Parmi le large éventail des codes de calcul de l écoulement connus on peut citer : C3D, N3S, Fluent, CFX, Numeca, Star-CD, etc

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Parmi le large éventail des codes de calcul de l écoulement connus on peut citer : C3D, N3S, Fluent, CFX, Numeca, Star-CD, etc"

Transcription

1 Chapitre 5 Modélisation numérique 5.1. Introduction Depuis quelques années, l accroissement de la puissance des ordinateurs a permis de conduire des calculs tridimensionnels de l écoulement en turbomachines, tout en tenant compte de l effet de la viscosité et de la turbulence. Ce progrès a fait de la modélisation numérique de l écoulement ou CFD (Computational Fluid Dynamic) un outils de plus en plus important pour le développement et l optimisation du dimensionnement des turbomachines. Parmi le large éventail des codes de calcul de l écoulement connus on peut citer : C3D, N3S, Fluent, CFX, Numeca, Star-CD, etc Dans ce travail, la modélisation numérique de l écoulement dans la pompe centrifuge est conduite à l aide d un code de calcul commercial (CFX) présenté dans le paragraphe suivant Présentation du code CFX CFX est un nom générique de AEA technologie qui regroupe un ensemble de codes de CFD d usage universel capables de traiter des écoulements tridimensionnels complexes. Il comprend aussi des logiciels de génération de maillage, de création de géométrie ou d importation depuis la CAO. Au cours des simulations numériques de l écoulement présentées dans ce mémoire, les composantes utilisées sont CFX-BladeGen, CFX-TurboGrid et CFX-TASCflow. CFX-BladeGen est un outils tridimensionnel spécialisé pour la conception rapide des éléments des turbomachines. Dans ce travail, il a été exploité pour obtenir une bonne discrétisation de la géométrie de la roue SHF et du diffuseur. CFX-TASCflow est un code de calcul basé sur la résolution des équations de Navier- Stokes. Il dispose d éléments spécifiques qu en font un outil adapté pour le secteur des turbomachines. 137

2 Quand à CFX-TurboGrid, il s agit d un générateur de maillage spécialement dédié aux applications en turbomachines dont une présentation plus détaillée sera développée cidessous Générateur de maillage CFX-Turbogrid La première étape pour la modélisation numérique de l écoulement consiste à définir le domaine de calcul et le choix du type de maillage adapté : structuré ou non- structuré. CFX-TurboGrid est conçu pour la création de maillages structurés adaptés aux applications en turbomachines. Pour cela, il dispose d un nombre de modèles prédéfinis de maillage. L emploi de ces modèles réduit le temps de création et d optimisation du maillage pour l application donnée. Ce générateur de maillage traite les différents types de machines axiales, radiales, hélicoaxiales et même le cas d aubage en tandem. Le choix parmi neuf types de maillage repose sur la nature de la solidité. La géométrie peut être donnée dans un système de repère de coordonnées cylindriques ou cartésiennes. Le maillage nécessite alors la définition et le nombre des aubes, celles du moyeu et du carter ainsi que celle de l axe de rotation. Le nombre d aubes est nécessaire pour définir les conditions de périodicité. L aubage est défini par au moins deux sections réparties entre le plafond et la ceinture. Les points de chaque section doivent être classés depuis le bord d attaque vers le bord de fuite. Dans le cas présent, nous avons choisi la maquette de type «Generic-Multi-Block Grid». Ce modèle utilise des topologies de type BCOH, se compose de huit blocs de maillage : quatre dans le passage de type H, et quatre autour de l aube de type O (figure 5.1). Dans l obectif de détecter la formation de structures observées au cours de l étude expérimentale et notamment le développement de la structure et- sillage, le maillage est affiné au voisinage des parois des aubes par l emploi d un maillage de type O. CFX-TASCflow utilise une méthode de volumes finis pour résoudre les équations de l écoulement (masse, quantité de mouvements et énergie totale). Le calcul est très peu sensible à l allongement des cellules qui peut excéder 1/100. En revanche, il est préférable que l angle entre deux côtés de l élément volumique soit maintenu entre 20 et 180 degrés pour éviter une imbrication des éléments. Ceci conduit à un maillage de nœuds dans un canal inter aube de la roue et nœuds dans un canal du diffuseur (figure 5.2). 138

3 La simulation numérique de l écoulement dans la pompe centrifuge a été limité à la modélisation tridimensionnelle de l écoulement dans la roue et dans le diffuseur, sans tenir compte de la volute. Le nombre total des nœuds dans notre domaine de calcul est estimé à nœuds. Le domaine de calcul est illustré dans la figure 5.2. Profil de l aubage Condition de périodicité Maillage type H Figure 5. 1 : Modèle du maillage Maillage type O Maillage de la roue Maillage du diffuseur Figure 5. 2 : Vue aube à aube du maillage 139

4 Définition du domaine de calcul Le domaine de calcul est constitué en regroupant le maillage de la roue et du diffuseur. Notons bien que l entrefer roue- diffuseur est simulé par un diffuseur lisse, attaché à la roue, légèrement divergent pour s adapter à la largeur de la roue et diffuseur (figure 5.3). La simulation de l écoulement dans la roue et dans le diffuseur a requis l utilisation de l option blocs multiples «multiple block» qui prend en compte un repère relatif lié à la roue et un autre repère absolu lié aux parties fixes de la machine. Différentes approches sont alors possibles pour définir l interface entre les deux repères et tenir compte de leur déplacement relatif. Trois choix d interfaces sont disponibles dans le code CFX-TASCflow : Type 1 : «Frozen Rotor» Type 2 : «Stage» Type 3 : «Transient Rotor/Stator» «Frozen Rotor» est la technique la plus courante, elle permet de modéliser l écoulement pour une position relative donnée entre la roue et le diffuseur ou la volute. L avantage avec cette méthode est de prendre en compte l interaction entre les deux repères avec une hypothèse de calcul quasi- stationnaire, qui est ustifiée quand la vitesse de l écoulement est relativement importante par rapport à la vitesse de la machine dans l interface entre les deux repères. L inconvénient avec cette méthode est de ne pas prendre en considération l instationnarité de l écoulement liée au déplacement relatif des deux repères. Son utilisation se ustifie d avantage quand la variation azimutale de l écoulement se fait sur une distance plus importante que celle d un pas des éléments considérés. Pour la deuxième option «stage», le calcul est conduit simultanément pour deux rangées d aubes, le passage du repère relatif vers le repère absolu se fait par le calcul de la moyenne circonférentielle de l écoulement. Ainsi une solution stationnaire est obtenue dans chaque repère. L inconvénient de cette méthode est de considérer que l écoulement en sortie d un élément amont est parfaitement mélangé, et donc de ne pas tenir compte de l instationnarité de l écoulement du à un écoulement non homogène. 140

5 Entrée du domaine Interface roue/diffuseur Sortie du domaine Conditions périodiques Figure 5. 3 : Visualisation du maillage volumique La troisième interface est utilisée pour du calcul instationnaire : l interface entre la roue et le diffuseur est une interface glissante. Elle permet de calculer l écoulement pour différentes positions relatives entre la roue et le diffuseur. Cette méthode a l inconvénient de demander un temps de calcul très important. Pour diminuer ce temps, on peut initialiser le calcul Transient Rotor/Stator en utilisant les résultats obtenus par un calcul «Frozen Rotor» Principe du code de calcul CFX-TASCflow En utilisant CFX-TASCflow pour résoudre n'importe quel problème de l écoulement de fluide, il faut indiquer les propriétés thermodynamiques et les propriétés de transport du fluide. CFX-TASCflow est basé sur la résolution des lois de conservation, de la masse, de la quantité de mouvement (équations de Navier-Stokes), de l'énergie et du transport scalaire. L'équation représentant la conservation de la mass peut être obtenue en analysant le taux de l écoulement massique qui entre et qui sort d'un volume de contrôle : ρ + t x ( ρ U ) =

6 La conservation de la quantité de mouvement être formulée comme suit : i ρ Ui ) + ( ρ Ui U ) = + x xi x ρ Ui (équation de Naviers-Stokes) qui peut P τ ( ρ fi 5. 2 t Les trois termes à droite de l'équation 5.2, représentent les composantes x i de toutes les forces dues à la pression P, du tenseur des contraintes visqueuses τ i, et de la force de gravité f i. Pour un fluide Newtonien, le tenseur des contraintes visqueuses est donné par : U l U U i τ i = µ b δ i µ ( + ) 5. 3 x x x l µ b =2/3µ, δ i symbole de Kronecker. i Pour un fluide incompressible, l équation de conservation de la quantité de mouvement moyenne ρ Ui, peut être obtenue en appliquant la moyenne de Reynolds à l équation 5.2 : U = U + u 5. 4 ' P ' ' ( ρ Ui ) + ( ρ UiU ) = ( τ i + ρ uiu ) + ρ f t x x x i i 5. 5 Les propriétés de transport déterminent comment un fluide transporte la masse, la quantité de mouvement et la chaleur. Les trois propriétés de transport sont le coefficient de diffusion Γ, la viscosité dynamique µ et la conductivité thermique λ, où la viscosité relie le cisaillement au taux de contrainte. Une large classe de liquides et de gaz peut être considérée comme appartenant à des fluides newtoniens pour lesquels : u i τ i = µ 5. 6 x ' ' Le terme ( ρ u i u ) représente l'effet de la turbulence sur le champ moyen de l'écoulement. Ce terme a la forme mathématique d'un tenseur du second ordre, a neuf éléments (i, = 1, 2, 3), et s'appelle le tenseur de contraintes de Reynolds. CFX-TASCflow propose différents modèles de turbulence qui seront décrits brièvement dans le paragraphe suivant. CFX-TASCflow suppose que le fluide peut être traité comme un fluide newtonien. La viscosité dynamique d'un fluide newtonien peut être liée à la température et à la pression explicitement. 142

7 Modèles de Turbulence L une des difficultés maeurs de la résolution des équations de N-S reste l emploi d un schéma du turbulence indispensable pour la simulation de l écoulement turbulent. Il s agit alors de trouver le modèle qui peut prendre en compte avec précision la réalité physique de l écoulement. Dans CFX-TASCflow plusieurs schémas sont disponibles dont une brève description est donnée ci-dessous : k-ε Kato-Launder k-ω SST RNG (ReNormalisation Group) SMC Les modèles k-ε de Wilcox (1986) et k-ω de Menter (1994) sont intégrés dans la plupart des logiciels de dynamique de fluides. Ces modèles basés sur l énergie turbulente k et son taux de dissipation ε ou sur la fréquence caractéristique de la turbulence ω. Ils utilisent la viscosité turbulente pour relier les contraintes de Reynolds et les termes de flux turbulents aux variables moyennes de l écoulement, et emploient l'hypothèse du gradient de diffusion pour relier les contraintes de Reynolds aux gradients de vitesse moyennes et à la viscosité turbulente : U ' ' U i 2 ( ρ uiu ) = µ t ( + ) + ρ δ i k 5. 7 x x 3 i La viscosité turbulente µ t est modélisée en fonction d une échelle de longueur turbulente l t et d une échelle de vitesse turbulente V t : µ l V 5. 8 t = ρ cµ t t k µ t = ρ 5. 9 ω V t = k

8 Dans ces modèles, l échelle de la vitesse turbulente (V t ) est calculée à partir de l'énergie cinétique turbulente k. L échelle de longueur turbulente est estimée à partir de deux propriétés du champ de turbulence, habituellement l'énergie cinétique turbulente et son taux de dissipations. Les modèles standards à deux équations fournissent de bonnes prévisions pour un grand nombre d application. Le modèle k-ε est un modèle simple, robuste et économique. Par contre, il ne tient pas compte de l effet de rotation, ni de courbure, et il a une mauvaise prise en compte des phénomènes de décollement de couche limite. Dans ce cas, le modèle k-ω a une bonne prédiction de la séparation de la couche limite et son rattachement. «Kato-Launder»: Ce modèle est adapté aux zones d impact caractérisées par une surproduction de turbulence. Le modèle RNG (ReNormalisation Group) repose sur l énergie cinétique turbulente et son taux de dissipation en tenant compte de la viscosité turbulente qui dépend du nombre de Reynolds local. Pour des écoulements à forte anisotropie, un autre modèle dite SMC «full second moment closure» a été développé. Il est basé sur les équations de transport pour toutes les composantes du tenseur de Reynolds et du taux de dissipation. Le modèle SMC prend en compte les effets de courbure, les changements soudains du taux de contrainte et des écoulements secondaires. Les faiblesses des modèles standard à deux équations sont bien connues et ont eu un certain nombre de modifications et de perfectionnements. Une amélioration importante sur le modèle k-ω en termes de prévisions de séparation de l'écoulement a été réalisée par le modèle SST «Shear Stress Transport». Ce modèle a l avantage de coupler un schéma k-ω et k-ε. Il utilise près de la paroi k-ω et k-ε dans la zone d écoulement principal. Le passage est automatique ; il est basé sur le résultat et sur la distance par rapport à la paroi, ainsi que sur la limite de transport des contraintes de cisaillement. Le modèle est très performant pour simuler les écoulements dans les couches limites. 144

9 Le plus grand inconvénient du modèle SST est le grand nombre d'équations additionnelles de transport (7 équations au total à résoudre) qui réduisent la stabilité numérique et augmentent le temps de calcul. Cependant, ce modèle a été adopté dans notre application afin de tenir compte des effets de rotation et de courbure, ainsi que de tous les phénomènes de décollement de couche limite qui peuvent se produire dans le diffuseur Conditions aux limites La roue, constituée de la ceinture, du plafond et des aubages, est considérée comme une paroi en rotation à une vitesse N = 1188 tr/min. En revanche, le diffuseur est simulé par une paroi fixe. La simulation de l écoulement sera réalisée sur l ensemble des canaux de la roue et du diffuseur. Le logiciel CFX-TASCflow propose trois choix de combinaisons des conditions aux limites à l entrée et à la sortie du domaine de calcul : Choix 1 : la pression totale à l entrée - la pression statique en sortie Choix 2 : la pression totale à l entrée - le débit massique à la sortie Choix 3 : le débit massique à l entrée - la pression statique à la sortie Dans le premier choix, on impose le travail fourni au fluide par la roue mobile, le code peut, dans ce cas, déterminer le débit qui traverse le domaine de calcul, par contre dans le deuxième et le troisième choix, le code évalue l énergie fournie au fluide. Un premier calcul tridimensionnel instationnaire a été réalisé avec la roue et le diffuseur complets. L interface est du type Transient Rotor/Stator. Les conditions aux limites imposées sont : la pression totale à l entrée et le débit massique à la sortie. Ce calcul a été effectué sur un ordinateur de type PC muni d un Pentium III cadencé à 800MHz et équipé de Go de mémoire. Au bout de 115 itérations, soit environ de 130 heures de calcul, une divergence a été constatée. Elle semble provenir de la difficulté pour CFX-TASCflow à transposer la condition du débit en sortie du diffuseur vers la roue, autrement dit, à évaluer la contribution de chacun des trois canaux de la roue qui peuvent être en face d un canal du diffuseur. 145

10 Pour les résultats qui seront présentés dans ce mémoire, nous avons utilisé l interface de type Transient Rotor/Stator afin d étudier l interaction roue-diffuseur dans la pompe centrifuge. Le calcul est tridimensionnel instationnaire avec un pas de déplacement de deux degrés et 3 itérations à chaque pas de temps. Le modèle de turbulence est le modèle SST. Le domaine de calcul est constitué par les sept canaux de la roue et les six canaux du diffuseur. Les conditions aux limites imposées sont : le débit massique à l entrée et la pression statique à la sortie. Ce calcul a été effectué sur un ordinateur à biprocesseur de type Pentium III à 1000MHz et de 2 Go de RAM. La stabilisation des résidus est constatée après 2520 pas de temps, soit l équivalent de 14 tours de la roue par rapport à la position initiale et 35 ours de calcul. L analyse a montré une cohérence satisfaisante du calcul Examen des résultats numériques Sachant que la validité de la plupart des codes de calcul est vérifiée pour le débit nominal, nous avons décidé dans notre cas de tester les capacités du code CFX-TASCflow en trois points de fonctionnement : débit nominal (Q* = 1), débit de meilleur rendement (Q* = 0.8) et au débit Q* = 0.5. Un premier test de qualification de l aptitude de CFX-TASCflow est d examiner s il restitue l écoulement et de comparer la hauteur d élévation estimée avec celle déduite de la caractéristique globale de la machine. L évolution de la pression totale moyenne pondérée par le débit massique est rapportée sur la figure 5.4 pour les trois débits étudiés. Dans cette figure, la charge du fluide est présentée en fonction de l abscisse curviligne entre l entrée et la sortie de domaine. L énergie totale fournie au fluide est estimée à partir de la différence entre l énergie moyenne du fluide à la sortie du domaine et l énergie moyenne en entrée. Les valeurs obtenues ainsi que les valeurs expérimentales sont données par le tableau

11 40 entrefer roue/diffuseur 35 Q* = 1.0 Q* = 0.8 Q* = H (m) bord d'attaque de la roue bord de fuite de la roue bord d'attaque du diffuseur bord de fuite du diffuseur 10 5 partie mobile partie fixe E.D Abscisse curviligne méridienne S.D Figure 5. 4 : Evolution de la pression totale moyenne massique Il faut rappeler que dans les trois cas, une pression statique de 3*10 5 Pa est imposée en sortie du domaine. En revanche, à l entrée, le débit choisi dépend directement du point de fonctionnement retenu. Il résulte de cette comparaison au débit nominal ainsi qu à Q* = 0.8 que la hauteur d élévation estimée par CFX-TASCflow est plus élevée que les valeurs expérimentales. Or, le calcul se fait sans volute et de ne tient pas compte des pertes dans celle ci. Contrairement aux mesures, ces pertes, qui sont essentiellement dues aux frottements et qui devraient se réduire à faible débit, expliqueraient les résultats proches enregistrés à Q* = 0.5. Il faut signaler que la précision de la simulation numérique peut être sensible, à l écart de géométrie, à la nature de l entrefer choisie. Il peut dépendre aussi du pas de temps et du maillage adopté 147

12 Tableau 5. 1 : Energie fournie au fluide Q* H ca (m) numérique sans volute H ex (m) expérimental avec volute H ca / H ex Résultats au débit Q* = 0.5 Il est intéressant d observer la distribution de l énergie du fluide aux différentes distances azimutales au débit Q* = 0.5 : du côte ceinture à Z* = (a), à mi-hauteur à Z* = 0.5 (b) et du côté plafond à Z* = (c). Les résultats sont illustrés sur les figures 5.5, 5.6 et 5.7 respectivement pour la pression totale, la pression statique et la vitesse absolue. Dans la figure 5.5, on constate qu il existe une discontinuité de la pression totale à la frontière entre la partie mobile et la partie fixe. Par ailleurs, on n observe pas cette discontinuité dans le champ de pression statique (figures de 5.6), ce qui nous a permis de dire qu il existe une difficulté dans le code CFX-TASCflow pendant le passage du repère relatif au repère absolu. La méthode adoptée par le code est basée sur le calcul séparé de l écoulement relatif dans la roue et l écoulement absolu dans le diffuseur. Ce passage est bien visible dans le champ de vitesse (figures de 5.7), où on remarque une discontinuité à la frontière entre le rotor et le stator. En machine radiale équipée d un diffuseur aubé, la transition entre les repères relatif et absolu semble montrer quelques difficultés pour CFX-TASCflow. A Z* = (a) et dans le diffuseur, la pression totale atteint son minimum en face du bord d attaque du diffuseur (figure 5.5.a). Cette diminution peut s expliquer par la décélération de l écoulement en conséquence de la recirculation au bord d attaque du diffuseur. Le mélange entre l écoulement qui contourne le bord d attaque du diffuseur et 148

13 l écoulement sain du côté en dépression est à l origine de pertes supplémentaires (figure 5.7- a). Le même phénomène est constaté du côté du plafond à Z* = (figure 5.7-c). La perte est confirmée par une diminution de la pression statique dans la même zone (figure 3.6). Au voisinage des flasques du diffuseur, la forte incidence positive (+80 degrés), la recirculation qui en résulte, ainsi qu un décollement sur le côté en pression des aubes entraînent un blocage de l écoulement. Le débit traverse alors le diffuseur principalement à mi-hauteur où l incidence est de l ordre de 10 degrés. Cette tendance est confirmée par l angle expérimental discuté dans le chapitre

14 (a) (b) (c) Figure 5. 5 : Répartition de la pression totale (en Pascal) Q* = 0.5 a) Z* = 0.125, b) Z* = 0.500, c) Z* =

15 (a) (b) (c) Figure 5. 6 : Répartition de la pression statique (en Pascal) Q* = 0.5 a) Z* = 0.125, b) Z* = 0.500, c) Z* =

16 (a) (b) (c) Figure 5. 7 : Répartition de la vitesse absolue (en m/s) Q* = 0.5 a) Z* = 0.125, b) Z* = 0.500, c) Z* =

17 Vitesse radiale en sortie de roue Dans l étude expérimentale, la recirculation en entrée du diffuseur influence l écoulement dans la roue, et entraîne même une recirculation dans la roue au moment où le passage de la roue est centré par rapport au bord d attaque du diffuseur (figure 5.8 b). La figure 5.8 a présente les résultats de la simulation numérique pour les mêmes conditions de fonctionnement. Il faut remarquer que même si les échelles de couleur ne sont pas identiques, on retrouve les mêmes structures de l écoulement. Ceci nous amène à la première constatation qui concerne une bonne capacité du calcul numérique à restituer les tendances globales du champ de vitesse radiale. (a) VI (b) VII V IV III II I X IX VIII Vitesse Radiale Q* = 0.5 R* = T = 14 Cr (m/s) Figure 5. 8 : Champ de vitesse radiale en sortie de la roue (en m/s) Q* = 0.5 R* = : a) Numérique b) Expérimentale 153

18 Toutefois on remarque une légère surévaluation de la vitesse par la simulation numérique. Une deuxième différence entre le calcul et l expérimentation est relative à la prédiction de la zone de recirculation qui ne remonte pas usqu à la roue dans le cas du calcul (5.8-a). A ce débit, l écart enregistré peut avoir des explications différentes : Le caractère tridimensionnel de l écoulement dû à la présence d écoulement secondaires, ainsi que son instationnarité peuvent ne pas être bien pris en compte par le code. Il faut signaler aussi que la modélisation de l entrefer et le choix imposé conduisent nécessairement à une différence entre le modèle et la géométrie réelle Résultats au débit Q* = Champ de vitesse en sortie de la roue Après l étude de la vitesse radiale au débit Q* = 0.5 en sortie de roue, nous nous intéressons à la comparaison des résultats numériques (a) et expérimentaux (b) concernant la vitesse relative en sortie de roue au débit nominal (Q* = 1) ; les résultats sont présentés à un instant donné et illustrés dans la figure 5.9. L analyse du champ de vitesse relative pour une section circulaire à R* = montre une bonne capacité de la simulation numérique à prévoir l organisation de l écoulement en structure et- sillage discuté et présenté dans le chapitre 3. Seule une différence sur la localisation du cœur du sillage est constatée, sachant que l apparition de cette structure due aux forces centrifuges liées à la courbure et à la rotation est très difficile à prendre en considération. La modélisation de l écoulement est estimée très satisfaisante. Cette conclusion concerne l observation de l état de l écoulement à un instant donné représentant une position relative entre la roue et le diffuseur. 154

19 (a) (b) VII VI VI V IV III II I X IX VIII Q* = 1.0 R* = W(m/s) Figure 5. 9 : Champ de vitesse relative en sortie de roue (en m/s) Q* = 1 R* = : a) Numérique b) Expérimentale 155

20 Champ de vitesse temporelle Il est intéressant d examiner les possibilités de la simulation numérique à prédire l instationnarité liée à la position relative entre les deux rangés d aubes. Cette analyse porte à la fois sur l action du couplage rotor-stator sur la roue et sur son effet dans le diffuseur. Pour la roue, vue l importance de la quantité d informations disponibles, nous allons limiter cette analyse à l observation de l évolution de l écoulement dans des points fixes en sortie de roue dans le repère relatif pendant leur déplacement par rapport au diffuseur et sur un pas du diffuseur. Ces points sont choisis à mi-hauteur (Z* = 0.5) et repartis entre les deux côtés du canal de la roue : du côté en dépression θ* = 0.1, θ* = 0.39, et du côté en pression θ* = Vitesse radiale C r Vitesse tangentielle C u R* = 0.978, Z* = 0.5, θ = R* = 0.978, Z* = 0.5, θ = 0.1 Numérique Numérique Expérimental Expérimental Cr (m/s) Cu (m/s) γ (degré) -a γ (degré) -a R* = 0.978, Z* = 0.5, θ = R* = 0.978, Z* = 0.5, θ = 0.39 Numérique Numérique Expérimental Expérimental Cr (m/s) Cu (m/s) γ (degré) -b γ (degré) -b R* = 0.978, Z* = 0.5, θ = R* = 0.978, Z* = 0.5, θ = 0.69 Numérique Numérique Expérimental Expérimental Cr (m/s) Cu (m/s) γ (degré) -c γ (degré) -c- Figure : Champ de vitesse en sortie de la roue sur un pas du diffuseur Q* = 1 156

21 Concernant les résultats présentés sur la figure 5.10, la comparaison sera faite sur la vitesse radiale et la vitesse tangentielle. Il en ressort que le caractère limité de l interaction rotor- stator pour ce débit est retrouvé par l analyse des résultats de la modélisation numérique, qui montre aussi que l instationnarité due à l interaction roue- diffuseur influe davantage sur le débit local que sur le travail local échangé. La divergence des résultats n est constatée que dans la frontière entre le et et le sillage, caractérisée par des contraintes de cisaillement très importantes. Cette type d interaction est de type potentiel, distincte de l ensemble des interactions d aubage car il est indépendant des phénomènes convectifs, sa direction de propagation étant indistinctement l amont ou l aval. La roue voit un écoulement instationnaire avec des pulsations à la fréquence : Z D Ω f r = = 119 Hz 2 π En aval, l interaction potentielle se superpose à l interaction du sillage, la fréquence observée par le diffuseur, et due à la roue, est : Z R Ω f d = = 139 Hz 2 π Les données expérimentales obtenues au débit nominal (figure 3.20) ont rendu possible le suivi du sillage en sortie de roue et son découpage au bord d attaque du diffuseur. L observation de l évolution spatio-temporelle a permis de déterminer avec précision l étendue du phénomène ainsi que sa chronologie en fonction de la position relative des deux rangées d aubes. Le même déroulement est retrouvé par la simulation numérique de l écoulement (figure 5.11). En effet, on constate à partir des ces figures que la prédiction du début de l interaction du sillage est confirmée par l observation expérimentale. Il en est de même pour la suite du phénomène usqu à son atténuation. Il faut remarquer que le nombre d aubes de la roue est différent de celle du diffuseur, les phénomènes constatés au bord d attaque du diffuseur sont obligatoirement non périodiques 157

22 C3 C1 C2 T17 C1 C3 C2 T27 C1 C2 C3 T37 Figure : Champ de vitesse instantanée dans le diffuseur (en m/s) Q* = 1 (Z* = 0.337) 158

23 5.6. Conclusion Il est important de souligner que malgré ces résultats encourageants obtenus pour cette configuration tridimensionnelle de couplage roue-diffuseur dans une pompe centrifuge, il faut garder en vue les discontinuités observées dans le champ de vitesse lors du passage du repère relatif au repère absolu. Par ailleurs, la machine réelle inclue une volute que la modélisation devrait prendre en compte pour une analyse complète. Ce type de simulation, réalisable, risque de demander un investissement considérable à la fois pour la mise en place du modèle et pour le temps de calcul. 159

24

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

15 Notions sur les turbomachines

15 Notions sur les turbomachines 16 avril 2004 429 15 Au cours des chapitres précédents, on a maintes fois considéré des machines au sein desquelles s opérait un échange de travail avec le milieu extérieur (compresseurs, turbines). Parmi

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile V.G. Chapin,, S. Jamme (ENSICA) B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Aérodynamique du voilier Analyser & optimiser les performances

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants.

Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants. Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants. Aurélie FASQUELLE 1* 1 JEUMONT Electric 367, rue de l Industrie BP 219 59572 Jeumont Cedex * (auteur correspondant

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

Aérodynamique Numérique

Aérodynamique Numérique Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré 1 1.1 Préparation du maillage.....................

Plus en détail

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Simulation SIMULATION AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Michel VISONNEAU et Emmanuel GUILMINEAU Laboratoire de Mécanique des Fluides CNRS UMR 6598, Ecole Centrale de Nantes Nantes, FRANCE

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES

CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES Karima HEGUEHOUG ep BENKARA-MOSTEFA, Zoubir NEMOUCHI, Farid GACI ) LABORATOIRE D

Plus en détail

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT SURFACES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Lignes de séparation ou séparatrices

Plus en détail

Chapitre 1. Etude bibliographique. 1.1. Introduction

Chapitre 1. Etude bibliographique. 1.1. Introduction Chapitre 1 Etude bibliographique 1.1. Introduction Les pompes et les compresseurs centrifuges ont atteint des niveaux d'efficacité de l ordre de 90% et des puissances de quelques watts à quelques mégawatts.

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Simulations instationnaires: Effet de modèle (Cµ variable, schéma en temps)

Simulations instationnaires: Effet de modèle (Cµ variable, schéma en temps) Simulations instationnaires: Effet de modèle (Cµ variable, schéma en temps) Gabriel PETIT Thèse CIFRE Directeur de thèse: Azeddine KOURTA (IMFT) Tuteurs industriels: Jean-Pierre ROSENBLUM (DASSAULT) Jean-Claude

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

1 Objectif : étudier l écoulement autour d un véhicule type Camion, Pickup ou Truck, et calculer la traînée

1 Objectif : étudier l écoulement autour d un véhicule type Camion, Pickup ou Truck, et calculer la traînée Projet: initiation à Gambit et Fluent - Master 1 Le projet peut être réalisé soit individuellement ou en binôme. 1 Objectif : étudier l écoulement autour d un véhicule type Camion, Pickup ou Truck, et

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Modélisation de l exposition : approche CFD

Modélisation de l exposition : approche CFD Modélisation de l exposition : approche CFD Ali BAHLOUL Chercheur en ventilation, Service de la recherche INTRODUCTION CFD : Computational Fluid Dynamics (simulation numérique). But : la prédiction de

Plus en détail

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule :

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule : INTRODUCTION DU CFD Introduction A l inverse des calculs de force de construction, au moyen du software de Ansys ou Pro/E par exemple, les calculs de courant ne sont pas très connus. Ceci est une introduction

Plus en détail

UTILISATION DE GT-Suite EN THERMIQUE MOTEUR Exemple d utilisation

UTILISATION DE GT-Suite EN THERMIQUE MOTEUR Exemple d utilisation UTLSATON DE GT-Suite EN THERMQUE MOTEUR Exemple d utilisation ODLLARD Laurent & LEVASSEUR Aurélien Version 00 UTLSATON EN THERMQUE MOTEUR Rencontre Utilisateurs GT-POWER 2013 1. Utilisation de GT-Suite

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES Julien Schaguene, Olivier Bertrand, Eric David Sogreah Consultants

Plus en détail

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE POUR UNE VANNE DE FOND DE L AMENAGEMENT ROUJANEL Rédacteur : Sylvain THINAT Révision

Plus en détail

Exercices sur les écoulements compressibles

Exercices sur les écoulements compressibles Exercices sur les écoulements compressibles IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Exercice 1 Calculer la température et la pression d arrêt sur le bord d attaque de l aile d un avion volant à Mach Ma = 0.98

Plus en détail

Investigation et modélisation des tensions circonférentielles en simulation méridienne

Investigation et modélisation des tensions circonférentielles en simulation méridienne U N I V E R S I T É D E L I È G E Faculté des Sciences Appliquées Investigation et modélisation des tensions circonférentielles en simulation méridienne Travail présenté en vue de l obtention du Diplôme

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse.

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse. ACTIVITE ITEC TP2 Durée : 2H Centre d intérêt : COMPORTEMENT D UNE PIECE AUBE D UN MIRAGE 2000 BA133 COMPETENCES TERMINALES ATTENDUES NIVEAU D ACQUISITION 1 2 3 * * Rendre compte de son travail par écrit.

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Etude en CFD d'une turbine hydraulique

Etude en CFD d'une turbine hydraulique République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université M hamed BOUGARA, Boumerdes Faculté des Sciences de l'ingénieur Ecole Doctorale

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN 28 JANVIER 2013 1 SIMULATION TORPILLE SOUS-MARINE 2 1. Introduction On a choisi d étudier la torpille chinoise ET36,

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

«Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques»

«Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques» EPFL Lausanne ANSYS Conference & 9 ème Forum CADFEM 1 septembre 01 «Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques» Christophe NICOLET 1 Sébastien

Plus en détail

Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013)

Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013) Projets de stages et de travaux de fin d études en Energie et Bâtiments à Cenaero (2012-2013) Cenaero (http ://www.cenaero.be) est un centre de recherche appliqué dédicacé à la modélisation et la simulation

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT

Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT olivier.boiron@centrale-marseille.fr Septembre 2015 3A FETES Introduction à l'utilisation du logiciel de simulation numérique

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Performances des turbocompresseurs aux basses vitesses de rotation

Performances des turbocompresseurs aux basses vitesses de rotation DELIGANT/PODEVIN Mardi 23 mars 2010 Performances des turbocompresseurs aux basses vitesses de rotation Michaël DELIGANT : Doctorant Pierre PODEVIN : Ingénieur de recherche CNAM Chaire de Turbomachines

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Extension au cas multi-étage à nombres d aubes quelconques

Extension au cas multi-étage à nombres d aubes quelconques Chapitre 5 Extension au cas multi-étage à nombres d aubes quelconques Nous venons de voir comment l utilisation de la propriété de périodicité chorochronique de l écoulement permettait de traiter des calculs

Plus en détail

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Nadia ADERGHAL, Tahar LOULOU Ali BOUCHOUCHA, Philippe ROGEON Laboratoire de d Ingénierie des Matériaux

Plus en détail

MAGE. Présentation du logiciel. Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique

MAGE. Présentation du logiciel. Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique MAGE Présentation du logiciel Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique Contributeurs : plusieurs générations de stagiaires MAGE : logiciel d'hydraulique à surface libre mai

Plus en détail

3.1 Présentation du cas test : géométrie et caractéristiques

3.1 Présentation du cas test : géométrie et caractéristiques Chapitre 3 Turbine à étages répétitifs rwth : analyse stationnaire Un projet ercoftac a permis à l Institut für Strahlantriebe und Turboarbeitsmaschinen de l Université de Technologie de rwth 2 Aachen

Plus en détail

MACHINES HYDRAULIQUES Classification et Définitions

MACHINES HYDRAULIQUES Classification et Définitions MACHINES HYDRAULIQUES Classification et Définitions On désigne par machine hydraulique, toute machine qui utilise un liquide pour engendrer (recevoir ou donner ) un travail dit de transvasement. Travail

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

Étude numérique du débit d air éjecté par une denture droite d engrenage en vue d une modélisation des pertes par ventilation

Étude numérique du débit d air éjecté par une denture droite d engrenage en vue d une modélisation des pertes par ventilation Étude numérique du débit d air éjecté par une denture droite d engrenage en vue d une modélisation des pertes par ventilation Y. Marchesse a, C. Changenet a, F. Ville b, P. Velex b a. Laboratoire d Énergétique,

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

«Clustering pour le bureau d études : Application en CFD»

«Clustering pour le bureau d études : Application en CFD» «Clustering pour le bureau d études : Application en CFD» Par Nicolas COSTE, Société OPTIFLOW - 11/12/2002 OPTIFLOW: Bureau d études et de recherches en Mécanique des Fluides Créée en 1998 par un ensemble

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE - TRAVAUX PRATIQUES - INTRODUCTION A L'UTILISATION DU LOGICIEL FORGE2 L. PENAZZI Janvier 2001 MAT/01/TP/INTR-FORGE/3.1 1. OBJECTIF Cette étude a pour objectif

Plus en détail

RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence.

RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence. RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence. Explications détaillées pages 2-12 Annexe pages 13-14 L Effet de la réactance

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

; discussion sur l'orientation des vecteurs impliqués (cylindre montant sur un plan incliné.

; discussion sur l'orientation des vecteurs impliqués (cylindre montant sur un plan incliné. Organisation des séances collectives de remédiation en physique. Swillens / MEDI1 2013/2014 Séance 1 lundi 17 février de 14h à 16h auditoire Claude. "C'est quoi la remédiation en physique?" (stratégie

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DE L'ÉCOULEMENT À TRAVERS UNE CASCADE D'AUBES D'UNE TURBOMACHINE : APPLICATION AU STATOR ET/OU AU ROTOR

SIMULATION NUMÉRIQUE DE L'ÉCOULEMENT À TRAVERS UNE CASCADE D'AUBES D'UNE TURBOMACHINE : APPLICATION AU STATOR ET/OU AU ROTOR REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTER DE L ESEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MENTOURI- CONSTANTINE FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE

Plus en détail

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132 Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs ff p. 129 à 132 Fondamentaux Peut être organisé en intra-entreprise Introduction à la modélisation & la simulation des GMP & du contrôle 5 Jours

Plus en détail

Etude de la dispersion atmosphérique des effluents émis par les cheminées de la cimenterie de Meftah

Etude de la dispersion atmosphérique des effluents émis par les cheminées de la cimenterie de Meftah 10 ème Séminaire International sur la Physique Energétique 10 th International Meeting on Energetical Physics Etude de la dispersion atmosphérique des effluents émis par les cheminées de la cimenterie

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Etude d une pompe centrifuge monocellulaire

Etude d une pompe centrifuge monocellulaire Etude d une pompe centrifuge monocellulaire Séminaire à mi-parcours du 8 au 1 février 21 Lise CEBALLOS, Paul GUILLARD, Jean-Baptiste LEPRETRE Introduction Une pompe centrifuge monocellulaire est une turbomachine,

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides

La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides Xuan Quy Dao Christophe Collewet EPC Fluminance Cemagref Rennes / INRIA Rennes Bretagne-Atlantique

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

La méthode Chimère : Une méthode de maillages recouvrants

La méthode Chimère : Une méthode de maillages recouvrants La méthode Chimère : Une méthode de maillages recouvrants Les différentes topologies possibles avec la méthode Chimère et ses différentes utilisations Les techniques Chimère de base Les contraintes sur

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail