Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement"

Transcription

1 Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Travaux réalisés dans le cadre de la mission d accompagnement de la CLI CLI des Monts d Arrée, réunion du 1er juillet 2014

2 Articulation des travaux au premier semestre 2014 Travaux articulés cette année essentiellement autour de la mise en place de l outil «tableau de bord». 23/04/14: Réunion avec le GT Expertise 11/06/14: Réunion avec le GT Expertise Présentation par l ACRO d une première maquette du tableau de bord Echange par rapport à ce travail Echanges et discussions sur une nouvelle version du tableau de bord prenant en compte les premières remarques Poursuite du travail relatif à la réalisation de «grilles de lectures» permettant d appréhender les résultats de la surveillance environnementale - Finalisation des premières fiches d informations générales concernant le site des Monts d Arrée pour la période considérée, - Mise-à-jour des «grilles» avec les résultats de la surveillance réglementaire Commission Locale d Information des Monts d Arrée 1 er juillet

3 Grille de lecture Objectifs Comprendre les résultats de la surveillance environnementale Pouvoir les situer par rapport aux limites réglementaires, Pouvoir les appréhender en se référant à ce qui est communément mesuré dans l environnement de Brennilis. Outils nécessaires: - L accès régulier par la CLI aux résultats de mesures réalisées réglementairement dans l environnement - Un état des lieux de la situation environnementale autour du site nucléaire des Monts d Arrée. ACRO 2011: Bilan des connaissances relatives au niveau de la radioactivité dans l environnement des Monts d Arrée à partir de l examen des études radioécologiques et résultats de la surveillance réglementaire. Commission Locale d Information des Monts d Arrée 1 er juillet

4 Grille de lecture Organisation en 12 chapitres 1 & 2 3 Informations concernant le site pour l année considérée Rayonnement gamma ambiant 4 5 Air Eau de pluie Compartiment atmosphérique 6 Végétaux et sols Compartiment terrestre 7 Eaux rabattues 8 9 Eaux souterraines Eaux de surface Compartiment aquatique 10 Végétaux & sédiments aquatique Eau potable Denrées alimentaires Produits de consommation Commission Locale d Information des Monts d Arrée 1 er juillet

5 Grille de lecture : Format Fiche de présentation générale pour chaque compartiment étudié. 1 er niveau de lecture 5

6 Grille de lecture Une description de l organisation des contrôles Les évènements d intérêt Un accès à + d information Les éléments saillants 6

7 Grille de lecture Fiche explicative pour chaque mesure réalisée réglementairement 2ième niveau de lecture 7

8 Grille de lecture Une description succincte du paramètre but, limite et moyen d obtention Expliciter des références Décrire ce que l on mesure habituellement Définition des valeurs inhabituelles Quels sont les seuils réglementaires existant Seuil d investigation et limite à ne pas dépasser 8

9 Grille de lecture Notion de valeurs «inhabituelles» Des résultats qui se détachent de façon significative de la tendance globale = des résultats inattendus ou valeurs suspectes sur le plan statistique Des résultats qui caractérisent des situations auxquelles il parait intéressant de prêter attention. Objectifs : Faciliter la lecture des résultats Les valeurs positives que j observe sont-elles habituellement mesurées ou bien suspectes? 9

10 Grille de lecture Application aux données 2013 de la surveillance réglementaire Présentation de quelques exemples Source rapport annuel environnement EDF 2013 & 10

11 Rayonnement gamma ambiant 3A Légende Plage des valeurs habituelles (3σ) valeurs mensuelles Commentaires En clôture du site, aucune valeur inhabituelle n est notée en 2013 pour l ensemble des dosimètres passifs lus chaque mois. comprises entre 0,08 et 0,13 msv/mois en 2013 (entre 0,08 et 0,15 msv/mois en 2012) Dosimètres passifs : cumuls mensuels en msv Pour la zone «entreprises», il est impossible de rendre compte de la situation en l absence de données 11

12 Rayonnement gamma ambiant 3A Dosimètres passifs : cumuls mensuels en msv Commentaires A distance, aucune valeur inhabituelle n est notée pour l ensemble des dosimètres passifs lus chaque mois. > Moyennes entre 0,10 et 0,11 msv/mois 12

13 Radioactivité dans l air 4A Commentaires La quasi-totalité des valeurs traduisent bien les fluctuations de la radioactivité naturelle (réf. période ). Toutefois, quelques valeurs se détachent du «lot», Amplitude des valeurs obtenues quotidiennement aux stations AS1, AS2 et AS Élévation momentanée des niveaux de la radioactivité naturelle (faible dispersion) 13

14 Radioactivité des eaux souterraines 8A Année 2013 Amplitude des valeurs obtenues quotidiennement aux stations AS1, AS2 et AS3. Commentaires Une seule valeur inhabituelle est constatée ; elle concerne l indice bêta global des eaux prélevées au droit du puits P3 (bâtiment réacteur) le 9/12/14 (--> liée à une teneur en potassium élevée). Aucune autre valeur inhabituelle n est notée sur l année ainsi que pour les autres paramètres recherchés (tritium, émetteurs gamma) 14

15 Synthèse pour 2013 Résumé pour la période examinée Seule une valeur inhabituelle concernant l indice bêta global des eaux souterraines prélevées dans le puits P3 (BCI) est notée le 9 décembre 2013 avec 0,89 Bq/L. Les autres résultats 2012 restent en deçà des critères d analyse fixés dans les grilles pour chaque compartiment et chaque paramètre étudiés. Des données manquantes sont notées : Rayonnement gamma ambiant pour la zone entreprise, Produits agricoles (autres que le lait), Sédiments et végétaux aquatiques, Note : Difficile de rendre compte de la situation concernant le niveau en Carbone-14 dans les végétaux prélevés à Brennilis, compte tenu d une limite de détection trop élevée (LD=450 Bq/kg de C). 15

16 Tableau de bord Mise en place d un tableau de bord Objectifs : Aider la CLI à s approprier l information afin de lui permettre d assurer une continuité dans le suivi du chantier sous plusieurs axes, 16

17 Tableau de bord 20XX Échelle de temps - Autorisations -Prescriptions techniques -Déclarations d évènements Aspects réglementaire Enjeux - Exposition du personnel (suivi des doses individuelles et collectives, etc.) - Qualité des eaux souterraines - Nombre de colis de déchets non évacués - Disponibilité des exutoires -STE -Echangeurs -[ ] Opérations en cours Commission Locale d Information des Monts d Arrée 17 décembre

18 Tableau de bord 20XX Échelle de temps Déchets - Déchets radioactifs évacués par an (en tonne) - Déchets conventionnels, - Gravats recyclés sur le site Transferts - Rejets atmosphériques - Emission CO 2 - Qualité radiologique des eaux rabattues - Qualité des eaux pluviales restituées à l Ellez - Remblais importés 18

19 Tableau de bord Tableau de bord (version du 01/07/14) Commission Locale d Information des Monts d Arrée 1 er juillet

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives L IRSN et la surveillance de l environnement Etat des lieux et perspectives Didier CHAMPION et Jean-Marc PERES Journées SFRP Paris 23-24 septembre 2009 Objectifs de la surveillance de l environnement 2

Plus en détail

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Stratégie Prélèvement Etude d'impact http://reseau-becquerel.in2p3.fr Les mesures de radioactivité dans l environnement Deux finalités complémentaires mais distinctes Mesures à but réglementaire

Plus en détail

Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF.

Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF. Le marché du démantèlement des installations nucléaires d EDF. ITER & nucléaire civil 2012 Saint-Etienne, le 30 novembre 2012 Rhône 9 réacteurs en déconstruction en France 1 réacteur à eau pressurisée

Plus en détail

-le cas de l Allemagne-

-le cas de l Allemagne- La mise en oeuvre de la surveillance -le cas de l Allemagne- Friedrich Eberbach Ministerialrat a.d. du Ministère de l Environnement de Rhénanie-Palatinat 1 Veuillez excuser «mon» français SVP 2 Surveillance

Plus en détail

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement CLI AREVA Romans 16 novembre 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Plan de surveillance environnementale AREVA Romans Questions

Plus en détail

Bilan de l état radiologique de l environnement français en 2009

Bilan de l état radiologique de l environnement français en 2009 RAPPORT Bilan de l état radiologique de l environnement français en 2009 Synthèse des résultats des réseaux de surveillance de l IRSN n n n n n n n n n n Bilan de l état radiologique de l environnement

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Atelier «Innovation et Société»

Atelier «Innovation et Société» Atelier «Innovation et Société» Journée de présentation AAP Andra,15 décembre Luis Aparicio, Direction R&D Andra Les installations à l arrêt ou en démantèlement en France Usines de retraitement de La Hague

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 9 mars 2015 Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 L accident de la centrale de Fukushima Dai-Ichi (F-1), survenu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. L IRSN présente sa stratégie de surveillance de la radioactivité dans l environnement de la Vallée du Rhône.

DOSSIER DE PRESSE. L IRSN présente sa stratégie de surveillance de la radioactivité dans l environnement de la Vallée du Rhône. DOSSIER DE PRESSE L IRSN présente sa stratégie de surveillance de la radioactivité dans l environnement de la Vallée du Rhône 17 novembre 2014 Surveiller la radioactivité dans l environnement : les attentes

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN)

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) CHAPITRE 18 L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) Introduction 367 Les missions de l IRSN 367 Bilan des activités de l IRSN en 2007 369 Appui de nature réglementaire 369 Expertise

Plus en détail

Ont contribué à l élaboration de ce rapport : Organisme

Ont contribué à l élaboration de ce rapport : Organisme Ont contribué à l élaboration de ce rapport : Nom CHAPTAL-GRADOZ Nathalie CHEVREUIL Martial D AMICO Donato DEBAYLE Christophe LEPRIEUR Fabrice MANIFICAT Guillaume PERES Jean-Marc PIERRARD Olivier TOURNIEUX

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

Chooz PERSPECTIVE. Sommaire A la une. à la une. AOût 2015

Chooz PERSPECTIVE. Sommaire A la une. à la une. AOût 2015 Chooz EN PERSPECTIVE AOût 25 Sommaire A la une actualité du site événements techniques résultats environnementaux PERSPECTIVES A VENIR Le mensuel d information de la centrale nucléaire de Chooz EDF - Sargos

Plus en détail

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 DIFFUSION LIMITEE AREVA SGN Page : 3 / 52 SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 2.2 LES PRODUITS STOCKES...7 2.3 DONNEES

Plus en détail

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif Maîtrise des Fournisseurs La CAEAR Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif 1 La CAEAR : Définition Commission interne au CEA, Elle a pour mission la présélection des entreprises

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Actions de l Autorité de Sûreté Nucléaire. Le contrôle de la dépollution & L information des publics

Actions de l Autorité de Sûreté Nucléaire. Le contrôle de la dépollution & L information des publics Actions de l Autorité de Sûreté Nucléaire Le contrôle de la dépollution & L information des publics Incident CEA Valduc - les conséquences en Ile-de-France 1 Pollution au tritium : Caractéristiques Demi-vie

Plus en détail

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Sommaire L Andra dans l Aube : un exploitant industriel exemplaire Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Plus en détail

FR0003943. 2. IMPACT DOSIMETRIQUE DES TACHES DE CONTAMINATION 2.1. Introduction

FR0003943. 2. IMPACT DOSIMETRIQUE DES TACHES DE CONTAMINATION 2.1. Introduction EVALUATIONS DOSIMETRIQUES RELATIVES AUX CONTAMINATIONS DES TRANSPORTS DE COMBUSTIBLES IRRADIES. M. Juanola*, A. Despres*, B. Laurent** Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire. Département de Protection

Plus en détail

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse 20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en 1. L accident Il y a 20 ans, le 26 avril 1986 à 01h24 heure locale, se produisait l accident le plus grave jamais survenu dans une installation

Plus en détail

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache COGEMA Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache Roger FANTON Chef des services QSSE Directeur Adjoint Journées SFRP, les 17 et 18 novembre 2005 COGEMA L'énergie, cœur

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Philippe BERNET. Philippe LAUNÉ. Directeur-adjoint du CIDEN. Chef de la division déconstruction

Philippe BERNET. Philippe LAUNÉ. Directeur-adjoint du CIDEN. Chef de la division déconstruction Philippe BERNET Directeur-adjoint du CIDEN Philippe LAUNÉ Chef de la division déconstruction Centre d Ingénierie Déconstruction et Environnement 154 avenue Thiers 69006 Lyon Diaporama propriété d EDF.

Plus en détail

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Assurance qualité Normalisation http://reseau-becquerel.in2p3.fr P. 2 Un peu d histoire Le code Hammourabi (-2150) «Si un maçon construit une maison et que celle-ci s écrase et tue ses habitants,

Plus en détail

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, une production d électricité au cœur de la région Centre

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, une production d électricité au cœur de la région Centre DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2012 La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, une production d électricité au cœur de la région Centre Contact presse : Laurence Poussel Tél : 02-48-54-50-11 e-mail : laurence.poussel@edf.fr

Plus en détail

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 CLI de Saint-Alban / Saint-Maurice l Exil 19 mai 2014 19/05/2014 1 L Autorité de sûreté

Plus en détail

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL Radioprotection des personnels Bilan 2013 Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 STATUT DU DOCUMENT : DOCUMENT DE TRAVAIL du CHSCT Central V0-1 Radioprotection

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur

Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur Les ambigüités et les difficultés d application du décret travailleur 1 LE TEXTE RÉGLEMENTAIRE Protection des travailleurs Décret 2003-296 du 31/03/03 Codifié dans le code du travail Plus arrêtés d applications

Plus en détail

RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2014

RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2014 RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2014 Centrale nucléaire de Cattenom Sommaire p. 2 Un énergéticien, au coeur du Pays des Trois Frontières p. 4 La responsabilité environnementale Industriel responsable

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION Journées SFRP : Démantèlement des installations nucléaires et problématiques associées Serge PEREZ CEA/INSTN, Alain PIN CEA/INSTN. www-instn.cea.fr GRENOBLE 23 ET 24 OCTOBRE

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Journées d échanges franco-suisses sur la gestion des sites et sols pollués 14 15 juin 2012 Hans-Jürg Reinhart Carine

Plus en détail

Séminaire ANCCLI IRSN Les enjeux du démantèlement. 16 juin 2014

Séminaire ANCCLI IRSN Les enjeux du démantèlement. 16 juin 2014 Séminaire ANCCLI IRSN Les enjeux du démantèlement 16 juin 2014 Retrouver toutes les présentations de cette journée : http://www.irsn.fr/fr/connaissances/nucleaire_et_societe/expertise-pluraliste/irsn-anccli/pages/11-

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives

Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives Fukushima 2015 : état des lieux et perspectives 11 mars 2015 Le 11 mars 2011 en début d après-midi, environ 6 500 personnes, salariés de l exploitant TEPCO et de ses entreprises partenaires, sont présentes

Plus en détail

Retour d expérience sur l application de la procédure ALARA au SCK CEN

Retour d expérience sur l application de la procédure ALARA au SCK CEN Retour d expérience sur l application de la procédure ALARA au SCK CEN Philippe Antoine Conseiller en Prévention Adjoint Head Sub-unit Health Physics ABR, Journée de formation ALARA 1 2007-10-05 La première

Plus en détail

Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009. Compagnie Minière d Akouta

Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009. Compagnie Minière d Akouta Rapport Environnemental, Social et Sociétal 2009 Compagnie Minière d Akouta Sommaire 01 02 03 04 05 06 Présentation de la COMINAK p.5 La situation géographique p.5 Les activités de la COMINAK La responsabilité

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Proximité Ethique Responsabilité

Proximité Ethique Responsabilité Qu est-ce que le développement durable à l échelle de ma TPE-PME? Proximité Ethique Responsabilité cgpme-idf@wanadoo.fr-tel: 01 56 89 09 30 www.cgpme-idf.fr Salon Entreprise Durable 20 octobre 2009 Qu

Plus en détail

DEMANDE DE BRANCHEMENT EAU POTABLE / POSE COMPTEUR

DEMANDE DE BRANCHEMENT EAU POTABLE / POSE COMPTEUR DEMANDE DE BRANCHEMENT EAU POTABLE / POSE COMPTEUR Suite à votre demande, veuillez trouver ci-joint votre dossier pour la réalisation d un branchement d eau potable, d une pose compteur ou d un déplacement

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 6 décembre 2013 relatif aux modalités de formation de la

Plus en détail

Présentation du logiciel ASTRAL

Présentation du logiciel ASTRAL Page 1/11 Présentation du logiciel ASTRAL 1. INTRODUCTION Le logiciel ASTRAL est développé dans le cadre d un projet cofinancé par IRSN et EDF. ASTRAL est un acronyme pour ASsistance Technique en Radioprotection

Plus en détail

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012

Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima. HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Aide apportée par AREVA au Japon suite à l accident de Fukushima HCTISN Arnaud GAY Directeur, Business Unit Valorisation - AREVA 9 mars 2012 Sommaire Un soutien technique et humain immédiat Actiflo -Rad,

Plus en détail

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :..

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. S APP ANA Compétences évaluées Extraire l information utile Exploiter l information

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Pouvoir adjudicateur : Centre Hospitalier de Béziers 2 rue Valentin Haüy BP 740 34525 BEZIERS Libellé de la consultation* : SITE MONTIMARAN SERVICE RADIOLOGIE (objet du marché)

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION CONSTRUCTION OU REHABLILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

éco-construction bâtiments d élevage

éco-construction bâtiments d élevage éco-construction bâtiments d élevage Jacques Capdeville, service Bâtiment-Environnement, Institut de l Elevage Michel Colache, Maison Régionale de l Elevage SIMA février 2011 un contexte Des préoccupations

Plus en détail

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire

MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA. Pôle maîtrise des risques Direction de la protection et de la sûreté nucléaire MARS 2012 RÈGLES GÉNÉRALES DE RADIOPROTECTION DU CEA Direction de la protection et de la sûreté nucléaire Préface La protection radiologique des travailleurs, du public et de l environnement est l affaire

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ Ce document regroupe, sous forme de fiches, les informations nécessaires à la réalisation des travaux de

Plus en détail

maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs

maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs l offre SGS dédiée à vos projets industriels SGS apporte un support à vos projets industriels tout le long de leur vie, de la conception à la mise

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Point d actualités du site AREVA Tricastin

Point d actualités du site AREVA Tricastin Point d actualités du site AREVA Tricastin Frédéric De Agostini Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 21 juin 2012 Direction Tricastin Journée sécurité des chantiers du Tricastin Plus de 1200 participants

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Forum national de la qualité des eaux de baignade

Forum national de la qualité des eaux de baignade Cassis 7 juin 2011 Forum national de la qualité des eaux de baignade L apport des profils de vulnérabilité dans les modes de gestion L'expérience d Ensuès-la-Redonne Michel ILLAC Maire et Vice-Président

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Chiffres 2007. données économiques, sociales, sociétales et environnementales

Chiffres 2007. données économiques, sociales, sociétales et environnementales Chiffres 2007 données économiques, sociales, sociétales et environnementales sommaire DÉMARCHE DE PROGRÈS 01 Progrès continu 03 Innovation PERFORMANCE ÉCONOMIQUE 04 Résultats 2007 IMPLICATION SOCIALE 07

Plus en détail

PREAMBULE. Baccalauréat professionnel spécialité Environnement nucléaire 5

PREAMBULE. Baccalauréat professionnel spécialité Environnement nucléaire 5 PREAMBULE Le candidat au baccalauréat professionnel environnement nucléaire doit préalablement à son entrée en formation être informé des conditions suivantes : 1)Afin d éviter le risque d exclusion pour

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Eau et environnement. Programme de coopération technique

Eau et environnement. Programme de coopération technique Programme de coopération technique Eau et environnement Le programme de coopération technique de l AIEA aide les États Membres à concrétiser leurs priorités de développement tout en surveillant et en protégeant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120

Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120 Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120 Novembre 2010 Guide de présentation d'une demande de permis - Radiothérapie RD/GD-120 Publié par la Commission canadienne de sûreté

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE

Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 GASN ASSOCIATION DES RETRAITÉS DU GROUPE CEA GROUPE ARGUMENTAIRE SUR LE NUCLÉAIRE LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE 1. INTRODUCTION La gestion de crise dans

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Jugement de la Haute Cour du Cap dans l affaire McDonald et autres c. Ministère de l Énergie et des Ressources minières et autres (2007)

Jugement de la Haute Cour du Cap dans l affaire McDonald et autres c. Ministère de l Énergie et des Ressources minières et autres (2007) Jurisprudence Afrique du Sud Jugement de la Haute Cour du Cap dans l affaire McDonald et autres c. Ministère de l Énergie et des Ressources minières et autres (2007) Le 12 juin 2007, la Haute Cour du Cap

Plus en détail

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU Le décret n 2008-652 du 2 juillet 2008 précise le dispositif prévu par la loi sur l eau

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination

Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination R A P P O R T Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination Partie 1 : Guide méthodologique DEI/SARG/2006-009 DIRECTION

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

Paris, le 2 juillet 2013

Paris, le 2 juillet 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juillet 2013 N/Réf. : CODEP-PRS-2013-037348 Madame la Directrice Hôpital Saint Antoine 184, rue du Faubourg Saint-Antoine 75012 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

Les rayonnements ionisants Paysage institutionnel et réglementation applicable

Les rayonnements ionisants Paysage institutionnel et réglementation applicable Les rayonnements ionisants Paysage institutionnel et réglementation applicable L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

POINT SUR LES CONSEQUENCES SANITAIRES DE L ACCIDENT DE TCHERNOBYL

POINT SUR LES CONSEQUENCES SANITAIRES DE L ACCIDENT DE TCHERNOBYL POINT SUR LES CONSEQUENCES SANITAIRES DE L ACCIDENT DE TCHERNOBYL Septembre 2005 Avis de Bernard Bigot, Haut-Commissaire à l Energie Atomique SOMMAIRE 1 - INTRODUCTION 3 2 - L ACCIDENT 4 3 - MESURES EN

Plus en détail

Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014

Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014 Le Management de l Energie Rencontre ATEE du 17/06/2014 SOMMAIRE > La démarche de l entreprise DARVA > Performance du Système de Management de l Environnement et de l énergie La démarche de l entreprise

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

INVENTAIRE NATIONAL des matières et déchets radioactifs. Les déchets immergés. Dossier

INVENTAIRE NATIONAL des matières et déchets radioactifs. Les déchets immergés. Dossier Les déchets immergés 06 Suite aux travaux du Grenelle de la Mer qui s est tenu en 2009, l engagement a été pris de mettre en place une meilleure surveillance et un contrôle plus efficace du milieu marin.

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE MISE SOUS ALARMES DES PORTES EXTERIEURES CENTRE HOSPITALIER DE BEZIERS

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE MISE SOUS ALARMES DES PORTES EXTERIEURES CENTRE HOSPITALIER DE BEZIERS MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Pouvoir adjudicateur : Centre Hospitalier de Béziers 2 rue Valentin Haüy BP 740 34525 BEZIERS Libellé de la consultation* : MISE SOUS ALARMES DES PORTES EXTERIEURES CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail