Projet CFD sous ANSYS-CFX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet CFD sous ANSYS-CFX"

Transcription

1 EN5 Projet CFD sous ANSYS-CFX DURGET Xavier FRESSE - Jérémy GAZZOTTI - Loïc INTRODUCTION : On recherche dans ce projet une solution optimale pour assurer le refroidissement d'une habitation la nuit en été via un écoulement en lame d'air entre deux environnements intérieurs à même température. On étudiera l'effet de promoteur de turbulence sur l'efficacité de l'échangeur thermique. Ce projet visant également à découvrir le logiciel ANSYS, on s'intéressera en premier lieu à l impact des conditions de simulation sur la qualité du résultat de cette simulation. On commencera par une étude analytique qui permettra de mieux appréhender les phénomènes que l'on pourra observer lors des simulations (couches limites,..) Cette étude servira de référence pour la comparaison avec les résultats de simulation d ANSYS. Puis on se penchera sur le côté simulation, afin de vérifier la cohérence des résultats précèdent. On s interrogera sur le comportement des différents promoteurs de turbulences que nous avions choisis, et dans un second temps, définira la solution la plus optimal.

2 SOMMAIRE PARTIE 1: Etude sans promoteur de turbulence PARTIE 1.1 : DEFINITION DU PROBLEME SOUS ANSYS ET APPROCHE ANALYTIQUE : Géométrie Conditions limites et définition des paramètres de la modélisation Maillage Calcul théorique PARTIE 1.2 : SIMULATION : Première simulation Exploitation des résultats Comparaison résultats simulation/approche analytique Conclusion première simulation Deuxième simulation Comparaison des résultats PARTIE 2: Etude avec promoteur de turbulence : PARTIE 2.1 : ETUDE GENERALE AVEC PROMOTEUR DE TURBULENCE : Géométrie Maillage Résultats PARTIE 2.2 : OPTIMISATION VERS UN MEILLEUR TRANSFERT DE CHALEUR : Vitesse de l air en entrée Diamètre des promoteurs Espacement des promoteurs Type de promoteurs PARTIE 2.3 : SOLUTION RETENUE : Géométrie et maillage Comparaison Optimisation Conclusion 9 / 12 / 10 Page 2 sur 30

3 PARTIE 1: Etude sans promoteur de turbulence PARTIE 1.1 : DEFINITION DU PROBLEME SOUS ANSYS ET APPROCHE ANALYTIQUE : GEOMETRIE : On présente ici la géométrie crée respectant les consignes et faisant apparaitre "l'épaisseur" de notre problème 2D qui devra représenter l'épaisseur d'une maille afin de simuler un problème 2D avec un logiciel qui simule à 3 dimensions. Figure 1: Représentation de la pièce a étudier CONDITIONS LIMITES ET DEFINITION DES PARAMETRES DE LA MODELISATION : Les caractéristiques définies ici seront valables pour toutes les simulations : - L analyse s'effectuera en régime permanent (simulation type : steady state), on ne s'intéressera donc pas aux conditions initiales. - On définit le domaine et les bilans énergétiques qui serviront à la résolution : Domain type: fluid domain Fluid model: thermal energy - Solver control advection scheme : high resolution (correspond au cas générique, on l'utilise par défaut bien qu'ici, on connait le sens d'écoulement du fluide. Sous CFX-pré, on définit également les conditions limites qui seront elles aussi, valables pour toutes les simulations : 9 / 12 / 10 Page 3 sur 30

4 Figure 2: Conditions limites Les faces normales à l'axe des X (en vert sur l'image) correspondent aux parois des salles adjacentes, elles sont donc définies en tant que mur à 27 C sans glissement. Un flux d'air entrant à 19 C est imposé sur la face du plan Y=0. Le flux sortant 205 m plus haut est quand à lui uniquement définit par son sens et par la pression en sortie correspondant à la pression atmosphérique (P relative nulle). MAILLAGE : Le choix du maillage est déterminant. Il joue un rôle important sur l'exactitude des résultats et nous jugerons d'ailleurs son impact par la suite grâce à la comparaison de plusieurs retours de simulation. Les conditions de maillage sont donc amenées à être modifiées au cours du projet. Le premier maillage réalisé est le suivant : Figure 3 : Premier maillage, sans promoteur 9 / 12 / 10 Page 4 sur 30

5 Ce maillage est définit de la manière suivante : default body spacing 0,005 m number of inflated layers 10 expansion factor 1,2 first prism height 0,001 m total number of nodes Tableau 1 : Caractéristique du maillage CALCUL THEORIQUE : L étude se porte sur un écoulement d air entre 2 murs à température imposée (27 C) dans le cas d un régime turbulent «fully developped» sans promoteur de turbulence. Les résultats obtenus devront donc être comparés à des points de simulation situés suffisamment loin de l entrée (ou proche de la sortie). Données Air géométrie V0 = Vmoy (m/s) 1,5 h (m) 2,5 n (m²/s) 1,52E-005 e (m) 0,05 m 1,82E-005 l (m) indifférent (2D) l (W/m.K) 0,0262 g 9,81 Cp (J/kg.K) 1004 r (kg/m3) 1,2 D (m) 0,1000 Le diamètre hydraulique pour cette géométrie est égal à 2 fois l épaisseur de la lame d air soit 2*0.05 = 0.1m D après les formules données pour cette configuration les résultats sont : Nous avons bien : 3000 < Re < < Pr < 2000 La formule donnant le Nusselt en régime turbulent fully developped est donc applicable. Nous obtenons DP = 1.07 Pa hc FD = 7.74 W/m².K f = W/m² 9 / 12 / 10 Page 5 sur 30

6 Nous utilisons une expression pour chacune des couches de l écoulement : L épaisseur de la couche limite est de mm, il faudra tenir compte de cette épaisseur pour le maillage si on veut observer quelque chose dans cette zone d écoulement. Epaisseur de la couche de transition : e =30n/V* = m = 4.51 mm Le profil de vitesse est donné en utilisant les expressions de v = f(y) dans les couches correspondantes : Couche turbulente Couche de transition e = 4.51 mm Couche limite e = mm Figure 4 : Profil de vitesse On observe un profil caractéristique d écoulement établi avec frottement sur parois. La vitesse est nulle au contact de la paroi et atteint son maximum au milieu de l écoulement (le plus loin de la paroi). On a Vmax calculée = 1.85 m/s PARTIE 1.2 : SIMULATION : PREMIERE SIMULATION: Avant de pouvoir comparer plusieurs simulations il nous faut dans un premier temps vérifier que le problème est bien définit, en particulier que le «Solver» converge et que les résultats obtenus sont cohérents. 9 / 12 / 10 Page 6 sur 30

7 Convergence : La simulation est définie telle qu'elle s'arrête après 100 itérations où lorsque les résidus sont de l'ordre de 10^-4. Tableau 2: Résultats de la simulation Ici la valeur maximum des résidus est de 5.9E-04, on a donc une convergence. EXPLOITATION DES RESULTATS : On vérifiera ici la cohérence des résultats mis sous forme de courbe et contour colorés : - profile de vitesse entrée/sortie et couche limite : Seule, l'entrée fait apparaître un phénomène intéressant : Figure 4: Représentation graphique des résultats On constate que s'établit une vitesse constante après quelques centimètres. Cette zone est nécessaire à l'établissement de la couche limite de vitesse, son épaisseur est du même ordre de grandeur que celle déterminée analytiquement. 9 / 12 / 10 Page 7 sur 30

8 Intéressons nous justement, à cette couche limite : Figure 5: Couche limite proche de la paroi On a bien une vitesse nulle le long de la paroi et un important gradient de vitesse au voisinage de celle-ci. On observera par la suite plus précisément ce gradient de vitesse en fonction de l'écart à la paroi. - profil de température entrée/sortie et couche limite : Figure 6: Profil de température On a donc bien de l'air qui rentre à 19 C et se réchauffe progressivement au contact d'une paroi à 27 C. Cependant cet air ne sort qu'autour de 22 C et n'a donc pas récupéré tant de 9 / 12 / 10 Page 8 sur 30

9 chaleur que ça. On mesurera cette efficacité d'échange plus précisément par la suite avec le coefficient h et on essaiera de l'améliorer via la mise en place de turbulence. On constate également la mise en place d'une couche limite thermique que l'on observe plus facilement ici en jaune et rouge : Figure 7: Profil global des températures Ces résultats sont cohérents et traduisent efficacement le problème. Nous allons maintenant exploiter des graphiques précis qui nous permettrons de comparer les résultats obtenus ici avec ceux obtenus par le calcul dans la première partie. COMPARAISON RESULTATS SIMULATION/APPROCHE ANALYTIQUE : - profil de vitesse par rapport à la distance à la paroi : On observe bien un profil parabolique de vitesse. Les résultats de simulation sont valables pour la couche turbulente, la vitesse min est donc de 1.1 m/s ce qui correspond au milieu de la couche de transition du modèle analytique, les couches limites ne sont pas représentées (gradient très important et Vmin = 0 m/s en paroi) Par simulation la vitesse maximale est de 1.75m/s et de 1.82m/s par le modèle analytique. Ces résultats sont proches. Figure 8: Profil de vitesse du fluide 9 / 12 / 10 Page 9 sur 30

10 Le profile de vitesse obtenu ici correspond en effet à celui réalisé sous Excel précédemment. -profil de température par rapport à la distance à la paroi : Le gradient de température est important à proximité de la paroi. Le profil de température est l inverse de celui de vitesse : lorsque la vitesse est importante la température est plus faible, et lorsque la vitesse est faible, la température est importante (en proche paroi). Figure 9 : Profil de température en fonction de la distance - profil de température selon la hauteur au milieu de la lame d'air. Ce profil est également intéressant, on constate que l'évolution de la température se fait de manière linéaire après une phase où elle n'évolue pas. Les premier cm correspondent peut-être à la zone nécessaire à l'établissement de la couche limite, il faut ensuite une certaine distance pour que se ressente au milieu de la conduite une perturbation surfacique. Figure 10: Profil de température en fonction de la hauteur 9 / 12 / 10 Page 10 sur 30

11 - Profil du flux à travers les parois selon la hauteur : Figure 11: Profil du flux Le flux dépend de la hauteur : Lorsque y augmente la température de l air augmente, or f = h.(t mur -T air ), donc le flux diminue, ce qui est bien vérifié par la simulation. Le flux analytique a été calculé pour T air = 19 C et T mur = 27 C avec h = 7.74 W/m².K constant. f analytique = W/m² En faisant varier la température de l air, l expression analytique donne un profil de flux qui diminue linéairement avec l augmentation de la température de l air, la simulation concorde ainsi avec l approche analytique. Les caractéristiques analytiques peuvent être retrouvées dans la simulation à environ 3cm de l entrée (régime pas tout à fait fully Developped) ou la température de l air est encore proche de 19 C, le flux donné par la simulation est alors quasi-égal au flux analytique. 9 / 12 / 10 Page 11 sur 30

12 - profil de pression : Figure 12: Profil de pression En absence d'obstacle, on a une perte de charge linéaire qui nous permet de vérifier la perte de charge calculée précédemment : DP ansys = 1.04 Pa DP analytique = 1.07 Pa Donc la simulation est très proche du résultat analytique, le modèle semble valable. - h (W/m².K) en fonction de la hauteur : On considère un T fonction de la hauteur correspondant à (27 - T[ C] à la hauteur (y) au milieu de la lame d'air). En utilisant les tables du flux en fonction de la hauteur et de la température au milieu en fonction de la hauteur on peut obtenir l'évolution de h : 9 / 12 / 10 Page 12 sur 30

13 0 0, , , , , , ,2069 1, , , , , , ,41379 h(y) = Ѱ(y)/ T(y) où T(y) = 27 - T(y) , , , ,5 291 flux (W/m²) température (K) Figure 13 : Courbe du flux et de la température h (W/m²K) h (W/m²K) Figure 15 : Courbe du coefficient d échange Le coefficient d'échange est relativement constant le long de la lame d'air. On calcul une valeur moyenne de h ansys = 7.12 W/m².K Pour comparaison, le modèle analytique donne : h analytique = 7.74 W/m².K D'après la courbe du flux, montrée ci-dessus, nous pouvons en déduire une valeur moyenne de 49W/m². 9 / 12 / 10 Page 13 sur 30

14 D'après la courbe du flux, montrée ci-dessus, nous pouvons en déduire une valeur moyenne de 49W/m². Néanmoins, si nous comparons cette valeur à la formule donnée ci dessous, nous constatons un résultat de 52,14W/m². Cette différence de puissance, qui est négligeable, est due à la précision des itérations. Puissance ( areaave( Inlet * areaave( Density Inlet * Inlet * areaave( SpecificHe atcapacity atcons tan t Inlet *( areaave( Temperzture Outlet areaave( Inlet )) / Wall Equation 1: Puissance surfacique CONCLUSION PREMIERE SIMULATION : La comparaison de la simulation Ansys et du modèle analytique pour les valeurs de -Pression (pertes de charge), -Coefficient d échange -Densité de flux Donne des résultats quasi similaires, on peut donc valider la configuration de cette modélisation, et essayer d augmenter la précision des mesures en modifiant le maillage. DEUXIEME SIMULATION : On défini un maillage plus fin : default body spacing 0,005 number of inflated layers 20 expansion factor 1,2 first prism height 0,0001 total number of nodes Tableau 2 : Caractéristique du maillage 9 / 12 / 10 Page 14 sur 30 Figure 15: Ancien maillage Figure 16: Nouveau maillage

15 COMPARAISON DES RESULTATS : La différence se situe dans la couche limite qui nous apparaît plus fine qu'avec un maillage plus grossier : Voici à même échelle le profil de vitesse avec l'ancien puis le nouveau maillage : Figure 17: Profil de vitesse ancien/nouveau maillage Il en est de même pour la température : Figure 18: Profil de température ancien/nouveau maillage 9 / 12 / 10 Page 15 sur 30

16 Cependant si l'on compare à l'aide des graphiques les profils de vitesse : 1,8 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 vitesse second maillage vitesse premier maillage 0,2 0 Figure 19: Comparaison des profils de vitesse On constate que les deux profils sont confondus. Malgré quelques différences au niveau de la couche limite, les deux simulations ont abouti à des résultats très similaires. Il semble que la simulation ait convergé vers la bonne solution dès le premier maillage choisi. Effet du maillage : Afin de vérifier la conclusion précédente et de mieux constater l'effet du maillage, on crée 4 points (donnés dans le tableau ci dessous) qui nous servirons de point de comparaison entre différentes simulations aux maillages plus ou moins précis. Nous effectuons un maillage plus grossier que les deux précédents. Cependant si nous effectuons un maillage sensiblement plus fin que la deuxième simulation nous est impossible, le logiciel est très long et conclu à une erreur. Nous disposons cependant de 3 simulations dont voici la comparaison : 9 / 12 / 10 Page 16 sur 30

17 Tableau 3: Résultats de simulations de différentes configurations On constate ici, que seul le maillage grossier mène à des résultats vraiment différents. Les valeurs trouvées lors des deux simulations plus fines sont très proche malgré, le nombre de mailles variant du double de l'une à l'autre. La première simulation était donc suffisamment précise et permet d'avoir un temps de simulation raisonnable. Ce maillage sera donc retenu pour la suite. PARTIE 2: Etude avec promoteur de turbulence : PARTIE 2.1 : ETUDE GENERALE AVEC PROMOTEUR DE TURBULENCE : Dans cette partie, on étudiera en détail un modèle de lame d'air avec turbulence afin de constater l'effet de celles-ci sur toutes les grandeurs mises en jeux dans les simulations précédentes. Une étude de l'effet du nombre de promoteurs et de leurs espacements sera réalisée dans la partie précédente. GEOMETRIE : Sur chaque côté, on met en place un réseau de promoteur de turbulence sous la forme de demi-cercles de 2.5cm de rayon, espacés de 20 cm chacun. Les deux séries se font face avec un décalage de 10cm. Ainsi le réseau est composé de 24 promoteurs (12 de chaque côté) alternés. Lors du dessin de la pièce, une épaisseur moins importante est définie, cependant ce paramètre na pas d'importance puisqu'ici aussi, cette épaisseur correspondra à une seule mailles. 9 / 12 / 10 Page 17 sur 30

18 Figure 20 : Géométrie du premier promoteur MAILLAGE : Le maillage retenu ici à les même caractéristiques que le maillage retenu en partie 1 : default body spacing 0,005 m number of inflated layers 10 expansion factor 1,2 first prism height 0,001 m total number of nodes Tableau 4 : Caractéristique du maillage L'unique difficulté ici est d'obtenir un maillage qui suit les nouvelles formes de la pièce avec le même type d'inflation. Voici le résultat obtenu : 9 / 12 / 10 Page 18 sur 30

19 Figure 21 : Maillage avec promoteur RESULTATS : La simulation telle qu elle est définie précédemment (100 itérations ou résidus de l'ordre de 10-4 ne permet pas ici de converger. On change donc les paramètres du «run» : on porte le nombre d'itérations à 1000 de sorte de ne pas être limité par ce critère et on impose un ordre de grandeur de 10-5 pour les résidus. Après un peu moins de 200 itérations, le simulateur converge. Pour étudier l'évolution des grandeurs au milieu de la lame d'air et suivant l'axe des «y» on fera nos mesures le long d'une ligne de courant (streaming line). Pour étudier des phénomènes tel que le flux au niveau des murs, on crée une poly ligne définie comme l'intersection de notre mur et du plan. - profil de vitesse entrée/sortie : 9 / 12 / 10 Page 19 sur 30

20 Figure 22 : Profil de vitesse On constate l'apparition de plusieurs zones de forte vitesse au niveau du sommet de chaque promoteur, un effet comparable à celui qui donne naissance au phénomène de portance sur les ailes d'avion. Derrière chaque promoteur une zone d'air immobile se forme. On peut d'ores et déjà faire des hypothèses sur les conséquences de cette vitesse sur le flux. Le phénomène de transfert sera favoriser par une convection importante et on peut donc s'attendre à avoir un transfert maximum au niveau des sommets des promoteurs et minimum derrières ces derniers. Si l'on observe la vitesse le long d'une ligne de courant, le résultat est le suivant : 9 / 12 / 10 Page 20 sur 30

21 Figure 23 : Courbe de vitesse selon une ligne de courant Le débit est constant et égale à VxS. Hors, la section varie dès lors qu'on rencontre un promoteur de turbulence, d'où une augmentation soudaine de la vitesse. Le graphique ci dessus laisse apparaitre 24 pics correspondant aux 24 promoteurs de turbulence. - profile de température entrée/sortie : Figure 24 : Profil de vitesse avec et sans promoteur 9 / 12 / 10 Page 21 sur 30

22 On constate ici que l'air se réchauffe beaucoup plus vite que dans le cas sans promoteur. En utilisant la fonction de moyenne sur la surface de sortie proposée par le logiciel et définie plus précisément par la suite, on calcul une température de sortie de K (24.87 C) au lieu des K (21.15 C) obtenus précédemment. L'efficacité de l'échange a donc bien été améliorée même si l'air ne sort toujours pas à 27 C. L'échange peut par conséquent être encore amélioré. On peut également observer le profil de vitesse selon une ligne de courant : Figure 26 : Courbe de température suivant la hauteur Ce graphique fait apparaitre le même type de variations qu'avec le modèle sans turbulence mais avec une pente plus importante. La première zone correspond à la mise en place de la couche limite puis l'échange commence, l'air se réchauffe de moins en moins vite puisque le T diminue. - Pertes de charge, étude des pressions : On utilise le "function calculator" afin de calculer les pressions moyennes sur les surfaces d'entrée et de sortie (respectivement Pa et 0 Pa relatifs) et d'en déduire la perte de charge : P = Pa. 9 / 12 / 10 Page 22 sur 30

23 Figure 27 : Résultat du calcul Quant au profil des pressions sur une ligne de courant : Figure 28 : Profil de pression suivant une ligne de courant On observe ici 24 minimums correspondant aux zones de dépressions formés par la présence des promoteurs. -Flux échangés à travers le mur en fonction de la hauteur : 9 / 12 / 10 Page 23 sur 30

24 Figure 29 : Flux en fonction de la hauteur Ce graphe nous semble très intéressant car il permet de constater l'existence de 4 zones particulières qui se répète chacune 12 fois. Rappelons que ce graphe correspond à une ligne de mesure suivant le contour des promoteurs sur un seul coté. Il fait apparaître 12 maximums "absolus", 12 minimums "absolus", 12 maximums "relatif" et 12 minimums "relatifs". Après avoir observé le profil des vitesses en couleur, il nous est facile d'interpréter ces extremums. Chaque maximum "absolus" correspond au sommet d'un promoteur ou la vitesse est maximale. La hauteur correspondant à chaque maximum "relatif" est quand à elle celle correspondant à la zone du mur qui fait face au sommet du promoteur du mur d'en face. Le minimum "relatif" correspond à la zone ou l'air est freiné avant de promoteur. Enfin, le minimum "absolu" correspond à la zone où l'on trouve de l'air immobile après chaque promoteur. L'amplitude de ces oscillations diminue car dans les cas ou l'air se réchauffe, on a le T qui diminue. Valeur moyenne du flux calculé avec le "function calculator" : W/m² PARTIE 2.2 : OPTIMISATION VERS UN MEILLEUR TRANSFERT DE CHALEUR : Pour la simulation précédente, le modèle de turbulence choisie était le "modèle Kε". Mais ce modèle ne s'avère pas finalement être le plus performant pour notre étude. 9 / 12 / 10 Page 24 sur 30

25 L'étude présentée précédemment reste valable, cependant par la suite nous comparerons des simulations faites avec le modèle de turbulence "Shear Stress Transport". Vitesse de l'air en entrée : Dans un premier temps, on conserve une géométrie identique à celle de la simulation précédente (avec promoteur de turbulence) et on s'intéresse à l'effet de la vitesse d'entrée du fluide sur l'efficacité de l'échange. Vitesse de l'air en entrée [m/s] Perte de charges [Pa] Température de sortie [K] Température de sortie [ C] Flux thermique [W/m²] 0,5 298,7 25,7 34,0 2,6 1,5 297,7 24,7 83,7 14,6 2,5 296,8 23,8 121,1 35,5 3,5 296,5 23,5 158,6 65,4 Tableau 5 : Caractéristiques avec amélioration 180,0 160,0 140,0 120,0 100,0 80,0 60,0 40,0 20,0 0, ,0 60,0 50,0 40,0 30,0 20,0 10,0 0,0 Flux thermique [W/m²] Perte de charges [Pa] Figure 210 : Courbe flux et perte de charge Une augmentation de la vitesse permet bien une amélioration de l'échange thermique mais induit une augmentation des pertes de charge également. Le but ici est de valoriser l'échange thermique au détriment de la perte de charge. La tendance des courbes laisse deviner que plus la vitesse va augmenter plus le gain en efficacité d'échange va perdre en intérêt face à une perte de charge qui elle semble croitre de plus en plus rapidement (étant fonction du carré de la vitesse). Une vitesse de 2.5 m/s semble être un bon compromis. 9 / 12 / 10 Page 25 sur 30

26 Diamètre des promoteurs : Ici on joue sur le diamètre des demi-cercles mis en place tout en gardant l'espacement initial de 20 cm et la vitesse d'entrée telle qu'elle avait été définie au début (1.5m/s). Diamètre des ronds avec 12 de chaque coté (cm) Température de sortie [K] Température de sortie [ C] Flux thermique [W/m²] Perte de charges [Pa] 1,5 297,0 24,0 79,6 11,2 2,5 297,7 24,7 83,7 14,6 3,5 298,4 25,4 94,0 46,138 Tableau 6 : Caractéristique avec modification du diamètre 96,0 94,0 92,0 90,0 88,0 86,0 84,0 82,0 80,0 50,0 45,0 40,0 35,0 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 Flux thermique [W/m²] Perte de charges [Pa] 78, ,0 Figure 11 : Courbe du nouveau flux et perte de charge Le flux thermique augmente ici aussi rapidement que la perte de charge, on choisira donc une valeur limite de perte de charge acceptable. Le constat intéressant ici concerne le fait que la perte de charge n'augmente pas significativement tant que le rayon des ronds reste inférieur à la moitié de la largeur de la lame d'air tandis que le flux lui est l'objet d'une forte augmentation. Le diamètre à retenir est donc au moins égal à la largeur du la lame d'air. Espacement des promoteurs : Ici, à vitesse et taille des promoteurs constantes (1.5m/s et 2.5 cm de diamètre), on évalue l'impact de l'espace entre promoteurs. Espace entre promoteurs (cm) Température de sortie [K] Température de sortie [ C] Flux thermique [W/m²] Perte de charges [Pa] Nbre total de promoteurs ,7 25,7 91,0 55, ,7 24,7 83,7 14, ,4 24,4 82,6 14,51 12 Tableau 7 : Caractéristique avec modification de l espacement 9 / 12 / 10 Page 26 sur 30

27 92,0 91,0 90,0 89,0 88,0 87,0 86,0 85,0 84,0 83,0 82, ,0 50,0 40,0 30,0 20,0 10,0 0,0 Flux thermique [W/m²] Perte de charges [Pa] Figure 12 : Courbe du flux et perte de charge On constate qu'entre 20 cm d'espacement et 40 cm, la perte de charge reste plus ou moins la même. Le flux quand à lui est plus intéressant autour de 20 cm d'espacement. Les 20 cm constitueront donc une limite d'espacement maximum. On pourra ensuite plus ou moins rapprocher les promoteurs selon la perte de charge admissible, on gagnera en efficacité. Notons cependant, que le fait de jouer sur l'espacement ou la taille des promoteurs n'implique pas de grosses variations du flux comparativement à celles constatées lorsque l'on joue sur la vitesse. Type de promoteur : On compare ici différentes forme de promoteurs aux dimensions proches. forme Température de Température Flux thermique Perte de sortie [K] de sortie [ C] [W/m²] charges [Pa] rond 298,4 25,4 94,0 46,138 rectangle 299,6 26,6 100,1 737,6 triangle 299,6 26,6 113,1 299,6 Tableau 8 : Caractéristique de différent promoteur 9 / 12 / 10 Page 27 sur 30

28 120,0 100,0 80,0 60,0 40,0 20, Flux thermique [W/m²] Perte de charges [Pa] 0,0 rond rectangle triangle 0 Figure 13 : Comparaison entre les différents promoteurs Le passage à une géométrie carré ou triangle n'offre qu'un gain minime de flux (respectivement 6 et 19 W/m²) et décuple la perte de charge. On crée en effet des zones où l'air est rapide plus large mais aussi des zones où l'air est immobile (voir images ci dessous) ce qui explique cette faible amélioration du flux. Figure 33 : Représentation du flux suivant différentes géométries L'augmentation de la perte de charge n'est pas surprenante puisque l'on crée de nombreux coudes ou virages brusques. PARTIE 2.3 : SOLUTION RETENUE : Dans tous les cas précédent, le flux de chaleur reste limitée par la présence d'une couche limite. Le but ici est donc de "casser" cette couche limite avec de plus petit promoteur. Géométrie et maillage : On opte pour une géométrie type "balles de golf" telle que présentée ci dessous : 9 / 12 / 10 Page 28 sur 30

29 Voici le maillage obtenue avec inflation : Figure 34 : Autre géométrie étudiée Figure 35 : Maillage de la géométrie Comparaison : Constatons ici les améliorations en comparaison avec les promoteurs circulaires simples. Remarque : Le diamètre retenu ici pour les gros rond est de 3.5 cm. Température de sortie [K] Température de sortie [ C] Flux thermique [W/m²] Perte de charges [Pa] ronds simple 298,4 25,4 94,0 46,138 ronds + mini ronds 299,1 26,1 99,6 172,8 Tableau 9 : Comparaison des caractéristiques L'amélioration du transfert thermique n'est pas spectaculaire. Cependant cette amélioration est comparable à celle obtenue en passant à la géométrie triangulaire et rectangulaire avec une augmentation des pertes de charge beaucoup moins importante. Optimisation : On avait précédemment constaté l'effet très bénéfique de l'augmentation de la vitesse d'entrée dans la lame d'air. N'étant pas limiter par la perte de charge, Nous optons pour une vitesse de 2.5m/s. On obtient les résultats suivants : Température de sortie [K] Température de sortie [ C] Flux thermique [W/m²] Perte de charges [Pa] 298,7 25,7 157,2 479,0 Tableau 10 : Résultats avec une vitesse modifiée Le flux augmente sensiblement malgré une augmentation sensible de la perte de charge. 9 / 12 / 10 Page 29 sur 30

30 CONCLUSION : Le logiciel ANSYS est très complet et adapté à divers natures de travail. Celui-ci permet de modéliser et simuler la plupart des problèmes dont que l'on ne saurait résoudre à la main. Il permet un gain de temps précieux par rapport à l'expérience en condition réelle. Il n y a pas la mise en place du matériel, investissement de locaux, matériels et de personnel. Notre première simulation nous a permis de vérifier, dans un premier temps, nos hypothèses de départ. Nos avons définit notre maillage afin d'obtenir un compromis entre la précision du calcul et la durée de ce dernier, assez précis dans la description du modèle afin d'obtenir des résultats justes mais sans être trop fin pour éviter un temps d attente trop long lors de la simulation. On a pu constater qu avec un modèle simple des différences entre la simulation et l étude analytique pouvaient apparaître. En comparant les valeurs de la pression, du coefficient d échange et de la densité de flux, du modèle analytique avec celle de la simulation, on obtient des valeurs très proches. On a dans un premier temps considéré un type de promoteur qui était, pour commencer, de forme circulaire de 2,5 cm de diamètre et séparé de 20 cm les uns des autres, afin de mesurer l'impact de la mise en place de promoteurs de turbulences. Puis on a joué sur le diamètre, l espacement et la vitesse de l air en entrée, on s aperçoit que ces paramètres ne sont pas négligeables. L accroissement de la vitesse de l air en entrée ainsi que le diamètre des promoteurs et la diminution de l espacement entre chaque promoteur, augmente considérablement le flux thermique malgré une augmentation importantes des pertes de charge en contrepartie. Enfin notre dernière simulation a portée sur un promoteur de forme particulière, type balle de golf. Cette géométrie a permis une petite amélioration de l'échange tout en créant une petite augmentation des pertes de charges. Nous retenons cette solution comme solution finale. Néanmoins on pourrait s interroger sue le coût de fabrication d un tel gabarit de promoteur, car le modèle paraît compliqué à mettre en œuvre. La mise en place pratique d'un tel système mérite d'être prise en compte, car pour maintenir une vitesse de soufflage, tel que l on a retenu dans nos précédentes simulations, de 2,5 m/s, il faudrait une puissance importante du ventilateur. Ceci pourrait engendrer plusieurs désagréments tels que l inconfort du bruit ou une forte consommation d énergie due au besoin électrique du moteur. 9 / 12 / 10 Page 30 sur 30

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Aérodynamique Numérique

Aérodynamique Numérique Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré 1 1.1 Préparation du maillage.....................

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN 28 JANVIER 2013 1 SIMULATION TORPILLE SOUS-MARINE 2 1. Introduction On a choisi d étudier la torpille chinoise ET36,

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Procédures pour la génération d'un maillage sous ICEM-CFD

Procédures pour la génération d'un maillage sous ICEM-CFD TF01 : Tutoriel (succinct) de prise en main des outils 1. ICEM-CFD (CAO+maillage) 2. Fluent (Calcul et post-traitement) Étude de l'écoulement autour d'un disque placé au sein d'un domaine rectangulaire

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants.

Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants. Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants. Aurélie FASQUELLE 1* 1 JEUMONT Electric 367, rue de l Industrie BP 219 59572 Jeumont Cedex * (auteur correspondant

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

Écoulements internes et calcule de h et de température

Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Mettre en évidence les différences entre écoulements externes et internes Calcul de h local et moyen Calcul de température locale

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

ECOULEMENT LAMINAIRE TRANSITOIRE AUTOUR D UN CYLINDRE

ECOULEMENT LAMINAIRE TRANSITOIRE AUTOUR D UN CYLINDRE ECOULEMENT LAMINAIRE TRANSITOIRE AUTOUR D UN CYLINDRE Introduction L écoulement d un fluide autour d un cylindre fait partie des problèmes les plus étudiés en mécanique des fluides ou en aérodynamique,

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

Techniques de mesure de la vitesse d air

Techniques de mesure de la vitesse d air Choix des sondes L'étendue de mesure de la vitesse d'air 0...100 m/s peut être décomposée en 3 plages: en bas de la plage de mesure 0... 5 m/s au milieu de la plage de mesure 5... 40 m/s en haut de la

Plus en détail

Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement

Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement Valentin Trillat-Berdal 1, Malorie Trillat-Berdal 1 1 Patriarche & Co 4 allée du lac de garde Taxiway BP 285 73375

Plus en détail

Solutions optimales multiples. 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB)

Solutions optimales multiples. 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB) 3D Solutions optimales multiples 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB) Le modèle (FRB) admet une solution optimale unique. En effet (voir page 182), l'algorithme du simplexe se termine par

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives SOMMAIRE APPLICATIONS 3 CHOIX D UNE RESISTANCE 3 LES RESISTANCES SILOHM 4 CARACTERISTIQUES 4 RESISTANCES SILOHM : TUBES ET BÂTONNETS, TYPE RS 5 Gamme de valeur ohmique 5 Puissance maximale admissible 6

Plus en détail

SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS

SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS VII ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 23-25 mai 2005, Saint-Malo SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Bureau International des Poids et Mesures. Rapport BIPM-86/4 SUR LES LASERS A CONFIGURATION OPTIMALE. par P. Giacomo

Bureau International des Poids et Mesures. Rapport BIPM-86/4 SUR LES LASERS A CONFIGURATION OPTIMALE. par P. Giacomo Bureau International des Poids et Mesures Rapport BIPM-86/4 SUR LES LASERS A CONFIGURATION OPTIMALE par P. Giacomo Dàns plusieurs articles récents, MM. Le Floch, Lenormand et Le Naour (Rennes) (1) ont

Plus en détail

Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique

Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique Si chaib amel #1, Aliane Khaled *2, Sari Hassoun Zakaria #3 # Laboratoire MECACOMP, Université d Aboubekr Bekaid Tlemcen Université

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

Calcul de Charges. Génie Climatique Préparation à l'agrégation. Michaël Thienpont 30 octobre 2005. présentation de : Michaël Thienpont

Calcul de Charges. Génie Climatique Préparation à l'agrégation. Michaël Thienpont 30 octobre 2005. présentation de : Michaël Thienpont Calcul de Charges présentation de : 1 Plan du cours Introduction Traitement de l'air Calcul de Charges climatiques Éléments de technologie Spécificités de la régulation Approche système et fonctionnelle

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P.

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P. Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse P. Reulet, E. Divouron, P. Millan Contexte industriel Simulation de la rupture d'une conduite d'air chaud

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar

Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 355 368 Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar K. Hami *, B. Draoui et O. Hami Faculté des Science et Technologie, Université

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

BILAN THERMIQUE : la table des matières

BILAN THERMIQUE : la table des matières BILAN THERMIQUE : la table des matières 1. Schéma général des 3 chambres et description de leurs utilisations 1.1. Schéma général 1.2. Résumé de l'utilisation des 3 chambres 1.3. Résumé des données chiffrées

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

TRANSFERTS de MASSE et ECHANGEURS de CHALEUR

TRANSFERTS de MASSE et ECHANGEURS de CHALEUR TRANSFERTS de MASSE et ECHANGEURS de CHALEUR - 151 NOMENCLATURE - 153-1. INTRODUCTION - 154-1.1. Qu appelle-t-on échangeur de chaleur? - 154-1.2. Les modes de transferts - 154-1.3. Les fluides utilisés

Plus en détail

Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie

Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie 82 ème CONGRES de L ACFAS du 12 au 16 Mai 2014 Université Concordia Québec Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie Hakim MOHELLEBI Maitre assistant A, Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou

Plus en détail

Les pertes à vide dàns l industrie

Les pertes à vide dàns l industrie Les pertes à vide dàns l industrie Que ce soit au sein d'une PME comme dans les grandes industries, les pertes à vide représentent souvent une fraction très significative de la consommation globale d'une

Plus en détail

Hydraulique industrielle Correction TD 3

Hydraulique industrielle Correction TD 3 Hydraulique industrielle Correction TD 3 1 Etude d un limiteur de pression 1.1 Identification des fonctions Les différents élements assurant le fonctionnement du composant sont listés ci dessous : - Orifice

Plus en détail

N : 002 a Date : 09/12/02 Révisée le : 01/12/10 CIRCUIT REFROIDISSEMENT MOTEUR NOTICE TECHNIQUE

N : 002 a Date : 09/12/02 Révisée le : 01/12/10 CIRCUIT REFROIDISSEMENT MOTEUR NOTICE TECHNIQUE NOTICE TECHNIQUE N : 002 a Date : 09/12/02 Révisée le : 01/12/10 CIRCUIT REFROIDISSEMENT MOTEUR 1 ) Introduction : Compte tenu des températures très élevées mises en œuvre lors de l'explosion ( 2000 C

Plus en détail

PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE

PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE 9 Une aile se désigne par son profil. De ce profil découle la portance (Rz) et la traînée (Rx), mais aussi la finesse de l aile et quelques autres paramètres dont nous

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Logiciel PEACH 1 LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Sommaire I. Présentation d'ensemble du logiciel... 1 I.1. Les objectifs... 1 I.2. La démarche d'étude par PEACH... 2 II. PEACH Programme

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

Responsables. Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A)

Responsables. Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A) Responsables Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A) 1 Introduction Dans le cadre de ce projet de géométrie BAC 1, il nous était

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 213 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 213 Méthode d immersion de pièces mobiles dans des fours industriels Jean-François ZARAGOCI 1 *, Elie HACHEM 2, Ghina JANNOUN 3, Jérémy

Plus en détail

Caractérisation et calcul des isolants

Caractérisation et calcul des isolants Caractérisation et calcul des isolants La caractéristique des isolants et la connaissance de leur domaine d'application, nécessite la connaissance des trois modes de transmission de la chaleur : -la conduction

Plus en détail

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2 Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 1 Trois différentes techniques de pricing... 3 1.1 Le modèle de Cox Ross Rubinstein... 3 1.2 Le modèle de Black & Scholes... 8 1.3 Méthode de Monte Carlo.... 1

Plus en détail

«Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques»

«Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques» EPFL Lausanne ANSYS Conference & 9 ème Forum CADFEM 1 septembre 01 «Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques» Christophe NICOLET 1 Sébastien

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE - TRAVAUX PRATIQUES - INTRODUCTION A L'UTILISATION DU LOGICIEL FORGE2 L. PENAZZI Janvier 2001 MAT/01/TP/INTR-FORGE/3.1 1. OBJECTIF Cette étude a pour objectif

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES MOOC Énergies Renouvelables SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES Ce document contient les transcriptions textuelles des vidéos proposées dans la partie «La géothermie très basse température» de la semaine 6 du MOOC

Plus en détail

MAGE. Présentation du logiciel. Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique

MAGE. Présentation du logiciel. Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique MAGE Présentation du logiciel Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique Contributeurs : plusieurs générations de stagiaires MAGE : logiciel d'hydraulique à surface libre mai

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Nadia ADERGHAL, Tahar LOULOU Ali BOUCHOUCHA, Philippe ROGEON Laboratoire de d Ingénierie des Matériaux

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT

Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT olivier.boiron@centrale-marseille.fr Septembre 2015 3A FETES Introduction à l'utilisation du logiciel de simulation numérique

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2 22 année 20/204 DM de synthèse 2 Exercice Soit f la fonction représentée cicontre.. Donner l'ensemble de définition de la fonction f. 2. Donner l'image de 4 par f.. a. Donner un nombre qui n'a qu'un seul

Plus en détail

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE POUR UNE VANNE DE FOND DE L AMENAGEMENT ROUJANEL Rédacteur : Sylvain THINAT Révision

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP 2006 1 Définitions, généralités Détermination de tuyauteries, calcul de pertes de charge Abaques 2 Définitions, généralités Notion de perte de charge Perte de charge d

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations Thème : COMPRENDRE Type de ressources : Activités Documentaires Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Plus en détail

SOUTENANCE DE PROJET DE FIN D ÉTUDES

SOUTENANCE DE PROJET DE FIN D ÉTUDES SOUTENANCE DE PROJET DE FIN D ÉTUDES Développement d un modèle d échangeur thermique pour l étude par simulation numérique 3D sous FLUENT Franck LE RHUN Valeo Engine Management Systems 4 septembre 2007

Plus en détail

Rapport de stage. Etudiant : Robin Exertier. Tuteurs ICP: Matthieu Chabanas. Tuteur INRIA : Francois Faure

Rapport de stage. Etudiant : Robin Exertier. Tuteurs ICP: Matthieu Chabanas. Tuteur INRIA : Francois Faure Mars Juillet 2007 Rapport de stage Etudiant : Robin Exertier Tuteurs ICP: Matthieu Chabanas Tuteur INRIA : Francois Faure Etude des performances de Sofa dans des cas de simulations simple et comportant

Plus en détail

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES :

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES : Créateur en France du premier stage HACCP en 1991 LE CONCEPT DE L ATELIER ULTRAPROPRE DANS SES ASPECTS AERAULIQUES Olivier Rondouin (o.rondouin@asept.fr) Résumé de l intervention présentée dans le cadre

Plus en détail

Etude de l intégration de Matériaux à Changement de Phase dans des parois de bâtiments destinés aux télécommunications.

Etude de l intégration de Matériaux à Changement de Phase dans des parois de bâtiments destinés aux télécommunications. Etude de l intégration de Matériaux à Changement de Phase dans des parois de bâtiments destinés aux télécommunications. B. Deddy 1 *, P. Glouannec 2, D. Nörtershäuser 1, S. Le Masson 1 1 France Telecom

Plus en détail

LTP : Laboratoire de Technologie des Poudres Prof. H.Hofmann

LTP : Laboratoire de Technologie des Poudres Prof. H.Hofmann LTP : Laboratoire de Technologie des Poudres Prof. H.Hofmann I. EXERCICES DE PHÉNOMÈNES DE TRANSFERT DE CHALEUR 1. Une paroi d'une surface de 5m 2 a une température de 700 C d'un côté et de 20 C de l'autre.

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MODÉLISATION DU SYSTÈME DE ZONES AIRZONE ET COMPARAISON AVEC UN SYSTÈME INVERTER SANS SYSTÈME DE ZONES

RAPPORT SUR LA MODÉLISATION DU SYSTÈME DE ZONES AIRZONE ET COMPARAISON AVEC UN SYSTÈME INVERTER SANS SYSTÈME DE ZONES RAPPORT SUR LA MODÉLISATION DU SYSTÈME DE ZONES AIRZONE ET COMPARAISON AVEC UN SYSTÈME INVERTER SANS SYSTÈME DE ZONES 2011 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION : ANTÉCÉDENTS ET OBJECTIFS... 4 2. MÉTHODOLOGIE... 5

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Académies et années. Type de fonction Type de problème Résolution conjointe

Académies et années. Type de fonction Type de problème Résolution conjointe Académies et années Type de fonction Type de problème Résolution conjointe Affine Linéaire Autre Tarifs Géom. Plane Espace équation Inéquat. Système Grenoble 00 x x Nancy 00 x x Orléans 00 x x Caen 00

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

Dimensionnement d'un vérin électrique

Dimensionnement d'un vérin électrique Dimensionnement d'un vérin électrique Problématique Pour restituer les mouvements (et les accélérations) d'un vol par exemple, une solution classique est l'architecture appelée plate-fome Stewart. Celle-ci

Plus en détail

UNITÉS ET MESURES AIRES OU SURFACES. Dossier n 4 Juin 2005. Conçu et réalisé par : Marie-Christine LIEFOOGHE Bruno VANBAELINGHEM Annie VANDERSTRAELE

UNITÉS ET MESURES AIRES OU SURFACES. Dossier n 4 Juin 2005. Conçu et réalisé par : Marie-Christine LIEFOOGHE Bruno VANBAELINGHEM Annie VANDERSTRAELE UNITÉS ET MESURES AIRES OU SURFACES Dossier n 4 Juin 005 Tous droits réservés au réseau AGRIMÉDIA Conçu et réalisé par : Marie-Christine LIEFOOGHE Bruno VANBAELINGHEM Annie VANDERSTRAELE C. D. R. UNITÉS

Plus en détail

3B SCIENTIFIC PHYSICS

3B SCIENTIFIC PHYSICS 3B SCIENTIFIC PHYSICS Jeu d optique laser de démonstration U17300 et jeu complémentaire Manuel d utilisation 1/05 ALF Sommaire Page Exp. n o Expérience Jeu d appareils 1 Introduction 2 Eléments fournis

Plus en détail

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m UF00 Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : x m Montage vertical Application L'UF00 crée une barrière d'air très efficace

Plus en détail

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Gaillard Olivier Projet Calcul Semestre 5 Morisse Quentin Projet Calcul Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Table des matières I. Rappels sur le système étudié... 3 A. Présentation du système...

Plus en détail

Exercices sur les écoulements compressibles

Exercices sur les écoulements compressibles Exercices sur les écoulements compressibles IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Exercice 1 Calculer la température et la pression d arrêt sur le bord d attaque de l aile d un avion volant à Mach Ma = 0.98

Plus en détail