Erika GERVASONI - CEPRALMAR. Grâce au soutien financier de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Erika GERVASONI - CEPRALMAR. Grâce au soutien financier de"

Transcription

1 Etude de prospection pour la diversification des élevages sur filières conchylicoles en mer en Languedoc-Roussillon Synthèse réalisée à partir de l étude bibliographique réalisée en avril 2009 par A. Boglino, E. Lourdou, G. Ortega, T. Casanova, étudiants au CREUFOP LR / UM2. Erika GERVASONI - CEPRALMAR 2009 Grâce au soutien financier de

2 Sommaire 1/ Introduction (page 3) 2/ La conchyliculture en mer en Languedoc-Roussillon (page 3) 3/ Exemple de produits pouvant être élevés sur filières en mer (page 5) Huitre plate (page 7) Palourde européenne (page 11) Coquille Saint-Jacques (page 14) Pétoncle noir (page 17) Ormeau (page 19) Algue Wakame (page 22) Biju (page 24) 4/ Conclusion (page 26) Annexe : L élevage sur filière de sub-surface (page 28) 2

3 Introduction La conchyliculture en Languedoc-Roussillon s est longtemps résumée à l élevage d huîtres creuses sur les étangs et l élevage de moules sur filières en mer. Néanmoins depuis quelques années, les entreprises conchylicoles sont en difficulté : malaïgues sur l étang, importantes mortalités estivales du naissain d huîtres creuses, difficultés de commercialisation et prédation par les daurades pour les moules. Ce constat encourage les conchyliculteurs à revoir leurs pratiques d élevage et à envisager la production d autres espèces aquacoles. Compte tenu du grand nombre de concessions disponibles en mer, le Cépralmar a jugé opportun d étudier les possibilités de diversification d élevage sur filières en mer. Cette étude a été confiée à quatre étudiants du CREUFOP LR / UM2 qui ont réalisé une prospection bibliographique des alternatives possibles en matière d élevage autre que l huître creuse et la moule. Leur rapport a été édité en avril En voici une synthèse. 3

4 1- La conchyliculture en mer ouverte en Languedoc-Roussillon Des concessions disponibles et non utilisées L emprise spatiale totale de la zone conchylicole en mer en Languedoc-Roussillon représente ha à l intérieur de la bande des 3 miles entre les isobathes -15 et -30m. La réservation de ces espaces en mer dédiés à l activité conchylicole a été obtenue après de nombreuses négociations notamment auprès des autres usagers tels que les pêcheurs et les plaisanciers. Dans les autres régions littorales françaises, les professionnels luttent pour essayer d obtenir quelques concessions en mer. La disponibilité de cet espace est une réelle opportunité pour les conchyliculteurs languedociens. Elle est répartie en 4 lotissements : Les Aresquiers : 540 ha Sète-Marseillan : ha Gruissan : 261 ha Vendres : 648 ha 74 exploitations ont une activité en mer. Nb d exploitations ayant une activité en mer Aresquiers Sète-Marseillan Gruissan Vendres TOTAL Seules 23% des concessions sont attribuées. Aresquiers Sète-Marseillan Gruissan Vendres TOTAL Nb de concessions disponibles Nb de concessions attribuées % concessions attribuées 29% 10% 23% 4

5 13% des filières qui pourraient potentiellement être implantées sont exploitées. Taille des concessions : Dans l Hérault : 1 concession = 3 ha (100m*300m) permet l implantation de 2 filières de 250 m. Dans l Aude : 1 concession = 9 ha (300m*300m) permet l implantation de 6 filières de 250 m. Aresquiers Sète-Marseillan Gruissan Vendres TOTAL Nb de filières potentielles 528*2 = *6 = Nb de filières exploitées % de filières exploitées 26% 4% 13% Des concessions principalement utilisées pour la production de moules Initialement l activité conchylicole en mer était orientée vers la production de moules de cordes : jusqu à tonnes de production/an. La prédation de la production par les daurades et l arrivée de moules d importation à bas prix sur le marché européen ont découragé de nombreux professionnels. Toutefois certains mytiliculteurs résistent et poursuivent leur activité en mer avec détermination : Utilisation de filets tubulaires permettant de protéger individuellement chaque corde de la prédation ; Commercialisation sous la marque collective «Moules de Pleine Mer». On estime une production mytilicole de l ordre de 17 T /filière /an. Des concessions qui s orientent vers le pré-grossissement et l affinage d huîtres Les itinéraires techniques ostréicoles qui se dessinent affirment une complémentarité entre la mer ouverte et le milieu lagunaire : Pour essayer de s affranchir au mieux des mortalités estivales de naissain observées sur l étang, quelques professionnels se tournent vers le pré-grossissement du naissain d huîtres en lanternes. Les concessions en mer sont également utilisées pour l affinage des huîtres de taille commerciale. Des concessions qui pourraient s orienter vers l élevage d autres espèces présentant une plus forte valeur ajoutée que la moule Des essais ont été menés mais le manque de résultats technico-économiques et de moyens n ont pas permis l émergence de projets pérennes. Ces premiers travaux constituent néanmoins une base solide pour une action de diversification des productions conchylicoles. 5

6 2- Exemples de produits pouvant être élevés sur filières en mer. La liste de produits retenus par les étudiants du CREUFOP LR / UM2 est la suivante : Huître plate (Ostrea edulis) Palourde européenne (Ruditapes decussatus) Coquille Saint Jacques (Pecten Jacobeus) Pétoncle noir (Chlamys varia) Ormeau (Haliotis tuberculata) Algue wakame (Undaria pinnatifida) Biju (Microcosmus sabatieri) Pour chacun de ces produits une fiche synthétique a été établie. Chaque fiche aborde les points suivants : Classification Caractéristiques biologiques (mode de vie, alimentation, reproduction ) Croissance et survie en conditions d élevage Quantités produites Développement de la culture sur filières en mer Marché Avant de lancer les expérimentations, il est nécessaire de s interroger sur la pertinence de chacun des produits proposés en tenant compte : de l adéquation du produit aux conditions du milieu et à l élevage sur filière ; du respect des réglementations sanitaires ; de la disponibilité du marché. 6

7 HUÎTRE PLATE Ostrea edulis 1- Classification Embranchement Mollusques Classe Bivalves Ordre Filibranches Famille Ostreidés Genre Ostrea Espèce Ostrea edulis 2- Caractéristiques biologiques Espèce autochtone Mode de vie Elle se situe naturellement dans les zones immergées, se regroupant généralement en bancs plus ou moins denses, fixés sur des substrats rocheux ou posés simplement sur des fonds meubles Alimentation Filtreur planctonophage. La quantité de nourriture est susceptible d être affectée par la présence de compétiteurs tels que les huitres creuses, les moules, les balanes Reproduction L huitre plate se reproduit entre juin et octobre (2 à 3 pontes), dès la première ou deuxième année de sa vie. C est une espèce à hermaphrodisme successif protandre. L expulsion des ovocytes s effectue à l intérieur de la cavité palléale de la femelle. Les spermatozoïdes émis dans le milieu naturel sont aspirés par le courant d eau inhalé par la femelle et viennent féconder les ovocytes in-situ. Les larves sont incubées dans le manteau de la femelle pendant 8 à 10 jours avant d être expulsées dans le milieu naturel. Elles sont dans un premier temps pélagiques (larves veligères), puis au bout de 14 jours, un pied apparait (larves pediveligères) : elles deviennent benthiques. L évolution des larves s effectue correctement de 15 à 22 c avec une température optimale à 18 c Environnement Température 14 à 20 c Salinité 27 à 42 O. edulis est très sensible aux brusques variations de conditions du milieu. 7

8 3- Croissance et survie La croissance et la survie durant la phase de pré-grossissement sont satisfaisantes, environ 10 mois sont nécessaires à l obtention d une huître de 4 à 5 cm. En phase de grossissement, la croissance est plus faible et les survies sont irrégulières notamment à cause du parasitisme de Martelia et Bonamia Croissance Les principaux facteurs conditionnant la croissance sont la température, la ichesse en nourriture et le renouvellement en eau. En étang, la croissance ralentit fortement en période hivernale et s accélère l été. En mer elle est plus régulière en raison d une plus grande stabilité des températures du milieu : sur un essai d élevage, des croissances satisfaisantes ont été obtenues sur l ensemble du cycle biologique à 20m de profondeur (obtention d huitres plates de 100g environ au bout de 2 ans et demi) Survie Epizooties L huître plate a souffert d épizooties au 20 ème siècle : : mortalité massive due à une épizootie inconnue (le muscle adducteur ne se contracte plus). A partir de 1925, cette maladie disparaît : arrivée de la maladie de la glande digestive due au parasite Marteilia refringens : apparition de Bonamia ostreae, nouveau parasite qui va engendrer des pertes de 70 à 90% sur les cheptels. Marteilia refringens et Bonamia ostreae sont toujours présents sur les côtes françaises. L infection par Martelia a lieu uniquement lorsque la température de l eau dépasse 17 c. Bonamia s exprime et se développe plus particulièrement dans les eaux dessalées et peu profondes. Prédateurs Bigorneaux perceurs Poulpes Crabes verts Etoiles de mer Sparidés (daurade, pagre) 4- Quantités produites 4.1 Production française = tonnes La production française est localisée en Bretagne : les deux principaux sites d exploitation sont Cancale et Quiberon où l huître plate est élevée au sol. 4.2 Production européenne = tonnes dont 67% en Espagne. 8

9 5- Développement de la culture sur filières en mer 5.1 Obtention des juvéniles Captage naturel La présence de géniteurs en méditerranée laisse envisager une potentialité de captage naturel. Néanmoins, il est peu probable que cette solution soit pérenne et permette un approvisionnement suffisant et régulier. Des essais pourraient être menés (le potentiel de recrutement de l huître plate n est pour le moment ni étudie ni chiffré). Les collecteurs Des coquilles de moules étuvées sont concentrées dans des filets tubulaires (environ 600 coquilles par filet) qui sont suspendus à des cadres métalliques immergeables. Cette méthode de captage est plus adaptée pour de l élevage au sol. Une utilisation du naissain en grattis («une à une») s avère plus compliquée. Cette technique a l avantage de présenter un faible coût de revient. Collecteurs en plastiques : coupelles, multituiles pléno (avantages : résistant, facilité de manutention, bonne capacité de captage) Il n existe pas de capteurs réellement adaptés à la mer. Il serait intéressant d envisager une prospection pour la mise au point de nouveaux collecteurs. Conditions environnementales favorisant le captage Faible courant ; Entre 5 et 30m de profondeur ; Fonds sableux (les fonds rocheux entrent en compétition avec les collecteurs) ; Présence de bio-fouling sur les collecteurs (d où la nécéssité de les immerger 15 jours avant la phase de fixation des larves) ; Période d immersion = entre début juin et fin septembre. La durée d immersion doit être au moins d un mois. Détroquage Taille optimale pour le détroquage du naissain = entre 5 et 10mm. Ecloserie Pour des raisons zoo-sanitaires liées aux parasitoses qui touchent l huître plate, les écloseries ne sont pas intéressées pour le moment par la production et la commercialisation de naissain d huître plate Prégrossissement et grossissement. La technique d élevage en suspension ne constitue a priori pas un obstacle au développement et à la relance de la culture de l huître plate. Elle peut être réalisée grâce à des enceintes suspendues de type lanternes japonaises ou casiers australiens. La phase de pré-grossissement peut également être réalisée en pearl-net. La sensibilité de l huître plate aux parasites Bonamia et Marteilia implique cependant une certaine zootechnie d élevage : élevage à faible densité ; élevage en eaux profondes (20m environ) ; 9

10 Des tests permettant de déterminer la densité et la profondeur optimales pourraient être envisagés. 6 - Marché Produit rare et prisé. La consommation française s élève à tonnes. Un tiers est importé (Grande Bretagne, Irlande, Danemark). Prix de vente : en gros expédition 4 à 7 /kg selon le calibre 8 à 12 /kg selon le calibre 10

11 PALOURDE EUROPEENE Ruditapes decussatus Remarque : les deux espèces de palourdes les plus communes sur les marchés sont la palourde européenne et la palourde japonaise. Dans cette étude nous nous intéresserons uniquement à la palourde européenne, endémique des côtes méditerranéennes. 1- Classification Embranchement Mollusques Classe Bivalves Ordre Veneroides Famille Veneroidés Genre Ruditapes Espèce Ruditapes decussatus 2- Caractéristiques biologiques Mode de vie Espèce endémique des côtes méditerranéennes, la palourde européenne se développe très favorablement en Languedoc-Roussillon où les volumes pêchés ont approché certaines années 800 tonnes. La palourde est un bivalve de fond. Elle préfère les fonds sableux aux fonds vaseux, où elle vit enfouie sous quelques centimètres de sable (jusqu à 15 cm). Sa répartition spatiale est irrégulière et agrégative Alimentation La palourde est un filtreur planctonophage Reproduction La palourde se reproduit en période estivale (1 à 2 pontes). Elle peut être mature dès la première année de sa vie Environnement Cette espèce présente de grandes facultés de résistance aux facteurs physico-chimiques extrêmes du milieu (température, salinité, % O2, exondation) dans la mesure où leur variation n est pas trop brusque ou durable. 3- Croissance et survie Croissance La croissance de la palourde dépend particulièrement de certains facteurs environnementaux : température (optimum = 19 c), disponibilité alimentaire, oxygène. Elle est quasi-nulle en dessous de 10 c et lorsque la salinité sort de la fourchette Elle est plus rapide entre les mois d avril et octobre, période où la présence phytoplanctonique est la plus importante. Dans l étang de Thau, la croissance serait meilleure dans les zones où l influence de la mer est la plus nette. 11

12 Il faut compter entre 2 à 3 ans pour atteindre 35mm. La croissance de la palourde européenne est bien lente que celle de la palourde japonaise Survie Maladies Dans la lagune de Thau, la palourde peut être affectée par la présence de Perkinsus olseni (apparition de kystes grisâtres dans le pied, le manteau et la glande digestives) et à Vibrio tapetis (maladie de l anneau brun destruction du tissu conjonctif). Prédateurs Poissons (dorades et balistes) ; Oiseaux (goélands, macreuses) ; Crabes verts. L homme reste le principal «prédateur» de la palourde. Le braconnage est encore très fréquent sur l estran. Une surveillance des zones ensemencées est à envisager. Emersion La palourde profite d une bonne tenue à l émersion (taux de pertes beaucoup plus faibles que pour les praires, coques et pétoncles). 4- Quantités produites La palourde européenne est pêchée sur les côtes méditerranée (apnée / arseillère) mais elle n est pour le moment pas élevée. Seule la palourde japonaise est élevée sur l estran en Bretagne et en claires en Vendée et Charente- Maritime. La production française de palourdes est estimée à tonnes. 5- Développement de la culture sur filières en mer Obtention des juvéniles Captage naturel La présence de géniteurs en méditerranée laisse envisager une potentialité de récolte de juvéniles. Le captage de naissain n est a priori pas envisageable. Ecloserie Les écloseries maitrisent la production contrôlée de naissain. Du naissain peut être fourni tout au long de l année Prégrossissement et grossissement La phase de pré-grossissement est envisageable en lanternes japonaises. Ce type d élevage permettra de s affranchir des phénomènes de prédation et de dispersion. Au delà de 12-15mm, il sera préférable d élever les palourdes au sol afin d éviter une altération de la croissance (bombement excessif de la coquille du à une absence de pression du sol). 12

13 6- Marché Image très favorable auprès des connaisseurs. Produit recherché pour sa finesse de goût, consommé cru et cuit. L Italie et l Espagne sont les premiers pays européens consommateurs de palourdes. Prix de vente : 6 à 10 euros selon la taille et la période. Aucune taille minimum n est exigée pour la mise en vente s il est prouvé que l animal provient d élevage (remarque : taille minimale de commercialisation de la palourde de pêche = 35mm). 13

14 COQUILLE SAINT JACQUES Pecten jacobeus En France, on trouve majoritairement 2 espèces de coquilles Saint-Jacques dans les eaux côtières, de physiologie, biologie et écologie voisines : Pecten maximus, l espèce Atlantique, est présente de la Norvège au Maroc. C est essentiellement un produit de pêche, bien que l aquaculture se développe également. C est une des 10 espèces de pêche les plus débarquées dans les criées françaises ; Pecten jacobeus, est l espèce Méditerranéenne. Elle est peu abondante, elle est très peu exploitée. 1- Classification Embranchement Mollusque Classe Bivalve Ordre Pterioide Famille Pectinidé Genre Pecten Espèce Pecten jacobeus 2- Caractéristiques biologiques Mode de vie P. jacobeus mène une vie libre et enfouie sur des fonds meubles de maërl, de sable ou de vase. Elle creuse une légère dépression au fond de laquelle elle repose, recouverte de sédiments et légèrement entrouverte. Elle peut se déplacer par claquement de valves, mais ses déplacements sont limités. Elle vit entre 5 et 40 mètres de fond. Elle exige pour se développer de faibles densités Alimentation Animal filtreur, elle se nourrit de phytoplancton, détritus et bactéries Reproduction La coquille Saint-Jacques est un animal hermaphrodite simultané (il émet simultanément des spermatozoïdes et des ovocytes). La première maturité sexuelle apparait vers 2-3 ans. La ponte intervient en une ou plusieurs fois lorsque la température de l eau s élève brutalement de 5-6 c. Le cycle biologique des pectinidés est constitué de deux phase : pélagique (3 à 6 semaines après la ponte) et benthique. 2.4 Environnement Température 7 à 20 c Salinité 30 à Croissance et survie Croissance La croissance de P. jacobeus peut être comparée à celle de P. maximus, qui en semis atteint la taille de marchande de 10-11cm en 3 ans. Les essais menés en pearl-nets ont donné des résultats encourageants de croissance : doublement de la taille en 5 mois (5,3mm/mois), triplement de la taille en 7 mois (3,5mm/mois). 14

15 La croissance de P. jacobeus est très dépendante des conditions environnementales (qualité du milieu, température, nourriture) et n est pas constante au cours de l année : fort ralentissement en hiver Survie Les essais menés en pearl-nets ont montré des taux de survie très encourageants (+ de 85%). Qualité de l eau La coquille Saint-Jacques est sensible à la qualité de l eau. La présence de phytoplancton toxique ou de polluants peut occasionner des mortalités, ralentir la croissance ou inhiber la reproduction. Prédateurs Le principal prédateur de la coquille St-Jacques au sol est l étoile de mer. 4- Quantités produites 4.1 Production française La production française de coquilles Saint-Jacques fraiches est essentiellement constituée des produits de la pêche (pêche à la drague T/an en moyenne de 2005 à 2007). Il s agit principalement de l espèce P. maximus (gisements normands et bretons). La pêche est autorisée du 1 er octobre au 15 mai. L élevage (semis sur le sol et cultures suspendues) représente 16% de la production nationale (soit environ T/an). Cette production est insuffisante et trop variable pour couvrir la demande nationale ( T en moyenne de 2005 à 2007). Elle est compensée par des importations massives d Ecosse et d Angleterre. En Languedoc-Rouissillon la pêche à la coquille P. jacobeus est surtout le fait de captures accessoires de petits chalutiers qui travaillent près des côtes. Les débarquements en criée sont très faibles (2-30 T selon les années). L aquaculture de P. jacobeus n existe pas encore en France Production mondiale La production mondiale de pectinidés est largement dominée par les produits d élevage originaires du Japon et de Chine. 5- Développement de la culture sur filières en mer 5.1 Obtention des juvéniles Captage naturel Du recrutement naturel est observé sur différents types de collecteurs en Languedoc-Roussillon ; mais ce recrutement ne peut assurer à lui seul un apport suffisant et régulier. Les années de bon recrutement sont espérées une fois tous les 4-5 ans. Ecloserie Le recours à l écloserie pour la fourniture régulière de larves s avère indispensable. Il n existe à ce jour aucune écloserie-nurserie de P. jacobeus ni en France ni dans un aucun autre pays voisin. Si le cycle de P. maximus est aujourd hui bien maitrisé, les aspects zootechniques de l élevage de P. jacobeus en écloserie sont complètement différents. 15

16 Les trois principaux points de blocage zootechniques sont les suivants : Conditionnement des géniteurs ; Obtention de pontes suivies et régulières ; Obtention de naissain viable (alimentation des larves) Pré-grossissement et grossissement Les bretons utilisent des techniques en semis de P. maximus. L élevage de P. jacobeus sur le fond s est soldé par un échec. L élevage en pearl-nets ou lanternes sont les techniques les plus adaptées au pré-grossissement et au grossissement de la coquille St-Jacques. Cette technique d élevage est parfaitement maitrisée au Japon et au Chili. Itinéraires techniques utilisés au Japon et au Chili : Japon Naissain obtenu par captage naturel sur des collecteurs suspendus aux filières (mise à l eau des collecteurs en avril-mai). Naissain détroqué lorsque les animaux mesurent 1cm (mois de juillet). Naissain trié puis mis en pré-grossissement en lanternes jusqu à 3-4cm (décembre-janvier). Grossissement en lanternes à 10 étages jusqu à taille commerciale (2 ans). Chili Naissain obtenu par captage naturel sur des collecteurs suspendus aux filières. Les collecteurs sont constitués de coquilles de bivalves, filets à anchois, plateaux PVC, sacs à oignon ou branches. Naissain détroqué lorsque les animaux mesurent 6mm (2 mois) Naissain trié puis mis en pré-grossissement en pearlnets jusqu à 3-4cm (décembre-janvier). Grossissement en lanternes jusqu à la taille commerciale de 90mm (1 an et demi). 6- Marché La coquille Saint-Jacques fait partie des produits de la mer les plus réputés. La demande est forte et la valeur commerciale également. Elle est majoritairement positionnée sur le marché du frais (prix plus élevés), mais on la trouve également sous forme de produits congelés et transformés. La fermeture de la pêche en période estivale offre une opportunité de marché à l aquaculture. 16

17 PETONCLE NOIR Chlamys varia 1- Classification Embranchement Mollusque Classe Bivalve Ordre Pteriode Famille Pectinidé Genre Chlamys Espèce Chlamys varia 2- Caractéristiques biologiques Mode de vie C. varia est naturellement présent en Méditerranée. Il vit sur les fonds de maërl ou de sable vaseux parsemés de pierres ou de coquilles épaves auxquelles il se fixe avec son byssus (il garde la possibilité de se détacher, de se déplacer et de refaire son byssus sur un autre support). Des bancs sont observés jusqu à 10-15m de profondeur Alimentation Mollusque filtreur qui se nourrit de phytoplancton, détritus organiques et bactéries Reproduction La reproduction se déclenche lors d une augmentation de température de l eau de 5-6 c en été. C. varia est hermaphrodite successif protandre. Sa fécondation est externe. Plusieurs pontes ont lieu entre mai et septembre. C. varia atteint sa maturité sexuelle à 1 an. Le cycle biologique des pectinidés est constitué de deux phase : pélagique (3 à 6 semaines après la ponte) et benthique Environnement Température 7 à 19 c Salinité 30 à Croissance et survie Croissance La taille marchande de 35mm est atteinte en 1 an seulement. La croissance du pétoncle ralentit en hiver. Il peut atteindre la taille maximale de 6 cm Survie Animal fragile qui supporte très mal toute émersion de plus d 1h. Il est impératif de travailler sous jets d eau. La durée de vie du pétoncle est comprise entre 3 et 5 ans. 17

18 4- Quantités produites Le pétoncle C. varia n est pas élevé en France. Il provient majoritairement de la pêche dans les pertuis charentais et vendéens et en rade de Brest. Les stocks sont minimes et les quantités pêchées très faibles. La taille marchande minimale est de 35mm. 5- Développement de la culture sur filières en mer 5.1 Obtention de juvéniles Captage naturel Recrutement naturel observé sur tous types de collecteurs en Languedoc-Roussillon. Pas de données concernant la variabilité du captage naturel d une année sur l autre. Ecloserie Zootechnie de production de naissain maitrisée. Pas d écloserie en France. En Espagne, les techniques de production de naissains en écloserie expérimentale sont plus avancées, prêtes au transfert vers les écloseries industrielles. Captage naturel = technique d obtention des juvéniles la plus pratique et la plus rentable. La production de juvéniles en écloserie-nurserie pourrait venir en complément du captage naturel qui peut s avérer variable d une année à l autre. 5.2 Prégrossissement et grossissement Elevage en lanternes japonaises ou casiers australiens. Aucun effet de la densité sur la survie n a pu être observé. Fortes mortalités liées au stress infligé lors des manipulations (émersion lors du transfert vers les sites de pré-grossissement et grossissement). 6- Marché Peu consommé en France, le pétoncle est apprécié des connaisseurs. Son marché est principalement localisé en Charente-Maritime, Charente et Vendée. Les circuits de commercialisation ne sont pas développés en Languedoc-Roussillon. Les volumes de pêche actuels sont inférieurs à ceux que le marché français a déjà pu absorber : il reste donc un créneau pour le pétoncle d aquaculture en France. L exportation vers l Espagne et l Italie, pays où la consommation de pétoncle est plus coutumière, est également envisageable. Le pétoncle peut être commercialisé en frais, congelé et transformé. 18

19 ORMEAU Haliotis tuberculata Haliotis tuberculata : espèce européenne présente en Atlantique avec une abondance particulièrement forte en Bretagne et dans les îles anglo-normandes. Haliotis lamellosa : espèce méditerranéenne. Un doute subsiste quant à la détermination systématique de H. lamellosa qui pourrait être qu une sous-espèce d H. tuberculata. C est l hypothèse retenue ici : le protocole d élevage retenu pour H. tuberculta s applique à H. lamellosa. 1- Classification Embranchement Mollusques Classe Gasteropodes Ordre Archeogasteropodes Famille Haliotidés Genre Haliotis Espèce Haliotis tuberculata 2- Caractéristiques biologiques Espèce autochtone. 2.1 Mode de vie H. tuberculata est un animal nocturne qui se déplace sur les surfaces dures (5-6m/min). Il se réfugie dans les crevasses ou sous les rochers durant le jour. 2.2 Alimentation L ormeau est un phytophage brouteur. Les ormeaux juvéniles se nourrissent de microalgues (des diatomées benthiques essentiellement), puis ils passent progressivement à une alimentation en macroalgues exclusivement (goémon, ulve, laminaire). Il faut entre 10 et 15 kg d algues pour produire 1kg d ormeaux. H. tuberculata entre en compétition pour la nourriture avec d autres herbivores brouteurs tels que l oursin Reproduction H. tuberculata est une espèce à sexes séparés. Dans le milieu naturel le sex-ratio est de 1/1. Maturité sexuelle La maturité sexuelle est atteinte au bout de la 3 ème année pour les femelles et de la 2 ème année pour les mâles. Ponte La ponte est déclenchée en été (de juin à septembre) lorsque la température de l eau atteint les 18 c, avec une émission maximale de gamètes en août. Une femelle H. tuberculata pond environ ovocytes lorsqu elle mesure 76cm, et plus de 5 millions au-delà de 115mm. La fécondation est externe. Vie larvaire Au bout de 15 à 20h l œuf donne naissance à une large nageuse trocophore (la larve utilise sa réserve vitelline comme nourriture), qui deviendra par la suite une larve véligère (qui se nourrit de diatomées 19

20 pélagiques et de flagellés). La larve véligère se métamorphose par la suite en juvénile, qui se fixe sur un substrat adéquat après environ 100h de vie libre et planctonique. 2.4 Environnement Température 5 à 24 c croissance optimale entre 18 et 22 c Salinité >30 idéalement >35 3- Croissance et survie Croissance La croissance de l ormeau est lente. Le taux moyen de croissance de H. tuberculata est de 17-18mm/an. Il faut entre 2 et 5 ans pour que l ormeau atteigne sa taille marchande (4-8cm). La taille maximale de cette espèce est de 13cm (350g). Il l atteint en 6-7 ans. La croissance de l ormeau n est pas continue : elle s arrête en hiver Survie Durée de vie Au moins 15 ans. Maladies Depuis une dizaine d années des mortalités massives d H. tuberculata ont été observées dans les populations naturelles et dans les élevages de l ouest de la France, lorsque la température de l eau dépasse les 16,5 c. Cela serait dû à une infection bactérienne : Vibrio sp. L ormeau est également vulnérable face à la clione, éponge qui perfore sa coquille et provoque la maladie dite du «pain d épices». Prédateurs Poissons ; Oiseaux de mer ; Loutres de mer ; Crabes ; Poulpes ; Etoiles de mer. 4- Quantités produites Seuls quelques producteurs exercent en France une activité halioticole. Leur production individuelle reste inférieure à 10 tonnes par an. 5- Développement de la culture sur filières en mer 5.1 Obtention des juvéniles Captage naturel Compte tenu de la faible densité des stocks d ormeaux sur les côtes languedociennes, un élevage reposant sur le captage naturel n est pas envisageable. Ecloserie Le cycle de reproduction de l ormeau est maitrisé depuis plus de 20 ans et la technique est performante. Il existe plusieurs écloseries d ormeaux (H. tuberculata) en France, la plus performante est «France haliotis». 20

Structure générale d'une particule virale de type herpès

Structure générale d'une particule virale de type herpès Virus de type herpès et coquillages 1 - Caractéristiques des virus de type herpès infectant les coquillages Des infections à virus de type herpès sont associées à des mortalités massives chez différentes

Plus en détail

Production de pétoncles vivants Princesse Algues et R&D

Production de pétoncles vivants Princesse Algues et R&D Production de pétoncles vivants Princesse Algues et R&D Fermes Marines du Québec (FMQ) Fondée en 2006 Investissements de 8.5 millions$ Construction écloserie 2012 Opère une écloserie pétoncles, algues

Plus en détail

Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire

Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire 1. LA PRESENTATION DU CNC Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire Le C.N.C.,, est l organisme représentatif des producteurs, distributeurs et transformateurs des coquillages

Plus en détail

Rapport d activités. Dossier n o 710.121. Rapport commandité par la SODIM

Rapport d activités. Dossier n o 710.121. Rapport commandité par la SODIM Mission en Écosse et en France pour les mytiliculteurs québécois Rapport d activités Dossier n o 710.121 Rapport commandité par la SODIM 2005 Mission en Écosse et en France pour les mytiliculteurs québécois

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM Optimisation des conditions de manutention et de stockage du naissain dans le cadre de la nouvelle stratégie de préélevage Rapport final Dossier n o 710.141 Rapport commandité par la SODIM Octobre 2008

Plus en détail

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2010/054 ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Contexte Figure

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

Culture de macroalgues en France : Avancées techniques (Projet IDEALG: WP6 culture)

Culture de macroalgues en France : Avancées techniques (Projet IDEALG: WP6 culture) Culture de macroalgues en France : Avancées techniques (Projet IDEALG: WP6 culture) Idealg 2014 Pierre JAMES - Resp. pôle AMP CEVA pierre.james@ceva.fr Introduction CEVA (Pleubian) : Centre d Etude et

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE

HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE Hagen Stehr est un pionnier qui a enfin trouvé ce qu il a appelé «le Saint Graal» de l aquaculture. Grâce à son esprit visionnaire et à sa détermination,

Plus en détail

Comptoir de Recherches. Aquacoles et Mytilicoles. Du Sénégal. Gohier Guy

Comptoir de Recherches. Aquacoles et Mytilicoles. Du Sénégal. Gohier Guy Comptoir de Recherches Aquacoles et Mytilicoles Du Sénégal. Gohier Guy Tél 00 221 33 957 88 21 Tél.00 221 77 367 10 81 Skype gohier.guy Email :cramssenegal@gmail.com De l écloserie à l élevage en mer jusque

Plus en détail

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil 2013 Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil NORMANDIE BRETAGNE SUD PAYS DE LOIRE - VENDÉE CHARENTE MARITIME GIRONDE Lexique Annuités Remboursement annuel des emprunts (capital

Plus en détail

Pêche maritime et aquaculture

Pêche maritime et aquaculture En, les navires français métropolitains ont pêché près de 56 tonnes de poissons, crustacés, coquillages et autres produits de la mer. Les deux tiers des captures françaises ont été réalisés en Atlantique

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

On distingue les métiers de : - l'aquaculture et des cultures marines

On distingue les métiers de : - l'aquaculture et des cultures marines Les professionnels de la mer exercent leur activité sur le littoral ou au large, embarqués à bord de navires professionnels ou travaillant à terre dans des ateliers, des zones portuaires, des fermes aquacoles.

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus).

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Généralités : L exploitation du thon rouge de l Atlantique dans la Mer Méditerranée remonte au premier millénaire avant

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

L HUÎTRE PLATE la Belon de Cancale

L HUÎTRE PLATE la Belon de Cancale L HUÎTRE PLATE la Belon de Cancale L HUÎTRE PLATE : La Belon DE CANCALE L appellation Belon vient d une rivière dans le finistère qui a donné son nom aux huîtres plates. Aujourd hui l appellation concerne

Plus en détail

LAISSONS LA LAISSE DE MER LA COMMUNE DE TREBEURDEN S ENGAGE

LAISSONS LA LAISSE DE MER LA COMMUNE DE TREBEURDEN S ENGAGE LAISSONS LA LAISSE DE MER LA COMMUNE DE TREBEURDEN S ENGAGE LA LAISSE DE MER : UN PHENOMENE NATUREL La laisse de mer est le dépôt d objets flottants abandonnés par la mer à chaque marée haute. Les algues

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D'INTERET :

APPEL A MANIFESTATION D'INTERET : APPEL A MANIFESTATION D'INTERET : CONCEPTION, REALISATION ET EXPLOITATION D UNE ECLOSERIE MARINE NATIONALE DE POISSONS SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE NORD (WILAYA DE TANGER, PROVINCE DE GUEZNAYA) Octobre 2014

Plus en détail

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN.

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. GESTION DES TECHNOLOGIES EMERGENTES Recommandations issues des projets sur les énergies marines renouvelables

Plus en détail

Site d étude. Figure 1 : localisation de la masse d eau et de la station pour les macroalgues intertidales. Ar Gall et Le Duff Ar Gall et Le Duff

Site d étude. Figure 1 : localisation de la masse d eau et de la station pour les macroalgues intertidales. Ar Gall et Le Duff Ar Gall et Le Duff Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

ANALYSE MULTICRITERE PERMETTANT DE JUSTIFIER LE CHOIX DU SITE D IMMERSION A RETENIR. Réunion du 17 juin 2014

ANALYSE MULTICRITERE PERMETTANT DE JUSTIFIER LE CHOIX DU SITE D IMMERSION A RETENIR. Réunion du 17 juin 2014 ANALYSE MULTICRITERE PERMETTANT DE JUSTIFIER LE CHOIX DU SITE D IMMERSION A RETENIR Réunion du 17 juin 2014 SOMMAIRE 1- Les enjeux classiques des immersions de sédiments de dragage 2- L analyse des données

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab)

PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab) PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab) Contexte : - L avis scientifique du CIEM de 2015 pour la sole en zone CIEM VIIIab préconise une atteinte du RMD dès 2016 conduisant

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

SAVEUR SUSHI. > Une chaîne de sushi bretonne est née. Inauguration du restaurant de Brest Guipavas Jeudi 15 avril 2010.

SAVEUR SUSHI. > Une chaîne de sushi bretonne est née. Inauguration du restaurant de Brest Guipavas Jeudi 15 avril 2010. Dossier de presse 9 avril 2010 SAVEUR SUSHI Inauguration du restaurant de Brest Guipavas Jeudi 15 avril 2010 > Une chaîne de sushi bretonne est née Contacts presse : Ronan Gicquel 06 64 92 50 40 ronangi@saveursushi.com

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

Dans ce chapitre : Sommaire 93

Dans ce chapitre : Sommaire 93 Dans ce chapitre : Les différents types de contractions musculaires 78 Contraction statique 78 Contraction dynamique 80 Contraction isométrique 80 Contraction auxotonique 80 Contraction isotonique 82 Contraction

Plus en détail

ideol 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 4 PRIX REMPORTÉS

ideol 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 4 PRIX REMPORTÉS ideol en chiffres Société anonyme créée en 2010 et basée à La Ciotat (13) 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 1SPÉCIALITÉ

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN

GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN GROUPE DE TRAVAIL L-R : CRÉATION D UN PLM SUR LE BASSIN MÉDITERRANÉEN DRAAF Languedoc Roussillon Montpellier - 2 juillet 2010 La Fédération Nationale des PLM Objet : «Organiser au profit de l'aide alimentaire,

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Tanger, le 24 Mai 2011 CONTEXTE

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

Colloque international «Des saumons et des hommes 2» Gestion du saumon atlantique au Québec

Colloque international «Des saumons et des hommes 2» Gestion du saumon atlantique au Québec Colloque international «Des saumons et des hommes 2» Gestion du saumon atlantique au Québec Yvan Turgeon, biol. Le saumon au Québec 118 rivières Une cinquantaine accessibles uniquement par bateau ou avion

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

LEGISLATION ET SITUATION SANITAIRE DE L AQUACULTURE EN TUNISIE

LEGISLATION ET SITUATION SANITAIRE DE L AQUACULTURE EN TUNISIE LEGISLATION ET SITUATION SANITAIRE DE L AQUACULTURE EN TUNISIE Dr Mohamed BANNOUR Dr Habib BOUAOUINA Erice, 22-26 octobre 2008 L AQUACULTURE EN TUNISIE L AQUACULTURE EN TUNISIE (1) Le secteur de la pêche

Plus en détail

RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER

RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER F2DP BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER FLOTTILLE CONCERNÉE ZONES D EXPÉRIMENTATION DES PROJETS Manche Patrick Lazic Golfe

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Les ensemencements de poissons et le développement durable. Un outil de mise en valeur pour la pêche sportive

Les ensemencements de poissons et le développement durable. Un outil de mise en valeur pour la pêche sportive Les ensemencements de poissons et le développement durable Un outil de mise en valeur pour la pêche sportive Les quatres principaux sujets 1. Le portrait des ensemencements dans la MRC des Laurentides

Plus en détail

Grâce à vos observations, les scientifiques de Planète Mer et du Muséum national d Histoire naturelle, essayeront de répondre à ces interrogations!

Grâce à vos observations, les scientifiques de Planète Mer et du Muséum national d Histoire naturelle, essayeront de répondre à ces interrogations! Dossier du participant BioLit Junior Planète Mer? Découvrez sur les côtes rocheuses de la façade Atlantique Manche et Mer du Nord les algues brunes et leurs habitants. Depuis une vingtaine d années, sans

Plus en détail

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Auteur : S. Guérin, Chambre d Agriculture du Calvados - Caen T. Leborgne, ifce La Chambre

Plus en détail

biodiversité face aux invasions d Écrevisse de Louisiane»

biodiversité face aux invasions d Écrevisse de Louisiane» Écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii) Expérimentations de méthodes de contrôle des stocks d Écrevisse de Louisiane par piégeage et prédation naturelle dans le parc naturel régional de Brière Parc

Plus en détail

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital nouvelle gamme 2011 produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital lance sa gamme de produits éligibles à la réduction ISF 2011 Pour la campagne ISF 2011, Midi Capital, Société de Gestion

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

République Tunisienne. Ministère de l Environnement et du Développement Durable. Agence Nationale de Protection de l Environnement.

République Tunisienne. Ministère de l Environnement et du Développement Durable. Agence Nationale de Protection de l Environnement. République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Agence Nationale de Protection de l Environnement Guide Pêche durable Observatoire Tunisien de l Environnement et du Développement

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 TS1 CGO-2 heures Devoir N 4 28 mars 2011 Aucun document autorisé Calculatrice autorisée L'entreprise CARTEX, fabrique et commercialise des emballages en carton

Plus en détail

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH PRESENTATION Le réservoir souterrain horizontal, type ECODEPUR, modèle RSH est fabriqué en Polyéthylène Linéaire avec additif anti-uv, par système de rotomoulage,

Plus en détail

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA)

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Éric Gilbert Pêches et Océans Canada Atelier OCDE, Avril

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Plan d action sur l assainissement des eaux usées à Mayotte

Plan d action sur l assainissement des eaux usées à Mayotte ASSAINISSEMENT Plan d action sur l assainissement des eaux usées à Mayotte L assainissement des eaux usées à Mayotte tarde à se mettre en place. Il est même facteur de ralentissement de certains projets

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes

Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes Pourquoi et comment favoriser la biodiversité dans les aménagements maritimes? La lutte contre l érosion de l habitat est l un

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

la REPRODUCTION DE L OURSIN

la REPRODUCTION DE L OURSIN Fiche n 3,3 la REPRODUCTION DE L OURSIN Travaux pratiques : fécondation et phases larvaires PLAN : 1. Généralités sur l oursin 2. Travaux pratique : Fécondation 3. Le larvaire 4. La métamorphose 5. Le

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

Ventiler pour refroidir les céréales stockées

Ventiler pour refroidir les céréales stockées 10 QUALITÉ Ventiler pour refroidir les céréales stockées Une conduite à moduler avec le climat La ventilation est la meilleure méthode pour refroidir les céréales stockées et, donc, conserver leurs qualités

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CHAMPIONNATS DES ECAILLERS 2014

CAHIER DES CHARGES CHAMPIONNATS DES ECAILLERS 2014 CAHIER DES CHARGES CHAMPIONNATS DES ECAILLERS 2014 I PRESENTATION Le C.N.C.,, est l organisme représentatif des producteurs, distributeurs et transformateurs des coquillages d élevage en France. Il coordonne

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

L IFREMER (Institut Français de recherche pour l exploitation de la mer) gère des bases de données océanographiques, conçoit et met en œuvre des

L IFREMER (Institut Français de recherche pour l exploitation de la mer) gère des bases de données océanographiques, conçoit et met en œuvre des L IFREMER (Institut Français de recherche pour l exploitation de la mer) gère des bases de données océanographiques, conçoit et met en œuvre des outils d'observationet de surveillance. A partir de ces

Plus en détail

Extraits d études de marchés COQUILLE ST JACQUES / SCALLOP 2011 FRANCE

Extraits d études de marchés COQUILLE ST JACQUES / SCALLOP 2011 FRANCE Extraits d études de marchés COQUILLE ST JACQUES / SCALLOP 211 FRANCE La production mondiale de s St Jacques Estimée 2,4 millions de tonnes en 29 Les 2/3 proviennent d aquaculture Près de 9% de la production

Plus en détail

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Phytogéniques et croissance des veaux Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Photo: Fredleonero 200 Phytogéniques 150 100 50 25 Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques et croissance des veaux

Plus en détail

Territoire de l étude

Territoire de l étude Note de présentation - Novembre 2011 Etat d avancement de l étude Fonctionnement hydraulique du complexe «Etangs Palavasiens Etang d Ingril Etang de l Or» en période de crue et de tempête marine Contexte

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e d u M i l i e u M a r i n M a r t i n i q u a i s

O b s e r v a t o i r e d u M i l i e u M a r i n M a r t i n i q u a i s Les oursins, les étoiles de mer et leurs alliés A partir de ce groupe, le corps des animaux est protégé par un squelette, les organes se complexifient, et pour la première fois un anus apparaît, orifice

Plus en détail

PROGRAMME. de Sélection COllective de l'huître creuse, Crassostrea gigas, à des fins de Captage orienté (SCORE)

PROGRAMME. de Sélection COllective de l'huître creuse, Crassostrea gigas, à des fins de Captage orienté (SCORE) PROGRAMME de Sélection COllective de l'huître creuse, Crassostrea gigas, à des fins de Captage orienté (SCORE) I- OBJECTIFS DU PROGRAMME Le Comité National de la Conchyliculture a déposé le projet SCORE

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014. Maisons Kerbéa. La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français

DOSSIER DE PRESSE 2014. Maisons Kerbéa. La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français DOSSIER DE PRESSE 2014 Maisons Kerbéa La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français SOMMAIRE Franchise Kerbéa: gagnants dans tous les K Les Maisons Kerbéa à la conquête

Plus en détail

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite Introduction Objectif de la séance Présenter un deuxième modèle d aide à l analyse stratégique Appliquer ce modèle Plan

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura 19-06-2015 Approche Bilan Carbone Réf Date Auteur V1 04/06/15 ELAN V2 15/06/15 ELAN V3 19/06/15 ELAN ELAN 1, avenue Eugène Freyssinet 78061 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés Sommaire -Définition, qu est ce qu un produit surgelé? -principe du surgelé -Politique produits et stratégie croissante -Les chiffres, parts de marché en tableau

Plus en détail

SCRIPT: Systèmes de production durables

SCRIPT: Systèmes de production durables SCRIPT: Systèmes de production durables INTRODUCTION (1,5 mn) Myriam CALLIER, Denis Covès et Jean-Paul Blancheton Note: Le grain sur la durabilité devrait être présenté avant ce grain Afin de garantir

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement ---

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- Le stationnement PMR Etat des lieux et prise en compte des évolutions réglementaires à Lille Métropole M. Courbot

Plus en détail