Site d étude. Résultats

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Site d étude. Résultats"

Transcription

1 Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude Cette masse d eau saumâtre est fortement salée ; elle s étend sur une partie du bras de mer l Aber Wrac h qui se situe dans le Nord-Ouest du Finistère. La zone intertidale représente plus de 50% de cette masse d eau qui s étend sur 6 km². La turbidité y est faible (<200 FNU), le débit moyen est de 2 m 3 /s environ. Le bassin versant représente une surface de 137 km² et on note la présence de nombreux élevages porcins aux abords immédiats de l estuaire. L amplitude moyenne des marées est comprise entre 1 et 5 m (régime mésotidal), elle peut atteindre au maximum 7,5 m. La conchyliculture est l activité dominante de l estuaire. Résultats Ce secteur fait partie, avec le Trieux, la rivière de Morlaix, l Elorn, l Aulne, le Goyen, la Rivière de Pont l Abbé, l Odet, l Aven, la Belon, la Laïta, le Scorff et le Blavet, des 13 masses d eau de transition qui ont été sélectionnées pour la mise en place de l indicateur pour ce paramètre en Bretagne. Le travail sur la méthodologie de calcul de l indicateur réalisé avec l ONEMA a été présenté dans le rapport publié en 2012 par Ar Gall et Le Duff (voir calcul de l indicateur) et est en attente de validation au niveau national.. L indicateur proposé ABER - conduirait à proposer un classement en «bon état» de cette masse d eau pour ce sous-élément de qualité. Atlas DCE Loire Bretagne Page 1 sur 7

2 Avec la collaboration du Centre d Etude et de Valorisation des Algues Site d étude Source : CEVA Figure 1 : localisation de la masse d eau et vue aérienne du site Cette masse d eau saumâtre (6 km²) est fortement salée ; elle s étend sur une partie du bras de mer l Aber Wrac h qui se situe dans le Nord-Ouest du Finistère. Le débit moyen est de 2 m 3 /s environ. Cette masse d eau est qualifiée de non turbide. Le bassin versant représente une surface de 137 km² et on note la présence de nombreux élevages porcins aux abords immédiats de l estuaire. L amplitude moyenne des marées est comprise entre 1 et 5 m (régime mésotidal), elle peut atteindre au maximum 7,5 m. La conchyliculture est l activité dominante de l estuaire. L aire totale de l estran de la masse d eau l Aber Wrac h, à basse mer et au coefficient 120, est de 570 ha. L aire potentiellement colonisable par les algues vertes correspond à l aire du substrat meuble (sable + vase). Pour cette masse d eau, elle est de 462 ha. Les roches couvrent 108 ha et il y a absence de schorre. Il est à noter que la distinction entre substrat vaseux et sableux ne se fait pas sur une base granulométrique mais par photointerprétation. Figure 2 : Caractéristiques sédimentaires de l'estran de la masse d'eau l Aber Wrac h (FRGT08) Atlas DCE Loire Bretagne Page 2 sur 7

3 Description des dépôts d ulves et historique Cette masse d eau de transition a été retenue dans le cadre du réseau de contrôle de surveillance. Elle fait aussi partie des masses d eau retenues pour la mise au point de l indicateur «macroalgues opportunistes (blooms)». Description des dépôts d algues vertes et historique Dans le cadre de la DCE, le suivi des masses d eau de transition a débuté en 2008 avec 3 survols aériens du littoral (mai, juillet, septembre). Concernant les vasières, seul le maximum annuel de couverture algale est quantifié (le mois du maximum de la surface algale est déterminé visuellement à partir des photos aériennes des mois de mai, juillet et septembre). Recouvrement statistique des échouages sur les dernières années suivies Pour obtenir la cartographie statistique des échouages (sous logiciel de système d information géographique), l estran est préalablement quadrillé, chaque maille ayant une superficie de 75 m². Une maille peut contenir jusqu à 4 informations concernant le taux de recouvrement par les algues (1 évaluation par an pendant 4 ans). La moyenne statistique du taux de couverture sur 4 ans est obtenue en divisant la somme des taux de couverture par le nombre total de suivis. La Figure 3 montre que les algues vertes prolifèrent essentiellement sur les grands estrans vaseux de l estuaire de l Aber Wrac h. Figure 3 : Synthèse interannuelle des dépôts ( ) de la masse d'eau l Aber Wrac h (FRGT08) Atlas DCE Loire Bretagne Page 3 sur 7

4 Evolution des échouages entre 2008 et 2012 A l inverse des plages, une présence modérée d algues vertes sur les vasières est considérée comme «naturelle». Les marées vertes en systèmes vaseux n étant réellement suivi que depuis 2008, les paramètres influençant leur évolution sont moins bien connus qu en système sableux. Il en ressort néanmoins que : le sédiment joue un rôle important de réservoir en nutriments et en spores d algues. La configuration même des masses d eau de transition induit un faible renouvellement des eaux et de ce fait un confinement de tout apport anthropique. les flux azotés en excès restent la cause principale du développement massif des algues vertes dans les vasières. La Figure 4 montre que la couverture algale dans la masse d eau Aber Wrac h a varié entre 35 et 80 ha équi Depuis 2010, les surfaces d algues vertes se développant dans cette masse d eau semblent se stabiliser autour des 40 ha. Figure 4 : Evolution de la couverture annuelle maximale en algues vertes depuis 2008 pour la masse d eau FRGT08. 1 La couverture algale en hectares équivalent 100% (ha équi 100) exprime la surface d estran recouverte à 100% par les algues. Elle est obtenue en multipliant l aire du dépôt algal par son taux de recouvrement. Atlas DCE Loire Bretagne Page 4 sur 7

5 Evaluation de la masse d eau Classement de la masse d eau sur la base de l indicateur La qualité de la masse d eau est évaluée à partir de 2 critères appelés métriques : o Métrique 1 : pourcentage maximal de l aire potentiellement colonisable recouverte par les algues vertes o Métrique 2 : aire affectée par les algues vertes Pour chacune des deux métriques ainsi que pour l évaluation, les résultats sont présentés d une part année par année puis d autre part sous la forme d une moyenne glissante sur le nombre d année pour lesquelles des données sont actuellement disponibles. Ces premiers résultats constituent un pré-classement. A terme, ce classement sera présenté sur 6 ans pour les masses d eau ne bénéficiant pas d un pré-classement en bon ou très bon été écologique. Métrique 1 : Pourcentage maximal de l aire potentiellement colonisable recouverte par les algues vertes: Pour calculer cette métrique, le maximum annuel de couverture algale est rapporté à l aire potentiellement colonisable par les algues vertes. Cette métrique est généralement associé à un bon état écologique pour l Aber Wrac h excepté en Il en résulte tout de même un bon état écologique au niveau de la moyenne pluriannuelle (Tableau 1). Tableau 1 : Pourcentage de l'aire potentiellement colonisable par les algues vertes sur l'aber Wrac h Résultats (%) Moyenne (%) Seuils Très bon [0-5[ Bon [5-15[ 12,62 7,91 10,50 9,36 12,52 12,01 11,48 Moyen [15-25[ 17,03 Médiocre [25-75[ Mauvais [75-100] Atlas DCE Loire Bretagne Page 5 sur 7

6 Métrique 2 : Aire affectée (ha) : Cette métrique correspond à la somme des aires brutes des dépôts algaux, sans tenir compte du taux de recouvrement des algues. Ainsi, qu une surface d un hectare soit recouverte à 10 % ou à 80 % d algues vertes, l aire affectée sera toujours égale à 1 ha. L aire affectée par une prolifération d algues vertes est importante sur l Aber Wrac h et varie de 75 à 141 ha (Tableau 2). Quelle que soit l année considérée, cette métrique induit un classement en dehors du bon état écologique et place cette masse d eau toujours en état médiocre à l échelle de la moyenne pluriannuelle. Tableau 2 : Aire affectée par les échouages d'algues vertes sur l'estran de l Aber Wrac h Résultats Moyenne Seuils Très bon [0-10[ Bon [10-50[ Moyen [50-100[ 81,58 75,67 Médiocre [ [ 141,39 106,33 102,13 109,77 107,86 101,42 Mauvais [ ] Evaluation Les indices calculés pour chaque métrique sont transformés en un Ratio de Qualité Ecologique afin d obtenir une notre entre 0 (mauvais) et 1 (très bon). L indicateur est la moyenne des ratios de Qualité Ecologique obtenus pour ces deux métriques. Il est comparé à la grille de lecture ci-dessous afin d obtenir l évaluation de la masse d eau pour les blooms d opportunistes. La combinaison des deux métriques précédentes entraîne une évaluation de la masse d eau en état écologique moyen en considérant la moyenne pluriannuelle (Tableau 3). Toutefois, cette masse d eau a atteint le bon état écologique à 2 reprises depuis le début du suivi (en 2010 et en 2012). Tableau 3 : Evaluation finale de la masse d'eau de l Aber Wrac h (FRGT08) Résultats Moyenne Seuils Très bon [1-0,8[ Bon [0,8-0,6[ 0,61 0,61 Moyen [0,6-0,4[ 0,45 0,52 0,54 0,52 0,52 0,53 0,58 Médiocre [0,4-0,2[ Mauvais [0,2-0[ Atlas DCE Loire Bretagne Page 6 sur 7

7 Résultats du suivi opérationnel Parallèlement à cette évaluation DCE, d autres suivis sont réalisés pour une meilleure connaissance du phénomène parmi lesquels : Le suivi des quotas azotés et phosphorés. La détermination des quotas consiste à doser le contenu interne de la teneur en azote et en phosphore dans les cellules algales. Cette donnée permet de déterminer le statut nutritionnel des algues. Détermination des stocks algaux sur estran : Au maximum du développement algale des mesures de biomasses sont effectuées en parallèle des mesures surfaciques permettant d évaluer le stock algal présent sur un site. Détermination des stocks algaux subtidaux : Les biomasses subtidales sont déterminées en plongée en hiver ou au maximum du développement algal. L évaluation hivernale a pour objectif de déterminer les stocks résiduels à partir desquels se forment les marées vertes. Les stocks estivaux ont pour but d évaluer les stocks algaux totaux, en particulier sur les sites pour lesquels la configuration des plages ne facilite pas l échouage. Cette masse d eau fait l objet d un suivi des quotas azotés et phosphorés à partir d ulves récoltées dans la baie de Keridaouen. En 2012, la croissance des ulves était limitée par le phosphore dans cette baie (Figure 5). Azote kjedahl en % de MS 5,00 4,50 4,00 3,50 3,00 2,50 2,00 1,50 1,00 0,50 0,00 Phosphore total en % de MS 0,35 0,3125 0,275 0,2375 0,2 Q 1 N Q 1 P 0,1625 0,125 Q 0 N Q 0 P 0,0875 0,05 0,0125 Avril Mai Juin Juillet Aout Sept Oct 0, Azote Phosphore Figure 5 : Evolution saisonnière des quotas azotés et phosphorés d'ulves au sein de la masse d eau l Aber Wrac h en 2012 Baie de Keridaouen Cette masse d eau a par ailleurs fait l objet d une évaluation de la biomasse algale totale présente sur la zone d estran durant l été Le stock d algues vertes a été estimé à 680 tonnes (poids humide essoré). Les résultats de la surveillance DCE depuis 2007 sont accessibles en ligne à la rubrique Publications du site ENVironnement LITtoral de l Ifremer (ENVLIT), section Directive Cadre sur l Eau. Par ailleurs, le CEVA suit les phénomènes de prolifération algale en Bretagne depuis de nombreuses années, les résultats de ces travaux sont également en ligne. Atlas DCE Loire Bretagne Page 7 sur 7

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

Contrôle de surveillance 2013 Evaluation de l amplitude des blooms de macroalgues opportunistes dans la masse d eau «lac d Hossegor» [FRFC 09].

Contrôle de surveillance 2013 Evaluation de l amplitude des blooms de macroalgues opportunistes dans la masse d eau «lac d Hossegor» [FRFC 09]. Observatoire Aquitain des Sciences de l Univers UMR 5805 EPOC Université Bordeaux 1 CNRS Station Marine d Arcachon Hugues Blanchet, Benoît Gouillieux, Mariange Cornet Station Marine d Arcachon 2 rue du

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Institut Français de Recherche pour l Exploitation de la Mer

Institut Français de Recherche pour l Exploitation de la Mer Institut Français de Recherche pour l Exploitation de la Mer DYNamiques de l Environnement COtier - BENTHOS Laboratoire côtier Environnement Ressources de Normandie Anne-Sophie BARNAY avril 2005 Avant-Projet

Plus en détail

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC

Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Réserve Naturelle BAIE DE SAINT-BRIEUC Les petits tortillons éparpillés sur la plage signalent la présence d'un ver : l'arénicole (Arenicola marina). Bien connu des pêcheurs comme très bon appât, des biochimistes

Plus en détail

Réseau de surveillance des biocénoses. benthiques côtières (REBENT) Bilan des actions sur la région Bretagne pour l année 2009.

Réseau de surveillance des biocénoses. benthiques côtières (REBENT) Bilan des actions sur la région Bretagne pour l année 2009. Institut français de recherche pour exploitation de la mer Centre de Brest Département DYNamique de l Environnement Côtier (DYNECO) Service Applications Géomatiques BAJJOUK T. (Coord.) RST/IFREMER/DYNECO/AG/10-12/TB

Plus en détail

ENQUÊTE PUBLİQUE RÉALİSATİON D'AMÉNAGEMENTS DE STABİLİSATİON DU TRAİT DE CÔTE A LA GUÉRİNİÈRE ET L'ÉPİNE (SECTEUR DES ÉLOUX) Exposé

ENQUÊTE PUBLİQUE RÉALİSATİON D'AMÉNAGEMENTS DE STABİLİSATİON DU TRAİT DE CÔTE A LA GUÉRİNİÈRE ET L'ÉPİNE (SECTEUR DES ÉLOUX) Exposé ENQUÊTE PUBLİQUE RÉALİSATİON D'AMÉNAGEMENTS DE STABİLİSATİON DU TRAİT DE CÔTE A LA GUÉRİNİÈRE ET L'ÉPİNE (SECTEUR DES ÉLOUX) 1. Etat des lieux 2. Causes 3. Le projet 4. Conclusion, proposition Exposé «La

Plus en détail

Panorama de la gestion des services de l eau en Bretagne. Illustration des enjeux et des problématiques

Panorama de la gestion des services de l eau en Bretagne. Illustration des enjeux et des problématiques Conseil Régional de Bretagne CS21101 283 avenue du Général Patton 35711 RENNES CEDEX 7 Etude régionale pour l élaboration d outils d aide à la décision à destination des collectivités concernant la gestion

Plus en détail

Coordination des actions DCE en eaux littorales - Action 8

Coordination des actions DCE en eaux littorales - Action 8 Partenariat 2012. Coordination des actions DCE en eaux littorales - Action 8 Directive Cadre sur l Eau : les pressions anthropiques et leur impact sur les indicateurs de l état écologique des masses d

Plus en détail

Sdage Loire-Bretagne 2010-2015 Tableau de bord

Sdage Loire-Bretagne 2010-2015 Tableau de bord Sdage Loire-Bretagne 2010-2015 Tableau de bord Octobre 2013 TABLE DES MATIÈRES Evaluation de l état des eaux et atteinte des objectifs définis dans le Sdage... 3 Linéaire de cours d eau restauré ou entretenu

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle 7ème Journée de restitution des résultats de l Observatoire du Patrimoine Naturel Marais poitevin jeudi

Plus en détail

Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Phare de la Coubre (17)

Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Phare de la Coubre (17) Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Jérôme REVEL Laboratoire de Bordeaux Page 1/22 sommaire Introduction Analyse historique du trait de côte Analyse naturaliste

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE Conseil Général de Haute-Savoie SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE ETUDE DES AFFLUENTS DE L ARVE CAMPAGNES 2007-2008 Le Chinaillon au Grand Bornand, 24 juillet 2007 RESUME AUTRES

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Comment va l Iroise? Tableau de bord 2014

Comment va l Iroise? Tableau de bord 2014 Comment va l Iroise? Tableau de bord 2014 ÉDITO Le Parc naturel marin d Iroise souhaite suivre la réalisation des objectifs de son plan de gestion. Vous allez découvrir les résultats des suivis de l environnement

Plus en détail

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron PREFET DE l AVEYRON Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron Réunion d information des propriétaires et des exploitants Mercredi 10 décembre 2014 Pourquoi restaurer la continuité

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT NOMENCLTURE ES OPERTIONS SOUMISES UTORISTION OU ECLRTION EN PPLICTION ES RTICLES L. 214-1 L. 214-3 U COE E L ENVIRONNEMENT TBLEU E L RTICLE R. 214-1 U COE E L ENVIRONNEMENT (PRTIE REGLEMENTIRE) Consolidée

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012

GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 COMETE - 14/12/2012 258 RUE PERRIER GUSTIN - 73 000 BASSENS Tel : 04 79 62 77 62 - Fax : 01 57 67 95 98 - Email : infos@comete-conseils.fr Bilan

Plus en détail

Protocole de distribution des habitats benthiques côtiers par modélisation prédictive Author(s):

Protocole de distribution des habitats benthiques côtiers par modélisation prédictive Author(s): Title: Protocole de distribution des habitats benthiques côtiers par modélisation prédictive Author(s): Vona Meleder Document owner: Jacques Populus (jpopulus@jifremer.fr) - IFREMER Reviewed by: Workgroup:

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

BREST METROPOLE OCEANE

BREST METROPOLE OCEANE BREST METROPOLE OCEANE SUIVI MORPHO-SEDIMENTAIRE DE LA PLAGE DE SAINTE-ANNE-DU-PORTZIC (COMMUNES DE BREST ET PLOUZANE) DANS LE CADRE DES OPERATIONS DE REHABILITATION Bernard FICHAUT Serge SUANEZ Marianne

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie Université Lille1 impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé J. Prygiel 1,2, G. Billon 2, E. Prygiel 2 1 Agence de l eau

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné l: CLER Propositions géothermie - SRCAE Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie La géothermie, un potentiel insoupçonné Association CLER 2-Bât-B rue Jules Ferry 93100 Montreuil Tél : 01 55

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil 2013 Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil NORMANDIE BRETAGNE SUD PAYS DE LOIRE - VENDÉE CHARENTE MARITIME GIRONDE Lexique Annuités Remboursement annuel des emprunts (capital

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES

LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES 18 Clipperton Océan pacifique Les sites pilotes du tableau de bord des aires marines protégées Polynésie française 12 9 Saint-Pierre et Miquelon 21 Antilles

Plus en détail

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne)

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) L élaboration Mise en œuvre du Plan : le lancement Installation de la CLE Travaux de la commission «Marée vertes et littoral» - Flux d azote,

Plus en détail

TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE :

TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE : TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE : Bassin versant de l Èvre : - Superficie : 573 km² - 45 communes concernées - Longueur de cours d eau cumulée

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Définir une mesure compensatoire équivalente

Définir une mesure compensatoire équivalente Définir une mesure compensatoire équivalente aux impacts résiduels SIGNIFICATIFS du projet Étape du projet Concertation Préparation du dossier de demande Instruction du dossier de demande Mise en œuvre,

Plus en détail

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS MARTIN S. *, DELAHAYE F. ** Bureau d études E3C 2 rue Léon Patoux CS 50001 51664 REIMS CEDEX * Mr Stéphane MARTIN, Directeur

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Philippe de DONATO Université de Lorraine/CNRS Co-auteurs: C. PRINET, B. GARCIA, H. LUCAS, Z. POKRYSZKA, S. LAFORTUNE, P. FLAMANT, F. GIBERT, D. EDOUART,

Plus en détail

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS La Directive Cadre sur l Eau (DCE, n 2000/60/CE) fixe comme objectif pour 2015 l atteinte du bon état ou du bon potentiel écologique des eaux de surface. Ces états écologiques sont appréciés par la qualité

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

Applications SIG-DFCI au SDIS 30. Sophie Sauvagnargues-Lesage Commandant Jean-François Roure Major Thierry Boussardon

Applications SIG-DFCI au SDIS 30. Sophie Sauvagnargues-Lesage Commandant Jean-François Roure Major Thierry Boussardon Applications SIG-DFCI au SDIS 30 Sophie Sauvagnargues-Lesage Commandant Jean-François Roure Major Thierry Boussardon Historique Il y a 30 ans, l'entente mettait en place une cartographie papier «feux de

Plus en détail

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Un outil pratique de gestion des haies destinée aux agriculteurs ayant des travaux d entretien du bocage et souhaitant valoriser leur bois Favoriser

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015

Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015 Département des conservateurs Formation permanente Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015 Crédit photographique : Laurent Mignaux / MEDDE-MLETR

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Référentiels pour la gestion des sites Natura 2000 Tome 2 : Les habitats et les espèces Natura 2000 en mer.

Référentiels pour la gestion des sites Natura 2000 Tome 2 : Les habitats et les espèces Natura 2000 en mer. Annexe 64 Référentiels pour la gestion des sites Natura 2000 Tome 2 : Les habitats et les espèces Natura 2000 en mer. Tome 2 Les habitats et les espèces Natura 2000 en mer Référentiel pour la gestion des

Plus en détail

LES ACTIVITÉS POSSIBLES

LES ACTIVITÉS POSSIBLES LES ACTIVITÉS POSSIBLES ACTIVITES SCOLAIRES JPA Le nombre de ces activités encadrées par les animateurs varie en fonction de la durée des séjours : Nombre d activités JPA Séjour 7 jours 1 Séjour 9 jours

Plus en détail

COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides»

COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides» COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides» - 1-4 AVRIL 2013 MALICORNE-SUR-SARTHE COMPTE-RENDU DE REUNION Ordre du jour 1. Qu est ce qu un SAGE? Quel est le

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

ATELIER «STOCKAGE» Direction Développement Commerce 1 er mars 2012

ATELIER «STOCKAGE» Direction Développement Commerce 1 er mars 2012 ATELIER «STOCKAGE» Direction Développement Commerce 1 er mars 2012 Atelier Stockage du 1 er mars 2012 Retour sur l utilisation des stockages en 2011/2012 Bilan du processus d allocation au 1 er avril 2012

Plus en détail

Evolution de la dynamique. l Estuaire de la Vilaine

Evolution de la dynamique. l Estuaire de la Vilaine Evolution de la dynamique géomorphologique et sédimentaire i de l Estuaire de la Vilaine Christophe DANQUERQUE, Institution d Aménagement de la Vilaine Camille TRAINI, Université de Bretagne Sud Composition

Plus en détail

Les milieux humides, entre terre et eau

Les milieux humides, entre terre et eau «Les milieux humides, entre terre et eau» 1 Les milieux humides, entre terre et eau L essentiel Marais, tourbières, prairies humides, lacs, lagunes, mangroves : les milieux humides se déclinent en une

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail

Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies renouvelables?

Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies renouvelables? Letondu Noëmie Baudin Nathan 3 C Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies renouvelables? Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies renouvelables? I. Ce qu'est une énergie

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Stéphanie Poligot-Pitsch Olivier Nauleau DREAL Pays de la Loire DREAL Bretagne Qu est

Plus en détail

Lancement du site internet

Lancement du site internet PAY S DE SAI NT MALO Dossier de presse Jeudi 12 juillet 2012 Sommaire : Communiqué de presse Partenaires En présence des principaux acteurs et partenaires, Monsieur René COUANAU, maire de Saint-Malo et

Plus en détail

Méthode de cartographie quantitative des ulves "offshore"

Méthode de cartographie quantitative des ulves offshore Découvrez un ensemble de documents, scientifiques ou techniques, dans la base Archimer : http://www.ifremer.fr/docelec/ Direction de l'environnement et de l'aménagement du littoral DEL/EC/BB Conseil Régional

Plus en détail

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011 Assainissement des campings - 11 janvier 2011 Etat des lieux de l assainissement non collectif (ANC) en Finistère Caractéristiques des eaux usées des campings Contexte et cadre réglementaire Les chiffres

Plus en détail

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT C 1 EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT L alimentation en eau potable n'apparaît pas comme un problème majeur au niveau de la ville. Les réseaux d alimentation sont récents et l

Plus en détail

Introduction. L approche française : déclinaisons locales d une circulaire nationale. L approche anglaise : une vision top-down.

Introduction. L approche française : déclinaisons locales d une circulaire nationale. L approche anglaise : une vision top-down. Une évaluation particulière : les coûts disproportionnés 92 Introduction 95 L approche française : déclinaisons locales d une circulaire nationale 111 L approche anglaise : une vision top-down 12 Conclusion

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Première phase de l évaluation

Première phase de l évaluation !"""#!""$ Première phase de l évaluation % %%% &!""' (( CHAPITRE 1 INTRODUCTION... 6 1.1. Rappel des objectifs de l évaluation... 6 1.2. Contexte de l évaluation... 6 CHAPITRE 2 CONTEXTE ET HISTORIQUE

Plus en détail

2. Méthodologie d estimation de la concentration de surface en Chlorophylle par satellite

2. Méthodologie d estimation de la concentration de surface en Chlorophylle par satellite Variation spatio-temporelle de la chlorophylle / SRM MMN Francis Gohin (Francis.Gohin@ifremer.fr) IFREMER/DYNECO/PELAGOS, Centre de Brest BP 70 29280 Plouzané Avec la participation de Felipe Artigas (ULCO),

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

Ecosystèmes. Mars 2014. Rapport RSL-14/2014. Etats de la colonne

Ecosystèmes. Mars 2014. Rapport RSL-14/2014. Etats de la colonne Département Océanographie, Dynamique des Ecosystèmes UL- Laboratoire Environnement Ressourcess du Languedoc-Roussillon RST/LER/LR/14.07 Mars 2014 Réseau de Suivi Lagunaire du Languedoc-Roussillon Bilan

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Contexte de la mission Connaissance, compréhension et anticipation des phénomènes d érosion et de submersion

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Travaux réalisés dans le cadre de la mission d accompagnement de la CLI CLI des Monts d Arrée, réunion

Plus en détail

MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ

MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ PROCÉDURE A DESTINATION DES MAITRES D'OUVRAGE DES INVENTAIRES DE ZONES HUMIDES SUR LE FINISTÈRE MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ 2 Contexte Cette procédure est proposée par la CAMA et a fait l'objet

Plus en détail

Étude impact éolien pour le projet CUSM Ville de Montréal

Étude impact éolien pour le projet CUSM Ville de Montréal Rapport final pour Daniel Arbour et Associés sur le projet CUSM, page 1 Étude impact éolien pour le projet CUSM Ville de Montréal Rapport final pour Daniel Arbour & Associés Études et services conseils

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

L éditorial. Les brèves de l association :

L éditorial. Les brèves de l association : Imprimé sur papier 100% recyclé Hiver 2003 N 7 information sur le développement environnemental en Aquitaine UNION EUROPENNE Fonds européen de développement régional L éditorial Plus d un quart de siècle

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

CISSE INF EAU N 13. Edito du vice -président. Dans ce numéro

CISSE INF EAU N 13. Edito du vice -président. Dans ce numéro CISSE INF EAU N 13 Bulletin d information du bassin de la Cisse 1er trimestre 2015 Votre Cisse Inf eau change de style Après 2 ans et demi d existence, et pour anticiper l évolution de la chartre graphique

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail