Erika GERVASONI - CEPRALMAR. Grâce au soutien financier de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Erika GERVASONI - CEPRALMAR. Grâce au soutien financier de"

Transcription

1 Etude de prospection pour la diversification des élevages sur filières conchylicoles en mer en Languedoc-Roussillon Synthèse réalisée à partir de l étude bibliographique réalisée en avril 2009 par A. Boglino, E. Lourdou, G. Ortega, T. Casanova, étudiants au CREUFOP LR / UM2. Erika GERVASONI - CEPRALMAR 2009 Grâce au soutien financier de

2 Sommaire 1/ Introduction (page 3) 2/ La conchyliculture en mer en Languedoc-Roussillon (page 3) 3/ Exemple de produits pouvant être élevés sur filières en mer (page 5) Huitre plate (page 7) Palourde européenne (page 11) Coquille Saint-Jacques (page 14) Pétoncle noir (page 17) Ormeau (page 19) Algue Wakame (page 22) Biju (page 24) 4/ Conclusion (page 26) Annexe : L élevage sur filière de sub-surface (page 28) 2

3 Introduction La conchyliculture en Languedoc-Roussillon s est longtemps résumée à l élevage d huîtres creuses sur les étangs et l élevage de moules sur filières en mer. Néanmoins depuis quelques années, les entreprises conchylicoles sont en difficulté : malaïgues sur l étang, importantes mortalités estivales du naissain d huîtres creuses, difficultés de commercialisation et prédation par les daurades pour les moules. Ce constat encourage les conchyliculteurs à revoir leurs pratiques d élevage et à envisager la production d autres espèces aquacoles. Compte tenu du grand nombre de concessions disponibles en mer, le Cépralmar a jugé opportun d étudier les possibilités de diversification d élevage sur filières en mer. Cette étude a été confiée à quatre étudiants du CREUFOP LR / UM2 qui ont réalisé une prospection bibliographique des alternatives possibles en matière d élevage autre que l huître creuse et la moule. Leur rapport a été édité en avril En voici une synthèse. 3

4 1- La conchyliculture en mer ouverte en Languedoc-Roussillon Des concessions disponibles et non utilisées L emprise spatiale totale de la zone conchylicole en mer en Languedoc-Roussillon représente ha à l intérieur de la bande des 3 miles entre les isobathes -15 et -30m. La réservation de ces espaces en mer dédiés à l activité conchylicole a été obtenue après de nombreuses négociations notamment auprès des autres usagers tels que les pêcheurs et les plaisanciers. Dans les autres régions littorales françaises, les professionnels luttent pour essayer d obtenir quelques concessions en mer. La disponibilité de cet espace est une réelle opportunité pour les conchyliculteurs languedociens. Elle est répartie en 4 lotissements : Les Aresquiers : 540 ha Sète-Marseillan : ha Gruissan : 261 ha Vendres : 648 ha 74 exploitations ont une activité en mer. Nb d exploitations ayant une activité en mer Aresquiers Sète-Marseillan Gruissan Vendres TOTAL Seules 23% des concessions sont attribuées. Aresquiers Sète-Marseillan Gruissan Vendres TOTAL Nb de concessions disponibles Nb de concessions attribuées % concessions attribuées 29% 10% 23% 4

5 13% des filières qui pourraient potentiellement être implantées sont exploitées. Taille des concessions : Dans l Hérault : 1 concession = 3 ha (100m*300m) permet l implantation de 2 filières de 250 m. Dans l Aude : 1 concession = 9 ha (300m*300m) permet l implantation de 6 filières de 250 m. Aresquiers Sète-Marseillan Gruissan Vendres TOTAL Nb de filières potentielles 528*2 = *6 = Nb de filières exploitées % de filières exploitées 26% 4% 13% Des concessions principalement utilisées pour la production de moules Initialement l activité conchylicole en mer était orientée vers la production de moules de cordes : jusqu à tonnes de production/an. La prédation de la production par les daurades et l arrivée de moules d importation à bas prix sur le marché européen ont découragé de nombreux professionnels. Toutefois certains mytiliculteurs résistent et poursuivent leur activité en mer avec détermination : Utilisation de filets tubulaires permettant de protéger individuellement chaque corde de la prédation ; Commercialisation sous la marque collective «Moules de Pleine Mer». On estime une production mytilicole de l ordre de 17 T /filière /an. Des concessions qui s orientent vers le pré-grossissement et l affinage d huîtres Les itinéraires techniques ostréicoles qui se dessinent affirment une complémentarité entre la mer ouverte et le milieu lagunaire : Pour essayer de s affranchir au mieux des mortalités estivales de naissain observées sur l étang, quelques professionnels se tournent vers le pré-grossissement du naissain d huîtres en lanternes. Les concessions en mer sont également utilisées pour l affinage des huîtres de taille commerciale. Des concessions qui pourraient s orienter vers l élevage d autres espèces présentant une plus forte valeur ajoutée que la moule Des essais ont été menés mais le manque de résultats technico-économiques et de moyens n ont pas permis l émergence de projets pérennes. Ces premiers travaux constituent néanmoins une base solide pour une action de diversification des productions conchylicoles. 5

6 2- Exemples de produits pouvant être élevés sur filières en mer. La liste de produits retenus par les étudiants du CREUFOP LR / UM2 est la suivante : Huître plate (Ostrea edulis) Palourde européenne (Ruditapes decussatus) Coquille Saint Jacques (Pecten Jacobeus) Pétoncle noir (Chlamys varia) Ormeau (Haliotis tuberculata) Algue wakame (Undaria pinnatifida) Biju (Microcosmus sabatieri) Pour chacun de ces produits une fiche synthétique a été établie. Chaque fiche aborde les points suivants : Classification Caractéristiques biologiques (mode de vie, alimentation, reproduction ) Croissance et survie en conditions d élevage Quantités produites Développement de la culture sur filières en mer Marché Avant de lancer les expérimentations, il est nécessaire de s interroger sur la pertinence de chacun des produits proposés en tenant compte : de l adéquation du produit aux conditions du milieu et à l élevage sur filière ; du respect des réglementations sanitaires ; de la disponibilité du marché. 6

7 HUÎTRE PLATE Ostrea edulis 1- Classification Embranchement Mollusques Classe Bivalves Ordre Filibranches Famille Ostreidés Genre Ostrea Espèce Ostrea edulis 2- Caractéristiques biologiques Espèce autochtone Mode de vie Elle se situe naturellement dans les zones immergées, se regroupant généralement en bancs plus ou moins denses, fixés sur des substrats rocheux ou posés simplement sur des fonds meubles Alimentation Filtreur planctonophage. La quantité de nourriture est susceptible d être affectée par la présence de compétiteurs tels que les huitres creuses, les moules, les balanes Reproduction L huitre plate se reproduit entre juin et octobre (2 à 3 pontes), dès la première ou deuxième année de sa vie. C est une espèce à hermaphrodisme successif protandre. L expulsion des ovocytes s effectue à l intérieur de la cavité palléale de la femelle. Les spermatozoïdes émis dans le milieu naturel sont aspirés par le courant d eau inhalé par la femelle et viennent féconder les ovocytes in-situ. Les larves sont incubées dans le manteau de la femelle pendant 8 à 10 jours avant d être expulsées dans le milieu naturel. Elles sont dans un premier temps pélagiques (larves veligères), puis au bout de 14 jours, un pied apparait (larves pediveligères) : elles deviennent benthiques. L évolution des larves s effectue correctement de 15 à 22 c avec une température optimale à 18 c Environnement Température 14 à 20 c Salinité 27 à 42 O. edulis est très sensible aux brusques variations de conditions du milieu. 7

8 3- Croissance et survie La croissance et la survie durant la phase de pré-grossissement sont satisfaisantes, environ 10 mois sont nécessaires à l obtention d une huître de 4 à 5 cm. En phase de grossissement, la croissance est plus faible et les survies sont irrégulières notamment à cause du parasitisme de Martelia et Bonamia Croissance Les principaux facteurs conditionnant la croissance sont la température, la ichesse en nourriture et le renouvellement en eau. En étang, la croissance ralentit fortement en période hivernale et s accélère l été. En mer elle est plus régulière en raison d une plus grande stabilité des températures du milieu : sur un essai d élevage, des croissances satisfaisantes ont été obtenues sur l ensemble du cycle biologique à 20m de profondeur (obtention d huitres plates de 100g environ au bout de 2 ans et demi) Survie Epizooties L huître plate a souffert d épizooties au 20 ème siècle : : mortalité massive due à une épizootie inconnue (le muscle adducteur ne se contracte plus). A partir de 1925, cette maladie disparaît : arrivée de la maladie de la glande digestive due au parasite Marteilia refringens : apparition de Bonamia ostreae, nouveau parasite qui va engendrer des pertes de 70 à 90% sur les cheptels. Marteilia refringens et Bonamia ostreae sont toujours présents sur les côtes françaises. L infection par Martelia a lieu uniquement lorsque la température de l eau dépasse 17 c. Bonamia s exprime et se développe plus particulièrement dans les eaux dessalées et peu profondes. Prédateurs Bigorneaux perceurs Poulpes Crabes verts Etoiles de mer Sparidés (daurade, pagre) 4- Quantités produites 4.1 Production française = tonnes La production française est localisée en Bretagne : les deux principaux sites d exploitation sont Cancale et Quiberon où l huître plate est élevée au sol. 4.2 Production européenne = tonnes dont 67% en Espagne. 8

9 5- Développement de la culture sur filières en mer 5.1 Obtention des juvéniles Captage naturel La présence de géniteurs en méditerranée laisse envisager une potentialité de captage naturel. Néanmoins, il est peu probable que cette solution soit pérenne et permette un approvisionnement suffisant et régulier. Des essais pourraient être menés (le potentiel de recrutement de l huître plate n est pour le moment ni étudie ni chiffré). Les collecteurs Des coquilles de moules étuvées sont concentrées dans des filets tubulaires (environ 600 coquilles par filet) qui sont suspendus à des cadres métalliques immergeables. Cette méthode de captage est plus adaptée pour de l élevage au sol. Une utilisation du naissain en grattis («une à une») s avère plus compliquée. Cette technique a l avantage de présenter un faible coût de revient. Collecteurs en plastiques : coupelles, multituiles pléno (avantages : résistant, facilité de manutention, bonne capacité de captage) Il n existe pas de capteurs réellement adaptés à la mer. Il serait intéressant d envisager une prospection pour la mise au point de nouveaux collecteurs. Conditions environnementales favorisant le captage Faible courant ; Entre 5 et 30m de profondeur ; Fonds sableux (les fonds rocheux entrent en compétition avec les collecteurs) ; Présence de bio-fouling sur les collecteurs (d où la nécéssité de les immerger 15 jours avant la phase de fixation des larves) ; Période d immersion = entre début juin et fin septembre. La durée d immersion doit être au moins d un mois. Détroquage Taille optimale pour le détroquage du naissain = entre 5 et 10mm. Ecloserie Pour des raisons zoo-sanitaires liées aux parasitoses qui touchent l huître plate, les écloseries ne sont pas intéressées pour le moment par la production et la commercialisation de naissain d huître plate Prégrossissement et grossissement. La technique d élevage en suspension ne constitue a priori pas un obstacle au développement et à la relance de la culture de l huître plate. Elle peut être réalisée grâce à des enceintes suspendues de type lanternes japonaises ou casiers australiens. La phase de pré-grossissement peut également être réalisée en pearl-net. La sensibilité de l huître plate aux parasites Bonamia et Marteilia implique cependant une certaine zootechnie d élevage : élevage à faible densité ; élevage en eaux profondes (20m environ) ; 9

10 Des tests permettant de déterminer la densité et la profondeur optimales pourraient être envisagés. 6 - Marché Produit rare et prisé. La consommation française s élève à tonnes. Un tiers est importé (Grande Bretagne, Irlande, Danemark). Prix de vente : en gros expédition 4 à 7 /kg selon le calibre 8 à 12 /kg selon le calibre 10

11 PALOURDE EUROPEENE Ruditapes decussatus Remarque : les deux espèces de palourdes les plus communes sur les marchés sont la palourde européenne et la palourde japonaise. Dans cette étude nous nous intéresserons uniquement à la palourde européenne, endémique des côtes méditerranéennes. 1- Classification Embranchement Mollusques Classe Bivalves Ordre Veneroides Famille Veneroidés Genre Ruditapes Espèce Ruditapes decussatus 2- Caractéristiques biologiques Mode de vie Espèce endémique des côtes méditerranéennes, la palourde européenne se développe très favorablement en Languedoc-Roussillon où les volumes pêchés ont approché certaines années 800 tonnes. La palourde est un bivalve de fond. Elle préfère les fonds sableux aux fonds vaseux, où elle vit enfouie sous quelques centimètres de sable (jusqu à 15 cm). Sa répartition spatiale est irrégulière et agrégative Alimentation La palourde est un filtreur planctonophage Reproduction La palourde se reproduit en période estivale (1 à 2 pontes). Elle peut être mature dès la première année de sa vie Environnement Cette espèce présente de grandes facultés de résistance aux facteurs physico-chimiques extrêmes du milieu (température, salinité, % O2, exondation) dans la mesure où leur variation n est pas trop brusque ou durable. 3- Croissance et survie Croissance La croissance de la palourde dépend particulièrement de certains facteurs environnementaux : température (optimum = 19 c), disponibilité alimentaire, oxygène. Elle est quasi-nulle en dessous de 10 c et lorsque la salinité sort de la fourchette Elle est plus rapide entre les mois d avril et octobre, période où la présence phytoplanctonique est la plus importante. Dans l étang de Thau, la croissance serait meilleure dans les zones où l influence de la mer est la plus nette. 11

12 Il faut compter entre 2 à 3 ans pour atteindre 35mm. La croissance de la palourde européenne est bien lente que celle de la palourde japonaise Survie Maladies Dans la lagune de Thau, la palourde peut être affectée par la présence de Perkinsus olseni (apparition de kystes grisâtres dans le pied, le manteau et la glande digestives) et à Vibrio tapetis (maladie de l anneau brun destruction du tissu conjonctif). Prédateurs Poissons (dorades et balistes) ; Oiseaux (goélands, macreuses) ; Crabes verts. L homme reste le principal «prédateur» de la palourde. Le braconnage est encore très fréquent sur l estran. Une surveillance des zones ensemencées est à envisager. Emersion La palourde profite d une bonne tenue à l émersion (taux de pertes beaucoup plus faibles que pour les praires, coques et pétoncles). 4- Quantités produites La palourde européenne est pêchée sur les côtes méditerranée (apnée / arseillère) mais elle n est pour le moment pas élevée. Seule la palourde japonaise est élevée sur l estran en Bretagne et en claires en Vendée et Charente- Maritime. La production française de palourdes est estimée à tonnes. 5- Développement de la culture sur filières en mer Obtention des juvéniles Captage naturel La présence de géniteurs en méditerranée laisse envisager une potentialité de récolte de juvéniles. Le captage de naissain n est a priori pas envisageable. Ecloserie Les écloseries maitrisent la production contrôlée de naissain. Du naissain peut être fourni tout au long de l année Prégrossissement et grossissement La phase de pré-grossissement est envisageable en lanternes japonaises. Ce type d élevage permettra de s affranchir des phénomènes de prédation et de dispersion. Au delà de 12-15mm, il sera préférable d élever les palourdes au sol afin d éviter une altération de la croissance (bombement excessif de la coquille du à une absence de pression du sol). 12

13 6- Marché Image très favorable auprès des connaisseurs. Produit recherché pour sa finesse de goût, consommé cru et cuit. L Italie et l Espagne sont les premiers pays européens consommateurs de palourdes. Prix de vente : 6 à 10 euros selon la taille et la période. Aucune taille minimum n est exigée pour la mise en vente s il est prouvé que l animal provient d élevage (remarque : taille minimale de commercialisation de la palourde de pêche = 35mm). 13

14 COQUILLE SAINT JACQUES Pecten jacobeus En France, on trouve majoritairement 2 espèces de coquilles Saint-Jacques dans les eaux côtières, de physiologie, biologie et écologie voisines : Pecten maximus, l espèce Atlantique, est présente de la Norvège au Maroc. C est essentiellement un produit de pêche, bien que l aquaculture se développe également. C est une des 10 espèces de pêche les plus débarquées dans les criées françaises ; Pecten jacobeus, est l espèce Méditerranéenne. Elle est peu abondante, elle est très peu exploitée. 1- Classification Embranchement Mollusque Classe Bivalve Ordre Pterioide Famille Pectinidé Genre Pecten Espèce Pecten jacobeus 2- Caractéristiques biologiques Mode de vie P. jacobeus mène une vie libre et enfouie sur des fonds meubles de maërl, de sable ou de vase. Elle creuse une légère dépression au fond de laquelle elle repose, recouverte de sédiments et légèrement entrouverte. Elle peut se déplacer par claquement de valves, mais ses déplacements sont limités. Elle vit entre 5 et 40 mètres de fond. Elle exige pour se développer de faibles densités Alimentation Animal filtreur, elle se nourrit de phytoplancton, détritus et bactéries Reproduction La coquille Saint-Jacques est un animal hermaphrodite simultané (il émet simultanément des spermatozoïdes et des ovocytes). La première maturité sexuelle apparait vers 2-3 ans. La ponte intervient en une ou plusieurs fois lorsque la température de l eau s élève brutalement de 5-6 c. Le cycle biologique des pectinidés est constitué de deux phase : pélagique (3 à 6 semaines après la ponte) et benthique. 2.4 Environnement Température 7 à 20 c Salinité 30 à Croissance et survie Croissance La croissance de P. jacobeus peut être comparée à celle de P. maximus, qui en semis atteint la taille de marchande de 10-11cm en 3 ans. Les essais menés en pearl-nets ont donné des résultats encourageants de croissance : doublement de la taille en 5 mois (5,3mm/mois), triplement de la taille en 7 mois (3,5mm/mois). 14

15 La croissance de P. jacobeus est très dépendante des conditions environnementales (qualité du milieu, température, nourriture) et n est pas constante au cours de l année : fort ralentissement en hiver Survie Les essais menés en pearl-nets ont montré des taux de survie très encourageants (+ de 85%). Qualité de l eau La coquille Saint-Jacques est sensible à la qualité de l eau. La présence de phytoplancton toxique ou de polluants peut occasionner des mortalités, ralentir la croissance ou inhiber la reproduction. Prédateurs Le principal prédateur de la coquille St-Jacques au sol est l étoile de mer. 4- Quantités produites 4.1 Production française La production française de coquilles Saint-Jacques fraiches est essentiellement constituée des produits de la pêche (pêche à la drague T/an en moyenne de 2005 à 2007). Il s agit principalement de l espèce P. maximus (gisements normands et bretons). La pêche est autorisée du 1 er octobre au 15 mai. L élevage (semis sur le sol et cultures suspendues) représente 16% de la production nationale (soit environ T/an). Cette production est insuffisante et trop variable pour couvrir la demande nationale ( T en moyenne de 2005 à 2007). Elle est compensée par des importations massives d Ecosse et d Angleterre. En Languedoc-Rouissillon la pêche à la coquille P. jacobeus est surtout le fait de captures accessoires de petits chalutiers qui travaillent près des côtes. Les débarquements en criée sont très faibles (2-30 T selon les années). L aquaculture de P. jacobeus n existe pas encore en France Production mondiale La production mondiale de pectinidés est largement dominée par les produits d élevage originaires du Japon et de Chine. 5- Développement de la culture sur filières en mer 5.1 Obtention des juvéniles Captage naturel Du recrutement naturel est observé sur différents types de collecteurs en Languedoc-Roussillon ; mais ce recrutement ne peut assurer à lui seul un apport suffisant et régulier. Les années de bon recrutement sont espérées une fois tous les 4-5 ans. Ecloserie Le recours à l écloserie pour la fourniture régulière de larves s avère indispensable. Il n existe à ce jour aucune écloserie-nurserie de P. jacobeus ni en France ni dans un aucun autre pays voisin. Si le cycle de P. maximus est aujourd hui bien maitrisé, les aspects zootechniques de l élevage de P. jacobeus en écloserie sont complètement différents. 15

16 Les trois principaux points de blocage zootechniques sont les suivants : Conditionnement des géniteurs ; Obtention de pontes suivies et régulières ; Obtention de naissain viable (alimentation des larves) Pré-grossissement et grossissement Les bretons utilisent des techniques en semis de P. maximus. L élevage de P. jacobeus sur le fond s est soldé par un échec. L élevage en pearl-nets ou lanternes sont les techniques les plus adaptées au pré-grossissement et au grossissement de la coquille St-Jacques. Cette technique d élevage est parfaitement maitrisée au Japon et au Chili. Itinéraires techniques utilisés au Japon et au Chili : Japon Naissain obtenu par captage naturel sur des collecteurs suspendus aux filières (mise à l eau des collecteurs en avril-mai). Naissain détroqué lorsque les animaux mesurent 1cm (mois de juillet). Naissain trié puis mis en pré-grossissement en lanternes jusqu à 3-4cm (décembre-janvier). Grossissement en lanternes à 10 étages jusqu à taille commerciale (2 ans). Chili Naissain obtenu par captage naturel sur des collecteurs suspendus aux filières. Les collecteurs sont constitués de coquilles de bivalves, filets à anchois, plateaux PVC, sacs à oignon ou branches. Naissain détroqué lorsque les animaux mesurent 6mm (2 mois) Naissain trié puis mis en pré-grossissement en pearlnets jusqu à 3-4cm (décembre-janvier). Grossissement en lanternes jusqu à la taille commerciale de 90mm (1 an et demi). 6- Marché La coquille Saint-Jacques fait partie des produits de la mer les plus réputés. La demande est forte et la valeur commerciale également. Elle est majoritairement positionnée sur le marché du frais (prix plus élevés), mais on la trouve également sous forme de produits congelés et transformés. La fermeture de la pêche en période estivale offre une opportunité de marché à l aquaculture. 16

17 PETONCLE NOIR Chlamys varia 1- Classification Embranchement Mollusque Classe Bivalve Ordre Pteriode Famille Pectinidé Genre Chlamys Espèce Chlamys varia 2- Caractéristiques biologiques Mode de vie C. varia est naturellement présent en Méditerranée. Il vit sur les fonds de maërl ou de sable vaseux parsemés de pierres ou de coquilles épaves auxquelles il se fixe avec son byssus (il garde la possibilité de se détacher, de se déplacer et de refaire son byssus sur un autre support). Des bancs sont observés jusqu à 10-15m de profondeur Alimentation Mollusque filtreur qui se nourrit de phytoplancton, détritus organiques et bactéries Reproduction La reproduction se déclenche lors d une augmentation de température de l eau de 5-6 c en été. C. varia est hermaphrodite successif protandre. Sa fécondation est externe. Plusieurs pontes ont lieu entre mai et septembre. C. varia atteint sa maturité sexuelle à 1 an. Le cycle biologique des pectinidés est constitué de deux phase : pélagique (3 à 6 semaines après la ponte) et benthique Environnement Température 7 à 19 c Salinité 30 à Croissance et survie Croissance La taille marchande de 35mm est atteinte en 1 an seulement. La croissance du pétoncle ralentit en hiver. Il peut atteindre la taille maximale de 6 cm Survie Animal fragile qui supporte très mal toute émersion de plus d 1h. Il est impératif de travailler sous jets d eau. La durée de vie du pétoncle est comprise entre 3 et 5 ans. 17

18 4- Quantités produites Le pétoncle C. varia n est pas élevé en France. Il provient majoritairement de la pêche dans les pertuis charentais et vendéens et en rade de Brest. Les stocks sont minimes et les quantités pêchées très faibles. La taille marchande minimale est de 35mm. 5- Développement de la culture sur filières en mer 5.1 Obtention de juvéniles Captage naturel Recrutement naturel observé sur tous types de collecteurs en Languedoc-Roussillon. Pas de données concernant la variabilité du captage naturel d une année sur l autre. Ecloserie Zootechnie de production de naissain maitrisée. Pas d écloserie en France. En Espagne, les techniques de production de naissains en écloserie expérimentale sont plus avancées, prêtes au transfert vers les écloseries industrielles. Captage naturel = technique d obtention des juvéniles la plus pratique et la plus rentable. La production de juvéniles en écloserie-nurserie pourrait venir en complément du captage naturel qui peut s avérer variable d une année à l autre. 5.2 Prégrossissement et grossissement Elevage en lanternes japonaises ou casiers australiens. Aucun effet de la densité sur la survie n a pu être observé. Fortes mortalités liées au stress infligé lors des manipulations (émersion lors du transfert vers les sites de pré-grossissement et grossissement). 6- Marché Peu consommé en France, le pétoncle est apprécié des connaisseurs. Son marché est principalement localisé en Charente-Maritime, Charente et Vendée. Les circuits de commercialisation ne sont pas développés en Languedoc-Roussillon. Les volumes de pêche actuels sont inférieurs à ceux que le marché français a déjà pu absorber : il reste donc un créneau pour le pétoncle d aquaculture en France. L exportation vers l Espagne et l Italie, pays où la consommation de pétoncle est plus coutumière, est également envisageable. Le pétoncle peut être commercialisé en frais, congelé et transformé. 18

19 ORMEAU Haliotis tuberculata Haliotis tuberculata : espèce européenne présente en Atlantique avec une abondance particulièrement forte en Bretagne et dans les îles anglo-normandes. Haliotis lamellosa : espèce méditerranéenne. Un doute subsiste quant à la détermination systématique de H. lamellosa qui pourrait être qu une sous-espèce d H. tuberculata. C est l hypothèse retenue ici : le protocole d élevage retenu pour H. tuberculta s applique à H. lamellosa. 1- Classification Embranchement Mollusques Classe Gasteropodes Ordre Archeogasteropodes Famille Haliotidés Genre Haliotis Espèce Haliotis tuberculata 2- Caractéristiques biologiques Espèce autochtone. 2.1 Mode de vie H. tuberculata est un animal nocturne qui se déplace sur les surfaces dures (5-6m/min). Il se réfugie dans les crevasses ou sous les rochers durant le jour. 2.2 Alimentation L ormeau est un phytophage brouteur. Les ormeaux juvéniles se nourrissent de microalgues (des diatomées benthiques essentiellement), puis ils passent progressivement à une alimentation en macroalgues exclusivement (goémon, ulve, laminaire). Il faut entre 10 et 15 kg d algues pour produire 1kg d ormeaux. H. tuberculata entre en compétition pour la nourriture avec d autres herbivores brouteurs tels que l oursin Reproduction H. tuberculata est une espèce à sexes séparés. Dans le milieu naturel le sex-ratio est de 1/1. Maturité sexuelle La maturité sexuelle est atteinte au bout de la 3 ème année pour les femelles et de la 2 ème année pour les mâles. Ponte La ponte est déclenchée en été (de juin à septembre) lorsque la température de l eau atteint les 18 c, avec une émission maximale de gamètes en août. Une femelle H. tuberculata pond environ ovocytes lorsqu elle mesure 76cm, et plus de 5 millions au-delà de 115mm. La fécondation est externe. Vie larvaire Au bout de 15 à 20h l œuf donne naissance à une large nageuse trocophore (la larve utilise sa réserve vitelline comme nourriture), qui deviendra par la suite une larve véligère (qui se nourrit de diatomées 19

20 pélagiques et de flagellés). La larve véligère se métamorphose par la suite en juvénile, qui se fixe sur un substrat adéquat après environ 100h de vie libre et planctonique. 2.4 Environnement Température 5 à 24 c croissance optimale entre 18 et 22 c Salinité >30 idéalement >35 3- Croissance et survie Croissance La croissance de l ormeau est lente. Le taux moyen de croissance de H. tuberculata est de 17-18mm/an. Il faut entre 2 et 5 ans pour que l ormeau atteigne sa taille marchande (4-8cm). La taille maximale de cette espèce est de 13cm (350g). Il l atteint en 6-7 ans. La croissance de l ormeau n est pas continue : elle s arrête en hiver Survie Durée de vie Au moins 15 ans. Maladies Depuis une dizaine d années des mortalités massives d H. tuberculata ont été observées dans les populations naturelles et dans les élevages de l ouest de la France, lorsque la température de l eau dépasse les 16,5 c. Cela serait dû à une infection bactérienne : Vibrio sp. L ormeau est également vulnérable face à la clione, éponge qui perfore sa coquille et provoque la maladie dite du «pain d épices». Prédateurs Poissons ; Oiseaux de mer ; Loutres de mer ; Crabes ; Poulpes ; Etoiles de mer. 4- Quantités produites Seuls quelques producteurs exercent en France une activité halioticole. Leur production individuelle reste inférieure à 10 tonnes par an. 5- Développement de la culture sur filières en mer 5.1 Obtention des juvéniles Captage naturel Compte tenu de la faible densité des stocks d ormeaux sur les côtes languedociennes, un élevage reposant sur le captage naturel n est pas envisageable. Ecloserie Le cycle de reproduction de l ormeau est maitrisé depuis plus de 20 ans et la technique est performante. Il existe plusieurs écloseries d ormeaux (H. tuberculata) en France, la plus performante est «France haliotis». 20

Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire

Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire 1. LA PRESENTATION DU CNC Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire Le C.N.C.,, est l organisme représentatif des producteurs, distributeurs et transformateurs des coquillages

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil 2013 Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil NORMANDIE BRETAGNE SUD PAYS DE LOIRE - VENDÉE CHARENTE MARITIME GIRONDE Lexique Annuités Remboursement annuel des emprunts (capital

Plus en détail

HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE

HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE Hagen Stehr est un pionnier qui a enfin trouvé ce qu il a appelé «le Saint Graal» de l aquaculture. Grâce à son esprit visionnaire et à sa détermination,

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Natura 2000 en mer Site FR 910 1413 Posidonies de la côte palavasienne

Natura 2000 en mer Site FR 910 1413 Posidonies de la côte palavasienne Natura2000enmer SiteFR9101413Posidoniesdelacôtepalavasienne Compte rendude la réunion du 21 janvier 2011: partage et validation des éléments «pêche professionnelle et conchyliculture enmer»dudiagnosticsocio

Plus en détail

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec Pêches et Océans Canada Sciences Fisheries and Oceans Canada Science MPO Sciences Région Laurentienne Rapport sur l état des stocks C-2 (21) 5 16B 16A 17A-C D 16C 16D 16E YZ E-X A-C Le Crabe commun des

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces

Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces Champ Type Dimensions Notes ISSCAAP Texte 2 Les codes CSITAPA (ISSCAAP) ont récemment été assignés à toutes les catégories d'espèces

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

> ÉDITION octobre 2014. Le marché de la coque et des autres coquillages de la pêche professionnelle à pied LES ÉTUDES DE

> ÉDITION octobre 2014. Le marché de la coque et des autres coquillages de la pêche professionnelle à pied LES ÉTUDES DE > ÉDITION octobre 2014 Le marché de la coque et des autres coquillages de la pêche professionnelle à pied LES ÉTUDES DE Synthèse de l étude du marché de la coque et des autres coquillages de la pêche

Plus en détail

Guide de l exploitation conchylicole en Languedoc-Roussillon. 1. La procédure d installation

Guide de l exploitation conchylicole en Languedoc-Roussillon. 1. La procédure d installation Guide de l exploitation conchylicole en Languedoc-Roussillon 1. La procédure d installation 3. Mes besoins pour l expédition et la commercialisation 2. Mes besoins pour la production 4. Mes besoins en

Plus en détail

Sommaire I. Résumé... 7 II. Introduction... 14 III. La pêche et l aquaculture dans le monde... 18 III.1 Les pêches dans le monde... 18 III.2 La consommation des produits de la mer et leur commerce international...

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Le «pousse au cul» L appât utilisé varie en fonction de la saison et de la nourriture environnante : cerises, baies diverses, maïs, noix

Le «pousse au cul» L appât utilisé varie en fonction de la saison et de la nourriture environnante : cerises, baies diverses, maïs, noix Le «pousse au cul» Piège de 1 ère catégorie essentiellement destiné aux geais, très efficace et très facile à fabriquer. Les armatures sont en fer à béton de Ø 6 mm. Les parois sont réalisées avec du «grillage

Plus en détail

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Les petits tortillons éparpillés sur la plage signalent la présence d'un ver : l'arénicole (Arenicola marina). Bien connu des pêcheurs comme très bon appât, des biochimistes

Plus en détail

La «Crevette Impériale»

La «Crevette Impériale» CREAA Guides techniques La «Crevette Impériale» Mai 1998 version n 2 Rédaction Ph. Blachier Présentation Ce recueil de notes techniques n a pas l ambition d être une encyclopédie exhaustive de l élevage

Plus en détail

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture Laurent Galloux Seafood manager Seafood Summit Paris 1 Fevrier 2010 Bureau Veritas en bref Amériques 130 sites, dont 26 laboratoires France 175 sites,

Plus en détail

III. ANALYSE TECHNIQUE ET FINANCIERE d'un projet d'élevage de Coquille Saint-Jacques de l'écloserie jusqu'à la recapture des semis

III. ANALYSE TECHNIQUE ET FINANCIERE d'un projet d'élevage de Coquille Saint-Jacques de l'écloserie jusqu'à la recapture des semis PROGRAMME COQUILLE SAINT-JACQUES FILIERE TECHNIQUE DE CULTURE SUR LE FOND BILAN DES CONTRATS DE PLAN 983-988 & 989-993 III. ANALYSE TECHNIQUE ET FINANCIERE d'un projet d'élevage de Coquille Saint-Jacques

Plus en détail

Discovering Hidden Value

Discovering Hidden Value Discovering Hidden Value A la découverte de la valeur cachée Consultation pour les Opérations de Forage Proposées en Offshore Marocain 2013 Qui est Cairn Energy? Cairn est une société de pétrole et de

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer

Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer ÉOLIENNES OFFSHORE DU CALVADOS avril 2013 Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer Synthèse d étude relative à la protection des câbles Sommaire 1. CONTEXTE ET OBJECTIF DE L ETUDE...

Plus en détail

Conseil Spécialisé fruits et légumes

Conseil Spécialisé fruits et légumes Conseil Spécialisé fruits et légumes Proposition d axes pour l expérimentation pour 2013/2015 dans la filière fruits et légumes frais (hors pomme de terre) 18 décembre 2012 FranceAgriMer Préparation de

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Un réseau pour la protection des oiseaux du littoral. Life+ ENVOLL

Un réseau pour la protection des oiseaux du littoral. Life+ ENVOLL Un réseau pour la protection des oiseaux du littoral Life+ ENVOLL Mise en réseau de sites de reproduction sur le pourtour méditerranéen français pour la protection des laro-limicoles coloniaux Le projet

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Document complémentaire au référentiel du BEPA spécialité Travaux aquacoles

Document complémentaire au référentiel du BEPA spécialité Travaux aquacoles Document complémentaire au référentiel du BEPA spécialité Travaux aquacoles Document de travail septembre 2010 Sommaire Ce document complémentaire du référentiel de diplôme est destiné aux équipes pédagogiques.

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN

GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN DRAAF Languedoc Roussillon Montpellier - 2 juillet 2010 La Fédération Nationale des PLM Objet : «Organiser au profit de l'aide alimentaire,

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

IFREMER 155 rue J.J. Rousseau Issy les Moulineaux

IFREMER 155 rue J.J. Rousseau Issy les Moulineaux 78 Projet AQ 2-456 du programme FAR De la Commission des Communautés Européennes "Analyse des coûts et des prix pour une étude économique de la gestion du secteur conchylicole" RAPPORT PAR PAYS N 8 Etude

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A

DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A Portant création et fixant les conditions d'attribution de la licence de pêche COQUILLE St JACQUES - gisement BAIE DE SEINE - Le Comité Régional des Pêches et Cultures Marines

Plus en détail

Lancement du site internet

Lancement du site internet PAY S DE SAI NT MALO Dossier de presse Jeudi 12 juillet 2012 Sommaire : Communiqué de presse Partenaires En présence des principaux acteurs et partenaires, Monsieur René COUANAU, maire de Saint-Malo et

Plus en détail

Estimation du stock d huîtres creuses, Crassostrea gigas, en élevage en Baie de Cancale, en octobre 2002

Estimation du stock d huîtres creuses, Crassostrea gigas, en élevage en Baie de Cancale, en octobre 2002 DRV/RA Laboratoire conchylicole de Bretagne, La Trinité-sur-mer Joseph Mazurié Jean-François Bouget Décembre 2004- R.INT.DRV/RA/LCB-2004-06 Estimation du stock d huîtres creuses, Crassostrea gigas, en

Plus en détail

Trente-huitième session de la Commission. FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014

Trente-huitième session de la Commission. FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014 F GENERAL FISHERIES COMMISSION FOR THE MEDITERRANEAN COMMISSION GÉNÉRALE DES PÊCHES POUR LA MÉDITERRANÉE Trente-huitième session de la Commission FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014 Proposition de plan

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS RAPPORT D UNE MISSION EFFECTUEE EN TUNISIE DU 4 AU 8 MARS 2002

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS RAPPORT D UNE MISSION EFFECTUEE EN TUNISIE DU 4 AU 8 MARS 2002 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F - Office alimentaire et vétérinaire, Dublin Le Directeur DG (SANCO)/8622/2002- MR Final RAPPORT D UNE MISSION

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité :

www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité : www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité : 53220837422 Tél : 02.96.50.50.85 Fax : 02.96.50.50.86

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Cahier spécial des charges «Placement de fascines» Document de référence à l attention des Administrations communales en vue de l attribution d un marché

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME DEPARTEMENT DE LA PECHE MARITIME. Marketing Institutionnel des Produits de la Mer

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME DEPARTEMENT DE LA PECHE MARITIME. Marketing Institutionnel des Produits de la Mer APPEL A MANIFESTATION D INTERET N AMI / MKT.VI.B1&B2 / BISFE / 2015 ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME DEPARTEMENT DE LA PECHE MARITIME Marketing Institutionnel des Produits

Plus en détail

NEWSLETTER. Le projet Biotechnologie marine, vecteur. Synopsis. N 1 Août 2013. Présentation du projet

NEWSLETTER. Le projet Biotechnologie marine, vecteur. Synopsis. N 1 Août 2013. Présentation du projet WS NEWSLETTER LETTER N 1 Août 2013 Lettre d'information par le projet-biovecq co-financé par l'union Européenne par le biais du programme IEVP de la coopération transfrontalière Italie -Tunisie 2007-2013.

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

DIWATT propose une solution adaptée à vos besoins, vous accompagne

DIWATT propose une solution adaptée à vos besoins, vous accompagne DIWATT conçoit, commercialise et installe différents types de systèmes électriques pour particuliers et professionnels : éoliennes, panneaux solaires photovoltaïques proposant ainsi à ses clients des solutions

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires Titre de l atelier : Les vers de terre Domaines d activité Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants Lecture de textes documentaires Motsclés Vers de terre Vie du sol Compétences

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Tout savoir sur Mr.Goodfish

Tout savoir sur Mr.Goodfish Tout savoir sur Mr.Goodfish 1 BIENVENUE DANS LE PROGRAMME MR.GOODFISH Par votre adhésion au programme Mr.Goodfish, vous faites un geste important pour une consommation durable des produits de la Mer. Soyez

Plus en détail

Antony Subaquatique Commission Bio Vidéo. Les Vers

Antony Subaquatique Commission Bio Vidéo. Les Vers Antony Subaquatique Commission Bio Vidéo Les Vers C est quoi un vers? La notion de vers est dénuée de sens pour les puristes de la classification des espèces. Mais pour nous, plongeurs, on range dans ce

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

LA FONDATION: MISSION ET VISION

LA FONDATION: MISSION ET VISION Premier symposium régional sur la pêche artisanale en Méditerranée et en mer Noire Gestion durable de la pêche artisanale: Actions menées par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'environnement

Plus en détail

POKER II. Une campagne de prospection et d évaluation des ressources halieutiques pour soutenir l avenir de la pêche australe

POKER II. Une campagne de prospection et d évaluation des ressources halieutiques pour soutenir l avenir de la pêche australe DOSSIER DE PRESSE JUIN 2010 POKER II Une campagne de prospection et d évaluation des ressources halieutiques pour soutenir l avenir de la pêche australe Paul Tixier La pêche australe : un modèle de gestion

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet T. Wassenaar, J. Queste, J.M. Paillat Assemblée Générale du RMT Fertilisation &

Plus en détail

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012 Page : 1 / 15 Rue Mabîme 77 4432 ALLEUR Belgique Tél. : +32 (0) 4 247 32 24 Fax : +32 (0) 4 427 18 82 e-mail : info@ansolive.com Site internet : www.ansolive.com Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés Les vers marins A partir des vers marins, les animaux se complexifient dans l organisation de leur tissus. Nous avons vu qu avec les coraux, les organismes possédaient deux feuillets séparés d une gelée.

Plus en détail

PCB ou PolyChloroBiphényles : - l état des lieux - le plan national d actions. Octobre 2007

PCB ou PolyChloroBiphényles : - l état des lieux - le plan national d actions. Octobre 2007 PCB ou PolyChloroBiphényles : - l état des lieux - le plan national d actions Octobre 2007 A/ ETAT DES LIEUX 1) Les PCB : usages et effets sur la santé Les PCB, ou PolyChloroBiphényles, sont des dérivés

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

ORGANISME DE DEFENSE ET DE GESTION : Association Ile Rouge Nosy Mena

ORGANISME DE DEFENSE ET DE GESTION : Association Ile Rouge Nosy Mena ORGANISME DE DEFENSE ET DE GESTION : Association Ile Rouge Nosy Mena Adresse : c/o UNIMA DISTRIBUTION - 11 Bis rue Balzac 75 008 PARIS Tél : +33.1.77.490.870 Fax : +33.1.45.63.75.90 0/9394 CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

LES ACTIVITÉS POSSIBLES

LES ACTIVITÉS POSSIBLES LES ACTIVITÉS POSSIBLES ACTIVITES SCOLAIRES JPA Le nombre de ces activités encadrées par les animateurs varie en fonction de la durée des séjours : Nombre d activités JPA Séjour 7 jours 1 Séjour 9 jours

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire 15 Novembre 2012 Instance de Suivi et de Concertation AGENDA A/ Les acteurs du consortium A/ Les acteurs du consortium B/ Le projet C/ Les études environnementales

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Le point sur les chantiers prévus en 2008-2009 par la Ministre bruxelloise de l Environnement, Evelyne Huytebroeck : Cours du Molenbeek

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES

MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES CRPMEN BN ESPÈCES CONCERNÉES ZONES DE PÊCHE DES BATEAUX FRANÇAIS RAIES Raja spp. Mer du Nord & Manche Mer Celtique Golfe de Gascogne CHIFFRE-CLÉ

Plus en détail

Vers un monde accessible GAMME PARTICULIERS PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Vers un monde accessible GAMME PARTICULIERS PROFESSIONNELS DE SANTÉ Vers un monde accessible GAMME PARTICULIERS PROFESSIONNELS DE SANTÉ AXSOL importe et distribue des solutions alternatives d accessibilité et de sécurité et intervient auprès des commerces, collectivités,

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D EXTINCTION (CITES)

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D EXTINCTION (CITES) FORMULAIRE DE DEMANDE DE CERTIFICAT DE CIRCULATION PROVISOIRE POUR importer, exporter ou réexporter temporairement des animaux vivants, des plantes vivantes ou des parties d animaux, des parties de plantes

Plus en détail

Qualité du Milieu Marin Littoral Bulletin de la surveillance 2013

Qualité du Milieu Marin Littoral Bulletin de la surveillance 2013 Océanographie et Dynamique des Ecosystèmes Unité Littoral Laboratoire Environnement Ressources des Pertuis Charentais Juin 2014 ODE/LITTORAL/LER/PC/14-01 Qualité du Milieu Marin Littoral Bulletin de la

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat Projet de parc éolien en mer de Fécamp Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat ************************* OUVERTURE DE LA REUNION Plus d une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi

Plus en détail

Les limites de la couverture des risques en aquaculture : le cas des conchyliculteurs en France

Les limites de la couverture des risques en aquaculture : le cas des conchyliculteurs en France Les limites de la couverture des risques en aquaculture : le cas des conchyliculteurs en France Véronique Le Bihan, Sophie Pardo To cite this version: Véronique Le Bihan, Sophie Pardo. Les limites de la

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES

LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES 18 Clipperton Océan pacifique Les sites pilotes du tableau de bord des aires marines protégées Polynésie française 12 9 Saint-Pierre et Miquelon 21 Antilles

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes Table des Annexes Annexe I : Procédure de désignation des sites Natura 2000 (ZPS et SIC). Annexe II : Composition du comité de pilotage. Annexe III : Exemple de cahier de pâturage tournant Manade. Annexe

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Avril 2009 FICHES TECHNIQUES Auteur : Jacques CHARLERY Pôle Herbivores Chambres d agriculture de Bretagne

Plus en détail

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Septembre 2013 Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Si le recours aux matériaux recyclés ou aux déchets inertes progresse, les secteurs d activité du bâtiment ou des travaux

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail