Transmission de chaleur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transmission de chaleur"

Transcription

1 Transmission de chaleur Matthieu Schaller et Xavier Buffat 31 octobre 2007 Table des matières 1 Introduction 2 2 Méthode Matériel Principe physique Résultats 3 4 Discussion 5 5 Conclusion 7 1

2 1 INTRODUCTION 2 1 Introduction De nos jours les recherches en matière d économie d énergie dans quelque domaine que ce soit connaissent un formidable essor. Il n est pas un jour sans que l actualité nous le rappelle. Dans ce domaine, la transmission de chaleur joue un grand rôle, en effet elle est source de pertes parfois énormes. Diminuer ces pertes est aisni un travail essentiel. Cependant, les lois qui régissent ces transmissions sont pour la plus part empiriques, avec des coefficients obtenus grâce aux mesures répétées par de nombreux laboratoires. Le but de notre travail va être d étudier le phénomène de conduction de la chaleur dans les matériaux. Dans un premier temps, nous allons mesurer quelques coefficients thermiques, et vérifier si possible les valeurs tabulées. Dans la dernière partie, nous allons nous occuper du double vitrage, et voir si son influence est réelle dans la diminution des pertes dues aux transmissions de chaleur de l intérieur d une maison vers l extérieur. 2 Méthode 2.1 Matériel Le montage expérimental consiste en une chambre fermée munie d un chauffage. Cette chambre est ouverte à une de ses extrémités et permet le montage d une ou plusieurs plaques. C est les coefficients de ces différntes plaques que nous allons mesurer. A l intérieur de l enceinte se trouve également un écran qui évite de chauffer directement la plaque par rayonnement thermique. C est donc seulement par conduction que pourra se faire la transmission de chaleur. Pour une mesure précise du phénomène, quatres thermomètres sont nécessaires. Le premier se situe à l intérieur de l enceinte et donne la valeur de la température du milieu interne T i. Un deuxième appareil situé au contact de la plaque donne la valeur de la température interne de surface T si. Un montage identique est réalisé à l extérieur pour obtenir les valeurs du milieu externe T e et de la surface T se. Ces quatre thermomètres sont des thermocouples ; appareils de grande précision, comme l a montré un précédent TP. Le chauffage est quant à lui assuré par une résistance ; c est donc un chauffage par effet Joule. Une mesure de l intensité du courant ainsi que de la tension aux bornes de la résistance nous donne la puissance dissipée par le corps de chauffe. Lorsque la température interne aura atteint une valeur quasi-constante, on pourra déduire que toute l énergie dissipée par effet Joule passe à travers la plaque (On néglige ici les transferts de chaleur à travers les

3 3 RÉSULTATS 3 autres parois de la chambre). 2.2 Principe physique Le transfert de chaleur à travers une plaque est décrit par la loi de Fourier 1 : J = λs T se T si (1) d où J est le flux de chaleur, d est l épaisseur de la plaque, S sa surface et λ le coefficient de conductivité thermique que nous allons entre autre chercher à déterminer. Si la température du système ne vaire plus, on peut alors dire que le flux de chaleur à travers la plaque est égal à la puissance fournie par la résistance. On a ainsi : J = U I (2) où U et I sont respectivement la chute de tension et le courant à traver la résistance. On peut alors déduire le coefficient de conductivité thermique : λ = UId S(T si T se ) (3) On peut alors déterminer les coefficients d échanges internes et externes ainsi que le coefficient de transmission : α i = J T i T si α e = J T se T e k = J T i T e (4) Ce sont ces 4 derniers coefficients que nous allons mesurer et pour λ confronter aux valeurs tabulées. 3 Résultats Nous avons utilisé des plaques de 15x15 cm de quatre matŕiaux différents, de l aluminium, du bois, du polystyrène et du verre. La figure 1 montre la température mesurée contre la surface du matériaux à l extrérieur(courbe du bas) et à l interieure du four(courbe du haut) pour le bois, l aluminium et le polystyrène. La différence de hauteur entre les deux courbes est inversement proportionnel au coefficient de conductivité thermique. Ainsi, on constate que le bois est un bon isolant et que l aluminimum est un bon conducteur, le polystyrène étant entre deux. On peut faire la même analyse du graphique 2, 1 Voir le cours de thermodynamique 1ère année

4 3 RÉSULTATS 4 Fig. 1: Température exterieure en fonction de la température interieure de plaques d aluminium, de bois et de polystyrène. ou l on observe le verre, et le double vitrage, on remarque que l isolation est semblable dans les deux cas. Pour calculer les valeur de λ, α 1, α e et k grâce aux l équations 3 et 4, on considère la température ambiante constante, égale à 22.0 ± 0.3 C et on utilise les dernière valeurs mesurée, qui sont les plus proche de l équilibre. On obtient les valeures suivantes : Matériau J [W] d [m] λ α i α e k bois 1.17 ± ± ± polystyrène 1, 09 ± ± ± aluminium 3.79 ± ± ± verre 1.09 ± ± ± verre double 1.09 ± ± ± Ces résultats sont complètement différents des résultats tabulé 2. En effet, si on considèrent le coefficient λ, la valeur tabulée pour l aluminium est de 237 ce qui correspond à plus de 70000% d erreur, pour le polystyrène la valeur est de , qui correspond à 52% d erreur, on a aussi plus de 600% sur le bois et 800% sur le verre. De plus, double vitrage à un coefficient λ bien plus 2 Handbook of Chemistry and Physics, 78 e édition

5 4 DISCUSSION 5 Fig. 2: Température exterieure en fonction de la température interieure de plaques de verre simple et double. élevé que le verre simple. Les valeurs de α i, α e et k ne sont pas tabulées et sont données à titre indicatif sans incertitude, car au vu des résultats obtenus sur λ, on en déduit que ces valeurs sont sans grand intêret. 4 Discussion Les résultats de cette expérience ne sont pas bons, car ils présentent une forte déviation par rapport au valeurs tabulées sur toutes les mesures et amènent à de fausses conclusions. En effet, l utilisation du double vitrage est très courante dans la construction car elle améliore considérablement l isolation. En général, les deux plauqes sont séparée par du vide, l amélioration devrait donc être moin marquée dans notre cas puisqu il y a de l air entre les vitres. Toutefois, il est clair que, puisque la conduction thermique de l air est plus faible que celle du verre, le coefficient λ du verre devrait être plus grand que celui du verre double. Ces résultats erronés sont dus à plusieurs facteurs. Théoriquement, on a pu utiliser l équation 2 en supposant que le système avait atteint l équilibre. Or les figures 1 et 2 montrent bien que le système est encore en évolution à la fin de l expérience, l équilibre est atteint après un temps bien plus long. Ainsi, le courant de chaleurs à travers la plaque n est

6 4 DISCUSSION 6 pas égal à l énergie dissipée dans le chauffage car une partie considérable est toujours utilisée pour augmenter la température à l interieur du four. De plus, l isolation du four est insatisfaisante. En effet, le four n est isolé que par quelques couches de plastique séparées par de l air, la conductivité thermique des parois du four est donc comparable à celles des surfaces testées. Ainsi le flux de chaleur créé par la résistance sort du four dans toutes les directions et puisque la surface de la plaque est petite comparée au reste du four, seule une fraction du flux initial passe à travers la plaque que l on étudie. Ces deux effets sont très important dans le calcul de J et perturbent donc beaucoup les calcule des différents coefficients. Le système de mesure de température pose aussi quelque problèmes. En effet, la mesure de la température contre la plaque se fait au moyen d un thermocouple dans une tige fine appuyée contre la plaque. On connait l importance d un bon contact thermique pour obtenir une bonne mesure 3. Avec des matériaux de chaleur massique faible comme le bois ou le verre, le contact est extrêment mauvais, la thermalisation entre la plaque et le thermocouple ne se fait pas correctement et la mesure est donc incertaine. Il est difficile de savoir si la température mesurée est celle de la surface, ou celle de l air environnant. Dans les calculs d incertitude, on a utilisé une incertitude de 1 C sur la mesure de température, se qui est très grand, toutefois on ne peu pas garantir que l incertitude ne soit encore plus grande. La mesure effectuée sur la plaque d aluminium est la plus éloignée de la réalité alors que beaucoup de mesure on été efféctuée. Cela s explique par le fait que la puissance du chauffage était double de celle utilisée pour les autres mesures et le four était froid lors du démarrage de l éxpérience. Ainsi, le système se trouve plus loin de l équilibre et donc la mesure est complètement faussée. Ce phénoène est accentué par le fait que la conductivité de l aluminium est grande, le point d équilibre se trouve donc à une température plus haute que pour les autres matériaux. Le choix de la puissance du chauffage n était donc pas judicieux, ce qui se traduit par une erreur encore plus flagrante. L expérience n étant pas concluante, on peut imaginer une expérience semblable qui pourrait aboutir à de meilleurs résultats. En utilisant un four isolé correctement, par exemple dans une enceinte sous vide, pourrait éviter la dissipation de l énergie du chauffage par les parois. Il serait nécessaire de réalisé l expérience sur un temps plus long, pour que le système atteigne l équilibre. L équilibre est caractérisé par une température intérieur et extérieur constante, il faut donc attendre que les courbes dessinées sur les figures 1 et 2 atteignent leurs asymptote. On pourra ainsi utiliser léquation 2 3 cf. TP Mesure de température.

7 5 CONCLUSION 7 sans créer d erreur. Afin de diminuer l erreur sur la mesure de température, on devrait utiliser des thermètres qui ont un bon contact avec la plaque à mesurer, en augmentant par exemple la surface de contact entre le thermocouple est la plaque. On diminuerait ainsi au maximum tous les facteurs d erreurs, les résultats devrait donc être meilleurs. 5 Conclusion Ce dernier travail de thermodynamique aurait dû cloturer cette série de TPs sur une note positive grâce à l accent mis sur les applications pratiques découlant de l expérience réalisée. Malheureusement, les résultats n ont pas été à la hauteur de nos espérances. Les valeurs obtenues sont largement endessous des valeurs officielement tabulées ; cela montre à nouveau qu en thermodynamique, on ne peut rien négliger et qu il est très difficile de réaliser une expérience parfaite, dans le sens où les pertes seraient minimes. Ce travail nous à conforter dans notre opinion conçernant l imrécision latente dans les mesures thermodynamiques. Nous serons donc mieux en mesure de les appréhender dans nos futurs travaux.

Exercices Thermiques BTS EEC

Exercices Thermiques BTS EEC BTS EEC 1993 On se propose d étudier les problèmes d isolation thermique pour les simples et doubles vitrages. Simple vitrage : glace plane d épaisseur e 1 = 8 mm. Double vitrage : 2 glaces planes d épaisseur

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

TD de transfert thermique. Série N 1

TD de transfert thermique. Série N 1 TD de transfert thermique Série N 1 Méthodologie Comprendre l'énoncé et voir les données du problèmes comprendre la question et ce qu'on cherche à déterminer? Faire un schéma et identifier les modes et

Plus en détail

Étude thermique des ailettes :

Étude thermique des ailettes : Kotler Vivien Unfer Aurélien AP - ENSGSI Étude thermique des ailettes : Objectifs : Au cours de ce TP nous avons vérifié expérimentalement un calcul de transfert de chaleur en régime permanent dans des

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1 Exercice 1 L énergie thermique Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité = 1,15 W/(m.K) La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface

Plus en détail

I. Barre métallique isolée thermiquement

I. Barre métallique isolée thermiquement TP N 8 DE THERMO-MECA TRANSFERTS THERMIQUES Les buts du TP sont de : mesurer la conductivité thermique de l aluminium λ mesurer et voir l influence de paramètres sur le coefficient moyen global d échange

Plus en détail

EXPERIENCES. thermodynamique. Expériences. Capacité thermique Etude du point critique du gaz Conduction thermique...

EXPERIENCES. thermodynamique. Expériences. Capacité thermique Etude du point critique du gaz Conduction thermique... Thermodynamique Expériences Capacité thermique... 104 Etude du point critique du gaz... 106 Conduction thermique... 108 Produits...110-114 103 Capacité thermique Capacité thermique Une quantité d eau,

Plus en détail

C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois?

C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? C.M.E 41 Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? I) Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? 1) Objet chaud, objet froid : nos sensations sont-elles fiables? A température ambiante,

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

On mesure la quantité de cette chaleur (noté Q) en Joules (J). Multiple : le kilojoule (kj) ; 1 kj = J

On mesure la quantité de cette chaleur (noté Q) en Joules (J). Multiple : le kilojoule (kj) ; 1 kj = J Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ① OBJECTIFS Connaitre les différentes modes de propagation de la chaleur Connaître la différence entre la chaleur et température 1- La chaleur et température 1-1 La

Plus en détail

a. Déterminer la résistance électrique et thermique du dispositif. de la tige à 15 cm de son extrémité froide. EXERCICE 2

a. Déterminer la résistance électrique et thermique du dispositif. de la tige à 15 cm de son extrémité froide. EXERCICE 2 1 EXERCICE 1 1. On considère une tige en aluminium de longueur = 50 cm, de section S = 2 cm 2 possédant une conductivité thermique λ = 239 W m -1 K -1 et une résistivité électrique de 2,65µ Ω. cm. Cette

Plus en détail

6.2 Capacité calorifique / thermique 6 DIFFUSION THERMIQUE

6.2 Capacité calorifique / thermique 6 DIFFUSION THERMIQUE 6 DIFFUSION THERMIQUE 6.1 Différence entre température et chaleur Nous sommes quotidiennement confrontés à la notion de température : celle-ci est généralement associée aux sensations de chaud ou de froid.

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

Corrigé Série 1. Rénovation d un mur ancien. Matériaux d (cm) λ (W/(m K)) Béton Lame d air 6 Λ = 6 (W/(m 2 K)) Brique t.c

Corrigé Série 1. Rénovation d un mur ancien. Matériaux d (cm) λ (W/(m K)) Béton Lame d air 6 Λ = 6 (W/(m 2 K)) Brique t.c Architecture 2 ème année / Bachelor Physique du bâtiment III Corrigé Série 1 Rénovation d un mur ancien 1) Mur ancien avec lame d air Donné Matériaux d (cm) λ (/(m K)) Béton 15 0.8 Lame d air 6 Λ = 6 (/(m

Plus en détail

Chap.2 Diffusion thermique

Chap.2 Diffusion thermique Chap.2 Diffusion thermique 1. Description de la diffusion thermique 1.1. Les trois types de transferts thermiques 1.2. Flux thermique (ou Puissance thermique) Vecteur densité de courant 1.3. Analogies

Plus en détail

DEPERDITIONS THERMIQUES

DEPERDITIONS THERMIQUES TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble DEPERDITIONS THERMIQUES BUT DU T.P. Il s agit de simuler et de comprendre les mécanismes de déperditions thermiques

Plus en détail

Thème n 3 : Cryogénie et physique des basses températures

Thème n 3 : Cryogénie et physique des basses températures Licence 3 Physique et Physique-Chimie Université Joseph Fourier Grenoble I UE phy355 : option Techniques Expérimentales de la Physique Thème n 3 : Cryogénie et physique des basses températures Mardi 15

Plus en détail

Thème n 1 : Cryogénie et physique des basses températures

Thème n 1 : Cryogénie et physique des basses températures Licence 3 Physique et Physique-Chimie Université Joseph Fourier Grenoble I Option Techniques Expérimentales de la Physique PHY36E Thème n 1 : Cryogénie et physique des basses températures 2 ème session

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES PHYSIQUES APPLIQUEES. Sous-épreuve commune aux deux options - U4.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES PHYSIQUES APPLIQUEES. Sous-épreuve commune aux deux options - U4. BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES PHYSIQUES APPLIQUEES Sous-épreuve commune aux deux options - U4.1 - SESSION 2015 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : -

Plus en détail

Dans cette zone appelée couche limite, la température de l'air ainsi que sa vitesse varient rapidement en fonction de la distance à la paroi.

Dans cette zone appelée couche limite, la température de l'air ainsi que sa vitesse varient rapidement en fonction de la distance à la paroi. 3 L'air en tant qu'isolant L'air immobile possède une conductivité thermique très faible (λ = 0.024 W/mK). Cette propriété est utilisée dans tous les matériaux isolants dont la fonction principale est

Plus en détail

Point triple de l azote

Point triple de l azote Point triple de l azote Matthieu Schaller et Xavier Buffat matthieu.schaller@epfl.ch xavier.buffat@epfl.ch 24 octobre 2007 Table des matières 1 Introduction 2 2 Méthode 2 2.1 Matériel à disposition.......................

Plus en détail

Transferts d énergie thermique

Transferts d énergie thermique Transferts d énergie thermique Notions et contenus Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique. Transferts

Plus en détail

I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS THERMIQUES.

I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS THERMIQUES. Fiches professeur Transferts thermiques : conduction, convection, rayonnement. Flux thermique, résistance thermique. Caractéristiques thermiques des matériaux. I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS

Plus en détail

K. ALLIAGES MÉTALLIQUES

K. ALLIAGES MÉTALLIQUES Alliages métalliques K 1 K. ALLIAGES MÉTALLIQUES 1. Objectifs Vérifier localement le diagramme d équilibre binaire d un alliage métallique Al-Si par analyse thermique. Déduire la concentration d un alliage

Plus en détail

T x T = exp ( αx) φ p = h P e λ S T 0 T

T x T = exp ( αx) φ p = h P e λ S T 0 T Donc T(x) est solution de l équation différentielle suivante appelée équation de la barre d T dx = α T x T f avec α = 1. Ailette rectangulaire longue de section constante : Dans le cas de l ailette longue,

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et

Plus en détail

MEC3200 TRANSMISSION DE CHALEUR ÉNONCÉ DE LABORATOIRE TRANSFERT DE CHALEUR CONVECTIF

MEC3200 TRANSMISSION DE CHALEUR ÉNONCÉ DE LABORATOIRE TRANSFERT DE CHALEUR CONVECTIF DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE SECTION AÉROTHERMIQUE ÉCOE POYTECHNIQUE DE MONTRÉA MEC3200 TRANSMISSION DE CHAEUR ÉNONCÉ DE ABORATOIRE TRANSFERT DE CHAEUR CONVECTIF OBJECTIF e présent laboratoire vise à

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

G.P. DNS07 Novembre 2012

G.P. DNS07 Novembre 2012 DNS Sujet Isolation thermique d'un tube vaporisateur...1 I.Transfert thermique dans un milieu homogène...1 II.Transferts thermiques pour un tube...2 A.Conduction ou diffusion...2 B.Conducto-convection...3

Plus en détail

Fardeleuse (Sujet concours TSI CCP 2011)

Fardeleuse (Sujet concours TSI CCP 2011) Fardeleuse (Sujet concours TSI CCP 2011) Contexte de l étude : Pour satisfaire les clients, certains produits de grande consommation sont enveloppés sous film plastique pour à la fois les protéger, faciliter

Plus en détail

Energie thermique - Transfert thermique Situation déclenchante

Energie thermique - Transfert thermique Situation déclenchante Energie thermique - Transfert thermique Situation déclenchante Bilan I- Transfert thermique 1- Définition Un transfert thermique est un échange d'énergie thermique irréversible qui a lieu d'une source

Plus en détail

Thermodynamique appliquée au corps humain

Thermodynamique appliquée au corps humain Exercice de thermodynamique Thermodynamique appliquée au corps humain Partie A Equation de diffusion thermique On considère un corps homogène (FIGURE 1, où les parties noires représentent un isolant thermique)

Plus en détail

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale Licence Science de la Mer et de l Environnement Physique Générale Chapitre 10 :Calorimétrie 1 Notion de quantité de chaleur Si on place des corps ayant des températures différentes dans une enceinte isolée

Plus en détail

MEC3200-TRANSMISSION DE CHALEUR DEVOIR 2 - LE CAPTEUR SOLAIRE VITRÉ

MEC3200-TRANSMISSION DE CHALEUR DEVOIR 2 - LE CAPTEUR SOLAIRE VITRÉ DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE SECTION AÉROTHERMIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL MEC3200-TRANSMISSION DE CHALEUR DEVOIR 2 - LE CAPTEUR SOLAIRE VITRÉ Un capteur solaire destiné au chauffage de l eau

Plus en détail

L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques.

L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques. LES TRANSFERTS THERMIQUES Energie interne L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques. Les particules qui constituent le système sont en mouvement perpétuel :

Plus en détail

ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES-PHYSIQUE Durée : 3 heures

ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES-PHYSIQUE Durée : 3 heures Banque «Agro-Véto» B-MP6 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES-PHYSIQUE Durée : 3 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère

Plus en détail

Université Joseph Fourier Grenoble I L2, UE GEL23B : énergies renouvelables.

Université Joseph Fourier Grenoble I L2, UE GEL23B : énergies renouvelables. Université Joseph Fourier Grenoble I L2, UE GEL23B : énergies renouvelables. Examen 2e session du 26 juin 2014. Sans documents, calculette autorisée. Partie «C-TD-TP». Durée pour l ensemble des 2 sujets

Plus en détail

Mesure de la résistance thermique d un matériau

Mesure de la résistance thermique d un matériau Mesure de la résistance thermique d un matériau OBJECTIFS : Mesurer la résistance thermique d un matériau. Montrer que tous les matériaux ne sont pas des isolants. PRINCIPE DE L EXPERIENCE : Soumettre

Plus en détail

Circuits RLC. Table des matières. Matthieu Schaller et Xavier Buffat 29 mars 2008.

Circuits RLC. Table des matières. Matthieu Schaller et Xavier Buffat  29 mars 2008. Circuits RLC Matthieu Schaller et Xavier Buffat matthieu.schaller@epfl.ch xavier.buffat@epfl.ch 29 mars 2008 Table des matières 1 Introduction 2 2 Calculs 2 2.1 Oscillateur amorti........................

Plus en détail

Contexte scientifique

Contexte scientifique Contexte scientifique Ces paramètres dépendent : Traité d architecture et d urbanisme bioclimatiques -De la constitution de l enveloppe du bâtiment (matériaux porteurs, isolants, parements ) -Des systèmes

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP 15 Mesures calorimétriques 1) Le calorimètre a) Échanges d énergie thermique ou calorifique (chaleur) Précautions à prendre Les mesures calorimétriques nécessitent des précautions particulières, car

Plus en détail

S8-Transfert thermique. La convection

S8-Transfert thermique. La convection S8-Transfert thermique La convection 1- Protocole expérimental Dans un bécher, on place quelques gouttes d'encre bleue issue d'une cartouche. On laisse reposer le liquide : l'eau située au fond du bécher

Plus en détail

Chapitre décembre 2015

Chapitre décembre 2015 Chapitre 4 Groupe scolaire La Sagesse Lycée qualifiante 21 décembre 2015 1 (2015-2016) 1ere Bac SM Sommaire 1 2 3 2 (2015-2016) 1ere Bac SM Sommaire 1 2 3 2 (2015-2016) 1ere Bac SM Sommaire 1 2 3 2 (2015-2016)

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

Bureau national pour accréditation de Lituanie

Bureau national pour accréditation de Lituanie INSTITUT DE CONSTRUCTION ET D ARCHITECTURE AUPRES L UNIVERSITE TECHNOLOGIQUE DE KAUNAS (KTU) LABORATOIRE DE LA PHYSIQUE THERMIQUE DE LA CONSTRUCTION Bureau national pour accréditation de Lituanie ESSAIS

Plus en détail

Physique appliquée BTS 2 Electrotechnique

Physique appliquée BTS 2 Electrotechnique Physique appliquée BTS 2 Electrotechnique Electrothermie Electrothermie Page 1 sur 17 1. Les différents modes de transmission de la chaleur... 3 1.1. Notion de Température et de chaleur... 3 1.2. Les trois

Plus en détail

TP calorimétrie. Les quantités de chaleur sont exprimées en Joule (J) ou en calorie (cal). On

TP calorimétrie. Les quantités de chaleur sont exprimées en Joule (J) ou en calorie (cal). On TP calorimétrie Objectifs : Mesures de chaleurs et de capacités calorifiques. 1 Théorie 1.1 Généralités La calorimétrie repose sur un principe fondamental : principe de l égalité des échanges thermiques

Plus en détail

Effet Joule Livret de l enseignant

Effet Joule Livret de l enseignant Dossier de Physique Niveau 4 ème secondaire Effet Joule Livret de l enseignant Véronique BOUQUELLE Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, Antenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences

Plus en détail

La diffusion thermique

La diffusion thermique La diffusion thermique. Épaisseur d un igloo Quelle doit être l épaisseur minimale des murs d un igloo semi sphérique, contenant deu habitants, si la température etérieure est de Te = 0 C? La conductivité

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

MEC3200 TRANSMISSION DE CHALEUR. Coordonateur Jean-Yves Trépanier

MEC3200 TRANSMISSION DE CHALEUR. Coordonateur Jean-Yves Trépanier MEC3200 TRANSMISSION DE CHALEUR Coordonateur Jean-Yves Trépanier Chargé de cours: Martin Gariépy Bureau : J-5067 Pavillon JAB Tél. : 340-4711, poste 7450 Email :martin.gariepy@polymtl.ca Vendredi matin

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux INTRODUCTION Ce premier exercice constitue sensibilisation à un Diagnostic de Performance énergétique. Il s agira donc ici de relever les éléments entrant en compte dans un DPE ; nous utiliserons un logiciel

Plus en détail

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique.

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. Plus l inertie est élevée et plus le matériau restitue des quantités importantes de chaleur

Plus en détail

L ENERGIE THERMIQUE. Chapitre. Quelles Sont les Idées Clés?

L ENERGIE THERMIQUE. Chapitre. Quelles Sont les Idées Clés? L ENERGIE THERMIQUE Quelles Sont les Idées Clés? L Energie thermique d un fluide est la somme des énergies cinétiques des atomes qui le constituent. La chaleur est un transfert d énergie thermique d une

Plus en détail

L instrumentation de la Villa YFS

L instrumentation de la Villa YFS Les qualités thermiques de la pierre naturelle - Villa YFS, un retour d expérience L instrumentation de la Villa YFS Franck Brachelet LGCgE Université d Artois Objectifs : Introduction Mesurer l évolution

Plus en détail

TP 2 Equilibre Liquide Vapeur

TP 2 Equilibre Liquide Vapeur TP 2 Equilibre Liquide Vapeur Le TD 5 est une préparation indispensable à ce TP. CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ne pas toucher aux éléments du couvercle de l autocuiseur. Ne jamais essayer de bloquer ou de dévisser

Plus en détail

Phénomènes de transfert de chaleur et de masse. Prof. H.Hofmann LTP, IMX, EPFL. Matériaux 4 ième semestre

Phénomènes de transfert de chaleur et de masse. Prof. H.Hofmann LTP, IMX, EPFL. Matériaux 4 ième semestre Phénomènes de transfert de chaleur et de masse Prof. H.Hofmann LTP, IMX, EPFL Matériaux 4 ième semestre Prof. H. HOFMANN Laboratoire de Technologie des Poudres EPFL / IMX 2 PHENOMENES DE TRANSFERT I. TRANSFERT

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Onde thermique...2 I.Étude de la diffusion thermique...2 A.Étude du régime stationnaire...2 1)Expression du vecteur densité de

Plus en détail

IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electricité 1er semestre Damien JACOB

IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electricité 1er semestre Damien JACOB IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electricité 1er semestre Damien JACOB 08-09 Chapitre 1 : Electrocinétique des courants continus I. Conduction électrique D un point de vue électrique, il existe 2 catégories

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 1.

Plus en détail

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof 1 Brique mono mur Pour une maison à énergie positive, on prévoit d équiper les murs de l extension en brique «mono mur» R = 3,25 m 2 K / W masse : 19 kg 1. Déterminez l épaisseur et la conductivité équivalente

Plus en détail

TP magnétisme. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé et des courbes produites.

TP magnétisme. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé et des courbes produites. TP magnétisme Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé et des courbes produites. Objectifs : Évaluer le champ magnétique créé par une spire de courant en son centre par rapport au champ magnétique

Plus en détail

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE Direction Isolation et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 13-098 Le 21 juillet 2014 Réf. DIR/HTO 2014-154-KZ/LS- N SAP 70042372 DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. I. Conception de différents fours solaires avec relevés de température. Aliment. Rangement. Utilisateur FC1 FP1 FC2.

CAHIER DES CHARGES. I. Conception de différents fours solaires avec relevés de température. Aliment. Rangement. Utilisateur FC1 FP1 FC2. 1 I. Conception de différents fours solaires avec relevés de température CAHIER DES CHARGES Déplacement Rangement FC2 FC1 Aliment FP1 Four solaire Utilisateur FC5 Fonctionnalité FC3 Soleil FC4 Prix 2 Solarimètre

Plus en détail

Transmission, réception d un signal, adaptation d impédance

Transmission, réception d un signal, adaptation d impédance Transmission, réception d un signal, adaptation d impédance 1. Amélioration de la forme d un signal par adaptation d impédance Commençons par observer les images suivantes : Image 1 Image Sur l image 1,

Plus en détail

Chapitre S5 Confort dans la maison et l'entreprise 4 POURQUOI LE METAL SEMBLE-T-IL PLUS FROID

Chapitre S5 Confort dans la maison et l'entreprise 4 POURQUOI LE METAL SEMBLE-T-IL PLUS FROID TBP Chapitre S5( CME4) Page 1/7 Chapitre S5 Confort dans la maison et l'entreprise 4 POURQUOI LE METAL SEMBLE-T-IL PLUS FROID QUE LE BOIS? COMMENT UTILISER L ELECTRICITE POUR CHAUFFER OU SE CHAUFFER? COMMENT

Plus en détail

Exercices. Température et thermomètres. Conception d un thermomètre à

Exercices. Température et thermomètres. Conception d un thermomètre à Exercices Température et thermomètres Exercice 1. liquide Conception d un thermomètre à Vous voulez construire un thermomètre donnant des températures comprise entre 0 C et 200 C. Vous disposez d un tube

Plus en détail

côté : Transferts avec un fluide au repos

côté : Transferts avec un fluide au repos 1.1 Modélisation de la chaleur au voisinage des solides. Le modèle de Newton En l absence de rayonnement thermique, tout au moins en considérant que les phénomènes radiatifs sont négligeables devant les

Plus en détail

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique 1. Apports et perditions thermiques 2. Deux principes d inertie thermique 3. Aperçu de la RT 2000 et de

Plus en détail

Viscosité de l air. Table des matières. Matthieu Schaller et Xavier Buffat. 13 décembre Introduction 2

Viscosité de l air. Table des matières. Matthieu Schaller et Xavier Buffat. 13 décembre Introduction 2 Viscosité de l air Matthieu Schaller et Xavier Buffat matthieu.schaller@epfl.ch xavier.buffat@epfl.ch 13 décembre 2007 Table des matières 1 Introduction 2 2 Théorie 2 2.1 Valeur empirique.........................

Plus en détail

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels isoler sa maison pourquoi? quand? comment et où? - améliorer le confort intérieur - faire des économies d énergies - respecter la réglementation déperditions toiture 25 à 30 % sol 7 à 15 % murs 15 à 25

Plus en détail

La loi d Ohm et l effet Joule (Cours X et XI)

La loi d Ohm et l effet Joule (Cours X et XI) La loi d Ohm et l effet Joule (Cours X et XI) Dans un métal, les électrons de conduction sont libres de se déplacer. Comme pour les molécules d un gaz, ils sont animés d un mouvement erratique et changent

Plus en détail

1. PREMIER PRINCIPE - ENTHALPIE H

1. PREMIER PRINCIPE - ENTHALPIE H 1. PREMIER PRINCIPE - ENTHALPIE H 121. Chaleur Q Données pour tous les exercices : Chaleur massique de l eau : ceau = 4185 J.kg -1. -1 Chaleur massique de la glace : cglace = 2100 J.kg -1. -1 Chaleur latente

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Technicien Constructeur Bois. Technicien Menuisier Agenceur

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Technicien Constructeur Bois. Technicien Menuisier Agenceur BACCALAUREAT PROFESSIONNEL Technicien Constructeur Bois Technicien Menuisier Agenceur Épreuve El - Épreuve Scientifique et Technique Mathématiques - Sciences Physiques (E12) DOSSIER SUJET Durée de l'épreuve

Plus en détail

Dimensionnement des dispositifs de refroidissement des composants de puissance

Dimensionnement des dispositifs de refroidissement des composants de puissance Maxime FORNER GE5 de refroidissement des composants de puissance Note d application 23/01/2014 Projet P13A02 : Conception d une interface de puissance Client : M. WALGER Ingénieur chez Renesas Electronics

Plus en détail

Q1) Q2) Q3) Compétences travaillées : Q4) Q5) Q6)

Q1) Q2) Q3) Compétences travaillées :  Q4) Q5) Q6) Q1) En quelle unité exprime-t-on la consommation d énergie dans le DPE? Comment la convertir dans l unité d énergie du système international (usi)? En kilowattheure : 1 kwh = 10 3 Wh et 1 Wh = 3600 J Q2)

Plus en détail

LA CALORIMETRIE DIFFERENTIELLE A BALAYAGE

LA CALORIMETRIE DIFFERENTIELLE A BALAYAGE Introduction LA CALORIMETRIE DIFFERENTIELLE A BALAYAGE En raison de leurs longues chaînes moléculaires les polymères sont des matériaux au comportement très complexe. Leurs propriétés sont directement

Plus en détail

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE

40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE 4 Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique 4.1 Le verre et le

Plus en détail

TD 15 : transferts thermiques

TD 15 : transferts thermiques TD 15 : transferts thermiques Exercice 1 : La sensation de chaud ou de froid Tout l'exercice est à une dimension : x et les transferts thermiques sont purement conductifs. On s'intéresse à deux cylindres

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

S 5 F I) Notion de température et de chaleur : 1) Agitation thermique et température absolue : a) Agitation thermique :

S 5 F I) Notion de température et de chaleur : 1) Agitation thermique et température absolue : a) Agitation thermique : Chapitre 2 : CHALEUR ET ENERGIE S 5 F I) Notion de température et de chaleur : 1) Agitation thermique et température absolue : a) Agitation thermique : Les molécules d un gaz (parfait) sont animées de

Plus en détail

Diffusion thermique.

Diffusion thermique. Diffusion thermique. P. Ribière Collège Stanislas Année Scolaire 2016/2017 P. Ribière (Collège Stanislas) Diffusion thermique. Année Scolaire 2016/2017 1 / 27 1 Equation de conservation de l énergie thermodynamique.

Plus en détail

Diffusion thermique. Thermodynamique Chapitre 3. Comment le programme officiel de PC définit ce chapitre

Diffusion thermique. Thermodynamique Chapitre 3. Comment le programme officiel de PC définit ce chapitre Thermodynamique Chapitre 3 Diffusion thermique Comment le programme officiel de PC définit ce chapitre Notions et contenus Vecteur densité de flux thermique j Q. Premier principe de la thermodynamique.

Plus en détail

CHIMIE. Devoir de Synthèse (Durée 3 heures) Aucun document n est autorisé. Seules les calculatrices TI 30 sont autorisées.

CHIMIE. Devoir de Synthèse (Durée 3 heures) Aucun document n est autorisé. Seules les calculatrices TI 30 sont autorisées. 1 INSA 1 er Cycle 27 janvier 26 2 ème année CHIMIE Devoir de Synthèse (Durée 3 heures) Aucun document n est autorisé. Seules les calculatrices TI 3 sont autorisées. - Toutes les données sont regroupées

Plus en détail

Convection thermique

Convection thermique Convection thermique I. Introduction Le transfert thermique s effectue spontanément dès qu il existe une différence de température entre deux points d un système ou de deux systèmes différents en absence

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION

THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION Spé y 3-4 Devoir n THERMODYNAMIQUE-DIFFUSION On étudie la compression ou la détente d un ga enfermé dans un récipient. Lorsque le bouchon se déplace, le volume V occupé par le ga varie. L atmosphère est

Plus en détail

Cours #6: Mesure de température

Cours #6: Mesure de température Cours #6: Mesure de température GPA-668: Été 2013 Capteurs et détecteurs de température La température est une grandeur nondirectement mesurable, mais repérable par la variation d une grandeur associée

Plus en détail

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T Traitement des nœuds constructifs 1 Domaine d application 2 Définitions 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T junctions 3.1 OPTION A : méthode détaillée

Plus en détail

arxiv: v1 [physics.optics] 11 Jan 2010

arxiv: v1 [physics.optics] 11 Jan 2010 Calibration d une lampe à filament de tungstène Charles de IZARRA arxiv:1001.1726v1 [physics.optics] 11 Jan 2010 Groupe de Recherche sur l Énergetique des Milieux Ionisés, UMR6606 Université d Orléans

Plus en détail

Rappel : Préparation pour l examen de laboratoire

Rappel : Préparation pour l examen de laboratoire appel : Préparation pour l examen de laboratoire abo 1 : nitiation aux circuits - Monter et schématiser quelques circuits électriques. - Observer le comportement du filament métallique d une ampoule électrique

Plus en détail

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I)

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I) L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 03 > Bases physiques (I) Salle de test à l échelle 1 > CSTB Nantes http://aerodynamique.cstb.fr Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr! Les illustrations

Plus en détail

Mise au point d une méthode expérimentale de mesure de la conductivité thermique : application aux bétons de granulats recyclés

Mise au point d une méthode expérimentale de mesure de la conductivité thermique : application aux bétons de granulats recyclés Mise au point d une méthode expérimentale de mesure de la conductivité thermique : application aux bétons de granulats recyclés Sandrine Braymand a, Jean David Grandgeorge b a IUT Robert Schuman, Université

Plus en détail

Table des matières. Diusion thermique. S.Boukaddid Thermodynamique MP2

Table des matières. Diusion thermique. S.Boukaddid Thermodynamique MP2 Diusion thermique Table des matières 1 oi de Fourier 2 1.1 Flux thermique.................................... 2 1.2 Vecteur densité volumique du courant thermique................ 2 1.3 oi de Fourier.....................................

Plus en détail

LES ECHANGEURS THERMIQUES

LES ECHANGEURS THERMIQUES ES ECHANGEURS HERMIQUES I) Généralités : Un échangeur thermique est destiné à transmettre de la chaleur, d un fluide à un autre. Généralement les fluides sont séparés par une paroi, à travers laquelle

Plus en détail