Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement"

Transcription

1 Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Travaux réalisés dans le cadre de la mission d accompagnement de la CLI CLI des Monts d Arrée, réunion du 1er juillet 2014

2 Articulation des travaux au premier semestre 2014 Travaux articulés cette année essentiellement autour de la mise en place de l outil «tableau de bord». 23/04/14: Réunion avec le GT Expertise 11/06/14: Réunion avec le GT Expertise Présentation par l ACRO d une première maquette du tableau de bord Echange par rapport à ce travail Echanges et discussions sur une nouvelle version du tableau de bord prenant en compte les premières remarques Poursuite du travail relatif à la réalisation de «grilles de lectures» permettant d appréhender les résultats de la surveillance environnementale - Finalisation des premières fiches d informations générales concernant le site des Monts d Arrée pour la période considérée, - Mise-à-jour des «grilles» avec les résultats de la surveillance réglementaire Commission Locale d Information des Monts d Arrée 1 er juillet

3 Grille de lecture Objectifs Comprendre les résultats de la surveillance environnementale Pouvoir les situer par rapport aux limites réglementaires, Pouvoir les appréhender en se référant à ce qui est communément mesuré dans l environnement de Brennilis. Outils nécessaires: - L accès régulier par la CLI aux résultats de mesures réalisées réglementairement dans l environnement - Un état des lieux de la situation environnementale autour du site nucléaire des Monts d Arrée. ACRO 2011: Bilan des connaissances relatives au niveau de la radioactivité dans l environnement des Monts d Arrée à partir de l examen des études radioécologiques et résultats de la surveillance réglementaire. Commission Locale d Information des Monts d Arrée 1 er juillet

4 Grille de lecture Organisation en 12 chapitres 1 & 2 3 Informations concernant le site pour l année considérée Rayonnement gamma ambiant 4 5 Air Eau de pluie Compartiment atmosphérique 6 Végétaux et sols Compartiment terrestre 7 Eaux rabattues 8 9 Eaux souterraines Eaux de surface Compartiment aquatique 10 Végétaux & sédiments aquatique Eau potable Denrées alimentaires Produits de consommation Commission Locale d Information des Monts d Arrée 1 er juillet

5 Grille de lecture : Format Fiche de présentation générale pour chaque compartiment étudié. 1 er niveau de lecture 5

6 Grille de lecture Une description de l organisation des contrôles Les évènements d intérêt Un accès à + d information Les éléments saillants 6

7 Grille de lecture Fiche explicative pour chaque mesure réalisée réglementairement 2ième niveau de lecture 7

8 Grille de lecture Une description succincte du paramètre but, limite et moyen d obtention Expliciter des références Décrire ce que l on mesure habituellement Définition des valeurs inhabituelles Quels sont les seuils réglementaires existant Seuil d investigation et limite à ne pas dépasser 8

9 Grille de lecture Notion de valeurs «inhabituelles» Des résultats qui se détachent de façon significative de la tendance globale = des résultats inattendus ou valeurs suspectes sur le plan statistique Des résultats qui caractérisent des situations auxquelles il parait intéressant de prêter attention. Objectifs : Faciliter la lecture des résultats Les valeurs positives que j observe sont-elles habituellement mesurées ou bien suspectes? 9

10 Grille de lecture Application aux données 2013 de la surveillance réglementaire Présentation de quelques exemples Source rapport annuel environnement EDF 2013 & 10

11 Rayonnement gamma ambiant 3A Légende Plage des valeurs habituelles (3σ) valeurs mensuelles Commentaires En clôture du site, aucune valeur inhabituelle n est notée en 2013 pour l ensemble des dosimètres passifs lus chaque mois. comprises entre 0,08 et 0,13 msv/mois en 2013 (entre 0,08 et 0,15 msv/mois en 2012) Dosimètres passifs : cumuls mensuels en msv Pour la zone «entreprises», il est impossible de rendre compte de la situation en l absence de données 11

12 Rayonnement gamma ambiant 3A Dosimètres passifs : cumuls mensuels en msv Commentaires A distance, aucune valeur inhabituelle n est notée pour l ensemble des dosimètres passifs lus chaque mois. > Moyennes entre 0,10 et 0,11 msv/mois 12

13 Radioactivité dans l air 4A Commentaires La quasi-totalité des valeurs traduisent bien les fluctuations de la radioactivité naturelle (réf. période ). Toutefois, quelques valeurs se détachent du «lot», Amplitude des valeurs obtenues quotidiennement aux stations AS1, AS2 et AS Élévation momentanée des niveaux de la radioactivité naturelle (faible dispersion) 13

14 Radioactivité des eaux souterraines 8A Année 2013 Amplitude des valeurs obtenues quotidiennement aux stations AS1, AS2 et AS3. Commentaires Une seule valeur inhabituelle est constatée ; elle concerne l indice bêta global des eaux prélevées au droit du puits P3 (bâtiment réacteur) le 9/12/14 (--> liée à une teneur en potassium élevée). Aucune autre valeur inhabituelle n est notée sur l année ainsi que pour les autres paramètres recherchés (tritium, émetteurs gamma) 14

15 Synthèse pour 2013 Résumé pour la période examinée Seule une valeur inhabituelle concernant l indice bêta global des eaux souterraines prélevées dans le puits P3 (BCI) est notée le 9 décembre 2013 avec 0,89 Bq/L. Les autres résultats 2012 restent en deçà des critères d analyse fixés dans les grilles pour chaque compartiment et chaque paramètre étudiés. Des données manquantes sont notées : Rayonnement gamma ambiant pour la zone entreprise, Produits agricoles (autres que le lait), Sédiments et végétaux aquatiques, Note : Difficile de rendre compte de la situation concernant le niveau en Carbone-14 dans les végétaux prélevés à Brennilis, compte tenu d une limite de détection trop élevée (LD=450 Bq/kg de C). 15

16 Tableau de bord Mise en place d un tableau de bord Objectifs : Aider la CLI à s approprier l information afin de lui permettre d assurer une continuité dans le suivi du chantier sous plusieurs axes, 16

17 Tableau de bord 20XX Échelle de temps - Autorisations -Prescriptions techniques -Déclarations d évènements Aspects réglementaire Enjeux - Exposition du personnel (suivi des doses individuelles et collectives, etc.) - Qualité des eaux souterraines - Nombre de colis de déchets non évacués - Disponibilité des exutoires -STE -Echangeurs -[ ] Opérations en cours Commission Locale d Information des Monts d Arrée 17 décembre

18 Tableau de bord 20XX Échelle de temps Déchets - Déchets radioactifs évacués par an (en tonne) - Déchets conventionnels, - Gravats recyclés sur le site Transferts - Rejets atmosphériques - Emission CO 2 - Qualité radiologique des eaux rabattues - Qualité des eaux pluviales restituées à l Ellez - Remblais importés 18

19 Tableau de bord Tableau de bord (version du 01/07/14) Commission Locale d Information des Monts d Arrée 1 er juillet

Proposition d un «indice de la radioactivité de l environnement» Julien COLLET Directeur de l environnement et des situations d urgence

Proposition d un «indice de la radioactivité de l environnement» Julien COLLET Directeur de l environnement et des situations d urgence Proposition d un «indice de la radioactivité de l environnement» Julien COLLET Directeur de l environnement et des situations d urgence 1 Contexte (1/2) Recommandation du CSSIN (Tchernobyl-20 ans après,

Plus en détail

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES «La conformité à la réglementation en vigueur, la prévention des pollutions ainsi que la recherche d amélioration continue de la

Plus en détail

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives L IRSN et la surveillance de l environnement Etat des lieux et perspectives Didier CHAMPION et Jean-Marc PERES Journées SFRP Paris 23-24 septembre 2009 Objectifs de la surveillance de l environnement 2

Plus en détail

Surveillance du Tritium

Surveillance du Tritium Surveillance du Tritium Cligeet 13 décembre 2013 1 Sommaire Le tritium : définition et caractéristiques Les seuils et limites associées Le dispositif de surveillance et de mesures Les investigations immédiates

Plus en détail

CONTRÔLE ET SURVEILLANCE DU SITE DU CEA CADARACHE ET DE SON ENVIRONNEMENT. Assemblée Générale de la CLI - 13 MARS 2013

CONTRÔLE ET SURVEILLANCE DU SITE DU CEA CADARACHE ET DE SON ENVIRONNEMENT. Assemblée Générale de la CLI - 13 MARS 2013 CONTRÔLE ET SURVEILLANCE DU SITE DU CEA CADARACHE ET DE SON ENVIRONNEMENT Assemblée Générale de la CLI - 13 MARS 2013 12 MARS 2013 CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 CONTRÔLE ET SURVEILLANCE DU SITE DU CEA CADARACHE

Plus en détail

La surveillance de l environnement autour des sites nucléaires

La surveillance de l environnement autour des sites nucléaires La surveillance de l environnement autour des sites nucléaires Journée CLIGEET du 22 octobre Catherine MERCAT Direction 3SE du Tricastin Les objectifs de la surveillance environnementale Vérifier que les

Plus en détail

mantèlement de la centrale de Brennilis

mantèlement de la centrale de Brennilis Suivi du démantd mantèlement de la centrale de Brennilis Retour d expériences sur la mise en place d un suivi partagé de l environnement Séminaire ANCCLI-IRSN «Environnement et Santé» 26 et 27 novembre

Plus en détail

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail 1 INTITULE Unité : EDF SA ERDF Sous-unité d affectation : Famille professionnelle : Médico-social Métier : Infirmier Intitulé de l emploi

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement CLI AREVA Romans 16 novembre 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Plan de surveillance environnementale AREVA Romans Questions

Plus en détail

Le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection ASN, rôle et relations avec les médecins du travail

Le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection ASN, rôle et relations avec les médecins du travail Le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection ASN, rôle et relations avec les médecins du travail David Krembel Autorité de sûreté nucléaire Direction des centrales nucléaires 1 L organisation

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

Séminaire anccli-irsn

Séminaire anccli-irsn Séminaire anccli-irsn Claudie Dryjanski Directrice technique Suivi de la radioactivité ambiante sur le littoral Nord-Pas de Calais 26 novembre 2015 1 atmo Nord Pas-de-Calais Présentation Association régionale

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS?

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS? L IRSN publie une estimation des doses reçues au Japon par irradiation externe due aux dépôts radioactifs provoqués par l accident de la centrale de Fukushima-Daiichi 12 avril 2011 L IRSN fait le point

Plus en détail

Référentiel de la radioprotection au CEA

Référentiel de la radioprotection au CEA Page 3 sur 7 TABLE DES MATIERES 1. OBJET... 4 2. CHAMP D APPLICATION... 4 3. RESPONSABILITES... 4 4. COMPOSITION DU REFERENTIEL DE LA RADIOPROTECTION AU... 4 5. LISTE DES DOCUMENTS CONSTITUANT LE REFERENTIEL

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation 1 INTITULE Unité : EDF SA ERDF Sous-unité d affectation : Famille professionnelle : Médico-social Métier : Infirmier

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

Une perspective cavalière G. Manificat IRSN

Une perspective cavalière G. Manificat IRSN La surveillance, Une perspective cavalière G. Manificat IRSN Surveiller «Observer avec une attention soutenue, de manière à exercer un contrôle, une vérification» Petit Robert Surveiller 1.Pourquoi? 2.Dans

Plus en détail

DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE

DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 28 Mars 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-015092 DIAGNOSTIC REGLEMENTAIRE IMMOBILIER (DRI) 37, Rue Louis Saillant 38150 SALAISE SUR SANNE Objet : Inspection de

Plus en détail

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne 1 ère révision Règlement Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Projet pour consultation Table des matières I. Préambule... 3 A. Portée

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

La politique de recours à la sous-traitance au CEA. Situation de Cadarache. Réunion de la CLI de CADARACHE 4 juillet 2012 PAGE 1

La politique de recours à la sous-traitance au CEA. Situation de Cadarache. Réunion de la CLI de CADARACHE 4 juillet 2012 PAGE 1 La politique de recours à la sous-traitance au CEA Situation de Cadarache Réunion de la CLI de CADARACHE 4 juillet 2012 PAGE 1 LE RECOURS A LA SOUS-TRAITANCE 1/2 Comment définit-on la sous-traitance au

Plus en détail

RÉSOLUTION EUROPÉENNE

RÉSOLUTION EUROPÉENNE N 93 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mars 2014 RÉSOLUTION EUROPÉENNE sur le Mécanisme de résolution unique : nouvelle étape de l Union bancaire. Est devenue résolution du Sénat, conformément

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

PROTOCOLE. La Commission locale d information de Flamanville, représentée par Michel LAURENT, Président,

PROTOCOLE. La Commission locale d information de Flamanville, représentée par Michel LAURENT, Président, PROJET PROTOCOLE pour la réalisation de prélèvements et de mesure dans l environnement relatifs aux émissions ou rejets des installations du centre nucléaire de production d électricité EDF de Flamanville

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.10.2015 COM(2015) 494 final 2015/0238 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL autorisant le Royaume-Uni à appliquer une mesure particulière dérogatoire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1213 du 10 août 2007 relatif aux schémas d aménagement et de gestion

Plus en détail

Loi sur l économie sociale

Loi sur l économie sociale PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 27 Loi sur l économie sociale Présentation Présenté par M. Sylvain Gaudreault Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation

Plus en détail

Fiches de poste et études de poste

Fiches de poste et études de poste Fiches de poste et études de poste Un cadre réglementaire et cohérent contribuant à la préservation de la santé au travail et à la sécurité avec une approche pluridisciplinaire. Objectifs de la fiche de

Plus en détail

DEPUIS 25 ANS, VOTRE CERTIFICATEUR DE RÉFÉRENCE EN RADIOPROTECTION

DEPUIS 25 ANS, VOTRE CERTIFICATEUR DE RÉFÉRENCE EN RADIOPROTECTION LE CEFRI Comité français de certification des Entreprises pour la Formation et le suivi du personnel travaillant sous Rayonnements Ionisants PRÉSENTATION Pascal VAUCHERET, Directeur du CEFRI Le CEFRI est

Plus en détail

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011 Atelier n 4 Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS L épreuve 7 permet d évaluer la capacité intégrative 10 du

Plus en détail

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression 10 juin 2011 Réexamens de sûreté et visites décennales (VD) Sur le plan réglementaire, il n y a pas en France de limitation

Plus en détail

LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES

LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION Trravaux coorrdonnés parr Olivierr Chabrrol l ((Syndex)) ett Marrtti iall Cozetttte ((CFIIE--consei il)) Syntthèse des ttrravaux Févrri

Plus en détail

Les contrôles de radioprotection

Les contrôles de radioprotection Les contrôles de radioprotection Présentation de l arrêté du 26 octobre 2005 définissant les contrôles de radioprotection (JO du 27 novembre 2005) Application par les utilisateurs et les organismes agréés

Plus en détail

SOUMETTRE UNE DEMANDE D AIDE

SOUMETTRE UNE DEMANDE D AIDE COMMISSION D AIDE AUX OPERATEURS AUDIOVISUELS ATELIERS D ECOLE, DE PRODUCTION ET D ACCUEIL SOUMETTRE UNE DEMANDE D AIDE Conformément au décret du 10 novembre 2011 relatif au soutien au cinéma et à la création

Plus en détail

3 juin 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC

3 juin 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC CLI AREVA Romans 3 juin 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Présentation du Rapport SNR 2009 Sûreté et Radioprotection

Plus en détail

COMMUNE DE LA PLANCHE. RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif

COMMUNE DE LA PLANCHE. RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif COMMUNE DE LA PLANCHE RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif SPANC Commune de La Planche 1 Place de la Mairie 44140 LA PLANCHE Téléphone : 02.40.31.92.76 Fax : 02.40.31.98.20

Plus en détail

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité]

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Province du Manitoba Climate Change Planning Resource Guide Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Élaboré par : Remerciements : P. ex. conseil municipal, conseil d administration,

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

Ce cahier appartient à. Tuteur de. Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 146 rue Paradis CS 30002 MARSEILLE CEDEX 06 1/

Ce cahier appartient à. Tuteur de. Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 146 rue Paradis CS 30002 MARSEILLE CEDEX 06 1/ CAHIER DE SUIVI DU TUTEUR DANS LE CADRE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Ce cahier appartient à Tuteur de Du / / Au / / AGEFOS PME PACA 6 rue Paradis CS 000 MARSEILLE CEDEX 06 / INTRODUCTION QU EST-CE

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Règlement relatif à la liquidation partielle

Règlement relatif à la liquidation partielle Règlement relatif à la liquidation partielle Caisse de pension de la Société suisse de Pharmacie Adopté le 07.06.2012 En vigueur dès le 01.07.2012 Approuvé par l'autorité de surveillance le 06.12.2012

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Charte de déontologie du CSTB

Charte de déontologie du CSTB Charte de déontologie du CSTB La présente charte définit et fait connaitre la déontologie que le CSTB s engage à respecter en tant que support d innovation et tiers de confiance. Dans cette perspective,

Plus en détail

www.aprona.net 1. «Outils Nappe» 2. «Documentation» > www.aprona.net

www.aprona.net 1. «Outils Nappe» 2. «Documentation» > www.aprona.net www.aprona.net Procédure de récupération des données piézométriques via le site Internet de l APRONA > www.aprona.net «Outils Nappe» La nappe en direct, l Accès aux données et la Carte interactive sont

Plus en détail

Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité

Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité COMMUNAUTE URBAINE DE CHERBOURG Groupe de travail n 1 «Gouvernance de la qualité environnementale

Plus en détail

L évaluation permettant la validation du module "Management des équipes" se déroule en 2 étapes :

L évaluation permettant la validation du module Management des équipes se déroule en 2 étapes : Evaluation du module "MANAGEMENT DES EQUIPES" INFORMATIONS PERSONNELLES Nom et Prénom du candidat : Cachet de l organisme de formation Entreprise / Site : Organisme de formation : Responsable de l action

Plus en détail

Enquête sur «l impact des politiques en matière de changement climatique sur l emploi» (programme intégré du dialogue social européen 2009-2011)

Enquête sur «l impact des politiques en matière de changement climatique sur l emploi» (programme intégré du dialogue social européen 2009-2011) Enquête sur «l impact des politiques en matière de changement climatique sur l emploi» (programme intégré du dialogue social européen 2009-2011) Dans le cadre de leur programme de travail sur le dialogue

Plus en détail

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Fiche d application : Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 30 mai 2013 1 Préambule L article 23 de l arrêté

Plus en détail

Une offre globale pour assurer la CONFORMITÉ de vos ascenseurs et réaliser des ÉCONOMIES PACK ASCENSEURS

Une offre globale pour assurer la CONFORMITÉ de vos ascenseurs et réaliser des ÉCONOMIES PACK ASCENSEURS Une offre globale pour assurer la CONFORMITÉ de vos ascenseurs et réaliser des ÉCONOMIES PACK ASCENSEURS Expertise objective et neutre / Optimisation des coûts / Qualité de l installation / Gestion si

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

Direction Générale du Travail

Direction Générale du Travail Direction Générale du Travail Radioprotection des travailleurs Evolutions réglementaires intervenues et celles attendues en 2013 impactant l action des médecins du travail Réforme de la médecine du travail,

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE MENSUEL JUILLET 2015

RAPPORT DE SYNTHESE MENSUEL JUILLET 2015 RAPPORT DE SYNTHESE MENSUEL JUILLET 2015 SOMMAIRE 1- INTRODUCTION P 1 2- SURVEILLANCE DES EMISSIONS ATMOSPHERIQUES P 2 2.1 - REJETS CHEMINEE P 2 2.2 - BATIMENT ADMINISTRATIF P 7 2.3 - MESURE DE COLMATAGE

Plus en détail

Titre de la présentation. Le compte prévention pénibilité. Nom de l intervenant 00/00/2012 Emmanuel GOUAULT Directeur adjoint

Titre de la présentation. Le compte prévention pénibilité. Nom de l intervenant 00/00/2012 Emmanuel GOUAULT Directeur adjoint Titre de la présentation La gestion du compte prévension pénibilité Nom de l intervenant 00/00/2012 Emmanuel GOUAULT Directeur adjoint 2 février 2015 Institut du Travail Partie 1 Le compte prévention pénibilité

Plus en détail

ETUDES D ASSAINISSEMENT

ETUDES D ASSAINISSEMENT REFFOUH Abdelhafid Chef de division des études Direction de l Eau et de l Assainissement Direction Générale des Collectivités Locales Ministère de l Intérieur 10/12/2009 1 ETUDES D ASSAINISSEMENT Etudes

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Forage et puits. préserver, gérer, arbitrer. Bonnes pratiques. Réglementation. Compétences

Forage et puits. préserver, gérer, arbitrer. Bonnes pratiques. Réglementation. Compétences Forage et puits en Aquitaine RÉGLEMENTATION EN VIGUEUR Une nécessaire réglementation pour Réglementation Du point de vue réglementaire, la réalisation de forage ou d un puits ou d un prélèvement dans les

Plus en détail

Département de l Hérault

Département de l Hérault Du diagnostic à l opérationnel, quelles priorités? Le cas des collèges de l Hérault Jean-Pierre Quentin, directeur d exploitation du pôle éducation Patrimoine Conseil général de l Hérault mai 2009 AUDIT

Plus en détail

Elle a pour objectif d informer le personnel susnommé sur le projet de réforme des pensions prévu par l accord du gouvernement.

Elle a pour objectif d informer le personnel susnommé sur le projet de réforme des pensions prévu par l accord du gouvernement. Département des ressources humaines - Service du personnel enseignant et scientifique Av. F. Roosevelt 50, CP 115/01-1050 BRUXELLES Contact : Gwendoline NOEL - Email gwendoline.noel@ulb.ac.be Cette note

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 10KM DANS LA MARNE. Protégeons ensemble l'air que nous respirons

EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 10KM DANS LA MARNE. Protégeons ensemble l'air que nous respirons EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 1KM DANS LA MARNE Afin de répondre aux différentes attentes nationale et régionale, ATMO Champagne-Ardenne mène des campagnes de mesures de produits

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire

Observatoire de la consommation alimentaire MINISTÈRE DE LA RÉGION WALLONNE Observatoire de la consommation alimentaire La consommation de produits Bio Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique appliquées

Plus en détail

RISQUES TECHNOLOGIQUES MANAGEMENT DES RISQUES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX. Formations

RISQUES TECHNOLOGIQUES MANAGEMENT DES RISQUES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX. Formations RISQUES TECHNOLOGIQUES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX MANAGEMENT DES RISQUES Formations 2015 SITES ET SOLS POLUÉS PAROLE D EXPERT La reconversion des sites pollués est une préoccupation actuelle qui conjugue

Plus en détail

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif Les Obligations réglementaires Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC 1 Un Outil fondamental Le ZONAGE d assainissement Eaux Usées

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Création informatique INF-2102-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine d évaluation

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux?

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux? Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole Quels enjeux? L eau est un patrimoine commun dont la valeur est reconnue par tous. Charte européenne de l eau, 1967 Atteindre

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité

DOSSIER DE PRESSE. Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité DOSSIER DE PRESSE Mise en service du Centre de stockage de déchets de très faible activité -Andraaoût 2003 Contacts : Dominique Mer Tél : 03 25 92 33 98 ( fax : 33 83) E-mail : dominique.mer@andra.fr Cécile

Plus en détail

PISTE ACCES - SUIVI DES EAUX - ANALYSES PHYSICO CHIMIQUE DU 10/06/14

PISTE ACCES - SUIVI DES EAUX - ANALYSES PHYSICO CHIMIQUE DU 10/06/14 Maître d ouvrage : Cofinanceurs : Projet : Marché de travaux : - TRAVAUX PREPARATOIRES - Accès de chantier à la Possession MT 1C Contractant : 1A 23/06/2014 RB RB FK Initial Indice Date Rédacteur Vérifié

Plus en détail

L élaboration des prospectus sukuk et les modalités pratiques d obtention d un visa en vue de l admission sur un marché réglementé

L élaboration des prospectus sukuk et les modalités pratiques d obtention d un visa en vue de l admission sur un marché réglementé L élaboration des prospectus sukuk et les modalités pratiques d obtention d un visa en vue de l admission sur un marché réglementé Octobre 2010 Les S informer clés pour comprendre sur 10 0,5 % 32,5 * 32,5

Plus en détail

EVALUATION DES IMPACTS

EVALUATION DES IMPACTS annexe n 8 EVALUATION DES IMPACTS liés aux rejets des établissements AREVA Tricastin CIGEET 19 décembre 2007 AREVA TRICASTIN Sommaire de la présentation Quels sont les fondements d une évaluation des impacts?

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie mathématique de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Droits et Devoirs des différents acteurs

Droits et Devoirs des différents acteurs Droits et Devoirs des différents acteurs Mardi 28 Mai 2013 Centre technique municipal de Besançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Ce que dit la réglementation

Plus en détail

Contrôle d accès, une approche self-service!

Contrôle d accès, une approche self-service! Contrôle d accès, une approche self-service! Concept et retour d expérience Présentations Jean-Daniel SCHLAEPPY jean-daniel.schlaeppy@lausanne.ch Chef de la section Etudes et Applications Pilotage du programme

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

Appel à Propositions

Appel à Propositions Appel à Propositions CORAC Feuille de route Propulsion Thème : «Optimisation bleed» Référence de l Appel Titre de l appel Personne à contacter responsable de l appel à proposition (AàP) Date de début du

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR. Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement

OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR. Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement Préambule Tous les calculs et dimensionnements ont été faits sur la base du plan

Plus en détail

Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460

Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460 Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460. Congrès Bitume Québec 22 Mars 2013 Présenté par Éric Deschênes ing. 1 Statistiques Répartition annuelle des

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments Audits énergétiques L efficacité énergétique dans les bâtiments Préambule Vos consommations énergétiques vous semblent trop élevées et vous souhaitez améliorer les performances énergétiques de votre bâtiment.

Plus en détail

Politique numéro 26 sur l évaluation du rendement du directeur général et du directeur des études

Politique numéro 26 sur l évaluation du rendement du directeur général et du directeur des études POLITIQUE NUMÉRO 26 sur l évaluation du rendement du directeur général et du directeur des Études Responsable : Secrétariat général Dernière mise à jour : CA-2010-425.6.1, le 29 novembre 2010 Prochaine

Plus en détail

L ESSENTIEL RETRAITE RÉSERVÉ AUX EntREpRiSES AdhÉREntES du GRoUpE AGRiCA

L ESSENTIEL RETRAITE RÉSERVÉ AUX EntREpRiSES AdhÉREntES du GRoUpE AGRiCA L ESSENTIEL RETRAITE RÉSERVÉ AUX entreprises adhérentes du Groupe AGRICA SoMMAiRE AGRICA ET VOTRE ENVIRONNEMENT RETRAITE 1 LA RETRAITE DE BASE 2 LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 3 L ÉPARGNE RETRAITE ENTREPRISE

Plus en détail

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans l industrie

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans l industrie Audits énergétiques L efficacité énergétique dans l industrie Préambule Vos consommations énergétiques vous semblent trop élevées et vous souhaitez améliorer l efficacité énergétique de vos installations

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 31 juillet 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif

Plus en détail

Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre ATELIER TECHNIQUE SUR LA STRUCTURATION DES PROGRAMMES BUDGETAIRES

Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre ATELIER TECHNIQUE SUR LA STRUCTURATION DES PROGRAMMES BUDGETAIRES F O N D S M O N É T A I R E I N T E R N A T I O N A L Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre - Libreville, Gabon Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre

Plus en détail

Les modifications sont indiquées de la manière suivante : «modifications». I LES TEXTES APPLICABLES

Les modifications sont indiquées de la manière suivante : «modifications». I LES TEXTES APPLICABLES CIRCULAIRE : n 2013-10 Pôle prévention Téléphone : 04 67 04 38 83 Courriel : prevention@cdg34.fr LES OBLIGATIONS DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS TERRITORIAUX EN MATIÈRE DE CONSULTATION DU MÉDECIN

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

Journée «Eau et Assainissement

Journée «Eau et Assainissement Journée «Eau et Assainissement Enjeux et qualité de l eau sur le territoire du SAGE ATG Véronique GONZALEZ 23/01/2014 2 Agence Régionale de Santé Bretagne Origine des ARS : créées par l article 118 de

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Rappel : caractéristiques du Loi du 24/11/09 relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie Objectifs : Définir

Plus en détail