UROLOGIE Cours DCEM2 Synthèse. Pr. Olivier BOUCHOT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UROLOGIE 2011-2012. Cours DCEM2 Synthèse. Pr. Olivier BOUCHOT"

Transcription

1 UROLOGIE Cours DCEM2 Synthèse Pr. Olivier BOUCHOT

2 Item 29 Stérilité Masculine Définition L infertilité dans un couple est définie pat l absence de grossesse après 18 mois de rapports non protégés. Elle peut être primaire (jamais de grossesse au préalable) ou secondaire. Epidémiologie Environ 20% des couples en France : 15% sont hypofertiles et 5% stériles. L homme est seul en cause dans environ 20% des cas de, et une cause est retrouvée chez les 2 partenaires dans 40% des cas. Etiologies masculines Oligo-asthéno-tératospermie (OATS) : Ce terme traduit un faible nombre de spermatozoïdes (SPZ) dans l éjaculat, avec une faible mobilité et vitalité, et un fort pourcentage de formes anormales. Azoospermie = Absence totalement de SPZ dans l éjaculat. Modificateurs de la fertilité La fécondabilité d un couple pour un cycle donné est de à 0,25 en moyenne (donc il faudrait 4 cycles en moyenne pour concevoir) Les modificateurs sont : Temps : par les couples inféconds vus en moyenne après 2 ans d infertilité, 43% auront une grossesse dans l année qui suit, et 64% dans les 3 ans. Il ne faut donc pas se précipiter si l on ne retrouve pas de cause évidente à l absence de grossesse. Age : la qualité des SPZ décroît après ans, mais variable. Environnement : certains éléments peuvent diminuer la fécondabilité comme les pesticides, les radiations, les métaux lourds, les sources de chaleur, le stress. Facteurs pathologiques : antécédent de cryptorchidie, infections génitales, traumatisme ou torsion testiculaire, traumatismes médullaires, varicocèle. Iatrogénie : o Traitements médicaux : chimiothérapie, stéroïdes, quelques antibiotiques ; o Traitements chirurgicaux : chirurgie du canal inguinal (abaissement testiculaire, hernie inguinale), chirurgie de l épididyme (ablation de kyste de l épididyme), antécédent de vasectomie. Consultation masculine pour une stérilité de couple L objectif est de rechercher s il existe ou non une cause masculine clinique à l infertilité. Interrogatoire : - Les ATCD personnels (infection connue) : cryptorchidie et son traitement, pulmonaire (dilatation des broches, sinusite chronique. mucoviscidose),. - Existence d une maladie générale et les traitements en cours - Existence d un problème infectieux récent (dans les 3 à 6 mois) - Profession (chaleur, toxiques), et habitus personnel (tabac, alcool, drogues) - Age de la partenaire et ATCD (gynécologie, grossesse antérieure). Il importe de savoir si un bilan a été réalisé. - Les habitudes sexuelles : fréquence des rapports, lubrifiants (spermicides), troubles de l érection et/ou de l éjaculation. Examen clinique Organes génitaux externes Pénis : existence d une courbure en érection, plaque de fibrose, position du méat (hypospade) ;

3 Testicules : taille (normale, hypotrophie, atrophie), consistance (ferme ou molle) ; Epididymes : dilatation de la tête de l épididyme, présence de kystes ou de nodules ; Canaux déférents : présents ou absents Recherche d une varicocèle gauche en position debout Toucher rectal Imprégnation androgénique : pilosité, gynécomastie. Suite à cette consultation, un spermogramme sera demandé systématiquement. - Réalisation : dans un laboratoire de biologie après 3 jours d abstinence ; - Variables analysées o Volume de l éjaculat : normal 2 à 5 ml ; o Numération des SPZ : normale 20 millions/ml ; o Mobilité des SPZ : normale > 50% o % de formes normales : normale > 50% Si ce spermogramme est normal ou montre des anomalies mineures, avec un examen clinique normal, demander un test post-coïtal de Hühner. Ce test permet d étudier le comportement des SPZ dans les sécrétions génitales féminines. Si le spermogramme est anormal, faire un nouveau spermogramme 3 mois plus tard. Si le 2 spermogramme confirme les anomalies, il existe une cause masculine à l infertilité. Azoospermie (sur 2 spermogrammes) Azoospermie et volume éjaculat < 1 ml : Les causes sont : Agénésie bilatérale des canaux déférents : diagnostic par la clinique avec absence des déférents à la palpation, dilatation tête de l épididyme, et des testicules normaux en taille et en consistance. Ejaculation rétrograde : dans cette situation, l éjaculat part dans les urines intravésicales. Le diagnostic et le recueil des SPZ se feront par la recherche de SPZ lors d une miction avec autoconservation des SPZ. Sténose des canaux éjaculateurs (rares): en cas d absence de SPZ dans les urines, dosage du fructose dans l éjaculat (le fructose produit par les vésicules séminales est abaissé en cas de sténose). Obstacle déférentiel ou épididymaire : dans ce cas de taux de fructose dans l éjaculat est normal. Azoospermie et volume éjaculat > 1 ml Dans ce cas, prévoir un bilan hormonal associant : dosage de la testostérone totale sérique dosage de la FSH sérique : - si FSH élevée : atteinte testiculaire - si FSH basse : atteinte hypothalomo-hypophysaire - si FSH normale : atteinte testiculaire primitive ou obstructive post-testiculaire Causes pré-testiculaires = endocriennes (rares) Syndrome de Kallmann- de Morsier : déficit congénital en LH et FSH ; Tumeurs hypophysaires (dosage de la prolactine). Causes testiculaires (60%), secondaires à une absence ou à un arrêt de la spermatogénèse Cryptorchidie uni- ou bilatérale ; Acquises : orchite ourlienne, chimiothérapie ; Syndrome de Klinefelter associé à un caryotype 47 XXY Autres anomalies chromosomiques. Causes post-testiculaires (40%) Inflammatoires infectieuses (chlamydia, gonocoque)

4 Vasectomie Chirurgie antérieure du canal inguinal Dans tous les cas d azoospermie, proposition au patient d une exploration scrotale pour confirmer le diagnostic. Tentative de prélèvement de SPZ soit au niveau épididymaire en cas d obstruction, soit au niveau testiculaire dans les autres cas. Ce recueil de SPZ est soumis à une autorisation Ministérielle nominative, ne pouvant être réalisée que dans des centres agrées. En cas de présence de SPZ, proposition au couple d un Aide Médicale à la Procréation (AMP, FIV ou FIV-ICSI). Tentative de rétablissement de la continuité déferentielle en cas d obstruction, en particulier après vasectomie ou ATCD de chirurgie du canal inguinal» OATS L examen clinique permet d identifier une varicocèle, le plus souvent gauche. Un traitement chirurgical ou radiologique (oblitération de la veine spermatique G) sera proposé pour améliorer la qualité de l éjaculat. En son absence, demander une spermoculture : recherche de leucocytes dans le sperme ; si leucocytes élevés, traitement antibiotique sur 3 semaines (fluro-quinolones). Sinon, proposer une AMP après auto-conservation de SPZ.

5 ITEM 89 Infections génitales de l homme Ecoulement urétral Orchi-épididymites aigues On distingue 3 entités : - L épididymite : inflammation de l épididyme, unilatérale, entrainant douleur, œdème et fièvre. Elle est le plus souvent d origine bactérienne. - L orchite : inflammation du testicule, le plus souvent d origine virale (orchite ourlienne). Le tableau est généralement bilatéral car ce sont les signes généraux de la virose qui prédominent, l orchite étant une complication de la virose. - L orchi-épididymite : inflammation de l épididyme et du testicule (épididymite compliquée d une orchite). Eléments-clés Toute douleur testiculaire est une torsion du cordon spermatique jusqu à preuve du contraire, même en présence d une fébricule. Le diagnostic est clinique : inflammation du scrotum (douleur, chaleur, rougeur, œdème) avec une fièvre et absence de signes de torsion du testicule. Le TR doit être systématique, à la recherche d une prostatite associée. L ECBU est indispensable. Le traitement repose sur l antibiothérapie d au moins 15 jours. Hospitalisation dans les formes compliquées (abcès, septicémie). Le pronostic est bon, mais une chronicisation est possible si le traitement est mal conduit. CLINIQUE Interrogatoire Le début est rapide (rarement brutal) et associe : Douleurs scrotales unilatérales remontant le long du cordon ; Syndrome septique : fièvre élevée (>38,5 C) et fri ssons ; Parfois un iléus avec nausées et vomissements Recherche d un contexte évocateur : signes d urétrite ou de prostatite dans les jours précédents, ou geste urologique récent (sondage, endoscopie, chirurgie). Examen clinique Signes inflammatoires : peau scrotale œdémateuse, luisante et chaude ; épididyme augmenté de volume et très douloureux au niveau de la queue ou dans sa totalité ; hydrocèle réactionnelle pouvant gêner l examen. Signes locaux associés : cordon spermatique douloureux, noyau dur distinct du testicule au niveau de la queue de l épididyme. Recherche d une complication : orchi-épididymite sous la forme d une volumineuse masse, abcédation, ou fonte purulente du testicule et fistulisation à la peau. Recherche étiologique : o Urétrite : surtout chez l adulte jeune, par propagation d une infection urétrale par voie rétrograde (urètre, ampoule déférentielle, déférent, puis épididyme). Les germes

6 impliqués sont ceux des maladies sexuellement transmissibles (MST) : Chlamydiae trachomatis, Neisseria gonorrhoeae (gonocoque), Mycoplasma hominis o Prostatite : le TR est obligatoire. Les germes responsables sont les entérobactéries : Escherichia Coli +++, Proteus mirabilis, Enterococcus faecalis, plus rarement Pseudomonas aeruginosa. o Plus rares : Oreillons (atteinte bilatérale des testicules sans épididymite), médicamenteuse (Cordarone dose > 200 mg/j), tuberculeuse (atteinte de la tête et de la queue de l épididyme), bilharziose (recherche d une hématurie). DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS Devant toute douleur du testicule, il faut éliminer : 1. Une torsion du cordon spermatique ++++ o Urgence chirurgicale (< 6 h) chez l adolescent ou adulte jeune. o Douleur brutale en coup de poignard (l heure peut être précisée) ; o Testicule ascensionné et rétracté à l anneau inguinal ; o Pas de signe inflammatoire à la phase initial, pas de fièvre. 2. Un cancer du testicule ++++ o Y penser systématiquement, si le traitement antibiotique ne fait pas régresser les signes cliniques rapidement. 3. Un traumatisme scrotal : notion de traumatisme, pouvant présenter des signes inflammatoires si vi tardivement. L échographie permet un bilan des lésions. 4. Une hernie inguino-scrotale (éventuellement étranglée) : o Aspect irrégulier de la bourse, bruits intestinaux, anneau inguinal perçu en cas de réduction de la hernie. EXAMENS COMPLEMENTAIRES Biologie o CRP et NFS o ECBU+++ o Hémocultures si frissons et fièvre > 38 5 o Prélèvement urétral si signes d urétrite o Si suspicion de MST : rechercher VIH, syphilis, hépatite B (après accord du patient) Radiologie o le diagnostic étant clinique, aucun examen radiologique n est nécessaire. Seule l échographie testiculaire peut être utile en cas de complication (abcès). TRAITEMENT o MST : o Chlamydia : Cycline ou Macrolide ou Ofloxacine pour 10 à 14 jours ; o si suspicion de Gonocoque associé : Cefriaxone 500 Mg IM dose unique ou Spectinomycine 2g IM dose unique o Traiter les partenaires o Germe banal o Ofloxacine ou C3G pendant 2 à 3 semaines o Puis selon l antibiogramme o Exceptionnellement : o BK Évolution o o Le plus souvent favorable Épididymite bilatérale : Risque de stérilité

7 o Abcédation : Fièvre persiste malgré AB Risque de fistulisation cutanée Traitement chirurgical : orchi-épididymectomie o Fistulisation Gangrène de Fournier : Cellulite toxique et nécrosante mettant en jeu le pronostic vital. Traitement de première intention : excision de tous les tissus nécrotiques Rechercher une cause : Manœuvre endoscopique. Sténose urétrale Sondage urinaire

8 ITEM 89 Infections génitales de l homme Ecoulement urétral La Prostatite aiguë La prostatite aiguë est une infection/inflammation de la prostate, survenant, le plus souvent, chez un homme présentant soit une obstruction sous vésicale (maladies de la prostate, sténose de l urètre, phimosis serré), soit une infection de voisinage (infection urinaire, chirurgie urologique récente, sondage urétral, PB de la prostate, immunosupression). Cet obstacle est responsable d une stase urinaire qui va être colonisée par des bactéries. Celles-ci vont alors coloniser la prostate, entrainant une prostatite. La survenue de cette infection majore les signes obstructifs urinaires et provoquent des signes irritatifs. Maladie de l adulte, exceptionnelle chez l enfant. Eléments clés Devant toute infection urinaire fébrile chez l homme, une prostatite aiguë doit être recherchée. Les signes cliniques sont des symptômes mictionnels et la fièvre. Le diagnostic, suspecté par le TR, est confirmé par l ECBU. Le traitement a pour base l antibiothérapie sur les entérobactéries. La surveillance clinique et bactériologique est indispensable car récidives fréquentes et complications possibles (abcès intra prostatique, rétention d urine). C est une urgence, mais le pronostic est globalement favorable si le traitement est efficace. CLINIQUE Il s agit généralement d un homme de plus de 40 ans, se présentant avec un tableau septique, des troubles mictionnels, et un TR très douloureux. Tableau septique à début brutal associant : fièvre > 38,5 C (souvent à 40 C), fris sons, sueurs, asthénie, myalgies, céphalées. Présence de troubles mictionnels o Symptômes irritatifs : pollakiurie diurne et nocturne, impériosité mictionnelle, brulures o mictionnelles ; Symptômes obstructifs sous vésicaux : dysurie, miction en 2 temps, sensation de mauvaise vidange vésicale, parfois incontinence liée à des mictions par regorgement. Autres signes possibles (liés à l inflammation) : douleurs périnéales, ténesme rectal, hématurie initiale. Recherche de facteurs de risque de prostatite aiguë : sondage ou chirurgie urologique récente, immunodéprimé, pathologie urologique connue. A l examen clinique : Le TR ++++ doit être prudent et retrouve une prostate inflammatoire, très douloureuse, chaude, augmentée de volume car œdématiée. Recherche également d une complication à type d abcès (aspect mou et rénitent dans une partie de la prostate). Recherche d un globe vésical (matité hypogastrique, sus-pubienne à la percussion). DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS

9 Sont nombreux, mais en général le diagnostic de prostatite aiguë est évident et peu de confusion est possible. Ces pathologies peuvent être associées à la prostatite ; - Urétrite - Orchi-épididymite aiguë - Cystite aiguë - Pyélonéphrite aiguë - Appendicite aiguë, sigmoïdite aiguë - Poussées évolutives d une HBP (souvent de traitement identique à la prostatite) - Prostatodynies (douleurs prostatiques ou pelviennes chroniques aseptiques) - Cystite interstitielle EXAMENS COMPLEMENTAIRES Examens biologiques ECBU +/- hémocultures sont systématiques. Les prélèvements sanguins sont souvent peu utiles car normaux, ils n éliminent pas le diagnostic. ECBU ++++ indispensable De préférence sur les premières urines du matin après un TR, mais sera réalisé dès que le patient consultera (il n est pas question d attendre le lendemain matin). Fait le diagnostic d infection urinaire : leucocyturie > 10 4 par ml, et numération des germes > 10 5 germes par ml. Attention de ne pas réaliser de massage prostatique dans les formes aiguës car risque de décharge septique avec choc septique. Le massage est réservé aux formes chroniques ou formes subaiguës lorsque l ECBU est stérile. Prélèvements sanguins - Hémocultures systématiques si T > 38,5 C, frisson s ou hypothermie. - Syndrome inflammatoire biologique (non indispensable) : hyperleucocytose à PN, VS augmentée, CRP augmentée. - Le dosage du PSA n est pas utile dans cette phase aiguë, car augmenté par l infection. Il sera fait à distance de l épisode aiguë. Examens radiologiques (peu d intérêt dans les formes aiguës) Echographie prostatique o Inutile au diagnostic d une forme aiguë o Utile si suspicion d une complication, mais seulement par voie sus-pubienne (voie endorectale à proscrire car identique au massage prostatique) : o Abcès prostatique : si suspicion clinique ou mauvaise réponse au traitement de 1 intention o Mauvaise vidange vésicale afin de mesurer le résidu post-mictionnel TDM ou IRM sont inutiles (l échographie suffit) TRAITEMENT C est une urgence thérapeutique. L hospitalisation est nécessaire dans les formes sévères ou lorsque le traitement per os n est pas possible. Antibiothérapie Après prélèvements bactériologiques (ECBU et hémocultures) ; Débutée sans attendre les résultats bactériologiques, mais adaptée secondairement à l antibiogramme ;

10 A doses efficaces sur les germes les plus fréquents : les entérobactéries ; A bonne diffusion prostatique : Monothérapie per os : fluoroquinolones (ofloxacine Oflocet 200 mg, ciprofloxacine Ciflox 500 mg) ou cotrimoxazole (Bactrim ) Dans les formes sévères, Bithérapie en IV : aminoside (Netromycine 3mg/kg/j) pour 48 heures et, soit FQ soit céphalosporines de 3 génér ation (ceftriaxone Rocéphine 2 g/j) ; De durée suffisante : FQ 4 à 6 semaines En dehors des contre-indications. Antalgiques Il s agit d un traitement antalgique classique +/- associé à des anti-inflammatoires : Paracétamol (Dafalgan ) : 1 gr x 3/jour +/- tramadol (Togalgic LP 150) 1 cp x 2/jour +/- anti-inflammatoire (Biprofenid 150) : 2 cps/jour/10 jours, contre-indiqué dans les formes sévères car risque de diffusion infectieuse. Assurer une bonne vidange vésicale Alpha-bloquant +/- anti-inflammatoire (Biprofenid 150) : 2 cps/jour/10 jours, même contre-indication +/- dérivation urinaire par Cathéter sus-pubien (en cas de rétention d urine ou dysurie importante avec résidu post-mictionnel) Le sondage urétral est contre-indiqué car (1) risque de décharge septique lors de la pose, (2) efficacité moins importante de l antibiothérapie et majoration du risque de complications. Repos et mesures associées - Repos au lit et diminution de l activité physique pendant 6 semaines ; - Abstinence sexuelle ou rapports protégés ; - Si difficultés rectales (en rapport avec l inflammation) : nacrogol 4000 (Forlax ) : 1 à 3 sachets/jour. A distance, traitement étiologique Il faut traiter la cause de l infection urinaire. Le plus souvent, obstacle sous-vésical type HBP ou sténose urétrale. EVOLUTION Le plus souvent, guérison de l épisode Parfois : Abcès prostatique : hospitalisation, drainage de l abcès par ponction sous AG et échographie endorectale, et prélèvement bactériologique. Elargir l antibiothérapie aux germes anaérobies : Clindamycine (Dalacine ) 900 mg/8 heures IV ou 300 mg/8 heures per os. Récidive et évolution vers la prostatite chronique

11 ITEM 89 Infections génitales de l homme Ecoulement urétral Ecoulement urétral Traduit l existence d une urétrite d origine le plus souvent sexuelle (MST) Les germes principalement en cause sont: Chlamydiae trachomatis (en augmentation) Neisseria gonorrhoeae (incidence stable) Cliniques différentes Gonocoque Chlamydia Début Aigue Torpide Incubation 3 à 10 jours 7 à 40 jours Écoulement Important, épais et purulent Minime, clair et surtout matinal Troubles mictionnels Fréquents Rares et discrets Rechercher un épisode contaminant : Chlamydia plus fréquent chez hétérosexuels Gonocoque chez homo- et bisexuels Rechercher atteinte associée : épididymite, prostatite, conjonctivite Diagnostic bactériologique Examen direct, mise en culture et PCR ; Prélèvement urétral par écouvillonnage Gonocoque : Diagnostic souvent à l examen direct : Diplocoque en «grains de café» Gram négatif Chlamydiae : Examen de choix = PCR sur prélèvement urétral ou sur premier jet d urine. La sérologie a peu d intérêt. Traitement Gonocoque o o Traitement minute très efficace en dose unique: Cefriaxone : 500 Mg en IM ou Spectinomycine 2g en IM Autres possibilités PO : Amoxicilline 3g + Probénécide 1g ou Ofloxacine 800mg Chlamydiae o Pas de traitement minute o AB à diffusion intra-cellulaire : Cycline : Doxycycline 200mg/j Macrolide : Erythromycine 2g/j

12 Ofloxacine : 400mg/j Si suspicion d association des 2 germes : Cefriaxone uni dose 1g IM plus Ofloxacine 400mg/j pendant 8 jours Mesures complémentaires : Abstention sexuelle les premiers jours Rapports protégés jusqu à fin du traitement Traitement des partenaires +++ Évolution Souvent vers la guérison Rarement sténose urétrale Si récidive : o Observance du traitement o Traitement partenaire non fait o Association Gono-Chlamydiae passée inaperçue

13 ITEM 93 Pyélonéphrite Aigue Infections urinaires de l enfant et de l adulte Leucocyturie Infection bactérienne du haut appareil urinaire avec atteinte du parenchyme rénal (la présence d une fièvre signe l atteinte parenchymateuse) et du système collecteur du rein (bassinet). Plus fréquente chez la femme. Atteinte par voie ascendante et rétrograde (voie hématogène plus rare). Facteur de risque o o o o cystite (aiguë bactérienne symptomatique ou non) anomalie des voies urinaires : reflux vésico-urétéral, dilatation des cavités pyélocalicielles, présence de calculs dans la voie excrétrice supérieure. vessie neurologique diabète, immunodépression Diagnostic Le plus souvent clinique : Douleur lombaire brutale unilatérale avec frissons et fièvre > Possible Choc septique sévère : rechercher obstacle sur voie excrétrice. Hyperleucocytose et CRP élevée ECBU positif avec antibiogramme, et Hémocultures positives ++++ (ECBU peut être négatif si rétention purulente sur obstacle complet d où l importance des hémocultures). Échographie rénale et ASP en urgence : recherche d une dilatation pyélo-calicielle homolatérale, et d un obstacle, pyélique ou urétéral, souvent lithiasique UroTDM : si doute diagnostic (sigmoïdite, abcès) ou pour visualiser un calcul non visible sur l ASP. La PNA = Lésion triangulaire hypodense parenchymateuse à la phase tardive sécrétoire en TDM. Traitement Débuter un traitement médical en urgence après ECBU mais sans attendre les résultats. Hospitalisation nécessaire si : Grossesse, enfant, patient > 65 ans ; Mauvaise tolérance clinique : fièvre > 39 C, risque de choc septique ; Vomissements ; Atcd urologique (uropathie connue) ; Co-morbidité significative ; PNA femme jeune non compliquée : o Monothérapie PO par Fluoroquinolone (FQ) ou C3G o Puis adaptée à antibiogramme o Durée : 8 à 10 jours PNA compliquée = Hospitalisation o Bi antibiothérapie par aminoside IV, 1 fois/j et FQ ou C3G IV o Si aminoside contre-indiqué, Cefriaxone IV et FQ Per Os o Relais per os après 48 heures d apyrexie par FQ per os o Durée : 2 voire 3 semaines La question : Obstacle ou non?? o Si l échographie montre la présence d une dilatation des cavités pyélocalicielles, ou si choc septique sévère : Urgence médico-chirurgicale Hospitalisation en Urologie et traitement médico-chirurgical en urgence Bi-antibiothérapie IV en urgence Drainage des urines en amont de l obstacle +++ et prélèvement bactériologique direct ;

14 Préférence pour Néphrostomie percutanée sous contrôle échographique et sous anesthésie locale. Possibilité de mettre en place une sonde urétérale ou une sonde double J, mais nécessite une anesthésie générale et risque de bactériémie et de choc septique plus élevé. o Obstacle traité à distance de l épisode aigu. Évolution Guérison = La règle Abcès : persistance ou ré-aggravation des signes cliniques. Intérêt de l Uro TDM+++ Pyonéphrose : Entité clinique à part et non évolution de la PNA. Le parenchyme est complètement détruit en amont d un obstacle : Drainage + AB puis néphrectomie. Cas particuliers o Choc sévère ou troubles digestifs : traitement IV o Insuffisance rénale aiguë ou chronique : Eviter aminosides, adapter posologie à la fonction rénale o Diabète ou immunodépression Bi voire Trithérapie de première intention o Femme enceinte : Hospitalisation et monitorage fœtal. C3G en IV puis ampicilline ou céphalosporine en fonction de l antibiogramme Durée : 15 jours Surveillance +++ par BU toutes les semaines Toute bactériurie doit être traitée PAS DE PROPHYLAXIE

15 Item Cancer de la prostate Epidémiologie Cancer le plus fréquent +++ chez l homme > 50 ans (rare avant 40 ans) : nouveaux cas par an en France en 2009, en augmentation constante. 2 cause de décès (8.870 par an en France en 2009) après le cancer du poumon. 10% des décès par cancer. Incidence en augmentation par le dépistage individuel (le dépistage de masse non autorisé) par association TR + PSA total : recommandée chez tous les hommes > 50 ans ; à partir de 45 ans dans les groupes à risque : o familial : 2 ATCD de cancer de prostate au 1 degr é (père ou frère) o ethnique : africains et antillais. Diagnostic Signe fonctionnels Dans la majorité des cas, ASYMPTOMATIQUE. Si présence de symptômes = cancer localement avancé ou métastatique : - signes irritatifs ou obstructifs sous-vésicaux, - douleurs osseuses (méta osseuse ++), - altération état général, anémie, - troubles neurologiques par compression médullaire, ou fracture pathologique. Clinique Le TR +++ : recherche un nodule dur, pierreux, irrégulier, non douloureux, perte du sillon médian. Mais le TR peut être normal (+++ dans les formes précoces), rarement prostate entièrement dure, parfois blindage pelvien. Palpation des fosses lombaires : gros rein. Palpation hypogastre : globe vésical. OMI et troubles neurologiques. Biologie Taux de PSA total sérique (nle < 4.00 ng/ml, Hybritech le plus répandu). Si PSA total entre 4 et 10 ng/ml, dosage du PSA libre et rapport PSA total / PSA libre. Si le rapport est < 10%, il y a 90 % de chance qu'il s'agisse d'un cancer. Si le rapport est > 30 %, il y a 94 % de chance qu'il s'agisse d'une HBP. Fonction rénale (créatininémie, clearance) Diagnostic positif (de certitude) = Examen anatomo-pathologique de biopsies de prostate (BP). Indications des BP chez homme > 50 ans, ou plus jeune si facteurs de risque (à discuter > 80 ans) : - TR anormal, quelque soit le taux de PSA total ; - TR normal et PSA total > 4,00 ng/ml ; - Si 1 série de BP négatives, faire PSA total et li bre à 3 mois. Si augmentation du PSA total ou rapport L/T < 20%, proposer une 2 série de BP. Technique des BP :

16 - sous antibiothérapie (risque de prostatite aiguë), après un lavement rectal et anesthésie locale ; - voie trans-rectale, échoguidées (sonde endo-rectale), 12 BP sont réalisées. Histologie : Adénocarcinome 90%, parfois carcinome neuro-endocrine. Score de Gleason : définit le degré de différentiation de la tumeur, basé sur l aspect des glandes. Facteur pronostique important. Evolution Cancer hormono-dépendant (androgènes) Tumeur primitive : zone périphérique de la prostate ++ (valeur du TR), sinon zone de transition (comme l adénome de la prostate). Mais les 2 peuvent cohabiter. Extension locale : franchissement de la capsule Extension régionale : - ganglions ilio-obturateurs, iliaques ; - organes de voisinage : col et trigone de la vessie (risque de dilatation urétérale ; si bilatérale et complète, anurie et I Rénale aiguë), rectum, urètre, paroi du petit bassin. Extension à distance : métastases osseuses ostéocondensantes ++ initialement sur le squelette axial (vertèbres, bassin, os longs, cotes). Bilan d'extension Echographie rénale si stade clinique T3 ou PSA > 20 ng/ml : recherche une urétérohydronéphrose (envahissement trigone vésical). Scintigraphie osseuse : recherche de métastase(s) osseuse(s) ostéocondensante(s). TDM abdominale pour recherche d'adénopathie si PSA > 10 ng/ml et si la scintigraphie osseuse est négative. Si doute, ou pour stadification, proposer un curage ganglionnaire ilioobturateur et iliaque avant une décision thérapeutique. Localement : TR, BP et valeur de l IRM endo-rectale pour rechercher une extension extracapsulaire. Class. TNM 2009 (seule à connaître): - T1 : tumeur non palpable (TR normal): o T1 a : < 5% des copeaux après RTU prostate o T1 b : > 5% des copeaux après RTU prostate o T1 c : découverte par biopsie si PSA anormal ; - T2 : tumeur limitée à la prostate (apex et capsule compris): o T2a: atteinte de la moitié d'un lobe; o T2b: atteinte > moitié d un lobe o T2c : atteinte des deux lobes; - T3 : extension au-delà de la capsule: o T3a: franchissement de la capsule; o T3b: extension 1 ou 2 vésicules séminales; - T4 : extension aux organes de voisinage; - N0 : absence de méta. ganglionnaires; - N1 : atteinte ganglionnaire régionale;

17 - M0 : pas de métastase à distance ; - M1 : présence de métastases à distance o M1 a: méta. aux ganglions non régionaux; o M1 b : os; o M1 c : autres sites. Traitement Les propositions thérapeutiques seront faites au patient et à son médecin traitant après discussion du dossier clinique en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) d Uro- Oncologie. Les propositions de la RCP tiendront compte : L âge, du performance status du patient Du bilan clinique : TR et PSA Du résultat des PB de Prostate : nombre de biopsies positives, longueur d envahissement par biopsie, score de Gleason, uni- ou bilatéralité de l atteinte néoplasique ; Du bilan d extension : scintigraphie osseuse, TDM et IRM prostatique. Stade localisé T1-T2, N0, M0 :. si espérance de vie < 10 ans: surveillance ou radiothérapie externe (voire hormonothérapie);. si espérance de vie > 10 ans: traitement curateur à type de prostatectomie totale ou curiethérapie par implants d iode 125, ou radiothérapie externe de conformation (plus de 70 grays en 7 semaines). Un curage ganglionnaire sera envisagé pour une meilleure stadification.. La curiethérapie est réservée au KP à faible risque d évolution (<T2b, PSA< 10, score de Gleason 6).. Le choix du traitement sera envisagé avec le patient, le médecin traitant, en exposant les complications possibles : o Après prostatectomie totale : impuissance, incontinence urinaire ; o Après curiethérapie et radiothérapie externe : troubles mictionnels irritatifs et obstructifs (sténose urétrale), impuissance à distance ; Stade T3 N0 M0 ou T2-3 N1 (un seul ganglion) M0 : Envisager un traitement curateur associant une hormonothérapie (± chimiothérapie) puis chirurgie ou radiothérapie externe. Stade T4 ou N+ ou M+ : traitement palliatif. Le traitement palliatif améliore la qualité de vie (retarde l apparition des symptômes, efficacité sur les douleurs), mais a peu d impact sur la survie spécifique.. L hormonothérapie est la 1 ligne de traitement p alliatif (Cf paragraphe Hormonothérapie). Une radiothérapie à visée antalgique sur les métastases osseuses douloureuses ou sur les métastases à risque de compression médullaire. Dans tous les cas, traiter les complications: - douleurs : antalgiques; - Compression médullaire par métastases osseuses : traitement neuro-chirurgical de décompression par laminectomie ; - anurie : drainer les cavités pyélo-calicielles par néphrostomie percutanée ; - Troubles urinaires obstructifs sous-vésicaux : RTUP; - Impuissance : injections intracaverneuses de prostaglandines; - Incontinence : rééducation, sphincter artificiel urinaire; - sténose de l'anastomose vésico-urétrale après prostatectomie radicale : résection ou urétrotomie endoscopique. Surveillance du traitement. PSA trimestriel pendant 1 an, puis semestriel pendant 4 ans, puis annuel;. scintigraphie osseuse en fonction de la clinique ou si le PSA augmente;. TDM abdomino-pelvienne, si suspicion de récidive locale avant radiothérapie.

18 Hormonothérapie L'adénocarcinome de prostate est androgéno-dépendant, mais cette hormono-sensibilité est transitoire dans le temps. Agonistes de la LH-RH (injection trimestrielle ou semestrielle) : o Stimulation initiale de la sécrétion de LH par l hypophyse puis diminution compétitive du nombre de récepteurs à la LH-Rh hypophysaire, d ou une baisse de la LH et de la testostérone (c est une castration médicale). o Réversible à l'arrêt du traitement. o Risque de flare up: poussée d'hyperandrogénie durant les 2-3 premières semaines, risque de poussée tumorale, donc associer un antiandrogène non stéroidien le premier mois (+++). o Médicaments : Décapeptyl LP, Enantone LP, Zoladex ; o Efficacité évaluée sur PSA à 3 mois, douleurs, état général. o Effets secondaires : perte de la libido, impuissance, bouffées de chaleur, ostéoporose à distance (la déminéralisation osseuse induite peut être prévenue par la perfusion de bophosphonates). o Echappement hormonal : ré-ascension du PSA++, douleurs osseuses en rapport avec une métastase, AEG, perte appétit, amaigrissement, anémie biologique. Antagoniste de la LH-RH (injection mensuelle) o Blocage direct de la sécrétion de la LH-RH o Absence de flare up initial (pas de nécessité d association à un anti-androgène) o Chute précoce de la testostéronémie. o Médicament : Firmagon o Efficacité évaluée sur PSA à 3 mois, douleurs, état général. o Effets secondaires : perte de la libido, impuissance, bouffées de chaleur. o Echappement hormonal : ré-ascension du PSA++, douleurs osseuses en rapport avec une métastase, AEG, perte appétit, amaigrissement. Anti-androgènes stéroïdiens : bloquent les récepteurs aux androgènes de la tumeur et de l'hypophyse. Utile en association avec un agoniste pour diminuer les bouffées de chaleur (Ex : Androcur ). Anti-androgènes non stéroïdiens : bloquent les récepteurs aux androgènes de la tumeur, n'agissent pas sur l'hypophyse. Peuvent être utilisés seuls dans les formes localement avancées ou en cas de maladie métastatique minime. o Le plus souvent, association avec un agoniste pour réaliser un blocage androgénique complet. o Médicaments : Eulexine, Anandron, Casodex. o Effets secondaires : gynécomastie ++. Œstrogènes : bloquent la production hypophysaire de LH, d'où diminution de la sécrétion d'androgènes par les testicules. EI: accidents thromboemboliques, gynécomastie. Peu utilisés en pratique courante Castration chirurgicale par pulpectomie. : simple, efficace, définitif, peu coûteux. Pose un problème psychologique. Hormono-résistance : après réascension du PSA ou nouvelle symptomatologie sous hormonothérapie, proposer l addition d une chimiothérapie de type Taxotere (Docétaxel ) ou de nouvelles lignes d hormonothérapie en essais cliniques (Abiraterone, MDV 3100).

19 Item Cancer du rein de l'adulte La découverte d une tumeur au sein du parenchyme rénal chez l adulte doit toujours faire évoquer un cancer du rein (carcinome à cellules claires ou rénales en particulier). Les tumeurs bénignes sont des diagnostics d élimination. Epidémiologie 3% des cancers de l adulte, 3 cancer de l apparei l urinaire après la prostate et les tumeurs urothéliales. En 2005 en France, nouveaux cas de cancer du rein par an, et décès spécifiques par an. Augmentation globale de l incidence et décroissance récente de la mortalité. Sexe ratio H/F = 2/1 Age moyen au diagnostic = 60 ans Facteurs de risque Maladie de Von Hippel-Lindau (VHL): phacomatose héréditaire autosomique dominante (mutation du gène VHL, bras court du chromosome 3) avec atteinte pluri-viscérale. Donne des tumeurs rénales malignes multifocales, le plus souvent bilatérales, de type carcinome à cellules rénales conventionnelles. Maladie à rechercher chez les sujets jeunes pouvant associer hémangioblastome du cervelet, de la moelle épinière ou de la rétine, des kystes bénins et tumeurs malignes du rein, tumeurs kystiques du pancréas, et des phéochromocytomes (surrénales). Une enquête génétique et familiale est indispensable. Forme familiale : très rare, multifocale, transmission autosomique dominante (translocation 3/8) Patients en hémodialyse : après 3 ans de dialyse, risque d apparition de tumeurs rénales multikystiques de type tubulo-papillaires. Profession : sidérurgie, solvants, pétrole et dérivés, amiante. Anatomie pathologique Macroscopiquement : tumeur siégeant dans le parenchyme, à développement exo-rénal, d'aspect nodulaire, vascularisée +++. Microscopiquement, les tumeurs malignes sont dans 90% des cas des carcinomes à cellules rénales conventionnelles : o carcinome à cellules claires (80 %) +++, développé à partir des cellules du tube contourné proximal, pouvant présenter des anomalies du gène VHL (sans présence de la maladie VHL) ; o carcinome papillaire (10%), développé à partir des cellules du tube contourné distal, souvent plurifocal, et fréquent en cas d insuffisance rénale chronique ; o carcinome chromophobe (5%), développé à partir des cellules intercalaires du tube collecteur, ayant un pronostic plus favorable ; o tumeur de Bellini (< 1%) : rares, de très mauvais pronostic ; o carcinome sarcomatoide (4%) : très indifférencié et de très mauvais pronostic. Les autres tumeurs malignes sont rares. Les tumeurs bénignes sont traitées au diagnostic différentiel. Extension : Tumeur à évolution lente, longtemps non infiltrante. L extension peut se faire : localement : intraparenchymateuse (importance du plus grand diamètre de la tumeur), puis franchissement de la capsulaire rénale vers la graisse péri-rénale (puis la surrénale voire les organes voisins) ;

20 Régionalement : o lymphatique: ganglion hilaires puis latéro-aortiques ou latéro-caves; o veineuse, soit par infiltration de la paroi, soit par extension intra-luminale dans la veine rénale puis veine cave inférieure. Dissémination systémique : poumon (75%), os (20%), foie (18%), cerveau (7%). Diagnostic Tableau clinique : - Découverte fortuite +++ (échographie ou TDM pour autre pathologie) dans 40 à 50% des cas - Hématurie macroscopique totale, indolore, récidivante, spontanée, parfois caillots, isolée (absence de signes fonctionnels du bas appareil urinaire associés); - Masse du flanc à la palpation= contact lombaire. Gros rein plus hématurie = K du rein a priori ; - Douleur du flanc (lombalgie), non spécifique ; - Varicocèle G : suspecte chez un homme de 60 ans si apparition récente et ne disparaissant en décubitus dorsal (risque d envahissement de la veine rénale G par un thrombus). Forme clinique : - syndrome paranéoplasique: fièvre au long cours, polyglobulie (EPO), anémie inflammatoire (fréquente 30%), hypercalcémie (production de parathormone); - métastase révélatrice; - phlébites récidivantes; - AEG isolée. Imagerie obligatoire Echographie abdominale : tumeur pleine déformant le contour du rein, isoéchogène ou hétérogène si présence de zones de nécrose tumorale, recherche d'un thrombus cave; uro-tdm = une séquence TDM sans injection de produit de contraste, puis injection de produit de contraste avec séquences artérielle, puis parenchymateuse et enfin excrétrice: o bilan de la tumeur : 6 éléments Contours : tumeur bien limitée ou non Contenu : homogène ou hétérogène Taille : < 7 cm ou non Aspect global : tumeur pleine (cancer), liquidienne (kyste ou tumeur kystisée), présence de graisse Densité ++ en unités Hunsfield (UH) : mesure avant et après injection du produit de contraste. L augmentation des densités (= réhaussement > 20 UH) montre l hypervascularisation de la tumeur (très en faveur d un cancer du parenchyme rénal) Présence de calcifications, en faveur d un cancer du rein o extension régionale : recherche d un thrombus veineux, présence d adénopathies régionales, d un envahissement des organes de voisinage. TDM thoracique: recherche métastase pulmonaire, les plus fréquentes. Imagerie optionnelle : o o o Doppler rénal : étudie l'extension veineuse; IRM: intéressante pour l'exploration du rétropéritoine médian et des gros vaisseaux (surtout en cas de thrombus de la veine cave inférieure). A faire chez les patients dialysés ou transplantés. Utile également en cas de diagnostic difficile. angio-tdm (en remplacement de l artériographie) : avant un geste de chirurgie partielle pour connaître la distribution artérielle;

21 o o UIV: peut éliminer une tumeur de la voie excrétrice mais il vaut mieux avoir une bonne uro- TDM, voire une IRM; scintigraphie osseuse et TDM cérébrale: bilan d'extension en fonction des signes cliniques. Bilan biologique : - NFS pour polyglobulie ou anémie ; - VS : souvent élevée ; - Ionogramme (calcémie), fonction rénale et clairance de la créatinine (méthode MDRD) ; - Fonction hépatique : recherche d une augmentation des phosphatases alcalines, et des gamma- GT dans les formes métastatiques. Evolution Globalement lente. Mauvais pronostic si évolution rapide et/ou en présence d un syndrome paranéoplasique. Diagnostic différentiel - Kystes : éliminer sur l échographie. Tumeur bénigne, bien limitée, homogène, parfaitement encapsulée, à contenu liquidien anéchogène avec renforcement postérieur (fond de coquetier) et cône d ombre postérieur ; absence de calcifications. En cas de doute, uro-tdm : densité d un kyste = 0 unités Hunsfield. - Lipomes : en échographie, image hyperéchogène, bien limitée. En uro-tdm, densité négative (moins 20 à - 80 unités). - Angiomyolipome +++: tumeur parenchymateuse bénigne, associant tissu adipeux, musculaire lisse, et vaisseaux sanguins. Il s agit d une tumeur très fragile avec risque d hémorragies intra- ou péri-rénaux. Le diagnostic est TDM par la présence de graisse intra-tumorale (non présente dans un cancer du rein). Peut être isolée ou rentrer dans le cadre d une phacomatose héréditaire appelée Sclérose Tubéreuse de Bourneville. - Lymphome : envahissement global du rein avec aspect clinique de palpation d un gros rein. Diagnostic TDM et ponction percutanée. Classification TNM 2009 des carcinomes à cellules claires (seule à connaître) T1: tumeur < à 7 cm limitée au rein; o T1a : tumeur < 4 cm o T1b : tumeur entre 4 et 7 cm T2: tumeur > à 7 cm limitée au rein; o T2a : tumeur entre 7 et 10 cm o T2b : tumeur > 10 cm T3: envahissement de la graisse périrénale, de la surrénale, de la veine rénale ou cave: o T3a: envahissement de la veine rénale ou une de ses branches, ou de la graisse périrénale ou du sinus rénal, mais sans franchissement du fascia de Gerota ; o T3b: envahissement macroscopique de la VCI sous-diaphragmatique; o T3c: envahissement macroscopique de la VCI sus-diaphragmatique ou infiltration de la paroi de la veine cave inférieure quelque soit son niveau ; T4: tumeur franchissant le fascia de Gerota (incluant l envahissement par contiguïté de la surrénale homolatérale) ; N1: métastase ganglionnaire régionale unique; N2: méta au niveau de plusieurs ganglions;

22 M0: absence de métastase à distance; M1: métastase à distance. En cas de métastase, survie à 5 ans < 15 %. Place de la biopsie percutanée de la tumeur Biopsies réalisées sous guidage TDM (parfois échographie) Utilisation d aiguilles coaxiales, limitant au maximum la dissémination de cellules tumorales Réalisation au minimum de 3 biopsies différentiées pour examen anatomo-pathologique. Indications : o Doute diagnostique en uro-tdm, en particulier pour le lymphome rénal et pour les petites tumeurs < 3 cm de découverte fortuite (difficulté TDM pour analyse du rehaussement tumoral lors de l injection). Contre-indications : o Tumeurs kystiques o Suspicion de tumeur urothéliale de la voie excrétrice supérieure. Traitement Le traitement curatif repose sur la néphrectomie élargie (NE), et la néphrectomie partielle T1 N0 M0: o néphrectomie élargie (NE); o néphrectomie partielle en cas de tumeur < 4 cm si la localisation ne compromet pas les règles carcinologiques de la chirurgie; T2 et T3a N0 M0: néphrectomie élargie; T3b N0 M0: néphrectomie élargie plus exérèse du thrombus; T3c N0 M0: fonction de l'opérabilité et du niveau supérieur du thrombus: néphrectomie élargie + chirurgie cardiaque; T4 N0 M0: fonction du volume tumoral et de la douleur: néphrectomie élargie. N+: NE plus curage plus traitement adjuvant (inhibiteur angiogénèse) si lésion mesurable au TDM; M+: Inhibiteur de l angiogénèse, si possible néphrectomie élargie pour réduction tumorale, chirurgie d une métastase unique si accessible Dernièrement, les protocoles cliniques évaluant des thérapeutiques ciblées, en particulier les inhibiteurs de l angiogénèse, ont montré des résultats spectaculaires pour les tumeurs métastatiques avec une augmentation de la survie globale et surtout de la survie spécifique. Ainsi, le traitement des tumeurs T3, T4, N+ ou M+ doit être discuté, au préalable, en Réunion de Concertation Multidisciplinaire d Uro-Oncologie. Peut-on proposer un traitement cyto-réducteur de la masse tumorale avant une chirurgie pour ces tumeurs à fort volume tumoral? Place exacte de la néphrectomie partielle De nécessité o Rein unique ou fonctionnellement unique o Tumeurs bilatérales, en particulier dans la Maladie VHL o Angiomyolipome : indication chirurgicale si taille > 5 cm en raison de risque hémorragique De Principe o Cancer du rein < 4 ou 5 cm fonction de la localisation tumorale (si chirurgie en marges saines, absence de progression du risque de récidive).

23 Autres alternatives Radiofréquence : destruction tumorale par ponction intra-tumorale percutanée sous AG et TDM. Risque de récidive plus élevée Cryoablation Suivi Surveillance de la fonction rénale et du rein controlatéral, pour diagnostic précoce d'une récidive locale ou à distance. Avec VS, créatininémie, radio poumons, échographie et TDM thoraco-abdominale. Rythme: tous les ans si T1, tous les 6 mois si T2 ou V+ ou N+.

24 Item 160- Cancer du testicule Cancer peu fréquent, 1% des cancers chez l homme, touchant majoritairement l homme jeune (pic de fréquence maximum 20 à 35 ans). Diagnostic à un stade limité au testicule dans 50% des cas. Bon pronostic car tumeur chimiosensible et radiosensible = survie à 5 ans de 85 % tous stades confondus. Importance pour le diagnostic de la palpation testiculaire. Facteurs de risque - Cryptorchidie ++ - Dysgénésie testiculaire (Klinefelter) - Atrophie testiculaire post-infectieuse Anatomie pathologique % des cancers sont des tumeurs germinales malignes : Tumeurs séminomateuses (ou séminome) : 30 à 40% (radiosensible) ; Tumeurs non séminomateuses (homme jeune, chimiosensible) : 60 à 70% o carcinome embryonnaire (20%) ; o tumeur du sac vitellin (5%, surtout chez l enfant ; o choriocarcinome (0,3 1%), le plus méchant ; o les tératomes (5 à 10%) 10% sont des Tumeurs non germinales (T. à cellules de Leydig, lymphome, ) Dissémination:. voie lymphatique: relais lombo-aortique, puis médiastin;. voie sanguine: surtout pour le carcinome embryonnaire et le choriocarcinome (poumon et foie). Diagnostic Examen clinique du testicule +++++: Bilatéral et comparatif (en débutant par le côté à priori normal) Terrain: homme jeune (15-50 ans); la cryptorchidie est un facteur de risque même si le testicule a été abaissé (facilite la surveillance sans diminuer le risque). Augmentation insidieuse du volume du testicule; nodule intra-testiculaire, rarement douleur (hémorragie intratumorale: douleur). Tumeur intra-testiculaire dure ++, irrégulière, indolore, opaque à la trans-illumination. Conservation du sillon épididymo-testiculaire (signe de Chevassu) Forme aiguë évoquant une orchi-épididymite. Une masse dure intra-testiculaire, non douloureuse, est un cancer du testicule jusqu'à preuve du contraire ++++ Diagnostic différentiel local: épididymite, tuberculose épididymo-testiculaire, hydrocèle, orchite chronique. Examen clinique général - Recherche d une masse abdominale : correspond dans ce contexte à une grosse adénopathie rétro-péritonéale (> 5 cm) ; - Œdème des membres inférieurs (OMI) par compression veineuse ; - Palpation sus-claviculaire G (gg de Troisier) - Recherche d une gynécomastie (sécrétion de ß-HCG par choriocarcinome, parfois séminome) ;

25 Examens complémentaires indispensables Echographie testiculaire: confirme la tumeur tissulaire intra-testiculaire, hypo-échogène ± hétérogène ; examen du testicule controlatéral. - Marqueurs sériques tumoraux : Dosage préopératoire +++ car l importance de l élévation initiale est un facteur pronostique, quelque soit la situation clinique : Human Gonadotrophine Chorionique (HCG) : positive si Chorio-carcinome, parfois, mais à des taux faibles en cas de carcinome embryonnaire ou séminome ; alpha-foetoprotéine (a-fp) : carcinome embryonnaire ; Lactico-deshydrogénase (LDH) : reflet du volume tumoral Bilan d'extension à faire après orchidectomie - TDM thoraco-abdomino-pelvienne +++ : évaluation métastatique (poumon, foie, adénopathie rétropéritonéale), Mesure le volume des métastases et permet de suivre la réponse à une chimiothérapie. - Dosage des marqueurs sériques tumoraux, 3 semaines après l orchidectomie +++ : intérêt pronostique et thérapeutique de la décroissance des marqueurs après ablation de la tumeur primitive. - TDM cérébral : si métastases sus-diaphragmatiques ou signe d appel ; - Scintigraphie osseuse : si signe d appel - PET-scan : en cas de séminome seulement, évaluation des masses résiduelles après chimiothérapie pour connaître leur activité métabolique. Traitement Chez un patient prévenu, orchidectomie inguinale après conservation de sperme (obligatoire, acte médico-légal), à faire en semi-urgence. Il s agit du premier temps diagnostique et thérapeutique à faire avant le bilan d extension: - Clampage premier du pédicule spermatique ; - Ligature haute du cordon spermatique ; - Libération du testicule avec la vaginale ; - Une prothèse testiculaire peut être dans le même temps selon souhait du patient et en dehors de toute infection (à discuter avec le patient). La pièce d orchidectomie doit être adressée directement en anatomo-pathologie pour diagnostic de tumeur du testicule et analyse des différentes composantes germinales présentes +++. Classification TNM 2009 (seule à connaître) est faite après l orchidectomie et le bilan d extension : Tumeur - ptis : carcinome in situ; - pt1 : tumeur limitée au testicule, l'albuginée voire épididyme ; absence d embol vasculaire et lymphatique, pas d envahissement de la vaginale; - pt2 : tumeur limitée au testicule et épididyme, envahissement de la vaginale ou présence d embols vasculaire ou lymphatiques ; - pt3 : atteinte du cordon ; - pt4 : atteinte du scrotum ; Ganglion (ne concerne que les ganglions rétro-péritonéaux, les autres aires sont considérées comme des métastases) - N0 : absence d adénopathie ; - N1 : une adénopathie < 2 cm ; - N2 : une ou plusieurs adénopathies de 2 à 5 cm ; - N3 : adénopathies de plus de 5 cm ; Métastase

26 - M0 : pas de métastase - M 1: métastases à distance; o M1 a : métastases pulmonaires uniquement ou métastases ganglionnaires non régionales; o M1 b : autres sites métastatiques. Les métastases extra-pulmonaires sont de moins bon pronostic. Marqueurs tumoraux (valeur initiale) - S0 : marqueurs normaux - S1 : HCG < 5.000, AFP < 1.000, LDH < 1,5 Nle ; - S2 : HCG , AFP , LDH 1,5 10 Nle ; - S3 : HCG > , AFP > , LDH > 10 Nle. Traitement complémentaire pour un séminome (radio- et chimiosensible) Toute Tumeur pt1-4 N0 M0: radiothérapie lombo-aortique et iliaque homolatéral (25 Grays). pt1-4 N1 ou N2 M0: idem plus surdosage 5 à 10 Gy sur les ganglions suspects en TDM. pt1-4 N3 ou M1a et b: chimiothérapie, quatre cures bléomycine étoposide cisplatine (BEP): o si rémission complète : surveillance ; o si réponse partielle < 3 cm, surveillance par TDM tous les 3 mois ; o si masses résiduelles > 3 cm après chimiothérapie, surveillance par TDM à 3 mois si taille finale < 3 cm: surveillance par TDM et marqueurs sinon, PET-scan ± chirurgie d'exérèse des masses résiduelles. Traitement complémentaire pour une tumeur non séminomateuse (chimiosensible ++ sauf pour le tératome) Facteurs de mauvais pronostic : o stade T > pt1; o carcinome embryonnaire majoritaire > 80 %; o envahissement vasculaire, lymphatique ou veineux. Toute Tumeur T1 N0 M0 sans facteurs de mauvais pronostic : surveillance. Si T1N0M0 et facteurs de mauvais pronostic ou si marqueurs non normalisés après orchidectomie : chimiothérapie (2 BEP). Dans les autres cas : chimiothérapie (3 BEP), puis réévaluation: o surveillance; o chimiothérapie de rattrapage; o exérèse de masses résiduelles. Surveillance. Etroite pour le choriocarcinome pur et pour le tératome immature (risque métastatique +++).. Au minimum, tous les 3 mois pendant 1 an, puis tous les 6 mois pendant 5 ans. Imagerie de surveillance par TDM thoraco-abdomino-pelvienne.. Les marqueurs sériques à faire comme le TDM: une élévation secondaire ou l'absence de normalisation des marqueurs traduisent une maladie active et justifient un traitement. Pronostic. Pour le séminome : o si N0, 4 % de récidive; o si N+, 10 % de récidive à 5 ans.. Pour les TNS : o si N0, 2 à 5 % de récidive à 2 ans; o si N+, 90 % de guérison après chimiothérapie.

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

Matière Note /32 Note/20

Matière Note /32 Note/20 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Session de Janvier 2015 DCEM2 MODULE : uro-néphrologie SOUS MODULE : Urologie Nombre de questions : 32 Nombre de pages : 12 Durée 35 mn Recommandations : Vous avez entre les

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Cancers des voies urinaires

Cancers des voies urinaires Cancers des voies urinaires P O U R L ' A S S O C I A T I O N M O N T É R É G I E N N E E N S O I N S P A L L I A T I F S P A R A N N I E L E S S A R D U R O L O G U E C S S S R Y 1 ER D É C E M B R E

Plus en détail

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception.

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. La question Je vote pour Mon conseil Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. LA VASECTOMIE Section chirurgicale des canaux déférents sous anesthésie locale ou générale Pas

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Rétention aiguë d'urine

Rétention aiguë d'urine Rétention aiguë d'urine OBJECTIFS Diagnostiquer une rétention aiguë d'urine. Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge. LIENS TRANSVERSAUX ITEM 156 Tumeurs de la prostate. ITEM

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille PATHO URO NEPHRO 1 ère session M.VIRECOULON 20/06/2011 (Durée 1h) ISO 4 Indiquez pour chaque question, dans la grille correspondante, la lettre de la réponse exacte (une seule réponse exacte par question).

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour Comprendre... 3 2. Épidémiologie... 3 2.1. Quelques chiffres... 3 2.2. Les facteurs de risque...

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

PATHOLOGIE TESTICULAIRE A. GERVAISE 2011

PATHOLOGIE TESTICULAIRE A. GERVAISE 2011 PATHOLOGIE TESTICULAIRE A. GERVAISE 2011 TESTICULE TUMORAL Cancer le plus fréquent de l homme jeune (15-44 ans) 90 % de survie à 5 ans, toute forme confondue 90 % de tumeur germinale +++ (25/35 ans) Séminome

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Adénome de Prostate

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Adénome de Prostate CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Adénome de Prostate DEFINITION : l'adénome de prostate ou hyperplasie bénigne de prostate ( HBP ) est une augmentation de volume de la glande prostatique. C'est un état

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi Service d Urolgie, d CHU Habib Bourguiba-Sfax Introduction PNA obstructive: Urgence médico-chirurgicale 31% des urgences chirurgicales

Plus en détail

Infertilité masculine item 30

Infertilité masculine item 30 Infertilité masculine item 30 Dr Pascal GRES CCA urologie Hôpital Lapeyronie 2008 Définition Absence de grossesse en cours après 2 ans de rapports réguliers non protégés pratiqués en période ovulatoire

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

POLE RENAL - UROLOGIE - NEPHROLOGIE. Agnès VIQUESNEL Hocine ARESKI. Collection dirigée par L. LE. Octobre 2012 - ISBN : 978-2-8183-0730-4

POLE RENAL - UROLOGIE - NEPHROLOGIE. Agnès VIQUESNEL Hocine ARESKI. Collection dirigée par L. LE. Octobre 2012 - ISBN : 978-2-8183-0730-4 TABLEAUX ECN POLE RENAL - UROLOGIE - NEPHROLOGIE Collection dirigée par L. LE Agnès VIQUESNEL Hocine ARESKI Editions VERNAZOBRES-GREGO 99 bd de l Hôpital 75013 Paris Tél. : 01 44 24 13 61 www.vg-editions.com

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

couple : conduite de la première consultation

couple : conduite de la première consultation Item 29 - Stérilité du couple : conduite de la première consultation 4 I. DÉFINITION II. CAUSES DE STÉRILITÉ III. BUTS DE LA PREMIÈRE CONSULTATION IV. DÉROULEMENT DE LA PREMIÈRE CONSULTATION POUR STÉRILITÉ

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE

LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE 04.11.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE I)Physiopathologie A)La vessie B)Les reins C)L'uretère II)La dysurie & rétention chronique d'urine A)Généralités B)Chez l'homme 1)Adénome

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille PATHO URO NEPHRO 1 ère session M.VIRECOULON 20/06/2011 (Durée 1h) ISO 4 Indiquez pour chaque question, dans la grille correspondante, la lettre de la réponse exacte (une seule réponse exacte par question).

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans CANCER DE PROSTATE FDR > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans Hérédité : 2 parents au 1er degré 1 parent avant 55 ans Ethnie : Afro-antillais +++ Anapath ADK ++++++ (90%) Hormono-dépendant ++ 2 caractéristiques

Plus en détail

Actualités en onco-urologie

Actualités en onco-urologie Juin 2012 Newsletter Auteurs Dr Gaël Deplanque, Dr Dominique Lannes Médecins-Conseils SCOR Global Life Actualités en onco-urologie Les cancers urologiques, c est-à-dire du rein, de la vessie et de la prostate,

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z.

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. MNIF S E RV I C E D I M A G E R I E M É D I C A L E. C H U

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 FIRMAGON 80 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1, (CIP : 3943268) FIRMAGON 120 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/2, (CIP

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Le cancer de la prostate

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Le cancer de la prostate Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Le cancer de la prostate G R A N D P U B L I C Septembre 2009 LE CANCER DE LA PROSTATE Le cancer de la prostate

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE CHAPITRE 21 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS Savoir diagnostiquer une infection urinaire chez l adulte et l enfant. Connaître les principes du traitement. Interpréter

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires Dr S. CHADAPAUD CH de Hyères Schémas de l'arbre urinaire L'arbre urinaire féminin L'arbre urinaire masculin 1 1 à 2 % des motifs de consultations d un généraliste Variation selon

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Cas clinique IIU et infertilité masculine

Cas clinique IIU et infertilité masculine Cas clinique IIU et infertilité masculine DR Ludovic Ferretti - Dr A. Papaxanthos Service d urologie Service biologie de la reproduction CECOS Centre d AMP du CHU de Bordeaux 24 mai 2013 Madame L., 29

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat - ( Hôpital Edouard-Herriot - Lyon) MAJ : 05/01/2005

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat - ( Hôpital Edouard-Herriot - Lyon) MAJ : 05/01/2005 Objectifs : Infection urinaire Item 93 1. Diagnostiquer une infection urinaire chez le nourrisson, l enfant (et l adulte). 2. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Limites

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

CAT DEVANT UNE GROSSE BOURSE CHRONIQUE. Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V- Rabat

CAT DEVANT UNE GROSSE BOURSE CHRONIQUE. Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V- Rabat CAT DEVANT UNE GROSSE BOURSE CHRONIQUE S. Akjouj,, S. Semlali,, A. El Kharras,, T. Amil,, A. Hanine,, M. Benameur,, M. Mahi S. Chaouir. Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V- Rabat INTRODUCTION Les

Plus en détail

TROUBLES MICTIONNELS

TROUBLES MICTIONNELS TROUBLES MICTIONNELS Les troubles mictionnels sont des symptômes urinaires ressentis par le patient dans la façon d uriner. Ils révèlent une altération de la physiologie du bas appareil urinaire*. Ce sont

Plus en détail

Torsion de testicule

Torsion de testicule DOULEURS SCROTALES Les deux grandes causes sont à identifier : la torsion du testicule et les orchiépididymites. Les diagnostics différentiels sont développés pour chacune de ces deux maladies. Torsion

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

IMAGERIE DE L INFERTILITE MASCULINE. Hôpital Necker, Service de Radiologie Adulte.

IMAGERIE DE L INFERTILITE MASCULINE. Hôpital Necker, Service de Radiologie Adulte. IMAGERIE DE L INFERTILITE L MASCULINE D. Eiss,, M. Ghouadni. Hôpital Necker, Service de Radiologie Adulte. INTRODUCTION Infertilité du couple: 2 ans de rapports non protégés sans conception => 15 % des

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME P. MASSIP Janvier 2002 1 L ORCHI-EPIDIDYMITE L infection des testicules et/ou de l épididyme se rencontre à l occasion d une maladie sexuellement transmissible ou plus

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

Item n 156 : Tumeurs de la prostate

Item n 156 : Tumeurs de la prostate Épidémiologie Item n 156 : Tumeurs de la prostate Cancer le plus fréquent chez lʼhomme Histologie : adénocarcinome FDR : âge élevé, ATCD familiaux de cancer de la prostate, ethnie (noire) Anatomopathologie

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE X. REBILLARD, A. VILLERS, A. RUFFION, P. BEUZEBOC, A. SOULIE, P. RICHAUD, B. BARRE, P. ESCHWEGE, E. FONTAINE, V. MOLINIE, J.L. MOREAU, M. PENEAU, V. RAVERY, F. STAERMAN 29 30 Progrès

Plus en détail

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier NODULES THYROIDIENS EN 2013 Dr Valérie Brulport Cerisier Définition : hypertrophie localisée de la thyroide palpable et/ ou identifié Première manifestation d une dystrophie plurinodulaire avec le temps

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Introduction La salpingite correspond à une infection tubaire secondaire à l'ascension de germes du vagin à travers le col vers

Plus en détail

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire :

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire : Page 1 de 5 CYSTITE AIGUË SIMPLE 1. DÉFINITIONS Par cystite aiguë simple on entend une infection aiguë de la vessie, non ascendante touchant les femmes adultes immunocompétentes, non enceintes, sans antécédents

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Jean-Philippe Couapel, Karim Bensalah Coordination et relecture : Morgan Rouprêt

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Jean-Philippe Couapel, Karim Bensalah Coordination et relecture : Morgan Rouprêt CHAPITRE Item 308 (Item 158) Cancer du rein Jean-Philippe Couapel, Karim Bensalah Coordination et relecture : Morgan Rouprêt I. Pour comprendre 4 II. Épidémiologie 5 III. Anatomopathologie 5 IV. Diagnostic

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

Prostatites aiguës. Acute prostatitis

Prostatites aiguës. Acute prostatitis Volume 18 - Septembre 2008 - Numéro 5 Journal de l Association Française d Urologie, de l Association des Urologues du Québec, et de la Société Belge d Urologie Progrès en Urologie (2008) 18 Suppl. 1,

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail