE

PRESENTATION GENERALE Date Rédacteur Titre 31 Octobre Claude Terosier (Magic Makers), Florent Masseglia (Inria), Camila Canellas (Université de Nantes), Camile Daniel (OpenClassrooms). Présentation de la formation Class'Code

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES

BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES Informaticien-ne de gestion BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011 DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE Lundi 6 juin 2011 SOMMAIRE Communiqué de presse Le dispositif «Ascenseur pour la réussite» en détails Contexte : les grandes écoles et l ouverture

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Campagne de financement participatif - comment on fait?

Campagne de financement participatif - comment on fait? Campagne de financement participatif - comment on fait? Comment réussir une collecte de fonds sur une plateforme de crowdfunding? Bien préparer sa collecte et évaluer son potentiel de financement Trouver

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Stratégies de recherche d emploi ou de stage

Stratégies de recherche d emploi ou de stage Stratégies de recherche d emploi ou de stage Service-conseil en gestion de carrière Service des stages et du placement 2015-2016 Pour prendre un rendez-vous: service.placement@polymtl.ca 1 Service conseil

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Decouvrir. Une association unique en France

Decouvrir. Une association unique en France Decouvrir Une association unique en France Les Routes de la Soie est une association biculturelle rassemblant des étudiants des meilleures grandes écoles françaises et des plus prestigieuses universités

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Exemples de lettres de motivation Master

Exemples de lettres de motivation Master Exemples de lettres de motivation Master Madame, Monsieur, Titulaire d'un Master sciences technologie et ingénierie de la santé obtenu à l'université d'angers, je souhaiterai maintenant me spécialiser

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP)

CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP) DOMAINE TRAVAIL SOCIAL DOMAINE ÉCONOMIE ET SERVICES CERTIFICATES OF ADVANCED STUDIES HES-SO PROGRAMME ROMAND HES-SO DE FORMATION À L INSERTION PROFESSIONNELLE (PROFIP) édition 2013-2014 CAS SPÉCIALISTE

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

FAQ. Admissions en Bachelor. A la Haute école de gestion Arc. Année académique 2015-2016. Dernière mise à jour : 12.5.15 / GCH

FAQ. Admissions en Bachelor. A la Haute école de gestion Arc. Année académique 2015-2016. Dernière mise à jour : 12.5.15 / GCH FAQ Admissions en Bachelor A la Haute école de gestion Arc Année académique Crédits photographiques : dreamstime.fr 2015-2016 Dernière mise à jour : 12.5.15 / GCH Introduction Cette FAQ est destinée aux

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Formation aux pratiques de l Intelligence Collective

Formation aux pratiques de l Intelligence Collective Etre autrement humains sur cette Terre Formation aux pratiques de l Intelligence Collective Marseille, 6,7,8 octobre et 16,17 novembre 2015 Parcours de formation aux pratiques d Intelligence Collective

Plus en détail

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice.

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice. Académie de Dijon LETTRES TICE Lire, écrire, publier à l aide d internet Récit d expérience d une aventure éditoriale http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Lire, écrire, publier à l aide

Plus en détail

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES Finance Comptabilité Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES LE MOT DU CENTRE PATRONAL Donnez un coup d accélérateur à votre carrière! A u service des entreprises

Plus en détail

pépinière de talents La formation commerciale de base à la Banque Migros

pépinière de talents La formation commerciale de base à la Banque Migros pépinière de talents La formation commerciale de base à la Banque Migros La Banque Migros est une des premières banques de Suisse et veut le rester. Pour cela, nous cher chons des jeunes gens comme vous:

Plus en détail

POUR PARUTION IMMÉDIATE. Contacts presse : Agence LEWIS PR Hélène Dugué Emilie André helened@lewispr.com / emiliea@lewispr.com Tél.

POUR PARUTION IMMÉDIATE. Contacts presse : Agence LEWIS PR Hélène Dugué Emilie André helened@lewispr.com / emiliea@lewispr.com Tél. POUR PARUTION IMMÉDIATE Contacts presse : Agence LEWIS PR Hélène Dugué Emilie André helened@lewispr.com / emiliea@lewispr.com Tél. : 01 55 31 75 64 Les équipes de NAVTEQ travaillent avec Berkeley Mobile

Plus en détail

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC SOUPER I BÉNÉFICE MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC Sous la présidence d honneur de Monsieur René Rouleau Président du conseil et chef de la direction La Capitale groupe financier Partenaire

Plus en détail

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 L alternance contribue à renforcer la professionnalisation des étudiants. Elle offre une véritable voie de sociabilisation

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

Dossier de presse 2009

Dossier de presse 2009 Dossier de presse 2009 Contacts Presse : 3d Communication 01 46 05 87 87 Daniel Margato dmargato@3dcommunication.fr Dora Delaporte ddelaporte@3dcommunication.fr 1 Table des matières 1 TABLE DES MATIERES...

Plus en détail

Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux

Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux Partie 1: Trouver les bonnes personnes Julie Geller, Vice-président, Marketing @juliegeller, La curation de contenu qui consiste en la recherche,

Plus en détail

A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré!

A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré! A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré! Avec le Défi de la Nuit de l Eau, contribuez à améliorer l accès à l eau potable aux enfants du Togo! Le Défi est une nouvelle approche

Plus en détail

Informatique, Sciences du Numérique

Informatique, Sciences du Numérique Francois GRENET Ecole Saint Martin de France Informatique, Sciences du Numérique Construction d un robot LEGO 1. Le but du projet et les moyens utilisés dans ce cadre Dès le début du projet, j ai voulu

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Votre talent est attendu dès aujourd hui. Le stage allround UBS. Formation bancaire initiale pour porteurs de maturité.

Votre talent est attendu dès aujourd hui. Le stage allround UBS. Formation bancaire initiale pour porteurs de maturité. Votre talent est attendu dès aujourd hui. Le stage allround UBS. Formation bancaire initiale pour porteurs de maturité. Que vous offre UBS? Nous recherchons des personnes comme vous, avides de connaissances

Plus en détail

Le master en administration publique (MPA) à l IDHEAP : Une formation multidisciplinaire pour les directeurs d établissements scolaires

Le master en administration publique (MPA) à l IDHEAP : Une formation multidisciplinaire pour les directeurs d établissements scolaires Le master en administration publique (MPA) à l IDHEAP : Une formation multidisciplinaire pour les directeurs d établissements scolaires 1 Plan succinct de la présentation Pourquoi entreprendre une formation

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

MarKom. «La meilleure des publicités est un client satisfait» Bill Gates. Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024 471 63 22 mail@cvpc.ch www.cvpc.

MarKom. «La meilleure des publicités est un client satisfait» Bill Gates. Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024 471 63 22 mail@cvpc.ch www.cvpc. MarKom «La meilleure des publicités est un client satisfait» Bill Gates Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024 471 63 22 mail@cvpc.ch www.cvpc.ch 1 Le Centre Valaisan de Perfectionnement Continu (CVPC)

Plus en détail

Kit Média. smart living lab Route de la Fonderie 8 Case postale 487 1701 Fribourg. www.smartlivinglab.ch

Kit Média. smart living lab Route de la Fonderie 8 Case postale 487 1701 Fribourg. www.smartlivinglab.ch Kit Média smart living lab Route de la Fonderie 8 Case postale 487 1701 Fribourg www.smartlivinglab.ch Table des matières 1. Vision... 2 2. Genèse du projet... 3 3. Activités du smart living lab... 5 3.1.

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie!

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie! RE/NOMMÉS pour leurs performances, leur efficacité et leur implication, les courtiers RE/MAX se distinguent également par leur connaissance approfondie du marché, et le grand nombre d outils et de ressources

Plus en détail

Première Business School online de France

Première Business School online de France Première Business School online de France Avril 2011 Contact presse RP carrées Vanessa Vazzaz Tel : 03.28.52.07.42 vanessa.vazzaz@rp-carrees.com La première école de commerce en mode XXI ème siècle ENACO,

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Formation d ingénieurs en alternance préparant au titre. Physique Electronique de Lyon, CPE Lyon spécialité Informatique et Réseaux de Communication,

Formation d ingénieurs en alternance préparant au titre. Physique Electronique de Lyon, CPE Lyon spécialité Informatique et Réseaux de Communication, Formation d ingénieurs en alternance préparant au titre d Ingénieur diplômé de l Ecole Supérieure de Chimie Physique Electronique de Lyon, CPE Lyon spécialité Informatique et Réseaux de Communication,

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH

moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH Participer au développement international du secteur Automobile Accompagner les évolutions du véhicule en production Concevoir les systèmes d aide à la conduite

Plus en détail