Les grands défauts des petites assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les grands défauts des petites assurances"

Transcription

1 Les grands défauts des petites assurances Direction des études Juin 2013

2 1 Contenu I. Introduction : une réalité et une couverture mal estimée 2 II. L exemple emblématique : les assurances moyens de paiement 4 1. Une assurance qui équipe au moins 50% des consommateurs via les packages 4 2. Une assurance inutile depuis la transposition de la Directive sur les Moyens de Paiement 5 a. La Directive sur les Moyens de Paiement (2007, transposée en 2009) 5 b. Face à la Directive, des garanties supplémentaires (couverture des clefs, des papiers, des espèces) totalement «cosmétiques» 6 3. Des prix d assurance sans lien avec le risque réellement encouru par les consommateurs 7 a. Une baisse des risques et des montants moyens fraudés 8 b. Mais aucune cohérence des tarifs de ces assurances, ni dans le temps, ni sur le territoire Au final, l assurance de revenus massifs pour les banques 15 III. Un nouvel eldorado : les assurances fuites d eau Conditions de vente 20 a. Un démarchage massif, ambigu, indifférencié 20 b. Une proximité entre compagnie d eau et distributeur favorisant les souscriptions d office 23 c. Entre doublon et progrès légaux, une utilité contestable Face aux doublons, une utilité très relative des assurances de ces deux compagnies 30 a. Couverture par l assurance multirisque habitation (MRH) 30 b. Couverture par la loi du 17 mai c. Les nouveaux contrats : des progrès ou non? 33 d. Quelle reprise des anciens contrats en portefeuille, où perdurent les doublons légaux? 37 e. Les conditions de résiliation de ces contrats Des assurances extrêmement rentables : étude du cas Doméo 39 a. Doméo, une ancienne filiale de Veolia gérant près de 2 millions de contrats 39 b. Etude du compte de résultat de Doméo : une marge brute de 28% 40 c. Qui cache un reversement aux assurés de seulement 15,7%! 42 IV. Conclusions 46 V. Les demandes de l UFC-Que Choisir 47

3 2 I. Introduction : une réalité et une couverture mal estimée Suite à notre première analyse sur les assurances de téléphone mobile à la veille des fêtes de 2012, l UFC-Que Choisir a souhaité poursuivre l étude de ce secteur économique, en forte expansion depuis 10 ans. Expansion qui devrait se poursuivre dans les prochaines années. D un coût individuel limité (de quelques dizaines à une ou deux centaines d euros par an), ces assurances représentent, additionnées, une somme non négligeable des dépenses assurantielles des consommateurs. Au global, les sommes en jeu sont déjà considérables : 6 de ces assurances accessoires (assurances moyens de paiement, extensions de garantie, produits nomades, animaux domestiques, annulation, loyers impayés) représentent à elles seules 2 milliards d euros aujourd hui, et devraient croître à 2,5 milliards d euros en A celles-ci s ajoute l assurance des téléphones mobiles qui représente au moins 430 millions d euros 2. Ainsi, un sondage CSA/FG2A montre que 81% des Français ont déjà souscrit une assurance affinitaire, et déclaraient en détenir 2,4 en moyenne. Ces chiffres, déclaratifs, sont à évaluer très nettement à la hausse, tant nombre de consommateurs ignorent réellement le nombre d assurances accessoires qu ils détiennent, notamment, nous le verrons, du fait de politiques d équipement systématique du client, ou de ventes cachées de ces produits. Enfin, cet équipement pourrait encore augmenter du fait de la forte créativité des professionnels dans ce secteur. Compte tenu de l extrême hétérogénéité de ces assurances qui peuvent être de biens, de services, vendues en face à face comme à distance, ponctuelles ou de longue durée l UFC-Que Choisir a retenu pour son étude, deux assurances qui présentent les principales caractéristiques de l ensemble des assurances accessoires : l assurance des moyens de paiement, et l assurance fuites d eau. A noter qu à l inverse des assurances de téléphones mobiles, ces deux assurances sont des assurances de service : la première garantit contre les fraudes sur les moyens de paiement, la seconde contre les fuites sur le réseau de distribution d eau. Ce qui permet de rappeler que les défauts des assurances accessoires sont généralisés, ne sont pas circonscrits aux assurances accessoires des biens mais touchent également les assurances de services. 1 Sources : Xerfi, «Les marchés de niche dans l assurance dommage» 2011, et Finaccord, septembre Voir notre étude : «Assurance des téléphones portables : un vrai problème de couverture» :

4 3 De même, nous avions pointé, lors de notre précédente étude, les nombreux problèmes liés à la vente en face-à-face, en magasin, des assurances de téléphones portables. En effet, les consommateurs, venant en magasin pour acheter un bien (ici, le téléphone et/ou le forfait), ne peuvent pas dans les faits estimer l intérêt pour eux des assurances qu on leur propose, ni comparer le coût et la couverture de ces assurances avec les assurances de la concurrence. Cette vente en face-à-face peut s apparenter dans les faits à un démarchage, alors que la réglementation relative au démarchage (délai de rétractation) ne s applique pas. En choisissant les assurances des moyens de paiement et les assurances fuite d eau, nous avons voulu prendre des assurances vendues par des canaux différents : la première, en agence bancaire, la seconde, à distance. Nous verrons qu en dépit du fait que les consommateurs bénéficient, pour la vente à distance, d un délai de rétractation de 7 jours (bientôt porté à 14), les conditions de vente des assurances fuite d eau sont loin d être transparentes. Autre point : le taux d équipement des clients en assurances moyens de paiement et fuites d eau. Si l assurance des moyens de paiement, qui existe au moins depuis les années 1990, équipe aujourd hui massivement les consommateurs, ce n est pas le cas des assurances de fuite d eau, bien plus récentes, et en plein développement. Enfin, comme la plupart des assurances accessoires, ces assurances présentent des problèmes de couverture, et ce, à plusieurs titres. Les garanties vantées par les brochures ou les vendeurs, sont, en réalité, bardées d exclusions qui en limitent fortement l intérêt réel. Parfois, si la couverture est correcte, c est la complexité de la procédure de mise en jeu de cette garantie qui rend difficile, voire impossible, l indemnisation par le consommateur. Enfin, l intérêt de ces deux assurances est encore limité du fait du passage de loi protectrice du consommateur sur des objets composant la garantie, sans que les professionnels n en aient tiré les conséquences sur les produits commercialisés ou sur les assurances équipant les consommateurs. Autant de pratiques qui amènent à se poser la question de l utilité de ces assurances et, dès lors, de l opportunité pour les consommateurs d y souscrire. Enfin, dans le cadre de la discussion à venir sur le projet de Loi Hamon, cette étude permet à l UFC-Que Choisir de proposer des solutions concrètes et efficaces aux nombreux problèmes vécus par les consommateurs sur les assurances accessoires.

5 4 II. L exemple emblématique : les assurances moyens de paiement 1. Une assurance qui équipe au moins 50% des consommateurs via les packages L assurance des moyens de paiement a pour objet de couvrir les souscripteurs contre les risques de perte, de vol et d utilisation frauduleuse de leurs moyens de paiement (chèque/chéquier, carte bancaire). Dans ces cas, les sommes fraudées sont intégralement remboursées par l assurance. Une des données caractéristiques des assurances de moyens de paiement est leur très importante diffusion sur le marché français. S il n y a pas aujourd hui de chiffres officiels et précis du nombre de consommateurs équipés d une assurance des moyens de paiement, le rapport Pauget/Constans de 2010 sur la tarification bancaire, mentionnait le fait que «D après des sources concordantes consultées par la mission, le taux d équipement en forfaits a augmenté continuellement depuis le milieu des années 1990, pour atteindre aujourd hui entre 50% et 60% des Français bancarisés». Or, la totalité des packages bancaires commercialisés par les banques françaises jusqu en 2010 contenait des assurances moyens de paiement. Depuis 2010, les banques se sont engagées à mettre en place une nouvelle génération de packages bancaires «évolutifs», composés d un socle obligatoire où figurerait les produits utiles à tous (carte bancaire par exemple), auquel chaque consommateur pourrait ajouter des «options» payantes pour personnaliser le forfait avec ses usages bancaires. Malgré cela, une majorité de packages contient toujours l assurance des moyens de paiement dans leur socle obligatoire. Parmi les grands réseaux nationaux, c est le cas de BNP Paribas, de la Société Générale, du CIC, de la Caisse d Epargne, et de la plupart des caisses régionales de la Banque Populaire et du Crédit Mutuel. Seuls la Banque Postale, LCL, et dans une moindre mesure, le Crédit Agricole, ne l intègrent plus dans le socle de leurs forfaits. AMP contenue dans le socle des nouveaux packages? Banque Populaire Oui dans 16 caisses sur 17 Banque Postale Non BNP Paribas Oui Caisse d'epargne Oui, dans toutes les caisses CIC Oui Crédit Agricole Crédit Mutuel Non, dans Oui, dans 29 caisses 12 caisses sur 37 sur 17 LCL Non Société Générale Oui De même, le «stock» des anciens packages détenus par les clients n a pas été passé à la «nouvelle génération» de packages : les consommateurs ayant été équipés d un package ancien restent toujours équipés d assurances de moyens de paiement. En conséquence, au moins 50% des consommateurs sont équipés via leurs packages d une assurance des moyens de paiement. A ce chiffre, il faudrait ajouter les consommateurs en ayant souscrit une à l unité, en dehors des packages. Cet équipement massif, via les packages, pose un problème en terme d effectivité de l utilisation de ces assurances. En effet, la plupart des packages sont vendus le jour de l ouverture du compte bancaire, ce

6 5 qui a une conséquence importante pour le consommateur : lors de ce même entretien, l employé de banque procède à l ouverture de nombreux autres services, et à la remise d un nombre important de documents commerciaux. Dans ce contexte, beaucoup d employés ne prennent pas le temps d expliquer en détail le contenu des packages, et, s ils y arrivent, n ont que très rarement le temps de mentionner au consommateur l intégralité de la couverture, des exclusions, et des conditions d utilisation des assurances de moyens de paiement. Ce qui serait sans doute moins le cas si l assurance était vendue individuellement. De ce fait, un très grand nombre de consommateurs ne savent pas précisément ce que couvre leur assurance. Sans parler des consommateurs équipés depuis des années, qui ont oublié jusqu au contenu de leur package, et donc l existence d une assurance des moyens de paiement. 2. Une assurance inutile depuis la transposition de la Directive sur les Moyens de Paiement (2009) Jusqu en 2009, l assurance des moyens de paiement garantissait qu en cas de fraude, les consommateurs équipés pouvaient se faire rembourser l intégralité des sommes fraudées, sans plafonnement. La couverture potentiellement offerte par l assurance des moyens de paiement était donc de plusieurs milliers, voire de dizaines de milliers d euros. a. La Directive sur les Moyens de Paiement (2007, transposée en 2009) En 2009, a été transposée en droit français la Directive sur les Services de Paiement (article L et suivants du Code Monétaire et Financier), qui oblige les banques à mieux rembourser leurs clients même s ils n ont pas d assurance des moyens de paiement en cas de fraude sur les moyens de paiement. Désormais, en cas de fraude sur ses moyens de paiement, le consommateur n a à supporter qu une perte maximale de 150. C est à la banque de compenser le différentiel des sommes fraudées. Par exemple, si un jour un consommateur constate sur son compte une fraude de 1 500, la banque devra lui rembourser 1 350, seuls 150 ne seront pas remboursés et resteront à la charge du consommateur. Cette «franchise» de 150 ne s applique pas et donc le consommateur est intégralement remboursé si la fraude a eu lieu sans composition du code confidentiel, ce qui est le cas de la plupart des fraudes internet ; si les données du moyen de paiement ont été détournées, ce qui est aussi le cas sur internet ; s il y a eu copie du moyen de paiement, ce qui se produit quand les données de carte volées sur internet sont utilisées pour créer une copie de la carte bancaire, qui est ensuite utilisée dans des pays n utilisant pas la puce de la carte bancaire. Or, comme l avait dénoncé l UFC-Que Choisir dès 2012, c est justement à distance, sur internet ou par téléphone, que la fraude et la forte augmentation de celle-ci se concentre, puisque celle-ci représentait dans les derniers chiffres publiés par l Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, 61% du montant de la fraude. En réalité, le consommateur n a désormais à supporter l intégralité de la fraude qu en cas d agissement frauduleux de sa part, ou de négligence grave que la banque devra prouver. Ces deux cas ne sont pas pris en compte par l assurance des moyens de paiement.

7 6 En conséquence, alors que les assurances des moyens de paiement pouvaient couvrir un risque de plusieurs milliers d euros avant l adoption de la Directive sur les Services de Paiement en droit français, le passage de cette Directive fait que, désormais, les banques doivent prendre en charge l écrasante majorité des sommes fraudées sans qu il y ait besoin d assurance. De ce fait, le périmètre de couverture des assurances de moyens de paiement est aujourd hui très réduit : il s agit du «rachat de franchise» de 150. Pour rester intéressant et utile au consommateur, et en cohérence avec la logique de l assurance qui veut que le prix de l assurance soit corrélé au risque présenté par l assuré tant en terme de fréquence que de sommes à rembourser le prix des assurances de moyens de paiement aurait dû fortement baisser pour correspondre au rachat de franchise et à la délinquance réelle sur les moyens de paiement non pris en charge par la loi. b. Face à la Directive, des garanties supplémentaires (couverture des clefs, des papiers, des espèces) totalement «cosmétiques» Suite aux nombreuses critiques de l UFC-Que Choisir sur l assurance des moyens de paiement, et sur le fait qu elle devenait inutile avec le passage de la Directive de 2009, les banques ont eu comme stratégie d ajouter des services à leur assurance pour justifier le fait qu elles continuent de vendre ces assurances, et au même niveau tarifaire. Deux ajouts ont, en général, été effectués : le remboursement du coût de la réfection des clefs qui ont été volées en même temps que le moyen de paiement assuré ; le remboursement du coût de réfection des papiers d identité. Certaines assurances ont effectué un troisième ajout : le remboursement de l argent liquide volé. Nouvelles garanties Banque Populaire Espèces (fortes limitations), clefs, papiers d'identité Banque Postale Espèces (fortes limitations) BNP Paribas Espèces (fortes limitations), clefs, papiers d'identité Caisse d'epargne Aucune CIC Clefs, papiers d'identité Crédit Agricole Clefs, papiers d'identité Crédit Mutuel Clefs, papiers d'identité LCL Espèces (fortes limitations), clefs, papiers d'identité Société Générale Espèces (fortes limitations), clefs, papiers d'identité A noter que la Caisse d Epargne n a proposé aucun changement à son assurance moyen de paiement, qui continue à ne couvrir que les conséquences de la perte ou du vol des moyens de paiement. L ajout de ces nouvelles garanties aurait pu entraîner un regain d utilité des assurances de moyens de paiement pour les consommateurs. Or, il apparaît que ces ajouts sont en réalité totalement cosmétiques, et ce pour plusieurs raisons. Tout d abord, aucune information n a été faite sur ces ajouts à tous les consommateurs ayant des assurances de moyens de paiement. Par conséquent, les consommateurs s étant fait dérober leurs clefs ou papiers, ne sachant pas qu ils sont assurés sur ces objets du fait de leur assurance des moyens de paiement, ne vont pas utiliser leur assurance. Cet état de fait est accentué par la quasi-absence des conditions générales des assurances de moyens de paiement sur le site internet des banques : seul le CIC met ses conditions générales en accès direct sur le site.

8 7 Banque Banque Populaire Postale BNP Paribas Caisse d'epargne CIC Crédit Agricole Crédit Mutuel LCL Société Générale Conditions générales consultables sur le site? Non Non Non Non Oui Non Non Non Non De ce fait, en l absence de connaissance du client, ces nouvelles garanties ne seront pas ou très peu appliquées. De même, les sommes liées aux garanties en question restent faibles, et largement en-dessous de la garantie «intégrale» des sommes fraudées existant avant la Directive de Ainsi : Pour la réfection de papiers d identité : - Le remplacement d une carte d identité volée ne coûte que 25 ; - Le remplacement d un passeport, 86 sauf que beaucoup de consommateurs n ont pas leur passeport toujours sur eux ; - Quant au permis de conduire, sa réfection est gratuite. Pour la réfection des clefs, le coût unitaire de réfection se situe entre 2 pour les clefs les plus simples, à un peu plus de 100 pour les clefs les plus sécurisées, avec une moyenne de 40 pour les clefs sécurisées standards. Et en général, un consommateur n a dans son trousseau qu une clef sécurisée (celle de sa porte d entrée) et quelques clefs simples. A moins d avoir une porte contenant plusieurs serrures très sécurisées, ce ne sont que quelques dizaines d euros qui seront remboursées par l assurance sur les clefs. Enfin, sur les espèces dérobées, les montants réellement retirés par les consommateurs sont limités (70 en moyenne d après les chiffres de la Banque de France). De même, les sommes couvertes sont plafonnées, en moyenne à 500 /vol sur l ensemble des automates (un peu plus quand il s agit du DAB de la banque de l assurance vendue), et à environ par an. Surtout, pour pouvoir obtenir ce remboursement, il faut pouvoir produire le témoignage écrit d un tiers, ce qui rend très difficile le remboursement effectif du consommateur. En effet, quand un consommateur est victime d un tel sinistre, son premier geste s il pense à son assurance sera de rentrer chez lui pour connaître les conditions de garantie de son assurance des moyens de paiement. Lorsqu il découvrira qu il faut produire un témoignage pour être remboursé, l éventuel témoin sera parti depuis longtemps De ce fait, malgré le «renforcement» de l assurance moyen de paiement mis en place par les banques, les nouvelles garanties sont très faibles et l assurance ne retrouve pas l intérêt qu elle pouvait avoir antérieurement au passage de la Directive de Des prix d assurance sans lien avec le risque réellement encouru par les consommateurs La logique du secteur de l assurance veut que le tarif d une assurance dépende de deux facteurs : le risque qu un sinistre couvert par l assurance (ici, la fraude sur le moyen de paiement) se produise, et le montant moyen de la fraude qui doit alors être remboursée.

9 8 Sur le risque a. Une baisse des risques et des montants moyens fraudés Comme nous l avons dit précédemment, la fraude sur la carte bancaire augmente régulièrement depuis 2007, essentiellement du fait des paiements à distance, et avant tout des paiements sur internet : de 2007 à 2011 (dernières données disponibles), les montants fraudés sur internet ont presque triplé, passant de 53,8 millions d euros à 140,5 millions d euros. Cependant, il est capital de comprendre que ce type de fraude, en forte croissance, est couvert par la loi depuis la Directive : ce ne sont pas les assurances qui ont à rembourser ces fraudes internet, mais directement les banques, que le client victime soit équipé ou non d une assurance des moyens de paiement. Et, d après la loi, ce remboursement peut se faire 3 sans dépôt de plainte de la part du client, d autant plus que les officiers de police judiciaire refusent de plus en plus de prendre les dépôts de plainte pour une fraude aux moyens de paiement sur internet. A l inverse, pour que le consommateur fasse jouer son assurance des moyens de paiement, les différentes assurances des moyens de paiement lui imposent avant toute indemnisation par l assurance de porter plainte auprès de son commissariat de Police ou de Gendarmerie. Par conséquent, les assurances de moyens de paiement n entrent en jeu que lorsqu il y a plainte, et ne remboursent pas les consommateurs qui n auraient pas porté plainte, même s ils sont équipés d une assurance. Pour savoir si les assurances moyens de paiement remboursent aujourd hui plus qu hier, ou inversement, il suffit par conséquent de se pencher sur les statistiques de dépôts de plaintes. Dans ce but, l UFC-Que Choisir a recueilli sur le site internet de l Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP), et pour l ensemble du territoire, les chiffres de plaintes relatifs aux quatre types de délits liés aux moyens de paiement : - L escroquerie/abus de confiance ; - La falsification et l usage de chèques volés ; - La falsification et l usage de cartes de crédit ; - L infraction à la législation sur les chèques. Rappelons que l ONDRP est un organisme dépendant du Ministère de l Intérieur qui recueille et centralise l ensemble des statistiques de plaintes déposées auprès des Commissariats de Police et des Gendarmeries. L évolution des chiffres de plaintes montre, au niveau national, une baisse de 19% du nombre de plaintes pour fraude sur les moyens de paiement entre 2009 et 2012, le taux de fraude passant de 0,53% en moyenne à 0,43%. 3 Voir sur ce sujet : «Fraude à la carte bancaire : l UFC-Que Choisir vous donne les codes pour une sécurité renforcée!»

10 9 Dans le détail : 81 départements ont vu leur taux baisser, dont 48 au-delà de 20%, Les Vosges ayant connu la plus forte baisse (-51,3%) ; 9 départements ont vu leur taux de fraude légèrement augmenter (moins de 10% de hausse) ; 7 départements ont vu leur taux baisser plus fortement (+de 10%), la «palme» de la plus forte hausse revenant à l Indre (+65,8%).

11 10 Sur les «types de fraude» Le type de fraude devrait jouer sur le tarif de l assurance dans un sens favorable au client, puisque la fraude se concentre de plus en plus sur les paiements par internet (le montant fraudé sur internet a doublé entre 2009 et 2011), type de fraude qui est couvert par la loi et pour laquelle l assurance des moyens de paiement est donc superflue. Ainsi, les numéros de carte usurpés et les cartes contrefaites, qui sont utilisées dans des opérations sans code confidentiel, constituent 62,2% de l origine des fraudes en 2011, contre 57,3% en 2009.

12 11 A l inverse, les fraudes suite à perte ou vol de la carte, qui sont les fraudes couvertes par les assurances des moyens de paiement, régressent de 38,2% à 36,1% sur la période. Sur les «montants fraudés» L aspect «montants fraudés à rembourser» montre également un plus faible impact de la délinquance sur les assurances : s il n existe pas de données locales publiées sur ce sujet, au niveau national, le montant moyen des fraudes est passé de 132 en 2009 à 122 en 2010 et 130 en 2011 (source : rapports annuels de l Observatoire de la Sécurité des Cartes de Paiement). Ainsi, au-delà de l adoption de la Directive sur les Services de Paiement, qui à elle seule aurait dû provoquer une forte baisse du tarif des assurances de moyens de paiement, l ensemble de ces données taux de fraude, types de fraude et montants fraudés liées à la délinquance, font que le prix des assurances de moyens de paiement aurait dû faire baisser très fortement le prix moyen de l assurance des moyens de paiement depuis Or, ce n est pas le cas. b. Mais aucune cohérence des tarifs de ces assurances, ni dans le temps, ni sur le territoire Pour évaluer les évolutions de tarifs de l assurance moyens de paiement depuis l adoption de la Directive des Services de Paiement, nous avons relevé les tarifs pratiqués dans chaque département par les grands groupes bancaires (La Banque Postale, Banque Populaire, BNP Paribas, Caisse d Epargne, CIC, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, LCL, Société Générale).

13 12 Afin d être le plus proche possible des frais payés par les consommateurs, nous avons pondéré le résultat avec le poids du département dans la population française, avant de faire une moyenne arithmétique de ces tarifs au niveau national. Il apparait de ce relevé qu en dépit des baisses de couverture, de montants fraudés, de fraudes couvertes par les assurances et de fréquence des plaintes, les tarifs n ont pas bougé depuis On dénote ainsi une légère baisse de 0,8% du prix des assurances. Cette faible baisse est totalement incohérente avec la logique assurantielle qui aurait voulu que les tarifs de ces assurances baissent très fortement : rien qu en se basant sur les plaintes, la baisse aurait dû être de 19%.

14 13 Une évolution totalement incohérente Cette incohérence se confirme quand nous comparons les évolutions de tarifs à l échelle départementale. Ainsi : Alors que 81 départements ont vu leur taux de plaintes diminuer, dont 48 au-delà de 20%, seulement 61 départements ont connu une baisse de tarifs. Et ces baisses sont très limitées : de -0,08% (Creuse, Corrèze), à -4,31% (Vendée). A l inverse, certains des départements ayant connu des fortes hausses de délinquance ne subissent pas la même évolution tarifaire : - Par exemple, le Calvados, qui a connu une augmentation de 4,4% de ses plaintes, a vu ses tarifs augmenter de 1,4%. A l inverse, la Charente, qui a vu sa délinquance augmenter de 45,6% sur la période, a bénéficié d une baisse des tarifs de 3,4%, l une des plus fortes baisses constatées à l échelle nationale! - A l inverse, l Essonne et le Val de Marne ont bénéficié d une baisse identique des tarifs (-2,1%), alors que leur délinquance a augmenté d une ampleur différente : + 20,6% pour l Essonne, contre +32% pour le Val de Marne.

15 14 qui donne des tarifs payés totalement incohérents avec le taux de délinquance Conséquence de ces évolutions incohérentes : aujourd hui le tarif payé par les consommateurs dans chacun des départements n a plus rien à voir avec le risque réellement couru et la protection réellement offerte par les assurances des moyens de paiement. Là-encore, la simple comparaison des taux de délinquance et des tarifs permet de constater que l assurance des moyens de paiement ne suit en rien la logique classique de l assurance. Ainsi, au niveau national, la différence entre le taux départemental de délinquance le moins élevé (la Haute-Loire, 0,21%) et le plus élevé (Paris, 0,77%) est de 266%... mais la différence de tarif moyen de l assurance moyens de paiement entre le département le moins cher (le Maine-et-Loire, 24,68 ) et le département le plus cher (l Indre, 26,06 ), est seulement de 5,6%!

16 15 De même, la tarification n a rien à voir avec le taux de criminalité : - A Paris, qui a le taux de fraude sur les moyens de paiement le plus élevé, le tarif moyen des assurances est l un des plus bas de l ensemble du territoire métropolitain : 24,9. Le constat est le même pour les Alpes Maritimes, les Hauts-de-Seine, ou le Var. - A l inverse, l Indre, qui en dépit de la hausse récente de sa délinquance reste bien en-dessous de la moyenne nationale (0,40%), est le département où les clients paient le plus cher pour leurs assurances des moyens de paiement (26,06 ). C est également le cas de la Haute-Vienne, de la Haute-Saône, de la Meuse Une telle situation montre bien le caractère non-concurrentiel de ces assurances : le fait que ces assurances soient commercialisées massivement au sein de packages, par les réseaux bancaires, font que les consommateurs ne peuvent pas comparer le prix de ces assurances vis-à-vis de la concurrence, mais également l adéquation de ces assurances à leurs besoins réels. 4. Au final, l assurance de revenus massifs pour les banques L ensemble de ces données périmètre de remboursement en diminution, baisse des sinistres couverts, baisse de la valeur moyenne des sinistres, alors qu en parallèle les tarifs ne diminuent pas significativement laisse à penser que l assurance des moyens de paiement n est désormais intéressante que pour les banques qui les commercialisent. Et de fait, tout porte à croire que c est bien le cas, puisqu en 2007, l hebdomadaire Marianne était parvenu à se procurer une note interne du Crédit Agricole détaillant, pour chacune de ses caisses régionales, le montant perçu des consommateurs sur les assurances de moyens de paiement, et, parallèlement, le montant reversé aux consommateurs par chacune des banques au titre des sinistres liés aux moyens de paiement. Force est de constater que cette assurance était très profitable, puisqu au total la banque dégageait de cette activité une marge brute de 95,7%. Cela signifie qu en moyenne, sur 100 versés au titre de l assurance en 2007, les clients n ont reçu que 4,3 pour les fraudes qu ils ont subies. Sur les 40 caisses qui composaient le Crédit Agricole à cette date, seules 2 avaient un taux de reversement supérieur à 10%, la «palme» revenant à la Martinique. Cette année-là, les Martiniquais avaient versé près d 1,6 million d euros, pour ne se voir reverser que au total sur l année! Rappelons qu en assurances auto et habitation, le reversement atteint en moyenne 70%. Cette marge brute reste tout aussi impressionnante en y ajoutant les frais de gestion, s élevant en 2007 à 2,9 millions d euros. Le faible coût de gestion fait qu au final, la marge nette du groupe Crédit Agricole a été de 94,4% en 2007 sur les assurances de moyens de paiement. Un chiffre totalement sans commune mesure avec ce qui est la norme dans les assurances traditionnelles Cette même année 2007, d après le cabinet de conseil Xerfi, l ensemble des banques françaises avait reçu 1 milliard d euros de cotisations. Ainsi, en gardant les mêmes proportions de marges que celles vues sur le Crédit Agricole, c est un profit probable de 940 millions d euros que les banques ont réalisé cette année-là au titre des assurances de moyens de paiement!

17 16 Nom de la caisse régionale Cotisations (C) Sinistres (S) Ratio C/S Nord-Est , ,76 4,3% Champagne Bourgogne , ,30 2,6% Nord Midi Pyrénées , ,87 3,4% Alpes Provence , ,39 8,8% Charente Maritime Deux Sèvres , ,14 3,5% Corse , ,32 2,7% Côtes d'armor , ,98 2,6% Charente-Périgord , ,24 2,3% Franche-Comté , ,55 2,1% Finistère , ,63 4,6% Gard , ,10 3,4% Toulouse et Midi Toulousain , ,58 9,4% Aquitaine , ,63 5,3% Midi , ,70 3,4% Ille-et-Vilaine , ,13 3,8% Alpes Provence , ,20 3,2% Val de France , ,41 1,9% Haute Loire , ,65 4,9% Atlantique Vendée , ,61 2,0% Centre Loire , ,72 5,0% Morbihan , ,81 2,7% Lorraine , ,38 2,8% Oise , ,62 1,6% Normandie , ,83 3,7% Centre France , ,99 10,0% Pyrénées-Gascogne , ,12 2,7% Sud-Méditerranée , ,81 4,5% Alsace-Vosges , ,78 3,1% Centre-Est , ,26 3,4% Anjou et Maine , ,93 3,0% Savoies , ,11 3,7% Paris et Ile de France , ,36 5,4% Normandie Seine , ,61 3,8% Brie Picardie , ,83 10,4% Provence Côte d'azur , ,45 8,0% Touraine Poitou , ,03 3,5% Centre Ouest , ,83 1,4% Guadeloupe , ,63 1,3% Martinique , ,74 0,5% Réunion , ,12 1,7% TOTAL , ,15 4,3% Sources : UFC-Que Choisir d'après note interne Crédit Agricole publiée dans Marianne

18 17 Rappelons qu en 2007, la Directive sur les Services de Paiement n avait pas encore été transposée en droit français : les assurances des moyens de paiement conservaient encore une partie de leur intérêt, puisqu elles remboursaient l intégralité des sommes fraudées. Malgré cela, pour les raisons déjà évoquées (équipement massif via les packages, méconnaissance des clients et donc, manque d utilisation des assurances), le profit était déjà extrêmement massif. Tout laisse donc à penser que depuis cette date, alors que la Directive a largement diminué le champ d application de ces assurances et que les plaintes baissent fortement, le profit est encore plus important.

19 18 III. Un nouvel eldorado : les assurances fuites d eau Avant-propos : le marché de l eau en France et le fonctionnement des assurances fuite d eau Le marché de l eau en France est un marché public, dont une importante partie est déléguée à des opérateurs privés. En effet, les opérateurs privés gèrent 72% des services d eau potable et 55% des services d assainissement. En France, deux opérateurs se partagent la majorité du secteur de la distribution et de l assainissement de l eau. Veolia et Suez détiennent respectivement 40% et 20% du marché soit 60% au total. Au niveau individuel, chaque habitant consomme en moyenne 55 m 3 d eau et dépense 183 par an. Ainsi, en 2006, le chiffre d affaires des opérateurs privés, dont Suez et Veolia, s élevait à 5,1 milliards d euros HT. Rappelons également comment le statut et la nature du logement des Français, et donc de leur connexion à la distribution d eau, se répartit d après l INSEE : 60% des Français sont propriétaires : - 46,5% sont propriétaires d une maison ; - 13,5% sont propriétaires d un appartement. 40% des Français sont locataires - 10% locataires d une maison ; - 30% locataires d un appartement.

20 19 Qu est-ce qu une assurance de fuite d eau? Une assurance fuite d eau est une assurance destinée à garantir contre les fuites ou les engorgements de canalisations qui sont notamment susceptibles d entraîner une perte d eau importante. Moyennant une cotisation mensuelle, l assurance fuite d eau prend en charge, jusqu à un plafond, la perte d eau engendrée par une fuite sur une canalisation. Certaines de ces assurances mais ce n est pas systématique proposent également de prendre en charge les coûts d intervention d un prestataire de leur réseau afin qu il répare la fuite ou désengorge la canalisation. Le schéma de distribution, ici, celui de Doméo, qui vend les assurances liées à Veolia, est sensiblement comparable à celui que l on a déjà eu l occasion de rencontrer sur les assurances des téléphones mobiles. Le consommateur souscrit à une assurance auprès d un intermédiaire distributeur, qui, ici, est également le courtier (Doméo) qui conçoit et gère les assurances. Si le contrat est directement signé entre le consommateur et l assureur (à l inverse des assurances de téléphone mobile), en aucun cas le client n a de relation directe avec son assureur. En cas de sinistre, de rétractation ou de résiliation, le client doit contacter le courtier.

Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013

Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013 Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013 Les assurances accessoires, un sujet d actualité Projet de loi consommation contenant un volet assurance Notamment des propositions

Plus en détail

«Petites assurances (assurances moyens de paiement/fuites d eau) : grosses dépenses» Questions/Réponses

«Petites assurances (assurances moyens de paiement/fuites d eau) : grosses dépenses» Questions/Réponses «Petites assurances (assurances moyens de paiement/fuites d eau) : grosses dépenses» Questions/Réponses 1 Pourquoi l UFC-Que Choisir organise-t-elle une campagne sur les assurances accessoires? Le marché

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

UFC-Que Choisir de Bretagne

UFC-Que Choisir de Bretagne Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Bretagne Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Pour ce palmarès 2015, 140 banques de métropole et d outre-mer ont été passées à la loupe. Les tarifs analysés? Ceux en

Plus en détail

Juin 2014. DOSSIER DE PRESSE Assignation des contrats d assurances fuite d eau «De l inutilité aux clauses abusives»

Juin 2014. DOSSIER DE PRESSE Assignation des contrats d assurances fuite d eau «De l inutilité aux clauses abusives» Juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Assignation des contrats d assurances fuite d eau «De l inutilité aux clauses abusives» 1 Le consommateur est constamment sollicité pour souscrire des assurances dans tous les

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Rennes Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015*

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015* Le 19 novembre 2015 (1) de France Métropolitaine* 591,3 434,1 45,3 100,1 30,0 10,2 232,9 21,2 264,9 1,6 1 731,6 Ile de France 234,1 128,0 2,8 19,9 4,9 4,1 41,9 1,5 121,2 0,3 558,7 75 Paris 140,0 48,5 0,5

Plus en détail

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n de la résidence principale décrites par les ménages s étant déclarés 24 victimes sur deux ans REPÈRES institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Décembre 2013 n ISSN 2265-9323

Plus en détail

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours»

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Vie mutualiste et Développement durable Point Passerelle UN PROJET NATIONAL CONSTAT

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

réparation ou fabrication, transports, etc. Dans des cas semblables, vous pouvez souvent cocher également la case 29.

réparation ou fabrication, transports, etc. Dans des cas semblables, vous pouvez souvent cocher également la case 29. GUIDE RELATIF A LA TYPOLOGIE DE PROBLEMES ET DE DEMANDES DU CONSOMMATEUR Le présent guide fournit des explications concernant les différentes catégories de problèmes et de demandes du consommateur, ainsi

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Synthèse Assurance, responsabilité civile

Synthèse Assurance, responsabilité civile Synthèse Assurance, responsabilité civile SJE/mai 2013 REMARQUES PRELIMINAIRES : 1) Dans le cadre de sa mission d aide sociale à l enfance le Conseil général se voit confier des enfants. Le Département

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

PRESTATIONS BANCAIRES

PRESTATIONS BANCAIRES PRESTATIONS BAAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS Tél : 54.34.44 Fax : 53.23.79 info@consommation.pf www.consommation.pf MAJ août 2008 A partir des plaquettes tarifaires mises à la disposition du public

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART ARTICLE 1 OBJET DU CONTRAT Le présent contrat a pour objet la location de véhicules électriques ou thermiques utilisés dans le cadre de manifestations sportives,

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 30 janvier 2009 Des packages plus chers que les services à la carte dans plus de 50 % des banques, des prix globalement à la baisse

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

Accord N 5 Durée des mandats 1/6

Accord N 5 Durée des mandats 1/6 Accord n 5 dans le cadre de la création du Groupement d Intérêt Economique CRÉDIT AGRICOLE TECHNOLOGIES (GIE CA Technologies) du Groupement d Intérêt Economique CRÉDIT AGRICOLE SERVICES (GIE CA Services)

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix N 2 Janvier 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Evolution des dépenses contraintes et de

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES Article 1 - Description du produit 1.1 Champ d application Le carnet de billets TER illico ENTREPRISES est souscrit par

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

Libre choix du réparateur en assurance automobile

Libre choix du réparateur en assurance automobile Mise à jour du 05/01/2015 Libre choix du réparateur en assurance automobile Que dit la Loi? La Loi impose aux Assureurs de mentionner la faculté pour l assuré, en cas de dommage garanti par le contrat,

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES Article 1 - Description de l abonnement 1.1 Champ d application L abonnement TER illico ENTREPRISES est souscrit par une

Plus en détail

Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés

Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés Assurance des associations départementales OCCE, des coopératives et des foyers coopératifs affiliés Multirisque Notice d information 2010/2011 Le contrat multirisque a été conçu conjointement par la MAIF

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

BULLETIN DE SOUSCRIPTION DU CONTRAT D ASSURANCE PACK Conseil Informatique Média

BULLETIN DE SOUSCRIPTION DU CONTRAT D ASSURANCE PACK Conseil Informatique Média BULLETIN DE SOUSCRIPTION DU CONTRAT D ASSURANCE PACK Conseil Informatique Média Cachet Courtier Partenaire Le présent bulletin complété, daté et signé, accompagné du règlement de la prime correspondante

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Voyager en voiture : louer un véhicule

Voyager en voiture : louer un véhicule Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation Voyager en voiture : louer un véhicule Avant la location Comparer les offres des loueurs (en agence ou sur sites Internet) : s informer sur

Plus en détail

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire)

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire) Assurance Arrêts de travail Cette assurance s appelle aussi l assurance complément de revenus (ou assurance perte de revenus). En cas d arrêt de travail dû à la maladie, à un accident vous conserverez

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

Contrat d Assistance Sage

Contrat d Assistance Sage Contrat d Assistance Sage A titre de rappel, il est précisé que les conditions générales d utilisation auxquelles est soumis le client depuis l acquisition des licences restent applicables aux Progiciels

Plus en détail

PACK Déplacements Professionnels

PACK Déplacements Professionnels Cachet Partenaire : Code Partenaire PACK : L exemplaire «assureur» du présent bulletin complété, daté et signé, accompagné du règlement de la prime correspondant est à adresser dans les 15 jours de sa

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE. Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive.

LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE. Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive. LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive. Moderne et pratique, nous remplaçons définitivement l'envoi traditionnel

Plus en détail

SOLUTION LIBRE RETRAITE

SOLUTION LIBRE RETRAITE 1. Définition Solution Libre Retraite est une offre présentée sous forme d un contrat unique et structurée autour d un compte d épargne et de plusieurs comptes à terme : Le compte d épargne Solution Libre

Plus en détail

Pierre Sélection. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel

Pierre Sélection. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel Pierre Sélection Société Civile de Placement Immobilier Communication à caractère promotionnel Diversifiez votre patrimoine en investissant indirectement Investir indirectement dans l immobilier de commerce

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Guide de distribution Programme d assurance. Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ

Guide de distribution Programme d assurance. Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ Guide de distribution Programme d assurance Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ Intact Compagnie d assurance (l «assureur» ou «Intact Assurance») 2450, rue Girouard Ouest

Plus en détail

DIRECTIVE SUR LA FISCALITE DE L ÉPARGNE MAI 2014

DIRECTIVE SUR LA FISCALITE DE L ÉPARGNE MAI 2014 DIRECTIVE SUR LA FISCALITE DE L ÉPARGNE MAI 2014 Il aura fallu plus de 6 ans pour que les différents Etats membres de l Union Européenne se mettent d accord sur l épineuse question de la révision de la

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

rapport de l observatoire des tarifs bancaires

rapport de l observatoire des tarifs bancaires rapport de l observatoire des tarifs bancaires Préambule Ce quatrième Rapport de l Observatoire des tarifs bancaires est publié, comme les trois précédents, en application de la loi de régulation bancaire

Plus en détail

Conditions générales d adhésion et d utilisation

Conditions générales d adhésion et d utilisation Conditions générales d adhésion et d utilisation "PASS LIBERTE " PRA LOUP SYNDICAT MIXTE AMENAGEMENT REGIE PRA LOUP UBAYE 04 Immeuble Le génépi 04400 Pra Loup Tél : 33 (0)4 92 84 11 54 Fax : 33(0)4 92

Plus en détail

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR SOMMAIRE 1 ère PARTIE - INFORMATIONS LÉGALES 3 2 ème PARTIE - CHAMP D APPLICATION DES CONDITIONS

Plus en détail

FUITES D EAU APRES COMPTEUR ET CONSOMMATION ANORMALE

FUITES D EAU APRES COMPTEUR ET CONSOMMATION ANORMALE FUITES D EAU APRES COMPTEUR ET CONSOMMATION ANORMALE Tout au long des 850 000 km de canalisations du réseau français d alimentation en eau potable, un quart de l eau mise en distribution serait perdu à

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro En Pays de la Loire

L éco-prêt à taux zéro En Pays de la Loire L éco-prêt à taux zéro En Pays de la Loire service connaissance des territoires et évaluation 1 er trimes tre : Une forte bais s e des prêts accordés liée à une période de trans ition réglementaire Septembre

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage ACCÉDER aux services Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage 1 Souhaitant faciliter la relation avec tous ses clients, le Groupe La Poste

Plus en détail

Adhérent : désigne une personne physique majeure et capable, qui souscrit à la Carte PASS DIRECT.

Adhérent : désigne une personne physique majeure et capable, qui souscrit à la Carte PASS DIRECT. Les conditions générales ci-après précisent les dispositions qui régissent les relations entre la Société d Equipement des Contamines-Montjoie Hauteluce, ci-après dénommée S.E.C.M.H. et chacun des adhérents

Plus en détail

Préparez-vous à changer d avis sur la banque.

Préparez-vous à changer d avis sur la banque. - 1 - Préparez-vous à changer d avis sur la banque. Votre carte Visa offerte pendant 1 an ou votre carte Visa Premier offerte pendant 6 mois pour toute 1ère ouverture d un compte monabanq. avant le 30/09/2010.

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS

FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS POSITION DE LA CGPME Posséder un compte bancaire professionnel est aujourd hui une obligation pour les dirigeants d entreprises. En effet, l article L. 123-24 du

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Conditions générales. RCS de Bordeaux n 488 479 825 - Agrément Licence Agence de Voyages n LI033060005

Conditions générales. RCS de Bordeaux n 488 479 825 - Agrément Licence Agence de Voyages n LI033060005 Conditions générales La Route des Vins est immatriculée au RCS de Bordeaux sous le numéro 488 479 825 Siège social : 162 Quai de Brazza 33100 BORDEAUX Cedex. Agrément Licence Agence de Voyages n LI 033060005

Plus en détail

Les Français et la «multi- assurance»

Les Français et la «multi- assurance» Les Français et la «multi- assurance» Etude réalisée par pour Publiée le 7 décembre 2015 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 12 et 13 novembre

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 14 mai 2007 fixant les modèles types d offres préalables de crédit et de bordereau détachable

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

ET PLUS DE CHOIX ET PLUS DE CHOIX VOUS AVEZ PLUS DE DROITS VOUS AVEZ PLUS DE DROITS GRÂCE À LA LOI CONSOMMATION GRÂCE À LA LOI CONSOMMATION

ET PLUS DE CHOIX ET PLUS DE CHOIX VOUS AVEZ PLUS DE DROITS VOUS AVEZ PLUS DE DROITS GRÂCE À LA LOI CONSOMMATION GRÂCE À LA LOI CONSOMMATION GRÂCE À LA LOI CONSOMMATION VOUS AVEZ PLUS DE DROITS ET PLUS DE CHOIX VOITURE CONSOMMATION RESPONSABLE QUALITÉ & TRAÇABILITÉ GRÂCE À LA LOI CONSOMMATION VOUS AVEZ PLUS DE DROITS ET PLUS DE CHOIX CARTE

Plus en détail

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 1- Profil des acquéreurs, tous dossiers Immoprêt confondus A quel âge achète-t-on, quel est le budget et l apport moyen, seul ou en couple? 2- Profil

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

Exemples de typologies présentées par TRACFIN

Exemples de typologies présentées par TRACFIN Exemples de typologies présentées par TRACFIN Exemples de typologies concernant l assurance vie 1. Abus de faiblesse Madame A, retraitée de 80 ans, dispose de revenus annuels inférieurs à 50 000 et d un

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille

L assurance est là pour protéger votre famille Assurance L assurance est là pour protéger votre famille Vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle vie. L assurance met vos proches et vos biens à l abri des pertes

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE DOCUMENTS A JOINDRE IMPERATIVEMENT (ACTIVITE D INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE AGENT, COURTIER, SOUS-COURTIER) o Une copie de l arrêté

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-57

Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-57 Paris, le 10 novembre 2011 Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-57 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

MARNE RESA SEJOURS. Date du séjour du 02/03/2012 16.00h au 04/03/2012 avant 17.00h soit 2 jours Gîte rural N G228 situé dans la commune de VAUDEMANGE

MARNE RESA SEJOURS. Date du séjour du 02/03/2012 16.00h au 04/03/2012 avant 17.00h soit 2 jours Gîte rural N G228 situé dans la commune de VAUDEMANGE MARNE RESA SEJOURS Route de Suippes - BP. 525-51009 CHALONS EN CHAMPAGNE CEDEX Tel : 03.26.64.95.05 Fax : 03.26.64.95.06 Mail : marne-resa-sejours@orange.fr - Site : www.gites-de-france-marne.com Carte

Plus en détail

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières Annexe 5 Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières DESIGNATION DE L ENTREPRISE ci-après "le Client" Nom ou Dénomination sociale... représentée par.. (Nom et prénom du représentant

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région L e statut juridique de l Agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HBG) aux Articles 84 à 92c. Ces articles ont été modifiés par la Loi du

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Pertes de Loyers Comment rassurer vos propriétaires bailleurs?

Pertes de Loyers Comment rassurer vos propriétaires bailleurs? Pertes de Loyers Comment rassurer vos propriétaires bailleurs? Sommaire Mise en place de notre collaboration 2 Le propriétaire Procédure de prise de garantie 3 Paiement de la prime 3 Garantie des loyers

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

RÈGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Jeu Concours Ouverture de COLUMBUS CAFE»

RÈGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Jeu Concours Ouverture de COLUMBUS CAFE» RÈGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Jeu Concours Ouverture de COLUMBUS CAFE» ARTICLE 1 Organisation L'Association des commerçants du centre commercial Bourse à Marseille, ayant son siège social situé : 17, cours

Plus en détail

Charte de bonne conduite du commercial V2 Gaz+Elec

Charte de bonne conduite du commercial V2 Gaz+Elec Charte de bonne conduite du commercial V2 Gaz+Elec Direct Energie SA. Capital : 9 719 850 e - 44857205700058 RCS PARIS Siège : PARIS 15 - LB_V2_PAP LIVRE_BLANC_PAP_aout09.indd 1-2 14/08/09 10:24:55 D une

Plus en détail

Guide de distribution

Guide de distribution protéger Guide de distribution Assurance paiement carte de crédit 65 ans et plus APCC 65 2 03 Copie du contrat d assurance Le Service à la clientèle d Assurance-vie Banque Nationale peut expédier une copie

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 23 février 2012 N de pourvoi: 10-23696 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Balat, Me Foussard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «SFR PERSO DU REPONDEUR»

REGLEMENT DU JEU «SFR PERSO DU REPONDEUR» REGLEMENT DU JEU «SFR PERSO DU REPONDEUR» ARTICLE 1. ORGANISATEUR LA SOCIETE FRANCAISE DE RADIOTELEPHONE, SFR, Société Anonyme au capital de 3 423 265 598,40 identifiée sous le numéro 343 059 564 RCS Paris,

Plus en détail