«Les uns, les autres»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Les uns, les autres»"

Transcription

1 Mutuelle de la Police Nationale «Les uns, les autres» LYON : CAPITALE des GAULES LA CLARINETTE et ses SECRETS LES CHAMPIGNONS d automne LE PONEY, maître d école Novembre 2006 N 4 Mutuelle Bel Air dédiée aux œuvres sociales de la MPN.

2 Sommaire Le Social mis à mal p.2 à 8 Actualités Entretien avec notre Trésorier Général National p.10 Bel Air d hier à aujourd hui p.14 Bon à savoir p.15 Santé La cueillette des champignons p.16 Culture Lyon, au confluent du Rhône et de la Saône p.18 La clarinette p.22 Enfance Le Poney p.20 IN SOLIDVM Novembre 2006 Trimestriel d informations mutualistes et sociales édité par la MPN 1 rue de Rosheim Schiltigheim (régie par le code de la mutualité) n d agrément : Directeur de la publication Robert Wilthien Directeur délégué Jean-Luc Nioï Studio graphique MPN Réalisation : MPN 1 Rue de Rosheim STRASBOURG SCHILTIGHEIM Tél n commission paritaire : 0411 M Impression : Imprimerie Kruch rue de Stalingrad Raon l Etape Lettre du Président National AUX «LARMES» CITOYENS POLICIERS! Le récent ajustement de nos cotisations n a pas manqué de vous interpeller et a même déclenché le mécontentement d une dizaine d adhérents dont sept ont choisi de nous quitter pour confier leur couverture complémentaire à une mutuelle, selon eux meilleure, et bien sûr à cotisation moins élevée. L importance que j accorde à chacun de nos adhérents en général et à ceux qui nous ont ainsi quittés, en particulier, me conduit à écrire cet édito dont vous trouverez sans aucun doute qu il est d un genre particulier mais, n en déplaise à ceux qui auraient envie d aller butiner ailleurs, certaines mises au point ne peuvent faire l économie d être écrites, surtout lorsqu elles n ont de but que de mieux vous servir, en vous informant, sans détours ni retenue. La Sécurité Sociale est en faillite totale, son déficit abyssal ne sera jamais résorbé et les mutuelles se voient reléguées, bien malgré elles, au rang de premier intervenant dans le remboursement des dépenses de santé. Les assureurs, qui rêvent de profits, se régalent en constatant que la Sécu «fout le camp» et font des offres alléchantes à toutes celles et ceux qui sont (encore) en bonne santé en éloignant les malades qu ils laissent aux mutuelles. Pour vous en convaincre, il suffit de contacter un assureur, de remplir son questionnaire santé en précisant que vous souffrez d une quelconque maladie (imaginaire) et vous serez fixés le devis vous fera peur! Nos parlementaires donnent l impression de s inquiéter de l état de santé de la Sécu mais ils ne doivent pas trop s en soucier car ils bénéficient d un régime très particulier de Sécurité Sociale (voir l article page suivante) régime les mettant à l abri des décisions de déremboursement qu ils prennent (pas pour eux), envisageant de liquider les régimes spéciaux (sauf le leur) au prétexte qu ils coûteraient cher et, comme pour se donner bonne conscience, ils suppriment le même jour le bureau de tabac de l Assemblée Nationale pour l exemple! C est pas mal trouvé pour détourner notre attention. Ça passe même au journal de 20 heures en information principale. Criant, à qui veut encore l entendre, que la France est un pays riche, ces mêmes parlementaires ne rechignent pas à laisser de nos soldats de métier en mission à l étranger, Liban, Tchad, République du Congo, Afghanistan, Côte d Ivoire, Sénégal etc. à 3000 euros de solde nette, moyenne et mensuelle (4500 euros bruts) ça fait déjà près de 60 millions d euros par mois, sans compter qu il faut loger, nourrir et blanchir ces soldats, les armer, et bien sûr les véhiculer, camions, bateaux, avions, grues, chars etc. je n ose faire le compte, vous saurez bien le faire tout seul. p.2 IN SOLIDVM n 4

3 Naturellement, pour faire les «beaux» à l étranger, il faut que nos hommes politiques nous fassent faire des économies chez nous et, tout est bon pour faire passer à la caisse les plus modestes d entre nous, en évitant discrètement de faire payer les plus riches auxquels ils accordent, sans gêne, le droit d augmenter leurs revenus. Vous trouverez des exemples pages suivantes Dernière trouvaille de nos édiles : mettre à mal le social dévolu aux fonctionnaires (il y en avait déjà peu) en faisant rembourser aux mutuelles le salaire des mis à disposition! Vous avez bien lu, les mutuelles doivent désormais rembourser, à leur ministère de tutelle, le salaire des détachés. (Voir courrier joint). De même, chaque fois qu un administrateur, délégué ou correspondant sera détaché pour une assemblée générale, une journée de formation ou pour vous rencontrer au service dans le cadre de sa délégation, la mutuelle remboursera au ministère le temps de son détachement du service. Cette mesure concerne (pour le moment) les mutuelles, l orphelinat et les associations sociales comme la SMAID, la Mutuelle amicale des cadres etc. soit près de 15 organismes sociaux. (4 gèrent la Sécurité Sociale Police) Pour éviter le soulèvement qui couve, nos interlocuteurs ministériels s empressent de préciser que cela n est pas de leur faute, c est imposé par des Directives Européennes qui «justifient» cette obligation par devoir d équité entre mutualistes et Assureurs! Comme si nous servions les mêmes intérêts. Vous aurez à cœur de lire l article page suivante : Délit de distorsion Cet article, édifiant, précise que si nos politiques souhaitent l équité entre citoyens, ils y gagneraient à accorder aux fonctionnaires les mêmes avantages que ceux accordés, par les patrons du privé à leurs collaborateurs, comme par exemple le paiement à hauteur de 50 voire 60% de leurs cotisations de complémentaire. Non, vous ne rêvez pas! Cerise sur le gâteau ou plutôt crotte sur notre trottoir, le ministère enlève aux détachés mutualistes et sociaux en général, les années de bonification (une année par tranche de cinq) attribuées à chaque actif pour le calcul de ses droits à pension. Comme si la mission que la loi a dévolue aux élus mutualistes ayant charge permanente (loi Morice) de s occuper de la Sécurité Sociale et de la Mutuelle de leurs collègues et leur famille était une sinécure. Je vous parle de cette crotte sur notre trottoir avec d autant plus d écœurement que j en fais personnellement les frais (au sens propre)! Je tiens mon titre de pension à la disposition de tous ceux qui voudraient le voir. Quel policier acceptera encore une mission à caractère social dès lors que cela lui enlève des années précieuses au calcul du montant de sa retraite? Le Gouvernement voudrait écœurer les fonctionnaires dévoués au social qu il ne s y prendrait pas autrement. Les assureurs veulent tuer le monde mutualiste qui leur fait ombrage, voilà des mesures qui ne manqueront pas de réjouir leurs actionnaires Cela me rappelle que notre actuel Ministre de la Santé est un assureur. Honni soit qui mal y pense! Qu on ne s y trompe pas, le policier n a pas que des ennemis dans les cités. On le mange à toutes les sauces et les Pouvoirs Publics ne lui trouvent de grâces que lorsque le peuple de France se révolte et menace leurs privilèges. Les Ministres font plus de social à l étranger qu à l avantage de leurs propres fonctionnaires, les policiers en particulier. Sans compter ces millions d euros pour les zonards qui se révoltent et plus un sou pour ceux qu on envoie au «casse pipe». A constater les innombrables guet-apens tendus aux policiers par ceux que la République héberge et nourrit, on est plus amer encore à découvrir que les policiers intervenants voient le peu d avantages qu ils avaient, être supprimés. Espérons que l argent ainsi économisé sur le dos des policiers n augmentera pas les subventions allouées à ceux qui les caillassent! Nos cotisations sont inversement proportionnelles à l intérêt que nous portent les responsables politiques. Elles augmentent avec les profits que réalisent sur notre légitime souci d être en bonne santé, tous les professionnels médicaux. Notre Trésorier Général évoque, dans l entretien que vous pourrez découvrir plus loin, les augmentations constatées et dont les taux, évocateurs, corroborent mon propos. p.3 IN SOLIDVM n 4

4 Certaines mutuelles profitent de la situation pour tenter de se «refaire une santé» en promettant le soleil au prix de la lune et en omettant de préciser que si leurs cotisations sont plus attrayantes que celles de la MPN, leurs prestations se situent loin en dessous des nôtres, notamment celles relatives à l hospitalisation, à la dépendance, au handicap et au complément de revenu. Quant à celles qui vous proposent des options, regardez-les comme autant de tombes creusées pour enterrer la solidarité. Une assurance, se présentant sous l appellation -Mutuelle- propose à ses pigeons de leur rembourser une part de leurs cotisations s ils ne sont pas malades ou consomment peu de médicaments! Bientôt la Française des jeux remboursera ceux qui ne gagnent pas le gros lot et je regrette que mon assureur voiture ne me rende rien, ça fait quarante ans que je roule sans accident Au fait, avec quels sous ces malins vont-ils payer nos frais? Soyez donc convaincus que si d autres vous proposent une meilleure couverture santé que la MPN et pour un moindre coût, ils vous trompent. Il serait très facile, pour le responsable que je suis, de faire baisser les cotisations pour vous faire (un faux) plaisir. Pensez-vous vraiment une telle baisse possible quand les dépenses augmentent considérablement? Ne constatez-vous pas, au niveau de votre ménage, l excessivité des hausses de tous ordres : essence, gaz, électricité, habillement, nourriture, immobilier. Ces hausses suffisent à mettre tous les payeurs d accord. La santé, bien plus que les postes de dépenses qui précèdent, ne nous est pas simplement chère, elle a aussi un coût! D ailleurs, à ce propos, les professionnels de santé n ont pas inventé le TIERS PAYANT pour nous rendre service ; c était surtout pour nous cacher le prix du leur! Savez-vous ce qu ont coûté les médicaments que le pharmacien vous a délivrés? Savez-vous combien votre mutuelle a déboursé lors d un de vos séjours à l hôpital? Vous seriez effarés, pas moins. L information à ce sujet peut également faire réfléchir ceux qui, pour l heure en bonne santé, se demandent pourquoi ils cotisent à une mutuelle. Les marchands de vent sont nombreux qui font les yeux doux à vos porte-monnaie, les pseudo mutuelles à quatre sous aguichent le client, les banques font dans l assurance, les assureurs font les banquiers, les profiteurs mettent le mot «mutuelle» dans leur appellation, et leur masque est si trompeur qu ils comptent les pigeons à foison. Souvenez vous de ceci : Une vraie mutuelle est régie par le Code de la Mutualité Elle ne fait pas bénéfice de votre cotisation! Les assurances sont régies, quant à elles, par le Code des Assurances. Elles font de notre santé leur fond de commerce et font bénéfice des cotisations. Le mot mutuelle figure à tort dans leur appellation, pour mieux tromper le pigeon. Cette précision, du Code qui régit, doit OBLIGATOIREMENT figurer sur les documents qui vous sont présentés. Les Assureurs la font paraître en minuscule et il est parfois difficile de la dénicher. Elle est souvent écrite en tout petit, en bas de page ou carrément à la verticale, à la pliure du document que vous lisez. Amis lecteurs et mutualistes, soyez vigilants. En ces temps de disette, les renards rivalisent en belle causette. Vous pouvez compter sur votre Mutuelle, elle n a jamais manqué aux rendez-vous des malades et des accidentés. La solidarité n est pas à brader, notre santé n est pas une affaire de marchands. Dans l attente de vous lire, de vous écrire, de vous entendre ou de vous rencontrer, Robert WILTHIEN p.4 IN SOLIDVM n 4

5 p.5 IN SOLIDVM n 4

6 p.6 IN SOLIDVM n 4

7 p.7 IN SOLIDVM n 4

8 p.8 IN SOLIDVM n 4

9 actualités p.9 IN SOLIDVM n 4

10 actualités Pourquoi cette augmentation des cotisations, à compter du mois d août 2006? Le 28 avril, lors de notre dernière Assemblée Générale, nous ne connaissions que la situation des prestations servies durant le premier trimestre Cette période, même si elle fournit une tendance, ne peut, à elle seule, donner une juste appréciation sur la situation réelle des dépenses liées à la maladie. D un exercice sur l autre, nous connaissons toujours des pics conjoncturels liés aux différentes périodes de l année. Ainsi, il y a bien souvent plus de prestations servies durant les mois d hiver. Souhaitant gérer au plus juste, à l avantage de nos adhérents, nous manquions d un recul suffisant en avril. Notre visibilité a été améliorée dans les mois qui ont suivi l Assemblée Générale, d où la décision de notre Conseil d Administration le 15 juin Cette évolution constatée des prestations servies peut-elle être affinée? Pour être significatifs, les chiffres comparés doivent porter, au minimum, sur un semestre entier. En reprenant les chiffres connus au 31 juillet 2006 et en les comparant à ceux affichés au 31 juillet 2005, nous constatons des augmentations énormes dans les secteurs suivants : * hospitalisation (+ 124%) * optique (+ 75,17%) * électro-radiologie (+ 73,14%) * complément de traitement (+ 41,31 %) * forfait journalier (+ 47,76%) Entretien avec notre Trésorier Général National Christophe CESCHIN Au final et sur les sept premiers mois de l année, il en résulte une hausse de près de 20% du montant des prestations servies. Parallèlement à l augmentation de la cotisation de l adhérent lui-même, la cotisation des conjoints ayants droit a été réajustée, pourquoi? Elle a été réajustée dans un souci d équité et de bon sens. Nous avons été amenés à constater que certaines épouses tavaillant dans le secteur privé pouvaient gagner plus du triple du traitement du mari alors qu elles ne payaient qu une participation minime ne dépassant pas les 25,15 pour les plus gros salaires. Cette grille de tarification a été refondue. Initialement étalonnée de 14,81 à 25,15, elle s échelonne désormais de 19,00 pour les revenus inférieurs à 400 par mois, à 62,00 pour les revenus mensuels supérieurs à Là encore, le Conseil d Administration a souhaité que la solidarité soit également l affaire des conjoints salariés et que l augmentation, inévitable, ne repose pas sur les seules épaules de l adhérent. Dans un autre registre, quelle est la position de la M.P.N. sur le parcours de soins coordonnés? Notre mutuelle applique le contrat responsable qui exclut la prise en charge des dépassements hors parcours de soins. Hors cas particuliers, (ophtalmologues, gynécologues, dentistes, psychiatres et neuropsychiatres pour les moins de 26 ans) ne pas passer par le médecin traitant place l adhérent en dehors du parcours de soins coordonnés. Il paiera les consultations plus cher et sera moins bien remboursé par la Sécurité Sociale. Cette mesure, tout comme le non remboursement de la participation forfaitaire de 1 nous est dictée par la loi. A défaut d appliquer cette règlementation, la mutuelle serait assujettie à la taxe sur les conventions d assurance au taux de 7%, et devrait reverser cette somme à l Etat. L adhérent verra t-il ses prestations mieux prises en charge dans le cadre de ce contrat responsable? Oui. La loi qui institue le contrat responsable dispose notamment, que, celui-ci, doit prendre en charge la participation de l assuré, appelée ticket modérateur au moins pour deux prestations de prévention, dont le service est considéré comme prioritaire au regard des objectifs de santé publique. Ces prestations (une vingtaine) dont la liste a été fixée par arrêté paru au Journal Officiel en juin 2006 sont toutes prises en charge par la M.P.N. pour la totalité du ticket modérateur. Il est intéressant de signaler, à ce sujet, que l acte d ostéodensitométrie est désormais pris en charge par la mutuelle. p.10 IN SOLIDVM n 4

11 p.11 IN SOLIDVM n 4

12 actualités OUI la MPN est la Mutuelle la MOINS chère! En ces jours difficiles pour nos porte monnaie, il est compréhensible que certains d entre nous s émeuvent et réagissent devant l ajustement de nos cotisations. Il est incontestable que cet ajustement, imposé par le désengagement toujours plus important de la Sécurité Sociale et de l Etat mais aussi par l envolée des honoraires des professionnels de santé, a des incidences considérables sur notre pouvoir d achat. Aussi est-il normal que nous soyons attentifs à la gestion de notre institution et, dans la société libérale européenne voulue par nos édiles, il est indispensable que nous soyons intéressés par ce qui se fait autour de nous en matière de protection sociale. Qu en est-il exactement? Que constatons-nous chez les assureurs libéraux ou chez nos consœurs? Pour satisfaire cette curiosité, je suis allé faire un petit tour au marché de la complémentaire santé. Afin que la comparaison soit la plus réaliste possible j ai tout simplement pris en exemple une situation familiale médiane (adhérent d une cinquantaine d années marié dont l épouse est salariée, même âge, ayant en charge la couverture sociale de ses deux enfants de 16 & 23 ans, l âge des enfants ou des parents pouvant varier sensiblement, le résultat ne change pas pour la M.P.N., seules les cotisations de nos consœurs augmentent avec l âge). Vous pourrez observer le résultat de ce travail en vous reportant à la page suivante. J ai obtenu le résultat n 1 en consultant la deuxième mutuelle de France. En m adressant à un assureur œuvrant à travers un organisme de retraite j ai eu le résultat n 2 et, pour compléter le comparatif et afin qu il soit le plus parlant possible, vous trouverez le montant de la cotisation d une mutuelle consœur résultat n 3. Par ailleurs, Monsieur Jean-Paul ZIMMERMAN, délégué retraité s est rapproché des mutuelles de la Police et a obtenu les résultats que vous trouverez en suivant. A l analyse de ces réponses, il faut se rendre à l évidence, notre cotisation (à prestations supérieures, COMPLEMENT DE REVENUS COMPRIS) est la moins chère du marché! Je partage votre irritation face à l évolution de nos cotisations mais ce désagrément n est pas le fruit d une initiative mutualiste, elle est la conséquence du montant élevé des prestations servies et des honoraires toujours plus élevés. Penser que d autres institutions, par un tour de passe-passe, auraient la possibilité de faire mieux avec un système d options ou de tranches d âge est une utopie. Le montant des honoraires médicaux et autres dépenses de santé sont responsables de cette situation puisque notre budget de fonctionnement n a, lui, augmenté, que de 3% en QUATRE ans. Seule une baisse importante des prestations aurait eu pour effet de prolonger la stagnation de nos cotisations et ce n est pas ce que nous avons voté lors de nos assemblées générales où chaque adhérent est représenté. Ayons le courage d affronter les véritables responsables de cette situation et cessons de mettre au pilori les administrateurs et les délégués qui ne sont que gestionnaires de cette crise grave. Le Secrétaire Général National Jean Luc NIOÏ RAPPEL des PRESTATIONS SERVIES par la M.P.N. HOSPITALISATION : OPTIQUE : DENTAIRE : 100 % de la dépense (SAUF TELEPHONE) 255 par PRESCRIPTION 397 par SPR 50 (S.S. + Mut) COMPLEMENT de REVENUS 100 % de la PERTE des REVENUS NETS ANNUELS A la MPN, pas de limitation du nombre de prestations! *ADHERENTS *CONJOINTS SALARIES NON FONCTIONNAIRES Jusqu à 301 /Mois (en + des indemnités journalières versées par la S.S.) p.12 IN SOLIDVM n 4

13 COMPARER c est GAGNER! actualités 2ème Mutuelle de FRANCE TOTAL 304,01 MEMBRE PARTICIPANT + enfant -18 ans : 127, ,24 (Complément de traitement) CONJOINT , ,24 = 171,22 ENFANT de 23 ans 41,45 ENFANT de - 18 ans.. GRATUIT Une Assurance TOTAL 209,85 Sans complément de traitement MEMBRE PARTICIPANT ,40 CONJOINT... 51,60 2 ENFANTS ,85 Une des 3 autres Mutuelles de Police TOTAL 187,90 MEMBRE PARTICIPANT... 67, ,90 (complément de traitement) CONJOINT... 66,50 ENFANT 16 ans... 19,50 ENFANT 23 ans... 24,00 A R E V E N U S E G A U X Les AUTRES INSTITUTIONS AYANT des PRESTATIONS BIEN EN-DESSOUS de CELLES de la MPN, elles ne MERITAIENT PAS d être PRISES en COMPTE. Cotisation M.P.N. TOTAL 160,45 MEMBRE PARTICIPANT.. 116,45 complément de traitement compris CONJOINT 19,00 ENFANT de moins de18 ans.. GRATUIT ENFANT de 18 à 26 ans... 25,00 COMPARATIF EFFECTUE par Monsieur Jean-Paul ZIMMERMANN, DELEGUE de la M.P.N. POUR un COUPLE de RETRAITES AGES de 58 et 62 ANS M.P.N.. 182,81 * Mutuelle Police n ,00 Mutuelle Police n ,92 Preuves à disposition des adhérents qui souhaitent les consulter * Le montant ne peut différer qu en fonction du Capital CNP que VOUS avez choisi. p.13 IN SOLIDVM n 4

14 actualités BEL AIR d HIER à AUJOURD HUI... L efficacité de l action sociale de la Mutuelle de la Police Nationale, comme d ailleurs celle d autres mutuelles de la fonction, n est plus à démontrer. Depuis 1945, notre mutuelle n a eu de cesse de se mettre au service de tous. C est ainsi, que depuis cette date et grâce à nos réalisations sociales, nous apportons les réponses appropriées aux besoins des fonctionnaires et de leur famille. Force est de constater que notre détermination à nous prendre en main était de bonne augure puisque aujourd hui, il nous est officiellement notifié, sous prétexte de règles européennes, que notre employeur se désengage de l action sociale, comme la Sécurité Sociale le fait pour la santé, et laisse aux mutuelles le soin de répondre aux besoins sociaux toujours plus nombreux. On nous laisse face aux cupides assureurs qui ne pensent qu à faire de l argent et font feu de tout bois. Tant pis pour les plus faibles d entre nous. Alors que toutes les entreprises privées admettent la nécessité d adjoindre le social à la production en prenant en charge, à travers leurs C.E. notamment, une grande part du coût de la couverture santé ou des vacances de leur personnel et de leur famille, l Administration n octroie aucune aide pour la couverture maladie, verse une misère pour les vacances de nos enfants et se désintéresse maintenant de nos Centres allant jusqu à supprimer des subventions acceptées ou les servir au compte gouttes. Face à ce constat et conformément aux règles imposées, c est solidairement que nous avons choisi de réorganiser, en 2001, notre protection sociale en scindant notre mutuelle santé et notre mutuelle dédiée aux œuvres sociales qui gère, entre autres, le Centre permanent BEL AIR, les prestations famille et enfants, les vacances, etc... Cette réorganisation imposée, je vous le rappelle, par les instances européennes est indispensable à la continuité de nos activités puisque les mutuelles n ayant pas opéré cette distinction sont aujourd hui gérées par un Administrateur Judiciaire (ex.ompn). Cette scission a permis de poursuivre la gestion de nos œuvres, d en accroître leur valeur et de nous donner davantage de moyens pour le social de nos enfants et des familles. Le Centre Bel Air a été acquis en 1968 sous la présidence de Monsieur Henri PACHERIE qui, avec satisfaction, acceptait de la part de l amicale de la police strasbourgeoise, le legs qu elle en faisait. Cette bâtisse était restaurée et de nouveaux bâtiments étaient édifiés afin d offrir un cadre de vie idéal pour les enfants. C est pour satisfaire à ce besoin que de nombreux travaux ont été réalisés entre 1968 et 1990 par nos aînés et c est grâce à ce travail acharné que des centaines d enfants doivent les merveilleuses vacances qu ils y ont passées. Actuellement dirigé avec grand dévouement par Audrey, fille de notre Président National qui, je le rappelle pour taire les mauvaises langues, s est opposé fermement à l embauche de sa fille décidée en Conseil d Administration, le Centre emploie aujourd hui 12 salariés permanents auxquels s ajoute une douzaine d animateurs saisonniers le plus souvent recrutés parmi les enfants d adhérents. C est avec fierté qu il nous est donné d une part, de rappeler l histoire de ce Centre à ceux d entre nous qui l auraient oubliée, et d autre part, de pérenniser l œuvre de nos aînés. Pendant quinze ans, de 1990 à nos jours, le centre s est adapté, agrandi et s est conformé aux exigences de la loi, à celles du marché et surtout aux souhaits des enfants qui le fréquentent ( par an). En 1994, Monsieur Guy SAUVAGEOT, en charge de la gestion du Centre, engageait la transformation de ce lieu de villégiature en un Centre permanent qui accueillait les premières classes vertes. Cette évolution permettait une consolidation des comptes, une ouverture du monde policier sur la société et une valorisation de NOTRE image auprès du grand public mais aussi auprès de notre ministère. Depuis 1996, sous la présidence de Monsieur Robert WILTHIEN, notre Centre a multiplié ses activités et poursuivi à une cadence soutenue son évolution pour devenir un Centre de référence. Il enregistre des témoignages de satisfecit de la part de tous, parents, enfants, enseignants. Ce patrimoine est devenu ce qu il y a de meilleur en ce domaine : un parc de trois hectares, six bâtiments flambant neufs, tous équipés et sécurisés de la meilleure façon pour recevoir 80 enfants. Il est à votre disposition et ne pas faire appel à lui pour les vacances de vos enfants serait regrettable. Le rayonnement de l activité de notre Centre profite largement à la Mutuelle de la Police Nationale qui est désormais reconnue dans le monde de l éducation, de la justice, des collectivités locales et du Ministère de l Intérieur. Au-delà du fait qu aujourd hui, notre centre satisfasse les nombreuses demandes de famille d adhérents en offrant des séjours à tarif réduit, cette structure reste un support idéal pour promouvoir notre capacité d acteur du social en général, et nous permet d accroître la notoriété de la mutuelle santé au sein de la fonction publique. Cette reconnaissance participe largement au renforcement de notre présence à vos côtés et permet d améliorer sensiblement la qualité de nos services et de nos prestations. Le Secrétaire Général National Jean Luc NIOÏ Vacances d'été 2007 à BEL AIR Le Saulcy au coeur des VOSGES COLOS 6-12 ans - du 05 au 14/07 (10 jrs) - du 16 au 30/07 (15 jrs) - du 01 au 15/08 (15 jrs) CAMP ADOS ans - du 17 au 30/08 (14 jrs) Tarif spécial adhérent MPN nous contacter... Secrétariat du Centre Tel p.14 IN SOLIDVM n 4

15 VOS INTERLOCUTRICES Assistante du Président National Attachée de Direction Mme Lili NIEDERBERGER Secrétariat Général Mme Evelyne MOSER Prestations Mme Brigitte OSWALD Affiliations S.S. - Adhésions Mlle Cécile MENARD Mme Brigitte MICHEL Mme Anita PEREZ Messe en l honneur de SAINT-MARTIN Patron des Policiers de France A l intention des fonctionnaires de police décédés en 2006 En union avec les collègues Gendarmes et Sapeurs Pompiers victimes du devoir et ceux qui ont donné leur vie Hommage au Père Jean DEBRUYNNE Aumônier Général - Co-fondateur de l Association décédé le 8 juillet 2006 Jeudi 16 novembre 2006 à 9h 00 En l église Saint Germain des Prés à Paris Présidée par Monseigneur André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris Les aumôniers de la Gendarmerie Nationale Et des Sapeurs Pompiers de Paris Avec la participation de la Musique des Gardiens de la Paix de Paris Police et Humanisme : 11 Rue des Ursins Bureau PARIS Tel/fax/répondeur : * Cotisations Mme Isabelle ORTO MPN LYON Mme Christine POIRIER MPN LILLE Mme Hélène DARGENCOURT MPN PARIS Mme Muriel FRANCOIS INFOS INFOS INFOS INFOS BON A SAVOIR Signaler tout changement de situation par écrit (adresse, mutation, naissance, mariage, etc ) Tout changement de situation est pris en compte le mois suivant son signalement L article L du Code de la Mutualité précise qu une suspension des droits mutualistes est mise en place en cas de non paiement des cotisations En cas de radiation, la carte mutuelle doit être retournée au siège de la MPN : 1 rue de Rosheim SCHILTIGHEIM RESERVATIONS COLONIES DE VACANCES et CLASSES VERTES Secrétariat : ( Fax Site : p.15 IN SOLIDVM n 4

16 santé La cueillette des champignons de l été à l automne Il serait présomptueux pour moi de penser pouvoir citer ici tous les champignons que l on peut trouver en automne dans les bois. Toutefois, il me semble intéressant d aborder les caractéristiques principales des amanites qu il est possible de dénicher dans nos régions à cette période de l année, voire à partir du mois de juin. Il est à noter que la sécheresse de ces dernières années nous a contraints d attendre exceptionnellement l automne pour les cueillir. LES AMANITES Si l amanite de César peut être considérée comme le meilleur des champignons à lamelles, en revanche l amanite phalloïde est mortelle. Il est donc indispensable de bien différencier ces deux champignons. Au moment de leur naissance, toutes les amanites sont enveloppées dans une membrane appelée «voile général», on dit alors que les amanites naissent dans un œuf. Ce voile se déchire après une brève croissance. La partie basse de ce voile reste au pied et participe à la formation de la volve alors que la partie haute de ce même voile demeure sur le chapeau. Arrivé à sa maturité, le voile du champignon se trouvant sur le chapeau se déchire en petits morceaux irréguliers et c est ainsi que nous pouvons observer, sur le dôme de certaines amanites, de nombreuses petites verrues de couleur blanche ou grise. Sans avoir de prétentions éducatives, ces quelques lignes nous permettent d appréhender les caractéristiques de ces derniers. AMANITA CAESAREA (amanite de César ou amanite Oronge) comestible et très recherché. Assez rarement découvert dans la moitié nord de la France, ce champignon se trouve en plus grand nombre dans les régions du sud ou plus encore en Corse. Il s agit là d un champignon très caractéristique. Sous son chapeau de couleur orange vif, ses lamelles tout comme son pied et son anneau sont d un jaune vif. Vous pourrez observer une importante volve à la base du pied de couleur blanche. On trouve rarement un reste de voile membraneux blanc sur le chapeau. Pour ce champignon de grande taille, le chapeau peut mesurer entre 10 et 20 cm de diamètre et le pied de 8 à 15 cm de hauteur pour 2 à 3 cm d épaisseur. Il peut parfois être confondu avec l amanita Muscaria. AMANITA MUSCARIA (amanite tue-mouche ou fausse oronge). Très toxique. Ce champignon de même stature que l amanite de César se différencie de cette dernière par la couleur de son chapeau de couleur rouge vif parsemé de reste de voile blanc. Le pied, les lamelles et l anneau de l amanita muscaria sont blancs. La volve est plus petite, il s agit en fait d un bulbe craquelé. Attention, il peut arriver, pour diverses raisons que l amanite tue-mouche perde toutes les particules blanches de son chapeau. Pour synthétiser, nous retiendrons que : L Amanite de César : pied, anneau et lamelles JAUNES. Chapeau ORANGE. Bon comestible. L Amanite tue-mouche : pied, anneau et lamelle BLANCS. Chapeau ROUGE. Très toxique. AMANITA RUBESCENS (amanite rougissante ou oronge vineuse). Comestible. Son nom vulgaire (amanite vineuse) lui convient puisque les traces rougeâtres observées sur cette amanite ressemblent parfaitement aux traces de vin rouge laissées sur une nappe après un repas. Avec un chapeau de 10 à 18 cm de diamètre, de couleur sale ou présentant des zones de taches de vin avec quelques restes de voile gris sale, son pied de 10 à 15 cm de hauteur pour 2 à 3 cm d épaisseur de couleur blanc sur le haut est teinté de traces vineuses sur le bas (surtout dans les zones mordues par les limaces). Il est à noter que l anneau de cette amanite est cannelé. L Amanite vineuse, bon comestible, est recherché pour son goût agréable. p.16 IN SOLIDVM n 4

17 santé AMANITA SPISSA (amanite épaisse). Elle est de même stature que l amanite vineuse : cannelures dans le haut du pied et sur l anneau, base du pied bulbeuse, son chapeau brun fauve comporte des plaques grises de reste de voile. Il est comestible mais ses saveurs médiocres l écartent des bonnes tables. AMANITA PANTHERINA (amanite panthère). Toxique voire mortel. La stature de ce dangereux spécimen, semblable aux précédentes amanites doit attirer votre attention. Son chapeau de couleur brune roussâtre ou café au lait, voire ocracé fauvâtre est caractéristique. On constate un reste de voile régulièrement floconneux blanc sur le dessus. Son pied comporte une volve bien marquée à sa base. L anneau et le haut du pied sont de texture feutré blanc, avec une absence de cannelure. Il est fortement recommandé la plus grande prudence pour ce champignon. Une confusion est possible avec l amanite vineuse. Les salissures de terre sur une amanite panthère peuvent engendrer un amalgame dramatique. Il est donc indispensable de se renseigner avant de consommer l amanite vineuse. Les amanites vineuses et épaisses ont des cannelures sur le haut du pied qui descendent jusque sur l anneau. La base de leur pied est un bulbe et non une volve traditionnelle. Quant à l amanite panthère (toxique), elle ne possède pas de cannelures sur le haut du pied ni sur l anneau, lequel présente une surface feutrée. On observera que la base du pied est une volve où on voit nettement la séparation entre le pied et le demi-globe qui forme la volve. On ne pourrait terminer avec les amanites sans présenter la plus dangereuse, j ai nommé l AMANITA PHALLOIDES. AMANITA PHALLOIDES (amanite phalloïde). Champignon mortel. La grosseur de l amanite phalloïde est semblable à celle des trois dernières. La différence de ses semblables est sa couleur olivâtre (vert mélangé avec du jaune). Il est très rare de trouver un reste de voile sur son chapeau. La volve de ce champignon est très caractéristique, elle est nettement plus grosse que le pied, ce qui donne l impression que le pied est planté dans un sac. Il est bon de savoir qu il existe une variété d amanite phalloïde de couleur blanche, alors prudence car il n est pas trop de répéter que ce champignon est mortel. Attention! Les champignons peuvent se présenter sous différents aspects. Il faut donc les observer sous toutes leurs formes. Je ne peux que vous conseiller de limiter votre cueillette à 2, 3 ou 4 sortes de champignons par année. Accompagner les spécialistes dans leurs recherches est une excellente façon d apprendre. A bientôt pour d autres champignons Serge LIARD Délégué MPN à Besançon p.17 IN SOLIDVM n 4

18 culture LYON, au confluent du Rhône et de la Saône Deuxième métropole économique du pays, Lyon bénéficie d une situation géographique privilégiée, entre le nord et la Méditerranée, proche de l Allemagne, de la Suisse et de l Italie. Au confluent du Rhône et de la Saône, la ville est aussi le chef-lieu de la région Rhône-Alpes. Une économie marchande et industrielle Plusieurs secteurs économiques dominent l activité locale : la chimie, le textile, la métallurgie, la construction mécanique et automobile occupent ainsi des places privilégiées. Mais les industries traditionnelles comme le cuir, la verrerie ou la papeterie ne sont pas en reste et montrent que la ville a su se diversifier au fil de son histoire. Au XIX ème siècle, la ville fut l un des tout premier centre de production de la soie, devenue aujourd hui une production de luxe marginale. Toutefois la fabrication de la soie a eu un double impact sur l économie. En effet, l industrie chimique est étroitement liée avec l activité de teinture des textiles et par ailleurs c est à partir de la mécanisation des métiers à tisser qu est né le secteur des constructions mécaniques. Le secteur tertiaire est aussi fortement implanté dans une telle agglomération. La ville est aussi une étape gastronomique incontournable (nous y reviendrons plus tard) et en fait un centre touristique dynamique. La capitale mondiale de la gastronomie La cuisine lyonnaise est indissociable de l art de vivre de ses habitants et depuis le XVI ème siècle les «bouchons» et les restaurants éveillent les papilles des plus fins gourmets. Les spécialités culinaires sont nombreuses et variées, au menu : cochonnailles et cervelle de Canut, bugnes, grattons, salade Lyonnaise, tablier de sapeur, petit salé, quenelles, boudin, andouillette, paillasson Et c est grâce aux femmes, plutôt aux «mères» que l on doit ce savoir-faire, d abord cuisinières au service de grandes familles bourgeoises, elles s installent à leur compte dans la seconde moitié du XX ème siècle. Aujourd hui de grands chefs de renom assurent la relève (Bocuse, Lacombe, Orsi ) et placent la cuisine lyonnaise parmi la meilleure du monde. Et comment ne pas évoquer le vignoble des Côtes du Rhône et du Beaujolais offrant une fois de plus au monde entier ses meilleurs crus. Le Beaujolais est une région qui s étend des portes de Lyon à la basse Bourgogne. On parle beaucoup du Beaujolais nouveau, que l on fête traditionnellement tous les troisième jeudi de novembre, mais il existe aussi 10 crus que l on promet à un vieillissement prometteur (Chiroubles, Saint-Amour, Moulin à vent ) Au sud de Lyon, l un des plus anciens vignobles du monde domine la vallée du Rhône et 8 crus septentrionnaux assurent la renommée des vins en appellation «Côtes du Rhône» : Saint Joseph, Condrieu, Château-Grillet, Saint Peray, Cornas, Hermitage, Croze- Hermitage, Côte-Rôtie. p.18 IN SOLIDVM n 4

19 culture Art et culture Lyon est la deuxième ville de France, après Paris, pour le nombre de musées. Le Musée historique des tissus offre de remarquables exemples de pièces très anciennes (tapisseries, tapis persans et turcs).le Musée des Beaux-arts, place des Terreaux, rassemble des collections variées, des antiquités égyptiennes à l art du XX ème siècle. Face au chantier Petite visite guidée des monuments et sites lyonnais : - Le vieux Lyon avec le quartier Saint Jean et ses traboules (petites ruelles étroites et sombres qui relient les rues les unes aux autres) et le quartier de la Croix Rousse, site historique et l atelier de soierie pour découvrir les techniques traditionnelles des soyeux lyonnais. - Les bords de Saône avec ses guinguettes typiques et ses quartiers lieux de résidence jadis du clergé lyonnais. - Les Monts du Lyonnais où se situe notamment l école nationale supérieure de police de Saint-Cyr au Mont d Or, abrite aujourd hui les élèves commissaires de police - Les quartiers des Terreaux et des Jacobins (à l architecture préservée), de Perrache (marché de gros) ou de Gerland, haut lieu de la gastronomie lyonnaise. - Le quartier de la Mulatière, au confluent du Rhône et de la Saône, avec ses visites de la ville au fil de l eau, sur ses bateaux restaurants. de fouille sur la colline de Fourvière se trouve le musée de la civilisation Gallo-romaine évoquant l histoire de l antique Lugdunum (nom latin de Lyon). Le musée international de la marionnette et des miniatures montre les traditions populaires de la ville qui possède aussi un musée de l imprimerie ou encore un musée du cinéma. Notre Dame de Fourvière - La Basilique de Fourvière sur les hauteurs de la ville domine la Saône, avec son funiculaire permettant d accéder à la colline de Fourvière. - Le quartier de Bellecourt avec ses magnifiques hôtels particuliers qui connut son apogée au XVII ème siècle, est aujourd hui considéré comme le plus beau quartier de la ville. La ville de Lyon est sans conteste un lieu de vie et de visite dynamique où il faut s arrêter, prendre son temps et savourer notamment l esprit de fête qui règne sur la ville. Pour preuve, tous les 8 décembre les habitants célèbrent la Vierge Marie pour la remercier d avoir sauvé la ville de la peste en illuminant les quartiers de centaines de bougies déposées sur le bord des fenêtres. Un évènement unique et magique à ne pas manquer! Christine POIRIER et Stéphane BELIN p.19 IN SOLIDVM n 4

20 enfance Le PONEY, maître d école... Sympathique animal, le poney est un formidable maître d école pour l enfant. Gros plan sur les vertus éducatives de l équitation : Au contact du poney, l enfant comprend très rapidement les impératifs liés au respect du comportement des animaux. Il se soumet facilement aux règles collectives. Il est naturellement dans une attitude d observation où il se maîtrise, conscient qu il doit mesurer précisément les risques qu il peut ou qu il ne peut pas prendre. Il intègre en situation de nombreuses connaissances. L environnement d un poney-club est l objet de sa curiosité. Il découvre la nature, le cycle biologique des poneys, les activités autour de ce dernier. Il apprend le vocabulaire spécifique lié au monde de l équitation. L activité équestre permet à l enfant de découvrir et d évoluer dans un milieu où le poney dressé reste son centre de préoccupation. Il pourra ainsi prendre conscience des risques nécessitant le respect des consignes de sécurité. Pour les jeunes enfants et les débutants, le climat de confiance, de convivialité et de sécurité est aussi important que les apports techniques. Le contact avec l animal, et à travers lui avec la nature et le monde vivant, est un moteur essentiel de l attirance des enfants et des ados pour la pratique équestre. Grosse peluche vivante pour les petits, être sensible dont on doit prendre soin pour les grands, le poney est l élément essentiel de cette dimension affective. En conclusion, l enfant est motivé par l animal sympathique qu est le poney. Il aime le caresser, le regarder, le monter, le soigner. Il se sent responsable de lui tout en apprenant à le respecter. La rencontre avec le monde équestre est utile pour l éveil de l enfant et la découverte du milieu de vie des poneys. Grâce à l activité physique, il améliore son équilibre, sa souplesse et apprend à mieux coordonner ses mouvements. Au plan affectif, l acte volontaire doit être nuancé pour être accepté par le poney ; l enfant doit apprendre à maîtriser ses mouvements et ses réactions émotionnelles. Jessica LABROCHE Animatrice Equitation au Centre Bel Air p.20 IN SOLIDVM n 4

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

DOSSIER MUTUELLE ET PREVOYANCE BLOC-NOTES 2003 : UNE ANNEE DECISIVE. Numéro spécial. Le journal des activités du CE.

DOSSIER MUTUELLE ET PREVOYANCE BLOC-NOTES 2003 : UNE ANNEE DECISIVE. Numéro spécial. Le journal des activités du CE. BLOC-NOTES Mars 2003 - n 8 Le journal des activités du CE Numéro spécial DOSSIER MUTUELLE ET PREVOYANCE 2003 : UNE ANNEE DECISIVE Journal réalisé par Frédérique BINAS (binas@perluette.net ou poste 2590)

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

macd mutuelle des auteurs et compositeurs dramatiques Une complémentaire santé à l écoute de ses adhérents Documentation

macd mutuelle des auteurs et compositeurs dramatiques Une complémentaire santé à l écoute de ses adhérents Documentation macd mutuelle des auteurs et compositeurs dramatiques Une complémentaire santé à l écoute de ses adhérents Documentation Mutuelle 784.117.525 régie par le livre II du code de la mutualité SOLIDARITE La

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ;

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ; MUTUELLE DE NATIXIS Résumé des garanties du contrat obligatoire de complémentaire santé de la Mutuelle de Natixis «Régime unifié» des salariés mis en place le 1 er juillet 2010 Concerne les salariés de

Plus en détail

LA REFORME DE L ORGANISATION DE L ASSURANCE MALADIE COMPLEMENTAIRE 1

LA REFORME DE L ORGANISATION DE L ASSURANCE MALADIE COMPLEMENTAIRE 1 LA REFORME DE L ORGANISATION DE L ASSURANCE MALADIE COMPLEMENTAIRE 1 PAR ALAIN THIRION Président de Mutassur (Association Professionnelle des Assureurs Mutualistes et de leurs intermédiaires d assurances)

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25%

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% Tâche 1 5 Vous allez entendre deux fois une série d annonces. Examinez les séries d images cidessous, puis, écoutez bien. Choisissez l image de

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

UNE MONTAGNE D AVANTAGES...

UNE MONTAGNE D AVANTAGES... CAISSE MUTUELLE DE PREVOYANCE DU PERSONNEL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES La mutuelle Santé et Prévoyance des agents territoriaux de Haute-Savoie 2012 Vos prestations 2012 UNE MONTAGNE D AVANTAGES...

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

Correction des accords des verbes

Correction des accords des verbes DES ACCORDS VERBES 1 Accord du verbe Correction des accords des verbes En cliquant sur le bouton «Rubrique grammaticale» dans notre site, vous pourrez, au besoin, consulter les notions théoriques suivantes

Plus en détail

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction

Plus en détail

de Mutex Les Brèves VŒUX À VOTRE SERVICE Partenaires sociaux Une équipe renforcée pour vous servir

de Mutex Les Brèves VŒUX À VOTRE SERVICE Partenaires sociaux Une équipe renforcée pour vous servir Les Brèves Lettre d information à destination des Partenaires Sociaux #7 JANVIER 2014 de Mutex VŒUX Les équipes de Mutex et de ses mutuelles partenaires, vous adressent ainsi qu à vos familles et vos amis,

Plus en détail

Les guides pratiques de la MNT

Les guides pratiques de la MNT Les guides pratiques de la MNT Tout ce qu il faut savoir sur... Les aides à l acquisition d une complémentaire santé Les aides à l acquisition d une complémentaire santé : mode d emploi à l usage des agents

Plus en détail

Il est gérant assureur, depuis 17 ans ; Prof libérale et courtier Délégué pour le CDIA (Centre de Documentation et d Information de l Assurance).

Il est gérant assureur, depuis 17 ans ; Prof libérale et courtier Délégué pour le CDIA (Centre de Documentation et d Information de l Assurance). Agence de Développement Economique Et Touristique des Vosges "à usage uniquement interne" Semaine N 24 / Rapport de visite N 145 / Date d émission : 01/02/2012 Objet : Club des repreneurs Emetteur : Francine

Plus en détail

Guide d adhésion. Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective

Guide d adhésion. Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective Guide d adhésion Choisissez les protections qui vous conviennent le mieux! assurance collective 2 sommaire Vue d ensemble du régime 3 Les 5 décisions importantes 3 Modifier ses choix 4 Choix de protection

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions.

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant Ils (les élèves) découvrent les parties du corps et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. Le goût Objectifs : Reconnaitre les

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! LIVRe BLANC www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! MUTUELLE LMP LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE, UN ENJEU MAJEUR DÈS MAINTENANT. CONTRAT COLLECTIF ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS

LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS Le règlement mutualiste établi en conformité avec l article 4 des statuts de la M.F.C., fixe les rapports entre la mutuelle et ses

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie!

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie! - 10 % si vous adhérez en couple Mutex Indépendance Services Gardez le contrôle de votre vie! Les 10 raisons de souscrire Mutex Indépendance Services Une rente mensuelle de 300 f à 2000 f en fonction de

Plus en détail

Bulletin d adhésion Atoll Prévoyance Professions libérales (TNS)

Bulletin d adhésion Atoll Prévoyance Professions libérales (TNS) Bulletin d adhésion Atoll Prévoyance Professions libérales (TNS) Generali Vie, société appartenant au Groupe Generali immatriculé sur le registre italien des groupes d assurances Société Anonyme au capital

Plus en détail

NOUVELLES GARANTIES SANTÉ,

NOUVELLES GARANTIES SANTÉ, 3 mois gratuits ** CAISSE MUTUELLE DE PREVOYANCE DU PERSONNEL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES La mutuelle Santé et Prévoyance des agents territoriaux de Haute-Savoie 2012 Votre garantie Santé......à partir

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS SERVICES

DÉCOUVREZ NOS SERVICES DÉCOUVREZ NOS SERVICES Cours de Cuisine Compétition Culinaire Cocktail Dînatoire Table du Chef Midi Corpo Boutique Pour réserver ou obtenir de l information supplémentaire : 514 750-6050 Cuisiner et bien

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE GENERALISÉE :

COMPLEMENTAIRE SANTE GENERALISÉE : COMPLEMENTAIRE SANTE GENERALISÉE : SYNAMI S ENGAGER POUR CHACUN AGIR POUR TOUS UNE NEGOCIATION ABOUTISSANT À UNE BONNE COUVERTURE Pourquoi, pour qui? D ici au 1er Janvier 2016, la loi du 14 juin 2013 relative

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 1 - La sécurité sociale en Belgique et les mutualités. Plan 1- INTRODUCTION 2- GRANDS PRINCIPES DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Groupes d'entraide Mutuelle

Groupes d'entraide Mutuelle GEM Groupes d'entraide Mutuelle parrainés par Espoir-74 Sallanches Annemasse " Le Lien qui fait du Bien " " Au p'tit Vélo " 143 rue du Mont Blanc, 3 ter avenue du Léman 74700 Sallanches 74100 Annemasse

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Santé - Prévoyance Entreprise

Santé - Prévoyance Entreprise Santé - Prévoyance Entreprise Pourquoi mettre en place ou faire évoluer votre dispositif de couverture sociale? Répondre à un besoin indispensable en santé et prévoyance pour vos salariés et leur famille

Plus en détail

www.snap-pole-emploi.fr

www.snap-pole-emploi.fr www.snap-pole-emploi.fr Paris, le 11 février 2011 Chers collègues, La négociation nationale visant à aboutir à un accord est ouverte. L objectif est d unifier les mutuelles existantes actuellement au sein

Plus en détail

Bulletin d adhésion individuelle Salarié

Bulletin d adhésion individuelle Salarié International Le Pack Expat CFE Bulletin d adhésion individuelle Salarié À remplir et à retourner à : Humanis - Direction des activités internationales 93 rue Marceau - 93187 Montreuil cedex Identification

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs

Le Groupement d Employeurs Le Groupement d Employeurs Une formule qui permet aux petites et moyennes entreprises de se regrouper pour employer une maind œuvre qu elles n auraient pas, seules les moyens de recruter Qu est-ce qu un

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 Dossier 1 : Analyse d arrêt (20 points) Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 1.1 Analysez l arrêt présenté en annexe (12 points) - Présentation de la décision.1 point Il s agit d un arrêt de la chambre

Plus en détail

à mes salariés... la solution, c est l offre modulaire de Réunica Prévoyance. www.reunica.com

à mes salariés... la solution, c est l offre modulaire de Réunica Prévoyance. www.reunica.com santé PRÉVOYANCE collective Parce que, tout peut arriver à mes salariés... la solution, c est l offre modulaire de Réunica Prévoyance. www.reunica.com santé prévoyance collective Pour la protection sociale

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

La mise en ordre de mutuelle

La mise en ordre de mutuelle Version n : 1 Dernière actualisation : 14-12-2007 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une mutuelle? 3) Qu est-ce que la mise en ordre de mutuelle? 4) Qu entend-on par «remboursement des soins de

Plus en détail

Bulletin d adhésion individuelle Salarié

Bulletin d adhésion individuelle Salarié Identification de l adhérent Bulletin d adhésion individuelle Salarié à remplir et à retourner à Humanis - Délégation internationale 93 rue Marceau - 93187 Montreuil Cedex M me M lle M. Nom... Nom de naissance...

Plus en détail

C est dur d être un vampire

C est dur d être un vampire C est dur d être un vampire 1/6 Pascale Wrzecz Lis les pages 5 à 8. Tu peux garder ton livre ouvert. 1 Retrouve les mots dans ta lecture et complète les cases. C est une histoire de. Prénom du héros ;

Plus en détail

Pour tout savoir sur la retraite " à la française " dans le monde entier. Des solutions d avenir au quotidien

Pour tout savoir sur la retraite  à la française  dans le monde entier. Des solutions d avenir au quotidien Pour tout savoir sur la retraite " à la française " dans le monde entier Des solutions d avenir au quotidien Ce guide s adresse aux salariés travaillant hors de leur pays d origine et à leur employeur.

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

Questions des employeurs

Questions des employeurs Lentilles La MSA vous rembourse à hauteur de 65 %, sur la base d un forfait annuel de date à date, par œil, fixé à 39,48 e, soit 25,70 e (que les lentilles soient réutilisables ou non, journalières ou

Plus en détail

INASTI. Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée)

INASTI. Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée) INASTI Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée) INASTI A. Les services opérationnels B. Dépistage des travailleurs indépendants C. Perception des cotisations A. Les services

Plus en détail

Dossier de Presse mars 2013

Dossier de Presse mars 2013 Dossier de Presse mars 2013 Mutuelle Entrain Lors du Congrès de l Union des Mutuelles de Cheminots et des Personnels du Groupe (UMCPG) en 2006 à Montpellier, les délégués ont décidé la constitution d une

Plus en détail

Le portrait budgétaire

Le portrait budgétaire ACEF du Haut-Saint-Laurent 340 boul. du Havre, bur. 203 Salaberry-de-Valleyfield, Québec J6S 1S6 Téléphone : 450-371-3470 Courriel : acefhsl@hotmail.com Page web : www.acefhsl.org Les bureaux de l ACEF

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Création d une coopérative scolaire

Création d une coopérative scolaire Pour créer une coopérative scolaire : Fiche modalités d adhésion Fiche d adhésion Création d une coopérative scolaire Règlement-type d une Coopérative scolaire (à conserver obligatoirement dans les archives

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

MOI PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE

MOI PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE MOI PRÉVENTION PRÉVOYANCE LA DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous, sur les terrains de la santé, de la prévoyance mais aussi de la prévention innovante et de l action sociale.

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société?

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Le vrai visage de l assurance Qu en est-il vraiment? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010-2 Le vrai visage de l assurance

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail