L'Hyper N 425/14. Elles arrivent N 425/14. La gazette des délégués CFDT Carefour. htp:/www.cfdt-carefour.com E.mail:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'Hyper N 425/14. Elles arrivent N 425/14. La gazette des délégués CFDT Carefour. htp:/www.cfdt-carefour.com E.mail: cfdt.carefour@online."

Transcription

1 L'Hyper N 425/14 La gazette des délégués CFDT Carefour N 425/14 28 mars pages Elles arrivent htp:/www.cfdt-carefour.com E.mail:

2 Ouverture Sommaire et édito Ouverture Sommaire et édito page 02 Hérouville Sécurisation de l'emploi Base de données unique page 03 Prime de partage des bénéfices Un rendez-vous page 06 Participation 2013 Résultats définitifs page 07 Revenus aléatoires page 09 Participation Mulliez 2013 partage des bénéfices page 12 CICE Mais où est-il passé? page 11 Prévoyance groupe Négociation 1er round! page 13 Actions en justice Pointeuse, tenue page 15 Négociations 1795 vendeurs concernés page 17 Métiers Filière sécurité page 20 Magasins Paris Auteil rouvre ses portes page 23 Formation pour les nouveaux élus CFDT au CCE Carrefour Hypermarchés SAS 2/24 L'Hyper n 417/14 du 29 janvier 2014

3 INFORMATION et CONSULTATION Pour des délégués efficaces et informés La base de données unique Un loi qui risque de passer inaperçue et pourtant elle concerne tous les élus dont les membres du Comité d'entreprise et les CHSCT La CFDT demande une négociation afin de préciser les modalités d'accès de consultation et d'utilisation La loi de sécurisation de l emploi a créé le principe d une base de données unique, regroupant l ensemble des informations que l employeur doit remettre au comité d entreprise. Les entreprise occupant plus de 300 salariés ont jusqu au 14 juin 2014 pour se mettre en conformité. La loi sur la sécurisation des emploi fait suite à l'accord interprofessionnel du 11 janvier 2013 signé par la CFDT si critiqué par FO et CGT commencent a dévoiler ses atouts. Nous avions déjà évoqué divers points de cette loi comme l'amélioration de la couverture en cas de chômage technique (effondrement du toit à Nice Lingostière), l'amélioration de la prévoyance santé (négociation en cours) voici la base de données économiques et sociales (BDD) avant d'aborder la situation des salariés à temps partiels, la représentation du personnel et autres points de cette loi qui va changer bien des habitudes à condition de maîtriser ces textes complexes. Une base de données unique pour peser sur la stratégie de l'entreprise Pour représenter efficacement le personnel les délégués des différentes instances représentatives de l'entreprise (DSN, DSC, DS, CE, DP, CHSCT, CCE, Comité de groupe, Conseil de surveillance, CICE ) doivent obtenir de l'entreprise certaines informations sociales et financières leur permettant d'exercer leur mandat. La loi a codifié ces informations mais les employeurs restent réticents à les communiquer: informations essentielles noyées dans un flot de communications, langage codé inaccessible aux non-initiés, informations données avec retard, refus de communiquer en mode numérique, modification rendant impossible les compa- 3/24 L'Hyper n 425/14 du 27 mars 2014

4 La loi sur la sécurisation de l'emploi raisons et autres procédés pour empêcher les salariés de connaître la réalité de l'entreprise! Quand enfin ils donnent ces informations elles sont confidentielles! Chez Carrefour nous avons eu à déplorer toutes ces méthodes. La loi sur la sécurisation de l'emploi si elle ne règle pas toutes ces petites manipulations va les rendre plus compliquées en créant une base de données économiques et sociales (BDD ou BDES) appelé aussi Base de données unique (BDU) Une négociation nécessaire Outil-clé de la loi sur la sécurisation de l'emploi pour permettre aux équipes de peser sur la stratégie de l'entreprise et tirer la sonnette d'alarme avant qu'il ne soit trop tard, la base de données unique est désormais sur les rails. Reste à la négocier, dans les sociétés du groupe Carrefour et au niveau France. Les équipes CFDT doivent négocier les modalités de mise en œuvre de la BDU. «Les équipes doivent être vigilantes à toutes les informations sur le sujet. Nous déploierons un dispositif d information et d appropriation de ce que doit être la BDU et de son usage au fur et à mesure des avancées réglementaires», indique la Confédération. La BDU c'est quoi? Préalablement à la consultation, et pour permettre au comité d entreprise de formuler un avis motivé, l employeur doit lui délivrer des informations précises et écrites [C. trav., art. L modifié]. La loi de sécurisation de l emploi n a pas remis ces principes de base en cause mais étend, à terme, le contenu obligatoire de ces informations et modifie leur support de transmission. La base de données unique a pour vocation de constituer le support privilégié des informations nécessaires à la consultation annuelle du comité sur les orientations stratégiques de l entreprise et leurs conséquences, nouvellement instaurée par la loi de sécurisation de l emploi, et vise à contribuer à donner une vision claire et globale de la formation et de la répartition de la valeur créée par l activité de l entreprise. La BDU en bref Un regroupement des informations récurrentes à disposition des IRP et OS dans la base de données économiques & sociales (BDES). Les IRP disposent de l accès à tout moment des résultats et des informations. La BD est accessible aux membres du CE, du CCE et aux DS et aux CHSCT. Un accord peut prévoir une BDD «Groupe» Objectif: «donner une vision claire et globale de la formation et de la répartition de la valeur créée par l entreprise» La base de données comporte une présentation de la situation de l entreprise, notamment, le chiffre d affaires, la valeur ajoutée, le résultat d exploitation, le résultat net ainsi que des informations organisées en huit thèmes (voir ci-après). Obligation de «discrétion» des IRP à l égard des informations contenues Étendue des informations : Deux années précédentes + l année en cours + les trois années audelà Sous format informatique ou papier 4/24 L'Hyper n 425/14 du 27 mars 2014

5 La loi sur la sécurisation de l'emploi En outre, elle devra comporter, et ce quel que soit l effectif de l entreprise, les informations et rapports transmis de manière récurrente au comité en vue de ses consultations au plus tard le 31 décembre On peut penser, par exemple, au bilan social ou encore au rapport annuel d ensemble. Le comité restera naturellement consulté sur ces «rapports», seulement intégrés à terme à la base nouvellement créée. Le contenu de la base de données pourra être «enrichi» par un accord d entreprise ou de branche ou, le cas échéant, de groupe, en fonction de l organisation et du domaine d activité de l entreprise [C. trav., art. L nouveau]. Cette base doit être mise en place au niveau de l entreprise. Mais un accord de groupe peut aussi en prévoir l existence au niveau du groupe, ainsi que ses modalités d accès, de consultation et d utilisation par les personnes autorisées. Outre le chef d entreprise et ses collaborateurs autorisés, la BDU est à la disposition permanente des membres du comité d entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel, des membres du comité central d entreprise s il existe, des membres du CHSCT, sans qu il soit mentionné de restriction entre suppléants et titulaires, ainsi que des délégués syndicaux. Les éléments d information sont régulièrement mis à jour, au moins dans le respect des périodicités prévues par le Code du travail. L employeur informe les personnes autorisées de l actualisation de la base de données selon des modalités qu il détermine. Il doit fixer les modalités d accès, de consultation et d utilisation de la base. Ces modalités doivent permettre aux membres du CE (et/ou du comité central d entreprise) et du CHSCT ainsi qu aux délégués syndicaux et, le cas échéant, aux délégués du personnel d exercer utilement leurs compétences respectives. En régime permanent, les informations figurant dans la base de données porteront sur l année en cours, sur les deux années précédentes et, telles qu elles peuvent être envisagées, sur les trois années suivantes [C. trav., art. L nouveau]. Délais de consultation fixés par accord L'employeur et les membres du CE peuvent négocier le point de départ et les délais de consultation du comité d'entreprise et des expertises. Un décret fixe par ailleurs les délais par défaut de consultation du comité d'entreprise, ainsi que les délais d'expertise (R ) Informations dans la base de données unique Dans les entreprises d au moins 300 salariés, la base de données devra comporter mi-juin 2014 une présentation de la situation de l entreprise, notamment le chiffre d affaires, la valeur ajoutée, le résultat d exploitation et le résultat net, et rassembler les informations énumérées ci-dessous Investissements : 1 Investissement social : évolution des effectifs par type de contrat, par âge, par ancienneté, évolution des emplois par catégorie professionnelle, situation en matière d égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et mesures prises en ce sens, évolution de l emploi des personnes handicapées et mesures prises pour le développer, évolution du nombre de stagiaires, formation professionnelle : investissements en formation, publics concernés, conditions de travail : durée du travail dont travail à temps partiel et aménagement du temps de travail, exposition aux risques et aux facteurs de pénibilité, accidents du travail, maladies professionnelles, absentéisme, dépenses en matière de sécurité ; 2 Investissement matériel et immatériel : évolution des actifs nets d amortissement et de dépréciations éventuelles (immobilisations), le cas échéant, dépenses de recherche et développement ; 3 Informations environnementales Pour les entreprises soumises aux dispositions du cinquième alinéa de l article L du Code de commerce. Fonds propres, endettement et impôts : 1 Capitaux propres de l entreprise ; 2 Emprunts et dettes financières dont échéances et charges financières ; 3 Impôts et taxes. Rémunération des salariés et dirigeants, dans l ensemble de leurs éléments : 1 Évolution des rémunérations salariales frais de personnel y compris cotisations sociales, évolutions salariales par catégorie et par sexe, salaire de base minimum, salaire moyen ou médian, par sexe et par catégorie professionnelle, pour les entreprises soumises aux dispositions de l article L du Code de commerce, montant global des rémunérations mentionnées au 4 de cet article, soit le montant global, certifié exact par les commissaires aux comptes, des rémunérations versées aux personnes les mieux rémunérées, le nombre de ces personnes étant de dix ou de cinq selon que l effectif du personnel excède ou non 200 salariés 2 Épargne salariale : intéressement, participation ; 3 Rémunérations accessoires : primes par sexe et par catégorie professionnelle, avantages en nature, régimes de prévoyance et de retraite complémentaire ; 4 Rémunérations des dirigeants mandataires sociaux telles que présentées dans le rapport de gestion. Activités sociales et culturelles : 1 Montant de la contribution aux activités sociales et culturelles du comité d entreprise ; 2 Dépenses directement supportées par l entreprise ; 3 Mécénat. Rémunération des financeurs, en dehors des éléments mentionnés à la rubrique «Fonds propres, endettement et impôt» : 1 Rémunération des actionnaires (revenus distribués) ; 2 Rémunération de l actionnariat salarié (montant des actions détenues dans le cadre de l épargne salariale, part dans le capital, dividendes reçus). Flux financiers à destination de l entreprise : 1 Aides publiques ; 2 Réductions d impôts ; 3 Exonérations et réductions de cotisations sociales ; 4 Crédits d impôts ; 5 Mécénat. Sous-traitance : 1 Sous-traitance utilisée par l entreprise ; 2 Sous-traitance réalisée par l entreprise. Pour les entreprises appartenant à un groupe, transferts commerciaux et financiers entre les entités du groupe : 1 Transferts de capitaux tels qu ils figurent dans les comptes individuels des sociétés du groupe lorsqu ils présentent une importance significative ; 2 Cessions, fusions et acquisitions réalisées. 5/24 L'Hyper n 425/14 du 27 mars 2014

6 PRIME DE PARTAGE DES PROFITS Et nous? La Prime dividende se décide à l'ag des actionnaires Carrefour propose un dividende de 0,62 euro (+ 7%) par action. Si les actionnaires votent cette proposition Carrefour doit ouvrir des négociations pour faire bénéficier ses salariés du partage des profits. Une part pour l'entreprise, une part pour les actionnaires, une part pour les salariés? Carrefour a confirmé qu'une réunion de négociation aura lieu le 13 mai La première étape est franchie reste maintenat à obtenir une prime d'un montant correcte. Pour la CFDT un montant égal au montant de la participation distribuée en 2014 serait le bienvenu! La CFDT demande que les salariés profitent, comme les actionnaires et les dirigeants, de l'amélioration des performances de l'entreprise. Le meilleur moyen pour obtenir cette prime c'est d'aller la demander à Mr Plassat et aux actionnaires le 15 avril 2014 lors de l'assemblée générale Le dividende représente 448,87 millions d'euros. La participation représente 73,7 millions d'euros La CFDT demande une prime de dividende de 73,7 millions d'euros Participation + prime un tiers des bénéfices 6/24 L'Hyper n 424/14 du 26 mars 2014

7 PARTICIPATION 2013 Résultats définitifs 2014 Participation ,9% du salaire annuel brut Participation 2007: 5,62 % 2008: 5,7% 2009: 5% 2010: 5,6% 2011: 4% 2012: 2,9% La réserve de participation 2013 est en hausse. Le nombre de bénéficiaire est en légère hausse. Nous sommes très loin d'un mois de salaire Le montant des revenus aléatoires (participation, intéressement) est insuffisants. La prime dividende doit compenser ce manque 2013: la participation La direction donne ces moyennes sous réserves. En 2014 un salarié touchera en moyenne 0,4 mois de salaire (0,28 en ,51 en 2011, 0,73 en 2010, 0,65 en 2009, 0,74 en ,73 en 2008) Montant moyen brut par salarié qui sera distribué en 2014 au titre de l exercice 2013: environ 610 pour un niveau IIB TC bénéficiant de la grille Carrefour Pour calculer à quelques euros près combien vous toucherez de participation il suffit de prendre votre salaire annuel brut 2013 qui se trouve sur votre fiche de paie de décembre 2013 et de le multiplier par 2,9%. Les prélèvements sociaux représenteront 8% des avoirs (6% en 2011) La participation est maintenant déblocable chaque année mais est imposable. 7/24 L'Hyper n 424/14 du 26 mars 2014

8 Participation 2013 versée en 2014 La réserve spéciale de participation s élève à 2002: 189 millions 2003: 187 millions 2004: 158 millions 2005: 144,11 millions 2006: 131,9 millions 2007: 149 millions 2008: 156,1 millions 2009: 134,3 millions 2010: 153 millions 2011: 104 millions 2012: 53,5 millions 2013: 73,7 millions (- 61% par rapport à 2002) Bénéficiaires se partagent ce montant (3 mois d'ancienneté) salariés en salariés en salariés en salariés en salariés en salariés en salariés en 2013 (- 20% par rapport à 2002) En 2013 la CFDT n'a pas signé l'accord de participation estimant que son calcul ne permet pas d'atteindre un mois de salaire. Prévision ,00% 6,00% 6,00% 70 M 76 M 83 M 2,79% 3,00% 3,30% 0,36 mois 0,40 mois 0,44 mois 580,00 635,00 690,00 % du ROC RSP % de salaire Mois de salaire Montant moyen Total distribué RSP 229 M$ soit 1905 par salarié Les résultats 2013 nous donnent raison L'accord Carrefour est un accord dérogatoire qui nous permet de toucher plus que ce que la loi nous accorde. 16,9Millions en 2013 Les salariés ont jusqu au 31 mars 2014, 17h par internet, pour effectuer leur choix de placement ou leur demande de perception immédiate. 8/24 L'Hyper n 424/14 du 26 mars 2014

9 En 2011 un complément d'intéressement sur l'intéressement 2010 a été versé REVENUS ALEATOIRES 2014 Participation 2013 versée en % + 1,37% 6,37% ,70% + 1,57% 7,27% ,34% + 0,96% 9,30% % + 1% 6,6% euros ,62% + 0,87% 6,49% % + 0,94% 4,94% ,9% de participation 2,05% d'intéressement 4,95 % du salaire brut ,14% + 1,44% 6,58% ,16% + 0,92% 3,08% ,95% + 1,12% 7,07% La participation aux bénéfices pour est calculée sur un indice moins intéressant qu'en 2010 (signature de FO) Si les bénéfices de l'entreprise se redressent, la participation, elle, n'atteindra pas avant longtemps les montants versés avant /24 L'Hyper n 424/14 du 26 mars 2014

10 PARTICIPATION AUCHAN 2013 Résultats définitifs 2014 chez Mulliez Auchan et Mulliez partagent les bénéfices L'empire des Mulliez c'est salariés et 80 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez. Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy- Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. Malgrés les mauvaises performances en France (- 1,1 %, - 2,5 % même pour les hypers), l'entreprise verse en participation le double de celle de Carrefour. Et pourtant c'est la participation la plus faible de l'histoire d'auchan!!!! C'est quoi le truc d'autant que les avantages sociaux Auchan sont proches de ceux de Carrefour? Participation Auchan : 5,93% Le taux de participation d'auchan France pour l'année 2013 s'établit à 5,93 %. Il s'agit de l'un des plus bas taux jamais atteint dans l'histoire de l'entreprise. L'enveloppe globale est de 80 millions d'euros, en repli de 13 M par rapport à l'exercice précédent. Sans le CICE, l'enveloppe se serait établie à 72 M et le taux à 5,33 %. A noter par ailleurs a contribution d'immochan, à hauteur de 4 millions d'euros. Comment est calculée la participation chez Auchan? La formule dérogatoire en vigueur est la suivante : 1/3 du résultat courant après impôt théorique divisé par la masse salariale des bénéficiaires. «L'action» Auchan. C'est une évolution de la valeur de part de + 4,30 % que s'apprêtent à annoncer aux salariés les représentants du fonds commun de placement (FCP) d'auchan. Pour mémoire, le taux Valauchan s'était établi l'an passé à 5,64 % et à 4,03 % en L'actionnariat salarié chez Auchan représente 11,3 % du capital du groupe et concerne plus de collaborateurs actionnaires. Chez Carrefour les salariés détiennent 1,09% du capital. S'agissant de la prime trimestrielle de progrès (décembre, janvier et février + la "sup 12", correspondant aux corrections de compte et commissions de négociations perçues en fin d'année), elle devrait être comprise entre 10 % dans les magasins les moins bons et 15 % dans les meilleurs. Participation Décathlon France 12,88% Les salariés viennent d'apprendre qu'ils allaient bénéficier, au titre des résultats financiers de l'exercice écoulé, d'une prime de 12,88 %. Participation Leroy-Merlin: 12,02 % Leroy-Merlin France a annoncé un taux de participation aux bénéfices pour l'année 2013 à 12,02 %. Il s'applique sur une base de 12,8 mois de salaire et représente 1,9 mois de salaire net. La formule de calcul est la suivante : 25 % du résultat net courant - 5 % des capitaux utilisés. Leroy-Merlin fait partie des trois entreprises française qui partagent le plus leurs bénéfices en volume d'euros avec Orange et Dassault Aviation. 10/24 L'Hyper n 424/14 du 26 mars 2014

11 AIDE DE L'ETAT Le CICE combien et pour qui? CICE, mais où est-il passé? De 55 à 180 millions d'euros voici les montants qui circulent sur le CICE qu'aurait touché Carrefour. Impossible d'avoir une information fiable et d'obtenir l'utilisation qui en a été fait. Pour la CFDT une part doit revenir au bien être des salariés sous la forme d'une rémunération comme la «prime dividendes» Mais combien a touché Carrefour de la part de l'etat via le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE)? C'est la question que se posent les salariés de Carrefour faute d'une communication officielle de l'entreprise. Que se soit dans les CCE ou au comité de groupe aucune info sérieuse ne transpire. Mais qu'a fait Carrefour de cette manne inespérée destinée initialement à restaurer la compétitivité des entreprises soumises à la concurrence mondiale (ce qui n'est pas le cas de Carrefour)? Là aussi pas de réponse, il semble qu'il faudra attendre la fin du semestre pour obtenir le montant et la destination du CICE. L'entreprise arguant déjà qu'elle a consacrée le CICE à la rénovation des magasins. Rénovation qui n'a rien d exceptionnelle et qu'elle fait de toute façon régulièrement. En juin entreprises ont demandé un préfinancement du CICE pour 1/2 milliards d'euros. 11/24 L'Hyper n 424/14 du 26 mars 2014

12 Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) Auchan favorise les salariés? Grâce aux 44 millions d'euros touchés au titre du dispositif gouvernemental, Auchan France va pouvoir afficher un cash d'environ 780 millions d'euros pour Pour les collaborateurs, le montant de l'aide va venir sauver des primes de participation et d'intéressement (dit prime de progrès) qui, sans cela, auraient été des plus décevantes. Comme les autres distributeurs, avec la manne du CICE, Auchan avait plusieurs possibilités : embaucher (ce qui était l'esprit initial du dispositif...), investir les sommes pour baisser les prix en magasins (ce qu'ont fait Leclerc, Carrefour ou Géant), ou gonfler le résultat, et accessoirement, en faire profiter (un peu) les salariés via la rémunération variable, le choix d'auchan donc. Précisons au passage que l'augmentation de salaire 2014 est de 0,5% et 1400 emplois ont été supprimés en Non tout n'est pas rose chez Auchan, la participation et l'intéressement sont en baisse même s'ils restent toujours plus intéressant que chez Carrefour. Mais au moins chez eux on sait où passe le CICE dont 7M pour le recrutement 16,9M pour les primes. 2,34 milliards pour le commerce en 2013 En termes de répartition du montant total de l effort budgétaire que constitue le CICE (13 milliards en 2013), 18 % du montant total devraient revenir à l industrie manufacturière, 18 % au commerce (soit 2,34 milliard), alors que d autres secteurs comme l information et la communication ou la finance et l assurance bénéficieront chacun d un peu moins de 4 % de ce montant. Pour l'année 2014, ce crédit d'impôt compétitivité est conservé. Mieux, l'enveloppe allouée est augmentée : de 10 milliards d'euros en 2013, elle passe à 20 milliards d'euros. En effet, comme pour 2013, l'économie d'impôt équivaut à 4 % de la masse salariale, hors salaires supérieurs à 2,5 fois le SMIC. Et à partir de 2014, ce taux sera porté à 6 %. de ce crédit d impôt. Bilan du CICE L'entreprise doit faire le bilan de l'utilisation du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi. Elle retrace dans ses comptes annuels l utilisation du crédit d impôt conformément aux objectifs fixés. La loi de sécurisation de l emploi donne un rôle au comité d'entreprise : Les sommes reçues par l entreprise au titre du crédit d impôt et leur utilisation sont retracées dans la base de données économiques et sociales. Le CE est informé et consulté, avant le 1er juillet de chaque année, sur l utilisation par l entreprise Lorsque le CE constate que tout ou partie du crédit d impôt n a pas été utilisé conformément à son objet, il peut demander à l employeur de lui fournir des explications «Cette demande est inscrite de droit à l ordre du jour de la prochaine séance du CE.» Si le CE n a pu obtenir d explications suffisantes de l employeur ou si celles-ci confirment l utilisation non conforme de ce crédit d impôt, il établit un rapport. Ce rapport est transmis à l employeur et au comité de suivi régional, qui adresse une synthèse annuelle au comité national de suivi.» Au vu de ce rapport, le CE peut décider, à la majorité des membres présents, de saisir de ses conclusions l organe chargé de l administration ou de la surveillance dans les sociétés ou personnes morales qui en sont dotées, ou d en informer les associés dans les autres formes de sociétés ou les membres dans les GIE. Art. L et suivants. 12/24 L'Hyper n 425/14 du 27 mars 2014

13 PREVOYANCE GROUPE FRANCE 26 mars 2014, première réunion C'est parti pour une négociation marathon Les négociations vont se poursuivre jusqu en juin 14 avril, 14 h 23 avril, 14 h 30 avril, 14 h 14 mai, 14 h 21 mai, 14 h 5 juin, 14 h 1er juillet accord et mise en conformité Période transistoire pour certains régimes. 1er janvier 2015 mise en place sur l'ensemble de la France La négociation pour la mise en place d'une prévoyance groupe à débuté mercredi 26 mars Cette première réunion de 3 h s'est tenue en présence d'isabelle Calvez DRH France et 3 représentants RH des principales sociétés du groupe. La délégation CFDT était composée de Bruno Moutry (DSG et Interformat), Michel Gay (Comité Prévoyance Hypermarché), Franck Dutertre (Carrefour Market), Serge Corfa (DSN). René Thomas Directeur Avantages Sociaux France a fait le point de la prévoyance dans le groupe sur 5 thèmes: - D où vient-on? - Situation actuelle - Enjeux Comment évoluer - Mode opératoire Tous ces éléments ont été traités en avant première dans l Hyper n 423, comme quoi la CFDT connaît bien ses dossiers. Pour cette négociation qui touche des dizaines de sociétés du groupe la CFDT, compte tenu de la complexité du dossier et du peu de temps imparti à la négociation, a demandé un accord de moyen, comme se fut le cas pour la négociation de la GPEC. Un accord de principe a été acté. Une réunion des DSC CFDT des sociétés du groupe se tiendra le 8 avril toute la journée à la fédération, ce sujet sera abordé 13/24 L'Hyper n 424/14 du 26 mars 2014

14 Prévoyance groupe Carrefour France Bilan prévoyance Vous trouverez ci-dessous la situation financière des principaux régimes. groupe et que soit vu la situation particulières des sociétés dit «en portage». Négociation Situation actuelle Les régimes santé Hypermarchés, Interformats et, dans une moindre mesure, Market Cadres (hors options) sont très proches en garanties et cotisations. Les régimes santé Market Non-Cadres se distinguent par un régime de base et des options facultatives. Les options facultatives sont prises par 74 % des employés et ne bénéficient pas des exonérations fiscales. La CFDT a mis l'accent sur l'intérêt de faire bénéficier de la prévoyance à toutes les sociétés occupant des salariés dans le groupe. Elle demande que soit intégré toutes les sociétés appartenant au comité de Un dispositif commun nécessite de passer par un accord de groupe France : - les garanties santé, RH France Projet Prévoyance/Santé France les garanties prévoyance, -l architecture des accords : santé prévoyance par catégories, cas de dispense (conjoints ), franchises, anciennetés, - les cotisations (répartition, étudiants/ temps très partiels ) - la gouvernance paritaire des régimes La vision de la direction sur les bénéfices à tirer d'une mutualisation au niveau du groupe prend en compte la situation des réserves financières en envisageant «d'optimiser les réserves en permettant une compensation inter-bu et inter régimes» A retenir que seul le régime Hypermarchés à de fortes réserves, d'autres sont en déficit. 14/24 L'Hyper n 425/14 du 27 mars 2014

15 ACTIONS EN JUSTICE Toujours des litiges non résolus Pointeuse et Vestiaire Entretien des tenues Alors que les nouvelles tenues de travail arrivent dans les magasins, la CFDT continue ces actions en justice pour une véritable prise en charge par l'entreprise de l'entretien des tenues de travail Pointeuse et vestiaire Un article du réglement intérieur de ce magasin. précise que tous les membres du personnel doivent déposer leurs effets personnels dans les vestiaires prévus à cet effet. A remarquer que le directeur, les managers et certains services sont exempt de l'application de cet article. Beaucoup de salariés pointent et dépointent à loin des vestiaires. Les salariés traversent le magasin vêtus de leur tenue de travail et lors que le magasin est ouvert des clients les interpellent pour leur demander des services. Il faut donc régulièrement entre 5 et 10 mn pour aller du vestiaire à la pointeuse. Compte tenu que ces salariés se trouvent de fait et particulièrement lors de la pause, sous l'autorité de l'employeur, ce temps doit leur être rémunéré. Ce temps de trajet représente chaque mois entre 1 et 2 heures non rémunérés... La CFDT demande qu'une pointeuse soit installée a la sortie des vestiaires. En cas de refus de l'employeur la CFDT saisira la justice pour faire reconnaître cette contrainte et l'obligation pour l'employeur de rémunérer ce temps de travail effectif. Tenue de travail, ce que dit la loi Selon les articles R et R du code du travail, l'employeur est tenu de mettre à disposition de ses salariés ce gratuitement les équipements de protection individuelle ainsi que les vêtements de travail "lorsque le caractère particulièrement insalubre ou salissant des travaux l'exige". En outre, ces derniers le contraignent par ailleurs à s'assurer du maintien "dans un état hygiénique satisfaisant par les entretiens, réparations et remplacements nécessaires". De son côté, l'article L souligne que le salarié ne doit s'acquitter d'aucune 15/24 L'Hyper n 420/14 du 9 février 2014

16 En justice charge financière supplémentaire à partir du moment où l'employeur l'oblige à porter une tenue pour des raisons d'hygiène et de sécurité. Enfin, un arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 21 mai 2008 étend le champ d'action de ces articles à l'ensemble des tenues, dès lors que ces dernières sont inhérentes à l'emploi occupé. Il précise que "leur entretien doit être pris en charge par l'employeur". Marseille Mardi 25 février 2014, nous étions au conseil des prud'hommes de Marseille, 15 salariés en conciliation pour le paiement du lavage des tenues de travail,. L'avocat de Carrefour reconnaît l'erreur mais n'est pas d'accord sur le montant demandé par les salariés. En Mars nous déposerons d'autres dossiers. Prochain rendez-vous le 25 mars 2015, à 9 heures. Trans en provence A la dernière minute Carrefour fait appel au jugement du conseil de prud'homme qui donne gain de cause aux 85 salariés soutenus par la CFDT Malgré les demandes de la CFDT en ce sens depuis le mois de décembre, Carrefour n'a jamais proposé de clore ce dossier et de reconnaître qu'il ne respecte pas la loi. Villabé La CFDT informe les salariés de leur victoire sur le non respect du smic/forfait pause euros sur la fiche de paye de janvier en rappel de salaire Les nouvelles tenues arrivent! 16/24 L'Hyper n 425/14 du 27 mars 2014

17 NEGOCIATIONS Vendeurs produits et services 1795 vendeurs produits et services concernés Les négociations sur la rénumération des vendeurs ont débutées. Calendrier 21 mars 02 avril 09 avril 29 avril : proposition d accord définitif 19 mai : présentation accord en commission. Résultats EPCS et Stratégie 2014 Depuis le 1er février 2008 les vendeurs produits et services bénéficient d'un accord sur leur rémunération. Cet accord est renégocié tous les 3 ans. L'accord portant sur les rémunérations des vendeurs signé le 9 avril 2011 prend fin le 30 juin La CFDT, très représentative chez les vendeurs, entame ce nouveau cycle de négociation de façon positive. Sa priorité est de faire cesser la garantie de rémunération qui crée une inégalité entre les vendeurs. 250 vendeurs sont concernés. L environnement concurrentiel est recomposé : il y a de nombreuse fermeture et des plans sociaux sur beaucoup d enseigne. Une enquête GFK a été réalisée sur la partie brun. Il en ressort une augmentation de la VAD et des grandes surfaces spécialisés. L écart de progression des achats sur internet et en magasin se creuse. En 2013, le record de croissance du e-commerce est pour la France (19.6%), au dessus de l Europe (19%). Cependant la vision du consommateur reste positive : 73% des personnes jugent indispensable de voir et toucher les produits et 52% jugent les vendeurs indispensables. Le Budget 2014 : prévision de -2.5% (1008 M ) Pour la stratégie, il sera priorisé : Un investissement promo différent, fidélisant et agressif (mais avec des volumes maîtrisés), un positionnement prix de notre permanent aligné sur nos concurrents, Une stratégie cross canal appliquée. La CFDT rappelle que si les IRP étaient impliqués dans les projets mis en place, 17/24 L'Hyper n 420/14 du 9 février 2014

18 Vendeurs produits et services les remontées seraient plus intéressantes. Vendeurs radiotéléphonie. La CFDT demande que vont devenir les vendeurs radiotéléphonie. La DRS répond que ce sont des vendeurs «produit et services» avant tout et qu ils iront sur d autres rayons afin qu ils aient un même niveau de rémunération. Les résultat suite à l Ecole de vente sont au rendez vous : Les indicateurs 6610 en 2013 : 3.5 M de marge supplémentaire+283 k de prime supplémentaire. La CFDT remontent les nombreux problèmes suite aux entretien et revues de performance dans les magasins suite au Suite à cela la CFDT demande la fiche de poste du manager des ventes, et demande dans quel accord se trouve le La CFDT demande si quelque chose et prévu pour les non signataires car certains magasins ne jouent pas le jeu et les non signataires n ont pratiquement plus de prime. Il ne faudrait pas que ces vendeurs soient laissés pour compte Effectif vendeurs Un effectif vendeur signataire en baisse de 8 % (pour un CA TB à -6.3 % et un CA Vente Assistée à - 7.7%) Soit 158 vendeurs (0.8 vendeur par magasin) entre 2012 et De plus il y a une légère baisse des effectifs non signataires. Entre 2012 et 2014 se sont 315 postes de vendeurs qui ont disparus. Rémunérations +8.1% de progression de la prime moyenne entre 2012 et % des vendeurs ont vu en 2013 leur prime évoluer favorablement dans un contexte économique difficile. En 2013 : 811 vendeurs ont une prime entre 500 et 800, et 671 entre 250 et 500. Négociateurs CFDT (tous vendeurs) Sophie Monnié (Perpignan), Martine Saint Lanne (Portet sur garonne), Thierry Babot (Mérignac), Erwanig Le Roux (Rennes Cesson). Comme elle l'a fait pour les accords de 2008 et 2011 la CFDT réunira, en avril, ses délégués vendeurs afin de leur présenter les propositions de la direction et de débattre avec eux sur leur métier. Garantie des rémunération vendeurs Parmi les 1795 vendeurs produits et services de nombreux anciens (environ 250) contestent la garantie de rémunération. Le mode de calcul de la "guelte" a créé une inégalité entre vendeurs embauchés avant l'accord signé en 2000 par FO et ceux qui sont arrivés après, ceci au détriment des anciens vendeurs. La CFDT après avoir usé de toutes les possibilités de négociation a décidé en 2011 de porter ce problème devant les juges. Des décisions de justice sont favorables à l'analyse de la CFDT mais il faudra encore attendre la décision de la cour de cassation. A noter qu'une déléguée nationale FO et un ancien DSC CFTC (ex FO) passé cadre ont apporté devant le juge leurs témoignages pour soutenir la position de l'employeur. Nous espérons que les remerciements de Carrefour ont été à la hauteur de ces témoignages. 18/24 L'Hyper n 425/14 du 27 mars 2014

19 Vendeurs produits et services Des accords négociés par la CFDT mais que nous avons refusé de signer car nous contestons la pénalité apporté par la garantie de rénumération. 2007: Accord d'entreprise sur la rémunération vendeurs produits et services : validité du 01/02/2008 au 31/03/ 2011 (3 ans) Signature 28 octobre Applicable 26 novembre 2007 Signataires: FO, CGC, CFTC Non signataire: CFDT, CGT, CAT 2008: Accord vendeurs produits et services Réunion paritaire du 26 novembre 2007 applicable 1er février 2008 Signataires FO, CGC Non signataire CFDT, CFTC, CAT, CGT 2008: Accord vendeurs avenant radiotéléphonie Réunion paritaire du 18 février 2008 applicable 1er avril 2008 Signataires FO, Non signataire CFDT, CFTC, CAT, CGT, CGC 2011: Avenant à l'accord d'entreprise sur la rémunération vendeurs produits et services en date du 26 novembre 2007 modifiés par avenant en date du 18 février 2008 Progation jusqu'au 31 octobre 2011 : Réunions paritaires du 1er février. Signature 3 mars Applicable 31 mars 2011 Signataires: FO, CGC Non signataire: CFDT, CGT 2011: Avenant à l'accord d'entreprise sur la rémunération vendeurs produits et services en date du 26 novembre 2007 modifiés par avenant en date du 18 février 2008 et du 3 mars 2011:Progation jusqu'au 10 novembre 2011 Signature 28 octobre Applicable 31 octobre 2011 Signataires: FO, CGC Non signataire: CFDT, CGT 2011: Accord interentreprise sur la rémunération vendeurs produits et services: Progation de l'accord 2007 jusqu'au 1er avril 2012, validité du 02/04/2011 au 30/06/ 2014 (3 ans). Réunions paritaires du 1er février, 30 septembre 7 et 21 octobre. Signature 9 novembre Applicable 2 avril 2012 Signataires: FO, CGC Non signataire: CFDT, CGT REVENDICATIONS CFDT Paiement de la garantie rémunération maintien de salaire (ne pas la déduire de la prime variable). Niveau 3b pour tous Phrase limitant la pression excessive incluse en préambule de l accord Retour de la prime individuelle sur le PEM Possibilité pour les anciennes rem. de tester le nouvel accord pendant 6 mois (à la meilleure rémunération). Anciens vendeurs : Mini obligatoire priorités locales Revalorisation primes individuelles chaque année fonction des NAO Commission sur les accessoires même non associés à une vente Et ce n est qu une ébauche de vos revendications Vendeurs produits et services ces négociations sont les votres. Les délégués CFDT sont à votre disposition pour vous écouter et transmettre vos demandes. La CFDT a des dizaines de délégués et des centaines de syndiqués parmi les vendeurs, pourquoi pas vous. 19/24 L'Hyper n 425/14 du 27 mars 2014

20 METIERS Mais qui parle des agents de sécurité? Assistant de sécurité chez Carrefour Alors que l'insécurité monte dans les magasins, - que la commission de sécurité est de plus en plus exigeante - que le niveau de diplôme demandé aux agents est important - que le métier exige une adaptation a de nombreuses tâches L'agent de sécurité est le mal aimé de l'entreprise. Souvent à tort et par méconnaissance du rôle réel qu'il joue dans l'entreprise et de la qualification qu'il doit acquérir pour exercer ce métier. Les agents de sécurité font partie des oubliés de l'accord d'entreprise qui n'a pas pris en compte l'évolution importante du métier. Lors de la coordination CFDT en présence de 240 délégués, Grégory assistant de sécurité à Marseille Grand littoral, a interpellé la DRH sur la situation des ces collègues. A part l'informer que le nouveau responsable de la sécurité chez Carrefour est un ancien commissaire de police et que des formations ont été mises en place par la CRAMIF la direction n'a aucunement répondue aux demandes de reconnaissance conventionnelle des assistants et conseillers de sécurité. La CFDT a demandé à Sébastien délégué CFDT et assistant de sécurité à Carrefour Chalons en Champagne de nous décrire son métier et les problèmes conventionnels qu'ils rencontrent. Ce métier n'est toujours pas reconnu et l'agent de sécurité reste bien souvent au niveau 2. Demande CFDT NAO 2014 Les NAO qui ont eu lieu peu de temps après cette rencontre non rien apporté bien que la CFDT demandait : Métier classification Les salariés doivent pouvoir progresser dans l'entreprise notamment en activant les filières métiers, en réactualisant et revalorisant des classifications. Reconnaissance financière des certifications du personnel de sécurité. Prise en compte de la pénibilité du travail dans la classification et la rémunération des salariés. Reconnaissance financière de la polyvalence et la polyaptitude. Les équipes polyvalentes doivent bénéficier d'une classification spécifique et d'horaire correcte. 20/24 L'Hyper n 424/14 du 26 mars 2014

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

I. LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE

I. LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE La Lettre du Cabinet BREST LE 20 AVRIL 2015 BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE Mesdames, Messieurs, Par la présente,

Plus en détail

BDES GRILLE DE LECTURE

BDES GRILLE DE LECTURE BDES GRILLE DE LECTURE Réunion de négociation du 30 juin 2014 (cette grille figurerait en annexe de l accord) PRÉSENTATION DE LA SITUATION DE L ENTREPRISE Entreprises de 300 salariés et plus prévues dans

Plus en détail

Tableau récapitulatif des informations de la Base de Données Economiques et Sociales

Tableau récapitulatif des informations de la Base de Données Economiques et Sociales Tableau récapitulatif des informations de la Base de Données Economiques et Sociales Cette base contient des informations, réparties en 8 thèmes, relatives aux principaux aspects de la vie économique et

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise?

Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise? Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise? CNIT, Septembre 2014 Réconcilier l économique et le social Un conseil

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

RJF - FCE CFDT - 18 mars 2014 1

RJF - FCE CFDT - 18 mars 2014 1 RJF - FCE CFDT - 18 mars 2014 1 La base de données économiques et sociale est une demande des OS, formulées lors des négociations de l Accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013. La CFDT

Plus en détail

FORMER FORMER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER

FORMER FORMER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE FORMER FORMER 10 avril 2014 PLAN Origine, source niveau d élaboration contenu accès à la BDU enjeux ORIGINE ET SOURCE L origine de la BDU - l ANI

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 1-Les mesures relatives aux IRP. La loi du 17 aout 2015 sur le dialogue social modifie en profondeur le droit de la représentation du personnel. Dispositions de la loi Définition

Plus en détail

Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France. «La base de données économiques et sociales» - BDES

Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France. «La base de données économiques et sociales» - BDES Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France «La base de données économiques et sociales» - BDES Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France «La base

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

ANI 11 janvier 2013 / LOI 14 juin 2013 :

ANI 11 janvier 2013 / LOI 14 juin 2013 : ANI 11 janvier 2013 / LOI 14 juin 2013 : Modificationsconcernant concernant les IRP 1 LES SOURCES - Accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 - Loi n 2013 504 du 14 juin 2013 relative

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 7 L information-consultation Quelques éléments de contexte La loi a cherché à mettre de l ordre et de la perspective dans

Plus en détail

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL 8 TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL Article III.1. - Préparation des élections Les organisations syndicales représentatives dans l'établissement sont invitées

Plus en détail

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL Emploi et relations employeurs/employés CDC Entreprises, en tant que société de gestion agréé AMF, est soumise au respect de la réglementation de l'autorité des Marchés

Plus en détail

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL overeed.com NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL De quoi s agit-il? La loi sur le dialogue social, présentée en conseil des ministres le 22 avril 2015 par le ministre du travail,

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Il existe trois mécanismes d épargne salariale : La Participation : La participation des salariés aux résultats de

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

-A fc' clttv.,1. Lc:-~our.-t. v f?ë;t e L Lc -r- A-'1"\"; ~ f~ \.{>('R. {?;o/vscr.(;?a..(

-A fc' clttv.,1. Lc:-~our.-t. v f?ë;t e L Lc -r- A-'1\; ~ f~ \.{>('R. {?;o/vscr.(;?a..( Entre les soussignés: 0 La Caisse d'epargne ne de France Paris, ci-après dénommée la CEIDFP, dont le siège social est situé au 19 rue du Louvre 75001-PARIS, représentée par Jean-Pierre DECK, Membre du.directoire

Plus en détail

Porter à "10 x sans frais" les paiements avec la carte pour les salariés

Porter à 10 x sans frais les paiements avec la carte pour les salariés Carte salariés Remise sur achats portée à 10 % 10 % supplémentaires sur les MDD Porter à "10 x sans frais" les paiements avec la carte pour les salariés Reconduction des avantages offerts depuis 1986 sur

Plus en détail

Accord collectif salarial 2014

Accord collectif salarial 2014 Accord collectif salarial 2014 Il est convenu, Entre d une part ; Coca-Cola Entreprise situé 27, rue Camille Desmoulins, 92784 Issy-Les- Moulineaux Cedex 09, représentée par son Directeur des Ressources

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Propositions de BPCE Dans le cadre d un projet d accord, BPCE propose les points suivants.

Propositions de BPCE Dans le cadre d un projet d accord, BPCE propose les points suivants. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 FÉVRIER 2011 RELATIF À LA NÉGOCIATION ANNUELLE OBLIGATOIRE

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Après de longues négociations avec les syndicats de salariés, les classifications professionnelles ont été révisées afin

Plus en détail

Accord salarial 2008

Accord salarial 2008 Accord salarial 2008 PRÉAMBULE En application de l article L. 2241-1 du Code du travail et de l article 42 de la convention collective de la Banque, les partenaires sociaux se sont rencontrés à trois reprises,

Plus en détail

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE L essentiel La loi n 2014-288 du 5 mars 2014 est très dense et comporte 3 volets bien distincts : - L un sur la réforme de la formation professionnelle, reprenant

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

PROJET DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES POUR 2014

PROJET DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES POUR 2014 DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES POUR 2014 Entre : D une part, La Direction de la Société Distribution Casino France, représentée par M. Yves DESJACQUES, Directeur

Plus en détail

En 1984, un accord d'intéressement (ICARE) pouvant dégager et répartir une part

En 1984, un accord d'intéressement (ICARE) pouvant dégager et répartir une part La société Dassault Aviation a souhaité, en accord avec les partenaires sociaux, développer une politique active de participation et d'intéressement du personnel. C'est ainsi que, dès 1969, un accord dérogatoire

Plus en détail

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP)

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP) REPRESENTATION DU PERSONNEL La réglementation du travail permet, au personnel des entreprises qui comptent un effectif minimum, de bénéficier d une représentation sous 4 institutions distinctes : les délégués

Plus en détail

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise ARTICLE L.3341-6 DU CODE DU TRAVAIL Conformément à l'article L. 3341-6 du Code du travail «Tout salarié d'une entreprise proposant

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL SOMMAIRE I) - Les effets de l accord sur les dispositions conventionnelles actuelles :... 3 II) - L exercice d'une activité syndicale

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale Accord collectif de branche du 14 mai 2010 Régime de prévoyance complémentaire Garantie Incapacité de travail Convention Collective Nationale des Chaînes de Cafétéria & Assimilés du 28 août 1998 Entre

Plus en détail

DISTRIBUTION CASINO FRANCE : ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL 2008

DISTRIBUTION CASINO FRANCE : ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL 2008 DISTRIBUTION CASINO FRANCE : ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL 2008 Entre : D une part, La Direction de Distribution Casino France représentée par M. Yves DESJACQUES,

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP

ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP - la Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) - la Fédération Française du Bâtiment (FFB) - la Fédération

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL POUR 2011

DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL POUR 2011 DISTRIBUTION CASINO FRANCE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE SUR LES SALAIRES ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL POUR 2011 Entre : D une part, La Direction de la société Distribution Casino France, représentée par

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de Professionnelle Continue Les modalités d accès à la formation «Accord de Branche Syntec et ité» Qualifications inadaptés Priorités de Droit Individuel à la Plan de de Entretien Annuel Hors Plan & Hors

Plus en détail

Votre rémunération, RESPECTES

Votre rémunération, RESPECTES Votre rémunération, RESPECTES 2 AGIR ENSEMBLE Une politique absurde de suppression d emplois Depuis 2005 tout semble «bon» pour organiser les 22000 départs : pressions individuelles, réorganisations, fermetures

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES SALARIES AUX RESULTATS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES SALARIES AUX RESULTATS LA PARTICIPATION FINANCIERE DES SALARIES AU RESULTATS La participation et le plan d'épargne entreprise (PEE) ont pour objectif d'améliorer les relations sociales dans l'entreprise et d'intéresser les salariés

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

TAXE D'APPRENTISSAGE

TAXE D'APPRENTISSAGE TAXE D'APPRENTISSAGE La taxe d apprentissage a pour objet de faire participer les employeurs au financement des premières formations technologiques et professionnelles. 27/08/2015 Lorsqu il existe un comité

Plus en détail

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008.

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008. ACCORD SALARIAL 2008 NAO 2007 Entre La Banque Populaire Loire et Lyonnais, dont le siège social est situé à Lyon 3 ème, 141 rue Garibaldi, représentée par Monsieur OLIVIER DE MARIGNAN, Directeur Général

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

ACCORD SALARIAL 2015

ACCORD SALARIAL 2015 ACCORD SALARIAL 2015 Entre, d'une part, La SOCIETE GENERALE représentée par Monsieur Édouard-Malo HENRY, Directeur des Ressources Humaines du Groupe, Et, d'autre part, les Organisations Syndicales représentatives,

Plus en détail

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)?

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? SOMMAIRE I. Application de la CCN du commerce de détail de l habillement et

Plus en détail

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Vente

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Deux réformes transforment les règles et les procédures appliquées aujourd hui par les institutions AGIRC et ARRCO dans le domaine Entreprise :

Deux réformes transforment les règles et les procédures appliquées aujourd hui par les institutions AGIRC et ARRCO dans le domaine Entreprise : Le 18/09/2015 CIRCULAIRE Sujet : Domaine Entreprise Versement des cotisations à compter du 1 er janvier 2016 Déclaration des rémunérations Madame, Monsieur le Directeur, Deux réformes transforment les

Plus en détail

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE SECTEUR PRIVE Le congé de formation économique, sociale et syndicale (Article L.451-1 du code du travail) jours : chaque salarié peut bénéficier

Plus en détail

Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014

Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014 Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014 Entretien professionnel Suppression de l obligation de réaliser certains entretiens La loi du 5 mars 2014 rend l entretien

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION Ce document est fourni à titre indicatif et doit être soumis à votre conseiller juridique habituel qui le complètera de toutes les spécificités propres à votre

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective Repères revendicatifs Fiche n 20 : Droit à la représentation collective La CGT propose Le droit pour tous les salariés à une représentation collective quels que soient leur statut, l entreprise et sa taille.

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

d information-consultation du comité d entreprise.

d information-consultation du comité d entreprise. Enjeux et perspectives Loi du 14 juin 2013 : Nouvelles procédures d information-consultation du comité d entreprise La loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013, introduit de nouvelles

Plus en détail

ORA Consultants 30/09/2015

ORA Consultants 30/09/2015 ATELIERS DE FORMATION RH PAIE 2015 2 Principe général de prévention SÉQUENCE 4 : GESTION DE LA PENIBILITE Entre textes antérieurs toujours applicables, Et nouveaux textes «instables» (Compte Personnel

Plus en détail

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés Formation 5 jours Méditerranée : 74 rue Paradis 13006 Marseille CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés La formation Pour agir sur le travail et la santé en vue d une amélioration

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

>Convention collective nationale de l animation

>Convention collective nationale de l animation DROIT >Convention collective nationale de l animation Janvier 2012 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes PREAMBULE Dans le but de concrétiser les dispositions légales visant à instaurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail