TARIFICATION BANCAIRE :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TARIFICATION BANCAIRE :"

Transcription

1 TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 30 janvier 2009 Des packages plus chers que les services à la carte dans plus de 50 % des banques, des prix globalement à la baisse pour les services à la carte, des banques qui continuent à pratiquer des hausses de tarifs bien supérieures à l inflation : voici les principaux enseignements de l enquête annuelle CLCV-Mieux Vivre Votre Argent dont les résultats sont publiés aujourd hui. Rendez-vous annuel maintenant bien établi, le palmarès des tarifs bancaires CLCV Mieux Vivre Votre Argent intègre cette année une nouveauté de taille : la comparaison pour chacune des 124 banques de notre panel entre les tarifs à la carte et ceux des packages. Les résultats sont édifiants : pour une même utilisation de services bancaires, l écart de prix selon que l on a souscrit un package ou non peut être considérable, du simple au double dans certains cas. Et, mauvaise nouvelle pour ceux qui comme la moitié des Français ont souscrit un package : dans la majorité des banques, il est plus intéressant financièrement de souscrire des services à la carte que d opter pour un package. Pas très étonnant d ailleurs, au regard du sondage MV2/SSI réalisé pour la CLCV, selon lequel 51% des consommateurs ayant un package déclarent ne pas utiliser tous les services qu il contient. Bonne nouvelle en revanche pour ceux qui ont choisi les services à la carte : la tendance à la baisse déjà relevée l année dernière se poursuit : entre 5,4% et 6,5% de baisse selon les profils de consommateurs. Malheureusement, ces baisses sont loin d être uniformes, et tous n en profiteront pas ; ainsi certaines banques affichent des tarifs globalement en hausse pour les trois profils de consommateurs définis dans notre étude, pour certaines jusqu à plus de 45%. Plus que jamais, les clients ont tout intérêt à regarder de près leur facture bancaire, pour à leur tour appliquer des stratégies gagnantes, comme nombre d établissements bancaires l ont fait ces dernières années en équipant largement leur clientèle de forfaits. Quitte à changer d établissement, en souhaitant que les services d aide à la mobilité bancaire que les banques se sont engagées à mettre en place d ici la fin 2009 soient pleinement efficaces pour leur faciliter la tâche Comme tous les ans, les résultats détaillés sont disponibles sur le site de la CLCV, et sur le site de Mieux Vivre Votre Argent, avec sur celui-ci un outil permettant à chacun de composer son panier de services personnalisé. Contacts presse CLCV Frédérique Pfrunder, chargée de mission : / Sindbad Ioualalen, chargé de communication : Mieux Vivre Votre Argent Gilles Mandroux, rédacteur en chef adjoint : Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

2 Notre méthodologie Le palmarès CLCV-Mieux Vivre Votre Argent recense les tarifs pratiqués dans 124 établissements, représentant la quasi-totalité du marché de la banque de détail en France : les 5 principaux établissements à réseau national -- BNP Paribas, HSBC, La Banque Postale, LCL et Société Générale -- et leurs filiales en Martinique, en Guadeloupe, et à La Réunion, les entités régionales du CIC (6 établissements), du Crédit Agricole (39 caisses), du Crédit Mutuel (18), des Banques Populaires (21) et des Caisses d Epargne (20). Enfin, les banques en ligne Allianz Banque (nouveau nom de Banque AGF), Axa Banque, Boursorama Banque, e.lcl, Groupama Banque, Groupama Banque Océan Indien et Monabanq complètent ce panel. Mais du fait de leur manque d implantation locale, nous ne les incluons pas directement dans notre palmarès. A l aide des brochures tarifaires en vigueur au 1 er février 2009, nous avons relevé, pour nos trois profils type les tarifs des produits à la carte et ceux du package le plus avantageux pour chacun. L impératif étant de trouver l offre groupée de services permettant de payer la facture la plus faible, une fois ajoutés les produits à l unité ne figurant pas dans le forfait choisi. Nous n avons donc pas toujours suivi les préconisations des établissements bancaires dans le choix du package, certains établissements proposant prioritairement les packages les plus fournis. Nous avons ensuite adressé à chaque banque les tarifs relevés à partir de sa brochure et pris en compte leurs remarques éventuelles, si elles étaient justifiées. De nombreuses banques nous ont en effet fourni des plaquettes ou documents internes plus détaillés, attestant de pratiques différentes de celles affichées, de façon souvent succincte, dans les plaquettes. Quelques établissements ne nous ont toutefois pas répondu, comme HBSC ou la Caisse d Epargne Aquitaine Poitou Charentes. Et faute de brochures complètes, les Crédit Agricole Finistère et Martinique et les Crédit Mutuel Antilles Guyane et Nord Europe ne figurent pas dans le classement de certains profils. Notre comparateur en ligne des tarifs bancaires : Le comparateur en ligne des tarifs bancaires : disponible à l adresse Il permet : - d accéder au palmarès complet des 124 banques > pour chacun de nos trois profils type > pour le niveau de comparaison souhaité : national, régional ou départemental > avec pour chaque banque la solution la moins chère : la facturation à la carte ou avec un package - d accéder au détail des tarifs dans chaque banque, c est-à-dire : > le match facturation à la carte / package > le prix de chaque service à la carte et dans un package > la variation du prix des services à la carte entre 2008 et d élaborer son panier de services personnalisé - de connaître le prix des incidents de paiement (rejet de chèque ou de prélèvement et commission d intervention). Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

3 La vérité sur les prix bancaires. Ou comment les packages gonflent la facture dans la plupart des établissements Des packages incontournables en 2009 La CLCV et Mieux Vivre Votre Argent se sont attelés à une tâche difficile pour enrichir leur baromètre annuel des tarifs bancaires : comparer la facturation des services à l unité et au package. Car désormais, dans certains établissements, plus d un client sur deux est facturé au forfait. C est dire qu il a souscrit une formule d abonnement ouvrant droit à différents produits et services bancaires contre paiement d une cotisation mensuelle ou trimestrielle. Notre étude chiffre pour chaque banque et chacun des trois profils type de clients, le montant de la facture annuelle avec et sans package. Pour établir nos classements, l option la moins chère a été retenue pour chaque profil. Objectif : que chacun puisse opter au sein de sa banque pour la solution la plus avantageuse dans son cas. Des résultats sans appel Notre comparatif est sans appel pour les packages. Quel que soit le profil, dans la majorité des banques, il revient moins cher de payer les services à la carte. Le forfait serait-il le moyen que les banques ont trouvé pour gonfler le chiffre d affaire sur les clients les moins consommateurs? Pour les clients les plus modestes, le package s avère, en effet, plus coûteux dans la très grande majorité des banques. Cette option est moins pénalisante dès lors que le client monte en gamme. Les résultats présentés intègrent tous les établissements de notre panel, y compris les banques en ligne. Profil du petit client : + 50 % avec un package en moyenne Le petit consommateur de services bancaires n a intérêt à souscrire un package que dans 7 établissements sur les 121 de notre panel (3 établissements ne proposent pas de package). En moyenne sa facture annuelle s élève à 73,14 euros, s il paie les services à l unité. Avec package, cette facture moyenne passe à 111,62 euros soit un surcoût de plus de 50 %. Certaines fédérations du Crédit Mutuel se singularisent à contre-courant de cette tendance de fond, en proposant des forfaits compétitifs. Profil 1 : les 3 banques où le package est le plus pénalisant Sans package Avec package Surcoût Banque Populaire Lorraine Champagne 65,40 144,00 120,18% BNP Paribas 46,20 103,08 123,12% Banque Populaire Rives de Paris 44,10 101,04 129,12% Profil du couple actif : le grand écart dans certaines enseignes Notre couple de clients dits actifs, c est-à-dire avec une consommation moyen de gamme, acquitte une facture annuelle moyenne de 225,31 euros, en retenant la solution la moins chère dans chaque banque. Il est perdant avec un package dans la majorité des banques : 62 sur 118 (3 établissements ne proposent pas de package, 3 autres ont refusé de rendre public tous Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

4 les tarifs des services utilisés par ce profil). Mais dans les enseignes où le package constitue la solution la plus avantageuse, celui-ci permet parfois de substantielles économies : jusqu à moins 46 %. A contrario, il peut alourdir la facture dans d autres enseignes jusqu à plus 33 %. Pour ce profil, l offre groupée est compétitive dans la plupart des banques à réseau national : HSBC, CIC, La Banque Postale, LCL et Société Générale. Chez BNP Paribas, en revanche, le package gonfle la facture d environ 9 %. Dans les réseaux mutualistes, la situation est très contrastée selon les régions. A l exception du Crédit Agricole, où dans la très grande majorité des caisses, le forfait n est pas avantageux. Profil 2 : Les plus gros écarts entre la tarification à l'unité et au package Surcoût avec Sans package Avec package le package Crédit Agricole Centre Ouest 171,70 202,00 17,65% Crédit Agricole Brie Picardie 198,90 235,41 18,36% Crédit Agricole Val de France 257,59 309,19 20,03% Economie Sans package Avec package avec le package Crédit Mutuel Normandie 274,45 148,31-45,96% Banque Populaire Centre Atlantique 388,24 269,12-30,68% CIC 240,60 176,70-26,56% Profil du couple boursicoteur : les packages perdent le match de peu Pour notre couple de clients boursicoteurs, le match se resserre. La facture annuelle moyenne de ce profil, en retenant dans chaque banque l option tarifaire la plus avantageuse, se chiffre à 647,94 euros Les tarifs à l unité restent favorables dans 59 banques sur 117 banques concourant pour ce profil. Dans 58 enseignes, le forfait est donc à proscrire. C est notamment le cas dans la majorité des banques nationales et dans 32 caisses du Crédit Agricole sur 39. Les packages sont néanmoins souvent gagnants dans les autres réseaux mutualistes : dans 13 Banques Populaires sur 21, 14 Caisses d Epargne sur 20 et 12 fédérations du Crédit Mutuel sur 17. Le match est finalement quasi nul. Encore faut-il noter que le surcoût lié au package ne dépasse pas 5 % dans une dizaine des 58 établissements où il est pénalisant. Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

5 Le classement des banques par profil de consommateur Qui est la moins chère et la plus chère Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

6 Les tarifs bancaires s affichent en baisse pour 2009 En 2009, la tendance observée l an passé sur les services à la carte se confirme. L heure est désormais à la modération tarifaire avec une baisse notable de la facture des produits à l unité pour nos trois profils : moins 6,49 % pour le petit client, moins 5,78 % pour le couple moyen de gamme et moins 5,44 % pour le boursicoteur. Côté produits, les abonnements de banque à distance (option Bourse incluse) chute de 15%. Entraînant dans leurs sillages tout un tas d opérations réalisables par Internet. Notamment les virements occasionnels vers compte externe (- 56.9%) et les achats d actions de 1500 euros (2.11%). Autres produits en baisse : les frais de tenue de compte qui chutent par exemple de 23.94% pour notre gros client. Sans oublier les frais pour rejet des chèques en bois (-14.69%) et de prélèvements ( 8.39%) qui sont désormais plafonnés par la loi. Mais le prix d autres produits augmente cette année. Comme les retraits aux distributeurs automatiques de billets pour nos couples actifs et boursicoteurs dont la hausse dépasse les 10%. Sans oublier les droits de garde qui grimpent de 3.79% (PEA euros géré par Internet) et 2.22% (PEA euros géré en agence). Quant aux cartes bancaires, elles restent plutôt stables : +0.99% pour la carte internationale à débit immédiat, +0.46% pour la carte haut de gamme et +2.71% pour la carte à autorisation systématique de solde. La carte internationale à débit différé,elle, baisse de 0.12%. Bien évidemment ces moyennes cachent des écarts parfois importants. Commençons par saluer les trois champions de la désinflation. Ils affichent des prix à la baisse sur nos trois profils (voir tableau ci-dessous). Les champions de la désinflation (pour un client profil 1) Coût 2008 Coût 2009 Ecart BNP Paribas Martinique 246,50 133,30-45,92% Caisse d Epargne Lorraine Champagne Ardenne 78,90 48,41-38,64% Banque Populaire Côte d Azur 130,26 94,26-27,64% La BNP Paribas Martinique a cette année réalisé des efforts notables sur les frais perçus pour les prélèvements et les retraits aux distributeurs automatiques de la concurrence qui sont désormais gratuits. L établissement reste cependant l un des plus chers. Tout comme d ailleurs la Banque Populaire Côte d Azur pour la métropole, mais dont les clients pourront quand même apprécier la diminution des frais de tenue de compte. Enfin, la Caisse d Epargne Lorraine Champagne Ardenne passe à la gratuité pour l accès aux comptes par internet comme pour la consultation par serveur vocal, et supprime également les frais jusqu alors perçus pour la mise en place de prélèvement (8,15 euros en 2008). Enfin, les Crédit Mutuel Centre Est Europe et Sud Est affichent également des baisses impressionnantes (-60,45% sur le profil 1) ; elles sont dues à une plus grande transparence dans le calcul des frais de tenue de compte, avec pour la première fois cette année une information claire sur les opérations débitrices prises en compte dans ce calcul. Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

7 Les champions de l inflation Sur notre profil 1, petit client. Coût 2008 Coût 2009 Ecart Banque Populaire du Sud Ouest 53,40 77,40 +44,94% Crédit Agricole Centre France 36,00 45,00 +25,00% Caisse d'epargne Midi Pyrénées 54,15 65,64 +21,22% La Banque Populaire du Sud Ouest décroche le titre de la plus forte inflation La mise en place cette année de frais de tenue de compte, de 24 euros par an, plombe lourdement la facture du petit client. Cet établissement, plutôt bon marché pour ce type de clientèle jusqu alors, affiche désormais des tarifs supérieurs à la moyenne. Le Crédit Agricole Centre France perd, lui, sa position de banque la moins chère. Une disgrâce due à l instauration de frais élevés pour la mise en place d un prélèvement, soit 8 euros, assortie d une augmentation de la carte bancaire à débit immédiat de 2,78 %. Quant à la Caisse d Epargne Midi Pyrénées, proposant des tarifs inférieurs à la moyenne, elle n hésite pas à saler la facture de ses clients. L instauration de frais de tenue de compte forfaitaires pénalise en priorité les petits clients, avec un coût annuel de 12,24 euros. Profil 2 : couple avec une consommation moyenne Coût 2008 Coût 2009 Ecart Caisse d'epargne Auvergne Limousin 177,68 245, ,33% Caisse d'epargne Côte d'azur 196, , ,84% Caisse d'epargne Loire Centre 156, , ,57% Festival de hausses sur notre profil 2 du côté des Caisses d Epargne. La Caisse d Epargne Auvergne Limousin a salé la facture sans vergogne. Le couple de notre profil à consommation moyenne voit sa note augmenter de près de 39 %! Ses droits de garde sur son plan d épargne en actions, pourtant assez modestes, flambent de 52 %. L assurance perte et vol des moyens de paiement de plus de 7 %. Et les retraits dans les distributeurs automatiques de la concurrence, gratuits l an dernier, sont aujourd hui facturés 90 centimes l unité. Constat de hausse globale importante également chez l Ecureuil de la Côte d Azur, non compensée pour notre profil par quelques services en baisse légère. La cotisation de la carte bancaire s y envole avec + 5,5 % ainsi que l assurance vol et perte des moyens de paiement qui grimpe de 7,14 %. Enfin, les droits de garde sur le PEA augmentent de 3,39 %. Idem à la Caisse Loire Centre. Notre couple y paie désormais les retraits dans les distributeurs de la concurrence. Il perd la gratuité de la mise en place d un prélèvement qui lui coûte désormais 8 euros. Son assurance moyens de paiement augmente de plus de 7 % et il voit ses frais de bourse grimper significativement. La baisse de 4,93 % de la cotisation de sa carte bancaire internationale à débit différé ne compense pas ce train de hausses. Profil 3 : couple de gros consommateurs Coût 2008 Coût 2009 Ecart Caisse d'epargne Auvergne Limousin 572,06 643,36 12,46% Crédit Agricole Sud Méditerranée 615,4 682,93 10,97% Crédit Agricole Alsace Vosges 639,46 694,42 8,59% Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

8 Pour notre couple de boursicoteurs, la note augmente significativement à la Caisse d Epargne Auvergne Limousin, qui reste tout de même dans la bonne moyenne sur ce profil. Mais elle a désormais tendance à facturer des droits de garde sur les compte titres assez élevés, d où cette inflation annuelle de 12,46 %. Au Crédit Agricole Sud Méditerranée, il ne fait pas bon investir sur les marchés financiers! Les frais de courtage et les droits de garde sur les portefeuilles déjà supérieurs à la moyenne, augmentent respectivement de 10,71 % et de 29,50 %. Jusqu alors bien placée, cette banque devient plus chère que la moyenne pour un couple de boursicoteurs. A la caisse Alsace Vosges de la banque verte, les frais de courtage affichent une hausse 5,11 %. Voilà de quoi encourager les épargnants à investir en ces temps difficiles! Déjà chers, ils deviennent très chers : plus de 26 % par rapport à la moyenne. Le client pouvait jusqu alors se consoler avec des droits de garde sur PEA plutôt doux, mais ils affichent cette année une hausse fulgurante de 89,42%. Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

9 Profil 1 : petit consommateur Le profil 1 correspond à un panier de services sur un compte détenu par une seule personne, et utilisant un nombre limité de services : 30 opérations débitrices par mois dont six chèques, l accès à la consultation de ses comptes par téléphone à raison de 60 minutes de communication ou 36 appels par an, une carte bancaire internationale à débit immédiat, 8 retraits par mois par carte bancaire dont 2 hors réseau, une mise en place de prélèvement automatique vers un établissement commercial et 6 paiements mensuels (électricité, gaz, impôts, un téléphone mobile, un crédit extérieur et un loyer). Les 10 banques les moins chères Coût moyen 2009 (hors banques en ligne) : 74,60 Etablissements Formule retenue Formule alternative coût type coût type intitulé 1 Crédit Agricole Nord Est A la carte Compte service Equilibre + 2 Crédit Agricole Côte d Armor A la carte Compte service option 1 3 Crédit Agricole Sud Rhône A la carte Compte service Equilibre Alpes 4 Banque Populaire Rives de A la carte Convention Equipage 2 Paris 5 Crédit Agricole Centre France A la carte Compte service Equilibre 6 Caisse d Epargne Loire Drôme A la carte Package Satellis Essentiel plus Ardèche 7 La Banque Postale Martinique A la carte Package Adispo Privilège avec Allyatis Guadeloupe Réunion 8 La Banque Postale A la carte Package Adispo Privilège avec Allyatis 9 BNP Paribas A la carte Package Esprit Libre Référence 10 Banque Populaire des Alpes A la carte Convention Equipage Classique Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

10 Les 10 banques les plus chères Etablissements Formule retenue Formule alternative coût type coût type intitulé 1 Banque des Antilles Françaises A la carte - Pas de package (Océor Caisses d Epargne) 2 BNP Paribas Réunion A la carte Package Formule Classic 3 Banque Française Commerciale A la carte Package Pack Océan Indien (Société Générale) 4 Banque de la Réunion(Océor A la carte Forfait instinctiv Caisses d Epargne) 5 Crédit Agricole Réunion A la carte Compte service Equilibre 6 BNP Paribas Guadeloupe A la carte Service Brio Plus Middle 7 Crédit Agricole Martinique A la carte Compte service option 1 Guyane 8 BNP Paribas Martinique A la carte Service Brio Plus Middle 9 Banque Populaire Centre A la carte Convention Equipage Atlantique 10 Crédit Agricole Guadeloupe A la carte Compte service option 1 Plus grande diversité cette année dans le palmarès des banques les moins chères. Alors que le réseau du Crédit Agricole occupait l année dernière huit des dix places de tête, il n en tient plus que quatre. Grâce à une diminution de ses frais de tenue de compte et du coût du serveur vocal, la Banque Postale intègre le classement de tête sur ce profil, précédée de la Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion, une véritable exception dans les DOM. Le Crédit Agricole Centre France, avec une nette augmentation de ses tarifs (+25% sur ce profil), perd la première place au bénéfice du Crédit Agricole Nord-Est. Pour l ensemble de ces établissements, le choix d un package est nettement plus onéreux que la souscription des services à la carte, l écart entre les deux formules étant de plus de 123% pour BNP Paribas! Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

11 En ce qui concerne les 10 banques les plus chères de notre palmarès, comme lors des années précédentes, les DOM tiennent le haut du pavé. L ajout de La Réunion à notre palmarès et deux banques du groupe Océor Caisse d Epargne, bien implantées dans les DOM, renforce en effet le poids des banques d outremer, connues pour leurs tarifs élevés. Plus de 273 euros facturés pour la Banque des Antilles Françaises (Océor Caisses d Epargne), soit plus de 6,5 fois plus que la banque la moins chère du palmarès! Et encore, il s agit des tarifs des services souscrits à la carte, le coût des packages, lorsqu ils sont proposés, pouvant être encore plus élevé. En ce qui concerne les établissements métropolitains, à l exception de la Banque Populaire Centre Atlantique, ils restent tous sous la barre des 100 euros pour des services souscrits à la carte (mais souvent au-dessus pour les packages). Sur ce profil, seules 7 banques, dont 6 Crédit Mutuel, proposent des packages financièrement plus intéressants que la souscription de services à la carte ; ce sont les Crédit Mutuel Massif Central, Loire Atlantique Centre Ouest, Anjou, Sud Ouest, Bretagne, Normandie et la Banque Populaire Provence Corse. Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

12 Classement par région Région N 1 coût solution N 2 coût solution N 3 coût solution Alsace La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Société Générale Carte La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Caisse d Epargne Aquitaine Carte Aquitaine Poitou Charente Crédit Agricole Centre Carte La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Auvergne France Basse- La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Société Générale Carte Normandie Bourgogne La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Crédit Agricole Centre Loire Carte Crédit Agricole Côte Carte La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Bretagne d Armor Centre La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Crédit Agricole Centre Loire Carte Champagne- Crédit Agricole Nord Est Carte La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Ardennes Corse La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Société Générale Carte Franche-Comté La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Société Générale Carte La Banque Postale Carte Bred Guadeloupe et Carte Crédit Mutuel Antilles Carte Guadeloupe- Martinique Martinique Guadeloupe Réunion Bred Martinique Guyane Haute- Normandie La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Crédit Agricole Normandie Seine Carte Banque Populaire Rives de Carte La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Ile-de-France Languedoc- Roussillon La Réunion Limousin Paris La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Société Générale Carte La Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion Crédit Agricole Centre France Carte Bred Réunion Carte Caisse d Epargne Réunion Carte Carte La Banque Postale Carte BNP Paribas Carte Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

13 Région N 1 coût solution N 2 coût solution N 3 coût solution La Banque Postale carte BNP Paribas carte Caisse d Epargne Lorraine carte Lorraine Champagne Ardenne La Banque Postale carte BNP Paribas carte Crédit Agricole Toulouse et carte Midi-Pyrénées Midi Toulousain Nord-Pas-de- La Banque Postale carte BNP Paribas carte Société Générale carte Calais Pays de la Loire La Banque Postale carte BNP Paribas carte Crédit Mutuel Océan carte Crédit Agricole Nord Est carte Banque Populaire Rives de carte La Banque Postale carte Picardie Paris Poitou- La Banque Postale carte BNP Paribas carte Crédit Mutuel Océan carte Charentes Provence-Alpes- Côte d'azur La Banque Postale carte BNP Paribas carte Banque Populaire Alpes Carte Rhône-Alpes Crédit Agricole Sud Rhône Alpes carte Caisse d Epargne Loire Drôme Ardèche carte La Banque Postale carte Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

14 Profil 2 : couple actif Le profil 2 correspond à un panier de services utilisé sur un compte par deux titulaires, qui disposent en outre d un Plan d Epargne en Actions (PEA) sur lequel ils réalisent quelques investissements via des fonds et des actions. Le panier de services comprend donc les frais de tenue de compte pour 54 opérations débitrices par mois dont 8 chèques, un abonnement Internet hors opérations de bourse avec 50 connexions par an, un chèque de banque tous les 10 ans, 2 cartes de paiement internationales à débit différé avec assurance perte et vol, 16 retraits par mois dont 8 hors réseau (6 avec la première carte, 2 avec la deuxième), une mise en place de prélèvement permanent vers un établissement commercial, 8 prélèvements permanents par mois (électricité, gaz, impôts, deux téléphones mobiles, un crédit extérieur et un loyer et une assurance), 2 mises en place d'un virement permanent externe tous les dix ans, par Internet si possible, 2 virements permanents par mois. En ce qui concerne les opérations de bourse, sont pris en compte les droits de garde pour un plan d épargne en actions (PEA) de euros comprenant une ligne de Sicav maison de euros et 5 lignes d'actions à euros et l'achat en agence de 3 lignes d'actions à euros et de 4 lignes de Sicav maison à euros tous les dix ans. Les 10 banques les moins chères Coût moyen 2009 (hors banques en ligne) : 204,80 Etablissements Formule retenue Formule alternative coût type intitulé coût type 1 Crédit Mutuel Normandie Package Eurocompte A la carte 2 Banque Postale Martinique Package Adispo Privilège avec Allyatis A la carte Guadeloupe Réunion 3 Crédit Agricole Nord Est A la carte Compte service Equilibre 4 La Banque Postale Package Adispo Privilège avec Allyatis A la carte 5 Crédit Agricole Aquitaine A la carte Compte service Initial 6 Crédit Agricole Centre France A la carte Compte service Equilibre 7 Crédit Mutuel Loire Atlantique Package Eurocompte A la carte Centre Ouest 8 Crédit Agricole Centre Ouest A la carte Compte service option 1 9 CIC Package Contrat Personnel Global en A la carte Formule Web 10 Caisse d Epargne Picardie Package Forfait Satellis Avantages A la carte Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

15 Les 10 banques les plus chères Etablissements Formule retenue Formule alternative coût type intitulé coût type 1 Banque des Antilles Françaises A la carte - Pas de package 2 Banque Française Package Pack A la carte Commerciale Océan Indien 3 BNP Paribas Réunion A la carte Formule Classic 4 Crédit Agricole Martinique Package Compte service Option A la carte Guyane 5 BNP Paribas Guadeloupe Package Service Brio Plus Middle A la carte 6 Société Générale de Banque A la carte Pas de package disponible aux Antilles 7 Crédit Agricole Réunion Package Compte service Equilibre A la carte 8 Banque de la Réunion Package Forfait Instinctiv A la carte 9 Banque Populaire Lorraine A la carte Convention Avantage Champagne 10 BNP Paribas Martinique Package Service Brio Plus Middle A la carte Résultats plus partagés sur ce profil entre services à la carte et packages. Le Crédit Mutuel Normandie, le Crédit Mutuel Loire Atlantique Centre Ouest et le CIC intègrent le classement des 10 banques les moins chères grâce à des packages nettement plus avantageux que les tarifs appliqués à la carte ; c est aussi le cas, mais dans une moindre mesure pour la Caisse d Epargne Picardie. En qui concerne La Banque Postale, que ce soit en métropole ou dans les DOM, sa place est assurée dans ce classement de tête, quand bien même on prendrait en considération la formule la plus chère, à savoir dans son cas, les services à la carte. Dans le cas des Crédit Agricole, le choix des services à la carte reste toujours le plus avantageux, même si les tarifs «packages» des caisses présentes dans ce classement restent relativement modérés. Comme sur le profil 1, le Crédit Agricole Centre France, suite à ses augmentations tarifaires dans un environnement plutôt à la baisse, se trouve rétrogradé de la 1 ère à la 7 ème place. Sans surprise, on retrouve dans le classement des banques les plus chères les banques des DOM, comme sur le profil 1. Cependant, une Banque Populaire, cette fois-ci la Banque Populaire Lorraine Champagne, s égare dans des zones tarifaires prohibitives. Pour ces différentes banques, lorsque des packages sont Enquête banque CLCV Mieux Vivre Votre Argent

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Pour ce palmarès 2015, 140 banques de métropole et d outre-mer ont été passées à la loupe. Les tarifs analysés? Ceux en

Plus en détail

La Réunion. Surcoût package La Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion. Meilleur prix. Prix Package

La Réunion. Surcoût package La Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion. Meilleur prix. Prix Package La Réunion A l aide des brochures tarifaires en vigueur au 1 er février 2011, nous avons relevé, pour nos trois profils type les tarifs des produits à la carte et ceux du le plus avantageux pour chacun,

Plus en détail

ILE DE FRANCE brochures tarifaires en vigueur au 1er février 2013

ILE DE FRANCE brochures tarifaires en vigueur au 1er février 2013 ILE DE FRANCE A l aide des brochures tarifaires en vigueur au 1 er février 2013, nous avons relevé, pour nos trois profils types les tarifs des produits à la carte et ceux du package le plus avantageux

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE DE LA CLCV

TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE DE LA CLCV TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE DE LA CLCV L année 2005 sera-t-elle l année des grands changements dans les relations banques - clients? Les établissements bancaires veulent en convaincre les

Plus en détail

UFC-Que Choisir de Bretagne

UFC-Que Choisir de Bretagne Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Bretagne Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

rapport de l observatoire des tarifs bancaires

rapport de l observatoire des tarifs bancaires rapport de l observatoire des tarifs bancaires Préambule Ce quatrième Rapport de l Observatoire des tarifs bancaires est publié, comme les trois précédents, en application de la loi de régulation bancaire

Plus en détail

rapport de l observatoire des TArifs bancaires

rapport de l observatoire des TArifs bancaires 2013 rapport de l observatoire des TArifs bancaires 2013 rapport de l observatoire des tarifs bancaires Préambule La loi de régulation bancaire et financière du 22 octobre 2010 a confié au Comité consultatif

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Rennes Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Banques en ligne : où faut-il souscrire?

Banques en ligne : où faut-il souscrire? Banques en ligne : où faut-il souscrire? Par Léa Billon pour VotreArgent.fr, publié le 11/07/2013 Les banques en ligne séduisent d'abord par leurs services à moindre coût, voire gratuits. Leurs livrets

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP)

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) TOUT SAVOIR SUR LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE LE CFP? Les agents de la Fonction

Plus en détail

rapport de l observatoire des tarifs bancaires

rapport de l observatoire des tarifs bancaires 2013 rapport de l observatoire des tarifs bancaires PRÉAMBULE La loi de régulation bancaire et financière du 22 octobre 2010 a confié au Comité consultatif du secteur financier une mission de suivi de

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 INSTITUT D ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D OUTRE-MER Établissement public national 164, rue de Rivoli - 75001 PARIS Tél. 01 53 44 41 41 Rapport

Plus en détail

Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI. Situation du 1 er juillet 2010 au soir

Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI. Situation du 1 er juillet 2010 au soir Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI Situation du 1 er juillet 21 au soir Indicateurs de la cellule Nombre d optants: données issues des régions 12151 personnes ont opté au 1/7/21 (données

Plus en détail

RAPPORT DE L OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES

RAPPORT DE L OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES 2014 RAPPORT DE L OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES «Aucune représentation ou reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l article L122-5 2 e et 3 e a) du Code de la propriété intellectuelle

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire EXPÉRIENCE CLIENT Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en avril 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1002 panélistes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 8 mars 2010 Journée des femmes. Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique

DOSSIER DE PRESSE. 8 mars 2010 Journée des femmes. Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique DOSSIER DE PRESSE 8 mars 2010 Journée des femmes Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique Un dispositif géré par ; UN FONDS DE GARANTIE DESTINÉ AUX FEMMES Grace au FGIF plus

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM ÉDITION 2013 OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 INSTITUT D ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33

Plus en détail

Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France

Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France Analyses régionales du Baromètre santé Inpes 2010 Grandes tendances dans les DOM Dossier de presse Novembre 2013 Contacts

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015*

DÉPÔTS DANS LES RÉGIONS FRANÇAISES de la clientèle non financière résidente et non-résidente Encours des dépôts au 30 septembre 2015* Le 19 novembre 2015 (1) de France Métropolitaine* 591,3 434,1 45,3 100,1 30,0 10,2 232,9 21,2 264,9 1,6 1 731,6 Ile de France 234,1 128,0 2,8 19,9 4,9 4,1 41,9 1,5 121,2 0,3 558,7 75 Paris 140,0 48,5 0,5

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013. Suivi de la production

Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013. Suivi de la production Point n 3 Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013 Suivi de la production 1 - L ETAT DES STOCKS DANS LES ORGANISMES... 2 2 - L EVOLUTION DES INSTANCES... 4 2.1. Evolution des instances toutes

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

MON COMPTE AU QUOTIDIEN

MON COMPTE AU QUOTIDIEN MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION JANVIER 2011 UNE RELATION FONDÉE SUR LA CLARTÉ EST LE GAGE DE VOTRE CONFIANCE ET DE VOTRE FIDÉLITÉ. Pour

Plus en détail

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Novembre 2012

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Novembre 2012 Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Les prix résistent toujours «Dans un marché immobilier pourtant grippé, les prix résistent toujours en ce mois de Novembre. Avec un indice qui ne progresse

Plus en détail

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2012

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2012 Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Stabilité des prix de mise en vente «Une quasi stabilité des prix affichés à la mise en vente, qui se confirme depuis la fin de l année, avec un indice

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM ÉDITION 2013 OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33 1 44 87 99 62 Rapport

Plus en détail

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

Accord N 5 Durée des mandats 1/6

Accord N 5 Durée des mandats 1/6 Accord n 5 dans le cadre de la création du Groupement d Intérêt Economique CRÉDIT AGRICOLE TECHNOLOGIES (GIE CA Technologies) du Groupement d Intérêt Economique CRÉDIT AGRICOLE SERVICES (GIE CA Services)

Plus en détail

Palmarès des banques françaises 2014 : tarifs et sécurité, «SEPA» le Pérou!

Palmarès des banques françaises 2014 : tarifs et sécurité, «SEPA» le Pérou! Palmarès des banques françaises 2014 : tarifs et sécurité, «SEPA» le Pérou! Direction des études Janvier 2014 1 Contenu I. 2013, une année faste en changements dans la banque de détail 2 1. Des progrès

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Relevé de mai 2009 Le coût des services bancaires La a Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès des banques présentes en Ille-et et-vilaine. Sur 11 établissements interrogés, 9

Plus en détail

Retour d Expérience e-marque au 02/03/2015

Retour d Expérience e-marque au 02/03/2015 Retour d Expérience e-marque au 02/03/2015 Introduction Contexte: Messages adressés à emarque-assistance@ffbb.com, sportive@ffbb.com, et sur des remontées terrain. Après 5 journées d utilisation pour les

Plus en détail

Levées de capitaux. 22 février 2012. Concerne les acteurs français membres de l AFIC, investissant en France et à l étranger page 1. www.afic data.

Levées de capitaux. 22 février 2012. Concerne les acteurs français membres de l AFIC, investissant en France et à l étranger page 1. www.afic data. Levées de capitaux par les FCPI et FIP créés en 2011 22 février 2012 Concerne les acteurs français membres de l AFIC, investissant en France et à l étranger page 1 Contexte et Méthodologie Contexte : L

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin DOSSIER DE PRESSE Entreprendre au féminin Un dispositif géré par : SOMMAIRE FGIF : un fond de garantie destiné aux femmes p. 3 Evolution du dispositif p. 4 Profils des bénéficiaires en 2010 p. 5 Caractéristiques

Plus en détail

chiffre d'affaires (en M )

chiffre d'affaires (en M ) Assemblée générale du GERP Carac du 04 juin 2015 Point d information sur le développement de Carac PERsPectives Point sur les résultats 2014 Depuis son lancement, la Carac a délibérément placé la garantie

Plus en détail

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Sondage réalisé auprès d un échantillon de plus de 6400 Français Sondage réalisé pour la presse régionale et publié dans la presse régionale

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Juillet 2013 Le coût des services bancaires la Maison de la consommation et de l environnement a comparé, à partir des grilles tarifaires applicables en juillet 2013 de 10 établissements bancaires d Ille-et

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Février 2010 Le coût des services bancaires La a Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès de 11 banques d Ille-et et-vilaine. La Caisse d Épargne de Pays de Loire n a pas souhaité

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 584 Novembre 214 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Troisième trimestre 214 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La puissance du parc éolien français s

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 1 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33 1 44 87 99 62 Rapport d activité

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 644 Juin 215 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Premier trimestre 215 OBSERVATION ET STATISTIQUES énergie Le parc éolien français atteint une puissance

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Relevé d octobre 2009 Actualisé en novembre 2009 Le coût des services bancaires La Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès des banques présentes en Ille-et et-vilaine. Sur 10 établissements

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques

Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires thermiques 1 Juillet 2013 Sommaire Préambule

Plus en détail

Contexte institutionnel

Contexte institutionnel 1 Formation en protection de l autonomie des personnes âgées pour les aides à domicile Approche écologique Lucette Barthélémy Chargée d expertise en promotion de la santé Contexte institutionnel 2 L Institut

Plus en détail

L offre d hébergement

L offre d hébergement L offre d hébergement 3 L offre d hébergement Définitions 52 Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le nouveau classement

Plus en détail

RECENSEMENT ANNUEL DES GROUPEMENTS DE COOPERATION SANITAIRE : BILAN AU 30 JUIN 2010

RECENSEMENT ANNUEL DES GROUPEMENTS DE COOPERATION SANITAIRE : BILAN AU 30 JUIN 2010 MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Secrétariat d Etat à la Santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES JUIN 2015 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2014 Analyses nationale et régionale SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale

LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Qui est commanditaire des "enjeux

Plus en détail

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003)

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Frédéric Brouillet Les dirigeants salariés ne constituent pas un ensemble homogène en termes de revenus : le domaine d

Plus en détail

VOTREBANQUE EST-ELLE TROPCHÈRE?

VOTREBANQUE EST-ELLE TROPCHÈRE? Attention, si la \ tendance générale est plutôt à la modération, les banques baissent certains tarifs pour en augmenter d'autres. VOTREBANQUE EST-ELLE TROPCHÈRE? D'uneenseigneà l'autre, la facturelepeutdoublerpour

Plus en détail

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours»

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Vie mutualiste et Développement durable Point Passerelle UN PROJET NATIONAL CONSTAT

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE

Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE Le FGIF soutien l entreprise au féminin SOMMAIRE 1. LE FGIF ET L EMPLOI Chiffres

Plus en détail

ESPACE FTP Guide d utilisation

ESPACE FTP Guide d utilisation ESPACE FTP Guide d utilisation Introduction 1 ère Connexion Connexion rapide Ergonomie du logiciel Navigation Transfert Groupes d accès Suppression Accès partenaires Annexe : installation Filezilla 1 ESPACE

Plus en détail

FRAIS BANCAIRES : 7 PROPOSITIONS A BERCY POUR EN FINIR AVEC LES EXCES TARIFAIRES

FRAIS BANCAIRES : 7 PROPOSITIONS A BERCY POUR EN FINIR AVEC LES EXCES TARIFAIRES FRAIS BANCAIRES : 7 PROPOSITIONS A BERCY POUR EN FINIR AVEC LES EXCES TARIFAIRES Enjeux : les frais bancaires, un marché de plus de 15 milliards d euros La banque de détail a représenté en 2009, 65% du

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Janvier 2010 Le coût des services bancaires La Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès de 9 banques d Ille-et et-vilaine. Les établissements CIC et Caisse C d Épargne de Pays de

Plus en détail

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX L offre de prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts Pour la réussite de tous les projets Une offre globale pour vos opérations de réhabilitation La Caisse

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

www.interieur.gouv.fr

www.interieur.gouv.fr www.interieur.gouv.fr Sommaire PREAMBULE 2 LES CATEGORIES DE PERMIS PREMIERE PARTIE 3 LES CANDIDATS ENREGISTRES EN PREFECTURE DEUXIEME PARTIE 8 LES EPREUVES THEORIQUES GENERALES TROISIEME PARTIE 13 LES

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Résultats de l'enquête sur l'évolution. du championnat par équipes

Résultats de l'enquête sur l'évolution. du championnat par équipes Résultats de l'enquête sur l'évolution du championnat par équipes Réalisée par le Groupe Evolution dirigé par Francis Czyzyk Avis des ligues et des comités 355 clubs (9,6%) 18 comités (17,3%) 5 ligues

Plus en détail

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Octobre 2015 CONTEXTE La loi et ses décrets d application donnent aux OPCA un rôle et des

Plus en détail

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Année 2014 SOMMAIRE ❶ Répartition du nombre d entreprises et de salariés... 2 Répartition du nombre d établissements et du nombre de salariés

Plus en détail

GUIDE DE TARIFICATION Tarifs en vigueur au 1 er septembre 2014

GUIDE DE TARIFICATION Tarifs en vigueur au 1 er septembre 2014 GUIDE DE TARIFICATION Tarifs en vigueur au 1 er septembre 2014 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion ou tarif spécifique à une

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire en - Chiffres clés - octobre 2014 Champ : Le périmètre de l économie sociale a été défini conjointement en mars 2008 par la délégation interministérielle à l innovation

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013

RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013 RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013 Article 1 : Société Organisatrice BPCE Assurances, Société Anonyme au capital de 61.996.212 euros,

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail