Cours de turbomachine à fluide compressible

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de turbomachine à fluide compressible"

Transcription

1 Cours de turbomachine à fluide compressible Xavier OAVY CNRS UMR 5509 Laboratoire de Mécanique des Fluides et d Acoustique à l École Centrale de Lyon

2 Plan du cours Cours de turbomachine Xavier Ottavy (CNRS Laboratoire de Mécanique des Fluides et d Acoustique UMR ECL) Introduction Analyse thermodynamique monodimensionnelle Analyse de l écoulement dans le plan circonférentiel Équation de l équilibre radial simplifié Cas d application : dessin d un étage de compresseur axial

3 1 ière partie - Introduction Introduction Introduction Définition Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Notion d étage échanges d énergies Courbes caractéristiques Approches 1D, D,.5D et 3D Analyse thermodynamique monodimensionnelle Analyse de l écoulement dans le plan circonférentiel Équation de l équilibre radial simplifié Cas d application : dessin d un étage de compresseur axial

4 Définition Cours de turbomachine Xavier Ottavy (CNRS Laboratoire de Mécanique des Fluides et d Acoustique UMR ECL) Définition Une turbomachine est une machine tournante qui réalise un transfert d énergie entre son arbre propre, et un fluide en mouvement. Ce transfert peut s effectuer dans les deux sens : Introduction une récupération de l énergie du fluide sur l arbre de la machine (fonction réalisée par les machines de type turbine) une augmentation de l énergie du fluide par fourniture d énergie mécanique sur l arbre de la machine (fonction réalisée par les machines de type compresseur, ventilateur, pompe )

5 Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Récupération de l énergie d un fluide (turbines) liquide : récupération d énergie potentielle hydraulique (barrages, ) gaz : turbines de dentiste, turbocompresseurs, turbopompes, turbines associées à d autres éléments (compresseurs, chambres de combustion, ) pour la production d énergie mécanique, ou pour la propulsion en aéronautique. Introduction Compression de gaz (compresseurs) fonction qui se présente dans des domaines très diversifiés : industrie chimique (pression de réaction), industrie pétrolière (extraction du pétrole), ou simplement création d air comprimé. compresseurs associés à d autres éléments (turbines, chambres de combustion, ) pour la production d énergie mécanique, ou pour la propulsion en aéronautique. ransport de fluide élévation : fournir une énergie pour vaincre le champ gravitationnel (pompes) transport horizontal : apport périodique d énergie au fluide pour vaincre les pertes de charges (boosters) Ventilation

6 Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Introduction Production d énergie mécanique à partir d une source de chaleur Production réalisée par des turbines à gaz ou des turbines à vapeur. Ces machines associent dans un cycle thermodynamique turbines, compresseurs, sources de chaleur, refroidisseurs, Puissance variant de quelques kw à plusieurs dizaines de MW. Production d énergie électrique (aérospatiale, avions, chars, réseau nationale, ) Production d énergie mécanique : entraînement d hélice de bateau, d avion (turbopropulseur), de rotor d hélicoptère urbines à vapeur essentiellement destinées à la production de forte puissance d énergie électrique dans les centrales thermiques. Propulsion par réaction Ces machines associent dans un cycle thermodynamique turbines, compresseurs, chambres de combustions, tuyères urboréacteurs urbofans (multiflux)

7 PW Pratt & Whitney (epower-propulsion.com) Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Introduction

8 CFM56 Snecma Moteurs (epower-propulsion.com) Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Introduction

9 BR715 BMW/Rolls-Royce (epower-propulsion.com) Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Introduction

10 GP7000 EA (GE / Pratt & Whitney) (epower-propulsion.com) Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Introduction

11 PEGASUS Rolls-Royce (epower-propulsion.com) Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Introduction

12 F404 General Electric (epower-propulsion.com) Fonctions et domaines d utilisation des turbomachines Introduction

13 Notion d étage Échanges d énergies Notion d étage Échanges d énergies Géométries des turbomachines Les géométries sont très diverses (de l éolienne à la Pelton), mais une majorité des turbomachines peut être répertoriée en 3 catégories : Introduction Les machines axiales : le fluide entre et sort avec une vitesse débitante approximativement axiale. Machines caractérisées par des débits importants, mais des taux de pression limités (de l ordre de 1,4 pour un compresseur transsonique et de pour un compresseur supersonique). Les machines centrifuges : le fluide sort approximativement dans un plan radial, l entrée pouvant ne pas être radiale. Machines caractérisées par des débits limités et des taux de pression important (pouvant atteindre 10 grâce au travail de la force de Coriolis et à l augmentation de la pression statique liée à l action de la force centrifuge. Les machines mixtes

14 Notion d étage échanges d énergies Notion d étage - échanges d énergie Un étage de turbomachine se compose d une partie mobile appelée rotor (ou rouet) et d une partie fixe appelée stator (ou selon le cas : redresseur, distributeur, diffuseur, ) Introduction Le rotor : Rôle : assurer le transfert d énergie entre l arbre de la machine et le fluide en mouvement. L écoulement étant défléchi au passage de la roue, il existe donc une force exercée par le fluide sur les aubages. Le point d application de la force se déplace du fait de la rotation des aubages, il y a donc travail => échange d énergie

15 Notion d étage échanges d énergies Le rotor (suite): Énergie de pression : une turbomachine échange nécessairement de l énergie de pression avec le fluide (même si cela ne doit pas être sa fonction principale). Cas compresseur : augmentation de la pression pour compenser les pertes de charge du circuit. Cas turbine : une partie de l énergie récupérée l est toujours sous forme de pression. Introduction Énergie cinétique : une turbomachine échange nécessairement de l énergie cinétique avec le fluide du fait de la giration de l écoulement au passage de la roue mobile. Énergie calorifique : il n y a pas d énergie calorifique directement échangée entre le fluide et la roue. Cependant le fluide peut recevoir de la chaleur naissant de la dégradation d une partie de l énergie cinétique <= travail des forces de frottement liées à la nature visqueuse du fluide. Phénomène de dissipation principalement localisé près des parois = transformation de la forme d énergie et non transfert de l énergie («pertes» => rendement). Faible surface des parois en rapport avec les grands débits rendent les échanges de chaleur avec l extérieur négligeable => parois considérées comme adiabatiques

16 Le stator : Notion d étage échanges d énergies Rôle : modifier la forme d énergie (énergie cinétique en pression, ou inversement). Il existe comme pour la roue mobile une force exercée par le fluide sur les aubages, liée à la déflection de l écoulement. Par contre l aubage étant fixe, il n y a pas de déplacement du point d application de la force. Donc pas de travail => pas d échange d énergie Introduction Redresseur de compresseur axial : Situé en aval de la roue mobile Rôle : redresser l écoulement vers la direction axial, transformant ainsi l énergie cinétique de la composante giratoire de vitesse en pression statique. «Orienter» le fluide dans une direction compatible avec le prochain étage. Distributeur de turbine axiale : Situé en amont de la roue mobile Rôle : provoquer une giration de l écoulement, transformant ainsi une partie de l énergie de pression statique disponible sous forme d énergie cinétique. Cette énergie est ensuite récupérée au niveau de la roue mobile. Diffuseur de compresseur centrifuge : Récupération de pression statique avec l augmentation de la section de passage (rayon).

17 Courbes caractéristiques Courbes caractéristiques Compresseurs et turbines sont en général calculés pour un point de fonctionnement (débit massique m et taux de pression Π) où le rendement est maximal : c est le point de fonctionnement nominal. Introduction Il est cependant intéressant de connaître le comportement de la machine à d autres débits, d où la notion de plage de fonctionnement. C est la fourchette de débit où la machine conserve un taux de pression acceptable avec un rendement acceptable. Ce fonctionnement hors adaptation est illustré sur les courbes caractéristiques. Actuellement, les recherches sont largement orientées sur l extension des plages de fonctionnement : Interaction rotor/stator rôle des effets potentiel dans l amorce du décollement tournant raitement du carter pour profiter de son interaction avec les écoulement de jeux. But : repousser la zone de pompage.

18 Courbes caractéristiques Courbes caractéristiques des compresseurs Débit aux de pression Rendement isentropique m& m& = red p t 1 t 1 Π = p p t t1 Π ηis = γ 1 γ t t1 1 1 Vitesse de rotation N t1 Introduction

19 Courbes caractéristiques Exemple de déclenchement d un décollement tournant hèse : Nicolas Gourdin ONERA/ECL - calcul elsa,5d - compresseur subsonique CME de Snecma Moteurs Introduction

20 Courbes caractéristiques Courbes caractéristiques des turbines Débit réduit Rendement Introduction Asymptote commune, indépendante de la vitesse de rotation => blocage sonique dans distributeur (partie fixe) Plage de rendement très étalées => caractère accéléré de l écoulement au passage des aubes (contrairement aux compresseurs où l écoulement décélère)

21 Approche 1D, D,.5D et 3D Approche 1D, D,.5D et 3D Écoulement réel dans une turbomachine complexe : tridimensionnel visqueux instationnaire Introduction Définition de surfaces «méridienne» et «aubes-à-aubes» Surface méridienne Surface aubes-à-aubes

22 ième partie - Analyse thermodynamique monodimensionnelle Introduction Analyse thermodynamique 1D Analyse thermodynamique monodimensionnelle Équations de conservation de base Bilan des différentes contributions Équation de l entropie (équations de Gibbs) ravail mécanique et travail utile Conditions d arrêt Intérêt du diagramme entropique et enthalpique Rendements isentropiques Rendements polytropiques Analyse de l écoulement dans le plan circonférentiel Équation de l équilibre radial simplifié

23 Équations de conservation de base Équations de conservation de base Équations de conservation de l énergie totale Analyse thermodynamique 1D forme locale générale e est l'énergie interne par unité de masse (qui n'inclue pas l'énergie cinétique du mouvement d'ensemble macroscopique des molécules, mais uniquement l'énergie cinétique liée à l'agitation de nature aléatoire de celles-ci) q représente l'énergie calorique massique échangée avec l'extérieur w e est le travail des forces extérieures par unité de masse. Après utilisation de l équation de continuité, on a : r dw ( ) ( 1 e 1 V d ) f V div V grad p p dt = r r + ρ τ ρ r r ρ dt r f représente les forces extérieures par unité de masse, appliquées sous forme volumique τ ( ) de d V dq dw + = + e dt dt dt dt est tenseur des contraintes visqueuses Le travail des forces de pression comporte termes : r V 1 qui est un terme de transport ρ gra d r p ( ) p d 1 ρ qui est un terme de compressibilité dt 1 V

24 Équations de conservation de base Analyse thermodynamique 1D Expression adaptée à un système ouvert, en introduisant l enthalpie (h): L équation d énergie devient : En exprimant cette équation sous la forme : On a donc par identification : dw dt h = e + div( V ) f V dt + dt = τ ρ t + ρ r + r r + dt dh d( V / ) 1 p 1 dq où dw /dt représente la puissance dite utile par unité de masse p ρ dh d V dq dw + = + dt dt dt dt ( / ) r r 1 ( r ) 1 p = f V + div τ V + ρ ρ t

25 Équations de conservation de l énergie cinétique Équations de conservation de base Analyse thermodynamique 1D Cette équation peut se substituer à l'équation de la dynamique ou à celle de la quantité de mouvement. Elle s'exprime par : dw i dt d(v ) dt = dw e dt où D est le tenseur des déformations : puissance des forces extérieures puissance des forces intérieures = terme de dissipation interne (irréversibilité mécanique) dû au travail intérieur de la viscosité + dw i dt = σ: D ρ = τ :D ρ + p ρ div V r = τ : D ρ + p d ( 1 ρ ) dt ( ) D = 1 gra d r V r + t grad r V r Soit, finalement : r d( V ) r r 1 ( r ) V r 1 = { f V + div τ V grad p τ : D dt travail des 1443 ρ 1443 ρ 13 ρ forces travail des travail des dissipation d' de volume forces forces de pression énergie cinétique visqueuses (transport) par viscosité div τ V r = terme de production dû au travail des forces extérieures de viscosité ( ) ρ τ :D ρ

26 Équations de conservation de l énergie interne Équations de conservation de base Analyse thermodynamique 1D Cette équation s'obtient directement en retranchant membre à membre les deux équations précédentes : Soit : de dq dw = i dt dt dt ( ) de dq 1 d 1 ρ = + τ : D p dt { dt 13 ρ 1443 dt apport extérieur de chaleur dissipation travail de mécanique compression (dit volumique) Remarque : dans l'équation de l'énergie totale les termes de pression interviennent dans le travail surfacique extérieur : la pression est donc une pression extérieure. Dans l'équation de l'énergie interne, ces termes proviennent du travail des forces internes : la pression est donc une pression intérieure. ( ) d p ρ Expression adaptée à un système ouvert (en ajoutant aux membres) : dt dh 1 dp dq 1 = + + τ : D dt ρ dt dt ρ

27 Bilan des différentes contributions Bilan des différentes contributions Analyse thermodynamique 1D Énergie totale r de d( V ) dq 1 ( ) V d ( 1 ) { f V div V grad p p dt + dt = ρ τ { dt + r r + ρ r r ρ dt travail des Énergie cinétique d V dt r r r r r f V div V grad p D 1443 ρ 1443 ρ 13 ρ ( ) 1 V 1 = + τ : ( ) { τ travail des forces travail des travail des dissipation d' de volume forces forces de pression énergie cinétique visqueuses (transport) par viscosité ( ) de dq 1 d 1 ρ = + τ : D p dt { dt 13 ρ 1443 dt apport extérieur de chaleur apport extérieur de chaleur forces travail des travail des de volume forces forces de pression visqueuses (transport) Énergie interne >0 <0 dissipation travail de mécanique compression (dit volumique) V travail de compression (dit volumique)

28 Équation de l entropie (équations de Gibbs) Équation de l entropie Analyse thermodynamique 1D En divisant l'équation de l'énergie interne par en tenant compte de : div q r r = div q q r grad r 1 1 de d ( 1 ) 1 dq 1 : D r 1 q q 1 1 : D p ρ τ r r r + = + = + div + grad + τ dt dt { dt 13 ρ ρ 1443 ρ 13 ρ apport de irréversibilité apport de chaleur irréversibilité irréversibilité chaleur mécanique thermique mécanique réversible Le deuxième membre de l'équation précédente s'identifie comme la variation d'entropie du système par unité de masse ds dt D'où la première équation de Gibbs : ( ) de dt + p d 1 ρ dt = ds dt La deuxième équation de Gibbs s'obtient en introduisant l'enthalpie : dh dt 1 dp ρ dt = ds dt

29 ravail mécanique et travail utile ravail mécanique et travail utile Interprétation physique du travail utile Analyse thermodynamique 1D ( D ) f V 1 V ( D 1 ) ( D ) dm ( D' 1) D m m = ρ ϑ(t) f m = ρ ϑ(t+dt) dm ( D' ) masse de gaz m=ρϑ(t), comprise entre les sections d'entrée D1 et de sortie D et occupant le domaine matériel Dm. à l'instant t+dt cette masse de fluide m=ρϑ(t+dt) se sera déplacée vers l'aval. Puissance utile échangée avec cette masse m : P dw dt = = D m dw ρ dt dϑ

30 ravail mécanique et travail utile Analyse thermodynamique 1D Expression du travail utile, vue précédemment : dw r r 1 ( r ) 1 p = f V + div τ V + dt ρ ρ t Donc : dw r r r r p ρ ϑ ρ ( ) ϑ τ ϑ dt t P = d = f V d + V n ds + d D D D D m m m m Avec un écoulement permanent, une condition d'adhérence imposant une vitesse nulle sur les parois fixes ( Df) et des tensions visqueuses négligeables sur D1 et D (au sein du fluide), on a : r f dw dt ρ r f r V dϑ Dm (cf. énergie totale) ou représente les forces de volume autres que les forces de pesanteur, c.à.d. dans notre cas les forces exercées par les aubages de la machine sur le fluide. Le travail utile représente donc le travail échangé avec la machine.

31 Autres expressions du travail mécanique et du travail utile ravail mécanique et travail utile Analyse thermodynamique 1D ravail mécanique : En ajoutant les variations d'énergie cinétique dans l'équation de l'énergie interne : de d ( V ) dq 1 d ( 1 ρ ) d ( V : ) + = + τ D p + dt dt dt dt dt et, en identifiant avec l'équation de l'énergie totale : ravail utile : En effectuant la même opération avec l'équation d enthalpie : ρ ( 1 ρ ) d ( V ) dw d e dwd = p + dt dt dt dt ( ) dw 1 d ( V ) dh d V dq d dp + = dt dt dt dt ρ dt dt et, en identifiant avec l'équation de l'énergie totale (enthalpie) : dw dw d dp d V = + + dt dt ρ dt dt 1 ( )

32 Différence entre puissance mécanique et puissance utile ravail mécanique et travail utile Analyse thermodynamique 1D dw { dt puissance utile = dw e { dt puissance mécanique soit, en intégrant sur le domaine D m défini précédemment : dw dt dw e dt + d( p ρ) 14 dt4 3 puissance de transvasement d( p ρ) = ρ dϑ Dm dt = d p ρ dt Dm ρ dϑ = p t dϑ + pv r n r ds D m Dm Si on fait l'hypothèse d'un écoulement permanent, et si nous tenons compte du fait que la condition d'adhérence impose une vitesse nulle sur les parois fixes ( Df), il vient : dw dt dw e dt D1 D = pv r n r ds Le travail utile diffère donc du travail mécanique par le travail des forces de pression sur les surfaces libres d'entrée et de sortie que l'on appelle travail de transvasement.

33 Illustration : Compresseur et son entrée d air ravail mécanique et travail utile Analyse thermodynamique 1D ( D ) 0 V ( D ) 1 ( D ) D 0 D 1 domaine D1: travail utile échangé (par l'intermédiaire des pales mobiles) et travail des forces de pression sur les surfaces de contrôle ( D1) et ( D) (car les pressions p 1 et p sont différentes). w 0 et w 0 domaine D0 : aucun travail échangé avec les parois matérielles Mais : puissance des forces de pression nulle sur ( D0) (si on la situe suffisamment loin pour considérer que la vitesse du fluide y est nulle), elle ne l'est pas sur ( D1). w = 0 et w 0 e e

34 Conditions d arrêt Conditions d arrêt Notion de variable d arrêt absolue Analyse thermodynamique 1D Écoulement uniforme (p,,ρ) et permanent de fluide Pas d échange de travail ni de chaleur avec l extérieur Plaçons y une sonde de température et de pression Équation de conservation de l énergie entre les points 1 et, sur ces lignes de courant h + (V ) = w + q = 0 L'enthalpie au point englobe donc à la fois l'enthalpie statique et l'énergie cinétique en 1, d'où son nom d'enthalpie totale. Mais, c'est aussi l'enthalpie obtenue après avoir arrêté le fluide, d'où son nom d'enthalpie d'arrêt. h 0 = h + V M 1 x p,, ρ, V M' x 1 M M'

35 Définition des variables d arrêt Conditions d arrêt Analyse thermodynamique 1D Les conditions d'arrêt sont les conditions que l'on obtiendrait par une transformation fictive ramenant isentropiquement (réversiblement et sans échange de chaleur) et sans échange de travail utile, le fluide à vitesse nulle. empérature d arrêt Dans le cas d un gaz parfait : En considérant que : ainsi : h = C p ( ) h0 V = + C ( ) C ( ) 0 p est la température statique qui représente l'énergie cinétique moyenne d'agitation moléculaire (de nature aléatoire). V /Cp est la température dynamique qui représente l'énergie cinétique du mouvement d'ensemble des molécules. p h = C ( ) C ( ) C 0 p 0 0 p 0 p 0 = + V C p

36 Pression et masse volumique d arrêt Conditions d arrêt Analyse thermodynamique 1D En utilisant la définition précédente, qui exprime que l'on passe de l'état dynamique (p, r,, V) à l'état d'arrêt (p 0, r 0, 0, 0) par une transformation isentropique: Autre formulation En introduisant la notion de nombre de Mach : Il vient : γ 1 0 = 1+ M p 0 p = ρ 0 ρ p 0 = p 1 + V C p γ γ γ 1 = 0 V C p = γ r C p V a = γ 1 M γ ρ0 = ρ 1+ γ γ 1 ρ 0 = ρ 1 + V C p M γ M = V a = 1 γ 1 V γ r p 0 = p 1 + γ 1 M γ γ 1

37 Approximation pour un écoulement incompressible Conditions d arrêt Analyse thermodynamique 1D Les effets de compressibilité sont négligeables si le fluide se déplace à basse vitesse. On considère généralement que la limite acceptable de l'approximation est M < 0,3. Dans ce cas, pour l air : γ 1 M << 1 Soit en effectuant un développement limité au premier ordre : Cas de l entropie p 0 p 1 + γ γ 1 γ 1 M = p + γ p γ r V p 0 p + 1 ρ V L'entropie statique s'exprime, en fonction des variables p et ρ et de la définition des variables d'arrêt : s = C v Log( p ρ γ γ )= C v Log( p 0 ρ 0 )= s 0 s s 0 Ce résultat pouvait être prévu sans aucun calcul, car l'entropie étant associée à une quantité de chaleur (échangée ou produite par irréversibilités), elle ne dépend pas du repère considéré.

38 Variables statiques et d arrêt absolues ou relatives Conditions d arrêt p 0 et 0 sont les pression et température «ressenties» par des sondes fixes Analyse thermodynamique 1D Pour mesurer les variables statiques, il ne faut pas modifier la dynamique du fluide. Nécessité de sondes solidaires d'un référentiel lié au fluide (difficile). En pratique: sondes de paroi parallèle à l'écoulement de fluide. Si on se rappelle que le phénomène de pression résulte de l'intégrale des forces d'impact des molécules sur la paroi, alors : capteur sur paroi parallèle au mouvement du fluide, la pression mesurée n'inclut que les chocs liés au mouvement aléatoire des molécules : c'est la pression statique capteur sur paroi perpendiculaire au mouvement du fluide, la pression mesurée inclut à la fois les chocs liés au mouvement aléatoire des molécules et ceux liés à leur mouvement d'ensemble de vitesse : c'est la pression totale. Lorsqu'une sonde est liée à un référentiel qui n'est ni fixe, ni solidaire des particules de fluide, elle mesure une quantité que l'on appelle variable d'arrêt relative. Exemple : pales d'un compresseur animées d'un mouvement de rotation uniforme : Le fluide possède, dans le référentiel lié aux pales, une certaine vitesse W (dite vitesse relative, différente de la vitesse absolue V). La température "ressentie" par la pale au point d'arrêt est la température d'arrêt relative : 0 R = + W C p

39 Équation thermique d état Conditions d arrêt Pour un gaz parfait, la définition des variables d'arrêt entraîne : Analyse thermodynamique 1D p = ρ r = ρ γ 1 M 1 γ r 0 = ρ 0 r γ 1 M p 0 = ρ 0 r γ 1 M Ce résultat est évident si on considère que l'état d'arrêt (même s'il est fictif) est un état au sens thermodynamique : les variables y caractérisant le fluide sont donc régies par l'équation thermique d'état. γ 1 γ 1

40 Analyse thermodynamique 1D Cours de turbomachine Xavier Ottavy (CNRS Laboratoire de Mécanique des Fluides et d Acoustique UMR ECL) Expression du travail utile pour une transformation adiabatique Expression du travail utile et de l entropie établies précédemment : 1 dw = dp + d( V ) + dwd ρ dq δ q δ q ds = ext ext méca rév irrév irrév ransformation adiabatique => A=0, donc p ρ 0 0 p ρ r V dw 0 r V = 0 1 ρ A dw = dp + d( V ) + ds 1 dw 0 ds 0 0 ds 0 dw 0 ds 0 dw 0 1 ds ds 1 dw = dp ds ρ p + dp ρ + d ρ + d r r V + dv p + dp 0 0 ρ + d ρ d r V = Conditions d arrêt Pour un écoulement adiabatique, les irréversibilités de nature mécanique dw d sont les seules causes d'augmentation d'entropie Conditions statiques Conditions d arrêt

41 Rappel : Équation d énergie exprimée avec l enthalpie : Conditions d arrêt Analyse thermodynamique 1D Cas adiabatique : dq=0, donc : dh + d V = dq + dw dh ( / ) dh0 = dq + dw dw 0 Cas transfo isentropique (adiabatique + réversible) entre 1 et, avec un gaz parfait : Compression : Π > 1 => 0 > 01 => W 1 > 0 = 1 dh = C d = dw = dp + ds Pertes par dissipation 0 p ρ0 γ 1 0 p γ 0 W = C p ( 0 01 ) = C p01 1 C p 01 1 = 01 p 01 γ 1 γ W = C p01 Π 1 Isentrop. Détente : Π < 1 => 0< 01 => W 1 < 0 Importance de la température d entrée

42 Diagrammes entropique (,s) et enthalpique (h,s) Diagrammes entropique et enthalpique Analyse thermodynamique 1D Diagrammes couramment utilisés pour représenter les transformations. Si gaz parfaits évoluants dans une plage de températures limitée, Intérêt d un tel diagramme température et enthalpie sont identiques à une constante près : h = h() = C p () C p les ordonnées représentent l'énergie du système. On peut donc directement y visualiser : pour une transformation adiabatique : Les échanges de travail utile pour une transformation à p constante : Les échanges de chaleur h = w + q = w h = w + q = q pour un système isolé : h = 0 : Les transferts internes (énergie cinétique énergie de pression) dans le cas d'une transformation adiabatique, les abscisses représentent le degré d'irréversibilité de la transformation. compressions ou détentes usuelles : visualisation directe des transferts d'énergie, quantitativement en ordonnées et qualitativement en abscisses.

43 Quelques iso-valeurs intéressantes Diagrammes entropique et enthalpique Analyse thermodynamique 1D Isentropiques : les compressions et détentes usuelles réversibles sont représentées par des droites verticales. Adiabatiques irréversibles : selon le second principe w d > 0, que ce soient des compressions ou des détentes, l'entropie augmente. Isothermes (ou isenthalpiques) : ce sont des droites horizontales. Isobares (cas des apports de chaleur usuels) : Après intégration de l équation de Gibbs, on montre que les isobares sont des exponentielles croissantes se déduisant l'une de l'autre par translation horizontale. Remarques : l'écart vertical entre deux isobares augmente avec la température : ce résultat est déterminant pour comprendre le fonctionnement d'une turbine à gaz. dans le cas d'un gaz non parfait, il est indispensable d'utiliser le diagramme enthalpique, où toutes ces courbes sont distordues. ex : vapeur d'eau utilisée dans les turbines à vapeur (le diagramme enthalpique correspondant est le diagramme de Mollier).

44 Rendements isentropiques Rendements isentropiques Analyse thermodynamique 1D Ces rendements s'appellent isentropiques parce qu'ils comparent la transformation réelle à une transformation isentropique fictive. is 1 p p compression w h h is ηc = = w h h 1 is 1 1 s détente Pour un gaz parfait à Cp constant, ces rendements peuvent aussi s'écrire : ηc = is is is p 1 p w h h1 η = = w h h η = 1 is 1 is 1 s

45 Rendements isentropiques total-à-total Rendements isentropiques Analyse thermodynamique 1D Les rendements isentropiques total-à-total d'une roue mobile sont définis de façon analogue à la formulation initiale, mais en utilisant les variables d'arrêt pour conserver leur sens physique de rendements énergétiques globaux (entrée-sortie). η c = h 0is h 01 h 0 h 01 η = h 0 h 01 h 0 is h 01 pour une compression pour une détente Dans le cas où Cp constant => rendements définis avec les températures d'arrêt. Étage de turbomachine : la partie mobile : transfert d'énergie entre la machine et le fluide. En effet, les pales étant mobiles, l'ensemble des forces de pression et visqueuses exercées sur le fluide travaillent. la partie fixe ne réalise qu'une transformation interne de la forme d'énergie du fluide (pas d'échange d'énergie avec la machine). Existence de forces (fixes) entre les pales et le fluide => pas de travail. le premier principe exprime que : h 0 = w + q 0 il n'est pas possible de caractériser le degré d'irréversibilité de la transformation par ce type de rendement. On utilise les rendements isentropiques statique à statique

46 Étage de compresseur Rendements isentropiques Analyse thermodynamique 1D = is p 0 is V 1 Cp p0 1 p 1 p 0 3 V Cp p p 3 p 0 3 V 3 C p s η c = 0is

47 Étage de compresseur (suite) Rendements isentropiques Analyse thermodynamique 1D Roue mobile Roue fixe Energie totale fournie : C p( 0-1) > 0 Energie mécanique : p - p > Energie totale échangée : C p( 0 - ) 0 Dissipation visqueuse : p - p > 0 0 is 0 Energie mécanique : p - p < Dissipation visqueuse : p - p > p - p > 0 1 V V 1 - > 0 p - p > 0 3 V3 V - < 0

48 Étage de turbine Rendements isentropiques Analyse thermodynamique 1D = is V 1 Cp p0 1 1 p 1 V C p p 0 p p 0 3 is V 3 C p 3 p 0 3 p 3 s η = t is 01

49 Étage de turbine (suite) Rendements isentropiques Analyse thermodynamique 1D Roue fixe Roue mobile p - p < 0 1 V V 1 - > 0 p - p < 0 3 V3 V - < 0 Energie mécanique : p - p < Energie mécanique : p - p < Dissipation visqueuse : p - p > Dissipation visqueuse : p - p > 0 03 is 03 Energie totale échangée : C p( 0-01) 0 Energie totale récupérée : C p( 0-3) > 0 0

50 Rendements polytropiques Rendements polytropiques Processus polytropiques Analyse thermodynamique 1D Une définition : une transformation polytropique est une transformation au cours de laquelle le rapport entre la chaleur totale échangée, et la variation d'enthalpie est égale à une constante β. dq + dw d = β = constante dh Pour un gaz parfait : (sans variation d Ec) avec : d où : p = ρ r C p r C p r 0 dh = dw + dq = dp + d + dw + dq 0 ρ ( V ) dh dp ρ β = = dh C d d = 1 1 r ρ dp + p d 1 ρ 1 ρ dp + pd 1 β 1 ρ ( β 1) p d 1 + C p ρ r p ( ) = 1 ρ dp p dp C d d ρ ( β 1) +1 1 ρ dp = 0

51 Rendements polytropiques Analyse thermodynamique 1D soit, en utilisant la relation de Mayer : et en multipliant toute l'équation par ρ, p γ 1 γ β 1 il vient : Soit, en posant : Et en intégrant => dp p n = + γ (β 1) γ β 1 γ (β 1) γ β 1 p ρ n = constante C p C v = r d(1 ρ) 1 ρ = 0 C p r = γ γ 1 On appelle n exposant polytropique, qui est donc constant tout le long de la transformation.

52 Remarques sur la valeur de l exposant polytropique : Rendements polytropiques ransformation isotherme : n = 1 c Analyse thermodynamique 1D ransformation adiabatique réversible : Compression : les phénomènes dissipatifs créent de la chaleur et éloignent encore plus la transformation adiabatique de l'isotherme (on a un sur-échauffement par rapport à l'adiabatique réversible). Donc : n γ Détente: les phénomènes dissipatifs diminuent le refroidissement naturel de l'adiabatique réversible (ils rapprochent la transformation réelle d'une transformation isotherme). Donc : 1 n γ Assimilation du processus adiabatique irréversible réel à un processus polytropique: dq + dw d = β = constante = coéfficient de pertes dh 0 Avec des effets dissipatifs (pertes) répartis de manière "relativement" uniforme tout le long de la transformation, on peut assimiler le processus réel à un processus polytropique (cf. développement des couches limites et des pertes qu elles génèrent, de façon relativement constante tout au long de la surface si le profil turbulent est établi). nc = γ c

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

2. Quel a été l'événement majoritairement responsable d'un développement massif de la technologie éolienne?

2. Quel a été l'événement majoritairement responsable d'un développement massif de la technologie éolienne? 1. Décrire rapidement l'origine de l'exploitation de l'énergie du vent. Les premières éoliennes datent de 200 ans avant JC ressemblant à des roues à aubes et utilisées principalement pour écraser les céréales.

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

1 Thermodynamique: première loi

1 Thermodynamique: première loi 1 hermodynamique: première loi 1.1 Énoncé L énergie d un système isolé est constante, L énergie de l univers est constante, de univers = de syst + de env. = 0 1 L énergie d un système est une fonction

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Etude en CFD d'une turbine hydraulique

Etude en CFD d'une turbine hydraulique République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université M hamed BOUGARA, Boumerdes Faculté des Sciences de l'ingénieur Ecole Doctorale

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Jouets...2 I.Voiture avec volant d'inertie réservoir d'énergie cinétique...2 A.Préliminaire...3 B.Phase 1...3 C.Phase 2...4 D.Phase

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL. MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL. MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE Jérôme NOËL 1328624 Jean-Baptiste LEPRETRE 1536884 AUTOMNE 2010 Table des matières Introduction 3 1 Présentation

Plus en détail

Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien

Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien Gilles Feld, Emmanuel Hoang, Romain Dardevet, Éric Labouré Adresse mél : gilles.feld@ens-cachan.fr, emmanuel.hoang@ens-cachan.fr,

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Quantité de mouvement et moment cinétique

Quantité de mouvement et moment cinétique 6 Quantité de mouvement et moment cinétique v7 p = mv L = r p 1 Impulsion et quantité de mouvement Une force F agit sur un corps de masse m, pendant un temps Δt. La vitesse du corps varie de Δv = v f -

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

UTILISER LE MODELE 3D ET VISUALISER LA CIRCULATION DE L AIR SUR LA PALE

UTILISER LE MODELE 3D ET VISUALISER LA CIRCULATION DE L AIR SUR LA PALE STI2D ITEC TP 4 Centre d intérêt : Durée : 2h00 REPRESENTATION DU REEL ET SIMULATION NUMERIQUE UTILISER LE MODELE 3D ET VISUALISER LA CIRCULATION DE L AIR SUR LA PALE Page 1 sur 8 Vous avez déjà constaté

Plus en détail

Quatrième partie. Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits

Quatrième partie. Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits Quatrième partie Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits 105 Chapitre 11 LE THÉORÈME DE BERNOULLI Le principe de conservation de l énergie est très général. Nous allons montrer qu il permet

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE Version 2.0 1/8 Semestre 1 Physique 120 périodes selon OrFo AAF4.1 Mécanique 20 AAF4.1.1 Cinématique Calculer des mouvements uniformes, rectilignes et circulaires Expliquer l'accélération gravitationnelle

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2010 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR

TRANSFERT DE CHALEUR TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Mécanique des Fluides

Mécanique des Fluides Mécanique des Fluides Franck Nicoud I3M franck.nicoud@univ-montp2.fr MKFLU - MI4 1 Plan général 1. Rappels 2. Quelques solutions analytiques 3. Notion de turbulence 4. Aérothermique 5. Interaction fluide-structure

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

13 Notions sur la combustion

13 Notions sur la combustion 1 er avril 2003 Les combustibles 344 13 Dans la plupart des cycles moteurs étudiés au chapitre 9, les quantités de chaleur nécessaires au fonctionnement du cycle sont obtenues par combustion d hydrocarbures,

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur LEPLOMB Romain Année universitaire 2004-2005 LE ROI Gautier VERNIER Marine Groupe Sup B, C, D Professeur accompagnateur : M. Guerrier T.I.P.E Optimisation d un moteur 1 1. Présentation du fonctionnement

Plus en détail

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur Thermodynamique 2 : Equilibres binaires 1. Introduction 1.1. Présentation - Mélange binaire = Mélange de deux constituants chimiques A 1 et A 2 ne réagissant pas ensemble (il n y a donc pas de variation

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ

THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ B. AMANA et J.-L. LEMAIRE 2 LIQUEFACTION D'UN GAZ Cette expérience permet d'étudier la compressibilité et la liquéfaction d'un fluide en fonction des variables P,

Plus en détail

CONCOURS COMMUN 2010 PHYSIQUE

CONCOURS COMMUN 2010 PHYSIQUE CONCOUS COMMUN SUJET A DES ÉCOLES DES MINES D ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES Épreuve de Physique-Chimie (toutes filières) Corrigé Barème total points : Physique points - Chimie 68 points PHYSIQUE Partie A :

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Physique : Thermodynamique

Physique : Thermodynamique Correction du Devoir urveillé n o 8 Physique : hermodynamique I Cycle moteur [Véto 200] Cf Cours : C P m C V m R relation de Mayer, pour un GP. C P m γr γ 29, 0 J.K.mol et C V m R γ 20, 78 J.K.mol. 2 Une

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr.

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr. AUER 1892-2012 1892-2012 - 120 ans d innovations www.auer.fr 70 HRC modulante haute température 70 C é néficiez 15% de Le chauffage garanti même par grands froids! ou que t d e tr a énéficiez va u x 23%

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Chapitre 4 Le deuxième principe de la thermodynamique

Chapitre 4 Le deuxième principe de la thermodynamique Chapitre 4 Le deuxième principe de la thermodynamique 43 4.1. Evolutions réversibles et irréversibles 4.1.1. Exemples 4.1.1.1. Exemple 1 Reprenons l exemple 1 du chapitre précédent. Une masse est placée

Plus en détail

L énergie grâce à l eau ça coule de source!

L énergie grâce à l eau ça coule de source! Bacheliers en Electromécanique Implantation de Seraing L énergie grâce à l eau ça coule de source! Mars 2013 - Quai Van Beneden Par B. Jansen, A. Hay, F. Laureiro, V. Rosso, E. Simon et F. Simonis Contact:

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen

Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen Manière heuristique d'introduire l'approximation de champ moyen : on néglige les termes de fluctuations

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels 3ème séance de Mécanique des fluides Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait 1 Généralités 1.1 Introduction 1.2 Équation d Euler 1.3 Premier théorème de Bernoulli 1.4

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail