Site d étude. Résultats

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Site d étude. Résultats"

Transcription

1 Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude Cette masse d eau saumâtre est fortement salée ; elle s étend sur une partie du bras de mer l Aber Wrac h qui se situe dans le Nord-Ouest du Finistère. La zone intertidale représente plus de 50% de cette masse d eau qui s étend sur 6 km². La turbidité y est faible (<200 FNU), le débit moyen est de 2 m 3 /s environ. Le bassin versant représente une surface de 137 km² et on note la présence de nombreux élevages porcins aux abords immédiats de l estuaire. L amplitude moyenne des marées est comprise entre 1 et 5 m (régime mésotidal), elle peut atteindre au maximum 7,5 m. La conchyliculture est l activité dominante de l estuaire. Résultats Ce secteur fait partie, avec le Trieux, la rivière de Morlaix, l Elorn, l Aulne, le Goyen, la Rivière de Pont l Abbé, l Odet, l Aven, la Belon, la Laïta, le Scorff et le Blavet, des 13 masses d eau de transition qui ont été sélectionnées pour la mise en place de l indicateur pour ce paramètre en Bretagne. Le travail sur la méthodologie de calcul de l indicateur réalisé avec l ONEMA a été présenté dans le rapport publié en 2012 par Ar Gall et Le Duff (voir calcul de l indicateur) et est en attente de validation au niveau national.. L indicateur proposé ABER - conduirait à proposer un classement en «bon état» de cette masse d eau pour ce sous-élément de qualité. Atlas DCE Loire Bretagne Page 1 sur 7

2 Avec la collaboration du Centre d Etude et de Valorisation des Algues Site d étude Source : CEVA Figure 1 : localisation de la masse d eau et vue aérienne du site Cette masse d eau saumâtre (6 km²) est fortement salée ; elle s étend sur une partie du bras de mer l Aber Wrac h qui se situe dans le Nord-Ouest du Finistère. Le débit moyen est de 2 m 3 /s environ. Cette masse d eau est qualifiée de non turbide. Le bassin versant représente une surface de 137 km² et on note la présence de nombreux élevages porcins aux abords immédiats de l estuaire. L amplitude moyenne des marées est comprise entre 1 et 5 m (régime mésotidal), elle peut atteindre au maximum 7,5 m. La conchyliculture est l activité dominante de l estuaire. L aire totale de l estran de la masse d eau l Aber Wrac h, à basse mer et au coefficient 120, est de 570 ha. L aire potentiellement colonisable par les algues vertes correspond à l aire du substrat meuble (sable + vase). Pour cette masse d eau, elle est de 462 ha. Les roches couvrent 108 ha et il y a absence de schorre. Il est à noter que la distinction entre substrat vaseux et sableux ne se fait pas sur une base granulométrique mais par photointerprétation. Figure 2 : Caractéristiques sédimentaires de l'estran de la masse d'eau l Aber Wrac h (FRGT08) Atlas DCE Loire Bretagne Page 2 sur 7

3 Description des dépôts d ulves et historique Cette masse d eau de transition a été retenue dans le cadre du réseau de contrôle de surveillance. Elle fait aussi partie des masses d eau retenues pour la mise au point de l indicateur «macroalgues opportunistes (blooms)». Description des dépôts d algues vertes et historique Dans le cadre de la DCE, le suivi des masses d eau de transition a débuté en 2008 avec 3 survols aériens du littoral (mai, juillet, septembre). Concernant les vasières, seul le maximum annuel de couverture algale est quantifié (le mois du maximum de la surface algale est déterminé visuellement à partir des photos aériennes des mois de mai, juillet et septembre). Recouvrement statistique des échouages sur les dernières années suivies Pour obtenir la cartographie statistique des échouages (sous logiciel de système d information géographique), l estran est préalablement quadrillé, chaque maille ayant une superficie de 75 m². Une maille peut contenir jusqu à 4 informations concernant le taux de recouvrement par les algues (1 évaluation par an pendant 4 ans). La moyenne statistique du taux de couverture sur 4 ans est obtenue en divisant la somme des taux de couverture par le nombre total de suivis. La Figure 3 montre que les algues vertes prolifèrent essentiellement sur les grands estrans vaseux de l estuaire de l Aber Wrac h. Figure 3 : Synthèse interannuelle des dépôts ( ) de la masse d'eau l Aber Wrac h (FRGT08) Atlas DCE Loire Bretagne Page 3 sur 7

4 Evolution des échouages entre 2008 et 2012 A l inverse des plages, une présence modérée d algues vertes sur les vasières est considérée comme «naturelle». Les marées vertes en systèmes vaseux n étant réellement suivi que depuis 2008, les paramètres influençant leur évolution sont moins bien connus qu en système sableux. Il en ressort néanmoins que : le sédiment joue un rôle important de réservoir en nutriments et en spores d algues. La configuration même des masses d eau de transition induit un faible renouvellement des eaux et de ce fait un confinement de tout apport anthropique. les flux azotés en excès restent la cause principale du développement massif des algues vertes dans les vasières. La Figure 4 montre que la couverture algale dans la masse d eau Aber Wrac h a varié entre 35 et 80 ha équi Depuis 2010, les surfaces d algues vertes se développant dans cette masse d eau semblent se stabiliser autour des 40 ha. Figure 4 : Evolution de la couverture annuelle maximale en algues vertes depuis 2008 pour la masse d eau FRGT08. 1 La couverture algale en hectares équivalent 100% (ha équi 100) exprime la surface d estran recouverte à 100% par les algues. Elle est obtenue en multipliant l aire du dépôt algal par son taux de recouvrement. Atlas DCE Loire Bretagne Page 4 sur 7

5 Evaluation de la masse d eau Classement de la masse d eau sur la base de l indicateur La qualité de la masse d eau est évaluée à partir de 2 critères appelés métriques : o Métrique 1 : pourcentage maximal de l aire potentiellement colonisable recouverte par les algues vertes o Métrique 2 : aire affectée par les algues vertes Pour chacune des deux métriques ainsi que pour l évaluation, les résultats sont présentés d une part année par année puis d autre part sous la forme d une moyenne glissante sur le nombre d année pour lesquelles des données sont actuellement disponibles. Ces premiers résultats constituent un pré-classement. A terme, ce classement sera présenté sur 6 ans pour les masses d eau ne bénéficiant pas d un pré-classement en bon ou très bon été écologique. Métrique 1 : Pourcentage maximal de l aire potentiellement colonisable recouverte par les algues vertes: Pour calculer cette métrique, le maximum annuel de couverture algale est rapporté à l aire potentiellement colonisable par les algues vertes. Cette métrique est généralement associé à un bon état écologique pour l Aber Wrac h excepté en Il en résulte tout de même un bon état écologique au niveau de la moyenne pluriannuelle (Tableau 1). Tableau 1 : Pourcentage de l'aire potentiellement colonisable par les algues vertes sur l'aber Wrac h Résultats (%) Moyenne (%) Seuils Très bon [0-5[ Bon [5-15[ 12,62 7,91 10,50 9,36 12,52 12,01 11,48 Moyen [15-25[ 17,03 Médiocre [25-75[ Mauvais [75-100] Atlas DCE Loire Bretagne Page 5 sur 7

6 Métrique 2 : Aire affectée (ha) : Cette métrique correspond à la somme des aires brutes des dépôts algaux, sans tenir compte du taux de recouvrement des algues. Ainsi, qu une surface d un hectare soit recouverte à 10 % ou à 80 % d algues vertes, l aire affectée sera toujours égale à 1 ha. L aire affectée par une prolifération d algues vertes est importante sur l Aber Wrac h et varie de 75 à 141 ha (Tableau 2). Quelle que soit l année considérée, cette métrique induit un classement en dehors du bon état écologique et place cette masse d eau toujours en état médiocre à l échelle de la moyenne pluriannuelle. Tableau 2 : Aire affectée par les échouages d'algues vertes sur l'estran de l Aber Wrac h Résultats Moyenne Seuils Très bon [0-10[ Bon [10-50[ Moyen [50-100[ 81,58 75,67 Médiocre [ [ 141,39 106,33 102,13 109,77 107,86 101,42 Mauvais [ ] Evaluation Les indices calculés pour chaque métrique sont transformés en un Ratio de Qualité Ecologique afin d obtenir une notre entre 0 (mauvais) et 1 (très bon). L indicateur est la moyenne des ratios de Qualité Ecologique obtenus pour ces deux métriques. Il est comparé à la grille de lecture ci-dessous afin d obtenir l évaluation de la masse d eau pour les blooms d opportunistes. La combinaison des deux métriques précédentes entraîne une évaluation de la masse d eau en état écologique moyen en considérant la moyenne pluriannuelle (Tableau 3). Toutefois, cette masse d eau a atteint le bon état écologique à 2 reprises depuis le début du suivi (en 2010 et en 2012). Tableau 3 : Evaluation finale de la masse d'eau de l Aber Wrac h (FRGT08) Résultats Moyenne Seuils Très bon [1-0,8[ Bon [0,8-0,6[ 0,61 0,61 Moyen [0,6-0,4[ 0,45 0,52 0,54 0,52 0,52 0,53 0,58 Médiocre [0,4-0,2[ Mauvais [0,2-0[ Atlas DCE Loire Bretagne Page 6 sur 7

7 Résultats du suivi opérationnel Parallèlement à cette évaluation DCE, d autres suivis sont réalisés pour une meilleure connaissance du phénomène parmi lesquels : Le suivi des quotas azotés et phosphorés. La détermination des quotas consiste à doser le contenu interne de la teneur en azote et en phosphore dans les cellules algales. Cette donnée permet de déterminer le statut nutritionnel des algues. Détermination des stocks algaux sur estran : Au maximum du développement algale des mesures de biomasses sont effectuées en parallèle des mesures surfaciques permettant d évaluer le stock algal présent sur un site. Détermination des stocks algaux subtidaux : Les biomasses subtidales sont déterminées en plongée en hiver ou au maximum du développement algal. L évaluation hivernale a pour objectif de déterminer les stocks résiduels à partir desquels se forment les marées vertes. Les stocks estivaux ont pour but d évaluer les stocks algaux totaux, en particulier sur les sites pour lesquels la configuration des plages ne facilite pas l échouage. Cette masse d eau fait l objet d un suivi des quotas azotés et phosphorés à partir d ulves récoltées dans la baie de Keridaouen. En 2012, la croissance des ulves était limitée par le phosphore dans cette baie (Figure 5). Azote kjedahl en % de MS 5,00 4,50 4,00 3,50 3,00 2,50 2,00 1,50 1,00 0,50 0,00 Phosphore total en % de MS 0,35 0,3125 0,275 0,2375 0,2 Q 1 N Q 1 P 0,1625 0,125 Q 0 N Q 0 P 0,0875 0,05 0,0125 Avril Mai Juin Juillet Aout Sept Oct 0, Azote Phosphore Figure 5 : Evolution saisonnière des quotas azotés et phosphorés d'ulves au sein de la masse d eau l Aber Wrac h en 2012 Baie de Keridaouen Cette masse d eau a par ailleurs fait l objet d une évaluation de la biomasse algale totale présente sur la zone d estran durant l été Le stock d algues vertes a été estimé à 680 tonnes (poids humide essoré). Les résultats de la surveillance DCE depuis 2007 sont accessibles en ligne à la rubrique Publications du site ENVironnement LITtoral de l Ifremer (ENVLIT), section Directive Cadre sur l Eau. Par ailleurs, le CEVA suit les phénomènes de prolifération algale en Bretagne depuis de nombreuses années, les résultats de ces travaux sont également en ligne. Atlas DCE Loire Bretagne Page 7 sur 7

Site d étude. Figure 1 : localisation de la masse d eau et de la station pour les macroalgues intertidales. Ar Gall et Le Duff Ar Gall et Le Duff

Site d étude. Figure 1 : localisation de la masse d eau et de la station pour les macroalgues intertidales. Ar Gall et Le Duff Ar Gall et Le Duff Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

Figure 1 : Localisation de la station Pointe du Grand Guet.

Figure 1 : Localisation de la station Pointe du Grand Guet. Avec la collaboration du Muséum National d Histoire Naturelle de Concarneau. Site d étude Figure 1 : Localisation de la station Pointe du Grand Guet. Le site de la Pointe du Grand Guet se situe sur la

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

Contrôle de surveillance 2013 Evaluation de l amplitude des blooms de macroalgues opportunistes dans la masse d eau «lac d Hossegor» [FRFC 09].

Contrôle de surveillance 2013 Evaluation de l amplitude des blooms de macroalgues opportunistes dans la masse d eau «lac d Hossegor» [FRFC 09]. Observatoire Aquitain des Sciences de l Univers UMR 5805 EPOC Université Bordeaux 1 CNRS Station Marine d Arcachon Hugues Blanchet, Benoît Gouillieux, Mariange Cornet Station Marine d Arcachon 2 rue du

Plus en détail

Cartographie de la couverture de fucales en zone intertidale

Cartographie de la couverture de fucales en zone intertidale Centre d Etude et de Valorisation des Algues Perrot, T., et Mouquet, P., RST/IFREMER/DYNECO/VIGIES/06-10/REBENT Cartographie de la couverture de fucales en zone intertidale Région Bretagne Zone Douanenez

Plus en détail

Sylvain Ballu, CEVA. Lorient, le 21/07/2015

Sylvain Ballu, CEVA. Lorient, le 21/07/2015 Typologie des échouages de macro-algues opportunistes, modalités d évaluation, état des lieux et évolution de la qualité des masses d eau côtières et de transition du Morbihan Lorient, le 21/07/2015 Sylvain

Plus en détail

BENTHOS et DCE Le suivi institutionnel des peuplements benthiques Le REBENT

BENTHOS et DCE Le suivi institutionnel des peuplements benthiques Le REBENT BENTHOS et DCE Le suivi institutionnel des peuplements benthiques Le REBENT Patrick Le Mao Chronologie des actions Rebent et programmes en interaction 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Rebent «Pilote

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

Algues vertes. Étude de connaissance des marées vertes sur le littoral atlantique. 24 juin 2015

Algues vertes. Étude de connaissance des marées vertes sur le littoral atlantique. 24 juin 2015 Algues vertes Étude de connaissance des marées vertes sur le littoral atlantique 24 juin 2015 Service Eau Biodiversité et Développement durable DDTM 17 23/06/2015 Direction départementale des territoires

Plus en détail

Yves-Marie Le Lay le 25 janvier 2012 Président 7 route de Kermarquer 29241 Locquirec 02 98 67 46 61 06 12 74 34 56

Yves-Marie Le Lay le 25 janvier 2012 Président 7 route de Kermarquer 29241 Locquirec 02 98 67 46 61 06 12 74 34 56 Yves-Marie Le Lay le 25 janvier 2012 Président 7 route de Kermarquer 29241 Locquirec 02 98 67 46 61 06 12 74 34 56 à Monsieur Guénégan Bui, Député de la 4ème circonscription du Finistère 6 Place Emile

Plus en détail

Quelle est la qualité des eaux littorales?

Quelle est la qualité des eaux littorales? Du Mont-Saint-Michel à La Rochelle Quelle est la qualité des eaux littorales? Viser le bon état des eaux S organiser pour atteindre le bon état des eaux 3 Surveiller les eaux littorales Observer, mesurer,

Plus en détail

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau...

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau... L essentiel Les activités humaines affectent fortement la des eaux en tout comme dans le. Si des améliorations sont réelles, le défi de la reconquête de la de l eau reste prégnant et des efforts doivent

Plus en détail

Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE

Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE État d avancement Johann MOY Bureau des milieux aquatiques Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable

Plus en détail

Suivi scientifique : Alain MENESGUEN Suivi administratif : François LE FOLL D/CB/03.405/CMR/237

Suivi scientifique : Alain MENESGUEN Suivi administratif : François LE FOLL D/CB/03.405/CMR/237 Découvrez un ensemble de documents, scientifiques ou techniques, dans la base Archimer : http://www.ifremer.fr/docelec/ Suivi scientifique : Alain MENESGUEN Suivi administratif : François LE FOLL D/CB/03.405/CMR/237

Plus en détail

ANALYSE MULTICRITERE PERMETTANT DE JUSTIFIER LE CHOIX DU SITE D IMMERSION A RETENIR. Réunion du 17 juin 2014

ANALYSE MULTICRITERE PERMETTANT DE JUSTIFIER LE CHOIX DU SITE D IMMERSION A RETENIR. Réunion du 17 juin 2014 ANALYSE MULTICRITERE PERMETTANT DE JUSTIFIER LE CHOIX DU SITE D IMMERSION A RETENIR Réunion du 17 juin 2014 SOMMAIRE 1- Les enjeux classiques des immersions de sédiments de dragage 2- L analyse des données

Plus en détail

Suivi de l impact de la marée noire de l Erika sur la végétation terrestre

Suivi de l impact de la marée noire de l Erika sur la végétation terrestre Suivi de l impact de la marée noire de l Erika sur la végétation terrestre Approche écologique au niveau de la communauté végétale et de l espèce : projet Cedre / Conservatoire National Botanique de Brest

Plus en détail

L'OFFRE EN THALASSOTHERAPIE LOCALISATION DES ETABLISSEMENTS

L'OFFRE EN THALASSOTHERAPIE LOCALISATION DES ETABLISSEMENTS SOMMAIRE L'offre La fréquentation Les indicateurs économiques Synthèse Un peu de prospective... p1 p2 p4 p5 p5 La Charente-Maritime est identifiée comme l un des départements leader en France en termes

Plus en détail

Localisation des sites Natura 2000 du lot 10

Localisation des sites Natura 2000 du lot 10 Localisation des sites Natura 2000 du lot 10 Techniques de prospection mises en œuvre Traitement des données existantes Géomatisation des cartographies existantes Traitement des données bathymétriques

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

SAGE Argoat Trégor Goëlo

SAGE Argoat Trégor Goëlo GIP / ADT PAYS DE - Appui à la réalisation de l état des lieux et des usages - Détermination des manques et Diagnostic Commission Locale de l Eau Réunion du 9 Septembre Sommaire de la présentation SCE

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

CONTRAT TERRITORIAL Du bassin versant de la retenue de Naussac 2012-2016. C. Roux

CONTRAT TERRITORIAL Du bassin versant de la retenue de Naussac 2012-2016. C. Roux CONTRAT TERRITORIAL Du bassin versant de la retenue de Naussac 2012-2016 C. Roux Surface du BV : 576 km² 33 communes 7 900 habitants 743 exploitations agricoles SAU : 36 000 ha 15 000 UGB Activités dominantes

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Marées vertes en Bretagne Problématique - Impacts - Moyens de lutte Cas du secteur du Sage Rance Frémur Commission littorale du SAGE Rance Frémur Baie de Baussais, Saint Malo, le 21 avril 2010 Sylvain

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

LES GRANDS ESTUAIRES FRANÇAIS

LES GRANDS ESTUAIRES FRANÇAIS environnement direction de l environnement et de l aménagement littoral Louis-Alexandre Romaña LES GRANDS ESTUAIRES FRANÇAIS publié dans la revue Equinoxe, spécial environnement littoral numéro 47-48,

Plus en détail

Programme d intervention du CEVA en faveur de l action régionale et interdépartementale pour la maîtrise des phénomènes de marées vertes CIMAV 2011

Programme d intervention du CEVA en faveur de l action régionale et interdépartementale pour la maîtrise des phénomènes de marées vertes CIMAV 2011 Centre d Etude et de Valorisation des Algues Presqu île de Pen Lan BP 3 / 22610 PLEUBIAN 02 96 22 93 50 02 96 22 84 38 e-mail : algue@ceva.fr Programme d intervention du CEVA en faveur de l action régionale

Plus en détail

Indemnisation - Cadre général

Indemnisation - Cadre général Indemnisation - Cadre général Dans la mesure où la plupart des déversements accidentels peuvent occasionner des préjudices de toute nature aux autorités locales, les dimensions juridiques et financières

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie.

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie. MasterSciencesd M delaterre,del'eaauetdel'environ nnement In ngénieriedeshyd drosystèmesetdesbassinsversan nts P ParcoursIMACOF ROBERTBenjjamin Juin Aoûtt2012 Maîtredestage:ETIENNEHélène SA AGEClain,ConseiilGénéraldelaVienne

Plus en détail

CONTRIBUTEURS AUX MAREES VERTES POUR LES COURS D'EAU ALIMENTANT LES BAIES DE LANCIEUX ET DE L'ARGUENON

CONTRIBUTEURS AUX MAREES VERTES POUR LES COURS D'EAU ALIMENTANT LES BAIES DE LANCIEUX ET DE L'ARGUENON Réf. NOV-777-NT-1112 Edition 1 Date 4/4/12 Rév. Date 4/4/12 Page 3 1. Introduction Dans le cadre de l étude intitulée «Détermination des flux d'azote (NO 3, NH 4 ) contributeurs aux marées vertes pour

Plus en détail

3. Morphologie urbaine et consommation d espace

3. Morphologie urbaine et consommation d espace 3. Morphologie urbaine et consommation d espace Historique du développement de la commune La commune de Pouliguen, avec les limites administratives que nous connaissons aujourd hui, est véritablement née

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

BRIEFE. CREATION D UN SITE INTERNET GRAND PUBLIC EN FAVEUR DES HUÎTRES «www.huitre.com»

BRIEFE. CREATION D UN SITE INTERNET GRAND PUBLIC EN FAVEUR DES HUÎTRES «www.huitre.com» Paris, Janvier 2014 BRIEFE CREATION D UN SITE INTERNET GRAND PUBLIC EN FAVEUR DES HUÎTRES «www.huitre.com» I - PRESENTATION DU CNC Le C.N.C.,, est l organisme représentatif des producteurs, distributeurs

Plus en détail

2013-2018 POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DES PORTS ET DU LITTORAL DE CHARENTE MARITIME

2013-2018 POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DES PORTS ET DU LITTORAL DE CHARENTE MARITIME POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DES PORTS ET DU LITTORAL DE CHARENTE MARITIME Version du 15 février 2013 Chef de projet : Bruno SAMZUN CG17/DDDM/Mission Mer DES ENJEUX MAJEURS.

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE DU PORTAGE DU SAGE RANCE FREMUR BAIE DE BEAUSSAIS. Note de synthèse. Mars 2012

SYNDICAT MIXTE DU PORTAGE DU SAGE RANCE FREMUR BAIE DE BEAUSSAIS. Note de synthèse. Mars 2012 SYNDICAT MIXTE DU PORTAGE DU SAGE RANCE FREMUR BAIE DE BEAUSSAIS Note de synthèse Mars 2012 Parc d activités du Laurier 29 avenue Louis Bréguet 85180 LE CHATEAU D OLONNE Tél : 02 51 32 40 75 Fax : 02 51

Plus en détail

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC.

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC. Evaluation du dioxyde d azote et du benzène en proximité trafic à Bazancourt Synthèse des résultats des campagnes de mesures 2011 Récapitulatif 2010-2011 Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC Nbr pages : 12 ATMO Champagne-Ardenne

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

Les poivrons sont classés en deux groupes : le premier comprend les fruits de

Les poivrons sont classés en deux groupes : le premier comprend les fruits de ETABLISSEMENT AUTONOME DE CONTROLE ET DE COORDINATION DES EXPORTATIONS LE MARCHE MONDIAL DU POIVRON I- LE PRODUIT Les poivrons sont classés en deux groupes : le premier comprend les fruits de forme carrée

Plus en détail

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO à fin novembre 2012

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO à fin novembre 2012 AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO à fin novembre 2012 Freetown, décembre 2012 Sommaire I. Introduction... 2 II. Evolution

Plus en détail

Journée CFBR - élèves ingénieurs du 15 octobre 2011. Rétablissement du caractère maritime du Mont Saint Michel Etudes hydro-sédimentaires

Journée CFBR - élèves ingénieurs du 15 octobre 2011. Rétablissement du caractère maritime du Mont Saint Michel Etudes hydro-sédimentaires Journée CFBR - élèves ingénieurs du 15 octobre 2011 Rétablissement du caractère maritime du Mont Saint Michel Etudes hydro-sédimentaires CONTEXTE GENERAL DES ETUDES Démarche d ensemble et réflexions sur

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

COIN LABORATOIRE = ras

COIN LABORATOIRE = ras Partie du programme : Enjeux planétaires contemporains - Nourrir l humanité Niveau : première Titre de la séance : Vers des pratiques culturales durables EXTRAIT DU PROGRAMME Le coût énergétique et les

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

Préparé par le Service Nord Americain des Glaces. 3 décembre 2004. Aperçu saisonnier Pour les Grands Lacs Hiver 2004-2005

Préparé par le Service Nord Americain des Glaces. 3 décembre 2004. Aperçu saisonnier Pour les Grands Lacs Hiver 2004-2005 Préparé par le Service Nord Americain des Glaces Une collaboration du Service canadien des glaces et du National/Naval Ice Center 3 décembre 2004 Aperçu saisonnier Pour les Grands Lacs Hiver 2004-2005

Plus en détail

MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE

MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE PARTIE 4 MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE Mesures salariales 07.09 1 SOMMAIRE DE LA 4EME PARTIE SOMMAIRE DE LA 4EME PARTIE... 2 MESURES SALARIALES RELATIVES A L'ANNEE 2002 APPLICABLES AUX AGENTS

Plus en détail

La garantie LPC modifiée en bref.

La garantie LPC modifiée en bref. Le 14 octobre 2015, le «Groupe des dix» est parvenu à un compromis sur la révision du rendement légalement garanti sur les pensions complémentaires. La garantie de rendement sera dorénavant calculée sur

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

MAREL Carnot. Variabilités mensuelle et interannuelle de la fluorescence, de la salinité, de la turbidité et de l oxygène

MAREL Carnot. Variabilités mensuelle et interannuelle de la fluorescence, de la salinité, de la turbidité et de l oxygène Laboratoire côtier Environnement et Ressources du Centre Ifremer Manche Mer du Nord de Boulogne-sur-Mer Lefebvre Alain Rousseeuw Kevin Novembre 2012 Rapport Ifremer/RST.LERBL/12.10 MAREL Carnot Variabilités

Plus en détail

Les premières grandes proliférations d algues vertes dès le début des années 1970

Les premières grandes proliférations d algues vertes dès le début des années 1970 Historique et localisation des marées vertes Les premières grandes proliférations d algues vertes dès le début des années 1970 Révélées au début des années 1970 sous des formes excessives et gênantes dans

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs.

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Introduction La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Lien démontré entre l abondance du périphyton et l importance des apports en P, principalement liés

Plus en détail

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région La forêt française Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009 Les résultats pour la région Rhône-Alpes 2 TOME Rhône-Alpes : les résultats régionaux Sommaire 1 La région Rhône-Alpes 1.1

Plus en détail

Culture de macroalgues en France : Avancées techniques (Projet IDEALG: WP6 culture)

Culture de macroalgues en France : Avancées techniques (Projet IDEALG: WP6 culture) Culture de macroalgues en France : Avancées techniques (Projet IDEALG: WP6 culture) Idealg 2014 Pierre JAMES - Resp. pôle AMP CEVA pierre.james@ceva.fr Introduction CEVA (Pleubian) : Centre d Etude et

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse)

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse) DIRECTIVE 2000/60/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL DU 23 OCTOBRE 2000 ETABLISSANT UN CADRE POUR UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE DANS LE DOMAINE DE L EAU (Partie française située sur le territoire du

Plus en détail

Bouchon vaseux du système estuarien Garonne-Dordogne-Gironde. Synthèse des connaissances

Bouchon vaseux du système estuarien Garonne-Dordogne-Gironde. Synthèse des connaissances Bouchon vaseux du système estuarien Garonne-Dordogne-Gironde Synthèse des connaissances NB : Les données et figures sont toutes issues des réunions scientifiques réalisées pour le Comité technique MAGEST

Plus en détail

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques -

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - www.seine-aval.fr Cédric Fisson cfisson@seine-aval.fr Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - 1 Séminaire Seine-Aval, Rouen 26-27 novembre

Plus en détail

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance 1 S Le tableau de bord du PDM p 3 Résorption des rejets diffus Evolution des ventes de produits phytosanitaires p 6 Suivi du Plan végétal pour l environnement p 7 Contractualisation des mesures agri environnementales

Plus en détail

Partenariat 2012. Domaine Action

Partenariat 2012. Domaine Action Sous-EQ macroalgues intertidales 2012 Evaluation actualisée des MEC au niveau national - Etude de l extension de l application du protocole MET Etude des relations pression impact pour les MET Rapport

Plus en détail

Bilan 2011 de la qualité de l air dans le parc naturel de la Vanoise et dans les territoires d altitude

Bilan 2011 de la qualité de l air dans le parc naturel de la Vanoise et dans les territoires d altitude Bilan 2011 de la qualité de l air dans le parc naturel de la Vanoise et dans les territoires d altitude L Air de l Ain et des Pays de Savoie Savoie Technolac - BP 339-73377 LE BOURGET DU LAC Cedex Tél.

Plus en détail

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : Données d évolution : Analyse : L état qualitatif des

Plus en détail

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre)

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre) MESURE DE LA PERFORMANCE DES LIGNES DE TRANSPORT PUBLIC URBAIN APEROL Amélioration de la Performance Economique des Réseaux par l Optimisation des Lignes Rapport PREDIT GO 6 Politiques de Transport Faivre

Plus en détail

Axe 1 : application de la DCE sur les grands estuaires français Manche-Atlantique

Axe 1 : application de la DCE sur les grands estuaires français Manche-Atlantique Axe 1 : application de la DCE sur les grands estuaires français Manche-Atlantique Jean-Claude DAUVIN 1, Stéphanie EVEN 2, Mario LEPAGE 3, Aldo SOTTOLICHIO 4 1 : CNRS U.M.R. 8187 LOG, Université de Lille

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

LA PECHE DU SAUMON EN FRANCE EN 2011 et 2012

LA PECHE DU SAUMON EN FRANCE EN 2011 et 2012 Captures estimées LA PECHE DU SAUMON EN FRANCE EN 211 et 212 7 Une baisse des captures à la ligne en 211 mais en progression en 212 Les estimations de captures de saumon sont présentées dans le tableau

Plus en détail

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2)

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Environnement = interactions présentation non exhaustive et redondante Du local au planétaire / du planétaire au local... problèmes présentés en deux

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014

RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014 RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014 1 Table des matières 1. LA GESTION DE L OBSERVATOIRE LORS DE CETTE PREMIERE ANNEE 2013/2014 :...3 1.1 ANIMATION...3 1.2 COMMUNICATION...4 2. LES TRAVAUX DE L OBSERVATOIRE :

Plus en détail

Essai interlaboratoire sur les Macroalgues intertidales en milieu marin - Une première approche de protocole

Essai interlaboratoire sur les Macroalgues intertidales en milieu marin - Une première approche de protocole Essai interlaboratoire sur les Macroalgues intertidales en milieu marin - Une première approche de protocole L. Miossec, D. Soudant, E. Ar Gall et M. Le Duff " Amélioration de la qualité des données de

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

Les effets des MAREES VERTES sur le fonc6onnement des PLAGES en Bretagne

Les effets des MAREES VERTES sur le fonc6onnement des PLAGES en Bretagne Rencontre inter- établissements ECOFLUX 13/02/2014 Les effets des MAREES VERTES sur le fonc6onnement des PLAGES en Bretagne Nolwenn Quillien Thèse en cotutelle UBO (France) & ÅAU (Finlande) 2012 2015 Encadrement

Plus en détail

Cartographie des habitats benthiques intertidaux de la presqu île Sainte-Marguerite SECTEUR DES ABERS

Cartographie des habitats benthiques intertidaux de la presqu île Sainte-Marguerite SECTEUR DES ABERS Nolwenn HAMON - Master EGEL Claire ROLLET - IFREMER/DYNECO/AG Cartographie des habitats benthiques intertidaux de la presqu île Sainte-Marguerite SECTEUR DES ABERS Approche sectorielle ou cartographique

Plus en détail

Observatoire de la biodiversité Haute-Normandie

Observatoire de la biodiversité Haute-Normandie OBSERVATOIRE DE LA BIODIVERSITÉ AILLEURS EN FRANCE, AILLEURS EN EUROPE Mathilde Stallegger & Marc Thauront (Écosphère) Séminaire technique, Rouen, 6 février 2008 1 Benchmarking : l échantillon survolé

Plus en détail

Pégase 3 L état des congés payés. Dernière révision le 05/07/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 L état des congés payés. Dernière révision le 05/07/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 L état des congés payés Dernière révision le 05/07/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...3 Description des colonnes du tableau...3 Pégase 3 L état des congés

Plus en détail

Normes d élaboration du plan de sondage de l inventaire d aménagement

Normes d élaboration du plan de sondage de l inventaire d aménagement République Démocratique du Congo MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, CONSERVATION DE LA NATURE, EAUX ET FORETS ------------------------------------------- SERVICE PERMANENT D INVENTAIRE ET D AMENAGEMENT FORESTIERS

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 DU PORT DE CANET A L EMBOUCHURE DU BOURDIGOU CELLULE HYDRO-SEDIMENTAIRE N 7 (Du port de Canet à l embouchure du Bourdigou) COMMUNES sur la CELLULE : Canet-en-Roussillon

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

L utilisation des SIG pour aider à la. opérationnelles dans le cadre de pollutions marines accidentelles

L utilisation des SIG pour aider à la. opérationnelles dans le cadre de pollutions marines accidentelles L utilisation des SIG pour aider à la décision et gérer g les données opérationnelles dans le cadre de pollutions marines accidentelles Vincent Gouriou Cedre (CEntre de Documentation de Recherche et d'experimentations

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012

cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012 cartographies de la pollution par l ozone dans les pays de la Loire en 2012 Les premières cartographies régionales d indicateurs réglementaires d ozone ont été réalisées pour l année 2012 à partir de la

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier

Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier Analyse des coûts additionnels associés à un changement du mode d épandage du lisier Par Dominique Baril-Tremblay (a) Claude Roy (b) Lota D. Tamini (a) (a) Institut de recherche et développement en agroenvironnement

Plus en détail

ÉROSION DES RIVES PAR LE BATILLAGE :

ÉROSION DES RIVES PAR LE BATILLAGE : ÉROSION DES RIVES PAR LE BATILLAGE : ÉROSION ET BATILLAGE L érosion des rives est un processus qui se produit le long de tous les cours d eau. Les causes naturelles sont multiples (vagues de vent, niveaux

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

Une planification territoriale intégrant la gestion et la préservation de l eau et des milieux aquatiques

Une planification territoriale intégrant la gestion et la préservation de l eau et des milieux aquatiques Une planification territoriale intégrant la gestion et la préservation de l eau et des milieux aquatiques Contrat de rivière et PLU sur les secteur soumis à l aléa inondation Exemple de la commune de Venelles

Plus en détail

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA)

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Etude de la qualité de l air autour des accès de Stations de ski

Etude de la qualité de l air autour des accès de Stations de ski autour des accès de Stations de ski 2013 www.air-rhonealpes.fr Diffusion : Juillet 2014 Siège social : 3 allée des Sorbiers 69500 BRON Tel : 09 72 26 48 90 - Fax : 09 72 15 65 64 contact@air-rhonealpes.fr

Plus en détail

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES I Objectifs qualitatifs (5) Risque non atteinte des objectifs des Pas de dépassement du seuil

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Validé par les membres de la CMP, le 23 octobre 2012

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Atlas de l'évolution de l'occupation du sol sur le littoral de Vendée entre 1985, 2000 et 2006

Atlas de l'évolution de l'occupation du sol sur le littoral de Vendée entre 1985, 2000 et 2006 Octobre 2008 Atlas de l'évolution de l'occupation du sol sur le littoral de Vendée entre 1985, 2000 et 2006 Direction Départementale de l'equipement de la Vendée Service Habitat et Prospective / Observatoire,

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Service de l assainissement collectif

Service de l assainissement collectif Préfecture du Territoire de Belfort D.D.T. 90 Observatoire de l eau et de l assainissement VADE MECUM des indicateurs de contexte et de performance Service de l assainissement collectif Les indicateurs

Plus en détail