L UFC-QUE CHOISIR POUR UNE CARTE BANCAIRE RESPONSABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L UFC-QUE CHOISIR POUR UNE CARTE BANCAIRE RESPONSABLE"

Transcription

1 L UFC-QUE CHOISIR POUR UNE CARTE BANCAIRE RESPONSABLE

2 INTRODUCTION 1. La carte bancaire en chiffres La carte bancaire, premier moyen de paiement en France La carte bancaire est, depuis 2003, le premier moyen de paiement utilisé par les Français. Quasiment à égalité avec le chèque à cette date, elle est aujourd hui deux fois plus utilisée que le chèque. La carte bancaire est utilisée avant tout pour les paiements compris entre 20 et 220 : avant 20, les espèces dominent ; après 220, le chèque reste le premier moyen de paiement utilisé. En moyenne, en 2009, les Français ont fait 113 paiements par carte pour un montant de 48, et 26 retraits pour un montant de 74. Nombre de cartes bancaires en France En 2009, d après le Groupement des cartes bancaires, il y avait en France 90,6 millions de cartes bancaires en circulation. Parmi ces cartes, 32,2 millions étaient des cartes privatives émises, par exemple, par des grandes surfaces pour des paiements internes : ces cartes, si elles peuvent créer des problèmes spécifiques (crédit renouvelable ), ne sont pas des cartes utilisables dans l ensemble des commerces. Nous ne les prendrons pas en compte dans cette étude. Il reste donc 58,4 millions de cartes de type «interbancaire», principalement Carte Bleue, MasterCard et Visa. D après les sondages effectués par le Groupement des cartes bancaires, en 2009, 88 % des Français possédaient au moins une carte et 24 % au moins deux. 2

3 L équipement des Français en cartes bancaires, déjà important à la fin du XX e siècle, a connu une forte croissance sur les dix dernières années : +56 %. La progression actuelle se stabilise vers 1,5 % par an. Cette stabilisation correspond à un phénomène de saturation progressive du marché. La progression résiduelle se concentre sur l attaque de nouveaux segments de marché jusqu alors considérés comme inéligibles. Par exemple, depuis une douzaine d années, la mise en place de la carte à autorisation systématique a permis aux banques d équiper en cartes bancaires des populations jugées à risque : étudiants, interdits bancaires, bénéficiaires de minima sociaux Dans cette lignée, les établissements bancaires tentent aujourd hui de proposer à des populations jeunes (à partir de 12 ans) des cartes prépayées rechargeables. Deux marques se partagent l essentiel des cartes bancaires : parmi les 58,4 millions de cartes bancaires, 32,7 millions sont des cartes bancaires de marque Visa, et 24 millions sont des cartes MasterCard. Les cartes bancaires ni Visa ni MasterCard, qui occupaient auparavant une part notable du parc (22 %), ne sont plus que résiduelles : seulement 3 %. Typologie des cartes bancaires Elles se répartissent pour la plupart des cas en trois catégories : les cartes à autorisation systématique, qui ont la particularité d interroger le solde du compte du client pour chacun des paiements qu il effectue ; les cartes classiques internationales, dont le paiement au commerçant est garanti même si ce type de carte ne vérifie pas systématiquement le solde du compte de son titulaire lors d un paiement ; les cartes haut de gamme («Gold» ou «Premier»), qui fonctionnent comme les cartes classiques internationales mais offrent des plafonds de paiement et de retrait plus élevés que celles-ci, et des assurances plus larges. D autres cartes existent, mais de manière plus marginale ou moins impactante : les cartes de retrait interbancaires, mais qui sont progressivement remplacées par les cartes à autorisation systématique ; les cartes de crédit national, désormais marginales dans le parc français ; les cartes de prestige («Infinite», «Platinum»), en progression mais peu nombreuses. 3

4 Si l on excepte ces trois cas, le marché français est réparti de la manière suivante. La carte à autorisation systématique constitue environ 15 % du marché. La carte classique internationale équipe la grande majorité (72,3 %) des Français. Enfin, les cartes haut de gamme équipent 12,6 % de la population, mais ce pourcentage augmente rapidement. En plus de cette différence entre les modèles de carte, les cartes classiques internationales et haut de gamme peuvent proposer deux types de paiement : le paiement en débit immédiat : la somme payée au commerçant est immédiatement retirée du compte du client ; le paiement par débit différé : la somme payée au commerçant est retirée à la fin du mois du compte du client. Entre le jour du paiement et la fin du mois, c est la banque du client qui finance le décalage de trésorerie. Cette option est facturée en moyenne 7 par an. En France, environ 70 % des cartes classiques internationales sont des cartes à débit immédiat, et 30 % à débit différé : soit donc, sur le total des cartes, 50,6 % de cartes classiques internationales à débit immédiat et 21,7 % de cartes classiques internationales à débit différé. Pour les cartes haut de gamme les statistiques sont inexistantes, mais il est probable que la grande majorité soit à débit différé, ne serait-ce que parce qu il est proposé gratuitement sur leur contrat. 2. La carte bancaire, premier poste de coût pour les consommateurs La carte bancaire, une multitude de sources de revenus pour les banques Même si les sondages montrent régulièrement que la carte bancaire est le «moyen de paiement préféré des Français», cette carte qui équipe la quasi-totalité de la population a un coût, et même plusieurs coûts pour les consommateurs. Ainsi sont facturés de manière directe au client : la cotisation annuelle ; les frais sur retrait déplacé (retrait à un distributeur qui n est pas de la banque du client) ; les frais sur incident de paiement (commission d intervention, retrait pour usage abusif, inscription au Fichier central des chèques et cartes [FCC] ) ; les frais sur remplacement de carte, sur renvoi de code 4

5 À cela s ajoutent les frais facturés aux commerçants et probablement refacturés aux clients au moins en partie : la commission sur paiement par carte bancaire, dont le coût total est estimé selon les sources à entre 1 et 3 milliards d euros par an. Cette commission couvre notamment les coûts de la fraude ; la location ou achat du terminal de paiement électronique (TPE), utilisé par le commerçant pour les paiements par carte bancaire ; les coûts de télécommunication liés à l utilisation du TPE. Les cotisations annuelles, frais sur retrait déplacé et commissions sur paiement sont comptabilisés dans les rapports annuels au titre de commissions sur les moyens de paiement. L addition de ces trois frais finit par représenter une somme très importante, et une part croissante dans les revenus des banques. Par exemple, d après les rapports annuels de LCL, de 2001 à 2009 (les rapports antérieurs n étant pas disponibles), la part des commissions nettes issues des moyens de paiement, et donc en premier lieu de la carte bancaire, a augmenté de 67 % sur la période pour représenter 14,7 % des commissions nettes de LCL, ce qui représentait en millions d euros au titre des commissions sur les moyens de paiement Et ce sans compter les autres sources de revenus issus de la carte bancaire : frais sur remplacement de carte, sur renvoi de code, sur locationachat de TPE, et surtout, sur incidents de paiement. dont la cotisation annuelle constitue à elle seule 13 des frais bancaires D après les brochures tarifaires de 110 établissements français récoltées lors de notre enquête d octobre 2010 sur la mobilité bancaire, le coût annuel moyen de chaque carte est le suivant : - carte à autorisation systématique : 29,70 ; - carte classique internationale à débit immédiat : 36,30 ; - carte classique internationale à débit différé : 44,70 ; - haut de gamme (à débit immédiat ou débit différé) : 119,80. En prenant en compte la répartition des différents types de carte bancaire (autorisation systématiqueclassique internationalehaut de gamme et débit immédiatdébit différé), le coût annuel moyen pour le consommateur de sa carte bancaire est donc de 47,80. Or, les rapports Kuneva (2009) et PaugetConstans (2010) ont estimé que les frais bancaires annuels moyens en France s élevaient respectivement à 154 et 157. Ainsi, la seule cotisation carte bancaire constitue près du tiers des frais bancaires payés chaque année par le client et représente une somme de 2,8 milliards d euros! Un système de tarification sans réelle justification Au-delà de la multiplicité des coûts pour le consommateur, le système de la carte bancaire est caractérisé par sa grande opacité sur la question des coûts. Cette opacité est par exemple à l origine de l enquête en cours de l Autorité de la concurrence sur la commission interbancaire de paiement par carte bancaire. Cette opacité est également valable pour un service aussi simple que la cotisation annuelle de la carte bancaire. Nous savons par exemple que le coût moyen d une carte bancaire classique internationale à débit immédiat est de 36,30. Mais que cache ce coût? 5

6 D après Nicolas Bertapelle, du cabinet de conseil Jasmin (cité dans «Carte Bancaire : pourquoi vous payez trop cher», Mieux vivre votre argent, n o 325), «L émission d une carte coûte en moyenne 10 [ ].». Ce chiffre, à diviser par deux (une carte bancaire est en général valable deux ans), est inférieur pour les gros acteurs bancaires. De même, selon Philippe David, du cabinet de conseil Expérian (cité dans le même article), les assurances voyage incluses dans les cartes coûtent entre 10 et 20. Ce à quoi il convient d ajouter la cotisation annuelle aux réseaux Visa ou MasterCard, qui n excède toutefois pas 1 par an. Soit un coût total pour les banquiers de 21. Quelle est donc la justification économique des 15,30 sur les 36,30 payés par le consommateur? Il ne peut pas s agir du coût des retraits, car celui-ci est payé par les frais perçus pour les retraits déplacés ; ni du coût de la garantie des paiements chez les commerçants, car celui-ci est payé par la commission interchange ; ni du coût de la fraude, car celui-ci est payé par le Ticket Commerçant, qui compose avec la commission d interchange la commission commerçant. Ni même enfin du coût du TPE du commerçant, car celui-ci est payé par le commerçant et répercuté sans doute en partie sur le consommateur. En réalité, il n y a aucune justification réelle de cette marge, ce qui démontre bien l opacité de la tarification de la cotisation annuelle sur les cartes bancaires. Rien que sur la Carte Bleue classique internationale, ce sont ainsi 430 millions d euros qui, chaque année, sont facturés au consommateur sans aucune justification. Des milliards d euros facturés aux clients sur les incidents carte bancaire? La carte bancaire est donc une source multiple de coûts pour les consommateurs en bonne santé financière. C est encore plus le cas pour les consommateurs connaissant des difficultés de trésorerie! Si aucune banque ne communique, bien évidemment, sur le montant des frais qu elle facture à ses clients pour leurs incidents de paiement, certains éléments permettent d avoir une première idée de la facturation globale pour ces frais. 6

7 Ainsi, le rapport PaugetConstans sur la tarification des services bancaires de juillet 2010 reproduit un tableau issu de du cabinet de conseil Bain & Company, dans lequel il s avère que les découverts et incidents représentent 42 % des frais bancaires payés en moyenne par le consommateur. Quelques pages plus loin, ce même rapport, et ce même cabinet, nous informent que le montant moyen des frais bancaires s élève pour les Français à 157 par an. Par conséquent, le montant des découverts et incidents de paiement facturé chaque année aux consommateurs français s élève à environ 4,15 milliards d euros. Il est probable que les frais sur découverts et incidents de paiement issus de la carte bancaire représentent la grande majorité de ces 4,15 milliards d euros, et ce pour deux raisons principales : 1. parce que la carte bancaire est le premier moyen de paiement en France, et qu elle est par exemple deux fois plus utilisée que le chèque ; 2. parce que, contrairement au chèque ou au prélèvement, il n y a aucune limite légale à la perception de frais d incidents sur les cartes bancaires. 7

8 Elle vise à déterminer : Objectifs de cette étude le montant payé par les consommateurs pour leurs découverts et incidents de paiement liés à la carte bancaire ; le cas échéant, les raisons techniques et commerciales qui favoriseraient la multiplication des incidents de paiement issus de la carte bancaire ; les possibilités d évolution de la carte bancaire et de sa distribution pour faire de la carte bancaire un moyen de paiement responsable. 8

9 COMMISSION D INTERVENTION : LA DOUBLE PEINE 1. La commission d intervention : un puits sans fond Au début du mois de février 2011, nous avons demandé à nos bénévoles des associations locales de nous renvoyer leurs récapitulatifs annuels de frais bancaires. Ce relevé, issu de la loi Châtel, est envoyé par les banques depuis 2009 à la fin de chaque mois de janvier et regroupe par rubrique l ensemble des frais payés par chaque client de chaque banque pour l année écoulée. L objectif de cette demande était d évaluer les frais perçus par les banques pour les opérations liées à la carte bancaire. Or, s il apparaît que, sur la majorité des relevés, ces frais sont faibles et limités aux cotisations annuelles de la carte ainsi qu à quelques retraits hors banque, pour un nombre significatif de relevés, ces frais peuvent être très élevés et constituer plus de la moitié des frais perçus par la banque. Parmi ces frais, la commission d intervention est, de très loin, le premier poste de coût pour le consommateur. Voici quelques exemples de relevés annuels de frais 2010 renvoyés par nos bénévoles. Crédit agricole Centre France : en dépit de ses tarifs souvent raisonnables (cf. l enquête UFC- Que Choisir «Frais et mobilité bancaire», octobre 2010), cette banque a prélevé à un de ses clients 93 commissions d intervention à 7,80 en un an, soit un total de 725,40 rien que pour ce poste! Et même si elle a «généreusement» retiré 5 de ces commissions d intervention, la facture reste salée pour ce client visiblement en grande difficulté : 691 sur les perçus en 2010 sur ce client. 9

10 À noter que cette caisse du Crédit agricole n en est pas à son coup d essai : l an dernier, un autre client avait été facturé de 132 commissions d intervention pour un total de 990! Crédit mutuel de Normandie : cette banque a prélevé à son client 55 commissions d intervention pour 792 Mais, contrairement à l exemple précédent, elle n a pas cherché à effectuer la moindre ristourne! Caisse d épargne Rhône-Alpes : la perception a, dans cet exemple, été «limitée» à 385 Ce qui représente tout de même un RSA par an! 10

11 Banque populaire Atlantique : cette caisse régionale a perçu 57 commissions d intervention sur ce client, ce qui représente 592,80 par an! Enfin, les banques nationales ne sont pas en reste, puisque la Société générale a prélevé sur ce client 78 commissions d intervention pour un total de 673,80! 11

12 Comme on peut le voir avec ces exemples : la perception d un nombre élevé de commissions d intervention n est pas l apanage d une seule banque. En réalité, sauf exception, l ensemble des banques les pratiquent ; les montants perçus par les banques sur les commissions d intervention peuvent être très élevés, au regard notamment de la situation financière des titulaires ; enfin, sur le fond, on peut se demander pourquoi les banques se permettent de percevoir plusieurs dizaines de commissions d intervention pour un montant élevé sans agir ou prévenir leur client : aucune décision n est prise par le conseiller pour limiter les incidents, et les lettres d information du client sur ces incidents sont très rares (deux pour le premier exemple, une pour le second exemple). Et ce alors que le client paie aussi des «frais de tenue de compte» pour que le conseiller surveille son compte Définition 2. Pourquoi un tel coût : un mécanisme sans limite Définition et mécanismes D après le glossaire Banque au Quotidien et Crédit du CCSF, la commission d intervention est une «somme perçue par la banque en raison d une opération entraînant une irrégularité de fonctionnement du compte nécessitant un traitement particulier (présentation d un ordre de paiement irrégulier, coordonnées bancaires inexactes, absence ou insuffisance de provision)». Le seuil de déclenchement de la perception d une commission d intervention dépend de l existence ou non d un découvert autorisé sur le compte du client. Si le client reste à l intérieur de son découvert autorisé, il ne paie que les agios, soit le taux d intérêt du découvert autorisé, facturé au taux annuel de 13 à 17 % selon les banques. Si le client dépasse son découvert autorisé, il se voit facturer un taux d intérêt majoré (de 17 à 21 %, soit le seuil de l usure), auquel s ajoute une commission d intervention pour chaque paiement par carte bancaire entraînant une augmentation du découvert. 12

13 Au-delà de cette règle générale, les commissions d intervention ne sont pas perçues de la même manière si la carte bancaire, dont l usage a entraîné l «opération entraînant une irrégularité de fonctionnement du compte», est une carte à débit immédiat ou une carte à débit différé. Mécanisme pour une carte à débit immédiat Avec une carte à débit immédiat, chaque opération s impute immédiatement sur le solde du compte. Des frais de découvert sont perçus dès que le solde du compte est négatif mais dans son autorisation de découvert sur la durée séparant l opération de la régularisation. Une commission d intervention est prélevée dès lors que le solde du compte est inférieur au découvert autorisé, ainsi que la perception de frais de découvert supérieurs. Mécanisme pour une carte à débit différé Le mécanisme est sensiblement différent quand le client possède une carte à débit différé. En effet, alors qu avec une carte à débit immédiat, la commission d intervention est facturée dès que le compte dépasse son découvert autorisé, une telle logique est impossible sur la carte à débit différé, où l ensemble des paiements effectués durant un mois (de date à date) sont retirés du compte en une fois à la fin du mois. Dans ce cas-là, une seule commission d intervention est perçue au dernier jour du mois du calendrier de la carte Et uniquement si le client est encore à découvert à cette date-là. 13

14 Ce mécanisme, très largement théorique, pourrait amener au paradoxe qu une carte à débit différé, difficile à gérer, serait plus intéressante financièrement qu une carte à débit immédiat pour un client en difficulté. - Carte à débit différé : exemple de facturation - Solde du compte 0 découvert autorisé Aucun frais si le débit CB intervient après salaire Date (jour de la carte) Taux majoré (ex : 17,40%) + frais de dossier découvert +1 com. d intervention si débit avant salaire Lecture : avec une carte à débit différé, quel que soit le nombre de paiements effectués qui ont entraîné ou aggravé un découvert non autorisé, le client ne sera prélevé que d une commission d intervention à la fin de la mensualité de sa carte, et seulement si à cette date il est à découvert En réalité, les banques ne suivent cette logique que si les dépassements de découvert autorisé sont rares et de courte durée. Si un client dépasse le plafond de paiement de sa carte à autorisation systématique, ou si les dépassements de découvert sont trop nombreux, la banque diminue les plafonds de paiement de la carte, ou peut repasser la carte de paiement à débit différé du client en carte à autorisation systématique. Un client en difficulté ne pourra donc pas bénéficier des avantages du débit différé. Dans les brochures tarifaires : des plafonds excessifs! Comparatif Les chiffres de 110 établissements bancaires français, déjà relevés lors de notre enquête «Frais et mobilité bancaire» d octobre 2010 et mis à jour depuis, montrent que, au global, le coût de la commission a augmenté de manière raisonnable entre 2004 et Coût et évolution des commissions d'intervention - (inflation incluse) Coût Banques Populaires 9 Caisse d'epargne SG Crédit du Nord Moyenne BNPP HSBC 8 LCL CIC Crédit Agricole Crédit Mutuel 7 Banque Postale Evolution % -10% 0% 10% 20% 30% 40% 50% Sources : Brochures tarifaires 14

15 Cependant, ces chiffres masquent de grandes disparités. Ainsi, si l on prend les groupes bancaires dans leur ordre d importance : BPCE : les tarifs moyens de Banque populaire ont légèrement baissé, ceux de Caisse d épargne ont faiblement augmenté. Mais ils restent très au-dessus de la moyenne et c est chez Banque populaire que l on trouve le coût le plus élevé pour une commission d intervention ; Crédit agricole : les tarifs moyens, en dessous de la moyenne globale, ont connu une forte augmentation (+15,5 %) ; BNP Paribas et Société générale : le tarif, plus élevé que la moyenne globale, a connu une inflation plus importante que l inflation globale : +10,3 % ; Crédit mutuel : le tarif, plus bas que la moyenne, a connu une inflation importante ; la Banque postale possède toujours le tarif le plus bas mais il a connu une inflation délirante de +49 % entre 2004 et 2009! HSBC est la seule banque dont le tarif a franchement diminué mais sa commission était de loin la plus élevée en 2004 : 10! À notre connaissance, seule une banque ne prélève pas de commissions d intervention : une banque en ligne, ING direct. Mais celle-ci n est pas accessible à tous les consommateurs. Le constat qui ressort de ce comparatif est que les tarifs de la commission d intervention convergent aux alentours de 8,50. Pas de limitation légale du nombre de récurrences Le coût de la commission d intervention n est pas le seul élément à prendre en compte : le nombre de commissions d intervention que les banques s autorisent à prélever expliquent beaucoup plus pourquoi nous pouvons retrouver des relevés de frais annuels aussi élevés. En effet, aucun dispositif légal ou réglementaire n existe pour limiter les possibilités de perception de commissions d intervention par les banquiers. Dès lors, ceux-ci se sont fixé des limites délirantes : en moyenne, les banques s autorisent à percevoir 44 commissions d intervention par mois, soit 2 par jour! La Banque postale et HSBC s autorisent ainsi 66 perceptions par mois. La Caisse d épargne n est pas très loin, avec 63 perceptions par mois. Le Crédit agricole est en moyenne à 56 perceptions par mois, le Crédit mutuel et le CIC autour de 40. Les Banques populaires, BNP Paribas, le Crédit du Nord, LCL et la Société Générale, autour de 20, commencent à afficher des chiffres de perception maximale décents : autour de 1 par jour. À noter que certaines caisses régionales ne s imposent aucun plafonnement. Dans les faits, l existence de ces plafonds astronomiques autorise les banques à prélever plusieurs centaines d euros par mois sur le compte de clients connaissant des difficultés financières : ainsi, en moyenne, c est 376,30 de commissions d intervention par mois que les banquiers s autorisent à prélever, soit quasiment un RSA, à des personnes en difficulté! À noter que les banques traditionnellement vues comme des banques «sociales» sont largement au-dessus de cette moyenne déjà très élevée : 442 pour la Banque postale, 592,70 en moyenne pour les Caisses d épargne. Dans les cas les plus extrêmes, certaines caisses régionales s autorisent même à percevoir en commissions d intervention l équivalent d un Smic : c est le cas par exemple des Crédit agricole Nord, Midi-Pyrénées et Languedoc, avec respectivement 1 227,60 et par mois! 15

16 - Montant moyen que les banques peuvent prélever chaque mois au titre des commissions d intervention - COUT MOYEN MOINS CHER PLUS CHER MOYENNE SUR L'ENSEMBLE 0 (ING Direct) 1227,6 (CA Nord Midi Pyrénées) 376,3 DES BANQUES 48,12 (CA Nord Est) Plusieurs banques sans limite CAISSE D'EPARGNE (MOYENNE DES CAISSES ) HSBC (TARIF UNIQUE) CREDIT AGRICOLE (MOYENNE DES CAISSES) BANQUE POSTALE (TARIF UNIQUE) CIC (TARIF UNIQUE) CREDIT MUTUEL (MOYENNE DES CAISSES) BANQUE POPULAIRE (MOYENNE DES CAISSES ) BNP PARIBAS (TARIF UNIQUE) GROUPE CREDIT DU NORD (TARIF UNIQUE) LCL (TARIF UNIQUE) SOCIETE GENERALE (TARIF UNIQUE) 592,7 534,6 461,6 442,2 334,4 307,2 211,9 172,0 172,0 168,0 154,8 191 (CE Nord) 48,12 (CA Nord Est) 118,5 (CM Anjou) 132 (BP Atlantique) 719,4 (CE Provence-Alpes-Corse et CE Picardie) 1227,6 (CA Nord Midi Pyrénées ) 708,4 (CM Centre) 300 (BP Massif Central) Sources : brochures tarifaires Sur le fond, il est difficile de comprendre pourquoi les banquiers se donnent le droit de laisser passer des dizaines d incidents de paiement, sources de centaines d euros de frais pour les clients, alors que leur première mission est de surveiller les comptes de ces clients, et de réagir dès que le client passe la ligne rouge. Cette ligne rouge se situe bien avant 44 incidents de paiement et 376 de commissions prélevées. De bien maigres engagements d amélioration Le 21 septembre 2010, suite à une forte pression du ministère de l Économie, les banques se sont engagées à «intégrer dans les offres GPA [gamme de moyens de paiements alternatifs, NDR] un tarif limité pour les frais d incident, notamment les commissions d intervention. Ce tarif sera établi à 50 % du tarif actuel ou à un niveau modeste. Les offres GPA comprendront aussi un plafonnement du nombre d occurrences par jour etou par mois des frais d incident». Cet engagement est dérisoire et ne change rien au fond du problème. Premièrement, diminuer de 50 % le tarif des commissions d intervention, aujourd hui à 8,50 en moyenne, n est qu une solution très provisoire. Revenir à 4,25, c est être très proche du tarif (4,50 ) proposé par la Banque postale En 2004! De même, rien ne garantit que ces tarifs «diminués» ne continueront pas à augmenter. De plus, le «plafonnement du nombre d occurrences» ne signifie rien. Nous avons vu au chapitre précédent que l ensemble des banques disposent déjà d un nombre d occurrence. Mais celuici est très élevé. Enfin, même si les commissions d intervention ET les plafonds diminuaient de 50 %, les sommes possiblement prélevables resteraient très élevées : en moyenne, 2 RSA par an! 16

17 - Montant moyen que les banques pourraient prélever chaque mois après diminution par 4 du nombre et du montant de commissions - COUT MOYEN MOINS CHER PLUS CHER MOYENNE SUR L'ENSEMBLE 0 (ING Direct) 306,9 (CA Nord Midi Pyrénées) 94 DES BANQUES 12,3 (CA Nord Est) Plusieurs banques sans limite CAISSE D'EPARGNE (MOYENNE DES CAISSES ) HSBC (TARIF UNIQUE) CREDIT AGRICOLE (MOYENNE DES CAISSES) BANQUE POSTALE (TARIF UNIQUE) CIC (TARIF UNIQUE) CREDIT MUTUEL (MOYENNE DES CAISSES) BANQUE POPULAIRE (MOYENNE DES CAISSES ) BNP PARIBAS (TARIF UNIQUE) GROUPE CREDIT DU NORD (TARIF UNIQUE) LCL (TARIF UNIQUE) SOCIETE GENERALE (TARIF UNIQUE) 148,2 133,65 115,4 110,5 83,6 76, ,7 47,8 (CE Nord) 12,3 (CA Nord Est) 29,6 (CM Anjou) 33 (BP Atlantique) 179,9 (CE Provence-Alpes-Corse et CE Picardie) 306,9 (CA Nord Midi Pyrénées) 177,1 (CM Centre) 75 (BP Massif Central) Sources : brochures tarifaires Surtout, aucun engagement n est pris par les banques pour tarifer les commissions d intervention au «prix coûtant», c est-à-dire au niveau du coût réel pour les banquiers du traitement des incidents. Pourquoi en effet les banques continueraient-elles à gagner de l argent sur les clients en difficulté? Comme l indique le tableau ci-dessus, à ce tarif, c est en moyenne deux RSA que les banques pourraient prélever par an sur le compte de leurs clients en difficulté! Au lieu de cet «engagement» totalement mécanique et inefficace, nous aurions souhaité que les banques fassent leur métier, c est-à-dire surveillent les comptes des clients et règlent avec eux les situations de difficultés. Ce qu au vu des relevés récoltés par nous, beaucoup ne font pas! Une jurisprudence claire mais non suivie d effet par les banques! Cette tarification ne devrait plus avoir lieu depuis En effet, sur cette question de la commission d intervention issue des paiements par carte bancaire, la Cour de cassation a statué dans le sens d une limitation extrêmement stricte, qui n a cependant jamais été appliquée par les banques! Rappel de l arrêt de la Cour de cassation Selon l arrêt de la chambre commerciale de la Cour de cassation du 5 février 2008 (N o de pourvoi : ), les frais de forçage issus d un paiement par carte bancaire et ayant entraîné un dépassement de découvert autorisé doivent être inclus dans le calcul du TEG du prêt que constitue le découvert non autorisé. Par exemple : suite à un paiement par carte bancaire, une personne dépasse son découvert autorisé de 10. Ce découvert perdurera 10 jours ouvrés. La banque lui facturera donc : Le coût du découvert non autorisé sur 10 jours, calculé de la manière suivante : ([10 10 jours] 360) 18 % = 0,05 Coût du découvert Nombre de jours de découvert Nombre de jours bancaires dans l année Taux annuel du découvert non autorisé 17

18 À ce découvert, la banque ajoute une commission d intervention de 8,50. Le coût total du crédit est donc de 8,55 pour 10 jours et pour 10, soit par an : (8,55 10 jours) 360 = 307,8 Coût total du découvert Nombre de jours de découvert Nombre de jours bancaires dans l année Soit en pourcentage annuel : 3 078% Le taux pratiqué ici par la banque dépasse très largement le taux d usure : il est donc illégal. La Cour ayant rappelé le droit, c est l ensemble des commissions qui, à leur niveau actuel, sont illégales et doivent donc être fortement réduites pour permettre au taux du découvert de repasser sous le taux d usure. Un arrêt suivi par les juridictions de proximité : la jurisprudence confirmée Aucune banque n a tiré les conséquences de cet arrêt de la Cour de cassation. Heureusement, en cas de litige entre un consommateur et sa banque, les juges basent souvent leur jugement sur cette jurisprudence pour donner raison au consommateur. Voici trois jugements récents sur le sujet, issus de la juridiction de proximité de Bayonne : Il apparaît ainsi que les juges prennent de mieux en mieux en compte cette jurisprudence Pourquoi alors les banquiers continuent-ils à pratiquer cette commission d intervention, qui dans les faits est illégale? Pour mieux le comprendre, nous avons demandé directement aux employés de banque. 3. Une tarification abusive au vu des coûts réels de traitement Pour cette partie de l étude, nous avons mené une série de 15 entretiens qualitatifs avec des chargés de clientèle et des directeurs d agence de différents réseaux bancaires pour mieux comprendre comment les incidents de paiement carte bancaire sont pris en charge, et quels sont le rôle et la perception des agences bancaires dans ce processus. 18

19 Une automatisation massive du traitement des incidents Contrairement aux autres moyens de paiement (chèque, virement), l agence a une très faible latitude d intervention en amont sur les incidents de carte bancaire. Les chèques, les prélèvements et les virements peuvent être suspendus quelques jours avant que l incident ne se produise, le temps que le compte retrouve si possible un solde normal. Ce n est pas le cas de la carte bancaire, car pour celle-ci, les paiements ne peuvent qu être acceptés du fait de la garantie de paiement au commerçant. Cette garantie de paiement fait de la carte bancaire un instrument de paiement risqué : les chargés de clientèle ne peuvent refuser un paiement par carte bancaire, même pour éviter que le client ayant effectué le paiement n aggrave sa situation financière. Cette situation est aggravée par le fait qu une très faible part des paiements par carte bancaire est contrôlée (cf. page 36). Description du processus d incident carte bancaire Nos entretiens avec les chargés de clientèle et directeurs d agence nous ont permis d identifier le processus suivi par la banque lors d un paiement par carte bancaire entraînant un incident de paiement, traitement que l on peut décomposer en quatre étapes. Étape 1 le paiement : le paiement par carte bancaire n est pas systématiquement contrôlé lors de l achat. Il peut donc passer alors même que le client n a pas la somme nécessaire sur son compte. Étape 2 le calcul du compte et la perception des frais : suite au paiement, le système informatique de la banque du client calcule le solde du compte. Si le compte dépasse son découvert autorisé, ce même système calcule les agios et commissions d intervention, prélevés dès que les mises à jour du compte du client sont effectuées, en général durant la nuit suivant l incident. Ce n est qu après cela que la banque informe l agence du client qu il est à découvert ou a aggravé son découvert. 19

20 Étape 3 le traitement de l agence : le lendemain de l incident, au matin, le chargé de clientèle constate l incident de paiement, lors de la revue quotidienne des nouveaux comptes en incident. À noter qu à ce moment-là, le mécanisme de prélèvement de la commission d intervention est déjà terminé. Le chargé de clientèle détermine alors : si la situation de son client est grave ou non ; si elle nécessite d appeler le client pour l informer ou obtenir des explications ; si elle nécessite la mise en œuvre de mesures plus ou moins coercitives pour le client. o Augmentation du découvert autorisé : mesure permettant au client de payer moins de frais, puisque son découvert autorisé est élargi La dérive de ce client est donc limitée. Mais la banque gagne moins d argent avec cette mesure, car le client ne paie plus d intérêt majoré ni de commission d intervention. C est une mesure commerciale. o Mesures conservatoires : baisse des plafonds de la carte pour empêcher le client de dériver, celui-ci ayant alors ses capacités de paiement diminuées. Cependant, cela n empêche pas la perception de commissions d intervention et de taux d intérêt majorés ; bascule de la carte de débit différé vers une carte à débit immédiat : cette mesure permet au client de voir tout de suite l incidence de ses paiements sur son compte. Mais la carte à débit immédiat multiplie les frais d incident payés par le client, au profit de la banque ; restitution de la carte ou changement pour une carte à autorisation systématique : mesure très sécurisante pour le client, car celui-ci ne peut plus faire de paiement audelà de son découvert. En revanche, la banque y perd beaucoup : plus de commissions facturées, ni de taux d intérêt majorés ; opposition interne à la banque : dès que le client fera un retrait ou une opération dans un DAB de sa banque, ou un paiement sur un terminal commerçant fourni par sa banque, la carte sera capturée. Cette décision n a qu une incidence très modérée sur le client, car il peut toujours effectuer des paiements sur tout terminal dépendant d une autre banque et il continuera ainsi à payer de nombreux frais. o Mesures coercitives : elles sont de deux ordres : opposition interbancaire : reprend le principe de l opposition interne, sauf qu elle s applique à toutes les banques. Dès que le client fait une opération sur un DAB ou un paiement commerçant, la carte est avalée ou bloquée. Cette décision empêche donc le client de dériver, mais sa banque perdra les revenus issus des commissions et des dépassements de découvert que le client aurait fait sans opposition sur sa carte ; déclaration au FCC de la Banque de France pour usage abusif : c est la décision la plus extrême, qui empêchera le client d utiliser sa carte, mais sera lourde de conséquences administratives et financières pour lui, car il devra notamment payer des frais de fichage et de défichage. Étape 4 le traitement de l éventuelle décision : une fois que le chargé de clientèle a pris sa décision, la suite du traitement (envoi des courriers, inscription aux fichiers de la banque de France, par exemple) est également totalement automatisée. Cette décision sera également facturée au client. Il est à noter que beaucoup de chargés de clientèle connaissent très mal les conséquences de leurs décisions : conséquences opérationnelles (suite du processus) ; conséquences administratives (courriers envoyés, déclarations effectuées) ; conséquences financières (frais) de ces incidents pour le client. Par exemple, les chargés de clientèle utilisent la mise en opposition de la carte pour tenter de bloquer l activité du client et l obliger à reprendre contact avec l agence. Ils ne se rendent pas compte que cette opposition entraîne ensuite automatiquement le fichage de ce client, source de procédures administratives lourdes et de frais élevés pour lui. 20

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

UFC-Que Choisir de Bretagne

UFC-Que Choisir de Bretagne Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Bretagne Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Rennes Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Rennes Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE 1 ER AOÛT 2014 1 ER AOÛT 2014 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Bien utiliser votre carte

Bien utiliser votre carte LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 16 Bien utiliser votre carte Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 FINANCE ISLAMIQUE Conditions et tarifs 2011 C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 Sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 FONCTIONNEMENT DU COMPTE 4 SUIVI DU COMPTE 4 INFORMATIONS ET DOCUMENTS 5 MOYENS

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 19/10/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 Depuis 2003, l Observatoire établit des statistiques de fraude sur les cartes de paiement de type «interbancaire» et de type «privatif», sur la base de données recueillies

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Communiqué de presse Nos très chères banques

Communiqué de presse Nos très chères banques Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Conseil national de l information statistique

Conseil national de l information statistique Conseil national de l information statistique Commission Système financier et financement de l économie Accessibilité et inclusion bancaire 25 septembre 2014 1 Pourquoi la Croix-Rouge française s occupe-t-elle

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Sondage complémentaire de l étude

Plus en détail

FRAIS BANCAIRES : 7 PROPOSITIONS A BERCY POUR EN FINIR AVEC LES EXCES TARIFAIRES

FRAIS BANCAIRES : 7 PROPOSITIONS A BERCY POUR EN FINIR AVEC LES EXCES TARIFAIRES FRAIS BANCAIRES : 7 PROPOSITIONS A BERCY POUR EN FINIR AVEC LES EXCES TARIFAIRES Enjeux : les frais bancaires, un marché de plus de 15 milliards d euros La banque de détail a représenté en 2009, 65% du

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 15/01/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Fragilité financière : une offre spécifique Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Fragilité financière : une offre spécifique sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

B. Le rapprochement bancaire

B. Le rapprochement bancaire D autres signataires peuvent éventuellement être désignés mais il n est pas prudent de multiplier inconsidérément le nombre de personnes habilitées à effectuer des règlements sur le compte du comité d

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er juin

Plus en détail

I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT

I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT LE COMPTE DEPOT I. GESTION DE VOTRE COMPTE DEPOT HSBC Ouverture de compte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Clôture de compte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Frais de tenue et de fonctionnement de compte 0.50 si >à 15 maxi 30 trimestre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Le compte chèque jeune monabanq.

Le compte chèque jeune monabanq. - 1 - Le compte chèque jeune monabanq. Découvrez notre offre dans son intégralité : 0810 002 001 (N Azur, prix d un appel local depuis un poste fixe, de 8h à 22h en semaine et de 8h à 20h le samedi). Principaux

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

CONDITIONS ET TARIFS Produits et Services pour les entreprises Janvier 2009

CONDITIONS ET TARIFS Produits et Services pour les entreprises Janvier 2009 CONDITIONS ET TARIFS Produits et Services pour les entreprises Janvier 2009 sommaire FONCTIONNEMENT DU COMPTE P.1 SUIVI DU COMPTE P.1 INFORMATIONS ET DOCUMENTS P.1 MOYENS DE PAIEMENT Cartes Bancaires Chèques

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013

Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013 Petites assurances, grosses dépenses! UFC-Que Choisir de la Côte-d Or, Mai 2013 Les assurances accessoires, un sujet d actualité Projet de loi consommation contenant un volet assurance Notamment des propositions

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES COMPTE BANCAIRE BforBANK Au 26 mai 2015 Retrouvez l ensemble de nos tarifs sur www.bforbank.com SOMMAIRE 1 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 5 OFFRES GRPÉES DE SERVICES 2 VERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

AVENANT AUX PRIX DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES DE VOTRE BANQUE

AVENANT AUX PRIX DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES DE VOTRE BANQUE AVENANT AUX PRIX DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES DE VOTRE BANQUE au 1 er novembre 2012 Dans le cadre de l évolution de notre système d information en novembre prochain, cet avenant a pour objet de

Plus en détail

FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS

FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS FRAIS BANCAIRES/ COMMISSIONS COMMERÇANTS POSITION DE LA CGPME Posséder un compte bancaire professionnel est aujourd hui une obligation pour les dirigeants d entreprises. En effet, l article L. 123-24 du

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE)

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Dans le but de vous faciliter la lecture de ses barèmes tarifaires, la

Plus en détail

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Tarifs & Conditions de Banque Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Frais de gestion et tenue de compte Ouverture de compte chèque Délivrance de chéquier Ouverture de compte épargne

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Mars 2007

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Mars 2007 011 N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES Nouvelle édition Mars 2007 Sommaire 2 4 6 10 11 12 16 20 N émettez pas de chèque sans provision Qu est-ce que la provision et pourquoi

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 11 N émettez pas de chèque sans provision Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Compte Supplétis. Comment me servir au mieux de mon Compte Supplétis? Guide mémo Juin 2008. suppletis_v2.indd 1-2 15/05/08 11:09:10

Compte Supplétis. Comment me servir au mieux de mon Compte Supplétis? Guide mémo Juin 2008. suppletis_v2.indd 1-2 15/05/08 11:09:10 Q U O T I D I E N Compte Supplétis 06/2008 - LO 1137 - Edité par Crédit Agricole S.A. - 91-93 bd Pasteur, 75015 - Capital social : 5 009 270 616-784 608 416 RCS Paris - Illustrations : Cyrille Berger -

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS

ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS BARÈME ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER SEPTEMBRE 2013 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) V2 1 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE > Ouverture,

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1147 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste reçu le 31 juillet 2013 relatif aux offres

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Nouvelle édition valable à compter du 28 avril 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

Document d information des prêts du Crédit Foncier

Document d information des prêts du Crédit Foncier Document d information des prêts du Crédit Foncier Valable à compter du 20 février 2012 Ce document vous est remis dans le cadre de l acquisition de votre résidence principale. Ce document a pour objectif

Plus en détail

La banque au quotidien. En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires

La banque au quotidien. En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires La banque au quotidien En savoir plus sur les tarifs, produits et services bancaires Le présent guide est exclusivement diffusé à des fins d information du public. La reproduction totale ou partielle des

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Vivre sans chéquier : la GPA

Vivre sans chéquier : la GPA JANVIER 2013 N 21 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Vivre sans chéquier : la GPA Gamme des moyens de Paiement Alternatifs Ce mini-guide

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010)

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010) Etude comparative des frais bancaires usuels (mai 2010) En novembre 2008, l ULC avait réalisé une étude destinée à comparer les frais bancaires usuels appliqués par six banques luxembourgeoises. Le même

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Nancy

Tarifs et mobilité bancaire. UFC-Que Choisir de Nancy Tarifs et mobilité bancaire UFC-Que Choisir de Nancy Une double actualité sur la banque 1 - Frais : Rapport de la Commission Européenne sur les frais bancaires : fin septembre 2009 Rapport Pauget/Constans

Plus en détail

MON COMPTE AU QUOTIDIEN

MON COMPTE AU QUOTIDIEN MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION JANVIER 2011 UNE RELATION FONDÉE SUR LA CLARTÉ EST LE GAGE DE VOTRE CONFIANCE ET DE VOTRE FIDÉLITÉ. Pour

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 23 JUIN 2005 RELATIF À LA COUVERTURE

Plus en détail

DE VOTRE BANQUE PRODUITS &SERVICES PRIX DES PRINCIPAUX APPLICABLES À PARTIR DU 1ER MAI 2015 - TARIFS TTC

DE VOTRE BANQUE PRODUITS &SERVICES PRIX DES PRINCIPAUX APPLICABLES À PARTIR DU 1ER MAI 2015 - TARIFS TTC AVENANT CET AVENANT A POUR OBJET PRINCIPAL DE PRÉSENTER LES NOUVEAUX SERVICES ET LES CHANGEMENTS DE PRIX DE LA PLAQUETTE PRIX DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES DE VOTRE BANQUE AU 1 ER OCTOBRE 2014 PRIX

Plus en détail

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13 Sommaire AXA Banque se réserve la possibilité de facturer toute opération ayant généré un coût spécifique et en informera préalablement le Client. Toute mesure d ordre législatif ou règlementaire ayant

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Relevé de mai 2009 Le coût des services bancaires La a Maison de la consommation et de l environnement a enquêté auprès des banques présentes en Ille-et et-vilaine. Sur 11 établissements interrogés, 9

Plus en détail

pourquoi faire confiance aux banques

pourquoi faire confiance aux banques parlons CLAIR pourquoi faire confiance aux banques parlons CLAIR Des questions se posent, des réponses s imposent. Parlons clair est une collection de livrets destinés à donner des explications simples

Plus en détail

La gestion de la liquidité dans TARGET2

La gestion de la liquidité dans TARGET2 La gestion de la liquidité dans TARGET2 INTRODUCTION Dans un RTGS (Real-Time Gross Settlement system), les transactions sont réglées en monnaie centrale, de façon continue, sur une base brute. Ce type

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Synthèse de Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires ENTREPRENEURS ET PROFESSIONNELS LIBÉRAUX Votre Chargé d Affaires se tient à votre disposition pour vous apporter toute information complémentaire. Ou connectez-vous sur www.bnpparibas.net/entrepros BNP

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 er JUILLET 2015 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE OUVERTURE TRANSFORMATION CLOTURE Ouverture d'un compte avec remise de la Convention

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Le Bus TM Libellule Eurybus Tra nsport scolaire Monbeecycle Cocci CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1 Objet 1.1 Les présentes conditions générales de vente ont pour objectif de définir précisément les modalités

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES Article 1 - Description du produit 1.1 Champ d application Le carnet de billets TER illico ENTREPRISES est souscrit par

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

EN BREF. Convention PriviLège. La convention de relation sur mesure, dédiée aux Professions Libérales, pour faciliter votre gestion au quotidien.

EN BREF. Convention PriviLège. La convention de relation sur mesure, dédiée aux Professions Libérales, pour faciliter votre gestion au quotidien. Convention PriviLège La convention de relation sur mesure, dédiée aux Professions Libérales, pour faciliter votre gestion au quotidien. EN BREF La Convention de Relation PriviLège vous offre un choix de

Plus en détail

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s 024 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale SHERLOCK S GESTION La Gestion de la caisse Présentation générale Version 01/2009 1/11 1-LES OUTILS DE GESTION DE CAISSE... 3 2-SHERLOCK S GESTION... 3 3-SHERLOCK S OFFICE SERVER... 4 4-LES OPÉRATIONS DE

Plus en détail

Bien utiliser votre carte

Bien utiliser votre carte 016 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien utiliser votre carte LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF 18 rue La Fayette 75009 Paris cles@fbf.fr Nouvelle édition

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail