3 - Equilibre thermique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3 - Equilibre thermique"

Transcription

1 3 - Equilibre thermique Le rayonnement du corps noir Lois de Maxwell, Boltzmann et Saha Exemples

2 Equilibres matière-rayonnement Milieu opaque au rayonnement Echanges d énergie Equilibre thermodynamique 1 T h Equilibre matière-rayonnement Equilibre thermodynamique local (ETL) T 1 T 2 T 3 T 4 T 5 T 6

3 Le corps noir T Enceinte opaque à toutes les fréquences 8!1 h I =?

4 Loi de Kirchhoff T 1 2 T I (1) <I (2) T T I ν (1) I ν (2) W<0 T ( ) Filtre étroit I = B (T ) Homogène Isotrope Non polarisé

5 Emission thermique T B ν (T ) T I ν S = B (T ) I = B (T ) Emission thermique!1 Emission de corps noir

6 Loi de Planck

7 Etablissement de la loi de Planck (I) Impulsion Vecteur d onde h Conditions aux limites périodiques Quantification du vecteur d onde

8 Etablissement de la loi de Planck (II) k y Volume élémentaire 2π L y k 2π L x k x NB : 2 états de spin par état d impulsion Nombre d états accessibles à fréquence donnée Densité d états

9 Etablissement de la loi de Planck (III) Statistique de Bose-Einstein Pour les photons : E = h µ =0 Nombre d occupation moyen Nombre d états x nombre de photons par état

10 Loi de Planck

11 Courbes représentatives B T 1 >T 2 ) B (T 1 ) >B (T 2 )

12 Courbes représentatives B T 1 >T 2 ) B (T 1 ) >B (T 2 )

13 Courbes représentatives B = B

14 Loi de déplacement de Wien (I) Maximum de la courbe de Planck à une température donnée On pose Ecriture de la fonction de Planck Condition de maximisation

15 Loi de déplacement de Wien (II) Dérivation de la fonction Résultat

16 Loi de déplacement de Wien (III) On pose Condition de maximisation Résultat max max ' 0.57c NB : 2 fonctions différentes

17 Loi de déplacement de Wien (IV) Condition de maximisation Résultat NB :

18 Loi de déplacement de Wien : exemples

19 Loi de Stefan Flux total du corps noir F = T 4 Constante de Stefan = 2 5 k 4 15c 2 h 3 = W.m 2.K 4

20 Densité d énergie et pression de radiation Isotropie du rayonnement du corps noir Densité d énergie Pression de radiation

21 Dérivation thermodynamique (I) T,V h Gaz de photons à l équilibre thermique dans une enceinte déformable Premier principe Isotropie Identification :

22 Dérivation thermodynamique (II) Second principe Relation de Maxwell (égalité des dérivées croisées) NB : Obtention de l entropie

23 Loi de Rayleigh-Jeans et loi de Wien Loi de Rayleigh-Jeans Limite basses fréquences Loi de Wien Limite hautes fréquences

24 Loi de Rayleigh-Jeans et loi de Wien Catastrophe UV T = 5800 K

25 La catastrophe ultraviolette Classiquement : énergie kt par mode du champ de rayonnement NB : expression Rayleigh-Jeans Une énergie infinie du champ! Interprétation

26 Températures caractéristiques (I) Température de brillance Cas général Rayleigh-Jeans Température radiative Identique à la température de brillance pour un rayonnement isotrope Température effective

27 Températures caractéristiques (II) Température de couleur Ajustement du spectre observé par une fonction de Planck Egalité de la pente du spectre et de la pente d un corps noir Rayleigh-Jeans Pour un corps noir : T e = T c = T b = T r = T

28 Le corps noir cosmologique Découplage de la matière et du rayonnement ans après le Big Bang Protons Electrons Photons HI t Alpher, PhD, 1948, GWU Apler & Herman, 1948, Nature, 162, 774 Gamow, G. 1948, Physical Review, 74, 505 Penzias & Wilson, 1965, ApJ, 142, 419 Evolution adiabatique réversible d un corps noir en expansion Mather et al., 1990, ApJ, 354, L37

29 Mesures à différents redshifts Mesures à partir de raies d absorption dans des spectres de quasars Noterdaeme et al., 2011, A&A, 526, L7

30 Composante dipolaire du CMB (I) Référentiel du CMB n # v Observateur v n vitesse direction d observation # =(v, n) Credits : NASA / COBE v = + + Tully et al., 2014, Nature, 513, 71

31 Composante dipolaire du CMB (II) Deux effets de relativité restreinte et Emission de corps noir avec une température dépendant de la direction Peebles & Wilkinson, 1968, Physical Review, 174, 2168 WMAP

32 Les fluctuations primordiales Credits : ESA / Planck Collaboration

33 Température des grains interstellaires (I) Absorption de photons UV et visible des étoiles de la Galaxie h h h Chauffage des grains et émission thermique dans l infrarouge (températures: qq 10 K) h h Température des grains A l équilibre, émission = absorption : loi de Kirchhoff Equation d équilibre Pour des grains sphériques, on introduit l efficacité d absorption Densité des grains Rayon des grains Modèle usuel ' 1 2

34 Température des grains interstellaires (II) Equation d équilibre Absorption Emission Exemple Etoile chaude émettant principalement dans le visible R? d a T? Température d équilibre

35 Température des grains interstellaires (III) Le raisonnement précédent (fondé sur l équilibre) est faux pour les très petits grains! T h C Capacité calorifique Absorption d un photon Draine, 2011, «Physics of the Interstellar and Intergalactic Medium»

36 R?,L? Objets interplanétaires (I) D r Luminosité spectrale Luminosité totale Flux mesuré au niveau de l objet Puissance reçue par l objet Q V Efficacité d absorption dans le visible

37 Objets interplanétaires (II) Planète en rotation rapide Planète en rotation synchrone T e T e 0 Puissance émise par l objet Equation d équilibre

38 Objets interplanétaires (III) Planète en rotation rapide Planète en rotation synchrone T e T e 0 Puissance émise par l objet Température effective de l objet

39 Températures des planètes F 0 (visible) Effet de serre (modèle simpliste!) F 0 (visible) IR IR IR Sans atmosphère IR Avec atmosphère T s = F0 1/4 T s = 2F0 1/4 T Terre = 278 K

40 Loi de Maxwell Distribution de probabilité des vitesses des particules dans un milieu à l équilibre thermodynamique Fonction de distribution de la vitesse f v (v) = m 2 kt 3/2 exp mv 2 2kT Fonction de distribution d une composante de la vitesse f vi (v i )= m 2 kt 1/2 exp mv 2 i 2kT Fonction de distribution du module de la vitesse f v (v) = m 2 kt 3/2 exp mv 2 2kT 4 v 2

41 Dérivation de la loi de Maxwell (I) Stationnarité Homogénéité Isotropie

42 Dérivation de la loi de Maxwell (II) Dérivation par rapport à une composante de la vitesse

43 Dérivation de la loi de Maxwell (III) Détermination des constantes Normalisation de la probabilité Lien entre température cinétique et vitesse quadratique moyenne B = m 2kT f v (v) = m 2 kt 3/2 mv 2 exp 2kT

44 Vitesses caractéristiques Vitesse quadratique moyenne Pour chaque dimension Vitesse moyenne Vitesse la plus probable définie par Hydrogène à 100 K : 1 km/s

45 Loi de Boltzmann Distribution des populations des niveaux dans un milieu à l ET E j E i Multiplicités Dans un milieu qui n est pas à l ET, on définit la température d excitation T x dépend du couple de niveaux choisi Dans un milieu qui n est pas à l ET, on définit aussi les coefficients de déviation

46 p{ Loi de Saha (I) Distribution des populations des différents états d ionisation dans un milieu à l ET A r A r+1 e j + p +dp i χ r α β énergie de l électron r Energie d ionisation

47 Loi de Saha (II) Ecriture de la loi de Boltzmann Energies Multiplicités p h 3 Nombre d états accessibles r

48 Loi de Saha (III) Intégration (marginalisation) sur les impulsions de l électron libéré Application de la loi de Boltzmann aux états électroniques liés Loi de Saha

49 Exemple : ionisation thermique de l hydrogène n 0 n 1 Densité de l hydrogène neutre Densité de l hydrogène ionisé Fonctions de partition On va considérer le cas des photosphères stellaires T K

50 Exemple : ionisation thermique de l hydrogène Conservation de la matière Equation de Saha Neutralité électrique Degré d ionisation Photosphère Solaire La photosphère solaire est essentiellement neutre

51 Variations avec la température et la densité T augmente à n constante : y n T augmente à constante : y Dans un gaz diffus, un atome ionisé a peu de chances de rencontrer un électron libre pour se recombiner Photosphère Solaire y 1 y = y =1/2

52 Application au plasma primordial Hypothèse : Hydrogène pur Densité baryonique au découplage Densité de matière baryonique actuelle Température du plasma au découplage Fraction d ionisation au découplage Découplage à

Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015

Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015 Licence 2 nde année Jussieu, année 2014/2015 INTRODUCTION Rappel Dans le cas où système matériel et champ de rayonnement sont en déséquilibre, les interactions entre molécules et photons conduisent à des

Plus en détail

LA PHYSIQUE QUANTIQUE

LA PHYSIQUE QUANTIQUE LA PHYSIQUE QUANTIQUE Je ne sais pas comment ça a pu arriver, mais un lien s est créé, là, qui tient toujours malgré tout le reste, comme un pacte très solide. Keith Richards Etienne KLEIN, 16 mai 2013

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Chimie Structurale. Les électrons dans les atomes

Chimie Structurale. Les électrons dans les atomes Chimie Structurale Les électrons dans les atomes J GOLEBIOWSKI Bât. R. Chimie 2ème étage jerome.golebiowski@unice.fr http://www.unice.fr/lasi/pagesperso /golebiowski/cours.htm Chimie Structurale Organismes

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

Apport des méthodes cinétiques à la simulation d écoulements dans les milieux poreux

Apport des méthodes cinétiques à la simulation d écoulements dans les milieux poreux Apport des méthodes cinétiques à la simulation d écoulements dans les milieux poreux Thèse encadrée par J-L. Rouet 1 et B. Izrar 2 Financement : Bourse de la Région Centre Léonard de Izarra ISTO, Orléans

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques nà2

Devoir de Sciences Physiques nà2 Devoir de Sciences Physiques nà2 L épreuve dure 1h45. L usage d une calculatrice non programmable est autorisé. Exercice n 1 : le pur son de Lucien 1/ Lorsqu un récepteur mobile s éloigne d un émetteur

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Excitation (hυ) Emission (hυ ) Substance fluorescente * hυ < hυ Définitions Les fluorochromes ou fluorophores sont des substances chimiques capables

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit»

«L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» «L Expérience de Franck et Hertz : Un regard sur l infiniment petit» Pr Smain BALASKA Laboratoire de Physique Théorique d Oran Département de Physique, Faculté des Sciences Exactes & Appliquées, Université

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES. Fig. III-1- Exemples de transitions multiphonons des ions Nd 3+, Er 3+ et Tm 3+

Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES. Fig. III-1- Exemples de transitions multiphonons des ions Nd 3+, Er 3+ et Tm 3+ 18 Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES Deux types de phénomènes non radiatifs peuvent intervenir dans le processus de désexcitation d un activateur: les processus multiphonons et les transferts d énergie

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Stage de travail sur le verre

Stage de travail sur le verre Stage de travail sur le verre Aide mémoire a l usage des stagiaires laborants en physique Structure Composition Propriétés mécanique Elaboration Propriétés optique Assemblages verre - métal Structure Structure

Plus en détail

Le rayonnement du corps noir

Le rayonnement du corps noir Le rayonnement du corps noir Cours de M1, physique statistique quantique Julien Baglio julien.baglio@ens.fr 23 octobre 2006 Résumé Cet exposé est extrait du cours de physique statistique de Jacques Treiner,

Plus en détail

Formation et Evolution. des galaxies. Françoise Combes. Observatoire de Paris. 21 Janvier 2012

Formation et Evolution. des galaxies. Françoise Combes. Observatoire de Paris. 21 Janvier 2012 Françoise Combes Formation et Evolution Observatoire de Paris des galaxies 21 Janvier 2012 De quoi sont faites les galaxies? Du gaz d hydrogène, avec un peu d hélium Des étoiles (~200 milliards) Une pincée

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Cours d astrophysique II :

Cours d astrophysique II : Bienvenue au Cours d astrophysique II : Bases physiques de l astrophysique Semestre de printemps 2015 Dr. Pierre North Laboratoire d astrophysique Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Observatoire

Plus en détail

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT L'environnement de la planète Terre correspond à tous les éléments du Système Solaire dont elle fait partie. L'environnement de la Terre a pu être découvert

Plus en détail

APPLICATION AUX POUTRES

APPLICATION AUX POUTRES APPLICATION AU POUTRE 1 Cinématique 1.1 Géométrie Une poutre est un solide engendré par une aire plane qui est déplacée dans l espace de manière que durant son mouvement, le centre de gravité G de la section

Plus en détail

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 5: Application - Forces Centrales SMPC Chapitre 5 : Application - Forces Centrales I Force Centrale I.)- Définition Un point matériel est soumis à une force

Plus en détail

L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique

L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique!!! L'entropie n'est pas la désorganisation!!! BCM 1502 Entropie Page 1/6 De http://www.chem1.com/acad/webtut/thermo/entropy.html

Plus en détail

ENERGIE ET PUISSANCE

ENERGIE ET PUISSANCE ENERGE ET PSSANCE NTRODCTON Quelque soit le dipôle, on a vu, qu il est possible de le caractériser par le tracé de sa caractéristique -. Le produit de ces deux grandeurs traduit la totalité de la puissance

Plus en détail

Rayonnement thermique 1

Rayonnement thermique 1 Dossier de révision de thermodynamique Partie 1 Rayonnement thermique 1 Partie 1 Questions de cours Vocabulaire et définitions QUESTION 1 Qu appelle-ton transfert thermique radiatif? Préciser par quel

Plus en détail

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage Prise en compte dans la PEB Chauffage et ventilation Bâtiments à haute performance énergétique Mai 2013 Les systèmes de chauffage et de ventilation sont pris en compte dans la PEB Consommation en énergie

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

CHAPITRE 1. Définitions et Introduction aux Transferts Thermiques

CHAPITRE 1. Définitions et Introduction aux Transferts Thermiques CHAPITRE 1 Définitions et Introduction aux Transferts Thermiques 1 1.1 Grandeurs physiques utilisées en Thermique - Quantité de chaleur - Température - Flux de chaleur - Chaleur spécifique (massique) -

Plus en détail

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie Le mur, placé sur une façade exposée sud, accumule l énergie solaire sous forme thermique durant le jour

Plus en détail

Rayonnement thermique

Rayonnement thermique 1 Cours Sciences Physiques MP Rayonnement thermique Le rayonnement thermique est un transfert énergétique classé dans les transferts thermiques qui comptent aussi la conduction et la convection. Ce mécanisme

Plus en détail

2.14. Application des propriétés des fonctions d'état évolution des caractéristiques thermiques d'une barre lors d'une traction 43 2.15.

2.14. Application des propriétés des fonctions d'état évolution des caractéristiques thermiques d'une barre lors d'une traction 43 2.15. SOMMAIRE... V NOMENCLATURE... XIV Chapitre I. CONSTANTES PHYSIQUES ET UNITES... 1 1. Valeurs de quelques constantes physiques... 1 2. Facteurs de conversion des unités usuelles... 2 3. Définitions officielles

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

UNE INTRODUCTION A LA RESONANCE MAGNETIQUE NUCLEAIRE. Chapitre 1 : Principes de base

UNE INTRODUCTION A LA RESONANCE MAGNETIQUE NUCLEAIRE. Chapitre 1 : Principes de base UNE INTRODUCTION A LA RESONANCE MAGNETIQUE NUCLEAIRE Chapitre 1 : Principes de base Serge AKOKA Une introduction à la RMN Chapitre 1 1 1. Principes de base 1.1. Le moment magnétique 1.1.1. Définition Le

Plus en détail

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES 2010 Sommaire -1- SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 FONDATIONS SUPERFICIELLES... 3 1.1 Définitions... 3 1.1.1 Types de fondations superficielles... 3 1.1.2 Capacité

Plus en détail

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 1.Centrale hydraulique. Compléter le schéma. Voir livre p : 133 2. Quelle forme

Plus en détail

Physique. Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement. Eva PEBAY-PEYROULA

Physique. Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement. Eva PEBAY-PEYROULA Physique Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement Eva PEBAY-PEYROULA MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. III-1 Les mécanismes physiques III-2 Les

Plus en détail

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels 1 Les très basses fréquences du spectre électromagnétique Bases : ondes électromagnétiques

Plus en détail

Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE. E-MAIL : dataelouardi@yahoo.

Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE. E-MAIL : dataelouardi@yahoo. Mécanique Quantique EL OUARDI EL MOKHTAR LABORATOIRE MÉCANIQUE & ÉNERGÉTIQUE SPÉCIALITÉ : PROCÈDES & ÉNERGÉTIQUE E-MAIL : dataelouardi@yahoo.fr Site Web : dataelouardi.jimdo.com La physique en deux mots

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire SESSION 2014 Sous-épreuve écrite de sciences physiques et chimiques

Plus en détail

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Philippe HERVÉ Julie CEDELLE Laboratoire d Énergétique et d Économie d Énergie, Université Paris X Nanterre, 50 Rue de Sèvres, 92140 Ville

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

DYNAMIC, logiciel intégré pour l étude des mouvements

DYNAMIC, logiciel intégré pour l étude des mouvements DYNAMIC, logiciel intégré pour l étude des mouvements Résumé : Le logiciel DYNAMIC peut être utilisé à la fois pour la simulation de mouvements et pour l étude d enregistrements vidéo de mouvements. Outre

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

Thème n 3. L'Univers. Partie 2Les. étoiles. Partie 3Les. Partie 4 Le système solaire

Thème n 3. L'Univers. Partie 2Les. étoiles. Partie 3Les. Partie 4 Le système solaire Thème n 3 L'Univers Partie 1Une première présentation de l Universl Partie 2Les étoiles Partie 3Les éléments chimiques présents dans l Universl Partie 4 Le système solaire Partie 1 Une première présentation

Plus en détail

Caractéristiques de la lumière

Caractéristiques de la lumière Caractéristiques de la lumière Une source lumineuse, qu'il s'agisse d'un HQI, d'une LED, d'un tube T5 ou T8, d'une ampoule halogène ou du soleil, se caractérise par sa couleur et son intensité. 1. La couleur

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

Chapitre 5. Transfert chaleur par rayonnement

Chapitre 5. Transfert chaleur par rayonnement Chapitre 5 Transfert chaleur par rayonnement 1 Sommaire : 1 - Nature du rayonnement 2 - Caractéristiques ristiques Energétiques 3 - Corps noir 4 - Flux solaire intercepté par la planète Terre 5 - Equilibre

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Les rayonnements au service des Arts

Les rayonnements au service des Arts Les rayonnements au service des Arts Historique En 1865 Napoléon III confie une chaire de physico-chimie à l Ecole des Beaux-Arts à Paris à Louis Pasteur, passionné de peinture. En 1895, Röntgen découvre

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

MECANIQUE DU VOL M1 = M2. Avec M1 = Fz * Y et M2 = Fz * X

MECANIQUE DU VOL M1 = M2. Avec M1 = Fz * Y et M2 = Fz * X MECANIQUE DU VOL 1 Equilibre de l avion autour du centre de gravité (Avion de conception classique) 11 Stabilité en tangage Le contrôle longitudinal de l avion consiste à contrôler ses évolutions autour

Plus en détail

LE CORPS NOIR (basé sur Astrophysique sur Mesure / Observatoire de Paris : http://media4.obspm.fr/public/fsu/temperature/rayonnement/)

LE CORPS NOIR (basé sur Astrophysique sur Mesure / Observatoire de Paris : http://media4.obspm.fr/public/fsu/temperature/rayonnement/) LE CORPS NOIR (basé sur Astrophysique sur Mesure / Observatoire de Paris : http://media4.obspm.fr/public/fsu/temperature/rayonnement/) Le corps noir est... noir D'où vient le terme corps noir? Notons tout

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

LUMIÈRES D'ÉTOILES Thème : Univers

LUMIÈRES D'ÉTOILES Thème : Univers Chapitre 15 Physique/Chimie LUMIÈRES D'ÉTOILES Thème : Univers Questionnement : «L arc-en-ciel est une merveille de la Nature si remarquable, et sa cause a été de tout temps si curieusement recherchée

Plus en détail

Chapitre 2: Théorie cinétique des gaz parfaits.

Chapitre 2: Théorie cinétique des gaz parfaits. Chapitre 2: Théorie cinétique des gaz parfaits. Rémy Collie 8 octobre 2014 1 Modèle d un gaz parfait. Un gaz est dit parfait s il satisfait les hypothèses suivantes : Les molécules sont assimilées à des

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

G / Bail forma diag perf

G / Bail forma diag perf G / Bail forma diag perf Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d habitation proposés à la location en France métropolitaine

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa LS1 - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Partie exercices exercice 1 : Le coefficient d absorption linéique du Plomb

Plus en détail

Baccalauréat STL spécialité SPCL Épreuve de spécialité Proposition de correction Session de septembre 2015 métropole. 11/09/2015 www.udppc.asso.

Baccalauréat STL spécialité SPCL Épreuve de spécialité Proposition de correction Session de septembre 2015 métropole. 11/09/2015 www.udppc.asso. Baccalauréat STL spécialité SPCL Épreuve de spécialité Proposition de correction Session de septembre 2015 métropole 11/09/2015 www.udppc.asso.fr Si vous repérez une erreur, merci d envoyer un message

Plus en détail

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES 1. Vitesse de la lumière 1.1 Formules 1.2 Valeurs 2. Dualité onde-corpuscule 3. Types d ondes électromagnétiques et applications 4. Utilisation des rayons 4.1 La lumière visible 4.2 Les ultra-violets 4.3

Plus en détail

CALCUL DU COEFFICIENT DE TRANSMISSION THERMIQUE (Uw) ET DU FACTEUR SOLAIRE (Sw) D UNE FENETRE

CALCUL DU COEFFICIENT DE TRANSMISSION THERMIQUE (Uw) ET DU FACTEUR SOLAIRE (Sw) D UNE FENETRE CHAMBRE SYNDICALE DES INDUSTRIES DU BOIS DU BAS-RHIN BP 68055 3, rue Jean Monnet ECKBOLSHEIM 67038 STRASBOURG Cedex Tel: 03.88.10.28.00 - Fax:03.88.77.80.02 Eckbolsheim, le 24 avril 2014 CALCUL DU COEFFICIENT

Plus en détail

TP 2 : La lumière captée par les chloroplastes.

TP 2 : La lumière captée par les chloroplastes. TP 2 : La lumière captée par les chloroplastes. La photosynthèse a lieu dans les chloroplastes. Ils sont verts. Ils contiennent des pigments chlorophylliens. Au cours de la photosynthèse, l énergie lumineuse

Plus en détail

Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes

Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes 25/02/2008 - Par Jerôme Kasparian, Physicien - Chercheur au CNRS Les lasers de puissance à impulsions ultracourtes On trouve aujourd hui des lasers un peu partout autour de nous : dans les films de science-fiction

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Chimie Analytique II. Chromatographie gazeuse

Chimie Analytique II. Chromatographie gazeuse Chimie Analytique II Chromatographie gazeuse Détermination des conditions optimales de séparation et dosage et l éthanol et du méthanol Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Fluctuations électroniques et constantes fondamentales

Fluctuations électroniques et constantes fondamentales Fluctuations électroniques et constantes fondamentales Les mesures de fluctuations sont actuellement en fort développement dans les équipes de recherche et ont conduit à des résultats fondamentaux pour

Plus en détail

La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires

La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires Rail Industry Meetings : Le 7 Mars 2012 Thomas Desbarats Ingénieur application LMS Thomas.desbarats@lmsintl.com

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température.

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température. Chapitre 1 : Ondes et particules, support d information Sources de rayonnements doc 1 : le rayonnement électromagnétique. Le Soleil, comme tous les corps célestes, émet des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

Atome et lumière. Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. Les deux atomes les plus abondants dans l Univers

Atome et lumière. Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. Les deux atomes les plus abondants dans l Univers Atome et lumière Le monde qui nous entoure est peuplé d atomes. electron proton Hydrogène (H) Les deux atomes les plus abondants dans l Univers Hélium (He) et l essentiel de l information que nous en recevons

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Sciences de l Ingénieur

Sciences de l Ingénieur Sciences de l Ingénieur PROJET PANNEAU SUIVEUR COMMENT CONCEVOIR UN SUPPORT MÉCANIQUE QUI PUISSE MODIFIER EN PERMANENCE L'ANGLE D'INCLINAISON PAR RAPPORT AU SOL, COUPLÉ AVEC UN SYSTÈME ÉLECTRIQUE QUI PERMET

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

La coopération algéro-allemande dans le secteur des Energies Renouvelables: Un exemple: le projet C.A.S.A. (Centre d Application Sidi Abdallah)

La coopération algéro-allemande dans le secteur des Energies Renouvelables: Un exemple: le projet C.A.S.A. (Centre d Application Sidi Abdallah) La coopération algéro-allemande dans le secteur des Energies Renouvelables: Un exemple: le projet C.A.S.A. (Centre d Application Sidi Abdallah) Elément Principal de ce Projet: La Construction d une Centrale

Plus en détail

ECO PRET 0% en toute confiance

ECO PRET 0% en toute confiance ECO PRET 0% L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du grenelle de l'environnement. Il permet,grâce à la rénovation énergétique de réduire les consommations d'énergie

Plus en détail

TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre

TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre Dans ce polycopié, on passe en revue les méthodes et définitions à maîtriser pour l étude des filtres du premier ordre. Toutes ont été étudiées lors des séances

Plus en détail

Le bilan radiatif moteur de la dynamique atmosphérique

Le bilan radiatif moteur de la dynamique atmosphérique 1 ère pièce du puzzle Le bilan radiatif moteur de la dynamique atmosphérique 1-1. D un point de vue temporel (échelle de la journée / de l année) 1-2. D un point de vue spatial (d un point à un autre du

Plus en détail

MARCHISSY PROJET CHAUFFAGE A DISTANCE AU BOIS

MARCHISSY PROJET CHAUFFAGE A DISTANCE AU BOIS Kurt-R. Scheidegger SA Bureau d ing. conseils 1010 LAUSANNE en collaboration avec: F. Liard + Associés SA Ing. civils dipl. HES 1163 Etoy L.-E. Rossier Ing. EPF Bureau d études - géomètre officiel 1170

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Comment estimer la valeur de la constante fondamentale de Planck? Extrait du programme

Plus en détail

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail